Haut
Bas

Partagez|

Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Messages : 775
Date d'inscription : 10/09/2010
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Vlad Siegfrey
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 510
Honneur: 310
MessageSujet: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Ven 15 Juil 2011 - 2:18
Des nuits et des nuits passèrent, mais je n'arrivais pas à oublier...
Comment pourrait-je devenir fort si je ne suis pas à la hauteur d'un meurtrier ?
Épris de justice et de beauté, le rêve n'est qu'un paradis infini pour que ma souffrance puisse s'éteindre et changer de direction le temps de quelques heures chaque soir, mais jamais elle n'avais réellement disparue...

Il n'y a que son visage. Elle est la lumière la plus intense qui brille en moi et se trouve bien au-delà du pouvoir que je peut fournir pour protéger Dreamland de ce qui menace sa beauté. Le monde réel est bien trop sale pour que je me permette d'être faible et de ce fait, j'ai développer une forte empathie avec la plupart des gens en cherchant à lire leur regard et leurs expressions. Je suis devenu une personne peu fréquentable par ce fait car mon regard en agaçait beaucoup mais si c'était le prix à payer pour que ma vie soit des plus tranquille et que le danger soit écarter de mon couple, alors je serait le martyr dont ce monde à besoin, supportant la douleur et riant au nez de la mort jusqu'au dernier instant ou cette dernière viendra enfin me prendre. Je me suis toujours dit que je devait favoriser les autres personnes par simple justice, mais je serait prêt à tout pour favoriser ma chère et tendre Lithium, alors serait-je devenu faible par cet amour ? Qu'a t-il bien pu changer chez moi ?

Lithium est forte, et même bien plus que moi, et le classement SMB le prouve d'ailleurs bel et bien, car elle mérite amplement sa place au sein de cette ligue, mais en même temps, cela l'expose à un danger potentiel qu'elle n'est peut être pas prête à surmonter seule. Ou est ma place à Dreamland si je dois choisir entre ce peuple et elle ? Le pouvoir n'est que la seule issue qui mène à pouvoir affronter la corruption d'un monde. Toute les éventualités se bousculent dans ma tête et même à cette heure ci alors que je ne dors pas encore, je suis persuader que des choses horribles se trament dans le monde onirique et je ne réagit même pas à tout cela. Je ne suis qu'un chevalier qui prête allégeance à un monde qu'il rêve de voir toujours plus beau chaque jour ! un monde dans lequel il n'y aurais pas à combattre sans cesse pour voir la magnificence des paysages s'étendre à l'horizon. La seule chose qui doit importer...ce sont les convictions !

Encore faudrait-il que je soit capable de suivre mes convictions ! Le doute ne me mènera à rien et je le sait pourtant très bien mais je ne peut m'empêcher de douter à cause de ce devoir que je pense avoir vis à vis de la magnifique compagne que le destin m'a envoyer. M'endormir est vraiment complexe à cause de tout cela mais inutile de dire que je ne me laissait pas abattre pour autant car console en main, excellait à un jeu de Playstation Portable nommer "Gods Eater Burst" dans lequel je devais incarner un héros en quête de chasse aux Aragami, des créatures qui menacent de détruire le monde entier qui est d'ailleurs dès le début de la partie plongé dans un chaos post-apocalyptique un peu comme mon esprit à l'heure actuelle qui semble tout aussi noir. Mais jouer avec un chat sur le ventre n'est pas chose simple et ce dernier s'amuse toujours énormément à mettre des coups de patte dans le dos de ma psp pour me l'envoyer sur la tronche afin de se rouler en boule très proche de ma tête, comme pour me faire un gros câlin et me dire bonne nuit. Après avoir hurler dans l'appartement "Dahlia file à ta panière tout de suite !" afin de virer le chat qui venait de se faire les griffes sur mon torse, je m'endormait sans savoir que mon réveil serait une chose qui aurait quelque peu changer le cours de mon existence.

~~Lendemain matin : 8h27~~

Ma nuit avait été mouvementé encore une fois et je n'avais encore été qu'un chasseur de fauteurs de trouble au beau milieu d'un champ de mines par le simple fait qu'ils avaient posés leur regard sur moi en prenant une expression d'effroi dès que ma lame crissa contre la paroi du fourreau avant de s'extirper pleinement de ce dernier et attendre de savoir si leur cœur allait les faire m'attaquer ou bien fuir à toute vitesse. La fuite à Dreamland n'était permise qu'à ceux qui avaient penser à une solution en cas de rencontre face à des personnages de ma trempe et autant dire que se permettre de me toiser demandait un sacré culot et une certaine assurance de pouvoir rester en vie quelque soit le passé que l'ont avait pu avoir et étrangement, j'avais laisser ces gens en vie en sachant qu'ils allaient peut être continuer à faire le mal dans Dreamland...chose rare chez moi que de ne pas juger les personnages me semblant très louche, mais il fallait croire que ma dernière utilisation de la pulsion fantôme à Hyldren m'avait fait comprendre beaucoup de chose concernant les âmes des défunts et la bonne action de vouloir protéger le monde.

"Si protéger le monde ne se fait pas seul et que je dois pourtant m'en porter garant, alors il me faut la force et toujours plus de pouvoir, mais si seulement je pouvait me reposer sur des personnes dans la capacité de contribuer à ma cause...Oui...je pense avoir mener les X-Calibur sur une mauvaise voie jusqu'à maintenant et il serait probablement temps pour eux de prendre un nouveau départ ! Mais me suivrons t-il ? Que faire s'ils préfèrent ne pas suivre la voie que je vais emprunter ? Devrais-je faire cavalier seul ? Mon pouvoir ne peut pas se perdre dans les mains d'un autre leader qui ne les utiliserait qu'a des fins maléfiques ! Putain...ce que ça peut être chiant !"

Tout en me levant de mon lit avec le torse nu et un simple caleçon pour vêtement, je me levait pour allumer l'écran de mon ordinateur tout en allant zoner vers une commode de mon salon pour prendre un chignon et m'attacher les cheveux un peu comme le ferait une fille, mais par question d'esprit pratique et d'envie que sa ne me gêne pas pour le moment, je ne laissait que quelques mèches pendre sur chaque coté de mon visage, ce qui découvrait ainsi mon regard vairon que peu de voyageurs avaient pu apercevoir d'ailleurs jusqu'à maintenant et je me dirigeait donc de nouveau vers mon ordinateur pour voir un E-mail d'un certain Free. Sur le coup je me demandait encore ce que ce fournisseur d'accès à la manque voulait encore me refourguer comme matériel à la capacité quasi inutile puis en voyant le début du message sur ma boite de réception, je décidait de l'ouvrir tout de même afin de m'assurer que je ne faisait pas erreur en pensant qu'il s'agissait de la légendaire boite d'incapables.

J'avais fait erreur et j'avais bien fait d'ouvrir ce mail qui m'était envoyer à ma grande surprise par le voyageur de Dreamland Ed Free, connu comme étant l'un des "rookies" les plus prometteurs de l'année dans le monde onirique. Son message me fit sourire de par le fait que je ne comprenais pas pouvoir il était venu à m'envoyer sa juste en prétendant avoir parler à Lithium. Que voulait-il celui la ? Cherchais il à psychanalyser ma vie de couple avec ma jolie blonde ? Si mes souvenirs étaient bon, la dernière fois que j'avais rencontrer ce type était un bref instant passé au Royaume des Cow Boys avant la bataille contre les forces d'Onirion et des Sword of Misery. Il fallait croire que ce mec avait réussi à survivre à Dreamland alors qu'il était opposé à un gros poisson sans même le vouloir ! Hélèna von Jackson était portée disparue désormais depuis les évènements passés et Dimitri Vladof l'homme qui était en dessous de la demoiselle aux sabres étaient aussi passé de vie à trépas par les moyens de Lithium que je n'avais pas pu empêcher de déchainer sa fureur face à l'homme aux machines. Tout cela allait me travailler toute la journée et cela jusqu'à ce que je puisse sortir du travail pour m'endormir comme une masse par l'épuisement d'une journée bien lourde au restaurant à servir les clients tous aussi aimables qu'une porte de prison.

Ayant une nouvelle fois hurler sur Dahlia pour que mon corps ne soit pas un aiguisoir à griffes, je m'endormit en pensant à cette saloperie de chat et finit donc par attérir au Royaume des chats, la ou je devait retrouver Ed Free qui visiblement ne donnait pas signe de sa présence en ces lieux pleins d'animations et de félins endiablés par le commerce qui semblait très florissant dans cette partie du pays. Il fallait cependant croire que nul n'était à l'abri d'un vol quelconque car un chat se mit à miauler d'horreur lorsqu'il reçu sur le poil un étal plein de fruits et légumes alors qu'un homme fuyait devant lui avec hâte et aucune envie d'en découdre avec les félins complètements surpris par la catastrophe.

"Pas de répit pour moi il faut croire !"

A peine avais-je finit ma phrase que je me retrouvais à quelques mètres devant le voleur, me jetant sur ce dernier en utilisant la pliure de mon bras de manière à attraper son cou pour lui assener un Lariat qui lui coupa quelque peu le souffle avant que je ne lui mette un coup de poing dans le diaphragme avec l'autre main et que je finisse par le mettre à terre en lui faisant une clef de bras, attendant que les chats rappliques à l'endroit même ou je me trouvais pour récupérer le fruit du larcin qui avait été plus que juteux.

-Vous ne l'avez pas tuer ? Il le mérite bien pourtant ! Sale voleur !

-Pour moi ce type n'a aucune valeur ! Son cœur n'est pas assez noir pour être un bandit de grand chemin, mais la où vous êtes capables de trouver le mal, ce mal peut être une recherche de survie malgré la férocité du vol, la faim fait souvent sortir le loup de sa tanière...

-Hé bien voila une embuscade fort bien faite pour prendre la tête du charismatique Vlad Siegfrey ! Paladin, cet homme n'est pas qu'un simple bandit ! C'est aussi un très bon comédien qui sait faire courir les gens avant de les attraper dans ses filets pour les tuer d'un coup sec !

Un chat s'avança prêt d'ici vêtu d'un costume de policier et s'avança en direction du voleur de bas étage avant de ne tomber endormit sur la tête de ce dernier alors que je le regardait avec un air terriblement dubitatif sur sa façon d'être, puis c'est alors qu'un couteau vint à me frôler depuis un toit de maison et vint à se planter dans le corps du voleur qui semblait avoir été tuer par crainte qu'il ne parle d'une chose qu'il n'aurais jamais dût mentionner en ma présence, mais autant dire que ce genre d'acte n'était pas à mon gout du tout et qu'une poursuite s'engagea donc contre un homme enturbanné et portant une longue cape pour dissimuler son identité. Plus je courrais et plus j'avais l'impression qu'il prenais de la distance par rapport à moi qui venais d'utiliser ma vitesse de la lumière après quelques minutes. Cependant pendant la course il me semblait avoir reconnu le design d'un objet magique qui ressemblait assez aux fameuses "Bottes du Guépard" qui permettrait à son utilisateur de courir beaucoup plus vite qu'a la normale, mais je ne me doutait pas qu'au détour d'une rue, la rencontre que je devais faire n'était plus une moquerie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Mar 26 Juil 2011 - 16:13
La première fois que j'avais lu le titre d'un célèbre livre de Zola « L'assommoir », j'avais cru que l'auteur célèbre accusateur s'était amusé à décrire des vacances d'été moribondes. Perdu ! il critiquait l'alcool ; pas grave, il faudrait que je résolve cette affaire plus tard. Parce que les vacances d'été était le temps où l'emploi du temps subissait des contraintes terribles, tiraillé en même temps par la famille, les amis, l'autre famille, les autres amis, le travail (enfin, le salaire surtout) et la farniente pure et dure. Les transitions en étaient toujours aussi détestables... Je trouvais toujours des trucs à faire mais que je ne faisais jamais, parce que le temps libre était comme de l'eau : on pouvait en manquer, on pouvait s'y baigner, mais on pouvait aussi s'y noyer. Et sous la chaleur écrasante du Sud, j'avais sacrément envie de me retrouver aux plus noires profondeurs de la lassitude éhontée. La procrastination restait un sport d'été.

J'étais devant mon ordinateur, mais mes ondes cérébrales produisaient juste assez d'énergie pour me rappeler qui j'étais et tout ce que je ne faisais pas et que j'aurais pu faire si seulement mon regard n'était pas désespérément collé à l'écran. La souris s'agitait inutilement sur les pages Internet en espérant trouver quelque chose d'intéressant mais elle fit choux blanc. Je soufflai entre ma barbe de trois jours une insulte que j'entendis à peine avant de faire glisser la chaise de mon bureau pour me relever et subir la chaleur de mon studio miteux. Mon travail de mois d'Août allait bientôt commencer. Quelques jours encore... La période était si réduite que j'avais été incapable de pouvoir organiser quelque chose de sympa. Cartel allait bientôt revenir, Shana était je-ne-savais-où mais pas là, Jacob était Jacob, etc. Que des excuses pour ne rien faire et rester chez moi. Mais je ressentais comme une boule de reproches dans mon nombril qui m'accusait de ne rien foutre. Des regrets... Je sortis dehors en essayant de paraître éveillé. Vaste mensonge, mais au point où j'en étais... Je passai dans deux bars différents, tentant de noyer mon oubli sous de l'alcool. La bière était glacée, un avantage incontestable lors de cette époque de l'année. Et tandis que je dérivais dans les rues tel un spectre urbain, j'en venais au mail que j'avais envoyé à Vlad. Rencontre au Royaume des Chats, il avait intérêt à être là. Car j'avais besoin de régner une implacable justice.

Quelques jours plus tôt, j'avais commandé au Paladin un rendez-vous, et ce pour plusieurs raisons. La première était Lithium que j'avais rencontré un soir dans un bar. Sa personnalité à deux pôles m'avait fait peur et je voulais tenter de la calmer une bonne fois pour toutes. Les pulsions ne devaient pas être suivies ; ce n'était pas la liberté, les pulsions. La liberté, c'était quand on pouvait réfléchir et je doutais qu'on puisse réfléchir quand des sentiments animaux nous contraignaient à l'action. La seconde raison était la justice ; nous n'étions pas des Voyageurs très connus. Mais il fallait qu'on prenne position face à l'entité qu'était Dreamland. Faire front commun contre les bandits, c'était une justification en soi qui ne me déplaisait pas. Je voulais envoyer un message bienfaisant aux anciennes générations. La troisième et dernière raison était beaucoup plus personnelle. S'il fallait que je la résume à des gens qui ne connaissaient rien en géopolitique Dreamlandienne, disons que je devais arrêter quelqu'un là-bas, de très particulier. Mais la suite contera beaucoup mieux que moi les événements qui allaient suivre. Même si le SMS que j'envoyais à Jacob pouvait très bien résumer la situation. Je savais qu'il le savait, et je savais qu'il savait que je savais qu'il le savait. Mais j'obtins pour récompense cette petite étincelle de bonté sadique quand le « Message envoyé » apparut à l'écran. Il y allait avoir du ménage de l'autre côté de la loi.

Le retour à la maison fut déjà plus agréable. La température avait baissé, mon humeur remontait dans une fonction inverse et quelque chose me disait que je pouvais encore sauver ma soirée. Trois heures plus tard, quand j'étais en train cuisiner des burritos, mon chat éponyme vint réclamer son dû bi-quotidien. Je l'envoyais voir ailleurs d'un petit coup de pied. Je préférais veiller cette nuit : j'avais demandé à Vlad de se coucher tôt si possible car je préférais le retrouver plutôt que l'inverse. Raison personnelle, laissez-moi du suspense. Comme de bien entendu, Jacob ne m'envoya aucune réponse qui pourrait me laisser croire qu'il avait bien reçu mon SMS de confirmation. Mais c'était Jacob. C'était limite lui qui m'aurait envoyé un SMS pour que je lui envoie le SMS. Lui comme ma sœur étaient des fous furieux du QI. Sangsues... Je dégustai mon dîner dans un silence sadique. Les trompettes de l'enfer allaient sonner cette nuit. Mais d'abord, brossages de dents...

J'attendis au-delà de minuit avant de m'endormir (ce qui n'avait rien d'exceptionnel, je devais vous le concéder). Cependant, l'attente avant d'aller se coucher pour rejoindre un Voyageur était bien plus longue que le normale. Je gambadais entre les différents mensuels scientifiques et les revues littéraires pour patienter jusqu'à la nouvelle journée. Je pris même un livre en attendant, tandis que mon chat faisait les cent pas dans le studio avant de se décider à rejoindre le lit. Malheureusement pour Victor Hugo, je n'arrivais pas totalement à plonger dans son univers parisien et malodorant. Ma tête carburait à l'adrénaline pour une fois. C'était une des rares fois où j'avais autant envie de débarquer à Dreamland. Car la justice allait encore frapper, et de manière forte. Et ce grâce à la présence exceptionnelle de Vlad Siegfrey. Je tentais de calmer mon excitation ; rien de pire que de s'endormir quand elle vous coulait par le nez. Minuit trente, c'était le moment où je devais m'endormir. Me connaissant, il faudrait que je ferme les lumières quarante minutes plus tôt. Ce que je fis d'un clic quand 23h47 apparurent à l'écran. Mon chat s'endormit d'autant plus, lové contre mes jambes comme le plus mignon des hypocrites. Je le caressai entre les oreilles quand il faillit me dévorer les doigts. Je posai ma tête contre l'oreiller en grognant et en insultant la race féline dans son ensemble

__

Les trois E !
Endroit : Sans surprise, j'étais dans le Royaume des Chats. Je reconnaissais ce marché, ce palais et ses habitants avec une aisance certaine. Même si je devais avouer que les quartiers devaient être un peu plus modernes que la normale. Certainement parce qu'un duo de crétins s'était amusé à détruire le tout. Au moins, l'architecture progressait grâce à notre courage. On devrait nous remercier de notre zèle au lieu de tenter de nous enterrer. Heureusement sur moi, j'étais apparu sur un toit de la ville. Idéal pour retrouver mon paladin préféré. Le soleil gigantesque s'abattait à l'horizon tel une masse homérique. Les nuages minces filaient comme de la laine au-dessus de ma tête. Je souris en leur direction. Cette nuit allait être une pure soirée.
Égos : Je surplombais la foule grouillante qui se pressais dans les rues. Dur à savoir qui étaient les plus nombreux entre les commerçants et les clients. Il y avait tellement de babioles à vendre qu'un mètre carré du marché égalait tous nos commerces du monde. Sinon, je ne voyais pas Vlad. Je scrutais la foule mais je ne parvenais pas à trouver ses cheveux vertes caractéristiques (une photo de lui dans le DreamMag aidait beaucoup).
Effets : Comme de bien entendu, je portais des vêtements plus orientaux que d'habitude, pour ne pas jurer avec l'ambiance asiatique du tout. Un pantalon noir bouffant, des tongs qui tenaient bien les orteils (tant que ce n'étaient pas des spartiates), un débardeur noir et or ouvert sur mon torse. Et sans oublier mes fabuleuses lunettes de soleil qui falsifiaient ma vision. Branche très fine et monture noire et ronde. J'avais peur de ressembler à Morpheus maintenant... C'était bien, elles ne juraient pas avec le reste... Mon panneau de signalisation avait pour une fois le mérite d'être explicite : un sens interdit barrait son cadran. Le message était clair. Quand je portais ce panneau de signalisation, cela voulait dire que quelqu'un cette nuit-là allait morfler.

J'attendis moins de deux minutes afin de mieux appréhender Vlad Siegfrey du haut de mon toit de maison. Toujours rien en vue, même pas le début d'un chambardement de merde. Je remis mes lunettes de soleil en place, tombant à cause de la chaleur quand mon compagnon de toujours arriva. Jacob était arrivé. Il était temps de se mettre en route. Quand j'entendis enfin mon chambardement de merde. Plus loin, une course-poursuite était engagée. Je le savais car des chats hurlaient à qui mieux mieux en file indienne. Si ça, c'était pas explicite. Mieux encore, les participants de cette histoire se dirigeaient environ vers nous. Enfin, presque. Mais ils convergeaient vers notre direction, environ. Un flash lumineux... Il y avait Vlad Siegfrey qui poursuivait un inconnu. Parfait pour moi... La justice allait pouvoir frapper. Le plan qu'on avait préparé pour ce genre de cas pouvait se mettre en place. En quelques signes explicites qu'il connaissait déjà de toutes façons, je résumais à Jacob la situation. Puis dès que le tout était emballé et ficelé, on pouvait passer à l'action.

Je me mis à courir pour me placer directement sur le toit de maison qui donnait sur la future trajectoire des deux assaillants. Je pouvais les voir qui approchait à grande vitesse. Bon Dieu. Il y avait le premier qui était enseveli sous des bandelettes ou autres conneries de turbans pour recouvrir son visage. Et l'autre qui ressemblait d'avantage à une ampoule qui se serait trompé de lampadaire. Le poursuivant était Vlad, le paladin, ça ne faisait aucun doute. Je m'en branlais totalement de l'identité du premier.

La tête de Vlad avait été mise à prix. Je dénigrais quelqu'un qui se permettait d'outrepasser les lois pour s'autoproclamer Juge de Dreamland. Mais si cette personne se permettait de tuer, si cette personne avait sa tête mise à prix... alors là, il n'y avait rien d'autre pour m'appâter. Vlad était la cible que j'avais envie de pêcher par excellence. Pour moi, il n'était rien d'autre qu'un criminel qui utilisait ses lubies pour se permettre de tuer des gens qui ne le méritaient pas. Quand quelqu'un tuait quelqu'un, il était un criminel, quelle que soient ses raisons. Et si en plus sa tête était mise à prix, c'était bien la preuve qu'il était recherché. Certes, je savais que ma tête était aussi mise à prix mais par des salopards sans vergognes persuadés que j'avais tué leur fille psychopathe. Mais Vlad avait réellement tué des gens. Et ça, ça me rendait malade. La loi n'était pas là pour tuer les gens. On ne peut pas se réclamer son fils alors qu'on assassiner impunément les autres. Le but de la Loi était d'être commune ; qu'un homme seul les transgresse pour les foutre un peu plus loin, ce n'était plus de la loi. C'était de la mégalomanie. Je détestais ces personnes-là, qui cherchaient à foutre le boxon comme il se le devait. Il fallait une raison, et je « jugeais » celle de Vlad insatisfaisante. Puis, il y avait une autre raison pour lequel je l'avais capturé. Mais je n'en avais pas parlé à Jacob. Ça ne concernait que moi et Lith. Tant que rien ne nous séparait de la prime sur sa tête, il n'y aurait aucun problème. Le plan était infaillible.


"Jacob, on va mettre de l'épinard sur nos beurres. Intercepte-les vite."

J'avais utilisé une paire de portails pour lui parler, et je gardai la même pour l'envoyer instantanément cinquante mètres plus loin.

La justice allait régner ce soir. Opération Putois Blagueur lancée.



[MESSAGE EDITE]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Mar 26 Juil 2011 - 16:19
*Ce soir, seconde sortie. Depuis que Ed avait fait l'expérience de cette petite merveille de technologie magique qu'est ma saloperie de bulle, il ne rêvait plus que d'une chose. M'en faire sortir dès que possible, le plus souvent pour que je profite à mort de Dreamland, non pas que la perspective de quitter la petite prison qui était éternellement la mienne ne me plaise pas. L'idée de me retrouver dans Dreamland et d'y être une quidam comme un autre avec comme pouvoir de faire bouger un machin invisible. Bref, sensiblement pratique. Le seul et unique problème de cette brillante stratégie est qu'il me faut deux éléments pour réaliser cet exploits. Le premier, c'est Ed, le seul abruti capable de créer des portails et donc de créer un passage pour quitter la bulle et y entrer - quoi que l'idée est complètement absurde, qui voudrait rentrer là-dedans ? Oui, je sais, Ed serait juste trop content d'avoir mon pouvoir, il n'a décidément rien compris. Qui entre la dedans est condamné à une souffrance atroce. Et donc, le second élément est qu'il me faut quelqu'un d'autre pour prendre ma place à l'intérieur du machin. Si je sors tout seul, la bulle, cette gentille petite garce, me suivra, elle a été designée pour retenir une pauvre victime prisonnière et ça, ça va au-delà de mon contrôle sur elle. Je peux en changer la forme et la bouger, mais pas l'empêcher de remplir ses fonctions premières. Du coup, il me faut un abruti pour prendre ma place à l'intérieur de la bulle, sans quoi elle me suivra. Il lui faut un prisonnier. Et le problème c'est qu'en plus de laisser à Ed le plaisir d'avoir raison, je suis obliger de condamner quelqu'un à un tel calvaire. Et franchement, j'ai juste pas le coeur pour ce genre de conneries. Une seule nuit de souffrances suffit amplement un seul homme. Je n'imposerait à nul autre ce que je suis contraint de subir ici. Alors voilà, j'ai juste pas envie d'échanger ma place avec le premier venu à chaque fois que j'en aurais l'occasion, personne ne mérite ça. Pas même Clane. Finalement, Clane n'était qu'un petit frustré manipulateur qui s'était lancé dans un trip méchant de James Bond, tout ce dont il a besoin, c'est de purger sa peine pour descendre de son petit nuage. Obéir à nos ordres et s'occuper de ce qu'on lui demande jusqu'à ce qu'il ne désire plus qu'une chose : qu'on le laisse en paix. C'est sûr, une nuit dans la bulle serait assez radical pour lui faire changer d'avis quant à son avenir. Le problème est qu'on veut qu'il devienne plus cool, pas qu'il devienne suicidaire. Bref, résultat, personne ne méritant de souffrir comme ça, même pas moi d'ailleurs, le plan je sors de temps à autre ne fonctionne pas tant que ça.

Enfin, si, il y a bien une personne peut-être, qui mérite de se retrouver coincée dans une bulle, au moins pour la nuit. Le reste de ce qui lui arrivera, ben je m'en fous comme d'une guigne. En fait, ce type mérite clairement ce qu'on lui réserve. Et peut-être même qu'il aura la chance, si les gus auxquel on va le livrer son assez sympa, de ne pas trop rester dans la bulle et d'éviter la période fatidique "Je souffre et je veux que ça s'arrête bordel". Et ça encore, ce n'est même pas la phase finale que j'ai fini par nommer "Je souffre et je peux plus penser à autre chose, du coup j'attend que ça passe et je me promet que demain, je trouverais le moyen de crever avant cette phase précise". Bref, ce type est le seul gus du monde qu'on connaisse qui mérite une telle prison pour une nuit par ce gus, c'est simplement un malade mental complètement dégénéré. Quand j'avais vu les affiches avec son nom et la récompense approprié, je m'étais demandé si ce n'était pas un pauvre idiot qui comme nous s'était retrouver à avoir à faire à des connards de merde du genre les Von Jackson, tous des tueurs psychopathes fan de Scarface et du Parrain et même peut-être des Sopranos. Mais, en fait, il s'est avéré que ce type était de ceux qui avaient réellement fait des conneries. Et ça je l'ai su en faisant le lien avec des rumeurs qu'on avait eut. On savait qu'il existait un mec complètement barge qui sillonnait Dreamland en se prenant pour un justicier et qui butait tout le monde sous prétexte qu'ils avaient fait des fautes impardonnable et que leurs esprits étaient corrompus. Un tel monstre paraissait assez improbable. Mais selon toute probabilité, il vous trucidait pour avoir sorti une blague d'humour noir ou pour être coiffé de travers. Ce mec me fout les jetons rien que d'y penser. Son pouvoir ? Balancer une lumière purificatrices des âmes impurs. Son barème d'impureté est à ce point tiré par les cheveux qu'il brûle tout, sauf lui-même, le pur, le magnifique, bien entendu. Un connard pareil, ça n'existe que dans les contes de fées ou les romans nazis. Et ben en fait, à Dreamland, il y en a un, et c'est ce type qui s'est fait mettre une mise à prix sur sa tronche. Pour avoir tué un autre gars et là, franchement, je crois que je suis assez éberlué. Ed m'a un peu raconté ce que lui a pu entendre et moi je lui ai fait un petit topo sur ce que j'avais entendu. La conclusion, un espèce de taré se balade dans Dreamland avec l'objectif avoué de détruire tout ce qui bouge.

Je veux dire, nous, au royaume des deux déesses, on reçoit quelques réfugiés, puisqu'on y maintient une paix absolue. Mais le truc, c'est des fois, on a reçu des survivants de ces massacres. Ou des types qui l'avaient vu entrer en action. Ce mec est traumatisant pour ceux qui ne sont pas habitué à voir les horreurs oniriques qu'on a pu croiser Ed et moi. Tu balances une insulte parce t'es énervé sur le moment ? Et v'là qu'il te purifie ton âme à la barbare. Tu te bats contre un autre, v'là qu'il te transperce avec un laser. Justice est faite. On dirait Juge Dred, le film avec Stalone qui tire sur les gens en déclamant les différents articles de loi et pourquoi qu'il les trucide. En tant que machin à prendre au second degré, ce film est juste immense. Mais dans la réalité, ça fait rarement le même effet ce genre de comportement. Ok, je dis pas, certains type qu'il a niqués sont vraiment des connards. Mais même ! Les buter juste comme ça, sans leur laisser au moins une chance de se racheter ? Il fallait pas déconner non plus ! Ce mec était juste un putain de connard. Il butait des gens au nom de la justice et parfois pour tellement rien que c'en était écoeurant. Il paraît que deux types l'ont attaqué, deux voyageurs, comme ça se fait beaucoup à Dreamland et qu'il les a simplement buté. Bref, à Dreamland tout le monde se bat contre tout le monde pour grimper dans un classement absolument abruti. Moi non plus j'aime pas ça. N'enmpêche que c'est pas une raison pour les trucider ! Il vaut mieux les ignorer ces gars. Finalement, puisqu'ils sont tous d'accord pour se faire mutuellement manger les dents, laissons les faire. Mais là... Et le pire, je crois c'est en plus, il se prend pour le type le plus gentil du monde. Vous savez, Frollo dans Le bossu de Notre Dame, avec sa super chanson infernale ? Bah c'est exactement ça, un connard tueur en série qui clame que son âme est pur et que de sa vertu il peut être fier, contrairement à toute cette masse de traîne misère... Quel connard !

Sans me prendre pour un paladin ou un justicier, à Dreamland, j'ai plutôt tendance à aller me frotter aux criminels et aux monstres histoire de voir s'ils sont sûrs de vouloir continuer sur cette voie. Plus précisément, je passe le plus clair de mon temps à les combattre et à tenter de les empêcher. Les types qui foutent la merde, je les aime pas et je fais de mon mieux pour les arrêter. Mais bordel ! J'ai jamais tué personne ! Des monstres, peut-être un ou deux, mais des sale grosse bêtes sans conscience. Et jamais des voyageurs en plus ! Non, nous ce qu'on fait, c'est qu'on les arrête, on les tabassent seulement s'ils ne veulent pas se rendre. On les fait enfermer. Dans le pire des cas, on les force à être à notre service. Mais on ne les bute pas ! Jamais ! Et j'ai pas l'impression d'être un couillon naïf non plus ! J'ai même plutôt d'être l'impression d'être un gentil dans l'affaire. N'empêche que sur le terrain, il nous arrive de faire du dégât, rien que tu matériel, alors ça roule, mais avec lui, il viendrait me purifier la gueule parce que je tente d'arrêter un criminel... Bon, Ed a fait beaucoup de dégâts surtout, m'enfin, c'est pas une raison. Dans le fond, ce type est bon, il ne veut pas faire de mal. D'ailleurs, c'est bien pour ça qu'il m'a proposé ce plan pour capturer notre petit salopiaud de justicier sanguinaire. Je dois bien avouer qu'un tel mec a carrément besoin d'être calmé, et en fait, je me contrebalance de la récompense ou de toute autre connerie du genre. Le simple fait qu'un mec comme ça existe justifie qu'Ed et moi fassions le déplacement et qu'on lui apprenne un peu la vie. Alors, nous y voilà, au royaume des chats, là où l'on doit livrer ce malade pour toucher la prime. Et notre plan est assez simple et assez con pour qu'en deux secondes l'affaire soit réglé.

Voilà, les portails de Ed sont en place, j'entend le monde extérieur et la jolie voix de mon camarade. Vivement que ça cesse. Étrangement, à force d'être enfermé dans ma bulle, ben, j'aime de plus en plus le silence... Bref. C'est quoi cette vanne de merde qu'il me lance ? Mettre le beurre dans les épinards ? Ce type est désespérant. Inutile de lui répondre d'ailleurs... Hey ! Mais, il faut que je l'intercepte ? Mais, c'était pas exactement ça le plan ! Ah merde, notre poursuit un type à vitesse grand V multipliée par soixante-dix mille. Merde, il faut que je l'arrête avant qu'il ne "rende justice..." Bon, la ruelle est pas loin, on évalue la vitesse, on se concentre et... on s'envole ! Hume Airways on the move !*
Jacob, soulève sa bulle et se concentre, il vole aussi vite qu'il le peut et se met en position pour tracer une ligne parfaitement perpendiculaire à celle de la course poursuite. Il fonce entre les étals à la manière de superman, peut-être pas aussi vite, mais assez pour attirer l'attention. Dans le marché, trois météores s'avancent et convergent vers un même point. Finalement, la collision a lieu. Trop occupé à surveiller l'approche du Justicier Vlad Siegfried, le malfrat ne vois par arriver Jacob comme une météore sur son côté. Happé par le voyageur en vol il est emporté jusque dans la ruelle souhaitée où s'effectue un atterrissage forcé quelque peu rude qui le sonne un peu. Jacob utilsant sa vrille parvient à limiter les dégâts. Le voleur se remet debout, mais il est immédiatement attrapé par l'intouchable qui se saisit de son bras, le tort et par une prise d'Aïkido usuelle, le bloque sur le sol sans lui laisser le loisir de se relever. *Voilà qui est fait, et sans détruire le moindre bâtiment cette-fois, une bonne chose de faite, deux pour le prix d'un ce soir. Cool. Plus qu'à attendre que tout le monde rapplique... Vu la vitesse d'action de Vlad, je pense qu'il arrivera avant Ed. M'enfin, Ed a ses portails pour venir... Je lance les paris... Il y a du un petit changement de programme, mais je sais déjà que Ed saura combler notre petit défaut. La ruelle est parfaite. Neuf dix mètre de long, deux mètres de large, trois de haut. Et en plus, c'est tranquille ici pour discuter.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 775
Date d'inscription : 10/09/2010
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Vlad Siegfrey
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 510
Honneur: 310
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Sam 30 Juil 2011 - 12:00
Inutile de faire le point sur la situation car la scène avait attirer bien trop de chat pour que vous ne vous doutiez pas de l'émeute qui était présente sur les lieux, se demandant ce qu'un voleur pouvait bien être venu chercher sur ces terres ou le Roi avait pourtant placé une sécurité très renforcée depuis les récents évènements qui avait suivit une tentative d'assassinat de ce dernier qui aurait fait pas mal de bruit d'après ce que j'avais compris. Je relâchais quelque peu l'étreinte de mon bras sur ceux du voleur et regardait les chats tout autour de moi afin de deviner ce qu'ils avaient en tête, et autant dire que tout cela n'était pas vraiment glorieux pour le voleur à l'étalage qui si je le lâchait, risquait de passer un sale quart d'heure, connaissant ces chats tous aussi roublards et cupides.

"Il y'a d'autres moyens que ceux de voler tu sais...tu as beau avoir faim, est-ce que ces chats sont si cruels au point de te retirer tout l'honneur qui te reste ? Franchement pensez vous que de cette manière vous aller réussir à vous sortir de la misère dans laquelle est plongée votre pays ? Je ne crois pas que c'est une façon de faire les choses hein ? Et si jamais une guerre survenait, vous n'auriez même pas prêter main forte aux plus dému..."

de longs miaulement de stupeurs venaient de me faire détourner mon attention vers quelque chose qui arriva à grande vitesse en saisissant le voleur dans son vol ainsi que ma main qui fût littéralement attirée dans une course folle dans laquelle je n'eut pas vraiment le temps de réagir mise à part le simple fait de me demander ce qu'était tout de bordel et surtout pourquoi avais-je l'impression qu'une main humaine m'entrainait vers une sorte de portail très étrange qui m'entraina sans que je ne puisse m'en rendre vraiment compte dans une ruelle alors que le voleur disparut avec l'humain qui m'avais attraper au vol. Pas vraiment rassuré de tout cela, je déployait mon bouclier du ciel bleu en gardant mon autre main sur le manche de la Lame Gabriel qui de sa lueur d'or éclairait même une légère zone d'ombre sous mes pieds. La ruelle n'était pas si déserte au final car dans une zone quelque peu cachée par des charrettes et des sacs de céréales se trouvait une autre personne, un blond qui se trimballait avec une sorte de panneau de signalisation sur lui, sans aucun doute il était l'homme que je recherchait car les descriptions faites de lui dans le DreamMag ne pouvait pas me tromper sur sa personne et il s'agissait bien de l'expéditeur de mon mail étrange...Ed Free.

"Je ne crois pas que ce soit une manière d'attirer les gens vers soi ! Tu ne crois pas Ed Free ? Je n'ai rien contre ta présence et celle de "ce mec" mais il va falloir m'expliquer l'origine de cette rencontre car vois-tu, le crime ne prend pas de vacances !"

J'avais une sensation désagréable à l'intérieur de moi même et sans vraiment comprendre pourquoi, je n'étais pas sûre des intentions de ce type au comportement assez déplorable pour ne pas venir lui-même à ma rencontre. Après tout c'est vrai non ? Pourquoi envoyer l'un de ses sbires afin de faire le sale boulot quand on s'appelle Ed Free et que notre position au sein de la ligue M nous permet de penser qu'on peut faire peur à d'autres voyageurs ? Peut être me craignait-il assez pour ne pas avoir préféré me prendre seul à seul, et pour cette raison si elle était la bonne, je ne comprendrais pas vraiment pourquoi il aurait à avoir peur, car visiblement ce portail qui m'avais envoyer ici était l'un des pouvoirs des deux hommes, mais si celui qui m'avais attraper était une chose en rapport avec la vitesse ou encore en rapport avec le fait de voler, alors il est bien plus probable qu'il s'agisse du pouvoir de Free et donc, normal que je soit quelque peu en garde face à un homme dont je ne connaissait pas réellement les intentions. Son mail avait simplement stipulé qu'il avait parler avec Lithium et c'est d'ailleurs bien ce qui me fait le plus peur dans toute cette histoire car en bon petit ami que j'étais, inutile de dire que je ne laisserai pas ma compagne fréquenter n'importe qui sans avoir des appréhensions quand à ces derniers s'ils se révélaient trop entreprenant vis à vis d'elle, et ce blondinet avec ses binocles Optic 2000 ne me disait rien qui vaille car la tête qu'il avait à l'heure actuelle était vraiment celle d'un pervers.

"Vous êtes deux, et je suis seul, qu'est ce que tout cela signifie Ed Free ? Je suppose que ton chien de garde n'est pas la pour faire tapisserie et si vous aviez prévu un acceuil aussi peu chaleureux pour moi, je peut supposer que l'un d'entre vous à une dent contre moi, je me trompe ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Lun 1 Aoû 2011 - 16:54
La scène était totalement ridicule. Mais elle avait cet avantage particulier que j'aimais tant : j'étais juste un spectateur à la mémoire longue. Il fallait bien quelqu'un pour faire rappeler à Jacob cette prise totalement hilarante. Comme j'avais pu m'en douter, Vlad et sa vitesse pas naturelle avaient intercepté le voleur en quelques secondes. Bien avant que Jacob et sa bulle puissent les rattraper, malgré mon portail qui lui avait permis d'éliminer une distance d'une cinquantaine de mètres. Et au lieu d'attraper seulement le voleur, Jacob emporta le Juge de Dreamland avec lui. Oh mon dieu le boulet. La scène était totalement ridicule. Les protagonistes étaient en train de changer de rue, me rendant incapable de les apercevoir. Et merde, il faudrait bien que je bouge aussi pour savoir ce qui se passerait. Je me demandais encore pourquoi on n'avait pas capturé Vlad directement. Tout aurait été plus simple et on aurait eu le beurre, l'argent du beurre, la crémière et les actions sur la propriété laitière. Maintenant, il y avait des risques de fuite et je me demandais encore ce que je devais faire. Comment je pourrais le capturer ? Manière douce ou manière forte ? Accepterait-il ? Devait-il accepter ? N'était-ce pas mieux de suivre le plan initial et ainsi de garder la surprise et le suspense ? Il était normal de ne pas faire confiance à un inconnu, surtout quand l'inconnu ne cherchait qu'à pulvériser les vices chez les personnes. Bah, je verrais bien ce qu'il faudrait faire sur place. En espérant que je prenne une décision rapidement, je n'avais pas envie de faire patienter Jacob. Il n'aimait pas attendre. En même temps, coincé dans une bulle qui lui aspirait l'énergie, je comprendrais parfaitement qu'il voulait se changer les idées sur les événements.

J'empruntai mon propre portail qui avait permis à Jacob d'aller si vite, et je me retrouvais sur la rue à moins de cinquante mètres. Je n'avais pas attendu une seconde entière avant que les trois zigotos aient disparus avant de bouger à mon tour vers la ruelle. J'arrivai moins de trente secondes après tout le monde, où je pouvais voir Jacob en train de neutraliser le voleur à la petite semaine. Et puis il y avait Vlad. La victime du soir pour de bonnes raisons. Je pouvais lui expliquer mais je me demandais si mon plan aurait l'efficacité recherchée. Il fallait aussi que Vlad l'accepte ce dont je n'étais pas sûr. Et s'il refusait de marcher dans notre jeu, il détruirait plus de choses qu'il ne l'imaginerait. Peut-être que la meilleure solution était de se comporter en brute épaisse. Pour cela, je n'aurais pas trop de problèmes. Jacob non plus d'ailleurs. Il avait certainement quelque chose à dire à Vlad mais je ne pouvais pas me permettre de pouvoir le laisser parler. Pas que j'avais une dent contre mon compagnon mais ma paire de portails allait être utilisé pour une autre raison. Je remis ma paire de lunettes sur le nez. Il devait commencer à comprendre que quelque chose clochait. Je n'avais jamais mentionné la présence de Jacob et ça commençait à inquiéter Vlad. Réaction normale. Mes yeux s'assombrirent, camouflés derrière mes lunettes de soleil :

Premier Portail : Devant moi, me protégeant de toutes attaques éventuelles de Vlad s'il venait à s'approcher de moi.
Second Portail : Dans la bulle de Jacob.
Effet provoqué : Si le justicier tentait de m'attaquer au corps-à-corps, il partirait directement dans la bulle de Jacob. C'était plus une précaution qu'autre chose. S'il venait à attaquer directement sans de préambule, il entrerait dans la bulle en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. J'en venais à espérer qu'il ne cherche pas à poser autant de questions et qu'il passe directement à la baston : ça m'éviterait de réfléchir sur ce qu'il fallait faire maintenant. Je joue le connard au risque de me faire un nouvel ennemi, ou je prends le risque de régler ça dans un pacifisme bienvenu ?

En tout cas, peut-être que Jacob pouvait discuter mais il trahirait directement la position de mon portail. Si on pouvait éviter d'en arriver là... Si Vlad sentait que la voix de Jacob ne venait pas de derrière lui, il se sentirait trahi, piégé. Et ça pourrait mettre fin à la discussion aussi rapidement qu'elle avait commencé. Pourquoi tout partait en vrille ? Enfin, pourquoi tout était aussi compliqué, plutôt ? Vlad était coincé entre lui et Jacob. Un combat serait dommageable pour le justicier. Si lui et Lith avaient eu du mal à battre Dimitri à deux alors que Jacob et moi aurions pu le plier à cette époque seuls, et sans compter notre montée en puissance depuis, Vlad aurait beaucoup de mal à pouvoir nous affronter. Capturer quelqu'un était maintenant un jeu d'enfant pour nous. Si un ennemi venait à se retrouver dans la bulle à la place de Jacob grâce à mes portails, il n'avait aucune chance de s'échapper. Le pouvoir de mon compagnon était de diriger sa bulle seulement, pas de la faire apparaître ou autres conneries. Et elle suivait quelqu'un tant que personne d'autre n'était à l'intérieur. Donc si un prisonnier quelconque était piégé dans la bulle, Jacob pourrait le mener où il veut sans limite de distance. Terrifiant pouvoir qui allait nous servir. Et qui servirait si Vlad venait à tomber dans un de mes portails invisibles. D'ailleurs, ce dernier prit la parole. Effectivement, il était inquiet et il avait de quoi. Les deux Voyageurs des Private Jokes étaient là et il ne semblaient pas vouloir discuter tricot. Je lui répondis bien vite :


« Bien sûr que le crime prends des vacances. On vient de lui obtenir un rendez-vous d'ailleurs. »

Je m'étais avancé sans dégainer mon panneau de signalisation. Le combat n'aurait pas lieu de suite. Je lui laissais le temps d'absorber ce que je lui disais, histoire qu'il comprenne pourquoi on le suivait. Le tout était dit : on le prenait pour un criminel. Vlad n'allait pas mettre longtemps à chercher dans sa mémoire les meurtres qu'il avait commis. Dans ma politique des choses, on ne tuait personne. La justice n'était pas là pour assassiner des gens. Tout simplement parce que personne ne devrait tuer une autre personne. C'était ridicule que des gens en arrivèrent là. Et c'était d'autant plus ridicule si la justice s'y mettait. Donc quelqu'un qui se disait Juge ne devait pas tuer ; car n'importe qui qu'on soit, si on se mettait à tuer, on devenait un meurtrier. Et arrêter les meurtriers, c'était notre job à Jacob et à moi. Vlad continuait à me parler d'une voix méprisante, comme si ne pas spécifier dans mon mail que Jacob serait de la partie était une bévue qui méritait d'être purifié. Dire que mon camarade était plus en pétard que moi contre lui ; être étudiant en philosophie devait vous changer un homme. Et en plus, y avait une prime. J'allais être payé pour faire le bien. Bon, continuons à jouer le méchant. De toutes façons, je savais que j'agirais comme ça s'il n'y avait pas cette drôle d'histoire derrière. Je sentais déjà l'odeur des EV et de la félicité. Dès que toute cette histoire sera terminée, peut-être même que Vlad me pardonnera. Il ne fallait pas trop y compter et je n'y tenais pas. Je ne l'aimais pas de toutes façons, et s'il s'était renseigné sur moi et Jacob, il nous trouverait chiants à mourir. Donc je n'étais pas ici pour faire ami-ami avec ce type. Si ce sentiment véritable transparaissait sur mon visage, ça n'en sera que mieux. Ça m'évitera de penser que j'étais un hypocrite. Il fallait d'abord voir si Vlad était récupérable avant de le capturer. On ne savait jamais. Si je me rendais compte que c'était un chic type, peut-être que j'accepterais de faire ça en douceur. Mais d'abord, testons-le un peu :

« Il y en a beaucoup plus qui ont une dent contre toi ; on n'est juste deux représentants. Tuer des gens n'a jamais été à établir des relations sociales sympathiques. Et évite de traiter Jacob de chien de garde. Il ne t'entend pas parce qu'il est sourd comme un pot mais je suis persuadé qu'il pourra te faire comprendre la véritable signification de ce mot si tu lui en laisses l'occasion. »

La vérité était que Jacob devait avoir tout entendu. Mais il savait se tempérer. De toutes façons, Jacob devait avoir une si haute estime de lui-même qu'il ne devait pas comprendre de qui Vlad voulait parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Mar 9 Aoû 2011 - 12:46
*Et est le vainqueur de ce petit concours, merci à tous, vous pouvez aller récupérer vos gains à l'accueil. Bon, en dehors de cela, ce type m'a l'air aussi louche que sa réputation de tueur en série, je suppose qu'il n'est pas sans futilité de dire que je ne lui accorde à ce moment précis pas beaucoup d'attention. J'ai entre mes mais quelque criminel notoire, sûrement pas grand chose comparé à celui qui va faire l'objet de notre petite entrevue. Et comme je n'ai pas non plus l'intention de rester dans cette position débile pendant des heures, ni-même de laisser cet abruti en griller un de plus, je pense qu'une mesure plus radicale - sans l'être trop bien sûr - demeure superbement approprié pour la circonstance. Mon plan est assez simple en la matière, j'assomme cet énergumène et je l'attache, puis je le laisse tranquille jusqu'à nouvel ordre. Je ne sais pas exactement s'il causera énormément de tort si par hasard il en venait à se libérer. Mais franchement, je ne le lui conseillerais pas, se libérer et tenter de fuir en présence d'un tel dégénéré, cela signifierait pour lui à coup sûr la mort par taostage. Alors, pas question de languir ici, Ed arrive enfin et nous allons pouvoir commencer notre petite affaire.* Jacob passe donc à l'action, il donne un très bon coup dans la nuque de sa capture et celle-ci cesse toute activité probable pour adopter l'inertie. Utilisant le tissu même des vêtements du voleur, il en fait des liens, puis bâillonne et l'attache du mieux qu'il peut. Il revient ensuite à son comparse et leur invité. Il change la forme de sa bulle pour en faire un ballon, dans l'espoir qu'Ed accepte de créer un portail entre l'intérieur et l'extérieur, lui permettant ainsi d'entendre la conversion, *et peut-être même d'y participer si l'envie m'en prend. Oui, c'est bon, il l'a fait. J'entend parfaitement leur... Ok, bon, ça n'a pas l'air très intéressant ce dont ils discutent. Peu m'importe, nous allons voir ce que nous allons voir. Actuellement, Ed et moi sommes dans une position idéale. Lui d'un côté de Vlad, moi de l'autre. Il peut me voir sans que Vlad ne me voit et inversement. Cela me permettra de lui faire quelques signes au cas où pour qu'il comprenne qu'il vaut mieux orienter la conversation d'une certaine manière plutôt que d'une autre. Mais de ce que j'entends, Vlad m'a tout l'air d'être fidèle au poste, il n'en rate pas une. Il est dans le royaume même de l'arnaque et à l'entendre ça m'étonne qu'il n'ait déjà pas tout cramé ici.

Je me demande s'il est utile de lui répondre des répliques cinglantes où si je laisse tout ce loisir à Ed. C'est un art dans lequel nous sommes tous les deux versés, ainsi je pense que je peux lui faire confiance. D'un autre côté, je n'ai jamais entendu la moindre réplique cinglante de la part de Ed. Je veux dire, j'en ai entendu un paquet de sa... - enfin nous règleront cela plus tard -, mais lui, jamais. Comme je suis toujours sourd dans ma bulle, je ne peux pas entendre ce qu'il sort aux autres. Si ça se trouve, il est absolument nul dans cette catégorie. Bon, j'avoue que je ne sais pas si je suis moi-même un expert pour juger les choses en la matière, après tout, personne n'entend mes propres répliques cultes, peut-être suis particulièrement mauvais dans cette technique aussi. Bon Ed a l'air de se débrouiller tranquillement, c'est pas du grand challenge pour le moment, mais au moins c'est pas mauvais. Peut-être qu'il peut faire mieux, on en est qu'à l'échauffement. En dehors de cela, leur conversation ne décolle pas des masses pour le moment. Je ne sais pas si je dois intervenir pour la rebooster ou pas, mais j'ai pas envie de passer des heures là-dessus. Soit on trouve un accord, soit on trouve pas. Mais on le fait vite dans tous les cas. Qu'ils me traitent de chien de garde s'ils veulent ou de toutou, comme dit Ed, je saurais montrer les crocs en cas de problème. Mais je me demande s'il n'est pas préférable de rester silencieux. Après tout, Ed m'a présenté comme absolument sourd, pourquoi pas, c'est une bonne méthode pour garder un élément de surprise. En plus ça fait un putain de signal totalement intraçable pour me dire d'agir au cas où ça déraperait. De un parce que comme j'entend leur conversation, je comprendrais immédiatement quand ça dérapera - si ça dérape, on a l'air parti pour que ça dure cette affaire... Ensuite, tout simplement parce lorsque Ed retirera son portail de ma bulle, ce ne sera que pour une et une seule raison. Parce qu'il en aura besoin pour autre chose. Et il n'y a pas trente mille autre choses à faire dans une ruelle. Vlad ne pourra pas repérer le déplacement, la disparition et la recréation des portails, moi si, puisque ce portail me permet d'entendre le monde extérieur pour le moment. À la seconde où je ne l'entendrais plus, j'agirais. C'est aussi simple que cela. Pas besoin de message codé ni ne geste à peine perceptible qu'on risque de manquer. Il ne me reste plus qu'à taper la pose et à rester aussi silencieux qu'une tombe et à attendre que ça se passe. Diable, ça risque d'être long à ce rythme là...

D'ailleurs, qui est mon personnage amateur de réplique cultes préféré ? En voilà une bonne question - et aussi une bonne façon de passer le temps des présentations. Mmh, si je devais faire un top 10 des lanceurs de répliques qui tuent, qui est-ce que je mettrais ? Top dix ? C'est peut-être un peu trop, admettons plutôt un Top 5 pour commencer, on verra si je mets la barre un peu plus haut après. Et attention, déterminons d'abord que les répliques qui tuent sont les répliques les plus cinglantes de l'univers, pas des machins métaphysiques je vous prie ! Donc, en numéro cinq, nous avons... James Bond. À part dans les deux derniers volets de ce héros anglais mythique, ce personnage déchire en matière de répliques. Que ce soit pour draguer la moitié des jeunes femmes de la planète ou pour commenter une surenchère d'action qu'il vient d'accomplir, ses répliques sont toujours à la bonne heure, toujours à double sens, toujours drôles. En plus, c'est peut-être le seul mec qui lorsqu'il annonce "Je suis Bond, James Bond", ben, c'est une réplique qui tue... Seul défaut. Il n'y en a pas assez ! Il n'en sort pas vraiment à tour de bras, seulement une fois de temps en temps quand ça l'amuse. Un trop sérieux pour être mieux classé donc. En numéro quatre, nous avons... Dr Cox. Ce personnage de la série Scrubs a tout simplement été créé pour sortir des répliques cinglante dans chacune de ses scène. Sauf la dernière, puisque c'est lui qui sort la morale de l'histoire la moitié du temps. Bref, c'est le mentor le plus cool de la planète, puisqu'il passe son temps à vous rabaisser de mille et une manière ! Pour commencer, il trouve le moyen d'appeler constamment le héros "noobie", même après huit ans de travail commun, ou alors par des prénoms féminins, et toujours des prénoms différents en plus. Je ne suis pas allé vérifié, mais je ne crois pas qu'il en utilise un seul deux fois dans l'ensemble de la série. Ensuite, il n'hésite pas à insulter tout le monde et à montrer à quel point il se contrebalance de tout ce qu'on a à lui dire. Enfin, ce personnage est le seul que je connaisse qui en vienne à chanter une chanson pour détruire le héros en long en large et en travers... une fois de plus. Peut-être son seul défaut est-il qu'au final, il finit toujours par se montrer gentil et paternel. Ce qui casse un peu le mythe, même si il a définitivement trop la classe en sortant toutes ses conneries. En numéro trois nous avons... Eric Cartman ! Ce gamin est juste l'un des pires connards de l'univers. Et en plus, il en jette un max au niveau de ses répliques. Je veux dire, il ne peut pas parler à quelqu'un sans l'insulter. Certes ses répliques sont carrément moins subtiles que celles de James Bond ou du Docteur Cox, mais elles sont bien présentes et atteignent parfois des sommets de perfection. Par exemple "Vous êtes hétéro comme des phoques" est juste terrible. Bon, j'en ai pas d'autres qui me viennent à l'esprit d'aussi magiques. Par contre, il a aussi ses propres répliques cultes qui font de lui un personnage de qualité pour ce top, comme les "Je vous emmerde et je rentre à ma maison" ou les "Ça troue le cul !". Hélas, il manque de subtilité et surtout, il brille davantage par ses actions que par son inconcevable verve. En numéro deux, nous avons... Robin des Bois ! Et pas ces versions moderne et pseudo inutiles, je parle du vrai Robin de Locksley, celui joué par Errol Flinn. Je sais, ce personnage paraît un peu étrange dans ce top, mais avez-vous seulement vu ce film ? Ce type, ne peut juste pas s'empêcher de sortir des répliques qui tuent à tour de bras, entrecoupés de discours politiques anti-oppression. Et le meilleur dans tout cela, c'est qu'il finit toujours par rigoler comme un taré avec les poings sur les hanches. Il commence le film sans trop de grandeur, mais dès qu'il se met en face des méchants, il en jette un max. Par exemple, quand Lady Marianne lui lance : "Vous parlez en traître !" ; il réponds avec le sourire : "Couramment." Et même lorsqu'il gagne le concours de tir à l'arc, déguisé en pauvre petit roturier, devant le Prince Jean, il ne peut s'empêcher de sortir des répliques à double sens pour se foutre de sa gueule alors même qu'il devrait faire profil bas. Bref, il déchire ! Même lorsqu'il sort des buissons il dit des trucs ambigus... Ahem. Bref, il déchire. Et en numéro un, nous avons... John McClane ! Oui Mesdames messieurs, John McClane, le héros de tous les Die Hard. Disons simplement que pour ce même là, ses dialogues sont des répliques cultes. Il passe son temps à insulter le méchant et à le ridiculiser, à le rabaisser, même à son coéquipier il le fait, en fait, il s'en prend constamment à tout le monde. Et en plus, il est juste trop fort. Et même, quel garçon digne de ce nom n'a jamais détruit un mec à un jeux vidéo en lançant "Yipikayeh, Mother Fucker" ? Bref, c'est le numéro un des numéros un en la matière. Voyons si nous serons à la hauteur.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 775
Date d'inscription : 10/09/2010
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Vlad Siegfrey
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 510
Honneur: 310
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Ven 12 Aoû 2011 - 12:10
Le Royaume des chats était probablement une réelle aubaine pour ces deux zigoto qui semblait profiter de l'endroit pour un guet-apens dans lequel je devait inéluctablement tombé, mais si jamais ils venaient à me sous estimer, ils seraient bien surpris par ce qui peut les attendre, car inutile de dire que je ne me serais pas déplacer pour rencontrer quelqu'un sans avoir au moins prévu un petit quelque chose pour me sortir du pétrin. Cependant ce qui me surprenait le plus était que ce Ed Free n'avais pas eu les "couilles" de venir seul à ce rendez vous qu'il avait lui même organiser. A quoi peut donc bien servir ce type à l'air ahuri alors ? Je ne sais pas franchement ce que c'est que ce binôme mais ils ont un adjectif qui leur colle parfaitement à la peau et ce dernier se trouve "Louche", comme si quelque chose n'allait pas avec eux. Primo ils m'accusaient à tort et à travers de meurtres et secondo me considéraient comme un Tueur en série, et sa n'était pas vraiment juste mais quelque part pas tellement faux non plus, bien que la justice requiert des sacrifices pour faire exemple qu'une personne est la pour faire régner l'ordre, il avais fallut que ces personnes meurt et finissent en barbecue. Plus je regardant le grand blond qui avait des allures d'ancien toxicomane et plus je me disait qu'il était impossible qu'un autre juge ne pouvait pas exister, surtout pas un juge comme lui...


"De qui se moque-t-on Free ? Tu pense sérieusement que parce que tu es la avec ce type aux allures étranges je serais effrayé ? Si tu veut discuter, alors discutons ! Je ne sait pas ce que l'ont vous a raconter mais si vous souhaitez que Dreamland devienne un véritable champ de ruine et que vos tronches finissent par être défigurées par des hordes d'être ténébreux assoiffés de mort, c'est votre problème ! Il y-a dans ce monde des Voyageurs Killers et tu n'est pas sans le savoir n'est ce pas ? S'ils ont obtenue leurs pouvoirs c'est pour semer le désordre dans un monde qui est visiter par des millions d'être humains chaque nuit ! Le monde souffre Ed Free, bien plus que tu ne peut l'imaginer et je ne laisserait pas les rêves des gens êtres détruits par ces salopards de Voyageurs killers."

Je n'avais pas de tort sur les propos que je tenais à Ed Free car malgré toute les horreurs que j'avait pu voir en ce monde, j'avais également vu ma mère rêver un soir, inconsciente de ma présence et totalement vide de consistance, elle semblait cependant prendre plaisir à parcourir l'un des rêves dans lequel j'étais entrain de punir le mal, et pour le simple fait que des gens sont encore capable de prendre du plaisir à sourire la nuit, je serais celui qui portera le fardeau de leur faire garder ce sourire afin qu'il puisse durer encore et encore jusqu'à ce que je n'ai plus une étincelle de vie.

"Que ce soit toi ou moi Ed Free, nous avons décidé de la voie que nous avions emprunter à Dreamland et je ne pense pas que tu ai emprunté la voie du carnage ! Il y-a des moyens de faire se repentir des personnes, mais lorsque le mal à ronger entièrement leur cœur, alors la folie s'empare de tout leur être et rien ne peut être fait pour les sauver ! Je peut percevoir les cœurs rongés par la haine, la violence, la colère, le sadisme et tout autre forme d'altérations d'états néfaste tel qu'elle soit ! Ce pouvoir ne doit pas être gâcher car il est bien trop important pour ce monde ! Les habitants des rêves sont menacés tout autant que les humains et qu'il s'agisse de toi ou ton acolyte, si vous n'êtes pas capables de comprendre une telle chose, alors ne m'adressez plus la parole et remettez vous en question avant de chercher des ennuis à l'un des serviteurs de Luxian."

Luxian-sama, la lumière inégalée...il doit déjà être au courant de ce face à face qui m'oppose à Ed Free et Jacob Hume et j’espère que dans mes mots s'il les entend, il aura compris qu'il pouvait avoir une entière confiance en moi même et qu'il n'aurait pas besoin de se lever de son trône de lumière pour prendre part à un quelconque combat. Ma détermination me poussa à poser la main sur la garde de mon épée dorée afin de la tirée de son fourreau aux couleurs lumineuse avant que cette dernière ne prenne la forme de mon armure d'or se clipsant de part et d'autre de mon corps au cas où les négociations deviendraient quelque peu houleuses entre nous. Ils étaient désormais en face de moi et je ne savais pas quel expression avoir sur mon visage pour montrer le mécontentement qui se trouvait en moi à l'heure actuelle car ce genre de prise en traitre me dégoutait au plus haut point et je voulait leur faire savoir afin qu'ils soient conscient que s'ils m'attaquent, il n'y aura que peu d'échappatoire possible au fait que la vengeance qui suivra sera vraiment cuisante.

"Maintenant Free ! Soit tu cesse de croire à toute ces ineptie, soit je me ferait une joie de te raconter qui étaient les dernières personnes mortes par mes soins et pourquoi elles l'ont été, soit tu te tiens tranquille et il n'y aura aucune confrontation. Si tu m'attaque, tu sais pertinemment que tu ne vaudra pas mieux qu'un de ces criminels n'est ce pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Ven 12 Aoû 2011 - 20:39
Et tchac, je n'allais pas couper au discours du méchant (du gentil si vous voulez et si vous le cherchez ; mais un monologue était la preuve qu'on était méchants. James Bond ne cite pas plus que son patronyme, tandis que son alter-égo s'amusait à écrire des discours pour les présidents. Si Vlad commençait à me sortir des monologues shakespeariens, c'était un mauvais point pour lui). J'attendis patiemment qu'il termina ce qu'il avait à dire. Je me passais la chanson Pop!Goes My Heart pour faire passer le temps, avant qu'elle n'en profite pour rentrer dans mon crâne. Je comprenais tout à fait le point de vue de Vlad. Je savais qu'il me dirait ça, parce qu'il ne comprenait pas encore la situation. Jacob et moi étions là pour plusieurs raisons, mais il nous prenait pour de simples Voyageurs crétins qui passaient leur temps à faire chier les autres. J'allais devoir lui expliquer notre façon de penser, mais il n'allait certainement pas la comprendre. Même si Lithium l'avait compris. Mais il y avait une différence entre une fille qui ne voulait pas commettre de massacres et qui peinait à se retenir, et un soi-disant paladin persuadé à fond de faire le bien. Apparemment, il avait du mal à comprendre pourquoi on était là. Je pourrais lui servir le même discours que j'avais servi à sa tendre et chère, mais j'avais vraiment la flemme de tenter de convaincre un type pareil qui pensait que j'étais juste un connard. Puis, Jacob allait se faire chier et je n'avais pas envie qu'il provoque une saloperie quelconque alors que je pourrais être en bonne phase. Je tentais de mieux comprendre le comportement de Vlad pour savoir où je devrais frapper et comment lui faire comprendre. Le paladin pouvait encore être sauvé. Car il me semblait très clairement que plus j'attendrais avant de tenter de le persuader, moins ça serait facile. Il y avait des chances qu'il sombre certainement dans la plus vile des noirceurs. Et je ne voulais pas de ça. Vlad mettait du cœur à sauver Dreamland. Sauf qu'il s'y prenait comme un pied. Enfin, je ne critiquais pas l'efficacité de sa méthode (quoique... à long terme, on ne savait jamais). Mais je contestais la méthode en elle-même. Même si nos différents étaient secondaires pour moi vu ce que je tramais à la longue, je pouvais en profiter pour lui faire comprendre certaines choses.

Oulala, il avait vraiment l'impression que si on le tuait, Dreamland serait en ruines. Et oh, réfléchis un peu aux trucs faux que tu dis : si on était des méchants comme tu le disais, on n'aurait pas à s'inquiéter des noirceurs de Dreamland. Mais je préférais le laisser continuer. Il ne se prenait pour n'importe qui, c'était certain. Complexe de mégalomanie, je connaissais ça. Ce syndrome passait par tous les méchants diaboliques et un peu par Jacob. Pas moi, car je savais que devenir le Meilleur était un rêve et que je verrais au fur et à mesure ce que je pouvais faire pour le décrocher. Je ne me prenais pas pour Dieu, mais je faisais en sorte que la personne en face le croyait. C'était toujours plus simple quand on vous sous-estimait. Il commença à me dire que sa mission était urgente et qu'il devait purger tout Dreamland des Voyageurs Killers qui salissaient cet endroit. Voilà le point essentiel que je voulais aborder. Bon, il n'y avait pas que lui sur Terre qui était dans l'ordre du bien. Il y mettait bien trop de spontanéité dans son boulot. En un mot, il était très dangereux. Et évidemment, il ne faisait jamais aucune erreur de jugement. De toutes façons, même s'il n'en faisait jamais, ce qu'il œuvrait était inacceptable. Oui, mec, je savais qu'il y avait plein de méchants partout et qu'il fallait leur foutre la fessée. Mais aujourd'hui, on réfléchissait avant d'agir. On était là pour le Jugement de Vlad. Je n'avais rien à lui dire, surtout qu'il avait envie de continuer à parler. Pop! Goes My Heart !

Quoi ? Si j'avais emprunté la voie du carnage ? Bien sûr que si ! Il fallait bien lui expliquer à ce mec. Sauf que c'était le camp adverse qui se faisait défoncer, c'était tout. Et on ne laissait jamais de cadavre derrière nous. Il y avait seulement du dommage matériel collatéral, pas de morts. On faisait attention à ce genre de détails (même si la réalité était qu'on détruisait tout, puis qu'on soupirait de soulagement quand on ne déclarait aucun cadavre ou corps disparu). Et là, il touchait le point sur lequel on différait. Comme quoi rien ne pouvait sauver les âmes impies. Il avait raison. Mais ce n'était pas ça l'important. Le problème, c'était que des connards les tuaient derrière. Et les types qui tuaient des gens étaient des meurtriers. Et Jacob et moi étions des gens qui arrêtaient les meurtriers. Parce que des gens capables de tuer étaient dangereux, et dans l'erreur de surcroît. Vlad était persuadé que son pouvoir allait sauver Dreamland. Comment ? Il avait dit lui-même qu'ils devaient les tuer. En quoi un simple panneau de signalisation ne pourrait pas défigurer aussi bien que le pouvoir de Vlad ? Je ne savais pas. Il était intéressant de comprendre enfin comment réfléchissait ce type. J'en apprenais plus. Mais je fis le parallèle entre le Paladin et les Mégalomanes, ceux avec un M majuscule qui avaient réellement un problème. J'en retins trois points communs alarmants : la certitude d'être un type envoyé par le divin, ou d'être investi d'une mission sacrée. Et ne me faîtes pas croire que Vlad n'était pas en train de penser ça. De plus, seconde preuve, pour justifier sa mission sacrée, il se permettait des actes barbares. Et troisième point commun que j'avais déjà cité, totalement ridicule mais finalement assez révélateur : il avait des manières de l'ancienne aristocratie. Pas vraiment des manières, mais juste sa façon de parler. Et les mégalomanes parlaient effectivement comme les Rois et les Princes des anciens temps. Vlad ne parlait pas comme je parlais, ou comme Jacob (dans la vie réelle). Il cherchait inconsciemment à faire du soutenu. Et si ce type était réellement mégalomane, alors ces paroles n'avaient que bien peu de crédits. POP! Goes My Heart !

Pour son troisième paragraphe, je tentais désespérément de savoir de quelles inepties j'étais censé parler, et pourquoi il me ferait l'honneur de raconter tous ses exploits. Je n'en avais rien à faire. De toutes façons, s'il commençait à me les raconter, je pourrais lui resservir une foule de combats contre le malin que moi aidé de mon sempiternel animal de compagnie (bon, de mon compagnon Jacob qui m'avait sauvé la vie 42 fois). Fallait-il parler de nos premiers combats, où on avait réduit en miettes cinq Voyageurs ? Ou un Contrôleur de brume aidé de super robots ? Ou bien alors de ces centaines de chats cauchemars avec des lieutenants super puissants et de leur chef Morpheur de Léopard ? Non, on n'allait pas s'en vanter. Pas besoin de se vanter pour Clane et toute sa clique. Et des dizaines d'autres combats que j'avais fait contre des monstres, des gens qui créaient des monstres, des Voyageurs adverses qui étaient venus m'affronter, d'assassins, etc. J'en oubliais le tiers. Et je n'avais pas du tout, mais alors pas du tout, envie que Vlad fasse partie de ce tableau de chasse. Ça m'énervait de lui parler durement, ça m'énervait de me faire passer pour un ennemi à ses yeux. Mais il fallait bien le faire. Il fallait bien que quelqu'un se dévoue pour surveiller le gardien. Quis custodiet ipsos custodes ? La réponse était qu'il ne fallait pas de gardiens pour surveiller une population. C'était logique. Quelle réponse ? Il y en avait une multitude. Une co-surveillance ? Ou bien alors plusieurs groupes se méfiant des uns des autres ? Pour Dreamland, ou en tout cas en ce qui nous concernait tous les trois ce soir, on était plutôt dans la dernière alternative. Jacob et moi n'étions ni tout blanc, ni tout noir. Pour dire la vérité, on s'en fichait totalement. On agissait dans le camp des gentils par défaut, et on s'était même permis le luxe de créer un Royaume paisible et stable. Et ça, c'était certainement une meilleure solution que d'empiler les cadavres. Ou en tout cas, la morale était sauve. C'était à moi de parler.


« Ecoute Vlad. Je peux t'assurer que si y a un danger qui menace Dreamland d'un péril ou d'une machination diabolique, Jacob et moi serons largement avant les premières lignes. On n'est pas ici pour prendre le thé, on n'est pas ici pour former une alliance. On vient juste te dire que si tu veux absolument continuer à tuer des gens, alors tu pourriras en prison à partir de cette nuit. Je m'en branle totalement de ce que tu vois, de ce que tu ressens par rapport aux autres. Si on devait juger tous les meurtriers de la terre, je pense que Lithium serait assez haut placé dans la liste. Si tu ne veux pas qu'elle sombre dans la folie à cause de son passé, tu devrais commencer par montrer l'exemple.
Sérieux, le trip de buter tous ceux qui conviennent pas à la justice, c'est pas mon idéologie préférée. Si je t'attaque, je le ferais parce que je me sens l'âme d'un justicier et parce que tu annonceras publiquement que tu veux continuer à être une machine à tuer. Y a des milliers de connards dans ce monde, et ils méritent que des taquets dans la gueule. Ta Lithium m'a récemment dit qu'elle ne souhaitait plus tuer. Je pense qu'elle a compris quelque chose, qu'on ne peut pas expliquer facilement.
On peut les foutre en prison, ils n'en sortiront jamais. Pourquoi tuer quand on peut punir ? Si tu tues un Voyageur de merde, il ne reviendra jamais, mais il oubliera ce qu'on lui a fait subir et pourquoi. Alors que si on le fout en taule, il regrettera à jamais d'avoir perturbé les mondes oniriques. Si ces crétins savent qu'ils vont endurer une peine pire que la mort, je peux te jurer qu'ils vont se calmer d'autant plus. Et tuer est un problème moral. On ne doit pas tuer quelqu'un d'autre, sous aucun prétexte ! Que ça soit ici, ou dans le Monde Réel. On ne tue personne. Ni maintenant, ni jamais
(Merci Miguel). Comment te dire ? Je te dis ce que j'ai dit à Lith : si on veut qu'un cadre commun fonctionne, il faut se baser sur nos valeurs, et non sur celles des pires individus. On ne tue pas une personne qui a tué. Ce n'est pas se mettre à son niveau, c'est mettre tout Dreamland à son niveau. Tu peux être une icône Vlad. Jacob et moi, on est juste trop couillons et trop paresseux pour en être une. Mais toi, tu as tout ce qu'il faut. Et je veux absolument que tu sois celui qui réveille Dreamland et son côté lumineux. Par contre, si tu veux te souiller en souillant ton camp en assassinant des canailles, Jacob et moi sommes prêts à te combattre. Pour la putain de moralité. »

Vlad s'était transformé en chevalier avec une armure d'or. Et il avait sorti son épée. Il prenait peur ou bien était-il vraiment atteint de mégalomanie qui lui soufflait de tuer tous ceux qui l'empêchaient de pouvoir croiser le fer avec des meurtriers ? Néanmoins, alors qu'il était prêt pour le combat, je ne pris pas la peine de déclencher mon pouvoir, ce qui amènerait directement à une sanglante bataille, et ne trouvai pas la force pour prendre mon panneau de signalisation derrière mon dos. Je me demandais ce que foutait Jacob d'ailleurs. A tous les coups, il devait faire un classement des personnages aux répliques les plus géniales. Je venais de parler, et c'était à lui de répondre. Quelle réponse allait-il amener pour me convaincre ? Se laisserait-il persuadé, ou s'entêterait-il dans la voie que Lithium voulait quitter ? Si Jacob et moi arrivions à convaincre le couple de ne plus tuer, alors on aurait tous les quatre remporté une belle victoire. Et le côté sombre de Dreamland pourrait commencer à trembler. Lithium et Vlad n'avaient rien de maléfique dans leurs intentions. Mais ce ne pouvait pas être suffisant. Malheureusement. L'enfer était pavé de bonnes intentions...

POP! Goes My Heart !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Jeu 25 Aoû 2011 - 22:28
*Ok, je dois dire que là, c'est assez perturbant. Je savais tout cela, je veux dire, c'est même parce que je le savais que j'avais rappliqué ici pour discuter et peut-être plus si affinité. Mais l'entendre dans la bouche de l'intéressé, c'était assez choquant en fin de compte. Ce type ne doutait de rien. Il n'avait pas peur de ses opinions. Moi, j'en avais peur. Un pas hors du droit chemin et j'aurais été calciné pour avoir écrasé une fleur par inadvertance. Pire encore, ce type allait au delà de cette simple certitude de détenir la vérité et le droit d'imposer sa justice sans seconde chance aux autres, il était aussi persuadé d'être le seul à le faire, le seul à avoir le coeur assez pur pour le faire. Pire même, il était persuadé que personne d'autre ne pouvait le faire et qu'il se devait de le faire à chaque seconde de chaque instant. Et cela, je ne pouvais exactement le comprendre autrement que par la folie du personnage. Il me faisait peur de part l'horreur dont il était capable simplement au nom d'une justice qu'il avait établi seul, sans consulter personne d'autre, mais qu'il nous imposait tout de même. Non, je ne peux pas supporter ce genre de type. Je sais que ça fait un peu point Godwin... Mais Fuck. Ce type ressemble à un nazi fanatique. Un illuminé qui veut instaurer sa dictature sur le monde pour que tout le monde soit heureux. Et je suis parfaitement d'accord pour dire qu'il faut l'arrêter. Pourtant, parler, discuter, cela n'implique pas qu'on le laisse déblatérer ses conneries et qu'on le cogne - parce que j'en ai une envie monstrueuse là -, mais qu'on tente au moins un peu de le convaincre qu'il glisse sur la mauvaise pente. Divergence d'opinion, peut-être, mais s'il ne se range pas à notre avis, cela veut dire qu'il pètera son cable encore plusieurs fois, fera de nouvelles victimes et qu'on doit l'arrêter à tout prix.

Il faut donc lui laisser une chance, une seule et unique chance d'accepter notre point de vue, qui est, il faut bien le dire, celui de la majorité des gens sur terre. On n'impose pas sa loi aux autres, la peine de mort, c'est pas cool et quand on est pas un membre de l'autorité légale, on ne se fait pas passer pour l'un d'eux. On a le droit d'aider celle-ci, bien sûr, mais pas de la remplacer d'un bout à l'autre. Nous, lorsqu'on arrête un criminel, on le remet aux autorités compétentes. Lui, il les crâmes comme Frollo dans le Walt Disney, sauf peut-être s'ils couchent avec lui. C'est un peu le cas de sa copine si j'ai bien compris. Il l'a peut-être foutu sur un bucher, puis il lui a dit : "Choisis moi ou les flammes de l'enfer". Et puis, elle a choisi. J'en sais rien. En tout cas, ça fout les jetons de savoir que sa copine tues des gens pendant que lui-même détruit des criminels à tout va. Un peu d'illogisme dans tout cela. Et... je suis parfaitement d'accord avec tout ce que dit Ed. Nous avons la même vision des choses. Ce sont de bons arguments, peut-être même mieux amené que je ne l'aurais moi-même fait. Je suis impressionné, ce n'est peut-être pas de la réplique qui tue, mais c'est loin d'être du Ed Free tout craché. Où est donc passé cet homme brutal et intempestif, qui frappe et gueule sans raison, fonce dans le tas plutôt que d'élaborer des plans minutieux. Bordel, il me surprend à mort là, il est carrément moins con qu'il ne veux y paraitre. Il est même assez brillant quand il le veut. Je comprends mieux à présent... Ce type veut se défouler, pas passer son temps à réfléchir. C'est un façon comme une autre d'utiliser son temps libre me direz vous. Il m'a bien bluffé jusqu'à présent. Mais bon, le fait que je suis d'accord sur toute la ligne avec lui et que si Vlad n'accepte pas ces arguments, je n'en ai pas forcément d'autres à lui apporter. Par conséquent, s'il s'obstine et surtout s'il s'obstine sans chercher à nous écouter et à comprendre la validité de nos arguments, sans présenter d'arguments meilleurs en échange. Cela signifiera qu'il nous faudra passer à l'action. Et la minutie de notre plan sera la clé d'une réussite rapide et efficace. Pas envie de laisser à ce type la satisfaction d'un vrai combat dont il pourrait fuir.

Ed, j'ai un truc à te dire. Même si je risque de m'en prendre plein la gueule, autant le faire tout de suite.*
Jacob parle alors à Ed. Le portail qui lui permet d'entendre la conversation et peut-être d'y participer se trouve près de son allié, ce qui signifie que c'était comme s'il se trouvait tout proche de lui et qu'il pouvait lui parler sans que l'autre n'entende. De fait, l'intouchable parle assez bas pour que Vlad ne se doute même pas qu'il ait parlé, mais que Ed soit sûr d'avoir entendu : "Ed, si ce mec n'accepte pas nos arguments, et continue de se préparer à la bagarre, ou s'il ne cherche pas à discuter, mais rejette tout en bloc. Il y a pas à chier, on fonce. Contente-toi de déplacer tes portails, je le frapperait en premier par derrière pour l'occuper assez longtemps pour que tu aies fini." *Et maintenant, il n'y a plus qu'à attendre le verdict du juge sur sa propre condamnation.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 775
Date d'inscription : 10/09/2010
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Vlad Siegfrey
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 510
Honneur: 310
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Ven 26 Aoû 2011 - 17:39
Les choses devenaient de plus en plus étranges et je dois avouer que sur le coup je n'avais pas franchement envie de me battre et surtout, je ne l'avais pas prévu le moins du monde, ce qui ne facilitait pas la situation quand au fait que je sois face à face avec deux des voyageurs les plus improbables qui soient donner à la nouvelle génération de connaitre, Ed Free et son acolyte Jacob Hume, ce dernier très peu connu des médias et autres car même le DreamMag ne parle pas vraiment de lui, ce qui doit être quelque peu frustrant à la longue je pense. Il n'était pas vraiment le genre de personne très bavarde j'avais l'impression et semblait s'être fait à l'idée que Ed soit une sorte de leader ou porte-parole et cela ne semblait pas le déranger le moins du monde.

Il y avais des choses que je trouvais très étrange dans le comportement de Free et il fallait avouer que j'avais la désagréable sensation d'être tomber dans un piège, le genre de piège qui ferait un peu comme dans les mangas à succès tel que Beelzebub ou encore Crows Zéro, dans lesquels un des personnages principaux se retrouve dans une ruelle sombre dans laquelle vont s'attrouper de chaque coins des hordes de types armées jusqu'aux dents pour mettre une danse monumentale à la victime du piège. Free ne devait pas être assez populaire pour posséder une armée entière prête à accomplir tout ses désirs et s'il lui restait assez d'honneur, il se battrait seul et sans artifice, sauf que je n'étais pas pour le combat dans le cas présent.


C'est alors que la partie la plus intéressante de cette rencontre commença lorsque le blond se mit à me parler de Lithium en me répétant ce que cette dernière souhaitait vraiment par le fait de ne plus tuer personne. Il était vrai que la mort était rude pour certains mais dans Dreamland tout cela était modifié car si l'ont tuais un voyageur dans ce monde, cela lui privait l'accès définitivement à ces terres qui ne devraient pas être souillés par le mal et de ce fait ils ne feraient plus de mal à quiconque et resteront bien sagement dans leurs contrées la où les gens se ressemblent presque tous, gentils petits agneaux qui se complaisaient dans des modes et traditions qui me répugnait quelque peu pour certaines de ces dernières.

Lithium et moi étions des êtres aux différences physiques quelque peu visible par le fait qu'elle avais des oreilles similaire a celle des elfes tandis que moi j'avais des yeux vairons qui n'étaient pas franchement faciles à regarder par le fait que l'ont ne peut pas voir ou analyser grand chose dans un tel regard et ces différences nous avait d'ailleurs beaucoup rapprochés tout les deux
, comme une sorte de soutien entre personnes blessées qui avaient besoin de réconforts, nous nous étions tout les deux trouvés et il était vrai que pour conserver notre entente il serait bien préférable que je sois toujours à son écoute et peut être aussi, marcher sur ses traces pour ne jamais la perdre de vue.

Dans tout cela il y'avais tout de même une chose que je n'avais pas comprise et cela me faisait vraiment douter de ces deux zigotos qui n'étaient pas vraiment d'humeur à plaisanter avec moi et cette chose était le fait de "Faire de moi une icône" sous le prétexte que moi je le pouvait mais qu'eux ne le pouvaient pas car ils étaient bien trop fainéant pour le faire. Qu'attendaient-ils de moi ? c'était un sujet à faire peur presque, du moins si je n'en restait pas stoïque pour le moment car trop peu d'informations, il était bien évident que j'étais curieux de savoir de quoi il parlait mais que je ne les laisserai pas me contrôler à leur guise et devenir leur chien. S'ils pensaient me dresser bien sagement ils se mettaient le doigt dans l’œil jusqu'au coude car je n'étais pas si docile que sa, mais par simple marque de maturité, je devais m'efforcer de comprendre sans pour autant perdre ma concentration sur ce qui pourrait arriver dans les prochaines minutes.

"Qu'entend tu par vouloir que ce soit moi qui réveil le coté lumineux de Dreamland ? Je tiens à te prévenir d'une chose Free...participer à une bonne cause et se faire manipuler par quelqu'un n'a jamais été dans mes dispositions alors explique moi ce qui ferait de moi une icône ? Il est bien évident que je souhaite laver Dreamland de la pollution qui le ternit peu à peu alors si monter une révolution face au Royaumes Obscurs est nécessaire, je serais prêt à prendre les armes accompagner de courageux et vaillants frères d'armes pour lutter face à leur menace, mais quand aux voyageurs Killers, les mettre humainement en prison est bien plus efficace que de les mettre en prison à Dreamland crois moi. A ton avis ? Est-ce qu'ils ne vont pas se réveiller et faire leur petite vie hors des rêves ? Les mettre en prison à Dreamland est similaire au fait de punir un voyageur en l'enfermant dans un placard puis de lui donner la clef du placard ! As tu seulement réfléchit à la question sous plusieurs angles ? Les punir de Dreamland en les tuant, signifie les renvoyer à jamais dans le monde humain et de ce fait, ils sont alors vulnérables au faits d'être pris un jour ou l'autre par les policiers et de vraiment finir dans une prison ou ils purgeront une peine qui pourra leur être capitale selon la décision d'un véritable juge. Si Luxian l'avais voulu, il se serait occupée d'eux lui même car son pouvoir dépasse de loin ce que vous pouvez imaginer, ce qui ne fait en réalité de moi que le Bras droit de la justice.

Je préfère être franc avec toi Ed Free, je n'ai pas confiance en toi et de ce fait il est bien normal que je reste sur la défensive face à ce que toi ou ton équipier pourraient faire ! Explique toi sur ce que tu avais commencer comme "Une rencontre entre toi et moi" car si tu ne le fais pas, il est alors inutile que je reste dans les environs."


Sans attendre je déployait alors autour de moi mon panel de 6 épées de lumières, activant ainsi ma capacité "Avatar de Michaël" qui se mis a tournoyer autour de moi afin d'éviter d'être pris de cours par une attaque surprise ou quoi que ce soit, attendant désormais la réponse du blond et de son pote pas bavard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Ven 26 Aoû 2011 - 20:28
J'avais l'impression que mes paroles réussiraient à diminuer la tension qui avait lieu dans cette petite ruelle. Si des chats passaient sur les rues adjacentes, aucun n'osait pénétrer dans ce long ruban venimeux. Il suffisait d'un coup d'œil pour voir que trois Voyageurs (dont un prêt à l'attaque) étaient en train de se parler de la façon la moins amicale possible. Certes, on avait été un peu brusques. Mais comparé au sort des autres criminels, on pouvait dire que Vlad avait été traité comme DSK dans le Monde Réel. On se serait moins bien occupé d'un chaton. Par exemple, ce crétin de Morpheur Félin qui avait tenté d'assassiner le roi... il avait fini l'épaule déboîtée par mes soins pour qu'il avoue ses crimes, juste après que Jacob ait tenté (et réussi avec plus ou moins de succès) de le transformer en chat persan. Et je ne parlais pas de ce pauvre Clane qui s'était retrouvé les lunettes de soleil détruites, la tête écrasée par un pilier en pierre haut de quinze mètres et transformé en esclave pour un phoque psychopathe. Je me demandais ce qui pour lui, avait été le plus traumatisant. Alors le fait qu'on ait arrêté Vlad pour lui parler avant de le cogner, c'était vraiment que ce type était un cas spécial ! On ne discutait jamais Jacob et moi. Un, parce que Jacob ne pouvait pas. Deux, parce que je ne savais pas vraiment quoi dire à un criminel. Mais le Paladin était chargé de bonnes intentions, donc peut-être récupérable. Peut-être bien.

Parce que pour le moment, il se méfiait de nous comme d'un chat qui verrait deux tuyaux d'arrosage lui tourner autour tels des serpents prêts à cracher. Il avait de quoi. Sauf si évidemment, il comprenait qu'il ne fallait pas tuer, pour la morale. Est-ce que Batman tuait des gens ? Il paraît qu'avant, il se gênait pas pour remplir le cimetière. Maintenant, il était plutôt calme et livrait tout à la police avec un petit mot, histoire qu'on sache qu'il s'occupait des brigands (pas con les petits mots ! Faudrait vraiment qu'on en imprime pour faire bonne impression, avec le tampon du Royaume des Deux Déesses pour marquer les deux exemplaires, un à l'attention de la police, l'autre reçu à garder dans les formulaires du Royaume). Donc même Batman, un héros tellement sombre que son ombre en devenait plus lumineuse avait décidé d'arrêter de tuer pour juste les livrer à la police, même si techniquement, ce n'était pas lui qui a fait ce choix. Si c'était pas un signe pour dire que tuer, c'était mal. Mais laissons l'Homme Chauve-Souris de côté et concentrons-nous sur Vlad Siegfrey qui ne semblait pas comprendre ce que je lui disais. Ou qui tentait de faire comme s'il ne comprenait pas. Ou ne comprenait pas que je ne voulais pas l'attaquer, de suite ou pas de suite. Il attendait la moindre occasion pour nous sauter dessus si on faisait mine de commencer le combat. Le plus stressé des trois, c'était bien lui. Vous me direz, à un contre deux.

Oui, ce n'était pas très juste. Pour les hommes qui cherchaient absolument à avoir de l'honneur. Il n'y avait que dans les Shonen ou les adversaires acceptaient de se combattre en duel. Dans la vie réelle, ça se passait pas du tout comme ça. C'étaient ceux qui avaient le plus de potes qui gagnaient. Et même si sur Dreamland, la valeur de la qualité était rehaussée, on en venait toujours au même principe. Nous sommes dix mille contre cent, nous allons vous pulvériser. Je ne comprenais pas le mal qu'il y avait à se battre à deux contre un quand on avait de bonnes raisons de piner le solitaire. Je jouais pas au Samouraï, moi. Je devais lutter contre le crime, je n'allais pas me tirer une balle dans le pied pour le plaisir d'un honneur qui serait mon bourreau. Et quand Jacob et moi avions combattu toutes ces guildes de merde, est-ce que eux nous avaient arrêtés en nous disant qu'il allait se mettre par paires pour nous affronter ? NON !!! Jacob et moi avions foncé à deux contre vingt-cinq jusqu'à ce que le camp d'en-face ne cesse de bouger. C'étaient les meilleurs qui s'en sortaient sur Dreamland, pas forcément les plus nombreux. Et si les meilleurs étaient supérieurs en nombre et en qualité face à l'adversaire, c'était censé changer quelque chose ? Depuis quand affronter ses adversaires dans les meilleurs conditions possibles était lâche ? On jouait pas à la Poupée Barbie, c'était le vrai monde, la vraie vie réelle. Je ne voulais pas de combat, je voulais une arrestation. Les policiers de notre Monde ne donnaient pas des armes aux criminels afin que la gunfight soit équitable. C'était exactement pareil avec Jacob et moi. On était deux, Starsked et Jacob Hutch, et on allait arrêter des méchants à bord de notre Gran Torino. De toutes façons, on aurait pu arriver seul, le combat contre Vlad resterait déséquilibré en notre faveur. Alors pourquoi se faire chier ? Sauf qu'avant de capturer, on allait parler à Vlad, pour qu'il comprenne dans quoi il s'était fourré et qu'il saisisse les mains qu'on lui tendait. Mais s'il voulait commettre des crimes à tort et à travers, alors il fallait bien deux personnes pour venir lui rabattre son caquet.

Jacob se mit à me parler d'une voix si basse que je dû user de toute ma concentration pour comprendre ce qu'il disait. Je fis un poker face très bien mené en faisant mine de réfléchir tandis que mon collègue me lâchait sa pensée : si Vlad n'était pas d'accord avec nous, il fallait foncer lui péter la gueule. J'étais parfaitement d'accord avec lui. Malheureusement, le paladin semblait surtout tomber dans un quiproquo. Vlad m'expliqua très bien ce dont il avait peur dans mes paroles qui devaient lui sembler mielleuses : la peur de se faire manipuler. Qu'il devienne un pantin à la solde des Private Jokes, ou un goût dans ce genre-là. Oulala, c'était peut-être un peu paranoïaque, même si position stressante pouvait être défendable. Il tenta aussi de me dire que nous avions tort de jeter les criminels en pâture aux verrous alors qu'il fallait mieux les tuer pour qu'ils aillent se faire foutre dans le monde réel. Je faillis déplacer mes portails pour commencer le combat quand j'entendis le si peu d'attachement qu'il accordait à la vie humaine. Mais j'avais une raison qui me disait de ne pas l'attaquer tout de suite : Vlad n'était pas fou, il ne voudrait peut-être pas tuer des gens s'il trouvait une meilleure solution. Il les bannissait de Dreamland selon lui. Je n'étais pas d'accord, mais nous n'allions pas commencer à réciter tous les points où nous n'avions pas la même vision des choses. Mais si je réussissais à lui prouver qu'on pouvait faire mieux que tuer, il lèverait les épaules et il dirait Okay. Bon, ça ne changerait pas le personnage fondamentalement, mais ça ferait un autre homme dans le camp de la lumière. Ou en tout cas, qui œuvrait pour la lumière. Ce qui dans la forme et dans les résultats, était exactement pareil. Ça nous éviterait au moins de le foutre en taule où il psychotrait tranquillement pendant quelques années, voire décennies. Je n'étais pas très au courant des peines sur Dreamland mais j'étais persuadé que certaines seraient capables de ne pas dépasser les dix secondes pendant que d'autres se chiffreraient millénaires. Ou bien consisteraient en des service pour la communauté comme jouer au yoyo sur une jambe. J'avais plus peur de me faire foutre en taule dans les plaines oniriques que dans ma véritable vie : là-bas, je savais à quoi m'en tenir.

Vlad commença à sortir six épées de lumière de je ne savais-où. Il voulait combattre ou quoi ? Pourquoi cherchait-il à creuser sa propre tombe maintenant ? On était deux, et il voulait nous affronter ? Il était réellement hyper-puissant ou bien simplement inconscient ? Non, parce que je pouvais dire qu'à la limite, il était aussi fort que Clane, ex-chef de nombreuses guildes obscures. Et Jacob et moi l'avions battu après avoir écrasé chacun de notre côté des Voyageurs de haute volée (pour nous s'entend). Alors si maintenant, on était toujours deux et chacun plus puissant que Clane, ce n'était pas Vlad qui pourrait se défendre efficacement. Il pourrait toujours fuir si ça lui chantait, mais je ne le voyais pas courir à l'hoorizon alors qu'il se préparait au combat. Une feinte ? On verrait bien sur le coup. Je n'allais pas jouer à un simili jeu de guerre psychologique, je ne croirais que ce que je verrais. Mais si Vlad cherchait l'affrontement alors qu'il était déjà encerclé, il avait intérêt à avoir de bonnes idées. Parce que Jacob et moi n'étions pas mauvais au combat (les gens qui s'amusaient à s'envoyer des avalanches n'étaient généralement pas mauvais au combat). J'avais toute confiance en mes capacités. Je savais parfaitement selon les articles du DreamMag que j'avais accompli pas mal d'exploits comparé aux autres Voyageurs de ma génération. Mais pour le moment, il fallait que je lui fasse part de mon point de vue pour le calmer tout de suite.


« Y a pas d'embrouille Vlad, pas de manipulation, pas de fourberie, pas de ruse. On veut juste que tu arrêtes ces conneries de tuer tous ceux qui ne correspondent pas à tes critères. Quand je te dis d'être une icône, je te dis juste que tu passes plus de temps que nous à pourchasser les voleurs, que tu y mets plus d'entrain. Et donc qu'à terme, tu serais bien plus percutant que nous sur la politique de justice de Dreamland. Ta voix aura plus de poids, tu auras plus d'expériences, etc. Jacob et moi, on passe la moitié de notre temps à lire le DreamMag dans un hamac (enfin, surtout moi). On traque les criminels occasionnellement, quoi. Notre but dans la vie n'est pas de leur en foutre plein la gueule Rien à voir avec toi qui en fait un sacerdoce !
Et puis, je comprends pas ce que tu veux dire. Leur donner une clef de sortie ? Parce qu'ils peuvent vivre leur vie tranquille dans le monde réel ? Mais c'est exactement pareil si on inverse ta pensée. Un Voyageur qui se fait mettre en prison dans le monde réel pourra à tout moment (il aura tout le temps pour ça d'ailleurs) s'évader dans Dreamland. Et vice-et-versa aussi. Mais s'il sait qu'il va rester bloqué dans une prison quand il s'endormira, je te jure que la vie de ce petit connard de criminel ne sera pas rose la journée. Imagine un pauvre étudiant qui parlerait tranquillement à ses potes le jour, tout en sachant que chaque nuit, pendant plusieurs années, il devra passer d'immenses heures dans un endroit étriqué dès qu'il s'endormira. Je peux même dire que ça lui ôtera le goût de faire des conneries dans le monde réel. Tuer, c'est mal. C'est comme ça. Si les Paladins se mettent à tuer, alors les bandits iront encore plus loin pour remporter le règne de la terreur. Si les Paladins se mettent à tuer, alors personne ne peut plus nous sauver. Car tout le monde va se sentir obligé de suivre ton vertueux exemple en assassinant son voisin parce qu'il n'a pas aimé la tourte d'hier.
Et ne t'inquiète pas, on fait bien une discussion seulement toi et moi, Jacob est muet et sourd. Il est ici pour éviter les débordements intempestifs. Tes débordements intempestifs. Je te rappelle que ni moi ni Jacob n'avons tué de gens pour le moment, contrairement à toi, ce qui fait que tu es l'individu la plus extrême ici. Donc je vais répéter une dernière fois : ce n'est pas du « Avec ou contre nous ». Pars du principe que je comprends tout et que je sais que tu comprends tout. Je veux savoir si tu acceptes de mettre les gens en prison en tant que Paladin et que tu arrêtes de tuer, ou si tu veux continuer à semer les morts sur ton passage. Je ne veux pas de concessions, rien d'autre qu'un seul de ses deux choix. Quelle est ta réponse ? »


Et voilà. L'heure du dénouement approchait. Ça allait se terminer soit par une poignée de mains, soit par une bagarre qui allait se conclure en moins de trente secondes. Il avait invoqué dans sa tirade un certain Luxian. Le Seigneur de la Justice certainement. Il y avait des êtres qui rêvaient de justice ? Nop, personne, mis à part quelques prisonniers accusés à tort, DSK (encore une fois) ainsi que des ados pré pubères qui s'étaient fait voler leur portable pourri et cinq euros. Alors comparé au Seigneur de la Claustrophobie, la phobie la plus répandue dans le monde avec l'agoraphobie (la peur du noir et des araignées venant juste après), je crois pas qu'il tienne longtemps. Mais je m'en foutais. Je tentais juste de me réconforter. Parce que s'il se disait le bras droit du Seigneur de la Justice et qu'il se faisait ironiquement envoyer en prison, on pourrait peut-être penser que son Seigneur vienne me voir pour m'expliquer deux, trois trucs. Je voulais me rassurer en me rappelant toute la puissance de feu que j'avais derrière moi si la politique Dreamlandienne s'en mêlait. Puis au pire, si on me cherchait des crosses, y avait Jacob. Puis au pire du pire, y avait Fino.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 775
Date d'inscription : 10/09/2010
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Vlad Siegfrey
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 510
Honneur: 310
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Ven 26 Aoû 2011 - 22:51
Ce matin je m'était levé avec dans l'esprit les faits d'armes de mes anciens compagnons qui avaient fait route avec moi, toutes ces personnes se battaient sous le même étendard que le mien et avaient chacun un rêve qu'au final ils n'ont pas pu accomplir car j'avais bien confiance en eux. Comment me permettre désormais de faire entièrement confiance en quelqu'un ? J'ai tué bien plus d'atouts de mon équipe que de véritables voyageurs dangereux par le simple fait que je n'avais pas été capable de les protéger eux même mais au final il ne reste plus rien d'eux. Wiver avais subit le contrecoup de son pouvoir, quand à Katsute, elle n'avais pas été assez rapide pour voir venir se coup de hache venir à elle, sans oublier Leyko qui en voulant finir son ennemi bien trop vite grâce a la gravité, avais faillit tous nous tuer et avais finit par se sacrifier pour que nous puissions tous nous en sortir, puis il y'a eu Griever qui a miraculeusement disparut de Dreamland, sans doute sortie de son coma, je n'avais plus eut aucune nouvelle de lui depuis bien longtemps, et toutes ces personnes étaient la pour Dreamland et uniquement pour Dreamland, rien que pour pouvoir profiter d'un peu de repos après leur journée harassante, ils voulaient changés de paysages et je n'étais la que pour leur offrir la guerre et le moyen de la faire. Qu'ai-je fait au final ? Comment ai-je pu être aussi naïf et faire confiance à tout ces nouveaux voyageurs ? Ils n'étaient quasiment pas capable de se servir de leurs pouvoirs surpuissants sans qu'une catastrophe n'arrive et je voulais mener la guerre avec leur piètre niveau ? Voila ou j'en suis rendu désormais...je dois combler le manque de puissance qu'ils avaient et devenir suffisament fort pour protéger et devenir le bouclier de la justice qui repoussera le mal à sa racine. Nulle égide n'avais pour l'instant égalée le poids des souffrances endurées par le Bouclier qui ciel bleu qui se trouvait attaché à mon bras gauche et j'aurais peut être mieux fait de lui faire connaitre autre chose que le sang de ces nombreuses victimes.

Ed Free était alors là pour juger celui qui jugeait les autres ? Fallait-il vraiment que quelqu'un m'arrête dans ma tâche ? Je ne comprenais plus vraiment rien...Pourquoi ce pouvoir m'a t-il choisit ? Pourquoi ai-je hérité de la volonté de Luxian ? N'y avait-il personne d'autre pour accomplir cette tâche d'une manière plus appropriée ? Je me souviens maintenant...La Pulsion Fantôme lors de la bataille d'Hyldren...Toute ces voix qui m'appelaient au secours et demandaient que justice soit faite...La volonté de tout ces esprits morts au combat par des guerres incessantes entre voyageurs, tout cela me rappelait cette image qui survient très souvent lors de mes nuits, ce champ de bataille ou la neige est mêlée à la couleur rouge du sang, cette image que je n'ai jamais comprise et qui pourtant fait partie de ma mémoire...un instant de ma vie que j'ai oublier tellement le traumatisme fût grand et que les années ont passés depuis que j'ai rejoint la France, mon quotidien en tant que Paladin n'étais voué qu'à cela jusqu'ici...provoquer ces champs de bataille et ses fracas de lames qui tintaient les unes contre les autres avec comme seule bannière celle des convictions que chacun plaçait dans son arme et son pouvoir. J'étais un Paladin qui semblait prôner l'art de la guerre alors qu'il n'y avais aucune autre raison que les voyageurs Killers pour la faire. Devais-je me sentir soulager de penser que d'autres voyageurs se sentaient capables de faire reculer le mal ? Il y avais un choix qui devait se faire d'après Ed Free et je n'étais pas vraiment fâché d'être venu au Royaume des Chats et d'être ainsi menacé par ce binoclard et son pote le sonotone car il faut croire que prendre conscience du fanatisme que j'engendrais aurais pu avoir des effets désastreux sur l'avenir.

Il fallait dire que les précédents Échec de mon équipe ne m'avais pas vraiment amenés à être toujours de bonne humeur car malgré la distance qui nous séparait très souvent eux et moi, ils ont finit par tous désertés l'équipe des X-Calibur pour probablement se mettre hors d'un état de justiciers que j'imposais qu'ils possèdent pour pouvoir satisfaire mes attentes. Alors que je n'étais préoccuper que par mon amour avec Lithium, j'en ai oublier les raisons pour lesquels nous livrions des guerres et les raisons pour lesquels nous nous battions petit à petit, ce qui mit alors encore plus de bazar dans le monde onirique, ce qui nous avait totalement dépassé était entièrement de ma faute et Lithium s'était toujours efforcée de me dire que je n'étais pas le coupable à tout cela, mais même le fait de devoir l'obliger à supporter mes échecs me faisait me sentir faible et plus je devenait faible par ces sentiments, et plus la noirceur de mon propre coeur se propageait, tout cela à cause de l'utilisation de la pulsion fantôme qui d'après ce que je pensait, m'avais offert de nouvelles possibilités quand a la sonde des cœurs, mais qui au final , était plutôt à juger comme une malédiction qu'autre chose.

Il était temps désormais que je réagisse de manière réfléchit et que mes convictions soient au paroxysme. La guerre est une obligation si l'ont veut la paix, mais Dreamland n'a jamais été faite de révolutions constantes malgré que de gros groupes existent que ce soit du bon coté comme du mauvais. Le résultat du Hope is Dead est un exemple flagrant de ce qui pourrait ruiner le monde onirique. Onirion et les Sword of Misery, ces deux équipes de pointures dont la plupart vont et viennent dans la Ligue S ont eut la mauvaise idée de nous prendre en grippe alors que nous n'étions pas censé nous retrouvés dans une guerre des clans. C'est bien la preuve que la mentalité de certains dépend uniquement de l'humeur qu'ils ont et de leurs envies. Si Hélèna von jackson n'avais pas aimer le meurtre, pourquoi aurait-elle combattu face à Free ? Les ligues sont à l'origine des querelles, mais elles sont la racine même de ce qui doit faire de moi une icône, ce qui signifie désormais que si je souhaite prouver au monde que la lumière peut triompher, alors il va falloir que j'intègre la Ligue S, ce qui serait un exploit considérable qui aura prouver ma valeur au sein de c e monde. Seulement, si j'attendais d'être dans cette Ligue, les voyageurs killers auraient le temps de ravagés et piller à leur guise autant qu'ils le souhaiteraient, ce qui constituerait donc une menace encore plus énervante à gérer. Il me fallait un plan. Quelque chose qui ne force pas à la guerre, mais qui inculque a bon nombres de voyageurs du monde onirique que quelque chose doit être fait pour préserver ce monde qui fait de nous ce que nous sommes dans la vie réelle comme des rêves. Et pourquoi ne pas réunir certaines équipes sans changer leur nom et leurs objectifs, dans le simple but de fonder une sorte d'alliance qui feraient pour tous une entente beaucoup plus cordiale et agréable ? Une Organisation de la même trempe qu'Onirion qui grandirait en laissant libre choix aux voyageurs de rejoindre le groupe qu'ils souhaitent tout en gardant en tête qu'il y'a des objectifs communs à chacun ?

"Free...quelque part je te dois quelque chose car je n'ai jusqu'à maintenant pas été toujours fidèle à mon propre crédo il faut l'avouer. Je viens de réfléchir à certaines choses qui vont peut être te paraitre bête et dénuée de sens, mais ce monde à besoin d'un changement qui soit effectif sur la durée et qui reste dans l'ordre du second plan jusqu'à ce qu'une révolte se prépare. Si tu pense que je devrais être une icône à votre place, vous les Private Jokes, alors je peut en effet accéder à ta proposition d'arrêter de tuer, mais comme tu me l'as fait comprendre, nous sommes bons nombre à chercher la justice dans le monde Onirique, c'est pourquoi je pense à partir de maintenant...Faire ce qu'Onirion ne sera pas capable de faire !"

Je révoquait mon Avatar de Michael ainsi que mon Armure d'or fournit par ma Lame de Gabriel, ce qui fit voler quelque peu mes cheveux qui finirent par laisser à Ed et Jacob le soin de découvrir mon regard vairon alors que je leur lançait avec détermination la phrase suivante :

"Rendre justice de manière équitable en amorçant la venue d'une nouvelle Organisation qui serait composée de plusieurs équipes renommées qui n'auraient rien à changer de leurs buts si ce n'est qu'en faisant partie de cette organisation, ils se connaitraient et se protégeraient mutuellement s'ils se voyaient les uns les autres ou se battrait pour les places du classement si l'envie leurs prenaient. Ils vivront leur vie le plus normalement du monde tout en sachant qu'ils devront être les principaux acteurs des faits notables de Dreamland et que lorsqu'ils verront leurs noms comme faisant partie de cette Organisation, ils seront fier d'avoir contribuer à quelque chose d'admirable et d'utile à ce monde ! Qu'en pense tu donc ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Mar 30 Aoû 2011 - 1:23
Le suspense était à son comble, et chacun se demandait quelle serait la réponse de Vlad, et quelle serait notre réaction à moi et à Jacob suite à cette réponse. Allait-il clairement répondre au choix que je lui proposais, ou chercherait-il encore un moyen d'éviter l'ultimatum ? L'enjeu était énorme. Soit Vlad allait disparaître de la circulation de Dreamland pour se contenter de bouffer des oranges toutes ses nuits, soit la justice (générale) gagnait un prétendant à son trône. Il fallait avouer que les Voyageurs étaient plutôt doués pour se foutre dans des choix pareils qui avaient des conséquences aussi extrêmes et opposées : on se croirait dans un jeu vidéo où on te demande si explicitement : « Toi tuer roi et prendre sa place ou toi protéger roi et prendre sa place quand même ? ». Bah moi qui voyais mon aventure par les yeux et qui pressentais que je deviendrais une future icône (c'était obligé, c'était mon destin ; icône de quoi, ensuite, je ne savais pas), je ne m'étais pas du tout attendu à ne pas être le héros de l'histoire, mais le PNJ à face de fion qui imposerait au héros ce choix stéréotypé. On ne s'en rendait pas compte, mais j'avais l'impression d'avoir un rôle plus important que lui (niveau background). Il y avait Ze héros, et c'était de moi qu'il devait choisir sa destinée. Oui, désolé Jacob, mais tu ne valais pas plus que le lampadaire du coin. Désolé de t'avoir amené à débattre alors que tu étais plus sourd que le pot et plus muet que... le pot aussi, tiens. Étrange cette expression... J'avais amené Jacob parce que j'étais persuadé qu'un fanatique ne se laisserait jamais détourner de sa route. De toutes façons, il n'était pas encore trop tard pour un petit combat. Vlad pouvait refuser, car Vlad avait le choix après tout. On lui avait laissé le choix, ce qui ne me faisait aucunement mal niveau moral pour la suite si cette dernière venait à exploser. Bon certes, c'était un « Marche ou Crève ». Mais les assassins ne méritaient pas un châtiment plus mielleux. Que ferait Vlad ? J'en saurais tellement après sa réponse...

Et Vlad répondit. Il ne choisit ni blanc, ni noir. Ou alors si, il avait choisi blanc. Mais il avait rajouté d'autres couleurs parce qu'un paladin comme lui ne perdait pas le nord. Créer une équipe. Non, plus qu'une équipe... une guilde ! Non, plus qu'une guilde... Un rassemblement de gens soudé par une conviction commune : le monde peut être rendu plus juste. C'était bien beau tout ça. C'était un rêve. Jacob et moi n'étions pas méchants, ni (trop) stupides. Nous n'avions jamais eu la prétention de créer un groupe pour imposer la paix à ceux qui ne la voulaient pas car n'étaient pas satisfaits de leur condition. Par contre, nous avions ouvert un petit Royaume où la paix était la première loi nationale. Pas de guerre, pas de bagarre. Tous ceux qui étaient las de la violence trouvaient refuge chez nous. C'était comme ça qu'on fonctionnait. On ne voulait pas régler les conflits du monde, mais régler les conflits des gens. Nous n'étions pas à la hauteur, et aucune force quelle qu'elle soit ne le pourra. Car tant qu'existera la pensée et donc le vice, existera le conflit. Mais ceux qui s'étaient détournés de cette voie pouvaient venir nous rejoindre. On s'occupait de nos affaires sans dicter la conduite des autres, on vivait dans notre coin sans faire chier les voisins et ils faisaient pareils. Tout le monde était libre de partir. Pour gérer les gens, il valait mieux s'occuper du terrain. Il ne fallait pas les restreindre de quelque manière que ce soit. Jacob et moi faisions gaffe à ce que personne ne se batte dans notre parcelle de terrain, et tout le monde venait et partait comme il le désirait. Pas d'enclave. Mais la première hostilité était punie d'un coup de pied dans le derche. Jacob et moi ne partirons jamais en croisade contre l'injustice, car il y avait des maux qu'on ne pouvait pas résorber. Mais nous avions assez de moyens pour tenter d'aider quelques personnes. De ce fait, j'étais content. Et Jacob aussi.

Vlad voulait donc réussir à perpétrer le souhait de la guilde d'Onirion, trouver une bannière plus neuve, enflammer de nouveau la torche de l'espoir. Ce n'était pas mon trip. Ni à moi, ni à Jacob, ni à Shana, ni à Hélène. Par contre, on pouvait faire quelque chose de beau si on avait ce rêve, qu'on s'y prenait bien et si on avait une légion de soldats avec la même intention derrière soi. On pourrait arriver à quelque chose. Vlad pourrait arriver à quelque chose. Les Private Jokes par contre, ils ne marcheraient pas dans ce système. Voilà la différence que j'avais expliqué à Vlad : lui marcherait, moi, je me balancerai sur mon hamac. Mais il y avait quelque chose de fou et de démesuré dans son projet qui me faisait peur. On pouvait rapidement tomber à la catastrophe si on s'y prenait mal. Plus que la gestion et la motivation, c'étaient la manière dont on s'y prendrait qui pourrait faire toute la différence. Et y avait-il au moins une seule bonne manière ? La tâche était trop complexe pour tout anticiper. Mais une telle entreprise pourrait-elle marcher ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non.

C'était à moi de parler. Je ne sentais plus du tout de l'animosité dans la voix de Vlad. Ne me dîtes pas qu'il avait trouvé toute cette idée maintenant ! Il devait y réfléchir chez lui, se demander si c'était possible ou non. Puis quand il comprit qu'il était coincé et que son véritable but était de sauver les gens, il avait décidé de se jeter à l'eau devant nous. Je lui répondis après quelques réflexions :


« Une organisation de guildes ? Désolé Vlad, on a déjà la nôtre. Et nous instaurons la paix sur notre Royaume, pas chez les autres. Et ton idée est... quasi-impossible à mettre en place. »

Je ne savais plus quoi faire. Je préférais donc lui tourner le dos. Je cachais mon scepticisme sous la négation : j'avais peur de ce qu'on était capables de faire. On voulait arrêter Vlad pour qu'il cesse ces jugements un peu trop hâtifs et extrêmes, puis on le laisserait repartir parce qu'il proposerait de jouer en multiplayers ? On n'était pas censés s'inquiéter justement ? Bah, je m'en fichais. Je n'étais pas venu spécialement pour qu'il me raconte son problème de l'année, aussi ambitieux soit-il. Je ne savais pas si c'était possible, mais il n'y avait qu'un moyen de le savoir justement. Pour moi, la discussion était terminée. Quelque part dans son changement d'attitude, dans sa réponse, j'avais senti qu'il avait changé d'avis. Je n'en étais pas sûr mais je n'avais pas le courage de lui demander. Je ne savais pas si ma présence aidait à la parlotte. On était arrivés comme des intrus, l'avions bousculés comme des intrus. Comment cela allait-il se terminer donc ? Je ne savais pas, personnellement. Je marchais ainsi dans la direction opposée, commençant à quitter Vlad et Jacob. Mais avant que je ne sois trop loin, je réussis quand même à me retourner et à faire un semblant de sourire hyper beau gosse :

« Mais bon, qui ne tente rien n'a rien. Alors bonne chance pour ton projet car tu vas en avoir besoin d'un bon paquet. Et si t'as un problème quelconque, y a le Royaume des Deux Déesses qui est ouvert 24h sur 24 pour aider tout ceux qui en auraient besoin. Et dernière chose. Fais ce que tu veux. Mais plus de morts inconsidérés. C'est un avertissement. La justice ne s'est jamais créé dans la guillotine ou la pendaison. La vraie justice, c'est quand plus personne ne souffre à ce que je sache. Et encore une dernière chose... n'oublie pas que dans un vrai groupe, pas besoins de chefs. Pas d'opinions générales. C'est une somme d'individus un groupe, au résultat étrange, mais ça reste une foule de personnes qui peuvent cautionner ou pas ce que font les autres... »

Après cette dernière phrase qu'il ne dû pas comprendre de suite, je me remis à marcher, tournant le dos à Vlad sans plus de cérémonies. Je ne savais pas si cette conclusion me satisfaisait, mais le paladin avait un rêve qui n'était pas dangereux en soi. Il pouvait réussir à faire quelque chose, parce que la lumière pouvait aller plus loin et plus vite que n'importe qui quand elle fonçait dans la direction. Tant qu'il n'y avait pas de l'eau pour modifier sa trajectoire.

« Bonne soirée Vlad. »

Et puis pour faire bonne mesure, j'annulai ma paire de portails. Ce qui voulait dire ce que ça voulait dire pour Jacob. Et contrairement à ce qu'on pourrait croire... je cautionnai tout ce que faisait Jacob.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Mar 30 Aoû 2011 - 23:56
*J'ai juste envie de lui envoyer un bras dans la gueule, un coup de semonce pour le faire taire. Je rêve où il vient de confirmer qu'il a envie de tuer ? Et qu'il n'y a pas d'autres solution qu'on l'a lui pointe du doigt depuis le début. A warning shot, into his head. Ce mec est têtu et a ses arguments pour défendre son point de vie exécrable. Une vie est une vie mec, et nul autre que soi n'a le droit d'y mettre un terme. Une vie est une vie, tout simplement. Supprimer la conscience d'un homme de la surface d'un monde c'est tout simplement inadmissible. C'est comme si je tuais un mec dans le monde réel et disait aux autres : vous inquiétez pas, il est au paradis maintenant. En fait, il y a des gens qui l'ont fait et on les appellent les fanatiques de l'inquisition. Et que je te brûle un femme parce qu'elle soigne une blessure, et que je brûle un mec parce qu'il croit pas assez bien en dieux ou qu'il peut pas payer ses impôts cette années. Le tout en disant : je vous envoie en enfer, que Dieu ait pitié de votre âme. Moi ça m'enchante moyen cette affaire. Et pour couronner le tout, tu as tellement compris que si tu persistes dans ta connerie de fanatisme que tu as fait apparaître des épées de lumière tout autour de toi. C'est joli et sa brille, et ? Inutile, ce mec ne sers à rien. J'ai juste envie de lui foutre une putain de correction, rien que pour qu'il se taise, rien que pour qu'il se prenne une bonne raclée par deux mecs reconnus comme étant des bon gars sympatoche avec leur prochain pour la simple et bonne raison qu'ils estiment qu'il est allé trop loin dans ses bêtises meurtrières. Je suis pas un justicier, je suis pas paladin. Je veux juste faire le bien autour de moi. Qu'on dise pas que j'en ai pas foutu une rame pour aider ceux qui en avaient besoin, et qu'on disent pas non plus que j'étais un petit salaud sans convictions. Ouais, je veux répandre le bien et l'amour universel et tout le tralala qui va avec. Je ne crois pas en la violence. Je crois seulement au sacrifice. Je veux bien sauver des centaines de gens tant que je ne fais pas pire que ceux dont je les sauve. Je ne l'ai jamais fait, je n'ai jamais dérapé et je n'ai même pas envie de le faire un jour. Mais lui, il baigne dans le dérapage.

Et en fait, je crois que pour la première fois, je ne suis pas d'accord avec Ed, j'ai peut-être tort, mais continuer cette conversation avec un type qui est prêt à défendre, à son corps défendant en invoquant des machins de lumières pour nous pulvériser d'une façon ou d'une autre, au moins dans l'intention, que le meurtre, c'est utile, dans cette vie plus que l'autre - mais une vie est une vie mon cochon -, je suis tout simplement outré et je veux le défoncer. Mais Ed n'est pas de ce genre là, il ne défonce pas les types qui croient faire le bien, il leur explique simplement ce qui ne va pas dans leur comportement. Et... Merde, il le fait assez bien pour que j'ai envie d'attendre la suite. C'est faux dans la moitié de ce qu'il dit sur moi, enfin pas que je tue des gens hein ! Seulement que je ne suis pas un mec qui veut passer son temps dans un hamac et ne s'occuper que des gens qui viennent à moi. C'est vrai qu'en fait, je dois reconnaître que... J'ai jusque-là était une grosse feignasse et que j'aurais pu en faire plus pour les autres. Je ne dis pas déclarer la guerre aux seigneurs cauchemars, en sommes, il faut aussi des cauchemars pour faire un monde, mais aller aider ceux qui son démuni, oui, c'est mon crédo. Le problème, en fait, c'est que j'ai déployé jusqu'à présent plus d'énergie à trouver le moyen de m'autodétruire qu'à utiliser mon pouvoir en bien. Je défends mon royaume aussi et ça c'est un truc bien qu'il faut faire. Je veux dire, c'est un endroit de paix et il faut se battre pour ça. N'empêche que, si de temps à autre, je pouvais faire une sortie pour aller aider çà et là, ce serait cool. Bien sûr, il ne faut pas que je m'attende à faire tout et à prendre la responsabilité de tout sur mes épaules. Mais dans la mesure du possible, je devrais m'y mettre un peu plus au lieu de ne penser qu'à mon cul. Le sacrifice Jacob, souffre donc pour les autres. Même si tu es une âme en peine aussi dans ta saloperie de bulle, je ne suis pas sûr qu'il soit juste que tu abandonnes les autres. Au fond, je pense même que je regretterai de ne pas avoir fait certaines choses simplement pour tenter de crever. C'est assez égoïste en fait de crever. C'est dire que toute l'énergie qu'on aurait pu dépenser à aider les autres a été niquée pour le profit d'un seul homme.

Que ce soit clair, je ne reproche pas aux gens qui se suicident de le faire lorsqu'ils pensent qu'il est temps pour eux d'en finir. Mais lorsqu'on a fait le choix d'aider les autres, il faut endurer le malheur et ne mourir qu'en mettant son corps en travers d'une balle destinée à un enfant. En fait, leur discussion de merde commence à me montrer ce que je devrais accomplir. Et Je crois d'ailleurs que Vlad a raison. Ça m'écorche le cul de l'admettre. Mais ce qu'il faudrait, c'est constituer une ligue, une guilde ou une coopérative entre ceux qui ont décidé d'aider les autres. Comme ça, on s'épaule, on se relais etc. On ne vaincra pas le mal, mais clairement qu'on y fera quelque chose. Vlad reste un peu fou tout de même, il en veut trop, il ne sait pas se contenter de ce qu'il peut faire, il sait seulement transgresser les limites pour être encore plus victorieux. Un homme à terre ne lui suffit pas, il faut qu'il le tue. Des âmes sauvées ne lui suffisent pas, il faut qu'il s'assure d'avoir foutu l'ennemi en déroute. C'est là vraiment que nos points de vue divergent et ce qui fait de lui un paladin là où je ne le suis pas. Lui, il veut vaincre le mal, moi, je veux seulement le repousser loin de ceux qui ne l'ont pas choisi. En un sens j'ai choisi le mal, j'ai accepté de l'endurer pour que d'autres n'aient pas à le faire. Et si en plus, je peux sacrifier ma vie sur l'autel du bonheur des autres, ben ce serait à Dreamland un petit bonus. Mais ça ne devra pas se passer autrement. Je ne devrais pas me proposer de mon fait ou de ma volonté à l'article de la mort. Mon rôle est de faire le bien. Je ne sais plus qui disait que la meilleure arme du mal, c'est l'inaction des hommes de bien, mais j'adhère tout à fait à ça. Je veux être un homme de bien. J'agis ou je laisse le mal gagner. C'est comme ça que ça marche. Et même si Vlad veut trop agir, au moins a-t-il le mérite de vouloir agir. Alors que moi, je me morfonds sur mon cas. Certes, j'ai de quoi me morfondre sur mon cas. N'empêche, je ne suis peut-être pas dans le pire des cas; J'ai entendu parler de ce type qui a donné tellement de ses EV pour la cause du bien, qu'il en est à présent éternellement limité. Voilà un exemple à suivre pour moi. Faire quelque chose à ma mesure. Et si je peux agrandir ma mesure par le bras de quelques compagnons. Je suis tout à fait d'accord. Oui Vlad, tu as raison, que tout ceux qui veulent le bien se lient pour agir de concert et ce sera déjà ça de gagné sur le mal. Quant on y pense, le mal, ce n'est que l'absence de bien. De fait, la lumière émane direction d'une diffusion d'énergie. L'ombre n'est que l'absence de lumière. Et nous seront cette lumière autant de fois que nous le pourrons. À présent, je te le promets, j'essaierai de me consacrer davantage à la défense du Royaume des Deux Déesses et à aider les autres le reste du temps. Ok, Vlad, I'm in. Mais avant...

... je dois dire un truc. Fais chier, Ed vient d'enlever ses portails. Advienne que pourra, l'homme est intelligent et je vais laisser se barrer ce glandu. Et ensuite, on discutera, enfin, on écrira. Il croit que je n'ai rien entendu et il sera sûrement surpris de voir que ce n'est pas le cas. Mais je ne veux pas de conversation. Pas besoin de mots dans certaines conditions, et c'est le cas ici. On se comprendra ou on ne se comprendra pas. Quoi qu'il en soit, j'ai compris un truc ce soir et je veux te le dire.*
Jacob, une fois Ed parti, tapote l'épaule de Vlad pour attirer son attention, puis, doucement. Il commence à écrire sur le sol, dans la terre, la seule chose qu'il veut communiquer à son interlocuteur, avant de faire ce qu'il veut faire. "Vlad, je comprends tout à fait ton projet et je suis d'accord, il faut s'unir et agir. Je suis de tout coeur avec toi, et même si je dois d'abord défendre mon royaume de paix, n'hésite pas à m'appeler à l'aide lorsque tu en auras besoin. Je ferais le bien avec toi si tu le veux, je suis prêt à me sacrifier pour cette cause. Et je commence maintenant." Il avait écris à l'aide d'un simple bâton trouvé là. À peine eut-il écrit qu'il se releva, leva le pied et donna un grand coup de pied dans le ventre de Vlad, sans prévenir et de façon assez fulgurante pour l'envoyer quelques pas en arrière.

*Je ne retire pas ce que j'ai dit. Je veux agir pour le bien et c'est ce que je fais. Tu as commis des crimes Vlad et je me dois de te punir, au nom ne ceux qui sont mort par ta main. Non, je ne cherche pas à venger qui que ce soit. Pour moi, la vengeance fait parti des impulsions négatives qu'il faudrait éradiquer de ce monde. Ce que je veux, c'est que tu retiennes la leçon. On sème ce que l'on récolte. Tu veux qu'on fasse le bien, tu veux qu'on arrête, qu'on frappe des criminels. C'est ce que je fais. Comme dans Kingdom of Heaven, une claque pour que tu n'oublies pas qu'il ne faut pas tuer et qu'il faut être bon, dusses-tu en périr. Mais ce n'est pas qu'une claque que je vais t'asséner ce soir, je vais t'en foutre au minimum trois autres du même acabit pour faire rentrer la leçon bien profondément. Je ne crois pas en la punition, je crois seulement en la rédemption. Je crois sincèrement qu'un homme peut regretter ses actes passés et admettre qu'une punition est légitime. Voici ta légitime punition pour tes crimes passés, quatre coups. Rien de plus. Je n'aime pas la violence et tu n'en auras pas plus si tu as compris ce que je fais maintenant. Comme je l'ai dit, je crois en la rédemption. Si tu as vraiment appris la leçon ce soir, celle qu'il ne faut pas tuer les autres. Tu accepteras mes coups sans te défendre et je partirai sans demander mon reste. Car je saurais que tu auras compris. Si tu te défends, alors que la seule et unique raison pour laquelle nous sommes venus de toi voir ce soir était de te faire comprendre que tuer était un acte maléfique, alors cela voudra dire que tu demeureras un agent du mal, même sans le vouloir. Et je te vaincrai, je jure que je le ferai, et te livrerai à Onirion. Si tu te défends, c'est que tu n'as rien appris et qu'il te faut une leçon plus rude : celle de la prison. Ed peut abandonner facilement et ne revenir à la charge que si tu recommence. Il punit. Je préviens, je veux ta rédemption et je l'aurais, ce soir ou dans dix ans, mais je l'obtiendrais d'une manière ou d'une autre. Alors Vlad, on se défend ou on accepte la sentence qu'on a soi-même prononcé ?*

Et Jacob pour appuyer ses pensées, avança tranquillement vers Vlad, dans l'espoir de lui mettre un nouveau coup, de poing cette fois, puissant, dans le visage de sa victime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 775
Date d'inscription : 10/09/2010
Age du personnage : 28

Voyageur Expérimenté
Vlad Siegfrey
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 510
Honneur: 310
MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Mer 31 Aoû 2011 - 2:14
Tout n'était au final qu'une boucle, un cercle vicieux. Ils avaient longuement réfléchit, tous autant qu'ils étaient, ils avaient juger et daigner se faire des opinions, ils avaient chercher à agir en ayant réussie à faire des déductions et ils étaient six milliards dans ce cas. La terre entière réfléchit et se fait sa propre opinion d'une personne et du mode de vie d'une personne, c'est qui constitue la base de l'humain, refoulant la barrière des langues, la pensée était la force universelle, ce qui liait chaque être d'une même race pour qu'au final nous puissions nous considérés tous comme des "humains". Dans ce monde, il n'y a ni Dieu, ni maitres mais seulement des Seigneurs, des personnes dites d'influentes qui ont une force suffisante pour réduire à néant la haine que l'ont pourrait porter à leur égard, une haine si profonde que s'ils venaient à s'affaiblirent, alors on n'hésiterait pas à les poignarder dans le dos pour prouver que notre force à sur l'instant dépasser celle d'un autre être influent. Cela referme la boucle du carnage qui finit par se répéter encore et encore, mais si l'ont compare le monde à une chaine, alors il faut croire que ce dernier possède plusieurs maillons et donc différentes voies possibles à suivre par l'humain. Je suis toujours partie dans l'optique que le cerveau humain était le plus complexe à comprendre et que ce dernier cherchait toujours le moyen de se trouver en position de force face à une personne qu'il a toujours vu et prise comme un être inférieur.

La Diképhobie, comme une malédiction s'est donc propagée en moi et par tout ce que l'humain est capable d'engendrer et de produire, que cela soit le bien tout comme le mal, tout dépend de ce que l'ont pense et de ce qui fait nos convictions. C'est là la racine même de cette peur qu'il m'a fallut vaincre avant de pouvoir découvrir les cieux hostiles du monde onirique dans lequel je plonge à chaque fois que mes paupières deviennent lourdes jusqu'à me faire entrer dans un sommeil profond. Au fur et a mesure que les jours se passent, des évènements se déroulent, et tout ces évènements sont issues de chaines de pensée totalement indomptables. Si jamais un jour je venais à bousculer quelqu'un sans le vouloir, que penserait ce dernier ? Si un jour je venais à commettre un crime pour ma survie, que penserait les gens ? Quoi qu'il arrive, ils me jugeraient et me prendrait pour un impie, ce qui signifierait que mon humanité serait remise en cause par le simple fait qu'en essayant de me disculper par une défense plutôt rude, je serais classifié dans un dossier qui porterait un nom du genre "Bête sauvage" ou encore "Attardé mental", continuant encore une autre boucle qui se referme encore pour créer un maillon supplémentaire à notre chaine.

Ed et Jacob ne faisaient pas exceptions à cette règle et pensait pouvoir m'arrêter par le simple fait qu'ils cherchaient à juger mes actes dont la cause était celle de la justice, une justice consciente qui à a bien cerner la différence que l'ont trouve en chaque humain et de ce fait, connaitre les limites de ce dernier comme ses failles en regardant dans son coeur, ce qui faisait de moi la personne la plus apte à savoir ce qui est le mieux à faire pour les gens de ce monde. Après tout, il y'avais ces ligues et monter dans le classement de ces dernières demandait d'écraser ses adversaires et de ce fait, comment est-il possible de grimper outre qu'en démolissant quelques portraits ? Je n'étais pas vraiment pour ces pratiques mais la réalité était belle et bien là et il était hors de question que parce que deux hommes l'avait décider, je cesse d'agir définitivement pour la cause d'une justice méritée. Au final dans ce monde, on pourrait déduire que ce qui faisait la différence chez les voyageurs étaient le fameux "Tu as ta manière et j'ai la mienne", expression qui exprimait bel et bien les différences entre les pouvoirs que possédaient chacuns ainsi que les convictions que chacun d'entre nous avaient. C'est pour cette raison que je restait sur mes gardes face à un Ed Free qui semblait avoir compris ce que je souhaitait au final et semblait être satisfait de la discussion que nous avions eu de par le fait qu'il venait de se tourner pour me souhaiter bonne chance dans la réalisation de mon projet, ce qui n'était pas sans m'étonner bien évidemment de la part de ce dernier mais au final même s'il s'était passer quelque chose, j'aurais tout de meme chercher à me défendre pour ne pas finir blesser que ce soit physiquement comme mentalement car si j'avais dût écouter ces deux zigotos sans vraiment avoir à redire quelque chose, je n'aurais alors rien pu faire face aux hordes de démons qui m'attendaient au Royaume obscur. Toute trace d'Ed Free venait de disparaitre et son pouvoir semblait avoir été annulé également, mais une chose restait encore à comprendre et je n'étais pas au bout de mes peines sur ce point la et c'était le fait que l'acolyte d'Ed Free soit encore la à me regarder d'un air douteux, juste avant de bouger un instant de manière et rapide et précise pour poser sa main sur mon épaule juste avant de me montrer quelque chose qui semblait être un message qu'il dessinait au sol grâce à un baton qu'il venait de ramasser pour me faire comprendre qu'il n'était pas contre mon projet et qu'il soutiendrais alors ce dernier, ce qui n'étais pas une mauvaise nouvelle en soi mais comment être bien sûre que ce dernier se rangerait sans faire d'histoire ?

C'est à ce moment la que je reçu un coup de pied en plein estomac qui m'envoya un peu plus au fond de la ruelle, ma tête se cognant dans un conteneur à poubelle non loin de là, j'étais quelque peu sonner et le chien de garde de Free semblait avoir encore une dent contre moi malgré ses encouragements qu'il m'avais alors porter. Voulait t-il s'assurer de quelque chose ? En tout cas mon uniforme était sale manitenant et la poussière s'était posée sur mes vêtements, ce qui ne rendrait plus très propre mon pantalon ainsi que mes bottes, sans compter que j'avais un besoin de cracher qui était plus que pressant une fois que j'aurais retrouver ma respiration à son état normale. Ce type n'avais fait que me sonner mais il ne semblait pas y avoir de pulsions meurtrières dans son regard et ses intensions n'étaient donc pas mauvaises, signifiant probablement qu'il était la pour s'assurer que la leçon avait été bien comprise, bien qu'au fond de moi subsistait encore l'envie d'agir à ma guise tel un Lion indomptable qui n'avais de compte à rendre à personne. Je me relevait avec facilité en prenant appui sur une poubelle alors que Jacob s'apprêtait à m'envoyer un coup de poing en plein visage.

"J'éspère que t'as l'impression..."

Le coup de poing m'arriva droit en pleine figure et gonfla alors ma joue gauche alors que ma tête bascula quelque peu en arrière mais je n'avais pas bouger de ma position debout et tenais à garder mon corps stable et droit pour ne pas montrer de quelconque faiblesse face à ce type incapable de parler comme d'entendre.

"de t'amuser, parce que tu tape vraiment comme une fille ! Et crois moi bien mon gars que c'est pas parce que Ed et toi êtes venus me pourrir ma soirée que je vais arrêter d'agir comme je le faisait à Dreamland ! Ed l'as dis lui même, vous êtes trop fainéant pour vous préoccuper de ce qui doit être fait et il est hors de question que je flanche face à un type que je ne connais même pas et qui n'a que la violence pour seule moyen d'apprentissage. Regarde toi mon pauvre ! Tu me frappe alors que vous venez à peine de me dire d'arrêter de le faire pour que le bien perdure ! C'en est presque pathétique, à croire que vous ne respectez même pas ce pour quoi vous êtes venus me voir les mecs. Tape encore si sa te chante, je broncherais pas ! Mais assure toi bien de réfléchir au pourquoi de tes coups de poings ! plus tu va taper et plus ta noirceur va s'amplifier. Si je devais te renvoyer l'appareil à l'heure actuelle, je crois qu'un coup de poing suffira à ce que tu tombe sur ton cul ! Tout sa pour te dire que tu peut m'envoyer autant de patate que tu veut, mes convictions ne faibliront pas et j'ai pourtant bien écouter ce que La Binocle avait à me dire jusqu'au bout"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free] Aujourd'hui à 21:28
Revenir en haut Aller en bas

Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Royaume des Chats-