Haut
Bas

Partagez|

Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 626
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 430
Renommée: 1167
Honneur: 214
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mer 18 Nov 2015 - 17:38
Mara n'était pas mécontente de se trouver au centre. Être protégée par derrière tout en évitant d'être tout devant était une position vachement confortable pour la petite, qui s'autorisa même à faire marcher ses chats à gauche et à droite, se retrouvant ainsi encadrée par un semblant de cortège. Et avec un peu de chance, il rendrait bien dans l'ambiance du marché noir, mais ça, ça restait difficile à prévoir....

Enfin, l'enfant se permit un coup d’œil admiratif à la tenue confiante de Jean-Baptiste, son visage toujours dans l'ombre de sa capuche, et elle lui emboîta immédiatement le pas alors qu'il poussait la porte de la cave et entamait la descente d'escalier de pierre glissant à souhait. La jeune Voyageuse marchait prudemment, attentive au silence environnant uniquement coupé par le bruit d'un ruisseau qui résonnait, ou par les échos de quelques gouttes percutant le sol.

Les marches aboutirent finalement à du plat et ils s'arrêtèrent prudemment, à quelques pas d'une ouverture d'où filtraient de la lumière et des bruits de conversations. La-dite lumière renforçait la pénombre environnante et empêchait de bien voir les reliefs dans les murs, ou un éventuel passage annexe. L'enfant se mordilla le pouce: elle n'avait pas du tout envie d'aller se joindre aux truands. Elle était sure qu'ils se feraient repérer à un moment ou à un autre, alors autant faire en sorte qu'ils soient loin et pas en plein milieu du piège, non?

"On fait quoi ? On prend trop de risques si on se pointe à leur réunion. Mais d’un autre côté on est guère plus avancé… Tes chats peuvent nous mener à la bande d’esclavagistes à partir d’ici ou pas ?"

Levant la tête vers Corey, elle resta un moment la bouche ouverte en se traitant d'idiote. Pourquoi c'était les autres qui devaient lui rappeler qu'elle servait à un truc? Evidemment que ses chats pouvaient faire quelque chose, peut-être pas les mener direct à la récompense, mais la blanche était déjà descendue jusqu'ici, peut-être qu'elle avait remarqué quelques chose? Baissant les yeux vers le regard vert de la femelle qui luisait légèrement dans le noir, elle lui chuchota doucement:

"Y a pas un autre chemin qu'en plein milieu de la foule? Histoire de rejoindre vite l'endroit où on veut aller..."

*Je crains que non,* miaula-t-elle d'un air désolé. *Mais il devrait y avoir suffisamment de monde pour ne guère attirer l'attention...*

Le visage de la petite à cet instant devait valoir toutes les traductions du monde, mais le mâle tacheté intervint rapidement d'un ton qui se voulait sans doute encourageant:

*T'inquiète, les gens ici ont tendance à snober les nouveaux, question de relation de pouvoir, tout ça tout ça... Pour peu qu'on vous reconnaisse pas, z'êtes tranquilles. Après, les galeries sont partout sous la ville, et ch'uis sûr qu'y a des ouvertures sous les maisons qui gardent les marchandises, pour pas les trimbaler en pleine rue.*

"Mais même s'y a une galerie qui mène à la maison, comment on saura qui est la bonne?" lâcha la fillette en frottant nerveusement les paumes de ses mains.

Ce à quoi le félin, répondit, agitant une oreille avec amusement:

*Faudra d'mander bien sûr. Après j'l'ai déjà dit, ces trafiquants sont des nouveaux dans le coin, j'doute qu'y connaissent déjà toutes les ficelles du métier et tous les autres... Alors ch'ais pas, inventez une histoire qui vous permettrait d'les approcher, voir de vous am'ner sur le bon chemin!* Il fit comme un haussement d'épaules et entreprit de s'étirer avant de lâcher avec indifférence: *Pis si vous voulez leur péter la gueule, avec un peu de chance, vous serez même loin du gros des vendeurs. Et si c'est votre but, vaudrait mieux.*

Émettant un vague "Mmh" devant cette idée, qui était peut-être la meilleure, même si elle impliquait de se battre, l'enfant se rendit compte que les deux Voyageurs devaient attendre sa réponse. Aussitôt, elle leur résuma ce qu'avaient dit ses deux animaux et s'autorisa même une remarque en plus:

"Ça m'a pas l'air d'être une très mauvaise idée, surtout que si on se bat à proximité de Créatures qu'on arrive à libérer, j'pourrais me rendre utile... Après y a le problème de demander notre chemin. J'pourrais dire aux deux chats d'espionner un peu pour trouver les trafiquants, ça devrait pas être trop dur, mais pour leur parler..."

La jeune fille laissa sa phrase en suspend, regardant le Voyageur volant du coin de l’œil. Entre lui, Corey et elle, c'était le seul qu'elle imaginait capable d'une prouesse pareille. Surtout qu'elle savait pas s'ils allaient pouvoir compter sur son propre pouvoir pour convaincre la personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Sam 28 Nov 2015 - 22:32


Nous y voilà ... Ou presque.
Je balançais doucement ma tête d'avant en arrière, soulignant les paroles sensées de Corey d'une grimace douce-amère. Trop de risques ... Question d'échelle, non ? On pouvait très bien arguer que nous en prenions déjà trop, et ce dès l'instant où nous avions fait notre choix. Choix que justement, nous avions fait. Questionner la pertinence, ou tout du moins le coté un peu décalé de la prudence de Corey n'était pas dénué de légitimité, non ? Mais cette réflexion était aussi stérile que possible, dans notre situation. Je ne pouvais m'empêcher de l'avoir, mais au moins je la reléguais bien vite au placard.

Mara restait notre solution. La pièce centrale, l'outil idéal ! Son pouvoir avait une utilité que nous ne négligions pas. Oh non, c'était plutôt l'inverse. Alors que nous nous en remettions encore une fois à elle, ce fait me frappa avec plus d'acuité qu'auparavant. Et un brin d'inquiétude. Elle nous était un peu trop indispensable, à mon goût. Et dire que nous l'avions convaincue de nous accompagner ... Heureusement pour nous. Ou malheureusement ? Si elle n'avait pas été là, sans doute que nous ne le serions pas non plus, finalement. Hé, pas de pensées fatalistes ou de regrets ! Je m'ébrouais. Elle nous rapportait les informations collectées, après avoir discuté avec les deux félins. Voyez vous ça ! Moi qui m'attendais, surtout après le coup de stress du bar, à quelque chose d'impossible, on me ramenait à de plus factuelles et rassurantes perspectives. Très bien très bien.

Le regard que Mara leva sur moi était, tout restreint et en coin qu'il fut, sans équivoque, lorsqu'elle souleva le problème du porte-parole. Je ne pus m'empêcher d'en sourire, peut-être pas très gentiment, sur ma trogne un peu trop cassante. Mais c'en était presque ... mignon, dirons-nous, et un rien valorisant, qu'elle semble me donner crédit pour cette tâche. Corey n'avait pas l'air d'être particulièrement mauvais dans ce registre (à dire vrai il me semblait, derrière ses airs un peu ahuri, intelligent et même dangereux, mais c'était peut-être simplement moi qui avait envie d'y voir cela), mais manifestement notre petite compagne de nuit avait un autre avis sur la question. De plus, elle le connaissait plus que moi. Faisons donc confiance à son jugement.

"Je suis peut-être le plus à même de pouvoir passer pour louche, et même si ce n'est que mon appréciation je pense avoir la langue suffisamment bien pendue pour ça. Je m'efforcerai de parler. Ce sera plus facile encore puisque je suis en tête, non ? Cela vous conviendrait-il ?"

A ce moment l'un des deux chats qui accompagnaient Mara feula, et je tournais par réflexe mon regard vers ce qu'il avait pu percevoir, et captais très brièvement un éclat jaune, plus loin dans les souterrains, pas plus d'un instant. Un autre félin, sans doute. Après tout, il y allait en avoir une petite foule ! Cependant, cette brusque montée de stress des petits mouchards de notre jeune amie me fit rajouter

"Ne traînons pas, si vous êtes d'accord, ou nous allons tomber avec quelques curieux qui ne manqueront pas de se demander ce que nous fichons ici à palabrer. Restons dans notre configuration précédente, je pense qu'elle est efficace, et donnera le change. Ça va bien ?"

Il fallait aussi que je mon état physique se fasse à l'idée de combattre sous peu, si nous allions (ce qui était si probable que la chose relevait presque du passage obligé) devoir libérer les "marchandises" par la force. La question de notre suffisance pour réaliser cela ne se posait plus (non qu'elle ai trouvé une réponse par ailleurs). J'espérais quelque chose de rapide, concis, qu'il n'y ai pas le temps pour des effusions très prolongées. Trouvé sans être trouvé, quelques gardes au tapis, et puis escapade express. Scénario optimiste ...


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 851
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1405
Honneur: 378
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mar 1 Déc 2015 - 10:13


Apparemment le trio, enfin le quintet si les félins sont pris en compte, n’avait pas vraiment d’autre choix que de se mêler à la foule pour rejoindre ceux qu’ils recherchaient. Cette idée ne plaisait pas vraiment à l’héliophobe mais comme il n’en n’avait pas de meilleure il acquiesça d’un signe de tête. Il était vrai qu’il se posait peut être un peu trop de question, il était peu probable que les présents se mettent à les soupçonner dès leurs premiers pas. Le chat de gouttière sembla faire écho à ses pensées en confirmant que les gens dans cet endroit avaient tendance à être assez individualiste et à ne pas trop prêter attention aux nouveaux venus. Jean-Baptiste accepta de prendre le rôle le plus délicat et proposa de se remettre en route, à nouveau Corey répondit d’un signe de tête accompagné de quelques paroles.

« D’accord, on fait comme ça. »

Ils se remirent en route, gardant l’ordre qu’ils avaient adopté jusque-là, les deux félins en éclaireur, puis le voyageur volant, ensuite la blondinette et enfin l’héliophobe qui fermait la marche. Ils longèrent encore un peu le cours d’eau sous-terrain avant de s’en éloigner pour arriver dans une sorte de caverne perpendiculaire à la principale mais tout aussi haute et un peu plus large, elle était éclairée par quelques torches, coincées entre deux rochers. Le sol était assez humide et par endroit recouvert d’une matière blanchâtre qui laissait deviner que des chauves-souris ou quelque chose qui y ressemblait dans ce monde devaient occuper l’endroit lorsque les criminels n’y étaient pas. Rassemblés par petit groupes allant de deux à une demi-douzaine d’individus, les présents étaient en pleine négociation. Il n’y avait pas beaucoup de marchandise sur place, seul quelques individus montraient parfois le contenu d’une bourse ou du revers d’une veste. Mais on comprenait vite qu’il s’agissait surtout de prendre un premier contact puis de fixer un autre rendez-vous pour concrétiser une vente plus tard. Une féline un peu rondelette et à l’air patibulaire semblait tenir tête aux deux chats-pardeurs qui avaient précédé le quintet dans le passage dissimulé. D’après les bribes de conversation qu’on entendait, elle leur reprochait d’être trop ambitieux et les mettait en garder contre la garde royale si ils continuaient ainsi. Apparemment ils volaient des objets trop précieux pour être facilement écoulés et qui risquaient d’être facilement identifiés.

Comme d’un commun accord le trio de voyageurs décida de s’écarter de ces deux individus dangereux, ils cherchaient quelqu’un avec qui engager la discussion. Même si ce n’était pas vraiment dans sa nature, Corey essayait de rester dans son personnage de pseudo garde du corps de quelqu’un trainant dans des activités louches. Il ne baissait pas les yeux lorsqu’un regard croisait le sien, il se contentait de passer le regard sur ceux qui l’entouraient comme pour évaluer leur éventuelle dangerosité. Il remarqua que deux type, un chat à l’air rusé et opulent et une créature des rêves étrangère au royaume, avaient fini de faire affaire. Le félin, apparemment un habitué des lieux aux affaires prospèrent, vu la quantité de bijoux dont il était couvert, resta là où il était alors que son interlocuteur tourna les talons pour s’en aller, ayant fait ce qu’il était venu faire.

Corey se racla la gorge, pour attirer l’attention de ses amis qui n’avaient peut-être pas encore aperçu l’ouverture et attendit de voir si ils voulaient tenter le coup avec ce type-là.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 626
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 430
Renommée: 1167
Honneur: 214
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Sam 12 Déc 2015 - 14:07
HRP:
 

À son grand soulagement, Jean-Baptiste semblait décidé à garder le rôle difficile. Et face à sa proposition d'avancer, elle ne put qu'acquiescer avec un sourire timide pour rejoindre la zone de sécurité entre les deux Voyageurs. Ses chats pour leur part semblait nerveux, la blanche se mit même à cracher sans raison, ou alors vers quelque chose que Mara n'avait pas vu. Elle clamait que quelque chose était en train de les surveiller, mais la fillette préférait éviter de faire son intéressante plus que ça en rajoutant une couche à leurs inquiétudes actuelles. Elle ne releva d'ailleurs pas le silence de l'autre chat, qui n'avait pas pris la peine de se moquer de la paranoïa de la première.

Ils prirent enfin la direction de l'origine des bruits de discussions, marchant d'un pas vif qui forçait la petite à alterner entre marche et trottinement. Les bruits de grotte les entouraient et entre ça et les chuchotements. qui résonnaient, la jeune Voyageuse se sentait de plus en plus mal à l'aise, assaillie de doutes. Est-ce que ça pourrait vraiment passer? Ils allaient s'en sortir? Ils allaient pouvoir aider des gens, au moins? Est-ce qu'il y avait seulement des gens à sauver?

Elle serra les poings, faisant de son mieux pour chasser ces questions de sa tête. À chaque fois qu'elle était dans Dreamland, elle avait tendance à oublier qu'il n'y avait pas de vrai enjeu: de toutes manières, elle finira toujours par se réveiller.

Ils arrivèrent finalement en vue de la foule, après un tournant. D'un coup, le bruit devint plus fort et attira l'attention de l'enfant, qui leva les yeux vers les Créatures qui discutaient. Embrassant rapidement la scène du regard, elle crut distinguer quelques Voyageurs, mais moins qu'elle n'aurait aimé. Mais sans plus attendre, elle reporta simplement son regard sur le dos de l'homme qui la précédait, fixant son attention sur les mouvement de tissu de son T-shirt. Elle n'avait pas envie de croiser le regard de qui que ce soit et espérait qu'ainsi, elle donnerait simplement l'impression d'ignorer les autres. De toutes manières, la capuche rabattue sur sa tête camouflait déjà assez cette dernière.

Finalement, alors que Mara laissait traîner ses oreilles sans vraiment entendre quoi que ce soit d'intéressant, elle réagit au raclement de gorge de Corey et jeta un rapide coup d’œil au gros marchand qu'il semblait indiquer. Devinant qu'il voulait qu'ils lui parlent, Mara généra une petite onde de confiance vers la Créature. Ce n'était pas comme si elle pouvait faire grand chose de plus... Un coin de son esprit se demanda si c'était vraiment une bonne idée de donner une sensation de confiance à des malfrats. Peut-être qu'ils se sentiraient en position de force, face à quelqu'un qui ne les trahirait jamais... Bah, c'était pas sa première préoccupation pour l'instant, et puis elle était sure que ça serait utile, d'une façon ou d'une autre.

Non, dans les fait, elle avait envoyé ses chats en reconnaissance pour trouver un éventuel souterrain menant à des éventuelles réserves. Et là, toujours cachée par sa cape, elle jetait de petits coups d’œil vers le sol, attendant leur retour. Elle écoutait toujours la conversation d'une oreille, afin de rester dans le contexte, réagissant au mieux de ce qu'elle pouvait, mais en restant focalisée sur l'attente des deux félins.

Finalement, le tacheté revint en se faufilant rapidement, sans oser courir, et annonça fébrilement qu'il avait vu passer un chat transportant une cage où était enfermé "une sorte de gnome poilu chelou avec des ailes de papillon". Même si elle ne visualisait pas le moins du monde le gnome en question, l'enfant fut légèrement soulagée: au moins, il y avait bel et bien quelque chose à sauver. Le compagnon de la Contrôleuse continua en prévenant qu'il n'avait pas réussit à le suivre car il avait peu de se faire repérer, mais il assurait pouvoir reconnaître le méchant quand il le verra, et il avait une petite idée de la sortie qu'il avait pris. C'était vraiment pas beaucoup, mais c'était déjà ça...

Pour sa part, la jeune fille se promit de prévenir les deux hommes dès la fin de la conversation avec le marchand. Et dans un coin de sa tête, elle commençait à s'inquiéter pour la femelle qui ne revenait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Sam 9 Jan 2016 - 10:24

Apparemment, oui, ça allait bien, pour Corey comme pour Mara. Parfait ! Nous nous mettions en route lorsque je remarquais qu'il me serait difficile d'avoir une attention suffisante pour trouver ce que nous cherchions tout seul. Nous guider était assez stressant, en soi. Il n'y avait pas grand monde, dans les souterrains, pour le moment, et je me contentais de me diriger vers où les deux félins de Mara se portaient. J'aurais très bien pu me guider au son, d'ailleurs; malgré les efforts pour en diminuer le volume, les discussions des individus de ce marché noir étaient clairement audibles, à défaut d'être intelligible. Elles créaient un léger bruit de fond, un vague écho dans les cavités où se déroulaient leurs affaires. Une fois la source trouvée, je pris le temps de scruter rapidement et efficacement ce qui se trouvait dans la caverne. Des petits agglomérats conversaient à voix basse, convenant manifestement de l'offre en question. Je remarquais les deux frères siamois de tout à l'heure, qui se heurtaient visiblement à une dure en affaire; peut-être trop pour eux, habitués manifestement à tout avoir rapidement. A moins que ce ne soit autre chose ? Je n'écoutais pas vraiment. Jouer mon rôle, en menant le groupe dans cet endroit, tout en faisant attention aux deux chats de Mara. Je les avais d'ailleurs perdu de vue, mais ils ne devaient pas être loin. En tout cas je l'espérais.

Corey attira avec discrétion mais efficacité notre attention. Un marchand venait de finir avec un client qui s'éloignait, restant momentanément seul. Grassouillet, confortablement campé sur ses pattes potelées, il toisait les bribes de foule autour de lui avec un mélange d'amusement et de calculs sournois. Disponible, en somme ! Ne restait plus qu'à l'aborder. Ce qui était déjà beaucoup. J'expirais doucement, longuement, détendant mes nerfs qui contractaient mon corps, tout en chassant la présence un peu trop forte de mon aura; mieux valait ne pas faire de bêtises. Courage, Dubois, et pend bien ta langue ! Mon regard insistant capta rapidement le sien. Ce que je pouvais lire dans ses yeux ne m'inspirait pas. Ce chat était sans scrupule, et doté d'une volonté de possession très prononcée. Il ne voyait pas, il évaluait la valeur. Il décela apparemment en notre petit groupe de quoi potentiellement le satisfaire, car je sentis qu'il m'invitait à m'avancer. Ce que je fis. Je compris à son expression matoise qu'ils nous considéraient comme des clients faciles à arnaquer. Grattouillant son menton d'une griffe au doigt généreusement orné de bijoux, il parla avant moi.

"Je vois que semblez intéressés par ce que j'aurais à vous proposer ? A moins que vous ne soyez simple d'esprit, à me fixer comme ça ?"

"Seriez vous intéressés, quant à vous, par une demande pour le moins spécifique ? Ou êtes vous ici simplement pour faire façade ?"

La réponse était partie, sèche, dénuée de toute humilité, accompagnée d'un regard faussement moqueur. Je n'allais pas rentrer dans son jeu, surtout si je voulais maintenir notre image. J'avais un standing à tenir, et c'était un impératif. Dans le doute, rentrer avec culot était la meilleure option à ma disposition. Même si ce lascar était un truand accompli, usé aux marchandages, et aux tromperies les plus subtiles, j'espérais que cela passe. Peut-être Mara m'aidait-elle, avec ses capacités, peut-être pas du tout; en tout cas, quitte à risquer gros, autant jouer gros. Le ricanement du matou, cependant, sonnait bien à mes oreilles. Il avait englobé notre groupe de son regard quelques secondes, et en avait tiré ses conclusions.

"Vous avez la langue bien pendue, pour un sous-fifre."

"Pas plus que nécessaire. Nous n'avons pas vraiment comme politique d'être obséquieux avec les revendeurs. Si nous sommes ici, c'est pour affaire."

Je me retournais brusquement, comme si l'on m'avait parlé, mimant un ordre inaudible. Mara avait les yeux baissés, mais qu'importe, le marchand ne pouvait le voir. Et je supposais que même un félin tel que lui ne pouvait tout entendre. Revenant à lui, je lui dis, d'un ton faussement contrit.

"Nous avons besoin de savoir si nos informations étaient exactes. En parler ici est un peu compliqué."

L'autre souleva un sourcil, nullement coopératif. Mis à part cela, en fait, il ne fit pas un mouvement exprimant avec désinvolture son refus catégorique. Evidemment, ça n'allait pas être si simple ... Je ne cachais pas mon désarroi, comme si cette réponse allait m'attirer des ennuis auprès de mon employeur. Après l'avoir un peu piqué, me montrant rétif et fier face à ses railleries, me montrer vulnérable pourrait m'être utile. Faire croire à l'autre qu'il a l'ascendant est plus efficace pour le tromper. Restait à voir s'il allait se montrer magnanime ou non. Dans les deux cas, j'avais du ressort.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 851
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1405
Honneur: 378
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Jeu 14 Jan 2016 - 13:20


Ses camarades avaient apparemment compris son signal et repéré l’individu qu’il voulait leur signale, peut-être qu’ils l’auraient vu sans son intervention mais en tous cas le résultat était le même. Jean-Baptiste les dirigea vers le riche matou qui engagea la conversation, légèrement provocateur. Heureusement pour les trois voyageurs, et peut être grâce au pouvoir de Mara, il semblait plutôt bien disposé à leur égard. Corey n’aimait pas trop ce genre de personnage, débordant de suffisance et bien trop sûrs d’eux, mais ils n’avaient pas vraiment le choix. Même si il avait remarqué que la blondinette avait envoyé ses deux compagnons à la recherche d’autres piste, il y avait peu de chance qu’il tombe par miracle sur la cachette des trafiquants qui les intéressaient. Comme son camarade semblait s’occuper de mener la discussion, l’héliophobe se contentait de regarder aux alentours, sur le qui-vive. Même si il n’était pas très impressionnant physiquement, il fallait qu’il donne l’air d’avoir toute confiance en ses pouvoirs afin d’être un garde du corps crédible.

Il se demanda à quoi ressemblait leur petit groupe vu par un des criminels présents dans cette grotte, deux voyageurs, qui encadraient une troisième personne, plus petite, vêtue d’un manteau de qualité, normalement destiné aux chats. Oui, si on n’y regardait pas de trop près ils pouvaient avoir l’air de deux gardes du corps recrutés pour protéger une créature des rêves du royaume. Il restait à rendre ce scénario crédible même en parlant directement un marchand et dès le départ ce dernier mit le doigt sur ce qui clochait. En prenant la parole, Jean Baptiste était plus ou moins sortit du rôle habituel d’un mercenaire bête et méchant juste là pour agir en cas de problème. Le voyageur rebondit plutôt bien en se donnant l’air du bras droit qui était là pour éviter à son patron de perdre son temps et son énergie avec des individus qui n’en valaient pas la peine. Corey se retint de sursauter lorsque son camarade se retourna soudainement, il parvint à garder son calme et à demeurer impassible. Il le laissa demander au marchand à ce qu’ils s’éloignent un peu pour discuter plus en détail. Le félin le regarda, intrigué, mais on sentait que l’énervement commençait à poindre sous son calme et l’air supérieur qu’il se donnait.

« C’est quoi cette histoire ? On se terre déjà vingt mètres sous terre pour être tranquille qu’est-ce que vous voulez de plus ? C’est pas comme si les autres présents étaient d’honnêtes citoyens, on ne risque rien ici. »

Il avait haussé la voix, attirant brièvement l’attention d’autres présents qui retournèrent vite à leurs affaires. Corey sentit qu’un peu d’aide à son camarade serait bienvenue, il se pencha vers Mara, comme pour écouter une nouvelle consigne chuchotée à voix très basse. Il se redressa en hochant la tête, comme pour signifier qu’il avait bien compris.

« Nous sommes désolés si nous vous avons donné l’impression que c’était une condition négociable. Si vous souhaitez faire affaire avec nous, allons en parler plus loin, sinon nous dépenserons notre argent chez quelqu’un d’autre. »

Feignant un geste inconscient il mit la main sur sa bourse d’essences vitales, comme pour s’assurer qu’elle était encore là. Il espérait que la promesse d’une rentrée d’argent allècherait assez le matou pour qu’il les conduise à l’écart ou ils pourraient l’interroger sur l’éventuelle cachette des marchands d’esclave.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 626
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 430
Renommée: 1167
Honneur: 214
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Jeu 14 Jan 2016 - 21:45
Alors que son attention était portée ailleurs, elle sentit soudain un souffle juste à côté de son oreille, de l'autre côté de sa capuche. Se figeant alors qu'une vague de froid déferlait à travers son corps, elle sentit sa respiration se couper sous la tension et eut l'impression que son cœur battait dans ses tempes. Qui était-ce? Comment était-il arrivé là? Elle n'avait pas fait assez attention? Alors qu'elle était sur le point de faire un saut pour s'éloigner de la menace potentielle, elle entendit un mouvement de tissu et elle percuta que la personne qui s'était penchée vers elle n'était autre que Corey.

La vache, elle avait faillit faire sauter sa "couverture", et juste car elle n'avait pas été assez attentive.

Reportant son attention sur la conversation, elle ne comprit pas tout de suite de quoi il était question. Ils avaient aboutit à un truc finalement? Il était question de se déplacer? Elle sentit du froid sur sa nuque, malgré son manteau. Elle avait raté un truc? Elle n'avait aucun souvenir de la conversation, elle était totalement paumée, il fallait faire quoi? Elle faillit sursauter en entendant la réponse du marchand, et en l'écoutant commencer à parler, elle eut un éclat de conscience et rajouta une onde de son pouvoir, priant pour que ça suffise.


"Vous avez l'air d'avoir pas mal de trucs à cacher pour pas oser les dire ici, vous seriez pas des flics? Enfin, ça serait trop évident... Venez derrière l'étal, tout le monde s'en cogne de ce que vous voulez dire."

Se calant sur le mouvement des autres, la fillette fit quelques pas pour contourner une pile de caisse et une sorte de paravent en bois abîmé, cachant un tunnel mal éclairé. En y réfléchissant, elle n'aurait pas été surprise que chaque gros vendeur ou presque ait son propre accès à la surface, et ça n'allait pas forcément les aider. Priant pour que les deux autres aient une idée derrière la tête, ce qui n'était pas son cas, elle prenait un soin méticuleux à s'assurer que sa capuche cachait son visage. Tandis qu'il s'adossait à ses caisses, croisant ses bras sur le relief de son ventre, la Voyageuse devina que le marchand devait les reluquer d'un air méfiant. Mais tandis qu'il les invitait à parler, elle eut une nouvelle frayeur.

Frayeur qui s'adoucit bien vite quand elle comprit que ce qui lui avait frôlé la jambe n'était autre que sa chatte. Elle avait complètement oublié les félins sous le coup de l'émotion. En tous cas, la queue ondulante de la blanche laissait présager de sa nervosité, et elle n'eut pas besoin de signe pour communiquer le problème.

*Des gens arrivent! Et ils ne semble pas être dotés de bonnes intentions à votre égard! Enfin, surtout à son égard.*

Mais Mara ne regarda pas dans quel direction le museau de l'animal pointait, et pivota juste avant qu'un couple de chats bipèdes ne contournent le paravent. Son mouvement brusque attira l'attention du marchand, mais ce dernier leva probablement rapidement le regard vers les nouveaux arrivants, vu le bruit surpris qu'il émit. Levant légèrement la tête, elle devina aux jambes qu'elle voyait que le duo était composé d'un petit gros dont elle distinguait le torse et d'une Créature particulièrement grande dont elle ne voyait même pas les genoux, bien qu'il parût maigre. Les deux semblaient vêtus des même teintes de vert, mais elle n'eut pas le temps d'observer d'avantage.

En effet, si le petit s'était bel et bien arrêté en plein milieu du chemin, le second avança à grandes enjambées et s'arrêta à côté de l'enfant. Le premier demanda d'une voix nasillarde et d'un air exigent:

"Alors, c'est bien un Voyageur? C'est lui?"

Était-ce l'inquiétude, la surprise ou autre chose? En tous cas, malgré le léger temps que mit l'autre à lâcher sa réponse d'une voix traînante, personne ne bougea.

"Ça a l'air, de c'que ch'sais c'est le seul Voyageur assez con pour s'trimbaler en fringues de chats."

Celui qui était resté en retrait fit un bruit ressemblant à un léger rire du nez et fit quelques pas vers eux, s'exprimant avec une agressivité assez sincère:

"Eh bien mon salaud, faut avoir une sacrée paire de couilles pour oser se pointer ici après c'que t'as fait... Et avec exactement les mêmes fringues en plus! Tu croyais quoi, Marco? Que juste parce que t'avais plus ton masque, tu passerais incognito?"

Un ricanement retentit au dessus, avant de renchérir:

"Ch'ais pas avec qui t'es allé te traîner, mais tu vas prendre bien cher quand on aura prévenu les autres..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Jeu 3 Mar 2016 - 13:35

Apparemment non, ça n'allait pas être la voie la plus simple. Le matou se montra plus que rétif. J'avais beau m'y attendre à moitié je ne trouvais pas cela plaisant pour autant. Je gardais mon air contrit, l'accentuait même un peu, jouant le jeu aussi bien que je le pouvais. C'était plutôt convaincant, apparemment, le marchand ne se doutait pas de grand-chose. Il n'empêche qu'il ne rendait pas nos manœuvres des plus aisées. Qu'il hausse la voix était en revanche un vrai souci, à mon sens. Même très peu, les autres crapules présentes nous avaient remarqué, et si les choses dérapaient plus tard, je craignais qu'ils ne pensent trop vite à nous.

Corey pris le relais avec une grande facilité, et je remerciais silencieusement Mara d'avoir des amis si compétents. Je ne le connaissais pas du tout, mais en tout cas, il faisait des merveilles. Complétant ma performance (un peu minable tout de même), il interprétait son rôle sans problèmes, et Mara était décidément très douée pour ne rien dire. Couplé à son pouvoir d'influence, cela suffit à faire avaler finalement le morceau, à mon (notre, je suppose) immense soulagement.

Je me permis un petit soupir faussement atténué, comme si je cherchais à ne pas trop le montrer, et suivis le marchand, gardant ma position de premier du groupe. Je repérais rapidement la configuration du petit espace où le gros chat nous avait mené. Puis d'un mouvement peu amène, il demanda ce que nous voulions donc. J'eus un tout petit sourire, jouant sur la même ligne, en concluant que le petit recoin qu'il avait devait conduire à sa réserve, ou bien à une sortie. Nous arrivions au moment critique, en tout cas.

"Nous sommes à la recherche de créatures rares, pour ne pas trop en dire. C'est peut-être assez courant par ici mais ce n'est pas tout. En fait ..."

Je ne finis pas vraiment ma réplique, en entendant arriver deux énergumènes. Le marchand, lui, restait contre ses caisses, l'air de plus en plus suspicieux. Merde, qu'est-ce que c'était encore ... Instantanément, je sentis mon aura vouloir jaillir, mais me retins. A la place je jetais un regard "vous voyez pourquoi nous cherchons à être discret, on nous emmerde toujours", aussi confiant et détendu que possible, et me penchait vers Mara. Mon cerveau tournait à plein régime, et c'était la crise.

Les deux trouble-fêtes en avaient après Corey, apparemment, je ne savais trop si c'était une méprise (je pense que oui, vu cette histoire de masque, Corey avait juste du choisir le mauvais déguisement), mais ce n'était pas bon du tout. Ils venaient pour régler leur contentieux d'eux-mêmes, au moins, toutes les crapules ne les suivraient peut-être pas. En tout cas nous étions à moitié grillé, avec ça sur le dos. Il fallait faire quelque chose rapidement, avant qu'une alerte ne soit vraiment donnée, ou que notre couverture foire complètement. Je demandais donc vite à Mara en lui chuchotant à l'oreille.

"Est-ce qu'on a moyen de sortir d'ici par le petit couloir ? Il faut garder la tête froide, maintenant."

A la dernière remarque railleuse et lourde de menace adressée à Corey cependant, je me sentis forcer de réagir. Jetant un regard au marchand, qui nous fixait avec force défiance, je fis un pas en direction des deux méprisants (dans tous les sens du terme).

"Vous feriez mieux de baisser d'un ton, au lieu de dire n'importe quoi.Et d'accuser aussi inconsidérément. Faites gaffe, vous allez le regretter."

Je ne savais trop comment gérer la situation, d'autant que je n'avais pas la moindre idée de ce que Mara et Corey pouvaient bien avoir en tête. Si les choses commençaient à tourner mal, mon objectif était le marchand, il fallait le choper en priorité, et trouver un moyen de fuir vers sa ménagerie, ou juste fuir. Les choses allaient bien vite ...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 851
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1405
Honneur: 378
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mar 8 Mar 2016 - 13:53


Le soulagement d’avoir réussi à convaincre le marchand fût de courte durée, maintenant qu’ils étaient isolés, à l’abri de la plupart des regards, rien n’était gagné pour autant. Il fallait maintenant réussir à obtenir les informations qu’ils étaient venus chercher, à savoir, l’endroit où trouver les trafiquant d’êtres oniriques et surtout où ils conservaient leurs captifs. A nouveau ce fût Jean-Baptiste qui prit la main, ce qui, encore une fois, arrangeait bien Corey qui n’aurait pas vraiment su par où commencer. Malheureusement pour les trois voyageurs ils furent interrompus par l’arrivée de deux chats aux intentions qui ne semblaient pas forcément bonnes.

Le sang du voyageur se figea lorsqu’il se rendit compte qu’ils étaient là pour lui, ils se plantèrent devant lui et le dévisagèrent. Il farfouillait dans sa mémoire, essayant de se souvenir s’il les avait déjà croisés quelque part, mais rien ne lui vint, pour lui ils étaient inconnus et malheureusement ils ne semblaient pas bien disposés à son égard. Ils se parlèrent entre eux, comme pour s’assurer qu’ils avaient bien affaire à la bonne personne puis le prirent en partie, en l’accusant d’il ne savait quel acte répréhensible à ses yeux. Le contrôleur mit plusieurs secondes à comprendre que ça avait peut-être un lien avec les vêtements qu’il avait emprunté au hasard avant de venir ici. C’était encore sa veine légendaire qu’il refaisait des siennes, s’il avait bien compris, parmi toutes les maisons dans lesquelles il aurait pu voler des vêtements, il avait choisi celle d’un homme qui s’en était pris à ces types et leurs amis. Comme si la coïncidence n’était déjà pas assez improbable, il avait fallu qu’ils descendent ici se promener sous le nez des victimes de celui à qui il avait emprunté la garde-robe.

« Vous devez faire err… » Commença-t-il à dire, à voix basse, probablement trop, car son allié voyageur prit les devants et répondit aux nouveaux venus.

Il trouva que son ton lourd de menace était un peu présomptueux, après tout ils n’avaient aucune idée de la puissance de ces deux gus et encore moins de celle de leurs amis. S’ils étaient de la même veine que les deux voleurs de tout à l’heure, un affrontement ne serait pas gagné d’avance, loin de là. Mais il était vrai qu’il fallait qu’ils tiennent leur rôle de gardes du corps protégeant un riche trafiquant ou quelque chose dans ce genre-là. L’héliophobe se reprit donc, s’efforçant d’avoir l’air moins naïf et plus sûr de lui.

« Vous vous trompez de gars, je ne sais pas qui vous êtes mais vous devriez réfléchir deux minutes. Vous croyez vraiment qu’un type qui vous a fait je sais pas quoi viendrait se balader ici ? »

Il s’efforçait d’être convaincant et il eut l’impression que la belle assurance des deux gus était en train de se fissurer et il essaya d’enfoncer le clou.

« Allez, barrez-vous et laissez-nous bosser. »

Il espérait en avoir assez fait et peut être qu’avec le pouvoir de la blondinette, si elle avait pensé à l’utiliser, les deux nouveaux venus tourneraient les talons et ils pourraient reprendre là où ils en étaient restés avec le marchand. Il était sur ses gardes, si jamais les deux chats semblaient toujours décidés à donner l’alerte il faudrait qu’il les en empêche. Il n’avait pas vraiment envie d’en venir aux mains, mais si jamais les deux restaient aussi belliqueux, il essaierait d’envoyer un coup de pied latéral au plus petit des deux pour l’envoyer sur l’autre donner une ouverture à JB pour attaquer à son tour.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 626
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 430
Renommée: 1167
Honneur: 214
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mer 9 Mar 2016 - 9:04

Ça n'allait pas marcher. Ça n'allait pas marcher, et ce, pour plein de raisons très bêtes qui faisaient que Mara trouvait son pouvoir terriblement faible, en plus d'être directement inutile en combat. Déjà, les deux nouveaux étaient agressifs, elle n'allait pas être capable de les mettre dans sa poche si facilement, c'était pas comme un petit animal complètement idiot qui te faisait un câlin après t'avoir boulotté la main. Mais le principal problème là, c'était la nature même de son pouvoir. Elle avait l'impression qu'elle attirait la confiance sur elle, pas sur les autres. Si elle passait pour leur chef, quelque part ça rejaillissait sur eux, mais là, les nouveaux la snobaient totalement. Du coup, elle cherchait juste quoi faire, immobile à se mordre les lèvres sous sa capuche.

Une diversion peut-être? Demander à ses chats de renverser un truc pour attirer leur attention autre part? Nan, ça n'allait jamais marcher... Alors quoi? Espérer que la réaction des deux hommes convainque les Créatures de partir? Ça serait trop beau pour être vrai... Mais honnêtement, s'ils se battaient, là, ils allaient forcément attirer l'attention, et pas dans le bon sens du terme. S'ils faisaient fuir leur cible, ils étaient juste fichus, autant abandonner.

Du coin de l’œil, elle regarda le gros marchand. Il avait l'air méfiant, vaguement inquiet, mais pas non plus terrifié... Peut-être que les deux nouveaux venus n'étaient pas si forts que ça, ou alors n'avaient-ils pas une grande réputation? Dans ce cas, oui, ils pourraient se battre, mais il y avait toujours le problème de l'environnement où ils étaient, et de tous les regards qui commençaient à se tourner vers eux... Dont un en particulier: celui de son chat tacheté qui s'était caché derrière une caisse et qui la regardait fixement. Ouais, il était prêt à suivre ses demandes, et à lui donner un coup de main, mais pour faire quoi?

Reportant son attention sur le ventre du petit gros tandis que Corey lâchait une réplique cinglante à côté d'elle, elle aperçu un éclat au niveau du torse de la Créature. Est-ce que ça pouvait marcher...? Elle espérait très fort que oui. Et puis avec un peu de chance, ce n'allait pas être un fait particulièrement anormal dans un coin comme celui-ci... Elle préféra cependant attendre un peu, histoire de voir si le duo ne décidait pas de tourner les talons. Ils avaient l'air d'hésiter, échangeant des regards, puis le grand prit la parole toujours aussi agressivement:

"Bah y a pas vingt mille solutions: tu vas m'suivre et on va laisser le patron décider de ton sort. Vu qu'il connait ta face, ça s'ra facile de décider si c'est toi ou pas..."

Bon, bah ils n'allaient pas partir comme ça donc. Fallait qu'elle essaye. Regardant le tacheté alors qu'elle défaisait le plus discrètement possible le foulard qui entourait son bras, elle lui expliquait mentalement ce qu'elle attendait de lui. Ouais, ça pouvait le faire, elle espérait juste que les deux autres comprendraient. Ils n'avaient pas de temps à perdre à aller chez les deux hommes-chats, ils ne pouvaient pas se le permettre, d'autant plus que ça pourrait être n'importe quel piège idiot. Du coup, l'affrontement semblait inévitable mais avec un peu de chance, les deux types pourraient peut-être leur passer des infos... Du coup, le principal problème était de ne pas faire trop de grabuge, donc de ne pas se battre devant tout le monde. Et pour ça...

Sous son impulsion, le chat de gouttière bondit soudainement, saisissant le pendentif du gros entre ses crocs avant d'atterrir souplement par terre. Puis profitant de la surprise général, il courut vers Mara et bousculant sa cape, il choppa dans la foulée le foulard qu'elle laissait pendre à sa portée. La fillette fit un bruit de surprise juste après que la première victime ait lâché un feulement de colère, et ce dernier se rua dans la couloir par lequel le petit voleur s'enfuyait. Son compagnon resta un peu surpris, mais après quelques instants il partit à sa suite. La jeune fille, elle, se concentrait afin de limiter les tremblements de sa voix et se décida à chuchoter assez fort, afin de ne pas trop faire ressentir son âge:

"Mais suivez-le!"

Elle avait fait de son mieux pour prendre un ton autoritaire et espérait vraiment que les deux autres joueraient le jeu. Comme c'était parti, ils allaient devoir se battre et ça ne plaisait pas à la petite, mais tant qu'à faire, autant ne pas faire ça devant tout le monde et autant donner l'impression d'un sortie cohérente. Elle n'avait pas envie de rester toute seule ici, derrière, mais c'était bien plus logique que ses deux "subalternes" poursuivent le chat tacheté à sa place. Et franchement, déjà qu'elle n'était pas sure qu'ils aient beaucoup d'espace pour se battre, autant qu'ils ne l'aient pas en plus dans les pattes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Lun 14 Mar 2016 - 12:33


C'est la crise ! Si Corey avait très bien suivi sur mon ton, la situation n'en restait pas moins plus que délicate. Déjà que notre position était précaire, le supplément du malentendu n'arrangeait rien. Les deux gus ne lâchaient pas leur affaire, et il n'était pas question de laisser notre compagnon se faire embarquer sans rien dire. Mais bordel, que faire ... La force ? Non, pas comme ça, il fallait pouvoir éviter tout débordement; si l'on nous entendait, notre salut ne viendrait que d'un réveil inattendu mais pour une fois bienvenu. Je préférais ne jamais en devoir une au hasard, il avait la sale manie de la faire payer aux pires moments. Il nous fallait donc nous dépêtrer de cet imbroglio, à nous trois, alors que nous ne nous connaissions pas plus que cela.

Un cri outré me fit me retourner brusquement. Un des deux petits amis de Mara venait de sauter sur le gros gus, lui arrachant un peu de la richesse pendant insolemment à son cou, et sur la jeune fille, subtilisant je ne sais trop quoi (un morceau de tissu ?), et fila droit dans le passage qui nous intéressait. J'eus un léger temps de flottement, brisé par l'injonction sourde mais impérieuse de Mara. Si les circonstances n'étaient pas ce qu'elles étaient, je l'aurais presque embrassé tant elle venait, à mes yeux, de nous sauver. Une bonne distraction qui déplaçait l'animosité de nos personnes. Difficile de rêver meilleure diversion pour nous tirer d'un tel mauvais pas.

"Je m'en occupe."

Par là, je voulais signifier deux choses. La première était adressé aux chats des rêves; en tant que subalterne, il était de mon devoir d'attraper un voleur à la tire. La seconde était pour mes deux complices; je continuais à passer devant.

Le marchand avait déjà commencé à courir dans sa réserve, outré qu'on prenne ce chemin pour fuir. La victime du vol, oubliant bien vite ses velléités, n'avait pas vraiment attendu qu'on lui dise pour chercher à récupérer son bien, et courrait déjà à son rythme quelque peu empâté à sa poursuite. Je jetais un regard à Corey, tentant de lui communiquer mes intentions par ce regard, espérant que notre si bonne synchronisation pourrait continuer. Mon aura avait jailli à la première exclamation, et d'un bond je pris la suite du marchand, doublant le gras chat, Mara, et m'engouffrant de toute ma vitesse dans le couloir.

J'avais doublé le gros avant même d'arriver à l'entrée du couloir. Il ne me fut pas très compliqué de réduire la distance avec le marchand, qui malgré toute sa bonne volonté ne pouvait pas vraiment passer outre sa constitution assez ... peu vive, pour rester poli. La tentation de le plaquer au sol me vint, mais il était encore un peu trop tôt, à mon avis. Au lieu de ça, je sautais au dessus de lui, lui criant au passage.

"Hors du chemin !"

Il n'en tint pas vraiment compte, aussi je faillis lui tomber dessus. J'évitais un peu la catastrophe en me portant encore plus en avant, et manquait de m'étaler dans la foulée. Mais rien n'y paru, au final, mon mouvement resta fluide, et je ne marquais aucun arrêt. J'entendais derrière moi que tous commençaient à être dans l'espace réduit. Devant moi, le couloir s'élargissait momentanément, en une sorte de dépôt avec des caisses et ... quelques cages, en effet, de tailles modestes et contenus variés. Banco. L'endroit offrait trois issues (dont deux conduisaient à n'en pas douter à des caches analogues). Le chat de Mara s'était glissé entre des marchandises, coupant droit vers une des issues. Je supposais logiquement qu'il devait aller droit soit vers la sortie, soit vers où ce qui nous intéressait était. Je m'arrêtais, et me retournais pour voir un peu ce qui se passait derrière moi. Le marchand devrait arriver le premier, suivi normalement de Mara et Corey, ainsi que peut-être les deux énergumènes. Tout allait décidément bien vite.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 851
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1405
Honneur: 378
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mar 15 Mar 2016 - 16:55


Involontairement, Corey se figea lorsque la sentence tomba, ils n’avaient pas été assez convaincants et les deux gars avaient encore un doute. Voulant être sûrs de ne pas laisser filer le coupable éventuel, ils voulaient ramener l’héliophobe devant leur chef pour que ce soit lui qui tranche. Cette idée n’emballait pas du tout le jeune homme, même si il se savait innocent, il n’avait pas de temps à perdre ni de risque à prendre. Avec un peu de malchance, leur supérieur n’aurait pas envie de s’enquiquiner et le ferait tuer dans le doute, pour l’exemple. Il lui fallait donc trouver un moyen de refuser, sans cause du grabuge et sans gâcher toutes leurs chances avec le marchand. Il avait beau faire carburer son cerveau aucune solution miracle ne lui venait, il jeta un coup d’œil à JB mais ce dernier avait l’air aussi désemparé que lui. Il ne lui restait plus que l’affrontement, mais ils étaient presque sûrs d’attirer l’attention de tout le marché, surtout si il était contraint d’utiliser son pouvoir.

La solution vint d’un endroit inattendu, le chat de gouttière passa entre ses jambes et sauta sur le plus dodu des chats qui s’étaient plantés devant lui. Il lui arracha un pendentif richement orné qui devait valoir une petite fortune et commença à s’enfuir non sans voler une sorte de foulard à la blondinette. Le geek comprit qu’elle était derrière tout ça mais pas tout de suite quel était le but de la manœuvre. Pourquoi voler ainsi deux objets et s’enfuir avec ? Ce n’est que lorsque la première victime du larcin se mit à courir à la poursuite du félin, qu’il comprit, lorsque son amie se mit à crier, il réagit au quart de tour en répondant.

« Oui ! »

Il fallait qu’ils conservent leurs rôles, ils n’en n’auraient peut-être plus besoin mais si jamais il fallait y revenir, autant continuer de leur donner du crédit. Il fût devancer par l’autre voyageur, qui comme à son habitude pris les devants et s’engouffra à la poursuite du chat-pardeur, du marchand et de la victime féline. Il jeta un regard plein de sous-entendus à l’héliophobe qui crut en deviner la signification. Par instinct, Corey ne pressa pas le pas, il se mit à avancer, mimant une course effrénée mais en fait il aurait pu aller quatre fois plus vite et rattraper facilement le gros chat. Comme il s’y attendait, le grand chat s’élança à son tour pour rattraper son camarade et la créature qui avait osé les voler. En le dépassant le malfrat le poussa négligemment sur le côté, comme si il le gênait, Corey fit semblant de perdre l’équilibre et en profita pour tirer un peur sur la tunique du félin, pour le ralentir, faire en sorte que Mara puisse passer devant et prendre de l’avance. Son objectif était clair, ce grand benêt ne rattraperait jamais l’avant du peloton et il ne reviendrait pas sur ses pas non plus.

Il laissa le grand chat se lancer à la poursuite des autres, ce dernier accéléra en pestant contre ce satané voyageur qui venait de le retarder à cause de sa maladresse. Corey, qui pensait ne pas avoir trop de mal à tenir le rythme grâce à ses capacités de voyageur fût étonné de la longueur des foulée du félin humanoïde. Certes, sa grande taille laissait présager ce genre d’aptitude, mais l’héliophobe cru bien que le petit plan qu’il avait mis en place était soudainement voué à l’échec. Il chassa ses pensées parasite et se concentra sur sa tâche, ils venaient de passer un virage dans les boyaux de roche et désormais, on ne les voyait plus du marché et le son serait bien étouffé. Il fit alors appel à son pouvoir et se transforma en une silhouette lumineuse qui avala rapidement la distance qui le séparait du grand félidé. Il reprit sa consistance juste avant que le chat ne ralentisse, intrigué par le phénomène lumineux derrière lui, et le percuta de plein fouet. Ce n’était pas un beau plaquage digne d’une star du rugby ou du football américain, non c’était plus un corps lancé à pleine vitesse qui en rencontrait un qui allait moins vite. Les deux furent un peu sonnés par le choc et le matou mit quelques secondes à comprendre que le voyageur n’avait aucunement fait ça par accident. Il se redressa et sortit les griffes mais le geek se jeta à nouveau sur lui pour le projeter au sol et essayer de bourrer de coup de poings en ignorant la douleur provoquée par les griffes qui lacéraient son dos.

Corey avait cru qu’il allait rapidement mettre le grand échalas hors-jeu et qu’il pourrait alors rattraper les autres pour prêter main forte à JB et Mara. Malheureusement l’adversaire qu’il s’était choisi avait plus de répondant et il lui faudrait un petit moment pour en venir à bout, il espérait qu’il n’avait pas compromis leurs chances de se sortir de cette affaire sans trop de dégats.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 626
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 430
Renommée: 1167
Honneur: 214
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Jeu 17 Mar 2016 - 18:39
Mara s'autorisa finalement à respirer quand elle vit Jean-Baptiste s'engouffrer dans le tunnel. Mais il voulait dire quoi par "je m'en occupe"? Qu'il voulait y aller seul? Mais c'était dangereux, à tous les coups les deux autres gêneurs allaient y aller ensemble, il n'allait pas pouvoir gérer les deux d'un coup, si? Par contre, elle n'avait pas du tout imaginé que le gros marchand y aille aussi. Elle supposait vaguement qu'une fois les quatre forts partis, elle allait se retrouver toute seule dans un silence gênant avec le gros. Après, en y repensant, c'était logique qu'il y aille aussi si c'était sa réserve. Mais l'enfant fut encore plus désorientée quand elle entendit que Corey y allait aussi. Il avait pas compris que le premier Voyageur voulait s'en occuper?

À moins que... oh.

Oui, bien sûr, pour faire genre devant les autres. Il ne leur avait pas dit ça à eux, enfin si, il leur avait dit à eux, mais c'était pour envoyer un message aux autres chats. Espérait-elle très fort. Car sinon, ça voulait dire qu'elle était totalement passée à côté d'un signal ou d'un message, et cette idée avait le don de la mettre assez mal à l'aise.

Mais son attention fut rapidement détournée quand elle se rendit compte que le grand chat s'était aussi mis à courir derrière le Voyageur de lumière. Et que du coup elle était toute seule. Devant une dizaine de personnes qui avaient arrêté leurs conversations pour regarder la cause de l'animation. Elle sentit à peine la chatte blanche grimper sur son épaule, ajoutant certainement sa part au malaise ambiant.

Bon, heureusement qu'elle avait une capuche, car elle n'aurait pas su comment justifier le sourire extrêmement gêné qui s'était collé sur son visage.

Vu le brouhaha ambiant, la grande majorité des autres avait l'air de s'en contre-balancer, mais il était hors de question qu'elle reste ici tout seule comme une idiote. Improvisant de son mieux, faisant appel à toute ses images de leaders charismatiques dans les films qu'elle avait pu voir, elle posa une main sur sa hanche et soupira profondément, espérant se donner un air exaspéré. Et au fond d'elle, elle se concentrait pour générer une onde de confiance la plus convaincante possible. Si la plupart des observateurs arrêtaient de la regarder, les autres suivraient sans doute. N'est-ce pas?

Priant pour que personne ne la suive, elle marcha d'un pas résolu en direction du passage en libérant son onde et après avoir fait quelques pas dans le conduit, elle se mit à courir de toutes ses forces pour rattraper les autres, se dirigeant grâces aux bruits de pas. Plus rapidement qu'elle ne l'aurait pensé, elle dépassa Corey, agrippé au grand chat. Bon, ça c'était clair, il avait choisi son opposant. Lui lâchant un petit sourire d'encouragement, elle continua de courir sans même profiter de la sensation de vitesse, pressée par le temps et l'inquiétude tandis que sa petite compagne s'agrippait à sa cape.

Finalement, alors qu'elle s'approchait sensiblement du malfrat à qui elle avait volé le collier, ils débouchèrent dans un entrepôt vaguement éclairé d'où montait quelques grognements dénués de motivation. Se figeant, la fillette tourna la tête vers les quelques cages posées sur des caisses de marchandises. Elle n'osait pas s'en approcher, consciente de la présence des deux Créatures et du Voyageur, mais elle n'arrivait pas à détacher son attention du mouvement indéfinissable qui se dessinait à l'intérieur de la plus proche. Le poids du félin sur son épaule semblait presque la clouer au sol.

Finalement au prix d'un certain effort, laissant son camarade s'occuper du chat habillé en vert, elle les contourna et s'approcha des marchandises, tentant de distinguer quelle Créature y était enfermée. Avoir conscience de leur situation était une chose, mais le voir, l'animal enfermé dans une cage trop petite pour lui, démoralisé, ne parlant même pas... Elle sursauta presque en sentant une main griffue s'abattre sur son épaule tandis qu'une voix retentissait derrière elle:

"Hey, toi! T'approche pas de ça!"

Sursautant légèrement, la jeune fille baissa la main et projeta une onde de confiance sur son interlocuteur pour le calmer, mais quand il feula un violent: "Recule de là, peste!", elle comprit que son pouvoir n'allait plus marcher aussi facilement sur lui. Bon, comment se sortir d'une situation pareille? Y avait pas dix mille solutions: il fallait qu'elle maintienne son rôle. Mais sans son pouvoir et avec autant de charisme d'une enfant d'un mètre trente. Bon, d'accord, un mètre trente-cinq. Mais quand même, ça lui faisait toujours une tête de moins que le chat. Sinon, y avait aussi la possibilité du réveil miracle ou de l'intervention miracle de l'un de ses amis.

Se retournant vivement vers le gros marchand, elle commença vainement à chercher ses mots pour tenter un bluff quelconque, un mensonge capable de l'impressionner, quelque chose! Mais heureusement pour elle, le type prit la parole pour l’engueuler sauvagement, laissant plus de temps à son cerveau pour carburer.

"Mais qu'est-ce que vous avez vous trois? Vous êtes tarés? Vous cherchez des emmerdes à la Griffe Verte, vous prenez votre air mystérieux à la con pour marchander, et vous allez dans MA réserve comme ça! Comme si de rien n'était! Non mais vous vous croyez où? Chez vous? Parce que c'est vos rêves vous avez le droit, c'est ça? Bande de cons, je savais qu'on aurait pas dû laisser des Voyageurs venir, même s'ils ont les thunes, ils ramènent toujours des emmerdes!"

C'était fou comme elle était indifférente aux inconnus qui la disputaient, alors que dès qu'un prof ou l'un de ses parents haussait le ton, elle ne savait plus où se mettre. Enfin, elle avait profité de cet interlude et du petit silence qui suivit pour s'imaginer un moyen de reprendre son rôle, même si elle n'avait pas écouté un mot. C'était assez simple, il fallait qu'elle garde une gestuelle confiante, croiser ses bras serait bien, et qu'elle garde une voix posée. Et peut-être qu'en proposant de faire affaire à partir de ce qu'elle avait vu, elle pourrait l'intéresser... Elle n'avait pas trop de difficultés à imaginer un meilleur pouvoir que son vrai pour l'impressionner, tant elle avait passé de temps à y réfléchir.

Elle se voyait bien lui dire que les animaux qu'elle domestiquait pouvait grossir énormément et devenir des monstres, mais qu'elle avait la flemme de le faire dans un espace aussi étroit. Dire à la blanche de le fixer dans les yeux devrait aussi le mettre mal à l'aise. Peut-être qu'en sous-entendant qu'elle cherchait la meilleure qualité pour son pouvoir devrait inciter le marchand à lui indiquer d'autres fournisseurs... Et s'il commençait à rouspéter, lui rappeler qu'ils était des Voyageurs devrait le calmer. C'était drôle de remarquer comment les Voyageurs étaient souvent bien plus forts que les Créatures normales.

Enfin, soupirant pour se donner une contenance, la fillette croisa les bras, ignorant les tremblements de sa jambe droite. Disant mentalement à la chatte sur son épaule de se redresser et de fixer le gros en face, elle se concentra pour rendre la voix la plus calme et posée possible et dit:

"De c'que j'ai vu, nous pourrons p't'être faire affaire..."

Bon, au delà du fait qu'elle avait mangé la moitié de ses mots, fallait croire que pour elle, la voix "la plus calme et posée possible" était "trois octaves au dessus de son ton habituel". Bon, tant pis, pensa-t-elle alors que ses ongles s'enfonçaient de nervosité dans ses avant-bras, y avait plus qu'à prier pour que n'importe qui l'aide. Ou qu'elle se réveille. Les deux options étant assez tentantes. Tout pour mettre fin à ce malaise qui régnait. Tout pour lui donner une occasion de fuir en courant. Elle aurait dû rester avec Corey pour l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mer 23 Mar 2016 - 17:36

Le premier à arriver fut le gros voyou, un rien essoufflé. Il m'invectiva avec virulence, mais je l'ignorais sur l'instant. A peine derrière lui, le marchand, puis Mara. Ni Corey ni le grand échalas ne se montraient. Très bien très bien. Enfin, j'espérais, mais je ne pouvais pas prendre l'info autrement. Son comparse était bien là, lui, et méchamment en rogne. Je restais toujours sourd à ses imprécations, en jetant quelques regards rapides à l'environnement. Pour ce que je comptais cela risquait de compter ... Et plus qu'un peu. L'instant était plus tendu que jamais, pour moi.

Je me décalais un peu de ma position, faisant fuir un peu plus loin le chat de gouttière, toujours avec son larcin, et approcher celui qui allait être ma cible. Mara occupait très bien le marchand (ou plutôt le marchand occupait Mara), et cela m'allait parfaitement. Restait donc ce qui était à ma portée. D'où je me trouvais, je pouvais voir du coin de l'oeil se recroqueviller entre les caisses le petit complice, et le gros truand aller vers ma personne, l'air plus impatient que jamais. Je me retournais comme pour chercher, l'air excédé, tentant facticement de choper le fuyard en écartant tout entre lui et moi.

"Compliqué d'attraper un petit voleur là dedans."

Sans trop m'en rendre compte j'avais laissé mon aura rester autour de moi, et elle m'imprégnait fortement. Derrière, le marchand semblait plus qu'énervé que nous ayons envahi ainsi son espace de stockage, mais ses vitupérations ne m'intéressaient pas. Je n'étais en outre pas le premier visé. Contrairement au dernier ordre qui me fut jeté. Je ne compris pas vraiment ce qu'il disait, je compris simplement son intention. Alors qu'il me passait à coté, me poussant au passage sans ménagement, je passais à l'action.

Ce que je comptais faire, c'était le mettre hors d'état le plus rapidement possible. Pour ce que nous voulions faire, il était impératif d'éviter que tout obstacle puisse faire réellement barrage à nos plans. En l'occurrence, empêcher ces chats de nous nuire, par tous les moyens. Ici, tenter un knock-out violent mais efficace. Au lieu de vraiment m'écarter, je l'attrapais au passage, passant mon bras à la diable au niveau se sa nuque, et transformais mon mouvement décalé en croche pieds (ou plutôt pattes), en accentuant le mouvement pour le faire tomber. Le résultat fut plus que mitigé.

La surprise avait plutôt bien fonctionné. Je soupçonnais le bougre d'être bien trop obnubilé  par son bien, à en oublier toute "conscience professionnelle". Son corps céda, pas facilement, mais céda tout de même. A peine cependant commençait-il à chuter que sa surprise disparaissait. Il tenta de s'accrocher à moi et m'entraîner dans la chute. Ma prise me désavantageait quelque peu, à ce niveau, je m'en doutais un peu. Mais j'avais couru ce risque sur une hypothèse qui selon moi se tenait.

Alors que ses griffes m’agrippaient dans l'action, je resserrais sauvagement mon bras, tentant d'écraser la peau de son cou, en espérant que cela puisse restreindre ses mouvements, comme on le ferait sur un vrai chat. C'était très con comme raisonnement, mais la logique me semblait tout de même plus que viable; puis il fallait bien tenter ! La seule chose à laquelle je faisais attention, c'était ça : le mettre k.o, et vite.

En me retrouvant par terre avec lui, j'eus l'impression que ma tentative avait marché. En vision tunnel complète, je me repositionnais confusément, heurtant violemment les cages alentour, pour me trouver au dessus de lui. Les griffes de sa patte droite étaient quelque part sur mon thorax, son autre bras coincé sous lui.  Les miens entouraient de plus en plus son cou, me mettant ainsi plus ou moins collé à son dos. Me contorsionnant avec énergie, je parvenais à une pris qui me paru sur l'instant satisfaisante, et effectuait une torsion brutale. L'instant d'après le gras matou se ramollissait sous moi. J'achevais ma lutte en relevant mes bras pour asséner mes deux coudes dans sa nuque, produisant un petit bruit froissé, et mettant fin à ma lancée. Mon aura se dissipa, mon expiration se terminant.

Dans ces moments d'activité intense ininterrompue, j'oubliais toujours que la chose ne prenait que quelques secondes tout au plus. Prenant une longue inspiration, j'essayais de sortir un peu de cette urgence de pensée, pour voir un peu ce qu'il en était vraiment. J'étais comme assis sur ma cible, pour le moins ramollie, et nous étions entre des cages renversées et une caisse. Plus préoccupant cependant, mon ventre commençait à me piquer avec virulence; il était blessé, apparemment, où les griffes s'étaient accrochées. Et enfoncées, de manière relativement superficielle (merci à ma chemise) mais tout de même.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 851
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1405
Honneur: 378
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mer 30 Mar 2016 - 13:14


Son adversaire était coriace, il semblait bien décidé à vendre chèrement sa peau, il était hors de question qu’il fasse honte à la griffe verte. Le chat parvint, à force de ruade, à passer un genou entre le voyageur qui l’enserrait et lui, il put ainsi le projeter loin de lui et se redresser. Corey était tout aussi décidé à ne pas perdre cet affrontement, s’il laissait ce grand brigand rattraper son camarade ils risquaient de causer des problèmes à Jean-Baptiste et Mara. Les deux adversaires se tournèrent donc autour en s’étudiant du regard, ce fut le félin qui passa à l’attaque en premier, griffes dehors et profitant de son allonge il était clair qu’il voulait en finir rapidement. C’était le genre d’adversaire contre lesquels l’héliophobe avait du mal, surtout dans un espace aussi restreint. Entre la vivacité de cet adversaire et son physique assez peu conventionnel, il avait peur de se faire surprendre.

** Surtout ne pas le sous-estimer… ** S’invectiva-t-il mentalement en attendant le bon moment.

Il ne fallait surtout pas qu’il pêche par excès de confiance comme ça avait failli lui arriver à plusieurs reprises ces derniers temps. Il laissa le félin arriver presque à portée de ses longs bras, et il lui expédia un faisceau lumineux dans le visage à l’aide de sa paume. Déstabilisé, son adversaire voulu interrompre son assaut et battre en retraite le temps de reprendre ses esprits mais c’était sans compter sur le contrôleur qui n’avait aucunement l’intention de le laisser faire. Le voyageur savait que c’était sur ce genre de contre-attaque qu’un affrontement long et douloureux pouvait se transformer en victoire facile et rapide. Juste après avoir émis son flash lumineux, il se laissa presque tomber sur place, amortissant la chute avec ses mains et propulsa sa jambe droite en avant dans l’espoir d’une balayette dévastatrice. Il toucha bien l’un des appuis du chat mais ça ne suffit pas à le faire chuter, par contre, ça l’empêcha de se propulser en arrière pour se mettre hors de portée du voyageur. Ainsi au sol, le geek ne pouvait pas enchainer avec une nouvelle attaque au corps à corps, il se laissa tomber, dos au sol, et se mit à mimer un revolver avec ses deux mains. Il ajusta la visée au centre du torse de son adversaire pour qui, cette fois, la taille allait être un désavantage. L’autre reprit ses esprits mais c’était déjà trop tard, Corey lui décocha un rayon droit dans le torse, le propulsant légèrement en arrière.

Satisfait, le voyageur commença à se redresser, puis il se tourna vers l’endroit la suite du chemin, espérant que ses alliés du jour s’en étaient sortis aussi facilement que lui. Persuadé d’en avoir fini avec le grand chat, il ne le vit pas se redresser discrètement ni s’approcher de lui à pas de velours. Ce n’est que par acquis de conscience qu’il se retourna pour voir arriver le coup de pied latéral du félin qui le cueillit en pleine mâchoire et l’envoya valser contre le mur. Ce n’était pas la première fois qu’il pêchait par excès de confiance et ce n’était probablement pas la dernière, peut-être qu’à force de prendre des coups ça finirait par rentrer. Il fallait croire que les tenues des membres de la griffe verte étaient plus résistantes qu’elles en avaient l’air, même si le chat était bien touché, il n’était pas aussi blessé que ce que l’héliophobe l’avait cru. Sonné par cette attaque surprise, il n’eut pas le temps de se redresser avant que son adversaire soit sur lui, malgré la vitesse diminuée par les blessures de ce dernier. Le chat commença à le bourrer de coups de pied afin de garder l’avantage et de ne pas le laisser se remettre sur ses appuis. Mais Corey puisa dans ses réserves de lucidité pour se forcer à l’action, ne pas se laisser malmener ainsi. Il attendit le bon moment, ignorant la douleur, et agrippa fermement la patte de l’hybride qui s’acharnait sur lui. Déstabilisé, son adversaire voulu changer d’appui mais le voyageur fit bouger le pied qu’il avait attrapé, l’empêchant d’assurer sa stabilité.

Le contrôleur profita du moment d’hésitation de son adversaire pour se redresser, enserrant toujours fermement le membre antérieur du félin qui commençait à se demander comment il allait se débarrasser de cette prise. Il se mit à essayer de griffer le jeune homme pour le faire lâcher, mais ce dernier se servait de sa propre jambe pour le tenir à distance. Une fois debout et ayant repris ses esprits, le geek passa à l’attaque. Se servant de la jambe qu’il tenait en main pour empêcher son adversaire de s’écarter, il lui mit une balayette dans l’autre pour lui faire perdre l’équilibre. Alors que son adversaire commençait à tomber, il amorça un mouvement de rotation avec le haut de son corps et banda ses muscles, maigres mais efficace dans ce monde, pour faire suivre le corps de son ennemi. Après lui avoir fait décrire un arc de cercle presque complet, il lui fracassa la tête contre la paroi de la grotte, à l’endroit même où lui-même avait atterri quelques secondes auparavant. Au vu du son sourd que venait de produire la boite crânienne du malheureux en heurtant la roche, il était sûr que cette fois il ne se relèverait pas de sitôt.

Par acquis de conscience il attendit quelques secondes pour voir si le membre de la griffe verte ne lui jouait pas un autre tour, puis il reprit son chemin. Il réajusta ses vêtements et essuya le coin de sa lèvre qui avait éclaté à cause d’un coup de pied, essayant de masquer les traces du combat. Il arriva bientôt vers Mara en pleine discussion avec le gros marchand. Il s’approcha de la jeune voyageuse et se pencha à son épaule comme précédemment.

« Je me suis occupé du grand… »

Il ne savait pas si le commerçant croyait encore leur petit numéro, mais autant rester dans le rôle.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Aujourd'hui à 12:36
Revenir en haut Aller en bas

Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Royaume des Chats-