Haut
Bas

Partagez|

Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Death Voice
Messages : 592
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 167
Renommée: 1860
Honneur: 173
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Sam 10 Fév 2018 - 1:48

Bon, malgré l'assurance qu'il avait affiché quelques secondes plus tôt devant la jeune femme, Riku n'en menait pas large. S'il avait évité d'avoir les côtes brisées, il accusait néanmoins le choc, et le rythme de son souffle était perturbé. Il n'était clairement pas à cent pour cent de ses capacités, tout ça parce qu'il avait perdu pendant un court instant le fil des choses et la gravité de leur mission pour faire le joli cœur et aligner quelques belles paroles sans même savoir si Lyun y portait un quelconque intérêt. Intérieurement, il maugréait d'avoir été aussi stupide, mais également il s'en voulait d'avoir autant hésité. Ca lui apprendrait à attendre à chaque fois pour dire les choses !  Bon sang, ce n'était quand même pas difficile, de l'arrêter, de la regarder dans les yeux, de lui dire Lyun tu comptes à mes yeux plus que tu ne pourrais le penser et j'espère qu'un jour on pourra se rapprocher un peu plus toi et m... Non ! Ce n'était pas le moment pour y penser. L'invocateur secoua la tête, se mettant à rougir intérieurement. Qu'est-ce qu'il lui arrivait à la fin ? Cette fille le troublait. Elle le troublait car il ne savait pas comment agir avec elle.  Hikari était beaucoup plus extravertie et c'était elle qui l'avait fait s'ouvrir, mais là il était dans la situation inverse et il ne savait pas comment s'y prendre. Il manqua de trébucher sur une racine un peu plus haute que les autres, cogna son épaule dans un tronc sur le passage, et s'arrêta en se frottant le bras. Il fallait tout de suite qu'il arrête de se remplir la tête avec ce monologue qui ne les aideraient pas à chasser leur cible. Il se stoppa donc une nouvelle fois au risque de faire râler la morpheuse aigle, et frappa un grand coup chacune de ses joues d'une claque pour reprendre ses esprits. Il fit un sourire à sa camarade, probablement étonnée de voir un geste aussi stupide. Pas besoin de mots, de toute manière elle ne trouverait pas l'idée plus intelligente, il finissait par connaître au moins en partie ses réactions, et là elle était dans une humeur à vouloir rapidement trouver leur cible, elle était lancée dans leur chasse.

Mais ce qui allait suivre alors qu'il s'apprêtait à repartir sur les traces de la créature qu'ils poursuivaient tout deux était plus étrange encore que tout ce qu'ils avaient pu vivre cette nuit ; d'un seul coup, des lumières aveuglantes emplirent le bois, comme s'ils avaient soudainement changé de dimension et de temps.  Des bruits de pas par dizaine se firent entendre de l'autre côté du vallon qu'ils avaient approché, et plus surprenant encore, un individu en blouse blanche semblait accourir dans leur direction. Et son discours était encore plus incompréhensible que la situation que lui et ses comparses avaient apporté dans le plus grand des calme dans ces bois. Si Soren était dans les parages pas sûr qu'il tolère une telle présence surtout pendant l'entraînement aussi sacré des deux jeunes pousses voyageurs. Curieusement, il ne semblait pas conscient de ce qu'ils faisaient là, ni d'être à Dreamland, et ce malgré les oreilles normales qu'il avait des deux côtés de son visage ; Riku en déduisit assez rapidement qu'il devait s'agir d'un rêveur en plein trip Hunger Games, avec son histoire de caméra, comme quoi s'ils voulaient faire des choses pas très catholiques il suffisait de demander pour couper le direct. Mais bordel ils venaient de débarquer comme ça en plein milieu de leur défi, et ils leur sortaient comme ça le coup de l'émission de folie ? Et ils avaient d'autres candidats sortis de leurs chapeaux aussi ? Non, pour le coup, le rêveur était venu ici en toute innocence mais là, il fallait qu'ils se débarassent de toute cette équipe. Enfin, Riku n'eut pas longtemps à y songer, alors qu'un grand fracas résonnait derrière. La créature venait de revenir après avoir fait un cercle non loin, et recommençait à renverser tout son passage. Des cris retentirent, des corps s'envolèrent dans des bruissements d'os brisés, et les véhicules de ces pauvres créatures furent réduits en miettes en un instant alors que l'être continuait de se lamenter en bousculant tout ce qui avait le malheur de se trouver sous ses pieds. Soupirant devant le sort de ces pauvres êtres oniriques à qui il n'avait pas souhaité une telle mort, il se tourna vers leur invité surprise :

«  Ecoute, je sais pas dans quel but on t'a amené ici, mais tu t'es trompé d'adresse où on t'a manipulé pour que tu atterrisses ici avec nous mon pauvre. Un conseil, éteins tout de suite ce truc qui te sert de caméra, et reste près de nous si tu veux pas finir comme tes collègues. Autrement c'est toi qui risque d'avoir besoin de soins.  »

Les sens de Lyun avaient en tout cas permis de trouver un premier indice concernant leur cible, des traces de sang, dont l'odeur nauséabonde laissait entendre qu'il n'avait pas encore coagulé. Il était donc récent, et provenait de la créature.  Mais dans les faits, suivre cette trace ne ferait que les mener à un monstre qu'ils étaient incapables d'affronter en l'état actuel. Il fallait quelque chose pour la calmer, mais quoi ? Ils devaient identifier pour quel motif ce monstre était aussi agité. Riku s'empara alors de la caméra volante traînée par le pauvre rêveur qui ne devait pas trop comprendre ce qu'il se tramait sous ses yeux. Il essaya de la démarrer, demandant en même temps à leur collègue improvisé :

«  Ta caméra... Tu as un écran sur toi qui permet de voir ce qu'elle voit ? C'est quoi la portée, tu peux la contrôler à distance ?  »


Bien qu'il ne fut pas certain que quelque pourrait ressortir de ce plan, il attendit de voir le petit voyant vert s'allumer sans tenir compte du fait qu'ils pouvaient passer en direct dans une quelconque émission onirique de l'ombre, et suivit du regard l'engin qui décolla légèrement pour venir se placer derrière le rêveur. Riku décida de le laisser faire ses manipulations, de toute façon en l'absence de capacités de combat il ne leur servirait pas à grand chose. Il eut alors une idée, cherchant du regard une trace de sang similaire à celle qu'ils avaient vu encore fraîche. Dans sa chute, l'invocateur n'avait pas réellement eu le temps d'observer le corps de la bête, mais il avait vu pour l'essentiel un pelage blanc immaculé donc la blessure devait être superficielle, ou bien c'était quelque chose d'autre qui avait laissé ces traces. En remontant jusqu'au point où le sang serait le plus séché, ils retrouveraient peut être ce qui en était à l'origine. De toute manière, ils ne pourraient pas tuer la bête avec un plan aussi stupide que celui qu'il avait eu précédemment qui consistait à brûler une partie de la forêt en comptant sur l'humidité pour ne pas que ça tourne mal, autant aller jouer un ticket de loto et prier pour être le bon.


«  Bon. En l'espèce, je pense que cette bête est trop excitée pour que nos capacités actuelles suffisent à la stopper, elle serait fichue d'endurer la douleur avec l'adrénaline. Il faut qu'on trouve ce qui la perturbe, et qu'on la mette face à ce truc. Peut être que c'est une mauvaise idée, mais je pense qui si on la met ne serait-ce qu'une seconde face au motif de son excitation, on peut la rendre confuse et la prendre au piège.  Lyun, tu me suis sur ce coup là ? Et toi monsieur l'infirmier journaliste manipulé, c'est quoi ton p'tit nom ? Suis nous aussi, reste pas là, ça vaut mieux pour toi.  »


Il avait complètement recentré ses pensées sur leur mission, concentré qu'il était à repérer chaque trace de sang qu'ils pouvaient suivre. Heureusement aidé par la lueur de la caméra onirique, il parvint à identifier peu à peu un chemin des plus morbides à mesure qu'ils avançaient dans les bois obscurs. Un silence de mort régnait, la créature semblait être partie à l'opposé de leur position, et les rapaces nocturnes, comme à leur habitude, étaient aussi discrets que les ombres les plus enfouies. Mais alors que les traces de sang étaient de plus en plus effacées du fait de leur état de dessèchement avancé, Riku remarqua que les arbres n'étaient pas déracinés, du moins qu'ils l'étaient beaucoup moins. Comme si la créature était encore calme à cet endroit. Et là, il comprit. Alors qu'ils approchaient d'un conifère plus grand que les autres alentour, il vit deux sortes de globes blanchâtres au pied de l'arbre, ensanglantés... Et il comprit tout de suite. La créature n'était pas en colère, elle était paniquée, elle souffrait. Et pour cause... Elle était aveugle. Là, ses yeux traînaient par terre, à jamais éteints. L'invocateur retint un haut-le-coeur devant ce spectacle morbide, se demandant bien ce qui avait pu causer un tel drame, avant de réaliser ce qu'il avait pensé un peu plus tôt... Une telle chasse, avec une créature qui n'avait rien à voir avec ce royaume, ça ne pouvait pas être le fruit du hasard.

«  Tu as mis du temps à comprendre, voyageur.  »


Là, derrière eux, un Harfang d'une taille supérieure à celle de Soren vint se poser délicatement, battant des ailes, les observant de ses yeux dorés, avant de prendre lentement une forme qui était celle d'une femme, vêtue à la manière d'un samouraï, à la chevelure similaire à son plumage. Malgré sa jeune apparence, il se dégageait d'elle quelque chose de similaire au chef des rapaces nocturnes. Et d'ailleurs le fait qu'elle puisse adopter une forme humaine signifiait qu'elle faisait partie de l'élite du royaume. Mais loin de se démonter, Riku était au contraire particulièrement énervé contre la créature des rêves et ses camarades. D'une voix forte, il s'exprima en réponse :

Spoiler:
 

« - Qui que vous soyez je n'ai pas de temps à perdre. Cette créature, vous l'avez amené de force ici n'est-ce pas ? Et en plus vous lui avez arraché la vue pour la rendre encore plus excitée ! Mais je suis sûr que vous nous réservez encore autre chose pas vrai ? Hein, elle cherche autre chose en plus dans ces bois ! Quelle autre cruauté gratuite avez vous commise pour faire de nous des jouets amusants ?

- Surveille tes paroles, voyageur du royaume des morts. Mon frère tolère ta présence, mais il est bien trop gentil. Les oiseaux de proie sont des assassins cruels, et tu es un ennemi ici. Qu'est-ce qui m'empêcherait de te livrer à Vyomesh ici et maintenant ?  


- Vous pouvez utiliser toutes les menaces que vous voulez, identifier votre position au sein de ce clan, rien à foutre. Je suis pas venu pour crever ici. Ni pour vous déclarer une guerre. Quoi que vous ayez contre moi, je veux d'abord savoir ce que vous nous cachez d'autre. Cette épreuve est déloyale depuis le départ, il n'y a aucun respect envers la créature que l'on chasse, il n'y aura aucune gloire à tirer de ça. Votre frère nous a montré à travers les chants vos traditions, à quel point tout ces rituels comptent pour vous. Ne gâchez pas ça.  »


Ces mots semblèrent ébranler l'hybride. Elle s'arrêta un instant, alors qu'elle avait ouvert la bouche pour répliquer, puis se rétracta, observant le sol pendant un instant, avant de se poser contre un arbre, et de finalement répondre sur un ton qui se voulait plus neutre :

« - Tu as raison. J'ai été à l'encontre de nos traditions en organisant cette chasse. Soren pensait que j'allais simplement ramener une créature des terres proches, et il a joué un peu la comédie pour vous amener à chasser seuls, mais je refusais de vous voir réussir, surtout toi le nécromancien. Je n'interviendrai plus.


- Je ne peux pas dire que je comprends pas vos raisons. Mais ce n'est pas une raison pour nous mettre inutilement danger, surtout Lyun qui reste une voyageur de ce royaume, l'une des vôtres. Alors soyez honnêtes, et dites nous ce que nous avons à savoir d'autre sur cette chasse.


- … Suivez le grand vallon qui longe cette voie de conifères plus grands que les autres vous ne pouvez pas le rater, il est clairement délimité. Au fond, vous comprendrez, et peut être saurez vous calmer la bête et lui donner une mort digne. Je ne regrette pas ce que j'ai accompli cette nuit voyageur, saches le. Mais tu as gagné au moins en partie mon respect. Je me nomme  Aeliyah. Maintenant partez avant que je ne perde patience je ne suis pas du genre à apprécier qu'on me questionne, la nuit s'achève bientôt, et avec elle votre chance de réussir l'épreuve.  »



__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 181
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Sam 10 Fév 2018 - 21:32
Entourés de débris de grands sapins n'ayant pas résisté aux assauts colériques de la bête, se mouvant dans un grand fracas. Pourtant malgré ce bruit assourdissant, la jeune chasseresse put discerner des pas pressants de plus en plus proches, elle se redressa vers l'arrivant tandis qu'elle éjectait le sang de ses doigts par le biais de quelques secousses. Un jeune homme en blouse blanche encombré de deux valises déboucha de nulle part, ce dernier les salua d'un grand sourire puis les inspecta, il se mit à tailler le bout de gras comme si la rencontre était on ne peut plus banale. Baragouinant une histoire de créations auquel les voyageurs se seraient confrontés, ensuite il évoqua le fonctionnement de l'objet flottant derrière sa personne, qui faisait office de caméra. Confessant à ses interlocuteurs d'une voix amusée l'astuce permettant de désactiver la dite caméra à l'occasion d'un moment intime, à quoi faisait-il référence ? Et puis d’où provenait cet étranger à la fin ? Lyun n'en revenait pas, il se promenait innocemment dans cette forêt avec son matériel médical, Soren et ses semblables étaient ils au courant  qu'il s'y déroulait de tels événements ? Plus la nuit s'écoulait, plus la morpheuse aigle avait l'impression qu'énormément de choses lui échappaient,  serait-ce une nouvelle diablerie du chef de la tribu des chasseurs nocturnes ? Son intuition lui dicta que l'intrus était présent pour une autre raison, la chasseuse le fusilla du regard lorsqu'il leur demanda de lever les bras, hors de question qu'un inconnu la palpe ! Ébahie de croiser un protagoniste aussi serein à établir un mini campement pour les soigner, était-il aveugle à ne pas remarquer la géographie environnante  ou juste aussi idiot que Riku.

La demoiselle dont les iris s’illuminèrent d'un éclat menaçant alla au devant de celui-ci dans l'intention de l'intimider aux fins de le faire s'enfuir, ne voulant pas à avoir sur la conscience la mort d'un inconscient. A croire qu'elle détenait un aimant à cas, déjà qu'avec le nécromancien s'arrêtant toutes les cinq secondes dans l'espoir de sympathiser avec elle, quitte à se faire faucher stupidement par leur proie, en tenait bien une couche. Plus loin, des cris et des déracinements retentirent par-dessus les hurlements de la bête, tournant en rond en un certain sens comme un animal acculé, bien qu'elle envoyait valser tous ceux qu'elle coudoyait. Tiens, il n'était pas donc tout seul à se balader, rameutant avec lui ses compagnons, une partie venait dans tous les cas de se faire décimer impuissants à l'encontre d'une telle créature. Elle n'avait qu'un mot à penser : bien fait pour eux ! Excitée par l'envie de traquer cet être onirique et de l'abattre elle-même, les sensations n'en sauraient que plus exquises, tout le contraire de jouer la pleureuse de quelques imprudents. L'ardeur d'être sur une piste, de cerner sa proie, de l'assaillir par surprise et enfin de la contempler trembler de peur lui avaient été retirés à cause de Riku, elle n'allait pas rater l'aubaine de satisfaire ses désirs par une bande de fous.

Elle se détourna de son but, se débarrasser de ce médecin du dimanche, son partenaire de chasse l'avertissant des dangers qu'il encourait à rester dans les parages. Ignorant les recommandations faites par Riku, estimant que la conversation n'était pas grand digne d’intérêt, elle en profita pour tâtonner les lieux en quête d'indices plus concluantes. Examinant chaque centimètre au peigne fin, l'obscurité obstruait de plus en plus ses recherches, n'étant pas dotée d'une vue nyctalope comme le sont les prédateurs de cette région. Absorbée, elle reconnut néanmoins son prénom parmi le dialogue de Riku, qui souhaitait s'assurer de son soutien à son plan, elle haussa les épaules ayant été peu attentive à son blabla. En revanche, elle n'apprécia guère l'invitation destinée à leur soi-disant soigneur, elle s'empressa de protester vivement :

- Tu es sérieux ? On va pas promettre à tous les clampins de les escorter, ils n'ont qu'à s'en prendre qu'à eux même d'être dans la merde. Je suis pas là pour éliminer une créature, et non baby-sitter une bande de randonneurs du dimanche. Si Monsieur est en danger, tu te débrouilles avec lui, je ne m'en soucie pas.


Muette, elle suivit impatiemment les traces de sang éclairées par le joujou numérique, au moins il servait à quelques choses. Ses vertiges s'estompèrent peu à peu, se focaliser sur un objectif l'aidait à ne plus penser à la douleur ressentie lors de l'impact contre le tronc, heureusement, elle n'avait rien de fracturé. Elle s'accorda une longue d'avance sur le duo de garçons, ce sentier sinueux parsemé de tâches vermeilles à la lumière devenait plus sec, il les conduisit à un espace isolé où un pin dominait par sa taille ses homologues. Deux points blancs reluisaient dans le noir, elle s'approcha avec vigilance, il pouvait s'agir d'un traquenard fabriqué par les oiseaux nocturnes.  Le phare de la caméra se posa alors sur ces éléments, elle fut prise d'un violent remous en comprenant la nature de ces sphères : Des globes oculaires surmontant une traînée de sang erraient pitoyablement à terre. Lyun dut se contenir devant ce surprenant et atroce spectacle, qui avait pu faire preuve d'autant de cruauté à l'égard de l'être onirique ? En effet, il fut peu probable que la bête s'arrache elle-même les yeux pour le plaisir de tout dévaster après, Lyun en déduisit qu'on lui avait infligé cette horreur ? Mais quel était le motif d'un acte aussi abject ? Soren en était-il la cause, lui prônant le respect de ses proies et de la nature ? Sûrement pas cela irait à l'opposé des traditions de son clan, et même si la jeune femme le suspectait d'être quelqu'un de sadique mais pas de cruel. Elle fut persuadée que la responsabilité venait d'une autre créature ou peut-être voyageur, qui sait, sachant que certains s'étaient incrustés dans SA traque. Toutefois, ses soupçons se confirmèrent plus ou moins sur la venue inopinée de cette immense bête dans la sylve.

Une ombre gigantesque se profila au-dessus de leur crâne, ils firent face en se retournant à une sublime chouette immaculée, elle ressemblait comme deux gouttes d'eau au familier du célèbre  Harry Potter. Dans un battement d'aile gracieux, elle atterrit avec une légèreté déconcertante tandis qu'elle se vêtit d'une apparence humaine à peine eut-elle posé les serres. Contrairement au physique doux et avisé de Soren, celle de leur interlocutrice à la physionomie féminine, traduisait une certaine proximité avec le combat.

Riku, fou de rage sans nul doute de surprendre une telle cruauté, s'attaqua en une joute verbale à l'hybride harfang, leur reprochant de biaiser l'épreuve, ainsi que  le traitement épouvantable réservé à leur cible engendrant sa rancœur. Lyun décida de ne pas prendre part tout de suite au dialogue, remarquant que le nécromancien toisait leur locutrice, cela ne signifiait pas pour autant qu'elle n’émettrait aucun commentaire.  La tension était palpable entre les deux opposants, elle n'avait jamais vu son partenaire s'emporter même si le ton de sa voix ne haussa point le ton, de toute évidence il la méprisait. La voyageuse ressentait quant à elle une répugnance envers la sœur de Soren, le fait qu'ils magouillent dans son dos était une chose mais elle avait dépassé les limites du concevable. L'apprentie chasseuse dut serrer les poings pour éviter de lui coller une rouste, elle justifiait sa trahison envers sa tribu et ses traditions par sa méfiance et son dédain dévolu au voyageur du Royaume des Morts. Se calant entre Riku et cette fameuse Aeliyah, s'adressant à cette dernière d'un timbre profondément cinglant, figeant de son regard métamorphosé instinctivement en celui de l'aigle afin de montrer une détermination sans faille.

- Vous me le payerez, qui que vous soyez, vous n'aviez aucun le droit d'interférer dans cet entraînement de chasse. Gâcher cet instant privilégié dont je devais m'imprégner et déserter les coutumes de votre peuple pour des convictions qui vous sont propres, vous déshonorez ce qui fait de vous un véritable chasseur. Si vous recommencez une nouvelle fois à intervenir, je me ferais une joie plus tard de vous rappeler votre erreur.

- La pupille de Vyomesh a du cran, on m'avait raconté que tu possédais un certain tempérament mais méfie toi, ton Seigneur ne sera pas toujours là pour te protéger. Surtout s'il 'apprenait que tu pactises avec celui qui a failli vous tuer, Kalaryus, Darian et toi petite arrogante. Il sera également déçu par ton maître, qui sait ce qu'il pourrait lui infliger comme punition.  

- Ni Darian, ni moi ne regrettons nos actions, j'en suis même ravie et si nécessaire j'en subirais les conséquences. Maintenant veuillez-nous excuser, nous devons rattraper vos bêtises.

Lyun prit l'initiative de se diriger vers le vallon, son interlocutrice mécontente de voir sa réplique se perdre dans le vide. Elle longea selon les instructions d'Aeliyah le chemin des grands conifères, elle traversa le vallon avec prudence, ses sens aux aguets. Le silence indiquait aux jeunes gens que la bête sévissait ailleurs, néanmoins, la demoiselle trouvait que l'harfang géant avait cédé trop facilement à son goût, cela cachait sans doute autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 13/01/2018
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Yoël Herna
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 60
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Lun 12 Fév 2018 - 4:04
  Alors ça … C'est la première fois que j'entends ça, j'en ai été tellement estomaqué que je ne sais même pas quoi répondre, déjà, refuser des soins quand on est dans leur état, j'ai rarement vu une idée aussi con, mais alors … Manipulé pour aller les soigner ? Mais c'est quoi ce délire ? Alors, je veux bien que je sois plutôt bonne pâte, et que j'aurais pu faire parti de l'équipe n°4 si je n'avais pas été aussi gentil avec Stessie, qui m'a juste plombé pour monter plus vite dans la hiérarchie, mais je sais encore quel est mon travail et pourquoi je le fais. Enfin, visiblement mon véhicule d'extraction s'est écrasé, m'ah, doit être prévu dans le spectacle, oh, et puis vu la gueule du duo, on doit attendre quelque chose de moi, et tandis que je fais ce que me dis le petit châtain pas trop dégueu d'à côté, je jette un œil dans … Et bien l’œil de ma caméra biologique, ce que j'ai toujours trouvé un peu glauque, manipuler génétiquement des animaux, pourquoi pas, mais les mêler à de la technologie … Jusqu'à leur mettre une caméra dans l’œil et des trucs dans le cerveau pour le diriger … Bref ! Les yeux dans l’œil, comme pour interroger les techniciens qui se trouvaient derrière, et le responsable de ses jeux, aussi. Ne voyant aucune réponse visible à mes questionnements métaphysiques, je me dis que de toute façon, les suivre ne me coûtera que peu, et si ça me permet d'avoir un peu de gloire en me mettant sur le devant de la scène, pourquoi pas. Aussi ais-je fais mon âme charitable à simplement les suivre, répondant tout de même au jeune homme, lui donnant mon prénom , tout en rappelant gentiment l’existence de mon badge accroché sur la blouse, avant de lui prêter main forte de manière succincte avec la technologie qu'ils semblaient à peine comprendre, encore de ses abrutis des districts éloignés, jusqu'à ce que la pimbêche se prenant pas pour de la merde s'en mêle, et commence à me rabrouer, tout en appréciant mes services. Bon, on va faire la sourde oreille, et on passe en mode grognon mutique, histoire de pas lui rentrer dans le lard, il fait long que je n'avais pas eu à faire autant de retenue et de maîtrise de moi. Donc, si je comprend bien une jeune femme à peine armée se prend pour une grande ? Mais c'est adorable ça, surtout quand la seule aide qu'elle possède se trouve être un petit jeune aussi mal armée qu'elle, et loin d'être imposant. Enfin, ne commentons point, les jeux ont à peine commencés, après tout.

  C'est donc avec réticence que je les suis, hésitant à dire à la bleutée que si elle ne fait pas ne serait-ce que semblant de panser, ou même compresser ses plaies, elle risque l'anémie, puis je me rappelle la façon dont elle a parlé de moi, et je passe à autre chose, attendant qu'elle flanche pour lui proposer mon aide de la plus humiliante des façons. Bien, au bout d'un certain temps, nous tombons  sur un très joli pin, je me demande d'ailleurs en silence si on a pas un peu boosté sa croissance à coup de divers produit, s'en suit l'arrivée ma foi fort chorégraphique d'un rapace qui … Qui prend forme humaine, allons bon, ils ont pris des Avancés pour ses jeux ? Ça va les moyens … Pour une science expérimentale, je la trouve un peu trop fonctionnelle. A leur réaction -Et je ne parle pas de la réaction ridicule du drôle devant des globes oculaire, comme s'il n'avait jamais vu de sang ni de tripes de sa vie-, ça ne les surprend guère, aussi je prend un air blasé et attend que leur conversation se termine, sans trop prêter attention à ce qui se dit, l'inverse étant vrai, puisque je semble presque être invisible aux yeux des trois, et en observant la drôlette, surtout ses yeux, je comprend enfin d'où lui vient cette assurance, un rat de laboratoire auquel on aura servi l'idée qu'elle était l'avenir, unique et forte. Un duo d'Avancés, humpf, pourquoi pas, je me demande ce qu'on a provoqué chez eux comme modifications, et comme implantations. Oh, et puis si ils savent qu'ils vont probablement mourir vers quarante ans à cause de l'accélération cellulaire, j'en aurais presque de l'empathie pour eux, puis je me rappelle comment on parle de moi, et en fait … Bah non, ça vient plus.  Tant pis, pour une fois je n'éprouve même pas culpabilité à ne pas être bienveillant, va falloir que je surveille ça, manquerait plus que je devienne un de ces dégénérés qui pense que mon bien vaut mieux que celui d'un autre.

  Enfin, pendant leur réunion de l'amicale des rats de labo', je jette un coup d’œil aux infos que ma tablette me prodigue en continu, et je remarque l'approche rapide d'une meute des aberrations furtives, ces chiens qui ont tellement mutés qu'on les reconnaît à peine, pas spécialement massif, ils ont néanmoins acquis la capacité de courir comme s'ils étaient infatigable, et de le faire de manière silencieuse. Oh, et comme si ce n'était pas assez drôle, leur crocs sont enduit d'un poison qui affecte les muscles mais pas les nerfs, comme ça on peut souffrir le martyr quand ils nous déchiquette, mais pas y réagir autrement qu'en criant, après, ils sont bien sûr dressé et programmé pour ne pas faire trop de dégâts, du moins pas d'irrémédiables, mais tout de même, peu agréable. L'ennui, c'est qu'ils sont normalement attiré par la tique robotique qui squatte les joueurs, mais aussi par les ondes des tablettes, problème technique qu'ils n'ont pas réussi à régler à temps, mais nous avons, nous, les moyens de nous défendre, aussi j’établis une alarme sonore qui devra se déclencher une centaine de mètres avant qu'ils ne soient sur nous, puis je suis la petite troupe vers ce fameux vallon.
Pendant ce petit bout de trajet, je me pose une succession de questions, mon regard se perdant dans le vague et mes pas se faisant relativement mécaniques, aussi pas mal de choses y passèrent, ma carrière, bien sûr, mais pas que, aussi je pensais à la tournure de ses jeux, à ce que je ferais en attendant les prochains, probablement l'établissement d'une vie civile un peu plus épanouie.
Puis je ne sais pas pour quelle raison, sûrement en prévision de ce qui allait de toute façon venir, je me fais la réflexion que je n'ai jamais été dégoûté par l'intérieur éparpillé des êtres vivants, on voit ça très vite en cours, les dissections et tout ce qui s'en suit, et ça ne m'a jamais dégoûté, j'y voyais même là une manière comme une autre pour acquérir plus de connaissance, puis il y avait eu ma voisine qui avait sauté de son immeuble, j'ai été celui qui a retrouvé ce qu'il restait de son cadavre, et ça ne m'avait pour ainsi dire, rien fait. Enfin si, je l'aimais bien, la voisine, j'ai été triste et surpris qu'elle meurt, mais aucun dégoût pour ce que je considère comme purement naturel.

  * Biip Biip* Ah, ils sont là, et pendant que la sonnerie me sort de mes pensées, je me rends compte que mon regard c'était fixé sur le fessier du châtain, et ça probablement pendant la totalité de cette charmante randonnée, plutôt gênant, m'enfin, pas comme si je matais non plus.
Du coup, sans préavis aucun, je m’arrête, dépose mes deux mallettes aux sol, me saisit d'un parapluie dans l'un d'entre eux, et prend ma tablette dans l'autre. Au regard réprobateur de l'une et surpris de l'autre, je hausse les épaules, puis lâche un laconique :
« Les millésimes arrivent »
Je jette un coup d’œil à ma tablette, très fort, ils nous ont déjà encerclé, je n'ai rien entendu, c'est impressionnant, et rien vu, faut il dire qu'il y a pas mal de broussailles dans le coin. Et … Les voilà qui sautent en dehors de leur cachettes, se précipitant sur nous, et déclenchant les deux puissants électro-aimants en forme d'anneaux au niveau de leur cou, les deux se repoussant de manière subite et très forte, provoquant alors la simple expulsion de leur tête à l'opposé de leur corps, et comme si ça ne suffisait pas comme vision d'horreur, je vois que leur intestin relient les deux morceaux, venant arrêter les têtes dans leur vol, celles-ci s'arrêtant du coup avant de nous atteindre. Ce qui n'est pas le cas des projections de sang et d'autres … Trucs coagulés. J'ai été bien inspiré de sortir ce parapluie, et les autres qui se foutaient de ma gueule quand je le prenais. Bon, mon pantalon s'en trouve un peu affecté, mais c'est déjà moins pire que les deux autres.
Devant leur mine ahurie, je ne peux m'empêcher de sortir, tout en repliant mon parapluie et reprenant mes mallettes en main :
« Le clampin manipulé qui a besoin de protection espère que vous apprécié le champagne »

  Et je repars les laissant là, juste avant que ma tablette ne re-sonne, m'affichant dès-lors un message dont la teneur a le don de me surprendre, me disant quelque chose du genre « Vous étiez censé être une épreuve de plus, pas une solution, votre contrat est résilié, le brassard implanté dans votre épaule gauche vous salue. » Fronçant d'abord les sourcils, je me demande comment cela se fait, comment ça, une épreuve ? Je suis un médecin, pas une de ces créatures faites pour les jeux, qu'est-ce que ça veut dire ? Puis la notion du brassard dans mon épaule me fait réfléchir, il est juste censé prendre mes mesures vitales et permettre à l'administration de me pister en cas de danger sur le terrain, puis je blêmi, deux anneaux parallèle, je jette la tablette au loin, celle-ci se trouvant alors écran vers le ciel, puis place ma main gauche sur mon épaule, pas suffisant pour retenir celle-ci pendant l'activation des aimants, la douleur m'arrache un cri perçant, me laissant ensuite pantelant et perdu, à genoux, regardant mes deux compagnons d'infortunes avec toute l'horreur et l'incompréhension dont je suis capable. Un pion, c'est tout ce que j'aurais été, la main sur ma plaie, la compressant comme je peux, retenant mon précieux liquide carmin, qui dégueule à plein flot de la plaie avec toutes les certitudes que j'avais sur ma vie, toute l'estime que j'avais pour moi même et le système dont je croyais faire parti. Une crise de panique commençait à me submerger, tandis que je me laissais tomber sur le côté, ne retenant plus ni la grimace de douleur qui déformait mon visage, ni les larmes qui coulaient sur celui-ci, et avant de perdre conscience, il m'a semblé voir un sourire, un sourire et un éclair blond.

Et Yoël disparut du monde onirique dans le pouf caractéristique de Dreamland, les mallettes disparaissant avec lui, ne laissant comme preuve de sa temporaire existence que le sang que le sol commence à absorber ainsi que la tablette qui gît plus loin sur le sol, diffusant en boucle les images du démembrement de son bras. La caméra quand à elle, continue de voleter sur place, imperturbable, face à l'emplacement de feu le Rêveur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Death Voice
Messages : 592
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 167
Renommée: 1860
Honneur: 173
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Jeu 15 Fév 2018 - 23:56


… Enfin quand il parlait de respect, il parlait du respect dû à la crainte qu'on éprouve pour un être profondément déterminé à nous tuer. Riku l'avait clairement vu dans le regard de l'hybride harfang, elle ne laisserai pas filer l'occasion de se débarrasser de cet intrus qui avait commis le sacrilège de s'inviter sur leurs terres. Non pas que l'invocateur ne comprenait pas ses motivations, il était probable que tous les rapaces du royaume au courant de son existence partagent la même idée, mais il aurait apprécié au moins pouvoir finir son travail tranquillement. Se faire tuer par surprise, oui, se faire tuer avec le sentiment du travail non accompli, non. Surtout lorsque ce travail consistait à venir en soutien à Lyun. Lyun qui s'était, à la surprise de l'invocateur, dressée devant la dame chouette pour lui faire entendre ses quatre vérités, et, encore plus surprenant, défendre le necromancer lorsque l'harfang évoqua que son alliance avec le jeune homme pourrait être regrettable, pour elle comme pour Darian. Riku se surprit à sourire, ému qu'il fut par cette manifestation soudaine de solidarité à laquelle il ne s'attendait pas, pas plus que le regard insistant de leur comparse improvisé qui était dirigé un peu trop bas sur son corps à son goût... Il n'allait pas relever, mais il devait avouer qu'il n'était pas réellement habitué à ce genre de manifestations, du moins venant d'hommes. Riku n'était pas le genre de personne que l'on venait séduire ou qui attirait les regards au vu de la discrétion habituelle dont il faisait preuve. Habitué des soirées chill dans le canapé ou devant l'ordinateur, la voix de la mort était plutôt du genre à s'éteindre dans le monde réel. Et si à Dreamland il avait du faire face à tout un tas de situations incroyables, surprenantes, ou même parfois dérangeantes, il ne s'était encore jamais fait mater par quelqu'un. Ou alors il ne l'avait jamais remarqué. Il fallait dire qu'il n'était pas du genre à faire attention à ce genre de détails. A plus forte raison quand il se trouvait en plein territoire ennemi, menacé par une bande dissidente de rapaces assassins, et avec une créature blessée et déchaînée qui pouvait les écraser à n'importe quel moment, paniquée et visiblement en quête de quelque chose. Il fallait qu'il détermine quoi. Cette bestiole n'était pas venue pour rien.  Elle n'avait rien à voir avec les habitants de ce royaume, rien qui ne la liait en aucune manière. Maintenant, il savait que les rapaces étaient derrière tout ça. Le fait qu'ils amènent sciemment des êtres extérieur aux terres qui leur étaient dévolues dans une optique d'entraînement ou de divertissement n'avait rien de bien surprenant, mais qu'ils en arrivent à de telles bassesses... Soren n'était pas au courant, ou alors il cachait bien son jeu. Tout venait de la chouette harfang qui était sa sœur et qui avait clairement exprimé ses volontés belliqueuses envers le necromancer.  Intérieurement, le voyageur fulminait, il était pris d'une rage folle à l'idée que l'on puisse pourrir leur épreuve et surtout mettre Lyun en danger juste pour une vengeance personnelle.


Un bip se mit à résonner soudainement, provenant des instruments du rêveur qui les avait suivis bon gré mal gré en ruminant sa rage. Il avait sorti des parapluies ce qui était curieux au vu de l'absence d'une quelconque météo défavorable, parlant de « millésimes », qui se révélèrent rapidement comme de monstrueuses créatures à l'épiderme noire, qui auraient pu être des chiens dans un passé lointain avant de subir des mutations si horribles qu'il était bien difficile aujourd'hui de les identifier à une quelconque espèce. Ils étaient plus grands que des lions adultes, et fonçaient sur eux avec l'intention claire de faire du trio leur dîner. Riku invoqua alors Zeel, bien qu'il s'était promis d'éviter au maximum de se servir de ses esprits, tandis que le mystérieux rêveur se contenta de faire face aux monstres, déclenchant une commande qui provoqua la mort instantanée et particulièrement sanglante des deux créatures, dont les organes internes vinrent recouvrir le sol jusqu'alors immaculé de ces bois. Bien protégé par ses parapluies, il se contenta de les regarder se répandre sous ses yeux, gardant un air froid et détaché de cette scène des plus ragoûtantes.  Il lâcha au passage une remarque particulièrement acerbe pour montrer son mécontentement vis à vis de la considération qu'avaient affiché les deux voyageurs à son égard.  Riku ne put s'empêcher de sourire, avant de le voir blêmir après avoir semblait-il lu un message sur sa tablette. Que lui arrivait-il ? Ses patrons le viraient ? Bah, ce n'était rien de bien méchant. Enfin jusqu'à ce que son épaule décide de lui dire au revoir et d'aller faire un tour au sol. Il tenta de la maintenir, désespéré, alors que le sang s'écoulait par flots ininterrompus de son épiderme déchiré. Le regard dirigé vers les deux voyageurs, peut être dans l'intention de leur demander de l'aide, le rêveur disparut dans le pouf habituel qui marquait la fin de la nuit pour lui. Cela signifiait qu'il en serait bientôt de même pour Lyun et le jeune homme. Ils n'avaient plus beaucoup de temps pour mettre fin à tout ça.


«  Bon et bien.. Nous voilà avec un problème à gérer en moins sur les bras... Par contre pas certain que l'autre nous laisse tranquille. Reste sur tes gardes Lyun, j'ai le sentiment que ça va bien plus loin qu'on ne l'imagine cette histoire. J'ai fait le respectueux pour donner le change... Mais sa voix laissait clairement entendre qu'elle compte bien me faire souffrir. Donc, si tu as l'occasion, fuis, et ne te retourne pas. Inutile que je te mette en danger pour mes fautes.  »


Il avait dit cela alors qu'elle était déjà repartie sans trop prêter attention au manège de leur ancien interlocuteur, déterminée à en savoir plus et à mener à bout leur épreuve. Il se doutait qu'elle ne tiendrait pas compte de ses paroles, énervée qu'elle était qu'il se soit sacrifié pour la sauver de la malédiction au Cimetière, mais le fait de lui parler le libérait quelque peu du poids qu'il ressentait et de ses hésitations concernant les paroles qu'il n'avait pas pu lui partager un peu plus tôt à cause de la bête qu'ils traquaient. Celle-ci n'était d'ailleurs pas repassée dans leur secteur. L'invocateur avait déduit de sa manière de se déplacer qu'elle faisait des cercles dans les bois, de plus en plus larges, comme si elle délimitait le secteur pour mieux se repérer ou quelque chose comme ça. Il n'avait pas partagé ses impressions avec Lyun, toutefois il restait sur ses gardes, restant averti sur tout ce qui les entouraient dans le vallon qu'ils avaient finalement emprunté. Dessiné dans la terre, enchevêtrement de racines millénaires, ce relief avait été probablement creusé par les pluies torentielles qui pouvaient tomber sur ces bois comme la première fois qu'ils s'étaient rendus là, la voyageuse aux cheveux azurés et lui. Il était dans une descente qui s'étendait sur plusieurs centaines de mètres et repartait en contrebas sur les sentiers plus « classiques » de la forêt nocturne. Cependant, ce qu'il y avait de notable dans ce petit cratère parfaitement unique dans ces bois, c'était la cavité que l'on pouvait apercevoir depuis leur position. Si le manque de lumère ne permettait pas de distinguer quoi que ce soit hormis les contours de l'entrée, Riku était convaincu qu'il s'agissait bien de l'entrée d'un tunnel, et que leur prochaine étape se situerait de ce côté. Prudent, il préféra tout de même avertir sa camarade à voix basse alors qu'il avançait à pas feutrés pour limiter le bruit que faisaient ses chaussures en écrasant les racines.


«  Cette caverne là bas m'intrigue. Je ne sais pas si tu as une capacité qui nous permettrait d'en savoir plus, mais ça sent le piège à plein nez. Il est certain qu'elle a cherché à nous orienter là bas. Mais j'ai malgré tout la conviction que nos réponses pour calmer la bête et la chasser convenablement se trouvent là. Reste sur tes gardes Lyun, je ne voudrais pas que tu sois blessée... Je tiens trop à toi pour ça...  »


Oups. Il avait parlé un peu trop. Il avait cherché toute la nuit quoi lui dire, comment le lui dire, à quel moment le lui dire... Et au final il avait lâché une bombe sans réfléchir à cause de l'adrénaline de l'instant. Bon il ne lui avait pas fait un aveu tel quel, mais les mots et le ton y étaient... L'invocateur détourna le regard, légèrement rougi, et toussa un coup avant d'avancer, cherchant à ne pas s'étaler sur le sujet. Elle aurait tout le loisir de le rejeter une fois leur mission terminée. Il approcha de la grotte, dont il voyait clairement les roches qui marquaient l'entrée, comprenant tout de suite que s'ils entraient, ils seraient dans le noir total. Heureusement, il pouvait utiliser Zeel et sa lueur fluorescente, ou encore la flamme de Wayne même si celui-ci détesterait l'idée de les guider dans le noir.  Le necromancer déglutit, puis se concentra pour faire apparaître le slime, qui vint s'accrocher à son bras pour le recouvrir et dégager sa lueur fluorescente. Zeel avait cette particularité de pouvoir modeler sa forme aux besoins de l'invocateur. Il avait songé à le développer un peu plus, mais pour le moment, il était le meilleur des boucliers, ainsi qu'un excellent trampoline, utile pour surprendre des adversaires trop confiants.  Une fois paré, la voix de la mort prit les devants, tendant son bras protégé pour identifier le chemin devant eux et ne pas trébucher sur un rocher. Si des stalactites semblaient particulièrement affûtées au plafond, la plate-forme rocheuse qui constituait le plancher de la caverne semblait relativement plate. Assuré de ne pas chuter dès l'entrée, le jeune homme avança pas à pas, soucieux de ne pas se faire prendre au dépourvu par une embuscade. Il passait parfois son bras à l'horizontale pour contrôler les environs, le silence de la grotte rendant l'ambiance autour d'eux particulièrement lourde, oppressante pour les deux voyageurs. Une voix se fit alors entendre... Enfin non, plutôt qu'une voix, il s'agissait de bruissements faibles, semblables à de petits cris qui résonnaient contre les parois, provenant de leur destination, dont ils pouvaient voir la lumière au bout du tunnel qu'ils avaient emprunté. Là, dissimulé par une cascade qu'ils durent traverser à contrecoeur – Riku détestait être trempé en dehors des circonstances « normales » de type baignade – une grande salle avait été taillée dans la roche, illuminée par le ciel étoilé et une pleine lune rutilante, que l'on pouvait voir depuis un trou qui avait été également creusé. Nul doute qu'il s'agissait d'une pièce avec une fonction précise, non ils n'étaient pas là par hasard... Et cela, Riku le comprit quand il vit ce qui produisait les petits cris qu'ils avaient entendus un peu plus tôt.  Repliée dans un coin, une créature blanche semblable au colosse qui détruisait les bois au-dessus couinait. De taille bien plus réduite, il était évident qu'il s'agissait d'un bébé. Voilà ce que cherchait la créature... Son enfant ! Cela signifiait-il que Soren avait enlevé cet enfant pour attirer jusqu'ici la bête blanche ? Juste pour leur chasse ?  Jusqu'où était-il impliqué dans cette affaire ?


«  Je te rassure, tu n'auras pas à te faire la réflexion longtemps voyageur. Dame Aeliyah a été très claire. Nous devons vous retenir ici pour que vous échouiez. Quand à vous, du royaume des morts... Elle n'a pas précisé dans quel état nous devions vous laisser.  »


Derrière eux, deux hiboux étaient venus se poser, arrivant depuis la voûte de la salle. L'un d'entre eux, un Hibou des marais, semblait prêt à en découdre. Le second, celui qui venait de s'exprimer, était une chouette effraie, dont les yeux dorés le fixaient en laissant entendre que ses intentions étaient tout sauf pacifiques. Ainsi donc, la dame ne se mouillerait pas pour son petit plan ? Pas de soucis, Riku aussi était prêt à se battre.





[hrp : l'effraie est de rang 5, son compagnon est de rang 3.]

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 181
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Lun 19 Fév 2018 - 20:02
Déterminée à obtenir par tous les moyens le fin mot de l'histoire et remporter cette chasse malgré cette tricherie aux airs abominables, la sœur de Soren subirait les conséquences de ces actes, Lyun s'en portait garante. Le trio dont l'énergumène à blouse flânant comme s'il était assuré que rien ne pourrait l'atteindre, s'estimant privilégié par cette soi-disant épreuve organisée par ces compatriotes, tout un délire insensé. La femme de glace ne s'en formalisait point, absorbée par des aspects plus personnels, si on faisait bien attention à ses iris, ces derniers luisaient à la fois d'excitation et de rage d'être manipulée si lâchement. Cette harfang ne s'en sortirait clairement pas avec les honneurs, notamment si la jeune demoiselle s'interposerait dans son plan d'assassinat à l'encontre du voyageur des morts, partenaire qu'elle apprenait à connaître. Au fond, elle appréciait ses nuitées en sa compagnie, il l'exaspérait énormément par sa naïveté et sa bienveillance envers les gens qu'il croisait mais cela animait leurs aventures. Au moins, elle ne risquait pas de s'ennuyer, il lui arrivait de se demander il allait réagir aussi bêtement et à chaque fois cela ne loupait pas. Dommage qu'elle ne pouvait pas en retirer un bénéfice financier car à ce compte là, elle deviendrait riche dans quelques années. Dans tous les cas, elle trouvait cela exagéré de vouloir la mort d'un être, qui s'était fait inviter par son propre sang pour l'unique raison d'avoir exposeé des élites du Royaume des rapaces au danger. Ils avaient acceptés d'eux-même, certes une part de responsabilité incombait au nécromancien, toutefois, il en avait payé le prix par la perte de son mentor. Elle confessait que Riku savait la divertir mais également lui donner des envies de meurtre, comprenant les raisons de Vyomesh d'être furieux contre un intrus et de causer des ennuis pour des motifs politiques qui ne concernait nullement son Royaume. En revanche, celles qui animaient Aeliyah, lui parurent dénuées de tout discernement rationnel

Égarée dans ses pensées d'intrigue, un son discourtois surgit à ses esgourdes, ramenant Lyun dans la  lugubre et sinistre réalité. Arquant un sourcil en direction du soigneur, agacée par ces engins qu'il transportait avec lui, comment un homme avait-il besoin d'autant de matériels ?  Il lui faisait penser à ces femmes obligées de traîner derrière elles en voyage dix valises de fringues et d'autres accessoires inutiles. Il s'empara d'un parapluie qu'il déploya au-dessus de sa tête, évoquant d'une voix condescendante l'arrivée impromptue de quelque chose, il se posta en retrait. De buissons, des chiens de l'enfer bondirent comme des enragés, la bave dégoulinant le long de leur gueule constituée de crocs pointus mais ce ne fut pas la chose la plus ignoble que la voyageuse rapace perçut. En effet, ces millésimes, loin de l'élaboration des vins, n'étaient que des canidés tombant en lambeaux, rafistolés de partout dont les pupilles étaient injectées de sang de quoi faire peur à un quelconque promeneur. La jeune femme ne tressaillit même pas à cette vision d'horreur, elle fut juste prise d'un profond écœurement et encore, elle n'avait pas tout vu. Le parfum putride des bêtes chatouillaient désagréablement les narines de la jeune aigle, elle recula de quelques pas pour s'en défaire. Les grognements émergeaient de leur gorge, tous bondirent par cette pulsion dévorante de tuer leurs proies. Lyun n'eut le temps que de métamorphoser son bec et ses serres afin de pouvoir se défendre face à ses agresseurs, mais ils furent rapidement neutralisés grâce à l'inconnu ayant tendu une commande en leur direction. Elle engendra la mort immédiate de ces chiens mutants, et néanmoins macabre, ils explosèrent propulsant ainsi liquide poisseux et organes, de quoi traumatiser plus d'une personne sensible.

Lyun étouffa un cri de stupeur tout en se retenant de régurgiter le fond de ses intestins sur le sol devenu visqueux autour d'elle, essayant tant bien que mal de reprendre contenance. Son minois blêmit de plus belle en repensant à la scène, elle détestait les films et les livres narrant ce type de contexte mais voir la chose telle quelle sans artifices étaient pires. Quitte à tuer, elle préférerait le faire de façon disons plus soignée et discrète que de ravager les lieux de tripes et autres parties anatomiques encore plus infectes. Lors de son ressaisissement, elle ne prêta aucun égard à la pique entonnée par son deuxième compagnon aux épaules frêles, même si dans ce cas précis, elle faisait plus office de fragile que le fameux dandy. Ce dernier regarda sur sa tablette le message que lui avaient envoyé ses employeurs, son teint devint aussi pâle que celui de la choquée à la différence que l'un de ses bras décida de se décrocher du reste de sa personne. La jeune fille n'était pas encore au bout de ses peines, bien que la tourmente planait sur l'infirmier gémissant de douleur. Il maintenait son bras contre son épaule dans l'espoir fou qu'il se ressoude par magie, une cascade épaisse d'un coloris vermeil s'écoulait de la plaie. La voyageuse désormais figée observait la tragédie les yeux écarquillés, le calvaire injuste de l'individu s'acheva par sa disparition laissant dans son sillage quelques affaires.

Sans un mot, elle fit volte-face vers leur objectif, ne désirant pas s'attarder davantage en cet endroit souillé d'immondices. Et ainsi d'exposer à Riku sa faiblesse, il avait focalisé son attention sur le pauvre garçon agonisant sans qu'ils n'aient pu leur venir en aide. Elle tira parti de l'inattention du nécromancien, resté planter à jacasser avec lui-même, aux fins de remodeler son visage auparavant perturbé en un visage dépourvu de toutes émotions. Son partenaire de chasse la rejoignit  après lui avoir touché quelques consignes évidemment dans le vent, la morpheuse lui répliqua d'un ton sec  alors qu'il arrivait à sa hauteur.

- Je ne fuirais pas, tu veux bien ne pas me prendre pour une lâche, cela en est vexant.

Selon les instructions données par Aeliyan, ils descendirent dans cet important cratère naturel rien de comparable avec celui logeant les six districts composant le Royaume des morts. Ce vallon jouissait d'une végétation florissante et d'une faune diversifiée dont les prédateurs n'étaient autres que Soren et son clan.  La bête déclenchait pas mal de déracinement sur son passage rendant le panorama moins agréable particulièrement avec ce chemin d'arbres, pas sur que tout le monde apprécie cette dévastation géographique. Après avoir traversé cette petite vallée, qui déboucha sur une sorte de grotte taillée dans la roche, la voyageuse prédatrice estima l'atmosphère trop calme, la bête ne semblait être parvenue jusqu'à l'entrée. Elle se contenta d'acquiescer du chef aux propos pertinents de Riku, occultant la partie sentimentale hors sujet dans un moment aussi sérieux. Pas question de se laisser distraire par les niaiseries de son camarads, aussi sincères soient-elles, et pourtant un frisson de chaleur envahit son cœur pour une raison méconnue. La demoiselle ne s'interrogea pas véritablement sur cette sensation soudaine, elle émit l'hypothèse que la présence de son équipier la rassurait dans sa mission et qu'elle lui faisait confiance. En serait-il autrement ?  Un pressentiment de danger la submergea à mesure que ses pas la guidaient dans l'obscurité de l'excavation, obscurité repoussée grâce à la fluorescence de Zeel, l'invocation gélatineuse de Riku. Des intonations aigues, loin des hurlements de la créature onirique, résonnèrent contre les parois de la caverne pendant qu'ils s'enfonçaient, les soupçons d'un piège se confirmèrent peu à peu, les voyageurs marchaient d'une démarche la plus furtive possible. Le tunnel rocailleux les amena à une cascade, dans un premier temps Lyun parut perplexe voire mécontente de se retrouver face à une impasse, toutefois, elle remarqua que le voile d'eau torrentiel dissimulait une salle souterraine d’où une lumière blanche s'échappait.

Avide de connaître la vérité sur les mystères entourant la bête sévissant au-dehors, elle n'hésita pas un instant à se mouiller afin de pénétrer dans cette cavité plus réduite, au contraire du nécromancien  imitant des singeries lorsque des gouttelettes glaciales chutèrent sur son épiderme. Lyun riva son attention vers la provenance des petits cris, sur ses gardes elle s'en approcha et ce qu'elle aperçut la troubla fortement ne s'y attendant pas. Une petite boule de poil immaculée était repliée en deux dans la pénombre, terrifiée et perdue dans un endroit aussi lugubre et froid, elle appelait sans nul doute sa mère ou son père entre deux sanglots. Les liens se formèrent aussitôt dans son esprit, l'être géant cherchait juste à récupérer son enfant dont elle avait perdu la trace, enfant que Lyun présumait kidnappé par Aeliyah pour ses plans contre un simple voyageur. La traqueuse serra la poing, pourquoi atteindre de telles extrémités ? Séparer un parent de son bébé était jugé comme un acte abject aux yeux de la voyageuse du Royaume des rapaces. Une rage sourde inonda son cœur, elle s'accroupit doucement au chevet de la créature onirique voulant la réconforter, malheureusement, celle-ci alla se coller à la paroi effrayée par ce qu'on pourrait lui infliger. Lyun perçut des marques de lacération sanguinolentes rougissant la belle fourrure enneigée de l'enfant, puis se redressa tournant toujours le dos aux deux nouveaux venus affluant par la voie des airs. L'un d'eux s'adressa à l'apprentie traqueuse et son partenaire, leur indiquant de but en blanc l'ordre de l'harfang concernant Lyun, ce qui démontrait une certaine assurance de leur part. Ils songeaient avec audace être supérieurs à leurs interlocuteurs, leurs hululements sonnaient en ricanement de coincer leurs proies si aisément. Un long silence régna ou les oiseaux de proie nocturnes les toisèrent avant que la morpheuse rapace se tourne vers eux dans le but de leur faire front incapable de retenir son amertume.

-...Comment avez-vous osé ? Vous de fiers chasseurs de la nuit, réduits à commettre des rapts infantiles  et pour quel motif valable ? AUCUN. S'écria-t-elle tandis que ses iris s'illuminèrent d'une lueur jaunâtre perçante et meurtrière, ils s'étaient transformés sous cette colère grandissante, prête à s'élancer au cou de ces exécutants.

- Tu devrais plutôt t'inquiéter pour toi ma petite que pour ce misérable geignard, justement ce sera mon quatre heure.

- Je ne vous laisserai plus l'approcher...Soren est au courant des manœuvres de sa sœur ou elle a manigancé cela dans son coin ?

- Seigneur Soren ignore tout sachant qu'il a une totale confiance en Dame Aeliyah.

- Donc elle seule salit les joies et les traditions ancestrales de la chasse, elle regrettera d'avoir agi ainsi, cette chasse n'est rien d'autre qu'un amas de mépris et de maltraitance.

- Bon cela suffit, tais-toi ou je te promets que je le ferais maintenant écarte toi de cette chose.

- Tu peux courir. Le défia-t-elle dans une voix fulminante d'animosité, elle cédait peu à peu à ses pulsions primaires.

- Avec joie.

- Attends, on ne peut...

Trop tard, le hiboux des marais venait de fondre sur la voyageuse bien déterminé à punir l’aiglon qui osait lui tenir tête. Pour se protéger de cette attaque, Lyun posta ses bras devant son visage face aux serres de son opposant, qui lui transpercèrent la chair, elle se mordit les lèvres pour ne pas lâcher un cri de souffrance. Cependant, elle fit peu cas de ces sévices corporels pour capturer une patte de son adversaire afin de l'envoyer valser un peu plus loin de sa position, l'intention étant de garantir l'intégrité de la bestiole à poils. La jeune femme méconnaissable métamorphosa également son bec, ses serres ainsi que ses ailes,  son instinct lui intimait de se battre et de triompher de ce volatile, ce sentiment de vouloir le dominer s'empara de son courage. Elle se jeta  sur son adversaire avec toute la hargne dont elle pouvait faire preuve, entreprenant un combat très dangereux où l’enjeu serait la victoire du meilleur rapace et prédateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Death Voice
Messages : 592
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 167
Renommée: 1860
Honneur: 173
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Mer 21 Fév 2018 - 23:18


La tension qui régnait dans la cavité à cet instant où les opposants se faisaient face dans un silence de mort était palpable. Riku en frissonnait de tout son être. Son sang bouillait d'impatience, après avoir été traîné un peu partout pendant des heures, il comptait bien coller une dérouillée à tous ceux qui tentaient d'entraver sa réussite, encore plus s'ils employaient des méthodes aussi inqualifiables. Sans que l'un des acteurs n'ose s'avancer pour prendre la parole dans un premier instant qui parut une éternité, l'invocateur scruta leurs adversaires ; l'effraie était de taille légèrement supérieure à celle d'un humain adulte, et ses serres semblaient redoutables. Affûtées, longues comme une petite dague, la voix de la mort ne doutait pas un seul instant de leur tranchant. Dans la même optique, son bec, pointu comme celui de tous les rapaces, serait une arme tout aussi dangereuse qui pourrait transpercer sans peine son épiderme s'il ne voyait pas l'attaque arriver. S'il sentait à son aura que l'être onirique n'était pas plus puissant que lui, il était impossible de dire si ses capacités martiales en étaient au même niveau. Son compagnon, moins expérimenté et de plus petite stature, n'en semblait pas moins un combattant aguerri, qui n'attendait que l'ouverture des hostilités. Oui, le voyageur le sentait, ils n'attendaient d'eux qu'une provocation au combat pour les déchiqueter. Méfiant, Riku préparait l'invocation de Wayne qu'il entendait trépigner d'impatience dans sa tête, tandis que Lyun se décidait à rompre ce silence oppressant. Dans un hurlement à faire trembler le plus courageux des guerriers, la voyageuse laissa libre cours à sa rage, accumulée depuis le début de leur chasse, entre la découverte des tortures de la bête qu'ils traquaient, du plan d'Aeliyah, mais aussi de l'enlèvement de ce petit être qui n'avait rien demandé. Et le necromancer ne la stoppa pas, partageant entièrement son point de vue. Ils allaient payer pour avoir interrompu leur formation pour de simples désirs individuels, quitte à sacrifier des innocents et à aller à l'encontre de principes séculaires qu'ils avaient appris à respecter tous les deux ;  et la réaction ne se fit pas attendre, le plus jeune des deux rapaces lui répondit sur un ton qui se voulait méprisant, comme s'il n'avait cure de leur présence. L'autre confirma que Soren n'était absolument pas impliqué dans cette affaire, ce qui soulagea l'invocateur. Il avait eu peur pendant un instant que tous ces discours toutes ces traditions, ce partage n'étaient qu'une façade qu'il leur aurait fait miroiter avant de les prendre au piège, mais les mots de l'effraie balayèrent ses doutes. Le grand duc était bel et bien un être sage, qui avait été trompé par son propre sang. Visiblement rassérénée par cette révélation, Lyun poursuivit, crachant tout son fiel à l'encontre de la sœur du leader des rapaces nocturnes. Et ces mots ne manquèrent pas d'achever la patience du hibou des marais, qui se jetta aussitôt à l'assaut de l'azurée. Et ce alors, que son collègue semblait plus réticent à passer à l'attaque aussi soudainement. Rien à faire, il était trop tard pour reculer. Riku leva les yeux vers le second hibou tandis que la bataille faisait rage entre sa camarade et le jeune rapace. La morpheuse se protégea des serres de son assaillant comme elle put, subissant plusieurs blessures, mais elle parvint à métamorphoser sa bouche en bec, ses bras en ailes, et ses jambes en griffes de rapaces.


« - On dirait que ton camarade a cédé à son impatience. Je suis navré, mais nous comptons bel et bien sortir d'ici et dévoiler la vérité à votre maître.

- Tu parles beaucoup voyageur... Mon camarade est impulsif, mais je n'ai pas ce défaut. Je me nomme Koroku. Je n'ai pas besoin de ton nom. Les morts n'en ont pas.

- Ce serait trop d'honneur que de le partager avec quelqu'un comme toi ! Puis de toute manière t'as triché, tu l'as appris avec les chants tout à l'heure.  »


Les yeux dorés du rapace s'illuminèrent, tiquant à cette remarque. Il prit appui sur ses pattes, et s'envola, prenant de la hauteur avant de se propulser à l'aide de ses serres puissantes dans l'intention de frapper de plein fouet l'invocateur. Celui-ci ne bougea pas d'un pouce, il s'appuya sur sa jambe gauche, plaçant Zeel en dôme autour de lui, pour amortir le choc. L'esprit gélatineux ploya, mais dévia suffisamment le coup pour que l'effraie soit repoussée légèrement sur le côté. La chouette sembla sourire de satisfaction en voyant que son adversaire le prenait au sérieux en utilisant dès le départ l'une de ses invocations, et se saisit alors d'une stalactite qu'il arracha à l'aide de ses serres et la projeta sur le voyageur, qui se prépara tout de suite à placer le fantôme devant lui pour s'en protéger, mais ce n'était qu'une diversion pour permettre à Koroku de repartir à l'assaut un peu plus rapidement que le premier coup. Riku n'eut pas le temps de faire appel à Wayne, et subit cette attaque de plein fouet, en plein dans les côtes. L'invocateur n'eut que le temps de se laisser tomber en arrière pour amortir le choc, mais la blessure que lui infligea le rapace lui laissa de profondes marques sur le côté gauche, d'où s'écoulaient des traînées de sang. Il avait évité le pire, ces dernières restant suffisamment restreintes pour ne pas qu'il se retrouve en état d'anémie, mais il ne pourrait pas subir encore et encore ce genre de coups. La chouette, de son côté, avait repris sa place initiale, et toisait l'invocateur avec un air clairement supérieur. Il sous-estimait son adversaire qui s'était laissé facilement prendre au piège, il fallait dire que ce dernier n'avait pas eu l'occasion de livrer des batailles aussi intenses depuis sa mission pour libérer son seigneur. Le jeune homme reprit son souffle, et se redressa, alors qu'apparaissait à ses côtés un Wayne dont le sourire carnassier laissait entendre qu'il avait hâte d'échanger avec cet opposant. La voix de la mort lui adressa un sourire complice, puis se posta aux côtés de son invocation :


« - Je pense que tu as pu le voir à mon état, mais ce type ne plaisante pas Wayne. Il va falloir que tu le crames un bon coup sinon il ne nous laissera pas tranquilles.

- Crétin. T'aurais du m'invoquer direct au lieu de sortir ce truc vert. Tiens, c'est gratuit pour cette fois, serre les dents.  »

Sans attendre la réponse du necromancer, le contrôleur de feu se servir de ses flammes pour cautériser la plaie de Riku. Celui-ci serra les dents, ne pouvant contenir un gémissement de douleur, mais il remarqua malgré tout l'effraie qui n'avait clairement pas dans l'intention de les laisser tranquillement reprendre contenance. Il voulut crier à son esprit de prendre garde, mais celui-ci n'en eut pas besoin. Il attendit que les serres du rapace se soient presque refermées sur son visage pour faire un bon en arrière en se laissant tomber au sol après s'être fait légèrement entailler l'épaule , avant de projeter une boule de feu droit dans l'estomac de l'animal qui plaça une aile défensivement pour éviter de subir l'attaque de plein fouet. Les plumes s'embrasèrent et Koroku poussa un hululement de douleur en planant difficilement jusqu'à la cascade qu'ils avaient traversé un peu plus tôt. En lieu et place du bout de son aile désormais atrophiée, il n'y avait plus que des plumes et de la chair carbonisées, et des os noircis qui ressortaient par endroits. L'aile serait désormais inutilisable, et l'effraie le savait, son regard avait changé. Son abdomen avait également été touché par l'impact, amorti par son action de parade, mais il y avait tout de même une plaie de belle taille. Sauf que le regard du rapace n'indiquait clairement pas qu'abandonner faisait partie de ses options. L'être chargea de nouveau, et alors que Wayne s'apprêtait à répliquer, il s'empara de plusieurs stalactites qu'il projeta de toutes ses forces, avec encore plus d'intensité que celle qu'il avait envoyé dans la direction de Riku un peu plus tôt. Il voulait bombarder son adversaire jusqu'à plus soif, poussé par l'adrénaline de la douleur qu'il devait éprouver et sa situation précaire. Le contrôleur du feu évita un rocher, puis un second,  mais laissa un autre le frapper dans les côtes, lâchant un râle de douleur en accusant le choc, afin de se charger en énergie.


« T'es clairement pas un débutant toi. Eurk. Saloperie de caillasses. Navré, mais je vais devoir te cramer une bonne fois pour toutes, tu es sur le passage.  »


Koroku poussa un hululement de rage, et fonça droit sur le contrôleur du feu qui ne chercha même pas à esquiver, se laissant transpercer par les serres de la créature, dans la poitrine. L'effraie tenta de se dégager, mais rien n'y faisait, elle était désormais coincée, probablement dans le squelette de l'invocation.  Wayne poussa un long soupir, armant son bras, prêt à projeter une boule de feu sur l'être onirique.

«  Je suis déjà mort, crétin. Ce genre de blessures ne me fait rien.  »

Une sphère embrasée se manifesta dans sa main, mais il fut interrompu soudainement par un grand fracas, alors que plusieurs rapaces nocturnes franchirent le seuil de la grotte, mettant fin aux combats. Les deux voyageurs, épuisés par leur bataille, furent libérés de leurs adversaires, et Wayne retourna dans le sceau de Riku, poussant des jurons comme quoi ce genre d'intervention méritait des traitements peu recommandables. Plaqués au sol, les deux renégats se débattaient, maintenus par des petits ducs, pas aussi grands, mais bien plus aguerris aux batailles. Dans cette mêlée, Soren se posa, adoptant sa forme humaine avec un air sévère se dessinant sur son visage.


« - Il suffit ! Mais enfin, qu'est-ce que vous faites ? Riku, Lyun, vous devriez être en train de traquer votre cible, pas vous en prendre à des membres de la volière !

- Ces voyageurs sont des criminels seigneur... Nous devrions les éliminer au plus v...

- Silence Koroku ! Vous allez vous soumettre au chant de la mémoire. Vous allez tout nous dire, et la vérité sera contrainte à être révélée.  »


Les deux hululèrent, mécontents de subir un tel sort contre leur gré, mais il n'eurent pas le choix alors que leurs congénères entamèrent leur mélopée, plongeant l'assemblée dans la pénombre avant que les premières visions ne leur parvinrent. Là, les deux rapaces, contraints par les lois de leur clan à dévoiler leurs secrets dévoilèrent le plan d'Aeliyah qui fut la première à apparaître, ordonnant aux deux sous-fifres d'enlever la petite créature sous les yeux de leur mère, qu'elle se chargerait de rendre hors de contrôle.  C'était donc elle qui s'était chargée personnellement d'énucléer la pauvre créature, avant d'annoncer fièrement et sans le moindre regret à son frère que la « cible » des deux voyageurs était prête. Soren n'y avait vu que du feu, il pensait que le monstre était juste fou d'avoir été embarqué dans ces bois, mais la situation était au delà de ses craintes. Et alors que la chanson prenait fin, l'hybride grand duc laissa planer un long silence, son regard prenant une expression attristée. Il finit alors par se tourner vers les deux prisonniers :


«  Vous connaissez les lois de notre clan. Vous avez trahi nos traditions, humilié notre peuple, vous vous en êtes pris à une famille, ce qui va à l'encontre de tout ce qui fait les valeurs de notre tribu. Vous ne pouvez plus vivre en tant que rapaces. Vos ailes seront brisées. Vos serres, arrachées. Et vous serez bannis.  »


Sans un mot, les gardes s'exécutèrent, appliquant la sentence alors que les deux coupables hurlèrent de souffrance. Dura Lex Sed Lex. Les traîtres l'avaient appris à leur dépens. Condamnés à l'exil, privés de leur moyens de chasse, ils ne seraient plus que de pauvres oisillons sans repères. Et bien que Riku n'était pas du genre à souhaiter la mort des autres, il éprouvait un certain sentiment de satisfaction à voir ces êtres punis pour leurs crimes. Ne manquait plus qu'Aeliyah... Quel sort subirait-elle ?  Ce fut Soren qui prit la parole pour rassurer les deux voyageurs :

«  Je vous prie d'excuser ce qui est arrivé avec cette épreuve... Les choses sont allées beaucoup trop loin. Je vais me charger personnellement d'Aeliyah. Quand à cette pauvre créature... Les deux sont blessées bien trop gravement, je sens déjà le souffle de la vie s'éteindre peu à peu dans ce petit... Achevez sa mère, libérez la de sa douleur, et apportez à ses côtés son petit. Nous assurerons le repos de leurs âmes avec une cérémonie pour leur rendre hommage...  »


Riku aurait voulu en savoir plus sur ce qu'il comptait faire, surtout que l'harfang pouvait toujours leur tomber dessus, élite parmi les rapaces nocturnes qu'elle était. Mais leur mission était claire. Il n'osait pas prendre la parole, alors que les petits ducs emmenaient avec eux les deux bannis. Lyun serait peut être plus bavarde que lui.... En attendant, il comptait reprendre un peu son souffle. Il n'avait pas été particulièrement économe en énergie avec cet affrontement imprévu.



__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 181
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Lun 26 Mar 2018 - 17:24
Les chasseurs volants se jaugèrent quelques secondes, l'adrénaline du combat amplifiait le flue sanguin tambourinant dans les veines de ses deux êtres animés par la rage de vaincre et assujettir son adversaire. Le liquide vermeille s'écoulait le long de ses longues plumes de la morpheuse rapace, rendant ses ailes moins maniables par la viscosité, heureusement voler n'était actuellement pas d'actualité particulièrement dans un endroit si exigu. Si le hibou des marais détenait certes l'avantage de pouvoir planer par sa taille plus mesurée, il lui était possible de parer ses plongeons voire répliquer afin de trouver une ouverture, une faille pour le neutraliser. Le prédateur au tempérament impulsif tourna autour de la demoiselle tel un vautour autour d'une proie agonisante jusqu'à frapper en un éclaire, il tenta plus d'une fois de la griffer au visage ou de lui attraper une partie de son anatomie pour la briser. A plusieurs reprises, elle se protégea de ses ailes sanguinolentes ensuite essayant de contre-attaquer de son bec mais il esquivait avec une certaine aisance, ou elle effectuait un léger bond lorsqu'elle sentait que sa parade ne serait pas aussi efficace. En effet, l'oiseau nocturne paraissait plus expérimenté, il se battait contre la vie depuis sa plus tendre jeunesse, rien avoir avec les dizaines de leçons prodigués par Darian ou son vécu dans ses divers aventures. Leur affrontement ressemblait de plus en plus à une poursuite entre un chat et une ,souris sous l'impuissance de Lyun, qui commençait sérieusement à se fatiguer mais au moins elle ne lui avait pas encore céder une once de terrain.

Tandis que Riku et son opposant usaient de moyens plus subtiles qu'un simple corps-à-corps comme les deux autres guerriers, le nécromancien s'aidant de son invocation Wayne pour le transformer en effraie grillée. Il se débrouillait beaucoup mieux que la voyageuse, obligée de reculer vers la cascade  afin d'attirer toujours l'attention de son assaillant, peut-être espérait-elle ruser d'une autre façon afin d'obtenir enfin le dessus. La terre verglacée par la température ambiante de la caverne ainsi que l'humidité causée par la cataracte vivifiante éclaboussant le sol, une des serres de la jeune femme manqua d'y glisser. Ce faux pas engendra sa fin ou plutôt son déséquilibre, le rapace agit aussitôt en  conséquence à cette opportunité, il alla lui percer son flanc droit en pleine retombée. La morpheuse lâcha un long glapissement de douleur au craquement produit par l'emprise du bec de son adversaire, la souffrance infligée était si affligeante que les larmes montèrent à ses orifices dans un supplice. Se courbant sous les meurtrissures fraîches, son esprit s'inclina face à la supériorité du hiboux des marais rieur et satisfait, enfonçait cruellement ses griffes dans sa chair aux fins qu'elle clame sa capitulation.

Et pourtant une voix résonna des ténèbres de son âme affaibli, voix s'amplifiant à chaque battement de son cœur lui sommant de ne jamais fléchir au devant des obstacles qu'on lui imposait, que soumettre était synonyme de sa nature et qu'ainsi perdre ne faisait pas partie des options. Une vigueur nouvelle envahit l'intégralité de son être, ses iris luisirent d'un éclat transcendant et acharné. Elle releva son buste grâce à ses dernières forces, et ignora le sang jaillissant de ses plaies dû au point de pression exercé par la contracture de ses membres. Son attaquant jubilait de sa pseudo victoire fut surpris par le geste de sa prise à la fois résolu et désespéré, il chercha à sauter hors d'atteinte mais Lyun réussit à capturer une aile et tira dessus comme une forcenée. Un craquement retentit entre les deux protagonistes, la jeune hybride relâcha son butin en un gémissement pas mécontente pendant que le hibou des marais cramponnait son membre cassé. Il se retrouvait dans l'incapacité de décoller avec une aile mal en point, leur affrontement prenait un tournant de match nul bien que la voyageuse exténuée frissonnait au moindre mouvement.

- Tu vois que je peux te mettre la fessée. Dit-elle entre deux respirations.

Des ombres apparurent dans le champ de vision de la voyageuse asiatique se métamorphosant pour reprendre sa forme humaine, au début elle crut subir un effet de sa blessure : Apercevoir des illusions. En réalité, les silhouettes sombres devinrent des volatiles nocturnes  de tailles variables, ces derniers encerclèrent les combats dont deux d'entre eux soutinrent à terre la chouette effraie et le hibou des marais contusionnés. Leur chef atterrit au centre de l'attention, son fasciés exprimait de la confusion à cette scène surprenante des deux voyageurs aux coudes avec les siens, il scruta d'abord  l'assemblée avant de demander des comptes. L'antagoniste de Riku tenta de défendre sa position et celui de son camarade en rejetant la faute aux invités du clan de la nuit, toutefois, Soren le coupa d'un trait cérémonieux en les soumettant au jugement du chant de la vérité. Tous purent admirer la traîtrise des deux créatures sous les ordres directe d'Aeliyah elle-même, l’échafaudage de son plan dans l'objectif de nuire aux étrangers de ces bois sacrés. Le sadisme dont elle avait fait preuve envers la matriarche perturbée par l’enlèvement de son enfant, quitte à parjurer les traditions de son peuple, Lyun constata que l'harfang obstinée ne présentait aucun scrupule dans ses actes bien au contraire, elle jouissait du mal procuré, faisant d'elle un adversaire particulièrement dangereux. Une fois la mélodie hululante  s'éteignant dans les gorges de l’excavation, le grand-duc hautainement dicta la sentence pleine de sévérité aux félons sans un soupçon d'hésitation. Les geôliers impassibles exécutèrent la punition sans ciller à l'écoute des hurlements et des implorations  de leur congénères, c'est ainsi que les rapaces furent réduits à l'état de proies sans défense, d'animaux sans honneurs. S'étant redressée en apposant l'un de ses bras contre les profondes traces de serre,  Lyun ne rata pas une miette du spectacle lui transmettant une sensation d'approbation, une douce vengeance pour la tourment commis envers la petite boule de poils.

D'une démarche lente et mal assurée, la voyageuse se dirigea vers l'enfant secoué de tremblements apeuré par  le rassemblement de ces inconnus. Elle voulut s'accroupir à ses cotés dans le dessein de le réconforter, malheureusement son corps ne l'entendit pas de cette oreille, se crispa tel une machine rouillée tandis que son sang ne cessait d'écumer ses habits blancs. Soren d'un air soucieux de son bien-être s'avança à sa hauteur et l'intercepta d'une voix grave mais doux, ce qu'elle interpréta comme un sentiment de culpabilité :

- Ne te préoccupe pas de ce petit, il va bientôt mourir, tu devrais t'inquiéter pour toi.

- Arrêtez de penser pour moi ! Vous feriez bien d'encadrer votre clan, et plus particulièrement votre sœur. J'espère qu'il n'y aura pas de traitement de faveur venant de votre part sur sa condamnation. Jure-t-elle en lançant un regard noir son interlocuteur

- Je suis personnellement responsable, je me fais donc un devoir de la punir. Je tiens à m'excuser par rapport à ce qui s'est produit.

- Ce n'est pas à nous que vous devez des excuses mais à ce petit être ainsi qu'à sa mère torturés pour des opinions politiques grotesques.

- J'en suis conscient mais en guise de dédommagement, voici la feuille d'une plante capable d'alléger les maux, la tension exercée par les muscles et d'arrêter temporairement le saignement. Je t'avertis qu'en aucun cas tu ne dois forcer, elle n'a qu'un effet apaisant et non-médicamenteux, cela te permettra de continuer.

Une chouette chevêche s'était envolée pour revenir quelques instants plus tard une feuille de la taille d'une main entre son clapet, celle-ci la tendit à Lyun qui vint l'appuyer sur ses plaies. La pousse possédait une texture filandreuse et collante, elle recouvrit toute la surface à vive, un phénomène de soulagement apparu à cet emplacement. La morpheuse aigle remercia d'un signe de la tête la tribu, reportant son attention sur la créature malade qu'elle prit dans ses bras de la manière la plus délicate , la petite chose était si amaigrie qu'elle ne pesait pas lourd.

- Ou est Darian ?

- Resté dans la clairière, il n'a pas le droit de s'introduire dans cette partie de la forêt.

- Étrangement cela arrange vos affaires, je l'emporte avec nous, vous comprendrez que ma confiance soit défaillante.

Sans en rajouter davantage, Lyun emprunte d'un chagrin pour le sort réservé à ces êtres qui n'avaient décidément rien fait, désira s'éloigner au plus vite de ces rapaces obscurs. Empourprée de son propre sang, elle déambula avec difficulté vers la sortie de la grotte, il se mettait à pleuvoir rendant la demoiselle encore plus morose. Les cris de la génitrice percèrent la cime de la sylve, le bébé animal répondit par des petits chuintements aigus, la voyageuse le rassura d'un effleurement de la main sur le sommet de sa tête.

- Tu la rejoindras bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Death Voice
Messages : 592
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 167
Renommée: 1860
Honneur: 173
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Lun 2 Avr 2018 - 18:25
Fatigués, blessés, et malgré tout soulagés, le duo de choc de voyageurs n'en menait pour autant pas large. Entre les révélations auxquelles ils avaient du faire face, et les affrontements auxquels ils avaient pris part, leurs blessures étaient nombreuses, tant sur le plan physique que psychologique. Comment un simple entraînement qui se voulait ritualisé, respectable, avait pu tourner en tel massacre, en guet-apens ? Tout autant victimes que considérés comme responsables par certains des rapaces, les deux voyageurs n'avait plus en tête que de mener à bien leur mission, et ce malgré ce qu'ils avaient enduré. Riku, le côté droit endolori de son combat et ses blessures pas encore complètement remises lors de son vol plané d'un peu plus tôt, tentait de se maintenir debout tout en réfléchissant à la suite à donner à leurs actions. Comment calmer cette créature enragée ? Ils ne pouvaient décemment pas la laisser souffrir plus longtemps. Il fallait qu'ils l'amènent à son enfant. Ce dernier, dans les bras de Lyun, respirait à présent avec difficulté. Ses contusions nombreuses témoignaient du sort qu'il avait subi. Pauvre être. Le necromancer aurait versé sa petite larme, s'il n'était pas aussi remonté contre celle qui était à l'origine de tout ce drame. Par avidité, par ambition égoïste, l'harfang avait craché sans scrupules sur ce qui faisait la fierté de son peuple, et avait laissé ses alliés se faire capturer à sa place ses complices pour ne pas se salir les mains. Elle avait détruit une famille, et à présent, c'est le cœur visiblement lourd et plein de colère que Soren s'apprêtait à décoller pour pourchasser la criminelle qu'était désormais sa sœur. De tous, il était probablement le plus atteint par cette trahison tant par le lien familial qui l'unissait à la coupable que par celui que partageaient tous les membres du clan. Riku ne savait quoi dire pour tenter de le réconforter. Il voulut s'avancer, mais le grand duc le coupa court dans son élan en prenant la parole :


«  Quoi que tu t'apprêtes à dire voyageur, saches que tu n'es en rien responsable de la situation. Aeliyah est ma sœur, mais elle est avant tout un membre du clan, et sa trahison ne peut pas rester impunie. Elle subira un sort similaire à celui de ses complices, et sera traquée jusqu'à ce que sentence soit rendue.  »


Les choses étaient dites. Les deux voyageurs n'avaient pas à intervenir dans cette affaire. Ils avaient leur mission, ils ne devaient plus sortir du cadre qu'on leur avait préparé. Soit. De toute manière, Riku, et probablement Lyun n'étaient pas d'humeur ni à accorder leur confiance aux rapaces, ni à mener d'autres batailles. Ils allaient ramener ce petit auprès de sa mère et la nuit s'achèverait. Plus personne ne serait blessé au titre d'une ambition des plus égoïstes et pathétiques, d'une paranoïa anti voyageurs profonde. Et au fond de lui, Riku espérait que ça ne se répercuterait pas sur la pauvre Lyun qui était une voyageuse locale, qui devait pouvoir vivre dans son propre royaume sans avoir la crainte d'être pourchassée parce que ne soutenant pas les idées politiques de quelques illuminés parmi les rapaces nocturnes. Il vint s'asseoir sur une bûche à l'entrée de la grotte, observant la jeune femme qui avait recueilli le petit monstre dans ses bras, le berçant dans ses derniers instants après avoir échangé avec le chef de la volière pour lui faire comprendre qu'elle n'avait pas tellement confiance en eux, notamment après avoir assisté à de tels crimes. Elle dévoilait ainsi une autre facette de sa personnalité, bienveillante, douce, alors qu'elle rassurait la créature qui geignait avec difficulté, lui promettant de la mener auprès de sa mère. L'invocateur sourit, rassuré par cette scène qui lui rappelait combien ils étaient humains, et loin de l'avidité de ces créatures des rêves, qui faisaient passer leurs ambitions ou leurs jeux pour justifier tout et n'importe quoi. Au final ils étaient à l'image de beaucoup d'habitants de la Terre, et cela attristait profondément Riku, qui avait longtemps pensé quitter les vicissitudes du monde en rejoignant le monde des rêves, mais qui avait finalement retrouvé tant ses aspects positifs que négatifs à travers les périples auxquels il avait été confronté depuis sa « naissance » onirique. Finalement, il laissa les hiboux repartir sans émettre d'autres commentaires, après que ceux-ci se soient assurés que les deux voyageurs étaient en état de repartir sur leurs jambes, et s'approcha de Lyun, afin de réfléchir ensemble à la suite de leur épreuve :

« Je... Que penses-tu que l'on devrait faire pour amener cet enfant à sa mère sans que ça finisse mal ? Vu comme tu es blessée, je souhaiterais que tu ne mettes pas trop en danger, donc je suggère que tu interviennes avec le petit quand j'aurais réussi à immobiliser sa mère, sans trop la heurter. Je me doute que cette solution ne va pas entièrement te convenir. Mais je pense que dans l'état actuel des choses, tu es trop affaiblie, malgré les soins apportés par les rapaces nocturnes.  »


Bon, il était certain qu'elle n'approuverait pas son plan. Mais il ne lui laisserait pas le choix. Elle devait veiller sur le petit, elle avait suffisamment de blessures pour la nuit, et Riku n'accepterait pas de la voir encore plus affaiblie. Il allait prendre ses responsabilités, c'était lui le voyageur expérimenté après tout, la voix de la mort comme ils disaient ! Il allait encaisser ce qu'il faudrait encaisser, frapper où il le faudrait, et ferait attention à ne pas trop blesser la créature qu'ils pourchassaient afin qu'elle meure en paix, et sans plus de souffrance. L'achever dans l'honneur, et lui apporter une dernière source de bonheur avant de quitter ce monde.


Soucieux, l'invocateur sortit de la grotte, surveillant les alentours avec une attention particulière. Il ne fallait pas qu'ils soient pris par surprise par une Aeliyah remontée qui tenterait de les tuer avant d'être attrapée. Rien n'était plus dangereux qu'un être acculé, dans ses derniers retranchements. Loin d'égaler la vision de Lyun, il avait développé une bonne sensibilité aux auras, et serait prêt à ressentir sa présence, même s'il ne garantissait pas de pouvoir le faire suffisamment tôt. Il restait proche de la voyageuse rapace pour protéger cette dernière, prêt à invoquer Zeel autour d'eux, même si cela devait lui coûter ses dernières forces. Ils devaient remonter le vallon, suivre la voie ensanglantée des arbres renversés, et tenter de couper à travers le centre de la forêt pour prendre de vitesse leur proie et l'attaquer par surprise. Ce ne serait pas difficile pour la première partie, car la voie était toute tracée par la bête blessée dont ils pouvaient entendre les hurlements, de plus en plus tremblants, signe que le monstre s'affaiblissait, mais la seconde partie le serait plus à cause de l'énergie du désespoir qui l'animait. D'autant plus qu'il pouvait sentir que ses blessures actuelles l'empêcheraient de combattre avec toutes ses forces, ou de maintenir longtemps Wayne invoqué, même si elles étaient peu sérieuses. Le sang qui avait coulé de plusieurs de ses blessures avait en grande partie coagulé grâce à l'aide non négligeable des plantes médicinales confiées par les rapaces nocturnes. Mais la douleur ne l'avait pas quitté, et c'était à grand peine qu'il tenait sur ses deux jambes sans se tenir systématiquement les côtes.


«  Ecoute Lyun, il faut que je...  »


Un éclair blanc surgit soudainement, emportant le voyageur contre son gré dans les cieux, enserrant son corps dans ce qui semblait être des serres. Il frôla de près plusieurs branches de pin, et traversa les feuillages piquants qui lui écorchèrent la peau et les habits, le laissant chancelant pendre dans les airs. Il ne fallut qu'un instant à l'invocateur pour comprendre qui était son agresseur. Il ne chercha même pas à lutter, il leva juste comme il pouvait le regard vers l'harfang dont le regard assassin ne laissait planer aucun doute sur ses intentions.


« - Alors ça y est Aeliyah ? Tu as décidé de passer à l'action toi-même ? De te salir les mains après avoir laissé tes petits camarades se faire prendre pour toi ?

- Ferme la voyageur. Tout est de ta faute, tout ! Rien de tout ça ne serait arrivé si tu n'étais pas venu ! Ce territoire, ces traditions, elles sont à nous ! Tu es de trop ici!

- Héhéhé... S'il y a bien une personne ici qui est mal placée pour parler de vos traditions... C'est toi tu ne crois pas ?...  »


Pour toute réponse, le necromancer n'eut qu'un hurlement avant que la sœur de Soren ne décide de passer à l'action et d'en finir, fonçant vers le sol avec le désir de projeter le voyageur contre le sol. Dans son état, Riku serait incapable de lui résister, il était à peine capable d'invoquer Zeel pour amortir le choc et ne pas mourir sur le coup. Il n'avait pas beaucoup de temps, le sol se rapprochait dangereusement... Mais un choc tout autre interrompit leur chute. Un bras de taille colossale vint s'abattre sur l'harfang qui lâcha sans cérémonie le voyageur qui s'écrasa dans le feuillage d'un arbre proche. Encore sous le choc, il reprit son souffle pendant que son ennemi se redressait un peu plus loin, l'aile gauche brisée, le visage ensanglanté.


«  Qu'est-ce que... Qui a osé s'en prendre à moi ?  »


Dans un grondement, un autre poing vint frapper de plein fouet la rapace qui se laissa choir au sol non sans avoir en partie accusé le choc de l'attaque de la créature blanche qu'elle avait estropié. L'arroseur arrosé hein.... De son perchoir, l'invocateur observait la bête qu'ils poursuivaient se venger des souffrances qu'elle avait subi. Riku ignorait si ses assauts étaient intentionnels, mais là, l'harfang ne faisait clairement plus la fière. Les coups la blessaient peu à peu et malgré son agilité, elle ne parvenait pas à décoller de nouveau pour échapper à son agresseur. Avec difficulté, elle parvint à rouler suffisamment sur le côté pour laisser passer le monstre qui poursuivit sa course furieuse à travers les arbres. Au sol, la rapace ne tenait plus debout. Le corps couvert de sang, des plumes arrachées à plusieurs endroits, les ailes complètement tordues... Elle faisait peine à voir. Mais l'heure n'était pas à l'inquiétude. Par conséquent, le necromancer descendit doucement jusqu'à la base de l'arbre où il était, jeta un dernier regard derrière lui, puis reprit sa course en hurlant à l'intention de son alliée afin qu'elle puisse retrouver sa trace :

«  LYUUUUUUN ! ON SE RETROUVE A LA CLAIRIERE DES RITUELS AVEC LE DOLMEN ! ON VA ATTIRER LA CREATURE LA BAS !  »

Avec l'écho de ces bois, elle l'entendrait certainement. Sitôt ces mots dits, il s'élança en pleine course, alors que deux hiboux se posaient devant le corps blessé d'Aeliyah. C'en était fini pour elle. Elle avait sous-estimé ses adversaires.


__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 181
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Jeu 31 Mai 2018 - 19:47
La voyageuse aux traits de rapace tenait fermement entre ses bras la créature entre ses bras, traversé de spasmes inquiétants, la cadence des battements de son cœur s'estompait. Impuissante et dans un sens perturbée d'observer l'agonie d'un être aussi inoffensif, une foule d'émotions l'assaillirent devant le constat d'une situation qu'elle n'avait encore jamais vécu. Certes, elle s'était battue auparavant contre des créatures oniriques, voire en tuer un ou deux sous la forme de légitime défense. Cet événement était bien trop particulier pour le confondre avec un autre, un mélange de tristesse, de fureur et d'indignation, mais également un fond de joie remontant dans les profondeurs de son instinct primaire. Lyun conservait cet aspect satisfait de chasser et d'ôter une une vie, elle ne pourrait le réfuter mais ce tournent inattendu monopolisa une majeur partie de sa bienveillance en sommeil depuis un certain temps. Dès le plus jeune âge de la morpheuse avait toujours cherché à se placer aux cotés des plus faibles afin de botter le train des plus forts. Dans cet état, elle ne pouvait littéralement rien faire, mise à part ramener cet enfant à sa mère avant que son essence quitte son corps. Le nécromancien la dévia de ses préoccupations mentales, il palabra soucieusement un plan d'action impliquant le fait de la mettre à l'écart le temps de s'occuper de la mère onirique.

- Je ne suis pas assez affaiblie pour pouvoir te donner un coup de pied à l'arrière-train, si tu continues à me considérer encore en une petite chose fragile. Tu n'es pas mon père.

Exaspérée par l'attitude surprotectrice du jeune homme, Lyun accéléra ses pas sans ressentir une vive douleur au niveau de ses plaies temporairement contenues. A vouloir tout gérer par soi-même tel un chevalier blanc de conte de fées, cela lui tapait sur le système plus que cela ne l'apaisait, le faisait-il exprès ? Il ne détenait aucune confiance en elle, et pourtant, il était uniquement présent grâce à la compassion des rapaces nocturnes, le terme était un peu fort au vue des dernières heures à crapahuter dans cette forêt. A la base, l'épreuve devait juger les ressources de la morpheuse à se fondre dans cette société ancestrale, Darian et Soren ont tout de même accepté que le nécromancien s'incruste en signe de diplomatie. Le résultat n'en valait pas la peine, elle s'abstint de lui faire un sermon, absorbée par la provenance des rugissements de colère résonants parmi la sylve.

Elle se referma de nouveau dans un mutisme signifiant un certain désintérêt pour son acolyte qui contesterait ses paroles, résolue à suivre docilement les salissures laissées par la bête gigantesque. La voyageuse réfléchissait sur la démarche la plus sage à adopter afin de ramener le petit à sa génitrice en évitant de se prendre une soufflante en pleine opération, brusquer la mère pour la calmer n'était pas forcément la meilleure idée que Riku ait eu jusqu'à maintenant. Cela engendrait une fureur incontrôlable, ces êtres avaient été trop abusé pour que la violence puisse fonctionner. Une pensée un peu insolite germa de ses neurones, elle incluait la participation de Riku mais il ne ferait qu'office de diversion après tout c'était le plus apte des deux à lui faire face. Lui qui désirait se rendre utile, il allait être servi sur un plateau. Lyun riva vers son partenaire prête à lui exposer sa tactique, il l'interrompit dans son initiative comme à son habitude.

Au même moment, une silhouette blanche s'interposa en un éclair entre les deux voyageurs capturant à la volée de ses griffes le nécromancien, elle monta dans les cieux avec sa nouvelle proie devant une Lyun abasourdie. Le chasseur n'était autre qu'Aeliyab plongée dans un état de rage profond, d'une part de s'être faite démasquée et de l'autre que ses manigances soient tombées à l'eau. Pendant que Riku ballotté dans les airs s'occupait d'attirer l'attention de son ennemie, la porteuse de la créature ensanglantée profita de l’occasion pour s'éloigner le plus loin possible. L'envie d'aider son équipier à se défaire de cette emprise ainsi que celle de coller une rouste à l'harfang lui picotaient toute sa personne, sa raison réussit à prendre le dessus. Blessée dut à l'affrontement précédemment et consciente d'être trop inexpérimentée face à Aeliyah, cette dernière n'en ferait qu'une bouchée et cela risquerait de causer plus de tort au jeune homme. Pas le choix, elle devait suivre la voie de la fuite bien qu'elle fut assaillie de remords à la pensée d'abandonner le jeune homme à son sort. C'est ce qu'il voudrait : le laisse gérer l'entrevue musclée tandis qu'elle s'échappe du dangers. Elle ne maudit de tous les maux d'une telle lâcheté, une telle impuissance, néanmoins ses jambes la soutenaient encore et encore à chaque mètre parcouru.

Égarée dans cette immense foret de conifères, elle se dirigea au hasard serrant de toutes ses forces la boule de poils frissonnante. Seules leur survie équivalaient à sa priorité en cet instant bien sombre, soudain, des hurlements et des craquements retentirent derrière la voyageuse, puis quelque chose la percuta sur son flanc droit. L'impact les éjecta un peu plus loin, Lyun s'était empressée de préserver l'intégrité de la créature en se recroquevillant sur elle-même, heureusement, elle tomba sur le sol. Le choc lui coupa de nouveau le sifflet, ses yeux se figeant sur l'être fulminante qui venait de les évacuer. Lyun ne comprit pas de suite pourquoi la mère n'avait pas reconnut l'odeur de son enfant, après tout son odorat aurait du se développer au détriment de ses yeux crevés. Elle arriva à la conclusion que l'odeur du sang s'était imprégnée sur son anatomie poilue mélangé à celle de la morpheuse rapace, cela devait déstabiliser la bête. Lyun se redressa difficilement bien que ses préoccupations se tournaient vers la santé du bébé, il agonissait toujours dans des petits gémissements fendant le cœur de la rapace.

- Au moins on vient de la retrouver, plus qu'à t'amener auprès d'elle. Murmura-t-elle alors qu'elle observa le chemin tracé menant à la clairière où avait eu lieu différentes épreuves.

Chancelante, elle talonna la bête meurtrie, qui s'était retrouvée dans un espace à découvert. Les rapaces hululèrent de terreur avant de s'envoler afin de laisser les voyageurs dans ce merdier. Lyun entendit l'appel de Riku, s'avançant vers une mère à la fois terrorisée et furieuse siégeant au centre de la plaine. Avec prudence, Lyun sortit de la lisière des bois, marchant avec lenteur dans le but de ne pas l'effrayer. L'apprentie rapace tinta sa voix de bienveillance, retirant toute cette neutralité dont  elle faisait preuve, elle espérait ainsi que la réaction de la créature ne soit pas agressive.

- Écoute moi si tu me comprends un tant soit peu, j'ai entre mes mains ton enfant, je vais le déposer au sol près de toi...Je suis sincèrement désolée de ce qu'il lui est arrivé, je souhaitais me mesurer à toi en une chasse et un combat mais les intérêts de certains des habitants de cette contrée ont dépassé la limite et leur traditions. J'aurais aimé me battre contre toi d'égal à égal sans tricherie ou manigance, je ne peux que t'offrir les derniers instants de ton enfant pour te montrer ma bonne foi. Discourut-elle déposant en même temps la boule de poile à mi-distance avant de s'éloigner par respect.

La mère contre toute attente n'avait pas émis un seul geste combatif , s'était-elle rendue compte que son poupon se trouvait dans les environs ? Elle avait tout de même perçut les bruits d'herbe écrasé car elle sut où poupon avait été posé, elle le cajola aussitôt à sa manière sous les yeux émus de la demoiselle à la crinière azurée. La bête dégagea de sa gorge des grognements étranges en une mélodie à l'adresse de du bébé mourant, l’accompagnant dans son dernier soupir. La voyageuse garda une posture immobile et muette afin de respecter les retrouvailles et les adieux déchirants d'une mère et de son bambin. Elle assista à la fin d'une existence innocente torturée pour des prétextes futiles.

La génitrice finit par le lâcher délicatement, se relevant de tout son long pour faire face à la voyageuse, elle laissa échapper des grondements. L'instinct de Lyun détecta une certaine dissemblance avec l'altitude précédente, la bête n'était plus débordante de cette obstination aveugle l'ayant rendu folle de douleur. La motivation de cette dernière s'était transformée en une pulsion à combattre celle qui avait daigné ramener son enfant et lui avait accordé quelques secondes de répit  C'est l'impression que s'en faisait la jeune femme prédatrice, un sourire se dessina sur ses lèvres tandis que les deux nouveaux adversaires se défiaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Death Voice
Messages : 592
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 167
Renommée: 1860
Honneur: 173
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Dim 10 Juin 2018 - 21:39


Lyun avait très probablement autre chose à faire que de répondre à Riku, aussi il ne se soucia pas outre mesure de son absence de réponse. Il espérait simplement que si le chemin de la jeune femme croisait celui de la créature, elle serait suffisamment éloignée pour ne pas en subir le courroux. Ou encore que la présence de l'enfant qu'ils avaient sauvé calmerait les ardeurs de la bête. Il était difficile d'envisager tuer leur proie désignée après toutes ces découvertes et le sort qu'elle et son bébé avaient subi.  Le necromancer avait clairement pris sa décision en son for intérieur. Même si cela lui coûtait d'échouer, il n'interviendrait qu'en dernier recours pour soutenir Lyun. Mais si quelqu'un devait mener ce rituel à son terme, c'était bien la morpheuse. Elle était de ce royaume, et la tradition des chasseurs représentait un tout autre enjeu pour elle, que l'invocateur ne pouvait qu'imaginer.  Il était redescendu au sol, et tentait d'établir le trajet pour rejoindre le plus vite possible sa destination. Dans le ciel, des patrouilleurs observaient la zone, certainement à la recherche d'éventuels complices d'Aeliyah. Soren devait être revenu au cœur de la forêt pour guider les siens, prêt à juger sa sœur. En parlant d'elle... Elle avait été sacrément amochée. Et même s'il n'était pas plus attristé que ça de son sort, il ne pouvait s'empêcher de penser que rien de tout ça ne serait arrivé s'il n'était jamais venu dans ce royaume.  Il soupira, s'arrêtant un instant pour réfléchir, faire des excuses convenables au roi des rapaces nocturnes, peut être même à Darian, et plus encore à Lyun qu'il regrettait d'avoir entraîné dans toutes ces aventures malgré elle.


«  Tu ferais mieux de ne pas te reposer sur tes lauriers saleté de necromancer … Tu as réellement cru que … Tu allais m'échapper? »


Les sens de l'invocateur se mirent tous en éveil alors qu'il se sentit parcouru de frissons au son de cette voix. S'il n'avait pu sentir l'aura très affaiblie de l'harfang blessée, il avait néanmoins tout de suite reconnu son interlocutrice. Encore plus blessée que précédemment, Aeliyah était parvenue à échapper à ses poursuivants. Elle se maintenait difficilement à un arbre pour faire face au jeune voyageur, mais son attitude et son regard laissaient clairement entendre qu'elle n'était pas prête de le laisser finir tranquillement la nuit. Reculant malgré la faiblesse apparente de l'oiseau de proie, il tenta de calmer le jeu pour pouvoir au minimum gagner du temps :


«- Ecoute Aeliyah. Sois raisonnable. Cette haine que tu me voues n'as plus aucun sens. Regarde où tu en es, tu as sacrifié tes camarades sans la moindre hésitation, renié tous vos principes de chasse, tout ça au nom des mêmes principes ? Ne te rends tu pas compte de tout ce sur quoi tu as craché en l'espace d'une nuit?

- F... Ferme la ! C'est ta faute... Ta faute... Ta faute... Te tuer... Je dois... te tuer...

- Tu es perdue Aeliyah. Ta folie t'a ôté toute source de réflexion.... Je vais devoir t'empêcher de nuire à plus de monde.  »


Rien à faire. Il avait tenté de faire appel dans un dernier instant à ses réflexes patriotiques, à la changer, tenter de sauver sa vie. Mais là, elle était allée trop loin. Tous ses actes avaient définitivement embrumé son esprit, et elle risquait de faire d'autres victimes. Riku l'avait laissée sauve après l'assaut de la bête, elle en avait profité pour blesser voire tuer d'autres membres de sa tribu. C'était impardonnable, et le necromancer devait la stopper ici. Il se redressa en pressant ses côtes, puis convoqua Wayne. L'être se matérialisa devant son invocateur, fixant l'harfang blessée et son maître avec un air de dédain comme s'il lui reprochait de l'invoquer pour du menu fretin.

«  Avant que tu n'émettes la moindre remarque. Cette chouette blessée est la sœur de Soren, autrement dit un lieutenant important de ces bois. Ok, elle est gravement blessée, mais elle a tué de nombreux innocents, et ce combat de tout à l'heure est de sa faute. Elle s'en est pris à un bébé pour sa vengeance. Fais moi plaisir et avant que je ne perde le peu de forces qu'il me reste pour tenir debout achève la. Elle a commis assez de crimes.  »

Wayne avait bien sûr vu tout ce que lui avait décrit le jeune homme à travers ses yeux et ses pensées. Mais il s'était laissé convaincre par ses paroles, et s'approcha de l'harfang qui protesta vivement en secouant les ailes – enfin du moins ce qu'il en subsistait – et en poussant des hurlements au milieu de crachats de sang. Il enflamma sa main, et la posa contre le cœur d'Aeliyah qui tenta de l'arrêter en plantant ses serres de désespoir dans le corps de l'invocation qui ne se laissa pas démonter, et, avant de disparaître, fit exploser sa boule de feu en plein poitrail de l'harfang qui poussa un dernier hurlement, avant de retomber au sol, terrassée par cette ultime attaque. En temps normal, Riku n'aurait pas pu rivaliser avec son agilité et sa force, il le savait, et en signe de respect, il se mit à entonner l'air funèbre qu'on lui avait enseigné un peu plus tôt. Il se mit à genoux devant le cadavre, et entonna la mélodie, pensant en son for intérieur :


«  Aeliyah... Même si tes crimes sont impardonnables, je n'oublie pas quelles ont été tes motivations... Tu as voulu protéger les tiens d'un étranger à ton sol. Tu t'es battue jusqu'à la fin selon tes convictions. Rejoins tes ancêtres, apprends de tes erreurs dans l'autre monde. Repose en paix.  »

Il se redressa, la main sur le cœur, puis mit fin à la chanson, tentant de se maintenir droit, malgré le fait que ses forces avaient été sérieusement réduites après l'utilisation de Wayne. A présent, il était clair qu'il ne pourrait plus faire la moindre invocation, autrement dit, Lyun devrait se débrouiller seule avec la créature. Mais alors qu'il s'apprêtait à emprunter le sentier pour rejoindre le monument funéraire, une voix résonna derrière lui. Une voix familière et qui effraya aussitôt le jeune homme qui savait que les conséquences de ce qu'il venait de faire pouvaient être terribles.

« - Je te remercie d'avoir rendu hommage à ma sœur voyageur.

- Jusqu'à la fin elle aura tenté de se battre pour ce qu'elle pensait juste... J'ai tenté de la raisonner, et quand j'ai compris que plus rien ne la libérerait de sa folie, j'ai préféré mettre fin à ses souffrances, pour éviter qu'elle ne s'en prenne à d'autres de vos congénères. D'ailleurs je pense que deux de vos camarades sont blessés un peu plus loin si elle ne les pas a tués.

- Je sais que ton intention initiale n'était pas de la tuer. J'ai assisté à la scène avec mes camarades qui ont survolé cette zone. Sache cependant qu'en tant que maître de ces lieux, je devrais te sanctionner lorsque cette épreuve sera terminée. Il en va de l'honneur des nôtres. Et les soucis que tu as causé en ce royaume se comptent par dizaines à présent.

- Je le comprends... Et je suis prêt à accepter votre jugement, tant qu'il ne s'agit pas de condamnation à mort ou de m'écarteler pour que je souffre un bon coup...  »


Pour toute réponse, le grand duc reprit sa forme animale, en riant, et rejoignit ses semblables dans le ciel, comme pour guetter la fin de l'épreuve. Ils avaient raison. Il était temps que Riku rejoigne sa camarade pour la soutenir. Il tituba, traversant un bosquet entièrement ravagé, se demandant combien d'hectares de forêt cette créature avait bien pu détruire pour retrouver son petit.  Finalement, il parvint à se hisser sur un amas de racines et de feuilles tombés d'un arbre proche de la clairière funéraire, observant ce qu'il se passait sous ses yeux. La créature avait bercé le petit être, accompagnant avec une douceur infinie la mort de cette vie innocente, puis avait repris position, avec un calme jusqu'alors jamais observé depuis qu'ils étaient arrivés dans ces bois. Elle avait l'intention de se battre avec honneur contre cette voyageuse qui lui donnait l'opportunité de partir dignement après en avoir fait autant pour son petit. Fasciné par le silence qui précédait la bataille, l'invocateur se tut, ne faisant aucun bruit pour ne pas perturber leur bataille. Il n'avait pas le droit d'interférer. Et Lyun était à présent en bien meilleur état que lui.


**Lyun.. C'est ton combat. Tu l'as mérité. A toi de réussir cette épreuve, de te montrer digne de recevoir les honneurs de Soren. Désormais je ne suis guère plus qu'un hors la loi de ces terres qui aura au moins eu le plaisir de contribuer à ta réussite...**


__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 181
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Ven 27 Juil 2018 - 18:19
La créature de nature inconnue se décala de son enfant avec une aisance déconcertante ; malgré l'absence manifeste de sa vue, elle avait amplement réussi l'exploit de maîtriser ses autres sens. Ce qui lui permettait d'appréhender et de se mouvoir dans son environnement. Ainsi elle détenait un instinct couplé à une intelligence sans pareille. Si durant les heures précédentes, l'être onirique lui avait prouvé sa dangerosité due à son état de rage, la voyageuse pressentait que le combat dépasserait ce stade. Calmée de sa frustration et son chagrin, elle saurait sans aucun doute s'adapter aux attaques de la morpheuse. De cette dernière était d'un gabarit relativement menu face à un mastodonte poilu habitué à  lutter pour sa survie. Pour beaucoup cette proie valait un morceau de choix. Et si les rapaces nocturnes la chasseraient en un groupe soudés et symbiotique, il en était autrement pour la demoiselle. Elle aurait pu quémander auprès des alliés de Vyomesh de l'aide, mais sa fierté l’empêchait d'effectuer une telle démarche, elle se devait d'accomplir cette chasse. Dans son for intérieur, elle remerciait Soren pour les enseignements prodigués par ce royaume ou règne entraide et organisation hiérarchique. Et pourtant, elle ressentait une divergence d'opinion dans son esprit, sa chair lui incitant à être maître uniquement d'elle-même et de ses actions. 

Au loin, assis sur la ramure d'un épicéa bordant la lisière de la clairière, Darian en tant que superviseur scrutait la scène d’où émanait une tension et ardeur peu communes. Son faciès inexpressif démarquait cette éternelle indifférence envers sa disciple, disons qu'il conservait son air circonspect en toutes circonstances. Et cela ne l'empêchait nullement de se gausser de la voyageuse lorsqu'il voyait ou entendait quelques anecdotes croustillantes à son propos. Ses iris perçantes de faucon se figèrent attentivement sur la silhouette de la demoiselle à la cascade de givre, il sut aussitôt que Lyun s'était rendue compte de l'implication d'ôter une vie, des frissons et des sensations irrépressibles effleurant son épiderme. Le second de Vyomesh estimait que le combat serait loin d'être gagné d'avance appréhendant la difficulté qu'aurait son élève à se mouvoir, sans parvenir à lui venir en aide d'une quelconque manière que ce soit, il serait spectateur et juge. Après tout le royaume des rapaces ne tolérait jamais dans ses rangs une faible créature fléchissant au premier obstacle, répugnant à prendre une vie quitte à sacrifier la sienne dans un élan de sottises. Chaque chasseur se devait de posséder cette flamme qui animait tous les rapaces et particulièrement leur Seigneur, la voyageuse en avait l'étoffe malgré ce comportement naturellement indifférent. Le maître faucon avait perçu plus d'une fois cette flammèche camouflait sous ces couches de glace, il suffisait de creuser en la poussant dans ses retranchements et elle deviendrait peut-être un jour officiellement l'une des leurs. 

Comment vas-tu réagir petit aiglon, à l'instant fatidique ? Susurra-t-il pour lui-même 

Pour l'instant, elle se trouvait aux prises avec cet être onirique à la forme de yéti géant, les deux femelles s'analysèrent mutuellement. Puis soudain, l'ex victime d'Aeliyah chargea sur la morpheuse aigle ; ses pieds tambourinaient la terre créant presque des légères vibrations perturbant son adversaire. Surprise par cet effet peu conventionnel, elle perdit l'équilibre alors que son assaillante imperturbable s'approchait dangereusement griffes et crocs à l'air. L'instinct de Lyun l'alerta que si elle n'esquivait pas la masse fonçant droit sur sa personne, il en serait fini de l'aventure pour elle. Elle se propulsa sur le côté en amortissant sa chute d'un plat assez douloureux. La jeune femme put sentir le vent produit par la vélocité de la mère  en deuil, toutefois, cette dernière parut satisfaite que son ennemi ait pu survivre à sa charge meurtrière. Elle était bien décidée à jouer le prédateur usant de ses énormes pattes griffues fendant l'air, revigorée par la ferveur de la bataille. Lyun en mauvaise posture depuis le départ, voyait sa marge de manœuvre réduite à des roulades ou à se propulser par des bonds comme une grenouille sautant d'un nénuphar à l'autre. L'étau se resserrait sur l'étudiante, les coups de l'antagoniste se faisait de plus précis à un tel point, que la bête la blessa par deux fois lui entaillant la joue et le tibia. Peu profondes et pourtant bien sanguinolentes, ses muscles quant à eux à force des cabrioles s'épuisaient à vue d’œil, elle se retrouvait littéralement sur le fil du rasoir. 

Cette rencontre musclée était d'un tout autre niveau que son précédent avec le hibou des marais, il lui était impossible de contre-attaquer. Sa seule solution était de guetter la moindre ouverture pour faire pencher la vapeur de son coté, en soit la technique n'était pas si différente mais le morceau de viande face à elle ne lui laissait pas vraiment le choix. Raison pour laquelle elle s'était parée de ses iris ambrés et aiguisés dans le but d'apercevoir plus clairement des signes de faiblesse ou de fatigue, malheureusement la créature au pelage de neige était particulièrement tenace. Les plaies recommencèrent à tirailler à vif la peau laiteuse de la chasseresse, réduite au rôle de cible, et ce en dépit des plantes procurées par le clan des oiseaux de la nuit. Une idée folle traversa ses pensées le temps d'une seconde : Recourir à Riku. Il lui serait précieux pour servir de diversion, cela déstabiliserait le rythme de la bête, cependant, son orgueil rechignait à exploiter une telle bassesse afin atteindre son objectif. Pas question, elle était en ce moment testée par de nombreux oiseaux de proies volant en cercle alors qu'elle ressentait le regard lourd, plein de sens, de son maître à proximité. 

Les gestes de deux antagonistes devenaient de moins en moins gracieux ; Lyun ne cherchait pas à plaire mais à survivre. Darian lui avait néanmoins expliqué moult fois l'importance de batailler d'une façon majestueuse pour les rapaces.  La créature des rêves détenait plus d'endurance, Lyun discerna toutefois une perte de vitesse dans ses offensives mortelles, il fallait absolument qu'elle profite de cet état de fait. Et pourtant…Ce fut à se demander si la montagne de chair avait interprété les intentions de l'humaine se dressant devant elle avec affront, elle s'élança dans une course à fond de train dans la direction de son opposante en lâchant un grognement tonitruant. Lyun identifia à la fois dans ce cri animal un élan d'euphorie et de défis, son cœur battait la chamade à tout rompre, elle soupçonnait que cette dernière charge provoquerait la fin de l'une d'entre elles. La bête sans tressaillir, apporterait toutes ses forces dans ce coup, le combat venait de dépasser le seuil critique aux yeux de la demoiselle. Ses prunelles examinèrent tous les petits détails à son avantage, tandis que la bête chargeait comme une furie. Elle remarqua un certain essoufflement de sa part, notamment le retard de son bras gauche par rapport à la cadence du reste de son anatomie, la morpheuse rapace prit contre toute attente l'initiative modulant complètement sa stratégie. 

La jeune voyageuse courut également à l'encontre de l'être onirique, il fallait que le timing ne soit pas trop tardif sous peine de se prendre une rouste, elle n'avait d'yeux que pour ce membre ballotté. Lyun s'écarta de sa trajectoire, elle comptait s'accrocher à ce bras gauche puis de grimper à une hauteur bien exacte, pour cela elle ne devait pas louper l’occasion. Elle accomplit cet effort tant bien que mal, au dernier moment la bête s'était douté de son petit manège, elle avait tenté de protéger sa faiblesse en lui assenant une frappe de son autre main. Malheureusement, Lyun réagit avec vivacité à cet imprévu, elle s'était agrippé avant d'escalader la forme gigantesque soutenue de ses serres préalablement métamorphosés rendant son pelage ensanglantée. Une fois parvenue au creux des omoplates du monstre blanc où ses énormes bras n'étaient pas grands pour l'attraper, pendant que cette dernière gesticulait dans tous les sens dans le but de faire chuter l'étudiante. Dans un ultime effort, Lyun transforma sa bouche en un bec crochu et puissant d'aigle qu'elle ouvrit avant de l'abattre d'un coup sec sur la nuque de la bête endeuillée. Celle-ci se débattit en hurlant de douleurs, cherchant à capturer la voyageuse pour la dégager de son nid, toutefois, les longues griffes de Lyun s'étaient enfoncées dans la carcasse de l'animal ainsi elle ne lâcherait sous aucun prétexte sa proie tant qu'elle n'aurait pas trépassé.  Ce spectacle sembla durer une éternité et pourtant, la mère céda tout de même à l'offensive s'effondrant en un grand bruit, elle entraîna son assassin dans son affaissement.  

Lorsque Lyun ne sentit plus une once de vie dans le corps de l'être sauvage, elle relâcha sa prise exténuée s'allongeant dans l'essence vermeille qui s'écoulait de la plaie. Des sentiments nouveaux l'envahirent successivement, tout d'abord une tristesse d'avoir tué un être innocent, qui fut remplacée aussitôt par la fierté d'avoir terrassé à elle seule une créature aussi féroce. Et enfin ce bien-être coulant au travers de ses veines. Oui, elle était soulagée d'être capable d'apporter la mort et de s'en réjouir, en ce sens beaucoup estimerait que cette conception fasse d'elle une personne malsaine,  ils n'auraient sans doute pas tort. D'un autre côté, ils ne devaient pas comprendre cette douceur l'enveloppant d'une extase encore méconnue, que lui avait prodigué la fin de cette chasse.

Lyun remercia pensivement son adverse sur lequel elle reposait à cet instant, entonna  inconsciemment la mélodie de l'éloge funèbre enseignée plus tôt. Elle fut rejointe rapidement par le chant harmonieux des hiboux et chouettes de cette obscure sylve, la chasseresse devint consciente des notes qui s'échappèrent d'une vibration légère de ses commissures. Elle continua de fredonner au grès de la brise caressant ses joues rosies, elle considéra que se recueillir était la meilleure chose solennelle à faire pour honorer la mémoire de la mère guerrière ainsi que son enfant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Death Voice
Messages : 592
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 167
Renommée: 1860
Honneur: 173
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Sam 11 Aoû 2018 - 19:58


Si la tension était palpable alors que la morpheuse aigle faisait face à son adversaire désormais déterminé à se défendre dans l'honneur d'un combat des plus primaires, elle n'avait rien à voir avec celles que Lyun et Riku avaient connu depuis le début de la nuit. Ce n'était plus la tension d'un duo en proie au doute et au conflit, à la peur aussi quand ils avaient su que l'une des pointures de la zone leur souhaitait un sort non recommandable, mais celle d'une bataille comme l'on a rarement la chance de voir, entre deux êtres résolus à lutter l'un contre l'autre dans un respect mutuel de leur force, sous le regard inquisiteur d'une assemblée de rapaces nocturnes qui en avaient même délaissé leur regard accusateur envers Riku pour se concentrer sur l'épreuve de la jeune femme qui faisait partie des leurs et n'avait commis aucun crime. L'invocateur le savait, à cet instant, ce serait la dernière fois qu'il se tiendrait sur ces terres en tant qu'ami. Tout aussi reconnaissant qu'était le maître des lieux envers le voyageur pour avoir rendu hommage à sa sœur, il avait quand même tué un membre du clan, que ce soit par pitié ou non, le châtiment ne pouvait qu'être à la hauteur. En réalité, Riku avait très peur à cet instant que cette décision ne lui coûte la vie. Il avait agi par choix, un choix entièrement mûri, mais il n'avait pas mesuré pleinement quelles conséquences cela pourrait avoir sur son propre sort. Il déglutit, sans écouter les remarques acerbes de Wayne qui était prêt à cramer Soren s'il osait s'en prendre au necromancer, seul garant de la réalisation de sa dernière volonté, et focalisa également son regard sur la bataille qui s'apprêtait à se tenir sous ses yeux.


Des deux voyageurs, Lyun était la moins entamée. Elle avait été blessée, mais les soins des rapaces lui avaient permis de retrouver un bon capital forme, et cela, Riku pouvait le ressentir à son aura qui n'était certes pas dans son état optimal, mais qui était largement suffisante pour combattre avec l'essentiel de ses capacités combatives. De l'autre côté de l'arène, Darian s'était placé en première ligne pour observer sa disciple, et jauger de ses forces. Si l'invocateur n'approuvait pas forcément la méthode de laisser son apprentie face au danger pour s'assurer qu'elle avait la force de continuer à recevoir son éducation, il devait reconnaître que c'était, du moins en partie, ainsi qu'il avait lui même développé son pouvoir, loin de son royaume et sans le moindre précepteur.  Soudain, alors qu'il avait tourné pendant un instant son regard sur un groupe de vieux rapaces nocturnes qui semblaient être les ancêtres du groupe et qui s'étaient tous rassemblés dans le même coin de la clairière, il croisa les yeux mordorés de l'un d'entre eux, dont le plumage était partiellement brûlé et recouvert de cicatrices qui auraient fait pâlir bien des soldats du monde réel. Un instant d'échange qui transporta Riku ailleurs, bien loin de cette forêt,  sur un pan de montagne d'où plusieurs morceaux de falaise manquèrent de l'écraser en chutant, détruits par un éclair lumineux verdâtre. Là, un être empli de la même aura guidait des centaines de morts qui poussaient des râles guerriers en se jetant sur des guerriers rapaces nocturnes, sous le regard du vieux guerrier dont l'invocateur avait temporairement emprunté le corps dans cette vision. D'un plongeon, l'être onirique traversa un groupe de squelettes en armure dont il broya les os entre ses serres, il évita plusieurs traits tirés depuis une falaise voisine avant de pousser un puissant hululement, désarmant le combattant, et le privant de son casque d'un coup de bec, qui fit tomber ce dernier au sol. Il se redressa, lançant un regard mauvais à son agresseur. Ses yeux étaient bleutés, mais sa peau avait pris la teinte de la craie, et craquelait à plusieurs endroits. Ses cheveux dorés étaient en partie tombés, et une partie de son crâne était entièrement privée de cuir chevelu. Un froid glacial se dégageait de tout son être, qui n'était plus qu'un cadavre vivant. Il prit d'ailleurs la parole, empoignant son épée :


« - Vous les rapaces... Pourquoi refusez vous l'alliance que vous propose notre seigneur ? Pourquoi ne rejoignez vous pas le seigneur Chironheim ?


- Je connais peu de seigneurs qui seraient d'accord pour s'allier à quelqu'un qui vient lui parler les armes à la main.. Ton seigneur sous estime beaucoup trop les miens, Keïras. Raheyil a causé ta perte en t'entraînant dans cette croisade qui va causer votre mort, et tu continues de le suivre aveuglement ? Ouvre les yeux... Vous étiez les meilleurs des généraux d'Eternalis. Même ici nous connaissions vos noms et les respections.


- Mon nom est... ATHOS !!!  »


Un coup de lame vint mettre fin à la vision, alors que des tremblements manquèrent de faire tomber à la renverse l'invocateur, le ramenant à la réalité. Il jeta un bref coup d'oeil, le rapace qu'il avait vu avait disparu. Pendant ce temps, le combat battait son plein. La créature tambourinait brutalement le sol, avec une précision surprenante malgré sa cécité, et la voyageuse ne parvenait à esquiver les coups que grâce à la lenteur relative de la bête, qui ne fatiguait pas. De son côté, Lyun ne parvenait pas à trouver une faille, et la différence d'endurance se faisait ressentir, peu à peu la créature gagnait du terrain et les esquives de la jeune femme étaient moins précises, sa peau se retrouvant lacérée par ses chutes répétitives. Sauf qu'il avait vu dans le regard de son amie qu'elle avait une idée derrière la tête. Elle devait avoir repéré quelque chose, une faiblesse peut être dans les assauts de son adversaire, qui s'était brusquement stoppé. La créature préparait elle aussi quelque chose. Elle se redressa sur ses pattes arrières, et fonça droit sur la voyageuse avec l'intention d'en finir avec leur combat. Toutefois, si le poids du monstre lui conférait une certaine vélocité, son centre de gravité ne lui permettait pas de grand changement de direction si on le prenait de vitesse, et c'est ce qui lui arriva lorsque Lyun plongea sans crier gare sur son bras gauche, plantant ses serres dans la chair pour bondir sur les omoplates de la bête avant qu'elle n'ait le temps de riposter et de la coincer. Elle tenta de frapper la morpheuse, ou de la faire tomber, mais les serres de celle-ci la maintenaient parfaitement. En revanche, il était certain que cet assaut lui coûterait beaucoup d'énergie et qu'elle ne serait pas en état de bouger beaucoup plus loin par la suite. Concentré sur les actions de sa camarade, le necromancer pria intérireuement pour la réussite de son plan, qui fut conclu lorsqu'elle perça la nuque de la créature blanche de son puissant bec, faisant tressaillir le monstre qui tenta dans un dernier instant de repousser son assaillante, mais sans succès, elle ne lâcherait rien. Puis, après plusieurs secondes qui parurent une éternité, elle s'effondra, terrassée.  Un long moment de silence suivit le fracas de la chute du corps, pendant lequel Lyun semblait encore sous le choc de ce qu'elle venait d'accomplir, avant qu'il ne cède la place au recueillement et à l'honneur rendu aux morts.  Riku recula, souriant pour la réussite de son amie, laissant le peuple des bois chanter avec elle la mélodie mortuaire. Lui n'en avait plus le droit.


Lorsque finalement la chanson s'acheva, ce fut Soren qui se posa devant la voyageuse, prenant la parole sur un ton qui se voulait réjoui malgré la gravité des évènements qu'ils avaient vécu cette nuit. Il adressa un sourire sincère à Lyun tout en faisant son discours :


« Lyun, je te félicite. A travers ce que tu as vécu cette nuit, tu as pu connaître toutes les émotions par lesquelles passent le chasseur. Ces chants que tu as appris aujourd'hui ne fonctionnent que dans ces bois, par conséquent, tu ne pourras jamais les utiliser en situation réelle, mais ils t'ont permis de te comprendre toi-même, et de comprendre ta place au sein du monde, mais aussi quelle fierté il y avait à retirer lorsque l'on abat une proie, et lorsqu'on lui rend honneur ensuite. Nous chasseurs, ne sommes pas de simples tueurs sans foi ni loi, nous sommes ceux qui combattent, qui tuent, mais qui donnent un sens à la mort de la cible. Ne l'oublie jamais, et rends toujours honneur à celui qui t'a affronté jusqu'au bout. Quand à toi Riku... Viens ici je te prie.  »


Le moment était venu. Riku avala sa salive, appréhendant ce qu'allait lui dire le maître des rapaces nocturnes, mais s'avança sans sourciller malgré son regard inquiet. Soren l'accueillit avec un air cette fois beaucoup plus grave. Il se posait en juge.


«  Riku, sache que je ne regrette pas de t'avoir permis de connaître toi aussi la sensation d'être un chasseur.  J'espère qu'à travers mon apprentissage, aussi bref fut-il, tu as pu trouver des réponses qui t'aideront à avancer dans ta vie de voyageur. Cependant, ce soir, tu as commis un crime en mettant fin à la vie de l'une des nôtres, sans que je n'aie prononcé ma sentence à son égard. Ses actes devaient être jugés et punis par notre seul clan qui en était responsable et tu nous as privés de cette cérémonie. Par égard pour tes actes passés et l'aide que tu as pu apporter à Lyun, et aussi que tu aies rendu honneur à la vie de ma sœur, je ne te condamnerai pas à mort. Toutefois, tu es désormais et pour toujours banni de nos terres. Et si tu devais y pénétrer à nouveau, tu y serais considéré comme un ennemi de notre peuple, ce qui signifie que n'importe lequel d'entre nous cherchera à te mettre à mort si nous devions te voir de nouveau dans ce royaume. Ai-je été clair ?  »


Le necromancer ne répondit pas. Il hocha la tête, d'un air tout aussi grave que celui de son interlocuteur qui l'observa longuement avec un air triste. Car malgré les évènements de la nuit, le voyageur et le maître hibou avaient su développer un certain respect mutuel, et Soren avait du y renoncer car son autorité et sa position le contraignaient à sanctionner Riku. D'ailleurs, le voyageur ne lui en tenait pas compte, il n'avait aucune raison de lui en vouloir, le simple fait qu'il n'avait pas été condamné à mort était déjà la preuve d'une reconnaissance réelle à son égard. Il adressa un dernier sourire au maître des lieux, puis à Darian, et s'approcha à l'oreille de Lyun pour lui murmurer quelques mots qu'il n'avait pas eu le temps de prononcer plus tôt lors de leur chasse :


«  « Lyun, prends le comme tu veux, je n'ai pas eu l'occasion de te le dire avant, mais sache que je suis heureux de voyager avec toi. Et que j'espère qu'on fera un bout de chemin ensemble, je dois dire que tu me plais, et que j'aimerais mieux te connaître. Allez, je ne te gêne pas plus, tu as une réussite à fêter avec ton maître, moi je ne suis plus en odeur de sainteté par ici! »


Un dernier sourire, puis il commença à s'éloigner dans les bois, songeur. Il espérait en riant que sa phrase ait pu faire un peu d'effet à la jeune femme,  mais n'eut pas le temps d'y penser plus longtemps, la nuit arrivait à son terme et il disparut dans nuage de fumée alors que son réveil sonnait « de l'autre côté ». Une nouvelle journée commençait.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 181
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun] Lun 13 Aoû 2018 - 17:48
Le chant cérémonial planait entre les faîtes du bois dépourvu de nombreuses végétations après le passage de la bête enragée, le vent emportait les paroles vers des contrées lointaines. Ce recueillement si particulier instiguait en chaque être, atteint à l'âme, un sentiment de profond respect. Lyun et le clan des rapaces de la nuit continuèrent pendant un long moment, ces derniers s'étaient rapprochés de l'endroit ou gisaient les deux combattantes. La voyageuse lessivée de toutes ses forces après une nuit si agitée, ne pouvait bouger de son coussin poilu improvisé. Les yeux fermés, elle prenait conscience que sa vie s'était réellement retrouvée sur le fil du rasoir. Acune comparaison avec sa mésaventure en zombie, et pourtant son instinct de survie s'était véritablement réveillé en ces lieux. Ses pensées migrèrent d'une réflexion à une autre, tandis que les notes se turent petit à petit au creux de son gosier, la mélodie touchait à sa fin.

Ensuite tous firent preuve de silence, le chef de la tribu des hiboux et chouettes s'avança d'une démarche formelle et élégante jusqu'à la demoiselle à la chevelure de givre. Il la félicita sur son parcours, relatant avec beaucoup de verbe le bienfait de ces leçons inculquées par les créatures nocturnes de la sylve. Bien qu'elles ne soient applicables qu'en ce royaume. Lyun appréhendait les émotions liées à cette soirée riche en savoir, son esprit rebelle s'était joint contre toute attente à cette symbiose sous la dictée de Soren. Elle en retirait une certaine complaisance, vibrante encore de cet instant où elle sentait son adversaire se vider de son essence vitale, savourer cette victoire était une preuve de sa reconnaissance envers elle. Le Seigneur des chasseurs de nuit riva son attention à l'attention du nécromancien, lui adressant un discours un peu plus sévère et réprobateur. En effet Riku avait commis un crime impardonnable aux yeux du clan, privant Soren de condamner les manigances de l'un de ses congénères en lui ôtant la vie. Il fallut plusieurs secondes à Lyun pour se douter de la nature du contentieux, elle ne s'était pas inquiétée pour son compagnon lorsqu'Aeliyah vint séparer les deux voyageurs. La prédatrice rancunière et folle d'avoir vu ses plans tombés à l'eau, désirait ardemment se débarrasser du jeune homme. Le fait de l'apercevoir vivant signifiait qu'il s'était défendu causant le décès de la sœur du Seigneur. La morpheuse aigle estima judicieux de garder le silence. Parler en faveur de l'homme du Royame des morts ne ferait que l'embourber alors que Soren consentait à lui laisser la vie sauve, prendre sa défense équivaudrait à offenser les alliés de Vyomesh. Une intervention plus que malvenue à son avis, notamment qu'elle n'avait connaissance d'aucun des faits exactes, même si cela lui semblait injuste de le bannir sur la base qu'il possède la volonté de survivre.

Le concerné ne parut pas plus gêné par la sentence, bien au contraire, il remerciait silencieusement Soren de sa bonté. Il est vrai que ce n'était pas l'unique royaume composant celui du vide qui lui fermait définitivement les portes, et peu importe cela ne l'empêchait pas de continuer ses aventures librement ailleurs. Le jeune voyageur s'approcha de son amie ankylosée, lui lança en un murmure un laïus de beau parleur dans lequel il la complimentait allant même à lui avouer qu'elle lui plaisait. La voyageuse grinça des dents à cette manœuvre, il profitait de son immobilité pour éviter de se faire à nouveau réprimander violemment. Fier comme un paon de lui lâcher cette bombe dans de telles circonstances, il s'éloigna accompagné de son éternel sourire de guignol avant de disparaître pour la nuit.

- Tu ne perds rien pour attendre. S'écria-t-elle à son adresse tentant de se relever à l'instant où il s'évaporait.

- Allons petit aiglon calme toi, tu ne vas pas améliorer ton état.

L'auteur de cette tirade un tantinet moqueuse n'était autre que son maitre Darian, observateur pour cette épreuve de longue haleine. Il attrapa délicatement l'anatomie de la demoiselle afin de la déposer dans l'herbe fraîche, nullement gêné d'être parsemé de sang. L'homme de confiance de Vyomesh ébouriffa les cheveux de son élève qui émit aussitôt un grognement. Il s'assit à ses cotés pendant que Soren déclarait à l'assemblée le début d'un événement festif en l'honneur de la voyageuse et des créatures mortes au combat. Ses semblables se remuèrent dans un frémissement d'envolée et de chants joyeux, Lyun se redressa en tailleur avec la plus grande difficulté du monde sous le regard attentif de l'hybride faucon, puis scruta le ciel d'un air décontracté

- Bravo à toi Lyun, tu t'es bien débrouillée, tu as su faire preuve de dignité et de respect envers ces deux créatures. Je suis content de tes progrès, même si tu en as encore beaucoup à réaliser au niveau du combat, je t'ai trouvé relativement molle. Tu pouvais faire mieux sur les esquives. Je vais donc te préparer des entraînements bien plus intensifs, maintenant que je sais que tu peux être sérieuse quand tu le souhaites. Je ne te lâcherais plus d'une semelle et ne proteste pas si tu désires devenir une véritable chasseresse.

- Merci Darian, vous me faites trop d'honneur.

- Tant mieux. Tu devrais te reposer, demain est un autre jour.

- Avant j'aimerais savoir si je peux...

Elle n'eut le temps d'achever sa phrase, elle s'était dématérialisée de Dreamland pour se réveiller dans son lit. Par frustration de ne pas avoir pu poser sa question, elle se mordit la lèvre inférieure. Peu importe, le soleil baignait une grande partie de son logement lui indiquant insidieusement que son réveil n'avait pas sonné, la mettant dans une situation de retard assez embarrassante. La journée débutait sur les chapeaux de roues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun]
Revenir en haut Aller en bas

Les arts du clan de la nuit [quête PV Lyun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 4 :: Royaume du Vide :: Royaume des rapaces-