Haut
Bas

Partagez|

Chemins croisés - Nuit [avec Shad B]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 630
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Jeu 21 Avr 2016 - 16:20
-> Suite de Chemins croisés


Lorsque la jeune fille ouvrit les yeux, elle entendit un rugissement métallique à sa gauche. Tournant la tête, son cœur rata un battement quand elle vit une immense voiture noire lui foncer droit dessus, tous feux allumés. Oh non, non, pas encore! Mais cette fois, un impact de son pied contre la route la projeta deux mètres plus loin. Pile sur la route d'un autre véhicule, qui ne montra pas le moindre signe de ralentissement en arrivant vers sa droite, à moins d'un mètre d'elle. Utilisant son élan, elle s'élança une fois encore en évitant le bolide de très peu, sentant un courant d'air contre sa cheville.

Cette fois, elle fut sûre d'avoir bien atterri sur le trottoir et se retourna pour observer la chaussée à quatre voies, où plein de voitures roulaient à fond, comme si les limitations de vitesses n'étaient qu'une amusante suggestion du club de bridge du coin. La vache, ça existait aussi les Royaumes comme ça à Dreamland? La fillette reprenait rapidement son souffle, après son intense effort dès son "réveil", quand elle sentit qu'on l'agrippait. Tirée vers l'arrière puis serrée dans un étau, elle faillit se débattre avant de reconnaître l'odeur de sa mère. Attends, quoi?

Se dégageant doucement, elle se retourna et reconnut Éloïse Leros, habillée avec le tailleur noir sobre qu'elle mettait pour le travail et les cheveux tirés en queue de cheval, mais qui la tenait par les épaules avec les larmes aux yeux. À côté d'elle, debout, vêtu du vieux jean et du sweet qu'il aimait porter à la maison, son père regardait le trafic d'un air effaré, la main devant la bouche. C'était pas possible, ses parents étaient là? Juste là, dans le même rêve qu'elle, et tout? Les deux Rêveurs tournaient autour d'elle, fous d'inquiétude, rejouant la scène du soir précédent, à l'exception près que leur fille s'en était assez facilement sortie, et par elle-même. Ils avaient à ce point été traumatisés par l'incident qu'ils en faisaient des cauchemars?

En même temps, elle n'avait pas grand chose à dire. Elle qui s'était fixée un rendez-vous avec Shad au Royaume des Sucreries, la voila dans un endroit inconnu avec des gratte-ciels de partout, quelques hélicoptères qui sillonnaient le ciel, une circulation de folie et plein de gens déguisés en hommes d'affaires qui circulaient dans les rues, beaucoup parlant au téléphone. Et vue l'endroit où elle avait commencé la nuit, c'était facile de deviner que son esprit avait un message à lui faire passer.

En tous cas, c'était un Royaume bizarre, à la fois très réaliste mais un peu trop caricatural, ça manquait à première vue de la petite touche délirante qui lui faisait aimer Dreamland. Autant sa mère rentrait parfaitement dans ce cadre, autant son père faisait un peu tache. Et pour sa part, elle devinait qu'elle aurait du mal à rentrer dans le moule avec sa capuche à oreilles de chats. Mais sa cape avait pris une forme assez élégante, plutôt fine et noire, les oreilles délicatement marquées, et son col en épaisse fourrure grise achevait de la déguiser en riche personnage. Finalement elle changea d'avis: elle tranchait un peu mais pas tant que ça, restant dans l'atmosphère de richesse élégante qui semblait régner ici. Et évidemment, qu'est ce qu'une nuit à Dreamland sans ce fichu canarligator. Avisant un tas de déchets plus loin, elle laissa ses parents un instant et lança la cage par terre, à moitié ouverte. Allez, amuse-toi sale bête, mais attends que je sois partie pour sortir.

Revenant sur ses pas, se décalant pour ne pas cogner un homme apparemment très concentré sur son téléphone, elle rejoignit ses parents toujours figés. Les deux Rêveurs semblaient en plein cauchemar, fixant avec appréhension la route sillonnée de voitures, comme s'ils avaient oublié que leur fille s'en était sortie un instant plus tôt. Elle imaginait que si elle avait été une Rêveuse, elle non plus d'aurait pas passé une bonne nuit, surtout vu l'endroit où elle était apparue. Glissant doucement ses doigts dans les mains de ses parents, elle attira de nouveau leur attention, recevant brusquement une autre étreinte de sa mère terrifiée. Ça commençait à devenir gênant, et la Voyageuse rougit un peu en regardant les passants l'ignorer superbement.

Mais maintenant qu'elle se trouvait avec le couple, consciente de l'inquiétude qui les étreignait, elle décida que la meilleure chose qu'elle pourrait faire était de les protéger pour s'assurer qu'ils passent une bonne nuit malgré tout. Elle aussi avait le souvenir de sa terreur dans un coin de la tête, mais elle aurait toute la nuit pour y réfléchir, ça allait lui passer. En plus, ils étaient sensés être en week-end, ça devait être agréable pour eux, elle voulait au moins leur donner ça.

Par contre, une autre idée monta à elle. Vu le choc de ses parents et le sien, qui les avait tous les trois propulsés ici... Était-il possible que Shad aussi soit venu dans ce Royaume de fous? Il faudrait qu'elle le retrouve, elle n'était pas sure d'être capable de gérer deux Rêveurs apeurés toute seule, surtout si les-dits Rêveurs n'étaient autres que ses propres parents. Et puis elle se sentirait rassuré qu'il ne soit pas dans un autre cauchemar dont il ne se tirerait pas, car dans ce cas, elle aurait vraiment un horrible sentiment de culpabilité.

Respirant un grand coup, serrant fermement les mains de ses deux parents pour qu'ils remarquent bien sa présence avec eux, elle commença à scanner la foule du regard à la recherche de l'invocateur d'insectes. Deux trucs donc: ne pas lâcher les deux Rêveurs pour les empêcher de repartir dans leur trip, et retrouver son ami. Dans une foule hyperactive et insensible qui occupaient la majeure partie du trottoir, entre des immeubles menaçants et une route où les voitures roulaient si vite et si proches que ça en devenait flippant.

Encore une bonne nuit en perspective.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 209
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Shad Blackburn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 455
Honneur: 130
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Jeu 21 Avr 2016 - 19:56
-Au royaume de la main invisible ; répondit l’invocateur sur un ton tranchant sans ralentir son pas soutenu.

-Et qu’est ce qu’on fout dans un endroit pareil, au juste ? En plus ce royaume ne me dit rien.

-J’ai faillit crever écrasé par une foutu bagnole y a un peu plus d’une heure, ça te vas comme explication ?! Alors boucle-la !

-Ooohh je vois que monsieur n’est pas d’humeur, fais attention en traversant ça serait dommage d’avoir un accident ici aussi, héhéhé…

L’invocateur pesta furieusement contre le démon et se fraya tant bien que mal un chemin à travers la foule de passant. Il était sur les nerfs et n’hésitait pas à bousculer les imprudents qui ne s’écartaient pas à temps de son chemin. Il se demandait où est ce qu’il avait encore merdé. Il n’était absolument pas à l’endroit convenu avec la jeune fille et il la cherché malgré tout du regard, conservant un infime espoir de la rencontrer. Marie-Jeanne s’était hissée en haut de ses épaules sous les regards interrogateurs des passants et avait mis une feuille en visière, cherchant au loin la petite blonde.

Shad n’appréciait pas particulièrement ce royaume non plus. En même temps, il fallait dire que la dernière fois qu’il y avait mis les pieds c’était avec Tommy et ils avaient tous les deux faillis avoir de gros ennuis. Cette ville était toujours aussi peu accueillante ; les passants faisaient soit la gueule, soit étaient scotché à leurs téléphones (certains jonglaient même entre deux téléphones différents), les gratte ciel étaient toujours aussi gris et déprimant et le centre ville toujours aussi bruyant qu’angoissant. En plus de ça, le centre actif de se royaume était réputé pour être un nid de mafias. Et depuis son dernier séjour ici bas, il n’était pas vraiment apprécié de la mafia… S’arrêtant un instant, i se pinça la peau entre les deux yeux en réfléchissant. Et s’il avait foiré son rendez vous avec Mara ? Si elle avait atterrit dans un royaume cauchemar ?... L’invocateur se tourna légèrement vers la route à quatre voies située à sa droite. Les voitures y déboulaient à toute vitesse. Là, l’évidence le frappa. Il était certain d’avoir pensé à la jeune fille en s’endormant, et vu l’endroit dans lequel il avait atterrit, cela signifiait que c’était elle qui avait manqué le rendez vous ! Elle avait dû s’endormir en état de choc et n’avait sous doute pas put s’empêcher de penser à la voiture qui avait faillit la tuer un peu plus tôt.

-Elle est forcément dans les parages.

-Qui ça ?

-Mara, la jeune fille avec qui on a combattu le clan d’hommes rats à Kazinopolis.

-Aaah, la merdeuse ! Je vois.

Le démon continua de le questionner de manière très agaçante tandis qu’il entamait la traversée de la chaussée. Shad compris rapidement qu’ici les passages piétons étaient là uniquement pour faire beau. Vraiment. Il était franchement inutile ; voir débile ; ici d’attendre devant un passage piéton qu’on vous laisse passer. Var personne n’avait envie de vous laisser passer. « oh et puis merde. »
Shad se lança sur la route à grande enjambé, esquivant du mieux qu’il le put les voitures qui le frôlaient comme s’il n’était qu’un moustique que s’écraserait sur leurs pare-chocs. Il posa finalement le pied sur le terre plein centrale de la chaussée quand une voix qui lui était particulièrement familière se fit entendre. La voix criait son nom, encore et encore, si fort et avec tant de panique que l’invocateur sentit presque instantanément le stress monter en lui. Il avait bien sûr reconnu la voix de sa mère, mais où était-elle ?  Au final, ce n’était pas vraiment étonnant de la savoir elle aussi dans ce royaume, mais si son cauchemar était trop éprouvant ou bien si elle se faisait tuer sur la route, elle allait se réveiller à coup sûr. La pauvre avait besoin de dormir, il ne fallait pas qu’elle se réveille et il serait aussi judicieux qu’elle oublie toute cette histoire.

Le voyageur l’aperçut enfin, quand elle traversa la chaussée en courant dans sa direction de manière totalement inconsciente et irréfléchie. Ce n’était qu’une rêveuse en plein cauchemar, elle allait forcément y rester. D’autres rêveurs avaient traversé la route en même temps qu’elle, et les automobilistes les avaient écrasés sans ménagement. Miranda semblait avoir eu un peu plus de chance et avait déjà traversé la première voie quand son fils se précipita à sa rencontre.

-C’est qui cette folle qui cris ton nom ?

-C’est ma mère, bordel de merde il faut que je la rattrape !!

L’invocateur se propulsa en avant d’une grande impulsion. Anticipant la trajectoire d’un véhicule, il l’esquiva en bondissant sur son capot et attrapa sa mère avant de traverser le reste de la chaussée en la portant dans ses bras. Quand il la reposa, elle le serra dans ses bras de toutes ses forces en sanglotant. Elle lui répétait sans cesse qu’elle avait eu si peur de le perdre, qu’elle ne voulait plus jamais vivre une chose pareille… Shad fut prit de remord.

-Oh, Shad voyons, tu fais pleurer ta mère ; ricana le démon sur un ton moqueur.

Tapotant gentiment l’épaule de sa mère pour la rassurer, Shad ignora les provocations du démon et se dirigea vers le trottoir. Cette ville était vraiment ignoble. Pire encore que Kazinopolis. Ici, personne n’avait bronché devant la scène qui venait se produire. Tout le monde s’en foutait, absorbé par sa bourse, son entreprise, ses dossiers et toutes ces conneries. Quelle bande de rapace sans cœur.  Si Mara se trouvait elle aussi dans ce royaume, alors elle ne devait pas être bien loin. Se souvenant de que Tommy avait utilisé son nuage pour qu’il puisse le retrouver au milieu de la foule, Shad invoqua son essaim et le fit tournoyer à cinq mètre au dessus d’eux. Ainsi Mara pourrait très certainement le repérer.

-C’est très beau, mon chérie.

-Merci, maman.

-Gnia gnia gnia, j’vais gerber…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 630
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Ven 22 Avr 2016 - 12:32
La fillette avançait d'un pas aussi vif que possible, tenant fermement la main de ses parents. En plus d'être inquiète pour eux, elle était assez nerveuse de se sentir observée par eux. Elle avait pris soin de leur cacher Dreamland et elle avait beau savoir qu'ils ne se souviendraient sans doute pas de cette nuit, elle n'arrivait pas à se débarrasser de cette impression que son secret était en train de s'éventer. De plus, elle n'était pas sûre qu'elle allait réussir à agir comme elle le voulait en supportant le regard des deux adultes. Qu'allaient-ils penser d'elle si elle se retrouvait obligée de se battre? Reconnaîtraient-ils leur fille dans sa manière d'évoluer dans ce monde délirant? Et arriverait-elle à les protéger, quitte à les mettre en danger d'une autre manière? Les doutes la rongeaient, et elle avait peur que ça ne la bloque d'une manière ou d'une autre. La nuit venait à peine de commencer qu'elle voulait déjà qu'elle finisse.

Survolant la foule du regard, elle cherchait un signe quelconque, priant pour que Shad soit habillé avec des couleurs vives qui ressortiraient bien dans la foule noire. Et finalement, elle le vit. Si elle voulait un signe, on pouvait dire qu'elle était servie. En effet, c'était pas moins qu'un large essaim tourbillonnant au dessus de la foule qui attira son attention au coin d'une rue. Celui-ci se déplaçait dans la direction opposée, aussi elle pressa le pas en tenant plus fermement les mains de ses parents pour ne pas les perdre dans la foule. Puis elle relâcha un peu sa force, craignant de leur avoir fait mal, et leur jeta un coup d’œil inquiet. Dans son mouvement, son emprise sur son père s'allégea encore plus et ce dernier fut bousculé par quelqu'un, achevant de rompre le lien. Paniquant un instant, la petite raffermit sa prise sur sa mère et attrapa rapidement Stéphane avant qu'il ne se fasse trop emporter par la masse de gens. Elle se mordillait les lèvres sous le regard bienveillant des deux Rêveurs, comment pouvait-elle s'en sortir comme ça? Elle n'allait pas les porter, non plus!

Remarquant du coin du regard que le nuage noir et jaune continuait de s'éloigner, elle pressa le pas en gardant les deux adultes derrière elle, dans le sillage qu'elle créait en bousculant sans ménagement ceux qui l'ignoraient ouvertement. C'est pas comme si la politesse régnait ici de toutes façons, elle n'était pas la seule à forcer le passage et était bien trop nerveuse pour s’effacer en baissant la tête. Elle se sentait surtout bien trop responsable de ceux qu'elle refusait de considérer comme des poids morts.

Finalement, quand elle se considéra à portée de voix du garçon malgré le vacarme ambiant, elle cria son nom de toutes ses forces pour attirer son attention. Et l'essaim s'arrêta, à sa grande satisfaction. En plus, ils s'approchaient de l'entrée d'un immeuble visiblement important donc le gros de la foule circulait contre les bâtiments, laissant un peu plus d'air là où la Voyageuse se trouvait. Celle-ci aperçut d'ailleurs enfin son ami et agita sa main malgré le bras qu'elle tenait pour attirer son attention.

Après l'avoir salué en soufflant un peu pour récupérer de ses efforts, Mara nota que lui aussi était accompagné de sa propre mère, apparemment tout aussi peu consciente que les deux autres. Mince, c'était évident, elle aussi avait dû être terrifiée... Ils se retrouvaient donc à deux Voyageurs pour gérer trois Rêveurs, c'était... légèrement mieux. Elle chercha Gérald du regard en demandant à Shad si ça allait pour le moment, mais elle ne le vit nulle part. Il n'avait pas l'air de quelqu'un de méchant, le coup de la voiture avait sans doute dû lui faire peur... Mais peut-être moins qu'à Miranda? Après tout, de ce qu'elle avait compris, il ne connaissait pas Shad depuis si longtemps et les deux n'étaient pas très proches, il avait peut-être moins été touché? Ou alors vu comment le garçon l'appréciait, peut-être que ce dernier n'avait pas vraiment tenu à le retrouver. C'était une possibilité et même si une part d'elle s'inquiétait pour l'homme, elle préférait ne pas absolument partir à sa recherche. Elle le connaissait très peu, l'invocateur de l'aimait pas, et elle n'avait pas envie d'avoir un quatrième Rêveur sur lequel veiller. Surtout si ça finissait par être trois pour sa pomme.

Contente malgré tout de retrouver son camarade en bon état, écoutant le début de sa nuit après lui avoir raconté la sienne, elle proposa au garçon de partir à la recherche d'un endroit moins bondé, peut-être un immeuble ou n'importe quoi. Elle aurait bien été tentée d'escalader un bâtiment pas trop haut, l'un de ceux qui n'étaient pas intégralement en verre, mais elle renonça rapidement à l'idée. Elle ne serait assurément pas capable de porter ses deux parents en même temps, et même si elle pouvait en monter un à la fois, elle n'était pas sûre de vouloir laisser l'autre seul, que ce soit en haut ou en bas. Et puis le masque de Shad commençait à l'énerver à se moquer d'elle tout le temps, elle n'arrivait pas à l'ignorer.

Elle ne savait pas quoi faire, comment gérer la nuit à venir, elle se sentait tendue et ne pouvait pas retenir cette impression qu'elle était responsable de Shad, vu l'écart de puissance entre eux que son aura laissait deviner. Sa nervosité de Kazinopolis lui revenait, et elle trouvait ça toujours aussi absurde de se retrouver à être la plus puissante d'un groupe tout en en étant la plus jeune.

Déglutissant, elle demanda à Shad de les diriger en surveillant un peu sa mère, pendant qu'elle-même vérifiait qu'il n'y avait pas de danger imminent. Elle avait pas du tout envie d'avoir un quelconque rôle de leader, et lui passait volontiers la main. Surtout que l'environnement qu'elle surveillait n'aidait pas à la détendre, entre le gris quasi omniprésent dans toutes les nuances possibles, l'odeur d'essence et de pollution qui menaçait de monter à la tête de la petite banlieusarde... Et ce bruit permanent, celui de la foule, des hélicos dans le ciel, de toutes ces fichues voitures qui rugissaient si fort qu'on croirait qu'elle avaient un haut-parleur intégré...

Elle faillit ne pas reconnaître la voix qui appelait un nom depuis la masse de gens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 209
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Shad Blackburn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 455
Honneur: 130
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Sam 23 Avr 2016 - 15:45
L’invocateur s’arrêta en sursautant brusquement quand il entendit son nom une nouvelle fois crié quelque part dans la foule. Cette fois, il savait à coup sûr de qui cela venait car il commençait à bien connaitre cette voix. Il se retourna et se mit sur la pointe des pieds en levant la tête pour regarder au loin, cherchant la petite blonde.

-Ma parole mais qu’est qu’ils ont tous à gueuler ton nom comme ça cette nuit ? Ah, tiens. Mais regardez qui voilà.

-Je s’appelle Marie-Jeanne !

La plante, toujours perchée sur les épaules de l’invocateur, avait repéré la jeune fille. Quand elle vint à sa rencontre, Shad fut dans un premier temps soulagé de voir qu’elle allait bien et qu’elle s’était plus ou moins remise de ses émotions du monde réel. Puis il soupira en voyant qu’elle aussi s’était trouvée obligée de trainer des rêveurs. La nuit semblait se transformer en baby-sitting, magnifique. Mara semblait embarrassée par la situation et n’avait pas l’air de savoir comment ils allaient pouvoir gérer ces trois rêveurs. Hoji continuait de se moquer d’elle sur le fait qu’elle avait faillit se faire écrabouiller car elle était trop petite pour qu’on puisse la voir. Cherchant un endroit où ils pourraient être en sécurité et en même temps protéger leurs parents le temps d’une nuit, Shad se stoppa dans son geste alors qu’il allait coller un taqué au démon. Il avait entendu une autre voix qui lui était familière, sauf que celle-ci il l’appréciait déjà beaucoup moins. Il n’avait pas tout à fait comprit ce qu’elle avait dit, mais il était sûr de l’avoir entendu et il lui sembla que Mara aussi. Plissant les yeux d’un air méfiant, il se tourna vers la jeune fille.

-Bon, il ne faut pas rester là. Ce royaume est assez réputé pour ses activités mafieuse alors on ferait mieux de se mettre dans un endroit tranquille avant de décider quoi faire.

Shad attrapa la main de sa mère et invita Mara à le suivre. Il n’avait pas passé assez de temps dans ce royaume pour en connaitre les endroits principaux, mais il commença dans un premier temps par s’extirper de la foule avec le reste du groupe. Tu parles d’un week end, si c’était pour se coltiner les parents jusqu’à Dreamland… Ils finirent par trouver une rue moins bondée en périphérie du boulevard où ils se  trouvaient. Quand soudain sa mère voulut dans un premier temps lui lâcher la main en pointant la direction devant eux du doigt. Shad resserra son étreinte pour la garder à ses côtés en cherchant du regard ce qui avait bien put la captiver à ce point. Puis il le vit, là, devant eux. Tout sourire, il se téléporta juste devant eux. Gérald. Shad resta stupéfait, sans savoir réagir et bouche bée. Il n’en croyait pas ses yeux.

-Oooh te voilà ma chérie je t’ai cherché partout ! Ce royaume n’est pas un environnement saint pour toi, alors viens ! Partons d’ici.

Miranda offrit un sourire bienveillant à Gérald mais n’osa pas lâcher la main de son fils.

-Ne t’en fais pas ! Shad va faire de beaux rêves, j’en suis sûr ! Et puis il est avec Mara et ses parents ; dit-il sur un ton joueur ; tous ensembles ils vont passer une agréable nuit, tu verras.

Miranda se décida à lâcher la main de son fils mais ce dernier la fit reculer prudemment en gardant ce même air stupéfait.

-Ah, sacré Shad ! Tu es un bon garçon, dit-il en approchant sa main de la tête du jeune homme.

Shad fut soudainement prit d’un accès de colère. Il n’en revenait tout simplement pas. Gérald, ce fumier était en réalité un voyageur lui aussi. Serrant les dents de colère, il empoigna brusquement le banquier par le col de sa chemise et le fit reculer. Il sentait sa force supérieur à la sienne, il ne savait pas quelles étaient les occupations de Gérald à Dreamland et depuis combien de temps il était voyageur mais l’invocateur semblait être bien plus rompu au combat que lui. Une ribambelle de question lui traversa l’esprit mais il se contenta à cet instant de lui offrir son air le plus menaçant.

-Arrête ton cirque Gérald, tu te fous de ma gueule ?! Toi ?! Voyageur ?!

Gérald prit soudainement un air étonné et effrayé et se téléporta quelques mètres en arrière. Faisant aller son regard perdu de Mara à Shad, il pointa un doigt tremblant vers l’invocateur.

-Attendez… Vous… Vous aussi ?! Mais alors… ça explique votre complicité !

-Shad, c’est qui ce mariole ? J’aime pas sa tronche, j’peux me le faire ?

-C’est le petit ami de ma mère.

-Quoi ?! AHAHAHAHA ! Ce clown se tape ta mère ?! MUHAHAHA ! Hilarant !!

La tirade du démon piqua la colère du voyageur à vif et son essaim se mit à bourdonner furieusement sous sa veste. Ça c’était la meilleure. Shad comprit petit à petit que le banquier rendait visite régulièrement à sa mère lors de ses rêves. A sa connaissance, rien ne lui interdisait de le faire. Mais il était tout de même assez mal vu d’intervenir dans les rêves des gens. Et selon lui c’était comme du viol de vie privé. Les rêves sont personnels, ils permettent aux gens de se libérer, d’exprimer leurs envies et leurs fantasmes à l’abri des regards. Personne n’est en droit d’intervenir dans les rêves des gens ; du moins pas de manière délibérée. Car il était malgré tout impossible de ne pas  interagir avec un rêveur de temps à autre. Après tout, ce monde leur appartient.

-Mais… Depuis quand es –tu voyageur ?

-Qu’est ce que ça peut te foutre ? Et toi, depuis combien de temps est ce que tu fous ton nez dans les rêves de ma mè… Attends une minute.

L’invocateur écarquilla les yeux en ouvrant lentement la bouche. Pointant à son tour un doigt accusateur vers le banquier, il lui articula sa phrase lentement d’une voix soufflante.

-Ne me dis pas que c’est comme ça que tu es parvenu à sortir avec elle…

Hoji tourna la tête vers l’invocateur, puis dévisagea le banquier avant d’éclater de rire une nouvelle fois.

-Bhuahaha ! Je sens qu’on va bien s’marrer cette nuit ! Aaah, je retire ce que j’ai dis, me tirer de cette geôle est la meilleur chose que tu ais fait !

-Attend Shad laisse moi t’expliquer, ce n’est pas ce que tu imagines… !

La voix de Gérald devint tremblante, trahissant son secret. Le banquier se mit à rougir se sentant soudainement dos au mur. Il hésitait à fuir, mais s’il le faisait devant Miranda cela risquait d’entacher l’image de lui qu’il s’était construit pour elle depuis presque un an.

-… tu me dégoûtes.

-Oooh, mais qu’est ce que je sens là ? Tu ferais bien de te barrer, crâne d’œuf. Il est assez rare que le gamin ait des envies meurtrières et la dernière fois que c’est arrivé c’est moi qui m’en suis chargé, héhéhé.

-Shad, attend, ne fais pas ça… Pense à ta mère voyons…

-Sale porc.

-Calme toi voyons, pas devant Mara…

-Laisse Mara en dehors de ça, elle a bien plus de couille que toi. Elle aussi sait très bien qu’il est très mal vu d’intervenir dans les rêves des gens.

-Mais… Shad…

-LA FERME ! TU N’ES QU’UN SALE MANIPULATEUR ! QU’EST-CE QUI PROUVE QUE MA MERE T’AIME VRAIMENT EN REALITE, HEIN ?!  

Shad avait atteint un niveau colère qu’il avait rarement expérimenté. Les larmes de rage coulèrent lentement le long de sa joue. Gérald n’était pas quelqu’un de mauvais au final, mais lui il pensait encore à son père. Il n’était jamais parvenu à comprendre pourquoi ses parents n’étaient plus ensembles. Gérald n’en était sûrement pas responsable, et ce qu’il avait fait il l’avait certainement fait par amour. Ce petit homme était assez timide dans le monde réel, Dreamland l’avait surement aidé plus d’une fois à prendre les devants dans sa vie. Malgré sa rancœur, Shad parvint à se résonner. Le banquier était pétrifié et ne savait visiblement quoi dire ni quoi faire. Le démon sentait la colère pulser dans l’esprit de l’invocateur et n’attendait qu’une chose : être invoqué pour pouvoir démembrer cette mauviette juste pour le plaisir. Mais le jeune homme se rendit compte qu’il commençait à effrayer sa mère. Il se détendit et reprit d’une voix tremblante de colère.

- va-t’en. Tires-toi tout de suite et ne reviens pas. Dorénavant, si tu veux garder ma mère à tes côtés tu devras prouver que tu le mérite. Si tu te sers encore une fois de ton statu de voyageur pour lui plaire, je m’occuperai moi-même de ton cas. Maintenant, tu as dix secondes pour déguerpir avant que je ne te tue ici même…

L’essaim de l’invocateur se mit à tournoyer lentement autour de lui. A cette instant, le jeune homme avait oublié où il était et avec qui. La colère l’aveuglait complètement. Marie-Jeanne fit claquer ses lianes en émettant un feulement agressif en lançant un regard intimidant à Gérald qui lâcha un petit gémissement de peur.

-Mon chérie, attention il y a des abeilles à côté de toi…

-… ah parce qu’elle est pas au courant elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 630
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Sam 23 Avr 2016 - 22:30
C'était bien lui, Gérald se dressait devant eux, entre les quelques passants. Puis il se téléporta. Un Voyageur, lui aussi? L'espoir envahit le cœur de Mara. Autant de Rêveurs que de Voyageurs, ça devenait parfait! Puis un pouvoir de téléportation, tellement de possibilités... Pouvait-il emmener quelqu'un avec lui? Dans cette situation, mettre tout le monde à l'abri serait infiniment plus simple!

Pourtant, un truc était étrange, il ne les remarquait pas? Il ne s'intéressait qu'à Miranda? En même temps, la femme qu'il aimait... Il devait sans doute vouloir protéger ses nuits aussi. La fillette ne put retenir un sourire malgré sa tension: c'était mignon. Mais ça soulevait quand même un problème: il ne remarquait pas que Shad et elle étaient aussi des Voyageurs. Deux possibilités: soit il était nouveau et n'arrivait pas encore à faire la différence, soit il avait passé tout son temps avec la femme et n'avait jamais fait attention aux autres. Son aura étant presque comparable à celle de Shad, la fillette penchait plutôt pour la seconde option, mais ça posait quand même un problème: il n'était certainement pas très expérimenté, avec un pouvoir pareil, il devait fuir plus qu'autre chose. En tous cas, vu son arrivée, il était clairement à l'aise avec sa téléportation, il n'avait probablement pas de limite d'utilisation, mais du coup, sans doute une portée réduite... En tous cas, vu qu'il restait avec Miranda, il devait sans doute pourvoir emporter au moins une personne, et ça c'était cool.

Ok, ils avaient besoin de lui, et... et qu'est-ce que faisait Shad, là? Il lui criait dessus? Comme ça, direct? L'enfant ouvrit légèrement la bouche, cherchant un truc à dire, en vain. Mince, il pouvait pas être aussi bête! Il voyait pas le potentiel d'un pouvoir pareil? Il voyait pas leur situation? Il était juste aveuglé par sa colère contre l'homme? Elle se pinça les lèvres, serrant les mains de ses deux parents. Et elle insultait mentalement le masque d'en rajouter. Il fallait qu'il se calme, qu'il trouve un moyen...

Elle jeta un coup d’œil aux deux adultes autour d'elle qui regardaient la scène d'un air poli et un peu absent. Elle essayait de comprendre la colère du garçon, sinon elle doutait de réussir à le calmer, mais... Elle avait l'impression qu'il le détestait juste pour ce qu'il était avec sa mère. Pour la fillette, le banquier n'était pas un homme très intéressant, mais il était gentil avec eux. Même si Shad ne le lui rendait jamais. Ça lui faisait mal de penser ça, car c'était son ami, mais elle avait de plus en plus cette terrible impression que c'était lui qui était en tort, agissant de la pire façon. Elle ne se sentait même pas capable de mettre en cause la mauvaise influence d'Hoji, vu qu'il était pas là en vrai.

Serait-elle aussi énervée à sa place? Regardant son père, puis sa mère, essayant de les imaginer séparés et vivant avec quelqu'un d'autre... Elle se disait qu'elle serait contente pour eux, contente qu'ils soient heureux s'ils ne l'étaient plus ensemble, mais... Son cœur se serra. Elle n'arrivait pas à concevoir que ses parents puissent ne plus s'aimer. Avec tout ce qu'ils avaient dû traverser à cause d'Éloise, les forçant à adopter, puis ce qu'il avaient subi à cause d'elle... Et maintenant que tout allait mieux pour tout le monde... Non, impossible, ils seraient toujours ensemble, c'était pas la même situation. Elle soupira en tremblant légèrement, relâchant sa pression sur les doigts des Leros en se rendant compte qu'elle les serrait trop fort.

Reportant son attention sur Shad, elle le vit de plus en plus en colère. Il l'insultait, disant qu'il avait séduit sa mère comme ça. Mara ne savait pas quoi en penser. Séduire un Rêveur dans le monde des Rêves, était-ce mal? Elle n'était pas sure. Elle avait l'impression que les rêves mettaient des idées en tête, mais ne les forçaient pas non plus. Si elle était tombée amoureuse de lui en vrai, ça pouvait pas être que par ce qu'il faisait sur Dreamland, si? Elle doutait, sans savoir. Elle regardait Shad, terrifiée à l'idée qu'il fasse quelque chose de terrible, elle n'arrivait plus à réfléchir. Il donnait l'impression de vouloir la mort de son beau-père et elle ne savait pas quoi faire, son pouvoir de confiance ne servirait à rien dans le cas présent, car elle n'avait rien à voir avec cette histoire. Elle ne pouvait donc que se mordre les lèvres ou l'intérieur de la joue, cherchant la meilleure solution parmi les pires qui s'offraient à elle.

"Laisse Mara en dehors de ça, elle a bien plus de couilles que toi. Elle aussi sait très bien qu’il est très mal vu d’intervenir dans les rêves des gens."

Cette phrase traversa l'enfant de part en part. Il avait raison, et sur plusieurs points. Elle ne pouvait pas continuer à se voiler la face à rien faire. Il y avait quelques heures à peine, elle se disait qu'elle pourrait défendre la paix dans Dreamland. Et elle se disait aussi qu'elle était trop jeune et expérimentée pour y arriver. Ce constat la frappait comme une gifle en cet instant précis. Il y avait un conflit face à elle, simple, minime. Elle voyait deux responsables, dont un qui agissait bien trop violemment. Et elle ne savait pas comment résoudre ça car elle connaissait et appréciait celui qu'il fallait arrêter. Elle serra les dents en baissant la tête, ignorant les hurlements du garçon, et joignit les mains de ses parents ensemble.

Les laissant en contact entre eux, à présent libre de ses mouvements, elle s'avança lentement vers Shad qui lui tournait le dos, menaçant Gérald d'une voix qu'elle ne lui connaissait pas.

"Shad, arrête..."

Elle avait parlé d'une vois forte mais c'était peine perdue. Entre le brouhaha de la ville, celui de l'essaim qui tournoyait autour de lui et les claquements de la plante, il n'entendit pas sa voix. Ou alors il l'ignora. Miranda regardait la scène d'un air vaguement inquiet mais sa remarque acheva de convaincre Mara qu'elle n'avait pas conscience de la situation. S'avançant un peu plus vers le Voyageur, elle parla plus fort:

"Shad, s'il te plait!"

Mais il ne se retournait toujours pas, faisant face à l'homme qui semblait perdu, son regard alternant entre la femme et le fils de cette dernière. La fillette se convainquit que c'était car ça vie comptait peu pour lui, et ça acheva de la convaincre que son ami était en tort. Et elle en avait vraiment besoin, pour ce qu'elle allait faire.

"SHAD !!"

Sa main droite traversa son essaim, ressentant brièvement les insectes qui frôlaient sa peau ou cognaient son bras, ignorant un coup de liane, et elle agrippa son épaule pour le faire pivoter face à elle. Et de sa main gauche, trop rapidement pour qu'il puisse réagir, elle lui donna un violent coup de paume au torse qui le projeta par terre. Elle eut un instant de culpabilité sur la force de son coup, entendant le souffle puis le grognement de son camarade, mais se reprit. Ils devaient mettre les choses au clair, et maintenant. Sous la tension, la culpabilité, le doute, elle le saisit par le col et parla à toute vitesse:

"J'suis désolée, Shad! Je sais pas ce qui s'passe, et j'veux pas savoir, mais j'peux pas te laisser faire ça! C'que tu t’apprêtais à faire là, je sais pas si t'étais sérieux ou pas mais... Mais non! Pour moi, c'est pire que ce qu'il a peut-être fait!"

Elle le regardait droit dans les yeux, sans craindre l'essaim qu'elle se savait capable de repousser s'il voulait l'envoyer sur elle. Et ça lui coûtait de penser à ça mais elle était presque sûre de pouvoir obtenir l'aide de Marie-Jeanne pour calmer son possesseur.

"Au pire, c'est... c'est presque par le fait que tu sois prêt à l'attaquer qui m'choque, c'est que tu le fasses devant ta mère, alors que tu viens de dire que l'influence de ses rêves ont été capable de la rendre amoureuse! Car ouais Shad, ta mère est amoureuse, ça se voit trop! Et t'avais l'air de dire que tu voulais qu'elle passe une bonne nuit, tu voulais la protéger! Est-c'que tu crois qu'elle passera une bonne nuit en rêvant que son fils essaye de tuer l'homme qu'elle aime?!"

Elle criait presque, les mains tremblantes.

"Il a protégé les rêves de ta mère, tu peux pas lui nier ça! Et tu l'as dit toi-même, on est dans une zone dangereuse ici, et t'es le seul à connaître cet endroit! Alors steuplé, s'il te plait Shad, juste pour cette nuit, calme-toi. Vous en discuterez demain, avec du recul, quand vous aurez pas tout Dreamland pour vous aider à vous entre-tuer, mais pour l'instant on a besoin de son aide! Tous les deux, on sera capable de repousser des méchants, n'importe quoi, on l'sait! Mais lui, son pouvoir lui permettra de protéger nos parents! Pense-y Shad, si tu veux pas lui demander de l'aide, alors dis-toi que tu l'utilises, je sais pas!"

La voix de Mara tremblait de plus en plus, ses mains serrant le vêtement de son ami. Sa vue se brouillait un peu, sa gorge était nouée, et elle posa son front contre ses pouces, en réunissant toute sa volonté afin de bloquer ses larmes. Elle finit dans un souffle suppliant, un peu cassé par les émotions:

"Pitié, t'ajoutes pas à la liste de preuves que dans Dreamland, tout doit passer par la violence... Laisse-moi garder espoir..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 209
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Shad Blackburn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 455
Honneur: 130
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Dim 24 Avr 2016 - 10:30
Tout était allé bien trop vite. La rage l’avait envahie et était montée en lui si vite qu’il en avait la tête qui tournait. Sa respiration était devenue saccadée, haletante. Son esprit s’embrumait, perturbé par les ondes négatives du démon. Il ne savait même plus ce qu’il faisait là, ni pourquoi il se trouvait en face du petit ami de sa mère, prêt à déchaîner un tourbillon de violence et de haine inconsidérée. La voix de la jeune fille résonnait derrière lui mais il ne sut trouver la force de l’écouter, de détacher son attention de l’homme qui se trouvait en face de lui. Quand soudain il fut arraché à la tempête de colère dans laquelle il s’était laissé emporter. Avant même de comprendre pourquoi il s’était retrouvé face à Mara, il fut éjecté deux mètres plus loin sous l’impact d’un coup au torse pour atterrir lourdement sur le dos. L’espace d’un instant, il eu la respiration coupée et se redressa en clignant des yeux d’un air effaré. La petite blonde lui empoigna le col et se mit à parler à toute vitesse, lui crachant des paroles qu’il aurait sûrement refusé d’entendre dans la bouche de quelqu’un d’autre. Alors il en était donc arrivé là. Au point de recevoir une leçon de moral de la part de sa cadette. Elle en avait presque les larmes aux yeux. Et lui il restait là, sans broncher, à l’écouter. Le pire c’est qu’elle avait raison. Mais depuis quand ? Depuis quand était-il devenu si agressif ? Depuis quand avait-il perdu sa capacité à garder son sang froid ? Pourquoi se laissait-il envahir par la haine si facilement ?

La haine fut presque instantanément remplacée par la culpabilité au moment où la petite blonde se mit à sangloter. Après tout ce qu’il avait fait dans ce monde. Les services qu’il avait rendu, le projet de paix et d’harmonie avec son groupe, les amis qu’il s’était fait… Pour la première fois dans sa vie onirique, il avait fait du mal autour de lui. Hoji dévisageait la jeune fille avec une expression de colère mélangé à un dégout profond. Il commençait à apprécier son invocateur. Le fait que ce dernier soit de plus en plus souvent sujet à des crises de colère lui plaisait tout particulièrement, car c’est de cette manière qu’il pourrait retrouver ses pouvoirs. Après tout, aucun démon ne tire sa force de l’amour et la compassion. Shad leva les yeux vers sa mère et faillit laisser échapper une larme. Elle les observait avec un regard attendrissant. A cet instant l’invocateur aurait aimé connaitre la vision qu’elle avait des choses. Elle était tellement innocente… Il posa sa main sur les poignets de Mara et les écarta doucement pour se relever.

-Tu as raison, Mara. Après tout peut être que je n’aurais pas besoin de le faire. Car les mensonges sont éphémères, et cet homme est un mensonge à lui seul.

Sa voix était devenue amère, mais plus docile. Une chose était sûre, la discussion n’était pas pour autant close. Il n’en avait pas terminé avec le banquier, mais pour l’heure il valait mieux s’allier. Si jamais ils se faisaient tomber dessus par des tueurs à gage ou autres pourritures du même acabit, les choses risquaient de se compliquer avec trois rêveurs sur les bras. Shad s’éloigna lentement de Mara pour retourner auprès de sa mère. Le démon regarda le garçon s’éloigner puis se tourna brusquement vers la jeune fille en lui soufflant d’une voix haineuse.

-Prie pour qu’il n’ait pas à m’invoquer, gamine, ou on verra bien si tu es en mesure de faire plier l’esprit d’un démon.

-Hoji, viens ici.

Shad n’avait pas entendu ce que le démon avait dit à la jeune fille, mais il avait sentit sa colère envers elle. Et il était hors de question qu’il arrive quoi que ce soit à son ami par sa faute. Il prit la main de sa mère et se retourna vers Mara. Il resta silencieux quelques instants, cherchant ses mots.

-Mara je suis désolé, je… A TERRE !!!

L’invocateur lâcha brusquement la main de Miranda pour se ruer sur la petite blonde. Dans la foulée il invoqua son essaim et se forgea immédiatement une armure de cire avant d’entourer Mara de ses bras, la couvrant de son dos. Un tir retentit dans la foule qui se dispersa rapidement dans une série de cris de panique. Une balle percuta l’épaule du voyageur et son armure vola en éclat à cet endroit. L’épaule n’avait pas été touchée grâce à l’armure, mais le voyageur fut tout de même éjecté au sol sous la force de l’impact. Il se retourna brusquement et cria en direction de Gérald.

-EMMÈNES LES RÊVEURS HORS DE CETTE RUE !! MAGNE-TOI !!!

Le banquier s’exécuta expressément et se téléporta auprès de Miranda et des parent de la jeune fille pour se volatiliser dans une série de téléportassions. La foule se dispersait progressivement, laissant apparaître quatre hommes habillé de noir et portants des lunettes de soleil carrée. Et merde, les hommes du baron. C’était très certainement après lui qu’ils en avaient, mais ils devaient considérer que Mara était avec lui et n’avaient donc pas hésités à lui tirer dessus. Shad se releva en ignorant autant que possible la douleur dans son épaule et attrapa la main de Mara pour l’emmener en direction de l’angle de la rue. La vivacité du jeune surprit les hommes de mains. Après tout, il était moins puissant la dernière fois qu’ils l’avaient combattu. Les deux tireurs manquèrent leurs tirs et une balle ricocha sur le coin du mur quand les deux voyageurs se cachèrent.

-C’est un clan de mafia sous les ordres d’un mec quoi se  fait appeler le baron, c’est ma peau qu’ils veulent, je t’expliquerais plus tard ! Il faut les mettre hors course tout de suite ou ils vont appeler du renfort !!

Shad avait articulé sa phrase à toute vitesse,  le cœur dopé par l’adrénaline et la volonté de protéger leurs rêveurs. Mara était certes puissante, mais ici elle risquait bien plus sa vie qu’à Kazinopolis. La plus part des créatures de ce royaume étaient adeptes des armes à feu, et le seul du groupe qui était actuellement capable de rivaliser à distance était l’invocateur. Quand trois autres hommes de main apparurent au coin de la rue armés de matraque électrique, Shad invoqua Gate et Ling. Au corps à corps, il ne se faisait pas de souci pour la jeune fille, après tout elle venait de lui prouver qu’elle pouvait gérer la situation de ce côté-là. Le trio de mafieux leur fondit dessus, matraques en avant et activées. D’un mouvement sec du bras, Shad activa ses chargeurs et pointa les canons en avant.

-La paix n’est pas dans ce royaume, Mara. Si tu la veux alors il te faudra rester en vie et l’imposer. Je suis navré, mai cette nuit il risque d’y avoir encore des morts.

A la fin de sa phrase, il ouvrit le feu sans sommation.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 630
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Dim 24 Avr 2016 - 23:42

À son grand soulagement, Shad sembla retrouver la raison et elle souffla un remerciement à peine audible en le laissant se relever. Et tandis qu'il lui tournait le dos, lorsque Hoji lui lança sa petite menace, la jeune fille frissonna. Elle ne savait pas d'où venait ce truc mais elle n'osait pas imaginer l'influence qu'il avait sur son ami. Et elle ne connaissait pas non plus sa force, donc ne prit pas son défi à la légère, même si elle le fixa presque indifféremment. Elle était si concentrée pour se retenir de déverser toutes ses émotions que garder une expression sérieuse comme ça était plutôt simple. Pour une fois.

Mais ils n'eurent malheureusement pas le temps de s'en remettre, puisque des bruits de tirs retentirent à l'instant où l'invocateur la plaqua au sol. Elle faillit se dégager pour porter secours à ses parents, mais ils s'étaient accroupis plus loin, et Gérald apparut puis disparut en les emmenant. La fillette expira de soulagement et reporta son attention sur le danger immédiat, à savoir un groupe de mafieux qui s'enjaillaient à tirer dans le tas, et plutôt vers eux de préférence. Elle se laissa un peu tirer par Shad, à peine remise de son pétage de câble et ne comprenant pas le moindre truc de ce qu'il se passait.

Finalement, quand il furent plus ou moins à couvert, Shad lui expliqua le problème dont il était certainement la cause, et un sourire naquit sur les lèvres de la fillette malgré l'urgence. Bah voila, là elle le reconnaissait, Shad! C'était les vilains qu'il devait se mettre à dos! Mais son sourire se figea face à sa remarque suivante et elle sentit une onde froide la traverser. Encore des morts, hein? C'était si... radicale. Elle faillit bousculer Shad pour se dresser face aux méchants et utiliser son pouvoir pour les pacifier, mais cela allait-il marcher? Allait-elle seulement pouvoir générer une onde avant de se prendre une balle en pleine tête? Son pouvoir était rapide, mais il avait toujours une certaine latence, le temps qu'il monte jusqu'à l'esprit de la cible. C'était une demi-seconde, rien de bien long. Mais c'était plus long que de tirer quand on avait un pistolet braqué entre les mains et qu'on savait s'en servir.

Elle serra les dents. "La paix n’est pas dans ce royaume", hein? Chiche?

Elle décida qu'elle trouverait un moyen. Peut-être pas cette nuit, même si elle pouvait déjà commencer, mais elle trouvera un moyen. Pour que les gens arrêtent de tirer dans le tas sans réfléchir, gratuitement, juste car ils ont vu quelqu'un qu'ils aiment pas. C'était une mafia? Elle trouverait un moyen de la faire tomber, elle avait déjà plus ou moins démantelé un trafic il y a quelque temps. Enfin, il fallait qu'elle arrêter de penser, il fallait qu'elle réfléchisse. Un groupe de mafieux avec des armes à feu ou des matraques approchait depuis le coin de la rue, et était contenu par Shad. Sauf que ce dernier n'avait pas de munitions infinies, et elle n'avait pas envie qu'il tue quelqu'un, blesser un adversaire était largement suffisant pour le mettre hors combat.

Mordillant son pouce, elle se mit à regarder autour d'elle et à compter. En plus de ceux que retenait Shad, trois s'approchaient par son flanc, une voiture aux vitres teintées s'arrêtaient de l'autre côté de la rue et elle n'était pas sure que toute les bosses sombres au sommet de l'immeuble le plus proche, plutôt bas, soient toutes des cheminées. Ils étaient en plein milieu d'une rue avec plein de passants, même si la plupart s'étaient enfuis, et surtout ils étaient cernés et à découvert. Shad retenait la menace immédiate, mais c'était loin d'être une solution à long terme. Où était passé Gérald, d'ailleurs? Il n'était plus dans la rue, et les immeubles semblaient trop haut pour qu'il aille direct au sommet. Surtout en transportant trois Rêveurs, ça devait être une contrainte supplémentaire... Son regard regarda le mur contre lequel elle était plaquée, puis la porte la plus proche, à cinq mètres de là. Ils devaient être à l'intérieur.

Attrapant Shad par le bras pendant une de ses pauses, lui lançant un rapide "On rentre!" elle le tira vers l'entrée du bâtiment. Se sentant encore coupable du coup qu'elle lui avait mis, elle n'osait pas le saisir trop fort. Parfois, cette force qu'elle avait tant souhaité à ses débuts la mettait mal à l'aise. Rentrant à l'intérieur du bâtiment, composé d'un bureau d'accueil où une secrétaire habillée en blanc, ses cheveux blonds réunis en un chignon haut et son rouge à lèvre ressortant particulièrement, les observa d'un regard neutre. Soudainement timide malgré sa tension, laissant Shad surveiller l'extérieur, la fillette balbutia à la dame si elle n'avait pas vu passer deux couples dont un Voyageur à l'instant. Lorsque celle-ci lui demanda d'un ton indifférent si elle avait un rendez-vous, l'enfant renonça et alla vers les accès aux étages supérieurs, commençant à paniquer. Où étaient ses parents? Gérald avait dû vouloir fuir, mais jusqu'à quel point? La meilleur cachette était toujours celle qui se fondait dans le décor, soit un étage au pif parmi les vingt de cet immeuble. Mais le banquier devait être intelligent, il fallait aussi que ses deux protecteurs puissent les trouver, donc il avait dû se contenter de fuir la menace de façon évidente mais efficace. Soit le dernier étage.

Regardant un instant l'escalier, elle faillit se décourager mais se rasséréna. C'était bien moins dangereux que de prendre l'ascenseur, et leur condition physique devrait leur permettre de courir sur vingt paliers. Appelant Shad en se ruant dans le local, elle gravissait les marches le plus vite possible, rageant contre sa petite taille qui ne lui permettait pas de les monter trois par trois. Elle se rassura en reconnaissant la course de son ami derrière elle et avisa le numéro "1" sur la première porte qu'elle croisa. Ça allait être long, surtout qu'elle avait pas envie de semer son ami.

Elle courrait le nez en l'air, ayant l'impression d'entendre la voix de sa mère qui l'appelait. Elle avait peur que pendant cette nuit, dès l'instant où elle sortirait du champs de vision de ses parents, ces derniers ne plongent dans un cauchemar d'inquiétude à son propos. Elle voulait pas leur imposer ça. Étage 10 déjà, elle demanda d'un cri à Shad si ça allait pour lui, mais elle eut comme un mauvais pressentiment. Comme s'il n'y avait pas que leurs pas dans l'escalier. Sentant la transpiration poindre dans chaque pore de sa peau, elle accéléra légèrement dans un sursaut de tension puis se mesura. Il fallait qu'elle puisse aider l'invocateur en cas de besoin. Étage 18, ils y étaient presque... Étage 19... Étage 20, oui!

Ouvrant violemment la porte, elle déboula dans un couloir vide et vit au bout de celui-ci une porte menant vers un escalier montant. Et ça se confirmait, elle entendait la voix de son père qui l'appelait, maintenant. Faisant un pas en arrière pour s'assurer que son ami était toujours sur ses traces, elle se rua vers les marches suivantes et déboula enfin sur le toit, en appelant ses parents. Faisant le tour de la colonne dont elle était sortie, elle vit Gérald faire un pas en arrière, serrant la main de Miranda, avant de soupirer en la reconnaissant. Par contre, elle faillit ne pas voir les deux adultes se jeter sur elle, la serrant dans leurs bras à grand coup de "Ma puce", "Ma chérie" ou encore "Tu vas bien?". Avoir ses parents sur Dreamland avait beau être une grande source de nervosité pour la jeune fille, elle ne pouvait pas s'empêcher de se sentir rassurée par leur contact et leur odeur.

Mais elle se força à se détacher. Le meilleur moyen pour fuir les autres à présent qu'ils étaient dans un cul de sac, ça allait être de sauter de toit en toit. Par contre, elle allait avoir besoin d'infos sur le pouvoir du banquier. Car s'il pouvait visiblement transporter les trois Rêveurs, elle ne savait pas quelle portée il avait et s'il pouvait enchaîner les téléportations. Et c'était pas une limite qu'elle avait envie de découvrir à l'arrache, dans l'urgence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 209
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Shad Blackburn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 455
Honneur: 130
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Mar 26 Avr 2016 - 20:11
Lorsque l’invocateur ouvrit le feu, les mafieux s’écartèrent brusquement. Il en avait touché un au bras mais les deux autres partirent se mettre aussitôt à l’abri ; appelant leurs collègues armés de pistolets. Shad parvint à les retenir quelques temps avec de simples tirs de couverture et dû rapidement utiliser sa deuxième guêpe pour tirer sur le côté où d’autres renforts arrivaient. Il commençait à avoir du mal à les contenir et ne pouvait pas se concentrer sur un plan d’évasion tandis qu’il repoussait leurs assauts. Ce fut la jeune fille qui prit les devants en le tirant brusquement vers l’entrée du bâtiment le plus proche avec une force que sa petite taille ne laissait pas présager. Elle semblait avoir un plan en tête et l’invocateur la suivit sans discuter en couvrant leurs arrières de quelques tirs supplémentaires. En entrant dans le bâtiment, Shad se plaqua dos au mur en jetant des regards prudents vers l’extérieur. Ils devaient faire vite, ils n’allaient pas tarder à être pris en chasse à nouveau… Il se précipita pour emboiter le pas de la jeune fille quand il l’a vit se diriger en courant vers les escaliers. Lui jetant un regard interrogateur en se demandant ce qu’elle pouvait bien avoir en tête, il se contenta de gravir les marches à grande enjambé. Sur vingt étages. Vingt-putain-d’étages.

Arrivé au vingtième niveau, Shad s’appuya quelques secondes contre un mur pour reprendre son souffle. Bon sang que cette gamine avait de l’énergie ! Puis ils continuèrent leur course jusqu’au toit du bâtiment, où ils retrouvèrent Gérald et les trois rêveurs. Mara avait eu du flair. Le banquier restait là en observant l’invocateur d’un œil craintif en tenant la main de Miranda, les genoux tremblotant. Mais quelle mauviette celui là, il était temps qu’il se sorte un peu les doigts du cul. Le fait qu’il les ait forcé à courir si loin pour le retrouver agaça grandement le voyageur et ce dernier s’avança vers lui en affichant un regard mauvais.

-Alors Gérald ? On n’est pas bien là, tous ensemble, à sauver nos peaux et à défendre nos rêveurs ? Demanda l’invocateur d’un ton faussement aimable, puis il pointa sa mère du doigt. Et tu feras quoi la prochaine fois qu’elle finira au royaume obscur, hein ? Tu la téléporteras jusqu’à ce que mort s’en suive ?

-Je… Je suis désolé, je ne pensais pas que ça finirait comme ça…

-Aaah tu savais pas. Et bah voilà. Bienvenu à Dreamland mon grand. Tu devrais affronter des rats garous plus souvent, c’est plutôt formateur ; acheva-il en donnant une tape amicale sur l’épaule de la fillette.

-Shad ! Combien de fois t’ais-je dis de ne pas laisser trainer ton ballon de basket dans le couloir !
Râla Miranda en ramassant un seau qui trainait à côté d’une sorte de local d’entretien.

-Ouais Shad, range un peu ton bordel ; se moqua le démon.

Shad se plaqua la main sur le front en soufflant profondément sous le regard désolé et légèrement attendrit de Gérald.

-Bon. Annonce les limites de ton pouvoir, on n’a pas de temps à perdre.

-Quoi ?... euh.. Et bien à mon niveau actuel je ne peux transporter les trois rêveurs qu’a cinq mètres de distance… Seul je peux aller jusqu’à Vingt mètres environs.

Shad parvint à masquer un petit haussement de sourcil impressionné. Lui n’était pas très fort, mais son pouvoir avait un sérieux potentiel. Vingt mètres, à son niveau, c’était franchement pas mal. Et très utile. Shad se retourna brusquement et se plaqua dos à la colonne quand Hoji l’avertit de la présence d’un tireur juste derrière eux. Une balle ricocha, forçant l’invocateur à se baisser. Il était déjà à la moitié de ses chargeurs et il préféra ne pas reforger une armure dans l’immédiat le temps qu’elle se régénère. La fuite était préférable pour le moment, surtout qu’un deuxième tireur venait de s’ajouter à la fête.

-Toi, tu prends les rêveurs et tu les téléportes sur le toit du bâtiment d’à côté. Ne t’arrête pas, Mara et moi ont te couvre.

-Mais…

-Y a pas de mais ! Considères ça comme ton baptême du feu et bouge toi le cul on n’a pas toute la nuit !

Le banquier s’exécuta et entama une série de téléportassions vers le bout du toit de l’immeuble. Après avoir annoncé à Mara qu’il partait devant, Shad lui demanda de repousser les deux tireurs le temps qu’il s’assure que la voie était libre pour Gérald et les rêveurs. A cette distance, les deux mafieux ne devaient pas être très compliqués à gérer pour la jeune fille. Il lui suffirait surement d’une ou deux onde de confiance le temps que Shad les occupes avec quelques tire de couverture. Après avoir forcé leurs poursuivants à se replier un peu et les avoir laissés aux bons soins de la petite blonde, l’invocateur se mit sur les traces du banquier. Il avait déjà traversé les trois quarts du toit, mais il semblait s’essouffler. C’était mauvais. S’il ne tenait pas la cadence, il allait les mettre dans le pétrin. L’invocateur commençait même à le rattraper. S’assurant que la jeune fille était bien derrière lui, il arma son bras et tira au dessus de l’épaule du banquier. Le petit homme fut effrayé et accéléra subitement le rythme. Seulement, contrairement à ce qu’il avait certainement cru, le tir ne lui était pas destiné. Shad tira une nouvelle fois et parvint à atteindre un mafieux qui les attendait arme au poing sur le toit de l’immeuble d’en face. Il était difficile de savoir s’il l’avait tué ou non, car à cette distance il ne parvenait pas à viser avec une très grande précision. Apparemment les mafieux essayaient de les prendre en tenaille car d’autres arrivaient par l’arrière, et d’autres apparaissaient également sur le toit d’en face. Leur objectif était plus bas que là où il se trouvait actuellement, environs dix mètres, mais il était relativement proche.   Le banquier ralentit légèrement en voyant le bord du bâtiment se rapprocher, puis il sauta sans réfléchir lorsque Shad lui en donna l’ordre et se réceptionna finalement sans trop de mal en se téléportant.  

Shad s’arrêta brièvement au bord du vide pour contrôler la distance de l’autre rive. Environs huit mètres. Huit mètre de long, et dix mètre en bas… il savait déjà que ça allait être compliqué pour lui. Avisant un porte drapeau planté au bord de la façade de l’immeuble, Shad invita la jeune fille à le suivre et la prit par la taille avant de sauter aussi loin qu’il le put en prenant un peu d’élan. Marie-Jeanne se détacha de son dos en enroula sa liane autour de son bras gauche pour gagner en longueur et attrapa le porte drapeau pour les balancer jusqu’au bord du toit. Laissant Mara repartir sur les traces du banquier téléporteur, Shad glissa et se rattrapa de justesse au rebord. Le trip Spiderman sur les toits, c’était pas vraiment son truc…


La situation allait se compliquer, d’autres mafieux déboulaient et il était presque à sec.  Tirant dans leurs jambes et leurs bras pour les mettre hors combat, l’invocateur parvint à les repousser avec l’aide de la jeune fille. Gérald s’était fais tirer dessus aussi, mais il était parvenu à échapper au pire en se téléportant frénétiquement. Shad constata que les rêveurs étaient assis bien sagement à côté du petit local qui donnait sur les escaliers de l’intérieur et sourit légèrement quand Miranda lui montra son seau d’un air énervé. Gérald était complètement essoufflé et donnait l’impression d’être au borde de la crise d’angoisse. Shad passa derrière lui et mit une grande claque sur l’épaule.

-Te plains pas c’est comme ça presque tout les jours pour certains.

Il ramassa sa mère en lui prenant la main et se dirigea vers l’escalier qui descendait vers le dernier étage de l’immeuble.

-Mara, faut qu’on descende de là, on est trop visible.

Quand il acheva sa phrase, il se retourna et faillit crier de peur. Un mafieux tomba à ses pieds, laissant apparaitre un cyborg en imperméable marron avec un chapeau de la même couleur. Il fixa les deux voyageurs de ses yeux luisants et s’alluma un cigare. Sa voix semblait presque Humaine, roque.

-Vous deux les voyageurs, j’vous connais pas -il cracha un nuage épais et puant de fumée- Mais vous tenez tête aux hommes du baron et ça, ça me plait. J’ai un taff à vous proposer. Un colis à livrer, en fait.

-Et pourquoi on vous ferez confiance, au juste ? Demanda Shad en plissant les yeux d’un air méfiant. Il avait plutôt intérêt à se méfier celui là, il lui restait encore des balles.

-Pourquoi ? Et bien parce que quinze hommes vous attendez armés jusqu’aux dents, un peu plus bas, et que mon équipe et moi on les a tous descendu. Z’avez pas b’soin de me croire sur parole, allez voir par vous-même.

-Non merci…

-Bon, ce colis. J’vous donnerez un plan avec, pouvez pas vous tromper. Si vous marchez, on assurera votre sécurité jusqu’à la fin de la nuit et p’t’être même que vous repartirez avec une petite récompense. Y a pas d’lézard, c’est la loi ici. Donnant-donnant.

Il leur montra un petit paquet avec le papier sur lequel était dessinée une carte.

-Et pourquoi vous le faites pas vous-même ?

-Parce qu’il faut avouer que s’téléporter est quand même vachement plus pratique et plus discret ; répondit-il en regardant Gérald.

Shad soupira profondément à cette réponse agaçante et tourna la tête vers Mara.

-Tu en dis quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 630
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Mer 27 Avr 2016 - 22:04

Malgré l'étau de ses parents, la jeune fille avait écouté avec attention la description du pouvoir de Gérald. Cinq mètres... ils pourraient aller d'immeuble en immeuble mais traverser la rue risquait d'être difficile. En tous cas ça allait être un pouvoir très utile pour la nuit qui se profilait. Laissant donc Shad couvrir le banquier, elle se mit à couvert derrière une colonne tandis que les deux tireurs accouraient.

Ressentant leurs auras, plus faibles que la sienne, elle se mit à réfléchir à toute allure. Ils les attaquaient, mais ils obéissaient au ordres, ce n'étaient pas comme s'ils éprouvaient de la rancoeur à leur égard. Du coup son pouvoir devrait être capable de faire des deux tireurs ses alliés, mais comment surmonter leur loyauté? Il allait falloir les convaincre avec des mots en utilisant son pouvoir comme soutien. Tentant de faire remonter à elle les films de gangster qu'elle avait pu voir, peinant à se concentrer en sentant les tireurs se rapprocher de part et d'autre de la colonne, elle eut soudain une idée. Lorsque les deux individus s’apprêtèrent à jaillir de chaque côté d'elle, espérant la cerner, elle projeta une puissante onde de confiance et lança d'un ton nerveux:

"Ils vous mentent, on est pas vos ennemis!"

S'arrêtant un instant à cause de l'effet de l'onde, les deux mafieux braquèrent malgré tout dans sa direction. Cependant, ils ne tirèrent pas, et pas uniquement car l'enfant s'était accroupie au cas où. La visant d'un air suspicieux, celui à sa droite lui demanda ce qu'elle voulait dire. Malgré sa peur face aux impressionnants canons des armes, une peur digne de celle d'un hamster devant le bouchon d'une bouteille de champagne un peu trop secouée, elle trouva la force de parler:

"On a été embauché par le (Shad avait dit quoi déjà?) Baron, pour des affaires privées! Mais y a un traître dans l'organisation, qui veut nous contrer! Il se sert de vous!"

Le regard de celui qui avait parlé s'était probablement plissé mais dans la mesure où il portait des lunettes de soleil, c'était un peu difficile à dire. En tous cas, il grogna qu'il ne la croyait pas, demandant des preuves, des détails sur sa mission. La fillette en profita pour jouer la colère, priant pour que ça camoufle son inquiétude et son manque d'assurance:

"J'ai parlé d'affaires privées! Vous croyez qu'on va en parler au premier venu?!"

"On est aussi des hommes du Barons, tu nous prends pour qui?!" s'énerva l'un des deux.

"Vous suivez les ordres d'un traître! Je peux me vanter de recevoir mes ordres directement du boss, et vous?"

L'instant décisif. Si c'était le cas, elle était vraiment dans la mouise et aura intérêt à frapper avant qu'ils ne tirent. Pour tenter de se rendre plus convaincante, elle se permit une autre onde de confiance, attendant nerveusement que les deux autres finissent d'échanger leur regard.

"Ok, on peut pas prendre ce risque, on va demander à confirmer les ordres." grogna l'autre. "En attendant, il faudra prévenir les autre..."

"Faites gaffe," rajouta la jeune fille dans un sursaut d'inspiration, "Ils on trouvé un type capable de copier les apparences des gens, si vous parlez au Baron, assurez-vous que c'est bien lui. Il faut que j'y retourne avant qu'il soit trop tard..."

Avec un peu de chance, ça devrait les tenir assez longtemps. Après avoir annoncé son départ, la jeune fille se redressa lentement en les surveillant du coin du regard, fit quelque en avant et constatant qu'ils semblaient s'éloigner en sens inverse, elle souffla et courut rejoindre les autres. Elle savoura malgré la tension sa vitesse de Voyageuse et la longueur de ses sauts qui la rapprochèrent rapidement du groupe. Récupérant finalement Shad, elle accepta de prendre sa main sans vraiment remarquer l'ampleur du saut qu'il préparait et ne put retenir un petit cri de frayeur pendant la chute inattendue, heureusement régulée par l'efficacité de Marie-Jeanne. Si seulement son propre bestiau pouvait être aussi utile, parfois...

En bas, d'autres ennemis les attendaient, accueillis par une décharge de munitions de la part de son ami. Elle grimaça un peu. C'était bizarre, elle avait pourtant l'impression de s'être un peu... "habituée" à cette forme de violence normalement, mais là... Elle avait une nouvelle conviction toute neuve qui la préoccupait. Mais elle se doutait bien qu'elle ne pouvait pas non plus se permettre de l'imposer comme ça à Shad. Enfin si, techniquement elle pourrait parfaitement, mais... Elle préférait éviter. Elle se contenta plutôt de l'aider d'une large onde de confiance pour perturber leurs adversaires avant de jeter un coup d’œil à ses parents qui lui faisaient coucou avec le sourire, comme si elle s'amusait tranquillement dans le jardin. Son père avait sorti un violon d'elle ne savait où, sans archet, et s'amusait visiblement à en pincer les cordes.

Mais elle s'immobilisa avant même que Shad ne lui indique qu'il fallait fuir, voyant l'immense cyborg qui venait froidement d’exécuter un type qui s'approchait derrière Shad. C'était... bien? Elle restait un peu perturbée par l'apparition qui avait su rester discrète alors qu'elle-même devait arriver à son coude. Bien bien. Ils étaient pas dans la mouise. Elle remarqua d'ailleurs que d'autres de ses congénères maîtrisèrent rapidement les mafieux restants. Elle suivit à moitié l'échange, laissant Shad faire ce qu'il voulait, mais elle ne pouvait s'empêcher de tressaillir quand il annonça sèchement que son équipe les avait "tous descendus". C'était ça le genre alors... Elle grimaça très légèrement. Mais la tentation d'une protection était forte, avec les Rêveurs qui les accompagnaient... Elle se contenta finalement d'acquiescer, gênée par son cas de conscience mais préférant le mettre de côté pour le moment. Pourvu que les deux types qu'elle avait convaincu parviennent à retenir leurs camarades...

Le cyborg leur tendit une sacoche dont Mara se saisit, le soupesant légèrement. Il pesait son poids le colis, elle était curieuse de ce qu'il pouvait contenir. Mais elle le confia à Gérald qui avait aussi marmonné une forme d'accord, l'aidant à serrer la sangle pour que le bagage ne gêne pas trop ses mouvements. Se tournant vers le robot, ne cachant pas vraiment sa méfiance, elle lança:

"On a trois Rêveurs qui sont avec nous et qui le restent. Vous devrez les protéger eux aussi..." et elle déglutit un peu, face à la carrure de l'homme d'acier.

Un petit moment de silence passa, simplement coupé par les petites notes jouées par son père, avant que l'être ne donne finalement son accord. La jeune fille était mal à l'aise, sachant que son pouvoir ne fonctionnait pas sur les machines. En même temps, si l'IA était assez avancée pour avoir des sentiments, peut-être que... Nan, valait mieux pas essayer. Elle savait pas comment ces robots percevaient les pouvoirs des Voyageurs et n'avait pas envie qu'il considère son test comme une agression.

Finalement, le cyborg se présenta sous le matricule N-082, et les incita à descendre. Apparemment, une voiture les attendait en bas pour la plus grande partie du chemin. En effet, le pouvoir de Gérald allait vraiment être utile quand il s'agira de déjouer la surveillance des rivaux pour pénétrer dans la planque du destinataire, mais en attendant, ils pouvaient bien les accompagner. L'aspect tremblotant du banquier faisait un peu peine à voir, et Mara se sentit mal pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 209
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Shad Blackburn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 455
Honneur: 130
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Sam 30 Avr 2016 - 11:43
Le groupe descendit les marches prudemment en jetant des regards méfiants autour d’eux. Les cyborgs les regardaient passer d’un air froid et neutre, dénué de toute humanité. Pourtant ils donnaient l’impression de vouloir lire en eux comme ils scanneraient un simple fichier informatique. Vêtus de vestons à rayures et de chapeaux de gangster, ils gardaient leurs fusils automatiques à mi hauteur, prêt à faire chauffer le canon une nouvelle fois. Les canons étaient d’ailleurs à peine en train de refroidir, se reposant du massacre qu’ils venaient de causer. Shad détourna le regard de sa mère pour lui épargner le triste spectacle qui s’offrait à eux. Une quinzaine d’homme, ce cyborg devrait faire réviser le programme qui lui permet de compter. Il y avait là au moins trente ou trente-cinq cadavres. En tout cas ils en croisaient au moins deux à chaque fois qu’ils descendaient un étage.

Une fois passé cette hécatombe, ils arrivèrent à la porte d’entrée de l’immeuble. La secrétaire de l’entré était encore accroupie les mains sur la tête à côté de son bureau, complètement tétanisée. Shad se demanda tout à coup s’ils n’avaient pas fais une connerie d’accepter ce marché avec le robot. Après tout, c’était une autre mafia pas plus réglo que la première. Et qui plus est composé uniquement de robot. Déjà que les mafias ne sont spécialement réputées pour faire dans le sentiment, alors des robots…

Une voiture les attendait belle et bien à l’entrée de l’immeuble. Noir, longue et plus toute jeune, elle ressemblait un peu à une Cadillac des années 8O. Le chauffeur ; un robot aussi ; baissa sa vitre teintée de moitié et leur fit signe de monter. La portière s’ouvrit automatiquement et les passants s’écartèrent presque naturellement, comme si leur instinct leur soufflait de ne pas s’approchait d’avantage s’il voulait mourir autrement qu’avec une balle entre les deux yeux. Encadré par deux autres cyborgs, le groupe monta dans le véhicule. Shad s’installa près de la portière pour observer la rue à travers la vitre teintée, tenant la main de sa mère.  Une fois le groupe assis dans le véhicule, ce dernier démarra rapidement pour se glisser dans la circulation. Les rues et les passants défilaient à toute vitesse, ne laissant pas vraiment le temps à l’invocateur de repérer les lieux en cas de problème. Il fallait qu’ils se débarrassent de ce colis le plus rapidement possible pour ne plus être emmerdé par cette histoire et passer le reste de la nuit en étant sûr de s’en tirer indemne. Plus facile à dire qu’à faire quand on trempe dans une histoire de mafia. A cet instant il tentait de percer le mystère de sa vie onirique. Comment se faisait-il qu’à chaque fois qu’il vivait une expérience presque traumatisante, il se retrouvait systématiquement à renouveler l’expérience un moment ou un autre ?


L’invocateur ne parvenait pas à se détendre. Entre les hélicoptères qui passaient au dessus de la rue et les véhicules qu’ils croisaient, impossible de savoir où pouvait se cacher l’ennemi. Car il était évident qu’ils n’allaient pas passer le trajet en toute tranquillité. Le fil de ses pensées fut interrompu par la descente d’un petit écran du plafond de la voiture. Leur employeur cyborg apparut alors sur ce dernier.

-Bien, vous êtes donc en route pour la planque de notre associé. La route ne sera pas longue, mais vous vous doutez bien qu’on va pas vous déposer devant sa porte, sinon on aurait pas fait appel à vous.

-Euh… Et donc ? Qu’est ce que ça signifie ?

-ça signifie qu’on est surveillé par la concurrence, andouille. Et que votre parcourt sera plus ou moins parsemé d’embuches.

-Plus ou moins ?! S’exclama l’invocateur en se redressant de son siège d’un air incrédule.

-Bah disons que ça dépendra de votre chance.

-Ouais bah alors là, si vous vous reposez sur la chance, vous savez pas sur qui vous êtes tombé !

-Ah, vous êtes déjà arrivé on dirait, bonne chance.

-Mais putain je comprends rien à ce que tu racontes, connerie de machine…

Sa phrase fut coupée par un fracas soudain qui fit sursauter le groupe. Une balle avait traversée la vitre côté conducteur pour se loger dans le crâne du robot. Ce dernier cessa de bouger, la tête ballant sur le côté et les bras tombants. Le véhicule s’emballa soudainement quand il passa sur ce qui semblait être un barrage de pique. Shad attrapa instinctivement sa mère pour la couvrir de ses bras et Marie-Jeanne enroula le reste du groupe de ses lianes tandis que la voiture aux pneus crevés partait dans un tonneau monstrueux avant de finir sa course quinze mètres plus loin sur le trottoir. Mais pourquoi ? Pourquoi, nom de dieu, les avait-il envoyé porter ce colis en voiture en sachant qu’ils risquaient de se faire buter ?! Peut être qu’ils avaient fais au moins la moitié du trajet, mais ça aurait été certainement moins dangereux et plus discret d’y aller à pied.

Shad ouvrit les yeux quand une voix leur intima de sortir du véhicule en plaçant le colis bien en évidence. Deux doigts. Il était à deux doigts d’invoquer Hoji et de leur faire avaler leurs flingues pour leur faire chier du plomb. L’invocateur n’était pas spécialement de bonne humeur au moment à son arrivée dans le monde onirique cette nuit, mais là la connerie atteignait des sommets. Se retournant sur le dos en proférant des injures incompréhensibles, il donna un violent coup de talon dans la portière déjà abimée et l’envoya voler vers l’homme qui les menaçait. Marie-Jeanne sortit de la voiture en même temps que son maître et passa à l’action. Tandis que le mafieux esquivait la portière, l’invocateur lui fondit dessus pour le plaquer au sol en entama une lutte acharnée à grand coup de poing. La plante avait prit par surprise celui qui s’était posté sur le côté du véhicule et le désarma d’un coup de liane. Puis quand d’autres se ramenèrent et commencèrent à pointer leurs armes sur les voyageurs, la plante cracha un nuage de pollen hallucinogène, faisant reculer et toussoter les ennemis. Achevant de mettre son ennemi K-O à grands coups de poing, Shad se releva pour prêter main forte à Mara. Gérald, toujours aussi tristement trouillard, s’évertuait encore et toujours à échapper aux balles ennemies en téléportant frénétiquement les rêveurs. Puis, d’un réflexe assez impressionnant, il parvint à assommer deux mafieux d’un seul coup de colis en se téléportant derrière eux.

Une fois quelques ennemis vaincus ; dont certains tués par leurs propres camarades sous l’effet du pollen hallucinogène ; Shad s’assura que tout le monde allait bien.


-Shad… Tu.. Tu as vu ? J’ai réussis ! S’exclama le banquier en désignant les deux mafieux qu’il avait assommé.

-Oooh bravo Gérald, tu es un grand garçon ! Bah perds pas la main, on est pas encore arrivé. D’autres vont arriver, il faut qu’ont bouges !

L’invocateur chercha rapidement du regard un véhicule qui leurs permettrait de se déplacer à nouveau plus rapidement. Son regard s’arrêta alors sur la rame de tramway de l’autre côté de la rue. En regardant le plan, il constata qu’elle s’apprêtait à partir dans la direction qu’ils devaient prendre. Ordonnant à Gérald d’y transporter les rêveurs le plus rapidement possible, il invita la jeune fille à les rejoindre avant qu’il ne soit trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 630
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Sam 30 Avr 2016 - 15:36
Se saisissant de nouveau des mains de ses parents, les serrant fort comme pour s'assurer qu'ils n'avaient pas été blessés durant l'affrontement après l'accident, la fillette souffla. À quoi bon essayer d'avoir des principes? Elle avait bien pu repousser quelques agresseurs avec son pouvoir, mais elle avait été obligée de donner quelques coups pour protéger les deux adultes. Elle lança un regard à sa mère qui marmonnait, mais reconnaissant des conseils qu'elle lui donnait souvent quand elles jouaient aux Échecs, la jeune fille s'en désintéressa.

Elle se contenta d'échanger un regard avec son camarade avant de monter rapidement à sa suite dans la rame, après avoir constaté que ses parents avaient été téléportés. Elle s'était fait un peu mal quand la voiture avait fait des tonneaux, mais rien de grave compte tenu de sa condition de Voyageuse. Shad et Gérald aussi semblaient s'en être plutôt bien sortis, et même si les Rêveurs avaient un peu crié pendant l'action, ils semblaient tout aussi intacts et insouciants qu'avant. Elle ne put retenir un regard suspicieux quand ses yeux tombèrent sur le paquet de Gérald, mais elle décida de ne pas trop y penser. Avec un peu de chance, la nuit allait être courte et tout serait fini sous peu. Elle jetait d'ailleurs de fréquents coups d’œil en direction de son père, qui se réveillait naturellement assez tôt quand ils étaient en vacances. Sa disparition serait un bon signe que le matin était là. Mais bon, pour l'instant il persistait à tenir la main de sa femme tout en regardant fièrement sa fille. Cette dernière ne pouvait s'empêcher de se demander s'il se rendait vraiment compte qu'elle se retrouvait à frapper des gens, ou s'il était juste plongé dans une illusion, dans son petit monde. Elle espérait que la seconde option était la bonne.

Elle fit un tour sur elle-même pour se changer les idées, détaillant leur nouveau moyen de déplacement. C'était un train plutôt petit, même comparés à ceux qui circulaient dans la ville la plus proche de chez elle. Il devait y avoir deux wagons, le tout sur une dizaine de mètres. Ils y avait quelques sièges longeant les côtés, mais il y avait très peu de passagers, et tous en costard et parfaitement impassibles. Des Rêveurs surtout, avait-elle l'impression. Dans la mesure où certains avaient un chapeau ou un casque à musique, elle ne distinguait pas forcément les oreilles. Mais en tous cas, personne ne fut surpris de voir débarquer trois Voyageurs essoufflés avec autant de Rêveurs.

Le tram partit donc, et la fillette osa s'asseoir sur une banquette vide à côté d'un Gérald essoufflé, tandis que son ami restait debout, visiblement nerveux. La mère de ce dernier restait à côté de lui et les parents de la cadette s'étaient installés sur les sièges d'en face, l'une visiblement bien plus habituée que l'autre aux transports en commun. Jetant un coup d’œil à la fenêtre, la petite vit que la véhicule empruntait un pont assez élevé pour se déplacer entre les immeubles, au dessus des voies routières toujours aussi surchargées. La vue était paradoxale. D'un côté, elle ne donnait que sur une ville grise aux immenses immeubles de verre, pas de végétation, pas de fantaisie ou rien, mais d'un autre côté... Les hauteurs, la profondeur du paysage, l'immensité de la chose avait de quoi prendre aux tripes la provinciale que Mara était. C'était grand.

Elle profita un peu de cet instant de repos, laissant le frottement des roues contre les rails rythmer le trajet. Mais ce silence étrange la mettait mal à l'aise, même si son père s'était mis à fredonner quelque chose. Jetant un coup d’œil à Gérald qui se frottait les yeux du bout des doigts, elle hésita un peu à demander:

"Ça vous était jamais arrivé d'avoir une nuit aussi... mouvementée, hein?"

Il lui lança un regard un peu surpris, ne s'attendant visiblement pas à ce qu'elle parle, et il répondit avec un sourire un peu jaune, levant le regard vers la Rêveuse qui commençait à parler à son fils:

"Ah, oui... J'ai déjà dû sortir Miranda de situations un peu extrêmes, mais..." Il baissa la tête et passa la main sur le sac contenant le colis, soupirant: "Je n'avais encore jamais eu cette impression d'être bloqué au cœur du danger, réellement investi dedans... Ça vous arrive souvent à tous les deux?"

Ce fut au tour de la jeune fille de baisser le regard vers ses mains, jouant à s'emmêler les doigts. Elle répondit:

"Shad j'sais pas, j'ai l'impression que oui vu comment il se débrouille... Et moi aussi ça m'arrive souvent, j'trouve." Elle releva la tête vers son interlocuteur, pliant ses jambes sous son siège. "J'trouve ça bien c'que vous faite. C'est simple, c'est gentil et ça marche."

Peut-être qu'elle visait trop grand, et qu'il fallait juste qu'elle continue à rester à son échelle. Mais le fait d'y penser lui donnait un petit goût d'inachevé. Aider des gens juste la durée d'une nuit, sans vérifier qu'ils s'en sortaient après, sans prendre des nouvelles, est-ce que c'était vraiment bien aider? Elle allait rouvrir la bouche, sur le point de dire quelque chose quand un grand bruit métallique résonna sur le toit du transport. Les Voyageurs se figèrent et levèrent la tête, Mara s'était légèrement relevé, et avait encore les jambes pliées quand une silhouette apparut soudain devant l'une des portes et l'explosa à coups de talon dans un fracas de verre. L'individu en gilet part-balle atterrit à l'intérieur du véhicule, laissant apparaître une corde qui volait dehors, le tram avançant toujours. Quand il releva son visage dur et carré en direction des Voyageurs, la petite devina que c'était un robot. Et avec un certain soulagement(?), elle constata qu'il ne braquait pas son arme sur eux, leur lançant simplement d'une voix forte:

"Allez, montez! Ils vont intercepter le train, allez, go go go!"

Sans comprendre mais suivant Shad quand même, Voyant que le beau-père de ce dernier réunissait les Rêveurs, elle se saisit de la corde et escalada le véhicule en s'y agrippant. Véhicule qui se déplaçait toujours à au moins 70 km/h. Sur un pont à une bonne quinzaine de mètres du sol. Et passant parfois assez près d'immeubles suffisamment hauts pour créer de sacrées turbulences. Elle rejoignit finalement un hélicoptère assez gros posé sur le toit du train, pas forcément militaire mais pas un petit truc de loisir non plus, et le robot qui les avait récupéré monta juste derrière elle, fermant la porte tandis que la machine s'envolait. À travers une vitre, la jeune fille vit avec horreur une petite explosion juste devant le tram, faisant sortir ce dernier de ses rails et le faisant tomber avec quelques débris du pont sur le toit d'un immeuble proche. Des petits points noirs s'agitèrent autour et la petite devina que c'étaient pas des secouristes.

Tournant le dos à la fenêtre, elle plongea son visage entre ses mains, tandis que le robot disait quelque chose. Dans quoi s'étaient-ils embarqués...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 209
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Shad Blackburn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 455
Honneur: 130
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Jeu 5 Mai 2016 - 15:28
Calant sa tête contre le rebord de la fenêtre, il observait en silence le train dévier de son rail. Soupirant lentement en fermant les yeux, il essuya la goutte de sueur qui coulait le long de sa tempe. A quoi bon être surprit, il savait déjà que qu’ils n’auraient pas terminés le trajet dans ce train. Mais là il n’était pas question de simplement se battre, ou courir, ou tirer dans le tas.  Ils avaient étés évacués du wagon par un hélicoptère… Un putain d’hélico, bordel ! Il était assez aisé de comprendre à présent que l’ennemi ne cherchait pas spécialement à récupérer ce colis. Pouvoir l’enterrer avec les voyageurs semblait être une solution tout aussi convenable à leurs yeux. Le robot parlait, parlait, et parlait encore. Donnant des indications sur les risques et le chemin qu’il valait mieux emprunter, mais Shad n’écoutait pas. Les yeux encore fermés, il écoutait les battements de son cœur redescendre lentement, comme si c’était la dernière fois qu’il pouvait les entendre calmement. Ces derniers temps, ses nuits étaient de pire en pire. A tel point qu’il se demandait encore pourquoi il luttait ; redevenir rêveur serait tellement plus simple. La jeune fille restait sur le côté, le visage plongé dans ses petites mains. En y repensant, chaque nuit qu’ils avaient vécus ensembles avait été un chao monstrueux. Mais celle-ci semblait être en bonne voie pour dépasser celle où ils avaient définitivement mis un terme aux agissements du clan d’hommes-rats. Ce qui en soit n’était pas rien.

De toute façon, au point où ils en étaient il fallait continuer d’avancer sans regarder en arrière. Ils venaient d’échapper à un carambolage suivit d’un attentat ferroviaire, alors autant foncer jusqu’au bout. Il se redressa et se planta devant le robot avec un air grave. Les rêveurs étaient pommés et encore sous le choc et même lui commençait à saturer. Pointant l’accident du train à travers la fenêtre, il s’adressa au cyborg d’un ton sec.

-Vous voyez ça ? ça veux dire que votre colis n’est pas qu’un simple paquet cadeau à livrer chez un vieux copain de votre patron. Ça, ça veux dire que ce truc est suffisamment dangereux pour votre concurrence pour qu’ils n’essayent même pas de le récupérer sur nos cadavres. Alors maintenant, vous allez nous dire de quoi il s’agit ou on arrête les frais et on se tire.

Le robot était resté impassible, insensible à la remarque du jeune homme. Sa tentative de persuasion pour obtenir des informations aurait peut être marchée sur n’importe quelle autre créature qui ne soit pas faite d’acier, de câbles et de boulons, mais les cyborgs n’étaient pas programmés pour faire preuve de compassion et de générosité. Ainsi sa réponse ne fut ni froide ni amère, mais naturellement directe.

-Je ne suis personnellement pas autorisé à vous transmettre des informations à ce sujet, voyez cela directement avec le boss. Les voies aériennes ne sont pas sûres non plus, nous vous déposer au plus vi…  *CRAC- GZZZHH*

Il n’eu pas le temps de terminer sa phrase qu’une paire de doigts lui traversa les yeux. Tombant à genoux aux pieds de l’invocateur, il laissa apparaître le pilote de l’engin qui s’était levé de son siège pour abattre froidement son coéquipier. Ses yeux rouge luisants d’une lueur malsaine fixaient l’invocateur qui fit machinalement un pas en arrière, butant légèrement contre l’épaule de sa mère. Puis de sa poigne d’acier il saisit l’invocateur à la gorge et le plaqua violemment contre la paroi de l’engin qui commençait maintenant à dériver dangereusement vers un immeuble. Perdant vaguement ses esprits, le voyageur attrapa le poignet du cyborg de ses deux mains et plaqua son pied sous son menton, poussant de toutes ses forces en prenant appui contre la paroi. Tournant un regard alarmé vers Mara, il parvint à prononcer quelques mots étouffés.

-Attrape… la… manette de… commande..!

Il fallait que quelqu’un empêche l’engin de s’écraser contre l’immeuble ou il était peu probable qu’ils en réchappent. Peu importe que ça soit Mara ou Gérald, l’invocateur l’avait demandé à la jeune fille car le banquier semblait une fois de plus être complètement dépassé par les événements et envoyait des regards perdus autour de lui pour trouver une issue de secours. Tandis que Shad luttait contre le robot, l’hélicoptère commençait à trembler en tournant sur lui-même dans une descente rapide et vertigineuse. L’alarme de l’engin hurlait, Marie-Jeanne tentait de maintenir les rêveurs paniqués en les entourant de ses lianes, et Gérald essuya un méchant revers de la main du cyborg alors qu’il essayait de le repousser. Colère, panique, incompréhension ; l’invocateur libéra brusquement son essaim qui tenta de lui venir en aide dans un vacarme assourdissant de bourdonnements furieux.

Les insectes se collèrent au visage du cyborg fou, lui cachant la vue. Ce dernier tenta de se débarrasser de ces nuisibles, relâchant ainsi l’invocateur d’une main. Shad profita de cet instant pour se forger un gantelet en concentrant plus de cire sur les phalanges et martela le visage de son agresseur. Croisant le regard du banquier, ils se comprirent rapidement sans que les mots n’aient besoin de se faire entendre. Gérald se téléporta derrière le robot pour ouvrir la porte latérale de l’hélicoptère et Shad parvint à repousser brusquement le cyborg vers le vide. Luttant avec acharnement, il parvint à l’amener jusqu’au bord du précipice. Gérald tenta de le tirer par les épaules pour l’entrainer vers la chute, mais un coup de coude au dessus du nez le fit tomber sur les fesses, complètement sonné. Puis l’agresseur se retourna d’un geste vif en attrapant le voyageur par les avant bras et le fit basculer hors de l’engin. Shad se rattrapa de justesse à la bordure de l’engin, sentant ses trippes de serrer. Il ne savait pas si Mara avait réussis à reprendre le contrôle de l’engin et il était bien trop occupé à essayer de tirer le robot vers le vide pour s’en assurer. Tirant de toutes ses forces, ses muscles commençaient à lui brûler. Il tenait l’ennemi d’une main, et le rebord de l’autre. S’il le lâchait, il allait mourir et le cyborg s’en irait régler son compte à la jeune fille. En une année d’existence dans le monde onirique, jamais il ne s’était autant retrouvé dos au mur ; ou plutôt au bord du gouffre. L’engin continuait de s’emballer, les rêveurs criaient, Shad ne tenait plus que le poignet du robot.

Allait-il vraiment finir comme ça ?  Écrasé trente mètres plus bas, après un échec lamentable ? Lui n’avait manifestement plus aucune chance de s’en sortir. Alors il était préférable de s’éteindre cette nuit en laissant aux autres une chance de continuer le voyage. Se laissant envahir par un sentiment acide d’injustice et de travail inachevé, il se dit qu’au final il avait enfin une occasion de se rendre vraiment utile. S’il n’était pas capable de s’en sortir maintenant, alors il n’aurait de toute façon été d’aucune utilité aux Fables. Il n’aurait pas put protéger sa mère très longtemps non plus, ni même venir en aide à Mara. Il allait certainement perdre la complicité qu’il avait développé avec elle, mais elle saurait se montrer plus utile que lui dans ce monde. Le démon hurlait en lui, lui ordonnant de ne pas faire une chose pareille. Mais c’était trop tard, il ne l’écoutait plus. Dans un dernier soupir de résolution, il lâcha le rebord de l’hélicoptère et attrapa les poignets du cyborg à deux mains. Puis, prenant appui de ses deux pieds sur le rebord, il poussa de toute la puissance de ses jambes pour se jeter dans le vide avec le robot.

Son cœur se serra dans sa poitrine tandis qu’un dernier cri se faisait entendre. Finalement il avait infligé une douloureuse vision à sa mère ; et ça c’était bien pire que de perdre sa vie onirique. Une fois de plus le temps semblait s’être arrêté, tandis que son corps était prit d’un violent frisson. A présent plus rien ne le reliait à l’engin et le seul lien qu’il avait encore était celui du cyborg qui avait refusé de le lâcher, s’assurant ainsi que la mort enlacerait le voyageur plus bas. Il ferma les yeux, il était inutile de s’infliger un tel spectacle. Il allait se réveiller et oublierait définitivement tout ce qui s’était passé chaque nuit pendant plus d’un an. Il était calme, serein. Il n’avait plus de choix à faire, de décision à prendre, de vie à sauver. Il n’avait plus qu’à se laisser porter…

Une violente secousse lui fit ouvrir les yeux. Le temps reprit sa course infernale quand il constata que sa chute s’était arrêtée, le robot toujours accroché au bout de ses bras. Il flottait ? Depuis quand savait-il voler ? En entendant la plante lui hurler un grand
« je s’appelle Marie-Jeanne !! », il revint brusquement à la réalité. Une liane s’était enroulée autour de sa cheville, lui faisant faire le pendule dans une position des plus inconfortables. Cessant de réfléchir, il invoqua une nouvelle fois ses guêpes mitrailleuse et vida complètement ses chargeurs sur le robot. Epuisé, à bout de nerf, accablé de douleurs en tout genre, il regarda son agresseur finir sa courses jusqu’au sol, s’écrasant au milieu d’une foule de passants qui levèrent la tête. Les bras ballants, Shad ne savait plus comment il avait fait pour en arriver là. Où était-il d’ailleurs ? Pourquoi y avait-il autant de vent ici ? N’entendant plus que les échos indescriptibles du vacarme de l’engin et de son alarme, il perdit connaissance pendant quelques secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 630
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Ven 6 Mai 2016 - 16:02
La jeune fille ne comprit pas directement ce qu'il se passait, perdue sans ses pensées, mais quand elle prit conscience du combat qui se déroulait et des commandes sans pilote, elle n'attendit pas que Shad lui dise d'y aller. Après, elle n'allait pas se mentir, elle ne savait évidemment pas conduire un hélicoptère. À peine arrivait-elle a le diriger avec le stick entre ses deux mains, n'osant pas appuyer sur le moindre bouton. Elle eut une réminiscence de sa nuit avec Dazh et un petit rire-gémissement lui échappa, heureusement couvert par le bruit de la machine. Si Shad annonçait au Morpheur qu'il l'avait laissé aux commandes d'un véhicule, il poserait sans doute la question qui trottait dans sa tête en ce moment, dans une forme différente: comment allait être le crash?

Repoussant ces idées pessimistes, faisant de son mieux que la réponse ne soit pas "contre l'immeuble droit devant eux", elle essayait parfois de voir comment s'en sortait Shad avec le robot, mais devait la plupart du temps se contenter de ses grognements pour s'assurer qu'il était encore en vie. Car c'était assez galère de diriger un hélico lancé à pleine vitesse sans savoir comment c'était sensé ralentir, surtout avec une alarme qui lui hurlait dans les oreilles. Et c'est à cause de cette alarme qu'elle faillit ne pas l'entendre. Le cri désespéré de Miranda, qui appelait son fils. Se tournant vivement, la fillette vit les trois Rêveurs et Gérald qui fixaient l'ouverture latérale, leurs vêtements et cheveux battus par le vent. Mais ni le cyborg, ni son ami n'étaient là. Mara mit moins d'une seconde à comprendre et hurla à son tour, son corps comme gelé de l'intérieur:

"NAN! SHAD!"

Elle faillit quitter son siège pour se jeter vers l'ouverture et chercher son compagnon du regard, mais elle réussit à garder un minimum de contrôle sur elle même. Il s'en était sorti, forcément, y avait pas moyen que... Il invoquait des abeilles quoi, il devait forcément avoir un moyen de voler, non? C'était pas possible autrement. Ses mains tremblaient de plus en plus et cette nuit monta d'un cran dans la liste des pires moments qu'elle avait pu passer à Dreamland. Tout ça à cause d'un chauffard, d'un fichu chauffard dans la vraie vie!

Elle entendit d'un coup la voix de Gérald qui s'était visiblement penché à sa place, malgré les sanglots de la mère terrifiée. Ce dernier avait un ton enthousiaste qui réussit à redonner l'espoir à la jeune fille, en quelques mots seulement:

"Il est accroché! La plante dans son dos! Elle le tient aux trains d'atterrissage de notre hélico!"

Bon, le sursaut de bonheur ne dura pas longtemps, juste le temps qu'elle se rende compte de la situation concrète. Elle avait son ami qui pendouillait en dessous d'un hélico qu'elle ne maîtrisait presque pas. Il fallait donc qu'elle évite de frôler un immeuble dans un virage, sinon il n'allait clairement pas passer la nuit. Elle eut l'impression que la charge sur ses épaules venait purement et simplement de doubler, et c'est la gorge sèche et les mains moites qu'elle demanda à Gérald d'essayer de remonter le garçon avec la plante. Et le comble, c'est qu'ils avaient un jeu de simulation de véhicules volants à la maison, avec le joystick et tout, mais qu'elle n'y avait jamais touché car elle trouvait ce genre de jeux nul. Elle se donnerait des baffes parfois. Puis elle se figea d'un coup, repensant à ce qu'elle venait de se dire. Elle était vraiment une abrutie. Et l'idée qu'elle venait d'avoir était la plus dangereuse et stupide qu'elle avait eu depuis un moment, mais elle voyait du coin de l’œil que le banquier n'arrivait pas à atteindre la plante. Elle se mordit les lèvres, ne voyant aucune autre solution. Frôlant un immeuble d'un poil trop près pour la sécurité de Shad, n'ayant aucune idée de l'endroit où elle allait, elle lança:

"Papa, steuplait!" elle allait tellement le regretter... "Papa, prend les commandes!"

Il était le seul a avoir pu utiliser ce simulateur et qui savait, il se passait souvent des trucs improbables autour des Rêveurs, il allait peut-être faire un miracle... Le laissant presque à contre-cœur s’asseoir à sa place, elle regarda avec malaise son expression trop enfantine et enjouée à son goût. Puis elle demanda rapidement à Gérald s'il pouvait garder un œil sur lui pendant qu'elle s'occupait de remonter le jeune homme. Pitié faites qu'ils s'en sortent tous...

À plat ventre contre le sol du véhicule, elle remercia Gérald qui avait eut l'intelligence d'attirer l'attention des deux mères ailleurs. Il semblait habitué à gérer les Rêveurs à force de passer du temps avec Miranda, et c'était vraiment tant mieux. Se concentrant un instant pour se calmer, elle demanda à Mari-Jeanne de défaire l'une de ses lianes pour l'accrocher à son bras tendu, et la plante en pot s'exécuta, visiblement tout aussi inquiète que la Voyageuse. Saisissant fermement sa nouvelle prise, la jeune fille la tira de toute sa force malgré les perturbations de l'air qui semblait encore augmenter le poids du garçon. Au fur et à mesure que le poids mort remontait, Marie-Jeanne lui tendait plus de lianes, lui permettant d'avoir une prise de plus en plus solide, jusqu'à ce qu'elle saisisse finalement le bras de son ami. À bout de souffle, elle parvint enfin à le hisser à bord. Il était à moitié inconscient mais le contact sembla le réanimer un peu, et il toussa.

Sauf que Mara ne put pas vraiment s'assurer de son état, vu qu'un mouvement attira son attention à l'extérieur. L'hélicoptère ne faisait pas de trop grands écarts, son père s'en sortait bien, mais... Un truc fonçait sur eux. Son cœur rata un battement, et un écart involontaire du Rêveur les fit éviter de très peu la roquette qui leur était visiblement destinée. Ok, ils avaient plus le temps de jouer, là. Elle vit un peu devant eux un immeuble un peu bas, au dessus duquel il pourrait peut-être aller. Ils allaient pas le frôler, ils seraient pas juste au dessus, mais le toit sera sans doute dans la portée de Gérald. Par contre, ça allait être plus sportif pour les deux autres Voyageurs, mais elle avait une idée.

Interpellant l'adulte d'un ton rendu brusque par la tension, elle lui indiqua le toit et lui dit de sauter dessus avec les trois autres dès qu'il pourrait. Pendant les dernières secondes qui restaient, elle regarda Shad qui semblait reprendre ses esprits, un peu groggy. Comment pouvait-elle porter quelqu'un qui faisait au moins quarante centimètres de plus qu'elle? C'était une excellente question à laquelle Mara n'avait pas de réponse satisfaisante, et elle décida qu'au point où ils en étaient, ils n'avaient plus de temps à perdre à réfléchir à ce genre de trucs.

Passant l'un de ses bras sous son aisselle en profitant qu'il soit encore assis, s'assurant qu'elle avait une bonne prise, elle demanda à Marie-Jeanne de s'accrocher de nouveau au train d'atterrissage. Installant rapidement Shad les jambes dans le vide alors qu'elle-même était accroupie, elle jeta un regard à Gérald qui tenait déjà les trois Rêveurs. Et vu le regard horrifié qu'il lui lançait, il comprenait son plan. Elle ne lui répondit que par un demi-sourire mal à l'aise et chuchota une excuse à Shad, avant de se propulser avec lui dans le vide.

Le vent hurlait à ses oreilles, elle s'agrippait à Shad avec toute son énergie, sachant pertinemment que c'était lui qui était toujours retenu par la plante. Par un effet de balancier les deux se rapprochèrent peu à peu du toit, mais la jeune fille devina que ça n'allait pas être aussi "facile" qu'elle avait imaginé. L'hélico n'était pas parfaitement au dessus de la cible et avec sa vitesse, au lieu de se balancer autant qu'elle ne l'avait cru, ils étaient surtout tractés vers l'arrière.

Exploitant un léger mouvement latérale, elle ordonna mentalement à leur lien de lâcher, ce qui eut pour effet de les propulser plus ou moins dans la bonne direction, mais pas assez haut. Son cœur battait à toute allure et l'adrénaline lui montant à la tête, la fillette indiqua à la plante de se saisir du bord du toit, ce qu'elle fit un peu difficilement. Les deux Voyageurs pour leur part étaient purement et simplement propulsés contre un mur du dernier étage dépourvu de vitre, ce qui semblait s'opposer à tous les standards du Royaume. Elle vit à l'extrémité de son champs de vision que leur moyen de transport venait d'exploser en plein vol, finalement touché par un tir. Elle ne savait pas si leurs attaquants les avaient vu descendre, mais elle ne s'autorisa pas à espérer que oui. Elle n'avait aucune idée d'à quel point ils étaient cernés, mais ça ressemblait salement à une situation plus ou moins désespérée.

Levant ses pieds devant elle pour éviter qu'eux-deux ne s'assomment contre la surface dure, ses chaussures percutèrent l'immeuble en générant une onde douloureuse dans les jambes de la Voyageuse, coupant sa respiration. Soudain, pendue à une liane accrochée deux mètres plus haut, une question terrible lui traversa l'esprit. Est-ce qu'elle venait de se casser les jambes? Cette idée lui donna une soudaine envie de vomir et elle sentit la souffrance se diffuser dans ses membres.

Dans un dernier sursaut de volonté, elle escalada la distance qui les séparait du toit et se hissa finalement au sommet, croisant avec soulagement le regard inquiet des quatre adultes en aidant Shad. Dans un grognement, elle tenta de se tenir debout en s'agrippant à son ami, mais une grimace se dessina sur son visage. À force, elle se rendait compte qu'elle sentait de moins en moins la douleur à Dreamland, mais là... Elle pouvait encore tenir debout, mais elle sentait assez bien l'état de ses jambes. Marchant malgré tout vers les autres, refoulant des larmes de douleur qui menaçaient de sortir, elle lâcha d'un souffle un peu rauque:

"J'vais... pas pouvoir courir..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 209
Date d'inscription : 08/02/2015
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Shad Blackburn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 265
Renommée: 455
Honneur: 130
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Lun 16 Mai 2016 - 15:47
Tout n’était que fracas, bruit et terreur dans son esprit au moment où Mara les hissa jusqu’au sommet de l’immeuble. Entre Hoji qui vociférait son mécontentement et sa mère qui sanglotait en le serrant de toutes ses forces dans ses bras, Shad peinait à reprendre ses esprits et dû se concentrer d’avantage pour ne pas vomir ; lui offrant ainsi une migraine du diable. Parvenant finalement à se redresser, il jeta un regard anxieux au nuage de fumée qui avait précédé l’explosion de l’hélicoptère qui se dispersait maintenant en même temps que la chute des débris. Ce qui l’inquiétait le plus dans tout ça, c’est qu’ils allaient sûrement être en partie tenus responsables de tout ce foutoir. Il priait maintenant pour qu’il n’y ait pas eu trop de victime (voir pas du tout) chez les habitants du royaume. Il en avait marre de tout ça. C’était toujours le même refrain ; il tentait d’aider quelqu’un ou de servir une juste cause et se retrouvait embarqué dans des situations qui le dépassaient totalement. Et dire que quelques instants auparavant tout cela avait faillit prendre fin… Bien sure il ne pouvait pas juste se jeter dans le vide et mettre fin à son calvaire dans la vie onirique, ce n’était pas l’idée de base. Tant qu’il en aurait la possibilité, il continuerait de se battre. Ironiquement, son inconscient avait finit par considérer ça comme un jeu. Il avait une stratégie à élaborer, des choix à faire. Et il avait faillit perdre sa partie. Au final la vie onirique comme réelle est une sorte de jeu. Personne n’a envie de perdre la partie, mais personne ne sait non plus quand et comment elle prendra fin. Ne reste alors qu’une suite de décision à prendre pour la faire durer et progresser.

Et à présent, une autre décision s’imposait à lui. Mara ne pouvait plus se déplacer librement car elle avait dû se blesser en lui portant secours. Elle était la plus puissante du groupe, et par conséquent cela risquait d’être un handicape certain si elle ne pouvait plus se batte correctement. Parce que bien entendu, même si la tache allait se révéler ardue, il comptait bien la protéger comme elle l’avait déjà fait pour lui. Et il s’en voulait. Il se maudissait de ne pas être assez fort pour les protéger tous comme il se doit. Que ce soit un rêve ou non, il n’avait pas envie de voir sa mère se faire tuer. Il ne ressentait certes pas la même chose pour Gérald, mais le laisser mourir ici ne serait pas une solution. Mais du côté de l’invocateur, tout le monde ne semblait pas être du même avis.

-Aaah tu peux plus courir, gamine ? Parfait ! On se barre et on la laisse ici ! On les laisse TOUS ici ! Ça suffit les conneries !

-Tu délire, Hoji. Arrête ta crise, tu sais très bien que je n’en ferais rien. Je la porterais et puis c’est tout…

-Rhaa la ferme ! Arrête d’être con, Shad ! Tu la mets sur un piédestal sous prétexte que son pouvoir est plus puissant que le tiens, et tu passe ton temps à jouer les victimes ! Alors dis moi, si elle si puissante, pourquoi est-ce que tu as risqué ta peau deux fois dans la même soirée pour lui sauver le cul ? Hein ?! Et ne me dis pas le contraire, j’ai vu en toi ! T’as essayé de crever avec ce robot !

La colère et l’incertitude gagnèrent l’invocateur. Il se surprit malgré tout à estimer qu’il n’y avait pas que du faux dans les propos du démon. Il serra les dents en grimaçant, ne sachant pas quoi répondre dans l’immédiat. Bien sure qu’il avait envie de se tirer d’ici. Bien sure qu’il aspirait à une nuit tranquille et sans débordement de ce genre. Mais même si le démon gagnait toujours plus en influence sur l’esprit de l’invocateur, Shad savait qu’il ne se permettrait jamais d’abandonner la jeune fille. Ce qui l’inquiétait, c’est qu’il y avait tout de même pensé pendant une seconde. Secouant la tête de colère en s’empoignant les cheveux, il grogna en serrant les dents.

-Tout le monde n’est pas aussi égoïste que toi, Hoji ! Il faut aussi savoir reconnaitre qu’on ne peut pas toujours tout faire tout seul ! Tu devrais le savoir, toi qui es obligé de me parasiter pour garder un semblant de liberté !

-Espèce de sale petit…

-Que ça te plaise ou non, Mara et moi faisons équipe et je ne pars pas d’ici sans elle. Disparais.

Le démon s’en retourna dans son masque et revint se percher sur l’épaule de l’invocateur. La colère de ce dernier envahissait tellement le corps et l’esprit du voyageur qu’il attrapa Mara un peu plus brusquement qu’il ne l’aurait imaginé. Marie-Jeanne les ceintura pour s’assurer que la jeune fille était bien accrochée au dos de l’invocateur et le groupe s’empressa de se diriger vers la sortie du toit avant qu’un autre groupe d’hommes armés ne fasse son apparition. Laissant Gérald regrouper les rêveurs, Shad ouvrit la porte de la cage d’escalier avec une prudence extrême. Personne. L’endroit était sombre et bercé dans un calme pesant. Peut-être les croyaient-ils mort dans l’hélicoptère ? Peut être ne les avaient-ils pas vu sauter ? Peut être. Beaucoup trop de supposition. Mais le fait qu’ils soient considérés comme mort serait vraiment l’idéal. Cela pourrait leur laisser le temps de reprendre leur souffle et d’élaborer une stratégie. Car à première vu, il n’avait plus aucun allié présent. Y avait-il des traitres parmi les robots ? Combien y en avait-il ?

De toute façon, ils devaient absolument se débarrasser de ce colis. Le jeter dans un caniveau pourrait bien leur épargner d’avantage de complication, mais vu comment leur ennemis s’acharnaient pour mettre la main dessus (ou pas) qu’adviendrait-il s’ils ne le portaient pas à destination ? Peut être avaient-il actuellement en leur possession le moyen d’éviter un coup d’état qui pourrait bouleverser le bon déroulement du royaume ? Cette pensée le réconforta quelque peu. Après tout, c’est ce qu’il faisait régulièrement depuis qu’il était devenu voyageur ; rendre service et protéger. Un peu malgré lui, certes, mais il se rappela la satisfaction éprouvée après des remerciements, le sourire des gens, le simple fait de savoir qu’ils sont un peu plus en sécurité.  En connaissant la position de certain royaume par rapport à la « loi voyageur », être considéré comme un justicier était même plutôt une idée assez plaisante.  Reprenant un peu plus de motivation, il descendit prudemment les marches jusqu’au premier étage. L’endroit était assez animé, rempli de petits bureaux où s’agitaient activement des employés de bureau allant de pièce en pièce, d’étage en étage les bras chargés de dossier. Une véritable fourmilière. L’explosion de l’hélicoptère s’était produite juste au dessus de leur lieu de travail et pourtant, rien ne semblait les perturber dans leurs fonctions respectives. Ils leurs jetaient un regard de temps à autre, mais ne s’attardaient même pas à savoir ce que trois voyageurs et trois rêveurs faisaient ici. Le groupe descendit jusqu’au bureau d’accueil et s’apprêta à quitter les lieux quand soudain une voix les interpella. La secrétaire derrière son comptoir circulaire leur tendait un téléphone d’un air neutre en argumentant d’un simple « c’est pour vous ». Shad prit le téléphone d’un air méfiant et le porta à son oreille.

-Qui est-ce ?

-Votre « client » ; prononça l’interlocuteur d’une voix calme et sèche. Vous avait encore le colis ?

Shad se retourna lentement en jetant des regards inquiets autour de lui. Il paraissait évident qu’ils étaient observés, mais comment et depuis quand ?

-Pourquoi devrais-je vous croire ? Vous prétendez être celui à qui nous devons remettre cette chose alors qu’ont viens de se faire attaquer par l’un de vos alliés ?

-Faites moi confiance, si j’étais l’ennemis il y a bien longtemps que j’aurais pris d’assaut ce bâtiment pour vous faire la peau. Ils ne se doutent pas que vous êtes encore en vie, vous avez fais du bon boulot.

Shad ne put retenir un soupir de soulagement. Les choses allait pouvoir se calmer un peu, mais certainement pas longtemps. C’était mieux que rien.  Après un court silence, l’homme reprit la parole.

-J’ai pris les choses en main, les cyborgs que j’ai embauché pour vous escorter se sont fait pirater. Vous n’avez pas besoin de savoir qui je suis pour le moment, sachez juste que j’ai de l’influence ici bas et que j’ai accès à tous les systèmes de surveillance dans ce périmètre de la ville. Je vous guiderai.

-Et de quelle manière ?

-J’ai fais envoyer une carte GPS, elle vient justement d’arriver. Tournez-vous.

Shad sursauta brusquement en découvrant le livreur qui s’était approché silencieusement dans son dos en lui tendant le petit paquet. En l’ouvrant il découvrit un simple petit boitier noir avec un écran semblable à un GPS de voiture tout à fait banale. Reprenant le téléphone, Shad n’eu pas le temps de trouver la bonne question avant que son interlocuteur ne reprenne la parole.

-Il est déjà programmé pour vous emmener jusqu’à l’un de mes informateurs, il vous en dira plus sur la raison de tout ceci. Bonne chance, et tachez de faire preuve de discrétion.

*CLAC ..BIP-BIP-BIP …*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 630
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Mer 25 Mai 2016 - 20:17
La fillette s'accrochait au dos de Shad, son menton appuyé contre l'épaule de son ami, et inlassablement elle se rappelait que cette nuit était sensée être une petite nuit tranquille de discussions. À la réflexion, ça aurait peut-être été marrant de rester avec les parents pendant leurs rêves, mais elle se rendait maintenant compte d'à quel point c'était difficile de protéger des Rêveurs. Autant à cause de tous les ennuis qui leur tombaient sur le coin du nez qu'à cause des fameux Rêveurs. Elle avait un peu eut peur qu'ils ne commencent à papillonner dans tous les sens, mais ça allait de ce côté, Geralt les encadrait bien... Non, c'était plutôt leur regard qui gênait. L'idée que ses parents la voient dans cet état était un blocage certain, et l'enfant n'avait pas la moindre idée de s'ils étaient en train de sombrer dans un cauchemar à cause de ça, ou s'ils étaient encore dans leur petit monde... Elle soupira et ferma les yeux un instant. Son ami la ballottait un peu, mais sa position était quand même assez confortable.

Finalement, une hôtesse les interrompit en pleine course, un téléphone dans la main, visiblement destiné à eux. L'invocateur s'en saisit avec une certaine méfiance et tandis que la conversation s'engageait, Mara glissa de son dos avant de rejoindre le sol en grimaçant. Elle sentait la douleur irradier le long de ses tibias. C'était pas insupportable, mais son instinct lui hurlait de ne pas s'appuyer dessus. Elle s'appuya sur la première personne qui passait à portée, à savoir sa mère qui lui demanda d'un air mi-attendri mi-inquiet:

"Ça va ma chérie? Tu t'es fait mal?"

La fillette la regarda un peu, tentant de réprimer un grimace de douleur en faisant "non" de la tête, mais sa mère lui fit un grand sourire et s'accroupit pour la prendre dans ses bras, en chuchotant doucement:

"Allez ma puce, ça va aller..."

Pendant un instant, la fillette se demanda si elle avait remarqué son mensonge à travers son rêve, où si elle voyait juste autre chose. Non, si elle avait vraiment conscience de son état elle se contenterait pas de la câliner bêtement. Mais en même temps... La jeune fille arrêta de penser à quoi que ce soit et rendit l'étreinte à sa mère, enfouissant son nez dans ses cheveux, respirant son odeur. Combien de fois avait-elle prié pour avoir ses parents à ses côtés quand ses nuits tournaient mal à Dreamland? Tout paraissait tellement plus simple quand elle était dans leurs bras. Elle comprenait bien sûr qu'elle ne pouvait pas leur demander de régler ses problèmes, mais elle commençait un peu à avoir l'habitude de s'en occuper elle-même. Puis bon, quelque part, ça forgeait l'indépendance, hein?

Finalement, elle lâcha sa mère alors que Shad rendait le téléphone à la Créature qui le lui avait donné, regardant à présent un petit boîtier noir qui bipait. Pendant un instant, la petite se demanda s'il s'agissait d'une bombe, vu le talent de Dreamland à respecter les stéréotypes, mais l'objet s'avérait finalement être un GPS, et le bip provenait du téléphone hors-ligne. Wow, elle avait eut peur, pour le coup. Elle rejoignit Shad en boitillant, tentant de marcher plus ou moins normalement en espérant s'habituer à la douleur, en vain. Ainsi, dès que Shad lui eut résumé la conversation, elle se dépêcha de remonter sur son dos et le groupe n'eut plus d'autre choix que de suivre leur unique piste.

C'était sans doute un piège, oui. Après tout ce qu'il s'était passé, ils n'étaient plus à ça près. Puis les types pouvaient pirater des robots humanoïdes tueurs, c'était pas un GPS qui allait les retenir. Au final, le seul point rassurant était que les méchants les pensaient peut-être morts. La fillette fixait le vide. Elle savait pas pourquoi ils se battaient là, et elle aimait pas ça. Il y avait clairement un côté qui les aidait et l'autre qui leur voulait la peau mais c'était... tellement soudain et improbable... En même temps, pouvait-on vraiment reprocher à Dreamland sa marque de fabrique? Mais quand même, elle toisa le mystérieux colis à côté d'elle. Gérald, courant à leurs côté en portant ce dernier d'une main, tirant une farandole de Rêveurs de l'autre, lui demanda d'un ton essoufflé si elle allait bien. Elle acquiesça en silence, désolée que le Voyageur doive endurer ça avec eux. Au moins, son propre poids ralentissait la course de Shad et les deux hommes courraient donc à la même vitesse, chacun avec leur fardeau.

Ils suivaient des rues assez étroites, le trajet du GPS évitant soigneusement les grandes avenues. C'était parfois un peu glauque, mais c'était clairement plus prudent, vu que leur groupe était pas des plus discrets. Le vacarme des voitures leur parvenait en continue, ils passèrent à côté de ce qui ressemblait à une manif, vue les bruits qui scandaient des slogans incompréhensibles, mais même sans ça le brouhaha lointain de la foule était omniprésent. L'enfant n'arrivait pas à définir dans quel genre de Royaume ils étaient. Un Royaume nul pour les trucs d'adultes sans doutes. Elle se sentait toujours un peu mal de rajouter un fardeau à son ami mais malgré son essoufflement qui pointait, il semblait plutôt bien le prendre. Comme quoi, être légère pouvait avoir des avantages.

Finalement, après dix ou quinze minutes de course, malgré quelque pauses de marche bienvenues pour Gérald, leur machin leur indiqua qu'ils approchaient de leur destination. Et débouchant d'une énième ruelle, arrivant sur une artère assez large traversée part un flot de métal et de fumée dont l'odeur se fixait au fond de la gorge, il virent face à eux un immense bâtiment qui ne se différenciait en rien des autres. À part que le petit drapeau de destination du GPS le pointait sur l'écran. Échangeant un regard avec le beau-père de Shad, ne pouvant pas faire de même avec ce dernier à cause de sa position, elle lança sans vraiment réfléchir, pour combler le silence qui s'était installé:

"J'crois qu'il vaut mieux que j'reste là avec nos parents, et qu'vous vous occupez de leur donner le colis. Entre la téléportation et les invocations, vous devrez vous en sortir. J'suis pas en état de courir, mais j'pense que j'peux un peu protéger les Rêveurs quand même. Pis si j'suis discrète, y vont pas m'attaquer..."

Ce disant, elle glissait lentement du dos de Shad et se réceptionna grâce à la main que son père lui tendait, s'appuyant discrètement dessus. Regardant les deux Voyageurs face à elle, soudain intimidée par leur différence de taille qui lui rappelait leur différence d'âge en cet instant de calme, elle rougit un peu et balbutia:

"Vous... en pensez quoi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chemins croisés - Nuit [avec Shad B] Aujourd'hui à 21:19
Revenir en haut Aller en bas

Chemins croisés - Nuit [avec Shad B]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Royaume de la Main Invisible-