Haut
Bas

Partagez|

Chemins croisés [avec Mara Leros]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Messages : 229
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Shad Blackburn
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 565
Honneur: 155
MessageSujet: Re: Chemins croisés [avec Mara Leros] Jeu 18 Aoû 2016 - 18:37
De retour dans sa tente, Shad s'habilla et envoya un message à sa petite amie. Il était pressé de la retrouver, et surtout que le week-end se termine. Bien que seuls les voyageurs aient gardé un souvenir de cette nuit "mémorable", il était assaillit par le mal aise. Il avait aperçut Mara un peu plus tôt et avait eu la désagréable sensation qu'elle cherchait à l'éviter. Fallait dire qu'il y avait de quoi. Elle n'avait pas vraiment la même vision que lui du monde onirique et elle était encore très jeune. Peut être s'était-elle fait des idées. Peut être était-elle allé jusqu'à croire qu'il avait pété les plombs jusque dans la réalité. Cette pensée lui tira un long soupir. Le dialogue s'annonçait compliqué...

Il sortit finalement de sa tente pour rejoindre le groupe d'adultes qui se mettaient au point sur le programme de la journée. Il arriva juste à temps pour entendre une chose qui lui tira malgré tout un petit sourire de réconfort. Une fête foraine! il y a avait un fête foraine dans la ville la plus proche et il adorait les fêtes foraine. Voilà un moyen de se détendre et de se vider la tête. Ça l'aiderait peut être à reprendre du poil de la bête et trouver la force de maîtriser un peu plus sa créature. Car cette nuit, qu'il soit accompagné de Mara ou bien uniquement de Gérald, il était pour lui primordial qu'il parvienne à garder le contrôle autant que possible sur Hoji. Il s'était déjà juré de ne pas l'invoquer cette nuit, mais le soucie c'est qu'il ne l'avait pas vraiment fait la nuit précédente. Ça lui avait tout simplement échappé. Il avait dû l'invoquer instinctivement au moment où ce dernier s'était révélé être son dernier recours. Un signe de tête de Gérald le sorti de sa rêverie. Il lui indiqua discrètement de regarder derrière lui en pointant du menton. Mara venait de rejoindre le groupe. Une fois de plus, elle cherchait à éviter le regard du jeune homme. Shad tourna la tête, se disant que de toute façon le moment était mal choisit pour discuter de la nuit à venir. Du moins c'est ce qu'il pensait avant d'entendre son prénom prononcé par la jeune fille dans une phrase quasi incompréhensible. Il sursauta légèrement et n'eu pas le temps de réagir qu'elle lui tirait déjà le bras pour l'emmener à l'écart du groupe.

Shad haussa les sourcils d'un air surpris en regardant Gérald qui lui répondit d'un petit haussement d'épaule. Les regard interrogateurs des parents achevèrent de le plonger dans le mal aise le plus total. Mais qu'est ce qu'il lui prenait? Elle voulait sûrement s'expliquait avec lui, mais ce n'était pas la manière la plus subtil de le faire! Qu'est ce qu'il allait bien pourvoir dire à sa mère, lui? Ou aux parents de la jeune fille? "désolé, on s'organise pour aller dégommer des robots tueurs au pays de la mafia"? Ils arrivèrent à l'endroit où la jeune fille s'était installé avec son père au petit matin pour jouer de la musique. Après une légère hésitation, elle lui demanda finalement s'il comptait retourner cette nuit au royaume de la main invisible. Shad sourit légèrement d'un air gêné. Bon, au moins ils étaient sur la même longueur d'onde. Mais c'était tout de même... Perturbant. Il aurait cru qu'elle aurait au moins exigé des explications sur ce qu'il s'était passé la veille. Shad estima que c'était à lui de lui en fournir sans qu'elle n'ai besoin de le demander.

-Hum.. je euh... Oui, je compte y retourner ce soir pour essayer d'arranger la situation. J'avait l'intention de t'en parler, Gérald nous accompagnera.

Il marqua un temps d'arrêt et soupira légèrement. Il leva les yeux vers la jeune fille et tenta de justifier ses actions du mieux qu'il le put.

-écoute, je suis franchement embarrassé par ce qu'il s'est passé avec Hoji. Tu as déjà dû le voir agir une fois à Kazinopolis, il ne cherche que la puissance...

Il reprit d'un ton un peu plus sérieux.

-Le principe d'un pacte avec un démon est simple. Les invocateurs comme moi peuvent utiliser ses pouvoirs en l'invoquant, mais il y a toujours une contrepartie. Tant que l'esprit du démon sera plus fort que le mien, je ne pourrais pas le maîtriser complètement. C'est ce qu'il s'est passé hier et de manière générale il conserve toujours une grande liberté quand je l'invoque. Du moins pour l'instant. En gagnant en puissance, je finirait par mieux le maitriser . Je l'ai invoqué involontairement quand la situation était vraiment tendue...

Il s'assura que personne n'était témoin de cette conversation, soucieux de passer définitivement pour le dernier des cinglés. Les parents n'allaient pas tarder à venir voir ce qu'ils fabriquaient tous les deux, ainsi puisque Mara lui en avait donné l'occasion il finit de vider son sac.

- S'il s'est attaqué à toi, c'est parce que pour lui tu as une "mauvaise" influence sur moi. Mauvaise dans le sens où tant que tu m'accompagnes, il sait que je ne prendrais pas le risque de le libérer. Les démon se nourrissent de la violence et la haine, pas de la joie et l'amitié; conclut-il avec un sourire hésitant. Bref, je suis vraiment navré je ferais en sorte que ça ne se reproduise plus jamais.

Voyant Miranda s'avancer vers eux pour leur dire qu'il était temps de partir, Shad écouta la réponse de la jeune fille puis il se retourna vers le groupe d'adulte et fit un pas avant de s'arrêter un court instant.

-Et si jamais ça devait se reproduire, penses à sauver ta peau avant tout. Il ne gagnera rien à me voir mourir maintenant, car le jour où ça arrivera il retrouvera sa liberté avec la puissance que je lui aurais permis d'accumuler. Autant te dire qu'actuellement, c'est ridicule pour lui.

-Shad, tout vas bien? demanda Miranda presque à voix basse; tout le monde se pose des questions, si tu vois ce que je veux dire.

Le jeune homme marqua un temps d'arrêt avant d'afficher un air incrédule.

-T'es sérieuse là? Tu nous as bien regardé?

La mère resta silencieuse devant les haussements de sourcils de son fils. Elle se sentit légèrement stupide d'avoir cru qu'il pourrait se passer quelque chose entre une jeune fille de douze ans et son garçon de presque 21 ans. Shad s'en retourna vers le groupe qui commençait déjà à s'installer en voiture tandis que Miranda attendait la jeune fille avec un sourire un peu déconcerté. Maintenant que les choses étaient dites, il était temps de se détendre un peu. C'était parti pour la fête foraine! Shad monta dans la voiture où Gérald les attendait déjà, lui et sa mère.

-J'imagine que... Vous avez parlé de ce qu'il s'est passé hier? Comment l'a t'elle prit?

-Je sais pas trop. Je me suis dépêché de lui vider mon sac et de lui présenter mes excuses avant que quelqu'un ne me surprenne à parler d'invocation de démon à une fillette de douze ans.

La phrase ainsi que l'image qui passa dans la tête du banquier le firent pouffer d'un rire qu'il tenta d'étouffer, craignant que le garçon ne le prenne très mal. Il fut surpris de constater que cela lui avait également arraché un sourire. Surpris, mais pas autant que Miranda qui les avait aperçut de loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 664
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1632
Honneur: 414
MessageSujet: Re: Chemins croisés [avec Mara Leros] Ven 19 Aoû 2016 - 17:36

Adossée à un tronc, fixant mes pieds, je ne pus retenir un petit sourire en entendant que je ne serais pas seule la nuit prochaine. Et mieux encore, Shad aborda de lui-même le sujet sensible, celui de son invocation incontrôlable. J'écoutai ses explications concernant les pactes avec les invocations, faisant naître dans ma tête de nouvelles questions que je gardai pour moi. Pourquoi pactiser avec un démon? Ses autres invocations étaient normale, non? Alors pourquoi prendre un tel risque? Pour la puissance? La cherchait-il, peut-être sans le savoir? Je ne savais pas trop. Tout ce qui glissa entre mes lèvres, alors qu'il concluait qu'il l'avait invoqué involontairement, ce fut un petit:

"Ça a l'air tout pourri d'être invocateur..."

Mais qu'il ait entendu ma remarque ou pas, il poursuivit son explication, sur le pourquoi du comment de l'attaque, que Hoji m'aimait pas et que je lui rendais bien... Je fis quand même sortir une petite grimace quand il affirma son attention de ne pas laisser ça se reproduire. Il n'avait sans doute pas eut l'intention qu'un truc pareil arrive de base, je savais pas si ça allait changer grand chose de le dire à voix haute comme ça. Mais je peux pas m'empêcher de trouver ça rassurant quand même. C'est encore ma naïveté? Raah, j'en sais rien, et puis zut. Il me regardait comme s'il attendait une réponse, je me contentai donc de souffler que j'espérais qu'il réussirait, autant pour moi, que pour lui et pour tous ceux qu'il allait croiser. Puis vint le fameux conseil d'assurer ma propre survie avant la sienne, que j'avais instinctivement suivi la nuit dernière. Ouais c'est bien beau, mais si ma survie passe par votre mort à tous les deux, je fais quoi? Je déteste me battre, je déteste ça, et je déteste ça encore plus quand c'est un choix imposé. Je gardait mon visage baissé, mes yeux fixés sur mes baskets.

À tel point que l'arrivée de Miranda me fit particulièrement sursauter, et le rouge me monta instantanément au joues. Mince, elle a entendue quelque chose? Elle est là depuis longtemps? Zut zut zut, je dis quoi, je dis quoi!? Elle dit quelque chose, avec un "si tu vois ce que je veux dire" qui avait l'air d'indiquer un sous-entendu... Que je ne trouvai pas. Heureusement, Shad sembla lui l'avoir saisi et répondit quelque chose... d'au moins aussi peu clair. Devant cet échange, je me contentai de me gratter le bras en affichant un sourire gêné, toujours rouge comme une pivoine. Je faisais de mon mieux pour communiquer avec mon corps que vous inquiétez pas, tout va bien, on discutait juste comme ça, faites pas gaffe, on n'a pas du tout faillit s’entre-tuer cette nuit... Le garçon se détourna pour aller rejoindre les autres et Miranda me lança un regard un peu bizarre en m'attendant. Je lui emboîtai donc le pas, les mains enfoncées dans les poches de mon pull et jouant à les faire rebondir contre mes cuisses en marchant. J'avais toujours le visage en feu, me rappelant que j'avais vraiment dû agir bizarrement plus tôt, ne comprenant toujours pas de quoi avaient parlé Shad et sa mère, et m'énervant à être ainsi incapable de déchiffrer une conversation.

Je rejoignis donc Papa et Maman dans notre voiture, montant à l'arrière en silence. Ma mère me jeta encore un coup d’œil inquiet, me demandant si ça allait. Je lui répondis d'un vague "Oui oui", en me rendant compte que j'avais oublié de demander son numéro à Shad. Il allait falloir qu'on trouve une occasion... Puis carrément une occasion de discuter de la nuit à venir en fait, qu'on y aille pas les mains dans les poches quoi! Qu'on essaye de réfléchir à des possibilités, qu'on récolte quelques infos... On allait dans un parc d'attraction, on allait bien trouver un moment ou un autre pour s'éloigner un peu et discuter, non?

C'est donc la tête ailleurs que je regardais passivement défiler le paysage urbain, ma joue s'étalant sur ma main de manière assez peu classe, et mes yeux fixés sur la vitre derrière laquelle des formes floues filaient les unes après les autres. Je ne faisais pas vraiment attention aux quelques coups d’œil que me jetait par moments ma mère, tandis que mon père conduisait. En fait, j'avais la tête vide. Peut-être que j'avais pas vraiment assimilé où on allait.

Et c'est peut-être pour ça que j'eus une telle réaction face au spectacle qui s'étendait sous mes yeux, alors que la voiture s'engageait dans un parking à la suite de celle de nos amis. Mes yeux s'écarquillèrent lentement et ma mâchoire se décrocha juste assez pour laisser ma bouche entrouverte, alors que ma tête n'utilisait plus le support de ma main. Sous mes yeux ébahis: une fête foraine. Une vraie, belle, grosse fête foraine qui occupait la surface d'une gigantesque parc, une pelouse recouverte de tentes et de stands colorés et de tailles variées dont les enseignes promettaient jeux ou nourriture, et quelques structures métalliques dépassaient ici et là, laissant deviner des manèges plus ou moins originaux. Et enfin, touche finale, la grande roue centrale qui devait culminer sur une douzaine de mètres à vue de nez, et qui tournait tranquillement et présentant la mascotte de la fête, une sorte de chien à casquette avec un pouce levé. On aurait presque pu se croire à Circus Attraction, d'après le souvenir lointain et diffus que j'en avait, mais les allées entre les différents stands étaient bien plus organisés et espacés. Oh... la...

"Vache..." murmurai-je alors que l'une de mes jambes trépignait d'impatience.

À peine Papa eut-il garé la voiture et retiré la clef du contact que j'ouvris brutalement la portière, l'arrêtant juste à temps pour l'empêcher de rayer celle de la voisine. Je bondis hors du véhicule et restai debout, là, la bave aux lèvres et des étoiles plein les yeux. Quand Gerald, Miranda et Shad nous rejoignirent, les priorités pour mettre en place la nuit à venir tentèrent difficilement de se faire une place dans mon esprit en ébullition et je lançai un grand sourire dans leur direction, surtout adressé aux deux Voyageurs. Oui, on aurait plein d'occasion de parler hein? Genre dans les auto-tamponneuse? Ou dans la grande roue? Ou autour de la pince à jouet par là? Quoique, le manège qui tournoyait à toute berzingue, là-bas, ça pourrait le faire... Ou la maison d'horreur? Ou la loterie? Ou le marchand de bonbon à gauche, là... Oh la vache, ça senta le chocolat! Y avait même des ballons! Avec Elsa! Et avec Nemo! Haaaaaaaan, y avait Simba! J'suis sure d'avoir vu Simba! Viiiiite! J'étais pendue à la manche de mon père, sautillant sur place comme une prise électrique:

"Allez! On y va?! On y va?! On y va maintenant?! Alleeeeez!!"

"Oui, oui!" tenta de la calmer Stéphane, un sourire au coin de la lèvre. "Mais tu restes avec nous, Mara, tu ne t'éloignes pas!"

"Ouiiii, je saiiis, alleeeeeez-euh!"

Et dans la volée, j'agrippai la manche de Shad et entrepris de tirer les deux hommes pour faire marcher le groupe plus vite. Et les ballons dans l'eau, et les chocolats, et le manège avec les sièges accrochés par des câbles, et les churros, et le manège avec de l'eau qui éclabousse, et les chocolats, et le manège avec le parfum de barbapapa, et le train fantôme, et la pèche aux canards, et les chocolats, et les bonbons, et tout, tout! Viiiiite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 229
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Shad Blackburn
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 565
Honneur: 155
MessageSujet: Re: Chemins croisés [avec Mara Leros] Ven 26 Aoû 2016 - 23:21
Un large sourire fendit le visage du jeune homme. Ça, c'était une belle fête foraine. En levant la tête, Shad aperçut quelque chose qui déclencha chez lui un élan de nostalgie. Pendant quelques secondes il se retrouva à l'âge de sept ans, assis à côté de son père au sommet de la grande roue de Londres. Bon, celle-ci n'avait pas la taille ni le charme de la célèbre attraction de la capitale anglaise, mais ça faisait tout de même un bout de temps qu'il n'avait pas vu une grande roue. Il fut brutalement tiré de sa rêverie lorsque Mara lui agrippa la manche pour le forcer à presser le pas. Le garçon lui rendit un sourire bienveillant, se rappelant à quel point il pouvait être impatient lui aussi étant gamin. Il remarqua cette fois ci les regards interrogateurs des parents de la jeune fille, comprenant à présent d'où venait ce malaise dont parlait sa mère. Ils s'étaient vraiment imaginé des trucs?.. Bon, c'était compréhensible venant de la part des parents, après tout c'est bien naturel de s'inquiéter pour leur fille. Mais tout de même... Il n'avait quand même pas l'air de... s'intéresser comme ça à... Oh et puis merde. Après tout il n'avait rien à cacher de ce côté là; ils finiront surement par se sortir cette idée sordide de la tête. N'empêche que maintenant, il se sentait assez gêné.

tentant tant bien que mal de passer outre ce mal entendu, Shad balaya le champ de foire du regard en cherchant par quoi ils pourraient bien commencer. Même si la foule ne lui permettait pas d'avoir un très bonne visibilité sur l'endroit, il pouvait repérer à l'odeur qu'un stand de confiserie se trouvait tout prêt. Se laissant tirer encore par la jeune fille, il en profita pour vérifier  en même temps le contenu de ses poches et en sortit un billet de 5 euros. Quand ils passèrent a proximité du stand il bloqua son bras et stoppa l'avancée de Mara. Agitant le billet en pointant le stand du doigt, il lui demanda calmement mais non sans divulguer un certain enthousiasme:

-Croustillon? Barbapapa? Gaufre?

Croustillon pour sa part, il avait toujours adoré ça. une fois leurs friandises achetées, ils reprirent la marche en direction du centre de la fête laissant un peu en arrière le groupe d'adulte. Shad dû jouer des coudes pour se frayer un chemin à travers la foule, gardant toujours un œil sur la jeune fille pour qu'elle ne se perde pas. Après ce qu'il s'était passé hier, il se serait sentit mal de la laisser une fois de plus s'exposer à un quelconque risque. Il s'apprêtait à proposer l'attraction des chaises volantes à la jeune fille quand un appel de sa mère le fit se retourner brusquement. Il crut sur le coup qu'elle allait encore lui sortir cette histoire de doute sur lui et Mara quand elle pointa finalement du doigt un stand de tire à la carabine avec un grand sourire. Miranda défia son fils du regard avec un petit sourire provocateur auquel il répondit sans faiblir. Puis il tourna légèrement la tête à l'attention de Mara.

- T'as déjà tiré à la carabine à plomb? C'est pas bien compliqué une fois qu'on a comprit le truc. Tu me croira jamais si je te dis que ma mère est une vraie sniper, vaux mieux que tu vois ça par toi même. On faisait souvent des concours à deux sur les fêtes foraines, et je gagnais pas souvent...

-Alors? Tu te défile? Lança Miranda sur un ton moqueur.

-Ah! t'aimerais bien!

Les deux concurrent prirent donc place devant le stand avec vingt plombs chacun. Shad S'amusa du regard désabusé du propriétaire. Il fut même surprit qu'il ne lui ai pas sorti une phrase du genre: "allez pas vous blesser ma p'tite dame" ou encore " assurez vous de ne crever que les ballon!"; comme elle avait put l'entendre souvent à ce genre d'occasion. On ne pouvait pas vraiment leurs en vouloir de rire en la voyant épauler sa carabine, car rien ne laissait paraitre qu'elle était parfaitement à l'aise avec ce genre d'arme. Son frère, l'oncle Scott, lui avait apprit à tirer toute jeune. Depuis, Miranda Cordelle se faisait un malin plaisir de remettre les machos à leur juste place. Et celui là n'allait pas déroger à la règle. premier tir, un plomb, trois ballons éclatés. Ah non, quatre. Le dernier se dégonfla en tournant sur lui même dans un sifflement assez comique. Le sourire du forain tomba aussitôt, laissant place à un simple haussement de sourcil .

-Avec vingt plomb, vous pouvez être sûr qu'elle va vous dévaliser la boutique; dit Shad avant d'éclater à son tour deux ballons d'un seul tir.

Le forain se contenta d'un simple sourire jaune en guise de réponse. Les ballons éclataient toujours par paire au minimum, et bien souvent par trois pour Miranda. Le gérant fut même contraint au bout d'un moment de rester à côté des deux tireurs pour changer leur ballons car à peine s'était-il retourné que la cage était vide. Miranda semblait avoir remarqué que l'énorme peluche de lionceau qui trônait au sommet de l'étagère avait tapé dans l'œil de la petite blonde. Le forain, lui, avait bien remarqué que c'était ce qu'elle visait. Même si son coût en point était l'un des plus élevé du tableau, il devenait évident au fur et à mesure que les munitions descendaient que la grosse peluche allait elle aussi descendre; dans les bras de la jeune Mara. Leur tirs enchainés et leur éclats de rire avait même finis par attirer l'attention de quelques passants amusés de voir qu'un femme aussi svelte et charmante soit aussi douée avec une carabine qu'un cow-boy avec son colt. La partie prit fin et, sans grande surprise pour Shad, Miranda sortit vainqueur du duel avec dix points d'avance. Les scores des deux tireurs permis donc de décrocher le matou pelucheux de son perchoir, à  la déception du gérant qui perdait un bel appât. Shad colla la peluche dans les bras de Mara avec un léger rictus moqueur.

-Il est presque aussi grand que toi.

Le groupe reprit ensuite tranquillement la marche en direction de la grande roue.

-Tu ne pense pas qu'on devrait lui en parler? juste au cas où... Demanda Eloïse Leros à son mari, soucieuse.

-oui, peut être...  Répondit Stéphane Leros d'un air songeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 664
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1632
Honneur: 414
MessageSujet: Re: Chemins croisés [avec Mara Leros] Sam 27 Aoû 2016 - 23:11
C'était purement et simplement génial. On faisait notre route entre les stands, je mangeais sans le moindre remord l'énorme gaufre à la compote dont j'avais hérité... Bah quoi, c'était lui qui avait proposé non? Et on faisait notre petit bonhomme de chemin alors que mes yeux volaient d'attractions à récompenses, de jouets à nourriture... Pitié, enfermez-moi ici pour la nuit avec tout qui est gratuit. D'ailleurs je piquai sans le moindre remord un des croustillons de Shad, lui proposant généreusement un bout de ma gaufre en échange. C'était marrant, j'en avais déjà goûté des trucs comme ça, mais c'était la première fois que j'y associais un nom.

Finalement, notre groupe s'arrêta devant un stand de tir à la carabine. J'avais jamais essayé, j'avais toujours trouvé ça très impressionnant et j'étais pas sure que mes parents ne me laissent faire. Je fus d'autant plus sidérée par le nettoyage total que firent le fils et sa mère chez les ballons. Je regardais avec admiration ces derniers exploser à plusieurs en même temps d'un seul coup de feu, n'arrivant pas à comprendre comme une seule balle pouvait faire ça. Mais quand je demandai à Miranda comment elle faisait, alors qu'elle rechargeait en regardant le gérant remettre des cibles, elle se contenta d'un clin d’œil en disant que c'était tout un art. Mais c'est pas une réponse...

Mais si je pus ressentir une vague rancoeur à son égard sur ce point, elle s'envola sur la planète d'à côté dès l'instant où je me rendis compte qu'ils avaient tiré pour le plus gros prix, soit une énorme peluche... et que c'était pour moi. Un lionceau, énorme donc, que Shad mit dans mes bras en se moquant qu'on avait la même taille. Ce qui n'était pas faux. J'étais complètement rouge, les yeux brillants, attrapant la fausse bestiole et essayant difficilement de faire se toucher mes mains de l'autre côté. Quand même, j'ai 12 ans, c'est plus de mon âge... Et puis tout le monde va me regarder... Et puis...

"Aaaah, elle est trop douce!" puis j'enfouis ma tête dedans, tous mes doutes envolés.

Je vais l'appeler Simba, tiens. Où est-ce que je vais la ranger? Sur mon lit elle va jamais tenir, elle va tomber à chaque nuit... Sous mon bureau, pour que je puisse lui faire facilement un câlin en étant sur l'ordi? Ouuu... Peut-être là, dans le coin entre le mur et l'armoire... Normalement c'est la place de mon pouf mais je le bouge tout le temps, du coup... Ouaip, ça sera bien! Me rappelant soudain d'une autre variable que celle de la place qui restait dans ma chambre, je lançai un regard interrogateur vers mes parents derrière moi, craignant qu'ils refusent ce jouet encombrant. Mais heureusement, Papa sourit et Maman se contenta d’acquiescer avant de hausser les épaules avec un air amusé, l'air de dire "qu'est-ce qu'on y peut?". Ce qui eut le don de faire naître un sourire éclatant sur mon visage. Qui n'a jamais rêvé d'avoir une peluche pareille?

Je gambadai donc pour rattraper Shad et Miranda qui étaient un peu devant et lançai un énorme merci à la cantonade, serrant toujours ma nouvelle bestiole et coinçant sa queue dans ma poche pour l'empêcher de traîner. On marcha encore un peu, regardant les attractions autour de nous, et j'écarquillais les yeux devant les manèges qui voltigeaient et tournoyaient dans tous les sens, épiant les limites de taille qui me mettaient parfois quelques centimètres. Finalement, après un virage à une sorte de petit carrefour improvisé, je me figeai devant une stand d'auto-tamponneuses.

Les petites voitures étaient bariolées de toutes les couleurs, chacune avait un mât avec des drapeaux français, anglais, allemand ou espagnol, il me semblait. Il devait y en avoir une vingtaine, mais seules six ou sept se castagnaient sur l'arène. Miranda et Shad s'étaient arrêté en voyant que je n'avançais plus et les trois autres nous rejoignirent vite. Levant vivement ma tête vers mon père, je lançai en lui tirant la manche:

"J'en ai jamais fait! On peut? Dis? dis oui, dis oui, steuplé!"

Et mon père qui fit semblant d'hésiter un instant, un sourire en coin, avant de répondre:

"Soit, mais comme c'est ta première fois, pas toute seule."

Je lançais un petit "Yes!" en sautillant sur place et en serrant ma peluche. Maman me l'attrapa d'ailleurs tranquillement, annonçant qu'elle garderait nos affaires, et Gerald lâcha qu'il restait aussi à côté. Suivant les autres qui payaient l'attraction, je me penchai sur l'auto où s'était installé l'autre Voyageur et lui demandait si je pouvais y aller avec lui, mais mon père m'attrapa et me souleva presque jusqu'à là sienne, m'y installant en disant:

"Jeune fille, tu restes avec moi!"

"Maiiiis..." geignis-je. "Arrête! J'suis pas un bébé!"

"Ah bon? Tu l'imites pourtant extrêmement bien!" rit-il à ma remarque avant de s'installer à côté de moi sur la banquette en plastique. "On ne peut pas conduire à deux, et ça n'aurait pas été drôle de devoir partager le volant tout le temps pour lui."

"Mais c'est plus marrant tous les deux," boudai-je à moitié en tripotant le volant qu'il me laissait, en attendant le début du tour suivant.

"Mmh, il faudra qu'on reparle de ça plus tard..." fit-il en tapotant mon épaule.

Puis il me montra rapidement les pédales, le fonctionnement de tout, mais c'était vraiment simple, j'étais juste peut-être un peu petite en taille mais ça posait pas de problème avec Papa à côté. Finalement, on vis les auto s'arrêter au milieu de la piste et celui qui s'occupait du stand fit le tour pour récolter l'argent de ceux qui voulaient continuer ou pour ranger les voitures vides. Finalement, alors qu'un sifflement indiquait le début du tour suivant, je lançai un petit regard de défi vers mon ami invocateur, bien décidée à impressionner tout le monde par ma conduite.

__

Sur le côté de l'attraction, Éloïse regardait avec amusement sa fille qui peinait à dompter sa petite machine, mais qui éclatait de rire en tamponnant tout et n'importe quoi. Elle tenait la peluche sous un bras et se tenait à côté de Gerald, qui gardait les sacs. Peut-être pour demander l'avis du banquier sur la question, ou peut-être car elle pensait à voix haute, elle fit:

"Je me demande quel est le meilleur moment pour en parler avec elle... Je n'ai pas envie de lui gâcher la journée mais l'idée qu'elle s'amuse sur une idée fausse..."

"Vraiment, je pense que vous vous faites des idées..." tenta Gérald. "Ça me paraît bien trop... improbable, je veux dire... Tout de même, elle est jeune!"

"Il n'y a pas d'âge, tu sais?" fit la femme en haussant les épaules. "Et c'est vraiment la première fois que je la vois agir comme ça si facilement avec quelqu'un... un garçon qui plus est. Un fille, j'aurais peut-être pu comprendre, mais là..."

"Vous avez vraiment l'air tous les deux très convaincus." rétorqua Gérald en levant les yeux au ciel, comprenant que son avis ne changerait rien.

"On a de quoi le penser," dit-elle avant de s'interrompre pour sourire, faisant coucou à sa fille qui passait, puis de reprendre: "Et puis, peut-être ne s'en rend-elle elle-même pas compte, elle pourrait être dévastée par leur séparation ce soir sans savoir pourquoi... C'est surtout pour la prévenir, pour qu'elle comprenne, on ne veut que son bien."

"Mm-mmh." ne put que conclure le beau-père de Shad au haussant brièvement les sourcils, regardant Miranda et le fils de cette dernière se rentrer joyeusement dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 229
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Shad Blackburn
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 565
Honneur: 155
MessageSujet: Re: Chemins croisés [avec Mara Leros] Jeu 1 Sep 2016 - 21:29
Shad se retourna en entendant la jeune fille supplier son père d'aller faire un tour d'auto tamponneuse. Bon, pourquoi pas après tout. Plus tard la grande roue, ils avaient toute la journée pour ça. Il sauta dans une auto aux couleurs de l'Angleterre; représente sisi; et sourit lorsque la jeune fille lui demanda si elle pouvait monter avec lui. Son père ne semblait toutefois pas de cet avis et l'embarqua avec lui. Bon bah tant pis, au moins il pourrait cogner sans retenu sans avoir à craindre de trop la secouer. Miranda semblait d'humeur joueuse ce jour là, car elle fit comprendre du regard à son fils qu'elle comptait bien le battre sur ce terrain là aussi. Mais ça, ça n'allait pas être aussi simple qu'au stand de carabine à plomb! Lorsque le signal de départ retentit elle lui fonça droit dessus sans la moindre hésitation. Le jeune homme fit un tour complet avec son volant et activa la marche arrière, le coude posé sur le haut du siège.  Il narguait sa mère tout en faisant du "rétro-carding" et esquivant les quelques autres concurrents qui s'entrechoquaient un peu partout sur la piste.

Shad braqua son volant juste avant d'entrer en collision avec le rebord de la piste et laissa Miranda le percuter en éclatant de rire. Heureusement la vitesse de ces engins était assez limité et conçu pour absorber les chocs de se genre. Elle ne s'était donc pas fait mal. Elle fit demi tour tant bien que mal et repartit à la charge face aux tirades de son fils. Tandis qu'ils s'entrechoquaient joyeusement, Gérald les observaient d'un air amusé. Dommage qu'il ne soit monté celui là, il aurait put se lâché sur lui sans forcement craindre une remarque de sa mère. Shad En profita même pour aller titiller Stéphane Leros et Mara avec un petit sourire provocateur. Ah il n'avait pas voulu que sa fille monte avec lui? Et bien tant pis pour eux! pas de quartier.

Le groupe riait aux éclats lorsqu'un petit groupe de jeune vint perturber leur joie collective. Ils avaient repéré Shad qui, selon eux, faisait un peu trop le malin. Ils s'étaient placé en cercle autour de lui dans un périmètre trop large pour qu'il ne puisse s'en rendre compte. Le jeune anglais ne comprit que bien trop tard ce qui allait lui arrivait quand son regard croisa celui de l'un des jeunes qui vint le percuter en face pour lui barrer la route. Le sourire de Shad tomba face au demi sourire narquois de l'autre et il eut à peine le temps de tourner la tête que trois autre vinrent le percuter violemment; et avec de l'élan sinon c'est pas drôle. Le jeune homme fut brutalement secoué et son torse percuta le volant de son auto avec force.  Bande de branleur. Le pire c'est qu'ils en avaient le look typique, à ce tarif là on ne pouvait même plus appeler ça un stéréotype. Il était encore tombé sur une belle bande d'abrutis.


Le signal de fin retentit, accompagné des éclats de rire débiles de la bande d'andouilleq qui venait de défoncer Shad. Il peina à se lever, respirant difficilement en massant d'une main tremblotante son thorax et laissa un petite larme de douleur couler le long de sa joue. Il jeta un regard mauvais au premier qui passa devant lui. Ce dernier se retourna en lui adressant un signe du menton en guise de provocation.

-Quoi? T'as un problème?

-hé r'garde! Il va chialer ce boloss!

Bordel, et maintenant ils se ramenaient à quatre pour l'impressionner ces trouduc'. Le souci c'est que Shad n'était pas vraiment versé dans la baston dans ce monde ci et s'il ne cherchait pas vraiment les conflits à Dreamland, il les esquivait d'avantage dans la réalité. Une voix forte et très en colère vint interrompre la petite parade ridicule des kékés à casquettes. Miranda, bien évidemment, qui commença par un magnifique juron en anglais.

-Nan mais vous êtes cinglés?! Vous n'avez rien de mieux à faire bande de délinquant?! Hurla t'elle comme une furie, attirant ainsi l'attention d'une bonne partie de l'assemblée. Elle commençait à s'avancer vers eux en les engueulant toujours plus pour les forcer à s'écarter de son fils, il était préférable selon Shad de la calmer avant que...

-Va y casse toi vielle pute!

... Vielle quoi? Ah là c'était plus pareil déjà. Shad se redressa, laissant la douleur brulante dans sa poitrine se faire remplacé par une colère froide et bondit en avant au moment ou le jeune homme s'apprêtait à repousser violemment Miranda. Manquerait plus que ça, tiens, qu'on lève la main sur sa mère devant lui. Il le saisit au col et le projeta de toute ses forces en arrière. L'autre tomba en arrière sur les fesses; et eut l'air assez pitoyable à ce moment précis; et le jeune anglais hérita d'un bon coup de poing juste en dessous du nez. Puis Stéphane Leros vint s'interposer et mit définitivement fin à l'altercation, suivit de près par Gérald. Le gérant de l'attraction vint lui aussi mettre un terme à ce mauvais coup de pub et déclara que s'ils avaient tous envie de se battre, il fallait qu'ils aillent le faire ailleurs.

Shad quant à lui se mit sur le côté de la piste en tenant son nez d'un air blasé pour éviter de foutre du sang partout. Gérald vint s'assurer qu'il allait bien et lui fit signe d'écarter les mains de son nez.

-Laisse moi voir... Ah, t'as de la chance il n'est pas cassé. Tu devrais apprendre à garder ton self contrôle, quand même; souffla t'il.

-Rha ça va; râla Shad; t'as bien vu qu'il allait lever la main sur elle non? dit-il en désignant sa mère. T'aurais put bouger tes fesses aussi j'te signale. Donne moi mon sac plutôt, y a des mouchoirs dans la poche arrière.

-Shad ne t'en prends pas à Gérald il n'y était pour rien. Tout va bien?

-Ouais, ouais c'est bon. Allons faire un tour dans la grande roue plutôt, au moins on risque pas de s'y faire agresser.

Le jeune homme en profita pour remercier le père de Mara de s'être interposé et s'excusa sincèrement pour s'être donné en spectacle de la sorte. Puis il reprit la marche avec les reste du groupe en se dirigeant vers la grande roue, une main dans la poche et l'autre tenant son mouchoir pour essuyer son nez. Il souffla longuement mais discrètement. Décidemment, Il était temps que le week-end se termine.  Son regard croisa celui de Mara, il se sentait gêné de s'être mis dans un état pareil devant elle mais après tout il n'avait fait que défendre sa mère. Et puis... Et merde, il avait tâché son tee-shirt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 664
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1632
Honneur: 414
MessageSujet: Re: Chemins croisés [avec Mara Leros] Dim 11 Sep 2016 - 16:02
J'avais regardé la scène avec horreur. Je n'y avais pas fait attention quand ils étaient encore dans les auto-tamponneuses, ne regardant finalement pas vraiment les têtes des gens que je croisais ou qui se rentraient dedans. Mais j'avais bien dû me rendre compte de la situation lorsque, après le signal de fin, une bande de jeunes avaient commencé à encercler Shad et à l'embêter. J'étais restée figée face à cette scène surréaliste, je n'aurais jamais imaginé que quelqu'un comme Shad puisse se retrouver dans cette situation. Ça parait tellement... anormal! Je veux dire, Shad reste un type plutôt grand et même s'il est pas ultra baraqué, il fait pas fragile quoi... Alors pourquoi? Pourquoi ils l'attaquent lui? C'est pas logique... Je ne comprenais tout simplement pas, réagissant finalement à peine à la réaction brusque de Shad et ne remarquant que Papa avait quitté l'auto que quand je le vis s'interposer dans le groupe. Ça aurait pu être moi à la place de Shad. Je me tendis instantanément et jaillit de la banquette en plastique comme un ressort, pour rejoindre ma mère et me coller à elle.

J'étais encore légèrement secouée quand on s'éloigna du stand pour se diriger vers la grande roue, ne sachant pas trop quelle expression aborder face à mon ami qui regardait dans ma direction. J'espérais que la grande roue me changerait les idées et marchais à pas légèrement traînants en attrapant la main que Maman me tendait, la peluche toujours sous le bras. Je regardais d'un œil un peu songeur mon environnement, sans vraiment le voir et c'est l'arrêt du groupe qui raviva mon attention. Nous étions enfin arrivés devant la grande roue qui tournait tranquillement, une queue devant l'entrée promettant une dizaine de minutes d'attente.

On s'y inséra et les adultes commencèrent à faire passer le temps en discutant, se plaignant de la bande qui s'en était prise à Shad, commentant leur mentalité, puis changeant de sujet pour commenter l'attraction qu'on allait faire juste avant que l'on y entre. La cabine colorée avait juste la place pour six adultes et le forain avait l'air assez content de faire rentrer un groupe comme le notre. On s'installa donc, et je demandai rapidement à Shad si ça allait alors que les parents rentraient après nous. Ça doit faire bizarre de lui demander ça si tard... Tant pis, c'est pas une conversation dans laquelle je voulais entrer pendant le trajet, puis on va parler d'autre chose, là.

Et en effet, une fois le tour d'un petit quart d'heure entamé, chacun commença à regarder le paysage, Papa pointant la direction de la maison vers l'horizon et me demandant si je reconnaissais les collines au loin. Il ne sembla pas vraiment surpris par ma négation et les nomma en chuchotant, puis les uns ou les autres entreprirent de pointer tel ou tel stand, une attraction qui avait l'air bien, ou encore le trajet qu'ils avaient déjà fait dans la fête foraine. J'étais impressionnée par la foule qui commençait à s’agglutiner dans les rues, et Gérald nota qu'on approchait de midi, et que le début d'après-midi serait clairement une période d'affluence. Ainsi, alors que le tour se terminait, on discutait de ce que chacun voulait manger.

Une fois sortis de la cabine, et quand on eut trouvé une zone à pique-nique un peu calme loin des stands, mes parents me prirent à part en disant aux autre d'aller chercher des bon stands de nourriture et qu'on les rattraperait. Devant mon air surpris, ils échangèrent un regard un peu bizarre puis Papa s'accroupit devant moi, se mettant un peu en dessous de ma hauteur, et me demanda très sérieusement:

"Dis-moi Mara, qu'est-ce que tu penses de Shad?"

Ma surprise fut telle qu'à la place du "Hein?" que j'eus très envie de faire sortir, je m’esclaffai légèrement avant de me reprendre et de demander:

"Quoi?" mais devant l'air insistant de Papa et celui impassible de Maman, je répondis sans être très sure de moi-même: "Baaaah, c'est un ami, quoi... Mais pourquoi?"

Nouvel échange de regard, je commençais un peu à me sentir mal à l'aise, sentant bien qu'un truc m'échappait mais n'arrivant pas à savoir quoi. Mais Maman commença à parler, appuyée contre une table avec l'air de chercher ses mots:

"Écoute, ma puce. On sait que comme tu n'as pas fréquenté grand monde avant d'entrer au collège, certaines choses t'échappent peut-être un peu, et ce n'est pas grave, mais il faut clarifier certains points." je le sentais de plus en plus mal. "Tu sais, parfois on peut se mettre à aimer beaucoup quelqu'un, plus ou moins brusquement et sans toujours vraiment comprendre pourquoi, ça arrive, et ça s'appelle l'amour."

Le discours qui me parvenait était tellement bizarre que même si une partie de moi avait déjà fait le lien avec la première question, le reste niait tout en bloc face à l'absurdité de la situation, d'où mon:

"Hein?"

"Ce n'est pas quelque chose de mal," insista Maman. "Ce n'est pas forcément quelque chose que l'on contrôle au premier abord, mais il faut aussi savoir réguler ça. Tu es à un âge où beaucoup de choses vont commencer à changer pour toi, ça ne va pas toujours être facile, surtout au niveau des émotions, mais ton père et moi préférons te prévenir que..."

"Vous croyez que j'suis amoureuse de Shad !?" lâchai-je finalement dans un souffle, moi même choquée par ma prise de conscience et coupant sans le moindre remord la parole de ma mère.

"Écoute Mara," reprit l'homme. "Ce n'est pas grave, on ne va pas t'en vouloir, mais Shad est bien trop âgé pour toi, et même au delà de ça, il a déjà une amoureuse. Nous voulons juste que tu te rendes bien compte que tu peux être amie avec lui, bien sûr, mais juste amie. Nous voulons juste éviter que tu te rendes malheureuse avec de fausses idées."

"Mais... Mais je suis pas amoureuse de Shad...!" soufflai-je, encore ahurie par ce qui se déroulait en ce moment même.

Cette fois, Maman aussi se mit à mon niveau, posant la peluche sur un banc pour qu'elle ne traîne pas au sol et commença à me tenir la main comme pour me détendre, en expliquant:

"Écoute ma chérie, on te connaît bien ton père et moi, et on ne t'a jamais vu te lier aussi facilement à un inconnu. Peut-être ne t'en rends-tu tout simplement pas compte, c'est un sentiment nouveau après tout."

"Je suis pas amoureuse de lui!" insistai-je, cette fois un peu plus vivement alors que je sentais mon énervement monter. "C'est pas pasque VOUS m'avez jamais vu faire un truc que ça peut pas arriver!"

"Ce n'est pas ce qu'on essaye de te dire," intervint Papa en posant sa main sur mon épaule. "C'est une partie de ta personnalité! Tu es pleine de qualités dont nous sommes fiers tous les deux et dont tu peux être fière aussi, mais tu as toujours été très timide, pas très à l'aise devant autrui. Tu le sais toi-même et il n'y a aucune raison pour que ça disparaisse comme ça, surtout devant des vieux amis que l'on voit rarement..."

Je me dégageais des mains de mes parents, me sentant bizarrement oppressées, et rétorquai en m'échauffant de plus en plus:

"Et alors? J'ai réussi à surmonter ma peur, au point de commencer à aller en cours sans problème! Vous pouvez pas imaginer cinq seconde que j'peux changer sur d'autres points !?"

"Mara," souffla Maman d'une voix qu'elle devait espérer apaisante. "Ce n'est pas la même chose, un tel trait de personnalité ne change pas si soudainement, ton apaisement vis à vis des inconnus avait tout de même été progressif... Là, ça serait réellement du jour au lendemain: vendredi encore tu te plaignais de ne pas t'intégrer à ta classe..."

"Et alors !?" tempêtai-je, poussée à bout. "Je sais c'que j'pense! Arrêtez d'essayer de comprendre comment je marche en vous mettant à ma place, ou en pensant à comment vous étiez, ça peut pas marcher!"

Et profitant de la surprise de mes parents devant un tel argument que je n'aurais jamais sorti auparavant, je me défilai, rouge de honte et de colère, et me mis à courir de toutes mes forces vers la foule. M'y enfonçant agilement, j'entrepris de m'enfuir au hasard en baissant la tête pour ne pas attirer l'attention des passants sur mon expression, ignorant autant les appels de mon père que ma gorge qui se nouait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 229
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Shad Blackburn
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 565
Honneur: 155
MessageSujet: Re: Chemins croisés [avec Mara Leros] Dim 4 Déc 2016 - 17:24
Shad jeta un coup d'œil rapide en arrière à la jeune fille et ses parents tout en ce massant douloureusement le nez. Puis d'un simple haussement d'épaule il emboita le pas de sa mère et de Gérald qui se dirigeaient déjà vers un stand de hot dog. Il avait faim. Il était déjà presque 14h après tout. Plus la journée avançait, et plus il ressentait une certaine forme d'anxiété.  Il n'eut pas à y réfléchir très longtemps pour comprendre d'ou lui venait cette appréhension. Il redoutait déjà le moment où il devrait retourner au royaume de la main invisible pour corriger la connerie qu'ils avaient fait la nuit précédente. Après tout cette fois ils savaient déjà à quoi s'attendre et perdaient donc l'handicap du terrain inconnu. Ils connaissaient également leurs adversaires et n'auraient sûrement pas à se coltiner leur rêveurs cette fois ci. Mais habituellement, il évitait de foncer deux fois d'affiler dans le même bourbier. "Habituellement" , du moins. Car après tout il l'avait déjà fait pour aider Dan Sorro à sauver sa sœur. Quoique en y réfléchissant, cette fois c'était à peu près la même chose. Car même s'il ne la connaissait au final que depuis peu de temps, il considéré déjà Mara comme sa une sœur. Au moins pour ce qu'il avait ensemble dans le monde onirique et la simple complicité qu'ils partageaient. Perdu dans le fil de ses pensées, il sursauta brusquement lorsque Gérald lui tendit son hot dog. Le banquier semblait avoir deviné où son esprit s'était perdu pendant ces quelques secondes.

-J'imagine que tu sais déjà de quoi ils sont en train de lui parlé? Ils la couvent un peu trop je penses...

Shad bloqua un court instant sur la phrase de l'homme, la main tenant son hot dog immobile devant lui. il fronça légèrement les sourcils, les yeux dans le vague avant de lâcher d'un air distrait "Tu parles de Mara? ".

-Oui, bien sûr.

-Comment je le saurait? Ça ne me regarde pas après tout.

-Voyons Shad, réfléchie deux minutes. Si ça ne te regarde pas, je penses que ça te concerne en tout cas.

-Bon, accouches tu m'énerves là; rétorqua le jeune homme d'un ton légèrement exaspéré.  Gérald regarda par dessus son épaule pour s'assurer que Miranda qui s'occupait encore de payer la nourriture n'écoutait pas la discussion.

-Tu le sais puisque ta mère t'as fait la remarque tout à l'heure avant de partir. Ils pensent tous que Mara en pince pour toi.

Shad resta silencieux quelques secondes, laissant paraître pour seule réaction un simple haussement de sourcil incrédule. La situation commençait à devenir assez embarrassante. Mara n'avait évidemment aucun sentiment autre que de l'amitié pour l'invocateur; du moins c'était ce dont il était persuadé. Mais comment pouvait-il bien le justifier aux parents de la jeune fille? Il ne pouvait évidemment pas leur dire qu'ils étaient tous deux voyageurs et leur expliquer ce que tout ce que cela impliquait et ce qu'ils avaient vécu ensemble. Tout ce qu'il savait à cette instant, c'est qu'en plus de l'embarrasser ça commençait à le gonfler.

-Tiens moi ça; dit-il en collant son hot dog dans les mains de Gérald. Il tourna les talons et se dirigea d'un pas vif vers les parents de la jeune fille.

-Euh, attend Shad je suis pas sûr que d'y aller comme ça soit une bonne idée... Et tu vas leur dire quoi? Hey!

Le jeune homme s'éloignait déjà du stand de nourriture sans prêter attention aux appels de Gérald. Qu'allait-il leur dire? Il n'en savait rien. Il était parfois impulsif et ne réfléchissait pas toujours à ces actions face à des situations gênantes comme celle ci. Il se planta simplement derrière les parents de Mara qui étaient maintenant debout et semblait regarder au loin. Il ouvrit la bouche pour se manifester et se ravisa rapidement quand il se rendit compte que quelque chose clochait. Devant les appels des parents qui criaient le prénom de leur fille et l'inquiétude de la mère qui ne cessait de répéter qu'il fallait aller la chercher, Shad resta figeait un instant les yeux écarquillés en tentant de trouver une explication rationnelle à ce qui était en train de se passer. Puis quand les parents se retournèrent pour faire face au jeune homme, ce dernier finit par comprendre en soutenant les regard surpris et quelque peu gêné du couple.

-C'est bon je suis au courant laissez tomber je vais la chercher... Se contenta t'il de balbutier sans trop réfléchir avant de les contourner pour se lancer dans la direction où les Leros regardaient l'instant d'avant.

-Je viens avec toi! s'exclama Stéphane Leros en le rattrapant rapidement.

Shad ne prit pas la peine de répondre, gêné et évitant le regard de l'homme tout en cherchant la jeune fille au loin dans la densité de la foule du champ de foire. Sur le chemin, le père de la jeune fille ne put s'empêcher d'engager la conversation. De toute façon il fallait mettre les chose au claire.

-Tu nous excuseras Shad, mais ce n'est quand même pas souvent que l'on voit un jeune homme de ton âge se lier d'amitié aussi vite avec une fille de l'âge de la notre.

-Vous faites erreur. Répondit presque aussitôt Shad.

-Et comment peux tu en être aussi sûr? Tu ne la connais que depuis à peine deux jours.

Bien plus que ça en réalité. Il s'étaient rencontré bien avant hier mais ne s'étaient pas vraiment fréquenté pour autant. Mais les batailles intenses avaient tendance à solidifier rapidement les liens entre deux personnes qui combattent côte à côte pour sauver leurs peaux. Ça aurait été évidemment infiniment plus simple de pouvoir lui expliquer comme ça, mais il était sûrement préférable de ne pas passer pour un cinglé auprès des amis de longue date de sa mère. Il aurait pourtant  été bien tenté de cracher le morceau une bonne fois pour toute. A eux, a sa mère, a Colinne qu'il observait parfois dans ses rêves. Parfois il trouvait que c'était plus un fardeau qu'autre chose. Etre prisonnier chaque nuit d'un pur concentré de l'imagination de l'ensemble de l'humanité. Persécuté par les représentations de leurs plus grandes peurs, avidité, vices. Il y avait certes de belles choses à voir à Dreamland, mais il était confronté bien plus souvent aux mauvaises. Parasité par un démon, ne pouvant même plus profité de ce sentiment d'invincibilité que pouvait procurer un simple rêve. Parfois il essayait de se rappeler ce que ça faisait de rêver. Ironiquement ça ne lui semblait être plus qu'un souvenir lointain. Mais il se rappelait ensuite que son identité de voyageur était la preuve de sa propre force. Il avait vaincu sa plus grande peur par ses propres moyen, voilà pourquoi il ne cédait jamais et se refuser tout bonnement à tirer un trait sur sa vie onirique. Ça faisait partie de lui à présent et il devait la protéger comme il défendrait sa véritable vie.

Voilà pourquoi il préféra supporter les suspicions d'un simple rêveur qui cherchait seulement à protéger sa fille dont l'esprit avait été forcé à emmagasiner bien plus de maturité qu'il ne pouvait l'imaginer.


-Votre fille est adorable vous savez, mais il n'est pas nécessaire de la connaitre depuis très longtemps pour deviner qu'elle a du mal à créer des liens avec d'autre personnes. Je penses juste qu'elle essaye d'aller dans ce sens, et comme elle semble être assez mature et intelligente pour son âge, c'est peut être pour ça qu'elle s'est attaché plus rapidement à moi qu'a un garçon de son âge... Enfin c'est ce que je penses. Vous n'avez vraiment pas besoin de vous inquiéter à ce sujet à mon avis.

-Nous sommes ces parents mon garçon, c'est notre rôle de nous inquiéter pour elle de ce genre de chose, répondit-il simplement d'un ton neutre.

-Je sais, mais elle y sera confronter un jour ou l'autre comme tout le monde. Je ne compte pas vous dire comment jouer votre rôle de parents, vous le faites très bien selon  moi. Peut être que vous devriez juste essayer de lui laisser... là bas!! S'exclama subitement Shad en pointant du doigt la chevelure blonde qui courait au loin entre les passants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 664
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1632
Honneur: 414
MessageSujet: Re: Chemins croisés [avec Mara Leros] Dim 11 Déc 2016 - 14:10

J'avais un peu arrêté de courir dans une vaine tentative d'arrêter d'attirer l'attention des gens, et un peu pour reprendre mon souffle. Ma respiration haletante donnait parfois l'impression de sanglots, mais comme à mon habitude, je parvenais à retenir mes larmes. Je cherchais un moyen de m'en sortir, mon cerveau carburait à la recherche d'une excuse potable, et d'une raison qui m'aurait empêché de la sortir plus tôt. Évidemment, encore et toujours, la seule idée qui me venait et qui aurait pu justifier que Shad et moi nous entendions si bien était celle que j'avais sortie à mon amie la veille: qu'on se connaissait d'avant sur internet. Mais voila, au delà du fait que je n'aurais eut aucune raison de ne pas dire ça plutôt, ça n'expliquait pas du tout mes réactions de la matinée. Même moi, avec le recul, me rendait compte que j'avais agit bizarrement. Et du coup quelque part, même si je refusais de l'admettre vraiment, je m'étais mise toute seule dans cette situation, comme une idiote. Je suis vraiment la pire des abruties. Je le pensais sincèrement, et ça ne m'aidait pas du tout à me reprendre. Au fond de moi, j'espérais que mes parents arrivent, qu'ils me prennent dans leurs bras en me disant qu'ils s'étaient trompé, que c'était pas grave, et qu'ils insistent même alors que je tenterais de me dégager. Je me rendais compte à quel point c'était puéril, aucun adulte ne fait ça. Mais c'étaient mes parents, et ils insistaient en mode "on te connait", tout ça... Ils pouvaient bien comprendre ce que j'attendais, non? Je suis vraiment, vraiment stupide.

Ce fut la voix de Shad que je crus reconnaître qui me fit réagir. J'étais complètement perdue, noyée dans mes pensées, et je me remis automatiquement à courir par une fierté débile alors que je voulais juste qu'ils me rejoignent. L'exclamation du garçon me confirma que c'était bien eux, mais je ne ralentis pas pour autant. J'entendis la voix de mon père qui s'approchait, semant des excuses en bousculant la foule qui se dressait entre nous bien plus efficacement que je ne progressais. Finalement, ça ne lui prit que quelques instants pour attraper brusquement mon bras et stopper ma course. Me tirant hors de la foule, se calant entre deux stands pour avoir un peu d'espace, il s'accroupit devant moi. J'eus l'impression de apercevoir Shad entre les gens qui passaient en nous lançant des regards curieux, mais je ne pus voir s'il restait ou partait car mon interlocuteur me força à le regarder dans les yeux. D'un ton sévère que je lui entendais rarement, il me dit:

- Qu'est-ce qui t'as pris, Mara ?! Tu ne nous avais jamais fait un coup pareil avant !

Je baissai légèrement les yeux. C'est la preuve que je ne suis pas si prévisible, que je peux faire des trucs qui vous surprennent, que je change ! Si je n'ai plus peur d'être seule dans une foule, tu peux bien admettre que je peux me lier facilement d'amitié avec quelqu'un ! C'était faux: j'étais incapable de me lier facilement en gens, car j'étais incapable de les approcher, je ne savais pas comment faire, comment ne pas me ridiculiser, et je n'étais toujours pas à l'aise dans les foules, le seule raison qui m'avait poussée à y rester quelques instants plus tôt était seulement un mélange de peur et de colère. Et je n'émis pas un mot, craignant qu'à l'instant où mes lèvres se descelleront, je ne fonde en larmes.

- Mara, regarde-moi. Je redressai mon regard vers le sien. Ce que tu as fait était dangereux, tu aurais pu te perdre et avoir un problème alors que nous n'étions pas là, tu t'en rends compte ? Tu n'as pas l'habitude d'être laissé à toi-même, tu n'imagines pas les situations dans lesquelles tu pourrais tomber !

Mon regard resta planté dans le sien, brillant, je bouillais de colère. Oh, vraiment ?! Ouais, je n'ai aucune idée de ce qui pourrait m'arriver, ouais ! Je connais rien au monde, ouais ! Vraiment, je suis ce genre d'abrutie, incapable de me sortir des mauvaises situations ! Évidemment ! Je suis sure que j'ai vu plus de violence que t'en verras jamais, que j'ai survécu à des situations mortelles que tu peux même pas imaginer ! Vraiment pas débrouillarde, hein ?! T'imagines pas tout ce que j'ai pu apprendre, tout ce que je peux faire maintenant ! À Dreamland. À Dreamland, pas dans la vraie vie, et les événements de la veille au soir en sont une preuve évidente. Quoi que je sois à Dreamland, quoi que je puisse faire, ce n'est pas la même chose en vrai. Aussi forte et débrouillarde que je sois, je reste l'idiote pas fichu de se faire plus de trois amis en plus d'un an de scolarité. Incapable de ne pas être "la fille bizarre" qui ne parle à personne. Je maintenais mon regard, de peur de me faire reprendre car mes yeux fuyaient. Et ce que J'AI fait était dangereux ?! C'était ma faute ?! Qui m'a poussé à bout, insistant encore et encore alors que je n'arrêtais pas de nier ! Qui a refusé d'admettre qu'il avait peut-être fait erreur alors que j'étais clairement mal à l'aise ! Qui ne m'a laissé aucune autre possibilité que la fuite pour me faire comprendre ! J'ai été puérile, tellement idiote. Il y avait forcément un moyen simple de leur faire comprendre, en parlant, je sais pas. En expliquant calmement, en riant peut-être, en haussant les épaules et en disant que je ne savais pas non plus comment ça se faisait mais que c'était comme ça. Peut-être même en mentant, en disant que j'étais déjà amoureuse de quelqu'un d'autre et que c'était mes oignons. Je suis nulle, j'ai aucune répartie, je ne sais même pas mentir. Je ne sers à rien.

- Mara...

- Je pleure pas, lâchai-je un peu sèchement et frottant vivement ma manche contre mes yeux qui commençaient à s'embuer.

- Ma puce, reprit papa en frottant doucement mes bras. Peut-être que l'on a jugé un peu hâtivement les sentiments que tu as pour Shad, mais quoi que tu dises ou penses, ta mère et moi te connaissons bien, car tu es notre fille, car on t'as élevé et vu grandir, on t'as vu être contente, triste ou en colère. Tu es notre fille, on t'aime très fort tout les deux et on s'inquiète pour toi. Si quelque chose te pèse, il faut que tu nous le dises, on est là pour ça. Peut-être que c'est simplement que tu découvres les milieux scolaires et qu'il nous faut aussi nous habituer à cette situation, mais souviens-toi que tu peux nous faire confiance. Ses mains s'étaient arrêtées pour englober les mienne et il me fit un sourire un peu plus prononcé. D'accord ?

Je me contentai d’acquiescer, prise dans un intense conflit intérieur qui m'empêchait toujours de décider s'il valait mieux que je leur parle du monde des rêves ou pas, mais mon ventre gargouilla. Mon père rit en l'entendant, disant que ma faim ne perdait pas le nord et qu'il faudrait vraiment déjeuner. M'embrassant sur le front, il me dit qu'on allait passer à autre chose et que ça serait dommage de gâcher un après-midi à une fête foraine sans faire de manèges, et qu'après un bon gros hot dog tout irait mieux. Je ne pus que sourire devant son ton et ses mots, et satisfait de ma réaction, il acheva de me rendre un semblant de bonne humeur en me faisant grimper sur son dos pour aller rejoindre les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 229
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Voyageur Expérimenté
Shad Blackburn
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 565
Honneur: 155
MessageSujet: Re: Chemins croisés [avec Mara Leros] Sam 31 Déc 2016 - 12:24
Shad s’arrêta en haletant lentement. Il laissa le père de la jeune fille la rattraper tandis qu’il les observait. Essoufflé, déjà. Amusant de constater à cet instant la différence entre le monde réel et le monde onirique. Il savait qu’il aurait très bien put courir une heure de plus avant de s’essouffler à Dreamland, et qu’il n’aurait sûrement pas put rattraper la jeune fille d’ailleurs. Sans vraiment prêter attention à ce que l’homme lui disait ; puisque de toute façon le vacarme ambiant couvrait sa voix ; Shad regardait avec un léger malaise la jeune Mara se faire sermonner par son père. Sa réaction avait peut être été un peu disproportionnée, mais pas incompréhensible compte tenu de son âge et de sa situation. Pas évident de faire comme si on était toujours aussi faible et sensible alors que ça n’était plus le cas depuis longtemps…

Finalement l’homme l’a prit sur son dos et fit demi tour pour se diriger vers le stand de hot dog où ils avaient laissé le reste du groupe. Shad se contenta de faire un sourire à la jeune fille. Plus de malaise, plus de malentendu. Demain ils en riraient sûrement comme d’une simple anecdote, un souvenir amusant. « Hey, tu te souviens quand nos parents ont crus que t’avais le béguin pour moi ? Tu nous as fait courir ce jour là… »

Ça restait un bon souvenir après tout, c’est ce qu’on appelle des rencontres inoubliables. Selon Shad c’était même une bonne chose qu’ils se soient rencontrés dans le monde réel, puisqu’ils commençaient visiblement à avoir l’habitude de faire équipe tout les deux.  

Le reste du repas se fit dans la bonne humeur et personne ne fit de commentaire sur ce qu’il s’était passé un peu plus tôt. L’après-midi suivit son cour, toujours accompagné du beau temps. Entre les stands de friandise et les attractions, ils eurent l’occasion d’observer le passage d’un orchestre de rue et d’une parade d’acrobates costumé montés sur échasse, ainsi que des clowns et des jongleurs.  La prestation des cracheurs de feu souleva quelques exclamations admiratives dans la foule et décrocha un sourire en coin au jeune voyageur. Une image de fête lui revint subitement en tête.


-Ça me rappelle les parades du royaume des chats; commenta pour lui-même à haute voix le jeune homme.

-Les quoi ?...Demanda Miranda d’un air surpris.

Shad écarquilla les yeux en se pinçant les lèvres. Belle boulette…

-Euh… non rien, ça me rappelle… Une histoire que j’ai euh… lu dans un bouquin au lycée.

-Ah vraiment, tu lis toi maintenant ? Et Quelle histoire ?

Shad jeta un regard légèrement gêné par-dessus l’épaule de sa mère en direction de Gérald. Ce dernier se frottait nerveusement les yeux d’une main en se retenant d’éclater de rire. Le banquier releva la tête et lui fit un signe du menton avec un sourire qui signifiait clairement « joues le jeu ! ». Shad lâcha un simple petit rire en se frottant le nez.

-Comment dire, c’est juste une « fable » que j’ai trouvé en fouinant à la bibliothèque...

Miranda l’écouta simplement en souriant. Depuis qu’elle était petite, elle avait toujours apprécié les vielles histoire et conte pour enfant.

-Ça parle d’une abeille qui cherchait l’aventure dans un royaume peuplé de chats. Elle  aimait rendre service, mais elle avait tendance à s’attirer beaucoup d’ennuis. Là bas elle fit la rencontre d’un renard intelligent et fier, d’une louve joyeuse et impulsive et d’un golem puissant et calme. Tous les quatre suivaient un chemin différent mais cherchaient la même chose : la paix. Après avoir fait la fêtes avec les chats ; insouciants et joueurs ; ils reprirent la route ensemble.

Miranda semblait être intriguée par cette curieuse petite histoire.

-Et qu’est ce qu’il lui est arrivé à cette abeille ?

-Elle à prit une cuite.

Gérald éclata de rire sans pouvoir plus se retenir. La chute fit également sourire Miranda qui haussa un sourcil, perplexe.

-Elle est étrange cette fable…

Le jeune homme haussa simplement les épaules en souriant devant les larmes de rire du banquier. Le père de Mara vint interrompre ce petit moment de rigolade en annonçant qu’il y avait un feu d’artifice de prévu dans la soirée. Miranda répondit que cela pouvait être sympa et qu’il serait sage de repérer dès maintenant un restaurant où ils pourraient manger en attendant l’heure du spectacle. Reprenant la marche avec le groupe, Shad emboita le pas de Mara, riant de sa propre gaffe. Gérald le rattrapa en lui tapotant l’épaule et lui demanda de manière discrète de façon à ce que seuls les trois voyageurs puissent l’entendre :

-T’as vraiment pris une cuite au royaume des chats ?

-T’as même pas idée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 664
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 13

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 450
Renommée: 1632
Honneur: 414
MessageSujet: Re: Chemins croisés [avec Mara Leros] Dim 8 Jan 2017 - 19:20
Bien sûr, le malaise était passé, tous riaient, parlaient d'autre chose et admiraient le petit défilé qui parcourait les rues, et moi avec eux. Mais je ne pouvais m'empêcher de repenser à la scène, à ma gène, et je sentais que ça risquait de devenir ce genre de souvenir qu'on garde longtemps et que tous les autres oublient. C'est pour ça que je faisais plein d'efforts pour penser à autre chose, mais à chaque fois que j'hésitais à parler à Shad, j'avais cette désagréable impression que le regard plein de reproches de mes parents pesait sur moi. Ce qui était évidemment faux, mais qui m'empêchait de prendre le garçon à part pour essayer d'envisager un semblant de plan pour la nuit à venir, nuit qui s'approchait à toute allure.

Lorsqu'on partit à la recherche d'un restaurant pour passer la dernière soirée de ce long week-end, je parvins malgré tout à prendre mon ami à part, lui demandant son numéro pour pouvoir discuter de la nuit à venir sans trop attirer l'attention pendant la soirée. Et puis quelque part, j'imaginais que ça devait être assez pratique de pouvoir discuter entre Voyageurs de jour, comme ça, au moins pour demander un coup de main pour la nuit.

En tous cas, une fois le restaurant trouvé (un italien), le dîner se passa sans encombre, tous le monde discutait de la journée, du travail qui les attendait le sur-lendemain, d'à quel point les pizzas étaient bonne et comme toujours, la conversation dévia sur des sujets qui m'intéressaient pas plus que ça, sans que je ne comprenne comme ils y arrivaient. À part à un moment où quelqu'un lança le sujet de la réforme des collèges et que je pus en placer une vu que j'étais en plein dedans, je ne parlais pas vraiment et me contentais de suivre vaguement la conversation en cherchant une idée pour gérer l'invasion de robots. Idée qui ne venait décidément pas.

Une fois le repas terminé, on retourna donc au centre-ville pour voir les feux d'artifices dans la nuit. C'était vraiment cool et beau, mais je commençais un peu à fatiguer et il faisait de plus en plus froid. Après une quinzaine de minutes d'effets pyrotechniques, j'étais complètement affalée sur le ventre de mon père, serrant les deux côtés de son blouson devant moi pour le réchauffer un peu, regardant le magnifique bouquet final sans que la moindre pensée de vienne squatter ma tête.

Finalement, tandis que la foule se dispersait, on se remit en chemin en direction du camping dans le silence, permettant de remarquer que la circulation était beaucoup plus calme cette fois. Au moins, on économisait d'autres coups de flippe, c'était déjà ça. On quitta la zone urbaine toujours tranquillement, commençant à marcher sur la pelouse entourée d'arbres qui n'arrangeaient rien à la luminosité, jusqu'à rejoindre notre emplacement. Les adultes restèrent discuter un peu dehors et après avoir dit bonne nuit à tout le monde, avec un regard un peu plus appuyé à Gerald et Shad au cas où ils aurait oublié notre mission de cette nuit, je m'engouffrai dans ma tente, me mis en pyjama et me roulai dans mon sac de couchage un peu trop froid.

D'une main, j'attrapai mon téléphone et envoyai un message à l'invocateur d'abeilles:

C Mara
On essaye de rester grouper cette nuit, ok?
Je pense que le meilleure truc a faire, c d'éviter les combat et de chercher la cause du truc. Mais j'avait pas trop comprit ce qui c'étais passer hier, faudra q tu m'explique.
++

Espérant que le garçon fasse passer le message à Gérald, ou que s'il ne le faisait pas, ce dernier n'en ait pas besoin, je mis mon téléphone en silencieux et me roulai en boule dans le duvet qui prenait son temps pour se réchauffer, fermant les yeux et attendant le sommeil, tout en me remémorant le quartier du Royaume où je m'étais battue avec Shad. Peut-être pas le coin le plus sûr, mais certainement le plus proche de notre objectif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chemins croisés [avec Mara Leros]
Revenir en haut Aller en bas

Chemins croisés [avec Mara Leros]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Vie Réelle :: Parc-