Haut
Bas

Partagez|

A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Mer 3 Juin 2015 - 14:50

Pour la première fois depuis qu’il était devenu voyageur, Corey n’avait pas envie d’aller à Dreamland, assis devant son ordinateur il repoussait l’échéance. Depuis plus d’une demi-heure l’envie n’y était plus, il scrollait dans son fil d’actualités sans même lire les titres des articles, espérant que quelque chose lui saute aux yeux. Il n’était motivé pour rien, pas envie de jouer, d’écrire ou de lire, même l’idée de se caler devant un anime ne lui faisait pas envie. Il savait qu’il devait aller se coucher mais il ressentait le besoin de repousser ce moment. Cela faisait quelques nuits que Corey avait une sensation étrange, c’était délicat à décrire mais il sentait que quelque chose n’allait pas. Comme à son habitude, lorsqu’il arrivait dans le monde onirique il savourait la sensation de liberté et la chaleur du soleil sur sa peau. Mais peu à peu, indépendamment de l’endroit et de l’activité, une sorte de lassitude s’emparait de lui, il perdait rapidement toute envie ou motivation et s’était retrouvé à rester immobile, debout, pendant plusieurs minutes. Il fallait qu’il fasse un effort de volonté conséquent pour reprendre le cours de ses actions.

Il se leva après avoir verrouillé sa session et passa à la cuisine se chercher un verre d’eau avant de sortir sur le balcon. La lune n’était qu’un modeste croissant ce qui lui permettait de s’exposer sans risque, son regard se posa d’ailleurs sur l’astre. La démotivation n’était pas vraiment sa préoccupation principale, ce qui l’inquiétait le plus c’était ses pertes de facultés, mentales et physiques au fur et à mesure de la nuit. Lorsqu’il arrivait à dreamland, il était parfaitement normal, frais et dispos, mais en même temps que la lassitude il avait l’impression d’avoir de plus en plus de mal à se concentrer et à réfléchir. Un simple calcul, comme celui de l’itinéraire le plus court, lui prenait deux fois plus de temps que d’habitude et lorsqu’il se mettait enfin en route, il sentait une sorte de raideur dans ses articulations.

Mais par-dessus tout, ce qui le perturbait, c’était la faim croissante qui montait en lui chaque nuit, jusque-là il avait surtout mangé et bu par gourmandise mais n’en n’avait jamais ressenti le besoin. Cette fois, dès son apparition dans le monde onirique, une douleur sourde venant de son estomac s’imposait à lui. Il avait essayé de manger et de boire, se disant que c’était peut-être nécessaire de s’alimenter une fois par mois dans le monde onirique, mais à part lui donner une nausée sévère, ça n’avait rien arrangé. Il avait aussi l’impression d’avoir des absences, il ne se souvenait pas de la fin de certaines de ses nuits ce qui ne lui était jamais arrivé.

Il retourna à l’intérieur, vérifia qu’Ezio n’était pas sorti sans qu’il s’en rende compte et ferma le volet roulant mais pas la fenêtre pour faire entrer un peu de fraicheur dans la pièce. L’été commençait doucement et même si les volets étaient fermés toute la journée il arrivait qu’il fasse un peu chaud la journée et il ne voulait pas démarrer la climatisation aussi tôt dans l’année. Il faillit s’endormir sur le canapé alors qu’il ne s’était assis que pour câliner quelques secondes le chat et se rendit à l’évidence, il fallait qu’il aille se coucher. Malgré ses réticence le sommeil s’empara de lui très rapidement avant même qu’il ait pu se concentrer sur une destination.

---Dreamland---

Il reconnut presque instantanément l’endroit dans lequel il se matérialisa, le fait qu’il fasse nuit était un indice presque suffisant. Le cimetière… Il regarda autour de lui et reconnu immédiatement les tombes et mausolées entre lesquels il avait essayé d’échapper à une horde de zombies quelques jours plus tôt avec Mara. Un rapide coup d’œil aux alentours lui apprit que ce soir ces derniers ne semblaient pas être de sortie. Il constata qu’il s’était retrouvé vêtu de son pyjama du monde réel, un pantalon lâche marron foncé et un t-shirt au col en V beige. Comme souvent il était pied nu mais dans un lieu tel que le cimetière ça risquerait d’être gênant, il n’avait pas envie de se planter un éclat de pierre tombale dans la plante du pied.

La faim qui le tailladait depuis quelques nuits maintenant se rappela à lui et faillit le faire se plier en deux sous le coup. Poussé par un désir impérieux qui ne savait pas vraiment expliquer il commença à se diriger vers une partie de ce district qui lui était pourtant inconnue. Lentement, la démarche raide, il déambula entre les rangées de sépultures sans savoir ce qui le poussait dans cette direction. A plusieurs reprises il eut du mouvement dans son champ de perception mais il n’eut pas le réflexe de se retourner vers l’origine du bruit. Heureusement il ne s’agissait que de petits animaux fouisseurs qui cherchaient quelque chose à se mettre sous la dent.

Il fit encore quelques pas avant de s’apercevoir qu’une silhouette semblait aller dans la même direction que lui mais à une ou deux rangées de décalage. En temps normal cette curiosité l’aurait piqué au vif et il se serait empressé d’aller voir de qui il s’agissait et pourquoi elle allait au même endroit que lui. Mais là, il s’en fichait, il voulait juste étancher sa faim et suivre son envie primale d’aller dans la direction que son instinct lui indiquait. Son chemin finit par rejoindre celui de l’autre personne et il mit quelques secondes à reconnaître la fillette qui marchait quelques pas devant lui.

« Salut Mara… » Fit-il d’une voix caverneuse qui ne lui ressemblait pas vraiment. « J’ai faim. » Il ne savait pas pourquoi il avait dit ça, mais il s’en fichait. « Tu sais ce qu’il se passe ? »

Il avait continué de marcher tout en parlant, le fait de voir qu’il n’était pas tout seul dans cette galère le rassura.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Mer 3 Juin 2015 - 17:09
Est-ce que les blessures peuvent s'étaler sur plusieurs nuits? Je me demande... Ça fait quand même presque une semaine que chaque nuit, j'ai mal à la jambe... Enfin non, c'est pas que j'ai mal, c'est plutôt... je sais pas... Comme avoir la jambe engourdie, dans la zone où le zombie m'avait griffé... Ouaip, depuis que ce zombie m'a griffé, j'ai mal là, et je me sens de plus en plus fatiguée la nuit.

Sans oublier que j'ai faim, ce qui est vraiment, vraiment bizarre. Je veux dire, le monde des rêves, tant que t'as pas faim en vrai, t'as pas faim là-bas, si? En plus, j'avais même passé une nuit au Royaumes des Sucreries pour voir, bah j'avais faim, mais ça me donnait pas envie. Rien me donne envie. Du moins, j'ai l'impression... En plus, je suis de plus en plus fatiguée à Dreamland, j'ai l'impression d'avoir des courbatures, et de devoir parfois y penser très fort pour juste lever le bras! Enfin, surtout en fin de nuit, hein...

Mais du coup, bah, je profite plus de mes nuits, je me sens mal... Je suis reposée au réveil, comme d'habitude, mais j'ai comme un arrière-goût dans la bouche. Nan pas littéralement, mais plutôt comme s'il y avait quelque chose de vraiment pas normal, et de pas bon pour moi. Et du coup, j'y pense et je mets du temps à m'endormir, parfois jusqu'à presque minuit! Trois heures dans mon lit à y penser, c'est horriblement ennuyeux.

Et en plus, comme tout ça me fait de plus en plus penser à l'histoire avec les zombies, je fais tout pour penser à n'importe quoi d'autre qu'au Cimetière, et du coup, j'arrive dans des Royaumes vraiment bizarres. Et donc là, il est déjà presque onze heures, et je pense déjà aux zombies... Bon, changement de sujet, changement d'idée!

Trouver un truc, trouver un truc... Ah! Des chiens! Est-ce qu'il y a un Royaume des chiens? À quoi ça ressemblerait? À un Royaume en forme de nonos? avec des niches géantes et tout? Des chiens hybrides humains, ça doit être bizarre à voir, ou alors c'est comme les images sur internet... Je sais pas... C'est possible des chiens-zombies?...

Mais raaaaah! Et en plus il fait super chaud!



~~~~~~~~~~~~

Finalement, la petite ne sut pas à quelle heure elle s'était endormie, mais c'était bien tard. Le seul moyen qu'elle avait trouvé pour ne pas retourner dans le lieu maudit, c'était de fixer le vide de son plafond jusqu'à avoir la tête vide, puis de penser à sa mère, puis à un Royaume différent en fonction de ses associations d'idées. Du coup, elle avait presque oublié qu'elle ne voulait pas aller au Cimetière. Elle l'avait presque lui-même oublié à vrai dire.

Et elle resta hagarde quelques seconde en se réveillant face à une grosse pierre tombale brillante d'humidité. Enfin, "quelques secondes"... "une bonne vingtaine de secondes" serait plus cohérent. Se rendant compte qu'elle était resté bouche bée beaucoup trop longtemps, Mara se redressa et secoua un peu sa tête pour retrouver un semblant d'idées logiques. Ce qui ne lui valut qu'un merveilleux mal de crâne. Ouais, il y avait ça aussi, elle avait de plus en plus de mal à réfléchir, à s'organiser... Heureusement qu'elle n'avait pas eut besoin de se battre, sinon ça n'aurait pas été glorieux.

Toujours était-il qu'après un certain effort de volonté, elle réussit à se déplacer. Elle avait l'impression que sa jambe mordue était sous anesthésie, et elle se sentait aussi bien que si elle venait de faire six heures de sport intensif la veille. Donc en résumé, elle se sentait comme une grosse courbature. Elle mit quelques instants à se rendre compte qu'elle n'était pas habillée comme d'habitude. Ça devait être, quoi, la première, ou la deuxième fois peut-être? En tous cas, elle n'avait pas remplacé ses vêtements par une tenue classe, car c'était sa chemise de nuit blanche à ornements roses pâles qu'elle portait. Bon, pour le charisme, on repassera... En plus, elle était en chaussons! Bon, ok, les chaussons étaient juste marrons, mais l'intérêt des vêtements du soirs, c'est pas de se trimbaler avec dehors dans un cimetière, car après c'était ridicule!

Mais bon, entre ça et se balader pieds nus... mouais, nan.

À propos de se balader, elle commença à marcher au hasard. Elle avait faim, comme l'impression que quelqu'un tapait dans son estomac. Durant son trajet, elle croisa un zombie et ne s'en rendit compte que quelques pas après. Et c'était à peine si le monstre avait fait gaffe à elle. Elle hésitait entre le soulagement ou la frustration de s'être faite snober comme ça. Puis, encore plus tard, elle se demanda pourquoi le mort-vivant ne l'avait pas vu. Était-ce à cause de la couleur de ses vêtements? Ces cadavres ambulants ne voyaient pas le rose? Il lui semblait que dans les films et les jeux, tout le monde était habillé avec des couleurs sombres et sobres, jamais en fuchsia. Était-ce là la solution pour leur être invisible? Tellement simple et improbable que personne n'y avait jamais pensé?

... Ouais, nan.

Elle était tellement plongée dans ses réflexions qu'elle fut prise au dépourvu par l'appel d'un homme. C'était pas... Corey? Ah, si si, Corey, mais en pyjama cette fois. Mais c'était une malédiction ou quoi? Sa voix était en tous cas bien plus grave que dans ses souvenirs... Elle lui répondit elle aussi:

"C'est toi Corey...? ... Je sais pas ce qu'i se passe, ch'uis crevée..."

Elle avait... chuchoté, non? Enfin, avec une voix de gorge, comme si elle n'avait plus de cordes vocales, ou qu'elle forçait sur une voix cassée... Ça n'allait pas être pratique pour crier, ça. Bon, dans un sens, la présence du Voyageur était plutôt bon signe: quoi qu'il se passe, elle n'était pas seule... Mais elle lui trouvait aussi une absence de dynamisme, à traîner les pieds... Elle traversa les quelques tombes qui les séparaient. La vache, elle avait l'impression que le monde tournait un peu en accéléré autour d'elle, elle repérait vaguement des trucs, mais elle n'avait pas assez de réflexes pour bien surveiller autour d'elle. Quand elle fut plus proche de l'homme, elle lui demanda, prise d'un doute:

"Dis... tu te sens pas mal depuis... la dernière fois? Genre faim... fatigue, tout ça...?"

Mais son camarade n'eut pas vraiment le temps de lui répondre, puisqu'ils se rendirent compte qu'un macchabée était planté devant eux, les regardant de son regard... mort, les vêtements déchiqueté et la peau collée aux os. Et avant qu'ils ne puissent faire quoi que ce soit, il leur balança d'une vois gutturale:

"B'jour..."

Avant de tourner et de continuer vers la droite.

Mara sentait qu'ils allaient passer une bonne nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Jeu 4 Juin 2015 - 12:46

Il voulut lui sourire parce qu’il était content de revoir ce petit brin de femme mais ses muscles faciaux ne lui obéirent pas tout de suite et très vite cette envie se perdit. Il détailla la tenue de son amie et fût amusé, un bref instant, pour une fois il n’était pas le seul à être habillé un peu ridiculement. Il voulut faire une plaisanterie à ce sujet mais ne parvint pas à la formuler, il se contenta donc de la fixer sans rien dire quelques secondes. En regardant les chaussons de la fillette il s’était aperçu qu’ils n’étaient pas un luxe. Ses pieds, privés de toute protection étaient noircis par la poussière du cimetière et, plus étonnant, ce qui semblait être un éclat de marbre s’était logé entre deux de ses orteils et avait commencé à lui entaillé la peau. Pourtant il n’arrivait pas à se souvenir d’une quelconque douleur ni même d’une gêne. Il secoua le pied pour déloger l’élément intrus et se força à répondre au quasi chuchotement de la gamine.

« Ouais je suis naze aussi, ça fait quelques nuits que … » Il chercha ses mots quelques secondes « ça dure. »

Elle s’approcha de lui et il trouva qu’elle se déplaçait de façon plus maladroite que la dernière fois qu’il l’avait vue. Peut-être que ses chaussons la gênait ou qu’elle avait un caillou à l’intérieur, en tous cas il était loin de la trouver aussi agile et gracieuse que la fois précédente. Il voulut lui faire la remarque mais encore une fois la lassitude l’emporta sans grand mérite. Il se força à écouter attentivement ce qu’elle lui disait.

« Faim, oui…. » répéta-t-il en écho sans y penser.

Il devait reconnaître que son état de fatigue l’avait empêché de trop y réfléchir à dreamland mais que dans le monde réel il s’était déjà posé la question. Il avait eu du mal à estimer depuis quand il se sentait ainsi mais c’était vrai que ça collait plus ou moins avec leur dernière visite en ces lieux. Peut-être qu’ils avaient été contaminés par quelque chose ou avaient déclenché une sorte de malédiction, il avait du mal à réfléchir et ses idées revenaient souvent vers la faim qui le tenaillait.

« Bonjour » répondit-il par réflexe avant de se rendre compte que c’était un mort vivant qu’il venait de parler.

Comme ce dernier continuait son chemin il n’y avait pas vraiment de raison de s’inquiéter et il se concentra pour répondre à Mara.

« C’est vrai… qu’il se passe des choses bizarres… J’ai vraiment faim et … je suis fatigué ici… Ca m’étais jamais arrivé. »

A nouveau le désir impérieux d’avancer dans la même direction que l’autre zombie le prit, il entendait comme une voix à la frontière de son esprit. Même si elle était glaciale et macabre, elle lui semblait rassurante et sonnait comme la promesse d’un bon repas et d’une nuit tranquille.

« Dis… tu entends une voix ou je commence à perdre la tête ? » Comme un bruit de fond, cette voix qui prononçait des mots incompréhensible digne d’une incantation continuait à l’attirer. « On dirait qu’elle vient de là-bas. » dit-il en désignant la direction vers laquelle le zombie qui venait de les croiser se dirigeait.

« On… va voir ce qu’il s’y passe ? » Demanda-t-il mais ses pieds avaient déjà commencé à se mettre en mouvement pour se déplacer dans cette direction.



__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Jeu 4 Juin 2015 - 18:40
Tandis que le zombie passait, Mara fut prise de curiosité. Enfin, de la "curiosité"... Pas forcément, c'était juste... comme une envie d'aller où il allait... C'était bien de la curiosité, non?Alors qu'elle tentait vainement de réfléchir à cette question des plus fondamentales, un murmure extrêmement perturbant viens interrompre sa réflexion. Aussi perturbant qu'un type malsain qui te chuchote un truc incompréhensible droit dans l'oreille, sauf que là, quelqu'un était en train de lui chuchoter un truc incompréhensible droit dans la tête. Ça faisait un poil peur à vrai dire.

Non en fait, non, ça faisait pas si peur, étrangement. En fait, c'était même carrément l'inverse, ça paraissait familier, peut-être pas agréable, mais... Mouais, peut-être un tout petit peu agréable. En tous cas, même si cette voix était totalement incompréhensible, la fillette était convaincue de comprendre ce qu'elle disait, un peu comme son pouvoir, mais en plus bizarre, car elle entendait bien un truc incompréhensible, pas traduit. Mais elle le comprenait. Raah, elle était perdue dans ses pensées, elle ne comprenait plus rien... Enfin si, elle comprit que Corey avait le même problème, et après un certain temps de latence pour se souvenir de ce qu'il fallait faire dans ce genre de situation, elle acquiesça.

Attends, comment ça elle venait de "là-bas"? Elle n'était pas dans sa tête?... Ah si, peut-être qu'elle venait de là-bas... Mais ça n'avait aucun sens, elle l'entendait bien dans sa tête! Enfin, il lui semblait...?Elle fit de nouveau "oui" de la tête quand son ami lui proposa d'aller dans la direction indiquée. Elle ne savait pas vraiment pourquoi, mais ça lui semblait une excellente idée. L'instinct, peut-être. Toujours était-il que c'était avec un certain entrain qu'elle bondit à la poursuite du zombie, les pieds traînant et rivalisant presque de vitesse avec Derrick dans son fier déambulateur.

Curieusement, elle ne se sentait pas aussi mal que la première nuit passée au Cimetière. Enfin si, nan, physiquement elle se sentait mal, mais mentalement, à part une légère mollesse... Elle n'avait plus vraiment peur de l'environnement. Elle fixait le vague un peu au dessus de l'épaule du mort-vivant devant elle, se rendant plus ou moins compte qu'une foule se formait entour d'eux, comme une marée qui se déplaçait lentement, évitant plus ou moins harmonieusement les pierres tombales et autres décorations du coin. Mais nan, la petite n'avait pas peur, et elle ne se rendait pas vraiment compte de l'étrangeté de la situation. Si, bien sûr, il y avait ce truc-là qui rampait en perdant des bouts, et l'autre là bas n'avait rien au dessus du bassin... D'ailleurs, ce n'était pas les deux bouts d'un même type? Mouais, possible.

Elle n'avait pas vraiment envie de parler, et d'ailleurs, la voix se faisait de plus en plus insistante dans sa tête, au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient... L'enfant était trop petite pour se rendre compte de combien ils étaient, mais même plus grande, ses capacités cérébrales ne lui auraient probablement pas autorisé à compter au delà de douze. Un peu comme si elle avait perdu l'abonnement premium de son corps. Ce qui était un peu humiliant, mais passons.

Il était de plus en plus difficile de marcher. Non pas que ses muscles se raidissaient encore davantage, mais surtout car la masse était de plus en plus compact, et il lui fut bientôt impossible de se déplacer. Ce qui ne l'empêcha pas un instant de continuer à bouger les jambes, quand bien même ses pieds raclaient en vain le sol sec et terreux. Ce n'est qu'au bout de quelques secondes qu'elle s'arrêta, le nez presque collé dans le dos d'un cadavre, loin de toute source d'air frais. Au moins, par un quelconque miracle, le Voyageur de lumière se tenait à côté d'elle, son coude touchant presque son oreille.

C'était bizarre, ça puait sec, mais la jeune fille n'était pas plus gênée que ça. Prise d'une pulsion, elle tourna vaguement la tête vers son compagnon qui gardait le regard fixé droit devant lui, avec un air bien moins... dynamique que la nuit de la semaine précédente. C'était bizarre et en plus, tous les zombies les ignoraient cette fois.

D'un coup, elle reporta son regard droit devant elle, suivant... suivant... son instinct... peut-être? Ce qui n'aboutit qu'à faire plonger son regard dans l'immonde chaire putréfiée du tronc de son devancier. Et soudainement, la voix dans sa tête devint compréhensible. Elle était froide, grinçante et grave, mais curieusement, son ton semblait... vaguement blasé, bien que menaçant. Il commença d'une voix monocorde qui aurait été moyennement agréable à l'oreille de la Voyageuse, si elle avait été dans son état normal, mais qui semblait pourtant légèrement modulée, de manière un peu forcée:

"Bieeen, bien le bonsoir chers camaraaaades... Vous avez bien jouéééé? Bien mangéééé? Bien payé vos impoooots? Paaarfait... Vous avez vraaaaaiment été pi-to-yables. Déjààà, on a paaaas remplis les quotas... Du coup, moiiii, je vais me faire eeeengeuler pour vooos bêtises... Et j'aime paaaas me faire engeuleeer... Du cooooup, il y aura pluuuus de taxes la semaine prochaiiiine... Et en pluuuus, on a paaaas beaucoup de nouveaaaaux par rapport aux peeeertes... Il faudra arranger çaaaa..."

Mara ne savait absolument pas pourquoi, mais elle avait l'impression que les reproches lui étaient adressées, et elle se sentait assez mal, honteuse. D'ailleurs, elle se courba un peu, cognant son voisin de devant, tandis que le discours de ce qu'elle ressentait comme son chef continuait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Ven 5 Juin 2015 - 11:54

Le nombre de zombies autour d’eux augmenta progressivement alors qu’ils approchaient de la source de l’appel mental qu’ils semblaient recevoir tous les deux. Curieusement, personne ne faisait attention, comme si ils n’étaient que des moutons parmi les autres. Cette sensation d’être commun piqua la fierté du voyageur, il avait pris l’habitude d’être remarqué, d’être craint, dans la plupart des royaumes de Dreamland, les voyageurs étaient considérés différemment des créatures des rêves. Ils étaient parfois haïs, parfois juste tolérés mais partout ils étaient remarqués et ils sortaient de la masse. Le fait d’être tout bonnement ignorait vexait l’héliophobe qui eut envie de se mettre à balancer des rayons dans tous les sens pour leur apprendre à l’ignorer. Il se rendait compte que cette envie de sortir du lot était un peu puérile mais de toute façon elle fût vite balayée par la faim, la fatigue et surtout la voix dans sa tête qui se faisait plus présente. Il n’était désormais plus possible de douter de son existence, en temps normal ça aurait été une horreur d’entendre cette voix froide et caverneuse directement dans son esprit. Même quelqu’un de fort mentalement aurait rapidement succombé au désespoir ou à la folie en quelques minutes avec cette litanie directement dans le cerveau. Mais ce soir, elle agissait presque comme un flot de paroles réconfortantes, comme le murmure de la mer qui vous endort lorsque vous êtes étendu sur la plage. Un bruit qui vous vide la tête de vos contrariétés et qui vous attire vers un seul but, se rapprocher de sa source.

Ils arrivèrent vite dans entrailles de cette partie du cimetière, où les mausolées étaient plus imposants, certains atteignaient presque la taille d’une maisonnette. Même si les styles étaient encore hétéroclites, les gargouilles grotesques côtoyant les arabesques et les croix, on comprenait que c’était la partie la plus riche de ce cimetière onirique. Tout le monde semblait se rassembler devant un mausolée gigantesque qui ressemblait presque plus à un temple qu’à autre chose. Comme un mouton docile, il s’arrêta et attendit que quelque chose se passe, coincé entre une vieille femme à qui il manquait un bras et la moitié du crâne et derrière un grand gaillard dans un costume trop petit pour lui. Entre la taille du mort vivant devant lui et sa tendance à se tenir courbé sur lui-même il ne voyait pas autre chose que le haut du dos du type. Il regarda par-dessus Mara et constata qu’une sorte de goule était là aussi, un peu plus loin il apercevait ce qui avait l’air d’être une momie et un squelette. Il s’interrogea un instant sur les autres créatures qui devaient peupler ce cimetière, comme l’immense araignée zombie qu’ils avaient entraperçu lors de leur précédent venue.

Le discours de celui qui les avait rassemblés ici commença, de la même voix qui avait résonné dans son esprit même si elle lui paraissait différente une fois entendue par ses oreilles. Sans le contexte, Corey eu du mal à comprendre ce dont il était question, la voix parlait de quotas, d’impôts, de taxes. Il se força à réfléchir, celui qui parlait était sûrement le chef des créatures rassemblées et il devait des comptes à quelqu’un d’autre. Peut-être était-il chargé de récolter des essences de vie ou la peur pour le seigneur cauchemar qui dirigeait tout le cimetière. Il attendit la suite du discours patiemment, comme tout le monde.

« Je compteees donc sur vouuus pour redoubleeerr d’efforts afin de montrrrrer que notre distriiccct est un des plus performaaaaannt. La nouvelle circulaiiiiiree A-157B définiiiit des objectifs de rrrrrendement personnaliséééés, je vous invite à en preeeennndre connaissancccee. »

Une sorte de grondement se fit entendre, venant du fond de la crypte dont la porte était ouverte et un moment de gêne passa dans la voix de l’orateur.

« Ah oui c’est vraiiii…. Skullie, le chien squelette de ma mère s’esssst encorrreee échappééééé, celui qui le retrouveraaaa sera exxxoooonéréééé pendant un moiiis. »

Des murmures d’approbation et un peu, il fallait l’avouer de moquerie, passèrent dans l’assistance mais ils se turent rapidement lorsque leur chef se remit à parler.

« La réunion est terrrminéeee vous pouvez vous remetttreeee au travail. Les nouveauuuux, restez laaaaaa. »

Rapidement les présents se dispersèrent, semant quelques morceaux de corps pour certains et les deux voyageurs se retrouvèrent donc seuls devant une espèce de lyche. On comprenait tout de suite qu’il n’était pas au niveau des autres créatures du cimetière, une aura de puissance rayonnait de lui. Ses vêtements, une sorte de toge de mage, était neuve, il avait une sorte de sceptre dans la main et une lueur d’intelligence malsaine rayonnait dans ses orbites pourtant vide.

« Tieeeennnnsss doooonc voilà donc les deux voyageeeurrrrs qui m’ont coutéééé presssssque vingt de mes employéééééssss. Voooouss allezzz devoir travailller dur pour les reeeemplaceeerrr. »

Corey avait du mal à comprendre ce que tout ceci impliquait mais il avait la désagréable impression d’être à la merci de cet espèce de nécromant à la manque. Il jeta un coup d’œil à la blondinette comme pour lui demander ce qu’elle pensait de la situation, incapable de parler, écrasé par la présence de cette créature.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Sam 6 Juin 2015 - 22:12
La voix continua à parler encore un peu, avec des mots compliqués comme "exonéré" ou en évoquant des cercles A - un numéro B. La pauvre Mara, qui n'était déjà pas très vive d'esprit quand son entourage partait dans ce domaine, se déconnecta carrément de la réalité pour se laisser bercer par l'étrange voix. Elle se réveilla quand la voix dit que la réunion s'achevait finalement, lui permettant enfin de voir l'individu: un squelette assez grand, en robe et avec un grand bâton. C'était... curieux. Mais un peu intimidant aussi, curieusement.

Il les interpella d'un coup, Corey et elle, leur reprochant la perte de vingt employés... les zombies de la semaine dernière sans doute. La fillette eut très envie de lui envoyer l'excuse typique de "désolée, j'ai pas fait exprès", mais elle n'osait pas. Elle n'osait pas parler, et elle n'osait pas mentir. Que voulait-il dire par "travailler"? Qu'eux aussi allaient devenir des employés? Et du coup, ils allaient être payés? ... Non, en fait le vrai truc, c'était plutôt: eux aussi allaient devenir des zombies? Des sueurs froides parcoururent la peau de l'enfant à cette idée. Elle voulait pas manger des gens... Elle tourna la tête vers son camarade, comme cherchant de l'aide, mais elle ne put qu'échanger un regard avec lui, ne réussissant toujours pas à parler. Puis elle tourna violemment la tête vers le squelette, son instinct lui criant qu'il allait dire un truc:

"Dooonc... Pour commenceeeeer... Quelle supeeerbe coïncideeeeence! Puiiiiisque Skullie fait des sieeeennes, on va d'aboooord tester votre résistaaaaance... Et évitez de peeeeerdre des bouts maintenaaaaant, ça serait... problématiiiique pour la suiiiite..."

Le duo de Voyageur resta planté sur place. Pour sa part, la petite avait bien envie d'y aller, pour ne pas désobéir aux ordres, mais... Elle ne savait pas par où aller, et elle n'osait pas prendre une direction au hasard. Du coup, un blanc de quelques secondes s'installa, avant que le chef ne dise avec exaspération:

"Vouuus avez des questioooons...?"

L'enfant hésita un peu, retenue par un reste de timidité, mais essaya finalement de lever la main pour demander la parole. La liche l'interrompit, prenant peut-être pitié de ses tentatives infructueuses de tendre le bras, et l'interrogea, lui permettant de poser sa question de sa voix cassée:

"Pardon mais... c'est par où...?"

Le crâne la fixa de ses orbites vides, soupira bruyamment et pointa vaguement une direction du doigt. La Voyageuse s'inclina plus ou moins en remerciement et les deux partirent vers le lieu indiqué, une sorte de village de mausolées. Le pied traînant, la nuque tombante, les bras ballants, Mara était juste trop fatiguée pour aller plus vite, comptant de toutes ses forces sur son pouvoir pour s'occuper rapidement de ce truc. Oui, son pouvoir... La nuit était en tous cas extrêmement silencieuse, c'était déjà ça d'agréable.

C'est après un trajet des plus laborieux, en raisons des pierres tombales sur leur chemin et des cailloux pointus sous leurs pieds, qu'un jappement se fit entendre. Tournant la tête vers le bruit, la fillette aperçut un adorable chiot brun portant un bout de crâne rutilant sur la tête en train de sautiller autour d'un tas de chaire pourrie. Elle était... perplexe, supposant qu'il devait s'agir de Skullie, mais n'arrivant pas à expliquer le pourquoi du comment une bestiole aussi adorable pouvait vivre dans un coin aussi sombre.

Après avoir jeté un regard incertain vers son camarade, elle commença à l'approcher lentement, persuadée que son pouvoir allait gérer efficacement cette tâche. En voyant la gamine tituber vers lui, le chien cessa de jouer avec un os et se tourna vers elle, parfaitement immobile, oreilles tendues. Pour le rassurer, elle s'autorisa à marmonner quelques paroles:

"T'inquiète...pas... on va... te ramener..."

Puis, tandis qu'un autre demi-pas la rapprochait de l'animal, elle se rendit compte de quelque chose: le chien aboyait et jappait. Il ne parlait pas. Son pouvoir ne marchait pas sur lui. Et à l'instant même où elle s'immobilisa à quelques mètres de lui, le petit canidé se mit en branle et se cabra comme un cheval, levant ses deux pattes avant. Et se mit à grossir.

Quand ses deux immenses pattes percutèrent le sol dans un tremblement de terre, le molosse noir faisait à présent le double de la taille de la jeune fille et ses trois têtes s'agitaient dans tous les sens, les crocs bavant dévoilés et les yeux rougeoyants. Chacun des ses mouvements menaçant faisait cliqueter l'armure osseuse qu'il portait et tressaillir ses oreilles. Ses pupilles folle roulèrent dans tous les sens avant de finalement s'arrêter sur celle qui avait eut l'inconscience de l'approcher, à présent assise par terre.

À vrai dire, dans l'instant, Mara ne réfléchit pas réellement. Hurlant mentalement à ses muscles douloureux d'aller se faire voir, elle se retourna sans grâce et tenta de fuir à quatre pattes assez grotesquement, entendant les nombreux craquements sourd de ses articulations à chaque mouvement faisant preuve d'un semblant de brusquerie. Trouvant finalement refuge derrière une pierre tombale proche, elle risqua un coup d’œil pour voir le cerbère hurler à la lune en fissurant l'entrée d'une crypte d'un coup de patte. Bon, ça allait être glorieux. Commençant à sentir le désespoir pointer en devinant que les os éparpillés devaient être ceux de ses dernières victimes, elle commença à chercher Corey du regard, Corey qui, lui, avait un pouvoir utile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Mar 9 Juin 2015 - 13:33

Le fait d’avoir une sorte de dette envers cet être étrange n’emballait pas du tout le geek, il savait que des moyens existaient pour plier un rêveur ou un voyageur à sa volonté. Il n’avait pas du tout envie de passer ses nuits à travailler pour une créature de cauchemar, il aimait Dreamland principalement par rapport à la liberté d’action que ce monde lui offrait. Si il perdait cette liberté autant cesser d’y être conscient, mais il ne savait même pas si dans son état actuel il aurait la force et le courage pour mettre fin à ses jours. Il avait juste envie de faire plaisir à cet espèce de nécromant en lui rendant service, il n’aurait pas vraiment sut expliquer pourquoi mais c’était ainsi. Désormais retrouver ce chien était ce qu’il y avait de plus important pour lui et il emboita le pas de la gamine dès qu’une direction fût indiquée.

Pendant le trajet il essaya de réfléchir à leur situation, d’essayer de comprendre comment cette créature les avaient soumis à son contrôle mais ses pensées étaient trop fluctuantes pour être efficaces. Dès qu’il pensait tenir une théorie ou une piste, son esprit revenait vers le fait de retrouver ce chien pour complaire au nécromant. Cette sensation lui rappelait un peu trop la fois où il s’était retrouvé sous le contrôle d’une sorte de Sérum mis au point par un savant de Mirage Space. Mais cette fois il s’agissait de quelque chose de plus discret, de plus insidieux, qui s’était installé au tréfonds de son être et qui guidait doucement ses pensées et ses actes. Il n’aimait pas du toute ça mais très vite la langueur et la fatigue apaisèrent la colère qui montait en lui et il se contenta de suivre la blondinette jusqu’à ce qu’ils tombent sur le chiot.

Mara sembla vouloir s’en charger, il ne savait toujours pas vraiment en quoi consistait vraiment le pouvoir de cette dernière, mais elle avait déjà réussi à manipuler des chiens par le passé. Cependant cette fois quelque chose du clocher car le petit chiot semblait continuer à avoir peur d’elle et à ne pas vouloir qu’elle approche. Soudainement une sorte de monstrueux cerbère infernal remplaça le canidé, Corey se demanda si il commençait à avoir des hallucinations, il aurait juré que c’était le petit chiot tout mignon qui s’était transformé dans cette affreuse créature. Il n’avait pas bougé et regarda d’un air intrigué la jeune Mara qui se carapatait à l’abri pour ne pas risquer de finir dévorer par une des gueules hérissées de crocs. Le voyageur se retrouva donc seul, debout mais légèrement vouté, devant le monstre gardien des enfers qui avant approché de lui après avoir détruit l’entrée d’une crypte d’un simple coup de patte.

Il releva les yeux pour croiser les regards des trois têtes qui le regardèrent, intrigué par ce petit être qui osait rester devant eux. L’esprit encore embrumé par la fatigue, Corey ne sut pas quoi faire, il resta planté là, espérant que le cerbère l’ignore comme les zombies, un peu plus tôt. Mais malheureusement le grondement qui s’éleva des trois gueules simultanément n’avait rien de rassurant, il comprit enfin qu’il allait y passer si il ne réagissait pas. Une idée venue d’un film qu’il avait bien aimé germa dans son esprit, il ne savait plus vraiment lequel, mais il se souvenait que les cerbères aimaient la musique. Toujours immobile devant cette créature cauchemardesque qui faisait au moins deux têtes de plus que lui il se mit à… siffler.

L’air n’était pas spécialement entrainant ni bien interprété, un peu trop haché, mais les connaisseurs auraient pu reconnaître une musique d’un célèbre jeu de stratégie. La créature parut intrigué, les têtes se tournèrent d’un côté, puis de l’autre, puis … l’un des immenses pattes vint frapper le voyageur, l’envoyant valser contre une tombe en marbre qui se brisa sous l’impact révélant le contenu de la tombe. Un peu sonné par le choc qui l’avait envoyé directement dans le même cercueil qu’un squelette jaunâtre, Corey ne ressentait pas la douleur qu’il aurait normalement dû percevoir suite à ce coup qui lui avait probablement brisé une ou deux côtes.

« Désolé » dit-il au squelette qu’il venait de détacher en plusieurs morceaux en tombant dessus.

Son idée de musique pour calmer la bête n’avait absolument pas marché, il ne savait pas trop quoi essayer d’autre alors que le monstre s’approchait à nouveau de lui. La bête ne semblait pas du tout contente et de la bave avait commencé à couler d’au moins deux des gueules. Corey voulu se redresser mais une de ses jambes était coincée par un gros morceau de marbre, il faillit paniquer mais il eut la présence d’esprit de jeter un éclat sur le cerbère pour freiner son avancée. La gueule centrale se contenta de mordre dans le bloc de pierre le broyant en plusieurs petits morceaux sans aucune difficulté. Corey avait quand même profité du temps gagné pour dégager sa jambe mais il lui fallait encore quelques secondes pour y parvenir totalement. Il attrapa ce qui lui tomba sous la main, un radius ou un cubitus probablement et le balança sans même vraiment viser. Il s’empressa ensuite de se libérer et de se redresser, il s’aperçut alors que l’os avait manqué sa cible mais qu’il avait tout de même attiré l’attention du colosse. Au moins deux têtes étaient plus intéressées par le morceau de squelette que par lui. Seule la troisième tête continuait à le fixer et à lui aboyer après, il en profita pour s’éloigner un peu.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Mer 10 Juin 2015 - 23:40
Alors même que l'enfant se planquait derrière une tombe, Corey se mit à... siffler quelque chose...? Dans un sens, Mara ne comprenait pas comment il avait pu trouver cette idée, qui lui paraissait un peu idiote, mais de l'autre, l'acte ne la surprenait pas tant que ça. Comme s'il y avait une logique derrière. Peut-être qu'elle avait déjà du voir ou entendre un truc comme quoi ça marchait. Allez savoir où.

Car ici, ça ne fonctionna pas un instant et tout ce que le Voyageur gagna, ce fut un bon gros coup de patte dans le ventre qui l'envoya valdinguer plus loin, détruisant au passage le patrimoine local. En temps normal, cette vue aurait donné mal à la fillette, par compassion, mais là... Elle ne se sentait pas vraiment empathique, et le fait que l'autre avait à peine fait la grimace sous le choc n'aidait pas beaucoup. En plus, il était tombé quelque part, donc elle n'avait pas la moindre idée de son état, et le chien à trois têtes commença à s'approcher de lui en grognant.

Bon point: il ne s'intéressait plus à elle.
Mauvais point: l'autre allait s'en prendre plein la tête. Et toute seule, elle risquait d'avoir un mal fou à ramener la bestiole au monsieur bizarre.

De loin, elle aperçut vaguement un bloc de marbre jaillir du trou, avant de finir sa folle envolée entre les crocs de la tête centrale, puis c'est un bout d'os qui fit une magnifique cloche, passant entre deux museaux, attirant leur attention. Du coup, la gamine sortit de sa cachette pour admirer le magnifique spectacle du cerbère, une tête droite, oreilles bien dressées et tirant la langue, un seconde en train de se tordre la nuque et de s'allonger au maximum pour essayer d'attraper le bout de squelette un poil trop loin, et la dernière qui avait l'air de s'en balancer pas mal et qui continuait à baver sur la tombe.

L'enfant essaya de réfléchir. Le bestiau était vachement trop fort pour eux, ça lui paraissait assez évident. Son pouvoir ne servait ouvertement à rien ici, Corey n'avait pas encore l'air d'avoir essayé le sien... Avec deux têtes occupées par un truc et la troisième tête par autre chose, le chien semblait bloqué. Peut-être qu'en restant comme ça et en appelant le chef...? Nan, son instinct lui disait qu'il aurait la flemme de venir. Mais comment faire pour le ramener? Fallait l'attirer, mais elle sentait que l'homme n'allait pas courir assez vite pour échapper à l'animal... Pourquoi elle avait l'impression d'oublier un truc? Mmh... Ah! L'os! Il aimait bien cet os, oui! Du coup, il aimait les autres? Mais comment savoir... Huuu... Ah! En essayant avec un autre, oui!

Après trois minutes d'intenses réflexions, la jeune fille baissa les yeux à la recherche d'une quelconque carcasse, inanimée de préférence. Heureusement, elle ne mit pas longtemps à en trouver une. Vint ensuite la seconde épreuve: ramasser l'objet, qui ressemblait à une grosse côte, le quadruple de la taille d'une normale pour un humain. Grosse bête, oui.

L'enfant entreprit donc de se courber lentement, tandis que chacune de ses vertèbres craquait sourdement et bruyamment et donnait l'impression de dégager l'articulation, comme si elle venait de se réveiller après une longue nuit de sommeil. Elle dut ensuite plier difficilement ses genoux bloqués, menacée par la douleur de son bassin, et les bras ballants pour limiter les efforts, ses doigts frôlèrent enfin la surface de sa cible. Ouvrant difficilement une main aussi souple que de bois à cause de ses phalanges coincées, elle referma finalement ses cinq doigts autour de l'os, y enfonçant un peu ses ongles pour affermir sa saisie. Elle se redressa ensuite, toujours aussi laborieusement, mais agréablement surprise par la légèreté de l'objet.

Voyant au loin les têtes du molosse se reconcentrer plus ou moins sur leur source de nourriture originelle, Mara décida de se dépêcher, accélérant la cadence de son traînage de pieds. Cependant, elle n'allait pas être assez rapide, et elle ne savait pas si son ami était toujours dans le trou. Mais bon, dans le doute... Après quelques secondes, une idée de génie lui traversa l'esprit, et saisissant son fardeau à deux mains, elle se mit légèrement de profil, et tendit plus ou moins ses muscles. Après quelques instants de concentrations, elle raffermit sa prise et d'un mouvement circulaire dont elle ne s'imaginait pas capable, elle balança purement et simplement la côte sur le molosse, qui la reçue en plein dos, avant qu'elle ne rebondisse et tombe au sol.

Les trois têtes se tournèrent dans un même mouvement vers l'origine de l'attaque, fixant la fillette d'un regard rouge et cruel, et commençant à abandonner la tombe pour faire lentement de demi-tour. Et dans la manœuvre, l'une de leurs pattes percuta l'os, faisant tressaillir les six oreilles et figeant le bête. Lentement, les pupilles sombres descendirent vers l'obstacle et pendant un long moment de vide tendu, la Voyageuse eut peur que sa démarche rate misérablement.

Soudain, la queue du canidé tremblota, fit un aller-retour, un second, fit un long mouvement circulaire, puis partit dans un frétillement hystérique agrémenté de cliquetis d'ossements, tandis que trois langues commencèrent à pendre, puis que trois mâchoires s'enfoncèrent dans le débris. Les trois têtes se mirent soudain à se disputer, sans doute pour savoir qui aura le droit à la plus grosse part, l'une d'entre elles lâchant parfois temporairement sa prise pour donner un coup de joue à sa voisine. Constatant que les différents membres ne s'accordaient pas entre eux pour le partage du jouet, les trois gueules s'ouvrirent en grand, laissant retomber le bout de côte dans un violent fracas au sol qui souleva un nuage de poussière et de crasse. Puis, libéré de sa gêne, le chien plia les pattes, prit son élan et fit sauter son énorme corps vers le morceau de carcasse. Et quand il atterrit dessus, il était retourné à l'état d'"adorable chiot". Même si l'enfant avait à présent pas mal de raisons de se méfier de la bestiole. Par prudence, elle s'abstint de lui adresser la parole, pour éviter un malheureux retour au mode berserk. Elle saisit plutôt l'os par son extrémité la plus mince, alors que Skully s'amusait à sauter ou à griffer et mordiller innocemment son jeu, et commença à tirer dessus pour avancer.

Mara jeta quand même un œil inquiet autour d'elle, remarquant l'absence de Corey. Peu importait qu'un sixième sens lui indiquât le chemin du retour, elle n'avait pas vraiment envie de le laisser seul. Et encore moins envie de rester elle-même seule entre le squelette en robe et le potentiel monstre mythologique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Jeu 11 Juin 2015 - 16:25

En profitant de l’immobilité du molosse infernal, il se décala de quelques pas, histoire de mettre au moins quelques obstacles entre eux. Il ne doutait pas qu’ils freineraient à peine le cerbère, mais mentalement, c’était déjà ça de pris. A cause de son esprit embrumé il avait un peu de mal à faire le lien entre l’os qu’il avait envoyé et le manque de mouvement de la créature. Etrangement il ne ressentait que la lassitude et la fatigue alors qu’en tâtant sa côte, il était évident qu’elle était brisée et pourtant la douleur ne sembla pas parvenir jusqu’à son cerveau. Il laissa cette constatation étrange de côté et jeta un coup d’œil au monstre, les trois têtes ne s’étaient toujours pas mise d’accord et semblaient presque se disputer. Il savait qu’il fallait tirer avantage de ce temps de répit mais il n’arrivait pas à savoir quoi faire, il se déplaça un peu, lentement mais sûrement, pour s’éloigner de l’endroit où le canidé l’avait vu pour la dernière fois.

C’est alors qu’il vit la blondinette se redresser difficilement et commencer à se mettre en mouvement, de la même démarche saccadée qu’ils avaient tous deux depuis le début de la soirée. Il ne savait pas trop ce qu’elle avait en tête mais il finit pas comprendre qu’elle n’avait pas vu qu’il s’était extrait de son carcan et qu’il avait pu un peu bouger. Il voulut chuchoter pour la prévenir mais ses cordes vocales refusèrent de lui obéir directement et lorsqu’elles le firent la gamine était déjà un peu trop loin et la voix caverneuse de porta probablement pas jusqu’à elle.

« Mangeeer…. Hum… Je suis là. »

Il parvint même à agiter un peu le bras mais la voyageuse était trop concentrée sur le fait de ne pas attirer l’attention du monstre trop tôt. Lorsqu’il la vit lancer une sorte de gros os sur la créature il comprit où elle voulait en venir, il devait reconnaître que dans son état normal il aurait probablement eut la même idée. La bête se tourna vers la cible de ce qu’il crut probablement être une agression et Corey se prépara à voir le cerbère foncer sur la malheureuse qui serait alors totalement sans défense et à découvert. Il voyait déjà deux des têtes se disputer le frêle corps de son ami et même si elle le mettait mal à l’aise cette idée ne faisait que renforcer sa faim. Il chassa cette pensée dérangeant et se prépara à utiliser son pouvoir pour donner une chance à Mara de s’en sortir mais il n’en n’eut pas besoin. La créature se jeta sur l’os plutôt que sur celle qui l’avait lancé et, rapidement, le cerbère redevint simple chiot un peu étrange. Elle le laissa jouer quelques instants et commença à faire bouger tout doucement l’os pour l’entrainer peu à peu vers l’endroit où leur chef les attendait. L’héliophobe comprit qu’à ce rythme-là, il leur faudrait toute la nuit pour ramener Skullie à sa maîtresse et il avait quelques questions à poser à leur pseudo-employeur.

Il pressa donc le pas pour précéder le drôle de cortège composé de la jeune fille en chaussons et du chiot qui s’acharnait sur l’os qu’elle faisait avancer lentement. Il n’était pas sûr qu’elle l’ait vu mais il ne voulait pas risquer de déconcentrer ou de contrarier le canidé. Dès qu’il eut pris une bonne avance, il chercha une tombe à l’aspect le plus ancien possible et en souleva délicatement le couvercle. Il trouva ça étrangement facile malgré sa force de voyageur, à l’intérieur un squelette bien jaunit reposait paisiblement.

« Désolé… C’est pour la bonne… Cause… »

Il rassembla les os les plus gros au creux de son bras, surmontant facilement la répulsion qu’il s’était attendu à ressentir. Chargé de son fagot étrange, il revint vers son amie voyageuse et le petit chien, pour l’instant tout à fait adorable. Ils avaient un peu avancé, mais comme il s’y était attendu ce serait bien trop long de procéder ainsi pour tout le reste du chemin. Il secoua les os qu’il avait dans les bras captant immédiatement l’attention de Skullie.

« Allez vient mon grand. »

Il se mit à presser le pas et, appâter par cette profusion de ses mets préférés, le chien commença à le suivre. Ils avancèrent un petit peu comme ça avant que le canidé ne commence à se lasser de poursuivre cette promesse alléchante il s’arrêta et commença à faire mine de se retourner pour revenir vers l’endroit où la voyageuse l’avait laissé jouer avec un os. Corey secoua son tas d’os et en prit un pour faire mine de le tendre au petit chien.

« Allez … »

Skullie se remit à suivre l’héliophobe mais ses jappements de mécontentements redoublèrent d’intensité alors qu’il accélérait le rythme pour rattraper ce tas d’os. En entendant le bruit d’une immense bête qui faisait voler une tombe en éclat sans forcer, Corey comprit que le chien s’était à nouveau transformé en cerbère et qu’il n’était pas content. Il fit appel à toute sa rapidité et à sa concentration pour ne pas trébucher et il ignora le bruit des gueules qui se rapprochaient de plus en plus près de lui. Ils arrivèrent en vue de la grande crypte qui servait de maison à leur chef et le voyageur voulu faire appel à son pouvoir pour que le molosse ne le rattrape pas dans la dernière ligne droite. Il voulut se dématérialiser mais se dit au dernier moment que si il faisait ça les os allaient tomber au sol, il puisa donc dans ses dernières réserves pour arriver en premier aux grandes doubles portes qui étaient restées entrouvertes. A peine arrivé il jeta les os à l’intérieur mais il n’eut pas le temps de s’enlever le cerbère lui fonçait dessus, ouvrant les portes à la volée et laissant le malheureux Corey littéralement collé à l’une d’entre elle. Alors que la créature dérapait pour reprendre ses appuis à l’intérieur du grand hall, le voyageur retombait sur le dos, salement sonné et le motif gravé dans la porte incrusté sur le côté du visage.

« Skullie couchééééé ! » Tonna la voix de leur employeur à laquelle une autre voix répondit pleine d’espoir en demandant si c’était vraiment le toutou à sa mémère.

Le chien cerbère se dirigea vers la pièce d’où provenait la voix alors que le nécromant se rapprochait du voyageur qui reprenait un petit peu ses esprits mais était encore trop sonner pour communiquer.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Dim 14 Juin 2015 - 18:40

L'autre Voyageur arriva finalement, faisant des trucs étranges que Mara ne releva pas particulièrement. En fait, elle était bien plus concentrée sur l'énorme os qu'elle avait un mal de chien à tirer, en particulier depuis qu'il était coincé entre deux sépultures. Elle releva vaguement la tête en remarquant que... le chiot avait disparu. Purement et simplement. En temps normal, elle aurait probablement ressentit une vague de froid et une grosse inquiétude, commençant à chercher dans tous les sens mais là... Elle resta bien quelques secondes bouche bée à fixer l'endroit où il aurait dû rester à grignoter son jouet, avant de faire finalement demi-tour pour le chercher du regard.

Elle nota enfin la présence de Corey quelques tombes plus loin, les bras chargés, ainsi que de l'animal qui jappait devant un os qu'il lui tendait. Elle abandonna la côte géante dans le passage et se retournait pour rejoindre son ami, quand elle se rendit soudain compte qu'elle ne le voyait plus. En effet, un obstacle qui avait la forme, la taille et la couleur du cerbère semblait être apparu entre lui et elle, et il piqua un sprint, ses petits bruits mignons se transformant en grondements de l'enfer, avec des explosions de roches en bonus. Remarquant que l'animal chargeait en tous cas dans la bonne direction, elle dut malgré tout pas mal forcer pour ne pas trop se faire distancer avec les stèles sur son trajet.

Heureusement, le caveau du chef apparut au détour d'un virage et Skully s'arrêta finalement après être rentré en trombe à l'intérieur. L'enfant rejoignit le bâtiment peu après, tandis que le squelette regardait son camarade de la nuit, affalé contre la porte. Ignorant plus ou moins les deux, elle regarda avec curiosité le monstre reprendre une forme décente et commencer à jouer avec une main de squelette parcourue de bandage qui sortait d'un coffre. Coffre d'où provenait aussi une voix assez vieille qui parlait à l'animal comme le ferait une mamie gâteau. Est-ce que c'était la mère du monsieur liche? Elle se demandait si le coffre était confortable. Elle reporta cependant son attention sur le chef quand celui-ci sembla s'adresser aux deux Voyageurs d'un coup:

"C'est biiiieeeeeeen pour une première foiiiis... Vous avez touuuujours tous vos morceaaaaaux! C'est assez raaaaare pour être remarquéééé... On diiiiirait que j'ai des sbires de qualitééééé cette foiiiiiis..."

Le mot "sbire" frappa Mara, qui commença à se mordiller les lèvres, sans oser parler. Elle avait une vague idée de son sens, mais elle était globalement sûre de ne pas se tromper. Elle releva les yeux vers le crâne qui avait l'air de... la regarder, comme pour lui donner la parole. Encouragée par cette indication implicite, elle osa demander:

"Pardon monsieur, mais... je comprends pas trop... ce qu'y se passe... Je comprends que... je suis pas comme d'habitude... mais du coup, je... Vous pourriez... expliquer...?"

Il partit dans un ricanement rugueux, comme si quelqu'un raclait un bout de bois contre un autre parsemé de vagues pointues. La fillette avait déjà vu un instrument du genre un jour, et c'était tout ce que ce bruit lui inspirait. Quand il eut finit, il commença:

"Aaaaaah pardoooon, j'ouuuubliais qu'il fallait tout expliqueeeer aux Voyageeeeurs les pluuuus... leeents. Vous êtes venuuus il y aaaa quelques nuiiiiits et vous avez été... "infectééés". Doooonc, vous avez à présent la chaaaance d'être d'adoraaaables zombiiiies!"

Il posa sa main squelettique sur le crâne de la petite, qui sentit un frisson glacé la parcourir. Pourtant, elle trouvait le contact presque agréable, paternel. La prochaine fois que son père allait lui toucher la tête, elle risquait de se sentir bizarre. Elle ne remarquait pas vraiment l'agitation à l'extérieur. En tous cas, c'était drôle comme sensation, et une autre question lui vint:

"Mais ça... ça a mis du temps... pour qu'on devienne..."

"Aaaaah, çaaaa..." coupa la Créature, "C'est pour çaaaaa que je n'ai pas beaucouuup de Voyageuuuurs... Ça prend du teeeeemps à agiiiir, et les plus maliiins se soiiiiignent. Mais ceux qui reeeestent... il sont de trèèèès bonne qualitéééé. C'est plus siiiimple avec les Crééééatures de rêêêêêves ou les Rêêêêêêêveurs, mais ces deeeeeerniers redeviennent normaaaaaux tous seeeeeeuls. C'eeeeest... problématiiiique."

La jeune tiqua un peu, rassemblant ses restes d'intelligence pour penser un minimum, du plus fort qu'elle pouvait. "C'est fou, on est plein!" Son intense réflexion aboutit finalement:

"On peut... redevenir normal... normaux...?"

"Ouais, du coup c'est quoi le slogan?" Encore un rire bizarre du cadavre ambulant, qui répondit d'un ton moqueur:

"Mais ouiiiiii! Si j'ai enviiiiie! Donc noooon... Paaaaas pour deeeeeux Voyageeeeurs en bon étaaaat... Suuuurtout que ça ne duuuure généralement paaaas longteeeemps... Touuuus les zombiiiies se bleeeessent sans s'en reeeeendre cooooompte..."

La fillette suivit le regard du patron et vit ses pieds nus, chaussons disparus allez savoir où et les contours de ses plantes déchiquetés à force de courir sur les cailloux. Et même en regardant les blessures, elle n'avait absolument pas mal. "Tout le monde a ses pancartes?" La liche poursuivit:

"Booooon, vous aaaallez perdre vos pouvoiiiiirs, mais franchemeeeeent, insensibilité à la douleuuuuur, fooooorce et endureeeeence décupléééées, un royaaaaume maaaagnifique, une communautéééé attachaaaante... paaaas de quoi se plaaaaaindre!"

"Allez, à trois!" C'est vrai que dit comme ça, ça avait l'air plutôt cool, elle commençait aussi à trouver le Cimetière plutôt chaleureux... Mais quand même, elle aimait bien son pouvoir, et elle n'avait pas finit d'explorer Dreamland. Elle était sur le point de lui demander s'ils pouvaient passer certaines nuits autre part, quand un brouhaha retentit devant l'entrée, et une voix cria:

"Moins de boulot! Moins de caveaux! On veut manger! On veut notre liberté!"

Une grande acclamation s'en suivit, rythmé par des sifflements et une reprise du slogan. En entendant ça, le squelette persifla et Mara regarda dehors. Une foule de créatures humanoïdes, chauves et plus ou moins vêtues de pagnes, avec littéralement juste la peau sur les os, se tenait là. Certains étaient accroupis et ceux qui tenaient debout étaient courbées. Quelques tissus avec des tentatives d'écriture volaient ici et là, ceux qui les tenant n'étaient apparemment pas sûr de le faire dans le bon sens. Étrangement, les créatures ne ressemblaient pas vraiment aux zombies qu'elle avait pu voir lors de sa première nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Jeu 25 Juin 2015 - 14:18

Corey se redressa finalement, en se disant qu’avec la cote qu’il s’était fêlée un peu plus tôt, il aurait dur ressentir une douleur intense en faisant ce mouvement, mais ce n’était pas le cas. Certes, il se sentait un peu raide et se montrait plus gauche qu’à son habitude mais il n’avait absolument pas mal. Il se dit qu’il avait peut être mal interprété les coups qu’il avait reçu et qu’ils étaient moins puissants que ce qu’il avait estimé mais en tâtant son flanc pour confirmer cette théorie, il s’aperçut qu’une des côtes était bien brisée et qu’elle avait même perforé la peau. Dans son état normal, il se serait probablement évanoui ou il aurait hurlé de douleur mais là, il se contenta de regarde le morceau d’os qui dépassait sans savoir quoi faire. Sans vraiment savoir pourquoi, il appuya sur le l’éclat pour lui faire reprendre sa place d’origine avant de venir se placer aux côtés de la blondinette pour écouter ce que leur chef avait à leur dire.

Cette histoire de sbire ne lui plaisait pas non plus et les explications du nécromant ne firent que confirmer son mauvais pressentiment. Il leur expliqua que lors de leur précédente visite au cimetière, ils avaient été contaminés, pour l’instant ils ne savaient pas vraiment par quoi, et qu’ils se transformaient peu à peu à zombie. Rien de bien rassurant en somme, surtout que le peu d’intelligence qu’il restait à Corey lui permit de deviner que les pouvoirs de leur interlocuteur lui permettaient de contrôler les zombies qu’ils étaient en train de devenir. Il prétendait même être capable de les libérer de leur état de créature décérébrée mais insensibles à la douleur. Mais il ne semblait pas du tout prêt à se priver de ses deux dernières recrues, bien au contraire.

Il leur annonça ensuite qu’ils allaient peu à peu perdre l’intégralité de leurs pouvoirs tout en devenant plus fort et plus endurants. Corey mit quelques secondes à le comprendre mais en gros il leur annonçait qu’ils allaient rester sous son contrôle et se désagréger petit à petit en perdant des morceaux sans s’en rendre compte. La perspective n’avait rien d’agréable et pourtant l’héliophobe n’avait pas forcément envie d’y échapper, elle avait même quelque chose d’attirant. Il allait parler lorsqu’ils furent interrompus par des bruits venant de devant la crypte, Corey se retourna et il eut du mal à y croire quand il vit une manifestation… de goules… Certaines tenaient des pancartes, d’autres des banderoles, leur petit cortège désorganisait s’agitait devant le bâtiment. Elles esquissèrent une sorte de cercle de protestation mais la manœuvre tourna court lorsque l’une d’entre elle se prit les pieds dans le pagne d’une autre et qu’ils faillirent assister à un spectacle que la décence m’empêche d’imaginer.

« Encorrrrrre eux… » Le nécromant se tint le front entre le pouce et l’index. « Je croooooyyyyyais qu’on s’était mis d’accorrrrrd la dernièrrrrre foiiiiiis… »

Pour toute réponse un nouveau slogan s’éleva.

« Luche, t’es foutu ! Les goules sont dans la rue ! » Ils scandèrent ces quelques mots trois ou quatre fois jusqu’à ce que l’intéressé cède dans un soupir.

« Qu’esssstttt-ceeee que vous vouuuuuuulezzzz encorrrreeee ? N’abusseeeeeeezz pas de ma patieeeeeeennnce. » Demanda-t-il après avoir fait quelques pas pour s’assoir en haut des marches qui menaient à sa demeure.

Il y eu un petit temps de flottement où les créatures s’entre-regardèrent pour essayer de savoir lesquelles d’entre elles allaient risquer de porter le chapeau. Finalement trois d’entre elles s’avancèrent un peu. La plus imposante du lot portait une pancarte où il était écrit « Moins de boulot pour nos vieux Os » les deux autres, plus petites et malingres semblaient faire office de faire valoir uniquement.

« Nous, Comité des Goules Travailleuses, exigeons de travailler moins ! » Des cris d’assentiment se firent entendre. « Nous voulons une réduction du temps de travail hebdomadaire. » A nouveau les vivats se firent entendre. « Nous voulons une baisse des cotisations pour qu’on puisse passer moins de temps à travailler ! »

Lassé, leur chef leva une main et obtint immédiatement un silence craintif.

« Je vous ai déjààààà accordééééé une demi-journééééeeee de Récupération de Temps de Cimetièreeeeee tous les jours pairrrrrrr lorsque la lune est pleineeeeeee c’est larrrrrgement suffisaaaaant… »

Une rumeur de mécontentement s’éleva du groupe de protestataire et le porte-parole s’apprêta à répondre mais Luche fut plus rapide que lui.

« Sileeeeeeennnnnnnnce ! » cria-t-il après s’être redressé. Il frappa son espèce de bâton de mage sur le sol et Corey aurait juré que le tonnerre s’était abattu non loin au même instant tant le bruit l’avait pénétré jusqu’aux os. « Vooooos bêtiiiiiiise m’exaspèrrrrrrent ! Je n’ai pas de temps à perrrrrrrrrdre. Tiens, vous deux, débarrassssssssssez-moi de ces gêneurs. »

Sans autre forme de procès il planta là les deux voyageurs encore abasourdis par les révélations qu’il venait de leur faire. Les manifestants commencèrent à leur jeter des regards interrogateurs, Corey haussa les épaules et prononça les premières paroles qui lui passèrent par la tête.

« Vous l’avez entendu ? Faim ? Ca sert plus à rien de rester là. »

Les goules s’entre-regardèrent, pas très sûre de la marche à suivre.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Jeu 25 Juin 2015 - 22:47
Un soupir exaspéré de la liche marqua le début d'une curieuse discussion entre la foule, qui s'avérait être composée de goules, et lui, qui s'avérait s'appeler "Luche". Ils partirent dans un débat un peu long et ennuyeux avec des termes un peu compliqué. Elle comprenait vaguement que les gens se plaignaient du chef, mais cette idée la dépassait. Pourquoi se plaindre du chef? Elle resta là, immobile à les fixer la bouche entrouverte, ou du moins à fixer le vide dans leur direction, jusqu'à ce que le patron leur dise directement un truc. Mara n'avait pas écouté, mais elle était persuadée qu'il s'agissait de faire partir les goules. C'est son instinct qui le lui disait et curieusement, son instinct avait pas mal raison cette nuit.

Cependant, le fait d'être sûre de ce qu'elle devait faire ne l'aidait en rien à savoir comment le faire, et elle jeta un coup d’œil égaré vers Corey, qui la snoba proprement. Sans oublier Luche qui les laissa sur place et retourna dans sa crypte. Sous le regard de dizaines de monstres qui les fixaient. C'était un poil angoissant. Elle entendit Corey dire, entre autres, aux gens de partir, mais ils n'avaient pas l'air très décidés. En fait, à part quelques regards hésitant ci et là, ils avaient carrément l'air d'en avoir rien à fiche. Et le "gros balèze" s'autorisa même de continuer à parler:

"Nan, on va pas partir! On va pas se laisser faire aussi facilement!"

Il mit une taloche à l'un de ses voisins qui faisait mine de vouloir aller en arrière, le convainquant de tenir la position, et se redressa en croisant les bras. Enfin, "se redressa"... Disons qu'un mathématicien aguerri y aurait vu un parfait angle de 150°. La gamine, elle, aussi juste un sourcil, puis demanda en coupant le blanc qui s'installait:

"Je... On... pourquoi vous faites cerv-... ça, en fait?"

Elle était vraiment curieuse, elle ne comprenait pas qu'on puisse vouloir être méchant comme ça avec Luche. Surtout qu'il avait eut l'air d'être hyper généreux et tout. Elle se souvenait plus très bien de ce qu'il avait dit, mais ça avait l'air parfaitement juste. La goule ouvra d'abord la bouche, puis la referma, puis dit avec une grimace difficile à déchiffrer:

"On bosse trop! On en a marre! Luche nous exploite!"

Mouais, l'enfant pouvait comprendre que c'était pas drôle. Mais malgré tout, une partie de son esprit arrivait encore à réfléchir, et elle répondit:

"Oui, mais vous êtes de la nourrit... vous êtes des morts-vivants!... Enfin je crois... Vous ressemblez... Un peu. Mais on est dans un cimetière!... Ouais, c'est cool... mais si vous voulez pas... faire... faire ce que vous faites d'habitude... Bah vous aurez faim!... Enfin non... si...Je veux dire, vous voulez faire quoi d'autre?... Manger? Enfin, oui, manger... mais après y a plus à manger et c'est pas juste... Enfin, vous allez vous ennuyer, quoi..."

L'une des goules lui coupa presque la parole pour lancer:

"Nan, ça change rien! On a faim! Luche il paye pas assez!"

"...Mais comment vous savez qu'il paye... pas assez?"

"Ça paye plus dans les autres districts!"

L'enfant inclina la tête, un peu perdue:

"Mais pourquoi vous mangez... vous allez pas dans les autres... distirques alors?"

"Parce qu'on a pas assez pour y aller..."

À ces mots, un sourire victorieux s'inscrivit sur le visage de la petite qui dit:

"Bah vous avez qu'à manger... qu'à travailler pour Luche, et quand vous aurez assez... bah vous partirez, et cerveaux! ... Et voila!"

Une vague de chuchotements parcourut la foule, et une goule hésitante leva la patte, pour remarquer avec plus d'assurance:

"Ouais, mais nous, on veut des meilleurs conditions de travail!"

"Mais c'est quoi que vous... En fait, vous faite quoi comme travail?"

"Bah on nettoie les caveaux... pis on fait le ménage dans le cimetière, on mange... enfin, on "range" les restes... voila, c'est... C'est pas un travail gratifiant!"

La jeune zombie était outrée. Qu'ils fassent un telle chose, et qu'ils viennent se plaindre! Elle trouvait ça pas poli du tout. Et elle dit, presque énervée:

"Mais vous... vous rendez pas compte? Vous mangez... vous travaillez en plein air! En plus, le paysage est super bon!... Pourquoi vous vous plaignez? Et pis vous imaginez si vous faisiez... plus votre travail? Ça serait pas juste pour tous les autres!... Cerveaux! Ça serait sale, et tout!"

La foule semblait moins nombreuse, quelques-uns avaient l'air d'être partis. Sans doute convaincus. Une goule remarqua timidement:

"En fait, on aime bien notre boulot, hein... c'est juste que les conditions de travail..."

"Vous êtes tellement égoïstes..." lâcha Mara, tentant vainement de croiser les bras avec sa moue boudeuse,"On dirait des bébés de CP... Tsss."

La goule un peu plus grosse tenta d'argumenter, adoptant une mine plutôt énervée:

"On est pas comme vous autres zombies, nous! On bosse pas pour les beaux yeux de Luche! De la considération, on veut! Et plus de bouffe aussi!"

Il tourna la tête vers la foule, dont une partie le soutint d'un slogan crié. Il se retourna vers les deux Voyageurs avec une mine victorieuse. Que la gamine snoba totalement, balançant d'un coup:

"Ouais... mais vous êtes dans un cimetière... qui est un endroit cool pour faim... pour vous... donc vous plaignez pas!"

Après avoir esquivé la question, elle se tourna vers Corey, le prenant à témoin:

"Mais dit un truc! Ils... sont bêtes! Ils veulent pas manger... comprendre!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Ven 26 Juin 2015 - 15:20

Malheureusement les manifestant n’avaient pas l’air décidés à obtempérer sagement, ils n’avaient pas eu gain de cause et comptait bien ne pas rester sur une défaite. Rassurés par l’attitude de leur meneur, ils campaient sur leurs positions et la tension commençait à monter jusqu’à ce que la blondi-zombie prenne la parole pour essayer de mieux les comprendre. Il devait avouer que lui aussi avait du mal à comprendre les raisons de leurs mécontentement, aux moins eux était payé. Il se demanda si Mara et lui allaient eux aussi touché un salaire, mais il commençait à en douter, si ils étaient soumis à la volonté de Luche, pourquoi s’ennuyer à leur verser un salaire. Surtout si ils étaient destiner à tomber en morceaux petit à petit, pourquoi gâcher quelques précieuses essences.

Comparé au destin qui leur était réservé, à Mara et lui, le quotidien des goules semblait tout à fait enviable, elles avaient un travail fixe, un endroit où dormir et surtout de quoi manger. La gamine semblait partager son point de vue et c’est ce qu’elle essaya d’expliquer aux goules qui paraissaient de moins en moins sûres de leurs arguments au fur et à mesure de la discussion. Il suivit les échanges, enfin, la majorité, dans cet état de zombification la faim était encore plus intense, elle revenait sans cesse au premier plan et il avait de plus en plus de mal à l’ignorer. Il se sentait si fatigué, il avait envie d’agripper la goule la plus charnue, de la manger et de se rouler en boulle pour dormir. Mara le sortit soudain de sa rêverie en le prenant à partie, il lui fallut quelques secondes pour comprendre ce qu’elle lui demandait.

« Manger ? Ah euh…. » D’habitude il était quelqu’un de relativement éloquent mais il arrivait à peine à aligner quelques mots. « Faim… Ouais vous êtes de sacrés égoïstes ! Vous avez une situation, des collègues avec qui vous avez l’air de bien vous entendre, Faim, un salaire qui même si il vous suffit pas vous permettra de changer de district avec un peu de patience. Faim de quoi manger, un endroit où dormir. »

Même si pour avoir l’air plus convaincant il aurait dû se mettre en colère et hausser le ton, il n’y arrivait pas vraiment dans cet état.

« Osez nous Faim… nous dire ça à nous, qui allons-nous tuer à la tâche en mourant de faim pendant ce que notre corps tombe en lambeau. Vous n’avez pas faim ? … honte ? »

Les goules regardèrent les deux malheureux voyageurs à l’aspect miteux, leurs pieds massacrés, leurs vêtements sales et abimés, des blessures sur tout le corps qu’ils ne semblaient même pas sentir. Une expression qui mêlait incertitude et tristesse passa dans leur regard et Corey sut qu’il fallait qu’il conclue maintenant, avant que le leader ne réponde.

« Avant de manger… de gueuler, regardez autour de vous, regardez les zombies qui errent sans but, espérant trouver un rêveur à manger ou un voyageur contre qui se sacrifier. Mangez les momies qui n’ont même plus de quoi renouveler leurs bandages et qui trainent les même depuis des années. Et ces pauvres gargouilles, qui se font chier sur la tête par des corbeaux dès qu’elles s’endorment. Mangez… Regardez-les bien et osez me dire que vous êtes plus à plaindre. »

Sa tirade avait épuisé sa concentration et son esprit fut aussitôt accaparé de nouveau par la faim qui le rongeait. Il ne remarqua pas que les manifestants avaient commencé à tourner les talons et cette fois leur leader n’avait pas eu le cœur de les arrêter, lui-même semblait à court d’arguments pour justifier leurs revendications. Il essaya d’en trouver pendant quelques secondes mais finit par renoncer en secouant la tête, il emboita le pas de ceux qui avaient commencé à quitter les lieux. Une fois qu’ils furent seul il se tourna vers la voyageuse.

« Tu crois que Luche a dit vrai ? Faim ? Qu’il peut nous contrôler jusqu’à ce que nos corps soient si abimés qu’on ne soit plus utiles ? Faim…»

Il attendait une réponse de la jeune femme mais il sentait une idée en train de germer dans les tréfonds de son intellect mais il avait du mal à mettre la main dessus.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Lun 29 Juin 2015 - 12:29
La petite écouta son partenaire, admirant sa manière de résumer ce qu'elle n'arrivait pas à dire. Et il lui fit aussi ouvrir les yeux sur certains points. Déjà, elle avait faim. Enfin, non, pas ça. Enfin si, elle avait faim, mais c'était pas la question. Un peu quand même, mais c'était pas la priorité. Bref. En gros, il disait des trucs vachement intelligents, et lui fit vaguement comprendre que c'était vrai, leur situation n'était vraiment pas terrible. Elle avait pas envie de finir comme ça, comme un demi-cadavre en train de se traîner derrière une tombe. Ou alors si, elle voulait? Rah, elle ne savait plus. En suivant le regard un peu gêné des goules sur leurs tenues, elle se rendit enfin compte de sa situation, au delà de ses pieds. Elle avait une multitude d’éraflures, sa chemise de nuit commençait à partir en lambeaux, et elle vit que Corey n'était pas en meilleur état. Elle fixa un instant le trou dans son haut qui laissait voir une côte à travers une plaie dégoûtante. Enfin, "dégoûtante". Elle l'aurait sans doute qualifiée ainsi durant une autre nuit, mais là...

En entendant la suite du discours, elle se sentit presque prendre de pitié pour le momies et les statues animées. C'est vrai qu'ils étaient vraiment pas dans une bonne ambiance pour vivre. Et son exaspération envers ces goules augmenta d'un cran, elles avaient vraiment pas de quoi se plaindre. Il haleta un peu à la fin de la tirade, mais elle eut son effet: les dernières créatures partirent finalement, certaines à quatre pattes, non sans rappeler la démarche d'un ancien hobbit du Seigneur des Anneaux, tandis que les autres restaient sur leurs pieds, les traînant misérablement sur le sol rocheux. Quand toutes les ombres pâles eurent disparu, le plus grand en dernier, l'homme se tourna vers l'enfant, lui demandant son avis sur ce que Luche avait dit sur le fait qu'il les contrôlait.

La fillette mit un peu de temps à saisir la question et à chercher une réponse, le corps tanguant légèrement et la tête dodelinante au rythme de ce dernier. C'était drôle, elle était ainsi plantée comme une statue molle, et elle ne ressentait pas la moindre fatigue dans les jambes à force de rester debout. C'était un sentiment curieux. D'autant plus que ce n'était pas la présence d'un truc nouveau qui posait problème, mais l'absence d'un truc familier un peu désagréable, donc plus difficile à remarquer. Renonçant à essayer d'imaginer une réponse un peu construite, elle parla à l'instinct sans vraiment réfléchir:

"Je sais pas... Je sais même pas si ça me gênerait... Je trouve Monsieur Luche gentil même s'il est bizarre... Ouais, il est bizarre...Faim... En fait, c'est bizarre que je le trouve gentil... Je sais pas... C'est pas normal, non? D'être mangé... d'être d'accord avec ça... Je veux dire... Je suis presque contente d'être... ça. C'est pas normal... non? Faim, c'est bizarre de penser à tout ça en même temps... Si ça se trouve, c'est vrai, et il man... change nos sentiments, pour qu'on l'aime... Mais si c'est vrai, comment on fait pour manger ça? Pour empêcher ça?"

Alors qu'elle parlait comme ça, déversant un flot de paroles presque marmonnées, une chose la frappa finalement, et elle redressa légèrement la tête pour ajouter quelque chose, se demandant si c'était vraiment pertinent, puis se renfrogna un peu. Ça lui faisait penser à son propre pouvoir, faire en sorte que les autres l'aime. Elle s'était jamais rendue compte que ça faisait ça. Mais elle savait pas vraiment à quoi ça servirait de dire ça, elle ne connaissait pas de faiblesses à son pouvoir, à part qu'il ne marchait pas sur les plus forts... C'était possible de ne pas être touché, mais quand c'était fait, bah le pouvoir restait actif tant que la cible n'était pas trop loin. Elle se mit à marmonner à voix haute, tentant de faire de son mieux pour réfléchir:

"Mais après, ça reste diffaimrent... Pour moi ça marche sur tout le monde, mais pas lui, vu que les goules l'aiment pas... Peut-être que ça marche que sur les zombies... Peut-être que si on s'éloigne... Mais y nous laissera pas partir... Ou que si on trouve un moyen de pas l'aimer... peut-être que ça marchera pas..."

C'était vrai que peu importe la puissance des autres, s'ils ne l'aimaient vraiment pas de base, le pouvoir de Mara ne marchait pas. Mais comment ne pas aimer un type aussi gentil? Surtout s'il contrôlait leur esprit, comment empêcher ça... Dans la foule au début de la nuit, des gens se moquaient de Luche... Peut-être en passant par là? En tous cas, elle était sûre que s'ils n'étaient plus des morts-vivants, il ne pourrait plus les contrôler. Mais plus elle réfléchissait, plus elle se disait qu'elle n'avait pas envie de mourir ici. Elle sentit d'un coup une vague odeur de sang dans sa bouche. Surprise, elle se rendit compte que pendant sa réflexion, elle s'était mordillé l'intérieur de ma bouche, et s'était fait une large plaie. C'était quand même frustrant de ne pas ressentir de douleur, parfois.

...

Elle releva la tête vers Corey, après avoir parlé pour elle même. Elle se reprochait de n'avoir constaté presque que des évidences, mais elle venait de se rendre compte de quelque chose:

"Manger? Non, dis? ... Tu trouves pas que plus t'y penses, moins t'aimes ça...? Alors qu'on est censé être content?... Si ça se faim, le truc d'aimer Monsieur Luche de force... bah ça marche que quand t'y pense pas, comme un zombie... Du coup, si on réfléchit... Bah on peut résister et trouver ça pas cool... Un peu... Peut-être?"

En vérité, elle n'en savait rien, mais elle espérait un peu. Tant qu'elle était encore en mesure d'espérer quelque chose. Peut-être que la transformation n'était pas encore totale. Fallait juste qu'ils se trouvent un moyen de sortir de là, et qu'ils soient si décidés à faire ce truc qu'ils continuent à vouloir le faire, même en aimant Luche. Elle acheva dans un soupir:

"J'ai faim..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Zenith
Messages : 863
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des rêves
Corey Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 495
Renommée: 1630
Honneur: 478
MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Mer 1 Juil 2015 - 13:01

Il écouta les paroles de sa camarade en essayant de les comprendre mais ce n’était pas facile, entre sa capacité de réflexion limitée et le discours haché et décousu que lui lâchait la blondinette. Il en saisit néanmoins l’idée principale, elle aussi avait la désagréable sensation d’être manipulée, que quelque chose la forçait à éprouver de la sympathie pour le nécromant. Corey ressentait la même chose, ce type Luche, aurait été un être qu’il aurait probablement détesté dans son état normal, un profiteur qui exploitait les plus faibles au nom de la hiérarchie et de la force. Si il avait été dans son état normal il aurait probablement essayé de se révolter, de libérer les malheureux employés de ce patron tyrannique. Mais là il se rangeait automatiquement de son côté, sans essayer de comprendre les manifestants, quelque chose n’allait pas.

« Ouais c’est ça. Je devrais le manger… Le détester… et pourtant je le trouve très sympathique… Je me dis que ce n’est pas naturel… Il doit y avoir quelque chose à manger… qui lui permet de modifier notre faim… notre image de lui. »

Ils se forçaient à continuer leur réflexion, malgré le brouillard qui s’était emparé de leurs esprits et qui les empêchaient d’avoir les idées claires. Mais à vrai dire le jeune homme aurait trop ça beaucoup plus facile de courir un marathon que de poursuivre un simple raisonnement logique. Ca faisait à peine quelques secondes qu’ils réfléchissaient ensembles à leur situation et il commençait déjà à avoir une sorte de fatigue mentale digne de ses plus longues séances de piratage. Il ne savait pas si ils pourraient continuer longtemps comme ça, c’était peut-être ce qui permettait à Luche de garder le contrôle sur eux. Comme le suggéra Mara, il fallait peut être qu’ils gardent bien à l’esprit que leur nouvel employeur était un être détestable qui les manipulait contre leur volonté.

« Faim ! Ouais ! Mais dès que j’arrête d’y manger, penser, je me remets à me dire que monsieur Luche doit avoir ses raisons. Faim… C’est dur de continuer d’y manger sans se laisser distraire. Mon cerveau, Huuummm cerveau, est comme de la guimauve… »

A nouveau ses pensées dérivèrent vers la faim qui rongeait son ventre et il dut se faire violence pour en reprendre le fil. Il eut envie de se pincer ou de se faire mal pour tenter de rester concentrer, comme lorsque l’on est vraiment épuisé et qu’on fait tout pour rester éveiller. Mais avec son insensibilité à la douleur croissante, il savait que ça ne servirait à rien, si une fracture nette de la cote ne suffisait pas à lui faire mal, ce ne serait pas une morsure ou un pincement qui le ferait. Il pouvait donc compter uniquement sur sa volonté pour continuer leur réflexion.

« On peut peut-être négocier un peu avec lui ? Faim… Sans arguments… Peut-être la menace ? » L’idée de risquer d’attirer les foudre du nécromant ne lui plaisait pas du tout mais il fallait bien qu’ils trouvent un moyen de se sortir de là. « Pas direct, sinon il va nous manger… » A nouveau une idée germa dans son esprit empêtré mais il avait du mal à mettre la main dessus elle semblait se dérober à lui à chaque fois qu’il voulait la creuser ou l’exprimer à voix haute. Il finit par arriver à mettre des mots dessus mais ils arrivèrent un peu comme ils venaient, sans réelle cohérence mais à voix plutôt basse.

« Il ne nous mange pas dans le monde réel… Son pouvoir est que ici… C’est impossible qu’il… Faim… » Il sut qu’il devait s’efforcer à plus de clarté si il voulait laisser une chance à sa camarade de le comprendre. « On peut mang… demander de l’aide dans le monde réel… Si il refuse de nous libérer… Faim ?»

Il avait du mal à savoir si l’idée qu’il venait de chuchoter était viable et il attendit la réaction de la jeune femme.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros) Aujourd'hui à 21:29
Revenir en haut Aller en bas

A la recherche du remède paumé (Quête - Mara Leros)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Cimetière de Dreamland-