Haut
Bas

Partagez|

Les lunes de Géonosis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Lun 18 Avr 2016 - 22:16
Mara était toujours là, se sentant comme une idiote à pendouiller au bout d'un poulpe alors qu'un géant mécanique venait de faire son entrée, défonçant à moitié les bords du tunnel dont il émergea. Ok, ça c'était pour calmer les tension entre les deux camps. L'instinct de survie de toute le monde sembla s'accorder pour définir clairement l'ennemi commun. Elle qui venait de retrouver Dazh, les voila de nouveaux dans une situation désastreuse et potentiellement mortelle. Cool, fallait garder les bonnes habitudes. Elle se demandait si c'était car elle en devenait blasée, que sa terreur ne se muait pas en désespoir absolu. En tout cas, son premier réflexe en voyant la machine lever les yeux vers elle, petite Voyageuse à moitié tordue dans une position peu confortable pour voir la scène, ce fut de lever la main. Et de l'agiter dans un petit salut timide. Ce qui était foncièrement débile, elle risquait plus d'attirer son attention qu'autre chose. Mais étrangement, ça lui parut la meilleurs chose à faire. C'était en général le genre de truc absurde de faisait les héros de dessins animés dans une situation désespérée, juste avant de s'en sortir. Qui sait, peut-être que ça allait marcher?

Puis d'un coup, la tension se brisa, et les deux camps partirent à l'assaut, tandis que la vieille nexu criait à son attention:

*Occupe-toi de cette porte! On n'a pas de temps à perdre, il s'agit de notre survie!*

Pressée par le ton de la voix, Mara se détourna du combat qui se lançait, se mordant les lèvres. Ça n'en finissait jamais... Mais si elle faisait vite, elle pourrait peut-être sauver les quelques vies dans la pièce! La pensée de ce petit acte de bravoure, visible à son échelle, lui redonna une bouffée d'ardeur. Et elle en avait bien besoin pour ignorer l'épuisement qui fourmillaient dans ses muscles. Laissant donc à Dazh le soin de diriger la charge, elle se "redressa", pieds appuyés à l'écran et bras gauche tendu par son mollusque accroché, prenant un peu de recul par rapport au mur. Elle pigeait vraiment rien.

"Oké, je fais quoi ?!"

*Au milieu à gauche, une fenêtre avec des carrés qui apparaissent et disparaissent!* lança la femelle après un instant de réflexion. *C'est l'interface de déverrouillage!*

Cherchant la zone du regard, la jeune fille vit quelque chose qui ressemblait à la description et marcha acrobatiquement dans sa direction, se tordant à moitié pour toucher la fenêtre du bout de son majeur libre. Le rectangle s’agrandit, occupant à présent tout l'écran et affichant une zone noire et un grand clavier tactile en dessous. Avec, évidemment, un alphabet qu'elle ne connaissait pas. Evidemment. Fichu pouvoir, au lieu de te contenter de lui servir un brouhaha permanent, tu pouvais pas au moins lui traduire aussi les écrits? Son ton fut légèrement plus paniqué quand elle demanda la suite des événements.

*Le mot de passe, le mot de passe... Appuis sur le Kröshñ!*

"Le quoi?" lança Mara, avec un regard apeuré, consciente de la scène de violence à laquelle elle tournait le dos.

*Le Kröshñ! Juste là!* la pressa Nea.

"Mais c'est quoi?!" insista l'enfant désespérée.

C'était précisément pour ça que la nexu ne voulait pas que n'importe qui joue ce rôle, mais bel et bien un membre de l'autre peuple. Mais elle n'avait plus de temps pour se plaindre, il fallait être efficace. Fixant la touche, elle lança avec agacement:

*Le symbole au niveau de ton coude gauche! Le cercle avec une barre transversale et le point au dessus!*

Dès que Mara reconnut le truc, elle appuya dessus et baissa de nouveau la tête vers l'animal, qui préparait déjà la description de la suivante. Le duo continua ce jeu de piste relativement stressant pendant plusieurs minutes, jusqu'à ce que les dix caractères du mot de passe soient rentrés. Pendant tout ce temps, Mara s'était retrouvée pendue à une trentaine de centimètres du sol, et aurait probablement pu tout taper juste en sautillant à chaque fois, mais elle restait convaincue d'avoir choisie la meilleure solution. En sautant, elle aurait eut peur de se tromper de touche, et au moins, la doyenne avait pu utiliser son corps comme repère pour localiser les symbole. Mais elle devait avouer que cette position était de plus en plus inconfortable, et elle avait mal à l'épaule gauche.

À présent, une interface apparut, souhaitant probablement un message de bienvenue, vu que sa guide ne semblait pas s'en inquiéter un instant et qu'il disparut assez rapidement. Mara dût à présent escalader un peu pour atteindre une touche ouvrant un menu déroulant en haut, puis cliquer sur le dernier mot apparu, puis sur la troisième ligne qui en découlait. De nouveau, une interface s'ouvrit entre ses pieds, entièrement noire et parcourue de ligne bleues avec deux points aux extrémités qui... qui...

... Est-ce que c'était un jeu de labyrinthe?

Lançant un regard incrédule à la nexu, celle-ci lui confirma d'un air impassible:

*Cette porte mène directement à la salle des commandes, ce test s'assure simplement que celui qui veut y accéder et bien en état de conduire, et non pas ivre ou je ne sais quoi.*

"Et y z'ont pas pensé une seconde," tempêta la Voyageuse, "Que quelqu'un voudrait ouvrir cette porte en situation d'urgence ?!"

*Cet endroit n'était pas sensé donner sur l'extérieur!* répliqua agressivement Nea. *Cette structure n'est plus dans son état initial depuis longtemps! Contente toi de relier les deux points!*

Serrant les dents, la fillette prit un peu de recul en tendant les jambes pour observer le casse-tête, faisant de son mieux pour oublier les bruits de batailles et les cris qui résonnaient dans la caverne. Bon, c'était juste pour éviter que le pilote soit ivre, c'était pas comme si ça demandait du génie... Mais c'était pas non plus du niveau d'une boîte de chocapics, quoi... Traçant déjà du bout du doigt le début du trajet, jusqu'à la première intersection, elle vérifia que retirer sa main ne supprimait pas le chemin déjà tracé. Tant mieux. Elle espérait très fort que c'était pas un truc compliqué que les pilotes se contentaient d'apprendre par cœur.

Traçant mentalement les différentes possibilités et les suivant du doigt sans que sa peau ne touche l'écran, elle progressait petit à petit par élimination, réparant ses erreurs en repassant sur les traits déjà tracés. Mais elle remarqua bien vite qu'elle avait une limite d'erreur, lui faisant redoubler de prudence. Finalement, après cinq bonnes minutes de réflexions accélérées par l'adrénaline et quelques coups de bol, son parcours se valida et deux lampes se mirent à clignoter comme des gyrophares. La haute porte s'ouvrit enfin dans un bruit de décompression, faisant s'élever la poussière et l'odeur qui allait avec.

Mara fit lâcher prise à son poulpe et atterrit sur le sol moyennement gracieusement, mais sans rien se casser, avant de se précipiter à l'intérieur avec la vieille et deux autres nexus, laissant les autres retenir le Gardien. L'un d'entre eux lui lança que les commandes pour désactiver le robot étaient accessibles à leur race, qu'ils devraient s'en sortir. Jetant fréquemment des regards nerveux vers l'arrière, constatant que le combat se rapprochait de plus en plus de l'intérieur de l'Enceinte, elle reportait cependant son attention vers le trio de bêtes sur leur pattes arrières, pianotant sur des clavier et réglant des trucs au plafond avec leur queue. Pourquoi ils n'avaient pas de porte adaptée pour eux, si les commandes l'étaient? La jeune fille faillit poser la question mais la vieille femelle feula que ce n'était pas le moment. Les trois Créatures semblaient batailler, cherchant sur quelles commandes appuyer. Il vint alors à l'esprit de Mara que peut-être n'étaient-ils jamais entrés jusqu'ici, se basant sur des informations transmises comme des traditions pour comprendre ce qu'il se passait.

Finalement, l'un des deux qui s'était incrusté poussa un cri de joie devant sa console et abattit sa patte sur un bouton, et la fillette cru entendre une bruit de machine qui s'éteint assez caractéristique, tandis que les bruits d'affrontement se calmaient jusqu'à disparaître. Dans le nouveau silence qui régnait, un faux silence parcouru d'halètements, l'enfant se prit à croire qu'ils étaient enfin à l'abri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 558
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Mar 19 Avr 2016 - 11:27


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock



° Meow.. eoww.. MeooowMeow..°


Le morpheur n'entendit pas la fin et de toute façon, ne comprit pas le sens de la phrase de la vieille nexu. Gros-Nez sortie de nulle-part, vint se poser près de lui et immédiatement le morpheur partie au contact du monstre des strates. A ses côtés, dévalant la pente se trouvait Listegh et Nyssa, toujours à dos de Acklays, accompagné de cinq autres chasseresses. Dazh croisa le regard de la Kiliks qui les commandait, et tous deux comprirent  qu'il leur faudrait agir en équipe. Soudain, sur sa gauche, un groupe de nexu les rejoignirent à vive allure. Nold, le chef de traque était en tête, suivis de près par Nocclo, un jeune félin énergique. Un peu surpris, Dazh chercha à comprendre leurs intentions. Malgré leur différence, un bref échange de regard leur permis de comprendre qu'ils seraient également des alliés dans la bataille.

Cependant, le gardien ne reculait pas. Au contraire, ce dernier venait à leur rencontre. Et au pas de course. Contre toute attente, le golem était plus impressionnant que dans les cavernes. La créature-artefact culminait à présent à presque cinq mètres. En revanche, sa protection de métal semblait avoir souffert un peu. En effet, de la même manière qu'il était arrivé, en défonçant le tunnel, il avait détruit bon nombre de galeries en les poursuivants. Malgré la terreur qu'il inspirait, la détermination des chasseresses, du voyageur et des nexus ne faiblit pas. Pourtant, il était évident pour le morpheur que les armes dont ils disposaient ne suffiraient pas à le vaincre. Mais après tout, il n'était pas question de le vaincre. Simplement de gagner du temps.

Le monstre des strates arma son bras en direction du voyageur et des nexu et frappa avant même qu'ils ne soient complètement à porter. Mais le coup fut si puissant que le sol manqua s'ouvrir en deux. Gros-Nez s'envola, emportant Dazh qui passa sous l'arche que formait le bras du colosse. Les nexu quant à eux se dispersèrent avec intelligence tandis que Nold saisit l'occasion de bondit sur le bras du golem. Nocclo essaya d'en faire autant, mais le golem entreprit déjà de se redresser. Le jeune nexu bondit malgré tout sauf qu'il ne parvint pas à se maintenir. Nocclo glissa, prêt à basculer dans le vide, se raccrochant désespérément à ce qu'il pouvait, comme l'avait fait Mufasa avant de disparaître.

Pendant ce temps, les chasseresses attaquèrent le flanc droit du Gardien en y enfonçant leur lance. Les plaques de métal permettaient en effet qu'on insère quelques choses, mais ceci n'affecta pas le colosse. Ce dernier ne réagit pas à l'agression des kiliks et chercha d'abord à se débarrasser de ces deux nexu opportuns. Projetant son bras dans les airs, il éjecta Nocclo qui s'en alla se briser contre le plafond de la caverne, pourtant immense. Heureusement, Dazh et Gros-Nez réussirent à rattraper le fauve en vol, a presque une vingtaine de mètres du sol. La réception ne fut pas facile , mais Nocclo ne craignait plus rien. Nold, n'avait plus à s'en faire et évita d'être renverser à son tour en bondissant sur les épaules du colosse et depuis sa position, chercha à neutraliser la vision de leur adversaire. Mais sans succès.
Le gardien réagit sans attendre, mais Nold avait déjà disparu, emporter par la chasseresse Listegh qui vint à son secours. Nyssa et ses congénères abandonnèrent leur tentative de blesser la créature-artefact et adoptèrent une stratégie qui rappela a Dazh, les attaques d'indiens dans les films. En effet, les Kiliks tournaient autour de leur cible, de gauche à droite, attendant une occasion d'attaquer. Les autres nexus prirent l'initiative d'en faire autant, tournant dans un cercle plus réduit, mais de droite à gauche cette fois.

Le morpheur ignora si une telle technique pouvait déstabiliser une machine dans son genre, mais observer une telle coopération entre les deux peuples raviva la flamme du combattant qu'il était. Cependant, rien de ce qu'il pouvait faire n'était efficace. A moins peut-être de… Oui, il fallait essayer. Le voyageur s'assura que Nocclo rejoigne les autres nexu, avant de demander à Gros-Nez de se diriger à une vingtaine de mètres, au-dessus du Golem. Un saut de vingt mètres, c'était sa limite. Une dernière fois, le morpheur respira un grand coup et se changea complètement en pierre. Le quartz gagna la totalité de son corps, amplifiant de ce fait, sa taille et son poids. A tel point que Gros-Nez ne pouvait plus le supporter. Alors Dazh sauta dans le vide, comme l'aurait fait un parachutiste, appliqua une seconde transformation de son bras, pour le rendre gigantesque, et s'apprêta à attaquer de toute ses for..
Mais le gardien n'ignorait rien. Sa matrice analysait chaque détail et calculait à une vitesse prodigieuse les conséquences de chaque actions. Jusqu'au dernier moment, le morpheur fut convaincu de la réussite de son plan. Mais tout à coup, le regard du monstre des strates se tourna vers lui, quand bien même il avait toujours été hors du champs de vision de la créature. Mais il était trop tard pour renoncer. Dazh allait frapper.

En retour, le gardien arma son bras et opposa sa puissance colossale au morpheur, dont le coup était dévastateur. Le temps parut se figer un instant, moment dans lequel les kiliks et les nexus insufflèrent toute leur rage afin de triompher, mais en vain.

Le choc fut terrible quand les deux forces se rencontrèrent et se déchaînèrent dans un fracas incroyable. Le voyageur n'en croyait pas ses yeux. Contre toute attente, son coup n'avait pas été efficace. Il tombait lentement en direction du sol, tandis que le Quartz qui composait son bras volait en éclat, laissant son bras reprendre son aspect humain.

Mais en réalité, le gardien essuya d'important dégât. S'il n'avait pas perdu l'usage de son bras, ce dernier ne disposait plus d'aucune protection métallique. Comme des taules froissés, ces plaques de métal gisaient sur le sol, encore fumante, laissant le mécanisme sensible a toute sorte d'attaque.

Cependant, personne ne réagit. Ni les chasseresses, ni les nexus. Ni le golem. Ce dernier, comme désactiver, avait cessé de bouger.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Mar 19 Avr 2016 - 14:56
Le calme était revenu. C'était un calme étrange, lourd, douloureux. Le calme après la bataille, le calme après la tempête. Un calme presque artificiel, un calme de surface sous lequel les émotions tourbillonnaient encore, l'adrénaline battait encore dans toutes les veines ou s'écoulait hors des blessures. Ce calme était comme un soupir collectif, que tout le monde libérait en espérant reprendre un rythme de respiration normal.

Mara fit quelques pas dos aux trois nexus essoufflés sur les consoles de commandes, se dirigeant timidement vers la porte pour y voir les combattants qui entouraient le colosse, dont l'un des bras était à présent sans armure. L'amas de câbles fumants et de rouages, de tubes souple ou rigides, qui transparaissaient sur le membre achevait de réduire l'entité à l'état de machine, lui faisant peu à peu perdre son statut de démon vengeur ancestral. D'un regard, la fillette survola la caverne, observant avec un souffle court la violence qui y avait eut lieu. Des blocs s'étaient détachés des murs, les différentes Créatures paraissaient blessées pour la plupart mais avaient l'air de s'entraider, et elle aperçut Dazh qui semblait difficilement reprendre son souffle. Une fois encore, elle se sentait inutile. Mais au moins, à vu d’œil en tout cas, tout le monde était en vie.

Nea la rejoignit lentement, comme épuisé par les récents événements. C'était vrai qu'elle devait être âgée, toute cette tension n'avait pas dû lui faire du bien. Pourtant, c'est d'un ton sévère qu'elle lui demanda de ne pas traduire ses mots aux non-nexus et qu'elle parla d'une voix forte:

*Finalement, l'Enceinte nous est accessible! Après ces nombreuses générations vécues tels des animaux sauvages, à rêver de nos origines, les voici sous nos yeux! Ces commandes, que nous connaissons sans jamais les avoir vue, nous permettrons de transformer cette terre, de faire repartir notre foyer vers les cieux! Seulement...* Son ton s'assombrit et elle poursuivit à l'attention du chef de la meute: *Nold, voici longtemps que je t'ai légué le rôle de meneur, et il n'est plus en mon pouvoir de décider de la marche à suivre. Je ne peux que regretter l'absence de l'autre peuple, mais je me plis à ton jugement, que souhaites-tu?*

Je m'étais demandé pourquoi elle ne voulais pas que je traduise son discours, mais sa raison me semblait claire à présent. Elle s'adressait clairement à leur race, et ils avaient une décision à prendre. Préférant ne pas intervenir, la Voyageuse se contenta d'écouter la réponse du mâle quand il arriva de toute sa taille, boitillant légèrement:

*Tu as raison Nea, l'absence des autres nous pèsera, et nous avons besoin d'eux pour libérer tout le potentiel de ce vaisseau, de même qu'ils auraient eu besoin de nous. Seulement, plus aucun représentant de leur race ou de leur descendant ne se trouve sur cette planète, nous ne pouvons nous leurrer indéfiniment. Il va nous falloir partir.*

*Mais comment?* intervint Nocclo qui arrivait aussi, visiblement épuisé. *N'avons-nous pas justement besoin des deux races pour faire démarrer la machinerie?*

*Peut-être...* émit le leader, songeur, *Peut-être ces killiks peuvent-elles prendre leur place... Leur manière de se battre s'accordaient avec la nôtre, il est peut-être possible de se synchroniser sur différents points...*

*Comment? Mais les autres ne sont-ils pas sensé être capables de communiquer avec nous? Je ne comprends pas un traître mot de ce qu'elles disent!* Il semblait abasourdi que son chef émette cette idée, et il le fut encore plus face à la réponse de la doyenne:

*Le fait de parler la même langue est nécessaire pour se synchroniser, pour communiquer, mais si le langage est une limite, nous n'aurons qu'à inventer des signes. Ces créatures ont une morphologie leur permettant d'utiliser les commandes de l'autre peuple, si nous leur enseignons notre alphabet, nous devrions pouvoir nous en sortir.*

*De plus,* renchérit le grand nexu, *Notre vaisseau est bloqué dans la terre, endormi, et c'est pour ça que notre propre porte nous était inaccessible. Mais le remettre en fonctionnement pourrait avoir des conséquence néfaste pour la lune, et si l'écosystème normal pourra s'y adapter et vivre sur le vaisseau, une civilisation intelligente comme la leur ne mérite pas de rester à l'extérieur.*

Les trois nexus échangèrent un regard et Nold s'adressa directement à Mara:

*Jeune fille, dis aux killiks d'entrer, nous allons avoir besoin de leur aide pour diriger la machine. Nous allons aussi lancer un signal sur toute la surface de la planète pour indiquer à ceux de notre race de rejoindre les portes les plus proches, que l'on ouvrira. Il me semble que les killiks sont peu ici, à peine une base et quelques caravanes, les rapatrier devrait aussi être possible si l'une de ces chasseresse envoie un signal dans sa langue. Et ne faites pas attention au Gardien, il va se resynchroniser et rentrer aussi, mais il sera inoffensif. Il fait tout de même partie du vaisseau, lui aussi.*

Mara acquiesça et s’exécuta en fronçant les sourcils. Un vaisseau... Suffisamment grand pour que son départ ait des conséquences pour l'endroit où il est posé... Elle laissa les différentes Créatures rentrer dans l'Enceinte, jetant enfin un coup d’œil plus paisible à l'intérieur. L'endroit était clairement une salle de contrôle, avec de nombreuses commandes alignées le long d'un mur courbé qui aurait put être une baie vitrée, mais qui était un immense écran. Plusieurs fauteuils adaptés à différentes races parcouraient la salles et les autres murs donnaient sur des portes fermées ou d'autres écrans plus petits. La lumière artificielle émanant du plafond inondait la structure, révélant des dispositifs dont elle n'avait aucune idée de l'utilité, d'immenses sièges ou trucs pleins de câbles qui montaient jusqu'au plafond. Cette salle n'avait tout simplement rien à voir avec les petits cockpits ou la salle de commande d'urgence où elle avait déjà mis les pieds plus tôt dans la nuit. Un vaisseau immense, probablement surpuissant...

Tournant le dos au Gardien qui rentrait à son tour dans l'Enceinte de son pas mécanique, ignorant tous ceux qui pointaient des armes vers lui, elle se dirigea vers les nexus déjà aux commandes, entourés de quelques killiks un peu perdues. Attirant l'attention de Nea qui indiquait du bout de la queue quoi faire à une chasseresse visiblement concentrée, la fillette demanda timidement:

"Pardon, mais... Ce vaisseau, il est puissant?"

*Oui.* répondit-elle sobrement en laissant son élève découvrir les menus, jetant un regard suspicieux à son interlocutrice.

Cette dernière prit une profonde inspiration pour poser sa demande:

"Il se trouve qu'un... météore, est en train de foncer vers Mirage Space... Il est parti depuis plusieurs heures déjà, il me semble, donc c'est peut-être peine perdue, mais... À votre avis... ce vaisseau serait-il capable de... de... de l'arrêter?"

Elle affubla l'enfant d'un long regard scrutateur, semblant réfléchir. Puis de sa voix dure, elle lâcha:

*La vitesse d'une machine telle que la notre n'est pas comparable à celle d'un météore. Il serait donc parfaitement possible de le rattraper. Pour ce qui est de l'arrêter en revanche, ça serait un autre problème. Va donc demander à Nold. C'est lui qui prend ce genre de décisions.*

Peu importait son ton respirant le doute ou la limite des possibilités, pour la énième fois de la nuit Mara avait retrouvé espoir. Un espoir faible, partiel, lucide, mais un espoir quand même. Et alors même qu'elle se dirigeait vers le chef de la meute après l'avoir cherché du regard, elle agrippa la manche de Dazh au passage et lui lança, les yeux brillants:

"Y a peut-être espoir! Y a peut-être moyen de rattraper le météore!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 558
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Mar 19 Avr 2016 - 19:23


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock



Le gardien neutralisé et la porte de l'Enceinte finalement ouverte, tous purent espérer entrer à bord de ce vaisseau particulièrement mystérieux. Sa structure interne paraissait à la fois issue d'une technologie très avancée, mais d'apparence antique. Pour le coup, le morpheur préféra laisser aux autres le soin de se réapproprier l'endroit et d'assurer la sécurité. Depuis la fin du combat qui les avait opposés au monstre des strates, le voyageur ne se sentait plus tout à fait bien. Et pour cause, la nuit lui paraissait plus longue que jamais. Comme si son organisme cédait face à tant de fatigue accumulée. D'ailleurs, il s'était écrouler pour ne plus se relever à la suite de son attaque.

C'était la chasseresse Listegh qui était venu l'aider à se relever. Pour le coup, le morpheur était trop épuisé pour se montrer pudique et avait accepté son aide. Depuis, il avait repris un peu ses esprits et ses forces lui étaient revenus. De leur côté, les kiliks et les nexus travaillaient ensemble à mettre ce vaisseau sur pied. Petit à petit, les systèmes se remettaient en marche et Mara n'y était pas pour rien. Elle assurait le gros de la 
communication entre les deux peuples et se débrouillait formidablement bien du point de vue du voyageur. De plus, elle leur fournissait des pistes et des indices pour se comprendre. Enfin, tous furent surpris de découvrir que les nexus et les kiliks employaient des caractères identiques pour s'exprimer sur certains sujets. Ces caractères provenaient apparemment d'un lointain passé.

De son côté, Nold avait dépêché quelques-uns de ses congénères afin de réunir d'autres familles, ou clan de Nexu. Dazh ne se rappelait plus tout à faire les termes que lui avait dit Mara. Du côté des Kiliks, c'est Nyssa qui s'en chargea. Elspeth et Kiora n'ayant toujours pas donné signe de vie, les chasseresses ajoutèrent leur nom à la liste des victimes. Listegh quant à elle, prétexta devoir rester sur place pour représenter son espèce dans la future alliance a laquelle leur deux peuples étaient destiné. Dazh imagina que ce n'était pas la seule raison, mais après tout, il ignorait tout de la kiliks. Cependant, il y avait des gestes, des regards qui ne trompait pas.

Rapidement, le groupe eut tout le loisir de progresser plus loin dans ce gigantesque vaisseau, jusqu'à gagner, un immense poste de pilotage. Les Nexus et les Kiliks faisaient du très bon travail. Les chasseresses avaient rapidement pris l'habitude de manipuler ce genre commande. Et puis bientôt, une première caravane de Killiks apparut à l'horizon. Il s'avéra que certains d'entre eux furent familiers avec ce genre de système compte tenu des nombreux vaisseaux qui venaient s'écraser parfois dans le désert et leur aide fut très précieuse.

D'autres Nexu vinrent se joindre à eux également ce qui permit à de plus en plus de monde, de se familiariser les uns avec les autres. Le vaisseau était une vraie petite cité que chacun ramenait peu à peu à la vie. Cependant, si tout semblait évoluer dans le bon sens, il y avait toujours une lune, ou un météore, comme certain préférait l'appeler, qui se déplaçait en direction de Mirage Space. Le temps leur était toujours compté. Mais il y avait autre chose qui avait le don d'inquiéter le voyageur. Dans les cavernes, il avait été confronté à un phénomène étrange. Le fait de trouver un précipice là où il n'y en avait pas avant. Le fait de rencontrer un précipice, qui avait la faculté de se déplacer . Est-ce que cela avait un rapport avec les récentes secousses qui venaient les troubler ? Un rapport avec le fait de réveiller cette antique cité, ce vieux vaisseau spatial ?

Dazh, qui avançait lentement, garda ses pensées pour lui-même. Il ressentait une certaine lassitude et ne voulut pas gaspiller son énergie en se plongeant dans d'intense réflexion. Peut-être aurait-il pris la peine d'en parler à Mara, mais cette dernière avait vraiment beaucoup à faire. Elle lui avait dit qu'il y avait de l'espoir. Que tout pouvait encore s'arranger. Contre toute attente, il y croyait. En attendant de passer aux choses sérieuses, le voyageur choisit de s'installer dans un coin de la salle qui était pourtant du genre ronde. Le simple fait de s'asseoir lui procura le plus grand bien. Le fait d'être seul aussi. Mais Lystegh vint le rejoindre. D'abord, ils restèrent un long moment à ne rien dire. Puis il finit par briser le silence.

« Hum… Vous et les Nexus… Tout va bien ? » Il avait préféré orienter la discussion vers un sujet plutôt neutre. Mais il existait une certaine tension entre le voyageur et la créature. Et cette dernière choisit de ne pas répondre.  Ce qui, du point de vue de Dazh, accentua ce malaise qui existait entre eux. Afin de casser la glace et toujours dans l'espoir d'orienter la discussion qui allait venir, sur un terrain qu'il maîtrisait, le morpheur reprit.

« Il parait que les Nexus ignorent tout d'un vers particulièrement géant dans les parages. Et… Nous n'avons rien vu. En fait, la chose la plus étrange que j'ai aperçu, c'est ce précipice qui s'est déplacé. »
« Non… Ce n'est pas un précipice. C'était lui. »
« Lui ? »
« Tout autour de nous. Le vers est là. Il est le sol, il est les entrailles de cette lune. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Mar 19 Avr 2016 - 23:05

"Mais pourquoi ça prend autant de temps!" geignait Mara.

Depuis qu'on lui avait dit qu'il y avait moyen d'empêcher la catastrophe qui se profilait, elle était devenue aussi excitée qu'une pile, courant partout pour essayer d'aider le plus de monde possible, traduisant des questions ou leurs réponses, mais malgré tous ses efforts, malgré le début de communication qui se profilait entre les deux espèces, rien n'avançait. Les écrans étaient allumés, les interfaces prêtes, mais aucun moteur ne grognait, malgré quelques bruits de machineries qui lui parvenaient. Elle en était donc à suivre Nold presque partout, le harcelant pour savoir ce qu'il se passait. Ce dernier commençait d'ailleurs légèrement à en être agacé, mais il ne se permettait pas d'envoyer cette fillette voir ailleurs alors qu'elle était le principal lien qui unifiait efficacement les deux races. D'autant plus qu'il avait accepté de lui venir en aide, et ce pour deux raisons: tout d'abord pour rembourser sa dette, et ensuite car un tel acte réunirait à coup sûr les deux peuples s'ils réussissaient, et ils pourraient alors se passer de la Voyageuse. Mais pour l'instant, circulant entre les individus qui observaient divers graphes, il lâcha d'un air blasé:

*Je te l'ai dis, il lui faut le temps de se réveiller...*

"Mais vous pouvez pas accélérer le démarrage?"

*Ce n'est pas un démarrage, jeune fille.* la reprit le meneur, *Il s'agit littéralement d'un réveil, et il a dormi pendant plusieurs siècles, même si la... perte de notre accès est plus récente.*

Finalement, l'enfant tiqua sur son insistance à parler de "réveil", et demanda d'un air perplexe:

"Vous voulez dire qu'il... est vivant?"

*Naturellement,* soupira-t-il, la regardant comme si c'était la plus élémentaire des évidences. *Tu as vu les Shai-Hulud de cette lune? Les vers géant? Ils sont nés de notre vaisseau. On pourrait le définir comme un Shai-Hulud géant, ancestral ou "divin" pour les plus superstitieux. Il s'agit juste d'une mutation de cette race qui lui donne une longévité exceptionnelle et lui permet d'évoluer dans le vide.*

"... Vous voulez dire qu'on est sur un énorme ver géant?"

La fillette ne savait même pas comment appréhender la chose, mais le nexu confirma:

*En effet, on peut voir les choses ainsi. Et il y a plusieurs siècles, le nôtre s'est mis en état d'hibernation, en orbite autour de Géonosis, et des roches se sont accumulés autour de lui en formant une mince couche de protection, mais en bloquant de nombreux accès.*

"Mince comment?" demanda la Voyageuse en hésitant, ne sachant pas à quoi s'attendre.

*Quelque centaines de mètres maximum, selon l'endroit où l'on se trouve...*

"Et donc le fossé où l'on s'est rencontré, c'était pas un sillon, mais..." lâcha la fillette dans un souffle

*Non, c'était plutôt un anneau du ver, en effet.*

Il en parlait avec le plus grand calme, comme si tout était normal. Mara, elle était plutôt du genre est déglutir très lentement. Ok, ils s'attendaient à trouver un monstre, et les voila qui chevauchaient un boss final. Au final, quand Nold lui fit signe de la queue qu'il était occupé, la fillette n'insista pas davantage et se détourna pour marcher sans but dans la salle, regardant sans le voir le couloir qui donnait sur l'Enceinte. Contre l'un des murs du couloir, le Gardien s'était branchée à tout plein de câbles et il était tout simplement là, assis à patienter comme s'il n'avait jamais essayé d'exterminer le groupe qui avait pénétré la structure. Et ce golem, cette entité surpuissante était soumise au vaisseau, lui-même soumis au ver. Ça dépassait l'entendement, Mara n'arrivait tout simplement pas à appréhender la chose.

S'asseyant sur le premier truc qui passa à porté, à savoir le bout d'un fauteuil dont le dossier et les accoudoirs étaient reliés au plafond et au sol par tous plein d'autres câbles, elle observa de son point de vue central et un peu surélevé l'agitation qui régnait. Et malgré l'absurdité de la situation, elle ne pouvait s'empêcher de trouver ça agréable: elle avait réussi à permettre à deux peuples de s'allier et d'entamer une forme de communication, les unifiant dans un but commun, cette simple pensée lui donnait chaud au cœur.

Mais soudainement, un léger tremblement survint, faisant grincer la structure, et tout le monde se figea, faisant tomber un silence attentif. Puis les nexus se remirent rapidement en branle et Nocclo vint à la fillette, lui demandant avec excitation d'annoncer à tout le monde:

*On y est presque! Le vaisseau commence à s'éveiller!*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 558
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Mer 20 Avr 2016 - 10:13


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock




« Vous en êtes sûr ? Queoq parlait d'une légende…  »
« Queoq ne peux pas s'exprimer comme il veut. Nous autres, nous appartenons à une Caste inférieur. Les Kiliks de la Caste supérieure résident à la Citadelle. Ils sont destinés à gouverner et bien que nous suivions les ordres, nous contestons souvent leurs décisions. »
« Je ne comprends pas… Aucun de vous ne pourrait diriger votre peuple ? Est-ce qu'ils vont écouter Nyssa, partit les rassembler ? »
« Messam et les autres de la Citadelle sont des idiots. Ils vont probablement se terrer dans leur palais. Nyssa va rassembler les caravanes dans le désert tandis qu'une autre de mes chasseresses préviendra la Caste supérieure. »



La société Killiks fonctionnait étrangement, mais tout compte fait, chacun avait sa place. C'était peut-être dommage de devoir vivre et mourir en se consacrant à un seul et même objectif. Cependant, Dazh n'était pas là pour porter un jugement. Et s'ils devaient continuer sur cette discussion, le voyageur comprendrait très bientôt à quel point ce système ne convenait pas à Listegh. Hors ce n'était pas un sujet qu'il était nécessaire d'aborder maintenant.

«Bon et… Comment réveille-t-on cette créature ? »    
« Je l'ignore. On pensait… Je pensais que vous autres, avec vos pouvoirs.. »
« Je vois. Mais nous ne disposons de rien qui soit suffisant… Nous n'avons aucune chance de réveiller quelque chose… D'aussi gros. »
« Alors, Mirage Space est perdue. »

La chasseresse avait raison. Ce constat était simple et brutale. Sans l'aide du Titan, il ne pourrait briser la lune, sortie de son orbite pour détruire Mirage Space. Mais pourtant, toutes ces répliques et ses secousses. N'était-ce pas le signe qu'il se réveillait ? S'agissait-il donc uniquement du vaisseau ? Mara lui avait dit qu'il y avait de l'espoir, elle serait effondrée en apprenant la nouvelle... Soudain, la jeune fille occupa toutes ses pensées. Mara devait ignorer qu'ils se trouvaient actuellement sur le vers. Il fallait la prévenir rapidement ! Peut-être que son pouvoir pourrait…

« Hum. Juste une dernière chose. Ce vaisseau-là… J'ai cru comprendre qu'il pourrait décoller, malgré ses siècles à rester enseveli. J'ai cru comprendre qu'il affecterait gravement votre lune, c'est d'ailleurs pourquoi nous réunissons tous les Nexus et les kiliks possibles. » Dazh aimait parler à voix haute pour réfléchir. Listegh pouvait, quant à elle, suivre le fil de sa pensée et réagir s'il était nécessaire d'éclairer le voyageur.

« Vous croyez que c'est à ce vaisseau que pensait Mara ? Pour sauver Mirage Space je veux dire. On pourrait se passer du vers finalement… Ou bien le vaisseau permettrait de réveiller ce titan…  Les Nexus peuvent bien faire ce qu'ils veulent, mais je n'avais pas compris que leurs plans avaient une telle importance. »
« Vous ne comprenez toujours pas. Ce vaisseau, n'est pas le vaisseau . C'est plus… un refuge sûr. Le vaisseau, c'est le Vers évidemment. » Cette révélation qui était évidente pour les Kiliks et peut-être pour les Nexus eut le mérite de faire taire le voyageur un long moment, tandis qu'il essayait de comprendre ce que cela impliquait.

« Vous voulez dire… Que l'on peut contrôler le vers à partir d'ici ? Mais les Nexus pourraient peut-être réveiller le vers alors ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Mer 20 Avr 2016 - 12:54

Mara commençait sérieusement à s'impatienter, assise sur l'étrange fauteuil. Son menton calé dans le creux de sa main, son regard parcourait la salle débordante d'activité face à l'éveil à venir du vaisseau, et même son inactivité n'arrivait plus à dissiper l'énergie en elle. Est-ce qu'elle allait se réveiller? C'était le week-end donc son réveil n'allait pas sonner, mais elle espérait très fort que le soleil ne finisse pas pile dans ses yeux entre ses rideaux, ou que ses parents ne viennent la sortir de son lit. Elle devait rester jusqu'au bout, être sûre que tout allait bien se passer. Il ne fallait pas que le temps leur manque, ils devaient arriver au bout...

Les tremblements reprirent, plus violents, et le bruit de grincement envahit de nouveau la salle, mais cette fois l'équipage ne s'arrêta pas. L'appréhension fit quand même se lever Mara qui jeta un coup d’œil vers Dazh, qui approchait. Tant mieux, ça ne lui ferait pas de mal d'échanger quelques mots avec quelqu'un qui trouvait pas ça normal de traverser l'espace au dos d'un ver colossal. Elle lui fit cependant part de son inquiétude sur son éveil à venir.

Mais Nea s'approcha d'eux en une série de bonds, sa nervosité se dégageant de son pelage hérissé. D'une voix brusque, elle s'adressa à la jeune fille, s'exprimant rapidement:

*Il faut que quelqu'un s'occupe de piloter le vaisseau, et t'es la mieux placée pour ça! Assieds-toi sur ce siège!*

"Hein?" lâcha l'enfant incrédule, retombant malgré tout sur le fauteuil qu'elle venait de quitter.

*Notre vaisseau est un être vivant, nous le dirigeons en communiquant avec lui,* expliqua-t-elle en la plaquant au dossier avec ses pattes avant, branchant ou décalant des trucs avec sa queue.*Sauf que comme tu peux le deviner au format de ce siège, c'était l'autre race qui s'en occupait. Ils étaient des érudits pouvant apprendre très rapidement à communiquer avec nombre d'espèces, ton pouvoir devrait pouvoir remplacer cette caractéristique.*

"Attendez!" protesta la fillette "Ce truc est beaucoup trop puissant, y a aucune chance que mon pouvoir marche! Et puis même, j'saurais pas quoi faire, là! Et j'sais pas quand je vais me réveiller!"

*Tu ne vas pas directement discuter avec lui, tu vas juste former une symbiose temporaire par le biais de l'empathie que ton pouvoir te confère!* expliqua la femelle à une petite qui ne pigeait rien. *Et tu es la seule ici à pouvoir comprendre les directive que tous les membres de l'équipage vont te fournir! Et si tu n'as pas beaucoup de temps devant toi, alors raison de plus pour te dépêcher!*

"Mais comment vous pouvez être sûrs que ça va marcher!" raisonna la fillette. "Et comment vous allez faire quand je serais plus là?"

*On ne sait pas!* tempêta la femelle en plaçant des sortes de ventouses ou peu tiède sur les tempes et les mains de la Voyageuse. *On agit dans l'urgence car vous avez insisté pour partir maintenant, il nous faudra trouver un killik doté d'une forte empathie plus tard!*

Et avant que la jeune fille ne poursuive ses protestations, elle abattit une sorte de casque opaque fixé au fauteuil devant son visage. Elle vit les mains de la jeune fille se crisper tandis que la communication commençait à s'établir. Elle n'avait aucune idée de si c'était douloureux ou pas, mais ça devait être très étrange. Les légendes racontaient que lorsque le pilote enclenchait la communication, il restait toujours parfaitement digne et calme, mais c'était sans doute par habitude. La vieille nexu aurait aimé rencontrer ces fameux êtres, grands et sages, dont son peuple formait les mains. Eux les guidaient, et les bêtes les protégeaient. Peut-être que les anciens nexus n'auraient pas pu démarrer le vaisseau par eux-même, même en connaissant toutes les procédures... Ils avaient dû gagner en indépendance en vivant à la sauvage. Nea espérait qu'à défaut de retrouver les anciens, les deux peuples présents ici pourraient former une nouvelle forme de coopération.

Se dressant dos à la fillette, elle rugit aux autres nexus que le pilote était en place tandis que sa queue indiquait aux killiks que tout était prêt. La tension monta d'un cran. Les radars et scanners étaient en place, les insectes s'étaient rapidement adaptés à cette technologie, et une foule d'informations en tout genre défilaient sur les écrans. Et si toutes celles concernant la structure implantée sur le ver pouvaient être gérées à partir des consoles, la direction que prenait le ver restait de la responsabilité du pilote. Face à cette activité fourmillante autour d'elle, la doyenne soupira d'épuisement et fit quelques pas raides pour s'approcher d'une console central, murmurant comme pour elle-même:

*Et à présent, le dormeur doit se réveiller...*

________


La lune de Géonosis, poursuivant inlassablement son orbite, était désertée. Aucune caravane ne parcourait les dunes de sables, les villages étaient vidés et les rares killiks restant s'envolaient à bord de leurs vaisseaux pour rejoindre la Citadelle, sur une autre lune. Même les vers ne jaillissaient plus du sable, interrompant leur chasse, comme si leur instinct leur disait que quelque chose était sur le point de se produire.

Des fissures commençaient à apparaître à la surface de l'astre. Brisant les rocs, absorbant le sable qui s'écoulait à l'intérieur, faisant un bruit d'enfer que plus personne n'était là pour entendre. Et peu à peu, ces failles s'écartaient, prenaient de l'ampleur, des pans de sol se soulevaient... Mais là où l'on se serait attendu à voir jaillir des coulées de lave, rien. La terre se contentait de se soulever, de craquer sinistrement, les plaques de sol se soulevaient les unes par rapport aux autres, comme des vagues. Comme si quelque chose, en dessous, bougeait et se débattait pour s’extraire de sa coquille.

Finalement, le premier fragment s'envola, expulsé par une force telle qu'il fusa vers Géonosis, se désintégrant en quelques instants dans son atmosphère caractéristique. Ce fragment fut suivit d'un autre, puis d'un autre encore, jusqu'à ce qu'une gigantesque colonne en jaillisse, ouvrant en quatre une gueule titanesque. Le titanesque Shai Hulud se débattait pour s'extraire de la lune, achevant de briser celle-ci en fragments. Certains demeuraient fixé à son corps, coincés entre ses anneaux, mais la plupart s'échappaient vers l'espace en emportant quelques vers à leur bord.

L'immense entité devait faire plusieurs dizaines de kilomètres de long, voir plus, et son diamètre était bien loin d'être négligeable. Son corps était le support de longues structures métalliques d'aspect incroyablement fines comparées à sa taille, donnant au ver une apparence bio-mécanique assez inattendu. Il resta d'ailleurs longuement immobile tandis que la synchronisation avec le pilote se mettait en place, et un frémissement le parcourut quand la conscience d'une petite Voyageuse le rejoignit.

Guidé par une volonté hésitante, il se mit finalement en branle, son visage aveugle en direction d'une lune qui traversait l'espace à une vitesse folle. Mais c'était sans compter la rapidité du vaisseau vivant, traversant le vide comme il aurait traversé le sable, nageant sur du rien, ondulant à une allure sans commune mesure avec celle que les machines pouvaient difficilement atteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 558
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Jeu 21 Avr 2016 - 17:16


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock


D'importantes secousses venaient agiter l'immense vaisseau tandis que le Titan amorçait son réveil. Alors que Mara peinait a se faire entendre pas le vers, les Kiliks et les Nexus se précipitaient d'une console a l'autre afin d'ajuster au mieux les derniers systèmes.
« Meoooooow memeow mooooew… ! »
« Que dit-il ?! »
« Là, il faut poussez les boucliers au maximum ! »
« Mara, retiens le vers ! Nous ne sommes pas prêts pour pénétrer la mésosphère !»
« Mais si, la gravité artificielle est opérationnelle ! »
« Meow Meoow Meow ! »
« Mara ! Il a dit quoi ?! »



Une réplique vint ébranler la structure, alors que le vers cherchait à se redresser et à briser sa coquille. Malgré la gravité artificielle, tous finirent par glisser et à tomber contre les parois en direction du sol lunaire. Par réflexe, le morpheur parvint à s'accrocher à une rambarde se sécurité. Le Nexu à ses côtés, réussit à planter ses griffes dans la jambe du voyageur tandis que la chasseresse attrapa la queue du fauve. Ils restèrent suspendus dans le vide pendant quelques secondes particulièrement pénible. Puis, malgré la douleur, la fatigue et le poids de ses alliés, Dazh entreprit de se rapprocher de la console en évoluant à la force de ses bras, le long de la rambarde. Cependant, il ne pouvait se dégager un bras pour pousser le levier au maximum.

« Hey, Chandra ! Je vais nous balancer et vas-tu vas profiter de te rapprocher pour actionner le levier au maximum ! »


La kiliks lui cria quelque chose qu'il ne compris pas, mais c'était le seul plan qu'ils avaient pour restaurer les choses. Alors Dazh, amorça le balancement qui les sauveraient tous. C'était difficile et ils se balançaient encore trop lentement. Le morpheur se sentit submergé par une vague de fatigue à tel point qu'il crut lâcher prise. Le souffle lui manquait et sous l'effet de tant d'effort, Dazh se voyait victime d'une bouffée de chaleur. Il sentait son sang couler le long de sa jambe et la sueur de son front lui venir dans les yeux. Soudain, Chandra parvint à activer la commande jusqu'au fond de son emplacement et la gravité fut suffisante pour qu'il se permette de lâcher prise. Tous les trois tombèrent lourdement au sol, mais ce n'était rien en comparaison de la chute vingt mètre plus bas qu'avait subi  les autres.

« La gravité est opérationnelle hein… Hey, j'espère que tes vaccins sont à jour toi ! » Dit-il au Nexus qui le regarda, perplexe.
« Dazh ! Vous avez réussi ! C'est incroyable ! » 

Non loin de là, Queoq s'approchait en compagnie de quelques Kiliks que le voyageur avait eu l'occasion de rencontrer à deux reprises déjà. Mais le morpheur n'écouta pas. Il reporta son attention en direction de Mara, qui disposait d'une ceinture, pour la maintenir au fond du fauteuil. La vieille Nexu et Nold à ses côtés étaient parvenu sans mal à se maintenir. C'est alors que tous se retournèrent en direction de la console derrière eux, quand l'alarme résonna et que l'écran affichait une situation d'urgence.
« Regardez… Le vers, il se réveil. »


En effet, même sur l'écran c'était un spectacle impressionnant. Un scan de la lune permettait de distinguer la silhouette gigantesque du Titan qui était en train  de détruire la lune pour s'en extirper. Le satellite de Géonosis ne résista pas à son réveil et s'effondra en quelques instants. Et dire qu'ils étaient au cœur de tout ça. Et justement, ils découvraient en temps réel le vide de l'espace et les très nombreux fragments qui s'étaient éparpillés tout autour d'eux. Plutôt que d'observer l'écran, le voyageur s'approcha des vitres et eut tout le loisir d'observer le corps du titan qui s'étendait après un long sommeil. D'ailleurs, d’immenses fragments de la lune restaient accrochés au vers, bien que Dazh ignorait comment cela était possible.

Soudain, le vers remua et en un instant, ils s'éloignèrent de l'immense planète rouge. Le vers n'avait fait que remuer la queue et pourtant, ils avaient parcouru une distance incroyable. Ils évoluaient à une vitesse que l'esprit humain ne pouvait concevoir, aussi, il était peut-être préférable de cesser de chercher à assimiler ce phénomène. Mais le voyageur ne pouvait détourner le regard.

Le titan sembla faire demi-tour et Dazh se demandait si ce changement de direction était dut à Mara qui devait plus ou moins réussir à communiquer avec ce colosse. La jeune fille était immobile dans son fauteuil, mais son corps semblait souffrir des efforts intenses qu'elle devait fournir. En s'approchant, Dazh remarqua qu'elle était trempée de sueur et qu'elle tremblait, mais Mara ne disait rien. En était-elle capable ? Toujours est-il qu'elle avait besoin de soutiens, aussi Dazh chercha à la débarrasser de sa cape afin que son corps puisse apprécier l'air frais à l'intérieur du vaisseau. Il fut surpris de découvrir le poulpe qui travaillait à réconforter Mara en promenant son tentacule froid sur la peau moite de la voyageuse.

Le morpheur entreprit d'en faire autant, mais alors qu'il se retournait en quête de quelque chose susceptible de la soulager, il aperçut la lune perdue. Cette dernière se rapprochait à vitesse grand V. En réalité, c'était eux qui s'en approchaient. Mara dirigeait le Titan vers la lune propulsée, un peu plus tôt en direction de Mirage Space et sans préparation, ce dernier projetait de la « défoncer ».

Le contact était pour bientôt. Inconsciemment, Dazh reporta son attention vers la console destinée à gérer les boucliers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Jeu 21 Avr 2016 - 19:56

Pouvez-vous imaginer ce que l'on ressent lorsque l'on n'est pas dans son corps? La puissance, l'égarement, la terreur, l'incompréhension. "Quels sont ces muscles, ces membres, où sont les miens? Je veux bouger mon bras, mon pieds, je veux me détacher, me lever et fuir." On se retrouve à un point où l'on est coincé dans un corps dont on ne connait rien, que l'on peut bouger sans même comprendre pourquoi et encore moins comment. Mais la fusion des deux conscience n'est pas totale, elles sont à deux niveaux bien trop différents. La puissance incommensurable d'un Ver géant face à une Voyageuse de douze ans, le niveau de compréhension est incompatible.

Cette machine était faite pour que la synchronisation soit partielle, Mara avait donc conscience de son entourage, des gens qui criaient, lui donnaient des directives. De même qu'elle avait conscience de glisser dans le vide, de frôler à plusieurs kilomètres près des masses gigantesques, que des morceaux rocheux s'étaient accrochés à son dos... Les informations lui parvenaient en même temps et elle peinait à les séparer. Des informations issu de sens du toucher opposés, des informations provenant de deux corps incomparables qui se mélangeaient...

Et le silence absolu de l'espace n'en était pas un, constitué d'une pluralité d'ondes imperceptibles aux humains. Ce que le Vaisseau avait n'était pas une ouïe, et il n'avait pas d'yeux, il ne disposait pas de goût ou d'odorat, mais la jeune fille recevait ce que ses sens extraordinaires percevaient. Elle devait interpréter des information qui échappaient à la compréhension humaine, et elle y parvenait sans le savoir, soutenue par la conscience du Ver et celle de la machine. Car l'esprit du Ver était là, même si elle ne le voyait pas. En effet, qui a conscience de sa propre odeur, de son accent? Qui peut observer directement sa propre nuque? Les deux esprits s'étaient joins, maintenus ensemble grâce à l'ancienne technologie. Si proches, si fusionnels qu'aucun de voyait l'autre, travaillant main dans la main sans savoir qu'ils avaient de l'aide. Et c'était cette aide qui permettait à la fillette de comprendre qu'agir ainsi faisait réagir le corps titanesque de telle ou telle manière. Elle était tellement noyée d'informations qu'elle ne se rendait même pas compte qu'elle n'en avait aucune provenant de ses propres yeux, plongés dans le noir par le casque.

Mais l'expérience n'était pas agréable, loin de là. Ses réflexes de base demeuraient, et quand elle voulait se décaler, ses deux corps recevaient sa demande. Chaque réflexe de peur voulait bouger ses mains, pour élever ses bras comme un rempart de protection contre le monde hostile qui l'entourait. Car cet endroit était le plus hostile qu'elle ait pu voir. Les ondes multiples provenant des civilisations proches l'agressaient, trop nombreuses, trop violentes. Elle avait l'impression de chuter, sans appui ni support, sans le moindre contact pour la soulager de son calvaire. Elle était seule dans un univers gigantesque et infiniment vide. Un univers sans air. Pourquoi vouloir respirer alors qu'elle n'en avait pas besoin? Car elle en avait besoin. Le corps de l'enfant haletait, sa respiration était irrégulière, et elle devait se concentrer dessus pour ne pas finir en apnée.

Et la température. Il faisait froid, si froid dehors. Si, si froid. Mais cette température était normale pour le Ver, donc elle n'était pas considérée comme un problème. Sauf que l'information que recevait l'enfant pouvait être assimilé à un froid abyssal et confortable. Elle avait froid, terriblement froid, et son corps tentait de se réchauffer en conséquence, agité de frémissements. Et tombant dans un cercle vicieux, ce même corps tentait de la maintenir à une température vivable, transpirant, essayant de diminuer cette chaleur. Elle sentait les contacts rafraîchissants contre sa peau brûlante, mais ce n'était pas assez, cet inconfort donnait envie de vomir à l'enfant. Mais pas au Ver. La double conscience restait donc opérationnelle, recevant les ordres de l'intérieur, les informations de l'extérieur, et agissant en conséquence.




Depuis qu'elle avait réussi à détruire l'étrange coquille qu'était la lune de Géonosis, elle était à la recherche de l'autre "lune", cet astre destructeur se ruant là où il ferait le plus de victimes. Mais elle était perdue, peinant à apprendre à tourner dans un univers en trois dimensions. Finalement elle y parvint, localisant le météore qui filait à toute vitesse loin d'elle. À toute vitesse, et si lentement. Le Vaisseau riait de sa lenteur, et un gloussement échappa à la blondinette. Le rattraper? Si simple. Il suffit de foncer, de le rattraper en un instant! Vous vouliez de la vitesse? Vous alliez en avoir. Son corps s'avança sensiblement, maintenu par sa ceinture, alors que la double conscience s'accordait pour aller droit devant.

La nausée de l'enfant augmenta quand ses sens lui indiquaient qu'elle filait droit vers leur cible, alors que son corps était irrémédiablement attiré vers l'arrière. Elle peinait de plus en plus à respirer, l'odeur de sa transpiration l'envahissait, elle se sentait de plus en plus mal. Ses muscles se tendaient et se détendaient inlassablement pour répondre à la demande incompréhensible qu'elle leur fournissait.

Mais le Vaisseau, lui, interprétait bien. Et répondant à l'enthousiasme commun, il ne se brida pas. La lune se rapprochait, rapprochait... Jusqu'à ce qu'elle soit trop proche, et les deux esprit entrèrent en contradiction. L'instinct du Ver lui hurlait de l'éviter, de ralentir, de ne pas rencontrer cet obstacle. L'instinct de la jeune fille ne comprenait pas le problème, n'assimilait pas assez vite les informations, et voulait seulement arrêter ce caillou. L'arrêter le plus vite, le plus tôt possible, avant qu'il ne ravage Mirage Space.

Et ce qui devait arriver arriva: cet astre-ci était un amas complet de roches et de sable, pas une mince coquille, il n'était pas si simple à détruire. Ainsi, quand le Vaisseau qui hésitait s'approcha en ralentissant, il le percuta malgré tout violemment, et son corps en racla douloureusement la surface avant de s'incruster en partie dedans. L'entité vibra de douleur, incapable de tenir un tel choc dès son réveil, repoussant ce qu'elle considérait comme la cause de ce crash.

En effet, à l'intérieur de la structure, Mara partageait sa douleur et geignait, se souvenant qu'elle pouvait aussi émettre des informations et non seulement en recevoir. Elle haletait, sentant sur elle une brûlure de plusieurs centaines de mètres de long, un mal de crâne la tenaillait, et elle rejetait l'origine de cet inconfort de toutes ses forces.

Finalement, le contact se rompit et la machine se désactiva, le casque se relevant pour révéler son visage pâle de sueur au reste de la salle. Elle grogna et ferma les yeux face à la violence de la lumière artificielle qui lui agressait les pupilles, fit de son mieux pour fuir le fauteuil et tenta de lever ses mains tremblantes pour arracher les patchs qui la reliaient à l'interface. Elle vit un nexu flou s'approcher et devina la voix de Nea qui lui disait de rester calme alors qu'elle la libérait.

Ses membres tremblaient, libérant la tension qu'ils avaient accumulés, et la petite se retrouva avec un nouveau patch sur l'épaule qui allait apparemment aider son corps à retrouver un fonctionnement interne normal. Déglutissant dans sa gorge sèche, ressentant de nouveau l'expérience d'être seule dans son propre corps, elle se sentait presque à l'étroit. Mais c'était bien mieux ainsi, et elle espérait rapidement reprendre contrôle d'elle-même.

Pour l'instant, les yeux fermés, la tête tombant sur le côté, elle faisait de son mieux pour récupérer de cette étrange expérience, ignorant l'agitation et les ordres qui fusaient autour d'elle, et elle essayait surtout de faire passer cette fichue nausée. Un petit tentacule de son poulpe qui lui donna un coup rassurant sur la joue réussit même à lui tirer un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 558
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Jeu 21 Avr 2016 - 21:41


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock




Encore une fois, tous les écrans s'alarmèrent et de nombreuses sirènes retentirent. Et heureusement, ils étaient encore vivants pour l'entendre. Dazh se releva péniblement et se massa le crâne qu'il s'était cogné en tombant au sol. Immédiatement, le voyageur alla consulter la console principale. Le vaisseau avait déjà scanner les environs ce qui permit au morpheur de se rendre compte de la situation. Tout d'abord, il remarqua la lune. Malgré un impact de cette envergure, cette dernière était pratiquement intacte. En réalité, d'importants fragments s'était détaché de l'ancien satellite et se perdaient déjà dans le vide de l'espace.

Le vers, quant à lui, ne semblait pas affecter par le choc. Ou en tout cas, il semblait aller bien. Cependant, il aurait fallu consulter ses constantes vitales pour en être sûr et le voyageur ignorait comment procéder. Dazh abandonna la console et jeta un œil derrière lui. De nombreux Killiks et Nexus se remettaient tant bien que mal. Un rapide coup d'œil appris à Dazh que les boucliers étaient HS et que tenter de les rétablir n'aurait permis qu'une protection à hauteur de 5% des capacités. C'était toujours mieux que rien. Aussi, le jeune Dalreight confia cette tâche à la kiliks qui l'avait assisté un peu plus-tôt.

C'est alors que le Cerebro cessa de fonctionner et libéra la jeune fille. Cette dernière n'avait pas souffert du choc. Cependant, elle semblait souffrir d'un traumatisme important. Elle tremblait et son corps brûlant était trempé de sueur. Mara se débarrassa des patchs sur sa peau et s'écarta vivement du fauteuil. Mais Dazh doutait qu'elle tienne debout encore longtemps. Il lui fallait se reposer, il fallait qu'elle boive un peu d'eau.

« Queoq ?! Apportez de l'eau, ici ! »


La vieille nexu était au côté de Mara et ne semblait pas disposer à laisser quelqu'un d'autre l'approcher. Dazh qui aurait voulu emmener la jeune fille s'allonger dans une cabine ou quelque chose de ce genre, ne put même pas consulter son état de santé. Il ne put s'empêcher de jeter un regard noir a la nexu qui resta imperturbable. Après tout, il était compétent dans le domaine du paramédicale et Mara était humaine. C'était à lui que devait revenir ce rôle de protecteur.

Mais au même moment, Listegh vint le chercher car ils devaient parler de la situation. Dazh accepta de suivre la Kilik, laissant Mara tranquille. Elle en avait fait assez pour l'instant. Le temps qu'ils s'éloignent suffisamment, Dazh s'informa du nombre de blesser. Les nexus avaient le plus souffert, mais tous s'en sortiraient. Finalement, lui et Listegh rejoignirent Nold, Nocclo et Nyssa tandis que Queoq les rattrapait

« Meowww..eosseauw.. » Essaya d'articuler Nold a l'attention de Nyssa.
« Je crois qu'il dit que le vaisseau est endommagé. » Leur explique-t-elle, alors qu'elle manipulait l'ordinateur en quête d'information attestant les dire du félin.
« Là ! C'est un quartier qui n'a pas encore été exploré. Sceller les portes pour l'instant. »
« On sait si le vers est blessé ? »
« Il souffre, cet évident. Mais il s'en remettra, comme nous tous. »
« Meeow Meooew »
« Je... Je crois que j'ai compris. Nous avons échoué à détruire la lune qui menace Mirage Space. »
« Mais nous avons un plan. »

Le petit groupe avait quitté la salle principale pour se diriger vers un vaste hangar. Dazh fut surpris de constater que les Nexus avaient poussé l'exploration si loin. Au moins, dans ce hangar, ils avaient été protégés du gros de l'impact par le vers. Listegh expliqua qu'ils avaient découvert cet endroit en suivant le Gardien. Au moment de le réinitialiser, ce dernier s'était naturellement dirigé vers cet endroit. Certains kiliks et Nexus qui Nexus qui avaient entendu parler du combat qui les avait opposés au monstre des Strates, étaient venus voir en personne ce colosse, désormais inoffensif. Certains d'entre eux avaient même tenté d'en percer les secrets en accédant à sa matrice. Ils étaient, à cette heure, parvenues à ouvrir un accès vers l'intérieur et en avaient conclu qu'il était possible pour deux pilotes, de contrôler cette armure.

« C'est ça votre solution ? Envoyé le Gardien ? Pour faire qu.. »
«Nous avons également trouvé ceci. » Expliqua Queoq.
« Il s'agit d'explosifs. Si nous nous glissons au plus près du centre de la lune, nous pourrons la détruire !
« …Et grâce au vers, c'est possible.. ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Ven 22 Avr 2016 - 10:34
Peu à peu, l'enfant retrouvait une certaine contenance. Elle était encore trempée de sueur, mais elle s'autorisa à défaire le foulard qui nouait ses cheveux pour essuyer son visage avant de refaire sa queue de cheval. Elle avait retrouvé un souffle normal mais quelques courbatures commençaient à pointer dans ses membres et elle fit de son mieux pour s'étirer un minimum sous le regard de Nea. Assise à l'extrémité du fauteuil, elle s'était penché vers l'avant jusqu'à ce que ses mains ne touchent ses pieds et avait profité de cette position une dizaine de secondes avant de se relever.

Elle était restée plusieurs minutes comme ça, à sentir son cœur se calmer et à se dégourdir les jambes. Mais toute la fatigue n'évacuait pas son corps, la fin de la nuit semblait se rapprocher. Allez encore un peu! Ils avaient ralenti l'astre en s'abattant dessus comme ça mais de ce qu'elle avait entendu, il n'était pas sorti de sa trajectoire. L'agitation régnait toujours en tous cas, comme s'il y avait une règle divine précisant qu'il fallait toujours y avoir une sorte de pagaille dans les salles de contrôle.

Finalement, alors qu'elle se sentit assez parée pour se lever en grattouillant son poulpe, elle vit le jeune Nocclo courir vers son aînée et elle-même, jaillissant d'une porte où elle avait vu circuler pas mal de monde. Fièrement et avec une certaine excitation, le chef de traque lança aux deux en même temps:

*Le Voyageur et les autres ont fini les préparatifs, le Gardien est prêt!*

Les deux acquiescèrent alors qu'il repartait d'où il était venu, mais l'enfant devait avouer qu'elle ne savait pas trop ce que ça changeait pour elle. Elle avait bien remarqué qu'il y avait un truc qui tournait autour du robot protecteur, mais elle savait pas trop quoi. Elle avait juste compris qu'il était question de le réparer et de faire le plein, mais après ça... Elle suivit Nea qui l'incita du bout de la queue à la suivre. Malgré son antipathie du début et son air rude qui persistait, la Voyageuse devinait que la Créature s'était prise d'affection pour elle, et elle le lui rendait.

Les deux suivirent donc le chemin du plus jeune, le long d'un couloir, jusqu'à déboucher dans un long hangar. L'entité mécanique était là, reliée au mur par un amas de câbles dont la plupart semblaient électriques, et quelques nexus et killiks tournaient autour. Dazh avait l'air de discuter avec l'un de ces derniers, mais il s'interrompit et la salua en la voyant arriver. Il avait l'air soulagé de voir qu'elle allait mieux, et elle imagina qu'elle avait dû l'inquiéter. Elle ne savait pas quelle tête elle avait fait à la fin de la connexion, mais vu l'état dans lequel elle s'était sentie, ça avait pas dû être charmant.

Finalement, l'un des killiks vint jusqu'à elles et fit un topo rapide de la situation, parlant pour l'une et signant avec ses mains pour l'autre. La jeune fille mit bien quelques instants à saisir qu'on parlait d'un robot géant qu'on pouvait piloter de l'intérieur. Et que l'identité des deux pilotes semblait évidente pour tout le monde.

"De ce que nous avons compris du fonctionnement, le pilote principal s’assoit devant. Il a un contrôle total sur le corps du robot, et il peut être soutenu par le copilote, qui s’assoit derrière sur une zone légèrement surélevée pour que les deux voient bien leur environnement. Je vous rassure, comme beaucoup de choses à Dreamland, cette machine est en partie issue de votre imaginaire, donc les contrôles devraient être assez instinctifs, mais mieux vaut faire les tests. Et dehors de préférence."

Et avant que Mara n'ait pu s'en rendre compte, elle s'était retrouvée en haut d'un échafaudage avec Dazh, regardant une zone qui s'était ouverte dans le haut du torse du monstre, et qui révélait deux sièges entourés de claviers et de joysticks. Elle sentit qu'on la soulevait et l'aidait à s'installer sur le siège du soutien, et elle se résigna en fixant elle-même ses ceintures contre son torse. Au point où ils en étaient... Au moins, ils avaient pas prit le risque de la mettre en pilote principal malgré sa fatigue, et ça, c'était cool.

Dès que Dazh eut fini de se glisser dans le siège devant elle et d'attacher ses propres sangles, le cockpit se referma dans un chuintement, les plongeant dans le noir. La petite était pas claustrophobe, mais elle devait avouer que c'était pas ultra confortable, ce silence confiné pendant deux bonnes secondes. En effet, il fut interrompu par un sifflement de pressurisation, puis à un bruit d'interface qui s'allumait en même temps que quelques lumières. Ces dernières s'activaient en vague sur les touches ou le long de la cabine autour d'eux, et l'ensemble acheva de s'allumer lorsque la zone qui s'était refermée sur eux s'avéra donner une image de l'extérieur. Ils voyaient ainsi parfaitement bien au dessus d'eux, sur les flancs, devant et un peu vers le bas, mais Mara apercevait à côté de Dazh un écran qui sembler donner sur l'arrière du robot. Elle voyait les Créatures qui regardaient, certaines prenant des notes, mais elle devinait qu'ils étaient plus ou moins tendus de voir le monstre se réveiller. Elle leur aurait bien fait coucou pour les rassurer, mais elle se doutait qu'ils ne voyaient pas l'intérieur.

Le Gardien s'ébranla finalement, tandis que Dazh découvrait peut à peu les commandes, et il réussit à le faire marcher le long du hangar sous les indications des killiks, rentrant dans un sas qui se referma derrière eux, puis dans un second alors que les capteurs affichaient que la pression baissait peu à peu. Finalement, quand elle fut suffisamment basse, un dernier sas s'ouvrit en révélant l'espace lui-même. Il lui avait semblé gigantesque quand Mara était dans l'esprit du Vaisseau, il le lui semblait encore plus maintenant qu'elle était dans son propre corps. C'était pas comme être dans une cabine de pilotage, debout derrière une vitre en sachant qu'il y avait un vaisseau derrière. Assise comme ça, entourée par ce paysage, elle avait limite l'impression d'être directement dehors. C'était un poil flippant.

Elle faillit glapir lorsque le robot quitta l'appui du sol, s'élevant dans le vide à l'aide d'un système de réaction qu'elle ne voyait pas, mais dont elle pouvait vérifier l'état et le niveau d'énergie grâce à un écran à porté de regard. Laissant Dazh manipuler le truc, elle nota qu'elle n'avait pas autant de commandes que lui, à peine deux joysticks avec quelques boutons dessus, un pour chaque main, et un clavier devant elle pour gérer les deux écrans qui lui indiquaient les ressources de leur machine.

Déglutissant, elle décida d'essayer les commandes qu'elle avait sous les doigts, à présent qu'ils étaient dos au vaisseau. Saisissant délicatement les manettes, posant ses pouces sur le bouton qui trônait au sommet de chacune, elle appuya sur l'un, puis sur l'autre. Ce qui généra une slave de tirs lumineux d'un côté puis de l'autre à partir des épaules du robot, faisant sursauter la fillette. Quoi, elle s'occupait de tirer? Mais elle était nulle aux jeux de tir, elle avait aucun skill... Mais en même temps, c'était tellement cool... Réessayant, elle vit que décaler le stick permettait de modifier la direction des décharges, et en appuyant sur un autre bouton, elle se retrouva avec deux écran devant les yeux qui lui donnaient l'interface de visée, à l'aide de carrés et de croix se déplaçant au rythme de ses mouvements de poignets, et le mode de tir dans lequel elle était. Testant au hasard, elle prit en main les tirs en rafale du début, des sortes de missiles à tête chercheuse et des rayons assez fins et gourmands en énergie. Elle avait pas tout testé mais elle trouvait que c'était quand même pas mal. C'était un peu trop violent à son goût et elle espérait ne pas trop avoir à s'en servir, mais elle ne pouvait pas nier que quand même, piloter un robot géant, c'était ultra cool.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 558
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Sam 23 Avr 2016 - 11:23


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock


Les deux voyageurs évoluaient sur le dos du vers et s'essayaient encore à exécuter certains mouvements. Malgré l'urgence de la situation, contrôler un robot géant dans l'espace, était une occasion à ne pas rater. Mais d'abord, Dazh s'intéressa aux environs. Cette lune ronde ne disposait pas d'atmosphère et il leur aurait été impossible de respirer. Probablement. Malgré ses années d'expérience à Dreamland, tout n'était pas encore très clair. Et puis l'univers avait ses propres règles, parfois étrange. Toujours est-il que cette lune semblait être la réplique exacte de celle qui gravitait autour de la Terre, dans le monde réel. Décor stérile et pourvu de nombreux cratères, cette lune avait aussi la caractéristique d'être très petite, pour sa catégorie. D'ailleurs, maintenant qu'elle n'orbitait plus autours de Géonosis, peut-être n'était-elle plus référencer en tant que lune. En tout cas, la question ne se poserait plus, quand ils l'auront détruit.

Les commandes étaient effectivement instinctives. Le morpheur qui avait le gros de la console à porter de main dirigeait le Gardien comme s'il était un prolongement de son propre corps. De plus, lui et Mara se comprenait particulièrement bien, ce qui leur permettait d'employer au maximum les possibilités de l'armure. Le voyageur avait été surpris de voir tout ce qu'il pouvait faire, pour peu qu'il y ait au moins un pilote à bord, compte tenu qu'il s'était contenté d'essayer de les frapper au cours de leur duel. Il aurait tout aussi bien put les brûler vifs ou encore les électrocuter.  

Mais assez perdu de temps avec les fonctionnalités du Gardien. Le duo de voyageur devait passer aux choses sérieuses. Ils devaient sauver Mirage Space. Sur sa droite, Dazh consultait l'écran sur lequel apparaissaient les informations transmis par le Vaisseau. D'abord, il leur fallait descendre du vers, puis parcourir une dizaine de kilomètre vers le Sud et enfin, s'engouffrer au cœur de l'immense abîme qui naquit de l'impact du vers.

« Avant que j'amorce la descente… Tu es sûre que tu veux le faire? Je veux dire… Peut-être que Queoq aurait pu te remplacer. »

Mais le morpheur put voir que la jeune fille avait pris sa décision. Elle allait venir, malgré son état de fatigue. Après tout, il était lui-même particulièrement épuisé, c'était évident. Il n'aurait pas été crédible en choisissant de renvoyer Mara, s'il n'abandonnait pas lui-même la mission.

« Bon. Eh bien, on y va ! »

C'est alors qu'un canal de communication apparut sur l'écran. Il s'agissait de Nea et Listegh qui étaient parvenues à comprendre comment contacter directement le Gardien. Cependant, peu sûre d'elles, elles ne comprirent pas immédiatement qu'elles étaient arrivées à leurs fins. Aussi, quelques longues secondes s'écoulèrent avant que la chasseresse ne prenne la parole.

"GRrooOROOAAARW" Rugit l'ours, avant que Listegh ne puisse prononcer le moindre mot. Dazh fut surprit de constater que déjà, l'animal se portait mieux. Les kiliks c'étaient bien occuper de lui. Pendant un instant, le voyageur eut un peu honte de ne pas avoir eu la moindre pensée pour  son compagnon.
« Vous m'entendez ? Nous allons pouvoir garder le contact avec vous. D'après les calculs, vous n'avez qu'une bonne heure pour poser les explosifs et revenir. Après ça, la destruction de la lune ne garantira pas la sécurité de Mirage Space. Le gros des débris iront s'abîmer sur la station spatiale. »
« J'ai une solution pour gagner du temps. »

Et sans attendre, Dazh manipula le robot afin de le faire suivre un plan que lui seul avait en tête. Plutôt que de descendre et de parcourir les dix bons kilomètres jusqu'à la faille, le morpheur entreprit de se servir de l'altitude que leur conférait le vers, pour « bondir » vers leur objectif. Avec la faible gravité et les réacteurs de l'armure, il pourrait probablement contrôler « la chute », qui risquait de durer presque dix minutes. Ainsi, il économiserait l'énergie de l'armure pour le trajet du retour, qui, d'après une rapide estimation, devrait leur prendre un bon quart d'heure.

« vingt-cinq minutes, rien que pour faire l'aller-retour… Il ne faudra pas traîner sur place... »

C'est en silence et en apparence, plutôt lentement, que le robot approchait de la faille. Un vaste nuage de poussière les empêchait d'y voir clair devant eux, mais peu à peu, les contours de l'abîme se dessinaient. Beaucoup de débris flottait encore dans l'espace devant eux et de temps à autre, Dazh choisit de rebondir dessus afin d'économiser encore les réacteurs. D'autre part, Mara se chargeait d'écarter les obstacles qui auraient pu être responsable de sérieux dégâts, si elle n'avait pas été vigilante.

A mesure qu'ils approchaient et qu'ils s'enfonçaient dans l'immense abîme, la lumière se faisait de plus en plus rare, mais le voyageur trouva un moyen pour éclairer les environs. L'endroit était plutôt froid et sinistre. Malgré qu'ils fussent dans l'espace, le morpheur avait l'impression de s'enfoncer dans les profondeurs d'un océan. Ici, il y avait tant de petits objets qui flottaient, que Dazh dut en écarter certains, quand une idée lui vint à l'esprit.

« Mara ? Tu vois ce gros rocher là-bas ? Il fait presque la taille du robot... Je vais essayer de m'en rapprocher et tu l'attraperas. On pourra s'en servir comme d'un bouclier pour avancer sereinement. » Et joignant le geste à la parole, le morpheur dirigea l'armure jusqu'à la pierre en question. Quand Mara bloqua l'objet, Dazh poussa les réacteurs pour le propulser en direction des profondeurs de la faille, puis coupa les moteurs, se laissant entraîner par leur élan.

« …bzrrz..ssez…brz.zz..ba..zrrbr..xplos..rbr.. »
« Allo ? Listegh ? Mouai. Il fallait s'en douter, la lune va bloquer les communications. Mais je crois que nous sommes assez bas pour larguer les explosifs maintenant. Je te laisse les jeter dans le vide ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Sam 23 Avr 2016 - 14:07
Mara laissait Dazh faire la plupart des manœuvres, nerveuse, osant à peine garder ses mains sur les manettes de tir. Dès qu'il était question de détruire un obstacle, elle se contentait d'un petit tir en rafale d'une ou deux secondes. Ce n'était sans doute pas leur arme la plus efficace, mais elle était peu coûteuse et compensait facilement le manque de précision de la petite. Depuis qu'ils avaient perdu le contact avec le vaisseau, elle était de moins en moins rassurée, et le fait de savoir qu'ils avaient une limite de temps, qui s'étaient affichée sur leurs écrans à titre informatif, n'avait rien pour la calmer. Et même si le bloc rocheux accroché par les grappins du robot leur servait de protection, elle se sentait gênée par le manque de visibilité qu'il impliquait.

Quand elle avait libéré les explosifs dans le vide, un second décompte s'était ajouté au premier: celui avant la destruction programmée des charges. Si le premier indiquait qu'il avaient encore quarante minutes pour détruire la lune, le second précisait qu'il avait trente minutes pour fuir pour leur vie. En même temps, une explosion capable de détruire une lune... Bah valait mieux pas rester dans la-dite lune au moment fatidique, quoi. Quand la jeune fille avait émis des doutes sur l'état du Ver qui était toujours incrusté dans l'astre, on l'avait rassurée en lui disant que sa peau était épaisse et qu'au pire, l'infrastructure du vaisseau était faite pour résister à une mue de l'entité. En espérant qu'il n'ait pas trop mal... Depuis sa synchronisation avec lui, la jeune fille ressentait une certaine sollicitude à l’égard du Shai-Hulud géant.

En tous cas, les deux Voyageurs regardèrent un instant les bombes s'enfoncer hors de la zone éclairée avant que Dazh ne dise d'un ton tendu qu'il fallait remonter rapidement. Ils avaient quinze bonnes minutes de marge, mais quand même, les fuites héroïques à la dernière demi-seconde, c'était mieux dans les films que dans la réalité. Enfin, "réalité". Il prit donc appuis sur leur rocher-bouclier tandis que l'enfant rentrait les grappins d'une impulsion de bouton sur sa manette, avec les boutons les plus bas sur les joysticks, et qu'elle les envoyait vers un mur plus haut, fournissant une certaine accélération à la machine. La vitesse d'enroulement des câbles des grappins une fois qu'ils étaient plantés allait presque aussi vite que les réacteurs, mais ça permettait d'économiser l'utilisation de ces dernier. En effet, ils ne risquaient pas tant d'arriver à court de combustible que de les voir péter sous le coup de la surchauffe. Et être sans réacteurs dans la crevasse d'une lune à vingt-cinq minutes de l'explosion, ça tentait assez moyennement la blondinette.

Du coup elle lançait les grappins qui se plantaient dans la paroi irrégulière, tandis que Dazh maintenait l'élan à petits coups de boost. Les deux remarquaient que les autres tentaient d'ouvrir une communication, mais seul un son brouillé par la distance et inaudible sortait à chaque fois. Ils devaient s'inquiéter de leur réussite... Raison de plus pour se dépêcher et les rassurer!

Et elle lançait donc l'un de ses grappins, l'enroulait pour hisser le robot, lançait l'autre un peu plus haut, l'enroulait aussi tout en détachant le premier pour l'envoyer toujours plus haut... Jusqu'à ce que, alors que Dazh activait les propulseurs, l'un des grappins ne revint pas. La fillette insista en se mordant les lèvres alors que Dazh lui demandait ce qui n'allait pas, elle essayait d'appuyer plus fort sur le bouton comme si ça changeait quoi que ce soit. Elle regarda nerveusement l'écran indiquant l'état du robot, ignorant du mieux possible le compteur qui indiquait 23''34 avant la détonation, mais ce n'était pas le câble qui était bloqué. Commençant sensiblement à paniquer, elle lança d'un voix un peu trop aiguë:

"Le grappin d'en bas est coincé dans la roche! J'arrive pas à le retirer!"

Les deux échangèrent un regard, essayant toujours d'ignorer le compteur qui était descendu à 23''19. Relâchant le grappin d'en haut pour se mettre à la hauteur de celui qui était coincé, dans un renfoncement du mur qui permettait plus ou moins au robot de se poser, Dazh commença à essayer de décoincer le truc quand un choc les secoua violemment, provoquant une alerte dans le cockpit. Quelque chose leur avait tiré dans le bras! Levant brusquement la tête, Mara vit des sortes de petits vaisseaux s'approcher à toute vitesse, puis à leur tirer dessus! Son sang ne fit qu'un tour tandis qu'elle lançait à son ami de se tourner face à la menace, même s'il avait déjà commencé la manœuvre. Serrant les dent, la jeune fille fit descendre les écrans de visée devant ses yeux, et serra douloureusement les manettes contre ses paumes, son pouce tendu comme jamais, prêt à décharger ses salves à tout instant.

Elle en vit un ralentir, sans doute prêt à tirer, et ses réflexes de Voyageuse la fit tirer jusqu'à ce que la machine explose. Plus que deux. La fillette sentait la fatigue prendre la pas sur sa réflexion, elle passait plus ou moins en mode automatique, haletante, tirant pour sa survie sans se demander si leurs attaquants étaient des êtres vivants ou des drones. Devinant la trajectoire de l'un d'eux qui traversa son champs de vision en ligne droite, une autre rafale cueillit son aile et le véhicule partit en vrille pour s'écraser sur la paroi d'en face. Le dernier non plus ne fit pas long feu, puisque la jeune fille le gratifia d'un missile qui l'explosa un peu en dessous d'eux. Elle jeta un coup d’œil au compteur, essoufflée par sa concentration 20''58, et il avait encore presque dix minutes à monter, sans compter le temps pour se mettre à l'abri dans le Vaisseau. Ils étaient en train de ronger leur marge à toute allure, et elle n'eut même pas le temps de prendre des nouvelles de Dazh qu'elle vit une autre petite flotte s'approcher d'eux, et ils étaient sept cette fois. C'était sans doute pour ça que ceux d'en haut essayaient de les appeler!

Elle activa le laser, profitant qu'ils ne soient pas trop proches pour faire un petit balayage. Elle en toucha deux et fit s'effondrer une partie de la parois. Elle se tendit, espérant soudain qu'un choc ne fasse pas exploser les charges trop tôt. Il fallait vraiment en finir vite, à tous les coup, d'autres vaisseaux allaient arriver et ils allaient être surchargés! Elle décida d'y aller à fond avec le tir en rafale, sortant les missiles quand un petit malin se cachait derrière un débri volant. Elle ne savait pas qui attaquer en premier, tentant d'être plus efficace mais ne finissant que par perdre du temps. Elle était nerveuse, épuisée, le temps courrait à la limite de son champs de vision et elle tirait dans tous les sens, réflechissant à peine. Les cinq derniers étaient tombés, leur robot était touché à la jambe et au torse, il avait perdu l'un des modules permettant d’électrocuter une cible au corps à corps, il restait 17''06 au compteur, et sa gorge se nouait en voyant arriver un autre groupe plus important. Elle ne put que murmurer, sa voix presque cassée:

"Pitié, dis-moi que t'as bientôt fini..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 558
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Sam 23 Avr 2016 - 20:54


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock




Des chasseurs étaient parvenus à les retrouver et à les prendre en chasse. Dazh ne disposait pas d'arme à proprement parler. Produire un lance-flamme, un arc électrique ou encore des coups directe, oui. Sans soucis. Mais leurs armes à distance, adapté au combat spatial, c'était davantage Mara. A moins qu'il n'existe quelques commandes que Dazh n'était pas parvenues à localiser. Tandis que la jeune fille tenait les kiliks et autres alien étranges, en respect, Dazh essayait tant bien que mal d'extraire le grappin prisonnier de la roche. Le morpheur envisagea de sortir pendant un instant pour dégager la chaîne, mais c'était carrément du suicide. Surtout avec les chasseurs dans les parages.

De plus, le compteur à l'écran n'était pas pour les réconforter. Jusqu'à maintenant, Dazh avait plutôt bien ignoré la chose, mais à présent qu'ils étaient immobilisé et aussi proche du centre de l'explosion, la situation avait pour ainsi dire sérieusement entamé son calme légendaire. Les chasseurs stellaires n'étaient que le cadet de leurs problèmes. A ce propos, le morpheur ne put s'empêcher de s'interroger sur leur provenance. Aux dernières nouvelles, ceux qui en voulaient a Mirage Space s'était écrasé en même temps qu'eux dans le désert. Maintenant que le vers s'était libéré, les survivants étaient probablement morts, à errer dans le vide de l'espace. Ou alors, certains avaient survécu et se trouvait actuellement sur les quelques fragments de lune qui suivaient le vers dans son sillage. En fait, c'était la seule explication. A moins qu'il ne s'agisse de renfort venu d'ailleurs. Au final, ça n'avait pas d'importance.

Malgré que Mara faisait feu, Dazh entreprit de se rapprocher et de propulser manuellement le robot à l'aide de ses jambes robustes. Cependant, il n'y parvint pas non plus. Il avait déjà essayé de tirer, de se propulser avec les réacteurs, de frapper la roche et pourtant, ils étaient toujours prisonnier. De rage, mais aussi parce qu'il était de plus en plus inquiet, Dazh réitéra la manip dans l'espoir qu'enfin il s'échappe. Soudain, l'un des vaisseaux vint s'abimer contre la paroi alors que son vaisseau partait en vrille au point de devenir incontrôlable. L'espoir revint chez le voyageur qui était convaincu que la roche était suffisamment affaiblie pour en extraire le grappin. En réalité, s'ils parvinrent à s'éloigner de l'abîme, ce n'était pas sans emporter un impressionnant morceau de pierre avec eux.

Cependant, cette immense pierre reliée à leur grappin qui flottait dans le vide, donna une idée au morpheur. Ça n'allait pas plaire à Mara sur le coup, mais ça pourrait bien s'avérer tout aussi efficace que de tirer au laser. Tandis que le robot géant s'élevait finalement au-dessus de la faille, ce dernier entreprit de tourner sur lui-même afin de donner un peu d'élan au caillou qu'il trimballait. Enfin, quand vint le moment pour les Kiliks  de revenir à l'assaut en formation serrée de sept chasseurs, Mara put habilement dirigés son bras mécanique pour abattre pas moins de cinq vaisseaux. Les deux autres avaient rapidement quitté la formation et s'était dispensé de tirer afin d'éviter cette réaction en chaîne de chasseurs qui explosaient.

La situation était de nouveau en leur faveur. Le voyageur était euphorique, tandis qu'ils poursuivaient leur route jusqu'au vaisseau qui ornait le dos du vers, quand soudain, il constata que compte à rebours était descendu jusqu'à 13''34. Il fallait comprendre que dans  13''34 minutes, les explosifs détruiraient la lune, un peu moins de dix minutes avant qu'elle n'atteigne la distance critique qui endommagerait sérieusement Mirage Space. Mais hormis ses deux chasseurs solitaire, ils ne craignaient plus grand-chose et serait à l' abri bien avant le moment fatidique où tout explosera.

« Hey vous autres ! Les explosifs sont en place ! On revient vers le Vaisseau. Environ cin… !  »

Mais soudain, le morpheur s'aperçut qu'il avait parlé trop vite. Entre eux et le Titan, se trouvait un autre robot. Dazh n'en crut pas ses yeux. Immobile et impassible, ce robot, venu de nulle part, les observait. Il était évident que ce dernier n'était pas là par hasard. Il n'était pas non plus d'une conception proche du Gardien, ce qui signifiait pour le morpheur que ce n'était probablement pas un allié. Mais ça valait toujours le coup de demander.

« Dites voir. Vous n'avez dépêché aucun autre robot pour nous assister hein ? »
« De quoi vous parlez, Dazh ? »« C'est bien ce qu'il me semblait. »

Sans attendre, le morpheur dirigea le Gardien en direction de cet intrus et atterrit à bonne distance. Dazh échangea un regard avec Mara, puis tous deux entreprirent de se munir des commandes nécessaires pour livrer bataille. Le robot face a eu se tenait toujours immobile. Dazh craignait que les choses traînent en longueur compte tenu que le temps leur était compté. Cependant, le voyageur n'était pas un idiot et scanna l'étrange armure face a eux. Il en était venu à la conclusion que quelqu'un se trouvait à l'intérieur.

Quelqu'un qui avait connaissance de leurs plans depuis le début. Quelqu'un qui n'avait pas cessé de les espionner au profit de leur ennemis. Enfin, quelqu'un qui savait qu'ils seraient là, à ce moment-là. Pour Dazh, c'était d'une logique implacable. Contre toute attente, c'est ce moment que choisit le morpheur pour revenir sur des choses qui lui avaient paru étrange. 

Un peu plus-tôt, au moment de mener à bien le plan de Queoq dans le désert, à savoir  : Attaquer cet immense vaisseau à coup de Shai-hulud, tandis que ce dernier se ravitaillait.
Leurs ennemies avaient pu, bien que précipitamment, lancer leur attaque sur Mirage Space.

Peut-être s'étaient-ils attendus à exécuter un pareil plan après s'être ravitaillé. Après tout, ils ne craignaient personne et il n'y avait aucune urgence. Or, sortir une lune de son orbite pour la propulser en direction d'une station orbitale nécessitait des préparations et cela nécessitait du temps. Sans compter que cela incluait probablement de se positionner correctement en orbite. Ces gens-là n'étaient d'ailleurs pas à leur coup d'essai et c'est pourquoi, Queoq le leur avait bien dit, leurs adversaires avaient été identifié et répertorié en qualité de station orbitale. 

"Ils ont eu le temps d'exécuter leur plan… Quit a abandonner l'idée de se positionner en orbite. Puisqu'on les a prévenu..." 

En effet, quand Messam les avait quitté, au moment de la conception du plan, ce dernier était en réalité partit vendre ses information. Il ne s'était passé que peu de temps entre le moment où ils prirent la responsabilité et la décision d'attaquer ce vaisseau et le moment de l'attaque en lui-même. Alors qui avait pu leur livrer aussi vite ces informations ? Qui les avait précipitamment quittés dans le désert ? 

C'était Messam. A force de réfléchir, Dazh commença à s'embrouiller dans ses pensées. Mais pourtant, le voyageur poursuivit sa réflexion. Au cours d'une discussion avec Listegh, le morpheur avait appris que Queoq et Messam était frère. Il existait entre eux de nombreux différents, mais le fait est que Messam appartenait à la Caste Supérieur et se devait de guider et défendre son peuple. 

Il était dans le bon camp. Était-il réellement capable de les trahir ? Si cette hypothèse était exacte, si un espion était parmi eux depuis le début. Cela expliquait que leurs ennemis soient au courant de leur projet et pourquoi des chasseurs Kiliks avaient survécu au réveil du vers. Tout comme eux, les chasseurs Kiliks survivants s'étaient préparés à ce bouleversement. Et maintenant qu'ils étaient sur le point d'empêcher la destruction de Mirage Space et qu'il leur fallait se mette à l'abri, quelqu'un venait leur faire obstacle. 

« On nous barre la route dans l'espoir de nous contraindre à annuler l'explosion de la lune et de voir Mirage Space détruite… » Finit par conclure le voyageur. 
« Je vois que vous avez fini par tout comprendre… » Ricana Messam, depuis l'intérieur de l'autre robot.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 631
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 400
Renommée: 1382
Honneur: 309
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Dim 24 Avr 2016 - 13:04

Les deux robots avaient une taille comparable, mais si celui des Voyageurs était une masse humanoïde compacte, celui qui se dressait devant eux était bien plus effilé et n'était pas sans rappeler la morphologie des killiks. Il avait en effet une tête un peu allongée, bien que lisse, et d'où sortaient deux longues antenne vers l'arrière. Mara nota avec une grimace que des arcs d'électricité jaillissaient des embouts de ces dernières. Son torse triangulaire ressortait particulièrement vers l'avant et l'enfant devina que le pilote devait se trouver là, dans la mesure où le ventre qui en sortait était assez fin. Son bassin était plutôt avancé, mais ses jambes en trois articulations faisaient écho aux modèles du robot puisque leurs "genoux" partaient assez en arrière. Il n'avait par contre qu'une paire de bras, couverts par de longues épaulières courbées d'aspect vaguement asiatiques. Enfin, il semblait pourvu d'une protubérance vers l'arrière au niveau du bassin, d'où sortaient deux gros canons à l'air aussi affectueux que les fameuses antennes électriques.


Les réacteurs au niveau de ses pieds le maintenaient au dessus du sol malgré l'attraction de la lune, et contrairement à eux, ils ne semblaient pas économiser d'énergie sur ce point. En regardant la structure élancée du robot, ses armes visibles qui semblaient n'être que des armes à distance et ses antennes qui ne semblaient pas particulièrement adaptées au corps à corps, elle devina qu'il allait plutôt essayer de rester loin. Et c'était pas bon, conclut-elle en se mordant les lèvres. Elle n'était pas très bonne pour viser, et tenter de chopper un seul adversaire au loin, sans doute rapide qui plus est, ça allait pas être de la tarte pour ce qu'elle avait. En plus, un coup d’œil aux commandes de Dazh laissait clairement sous-entendre qu'eux étaient plutôt équipés pour tataner efficacement à coups de poings. Mais avec la contrainte de surchauffe de leur machine, se rapprocher suffisamment allait être...

Nerveuse, l'enfant regarda l'état de leur robot, les munitions et l'énergie qui leur restait... Si ça finissait en combat d'endurance à distance, ils allaient se faire rouler dessus. Elle serra un peu plus ses manettes, sentant ses mains moites. Et son réveil qui approchait surement, et le compteur qui défilait toujours... Il leur restait moins de dix minutes maintenant, mais avec un peu de chance, s'ils se réfugiaient sur le Vaisseau, ils ne se prendraient pas l'explosion. Elle sentit ses dents se serrer en entendant la voix de Messam qui continuait:

"C'est simple, je vous fais un ultimatum. Soit vous désactivez cette bombe par vous-même et nous vous laissons partir, vous et ce Shai-Hulud géant. Soit vous résistez, nous vous abattons, et notre équipe de piratage finit ce qu'elle est en train de faire pour annuler l'explosion de vos jouets. Si vous voulez que je vous simplifie le choix: soit vous vivez, soit vous mourrez, mais dans tous les cas on dit au revoir à Mirage Space."

Il avait une voix fière, sans doute satisfait de sa supériorité, mais il gardait son sérieux. Il n'allait sans doute pas faire d'erreur stupide, et ils n'avaient plus le temps de compter la dessus. Mais les deux Voyageurs n'eurent pas besoin d'échanger un regard ou un mot pour s'accorder sur leur choix. Abandonner après tout ce chemin? Partir sans même essayer? C'était même pas envisageable, et l'enfant devinait que ceux d'en face n'en doutaient pas non plus. Cet ultimatum était juste là pour faire genre, le combat était programmé depuis le début. Par contre, la petite activa la communication avec le Vaisseau et lâcha dans un souffle:

"Y a des gens qui essayent de pirater la bombe pour stopper son explosion, mais on peut pas les chercher, là."

"Reçu." répondit Listegh d'une voix un peu brouillée.

La petite déposa son poulpe sur ses genoux, face au clavier qui trônait devant elle. Elle commençait à douter des réflexes qu'elle aurait si elle devait lâcher les joysticks, et pensait qu'il valait mieux qu'elle guide le poulpe quand il fallait arranger les informations affichées ou rediriger l'énergie sur telle ou telle zone du robot. Elle pensa avec un léger rire, aussi léger qu'un souffle, qu'il fallait au moins quatre bras pour gérer cet endroit. Elle sentait qu'une migraine pointait au niveau de sa nuque et perçut un léger tremblement dans ses mains. Elle tenta de se convaincre que c'était l'adrénaline qui circulait dans son corps, et pas sa conscience qui quittait tranquillement Dreamland.

____________

Messam éteignit la communication avec le robot qui leur faisait face. Ses mains inférieures se saisirent des commandes de tir et ses bras supérieurs se posèrent sur deux claviers de part et d'autre de lui. Il soupira pour calmer les frémissements d'excitation qui secouaient ses antennes et demanda à son camarade, assis en dessous:

"Prêt?"

Aucune réponse. Le killik ailé ne s'en indigna pas, baissa les yeux comme s'il pouvait le voir à travers son siège, et il lui dit:

"N'oublie pas que c'est ta meilleure chance de retrouver ton statut. Je sais que l'idée d'un tel massacre ne te plait pas, mais pense plus loin. En rejoignant la haute caste avec un tel acte de bravoure, nous aurons assez d'influence pour changer la ligne directrice de ce peuple. Beaucoup de tête dirigeantes sont tombées avec le crash du vaisseau-mère, il n'y a plus beaucoup d'obstacles pour nous! Malgré tes erreurs passées, je te jure que je te soutiendrais. Pense à l'honneur que tu retrouveras."

Toujours ce silence, mais Messam ne s'inquiétait pas, et conclus avec un sourire:

"Allez mon frère, comme au bon vieux temps."

Qeoq crispa ses mains sur ses manettes, tendu au possible. Il ferma les yeux un instant, pensant à tout ce que cet acte lui permettrait de faire, puis il les rouvrit doucement. Sa détermination pourrait peut-être sembler artificielle, mais elle était là. Il s'en voudrait sans doute plus tard, voire toute sa vie, mais il se convainquit que cette honte le ferait travailler encore plus dur pour le but qu'il avait choisi. D'une voix sombre, le killik blanc répondit:

"Ouais, le bon vieux temps..."

____________

Spoiler:
 



Les deux robots flottaient dans l'espace, proches de la faille d'où étaient sortis les Voyageurs. Il leur fallait attaquer avant que l'adversaire ne s'éloigne trop, et c'était pour ça que Dazh balança direct un coup dans les propulseurs, lançant le Gardien vers leur rival. Mais comme Mara le craignait, ce dernier était particulièrement vif et les esquiva sans difficultés, et il les affubla d'un coup d'antenne contre le dos, électrifiant la machine. Sous le choc, Mara appuya pendant une demi-seconde sur la touche de tir et projeta une rafale contre le sol. Un tremblement la parcourut et quand elle reprit contenance, elle vit que l'autre s'était à présent élevé assez haut. La jeune fille dit à son ami:

"Autant rester au sol, le poursuivre servira à rien, faut essayer de l'attirer..."

C'était une évidence, mais elle avait besoin de la dire. Besoin de se convaincre qu'elle était encore en possession de ses moyens.

Un ballet se mit donc en place, eux au sol, Dazh faisant de son mieux pour esquiver les tirs adverses alors que sa cadette bataillait pour viser, demandant parfois mentalement à son poulpe d'appuyer sur telle ou telle touche du clavier afin d'affiner ou d'élargir la zone couverte par son module de visée. Elle lança une rafale de la main droite, tandis que sa main gauche fit un balayage en forme de cercle au laser, mais rien ne semblait vouloir toucher le killik d'acier qui leur tirait dessus avec une artillerie au moins aussi variée que la leur, dansant avec aisance dans les cieux. Celui qui leur faisait face était clairement expérimenté. La seule chose que l'enfant parvenait à faire était de faire sauter les missiles avant qu'ils ne les atteignent, limitant le travail de son camarade.

Elle avait la gorge sèche et passait sa langue sur ses lèvres quand ses dents acceptaient de se desserrer. Elle avait l'impression de ne voir qu'à travers ces carrés et ces croix qui suivaient la cible mouvante avec toujours un temps de retard, regardant ses traits lumineux s’abîmer dans le vide. C'était rageant, elle ne réussissait rien et sa migraine ne s'arrangeait pas. Elle faisait de son mieux pour ignorer le compteur, comptant sur Dazh pour les mettre à l'abri au moment venu, mais elle ne pouvait pas ignorer ses réserves d'énergie qui diminuaient peu à peu. C'était une évidence, ce robot n'était pas fait pour le combat à distance mais pour les interventions au corps à corps, ils étaient totalement désavantagés dans cette situation! Leur seul point fort était la structure de la machine et son épaisseur, lui permettant de fonctionner malgré les nombreux coups qu'elle recevait.

Soudain, le miracle: au détour d'un tir de laser au pif, elle devina avoir touché la jambe de l'ennemi qui continuait à les canarder. Elle devina que son vol devenait très légèrement moins fluide, et dans un sursaut d'espoir, elle le harcela avec plus de hargne, visant au niveau de sa tête. Leur adversaire d'acier commençait à descendre vers la lune. Il avait besoin d'économiser de l'énergie maintenant? Un peu plus tôt, il se serait élevé à travers les tirs sans la moindre difficulté, comme pour les narguer. Le voyant s'approcher d'un rebord du gouffre, la petite s'avança un peu sur son siège en activant les missiles, explosant violemment la plate-forme qu'il voulait atteindre. Les tremblements d'excitation se mélangeaient à ceux de fatigue dans ses muscles et un sourire de satisfaction tendu se dessina sur son visage. Il avait voulu voler? Bah qu'il vole jusqu'au bout alors!

L'être de métal s'éleva donc mais plus aussi haut qu'avant, comme s'il souhaitait rester à proximité du sol. Et la petite ne laissa pas passer cette occasion, balançant des rafales sans s'économiser sur lui, et poussant un petit sifflement victorieux entre ses dents en voyant l'une des antennes s'éteindre. Dazh semblait aussi voir l'opportunité et il fit voler le Gardien au dessus de la crevasse, alors que la fillette à court de munitions harcelait l'ennemi au laser. Et entre deux tirs avec ce dernier, elle changea brusquement de mode et balança ses grappins vers l'autre. L'un d'eux partit dans le vide mais l'autre se planta dans la queue de l'adversaire alors que ce dernier pivotait légèrement. Elle serrait ses manettes au risque de les tordre avec sa force de Voyageuse, le corps entier tendu au possible, comme si ça pouvait lui permettre de rester à Dreamland un instant de plus. L'une des épaules de leur robot tractait lentement l'adversaire malgré sa résistance tandis que l'autre libéra un dernier laser, tranchant la seconde antenne. Trop concentrée pour crier victoire, refusant toujours de regarder l'état de leur robot ou le temps restant avant l'explosion, la petite relança le second grappin qui s'enfonça dans la jambe de l'ennemi, l'attirant plus facilement.

Ce dernier ne semblait pas prêt à abandonner maintenant et tirait sur eux, détruisant les instruments de tirs de Mara mais échouant à trancher le lien qui le tirait. La contrôleuse continuait à tracter la masse vers eux et dans un souffle épuisé et rauque, comme si elle venait de courir un marathon, elle lâcha à Dazh:

"'Ton tour..."

Les multiples brûlures et écorchures bénignes qu'elle avait accumulé depuis le début de la nuit se faisaient de plus en plus sentir. À cet instant, elle aurait tout donné pour pouvoir profiter d'une nuit calme, sans rêves. Juste du repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Aujourd'hui à 19:13
Revenir en haut Aller en bas

Les lunes de Géonosis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Mirage Space-