Haut
Bas

Partagez|

Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Dim 23 Aoû 2015 - 0:09

Si la résolution de Mara fut longue à prendre, sa mise à l'épreuve fut rapide. À peine le chat brun eut-il fini sa phrase et détourné la tête, que la fillette entendit Jean-Baptiste qui arrivait en appelant son nom. Rougissant de gêne, elle se tourna vers lui et rentra la tête entre les épaules quand il s'accroupit. Le nez caché par son nouveau col, elle l'écouta parler avec malaise, à la fois embêtée qu'il s'excuse de sa petite crise, et soulagée de ne pas se sentir la seule fautive.

C'est vrai que comme il le disait il avait été un peu brusque, mais dans un sens, l'enfant repensa à sa propre immaturité. Un adulte aurait sans doute réagit différemment. Et puis dans l'ensemble, il avait eu raison dans ce qu'il avait dit. Il avait fait ce que la fillette voulait que tout le monde fasse: ne pas la traiter comme une gamine. Et du coup, elle s'en voulait pas mal. Enfin, il s'était excusé et elle, ça se lisait sur son visage qu'elle s'en voulait. Peut-être qu'on pouvait dire que l'incident était clos, non?

Mais Corey, qui s'avérait être arrivé depuis quelques instants, en rajouta une petite couche en annonçant qu'il ne pensait pas à mal, ce à quoi la jeune fille se contenta acquiescer. Elle savait qu'elle devait dire quelque chose, mais la nervosité la forçait à chercher ses mots en grattant sa main brûlée. Finalement elle releva les yeux, sortant sa bouche de l'abri de sa cape, et dit avec hésitation:

"Je... Je suis désolée d'avoir réagi comme ça aussi... Je... Y a plusieurs trucs qui font que j'ai vraiment peur quand on me parle de... de... de groupe qui veulent du mal, on va dire... Et puis, je savais que vous aviez raison et moi pas, et ça me faisait sentir mal... Je crois que c'est pour ça que j'suis partie. Puis j'crois que je voulais une nuit calme pour une fois, mais de toutes façons, j'aurais trop de remords pour ça maintenant. Du coup... je vais vous aider... Mais on pourra... "oublier" ce qu'il s'est passé? S'il vous plait? Pas trop envie d'en parler..."

*Mmmh, c'était brouillon mais sympathique!*

Mara lança un regard vexé à la chatte qui la fixait d'un air moqueur. Après avoir écouté les réactions des Voyageurs, elle soupira un peu pour évacuer sa tension et se tourna vers le chat de gouttière qui passait inlassablement sa patte humide sur son oreille, lui tournant le dos. Se raclant la gorge pour attirer son attention, elle lui demanda:

"Dis, on va essayer d'y aller finalement. Du coup, tu saurais par où passer pour rejoindre les égouts, là où y a le trafic dont tu parlais?"

Il hésita un peu avant de répondre, semblant réfléchir.

*Pour aller en bas c'est tranquille, n'importe quelle plaque suffit. Après, trouver le marché noir est un peu plus galère, mais j'connais le coin.*

*Humpf, racaille.*

*Par contre, si vous avez la foi d'arrêter le trafic, alors faut trouver leur planque, et c'est déjà moins posé, vu qu'ils se cachent. Je s'rais pas surpris qu'ils aient un accès à la surface, genre une piaule. T'as toujours quelques glandus qui les soutiennent. Donc le truc pour descendre, c'est que je connais un chemin, mais faut pas être grand pour y accéder. Même toi gamine, je pense que tu seras un peu juste. Pour rentrer quand t'es normal, faut passer par des bâtiments en surface, des repères à salauds. Ils sont pas trop sélectifs sur ceux qu'y accueillent vu qu'y sont protégés par des pontes. Ton pote au regard chelou et l'autre avec sa gueule de délinquant, ils devraient pouvoir passer, mais toi j'promets rien.*

Au fur et à mesure de ses paroles, Mara répétait ce qu'il disait aux Voyageurs, éclipsant les gros mots mais répétant ceux qu'elle ne comprenait pas, comme "ponte". Elle ne voulait pas faire une stupide bourde en changeant le sens d'une phrase. Elle fut un peu surprise d'entendre la femelle prendre la parole alors que le matou hésitait:

*Je pense connaître l'un de ces "repères à salauds", comme vous le dites. Ce n'est pas très loin du marché, en zone résidentielle. Il me semble qu'il s'agisse d'un bar à alcool où d'une auberge, et l'endroit ne semble guère suffisamment spacieux pour accueillir toute la population qui y pénètre.*

*Mouais,* renchérit le brun, *ça se tiendrait comme endroit. Mais pour chopper leur vrai planque, ça va être plus chiant, faudra trouver des infos. Du coup, vous allez faire quoi?*

Finissant de faire écho à cette question, Mara leva les yeux vers les deux adultes, caressant machinalement la doublure de son nouveau vêtement. Elle ne voyait pas comment elle pourrait entrer par ce bar, donc si elle devait rejoindre les égouts, elle suivrait sans doute le chat. Après tout, c'était pas la première fois qu'elle se baladait dans les sous-sols d'une ville. À voir aussi si sa cape lui permettait de passer pour un chat du Royaume, même si elle en doutait. Et pour trouver des infos sur le gang, elle n'avait pas la moindre idée de comment faire, quelles questions poser à qui, et tout ça. Et même si l'éventualité de servir d'appât aux méchants avait traversé son esprit, elle préféra l'oublier, pour ne la ressortir qu'en tout dernier recours.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mer 26 Aoû 2015 - 13:09

Elle ne me regardais pas, se recroquevillant des les plis de son habit neuf. J'étais penché devant elle, tentant de capter son regard, sans grand succès. Corey nous rejoignit, mais je l'écoutais à peine. Mes yeux, avec une douce insistance, cherchaient ceux de Mara, sans relâche. Je sentais à sa position que mes mots étaient bien entendus, qu'elle avait eu sa petite réflexion sur le sujet, pendant sa courte escapade. Alors qu'elle relevait les yeux, je fus brutalement attiré par quelque chose sur l'étal derrière elle. Je mis en sourdine mon intérêt soudain, alors que Mara levait enfin les yeux.

Je l'écoutais, faisant un grand effort pour ne pas me laisser emporter vers l'objet de mon désir qui m'appelait presque, à quelques mètres à peine. Ses excuses brouillonnes me firent un peu sourire, tant c'était attendrissant. J’acquiesçais machinalement, me redressant. Elle interpellait les chats, leur extorquant des informations. Le chat de gouttière se lança dans un long concert de miaulements, que Mara nous traduisit au fur et à mesure, avec un phrasé qui n'était pas trop le sien. J'étais assez attentif à ce qu'elle nous transmettait. Oh, un bar ... Si nous devions recueillir des informations de force, Mara allait nous être utile, et moi et Corey étions sans doute une protection suffisante pour elle et nous-même. En tout cas, tant que nous restions en surface. J'avais peur que nous nous embarquions dans quelque chose de gros. Mais pour le moment, j'avais une idée bien précise en tête, et je ne saurais souffrir de ne pas l'accomplir. Je me dirigeais vers l'étal derrière Mara, alors qu'elle nous transmettait la question des deux chats.

"Y aller, je suppose, ou sinon tu serais toute seule à entrer dans leur repère, Mara. J'ai peur d'avoir une carcasse trop grande pour me mouvoir dans les boyaux étroits, si le sieur félin te trouve un peu juste pour. Le bar est une bonne solution, d'autant que toi, Mara sera très utile pour soutirer des informations aux chat cauchemars. Mais tout de suite, si vous voulez bien m'excuser ..."

Je sautais presque jusqu'au marchand, qui me jeta un regard à moitié surpris, mais indéniablement teinté d'un air matois. Je regardais rapidement tout ce qu'il proposait. Je devais bien admettre qu'il avait à sa disposition une gamme de vêtements assez variée. Tissu, fourrure, cuir, la plupart des objets qu'il vendaient étaient assez esthétiques et bigarrés. Sur un mannequin sommaire de bois, cependant, flottait doucement au vent ce que je voulais. Une sorte d'écharpe ou d'étole, difficilement définissable de par sa texture et son aspect très éthéré. Il était presque possible de voir à travers, et sa forme était aussi indécise et vaporeuse qu'une langue de brouillard. Une écharpe de brume, tout simplement, d'un gris très clair. Alors que je tendais la main vers elle, elle se colora d'une teinte un rien plus sombre.

"Je vois que vous êtes intéressés par cette production du Royaume des Nuages ! Elle parait fragile, mais ne vous y fiez pas, sa matière est très résistante, et se renouvellera rapidement si elle est abîmée. Vous êtes un Voyageur, je le vois bien, et pas n'importe lequel ! Une telle écharpe n'est pas au goût du vulgaire, certes non ! Ce genre d'excentricité exige une "Assez de circonvolutions flatteuses, dites moi plutôt le prix."

Il ne formalisa nullement de mon interruption, et se pencha sur moi, alors que plantais mes deux yeux dans les siens. Pas impressionnable pour un sou, le marchand. Il avait l'aplomb tranquille et insolent dans le regard de n'importe quel félin dans son élément.

"Comme je l'ai dit, c'est une production d'importation, une pièce délicate et spéciale qui plus est ! La matière est d'une difficulté à stabiliser en artefact, vous n'imaginez pas ! C'est pourquoi son prix est à la hauteur de sa qualité : 75 EV."

Je lui fis un demi sourire, tout sauf conciliant. J'allais me faire rouler de toute manière, je le sentais, je ne le sentais que trop, même. Mais je connaissais la manière dont les choses se passaient dans ce genre d'échange. Le prix se faisait surtout à la tête du client, et le marchandage à son opiniâtreté.

"Vous devez me prendre pour un crétin, je suppose ? Ce genre de prix n'est pas acceptable, ni même envisageable pour un vêtement de cet acabit. Même le tiers me parait trop; 25 EV, c'est déjà beaucoup."

"Oh, mais c'est vous qui me prenez pour un crétin ! Que croyez vous, que je ne sais pas de quoi je parle ? 60 EV, c'est ma dernière offre."

"Non, décidément, vous êtes à la limite du mépris ... 30 EV."

J'eus droit à un regard sombre.

"50 EV, et ne vous avisez pas de discuter à nouveau, ou je rompt toute possibilité d'échange avec vous."

Il était tenace, le bougre, et sa menace, bien qu'un peu improbable, toucha juste, bien malgré moi. Je voulais cette écharpe de brume, mais mon budget était aussi maigre que ma personne ou presque. Je jouais le jeu jusqu'au bout, concédant plus que je n'envisageais.

"Oh, vraiment ? Cela me parait encore trop cher ... 45 EV, alors ? Je suis sûr que cela vous laisse une marge très confortable, et c'est encore trop cher pour ce que c'est."

Il hésita, me regardant d'un air faussement outré. Je restais de marbre, préparant mon essence de vie avec calme. Finalement, il alla décrocher la merveille, la plia soigneusement, me la tendit avec sécheresse d'une patte, l'autre grande ouverte, péremptoire. Je lâchais avec une pointe de regret mes trop rares deniers, empochant mon vêtement avec une satisfaction si profonde qu'elle m'alarma. Je tournais les talons sans un mot, et rejoignit les autres, rangeant mon acquisition sous mon manteau. Si j'allais me compromettre dans un endroit dangereux, je préférais ne pas porter un signe distinctif de plus. J'étais déjà trop visible à mon goût, dans ces cas-là. Rejoignant les deux autres avec prestesse, je m'excusais avec un sourire désolé.

"Je suis navré, mais j'avais vraiment envie de cela. Mais bref !Vous avez déjà connaissance de mon avis sur ta question, Mara. Je pense que la solution est à trouver dans ce fameux bar. Et vous, qu'en pensez vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Lun 14 Sep 2015 - 17:16

Corey écouta patiemment la traduction que Mara leur livrait de sa conversation avec les deux chats, il était décidément de plus en plus surprit par l’utilité du pouvoir de la jeune fille. Il se souvint qu’au début, il l’avait trouvé un peu inutile, mais il n’en n’avait pas encore cerné toutes les possibilités. Pouvoir s’attirer la sympathie et la coopération des différentes créatures qui parcourent Dreamland était un avantage incroyable. Même si pour l’instant son amie était limitée à certaines créatures, plus petite qu’elle, il ne doutait pas qu’à terme elle pourrait facilement se retrouver à la tête d’une meute de loups cauchemar ou quelque chose du même genre. Il était heureux que la jeune fille passe l’éponge sur leur petite brouille tout en reconnaissant ses torts, il se doutait que ce n’était pas forcément évident.

Sitôt la petite discussion entre la blondinette et les félins terminée, le chevelu donna son avis avant de rapidement s’éclipser vers un étal voisin. Corey se demanda ce qu’il lui avait pris de se lancer dans cet achat au beau milieu d’une discussion mais après tout ça laissait à l’héliophobe le temps de réfléchir à leurs diverses options qui n’étaient pas très nombreuses en fin de compte. Soit ils laissaient la jeune voyageuse se débrouiller en espérant qu’elle fasse le plus gros du travail et revienne les chercher, soit ils partaient à la pêche aux infos dans un bar louche qui servait probablement d’entrée au marché noir. L’idée de laisser la jeune fille livrée à elle-même ne l’emballait pas du tout, au moindre problème elle risquait gros et ils ne pourraient rien faire pour l’aider. Restait donc le bar même si cette hypothèse n’emballait pas le geek plus que ça, c’était le genre d’exercice pour lequel il n’était pas vraiment doué. Entre son visage lisse et sa tenue complètement décalée, il ne manquait jamais de faire tâche dans ce genre d’établissement. Dès son entrée il attirerait probablement la méfiance mais peut être que ce serait un moyen de détourner l’attention de ses camarades s’ils ne se pointaient pas tout en même temps.

« Va pour le bar alors… » Dit-il lorsque JB revint avec son achat un peu étrange. « Par contre vous voulez la jouer comment ? On reste ensembles ou on fait comme si on ne se connaissait pas pour garder l’effet de surprise. » Il regarda ses pieds nus, son pyjama, puis la gamine à la capuche aux oreilles félines, puis l’autre voyageur et son écharpe intrigante. « Parce que je ne sais pas trop si notre petit groupe inspirera confiance et donnera envie de parler… »

Il espérait que ses paroles ne soit pas mal interprétées il savait être le principal problème, dans cet accoutrement il n’était ni intimidant, ni impressionnant pas même intriguant. Il ne voulait surtout pas compliquer la tâche de ses amis, elle serait suffisamment dure comme ça. Il envisagea d’acheter d’autre vêtements, il en avait les moyens après tout, mais le temps d’en trouver des corrects, les trafiquants seraient peut-être déjà loin, il n’avait pas vraiment envie de prendre ce risque.

« Ou vous avez d’autres idées pour qu’on ait rapidement les infos qu’il nous faut ?»

Il emboita le pas des félins qui avaient commencé à guider le trio vers le lieu qu’ils venaient de décrire, il espérait que tout se passerait bien et qu’ils apprendraient vite le moyen de trouver les criminels qu’il recherchait. L’idée que quelque part, probablement sous leurs pieds, des créatures des rêves attendaient, enchainées, d’être vendues au plus offrant le révoltait. Il savait qu’il valait mieux qu’il reste calme et réfléchis, mais il avait du mal à garder la tête froide à l’évocation des malheureuses victimes et de leurs familles. Il s’était déjà fait avoir en sous-estimant un criminel, il ne voulait pas recommencer.

« Le plus important ce serait de trouver les esclaves, il faut espérer qu’ils ne les ont pas planqués quelque part. »

Il espérait qu’ils apprendraient tout ce qu’il faut dans cette auberge.



__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mar 15 Sep 2015 - 21:33
L'enfant était soulagée que l'histoire de sa crise s'arrête là. Ça lui libérait l'esprit et elle ressentait une certaine reconnaissance à leur égard. Ne serait-ce que pour ce fait tout simple, elle se sentait plus à l'aise avec eux, se disant qu'elle pourrait leur faire confiance. Peut-être était-ce une énième preuve de sa naïveté, mais Mara s'en moquait, convaincue que ses sentiments étaient parfaitement justifiés.

Elle fut malgré tout surprise de la réaction de Jean-Baptiste, alors qu'il quittait d'un coup la conversation pour aller discuter avec un marchand. Elle le fut encore plus quand il revint en rangeant un achat. C'était drôle, à sa tête, elle ne l'aurait pas du tout imaginé comme ça.

Ce détail passé, il sembla finalement évident que tout le monde s'accordait à vouloir passer par le bar. Pendant un instant, la possibilité de passer par les égouts alors que les deux hommes prenaient l'entrée normal effleura son esprit, mais elle se reprit très vite. Elle n'était pas du tout sûre de pouvoir les retrouver une fois sous terre, même avec l'aide des chats. Sans oublier la possibilité de se retrouver le nez en plein dans les ennuis, ce qui n'allaient pas manquer.

Alors que Corey commençait à envisager les possibilités d'arrivée, la fillette se mit à réfléchir. Est-ce que c'était vraiment une bonne idée de donner l'impression qu'on était seul? Au delà de la possibilité de passer pour des proies faciles, il faudrait entrer chacun son tour avec un peu d'intervalle pour donner cette illusion. Donc forcément, le premier à entrer serait seul pendant un moment... Elle ne pouvait pas s'empêcher d'imaginer ce bar comme ceux des Westerns que ses parents lui avaient montré. Un truc glauque avec des gens en train de boire, jouer ou fumer, fixant méchamment les nouveaux...

Et puis, il avait raison, leurs apparences étaient bizarres. Enfin, surtout celle de Corey, car les Voyageurs habillés comme ça, c'était vraiment rare. En même temps, ceux de sa propre taille n'étaient pas discrets non plus. Et un coup d’œil au dernier membre de leur trio acheva de la convaincre: il avait un truc, dans sa posture ou quelque chose, un truc qui le faisait se démarquer un peu... Mais elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus, vu que sa tenue générale était pas plus originale que certains trucs qu'elle avait pu voir. Mmh, bizarre.

Soudain, alors que le Voyageur de lumière leur demandait s'ils avaient d'autres idées, sa phrase précédente frappa Mara. Inspirer confiance aux gens. Quelle cruche, alors que son pouvoir avait enfin une vraie utilité, elle l'oubliait. Elle acquiesça sans vraiment y penser quand la chatte demanda s'ils voulaient voir le bar en question, et plutôt que de suivre la tâche blanche qui se faufilait dans la foule, elle calqua son pas sur celui de Corey et replongea dans ses pensées.

Comment faire, comment faire... En groupe? Chacun pour soi? D'un côté, les gens pourraient se sentir menacés, mais l'autre était presque louche aussi: des Voyageurs qui arrivent presque en même temps dans un endroit pour les Créatures... En soi, elle imaginait qu'il lui suffisait d'utiliser son pouvoir pour convaincre les gens de leur répondre et de ne pas attaquer, mais après, pour demander quoi? Où étaient les esclaves? Pour peu qu'ils aient la chance de tomber sur quelqu'un qui leur dise, quelqu'un d'autre allait à coup sûr prévenir les trafiquants, et ça aura servit à rien, à part attirer l'attention.

Alors demander où était l'accès au marché noir? Plus probable d'avoir une réponse, mais s'ils le disaient à une personne et que trois débarquent, ça ferait louche, non? Alors c'était vrai que dans un marché noir, tout le monde était louche, mais paraître suspect pour des gens comme eux c'était sans doute pas bon signe, n'est-ce pas... Car en même temps trois Voyageurs comme eux qui débarquent et demandent l'entrée, ça ferait vraiment trop "on vient pas pour les affaires"... La jeune Voyageuse leva la tête vers ses deux aînés. Peut-être... Et s'ils essayaient de passer tous les deux pour des amis qui voulaient découvrir cette autre face de Dreamland? C'était un peu bizarre vu qu'ils étaient vachement différents, mais en même temps, c'était le monde des rêves... Et puis dans un sens, deux Voyageurs adultes, c'était plutôt normal, c'était sa présence à elle, gamine de 11 ans, qui serait bizarre. Du coup, peut-être qu'elle pourrait essayer de se faire passer pour un chat? De dos, avec sa capuche, sa irait, non? Et puis, son pouvoir lui éviterait de se faire embêter, c'était un simple bar après tout. Mais comment s'incruster si les deux trouvaient l'entrée? ...

Hu... Elle trouvera un moyen plus tard.

Profitant du fait qu'ils quittaient enfin les rues les plus fréquentées pour entrer dans le quartier résidentiel, toujours à la suite de leur guide blanc, la fillette partagea sa dernière idée avec les autres, tentant de se justifier plus ou moins habilement. Maintenant qu'elle le disait à voix haute, ça lui paraissait vraiment idiot. Il faudrait qu'ils n'entrent pas en même temps, mais alors qui rentrerait en premier? Qui attendrait dehors? Mal à l'aise, elle leur lança un coup d’œil anxieux, espérant qu'ils la rassurent ou trouvent un moyen d'arranger ce semblant de plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mer 16 Sep 2015 - 18:25

Corey soulevait un point pertinent. Nous avions une touche pour le moins reconnaissable, malgré le bigarré prononcé de Dreamland. Lui, surtout, était le genre d'apparition que l'on ne manquait pas. Il était à la fois coquasse et marquant. Mara était elle aussi assez visible, tout comme moi. A nous trois, nous formions une groupe qui ne manquerait certainement pas d'être remarqué. Je les suivais, alors que nous nous dirigions vers cette fameuse auberge, progressant dans les rues. Oui, point pertinent. Je me le murmurais à moi-même, l'écoutant. Tout cela était agréablement sérieux, à mon goût. Trop pour Mara, assez pour Corey. Satisfaisant, vraiment. Mais cette touche plaisante à mon goût ne devait pas me laisser me reposer sur des lauriers qui n'étaient pas, au contraire. Je m'activais intellectuellement.

Quelles étaient nos options, en l'occurrence ? Mara avait un don très, très utile pour extorquer les informations dont nous aurions besoin, j'en étais presque sûr. A moins que certaines conditions spécifiques soient nécessaire à ses dons de parole et persuasion, mais elle pourra nous le dire. Dans tous les cas, elle était notre pivot d'action. Je n'avais strictement aucune idée de ce dont Corey était capable, et nous allions devoir changer ça au plus vite. Il devait néanmoins savoir se rendre utile, je partais donc de ce principe. Première mise au point orale pour moi.

"Je pense que Mara est la mieux placée pour soutirer les quelques informations dont nous avons besoin. Tu peux influencer les Habitants des Rêves, je crois, non ? Tout du moins tu leur inspire bien plus confiance que n'importe qui. Ni moi ni Corey, je crois, n'en sommes capable. Je suis plus doué pour me faire des ennemis. Le souci de notre discrétion est autre chose, en effet."

Un vrai problème. Trois Voyageurs ensemble, trois séparés ? La seconde option pouvait poser un souci dans l'organisation que nous prenions. La première était à éviter, de toute manière. Trop peu discret. J'avais dans l'idée que nous ne serions pas les seuls Voyageurs dans une auberge. Nous diluer, avec un intervalle convenu, par exemple, ou même en utilisant les chats comme messagers, ou un code visuel. Oui, pourquoi pas. Une approche sans vagues, à défaut d'être très élaborée. Les ennuis viendraient si l'endroit était surveillé, et pas qu'un peu, comme je le craignais. Mais cela pouvait très bien ne pas être.

Mara nous exposa son idée à ce moment. Une couverture, hein ? Pourquoi pas, mais le but m'échappait quelque peu sur l'instant. Certes, cela pourrait éviter les soupçons portés à notre encontre, mais à ce moment autant y aller séparément. Que je sois avec Corey, comme deux larrons en foire, était plutôt convainquant cependant, tout du moins potentiellement. Puis cela éviterait de trop s'attarder sur de la logistique. Que Mara se fasse passer pour un chat, en revanche ...

"Oh. Je vais être sincère, Mara, j'ai des doutes quant au fait que l'on puisse te prendre pour un chat. Mais je ne connais pas bien tes capacités, contrairement à toi. Tu as des talents de persuasion très développés, et je n'en connait pas l'amplitude. Si tu penses pouvoir faire passer l'imposture, l'idée me convient. Cependant je doute que l'on nous donnera l'information facilement, à Corey et moi. Comme je l'ai déjà dit, je ne pense pas inspirer grande coopération."

Je jetais un bref regard autour de nous, constatant que la foule du centre-ville s'estompait petit à petit. Me sentais-je apte à paraître comme un curieux malsain ? Je l'étais déjà, en un certain sens, dans un registre d'expression différent du touriste onirique, mais cela ne gênait guère. Restait à voir avec Corey. Le fait de ne pas user des capacités de Mara pour nous trois était peut-être mieux, quand j'y repensais. Mieux que quelque chose qui avait tout du plan bricolé avec des partenaires que je connaissais mal. Trop mal. Si je ne pouvais pas prévoir leur comportement ni évaluer leurs capacités facilement, le risque était grand. En jouant un rôle, nous pouvions gagner du temps à ce sujet, d'une certaine manière. Enfin, je l'espérais. Restait à savoir si cela convenait aussi à Corey.

Je ne m'étais pas trop rendu compte que nous nous étions embarqués dans quelque chose d'assez conséquent, en tout cas sans doute pas assez. Pourtant j'étais ravi, rempli d'une fraîche et et fébrile expectative. C'était un peu inquiétant pour ma part prudente, mais la vue de Mara me tempérait quelque peu. Elle était encore assez sur la réserve, aussi la protéger, ou tout du moins faire en fonction d'elle, me permettrait sans doute de trouver un modérateur adéquat pour mes actions.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mar 22 Sep 2015 - 11:44

Corey avait conscience d’être l’un des problèmes principaux, il avait l’air d’un adolescent échappé de l’asile et c’était tout à fait le genre de personnage qui dénoterait dans un tel endroit. Jean-Baptiste, avec son air froid et mature pourrait passer au travers, Mara, avec son pouvoir, saurait s’attirer la bonne intention des présents ou se faire passer pour un chat. Mais lui, même si il essayait de jouer les durs ou de paraître plus âgé, ça ne tromperait personne. Il avait horreur d’être le maillon faible et son cerveau carburait pour trouver une solution pour y remédier. Il se demanda si les attendre dehors était une solution, même si elle ne l’enchantait pas, mais parvint à la conclusion qu’il pourrait être utile à l’intérieur. Il envisagea de tabasser le premier qui le regarderait de travers pour montrer qu’il n’était pas là pour rigoler, mais ça n’inciterait pas les autres à lui parler ou à faire confiance à son groupe. Il eut soudain une idée qui pourrait fonctionner et s’arrêta soudainement.

« Attendez moi quelques minutes s’il vous plait, je reviens au plus vite. »

A peine eut-il fini de parler qu’il courait s’enfoncer dans ce quartier résidentiel, il ne lui fallut que quelques secondes pour trouver ce qu’il cherchait. Dans un jardin, du linge était étendu, il le passa rapidement en revue et trouva un pantalon de toile épaisse à peu près à sa taille. A part le trou pour la queue qui laissait entrevoir l’arrière de son caleçon blanc, il lui allait plutôt bien. Il « emprunta » aussi une chemise blanche assez classique mais comprit que ça ne suffirait pas à lui donner une allure normale. Il approcha donc de la maison et tapa au carreau de la vitre, tant pis, il prenait le risque. Comme personne ne venait lui ouvrir il enroula sa main dans un drap et cassa la vitre pour avoir accès au loquet. Une fois dans la maison il se dirigea rapidement dans l’espèce de corridor qui desservait la porte principale de la maison. Il emprunta une sorte de veste de pluie en cuir à capuche à oreille, qui couvrirait le trou de son arrière train et enfila difficilement une paire de botte. Elles n’étaient pas faites pour des humains mais il réussit tout de même à y enfoncer ses pieds même si il ne pourrait probablement pas courir bien vite. Ainsi un peu plus normalement vêtu il refit son chemin en sens inverse et retrouva ses amis. Quand on ne regardait pas en détail, il avait l’apparence de n’importe quel baroudeur, cependant, de prés on se rendait compte de quelques défauts comme les bottes ou la longueur du pantalon ou des manches.

« Je devrais passer un peu plus inaperçu comme ça… » Il espérait ne pas avoir l’air trop grotesque.

Il hésita à rabattre la capuche sur ses oreilles mais il jugea que ça ressemblerait trop à la tenue de Mara. Il se remit donc en route, essayant de conserver la démarche la plus naturelle possible tout en sentant déjà les ampoules se former à divers endroits sur ses pieds. Ils finirent donc par arriver devant ce qui ressemblait à une auberge relativement bien fréquentée, Corey ne prit pas la peine de lire ce que l’enseigne indiquait. L’endroit ne semblait pas très fréquenté en journée, il se remplissait probablement le soir venu, mais pour le coup ça arrangeait bien Corey de ne pas avoir à jouer des coudes. De peur de sombrer à nouveau dans une discussion sans fin sur la méthode à adopter qui ne déboucherait peut être sur rien de nouveau, il poussa la porte sans attendre l’avis de ses camarades.

Il lui fallut quelques instants pour s’habituer à la différence de luminosité même si l’endroit était bien moins sombre que dans les clichés du genre. Il y avait une petite dizaine de table, d’assez bonne facture et qui avaient l’air propres, moins de la moitié d’entre elle étaient occupées. Un groupe de trois chats, probablement des ouvriers vu la qualité de leurs vêtements, jouaient aux cartes en fumant de l’herbe à chat et en buvant ce qui devait être de la bière. Il y avait aussi un client un peu plus âgé qui lisait un livre épais en remuant ce qui semblait être une tasse de thé. Les seuls qui prêtèrent un peu attention au voyageur lorsqu’il poussa la porte étaient deux chats assez bien habillés mais à l’œil méfiant qui étaient attablés dans un coin à l’opposé de la pièce et le gérant, tout aussi élégamment vêtu mais plus maniéré, qui contrastait un peu avec l’aspect un peu brut de l’endroit. Corey décida de s’installer à une table un peu à l’écart pour que ses camarades et lui puissent se concerter un peu avant de passer à l’action. Il sentait que les deux clients qui l’avaient fixé en faisaient de même avec ses alliés et compris qu’ils étaient les plus susceptibles d’avoir les informations qui les intéressaient.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mar 29 Sep 2015 - 22:18

Elle fut peut-être un poil frustrée que Jean-Baptiste n'approuve pas entièrement son idée, mais elle se rendait elle-même compte qu'elle avait pas mal de failles. Elle n'arrivait juste pas à en trouver une meilleure. Enfin, dans la mesure où tout le monde semblait compter sur son pouvoir, elle avait un peu de mal à se sentir inutile... Et puis, c'était ça qui était cool quand on réfléchissait à plusieurs, on avait de meilleures idées. Enfin, elle espérait. 'toutes façons, rien se passait jamais comme prévu.

Après, depuis le début, elle n'espérait pas trop se faire passer pour un chat. Son pouvoir tenait de la confiance, pas de l'hallucination collective. Elle espérait juste pas se faire taper dessus. Elle se mit à réfléchir à comment demander des informations, tentant d'imaginer les différentes réactions de truands aux différentes questions qui lui venaient en tête. La vache, déjà qu'en vrai elle avait du mal à commander de l'eau dans les restaurants, la voila qui allait s'adresser à des inconnus dans un bar. Pour leur demander l'accès le plus proche au marché noir. Comme quoi, Dreamland change les gens.

Elle vit avec surprise Corey s'éloigner en leur demandant d'attendre, et jeta un œil perplexe à l'adulte qui était resté, demandant du regard s'il avait une idée de ce qu'il se passait. Mais elle n'eut pas vraiment le temps de devenir impatiente, puisque Corey revint. Avec des habits de chats. Peut-être un poil trop petits, mais ils lui allaient curieusement bien, et ils étaient moins hors contexte que son pyjama. Elle se demandait quand même comment il les avait trouvé... Mmh, tant pis, c'était pas important.

La chatte blanche lui miaula qu'ils arrivaient et après un dernier tournant, ils débouchèrent finalement dans une ruelle pas si étroite, qui ne reflétait pas du tout le stéréotype qu'elle s'était imaginé. Jetant un coup d’œil à sa compagne de la nuit qui l'observait de ses grands yeux, elle comprit qu'il ne fallait pas trop en attendre d'un endroit qu'elle connaissait pour le côté glauque. Enfin, c'était franchement pas plus mal! Toute sa réflexion sur une discussion avec un bandit tombait juste à l'eau...

Arrêtée devant l'entrée, hésitant à revoir une dernière fois le plan, se demandant d'un coup s'ils s'étaient seulement mis d'accord sur un truc, elle vit Corey rentrer d'un coup sans prévenir. Elle grimaça très légèrement devant son imprudence, puis se demandant si c'était pas simplement elle qui était trop peureuse pour avancer. Enfin, c'était fait maintenant, et ça servirait à rien d'attendre plus...

Après un dernier coup d’œil hésitant à l'autre Voyageur, elle soupira en tassant sa capuche sur sa tête et franchit aussi la porte. Avant de faire quoi que ce soit, elle regarda les quelques silhouettes qui apparaissaient, la principale source de lumière étant la vitrine donnant sur l'extérieur. S'habituant peu à peu tout en faisant quelques pas, elle vit avec soulagement qu'aucun flot de regards agressifs ne s'était jeté sur elle, à peine un coup d’œil du barman. Tournant la tête pour regarder sur les côtés, elle constata qu'un groupe de chats la fixaient avec insistance. Ouch, c'était mal parti. Remarquez, ils semblaient plus suspicieux qu'autre chose.

Détournant la tête pour suivre son ami, voyant que les deux chats lui collaient toujours aux jambes, elle se permit une onde de confiance pour préparer le terrain, histoire de rendre tout le monde un peu sympa avant qu'ils ne puissent les trouver vraiment bizarres. Respirant profondément pour se calmer, son stress paraissant à travers ses expirations un peu tremblantes, elle s'approcha de la table où s'était assis Corey. La vache, elle allait pas tenir sur une chaise, là. S'adossant au mur, face à la table, elle en profita pour englober la salle du regard. Grâce à sa petite taille, elle n'attirait pas trop l'attention comme ça. Le vieux chat avait levé les yeux de son livre pendant un instant, les regardant avec un semblant de curiosité, et le groupe du fond échangeait des regards, comme pour parler silencieusement. Les joueurs, eux, restaient concentrés sur leur partie.

Soufflant un peu, Mara prit doucement la parole:

"Je saurais pas vraiment quelles questions poser et même avec toute la confiance du monde, ch'uis pas sure que quelqu'un me donne accès au marché. Du coup... je peux essayer de "convaincre", on va dire, les chats de vous parler à vous, mais faut juste que je sois pas trop loin, je pense. Ça serait la première fois que j'essaye ce genre de truc. Mais à votre avis, à part demander l'entrée et tout... y aurait un code ou un mot de passe pour passer?"

À peine eut-elle finit de poser sa question qu'un chat avec un gilet et une serviette s'approcha de la table. Il n'avait pas une apparence aussi bien entretenue que cette du gérant du bar, pas il sortait visiblement des cuisines. Sans doute un serveur... De toutes façons, pour elle, la question de la commande était vite réglée: elle avait la gorge trop nouée pour avaler quoi que ce soit. Pour sa part, elle attendait juste que l'un des Voyageurs y aille pour le suivre et lui donner un coup de main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Lun 5 Oct 2015 - 21:04

Nous y étions. Mara faisait montre d'un stress assez douloureux. Alors que Corey s'engageait le premier, je lui soufflais quelques mots rassurants. Elle eut un soupir pénible, fébrile, rabattit sa capuche, et entra à la suite du jeune homme. Je m'arrêtais un très court instant, inspectant la devanture. Une vitrine composée de carreaux teintés de couleurs chaudes, donnant indéniablement un cachet sympathique, mais masquant en grande partie ce qui se passait à l'intérieur. Pas de petit profit, n'est-ce pas ? En tout cas c'était assez joli, à mon goût.

L'intérieur était dans une lumière tamisée. Quelques clients, mais ceux qui nous intéressaient étaient évidents. Rien qu'à leur attitude suspicieuse, les deux chats assis à une table dans un coin s'identifiaient, pour moi. Le tenancier, tiré à quatre épingles, l'air un peu pincé, nous jeta un regard analogue. Très calme, je me dirigeais à la suite de mes deux compagnons. Corey avait eu la bonne idée de se diriger vers une table vide, un peu à l'écart. Je m'installais de telle manière que j'avais dans mon champ visuel la porte et la table de deux félins prudents. Cependant je ne les regardais pas, pas directement. Je les gardais en périphérie, les yeux tournés, ou plutôt baissés, vers Mara. Je l'écoutais avec patience, et un début de tension. D'excitation, plutôt, que je tentais de convertir par la prudence en un sentiment moins emporté. Je répondis d'un ton très bas, en bougeant à peine les lèvres.

"Ça, Mara, nous le ne saurons que si nous le demandons. Il serait étonnant que l'entrée ne soit pas régulée, d'une manière ou d'une autre."

Je vis qu'un serveur approchait. Diable, il allait falloir improviser, et bien. Une pointe de doute malvenu me vint à l'esprit à ce moment. Pas à mon encontre, non; je me sentais très capable à ce sujet. Quant aux deux autres ... Je ne connaissais pas Corey; au vu de l'implication et l'inventivité dont il avait su faire preuve pour être le moins visible possible, j'avais bon espoir. Espoir seulement, malheureusement. Aucun début de certitude, et m'appuyer sur si peu n'était pas du plus confortable. Et Mara paraissait, elle, complètement dépassée. Je ne pouvais lui en vouloir, elle était timide de nature, très, même, et nous en lui demandions beaucoup. Surtout pour son âge. J'avais le sien qu'elle n'était même pas née ! Qu'elle nous ai suivi constituait déjà un gros effort, manifestement. Être là, avec nous, se confronter à la chose, semblait la nouer d'appréhension. Je murmurais avant que le serveur soit trop près.

"Corey, jouons là au culot, alors. Il faut trouver un moyen."

Je regardais alors le serveur qui arrivait à notre table. Mince, d'allure racée, c'était un chat au pelage mink crème et cannelle, aux yeux verrons, le gauche jaune et le droit bleu. Vêtu d'un gilet anthracite élimé, à même le torse, ainsi que d'un tablier de bar écru, il était digitigrade, comme la majorité des félins humanoïdes du Royaume; sa constitution était en revanche plus celle d'un chat maigre et musclé, qui devait se bouger pour avoir à manger, que de l'employé d'une auberge; mais peut-être les chopes étaient-elles tout simplement lourdes, et le patron tyrannique. Son oreille droite s'ornait en outre d'un petit anneau doré, discret mais indéniable. Un tortillon métallique de même couleur, également, s'enroulait autour de son auriculaire droit. Je remarquais ces détail d'un coup d’œil rapide, comme je faisais toujours. Il me sembla en revanche que le félin m'avait percé à jour dans mon observation. Je lui souriais un peu plus alors qu'il nous demandais, non sans une certaine sécheresse, quelles étaient nos commandes.

"A dire vrai, je suis bien curieux de connaître votre choix. Vos caves sont-elles bien remplies ?"

C'était parti. Allusion grossière, certes. Qui ne passerait sans doute pas du tout. C'était cependant un bon test, à mon sens. Une aussi grosse perche tendue ne manquerait pas de le faire tiquer, et quelle que soit sa réaction j'espérais pouvoir la comprendre. Je comptais aussi sur Mara pour influencer son état d'esprit, et sur Corey pour embrayer si besoin est.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Ven 9 Oct 2015 - 11:02

Il écouta Mara parler d’un éventuel code ou mot de passe, et fût satisfait qu’elle soit assez vive d’esprit pour penser à ce genre de chose. Elle proposa une idée, signe qu’elle essayait de trouver une solution, par contre il n’était pas vraiment emballé d’être une sorte de béta testeur du pouvoir de la gamine. S’ils rendaient les hommes de main méfiants, ils n’auraient probablement pas d’autre chance d’entrer au marché noir par cet endroit sans utiliser la force. Jean-Baptiste semblait moyennement emballé lui aussi et décida plutôt de tenter sa chance avec le Barman. Ce n’était pas idiot, à renfort d’allusions à peine voilées ils parviendraient probablement à se faire comprendre mais Corey se demandait s’il avait vraiment l’autorité nécessaire pour les autoriser à entrer. Avant que ce dernier n’arrive à leur table il s’adressa à ses petits camarades.

« J’avais une autre idée, Mara, envoi un des petits chats se poster pas loin des deux chats louches, si quelqu’un donne un mot de passe ou quoi qu’ils viennent nous le dire. »

Comme il n’avait pas spécialement envie d’attendre de voir si son idée portait ses fruits il rentra totalement dans la stratégie culottée de l’autre voyageur. Le serveur haussa un sourcil à son allusion grossière et répondit sans vraiment montrer de signe de compréhension.

« Ne vous en faites pas monsieur, nous avons largement de quoi vous servir à boire. »

Le geek se lança à la rescousse sans savoir s’il serait plus subtil.

« Nous recherchons certaines…choses assez rares… Qui ne seront probablement pas sur votre carte. » Il ne savait pas si il était dans la bonne voie mais décida de continuer. « Nous saurons nous montrer reconnaissant… » rajouta-t-il en tapotant la bourse d’essences vitales à sa ceinture.

Il venait peut être de se ridiculiser et de compromettre leurs chances d’accéder au marché noir, il ne savait pas vraiment. Il attendit donc la réponse du serveur tout en espérant qu’un vrai habitué aille s’adresser aux deux hommes de main qui avaient probablement un rôle de videurs.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Sam 10 Oct 2015 - 22:23
Jetant un œil anxieux au serveur depuis l'ombre de sa capuche rabattue, Mara déglutit. Elle aurait bien aimé rester derrière les autres. Pas tant par peur de l'affrontement, vu que pour la légitime défense elle pourrait essayer de se battre un peu, mais surtout car elle aimait pas du tout être le centre de l'attention. Mais il y avait quand même un peu de peur de l'affrontement dans un coin.

Elle jeta un regard à ses deux compagnons apparemment décidé à discuter ouvertement avec le serveur. Enfin, "ouvertement"... Jean-Baptiste utilisait quand même des formulations assez bizarres pour demander à boire. Et vue les regards qui circulaient autour de la table, y avait probablement eut une allusion à quelque chose.

... Oh, la cave, oui bien sûr. Mais c'était vachement subtil, le serveur avait sans doute pas compris. Corey, lui était plutôt direct, c'était bien ça! Enfin, en parlant de lui, il avait quand même eu une très bonne idée pour les chats, et la fillette l'avait suivie quelques instants plus tôt. Utilisant son pouvoir pour communiquer silencieusement avec ses compagnons de la nuit, elle avait envoyé le mâle au niveau des types louches et avait pris la liberté d'envoyer la femelle du côté de la cuisine.

Lançant une petite onde de confiance au serveur pour l'aider à répondre aux deux hommes, elle se désintéressa bien vite de la conversation pour reporter son attention sur le chat d’égout qui faisait bien tranquillement sa toilette derrière les chaises de ses cibles. Un chat, sur Dreamland en tous cas, ne communique pas qu'en miaulant. Il agite la queue, fait frétiller ses oreilles et la magie de son pouvoir arrivait à convertir tout ça en mots et en phrases. Elle avait parfois l'impression qu'il traduisait carrément les pensées des animaux, mais elle avait déjà pu voir que c'était pas le cas. Et donc là, le chat avait une instruction très simple: Dis-moi ce qu'ils disent. Et il avait déjà commencé:

*Ils se demandent qui vous êtes. Ils ont bien noté que vous étiez Voyageurs, mais tu les perturbes, ils savent pas si t'es une gosse ou juste pas grande. Apparemment, ils se méfient car il y a une réunions de gens importants en bas. Des fournisseurs, mais ils disent pas pourquoi. Il y a des Voyageurs fournisseurs qu'ils disent, mais ils vous reconnaissent pas... Ah! T'en as un qui remarque que certains fournisseurs passent jamais, donc que ça peut arriver qu'ils reconnaissent pas les têtes! Et... et c'est mauvais pour vous. Ils se méfient car d'habitude, les fournisseurs doivent avoir des instructions que vous suivez pas vraiment... Ils disent aussi que ça va être vite plié, vu qu'ils attendent plus beaucoup de groupes.*

Les regardant en plissant les yeux, la fillette rentra sa tête dans les épaules pour mordiller sa lèvre à l'abri de son col. Des "instructions", et ils en "attendaient plus beaucoup"... Bon, le coup du mot de passe avait franchement l'air de se confirmer... et mot de passe limité en plus... Puis s'ils parlaient d'instructions... C'était peut-être une démarche, un signe à faire, pas mot à dire...? En tous cas, le bon signe était qu'ils attendaient des "groupes", donc qu'un "mot de passe" devrait suffire pour eux trois. Bon, bah une nouvelle couche s'imposait. Concentrant son attention sur le chat mafieux de droite d'apparence la moins impressionnante, elle envoya une onde de confiance localisée, suivie d'un message tout bête: Il en reste combien? Puis elle commença à mâchouiller l'intérieur de sa joue, attendant sa réaction avec anxiété. Son petit espion ne se fit pas prier pour poursuivre:

*L'un d'eux a demandé combien il en restait, et celui du milieu a répondu qu'il avait encore quatre cendriers.*

... Des cendriers...? Observant les Créatures, elle n'en vit qu'un seul entre eux, un truc en verre plein de cendre mais plutôt propre autrement. Faisant courir son regard le long des tables, elle constata qu'il y avait des cendriers parfaitement normaux partout. Puis elle comprit. Le mot de passe, il fallait que ce soit quelque chose que n'importe qui ne demande pas au hasard. Qui irait demander un cendrier alors qu'il en a un juste sous le nez? Ça serait ridicule... Et demander un objet comme ça était pratique, il pourrait sans doute servir de passe ou de preuve d'entrée "officielle" une fois dedans... Et ça permettrait aussi de compter les arrivants.

Sauf que voila, comment faire? Le serveur était toujours là, elle pouvait pas prévenir direct les autres comme ça... Donc il fallait nécessairement qu'elle le demande elle-même... Mais comment? Il y avait pas une formule spéciale à dire ou quoi? Mmh, pas forcément, peut-être que pour éviter les risques de copies par des fouineurs, ou de se faire bêtement repérer en disant un truc hors contexte... Du coup, juste demander un cendrier comme ça, mais comment, comment? Puis en baissant les yeux vers leur table, elle eut une idée. Oui, ça pourrait marcher... Serrant les dents et formulant plusieurs fois la demande dans sa tête, elle se concentra pour maîtriser sa voix. Elle n'allait pas réussir à faire disparaître son aspect aigu, mais si elle pouvait donner l'impression d'être en confiance... Allez!

"Au fait, avant de partir chercher la commande... Mon ami ici présent" fit-elle en pointant Jean-Baptiste du menton, "Et un grand fumeur quand il doit attendre, et notre cendrier est sale. Vous en aurez pas d'autre? Plus sympa peut-être, celui-ci est un peu... normal. J'aime pas trop."

Elle avait croisé ses bras dans son dos pour cacher le tremblement de ses mains, et les tressautements de sa jambe pouvaient bien passer pour de l'impatience, plutôt que de la nervosité... Mais dans le doute... Une petite onde suggérant au chat qu'ils avaient bien respecté la procédure semblait plutôt bienvenue. Mais tandis que le garçon se détournait, annonçant qu'il allait voir, la petite grimaça derrière son col. Elle utilisait trop son nouveau pouvoir, elle commençait à avoir les tempes qui la démangeaient. Rien à voir avec plusieurs salves en plein combat, mais il fallait pas qu'elle abuse. Pas tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Lun 12 Oct 2015 - 20:40

Diantre. Je ne m'attendais pas à grand chose, n'espérait guère plus de mes compagnons. Je n'étais déçu, ce qui était bien ce pourquoi je m'étais préparé à la prudence intellectuelle. J'étais surpris de l'efficacité de leur intervention. Que ce soit moi qui les ai bien lancé, ou pas du tout, le fait est que Corey embraya parfaitement. Le serveur eut l'air plus dubitatif encore. Son fasciés félin m'était difficile à interpréter; impossible de voir ce qu'il pensait de nous. La possibilité que nous soyons déjà grillé comme des intrus me traversa brièvement l'esprit, distillant un rien d'anxiété, que je chassais immédiatement. Je ne pouvais pas me laisser aller à cela.

La tirade de Mara me demanda un énorme effort pour ne pas tiquer. De quoi parlait-elle, bon sang ? Je lui jetais un bref regard, me gardant d'afficher quelque étonnement, alors qu'elle me désignait d'un mouvement désinvolte de la tête. Elle transpirait une drôle d'impression, d'ailleurs. Peut-être était-ce son pouvoir que je sentais, ou qui au contraire me masquait quelque chose. Ou simplement moi qui fabulait. Toujours est-il que son histoire de cendrier me laissait dans l'incompréhension. Néanmoins je donnais de suite le change. Attrapant le spécimen qui traînait, quelque peu crasseux, sur la table, je le lui tendis.

"S'il vous plait."

J'étais noué par l'appréhension, en prononçant ses mots, et cela se vit sur le bout de mes doigts lorsque le serveur pris le cendrier. Ils ne tremblaient pas, mais eurent un léger flottement fébrile quand l'objet les quitta. Je vis tout de suite que le chat avait noté le détail. Mais rien, toujours rien dans son attitude ne pouvait m'indiquer ce qu'il pouvait bien en faire. Il leva soudain les oreilles, comme s'il avait entendu quelque chose. Info ou intox, chacun est juge, mais je le soupçonnais de suite de simuler. C'était trop bien placé pour moi. Trop opportun. Si je ne fabulais pas, c'était une excellente nouvelle, en revanche. Un signe qu'il rentrait dans l'échange.

"Si ces messieurs dames veulent bien m'excuser, alors, j'ai peur de devoir vous faire patienter quelque instants. Je reviens tout de suite."

Il tourna rapidement les talons. Je me retins de soupirer, lâchant silencieusement l'air qui restait bloqué dans mes poumons par le nez, en baissant la tête. Un début de sourire me vint, et je le laissais sur mon visage. Bon. Tout semblait aller bien, jusqu'à présent. Mais tout cela m'inquiétait de plus en plus. L'ampleur de la chose me laissait entrevoir le peu de possibilités que nous avions. Surtout à trois malheureux "babies". Quelles étaient nos chances de pouvoir faire quoi que ce soit, finalement ? Je murmurais, sans relever la tête, en bougeant le moins possible les lèvres.

"C'est bien engagé, je pense. Merci Mara, tu es décidément précieuse. Il va falloir continuer aussi bien."

Pas question de montrer mes pensées, de communiquer quelque chose d'aussi démoralisant. Nous avions eu assez de mal à ce que Mara nous aide, je n'allais lui faire part de mes réserves à présent. Cela ne serait d'aucune utilité, au contraire. Non, autant continuer sur une bonne lancée. Puis une partie de moi était toute fébrile de remonter ainsi à contre-courant.

La porte s'ouvrit à ce moment, laissant entrer deux Habitants du Royaume. Deux siamois, qui paraissaient frères, en habit distingué. Ils nous jetèrent un drôle de regard, et se dirigèrent vers une table du fond. La tension venait de monter d'un cran, pour moi. Eux, ils venaient pour la vente illégale, j'en étais sûr. Aucun doute possible, ils avaient quelque chose de trop assuré et en même temps trop prudent. Je n'accrochais pas aux regards qu'ils nous jetèrent, les observant du coin de l’œil. Encore d'autres paramètres à surveiller ...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mer 14 Oct 2015 - 14:58


Il se retint de grimacer lorsque le serveur sembla ne pas du tout comprendre son allusion, il avait pourtant pensé être assez clair. Même si il était vrai qu’il n’était pas spécialement habitué à converser avec des chats, le haussement de sourcil du félidé indiquait parfaitement sa confusion. Il fallait croire qu’ils avaient tapé à côté avec leur histoire de cave, ce n’était probablement pas du tout le bon type de mots-clés. Ils avaient probablement sous-estimé la sécurité de l’endroit, ils devaient avoir un système pour que seules les personnes vraiment invitées soient laissées passer. Il y avait peut-être même une sorte de liste, ou d’invitations, pour ce qu’ils en savaient et ils n’y figuraient pas, c’était certain. Si rien ne changeait, le serveur méfiant passerait le mot qu’ils étaient louches et s’intéressaient de trop près à la cave. Heureusement Mara vint à leur rescousse, probablement grâce à des renseignements glanés via son pouvoir. Il s’en voulu d’avoir sous-estimé ce dernier, depuis qui la connaissait le pouvoir de la blondinette leur avait sauvé la mise plus d’une fois. Elle se mit à parler d’une histoire de cendrier que ni Jean-Baptiste, ni lui ne comprirent au premier abord. Il essaya de ne pas montrer sa surprise et son incompréhension, pour qu’elle prenne ainsi la parole c’était qu’elle devait être plutôt sûre de son coup. Toujours soupçonneux le serveur mit quelques secondes, durant lesquelles Corey retint son souffle, à réagir. Il sembla enfin comprendre de quoi il s’agissait et s’excusa, comme pour obtempérer.

« Bien joué… » commenta-t-il en écho aux commentaires de l’autre voyageur.

Même si tous étaient conscient que ce n’était que le début et que rien n’était joué, c’était déjà de prit, si on les laissait accéder au marché noir ils pourraient essayer de retrouver les trafiquant. Avant que le serveur ne revienne deux chats à l’air encore plus louche que les deux hommes de firent leur entrée. Ils étaient clairement louche et leur attitude montrait qu’ils se fichaient complètement que ça se voit, ils avancèrent droit sur les deux autres chats qui semblaient les connaître. Ils ne répondirent même pas au salut de ces derniers et se contentèrent de montrer discrètement le cendrier qui était, quelques secondes auparavant, sur le plateau du serveur. Même lui paraissait ne pas avoir réalisé ce qu’il venait de se passer, Corey se repassa la scène mentalement et fut impressionné par la vitesse avec laquelle l’un des deux avait agi. Le voyageur, qui avait été plutôt attentif à leur entrée n’avait rien vu, il faudrait faire très attention à ces deux-là si ils venaient à les côtoyer de plus prés. Ennuyé, le serveur fit demi-tour et revint à leur table quelques secondes après avec un nouveau cendrier, il déposa les boissons et l’objet pendant que les deux malfrats empruntaient la porte gardée par les deux hommes de main. Corey laissa sortir quelques essences pour régler la note et attendit que le serveur s’en aille pour boire une gorgée et commenter ce qu’il venait de se passer.

« Donc si on leur montre le cendrier ils nous laisseront descendre c’est ça ? » demanda-t-il à Mara qui semblait avoir plus d’information. « Les deux qui viennent de descendre sont dangereux, vous avez vu la vitesse ? »

S’ils se battaient aussi bien qu’ils volaient, ça risquait d’être vraiment délicat. Mais de toute façon, si ils faisaient partie de la bande de trafiquant d’être humain, les trois voyageurs n’auraient pas le choix, il faudrait les vaincre.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Ven 16 Oct 2015 - 21:35
L'enfant fut soulagée de voir que sa tentative avait fonctionné. Et elle fut d'autant plus surprise de se rendre compte que deux autres chats étaient rentrés sans faire le moindre bruit, s'installant et s'adressant aux mafieux. Ils avaient l'air de savoir ce qu'ils faisaient et d'après ce que son "espion" lui rapportaient, l'une des créatures en noir devait les connaître, car ils échangèrent quelques mots. Mais au delà de ça, elle demeurait admirative face aux pas souple des félins: ils avaient l'air de parfaitement maîtriser chacun de leurs membres, comme s'ils ne faisaient aucun geste inutile. S'ils devaient se battre contre eux...

Mais elle préféra ne pas y penser.

Elle reporta un instant son attention sur le nouveau cendrier, vert cette fois, qui trônait au milieu de la table. Elle avait été fière d'avoir été félicitée par les deux hommes, elle s'était sentie utile, mais quand il faudra se lancer dans la bataille... Car au fond, elle ne se faisait pas d'illusions sur cette fois, il faudra se battre. Son attention fut attirée par une tâche blanche qui passa sous leur table, et elle reconnut la femelle qu'elle avait envoyé en éclaireur. Celle-ci s'assit contre sa jambe et commença à miauler doucement:

*Il y avait bien un accès au marché depuis les cuisines. Je suis descendue et Dieu que l'odeur des bas-fond est fétide... Mais passons. Il y a nombre d'individus en bas, mais ça ne ressemble guère à un marché de la surface. Il y a beaucoup de boîtes ou de cages, et beaucoup aussi de Chats, même s'il y a quelques Voyageurs. Et à vrai dire, cet endroit ne me semble pas fréquentable pour une jeune fille comme toi...*

Levant les yeux au ciel à cette dernière remarque, la fillette dit rapidement aux deux autres:

"Apparemment il y a du monde en bas et sans doute des marchandises, mais c'est peut-être pas un "jour de marché", on va dire... Enfin j'en sais rien, et elle non plus sans doute. On verra bien, mais au moins on sera pas les seuls Voyageurs."

Sa nervosité s'était transformée en une petite excitation fébrile. Elle appréhendait les événements à venir, mais elle avait hâte de les voir arriver, elle ne savait pas vraiment quoi penser. Reportant son attention sur le cendrier, elle posa sa main dessus, touchant avec surprise une sorte de plastique à température ambiante alors qu'elle s'attendait à du verre froid. Le soulevant pour le regarder, cherchant s'il avait d'autre particularités, elle ne lui trouva rien de spécial. Était-il vraiment difficile à imiter? ... Bah, ils devaient avoir un truc pour être sûr que c'était un vrai. Levant la tête vers les autres, elle proposa doucement:

"Bon... J'crois qu'attendre va juste rendre les gens suci... sup... suspicieux, du coup... On y va maintenant?"

Les deux félins arrivés plus tôt avaient déjà récupéré leur pass, et ils avaient disparu à travers une porte que l'enfant n'avait pas remarquée, cachée dans le mur. Enfin, nan, pas cachée. Juste discrète, le genre de détail qu'on remarque pas comme ça. C'était franchement bien fait.

Jetant un coup d’œil aux autres, elle rappela son second chat d'un appel mental et une fois les deux félins collés à ses jambes, le cendrier en main, elle fit quelques pas hésitant vers le passage. Puis s'arrêta. Sentant un élan de timidité figer l'ensemble de son corps, stoppant toute son adrénaline d'un coup, elle se retourna lentement vers ses deux camarades, laissant son regard passer de l'un à l'autre. Et alors que son visage entier était en train de rougir, elle tendit avec hésitation le cendrier vers eux, demandant d'une toute petite voix, cachée derrière son col:

"Hu... du coup, vous... pouvez passer devant? Siouplait?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Jeu 22 Oct 2015 - 9:26

J'acquiesçais sans faire de commentaire à la remarque de Corey. Oui, en effet, bien redoutables semblaient ces deux félins. Leur vivacité était proprement impressionnante, et reléguait la mienne, qui pourtant, lorsque je me focalisais dessus, me semblait tout à fait respectable, au rang de plaisanterie entre petits vieux. Inquiétant pour la suite des événements, tout ça ... Mais pour le moment nous devions nous préoccuper de nous, tout de suite, et cela était déjà bien suffisant.

Notre passe était sur la table, devant nos yeux. Je le regardais pensivement, en laissant mon imagination fondre sur les perspectives futures. La question du groupe, que je m'étais vaguement posé, trouvait sa réponse par l'observation; le cendrier, apparemment, nous assurait le passage à nous trois, à moins qu'il ne suffise pour deux seulement (ce qui serait assez stupide, par ailleurs). Mara s'était débrouillé pour savoir cela, et elle avait fait passer l'information avec un naturel admirable. Je me demandais vraiment ce qui nous pourrions trouver, une fois la porte franchie. Et surtout, comment allions nous pouvoir mener nos volontés salvatrices à devenir réalité ? Il était certain qu"il y aurait des gardes, qui ne seraient pas une mince affaire, et je craignais que les "clients" soient moins dangereux.

Mara nous informa à ce moment des quelques observations que l'un des chat venait de lui transmettre sur ce que nous allions trouver en bas. Pas un jour de marché, disait-elle ? Ah, cela laissait espérer. Mais d'un autre coté il eut été plus simple de se fondre dans une foule. Hum ... Le fait qu'il y ai d'autres Voyageurs, également, me donnait un drôle de pressentiment. Mais trêve de réflexions ! Comme le disais la jeune fille, rester assis à ne rien faire ne faisait que nous rendre plus suspect.

"Si cela ne te dérange pas, Corey, je propose que je passe devant. Mara, suis moi, et Corey, talonne là de près. J'ai une petite idée."

Je pris le cendrier d'une main preste, et me levais. Oui, j'avais une petite idée. Pas grand chose, mais cela pouvait diminuer la méfiance qui pesait sur notre groupe. Que trois Voyageurs, deux hommes et une jeune fille se rende au marché noir était quelque peu ... bizarre. Autant essayer de rentrer encore un peu dans un rôle. Si nous nous tenions comme les suiveurs et protecteurs de Mara (ce qui en un certain sens était plus ou moins le cas), au pire, nous ne serions pas plus suspects. Je pouvais espérer qu'elle puisse passer pour un grand petit personnage, si j'ose dire, assez pour justifier notre présence. Puis il fallait bien lui donner un peu d'importance, autrement je sentais qu'elle risquait de se recroqueviller sur elle-même.

Les deux chats, qui restaient à leur table au fond, nous regardèrent approcher fixement, effrontément, presque. Je me retins de tenter une petite facétie et d'esquiver la patte de celui qui prit le cendrier lorsque je lui tendis. Je me contentais de le regarder à mon tour, l'air aussi morgue que possible, sans aller jusqu'à la provocation. J'eus une brève frayeur en me retrouvant devant la porte dérobée, un doute affreux me prenant subitement. Fallait-il la pousser, ou la tirer ? Je sentais déjà venir l'échec me couvrant de ridicule et faisant s'effondrer toute l'image que je tentais de construire. Heureusement mon premier geste fut le bon, et la poussée assurée de ma paume ouvrit le passage sans problèmes. Des marches descendaient, dans la pénombre, et il me semblait percevoir le clapotis de l'eau qui coule, en  contrebas. Je mis le pied sur la première, me retournait brièvement pour voir si j'étais bien suivi.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Mar 17 Nov 2015 - 13:51


L’héliophobe accepta, d’un signe de tête, de s’occuper de l’arrière garde, il devait avouer qu’il n’aurait pas été à l’aise devant. Il avait surmonté une grande partie de la timidité presque maladive dont il faisait preuve dans le monde réel mais il n’était pas encore un bluffeur émérite et aurait risqué de trahir son manque d’assurance. Ils se levèrent donc pour s’approcher des deux videurs censés s’assurer que personne de viendrait importuner leurs employeurs sans y être invité. Avec confiance et sans dire un mot, Jean-Baptiste tendit le cendrier qui servait de laisser passer à l’un des chats qui s’en empara prestement. Encadrant ainsi la jeune fille il était vrai qu’ils pouvaient donner l’impression de deux voyageurs mercenaires embauchés pour assurer l’escorte d’un troisième personnage plus difficilement identifiable mais qui inspirait plus confiance. Le jeune homme poussa la porte et se tourna brièvement vers eux avant d’entamer la descente de l’escalier qui menait au sous-sol.

Corey emboita le pas et laissa la porte se refermer derrière lui, dans la pénombre ambiante il fût tenté d’utiliser son pouvoir pour qu’ils puissent mieux voir l’escalier mais jugea qu’il était plus sage de ne pas dévoiler son pouvoir tout de suite. Ils étaient probablement surveillés et son contrôle sur la lumière n’était pas discret du tout. Les marches, jusque-là en devinrent taillées dans la roche d’une sorte de grotte naturelle au fond de laquelle un ruisseau courait. L’héliophobe comprenait de mieux en mieux pourquoi cet endroit avait été choisi pour abriter une sorte de marché noir, il fallait avouer que les lieux s’y prêtaient bien. Une lueur, plus loin à un endroit ou la caverne s’élargissait, leur montrait l’endroit où l’espèce de réunion avait probablement lieu. Pour le rejoindre il fallait qu’ils longent le court d’eau sur presque une centaine de mètres. A cause des chaussures qu’il avait empruntées, Corey faillit atterrir dans l’eau, seul un réflexe instinctif lui permit de se rétablir à temps. Il failli échapper un juron mais parvint à ne pas le laisser sortir. Il se concentra d’avantage sur les quelques marches qu’il restait. Ils s’arrêtèrent en bas des escaliers pour faire le point.

« On fait quoi ? On prend trop de risques si on se pointe à leur réunion. Mais d’un autre côté on est guère plus avancé… » Il se tourna vers la blonde. « Tes chats peuvent nous mener à la bande d’esclavagistes à partir d’ici ou pas ? »

Telle que les lieux avaient l’air d’être configurés il y avait peut-être une galerie parallèle qui menait à l’endroit qui les intéressait.

Spoiler:
 

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey] Aujourd'hui à 19:09
Revenir en haut Aller en bas

Chats des villes, chats d'égouts [PV JB et Corey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Royaume des Chats-