Haut
Bas

Partagez|

[Terminé] Ah, voilà la Mélodie du bonheur ! "Do, a deer, a female deer. Re, a drop of golden sun..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 22/06/2017
Age du personnage : 15

MessageSujet: [Terminé] Ah, voilà la Mélodie du bonheur ! "Do, a deer, a female deer. Re, a drop of golden sun..." Ven 30 Juin 2017 - 10:58


Dubois
Mélodie

Personnage.


© Avatar réalisé par moi-même à partir d'Olha, personnage de Ys VI: The Ark of Napishtim.


  • Nom : Dubois
  • Prénom : Mélodie
  • Surnom(s) : Mélo ? Enfin comme vous voulez, en fait...
  • Âge : Officiellement 10 ans, 7 mois et 13 jours [à compter de ma validation, et le fow ne veut pas que je change, donc j'aurais besoin d'aide le moment venu], physiquement et désormais mentalement une vingtaine d'années, un esprit « vivant » depuis une durée indéterminée.
  • Nationalité, origine(s) : De la roche de Dreamland, un haut pic du Royaume de Vide.
  • Pouvoir et description : Contrôle ponctuel de la roche ou de la terre. A plusieurs utilités (à obtenir par la suite, liste non exhaustive) : Transport (sous forme de plaques lévitant jusqu'à 2m 50 mais très fragiles), lames de roches projetables, guérison accélérée par l'argile...




Description Physique.

(Minimum 15 lignes complètes.)

« Bonjour, un coca s'il vous plaît. Merci. Ah, ça fait du bien de se poser un peu. Quoi ? Pardon ? Comment je me vois ? Pourquoi je me lance dans cette conversation, moi...

Bien évidemment, commençons par le fait que je sois un être de pierre. Ma peau est en marbre gris clair. Pourtant, j'ai un métabolisme qui fonctionne « normalement » à l'exception de quelques points. Tout d'abord j'ai le sang froid, un sang gris-argenté d’andésite liquide. Je suis d'ailleurs incapable de vous donner une approximation de la température, ni même différencier une canicule d'un hiver rude. Mon organisme digère sans mal n'importe quel type de pierre du moment qu'elles ne sont pas trop aiguisées enfin de ne pas blesser mon estomac ou autre organe d'argile. Comme n'importe quel habitant des rêves, j'ai les oreilles pointues. Et mon corps ne grandis pas, ne vieillis pas, et ni mes cheveux ni mes ongles ne poussent. Il s'avère que je ne peux les couper.

Mes cheveux, puisqu'on en parle, sont longs et souples. De la même couleur que mes cils, sourcils et ongles, leur noir semble légèrement bleuté, il s'agit de mica. Quant à mes yeux, l'uniformité du blanc, du quartz, peut parfois faire penser que je suis aveugle mais je vois parfaitement, remarquez la précision de la sculpture, gravé de tous les reliefs et une pupille légèrement marquée par un creux plat. Mon nez, légèrement retroussé, se dissimule sans mal derrière l'éclat de mes dents émaillées. Elles sont cependant, comme mes os, en calcaire. Mes lèvres n'ont aucune couleur et restent en marbre gris, triste.

Je ne suis pas très grande, mais pas non plus petite. En revanche je suis très (si ce n'est trop) fine, c'est une évidence. Mes muscles de granite ne se dessinent pas, c'est un très bon exemple pour ce qui est de mes capacités physiques : on a tendance à me croire bien plus forte que je ne le suis en réalité. Plus résistante également, mais ma « chaire » est plutôt tendre.

Ce qui me fait penser... Mes vêtements, eux, n'ont pas été sculptés en même temps que moi. Puisque votre société semble ainsi faite, je dois donc comme n'importe qui en faire régulièrement l'acquisition. Je préfère les habits amples qui ne me gêne pas quand je suis en voyage (j'évite autant que possible le métro, ils s'usent donc vite), notamment de larges robes  auxquelles j'associe généralement des bijoux en tout genre. Comme Liono dit toujours, ce n'est pas le tout de proposer des produits de qualité, il faut également donner envie d'en acheter. Ils font partie de la marchandise, je peux donc les changer régulièrement. Autour de mon poignet, sur une tige solide, l'argile a fixé la mousse lumineuse de ma grotte. Pour toujours avoir une part d'elle avec moi.


Caractère.

(Minimum 15 lignes complètes.)

Pardon ? Oui, je ne suis pas sourde, merci. Mon caractère, bah c'est ce qu'il est.

La patience est une qualité que devrait avoir toute bonne statue. Je crois pouvoir dire que je l'ai. A moins que ma liberté soit entravée, car la liberté, je l'ai toujours considéré comme l'unique chose que je possédais. Je suis calme, sérieuse et curieuse, mais je peux me révéler impulsive et irritable. Je suis très rigoureuse, surtout quand il s'agit des autres, beaucoup moins quand cela s'applique à moi-même. Créative, j'aime manier l'argile pour en faire ce que je souhaite. J'apprécie également les animaux, excepté insectes et arachnides, et quand il m'arrive d'ôter la vie, je leur présente mes excuses aussitôt, bien qu'ils ne puissent m'entendre. Oui, j'ai un cœur minéral, mais il n'est pas en pierre. Je suis très sensible et peux prendre mal n'importe quelle remarque, tandis que celle-ci sera à jamais gravée dans ma mémoire. J’oscille souvent entre égoïsme et altruisme, tendre vers le second est un défi de tous les jours ; je ne voudrais pas que mes actes et mes paroles soient déformés par l'esprit du nécessiteux et lui parviennent comme un manque de confiance en lui. A ce propos, ma confiance n'est pas si simple à gagner, mais je suis loyale et je crois souvent que les autres également ; une fois sa bonne volonté prouvée, je relâcherais ma vigilance. Je suis certainement un peu naïve malgré tout. Mais côté social, en dehors de mon métier, je suis plutôt étrange. D'une part j'aime être seule et écouter le silence ou méditer, d'autre part je cherche à meubler la conversation, détestant les passages d'anges et je n'arrive souvent pas à trouver les mots qu'il faut quand il le faut. Je suis naturellement malchanceuse et part souvent défaitiste, et compte plus sur la logique ou l'agilité pour me sortir de situations difficiles que sur la puissance pure. Même si ça aide, je n'en doute pas.


Histoire.

(Minimum 25 lignes complètes.)

Je suppose que vous voulez savoir pourquoi je suis là, maintenant... Mon histoire commence il y a longtemps, très longtemps... Ouais, il y a une dizaine d'année, ici à Dreamland. Tais-toi, c'est évident ! Personne ne pensera que tu viennes de la Terre. Ça ne se voit pas, n'est-ce pas ? Mais je suis exactement la même aujourd'hui qu'à ma naissance. Je m'en souviens encore parfaitement. Je l'avais tant attendue.

Jusqu'alors, mon esprit était semi-conscient, grandissant au ralenti. C'était une grotte discrète au sommet d'un pic du Royaume du Vide, aux parois internes couvertes de mousse blanche phosphorescente. Une très bonne veilleuse, soit dit en passant. Mon corps se sculptait selon la volonté de la grotte, je le voyais chaque fois que je le regardais, malgré les différences parfois minimes. Enfin voir, je ne saurais l'expliquer puisque je ne possédais pas d'yeux. Tout comme la volonté d'une grotte ou la création d'un corps. Mais je sais que c'est vrai.

Le jour J, j'étais toujours aussi seule. L'humidité ne me dérangeait pas. J’existais. C'était tout ce qui m'importait. Mon esprit se réveillait d'un coup dans ce corps de pierre. La douleur n'était supportable que par cette idée. J'avais faim et soif, j'étais allongée sur des graviers et je ressentais déjà la fatigue. L'avantage, c'est qu'autour de moi se trouvaient suffisamment de fragments de roche pour tenir des mois en nourriture et que l'eau, même la plus boueuse qui soit, fait mon bonheur. Ne vous moquez pas, c'est plein de minéraux !

J'ai passé plusieurs jours à m’habituer à mon nouveau corps. Après, vous comprendrez qu'avec tout le temps que mon esprit a passé à attendre la formation complète de celui-ci, mon unique désir soit de l'utiliser pour obtenir ma liberté. En l'honneur de la grotte qui m'avait donné la vie, j'ai fait une sélection des meilleurs pierres que j'ai trouvées et je les lui ai sacrifié. Bien évidemment, elles n'ont pas brûlé, alors j'ai espéré que le geste suffise à la remercier.

J'ai quitté la grotte, au sommet d'un d'un haut pic. J'ai marché de longues semaines. Mes muscles de granite avaient atteint la limite de ce qu'ils pouvaient donner. Moins d'un mois après ma venue au monde, j'avais eu mes premières courbatures, vous vous rendez compte ? C'était donc cela l'univers pour lequel j'avais patienté cette durée indéterminée ?

Enfin, j'ai atteint le Royaume des Rapaces. Enfin, la civilisation. Enfin, je pouvais en apprendre plus sur... Sur tout, en fait. Sur tout ce que je devais savoir. J'aime bien ce royaume comme j'aime ma grotte. A part un faucon qui m'a pris pour un perchoir, une fois, et qui n'est pas près de recommencer vu la peur que je lui ai fait en bougeant, rien n'a troublé mon séjour. J'y serais bien restée plus longtemps, mais un conseil judicieux (celui de me rendre à School-Land) m'a décidée à reprendre la route. J'avais néanmoins une grande impatience de revenir là-bas. Ou là-haut, si vous préférez.

J'ai donc commencé des études âgée de quelques mois. Ça n'a semblé étonner personne. Pas plus qu'être une statue vivante, bien que je n'en ai pas croisée durant ma courte existence. Je n'étais certes pas la meilleure des élèves, mais très attentive et toujours calme. C'est pourquoi les professeurs m'appréciaient. Ce n'était pas moi qui allais « foutre le bordel ». Pourtant, ils ne pouvaient jamais vraiment me connaître. Je suis faite pour apprendre vite avec un cerveaux déjà plus ou moins évolué, par rapport à une bonne partie du reste de mes camarades. C'est la moindre des choses, non ? J'avais un corps adulte, alors un esprit légèrement avancé (Hum... Pas seulement légèrement avec des gamins de quatre ans...), ça devient nécessaire. Au moins par fierté.

Il y a deux ans environ, j'ai commencé le commerce. J'ai laissé ma soif de liberté et de voyage prendre le dessus. J'ai tout d’abord été sous la tutelle de Liono, un centaure particulièrement minutieux qui doit bien avoir la cinquantaine. J'étais absorbée par les bijoux qu'il proposait et il a entrepris de m'expliquer la provenance de chacun. Comme il avait besoin d'aide et c'est aperçu au fil de la conversation que je cherchais une activité, il m'a proposée de me transmettre son savoir. Désormais, bien que je sois encore officiellement son apprentie, on se sépare le plus souvent. Je passe ainsi de royaumes en royaumes, de terres en terres. C'est sympa. Sans attache.

Voilà pourquoi je suis là aujourd'hui, à répondre à vos questions comme si je n'avais que ça à faire... Bon, si vous voulez bien m'excuser, Liono doit m'attendre. »


Post Rp.

(Ce post nous montrera votre niveau RP, il portera sur le moment où vous avez vaincu votre peur ou, si vous avez vraiment aucune idée, sur un passage de votre vie, mais il a intérêt à être intéressant ...)

- La vie ! m'écrie-je dans la langue de mes pensées.

C'est la première phrase que j'ai prononcé. La vue d'autres êtres me ravie. Mis à part la puissance magique de ma grotte, je n'ai jamais rencontré personne. Là, sur le flanc de la montagne, je distingue au loin une silhouette plus petite que mon pouce, ou même que mon ongle noir. Mais il est clairement un animal de ma morphologie. Je veux savoir ce que je suis.

Je ne peux m'empêcher de courir. Si je pense correctement, alors il me mènera au monde, à plus ou moins long terme. Je suis arrivée jusque là dans l'espoir d'avoir une piste. Depuis toujours, je sais que je vais chercher un sens à mon existence. Me le donnera-t-il ?

Un buisson traître au bord du chemin me cache dans la nuit la racine, tendue au-dessus du sentier. Lorsque mon pied y parvient, il s'y accroche, s'y bloque, et, après quelques acrobaties non contrôlées, je m'étale de tout mon long.

J'ai mal. Dans le marbre, de multiples graviers se sont plantés. Une pierre m'a percuté le crâne mais il me semble que je n'ai rien, si ce n'est bientôt l'apparition d'une bosse blanche. Je mets quelques temps à recracher la poussière que j'ai avalée dans ma chute puis je reprends mon chemin.

Le temps de, l'être a disparu. Que faire ? Je continue ma descente. Au fond, dans la vallée, je remarque une sorte de boîte. Elle a une forme étrange, certainement pas naturelle, et de la fumée s'en élève. Selon certains angles, quand les arbres s’éloignent, de la lumière s'échappe au travers d'une matière transparente et parfaitement lisse. Cela m'intrigue et me fait peur à la fois.

Je me mets derrière la plaque transparente et regarde à l'intérieur. Rien ne bouge. Je me demande si je ne me suis pas trompée. Puis l'être entre dans mon champ de vision. Il va s’asseoir dans une chose bizarre, composée de plusieurs blocs, l'un supporte le poids, les autres s'assurent qu'il y reste bien droit. Il regarde une nouvelle boîte mais je n'arrive pas à découvrir pourquoi. Que peut-il y avoir de s'y intéressant ?

D'un coup, l'être tourne la tête et me voit. Il commence à paniquer et à s'approcher, et ma propre panique redouble. Je prends un morceau d'arbre, empilé sur un tas d'objets identiques, et brise ce qui nous séparait. Il parvient à éviter les morceaux, bien qu'il reçoive le gros bout de bois en plein dans l'estomac, mais ignorante que je suis, l'un d'eux m'entaille le bras.

Je vois le visage de l'être se crisper et je sens que ce n'est pas bon pour moi. Je m'enfuis vers un tas de gravats et tente de m'y camoufler. De loin, je remarque un grand rectangle de bois émaillé qui s'ouvre sur le devant de la boîte et vomit l'être. Il commence à me chercher sans résultat, et quand je me dis qu'il va abandonner, je suis surprise par la main qu'il a posée à ma bouche.


Cependant, je reste éprise de la liberté. M'empêcher de quelque chose, c'est risquer de me voir me rebeller. Et moi, je mors.

- Du calme, tout va... Aie ! Pourquoi tu m'as mordu ?

Je le regarde tout d'abord sans comprendre. Qu'est-ce que cette langue ? Puis je la lie avec ce que mon esprit a apprit pendant son état de semi-conscience, soit ce que doit savoir un gamin d'une dizaine d'année. En théorie, car je n'ai pas d'images autre que celle de ma grotte, ni les sons que je n'ai pas déjà rencontré, par exemple. Je cherche mes mots.

- Je... Tu... Je suis... libre.
- Tu parles, ce n'est pas une raison... Mais je suis curieux de savoir pourquoi j'ai une statue de femme nue apparemment vivante dans mon jardin.
- Je... ne suis pas... un statue.

Il ne semble pas convainque.

- Une statue. Et si, tu es une statue.
- Non. Tu... es quoi?
- Tu veux dire qui ? Je ne me suis pas présenté ? Pardon, je suis Alexandre Dubois.
- Tu es quoi ? répété-je avec moins d'hésitations.
- Un voyageur. Un humain qui a vaincu sa peur des rapaces et qui a trouvé Dreamland parfait pour faire la nuit ce que je ne peux faire le jour. Me détendre. Et toi, qui es-tu ?

Je n'ai pas de réponse. Je me contente donc de l'observer, je n'en ai pas eu le temps avant. Il avait la peau rose, les cheveux blonds et les yeux verts. Il n'était donc pas comme moi. Et ses oreilles n'étaient pas pointues. Un humain ? Il avait de la chance. Il a des certitudes. Et moi ?

- Pourquoi tu as un morceau de nuage autour de toi ? Et un morceau de rivière... de ciel... de ça, quoi ?
- Quoi ? Ah, mes vêtements. Ce n'est rien, c'est simplement une habitude. En général, les gens s'habillent. Ça permet de ne pas avoir froid. Et ce n'est ni du nuage, ni de l'eau. Du tissu et un  peu de teinture, c'est tout. Mais qui es-tu, enfin ?

Mais je n'en ai pas fini avec mes questions. Il met un peu de temps à s'en apercevoir. Puis il me laisse continuer. Quand ma soif de connaissance est assouvie, pour le moment, alors c'est à moi de répondre. Je lui raconte tout. De mon esprit errant à mon côté de ma rencontre avec lui, en passant par ma naissance et par ma marche. Quand j'ai fini, le silence s'installe. Je voudrais le combler mais j'ai si peu de choses à dire, et toutes sont celles que j'ai expliquées. Puis il le rompt.

- Alors tu n'as pas de nom ?
- Non.
- Et bien nous devrons t'en trouver un. Sur ce, je dois te dire en rev...

Son corps disparaît avant la fin de sa phrase.

Après avoir finalement réussi à dompter ma peur, car se retrouver seul dans un endroit si étrange est difficile, je cède à ma curiosité pour explorer les différentes pièces. Malgré tout, je finis par être la cible du sommeil et je jette mon dévolu sur un rond de tissu poilu par terre, repli le bras sur mes genoux et m'endors.

~~~

Lorsque je rouvre les yeux, Alexandre n'est pas revenu. Je reprends mes recherches. Je n'ai aucun objectif si ce n'est de comprendre. C'est essentiel. Par hasard, je tombe sur un objet qui attire particulièrement mon attention. Il tiendrait dans un rectangle assez long, avec les touches noires et des touches blanches, disposées dans un certain ordre qui se répète de gauche à droite. Au-dessus de chacune, il y a une lettre : A, B, C, D, E, F ou G. Cela aussi forme une suite. Je vois également un fil qui descend et se termine par un pavé noir emboîté dans une zone blanche sur le mur. Je touche aux boutons, cherchant une interaction comme avec ceux des lampes. J'en trouve un, à une extrémité, qui éclaircit un point rouge sombre en un rouge éclatant. Mais je ne remarque pas d'autres différences.

Puis je m'attaque aux touches. La première sur laquelle j'appuie me fait reculer. Un son a retenti. Il n'est pas sorti de l'objet en d'autres boîtes encore, placées de part et d'autre. Je tente une deuxième et c'est un autre son. La troisième touche en donne encore un troisième. Et quand j'agis simultanément, j'entends un mélange discordant. C'est de la musique, ou bien cela devrait. Comme une enfant, ou plutôt en tant qu'enfant, je suis mon imagination et compose.

Je ne sais pas combien de temps je joue. Je ne sais même pas ce que je joue.  Simplement ce qui me vient, une espèce de thème et variations, avec des variations très, très dérivées du thème.

- C'est beau, tu sais ?

Je sursaute. Le retour du voyageur devait être discret, je ne m'en étais pas aperçue. Alexandre est assis dans ce tas de blocs, appelé apparemment « fauteuil ».

- Merci. Tu es... là depuis... longtemps ?
- Un peu.

Je me détends. Je n'ai aucune raison de rester tendue. Il aurait très bien pu prendre le dessus dès notre rencontre avec ces pouvoirs dont j'ignore la nature. Au contraire, sa présence me rassure. Il est gentil. Du moins je crois. Je le regarde et sourie. Il se redresse contre le dossier, semble réfléchir un instant puis m'expose son idée :

- Mélodie, c'est un beau prénom, tu ne trouves pas ?

J'incline la tête sur le côté et regarde le plafond avant de choisir. Je me dis  qu'il n'est pas le bon pour une statue. Fort heureusement, je n'en suis pas une. Je n'en serai jamais une.

- Il est parfait.
- Il te manque un nom, mais je suppose que ça n'aurait pas de sens...

Il essaie de ne pas paraître fier. C'est raté. Mais cela ne fait rien. Je lève l'index pour le faire taire :

- Dubois, dis-je simplement.
- Dubois ? répète-t-il.
- Oui, Dubois.
- Non, non. Ce doit-être l'héritage d'une famille. Le nom du père transmit, ou de la mère parfois. Ça n'a pas de sens, je te l'ai dit. Je... Je ne suis officiellement adulte que depuis quelques mois. Alors être un père, même... hum... spirituel... ou... et...

Il s'interrompt sous mon regard implorant. Je ne suis personne. J'ai besoin d'être quelqu'un. Je cligne plusieurs fois des yeux. Il soupire.

- D'accord. D'accord Mélodie Dubois. Bienvenue à Dreamland.


Autres.

(La première partie de cette section concerne votre personnage, et pas vous IRL)
Aime : La roche (c'est bon. Il ne faut pas dire du mal sans en avoir goûté), les oiseaux, voyager, faire de bonnes affaires (ou arnaquer, ça marche aussi).
N'aime pas : L'humidité constante, l'obscurité, être prisonnière de quoi que ce soit, qu'on me traite de statue.
Particularités, autres : Être de roche.
Niveau d'étude hors de Dreamland : Aucun. Mais bon... Dreamland est assez vaste pour ne pas me sentir retenue.


Comment avez-vous découvert le forum ? Par partenariat.
Première impression : Magie... Rêve... Bien... Ah, c'est un manga ? ^^
Pour les DC (double compte) ou TC (triple compte), qui a donné son accord ? PC, donc personne.
Avez-vous lu les règles et les respecterez-vous ? Et bien dire non ne passerais pas, mais de toutes façons, c'est évidemment un oui. (Pourquoi je réponds à cette question, moi ?)
Code de validation : Sun validé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2664
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: [Terminé] Ah, voilà la Mélodie du bonheur ! "Do, a deer, a female deer. Re, a drop of golden sun..." Ven 30 Juin 2017 - 12:09
Bonjour, bonjour et la bienvenue sur le forum !
Ta fiche est-elle terminée ? Smile

__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 22/06/2017
Age du personnage : 15

MessageSujet: Re: [Terminé] Ah, voilà la Mélodie du bonheur ! "Do, a deer, a female deer. Re, a drop of golden sun..." Ven 30 Juin 2017 - 12:15
Merci ^^

Elle l'est en contenu, mais je dois certainement avoir quelques fautes d'orthographe/conjugaison/grammaire à corriger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1084
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 615
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: [Terminé] Ah, voilà la Mélodie du bonheur ! "Do, a deer, a female deer. Re, a drop of golden sun..." Ven 30 Juin 2017 - 12:21
Alors voilà donc la fameuse Mélodie !

J'ai lu donc je vais donner mon avis même sans les quelques corrections.

Alors, après lecture ce que je retiens c'est que j'ai un ressenti global très positif. Ça se lit bien, c'est original, ça donne une bonne idée du personnage. Pour moi c'est exactement ce qu'on attend d'une fiche de présentation.

Pour pas que tu prennes la grosse tête je mettrais un bémol (hihi) sur la partie caractère qui est un poil en dessous du reste je trouve mais qui reste tout à fait acceptable.

Du coup je partirais sur une Créature des rêves - rang 3


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2664
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 24

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2540
Honneur: 430
MessageSujet: Re: [Terminé] Ah, voilà la Mélodie du bonheur ! "Do, a deer, a female deer. Re, a drop of golden sun..." Ven 30 Juin 2017 - 14:16
Alors je rejoins mon camarade plus haut, même si j'émets une légère réserve pour le rang 3.
Néanmoins, je vais l'accorder également Wink

Donc créature des rêves de rang 3. Tu peux aller faire ta fiche technique !

__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledesordre-est-dor.blogspot.fr/
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Terminé] Ah, voilà la Mélodie du bonheur ! "Do, a deer, a female deer. Re, a drop of golden sun..."
Revenir en haut Aller en bas

[Terminé] Ah, voilà la Mélodie du bonheur ! "Do, a deer, a female deer. Re, a drop of golden sun..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Administration Onirique :: Personnages :: Présentation Validée-