Haut
Bas

Partagez|

Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Death Voice
Messages : 525
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1775
Honneur: 198
MessageSujet: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Dim 13 Aoû 2017 - 19:38
 

« - Riku tu as la dernière déclaration de Monsieur Lusignan ? Il est très pressé, tu le sais, c'est un client important.

- Ca arrive patron ! Mais peut être aurait il été plus simple qu'il nous envoie les papiers bien plus tôt que vingt quatre heures avant la date limite! »

Le retour de vacances. Quand tout est pressé, que tout le travail non accompli de ses collègues est à faire pour pouvoir faire en sorte que le cabinet avance. Riku n'était revenu que depuis une journée et il n'en pouvait déjà plus. Des centaines de mails, des déclarations non terminées, des dossiers en bazar dans les couloirs, des papiers justificatifs demandés depuis des semaines laissés sur les imprimantes... A peine eut-il remis le document demandé à son supérieur, le jeune comptable était aussitôt appelé par un client sur sa ligne téléphonique. Il répondit à ses questions d'un ton qui se voulait aimable malgré son agacement, puis raccrocha avant de s'arrêter, histoire de marquer, une pause, de soupirer un peu. Il n'avait pas eu une minute à lui depuis son arrivée et avait dû prendre ses pauses déjeuners au bureau, autant dire qu'il n'avait qu'une hâte, de retrouver son lit. Son appartement parisien lui manquait presque malgré le fait qu'il ne supportait plus cette région. Tout y était cher, les gens étaient insupportables, et il était impossible d'y dormir sans être sans cesse réveillé par un barouf pas possible. Finalement, l'heure de la fin de la journée arriva, libératrice pour le voyageur qui ne se fit pas prier pour rentrer chez lui. Il s'offrit une pizza ce soir là. Aucune envie de faire la cuisine, et il n'avait pas vraiment envie de bouger de son canapé. Une quatre fromages du restautant où il avait l'habitude de commander plus tard, il sentit ses yeux se fermer peu à peu devant la série qu'il avait commencé, et céda à Morphée en rejoignant péniblement son lit dans l'obscurité. Quelques secondes plus tard, il se sentit pleinement s'endormir sans le moindre effort.

***

Le royaume du Vide n'était pas vraiment une terre d'accueil pour les voyageurs divers et variés qui arpentaient Dreamland. Riku le savait. Mais exceptionnellement ce soir-là, il avait été autorisé à fouler les falaises de Vyomesh. La raison de cette invitation n'était toutefois pas des plus heureuses ; A fin de remercier les voyageurs du Cimetière qui avaient révélé la machination de Corvus le roi corbeau, et aussi de rendre hommage à Enrique qui s'était sacrifié pour aider son disciple, une cérémonie allait être organisée dans les bois nocturnes, territoire des chasseurs nocturnes guidés par le sage Soren. En repensant à ses péripéties dans ce royaume, le necromancer se remémora ce guide qui les avait soumis, lui et Lyun sa camarade voyageuse rapace à une énigme. Il avait perçu chez ce peuple un quelque chose qui avait capté son intérêt, une sorte d'instinct de groupe presque tribal, ésotérique, qui l'avait captivé. Il avait voulu en savoir plus à l'époque, mais sa mission était finalement passée avant sa curiosité, d'autant plus qu'il se déplaçait en clandestin dans le royaume. Soren par la suite était venu à leur aide dans les grottes qui bordaient le territoire des corbeaux alors qu'ils subissaient l'assaut de chauves souris géantes et que l'un des lieutenants du royaume, un balbuzard du nom de Kalaryus qui avait choisi de se mettre en état de stase pour leur offrir la lumière dans les ténèbres de la caverne. Au final, Riku n'avait pas réellement eu le temps de le remercier comme il se devait, et voilà, que le maître des hiboux et chouettes l'accueillait pour rendre hommage à un guerrier qui n'avait rien à voir avec son royaume et qui lui avait attiré plus d'ennuis qu'autre chose. Intérieurement, le necromancer se sentait presque honteux de devoir autant à une créature pour qui il n'avait rien fait, il hésitait à avancer alors que son sommeil l'avait dépose sur les plaines qui bordaient les bois nocturnes, territoires constamment dans l'obscurité, terrain de chasse particulier de Soren. Il prit alors une grande inspiration, et un pas après l'autre, il se dirigea vers cette cathédrale sylvestre de la nuit, où l'attendaient son hôte, et, comme il l'imaginait, son amie voyageuse. Lyun et Riku avaient déjà vécu pas mal d'aventures depuis leur rencontre, alors qu'il avait interrompu l'entraînement de la morpheuse rapace et qu'il l'avait entraîné, bien malgré elle, à entrer dans son monde pleins de dangers. Entre les combats qu'ils avaient mené, la torture qu'elle avait subi de la main de Corvus, la rencontre avec le seigneur des cieux, la visite du Cimetière, et sa zombification dont l'invocateur l'avait sauvé en se sacrifiant, ils étaient liés, à quel point, le jeune homme n'avait pas réellement cherché à le définir, mais ils l'étaient. Frôler la mort, cela rapprochait.

Il passa un instant sa main sur son œil désormais invalide ; sa vision s'en trouvait réduite en temps normal, dans le sens où elle n'était complète que lorsque les visions du passé se déclenchaient, et il n'y était pas encore complètement habitué, mais il souria en repensant à la raison qui l'avait poussé à sacrifier cette partie de lui-même. Le seigneur de la vie, Eternalis, l'avait soumis à une épreuve, un choix à faire, parfaitement altruiste pour délivrer la personne à qui il tenait d'une malédiction. S'il avait refusé, il aurait condamné Lyun à une vie entière de servitude en tant que zombie du Cimetière. Une mort onirique dont elle n'aurait pu se délivrer et ses rêves auraient a tout jamais été détruits. Il n'avait pas hésité une seconde. Cela lui avait valu un bon direct du droit dans l'estomac de la part de son amie qui lui avait clairement reproché de s'être sacrifiée pour elle, même si elle l'avait remerciée car elle n'aurait pas voulu finir ainsi.

« Décidément, tu aimes bien prendre des coups il semblerait... Sacrifier un œil pour une gonzesse, j'aurais tout vu. Pis du peu que j'en sais elle s'intéresse pas trop à toi.  »

Wayne. Ce type avait beau être un voyageur redoutable, que Riku avait peur de ne pas pouvoir contrôler, il était un véritable rustre. L'entendre déblatérer ses conneries à longueur de journée allait devenir le quotidien du voyageur, qui avait fait le choix de pactiser avec lui après la visite de Lyun au Cimetière. Contrôleur des flammes, il avait été enfermé par Chiron dans la vallée de la mort pour éviter qu'il ne puisse agir sans le contrôle d'un necromancer. Et pour cause ; il était tristement connu pour être un tueur qui avait brûlé de nombreux royaumes suite à un coup de folie, dont tous ignoraient la raison. Toutes les archives et articles le concernant sur la période où il avait vécu avaient été soigneusement détruites. Impossible de savoir ce qui avait causé ce changement en lui. Et en l'hébérgeant en lui, l'invocateur savait qu'il prenait le risque de voir le caractère de cet être influencer le sien, tant il était fort. Le plus dur serait donc de parvenir à garder son esprit entier malgré la présence du destructeur à ses côtés. Comme il en l'avait l'habitude, il ignora donc sciemment les paroles de son invocation qui se contenta d'un « pff » de dépit, laissant tranquille son maître, qui poussa les premières branches sur son passage alors qu'il entrait dans les bois nocturnes. Là, il fut accueilli par des torches, soigneusement rangées sur le chemin, dont les flammes n'atteignaient pas les arbres qui les entouraient. La pluie avait cessé, et seul le son des insectes voletant dans cette atmosphère mystique venait briser le silence des lieux. Il fit un premier pas sur le sentier qui lui avait été tracé, quand soudain, les cris des criquets cédèrent leur place à un chant. Un chant similaire à celui qu'avait pu entendre le necromancer lors de sa première visite, presque triste, mais aussi magnifique, qui venait parcourir son corps tout entier, envahissant son être. Son épiderme fut parcouru de frissons, mais il n'était pas effrayé. Au contraire, son cœur battait d'excitation. Ce chant ésotérique, qui liait les locaux entre eux, il le guidait à son tour, l'entraînait à le suivre, au sein de cette canopée obscure.

Peu à peu, la lueur des torches s'estompa, remplacée par d'autres lumières, violacées, qui provenaient de plantes singulières, qui entouraient le chemin de terre que parcourait le jeune homme ; le chant se fit plus fort, plus rapide, et peu à peu, le bruit caractéristique de pattes se déposant au sol indiquait à Riku que ses hôtes venaient personnellement achever ce rituel de passage. Les yeux dorés des chasseurs nocturnes étaient braqués sur lui dans l'obscurité, et tous l'observaient religieusement, sans émettre le moindre son autre que ce chant qui l'avait poussé à venir ici, pour en savoir plus sur leur civilisation, le mode de fonctionnement de leur chasse en groupe. Et lorsque le chemin s'écarta pour laisser place à une grande clairière illuminée par cette lune aux couleurs d'améthystes, tous se posèrent, face à un grand bûcher, qui avait été placé là pour l'occasion, devant lequel se tenait Soren, qui avait adopté sa forme « humaine ». Il étendit les bras, achevant son chant, tandis que les rapaces cessèrent leur vol pour se tenir en cercle, les yeux clos.

«  Bienvenue, voyageur du royaume des morts. Nous sommes fiers de t'accueillir ici, ce soir, pour rendre hommage à ton ami disparu. En brûlant ce bûcher, et en faisant résonner le chant funèbre, nous assurerons la paix de son âme, qui a tant lutté toute sa vie dans ce monde.  »

Riku ne sut quoi répondre. Un tel honneur paraissait presque iréel. Il acquiesça, lâchant timidement un « merci » bien pauvre au vu des circonstances, avant de se redresser, pour regarder son hôte droit dans les yeux.

«  Soren... Je n'ai pas les mots pour vous dire à quel point je suis honoré par ce que vous faites pour nous. Cette cérémonie c'est plus que nous ne méritons, et je n'aurai jamais assez de reconnaissance pour vous. J'ai toutefois une demande à vous formuler. Laissez moi enflammer le bûcher, s'il vous plaît.  »

Le maître hibou laissa se dessiner un sourire léger sur son visage en tendant une torche à l'invocateur. Wayne émit rapidement une protestation en voulant le faire ce à quoi Riku lui répondit par un rapide « ferme la ». Il s'approcha, et laissa les flammes embraser le tas de bois qui avait été amassé soigneusement dans cette clairière. Et alors qu'il reculait, fermant les yeux en repensant à son ami, les rapaces commencèrent leur chant.

« Adieu Enrique. Merci pour tout. »

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 23

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 263
Honneur: 35
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Sam 21 Oct 2017 - 21:15
Une force invisible poussaient les dernières feuilles d'arbres aux coloris chaleureuses à la chute, berçant un météo clémente, l'atmosphère faisait entendre aux êtres vivants que l'automne se soumettait à la période hivernale. Les passants s'étaient déjà parés pour les températures plus mordants, se recouvrant de vestes ou de long manteaux ténébreux, le bout du nez emmitouflé dans une toile capturant le cou de leur hôte, et virevoltant au grès de la brise. Aujourd'hui, un amas noir parcourait les rues commerciales, la cause étant le début des vacances scolaires, autant dire que la majorité de la population se trouvait être les plus jeunes. Beaucoup s’engouffrèrent dans les magasins de vêtements comme H.M, Désigual, Celio, d'autres préféraient se prélasser devant une délicieuse pâtisserie dans les cafés et salon de thé. Une femme déambulait parmi eux sans faire grand cas de son environnement, l'idée étant d'atteindre son but avant d'être tentée par des envies de meurtres de masse. Ne supportant pas les mouvements de foules, cela l'irritait au plus haut point. La demoiselle au teint blafard du nom de Lyun pénétrait dans le centre commerciale, évitant des groupes entiers de mouflets surexcités comme des puces sur un canidé. Elle ne perdit pas une minute dans les rayons bondés, sachant exactement les produits dont elle avait besoin, se frayant un passage déterminé à s'extirper de cet enfer humain. Elle réussit cet exploit au bout de trente minutes, acheminant telle une mule un corné à chaque bras, ruminant sur ses cadets traînant la patte devant elle. Son domicile n'était qu'à quelques mètres par chance, elle le rejoignit sans trop de drames, bien qu'elle maudissait les vacances pour cet aspect. En soit, elle appréciait détenir un peu de liberté, surtout que le rythme scolaire s'en trouvait différent que celui vécu par les étudiants dans son pays natal.

Pour se détendre le reste de la journée, la voyageuse hésitait à regarder une série ou un énième animé, après tout elle appartenait à la caste de personnes disposant d'une semaine sans obligation Enfin c'était vite dit les révisions et notamment ses commentaires d'arrêts l'attendaient patiemment dans une étagère bien au chaud. S'installant confortablement sur son sommier, mettant la lecture de la nouvelle saison de Fate, Fate Apocrypha, la jeune femme se demandait qui seraient les prochains héros historiques en guise de servants. Dans une certaine mesure, cela permettait d'alimenter sa curiosité sur l'histoire des différentes cultures du monde. Au fils des heures, la fatigue s'empara de son esprit, ses paupières décidèrent de peu à peu à se fermer sous la pression, finalement cette sensation de lourdeur brisa sa résistance. Lyun sombra dans l'inconscience tandis qu'une bataille épique des servants survivant se déroulait sur son ordinateur, encore allumé.

***


Lyun apparut dans un lieu, qui lui semblait si familier à son réveil « mental », pour sûr elle s'était personnifiée devant le grand arbre au centre du village des rapaces des plaine, arbre abritant le plus majestueux des oiseaux. Ah, ce n'était pas vraiment l'endroit où elle désirait atterrir, sans vraiment être à des royaumes plus loin, il fallait effectuer une petite trotte à pieds. N'existant qu'une solution, la future prédatrice se dirigea dans les confins du palais végétal dans l'espoir de croiser Darian, elle croisait les doigts pour qu'il ne soit pas déjà parti pour le royaume des rapaces nocturnes conduit par Soren. En effet, il était prévu que lui ainsi que son clan lui fasse découvrir les joies de la chasse et de la discrétion, sous forme d'entraînement. Elle longea le grand corridor pour aborder l'un des grades à la silhouette volatile, droit comme un piquet et le visage stoïque, surveillant l’immense porte dorée menant à la salle du trône. A peine avait-elle écarté les lèvres, les battants de cette dernière formèrent une fissure, par lequel elle aperçut Darian en pleine conversation avec le roi des oiseaux, mais également d'autres créatures des rêves dont elle ignorait l'identité. Un homme aux ailes de falco prit congés de la réunion, saluant d'un hochement de tête la voyageuse, puis s'envola vers la sortie. Lyun ne désirant pas interférer dans leur assemblé sans doute militaire ou financier, elle se décala près de l'une des extrémités de la porte, néanmoins, Vyomesh ne l'entendit pas de la même oreille, l'interpella d'un signe de la main accueillant.

- Regardez qui voilà ! Bonjour Lyun, comment te portes-tu ?

- Bonjour Seigneur Vyomesh, je vais bien merci

- Qu'est-ce que tu fais là, tu ne devais pas être dans la forêt auprès du Seigneur Soren ?Rétorqua abruptement son mentor les sourcils froncés de désapprobation, voire de contrariété.

- Justement en parlant de l’entraînement avec lui, je souhaitais m'y rendre mais pour une raison, qui m'est inconnue, je suis arrivée devant le palais. Du coup, Darian aurais-tu l'extrême amabilité de meo prêter un peu de ton temps pour m'accompagner.

- Aucun doute, tu ne manques pas de culot petit oisillon de venir me quérir pour que je t'arrange la situation, je suis pas ton faucon de compagnie.

- Ah bon, je le croyais pourtant, me serai-je trompée.

- Tu ne perds rien pour attendre espèce d’effrontée.

- Allons allons mon ami, c'est une voyageuse encore débutante dans cet univers, laisse lui le bénéfice du doute. De toute façon, tu voulais la rejoindre pour supervisé les événements de la soirée. Nous reprendrons plus tard, cela peut attendre la fin de son entraînement.

- Bien, nous partons donc sur le champ.

- Attendez, Lyun, j'aimerais savoir quelles ont été tes aventures ces dernières nuits, je serais ravie que tu me les narres lorsque nous nous reverrons la prochaine fois.

- Ce sera avec un grand plaisir. Sourit-elle en jetant un regard complice à l'hybride faucon, sachant qu'il lui avait sommé de garder sous silence une éventuelle relation diplomatique amicale avec le Royaume des morts. En raison d'un incident aux conséquences dramatiques et néfastes pour les deux royaumes, laissant au Roi des oiseaux un goût amer avec l'un de leurs voyageur.  

Sans perdre une seconde, ils prirent la direction du sommet de l'arbre au niveau des vraies pistes de décollage, cela permettait de planer et donc parcourir une certaine distance sans accomplir de réels efforts. Darian prit soin de prendre Lyun entre ses griffes, l'étudiante ne détenait pas encore la capacité de transformer ses bras en longues ailes et de s'envoler. Ces deux cachottiers avaient omis de préciser qu'une fête funèbre avait été projeté par Soren en l'honneur du défunt voyageur du royaume des morts en sauvant principalement la disciple et le maître, le seigneur Balbuzard Kalaryus mais également Riku Kaisuki. D'après Vyomesh, la faute de ces péripéties, où il avait failli perdre sa seule voyageuse et de l'un de ses généraux, en revenait à cet étranger, ce qui explique en toute logique son désappointement.  De plus, Soren avait invité le voyageur nécromancien à participer à l'éloge funèbre de son mentor et ami, puis d'observer l'apprentissage que subira Lyun ;  Sur la route, la morpheuse aigle lui fit un rapport complet de sa nuit dans le royaume des morts, celui écouta attentif bien qu'il ne put s'empêcher de se fendre la poire lorsqu'elle lui compta l'instant où des esprits malveillants décidèrent de la zombifiée. Les lèvres de la demoiselle glissèrent en une moue exaspérée, elle le savait pourtant qu'il ne perdrait pas une occasion pour se moquer de ses malheurs. Et pourtant au fond, Darian avait un aspect protecteur envers sa disciple, s'il avait été présent, il n'aurait pas hésité à voler à son secours d'une part pour Vyomesh et son Royaume et d'autre, car il estimait être l'unique être vivant à lui pourrir la vie.

Dans un atterrissage furtif entre les cimes des épicéas, ils s'approchèrent en silence le cortège mortuaire atteignant un tas de bois où trônait un mannequin de paille représentant le totem du voyageurs. Lyun perçut au loin le galbe du nécromancien devant le monument, ce dernier remercia Soren pour sa générosité et l'honneur apporté avant de mettre le feu solennellement au tas de bois. Darian lui donna un coup de coude dans les côtes, sa première réaction fut de grommeler à mots couverts, tandis que son agresseur lui murmura d'une voix encourageante :

- Tu devrais aller le voir.

- Je vois pas l’intérêt.

- Il a besoin de quelqu'un pour le soutenir comme par exemple une amie.

- Il y a bien mieux que moi pour cela, après tout, je l'ai remercié de son aide en lui donnant un coup de poing.

- Certes, je t'accorde que tu n'es pas du tout raffinée et délicate mais tu devrais essayer de temps à autre, cela nous ferait du bien à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Death Voice
Messages : 525
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1775
Honneur: 198
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Mer 1 Nov 2017 - 19:47


 

Il fallut de longues minutes avant que Riku ne revienne à la réalité ; pendant ce temps, il avait repensé à tout ce qu'Enrique avait tenté de lui inculquer durant ce long mois passé ensemble au Mexique, où il avait cherché à développer son esprit critique de la guerre de seigneurs, et à juger par lui-même ce qu'il souhaitait ou pas accomplir. Il l'avait guidé avec son frère, lui avait appris à lui faire face même si cet ennemi semblait inabordable, et c'était grâce à ses conseils qu'il avait réussi sa mission et libéré leur maître Chironheim. Encore grâce à ses leçons, il avait eu la volonté face à Wayne de lui répondre alors qu'il le poussait à bout, prêt à le détruire de l'intérieur pour le soumettre. L'inverse s'était produit, et il avait su le ramener à la réalité. Aujourd'hui, il était la seule personne dans le monde onirique à connaître les raisons qui avaient poussé l'être de flammes à la folie, et ce secret faisait de lui la seule personne capable de lui tenir tête et de le contenir. Mais cela liait surtout leurs destins. Et plus encore maintenant qu'il faisait face une dernière fois avec la réalité de la mort du desperado qui l'avait tant poussé à se dépasser, il prenait conscience de l'importance de la vie. Il fallait se battre pour protéger ce qui était important, mais aussi savoir se retirer lorsque la situation l'exigeait, pour ne pas entraîner les autres dans sa chute. Car dès lors, il n'y aurait plus rien d'autre qu'un vide à la place de celui qui s'était sacrifié pour une erreur d'un jeune homme imprudent qui, le temps d'une mission, en avait oublié tous les principes que le mexicain avait cherché à lui rentrer dans le crâne. Le necromancer souffla un coup, pencha la tête en se remémorant une dernière fois l'image de son glorieux maître, puis murmura pour lui-même, en guise de prière :


  « Je vous le jure, maître. Plus jamais je ne laisserai les autres payer pour mes propres erreurs. Je ne perdrai plus personne, jamais. »


Jamais son ami n'aurait ce message, simple rêveur qu'il était redevenu, mais pour le jeune homme, ces paroles résonnaient comme l'adieu qu'il n'avait jamais pu lui faire lorsqu'il était mort pour lui. Et il avait apprécié que l'assistance se soit tue le temps de son hommage, lui permettant de faire le vide en lui. Il prit un instant ensuite pour remercier chacun des rapaces, en m'inclinant avec le plus grand respect, et Soren lui rendit son salut, avant de lever le bras dans la direction de deux autres invités de la cérémonie, qui jusqu'ici n'avaient pas souhaité encore se manifester. Les chasseurs de la nuit cessèrent leur chant, et regagnèrent l'obscurité, laissant donc les quatre principaux acteurs de la conversation entre eux. Riku apperçut alors Lyun, qui discutait avec Darian qu'il reconnut également. Un sourire se dessina sur son visage, il était heureux de voir qu'ils étaient venus également. En effet, malgré leurs nombreuses péripéties et le bazar sans nom que l'invocateur avait causé au royaume des rapaces par sa présence, il s'était attaché au maître de la jeune femme, et plus encore à la voyageuse, malgré leurs caractères respectifs. Lyun était du genre froide, pas réellement tournée vers les relations humaines. Elle était difficile à appréhender pour quelqu'un qui n'était pas habitué à converser avec des personnes de ce type. Riku, à force d'insistance, et après avoir démontré qu'il tenait à elle, semblait avoir gagné un peu de son attention. Du moins il le voyait ainsi. Il ignorait si ce point de vue était partagé, mais il était très heureux de pouvoir passer des soirées aux côtés de cette jeune femme qui se montrait fascinante lorsque son caractère s'était développé, qu'il avait pu voir combien elle s'était amusée lorsqu'elle avait lu les différents traités de justice du cimetière. Ou encore lorsqu'elle l'avait frappé après qu'il se soit sacrifié pour elle. Quand à Darian, il était du genre professeur sévère, mais également très joueur, et l'invocateur sentait qu'il y avait là un potentiel pour taquiner son amie voyageuse rapace avec l'aide de son maître. Même s'il n'avait pas encore tenté sa chance. Il préférait attendre d'être sûr d'avoir suffisamment gagné sa confiance, et d'être suffisamment proche d'elle pour la taquiner.


« - Je suis content de vous voir ici tous les deux, Darian, Lyun. J'espère ne pas vous avoir ennuyé avec toutes ces émotions...  

- Ce n'est rien, voyageur. Il s'agissait d'une promesse de notre royaume, même si notre seigneur n'est pas au courant... Il aurait probablement désapprouvé. Soren m'a expliqué que tu comptais assister à la torture que s'apprête à subir ma très chère Lyun ?

- Y assister, et peut être l'aider si toutefois j'en ai le droit. Je dois avouer que j'ai un grand intérêt pour le mode de communication des rapaces de ces bois. Tout a l'air si formel, il y a une forme d'ésotérisme captivante dans leur mode de vie.

- Il est rare qu'un non initié puisse assister à ces rituels. Les oiseaux nocturnes sont considérés comme les meilleurs assassins du royaume, car ils ont appris à communiquer entre eux d'une manière qui trompe leur proie, la désoriente, et leur permet de frapper au dernier moment sans être vus.  Comprendre leur manière de fonctionner, c'est aussi comprendre comment fonctionne leur monde, et comment des êtres différents peuvent s'unir autour d'un chant, comme s'il n'était qu'une entité. Ecoute, voyageur, observe. Il y a beaucoup de choses à apprendre ici. Mais surtout, n'aide pas Lyun, du moins pas au début. C'est à elle d'appréhender les choses, toi tu seras là pour l'épauler lorsque Soren te le permettra.  »


Riku acquiesça. Il savait qu'il n'avait pas le droit de se mêler de ces rituels, et avoir le droit de les voir de ses propres yeux était déjà une chance en soi. Oh oui, il serait très attentif, non pas qu'il espérait devenir l'équivalent d'un rapace, mais qu'il trouvait cela formidable. Aussi, il s'inclina respectueusement, montrant clairement face aux deux lieutenants de Vyomesh. Ceux-ci répondirent par un salut moins formel, et Darian prit Lyun à part pour lui fournir quelques explications et lui parler en privé, pendant que Soren prit la parole :


« Darian ne t'a pas tout dit. En fait, le dernier humain qui a assisté à nos rituels, a eu cette chance il y a de cela près de cinquante ans, si ce n'est plus. Nous n'avons guère la notion du temps dans ces bois. Mais je suis ravi de voir que tu comprends l'importance de cette formation pour Lyun. Ne t'en fais pas, tu auras le droit de suivre l'apprentissage, et tu seras autorisé à l'aider lors de l'épreuve finale. Je compte juste sur ton attention et ton respect pour le début. Ah, on dirait qu'ils ont terminé. Suivez moi mes enfants, nous allons rejoindre le cœur des bois, là où nichent mes frères. Et là, vous allez apprendre nos chants, vous apprendrez à revoir vos sens, à entendre comme jamais vous n'avez entendu, à voir ce que vous n'avez jamais voulu voir, à sentir la moindre brise. Vous ne serez plus vous, mais nous. Une entité chasseresse.  »


Le seul en cinquante ans hein ? Riku sentit une petite pointe d'ego le prendre, heureux qu'il était d'être ainsi bénéficiaire d'un tel honneur. Il se reprit néanmoins face à Lyun, et toussa un coup avant de lui adresser la parole, la laissant passer la première pour suivre le hibou qui avait pris sa forme animale pour les guider dans les bois.


«  Tu m'as manqué depuis notre dernière escapade commune Lyun. Comment va la vie dis moi ?  »

Il voulait tâter le terrain, voir si elle réagissait un peu, ou si elle lui faisait toujours la tête vis à vis du fait qu'il avait sacrifié un œil pour la sauver. Il aurait rapidement sa réponse, soit elle se contenterai d'un rapide salut, soit elle l'ignorerait. Toujours était-il qu'ils étaient arrivé dans ce qui semblait être le noyau même des bois nocturnes ; une sorte de grand amphitéatre naturel, où reposait un autel en son centre, taillé dans le tronc d'un arbre séculaire dont on devinait les nervures sur les gravures du bois. Tout autour de cet autel, les rapaces s'étaient disposés religieusement en un cercle parfait, entonnant alors un chant différent de celui qu'ils avaient entendu auparavant, et qui illumina les végétaux autour d'eux, éclairant l'endroit d'une lumière turquoise presque féerique. Soren leur désigna alors l'autel, où ils se rendirent, avant de prendre la parole d'une voix presque mystique :


«  Amis de la nuit, amis de l'ombre, mes frères, ce soir, nous allons guider notre sœur Lyun à travers nos rituels initiatiques. Ce soir, nous allons faire d'elle une sœur du choeur, une membre à part entière de notre caste d'assassins ! Levez vous mes frères, et ensemble, entonnons le premier des neuf chants. Celui de la parole, celui qui montre la voie vers la compréhension des chants suivants.  »


Tous se mirent alors debout, et entonnèrent un chant plus mystique encore que les précédents. Et cette fois, ce n'était pas un chant pour allumer des lueurs, non c'était un chant qui résonnait directement dans les oreilles du necromancer, au creux même de son esprit. Il résonnait dans chaque parcelle de son corps, et ce fut comme si tout son être n'existait plus que pour cette forêt et les êtres qui les entouraient et qui s'adressaient  à eux. Riku se laissa tomber au sol, s'allongeant, fermant les yeux, et il essaya de capter les sons qui se dégageaient de cette mélopée, et ce que l'on cherchait à leur communiquer... Soren avait parlé d'ouvrir la voie vers les autres chants, qu'avait-il voulu dire ? L'apprentissage venait de commencer...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 23

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 263
Honneur: 35
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Jeu 2 Nov 2017 - 15:15
L'obscurité des lieux éclairé par les torches éparpillées autour des convives, et particulièrement par le brasier, dont les flammes s'élevèrent léchant avidement les bûches ainsi que le mannequin. A ce spectacle, Lyun ressentit un sentiment de fatalité, que la vie d'un être pouvait être fauchée en un coup de coup de vent, qu'il fallait donc la préserver et en profiter pour accomplir ses désirs. Ses iris bleutés se figèrent sur la danse endiablée du feu, fascinée par cet esprit d'insoumission et destructeur. L'assemblée des rapaces nocturnes chantait d'une intensité telle que la demoiselle eut un pincement au cœur, accompagné d'une émotion d'honneur et de reconnaissance envers l'ancien voyageur à qui le chant rendait hommage. Les ports de ses orifices oculaires s'humidifièrent au fil des notes, n'appréhendant pas le phonème qui se produisit, elle essuya s'humecta discrètement les yeux confuse. Elle qui avait cédé aux larmes que dans de rares occasions et lorsqu'elle était seule, ainsi personne ne se vanterait de sa faiblesse ou sa sensiblerie pour le peu qu'elle possède. La dernière fois, que des gouttelettes s'étaient écoulées librement le long de ses joues pâles, elle regrettait de ne pas avoir pu dire « au revoir » à son ami, de ne pas avoir su être assez courageuse pour le soutenir et ainsi de l'avoir perdu. Ce soir, le tour était au nécromancien de pleurer un être cher, celui-ci absorbé par le rituel et ses pensées, il émit une promesse à son défunt mentor en signe d'une quelconque rédemption à son erreur de jugement. La voyageuse estima plus opportun de laisser Riku se recueillir seul, il serait malvenu de l'aborder alors qu'elle faisait partie de l'une des raisons pour laquelle il s'était délibérément sacrifié aux soldats de Corvus.

A cet acte, elle le remercia dans un silence, consciente selon les dires de Darian que cet invocateur de crâne jouissait de ses nuits en tant que rêveurs. Lyun se jura de ne pas oublier le souvenir de cet homme leur ayant permis de fuir une mort certaine, elle s'autorisa également à une faire une prière comme les autres convives. Le chant des rapaces se tut dans les ténèbres alors que le feu se dissipait en étouffement. Riku s'inclina devant le cortège funèbre mais notamment bien bas face à Soren en guise de remerciement pour cette cérémonie. Le grand chef de la tribu des oiseaux de proies abritant la forêt lui rendit sa révérence, avant de lui désigner les deux autres étrangers de la région : Darian et Lyun. Le maître faucon ne bougea pas même un cil, son élève se doutait que ce dernier considérait à la fois le jeune homme à la fois avec méfiance et respect pour son comportement humble, sa curiosité mais surtout le fait d'avoir protéger Lyun alors qu'elle ne provenait pas de son Royaume. A côté, il comprenait la colère de Vyomesh à l'encontre du Seigneur Chiron et de ses habitants ayant pénétrer dans le territoire du royaume du Vide sans informer qui que ce soit, alors que les conséquences englobaient pas uniquement le Royaume des morts. Royaume prêt à envoyer à la mort un voyageur dans des terres hostiles, si le voyageur nécrotique n'était pas tombé sur Darian, il n'aurait pas eu la chance de survivre très longtemps ou en tant que quatre-heure.

Riku prit les devants en arrivant jusqu'à eux dans le but de les saluer, Lyun sentit qu'une forte émotion de reconnaissance mêlé à du soulagement envahissait le voyageur, se contentant d'acquiescer par un hochement de la tête un peu désintéresser. Elle préféra admirer les volatiles prendre leur envolée furtive au creux des cimes des pins, vaquant à leur occupation telle que la chasse, après tout ils savouraient une vie de noctambule pendant que les autres espèces sommeillaient. De leur battement d'ailes n'en découlait aucun bruissement de plumes, des êtres parfaits pour se camoufler et assassiner dans la pénombre, redoutable pour leur danse silencieuse mais harmonieuse. Darian déposa une main sur l'épaule de sa discipline afin de capter son attention, la traînant à l'écart de Soren et du nécromancien pour lui fournir plusieurs consignes.

- Je sais que tu as du mal à être disciplinée mais ce soir, tu vas devoir te faire violence pour écouter mes recommandations. Prend note que dans cette forêt, Vyomesh a moins de pouvoir décisionnaire, il va s'en dire que tu vas devoir t'empêcher d'être effrontée devant Soren. Je suis présent qu'en tant que superviseur Lyun, je peux t'aider en cas de besoin mais je ne pourrais pas de te protéger de toi-même dans le cas où tu mettrais à dos le Seigneur des hiboux. Il est muni d'une grande sagesse et patiente, cependant, si tu vas trop loin, tu risques de retrouver face à un être des plus cruels qu'il soit. Soren est réputé pour les tortures qu'il peut infliger à ses victimes, ne le sous-estime pas.

- Je ne comptais pas lui répondre comme à toi, il a la gentillesse de m'inculquer un mode de vie utile.

- Ensuite, mets toi en tête que tu devras te débrouiller par toi-même lors de ton entraînement, la présence de ce voyageur ne doit en aucun cas te détourner de ta détermination et de ton ardeur au combat. Car il ne sera pas là pour te sauver tes petites cuisses d'aiglon toute ta vie.

- Je ne lui ai jamais rien demandé de tel, il se voit comme un salvateur envers les gens qu'il croise. Je n'ai aucune envie de l'impliquer dans ma vie, et je ne le perçois pas comme un « ami ».

- Soit, bonne chance tu en auras bien besoin au cours de cette nuit, mes entraînements sont de la rigolade face à celui qui t'attend, prépare toi psychologiquement à en découdre.

Après cette discussion ennuyeuse aux oreilles de la demoiselle, ils rejoignirent Soren déambulant parmi les arbres pour les guider vers un endroit plus approprié. Où tous se réuniraient afin qu'ils leur apprennent leur chant mystique et par ailleurs de s'approprier une autre vision d'aborder l'existence selon le maître des rapaces nocturnes. Le nécromancien en homme galant, invita Lyun à suivre en premier Soren dans sa démarche, celle-ci accepta sans émettre le moindre mot, pensait-il qu'il fallait à la voyageuse une journée pour ne plus être remontée envers lui ? Si c'était le cas, il se plantait le doigt bien profondément dans l’œil, du genre rancunière si on outrepassait sa volonté, certes elle admettait avoir une dette envers lui mais cela n'allait pas plus loin. Riku persista dans la voie d'obtenir une réaction de la morpheuse rapace, ajoutant une phrase au sens étrange, d'après lui elle l'aurait manqué. N'importe quoi, il balancerait des absurdités pour attirer son attention, enfin elle espérait que cela en était car franchement il était complètement barré de sentir un manque par rapport à Lyun en si peu de temps. Cela lui rappela inextricablement Rihito et son ton enjoué lorsqu'il l'apercevait au loin à l'entrée de l'école, elle avait eu beau chercher à discerner les motifs de ce dévouement auprès d'une personne aussi froide et associable qu'elle. Lyun serra instinctivement les poings, désireuse de lui mettre une claque, sans conteste elle décernerait à Riku cette décontenance qu'il provoquait chez elle. Ne voulant pas prendre le risque qu'il continue son petit manège dans un souci de tranquillité, elle prit la décision de lui répondre de la manière la plus glaciale et revêche :

- Ma vie va parfaitement bien et toi le borgne ?

Elle accéléra la cadence de ses pas, Soren prenait une certaine avance et elle n'avait pas vraiment l'envie de se perdre dans cette forêt dès le début de la soirée. Leur chemin déboucha sur une petite clairière où les attendait une scène magique et incroyable, les rapaces du royaume des hiboux s'étaient placés en cercle devant un autel sculpté avec la plus grande des minuties, faisant de ce lieu un espace sacré. Les volatiles laissèrent sortir leur voix dans un chant synergique avec la flore environnante, une lumière chaleureuse et turquoise emplissait le cœur des bois d'une atmosphère énigmatique et bienfaitrice. Soren conduisit ses invités à entrer dans le cercle de chanteurs, il dicta un discours de bienvenue à la voyageuse, demandant à ses congénères d'entamer le rite initiatique.

Les oiseaux s’exécutèrent, un troisième chant coula le long de leur bec, une mélodie aussi intense que le chant funèbre. Le cœur de la jeune rapace battait au rythme de la cantilène, comme si les notes l'encerclaient avant d'imprégner sa peau perçant sa personne pour atteindre son âme. Elle fut plongé dans ce chant, ressentant alors toutes les sensations de la communauté, peu à peu ses pensées se consumèrent face à ce tout qu'était la symbiose entre les rapaces et la nature. Lyun avait l'impression que son esprit n'était plus dans son corps mais dans chaque être vivant parsemant ce royaume, petit ou grand, conscient ou non. Elle partageait avec eux un lien intangible, ardant, voire vitale, elle ne pouvait l'expliquer mais ces émotions étrangères l'engloutirent pour former une seule essence. Ses sens s'étaient soudainement améliorés, voyant ou entendant la plus petite fourmi récoltant une graine pour sa fourmilière, l'odeur des fleurs les plus douces lui titillèrent l'odorat. Émerveillée par une telle expérience, elle ne résista pas à se faire porter et à frisonner pour chaque être présent en ces lieux ésotériques, la voyageuse ne se rendit pas compte mais elle s'était mise à chanter avec eux d'une seule voix d'un timbre cristallin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Death Voice
Messages : 525
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1775
Honneur: 198
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Dim 5 Nov 2017 - 0:50



«  Et bien hormis une petite obscurité peu dérangeante du côté de mon œil gauche, je dirais que ça va plutôt bien.  »

 Alors que la mélopée entraînante et mystique des chasseurs nocturnes emplissait l'atmosphère de Riku, l'invocateur songea intérieurement en riant à la réponse que lui avait donné son amie voyageuse lorsqu'il était venu s'enquérir de son état. Elle avait pris un ton qui se voulait froid, et y avait glissé une petite vanne comme pour marquer une distance entre eux. Il s'était contenté d'un haussement d'épaules et d'une réponse vague. Avec Lyun, il avait compris que le mieux à faire pour gagner son amitié était de savoir se taire quand elle n'était pas d'humeur à discuter. Et là, cela semblait clairement être le cas. La nuit commençait à peine, et mieux valait ne pas trop la titiller où il ne pourrait jamais faire avancer leur relation dans un sens plus agréable. Oh il ne la voyait pas comme une petite amie, tout du moins pas encore, mais il était certain qu'elle lui plaisait, et il avait envie de mieux la connaître, de briser les barrières qu'elle s'était construites autour d'elle. Il sentait au fond de lui grâce à l'empathie dont il savait faire preuve qu'elle était bien plus qu'une guerrière froide et qui ne voulait aucune compagnie. Elle en avait laissé paraître des fragments très faibles à quelques reprises, et il voulait arriver à la convaincre de se dévoiler plus à lui. Mais cela prendrait du temps, elle n'était pas du genre à s'ouvrir à n'importe qui.

Toujours était-il qu'ils faisaient à présent face à leurs maîtres. Ils étaient là, par dizaines, les yeux rivés sur eux, comme pris dans une transe gutturale qui leur permettait sans discontinuer d'exécuter ce chant, qui résonnait dans les bois, comme pour appeler chaque être vivant, chaque arbre, chaque feuille, à se lever et à vivre pour ce son. Riku lui même était emporté par cette hymne, comme si on le transportait à travers la brise pour le guider dans ces bois. Il pouvait presque ressentir les battements de cœur des rapaces, leurs pensées, à travers des images qui lui étaient transmises ; il se voyait lui, il voyait Lyun, ils étaient au centre, allongés, ils ne bougeaient plus. Alors la musique les avaient plongés dans l'inconscience, et ils voyageaient ainsi, par la simple diffusion des ondes sonores ? Dubitatif, le necromancer étudiait néanmoins leur situation avec une attention particulière. Il se sentait flotter, capable de voler à travers les arbres. Sans en avoir conscience, il laissa son regard s'attarder sur le ciel, et un groupe d'arbres plus haut que les autres qu'il pouvait voir de sa position. Il pensa à ce groupe de conifères, les visualisant, se voyant en approcher... Et ce fut à travers le regard de l'un des oiseaux qu'il se vit commencer à suivre la chanson, sans même en connaître la moindre note, et que le plus proche des arbres qu'il avait repéré s'envola pour s'en approcher, diffusant mentalement les images à Riku qui se mit à sourire comme un enfant. Il avait compris ! A travers ce chant, le groupe partageait leurs informations, leur vision, ils pouvaient se coordonner entre eux, et attaquer de concert de la manière la plus optimale. Un peu comme si la meute ne devenait plus qu'un seul être dont les yeux pouvaient porter sur toute la forêt. Et toute cette communication se faisait à travers le chant, et la visualisation ? Mais comment le corps des uns et des autres pouvait-il se mouvoir sans même que son possesseur soit conscient, pris dans la danse ?


  « Tu commences à peine à percevoir les capacités que nous confèrent nos chants, voyageur... Le chant de la vision est une union, l'âme, le cœur même de notre groupe. J'en ai été nommé représentant, mais dans les faits, il n'y a pas de chef entre nous. Juste une unité, des dizaines de rapaces qui ne forment qu'un chasseur. Et cela nous permet à la fois de partager nos expériences, mais aussi de nous défendre, car il n'est pas un jour sans que l'un des nôtres ne soit en vadrouille pour observer les alentours. C'est comme cela que l'autre jour nous avons pu arriver directement là où vous vous trouviez, Darian, sa voyageuse, et toi. Mais tu dois surtout te demander comment ton corps peut-il agir de lui même alors que tu vois ce que voient les autres... Et bien dans les faits, au moment où tu penses aux visions de tes camarades de chant, un autre vois ce que tu fais, et te guide. Nous ne sommes plus maître de notre propre corps, mais d'autres agissent pour le protéger en comptant sur toi pour les couvrir ainsi. »


C'était fascinant. Ainsi, à travers le chant auxquels ils participaient tous, ils pouvaient chasser en groupe, se déplacer en groupe, et se « piloter » les uns les autres, comme si les êtres vivants devenaient une armée commune. On se couvrait les uns les autres, et on échangeait. Riku souriait encore plus largement, il revint donc sur la pensée qu'il avait de ce rapace qui s'envolait vers les arbres les plus hauts, et ressentit presque la brise que celui-ci avait face à lui, qui venait délicatement envelopper son plumage. Les alentours s'étendaient à des kilomètres, il volait ! Quelle incroyable sensation... Il aurait pu rester ainsi des heures durant, comme un vrai gamin. Mais peu à peu, la chanson prit fin, et sa vision se coupa, le ramenant sur terre alors qu'il se redressait. Déjà fini eut-il envie de crier, mais il se retint, conservant un silence respectueux. Soren étendit les bras, félicitant ses camarades, puis se lança dans un nouveau discours :


« Vous voilà donc devenus une part de la volière de ces bois mes amis ! Vous n'êtes pas encore nos frères et sœurs de chasse, mais vous avez franchi une étape. Le chant de la vision est le premier des apprentissages, des rituels qui feront de vous un chasseur nocturne. A présent que vous en connaissez le contenu, vous allez partager. Partager vos connaissances, partager votre vision du monde, partager ce que contient votre cœur. Etre un membre de la volière fait de vous un confident, un gardien de nos secrets à tous. Et cela vaut donc pour vos secrets. »


Riku voulut protester, mais il se doutait bien que c'était peine perdue... Partager sa vie et ses expériences ? Il y avait plus formidable...Autant dire qu'il risquait de déprimer pas mal l'assemblée vu ce qu'il avait traversé par le passé.  Mais pas le choix. Il ferma les yeux, se concentra sur chacun de ses souvenirs, et se mit à entonner le chant,  suivi rapidement de l'assemblée qui prit en cours de route. Peu à peu, la mélopée envahit son esprit, et il commença à dessiner les contours de sa vie; il passa rapidement les premières années qui n'avaient pas grand intérêt, puis il arriva à sa chute dans les escaliers lorsqu'il apprit la perte de son père, ses premiers mois en tant que voyageur sans le moindre souvenir, la découverte de ses pouvoirs, les Carpe Diem, mais aussi ses retrouvailles avec Charlotte, la mémoire qui lui revenait peu à peu, le combat contre les zombies d'Hadès à Circus Attractions,  son réveil dans le monde réel... Le début de sa relation avec Charlotte, la rencontre avec le clan Rossi à Gastropolis, la mort de sa petite amie et le singer fest où il avait fait la connaissance d'Hikari,  le serpent gardant le journal d'Hadès, la bataille à Délirium City contre la mafia qu'il avait déjà défié, tous les souvenirs y passaient, tous sauraient quelle avait été sa vie, parcourue de combats, d'aventures, d'explorations, de rires et d'amitié, d'amour, mais aussi de pertes... De tellement de pertes. Des pertes qui l'avaient marqué, qui l'avaient changé, et qui l'avaient forcé à changer, pour ne plus jamais qu'elles se reproduisent. Charlotte l'avait fait changer dans le monde réel,  les morts au royaume des charognards aussi, et plus encore la mort d'Enrique envahissaient son être de culpabilité et d'images tristes, un immense vide.  Oh bien sûr il n'avait pas oublié les conseils de son maître, mais rien ne pouvait l'empêcher de garder au fond de lui ces éternels regrets. S'il avait été plus fort, plus prudent, plus attentif... Son regard se tourna vers Lyun, et il se demandait si elle pouvait voir tout cela, et ce qu'elle pensait de ses actions, de la vie qu'il avait mené. Qu'allait-elle montrer de sa vie, accepterait-elle seulement un peu de déverrouiller les serrures de sa mémoire et de son cœur ? Pas certain que même Soren parvienne à la convaincre de le faire...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 23

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 263
Honneur: 35
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Dim 26 Nov 2017 - 0:35
L'esprit de la demoiselle s'extirpait peu à peu de la réalité et de la logique propre aux humains, il n'était pas matériellement possible d'entrevoir le monde grâce à la vue d'un autre être. Et pourtant ces créatures dédiées à la nuit paraissaient s'être approprié ce phénomène mystique, le plus fantastique découlait de cette capacité à s’harmoniser avec la nature sous toutes ses formes. La voyageuse au sang-froid portée par cette curiosité qui la démangeait, admirait cet univers où l'importance des différences n'existaient pas, agissant en une communauté soudée et ouverte, alors qu'ils marchaient d'un seul pas, d'un seul but. Troublée par ces émotions la submergeant à la fois, des informations s'accumulèrent à l'aide d'un partage commun. Pas besoin d'ouvrir une encyclopédie, quand il suffit simplement de piocher dans cette bibliothèque bruissante. Soren la guida au travers de divers chasseurs à percevoir la scène et les sensations éprouvés lors de la chasse, notamment l'envie de débusquer un gibier et de la voir se débattre devant son bourreau. Ce ressenti devenu aussi fort qu'un penchant, voire un rituel pour ces oiseaux tapis dans l'obscurité, Lyun l'avait plus d'une fois effleurée de la paume. L'adrénaline lui avait procuré des palpitations d'excitation, le sang s'était répandu plus rapidement, lui permettant d'accéder à un état second, moins familier, plus vif et féroce que ne serait la morpheuse rapace. Le chef de la tribu s'imposa soudainement à elle pour lui enseigner sa toute première leçon, sur l'instant, l'élève se questionna sur le fait de savoir si Darian entendait leur conversation :

- Lâche prise voyageuse,  je peux encore sentir des miettes de ta perplexité ainsi que de ta nervosité face à ce que tu ne contrôles malgré l’imprégnation dans notre orphéon. Plus tu émettras des réticences et des doutes, plus il sera difficile de conserver cette symbiose, qui nous relie tous , nous sommes en cette heure tes congénères et toi en même temps. Accepte et assimile toi intégralement à ce tout qui fait de toi, ce que nous sommes réellement. La logique implacable auquel tu tiens, ne coexiste pas avec les pulsions primaires, bestiales que nous prodiguent la nature,  la mettre à l'écart de ton esprit est le plus judicieux. L'apprentissage de cet art ancestral passe par cette voie que l'on t'offre, ne la rejette pas, si tu désires faire partie de l'une des meilleurs chasseresse de nos royaume.

Le seul bémol dans cette formation endiablée fut d'être obligée d'afficher ses quelques émotions aux autres, enfin ses partenaires se faisaient une joie de scruter les convives à ce rituel, intrigués par ces voyageurs. Une bonne partie paraissait être des oiseaux plutôt jeunes, nul doute que leur existence dépassait celles de ces deux inexpérimentés, toutefois, Lyun remarquait que la tribu des prédateurs nocturnes ne se composaient pas majoritairement d'anciens égalant la sagesse de Soren. Une pensée d'agacement traversa rapidement la demoiselle alors qu'elle sentait envahir par plusieurs volatiles, un sentiment d'étouffement l'assaillit, tandis que le chef hiboux les sommait d''un battement d'aile de la laisser respirer. Les voix peu à peu s'éteignirent sur une note douce telle la rosée du matin glissant le long d'un pétale, la morpheuse trembla de tout son saoul d'être revenue aussi brusquement à la réalité. Ces couleurs vivifiantes, ce spectacle de la nature au ralenti lui manquaient pour une raison inexplicable, pourquoi ce retour la dérangeait alors qu'elle se voyait de nouveau maître de ses émotions ? Aussi étrange soit-il, elle était prête à revivre l'expérience, afin de dominer à sa manière les choses, prendre conscience soi-même qu'une telle approche décelait un réel avantage, même si elle devait se lier à ses congénères par obligation.

Le grand oiseau de nuit félicita ses camarades pour cette prestation intense, les complimentant sur le fait que grâce à eux leurs invités avaient pu découvrir une autre sphère de la vie et de son cycle. Ajoutant sur un timbre serein que l'étape suivante consistait à dévoiler le passé des humains et ses mystères. Lyun fronça l'arcade sourcilière dubitatif, manifestant un certain dédain à l'idée de faire partager les profondeurs de son âme, de se mettre à nue mentalement, chose impensable à ses yeux. Elle avait une image à préserver dans l'optique de faire fuir toutes personnes qui l'accosterai présomptueusement, et qui était assez niais à s'agenouiller devant une telle épreuve. En tout cas, Riku n'y voyait aucun inconvénient à leur échanger ses brides de souvenirs, toute son histoire qui faisait de lui le nécromancien qu'il était désormais. Ainsi, il exposa à toute l'assemblée mentalement la nouvelle de la mort de son père, raison pour laquelle son pouvoir se lia au royaume des morts, de ses faiblesses aux yeux de la demoiselle représentée par les déboires amoureux et  les attaches qu'il s'était forgées et perdu au fil des batailles. Lyun avait toujours son point de vue bien ancré, celui ou elle estimait qu'être détaché des autres procurait une sérénité et une protection envers d'éventuelles trahisons ou blessures. Pourtant malgré un dédain au film biographique du nécromancien, elle se tut respectueusement, ne voyant pas l’intérêt de commenter ce défilé d'images.

Peu à peu la fiction mentale s'estompa tel un nuage de fumée, Soren posa ses deux joyaux ambrés vibrant de sagesse sur Lyun, cette dernière soutient ce regard imperturbable. Une petite voix lui susurra qu'il garderait cette posture jusqu'à elle veuille bien se décider à leur partager, d'interminables secondes s'écoulèrent pendant que les deux protagonistes défiaient mutuellement leur résistance.

- J'ai toute ma nuit petit rapace, peux-tu en dire autant ? Soumets toi à cette condition, je n’entraîne qu'une fois mais pas deux, décide toi vite.

La concernée arqua les sourcils désapprobateur, la vie privée n'était pas une chose à prendre à la légère et qu'on pouvait sans hésiter la déballer à des inconnus. Ces oiseaux étaient bien présomptueux pour prétendre estimer être des créatures dignes de confiance, et quel était le véritable atout de sonder les réminiscences de ses congénères  mise à part jacasser sur les diverses épreuves subies. Finalement, la voyageuse caractérielle se plia aux désirs du grand hiboux, se rappelant les conseils avisés de son maître, mettre sa fierté de coté était le seul moyen pour appréhender d'autres techniques de chasse et devenir encore plus imprévisible et instinctive. Ses paupières s'alourdirent pour se fermer, laissant ses pensées glisser les différents moments de son passé, qui l'avait façonnée : Sa rencontre avec son camarade excité Rihito, leur journée découverte ayant mal tournée après une distraction de ce dernier, instaurant en elle l'aquilaphobie. Mais également une détresse et chagrin lorsque l'adolescente se retrouva face à la maison vide de son ami, ses parents souhaitant éloigner son fils d'elle. D'autres événements furent distribués à l'assemblée tels que ceux qui lui ont amené à devenir une apprentie juriste, la nuit ou elle a accepté sa peur en l'affrontant. Ses souvenirs plus récents se termina sur plusieurs voyageurs mais l'image de Riku revient plusieurs fois, étant donné qu'elle avait vécu plus d'aventure qu'avec n'importe qui d'autres.
Une fois la transmission achevée, le seigneur hiboux se redressa en effectuant de grand geste :

- Désormais vos secrets sont les nôtres, si vous le désirez plus tard, il vous sera possible de vous y plonger. Nous allons passer au troisième chant, celui de la confiance.

Sous l’œil attentif de Darian et les chasseurs noctures, Soren étendit ses ailes afin de se rebeller devant la gravité, attrapant dans chaque serre les deux voyageurs, il s'envola au sommet de l'un des plus grands épicéas. Il les déposa sur deux branches d'apparence frêles, il leur expliqua d'un timbre amusé la démarche à suivre tandis que Lyun chercha de manière maladroite à garder son équilibre sous peine de s'écraser au sol.

- Votre épreuve est de vous remettre à la vision de la communauté, avancez sur vos branches en fermant les yeux, nous vous dévoilerons votre environnement, faites attention de ne pas trébucher dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Death Voice
Messages : 525
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 24

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 107
Renommée: 1775
Honneur: 198
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Dim 10 Déc 2017 - 13:58
 

Oh comme il était étrange de se livrer à d'autres personnes, comme si notre nous n'existait plus pour céder la place à un nous encore plus grand, où tout un chacun possédait l'existence des autres, sans préjugés, sans classements. Tout le monde était à la fois maître et apprenant. Ami et Frère. Riku ressentait des frissons à mesure que ses souvenirs étaient livrés à cette unité qui l'avait intégré à ses rangs. Il était devenu une part de ce grand Un, au lieu d'être lui-même.Il était eux, ils étaient lui. Et c'était étrangement libérateur. Comme si le partage de ces souvenirs l'amenait à se débarrasser de toutes ses entraves pour ne garder que le meilleur, la pensée commune que dans la troupe, on se soutenait les uns les autres. Ils ne parlaient pas, mais à travers le chant, c'est comme s'ils entendait leurs murmures envahir son être. « Tiens bon », « tu n'es plus seul, tu ne le seras jamais », « On ne laisse personne derrière »... Tous ces mots pleins de chaleur ramenaient en lui la paix qu'il avait longtemps cherché. Peut-être ne deviendrait-il pas un chasseur, mais cette nouvelle vision de la vie lui apportait un sentiment qu'il n'avait pas connu depuis bien longtemps dans ce monde. Il se sentait libéré de toute sa tristesse, de tous les liens qui le maintenaient à son passé, alors que les autres arrachaient un à un ces derniers pans de son histoire qui l'empêchaient d'être entier. Oui, ils avaient raison, il fallait que Riku avance. Qu'il devienne quelqu'un de bien plus tourné vers le présent et l'avenir, et qu'il arrête d'agir par regret. Il devait agir tel que son instinct lui dictait de le faire, sans se poser les questions de ce qu'il pourrait éviter ou pas. Le destin était immuable, et il n'avait aucune prise dessus que sa déprime n'aurait su changer. Il se laissa plonger dans ces milliers de plumes qui l'entouraient et l'apaisaient, et sans sourciller, il avait laissé tout son passé s'écouler. Jusqu'à cette nuit. Finalement, le chant s'était tu peu à peu, ramenant l'invocateur sur Terre, qui manqua de tomber, tant la sensation de légèreté qui l'avait envahie le surprenait. Il reprit lentement son souffle, et contempla toute l'assemblée qui les entouraient, cherchant dans leur regard ce même soutient qu'il avait ressenti durant de longues minutes et en son for intérieur, il sut qu'il n'était jamais parti. Soren lui adressa un large sourire. Finalement, seule Lyun avait conservé son air impassible, comme si tout ce à quoi elle avait assisté la laissait de marbre. Le necromancer ne doutait pas vraiment qu'elle ne fut pas assaillie par l'émotion même devant les histoires de son camarade voyageur, mais il ne chercha pas à insister. Cette vision lui avait aussi permis de faire comprendre à la jeune femme qui il était et d'où il venait. Peut être serait-elle plus compréhensive avec lui par la suite, même s'il en doutait fortement. Cependant, elle, de son côté, ne semblait pas décidée à se dévoiler comme venait de le faire Riku. Et ce fut le maître hibou qui de sa voix profonde l'enjoignit à suivre l'exemple du jeune homme.

Bon gré mal gré, la voyageuse rapace s'exécuta, et son ami se joignit au chant qu'entonnèrent les oiseaux nocturnes pour participer au rituel. Peu à peu, l'obscurité laissa place à des images d'abord confuses, comme si Lyun hésitait grandement à partager son passé, mais peu à peu, les visions devinrent plus précises... L'invocateur reconnut la jeune femme, du moins l'enfant qu'elle était, et assista alors à sa rencontre avec un ami du nom de Rihito. Puis le drame qu'elle vécut lors d'une sortie qui l'avait conduite à craindre les rapaces tandis que l'un d'entre eux attaquait le pauvre garçon et qu'elle était restée impuissante. Les parents du petit qui l'avaient emmenée loin, rejetant de fait la faute sur Lyun qui n'avait dans les faits aucune faute imputable, l'accident étant arrivé par la faute de Rihito. Il se sentit serrer les poings malgré lui, révolté par l'attitude hautaine de ces parents qui s'étaient contenté d'accuser une enfant sans même écouter le leur, et l'avait de fait punie pour une erreur qu'elle n'avait pas commise, elle avait même sauvé leur gosse ! Mais alors qu'il se laissait envahir de colère, Soren le rappela mentalement à l'ordre, pour ne pas qu'il se déconcentre ; en effet, alors qu'il s'emportait, les visions s'effaçaient de son esprit. Il reprit alors le chant en cours pour ne pas perdre les visions qu'elle lui offrait afin de la comprendre au mieux. De fait, la solitude qu'elle avait vécu, l'abandon, la trahison des parents de Rihito..  Tout cela l'avait menée à se construire une armure autour du cœur, pour ne plus être attachée à quelqu'un et ne plus être faible. Mais elle se trompait... Du moins c'était ce que Riku aurait voulu lui faire comprendre. Son ami était certainement quelque part dans ce monde, à regretter les jours passés aux côtés de la bleutée et les agissements de ses parents dus à sa propre bêtise. Elle n'était pas seule, et l'attachement des gens poussait souvent à se dépasser pour eux, à être une personne chaque jour meilleure pour eux. C'était à la fois une force de soutien et de chaleur incomparable lorsqu'on était au plus bas. Il voulait qu'elle puisse elle aussi ressentir ce sentiment de libération alors qu'elle partageait son passé douloureux à l'assemblée, mais aucun message ne semblait vouloir lui parvenir. Cette nuit-là, l'invocateur comprit qu'il aurait un long chemin à faire pour restaurer la chaleur du cœur de la voyageuse rapace. Mais il serait patient, car cela lui tenait à cœur.

Quand enfin elle arriva au bout de ses souvenirs, le necromancer ne put s'empêcher de rougir alors qu'il se vit apparaître dans son esprit. Il était heureux de voir qu'elle avait gardé en tête les mémoires de leurs aventures, qui, même si elles étaient récentes, auraient pu être considérées comme des pensées négligeables, mais non, elles étaient bien là.  Et alors que le chant prenait fin, laissant la voyageuse reprendre peu à peu ses esprits et revenir parmi eux à son tour, Soren se saisit des deux humains dans ses serres, les entraînant sans prévenir dans les hauteurs de la forêt, jusqu'à atteindre la cime de l'un des plus hauts pins, les déposant chacun sur une branche, et leur indiquant les consignes de leur prochaine épreuve alors qu'ils tentaient tout deux tant bien que mal de se maintenir en équilibre sur leur moyen de survie. Riku avait agrippé le tronc résineux, et Lyun balançait les bras sous le regard amusé de leur professeur désigné. Le but du défi était simple ; atteindre un point défini en traversant les arbres de branches en branches, à l'aide de la vision que leur conférerait le chant.  Mais pour cela, ils allaient devoir se laisser guider en s'abandonnant complètement à la troupe de rapaces, sans une seule fois laisser la peur parler pour eux. Et il était difficile de se passer de ce réflexe quand ils étaient à des dizaines de mètres du sol... Particulièrement pour l'invocateur qui avait toujours souffert d'un sérieux problème de vertige.


« - Tu veux pas plutôt que je crame tout devant toi histoire de dégager la vue pour arriver plus vite là bas ? Allez juste une petite explosion, on peut dire qu'ils n'y verront que du feu...


- Misère... En tout cas c'est pas avec tes calembours digne d'un cabaret de la Creuse que je vais y arriver. Ferme la pour cette nuit Wayne, tu seras plus utile ainsi.   »


Il eut pour toute réponse un rot bruyant qu'il préféra ignorer. Il n'allait pas tarder à se jeter dans l'inconnu en devant accorder une confiance absolue à des rapaces qu'il venait de rencontrer, alors les états d'âme d'un ancien criminel étaient bien le cadet de ses soucis, surtout si c'était pour devoir supporter un vrai beauf pendant toute la traversée... Soufflant légèrement, le necromancer s'accroupit en gardant la main bien accrochée au tronc, puis tenta d'identifier une première branche. Ce fut Soren qui l'interrompit dans son observation :


«  Ce ne sont pas tes yeux qui doivent voir voyageur. Ce sont les autres qui doivent les utiliser pour te guider.  »


Il sentit un léger frisson d'appréhension le parcourir, mais il finit entonner le chant de la vision sans chercher à savoir par où il devrait passer. Il se concentra alors, et peu à peu, les images se dessinèrent sous ses yeux. Autour de lui, c'était diverses « photographies » de la forêt qui lui faisaient face, rangées dans un ordre précis. Chaque rapace de la meute s'était positionné à un endroit différent. Le tout était de faire le tri dans ces informations pour trouver la bonne parmi toutes celles-ci qui lui donnerait le pouvoir d'avancer. Il remarqua alors parmi toutes ces visions l'une d'entre elles qui les montrait, lui et Lyun, en équilibre précaire, et diverses branches de l'arbre voisin qui leur faisaient face. Le necromancer attrapa cette image entre ses mains, sentant alors son corps s'envoler alors que les images se voyaient modifier. A présent, il le voyait, son corps était en mouvement. Il s'était élancé, sautant pour attraper une branche plus imposante sur l'arbre d'en face. Tant bien que mal, il s'était hissé dessus, et son regard se portait sur les arbres suivants de son passage. Oh que c'était grisant ! Il bougeait de lui-même, mais ce n'était plus sa volonté qui le guidait, c'était la volonté commune qu'il avait acquis avec ces rapaces. Une à une, les images se succédaient, lui permettant d'emprunter un nouvelle fois au milieu des aiguilles de pin et des chasseurs nocturnes qui le regardaient filer à toute allure. Il se jetait en totale confiance à travers ces images, les traversant comme des portes vers une destination qu'on lui définissait. Quand soudain, l'une d'entre elles le stoppa net. Il voulut la franchir comme les autres, mais il manqua de se briser le nez en se cognant dans quelque chose. Sonné, il tenta de reprendre ses esprits, alors qu'il ouvrit ses yeux et que Soren le remontait. Il s'était visiblement cogné à un arbre, et avait chuté ensuite. Heureusement le seigneur des rapaces de la nuit veillait au grain. Pendant ce temps, les autres n'avaient pas cessé leur chant, pour que Lyun puisse avancer. Soren, avec un sourire doux, déposa le voyageur sur une branche pour le laisser reprendre ses esprits avant de prendre la parole :


«  Garde toujours en tête voyageur, que le monde n'est pas constitué d'une seule image. Le monde, ce sont des milliers de points de vue différents qui le dessinent. Tu ne dois pas te contenter de te jeter sans réfléchir dans les visions que l'on te projette. Tu dois poser ta propre vue des choses, fixer les obstacles que ne voit pas forcément celui qui te montre... Comme ce tronc que tu as percuté. Celui qui t'a montré son image ne l'a pas vu dans ton passage à cause des branchages plus imposants. Il est jeune, tout comme toi, et n'a pas cherché à te montrer plus que ce qu'il voyait. Nous ne sommes plus très loin, Riku. Tu peux y arriver.   »


Il laissa alors le jeune invocateur se redresser, et reprendre le chant, pour aller jusqu'au bout du parcours qu'ils leur avaient tracé, et qui revenait vers la clairière où ils s'étaient rencontrés la première fois. Cette fois-ci, il ne s'arrêta pas à la première image qu'il avait vue de lui, alors qu'un autre rapace lui indiquait de faire attention à une branche un peu plus imposante qui risquait de lui barrer le passage. Se servant de ces deux informations, il traça mentalement son chemin et réussit à éviter le choc, en grimpant dans un premier temps sur la première plate-forme afin d'atteindre la seconde en toute sûreté. C'était si grisant de se déplacer ainsi par la pensée ! Un aveugle rêverait de vivre pareille expérience, où plus jamais il n'aurait à compter sur une canne pour se déplacer...


Il ne leur fallut pas plus d'un quart d'heure pour atteindre la clairière en question. Lorsque Riku arriva, il vit qu'il était le dernier. Tous s'étaient de nouveau positionnés en un cercle parfait autour de leur leader et des deux voyageurs. Qu'allaient-t-ils apprendre à présent ? Soren les observa tous deux, puis étendit ses bras après s'être légèrement incliné.


«  Mes félicitations voyageur. Vous avez appris à voyager par le chant. Vous savez vous déplacer et utiliser les connaissances que les autres vous partagent pour être parfaitement intégrés au monde qui vous entoure. Nous allons maintenant franchir une nouvelle étape : vous apprendre le chant du combat. Un chant très difficile, car il exacerbe l'agressivité, les pulsions meurtrières. Lors qu'on vit ce chant, il faut savoir faire le vide en soi pour conserver son calme et être un parfait chasseur et non pas un meurtrier sanguinaire. Asseyez-vous. Lyun, Riku, vous allez faire l'expérience d'une colère que vous n'aurez probablement jamais connue dans le passé. Apprenez à la mettre de côté et à agir sereinement, et vous serez prêts pour le combat de chasseurs nocturnes.  »

De mieux en mieux.... Riku appréhendait déjà ce chant. Qu'allait-il leur arriver ? Il espérait que ces pulsions n'allaient pas le pousser à s'en prendre à Lyun, et inversement... D'autant plus qu'elle avait des raisons de s'en prendre à lui à cause de qui elle avait vécu tout un tas de galères... Les oiseaux, nullement perturbés par la tension qui se dégageait de l'invocateur, entamèrent alors leur second chant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun]
Revenir en haut Aller en bas

Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 4 :: Royaume du Vide-