Haut
Bas

Partagez|

Les lunes de Géonosis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 557
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Dim 3 Avr 2016 - 18:35


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock



Dazh esquiva un coup, deux coups, trois coups, puis frappa son adversaire au menton. Ce dernier était particulièrement coriace et encaissa le coup. Il recula cependant de quelques pas, bousculant des Kiliks plus petit, avant de revenir à l'assaut. Il avançait vite et Dazh ne chercha à contrecarrer. Il se baissa au dernier moment et renversa son adversaire pour le faire chuter derrière lui. L'ours qui achevait de piétiner un insectoïde saisit ce dernier dans sa gueule avant même qu'il ne touche complètement le sol et l'envoya s'écraser contre le mur du fond, où il reposa inerte.

« MARA ?! IL SE PASSE QUELQUE CHOSE ? » Hurla le morpheur de sa voix caverneuse.

Le voyageur enchaînait les adversaires depuis plusieurs minutes déjà et il était à bout de souffle. L'ours qui le secondait pour barrer la route à leur adversaire et leur faire gagner du temps était lui-même blessé à de multiples endroits. Soudain, la station bascula ou accéléra brutalement. Au bruit que faisait ce dernier, Dazh comprit qu'il s'agissait de moteur stellaire d'une puissance formidable et que de ce fait, cet endroit répondait davantage aux critères d'un vaisseau que d'une station spatial. Mais peu importe. Ce soudain revirement fit basculer le morpheur en direction de la passerelle, et tous tombèrent, jusqu'à se retrouver écraser les uns contre les autres, sur le mur de la sphère. Dazh n'échappa pas à ce sort, sauf que lui se trouvait en haut de la pile. Sans attendre, il se rapprocha de la passerelle qui s'élevait jusqu'à, ce qui était désormais le plafond.

Beaucoup de Kiliks tentèrent de l'entraver, mais ils n'étaient pas en mesure de l'arrêter. Dazh se servit des barreaux de la rambarde comme d'une échelle pour rejoindre Mara et l'ours polaire dans l'abri du pilier. Son ascension fut difficile compte tenu qu'il fut harceler par les insectoïdes encore capable de voler. Quand il arriva enfin, il dut repousser quelques Kiliks qui s'étaient agglutiné à l'entrée. Heureusement, l'ours et Mara était parvenu à les contenir.

Dazh s'intéressa rapidement aux consoles pour comprendre ce qu'il se passait. Les moteurs avaient donné tout ce qu'ils avaient pour rattraper la seconde lune « catapulté » par ce vaisseau, mais les dégâts subit et l'extinction d'une bonne partie des systèmes n'avait permis de stabiliser la direction et dès lors, ils avaient amorcé leur chute en direction de la première lune. Il fallait tenter quelque chose et rapidement. D'abord, Dazh déploya les boucliers. Il avait craint de les avoir endommagés, mais c'était un système trop important pour être détruit de la sorte. L'écran sur sa droite, lui indiquait une capacité des boucliers à 45%. C'était toujours mieux que rien. Enfin, il désactiva la graviter pour leur petit abri uniquement, avant de sceller le poste de pilotage par un blindage supplémentaire. Cette option était apparue dès lors qu'il eut levé les boucliers.

Le vaisseau s'écrasa lourdement dans le désert. Heureusement, les boucliers absorbèrent le gros du choc, mais le vaisseau se désagrégea complètement sur plusieurs dizaines de kilomètres. Dazh, Mara et la créature qui les accompagnait était indemne. L'abri du poste de pilotage avait formidablement bien résisté et l'absence de gravité leur avait permis d'éviter d'être trop chahuté. Enfin, le vaisseau qui avait entreprit, il y a tout juste une heure, de se réapprovisionner, n'avait finalement pas explosé, compte tenu de son trop faible niveau en carburant. Pour cette fois, ils s'en tiraient bien, si l'on peut dire, puisqu'il s'agissait quand même de leur second crash en vaisseau spatial.

Le morpheur et l'ours s'étaient extirpés tant bien que mal de leur abri. Craignant des répliques et d'éventuelles explosions, Dazh avait revêtu sa transformation de cristal. Il frappa encore une dernière fois le panneau de métal qui obstruait le passage et constata qu'ils se trouvaient toujours à une bonne trentaine de mètre de haut, au centre de la salle sphérique. Cette dernière était largement ouverte, mais se trouvait malgré tout au cœur de l'immense épave des étoiles. Il faisait sombre et peu de Kiliks semblaient avoir survécu. Mais les ennuies n'étaient pas encore terminé. La petite lune sortie de son orbite poursuivait sa course jusqu'à Mirage Space…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 626
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 430
Renommée: 1167
Honneur: 214
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Dim 3 Avr 2016 - 21:28
J'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée j'suis désolée !!

Telles furent les seules pensées de Mara quand elle s'agrippait de toute sa force de Voyageuse à la miraculeuse poignée qui l'empêchait d'aller s'effondrer sur le tas de soldats, loin derrière elle. Le haut et le bas n'avaient plus vraiment de sens, elle se retrouvait attirée par un mur et se disait juste que si elle lâchait prise, elle mourrait direct. Ça et les nombreuses alertes qui lui signalaient qu'ils s'approchaient dangereusement vite de la lune. Elle savait qu'elle n'aurait pas dû ignorer les pop up de vérification avant le démarrage...

Elle jeta un coup d’œil "en bas", vers la porte ouverte. Entre l'ours qui s'agrippait à un mur de la salle de commande et Dazh qui escaladait difficilement la plate-forme pour les rejoindre, elle vit que quelques insectes volaient vers elle, luttant contre la gravité. Se concentrant malgré sa terreur, elle envoya des ondes de confiance assez violentes vers ceux qui s'approchaient trop, leur ordonnant de s'éloigner. Ce que les insectes faisaient, bien trop désorientés pour se rappeler de l'importance de leur mission.

Finalement, quand Dazh la rejoignit, elle le laissa tout bidouiller à sa guise, refusant de toucher le moindre bouton de la console. D'ailleurs, quand il créa une apesanteur artificielle, la fillette se roula en boule au milieu de la salle et le regarda faire en restant loin de tout, regardant les écrans avec une méfiance certaine. Elle voyait la distance les séparant de l'obstacle se réduire extrêmement vite, et ça ne l'aidait pas à se détendre. Quand vint le moment du choc, elle se sentit projetée contre l'avant de la salle, mais pas assez violemment pour la blesser, grâce à la gravité artificielle.

Quand elle se redressa enfin, les pieds au sol bien que celui-ci soit encore incliné, elle constata que la salle des commandes avait étonnement bien tenu. Cependant, elle ne résista par à un coup supplémentaire et la force de Dazh parvint à traverser la porte malgré son épaisseur. D'un coup d’œil, Mara vit que l'ours commençait vraiment à fatiguer, et elle s'inquiétait de son état, demandant à l'adulte si c'était vraiment une bonne idée de le garder avec eux, vu qu'il n'allait pas être soigné comme par magie à la prochaine nuit. Enfin, ce n'était que son premier crash de la nuit à lui. Pas comme les deux Voyageurs. Car Mara commençait tranquillement à en être à trois mine de rien. Elle jeta un œil aux quelques brûlures sur ses jambes et aux éraflures sur ses bras, délicats souvenir de ses précédentes escapade hors des lieux des crash. Finalement, observant l'état de sa cape lacérée, brûlée et déchirée, elle décida que ce n'était plus la peine d'insister et dégrafa le col, laissant le vêtement se désintégrer dans une pluie d'étincelles lumineuses. Son petit poulpe s'en plaignit un instant mais il se posa finalement sur son épaule, se tenant à Mara en passant quelques tentacules autour de son cou tel une écharpe.

Grattouillant machinalement la tête du mollusque entre ses cornes, elle suivit Dazh tandis qu'il sortait de la zone de commande. Le paysage était assez impressionnant, des insectes inconscients reposaient partout et la grande salle sphérique était à moitié défoncée, du sable s'accumulant doucement au fond. Parfois, une rafale de vent venait balayer l'intérieur du vaisseau.

Désescaladant difficilement les murs de la grande salle en soutenant l'ursidé, se tenant à chaque éclat, chaque trou ou chaque morceau de structure déformée, ils atteignirent finalement le sable. En levant la tête, Mara se rendit compte qu'ils venaient quand même de haut, la salle de commande devait être à plus de trente mètres du bas de la sphère... Mais ils ne devaient pas non plus perdre trop de temps ici, les grincements qui retentissaient dans la structure n'annonçaient rien de bon. Puis vu le sort du dernier vaisseau qu'ils avaient crashé sur cette lune, Mara avait encore moins envie de rester dans les environs.

Le trio se dépêcha donc de quitter l'enceinte de la fausse station orbital par le trou le plus proche, se trouvant de nouveau sous un soleil assez agressif et un ciel rongé par l'immense planète rouge qu'était Géonosis. La petite porta sa main à son front, regrettant soudain la protection que faisait sa capuche contre le soleil agressif et son reflet sur le sable du désert. C'était elle ou il faisait vraiment plus chaud? Un appel attira cependant son attention, et elle eut une impression de déjà vu en voyant des éclaireurs approcher de leur étrange démarche. L'un deux lança d'un air surpris:

"Vous êtes encore en vie vous? Tant mieux j'imagine, la caravane est plus loin derrière. N'hésitez pas à y aller, les Shai-Hulud évitent la zone, c'est assez safe."

Puis il les dépassa, continuant de courir vers la carcasse du vaisseau. Lui lançant un regard perplexe, Mara haussa les épaules et alla en direction de la carriole qui venait de surgir de derrière une dune. C'était drôle, elle avait l'impression de retourner à l'auberge après un donjon, comme dans un RPG. Quelque part, c'était pas désagréable... Elle entendit soudain l'ours grogner dans un souffle à ses côtés:

*Je suis... fatigué...*

L'enfant ralentit un peu la cadence pour ne pas distancer l'animal épuisé, et lança à Dazh qu'il faudrait vraiment le laisser se reposer dans la caravane. Peut-être que malgré son apparence, la Créature des Rêves n'était pas capable de suivre leur rythme de Voyageur... Il avait quand même reçu des balles et il n'était probablement pas sorti indemne de sa longue charge dans les couloirs... Le crash n'avait sans doute pas été une expérience très agréable pour lui non plus, encore moins que pour eux.

Finalement, quand elle vit que la charrette était assez proche, progressant à un rythme toujours aussi effréné, elle fit de grands signes pour attirer leur attention. Elle avait vraiment envie de s'asseoir... Et puis elle se sentait légèrement déprimée quelque part, et quand elle se rappela pourquoi, cette déprime se trouva multipliée par dix.

Un immense météore de la taille d'une lune fonçait vers Mirage Space, prêt à détruire des milliers de vies. Et elle n'avait rien pu faire. C'était trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 557
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Jeu 7 Avr 2016 - 18:02


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock



La caravane avait rapidement rejoint le lieu du crash, qui s’étendait sur plusieurs kilomètres. Des débris immenses jonchaient le désert et certain était si grand que même un Shai-hulud n’aurait pu les engloutir en une fois. Nul n’aurait pu échapper à un tel spectacle et Dazh s’était même attendu  à rencontrer beaucoup plus d’individus insectoïdes sur les lieux.
Balayant ses réflexions d’un revers de la main, le voyageur entra dans la tente de toile qui évoluait toujours de manière anarchique sur le désert. Ils furent brièvement accueillis par quelques Kiliks qui s’arrêtèrent pour les saluer et les féliciter. Certains agitaient leurs antennes, sans que le jeune Dalreight ne sache ce que cela signifiait. Puis, tous vaquèrent rapidement à leurs occupations.
 
« Ils applaudissent. Comme ces gestes étranges que vous faites avec vos... Mains. » Déclara Queoq, d’une voix que le morpheur trouva plutôt enjouée pour un kiliks.
« C’est pratique. J’imagine. Vous pouvez garder vos mains dans vos poches ! » Lâcha Dazh, dans l’espoir de faire réagir Nessam, qui ne comprit pas.
« Hum. Vous n’avez pas de poche. »
 
Soudain, un insecte à la peau émeraude vint s’agripper a lui. Le morpheur ne le voyait pas bien car ce dernier se trouvait dans son dos. Un peu surpris, Dazh n’entreprit pas de s’esquiver, comme le lui dictait ses réflexes, craignant de blesser ou de vexer les kiliks présents. Queoq qui était face à lui, n’avait pas particulièrement réagit, ce qui lui permis de comprendre qu’il ne s’agissait pas là, d’une agression. Un peu inquiet cependant, le morpheur ne bougea pas et n’essaya pas non plus de se retourner, se soumettant à ce qu’il croyait être une fouille obligatoire. Rapidement, Dazh compris que les gestes de l’insecte n’avait pas pour but de le fouiller, quand ceux-ci devinrent presque intimes.

Tout à coup, le morpheur s’esquiva en rougissant. L’insecte d’un beau vert émeraude s’approcha de lui et Dazh crut alors reconnaitre un caractère féminin dans sa façon d’être et sa façon de se mouvoir. Le morpheur recula jusqu’à rencontrer la toile de tente. Sans attendre, il chercha du regard, l’aide de Queoq qui s’en était allé. La chasseresse paraissait heureuse de les revoir. Ou de le revoir. Ses antennes s’agitaient furieusement, ainsi que ses mandibules. Cette dernière le toucha aves ses bras et le morpheur ne put s’empêcher d’y voir une embrassade.

Il s’échappa finalement en glissant sur le sol et se précipita à l’extérieur en appelant la jeune fille qu’il espérait trouver ici. Il aperçut la voyageuse qui semblait discuter avec cet étrange poulpe. Il arriva vers elle plus vite qu’il ne l’aurait voulu et avait encore les joues rouges, compte tenu de ce qui s’était passé. Il essaya de ne rien laisser paraitre et d’un ton qui se voulait naturel, appela Mara.

« Hey Mara ! Tu ne voudrais pas aller chercher Queoq, qu’on décide de ce qu’on fait à présent ? Je vais l’attendre ici. »

Déjà, le voyageur ne faisait plus attention à Mara, qui s’éloignait probablement, en quête de Queoq. Seul avec lui-même, Dazh tenta de penser à autre chose, mais n’y arriva pas. Quand Queoq arriva en compagnie de la voyageuse, le morpheur sauta sur l’occasion d’aborder le sujet qui les intéressait.

« Bon alors, on a donc une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, c’est qu’il n’est plus nécessaire de s’emmerder à attraper un vers pour détruire votre station orbitale là. » Dazh marqua une pause un instant. Il était évident pour tous qu’en effet, quelque chose était tombé du ciel. Le morpheur ajouta plus doucement. « D’ailleurs, faut revoir votre affaire, parce qu’en réalité, il s’agissait d’un vaisseau. En orbite la plus-part du temps, mais un vaisseau avec des vrais moteurs stellaire. »

« La mauvaise, c’est que les mecs ont eu le temps de sortir une lune de l’orbite de Géonosis pour la précipiter sur Mirage Space. C’est un peu la merde. »
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 626
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 430
Renommée: 1167
Honneur: 214
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Jeu 7 Avr 2016 - 20:42
La caravane s'était arrêtée à proximité, permettant aux Voyageurs de monter plus proprement que la dernière fois, mais la jeune fille préféra rester dehors pendant un moment. S'installant à l'ombre du chariot, regardant l'astre traverser presque lentement le ciel qui lui semblait un peu rouge rouge, elle se murait dans le silence. Elle n'arrivait pas à s'asseoir, comment se reposer alors qu'un truc pareil allait droit vers son but de destruction? Il était à portée de vue, presque à portée de main, et ça dégoûtait Mara de ne rien pouvoir faire. Elle sentit son poulpe lui plaquer affectueusement un tentacule sur la joue, comme pour la consoler, et un sourire triste se dessina sur ses lèvres.

Elle souleva le mollusque de son épaule et le prit délicatement entre ses bras, regardant sa peau molle qui semblait couvertes de tâches et de reflets de près alors qu'elle paraissait unie de loin. Ses petits yeux la fixaient avec insistance, et elle lui renvoya un regard interrogatif, alors qu'il commençait à parler de son air naïf:

*Tu vas pas bien?*

"Nan, ça va, t'inquiète pas." répondit Mara, presque par instinct. Elle aurait adoré se plaindre et être rassurée, mais ça lui semblerait bizarre de se reposer comme ça sur ce qui ressemblait furieusement à un bébé-truc.

*C'est à cause de la grosse étoile rouge que tu vas pas bien?*

La petite jeta un regard surpris à la bête, ne s'attendant pas un instant à ce qu'elle touche juste comme ça, et acquiesça tristement, avant de lever la tête en silence. Son refus de répondre fut cependant interrompu par un tentacule qui attrapa son nez et fit baisser son visage vers la bestiole qui avait l'air très sérieuse en continuant:

*Faut pas aller pas bien à cause d'une grosse étoile rouge! C'est que une grosse étoile rouge!*

"C'est juste qu'elle va faire disparaître plein de gens..." murmura l'enfant avec un sourire désolé, puisant dans ses réserves de tacts pour essayer de lui faire comprendre le problème. "Et j'aurais sans doute pu faire un truc, mais là..."

*Et alors?* lâcha la bestiole, avec une insouciance qui paraissait terrible aux oreilles de la Voyageuse.

Avait-elle aussi été comme ça quand elle était plus petite? À ignorer le malheur des autres, à ne pas comprendre la violence des événements? Elle en doutait, elle avait l'impression d'avoir toujours été plus ou moins sensible aux problèmes des autres. Mais pour le coup, elle ne saurait pas comment elle vivrait la disparition de toute une station comme ça. Elle y avait passé ses dernières nuits, avait vraiment pu l'apprécier, ça allait peser lourd sur sa conscience. Son cœur se serra à cette idée. Elle pensait "disparition". Elle n'arrivait tout simplement pas à appréhender la réalité de la chose. C'était impossible qu'un truc pareil arrive à Dreamland. Inimaginable.

Heureusement, Dazh arriva pour interrompre ses réflexions et elle accepta d'aller chercher l'insecte, sans chercher plus que ça à comprendre le pourquoi de son refus d'y aller lui-même ou de son expression bizarre. Elle se contenta de replacer le poulpe sur son épaule et de rejoindre l'intérieur du chariot. Ne faisant pas vraiment attention à une insecte verte qui semblait partie dans une envolée lyrique devant quelques autres chasseurs, elle chercha directement le blanc du regard, et elle le trouva sur une caisse, à observer bizarrement l'oratrice.

Il détourna cependant rapidement son attention à l'arrivée de l'enfant, et la laissa commencer. Cette dernière se mordilla un peu les lèvres, ne sachant pas vraiment où elle allait, mais elle se contenta finalement de demander tout bêtement:

"Bon... On fait quoi du coup...?"

"À propos de quoi?" demanda-t-il, vaguement désorienté.

"Je sais pas, de tout, de rien... Je sais pas..." soupira l'enfant. "La météorite est partie maintenant, c'est trop tard... du coup, on peut faire quoi, maintenant qu'on est coincé là jusqu'à la fin de la nuit?"

"Oh ça..." émit la Créature, "J'y ai plus ou moins réfléchi, et j'ai peut-être une idée folle. Et puis, un service pour un service, je suis un être de parole, je vais au moins vous en parler."

Il lui indiqua de sortir de la caravane qui devenait légèrement bruyante, acquiesçant quand elle lui demanda à la volée si leur animal de compagnie pouvait rester sur place. Les deux rejoignirent Dazh, et l'insecte prit directement la parole:

"Comme je l'ai dit à la jeune fille, j'ai peut-être une idée folle pour vous aider à résoudre ce problème (il pointa l'astre menaçant d'une main), mais ça risque de demander un sacré courage, une chance phénoménale et une dose d'inconscience non négligeable. Je peux monter une troupe pour vous aider, je vous dois bien ça. Ça vous intéresse?"

Le cœur de Mara rata un battement, alors qu'elle assimilait le fait qu'il y avait encore une chance, quel qu'en soit le prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 557
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Mar 12 Avr 2016 - 17:48


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock



Le vent ramenait sur eux de grande quantité de sable et de poussière à tel point que Dazh ne voyait pas à plus de dix mètres devant lui. Heureusement des montures étranges, très proche du scarabée de classe hercule, leur avait été fournie et leur permettait de progresser sans se perdre. Queoq leur avait également fourni des bures particulièrement adaptée au voyage dans le désert. Ces vêtements larges disposaient de grande capuche et les protégeait également de la chaleur qui régnait dans cette région.
Les deux voyageurs arpentaient le désert en quête d’un espoir fou pour sauver Mirage Space. Un groupe d’éclaireur kiliks volaient en formation étendue afin de les avertir des mouvements des Shai-Hulud, quand bien même leurs montures évoluaient de manière invisible pour les vers. Seulement, la tempête de sable avait balayé les insectoïdes et il n’existait plus nulle trace de leur présence dans le ciel.

Quand les choses se calmèrent enfin et qu’il fut possible pour les deux voyageurs de retirer leur protection, ils étaient seul, au milieu du désert. Les scarabées de classe Hercule continuait d’avancer sans dévier de leur trajectoire et sans se soucier des Kiliks qui avaient disparue. Dazh et Mara échangèrent un regard et sans un mot, ils poursuivirent leur chemin. La route était encore longue, alors le morpheur entreprit de boire un peu, compte tenu de la chaleur et de la sécheresse qui régnait ici, il avait la gorge sèche. Cependant, ses gourdes avait également disparues. Il lui fallait attendre encore une bonne heure avant d’atteindre les plaines rocheuses.


~~ Un peu plus tôt ~~

« […] … ça vous intéresse? »
Dazh et Mara se rapprochèrent, sentant malgré eux, que Queoq allait leur révéler un genre de secret. Le morpheur se rendit soudain compte qu’il s’inquiétait et qu’il s’impliquait réellement dans le sauvetage de Mirage Space. Comme si les évènements de cette nuit, n’était finalement pas qu’une aventure parmi tant d’autre, que les risques étaient bel et bien réels pour Dreamland.
« Avant toute chose, si l’on doit encore partir, vous garderez l’ours cette fois. Et vous le soignerez également. »
« C’est un ours. On ne peux… »
« Aller ! Viens Mara, on va se préparer ! » Dit-il en coupant la parole à Queoq, lui refusant la possibilité de contester. Ce dernier le rattrapa, et saisi le bras du voyageur. Dazh s’était attendu à quelque chose de ce genre, peut-être un geste plus autoritaire que celui qu’il avait, trahissant une volonté de les voir prendre en main, une autre mission.

« Attendez. Vous ignorez ce que j’ai à vous dire. Il y a cette légende… Un vers géant… Vraiment géant. On dit beaucoup de chose à son sujet. Qu’il dévore des mondes, qu’il est le dieu de Géonosis, qu’il dort depuis des millénaires. »
« Où ? »


~~ Présent ~~

Les deux voyageurs arrivaient finalement à destination. Les scarabées de classe Hercule peinaient à s’enfoncer entre les rochers des plaines rocheuse, mais poursuivait leur objectif de les mener jusqu’au fond d’un gigantesque canyon. Il faisait particulièrement frais ici. Dazh était heureux de se retrouver enfin à l’ombre, tandis qu’ils amorçaient une descente laborieuse qui leur aurait été fatale s’ils avaient décidé de s’y prendre seuls. Même le morpheur avec son pouvoir, n’aurait résisté à une telle chute.


Le vent qui s’enfilait dans ce gouffre vertigineux, lui rappellerait le râle d’un monstre gigantesque caché sous la surface de la lune. Cette idée n’était pas sans rappeler au voyageur, la raison de leur venu. Le hurlement du vent couvrait tous les bruits qu’ils pouvaient faire, rendant le dialogue difficile. C’est pourquoi, il n’entendit pas la lance qui vint rebondir contre la falaise, à quelques mètres tout juste de Mara. Cependant, il vit qui venait de les attaquer. Un groupe de kiliks de couleurs émeraude chevauchait des Acklays et se trouvait juste un peu plus haut que leur position actuelle. Quand Mara se retourna pour les observer, les kiliks femelle crièrent à  son intention.

« Nous sommes les disciples de la chasseresse Listeg ! Nous venons prendre la tête de la petite femelle humaine ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 626
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 430
Renommée: 1167
Honneur: 214
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Mer 13 Avr 2016 - 14:58

La jeune fille était agrippée à une déformation de carapace sur le cou de l'insecte, qui faisait plus ou moins l'effet d'une selle. Le vêtement en tissu épais et un peu rugueux n'était pas aussi agréable à porter que sa cape, mais il faisait efficacement son job et en voyant les rafales de sable qui traversaient parfois le ciel, Mara ne regrettait pas d'avoir cette protection. Mais dans la mesure où même l'ajout qui lui servait de capuche ne protégeait pas très efficacement ses yeux, elle préférait garder la tête basse, jetant parfois un coup d’œil devant pour vérifier qu'elle suivait toujours son ami, tandis que son poulpe maintenait depuis l'intérieur sa bure au dessus de son nez.

Le ballottement irrégulier de sa monture ne suffisait pas à casser la monotonie du trajet, mais se concentrer dessus lui vidait efficacement la tête, l'empêchant de penser à sa culpabilité ou au plan fou dans lequel ils étaient en train de partir. "Un ver géant", plus grand que les autres colosses... Monter sur le précédent avait déjà été assez galère, et on leur demander de foncer à pied joints dans la piste noire, alors qu'ils venaient d'apprendre à skier? Elle appréhendait le moment, sachant qu'il n'y aurait pas beaucoup de Créatures potentiellement capable de les aider. Au début du trajet elle avait cru apercevoir de grands oiseaux qui volaient assez loin, mais ils étaient hors de porté de son pouvoir et elle n'était même pas sûre que ce dernier ne soit seulement efficace contre eux.

Au bout d'un moment, Mara commença à sentir que sa monture ralentissait et vit que le paysage avait légèrement changé, remplaçant les dunes lisses par un sol plus plat et irrégulier. Une immense zone sombre zébrait le-dit sol, révélant le trou dans lequel ils allaient devoir descendre, et leurs deux montures s'engagèrent difficilement l'une après l'autre dans un chemin qui ressemblait surtout à une irrégularité de la roche. En tous cas, les pattes des insectes géants semblaient s'adapter au terrain abrupte et ils n'avaient pas l'air spécialement effrayés... Tant mieux pour eux, car ce n'était pas le cas de tout le monde.

La fillette profita de la protection du mur pour abaisser sa capuche. Elle hésita à laisser ses cheveux coincés dedans mais elle avait trop chaud à la nuque pour ça et libéra sa tignasse. Et avant qu'un rafale ne lui revoit toute sa crinière dans la bouche, elle défit le foulard noué autour de son bras et s'en servit pour se faire un mélange de chignon et de queue de cheval un peu bâtard mais solidement maintenu. Ce qu'elle vérifia en secouant énergiquement la tête, constatant la coiffure résistait. Tant mieux.

Mais alors qu'elle reposait ses mains sur sa prise, elle vit un trait fulgurant passer entre elle et Dazh, trait qui rebondit sur le mur avec un pirouette assez impressionnante. Wow, elle aurait pas aimé se la prendre celle-là. Tournant vivement son attention vers l'origine du tir, à savoir un groupe chevauchant des bestioles assez flippantes, elle fut surprise par ce qu'ils -ou visiblement elles- leur cria. C'était pas tant la menace qui la perturbait. Enfin si, un peu, mais ce n'était pas sa priorité. En fait, c'était surtout d'avoir reconnu le nom qu'elles avaient lancé qui la fit se figer. Où est-ce qu'elle l'avait déjà entendu...? Proclamé comme ça, ça avait un petit côté divinité mais elle était sûre de ne pas connaître le Panthéon local, alors comment...? Ça datait sans doute de cette nuit, alors... Oh.

"Hey Dazh, cette Listegh, c'était pas celle qui t'avait envoyé cette lettre d'amour?" lança-t-elle à son compagnon pour demander confirmation.

Mais elle n'entendit pas de réponse puisque les montures de leurs attaquantes n'hésitèrent pas à progresser sur les murs pour rattraper leur retard, tandis qu'une autre lance la frôlait de dangereusement près. Une autre passa non loin, et une autre encore, commençant sensiblement à faire stresser sa monture alors que les voix continuaient à crier derrière elle:

"Abandonnez, toute fuite est vaine! Nous n'échouerons pas dans notre traque!"

Il n'y avait pas dix mille solutions, et les deux Voyageurs l'avaient compris. Les scarabées passèrent à la vitesse supérieur, dévalant presque le chemin, ce qui était loin de plaire à la fillette. Mais bon, entre ça et les lance qui fusaient... D'ailleurs elles en avaient combien là, elles n'étaient jamais à court? Heureusement, sa silhouette plutôt chétive malgré sa large cape faisait rater la quasi totalité des tirs, mais quelques pointes trouaient la toile épaisse et elle reçut quelques éraflures, s'étant décalée trop tard malgré les préventions de son poulpe.

Jetant comme Dazh de fréquents coups d’œil vers leurs poursuivantes, elle vit presque arriver au ralentit le tir fatidique. Celui qui se planta dans la carapace de l'insecte qu'elle montait. Ce dernier émit un cri strident, sa corne se levant haut vers le ciel. Puis sa carapace s'ouvrit brusquement, en faisant jaillir des ailes qui le firent s'envoler à toute vitesse. Mara, agrippée à la base de sa nuque, mit un certain temps à se rendre compte de sa toute nouvelle situation. Juste le temps qu'il fallait pour ouvrir la bouche et se mettre à hurler, alors que le coléoptère zigzaguait dans les airs à toutes vitesse, sans la moindre considération pour sa passagère.

À présent à l'abri des violentes rafales de sables de la surface, l'animal bougeait dans tous les sens avec un énervement certain, rendant impossible de le viser pour les chasseresses qui semblèrent abandonner leur traque pour le moment, ignorant l'autre Voyageur. Et à cette vue, même si Mara se sentit soulagée de voir qu'il était en sécurité, une petite part d'elle ne pouvait pas s'empêcher de remarque que franchement, c'était pas juste. Sur cette pensée, elle sentit aussi sa conscience plus ou moins lui revenir, et elle s'agrippa nerveusement au rênes fixés à la corne du scarabée, tentant difficilement de le diriger. Même s'il n'y avait pas les jets de sable d'en haut, il y avait quand même un vent assez fort qui avait le don de les ballotter dans tous les sens

Tentant le tout pour le tout, elle essaya de lui parler directement, après avoir constaté que son pouvoir était sans effet:

"S'il te plait, du calme! Tu vas me faire tomber, je suis toujours là!"

*Elles vont m'attaquer! Elles m'ont touché! À l'aiiiiiide!*

"Nan, c'est bon!" insista désespérément la petite. "Elles sont parties! T'as rien! S'il te plait, essaye de rejoindre l'autre!"

Elle passa bien quelques minutes à "argumenter" pour convaincre la Créature de se rapprocher de Dazh, mais préféra ne pas le forcer à se poser. Déjà car en effet, les chasseresses avaient tellement disparu qu'elle avait vraiment aucune idée de où elles les attendaient, et elle n'était pas contre l'idée de pouvoir s'enfuir facilement, mais aussi car elle se doutait que l'insecte serait bien trop nerveux pour obéir à ce point. La présence d'un compagnon devrait aider à le rassurer... Mais malgré tout, fallait dire que le vol n'était pas du tout confortable, et elle s'inquiétait un peu de la fatigue de sa monture.

Enfin, ils avaient progressé assez vite dans leur course, et étaient à mi-chemin du fond du canyon. De ce qu'elle pouvait en voir, le bas semblait assez lisse, presque poli malgré quelques rocs qui s'entassaient ici et là après leur chute et des pics qui jaillissaient presque gratuitement. Elle se surprit à se demander s'il s'agissait du sillon laissé par leur fameux ver géant, mais elle en doutait un peu. Par bon sens, sans doute. Elle se contentait plutôt de continuer à chercher Dazh, ne voulant pas prendre le risque de l'attendre seule en bas, en avance.

Mais en tous cas, après réflexion, elle ne serait vraiment pas contre l'idée que son scarabée se pose sur la terre ferme. Elle commençait à avoir légèrement mal au cœur, pour le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 557
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Sam 16 Avr 2016 - 11:07


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock



Tout était plutôt confus dans l’esprit du voyageur. Es ce que la killik qu’il avait repoussé était parmi leur adversaire ? Et quand bien même, il était la cause de leurs ennuies, pour quelles raisons en voulaient-ils à Mara ?

"Hey Dazh, cette Listegh, c'était pas celle qui t'avait envoyé cette lettre d'amour?"
« De quoi es ce que tu parles ?! »

Dazh n’eut guère le temps de s’interroger plus longtemps. Une pluie de lance vint s’abattre sur eux. Ou plutôt, sur la voyageuse.
Les chasseresses de Listeg étaient habiles avec leur lance, compte tenu du vent qui faisait rage dans le canyon. A plusieurs reprises, le morpheur avait cru Mara blessée. Aussitôt, il avait tenté de la rejoindre, mais sa monture semblait peu désireuse d’accélérer son rythme. Au moins, son scarabée ne céda pas à la panique comme ce fut le cas de celui de Mara. Cette dernière s’envola et fut rapidement hors de portée des lances. Cependant, le vent les secouait terriblement et Dazh craignait qu’ils s’écrasent violement contre la paroi rocheuse du canyon. Sauf que le choc ne vint pas. La monture de Mara parvenait à conserver un semblant d’équilibre, mais fut malgré tout emporté par les bourrasques. Mara et lui disparurent en quelques instants.

Aussitôt, le morpheur empoigna les lanières de sa monture et entreprit de s’envoler pour lui porter secours. Mais le scarabée géant n’obéissait plus et avait cessé d’avancer. C’est alors que Dazh s’aperçut que plusieurs acklays les avaient encerclés. Encore une fois, il s’agissait d’insecte géant, proche de menthe-religieuse. Le voyageur les détesta aussitôt. Ces montures étaient plutôt effrayantes et elles avaient le don de le mettre mal à l’aise. Les acklays évoluaient sur ce terrain plus efficacement que le scarabée. C’est pourquoi, avec une facilité déconcertante, deux chasseresses vinrent lui bloquer la route, tandis que trois autres entreprirent de se poster derrière pour lui couper toute retraite. Dazh les observa en silence tout en inspectant les environs à la recherche d’une solution. Mais la seule chose qui lui vint à l’esprit, c’est le fait que Mara était toujours disparue et à mesure que le temps passait, le voyageur craignait qu’il lui arrive quelque chose.

Pendant ce temps, les chasseresses à dos d’acklays se rapprochèrent peu à peu et le menaçait avec des lances. Il fallait comprendre qu’il était hors de question de tenter quoi que ce soit. De toute manière, il était impossible de s’enfuir à moins de se jeter dans le vide. Es ce que le gouffre était aussi profond qu’il en avait l’air ? Soudain, un lasso vint atterrir avec précision sur ces épaules. Une chasseresse derrière lui avait entrepris de l’entraver. Il s’était montrer trop distrait pour s’en rendre compte. Mais alors qu’il se retournait pour comprendre ce qu’il se passait, c’est la chasseresse devant lui qui réitéra l’opération, tirant brusquement sur sa corde pour le déséquilibrer. C’est le moment que choisis le scarabée pour paniquer ce qui aboutit à la chute de Dazh sur le sol dangereusement bancale. Enfin libre, le scarabée s’enfuit en vitesse et personne ne chercha à le retenir.

Dazh s’agrippa fermement à un rocher particulièrement solide et chercha une prise plus ferme afin de s’assurer de ne pas basculer dans le vide. Seulement un troisième lasso vint capturer son bras droit au moment où il le leva et un autre vint se glisser  autours de sa jambe gauche. La situation était des plus précaires. Les kiliks femelles ne cherchaient pas à le tuer, mais de toute évidence elles savaient maîtriser quelqu’un. Cependant, ce n’était pas dans la nature du voyageur de se laisser faire aussi facilement.

Pour la première fois, The Rock entreprit de réagir en tirant violemment sur le lien qui entravait son bras droit après s’être en changer en pierre. La chasseresse fut surprise mais ne lâcha pas la corde. Ce qui lui valut de basculer dans le vide et de disparaître à son tour. Les autres cherchèrent à le maîtriser autant que possible, mais elles étaient incapables de déplacer un poids comme le sien, surtout sur un terrain aussi difficile. Cependant, le voyageur n’avait pas imaginé que leurs montures menthe-religieuses seraient employées pour le trainer. Peu à peu, Dazh perdit du terrain.

Alors, le morpheur adopta une posture dans laquelle il opposa ses deux jambes en direction de la falaise et des chasseresses. Puis, contre toute attente, le voyageur se propulsa dans le vide. Il ne tomba pas très loin, compte tenu que les chasseresses le tenait bien. Mais l’un des acklays fut emporté et parvint de justesse à se rétablir en aval, non loin du voyageur. A cette occasion, une corde céda, libérant un peu plus ses épaules. Aussitôt, le morpheur mobilisa son bras droit et amplifia sa taille afin d’attraper le acklay non loin de lui. Mais la chasseresse sur son dos eut tout le temps nécessaire pour permettre à sa monture d’éviter le coup. Dazh aurait dut s’en douter.

Cependant, il acheva son geste en se saisissant des deux cordes restantes et tira fermement dessus. La résistance n’était plus aussi puissante et il parvint enfin à sans libérer. La chasseresse non loin de lui comprit que la situation n’était plus à leur avantage et ordonna sans attendre à sa monture de rejoindre une position plus en amont. Mais Dazh fut plus vif qu’elle, dès lors qu’il abandonna sa transformation. Les autres chasseresses n’essayèrent pas de le blesser avec leur lance et observèrent impuissante, le morpheur écarter leur amie pour chevaucher l’un de leurs acklays.

C’est ainsi que Dazh disparut à son tour, à dos de menthe-religieuse, en direction du fond du canyon, à la recherche de Mara.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 626
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 430
Renommée: 1167
Honneur: 214
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Sam 16 Avr 2016 - 14:18

La monture de Mara continuait à descendre tandis que cette dernière lançait des coups d’œil réguliers à la falaise malgré le vent. Rien à faire, elle ne retrouvait pas le sentier, et encore moins Dazh ou leurs poursuivantes. Rabattant la tête pour soulager son visage battu par les rafales, remerciant encore le poulpe de maintenir sa capuche, elle se demandait avec appréhension comment tout ceci allait finir. Le sol continuait à se rapprocher, et l'essoufflement du scarabée devenait de plus en plus évident, ça ne devait pas être facile de progresser dans un environnement pareil... Oui, il valait sans doute mieux qu'ils se posent, au moins pour que la Créature reprenne son souffle avant de retourner à la recherche de l'autre Voyageur.

L'immense corne de l'insecte permettait mal de voir le paysage vers l'avant, mais les ballottements de l'air avaient vite fait de donner à la Voyageuse une vue plongeante vers le sol. Qui se rapprochait quand même vachement vite. Et les murs de roche qui les cernaient défilaient aussi assez rapidement, ne donnant qu'un rapide aperçu de leurs irrégularités et des différents niveaux rocheux, ou encore des nombreux trous qui parsemaient sa surface. N'y tenant plus, sentant sa tension monter de plus en plus vite, la fillette hurla à sa monture de ralentir, de se reprendre. Un coup d’œil autour d'elle semblait lui confirmer qu'il n'était pas blessé, au moins pas trop gravement, alors quoi?

Heureusement, l'instinct de survie de la bête sembla reprendre le dessus et le rythme de ses ailes doubla, leur permettant de retrouver un semblant de stabilité et une vitesse plus raisonnable à une douzaine de mètres du sol. Quand elle sentit l'insecte géant se poser à terre, prenant quelques secondes à retrouver un équilibre sur ses pattes, Mara aurait juré qu'il avait soufflé de soulagement en même temps qu'elle. Enfin, autant qu'un coléoptère géant puisse soupirer. Par contre elle eut vite fait de glisser le long de sa carapace, attrapant au passage la lance qui s'y était plantée, afin de retrouver elle aussi du dur sous ses pieds. Elle vacilla un peu sur ses jambes engourdies, s'appuyant sur l'arme, mais quelques échauffements et étirements lui rendirent la pleine possession de ses membres. Par contre, elle sentait qu'elle fatiguait, ses nombreuses petites blessures lui rappelèrent leur présence et elle avait l'impression que ça faisait longtemps que la nuit durait. Mais il ne fallait pas qu'elle se réveille maintenant! Ils devaient réparer leur bourdes! Une petite voix dans sa tête se demanda soudain en quoi ils étaient vraiment responsables des événements mais la fillette refusait de l'écouter, convaincue qu'il y aurait eu un moyen pour que rien de tout ça n'arrive.

Finissant de se dégourdir les épaules, elle se retourna vers de scarabée pour remonter dessus et repartir chercher Dazh, mais il n'était plus là. Surprise un instant par sa soudaine disparition, elle le vit en train de marcher de son pas bizarre vers la caverne la plus proche, avant de s'enfoncer dans l'ombre. La fillette faillit lui courir après mais elle se rappela d'un coup de l'avertissement des kiliks, à propos des vers des sables qui réagissaient au son des pas. Mouais, en même temps le sol était en roche, pas en sable, elle décida qu'elle ne risquait rien. En effet, il y avait plus urgent: sans monture, elle n'allait vraiment pas faire long feu et certainement pas trouver son ami de sitôt. Le rejoignant donc dans sa caverne, elle l'interpella:

"Hey, qu'est-c'que tu fais? Faut remonter chercher les autres!"

Ce à quoi l'animal répondit:

*Nan, je m'en fiche, je suis bien ici, je bouge plus.*

Son ton catégorique fit immédiatement renoncer Mara. Sans le soutient de son pouvoir, elle n'allait certainement pas réussir à convaincre une Créature épuisée et peut-être blessée de sortir de son trou pour lui filer un cou de main. Légèrement penaude, mais au moins convaincue que la monture géante serait capable de s'en sortir seule face à des prédateurs, elle quitta l'antre et retourna à l'air libre, balayant le paysage d'un regard.

Le canyon balayé par le vent ne semblait pas si désolé, à bien y regarder. Quelques touffes avaient l'air de survivre sous les rochers, et de nombreuses cavernes étaient accessibles, en plus du ruisseau qui courait au milieu du couloir géant et du sol où paraissaient des traces, çà et là. Parfait, un environnement hostile. Elle se serait senti en manque, tiens. D'ailleurs, regardant la direction que prenait le gigantesque fossé, quasiment tout droit, elle commença à se demander si c'était pas un sillon laissé par leur fameux vers géant. Et elle frissonna à cette idée. La vache, ce truc était beaucoup trop gros pour sa santé mentale.

Nerveuse, elle leva la tête vers le ciel, espérant vainement voir un point noir en forme de Dazh sur la paroi. Et elle vit une tache noire en forme de mante religieuse géante qui tombait droit vers elle. Trop effrayée pour hurler, elle prit ses jambes à son cou, rejoignant une grotte un peu plus loin que celle du scarabée. Elle avait visiblement encore une chasseresse aux trousses, c'était pas la peine qu'elle mette le pauvre insecte dans la même mouise qu'elle.

Se collant à la parois de la caverne, espérant que la maîtresse du bestiau ne l'avait pas vue fuir, elle déglutit lentement. L'odeur était forte ici, sans doute une tanière. La vache, fallait pas qu'elle reste ici trop longtemps! Mais toutes possibilités de changer de cachette furent réduites à néant avec le choc de l'atterrissage et le crissement de douleur assez grossier lâché par la monture. Argh, comment est-ce qu'elle allait s'en sortir maintenant? Peut-être qu'il y avait des galeries au fond de la caverne, qui lui permettraient de se cacher... Elle doutait clairement que la Créature aux si longues pattes soit capable de rentrer dans ce trou. Elle serrait sa lance entre ses mains, espérant se redonner du courage.

Tournant finalement le dos à la lumière de l'extérieur, elle s'avança vers le noir complet, et commença à-

*À l'assaut!*

Le rugissement fut si brusque, si soudain que l'onde de confiance de Mara jaillit violemment par réflexe, stoppant sur place la meute qui se préparait à se ruer sur elle. Meute qui sembla surprise de ne pas avoir déchiqueté la fillette en quelques secondes, offrant un instant de repris supplémentaire à Mara pour reculer face à la multitude de points lumineux qui lui faisaient face. Comprenant sans doute que l'effet de surprise était fichu, la troupe se mit à avancer doucement vers Mara. Qui constatait que même si elle avait réussit à les stopper, ils étaient encore trop forts pour que son pouvoir soit pleinement efficace. Ouch. Et alors qu'elles quittaient la pénombre, les créatures se révélèrent peu à peu à elle. Elles semblaient hésitantes, comprenant que quelque chose d'anormal venait d'arriver. Tentant le tout pour le tout, Mara lança faiblement, la gorge nouée d'avoir sept-huit trucs visiblement carnivores qui commençaient à la cerner en la zieutant:

"N-n'avancez pas!"

Et aussi étrange que cela puisse paraître, les trucs cessèrent effectivement d'avancer. Mais ils la fixaient toujours aussi étrangement avec leurs deux paires d'yeux. Finalement l'un d'eux grogna, le plus gros:

*Elle n'est pas Nexu, comment peut-elle nous parler?*

De mémoire de Mara, ça n'arrivait pas souvent qu'une Créature ait l'intelligence de se rendre compte du problème. Ce qui ne la mettait pas vraiment en confiance. D'un coup, l'un de ces "Nexus", plus chetif que les autres, s'avança en disant d'une voix vaguement féminine et légèrement chevrotante:

*Peut-être que... la légende? Ceux qui parlaient à notre race... Sont-ils de retour? Est-elle leur messagère pour servir de guide?*

*Tu crois? Comment être sûrs?* le leader de la troupe ne semblait pas en confiance.

*Je ne vois pas d'autres solutions...* argumenta sa sauveuse, *Cela fait de nombreuses générations maintenant, et un tel cas n'a jamais été recensé! Qui voudrais-tu que ce soit d'autre?*

*Oui, maintenant que tu le dis, c'est très possible... Et si c'est le cas, nous n'avons pas le choix. On pacte noue lie à ce serment, nous ne pouvons l'ignorer. Mais je ne peux m'empêcher de douter*

*Écoute,* intervint un autre, presque dans un chuchotement, *On ne peut pas rester dans cette situation, même si elle ne fait pas partie de ce peuple, elle est sans doute notre seul accès vers chez nous, nous n'allons pas rester dehors alors qu'un retour à la civilisation est possible!*

*Tu as raison, il est inutile de douter alors qu'on peu enfin communiquer.*

Mara ne pigeait vraiment plus rien, se retrouvant à présent avec une meute de bestiaux visiblement dangereux qui l'observaient avec une certaine forme de respect. Et qui semblait donc plus civilisées que leur aspect premier ne le laissait penser. Et elle ne sut pas vraiment comment réagir quand le chef de groupe quitta finalement les autres pour s'avancer jusqu'à elle, s'inclinant à terre en lui indiquant de monter sur son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 557
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Sam 16 Avr 2016 - 16:57


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock



Sa nouvelle monture évoluait dans le canyon comme personne. Elle était rapide, agile et semblait inépuisable. Mais compte tenu du peu de lumière qui gagnait l’intérieur du gouffre, le morpheur ne comprit pas immédiatement qu’en réalité, ils tournaient en rond. Pourtant, l’animal n’était pas idiot. Quelques temps plus-tôt, il avait participé aux efforts des chasseresses pour le capturer et, Dazh en était persuadé, il n’obéissait pas à un ordre de la part de ses maîtres. Si l’idée germa dans l’esprit du morpheur, il en fut complètement convaincu quand il croisa à nouveau le groupe de chasseresse. Le voyageur n’arrivait pas à y croire. « Oh putain de saloperie de bestiole. »

Dazh entreprit de freiner immédiatement et même de faire demi-tour en tirant sur les commandes de l’acklay, mais ce dernier résista, ce qui eut pour effet que l’insecte géant dérapa maladroitement, avant tomber dans le vide.
Il réussit néanmoins à se rétablir rapidement, quelques mètres plus bas. Mais il n’était plus question de le laisser faire ce qu’il voulait. Dazh prit les choses en mains et changea ses deux bras tandis que l’acklay s’obstinait à foncer dans n’importe quelle direction.

« Hey ! On descend, MAIN-TE-NANT ! » Cria le morpheur en le frappant de ses deux poings. L’animal ralentit sa course comme s’il avait été un peu sonné. Mais Dazh avait bien fait attention à ne pas l’achever. De toute manière, il n’aurait guère eut la force d’éclater un crâne aussi solide.

Dès lors, la descente vers le fond du Canyon fut bien plus rapide. Voyager à dos d’acklays, n’était peut-être pas formidable dans un désert. Et puis, ils n’avaient pas le sens de l’orientation, surtout au cœur d’une tempête de sable. Mais le canyon de la lune de Géonosis était de loin, leur milieu de prédilection. Même dans le noir, ils avançaient si vite que les yeux de Dazh n’eurent pas le temps de s’habituer à la pénombre que déjà, ils avaient fait la moitié du chemin.

Soudain, le morpheur entendit des cris derrière lui. C’est alors qu’il se rendit compte que le vent avait cessé de hurler. Sa monture connaissait son affaire, aussi prit-il le risque de se retourner. Il ne fut pas surpris d’apprendre que les chasseresses l’avait suivis. Aucune n’essaya de lui lancer de lances ce qui lui sembla un peu étrange. Peut-être se réservaient-elles pour la tête de Mara. A cette idée, le morpheur voulu faire face aux chasseresses pour les neutraliser. Mais ce n’était pas une bonne idée. Pas maintenant. Aussi, il se contenta d’imaginer un plan pour les ralentir. Était-il raisonnable d’envisager un éboulement ? En temps normal, il aurait peut-être envisagé sérieusement la chose, mais Mara pouvait être n’importe où.

C’est alors que le voyageur aperçut le sol. Le vrai. Un sol dur et plat. Ils étaient encore à une vingtaine de mètre de hauteur, mais le morpheur prit la décision d’orienter sa monture dans cette direction, sans passer par la case départ, sans gagner 20.000 Evs. L’acklay se réceptionna merveilleusement bien. Mais il s’effondra finalement sous le poids du voyageur. Dazh doutait que ce soit d’épuisement, sa monture était robuste. Cependant, il fallait avouer qu’il ne faisait pas le même poids qu’un killik et ça pouvait être déstabilisant. Sans doute.
Les chasseresses n’allaient pas tarder à le rejoindre. Afin de s’en débarrasser, il devait trouver un moyen de se cacher. Heureusement, le morpheur avait eu l’occasion d’apercevoir de nombreuses cavernes. Et en effet, il ne tarda pas à en trouver quelques-unes. Plus effrayé qu’il n’aurait voulu l’admettre, Dazh prit ses jambes à son cou, rejoignant une grotte toute proche, dans laquelle il débusqua un scarabée. L’un de ceux qui les avait menés jusqu’ici.

« Ah ! Te voilà ! »

De surprise, l’invocateur avait pris la parole. Ces quelques mots résonnèrent dans la grotte, ce qui amena le voyageur à prendre une décision. Il ne devait pas se contenter de se cacher, il devait avancer. Le plus silencieusement possible, Dazh grimpa sur le scarabée et s’enfonça un peu plus loin dans la caverne. Puis c’est alors qu’il se souvent de Mara. Et si elle passait par là ? Après tout, lui et le scarabée était parvenu a gagner cet endroit. Alors, le morpheur se saisit d’une pierre et se contenta de graver une flèche dans la paroi rocheuse et d’y ajouter une lettre. Un grand « D ».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 626
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 430
Renommée: 1167
Honneur: 214
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Sam 16 Avr 2016 - 18:07

"Mais attendez, j'ai un ami qui doit me chercher!"

La troupe se figea, alors qu'elle s'enfonçait dans l'ombre du fond de la grotte, ombre dans laquelle Mara commençait un peu à discerner des formes. Les nexus échangèrent des regards visiblement hésitants, et celui qu'elle montait lui demanda nerveusement:

*Un ami? Quelqu'un de ton peuple?*

"Heu... en... quelques sortes?"

Mara hésitait à leur dire la vérité, qu'il se trompaient sans doute sur sa personne, mais elle avait peur de leur réaction. Alors qu'ils discutaient pour savoir si ça valait la peine d'aller le chercher, quitte à mettre en danger celle qu'ils avaient récupéré, Mara aussi pesait le pour et le contre. Il valait peut-être mieux dire la vérité maintenant, si le fait qu'elle ne fasse finalement pas partie de ce peuple avait des conséquences plus tard, elle n'avait pas envie de se retrouver entourée par une troupe énervée par son mensonge. Et puis certains semblaient même accorder plus d'importance au fait qu'elle leur parlait qu'à sa possible hérédité, donc bon. Alors que les carnivores semblaient vouloir se séparer en deux groupes, la fillette inspira un grand coup et lâcha:

"Écoutez, j'crois que j'suis pas celle que vous croyez."

Une tripotés d'yeux lumineux se tournèrent vers elle, perplexes. La pénombre ne la mettait pas vraiment en confiance, et elle devait se retenir de tripoter le pelage de celui qu'elle chevauchait. Face à leur attente d'explications, elle marmonna:

"En fait, j'vois pas trop de quel peuple vous parlez... J'suis plus ou moins une Voyageuse, si vous voyez ce que je veux dire... et du coup, c'est mon pouvoir qui..."

Un silence assez pesant se mit un place, simplement coupé par une rafale qui rugissait en frôlant l'entrée de la caverne. Finalement, la vieille nexu ouvrit la gueule, et lança d'un ton menaçant:

*Toi... tu-*

*Non!* la coupa le troisième qui était déjà intervenu. *Son peuple n'a pas d'importance, la légende parle bien de "ceux qui nous parlent", pour la simple et bonne raison que c'est tout ce qui importe!*

*C'est vrai,* lâcha sombrement le leader.*Nea, je sais que tu es accrochée aux traditions, mais notre confort vaut plus que d’hypothétiques visiteurs issus d'une race sans doute éteinte, reconnais-le.*

la fameuse Nea feula, apparemment sans réellement savoir comment répondre, d'autant plus que le premier renchérit:

*Nous avons juste besoin d'un humanoïde pour comprendre ce que l'on dit, pour nous assister. Sa race n'a pas d'importance!*

*Alors c'est ainsi,* lâcha la femelle d'un ton glacial. *Vous êtes prêts à rejeter sans le moindre remord un serment ancestral? Et quand vous serez dans votre "confort", comme tu aimes à le dire, comment pourront-ils nous retrouver? Mmh? Tu va abandonner des membres du clan en arrière pour pouvoir les accueillir?*

*Bien sûr que non, il est hors de question de laisser des membres derrière.* Sa voix semblait indiquer qu'il réfléchissait, et il poursuivit avec plus d'assurance: *Vraiment, il vaut mieux que nous rejoignions l'Enceinte. Penses-y Nea, tu es intelligente mais tu es aveuglée par cette tradition! Une fois là-bas, nous serons bien équipés, nous pourrons envoyer un signal à leur attention, nous serons bien plus repérables qu'ici, dans une grotte misérable!*

*Voire mieux, nous pourrions-même aller nous-même à leur recherche!* s'enthousiasma le troisième.

*Cesse Nocclo,* fit la vielle avec énervement à son adresse.*Tu es trop jeune, la précipitation brouille ton jugement.*

*Il est jeune mais il est aussi chef de traque, Nea, il a totalement son mot à dire.* Et tandis que son interlocutrice semblait sur le point de rétorquer quelque chose, il la coupa: *Nous n'avons pas de temps à perdre, nous trouverons une solution sur place, mais il faut profiter de notre chance. Je te demande de nous accompagner, tu es celle qui connait le mieux la marche à suivre pour y accéder*

Nea siffla longuement, visiblement contrariée, et Mara nota de son perchoir que les autres ne l'observaient pas d'un air moqueur, mais respectueux. Et ils avaient sans doute raison, il était probable que ce fut ce pourquoi elle accepta finalement, avec aigreur:

*Soit, mais faites vite alors, vu l'état de cette Voyageuse, je doute que sa nuit ne dure encore longtemps.*

Et alors que celui qu'elle montait lança un "Allons-y!" décidé, Mara réunit son courage pour demander timidement:

"Euh... Et pour mon ami...?"

Sa monture tourna la tête vers elle, courant à la suite de Nea vers des boyaux sombres, et lui demanda brièvement:

*C'est un Voyageur?*

"Euh... oui?"

*Il pourra nous comprendre?*

"... Pas directement, mais je-"

*Nous n'avons pas de temps à perdre pour lui, ni l'intention de te perdre pour rien, il survivra très bien tout seul s'il a tenu jusqu'ici.*

C'était un ton sans appel, et la fillette se mordit les lèvres, priant pour que Dazh s'en soit sorti avec les chasseresses, et qu'il aille bien. Car pour l'instant, presque allongée sur l'étrange créature, avec son éternel poulpe comme seule compagnie de confiance, il commençait à lui manquer pas mal. Et pour l'instant, la meute s'enfonçait dans un tunnel sans bifurcations, pas en ligne droite mais visiblement bien connu de ses nouveaux compagnons qui le suivaient sans la moindre hésitation dans un silence quasi-parfait, alors qu'elle-même ne voyait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 557
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Sam 16 Avr 2016 - 21:30


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock



L’exploration des cavernes ne lui permit pas de retrouver Mara, cependant les chasseresses n’était plus à sa poursuite. Ces dernières n’avaient pas suivis le chemin qu’il avait décidé d’emprunter et même si elles l’avaient fait, le morpheur leur avait réservé une énigme que Mara était seule disposée à résoudre. En effet, des flèches permettaient de le suivre, ce qui aurait également permis aux chasseresses de le retrouver, cependant, le morpheur avait pris soins de tracer des flèches qui ne menaient nulle part. Aucune lettre n’était attribuée à ces flèches. Seul le parcours du « D » était le bon. Comme Mara était la seule à connaître leur alphabet, elle pourrait en déduire qu’il s’agisse de son prénom ou peut-être son nom de famille. Ainsi le morpheur espérait qu’elle le retrouve.

Dazh et le scarabée, qu’il avait reconnu comme étant celui de Mara, arpentait les cavernes encore et encore. Rapidement, il constata que chacune des grottes étaient reliée à trois autres cavernes et de ce fait, il essaya de définir une logique dans sa façon de se déplacer. De temps à autre, il découvrait un squelette, vestige de killiks perdu dans ce dédale. En apparence, cet endroit n’était pas aussi dangereux qu’il l’était en réalité. Cependant, des rugissements lui parvenaient parfois d’une grotte avoisinante. Dazh ne pouvait se résoudre à aller voir. Ce rugissement avait le don de l’effrayer. En réalité, c’était davantage le fait de ne pas savoir. Ne pas savoir où. Ne pas savoir quoi. Alors, malgré les apparences, Dazh savait cet endroit dangereux.

Le monstre des Strates, comme il l’appelait, n’était jamais très loin de lui. Malgré tout, le morpheur avançait encore et encore. Jusqu’au moment où l’air se fit plus frais et moins rance. Curieux, le morpheur avança jusqu’à rencontrer un précipice. Le scarabée avançait avec tant d’assurance que le trou béant les surprit tous les deux. Heureusement, ils purent rejoindre, en volant, la grotte qui les avait vus basculer dans un vide qui s'enfonçait loin dans les entrailles de la lune. Dazh prit note qu’un précipice était annoncé par un appel d’air comme celui qu’il avait ressenti un peu plus tôt.

Mais autre chose avait le don d’inquiéter le voyageur. Dans cet environnement nocturne vivaient des chauves-souris, qui étaient également d’une taille impressionnante. L’écosystème sur cette lune était vraiment très surprenant, mais le morpheur commençait à s’habituer à ce genre de surprise. A l’instar du monstre des strates et des précipices, Dazh était parvenu à deviner la présence des chauves-souris en tendant l’oreille. Ainsi, il n’en rencontra que très peu. Malgré tous ses dangers, il existait encore un risque que le voyageur n’avait pas prévu.

Malgré tous ses efforts pour échapper aux chasseresses, il finit par les retrouver. Et ces dernières avaient entrepris de poser des pièges. Il ne manquait plus que ça. Heureusement, ses pièges n’étaient pas mortels. Encore une fois, elles avaient seulement l’intention de le capturer. Et de tuer Mara si elle se faisait prendre. Le fait de penser à elle permis au morpheur de se remotiver à avancer malgré les risques. Compte tenu de tout ce temps passer à déambuler dans ce labyrinthe, Dazh en était venu à réfléchir quant à ce qui s’était passer avec cette fameuse lysteg.. ? Comment c’était son nom déjà…

Toujours est-il que Mara l’avait mis sur une piste. Elle avait évoqué une lettre d’amour. Ca expliquait beaucoup de chose, malgré que le voyageur imaginait mal la chose. Il n’avait vraisemblablement aucune attirance pour le genre Killiks et cette Chasseresse cherchait à se venger sur la seule femelle de son espèce.


« Hey Gros-Nez ! Tu n’as pas un genre de super odorat pour retrouver Mara ? »

Pour toute réponse, le scarabée se contenta de remuer, comme s’il n’éprouvait aucun intérêt pour ce qu’il venait dire. Ou comme s’il ne comprenait pas.

« T’es vexé ? Je sais bien que c’est une corne. Je demandais au cas-où. »

Soudain, la corne en question entreprit de battre l’air comme un chien l’aurait fait avec sa queue dans un moment de joie. Seulement, le voyageur doutait que Gros-Nez fusse particulièrement heureux. Dans la pièce d’à côté, un rugissement venait de retentir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 626
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 430
Renommée: 1167
Honneur: 214
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Dim 17 Avr 2016 - 0:29
La troupe filait dans le boyau de roche plongé dans le noir. La jeune fille était légèrement remuée par la course de sa monture, mais les mouvements souples de ce dernier ne rendait pas le moment aussi désagréable qu'avec le scarabée. Les pas des nexus étaient en tous cas d'une discrétion exemplaire, Mara avait l'impression de ne percevoir que le bruit de sa propre respiration. Elle n'était pas surprise de ne pas les avoir entendu arriver dans l'autre grotte. À propos de grotte, elle se demandait où était la chasseresse qui avait atterrit plus tôt. La Voyageuse se crispa et raffermit sa prise sur les poils de la bête en pensant à elle. Au moins, pour l'instant, elle se sentait hors de portée et en direction d'un lieu inconnu. Pourvu que Dazh aille bien. Elle eut une autre réflexion crispée en pensant au météore qui volait vers Mirage Space, mais elle se doutait que les nexus ne la laisseraient pas partir. Au moins, s'ils connaissaient le coin... D'une voix qui résonna plus qu'elle ne l'aurait pensé, elle lança un:

"Hey, j'ai une ques-"

Qui fut interrompu par un sifflement inquiet venant de derrière elle, de... Nocclo, non?

*Silence, tu vas attirer l'attention du Gardien!*

Il semblait bien plus sérieux et mature que lors de leurs discussions précédente. Jetant un coup d’œil inquiet vers son expression nerveuse et agacée, elle se pencha vers celui qu'elle montait et chuchota le plus bas possible:

"Dites... Vous savez s'il y a un ver vraiment géant par ici...?"

Le leader lui jeta un rapide coup d’œil, comme surpris par sa question, et murmura encore plus doucement;

*Plus grand que des Shai Hulud, tu veux dire? Non pas ici.*

Cette réponse glaça Mara, tant elle semblait sincère. Il n'y avait pas de ver géant ici. Le canyon devait vraiment être un ancien sillon, ils n'étaient pas au bon endroit. Ses petits poings se serrèrent encore plus. Ils n'avaient plus le temps, c'était trop tard. Son front s'abaissa jusqu'à reposer sur la croupe de l'animal. Il n'y avait rien qu'ils puissent faire. Rien du tout. Sa gorge se nouait à cette idée, et elle se força à déglutir péniblement. Cette nuit ne semblait être qu'une alternance de sursauts d'espoirs et de désillusions... Au moins, ces Créatures semblaient avoir besoin de son aide, mais elle aurait Mirage Space sur la conscience. Les yeux grands ouverts dans la pénombre où commençaient à se dessiner des formes, elle se demandait si elle arriverait à vivre avec ça... Peut-être que Mirage Space finirait par se reconstruire, soutenue par les Rêveurs? Où que d'autres Voyageurs plus forts qu'elle réussiraient à stopper l'astre in extremis? Ce n'était sans doute pas la première fois que la station devait être menacée, et il n'y avait sans doute pas toujours eu de Voyageurs puissants pour la sauver. Oui, peut-être qu'au final, elle dramatisait pour rien. Après tout, on ne parlait que de la disparition de dizaines de milliers de Créatures, d'autres viendraient les remplacer... Même si elle ne la pensait pas, qu'une telle phrase vienne ainsi à elle tripla le volume de ce qui lui nouait la gorge.

*Nold, il s'est réveillé!*

La monture dressa ses oreilles à l'appel du nom, attirant l'attention la petite. Toute la meute se figea, faisant encore moins de bruit si c'était possible. Celui qui avait parlé était un nexu légèrement effilé, sans doute un éclaireur, mais dont le pelage dressé témoignait de l'intense nervosité. Toutes les Créatures semblaient à l’affût, tendant l'oreille au point que Mara retint sa respiration, de peur de les perturber. Elle n'entendait rien, strictement rien, mais un frisson parcourut la troupe à la même seconde, et elle vit des regard s'échanger. Quelqu'un se demanda à voix basse qui avait eut l'imprudence de le réveiller. La fillette hésita à demander des détails, se doutant qu'il devait s'agir du fameux "Gardien", mais elle n'était pas sûre que quiconque accepte de répondre à ses questions. Ils semblaient plutôt pressés à l'idée de s'éloigner le plus vite et le plus discrètement possible.

La meute accéléra donc le rythme, toujours aussi silencieuse mais clairement moins confortable pour la passagère du leader. La fille sentait d'ailleurs que la pénombre était de moins en moins omniprésente. Pourtant ils avaient l'air loin sous terre, d'où venait cette lumière? La réponse lui vint quand ils croisèrent sans s'arrêter un cristal légèrement brillant, diffusant un sorte de pâleur bleutée. Et ces cristaux étaient de plus en plus réguliers et nombreux, alors que les nexus avaient l'air de plus en plus nerveux, murés dans leur mutisme. Et elle en comprit la cause quand elle aussi, elle entendit un profond grondement qui fit légèrement trembler les parois, se propageant dans le couloir avec un écho macabre, jusque dans les os de la fillette. Ok, maintenant elle aussi, elle ne voulait pas faire le moindre bruit.

La meute courrait toujours en file indienne dans le couloir de plus en plus lumineux, et elle émergea finalement dans une salle aux murs couverts de cristaux, si brillante que Mara en ferma brusquement les yeux. Et un bruit rauque monta jusqu'à elle, la forçant à en regarder l'origine. Et elle faillit glapir de peur: la troupe filait à présent le long d'un pont de pierre relativement étroit, et au loin, vers le bas, une forme gigantesque remuait. Et un nouveau grondement monta, si fort, si intense qu'il coupa la respiration de l'enfant. Depuis qu'elle était sur cette lune, la fillette n'arrivait pas à discerner les auras. Mais elle savait que le simple fait de ne pas comprendre les mots d'une Créature était la meilleure preuve que la-dite Créature était trop forte pour elle. Ça, plus la taille, plus le bruit, plus la tension de la meute qui l'accompagnait. Ainsi que son instinct de survie, qui avait décidé d'agir exactement comme les autres, donc avec le plus grand des silences.

Finalement, les nexus rejoignirent l'autre côté du pont, s'engouffrant dans un nouveau couloir, courant si vite que leur essoufflement commençait à se percevoir. Il continuèrent cette course pendant un moment, passant par des salles éclairées par des cristaux de couleurs différentes, ignorant quelques croisements, suivant un certain chemin avec assurance.

Finalement, ils ralentirent progressivement jusqu'à marcher dans un couloir qui s'élargissait, pénétrant dans une grotte particulièrement grande. Et s'ils sortaient d'une paroi rocheuse et naturelle, percée d'autres tunnels, le mur d'en face était anormalement lisse, et orné de ce qui ressemblait clairement à un immense écran éteint. Nold, le meneur, s'adressa à elle d'un ton rendu légèrement rauque par l'effort:

*Descend donc, on est arrivés.*

Voyant qu'il empruntait un ton plutôt normal, la fillette n'y tint plus et demanda en se glissant au sol:

"Mais c'était quoi ce truc? C'était le "Gardien"?"

Le chef acquiesça mais se fut la vielle femelle qui répondit:

*Une entité mécanique, supposée protéger l'Enceinte des intrus, mais elle ne nous reconnait même plus. Elle est devenue plus ou moins indépendante. Il sera sans doute possible de la restaurer en ayant accès aux commandes.*

Se tournant vers l'immense écran, Mara déglutit un peu et posa l'autre question fatidique, s'attendant au pire:

"Et... pourquoi avoir besoin d'un humain...?"

*C'est simple...* Nold se leva et s'approcha doucement d'elle, levant sa patte armée de redoutables griffes, ses yeux plantés dans les siens, tandis que le reste de la troupe formait un cercle autour d'eux. *Nos coussinets ne sont pas tactiles, on n'arrive pas à ouvrir la porte.*

Un silence se fit. Mais il fut vite interrompu, lorsqu'un bruit percutant jaillit de l'un des autres tunnels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 557
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Dim 17 Avr 2016 - 12:46


Les Lunes de Geonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock



Malgré sa stratégie pour éviter les dangers, le morpheur se retrouva dans une impasse. Devant lui se trouvait une grotte comportant un précipice. S’il se dirigeait vers la caverne sur sa droite, il rencontrerait forcément le groupe de chasseresse. Enfin, s’il faisait demi-tour, c’était le monstre des strates qui allait lui mettre la main dessus. Le morpheur n’hésita pas longtemps. Il leur fallait s’envoler par le précipice. Cependant, ça impliquait d’abandonner le parcours fléché. Mara n’aurait aucune chance de le suivre sans pouvoir voler.
Tant pis. De toute façon, rien ne l’empêchait de revenir une fois le danger passer. Cependant, Gros-Nez refusait d’avancer. Dazh tenta de le faire bouger comme il aurait fait un cheval, mais en vain. Le scarabée avait vu les chasseresses et la peur le tétanisait. Un autre rugissement retentit. Plus près cette fois. Le monstre serait là d’une seconde à l’autre et Gros-Nez s’obstinait à rester sur place. Encore une fois, tant pis. Dazh ne pouvait se résoudre à rester sans rien faire.

Quand le monstre des strates entra, il ne trouva rien d’autre qu’un scarabée de classe hercule effrayé. L’animal entendit des rouages mécaniques et entreprit de se retourner, craignant que d’autres chasseresses apparaissent. Mais ce n’était pas des chasseresses. Gros-Nez ignora superbement le monstre tandis que celui-ci approchait. Dazh s’attendait déjà à un spectacle des plus horribles. Tout compte fait, il s’était attaché à l’animal et avait du mal à l’abandonner. Mais nul doute que le monstre ne ferait qu’une bouché de lui, s’il sortait de sa cachette. Alors, le voyageur ne bougea pas. Les pas du monstre des strates se répercutaient dans la caverne, tandis que le morpheur attendait l’inévitable.

Mais après plusieurs minutes, où il ne se passa rien, Dazh sortie finalement de sa cachette. Il avait mal au bras mais l’exercice n’avait pas été trop difficile. A défaut de trouver un endroit où se dissimuler, le voyageur s’était laisser pendre dans le vide, et avait attendu que le monstre s’en aille. Et le monstre avait finalement disparu. Gros-Nez était toujours là, plutôt serein, maintenant que les chasseresses avaient fuient le monstre. Comme si de rien n’était, le voyageur s’avança en direction de la grotte où il avait vu les chasseresses avant de graver une nouvelle flèche comportant la lettre « D ». Son poursuivant avait déclenché les pièges qui lui étaient destiné sans qu’aucuns ne parviennent à l’entraver. Dazh se permit de ramasser une corde qui gisait sur le sol, en pensant que cela pourrait lui être utile plus-tard.

Puis c’est alors que lui vint l’idée de descendre au fond du précipice. Quand il avait demandé à Queoq où se trouvait le vers, ce dernier ne lui avait donné qu’une vague explication. Le titan serait endormi au cœur de la Lune. D’autres disaient qu’il était la lune, ce qui n’avait pas beaucoup de sens. Mais toujours est-il que si ce titan existait bel et bien, il devait être bien dissimulé, profondément sous terre. Cependant, l’obscurité était total en bas. Et puis, en aucun cas Mara n’aurait choisis une telle direction et la priorité était de la retrouver. Sauf qu’en réalité, malgré toute l’affection qu’il avait développée pour la jeune fille, elle n’était pas la priorité. En tête de liste se trouvait Mirage Space et le titan était le seul capable de sauver la station.

Contre toute attente, le rugissement du monstre résonna à nouveau. Il était loin cette fois. Mais ce cri était différent. De plus, d’autres hurlements parvinrent aux oreilles du voyageur. A n’en pas douter, les chasseresses combattait le monstre des strates. Alors, son sang ne fit qu’un tour. L’appel d’une telle bataille balaya tous les doutes et toutes les inquiétudes qu’il nourrissait en lui depuis qu’il était entré dans ce dédale de pierre. Il fallait qu’il aille voir ce qu’il se passait.

"On y va !"

Sans attendre, il bondit sur le dos de Gros-Nez et lui ordonna d’avancer. Sa résolution était tel que le scarabée se mit en marche sans protester, filant à travers les cavernes, jusqu’à trouver l’endroit où se battait le monstre. Il se surprit à penser que s’il ne marquait pas son passage par des flèches, la jeune fille ne le trouverait jamais. Cependant, si elle avait vu les flèches, elle serait sans doute, déjà ici. Rapidement, ils se rapprochèrent du combat qui faisait toujours rage. Le scarabée avait véritablement un don pour s’orienter, même dans le noir.
De toute évidence, les chasseresses avaient obtenu des renforts depuis le moment où il les avait quittés, au sommet du canyon. Les corps de celles qui reposait sans vie dans la caverne dépassait le nombre de kiliks qui s’en était pris à eux un peu plus-tôt. Le morpheur ne s’arrêta pas et pénétra la caverne suivante où d’autres victimes étaient à déplorer. Là encore, le morpheur ignora les morts pour aller à la rencontre du monstre. S’il y avait une explication qui le poussait à agir, le voyageur ignorait laquelle. Les ennemies de mes ennemies sont mes amis ? Non… oui... ? Cette notion alliée à ses valeurs qui consiste à défendre les faibles ? Peut-être… Toujours est-il que Dazh prit la décision d’aider les Kiliks, sans qu’il n’y accorde la moindre réflexion. C’était quelques choses d’instinctif. Et puis, il aurait sans doute trouvé des idées allant dans ce sens s’il avait pris la peine d’y songer sérieusement. Mais dans le feu de l’action, Dazh ne réfléchissait pas toujours.

Le monstre des strates n’avait rien d’une créature. Le rouage mécanique qu’il avait entendu un peu plus-tôt avait trahi le secret du Gardien. Le golem d’acier était très grand et avait un design qui évoquait une technologie futuriste. Les lances des Kiliks ne parvenaient même pas à entamer sa protection de métal. Les chasseresses restantes, une dizaine au maximum, étaient retranchées dans une caverne qui donnait sur un précipice. Curieux hasard. Dazh était déjà passé par là, et il n’y avait pas de précipice. D’ailleurs, une flèche était gravé sur une façade de la caverne actuellement inaccessible par le sol. Le voyageur se promit de résoudre ce mystère plus-tard.

Dans l’immédiat, il fallait intervenir pour sauver la vie des chasseresses. Et dans l’urgence, Dazh ne trouva rien d’autre que d’abattre ses deux bras de Quarz dans le flanc droit du golem. Il n’entama pas non plus sa protection, mais le choc eut le mérite de le déséquilibrer quelque peu. Le gardien se retourna et sembla prendre le temps d’identifier le voyageur. Quand ce dernier fut confirmé comme étant une cible, le golem entreprit d’attaquer. Mais il était déjà trop tard. Plusieurs chasseresses s’était munit de lasso pour entraver la tête du monstre, et toute tirèrent dans l’espoir de le faire basculer dans le précipice. Il n’en fallu pas davantage au morpheur pour frapper de toutes ses forces le plastron du Gardien afin de contribuer à le faire chuter. Tout ne se passa pas tout à fait comme prévu, mais leurs efforts conjugués finirent par triompher. Le monstre des strates disparut dans l’abime.

Les chasseresses ne résistèrent pas à l’occasion de hurler leur victoire. Dazh, quant à lui, se rapprocha de Gros-Nez qui s’était réfugié non loin de là. Aucune d’entre elles ne chercha à l’entraver, alors le morpheur ne chercha pas à s’enfuir. Il souhaitait discuter avec leur leader et il fut surpris de voir que la Killiks qui gérait le groupe venu en renfort, n’était autre que la chasseresse Listegh.


« Nous parlerons en route. Nous devons d’abord nous rendre à l’Enceinte. » Murmura-t-elle a l’intention du voyageur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 626
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 12

Maraudeur des rêves
Mara Leros
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 430
Renommée: 1167
Honneur: 214
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Lun 18 Avr 2016 - 10:54
Le bruit résonna un peu, et tout le monde restait figé, cherchant à savoir si c'était une menace directe. Il se poursuivit un peu, indéfinissable, et composé de tous plein de sons tous aussi indéfinissables. Puis il cessa vaguement progressivement, replongeant l'ambiance dans le silence. Enfin, pour elle, car la vieille grogna:

*Ils arrivent, nous n'avons pas de temps à perdre...*

Mara lui lança un regard inquiet, puis reporta son attention sur la porte. Leurs coussinets n'étaient pas tactiles. C'était... pas exactement ce à quoi elle s'était attendu. Mais c'était mieux que ce qu'elle avait pu imaginer, puis qu'il ne s'agissait pas de sacrifice humain, de combat à mort ou de tout ce qui aurait pu impliquer qu'elle perde des bouts. Bon, par contre l'écran était fait pour des adultes plutôt grands, ce qui n'était pas vraiment son cas. Jetant un regard en coin au tentacule qui dépassait de son cou, elle se demanda si c'était une bonne idée. Il y avait bien une barre horizontale qui dépassait en haut... Passant sa langue sur ses lèvres alors qu'elle réfléchissait, elle baissa la tête vers Nold et lui demanda:

"Et... Et du coup j'fais quoi?"

*Nea va te guider,* lança le leader sans la regarder. *Nous nous occupons de protéger ce point.*

Elle entendit du coin de l'oreille l'un des nexus murmurer que le Gardien s'était éloigné, mais ça ne semblait rassurer personne. Qui était capable de repousser un tel monstre? Mais la Voyageuse avait un autre rôle à jouer. S'approchant de l'écran tactile, accompagnée de la femelle, celle-ci lui indiqua le bouton pour allumer l'appareil. En haut, à droite. Loin. La fillette lança un regard désespéré à la Créature, qui lui répondit par un regard éloquent, signifiant clairement qu'elle n'avait qu'à se débrouiller seule. Ça se sentait bien que l'autre ne cautionnait toujours pas vraiment qu'une Voyageuse leur donne un coup de main. Mais bon, la fillette était décidée à faire au moins quelque chose de bien cette nuit, et elle avait donc fermement l'intention d'aider les nexus, puis de trouver Dazh pour s'assurer qu'il allait bien. Baissant la capuche de sa bure pour libérer le poulpe, elle lui demanda:

"Dis, tu penses que tu peux essayer de me porter en t'accrochant là-haut?"

Le mollusque leva ses petits yeux noirs, et répondit de sa voix enfantine:

*Uiii!*

Face à une réponse aussi naïve, Mara se demanda s'il avait vraiment conscience de ce qu'elle lui demandait, mais au pire elle lui demanderait de la lâcher. Une chute qui faisait sa taille, ça allait, elle devrait s'en sortir. Laissant les tentacule s'enrouler autour de l'un de ses bras, elle plia ses jambes, banda ses muscles et sauta le plus haut possible, attrapant de justesse la barre qu'elle visait de sa main libre. Se tenant d'une main, constatant en regardant vers le bas qu'elle était quand même vachement haut, elle se reconcentra sur son objectif et plaça son petit compagnon sur la barre pour qu'il s'y accroche. Allez, ça pouvait le faire!

Vérifiant que la prise de l'animal était solide, et elle l'était bien plus qu'elle ne l'avait imaginé, elle s'accroupit contre le mur pour atteindre le fameux bouton d'allumage. D'un coup, de nombreuses lumières apparurent sur l'écran noir, formant des images, des graphiques, des lignes de trucs incompréhensibles qui défilaient, des phrases diverses et variées, et elle eut vite fait de voir que ses pieds étaient posés sur un truc assez dynamique et totalement hors de sa compréhension. Elle espérait que les nexus savaient ce qu'ils faisaient, eux au moins.

Mais alors qu'elle allait demander à Nea ce qu'elle devait faire, elle vit que la meute se mettait à grogner et l'instant d'après, une bande de killiks débarquaient dans la caverne par l'un des autres tunnels. Et elle se figea en se rendant compte que c'étaient très probablement les chasseresses. Puis Dazh, en train de chevaucher son ancien scarabée, visiblement parfaitement libre de ses mouvements. Attendez, quoi? La fillette fronça les sourcils devant cette apparition assez, inattendue.

"A-attendez, comment? Pourquoi? ... Hey, nan! Calmez vous!"

En effet, la meute s'était mise en position agressive, prête à attaquer à tout instant et les insectes brandissaient aussi leurs lances dans leur direction en crachant dans leur langue. C'était assez fouillis, mais Mara crut vaguement comprendre que du côté des animaux, ils voyaient ceux d'en face comme des envahisseurs, souhaitant voler leur bien, et de l'autre côté, les disciples de Listegh pensaient faire face à des bêtes sauvages qui avaient investi la ruine qu'elles avaient découvert et que leur peuple étudiait. Ok ça devenait du grand n'importe quoi, et le pouvoir de Mara serait inefficace pour les empêcher de s’entre-tuer! En désespoir de cause, échangeant un regard avec son ami Voyageur, elle cria du haut de son perchoir:

"Arrêtez! Vous vous trompez!"

Comment expliquer simplement qu'ils n'avaient pas à s'attaquer entre eux, comment lever le quiproquo? Comment les convaincre qu'ils pouvaient s'aider mutuellement? La fillette en oubliait presque que les killiks voulaient sa peau pour une raison qui lui échappait, elle essayait juste de calmer cette dispute stupide avant qu'elle ne finisse en une forme de massacre. Et la réponse survint avec un terrible rugissement mécanique qui résonna sinistrement dans la caverne à travers un tunnel.

Le Gardien revenait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Surnom : The Rock
Messages : 557
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 30
Renommée: 1600
Honneur: 225
MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Lun 18 Avr 2016 - 18:55


Les Lunes de Géonosis
Mara Leros & Dazh, The Rock



Le groupe de chasseresses progressaient dans les tunnels avec célérités. Contre toute attente le monstre des strates ne se laissait pas vaincre aussi facilement. Le morpheur en tête de la Chasse Sauvage entendait ses rugissements les poursuivre et le fracas de ses pas se rapprocher. Bien que la menace qu’il représentait était encore invisible, les kiliks et lui percevaient sa présence aussi aisément que s’il avait été parmi eux.

« C’est encore loin l’Enceinte ? Le Gardien approche ! »

Listegh le savait mieux que personne, mais en tant que chef de ce groupe, elle ne devait pas céder a ses émotions. Elle ne devait plus céder à ses émotions. La killiks émeraude se saisit du fouet attaché à la selle de son acklay. Sans attendre, elle dispensa de nouveaux ordres à son groupe. Dazh ne l’interrompit pas. Elle donnait l’impression de savoir ce qu’elle faisait.

« Nyssa, prends deux chasseresses avec toi, et prenez sur la gauche a la prochaine caverne ! Kiora, tu restes ici avec Elspeth. Tendez-lui un piège pour le ralentir. Si vous échouez tentez de nous rejoindre à l’enceinte! »
« Kiora ! Attrape cette corde ! Ça pourrait vous être utile ! »
 
Les cinq chasseresses obéirent sans discuter les ordres de Listegh. Cette dernière avançait aux côtés du voyageur sans même lui jeter un regard. Malgré les circonstances, Dazh ne pouvait pas s’empêcher de la voir autrement qu’en tant que femme. Et contre toute attente, la voix suave de la chasseresse ne le laissait pas complètement indifférent. Mais tout ceci était ridicule. Et ce n’étais pas le bon moment. Cette dernière l’avait bien compris et se détournait pas de son but.
 
Soudain, un rocher particulièrement imposant se décrocha du plafond pour leur barrer la route. Les chasseresses, habitué à évolué sur ce genre de terrain esquivèrent l’obstacle avec aisance. Cependant, Dazh n’avait pas leur entraînement et Gros-Nez n’était pas aussi vif que les Acklays. L’impact paraissait inévitable. Mais le choc ne vint jamais. Par réflexe, le voyageur avait fermés les yeux. Ou bien avait-il été plongé dans le noir au contact de la pierre ? Toujours est-il que quand il retrouva la lumière, il était installé derrière celle qui se prénommait Nyssa. Libéré de la contrainte d’un passager, Gros-Nez volait joyeusement devant eux.
 
« Tout va bien ?! »
« Ouai. Juste à temps ! » Parvint-il à dire, surpris de la rencontrer maintenant.
 
La chasseresse était revenue avec une seule Killiks. Le plan d’attirer le monstre des strates dans une autre direction avait échoué. Et malheureusement, l’un des acklays avait été blessé par un éboulement, empêchant l’une des chasseresses de les rejoindre. Ils n’étaient plus que neuf, si tenter que Kiora et Elspeth vivaient toujours.
 
Contre toute attente, ils débouchèrent sur une vaste caverne, où la lumière était particulièrement vive. D’une manière ou d’une autre, les rayons du soleil parvenaient à atteindre cet endroit. Le morpheur ne put s’empêcher d’être impressionner par la majesté qui se dégageait de cet endroit. Cependant, ce fut de courte durée. Le groupe de chasseresse fut attaqué, par surprise, par une horde de félin particulièrement sauvage. Ces bêtes n’avaient pas peur des Acklays, ni de Gros-Nez qui vint aussitôt trouver refuge auprès du morpheur. Dazh grimpa sur son dos et entreprit de dominer la caverne des fois que d’autres bêtes sauvages tenteraient de les surprendre.
 
Les chasseresses, armées de leur lance, tenaient ces monstres à distance, tandis les acklays voyaient toute leur tentative d’agression contrecarrer par les félins dont les initiatives étaient tout à fait remarquables. C’est alors que Mara poussa un cri venu de nulle part dans l’espoir de calmer les choses. Elle apparut, percher de manière grossière, près du mur d'enceinte. Si elle ne courrait aucun risque vis-à-vis des fauves qui s’empressèrent de venir la protéger, les intentions des chasseresses étaient à craindre. Alors à son tour, le morpheur intervint entre les deux groupes dans l’espoir d’apaiser Listegh. Contre toute attente, malgré sa détermination exemplaire, cette dernière imagina le pire et ses chasseresses les plus proches entreprirent de protéger Dazh des nexus encore a proximité.
 
Le conflit se figea l’espace de quelques instants où les deux groupes se jetèrent des regards noirs. Même Dazh ne voyait pas d’un très bon œil la présence des félins, mais fut surpris de constater que ces bêtes agissaient en parfaite intelligence. Il trouva même étrange de ne pouvoir communiquer avec eux. Afin que les hostilités cessent complètement, Dazh, qui croisa le regard de la voyageuse, entreprit de s'approcher d'elle pour l'assister, près de l'Enceinte. Ce gigantesque mur, plat et constitué de métal, qui n’avait de toute évidence, pas sa place ici.
 
« C’est encore un vaisseau ? »
 
Dazh et Mara échangèrent rapidement à propos de leurs aventures respectives. Elle lui expliqua que les nexus détenaient des informations pour ouvrir cette porte. Les chasseresses quant à elles, connaissaient l’existence d’un tel endroit mais ignorait comment « entrer ». Mais alors que les choses semblèrent s’arranger entre les chasseresses et les nexus, la caverne se mit à trembler. Le monstre des strates venaient de pénétrer la grotte qui les abritait.
 
« Mara ?! Tu en es où avec cette porte ? Tu as essayé « sésames, ouvres-toi ! » Ou « Bella » en Elfique ? »
 
Mais sa blague n’eut pas l’effet escompté. La situation était bien trop sérieuse et grave peut-être. Pourtant, le gardien n’était pas encore passé à l’attaque. Il se contentait de les observer tous tandis que Gros-Nez volaient joyeusement, comme s’il ne se sentait absolument pas concerné.
 
« Peut-êtr.. » commença le morpheur. Mais il fut interrompu par un mouvement du Golem dans leur direction. Le voyageur observait ce qui allait se passer, comme tout le monde, mais la suite était plutôt évidente. Le monstre des strates avait achevé son analyse des nexus, créatures qu’il n’avait pas encore rencontrées au cours de ses récents évènements. Ce moment était particulièrement intense et c’est pourquoi, Dazh ne résista pas à l’occasion de détendre l’atmosphère. L’air de rien, il s’empara d’une pierre à ses pieds et la lança en direction du gardien. Le projectile n’effectua même pas la moitié de la distance qu’il s’abîma dans le vide. Le gardien s’intéressa immédiatement à Dazh et la jeune fille à ses côtés. Cette dernière lui faisait un timide signe de la main.
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les lunes de Géonosis Aujourd'hui à 12:34
Revenir en haut Aller en bas

Les lunes de Géonosis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Mirage Space-