Haut
Bas

Partagez|

Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo] Mer 22 Déc 2010 - 19:12



Le jeune homme finissait son travail et regardait l'heure, il était 23h.
Vu l'heure, il décida alors de poser son « tablier » et de sortir hors de sa serre afin de marcher une vingtaine de mètres vers sa maison. Mais même cela était une rude épreuve, dû à sa fatigue.
Après avoir lambiné sur son « parcours », il arriva enfin devant sa maison.
Le garçon, pour ouvrir sa porte, donna un puissant coup dedans pour la simple et unique raison qu'il avait la flemme de sortir ses mains de ses poches, ajoutant aussi le froid qui règne en plein mois de décembre. Après cette entrée des plus.. Fracassante, il hurla:

« Bonjour je suis rentré! ..Hum c'est vrai.. Il n'y a personne à part moi dans cette maison. »

(Le jeune homme regarda à nouveau l'heure, 23h20, puis il se tourna vers la cuisine et constata que c'était vraiment le bazar. Des assiettes trainant par ci par là, des restes, ect...)Koskyo pensa :

« Bon, je n'ai pas le temps de me préparer à manger. »

Il entendit de petits sifflotements provenant de son salon; c'était le petit reptile, enjoué par la présence de son maître qui lui dit en lui faisant un sourire:

« Coucou Seiko, toi tu es toujours avec moi au moins. Je suppose que tu as faim?»
(le serpent sifflota de joie, le garçon se dirigeait vers la cage de ses souris, en prit une et la donna à son reptile vivant dans son terrarium)Koskyo rajouta :
«Bon ap Seiko! »

Après ce monologue avec son serpent, il partit en direction de sa douche. Le jeune adulte retira en même temps ses chaussures engluées de boue dû à cette longue et pénible journée de travail ainsi que ses habits, qui étaient dans le même état, il jeta aussi son casque de musique sur la table de son salon.
Koskyo entra dans sa salle de bain et songea en voyant sa douche :

« Que-ce que j'aimerais prendre un bon bain. Au lieu de ça, je me farcis une douche. Mais bon...»

En entrant dans sa douche, le jeune homme remarqua qu'il portait toujours son kéfié sur lui et le jeta hors de la salle de bain puis prît sa douche.Le moment préféré de ce jeune homme était une bonne douche bien chaude durant les froides journées de l'hiver. Sifflotant sous sa douche sur une musique de son portable qui était « New Divide» de Linkin Park. A la fin de ces 30m de douceur, le garçon se déplaça pour se brosser les dents et constata sa merveilleuse tête devant son miroir et s'exclama:

« Ouaaah la tête, on dirait un zombie. La classe, j'aurais même pas besoin de me mettre le maquillage pour Halloween. Dommage que ce soit déjà passé. »
(Koskyo eut un large sourire et remarqua qu'il avait une grande envie de dormir.)

Il sortit de sa salle de bain et regarda ses long escaliers pour aller à sa chambre... Trop longs pour lui et se jeta sur le canapé se situant juste à coté de lui dans son salon. Le garçon ensommeillé, fût bercé par le son des broiements des os de la souris causés par les puissants anneaux dorsaux dont été constitué le serpent.


Champiland


Koskyo se retrouva sur un énorme champignon avec des couleurs vives, du rouge avec des petits points blancs, ce champignon était connu sous le nom de l'amanite tue-mouche. Sauf qu'il était d'une hauteur de 3mètres. Mais surtout, il ne s'en rendit compte que plus tard.En premier lieu, le jeune homme examina les environs du haut de son perchoir.
Le voyageur regarda en dessous de lui et aperçut un village constitué de maisons. Cependant, elles étaient particulières. Leur forme était celle d'un champignon ainsi que leur couleur, les réverbères eux aussi étaient en forme de champignon... Les « végétaux » qui ornaient pour les plus chanceux qui avait un jardin, n'étaient en fait que des champignon de différentes couleurs !!Koskyo hurla:

« Des champignons.. Encore des champignons, toujours des champignons !!!
C'est quoi ce cauchemar, c'est champignon ville ou quoi ? »


Comme vous avez pu le constater, le nouveau voyageur n'aimait pas les champignons.
Koskyo avait eu un malheureux accident durant son enfance quand il avait 5 ans. Sa défunte mère lui avait préparé une soupe aux champignons.C'était peu commun mais il adorait ça. Pour tout vous dire, c'était son plat préféré. Mais ce jour là, il venait juste de finir une dure journée d'école et ce jeune enfant était épuisé.
Tellement qu'il piqua du nez dans sa soupe, et ce fâcheux incident aurait pu lui coûter la vie si sa mère ne serait pas intervenu..Depuis ce jour, Koskyo sait qu'il ne faut pas prendre à la légère la puissance des giroles ou de tout ces mycéliums! Leurs tactiques étaient très sournoises, pendant l'inconscience du jeune homme.
Les champignons profitaient pour bloquer les voies buccales et nasales afin d'étouffer vivant les personnes dans leurs pièges.Bref, oublions ce fâcheux moment que ce garçon avait passé dans son enfance.
Il se rendit compte que ce dôme rouge et blanc où il était assis depuis un certain moment n'était en fait qu'un de ces champignons qu'il détestait tant..Koskyo, prit par surprise par ce fourbe de champignon, sauta sans réfléchir de son perchoir. Le jeune homme se rendit compte qui allait testé l'envergure d'un saut de 3m.
Une brève parole sortit de sa bouche:

« Oh merde, la connerie... » (il ferma les yeux.)

Quelques temps après, le garçon se redressa, et miraculeusement il n'avait rien, pas la moindre égratignure, ni de blessure. Le voyageur chuchota :

« J'ai... Rien. Mais c'est super! »

(il se retourna et constata qu'un vieil homme avait encaissé la chute; pour plus de détails, sa tête était tellement écrasé qu'il en devenait méconnaissable, dans un sens ça lui avait fait un lifting.)
Koskyo s'adressa au vieux en espérant qu'il ne soit pas mort.

«Hey papy ça va ?(pas de réponse)Ah merde... Bon, je l'ai tué. C'est pas trop grave, ce n'est qu'un rêve. Puis vu son état, il allait bientôt clamser donc bon.. Merci le vieux pour ton aide! »

Le garçon continua sa route en espérant rencontrer quelqu'un qui pourrait lui dire où est-ce qu'il pouvait bien se trouver. C'est à ce moment là qu'il remarqua une jeune femme qui venait de sortir d'un pub. Elle était très belle, de beaux cheveux brun avec des formes des plus imposantes.. Je dirais du 95c. Mais avec des oreilles plus pointues que la moyenne, un peu comme dans le Seigneur des Anneaux, exactement comme les elfes.
Bref, il se secoua la tête et décida de lui demander son chemin.
Koskyo s'approcha de la jeune femme afin de lui poser cette question. D'un ton timide, il lui demanda:

« Excusez-moi. Bonjour, vous ne sauriez pas où on est ? Je me suis un peu perdu. »

Avant de lui répondre, elle le regarda de haut en bas. En hésitant à lui répondre, elle lui dit avec dégoût :

« Tu es aveugle ou quoi ? Il te faut des lunettes ? C'est marqué juste devant toi. Au cas ou tu ne saurais pas lire, sur le panneau il est écrit « Champiland ». (soupire) Pauvre tâche.. »

La brune lui tourna les talons et s'en alla dans la première ruelle devant elle.
Le pauvre garçon ne comprenait pas pourquoi autant d'agressivité a son égard, il pensa :

« J'ai fait quelque chose de mal ? Pourtant non.. Pourquoi ça se passe toujours comme ça.. »

Sa tristesse se transforma, telle l'huile sur le feu, en une explosion de colère et il s'emporta :

« C'est pour ça que je déteste parler aux gens.. C'est quoi cette p*** ?! Elle se prend pour qui ?! »

Le jeune homme prit une chaine qui traînait non loin du bar, plus exactement, à côté d'un tonneau, et prit la ruelle en courant, là où était partit la jeune femme qui l'avait légèrement devancé puis Koskyo lui chuchota assez fort pour qu'elle entende :

« Eh, beauté ! »

La femme se retourna, et ce fut à ce moment là que le garçon l'attrapa par derrière avec un sourire des plus sadiques pour l'étouffer de plus en plus fort, puis lui murmura :

« Ca te plaît ? Tu en veux encore plus, chérie ? ( il serra les chaines davantage) Oui je sais que tu aimes ça ! »

Tout ce passa très vite, le voyageur relâcha son emprise et le corps inerte de la femme tomba à ses pieds. C'est à ce moment là qu'un villageois décida de faire son entrée:

« Garde ! Garde ! Je l'ai vu, c'est lui qui vient de tabasser le vieux .. Euh, le maire, sur la place de la Girofle et il vient d'assassiner cette jeune femme ! »

Le garçon commença à avancer vers celui qui était en train de glousser, car il fallait bien le mettre en sourdine, non ?
Quand il s'aperçut qu'une horde de gardes venait de débouler dans la ruelle, Koskyo décida alors de laisser la misérable vie du villageois afin de prendre le plus rapidement possible la fuite dans les ruelles de Champiland. Le jeune homme regardait ses poursuivants qui lui vociféraient des « A mort ! Tu vas crever sale vermine ! Tu ne t'échapperas pas vivant de cette ville ! »
Le voyageur avait bien comprit que les gardes étaient bien trop nombreux pour lui..
Donc la seule solution envisageable était de les semer.
Tandis qu'il s'enfonçait de plus en plus dans les ruelles sombres, il remarqua que ses poursuiveurs avaient disparus. Le voyageur pensa :

« Je les ai semé ? »

C'est alors qu'il se retrouva à une intersection tandis qu'il s'enfonçait dans des ruelles d'autant plus sombres. Koskyo remarqua en s'affolant que les deux rues autour de lui étaient bloquées. Celle de derrière était bloquée par un groupe de cinq gardes, pareil pour celle de gauche. Par contre, celle de droite était bien trop ténébreuse. Tant pis, c'était sa seule sortie !
Le jeune homme courut dans sa direction, quand tout d'un coup, il ressentit une énorme douleur à la jambe suivit d'un « Tu vas mourir ici et maintenant ! ».

Koskyo regarda sa jambe. Ce n'était pas grand chose heureusement, juste une simple égratignure peu profonde et saignant légèrement.C'est alors que les cinq derniers gardes sortirent de cette ruelle.Il recula de quelques pas.
Le garçon était cerné par vingt gardes, il était bien évidement impossible de les semer. Koskyo pensa :

« ça y est, je vais déjà mourir ? Nan, hors de question ! »

Tel un cri de barbare le garçon hurla :

« Bande de lâches, je vais tous vous exterminer, venez je vous attends! »

Les gardes s'approchaient de plus en plus du jeune homme en brandissant leurs armes en direction du garçon.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 991
Date d'inscription : 17/04/2010
Age du personnage : 25

Maraudeur des rêves
Cain Sloph
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 305
Renommée: 795
Honneur: -350
MessageSujet: Re: Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo] Jeu 20 Jan 2011 - 21:47

Une douce brise caressa les cheveux de Caîn, il était de retour à Champiland, lieu où il avait obtenu à la suite d’un combat plutôt chanceux la loyauté de Kanon. Son regard se porta sur le guerrier nordique, tandis que celui-ci à ses côtés s’étirait les bras, heureux d’avoir retrouver la liberté. Encore une nuit au pays des rêves, encore une nuit pour la Reine… La dernière fois qu’il était venu à Dreamland son coéquipier de la vie réelle lui avait infligé une amère défaite dont l’invocateur garde encore les souvenirs. Une pluie froide… Le goût du sang dans la bouche… La douleur… Et…

-"Tu n’as pas bientôt fini de rêvasser, si on allait vers ce village là bas."

Et Eva… Sa douce voix résonna au fond de son esprit, langoureuse et sévère à la fois. Sa folie avait tendance à prendre un air supérieur depuis quelques temps et il préférait de loin lorsqu’elle lui lançait des phrases philosophiques au beau milieu d’un combat ou dans une situation critique. Maintenant, elle ne pouvait pas s’empêcher de commenter les choix de Caîn et de menacer son porteur, bien qu’elle ne puisse lui faire quoi que ce soit. Pour l’invocateur, l’idée de supporter les jérémiades d’une jeune femme dans son oreille interne et ça durant toute la nuit était déjà un supplice plus que suffisant. Pendant un instant, il prit conscience qu’il parlait de sa folie, une chose tout à fait intangibles et invisible des autres, Eva ne s’adressait que à lui et même Kanon lui jetait des regards inquiets lorsqu’ il répondait à la jeune femme à haute voix. Caîn commença à marcher vers le village en question et se demanda alors comment sa folie avait telle pu le voir alors que lui-même ne l’avait même pas remarqué. L’idée que le village n’était qu’une illusion lui traversa l’esprit, peut être que sa folie le menait tout droit dans un précipice… Très peu probable, cela reviendrait à se tirer une balle dans le pied et à demander à plusieurs tyranides de lécher sans mordre. Expérience à ne pas tenter au passage… Tandis que Caîn était toujours dans ses pensées, une autre voix s’éleva dans sa tête, beaucoup plus lente et manipulatrice, plus carnassière aussi. A ce moment là, Caîn comprit que son pouvoir avait encore grandit, et il tendit la main devant lui avant de prononcer quelques mots. Une grande créature élancée apparut devant les deux compagnons, son corps lévitait à quelques centimètres du sol et sa tête était trois fois plus grosse que son corps. Bien que sa bouche soit hérissée de dents et crocs pointues, le tyranide ne possédait que de petites griffes qui ne semblait pas du tout faite pour le combat, du moins c’est ce que Caîn espérait. La créature tourna la tête à droite puis à gauche et aperçut le village puis il glissa en l’air, restant toujours droit, vers les habitations. L’invocateur lui ordonna de s’arrêter et presque aussitôt la créature s’exécuta tout en pivotant sa tête vers son maître, à cet instant Caîn entendit un millier de murmures dans son esprit, des dizaines de cris et de rugissements, il crut bientôt que sa tête allait exploser puis plus rien… Son esprit était calme, sans bruit à part celui que ses oreilles pouvaient entendre. Lorsque l’invocateur ouvrit les yeux, il se rendit compte qu’il était à terre et à côté de lui, Kanon se secouait toujours sur lui-même, se tenant fermement les ouvertures de son casque. Eva émerga alors du néant et lui lança quelques mots :

-"Il veut te contrôler mais il n’a sûrement pas du comprendre que son petit tour psychique était sans effet sur moi. Il est tant de faire un choix Caîn, soit c’est moi que tu écoutes, soit c’est lui."

Caîn regarda le tyranide qui lui causait tant de soucis, puis il se releva et s’avança vers Sorrow sa nouvelle invocation.

-"Je dois choisir entre deux folies… Voila qui est pour le moins embêtant… Bien, Eva tu es plus gentille que lui donc je te garde pour l’instant, maintenant Sorrow, où tu arrêtes tes conneries où je te renvois chez la Reine avec un emballage cadeau."

-"Êtes vous mon invocateur ? Êtes vous Caîn ?"

-"Ben, oui…"

-"Je vous pris de m’excusez alors, je ne savais pas que c’était vous, voila bien longtemps que je n’étais pas sorti de la ruche… Où allons nous ?"

Caîn resta bouche bée, un tyranide qui s’excusait… Il ne pensait pas voir cela un jour, celui là semblait différent, pas d’appétit guerrier, ni de pulsions sanguinaires… Ou alors il les cachait bien.

-"Dites moi, qui faut il tuer ?"

Il ne les cachait pas tant que ça en fait… Caîn claqua des doigts et le tyranide s’évapora dans un nuage de fumée, l’invocateur passa une main dans ses cheveux tandis que son regard se porta à nouveau vers le village, puis ses yeux remarquèrent un vieil homme à l’ombre d’un grand champignon. Il s’avança, la main prête à dégainer son objet magique, Kanon sortit l’une de ses haches de derrière son dos et suivis son maître, Caîn arriva jusque devant le vieillard qui semblait mort… Ou mortellement blessé, bien qu’il n’avait pas de traces de sang et aucune marques de lutte… Peut être cette grosse bosse sur la tête… Bref, il était sûrement tomber de son champignon d’où il méditait à sa compréhension de l’univers, et ça Caîn n’en avait rien à cirer. L’invocateur passa donc son chemin jusqu’à ce que le vieux débris émette plusieurs gémissements, implorant le jeune homme qu’il voyait de lui apporter de l’eau. L’invocateur s’arrêta net, soit le papi ne savait pas à qui il parlait et c’était l’homme le plus malchanceux du monde soit il était super puissant et c’était une feinte… Dans le doute, Caîn fit un signe de tête à Kanon et celui-ci leva sa hache bien haute dessus du vieillard. Celui-ci demanda de la pitié, et de la compassion, c’était une feinte c’est sûr, Kanon rabattit son arme à toute vitesse.

SLASH…

C’était peut être pas une feinte tout compte fait… Caîn regarda le corps sanguinolent du vieil homme puis se détourna de cette vision devenue lassante. Eva fit de nouveau son apparition pour le féliciter et sa voix se perdit dans la réflexion de l’invocateur, celui-ci venait d’arriver à l’entrée du village et observait des gens courir dans tout les sens, Kanon rehaussa sa cape en fourrure armure et Caîn recommença à marcher vers l’attroupement. Une dizaine de personnes était autour d’un corps de jeune créature des rêves qui s’était fait étrangler d’une façon assez anormale, puisque c’était avec une chaîne. L’arme du crime était encore à côté de la victime et Caîn se demanda qui dans le coin avait pu tuer une aussi jolie créature… Un vigile en mal d’amour… Nan… Un ouvrier qui se venge… Pas de chantier dans les environs… Puis alors que Caîn était dans ses réflexions, une voix perça son esprit et lui fit tourner la tête.

-"Bande de lâches, je vais tous vous exterminer, venez je vous attends."

Un voyageur, tiens donc… Il en avait du cran pour assassiner quelqu’un en pleine rue, et en plein jour, Caîn s’avança vers une des ruelles qui s’enfonçait dans les ténèbres. Au bout, il vit une barrière de gardes qui semblait encercler une personne. C’était un jeune homme, à peut près du même age que Caîn, sûrement l’assassin… L’invocateur tourna le dos à la scène puis commença à avancer dans la rue principale, si ce voyageur se faisait tuer, cela n’allait pas l’empêcher de dormir, puis de toute façon, depuis qu’il était à Dreamland, il ne dormait plus. Une idée vint toutefois naître dans son esprit, si il n’avait pas été seul à Peltonia, si un autre voyageur venait à l’accompagner, Trouble aurait beaucoup de soucis à se faire… Alors qu’il réfléchissait, un villageois vint s’agripper à sa veste, le suppliant de venir en aide au garde, il montra plusieurs fois du doigt l’autre voyageur et demanda une lueur de générosité de la part de l’invocateur. Celui-ci haussa les sourcils et commenca à rire puis il fit signe à Kanon de l’enlever. Le guerrier nordique attrapa le villageois puis le plaqua contre le mur et leva son poing, les pointes en métal sur les gants du guerrier nordique ne laissait aucun doute à l’avenir du jeune homme si Kanon avait l’ordre de frapper, et l’invocateur le lui donna. Peu après, alors que le mur était recouvert de sang, Caîn se retourna et commença à avancer vers les gardes qui barraient la route au jeune homme. Seul tu es fort, à plusieurs tu es invincible… Un sourire passa sur le visage de Caîn, une nouvelle idée venait de germer dans son esprit, Kanon arriva à côté de lui, son armure faisant un boucan épouvantable. Deux gardes se retournèrent pour leur interdire l’accès à la scène de violence qui se déroulait devant eux. Erreur d’appréciation… Erreur fatale d’appréciation… Kanon planta sa hache dans le premier qui n’arriva même pas à crier sa douleur, le deuxième le va son épée vers Caîn qui leva son pistolet, puis après un échange de regard, il pressa la détente. Le corps du garde s’effondra laissant la place vers les trois autres qui se retournèrent pour voir l’origine de la pluie de sang qui venait de les asperger. Kanon en attrapa un par la gorge et lui enfonça la tête dans le mur, la traînée de sang qu’il laissa derrière lui ne faisait pas douter de l’état de santé du garde, Caîn rangea son arme dans son holster puis leva ses mains vers les deux gardes qui le regardait, Hyve et Kaaver sortirent comme un éclair et plantèrent leur crocs dans la gorge des deux pauvres hommes. Les gargouillements qu’ils émirent au moment de mourir arrachèrent un frisson d’excitation à l’invocateur, il était dans son élément ici, au milieu des morts et du sang. Les deux tyranides rentrèrent dans son corps lorsque les gardes ne furent plus agités de spasmes et Caîn se retourna vers le voyageur qui avait encore une dizaine de gardes sur le dos.

-"Belle journée pour tuer n’est pas ??"

Mais déjà cinq gardes de plus arrivait dans son dos, prêt à lui faire regretter la mort de leurs compagnons, Caîn esquissa un sourire et se retourna pour pallier cette nouvelle menace lorsqu'une voix s’éleva dans son esprit.

-"Caîn, ils sont vraiment moches, ça serait leur rendre un service que de les tuer."

-"Avec plaisir Eva…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo] Jeu 24 Mar 2011 - 21:34




J'entendis des bruits provenant d'une ruelle qui était, non loin de moi.Et aperçu un homme recouvert de sang, tuant ses deux misérables gardes sans aucune difficulté.La facilité et la rapidité dont il commandait ses bêtes assoiffées de sang étaient inouïe, l'aura qu'il dégage était noire que s'en était effrayant.Les gardes n'osaient même plus s'approcher de lui.

Pour mon cas cette aura des plus particulière me fascinait. Tellement qu'on pourrait faire allusion aux papillons de nuit se brulant dans le feux. Je restais bouche bée devant ce spectacle ensanglanté qu'il nous donnait.Tapissant d'un épais rouge sombre, les murs de la ruelle.
Quelques mots sortirent de ma bouche: " La classe !"

Son entrée en scène ma tellement émerveillée , qu'elle a fait office d'un dopant. Je fonçais de plein fouet sur le garde le plus à proximité de moi.Profitant d'ailleurs de son désarroi devant cet être humain pouvant réincarner la mort elle-même.Le garde prit une droite dans le ventre enchainé d'un coup de pied en pleine tête.On pourra dire que le garde a appris à voler pour une courte durée avant de finir s'écraser dans un mur.Un des gardes profitant de ma contre attaque pour me planter son épée.La lame se logea profondément dans mon épaules gauche, et pour encore plus de plaisir il la tourna dans la blessure ,comme s'il essayait de chercher frénétiquement quelques chose.Je ne pus m'empêcher de crier de douleur,ce qui pour couronner le tout attira le reste des gardes qui étaient encore occupés par le "spectacle".
Ce garde prit un coup de pied dans le genou afin de m'extirpai de son emprise.Le genou était complètement brisé ,ce qui lui fit mettre un genou au sol.Il s'en suivit d'une rotation de mon corps pour qu'un coup de pied latérale ,lui arriva en pleine tête.

"Le corps du garde s'étala quelques mètres plus loin"

Je regardais ma blessure qui ne cessait de couler, laissant apparaître sur le sol de petites flaques de sang.Et pour arranger le tout,avec les deux coups de jambe que j'ai distribué aux deux gardes la plaie à ma jambe se ré-ouvra,ce qui ne me laissa pas sans voix.


"Koskyo se tenait le bras et du à sa douleur se mit au sol"


Ma vision devenait de plus en plus flou,les dernières données étaient que 4-8 gardes me fonçaient dessus.Quelques moments me venaient à l'esprit.Plus exactement, toutes les réflexions que j'ai eu durant toute ma vie. Celle de mon père à mes 8 ans et qui resta toujours la même,"tu n'aurais jamais du naître. Tu n'étais qu'une maladresse de ma part.Tu ne seras jamais mon fils!"Ou encore pendant mes études dans un lycée de "Bourges"(et toute chose différente d'eux et considérait comme n'étant pas normal).
" T'approche pas de lui,il est bizarre", "Mais tu es fou ne lui adresse pas la paroles il pourrait te salir", "Tu veux sortir avec moi, non ne t'inquiète pas c'était une blague!"

Quand un moment une voix qui m'était plus familière que les autres me dit "Tu n'es capable que de ça?! Tu me déçois, moi qui t'es confié mon pouvoir... Vas tu déjà abandonner? Tu as intérêt à ne pas me décevoir d'avantage. J'ai eu foie en toi, montre moi vraiment ce que tu vaux."

(Le garçon n'était plus le même,un flux d'une puissante énergie l'entourait. Puis petit à petit, l'énergie se concentra au niveaux de son bras droit. Des écailles firent leur apparitions. Ainsi que des griffes qui semblaient très tranchantes.)


Je fis immersion de mon état accompagné d'une puissante détonation d'énergie qui écarta les gardes qui s'étaient rapprochés, et je criais "Tu vas voir,volatile de malheur! Tu vas voir de quoi je suis capable!Et j'en ai rien à contre foutre de ce que tu pense de moi, et d'ailleurs tu es mal placé pour me dire ça car ..."

Un des gardes qui s'était relevé tenta de me transpercer.

D'un simple mouvement, je m'écartai de quelques pas et le prit à la gorge avec mon bras transformé et lui dit avant de lui écraser le coup par une simple pressions, "on ne coupe pas la parole quand les gens parlent!(Petit ricanement)"

(Le regard de Koskyo changea, ses yeux étaient d'un vert-jaune et on pouvait ressentir ses envies meurtrières envers ces gardes qui s'étaient rassemblés contre lui)

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 991
Date d'inscription : 17/04/2010
Age du personnage : 25

Maraudeur des rêves
Cain Sloph
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 305
Renommée: 795
Honneur: -350
MessageSujet: Re: Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo] Jeu 24 Mar 2011 - 23:28
Voila qui était de l’entrée en scène, lors d’un combat, Caîn aimait particulièrement lier le sang et le meurtre à une fine couche de classe, et à en juger par la tête du jeune homme face à lui, cela venait d’être plutôt bien réussi. L’invocateur leva la main et sentit son compagnon nordique à ses côtés, ses yeux comptèrent en silence les hommes venant à la rencontre de leur mort. Cinq contre deux, voila qui était plutôt inégale. Caîn fit signe à Kanon d’aller aider le jeune homme derrière lui, celui-ci venait de recevoir une blessure non négligeable à l’épaule et l’invocateur ne voulait pas être responsable d’un massacre dans un village paisible de la zone 1 pour rien. Le guerrier fit demi-tour, émettant un grognement de mécontentement au passage, faire du baby-sitting ne l’enchantait guère mais un ordre reste un ordre, surtout s’il vient d’une personne pouvant vous tuer en un simple geste. Caîn reporta son attention devant lui, les cinq gardes armés d’épées et de masses venaient à sa rencontre avec la ferme intention d’attenter à sa vie de voyageur innocent… Cette pensée arracha un sourire à Caîn. Innocent, c’est sûrement le mot qui résumait le plus mal la situation de l’invocateur, il faisait ça par profit et uniquement par profit… Bon, il est vrai que Eva lui avait demandé de massacrer des gens mais s’il pouvait lier l’utile à l’agréable pour une fois, cela le réjouissait. Et c’est le cœur léger qu’il partit en courant à la rencontre de ses cinq pseudo-bourreaux. Caîn voulait la jouait solo sur ce coup là mais il avait tout de même son pouvoir, et lorsque Légion émergea du néant, les assaillants surent qu’il aurait mieux valu pour eux de rester au lit ce matin, le tyranide dépassa rapidement son invocateur pour aller se jeter sur le premier des gardes qui l’accueillit avec un cri strident, libérant les tympans de toutes personnes à plusieurs kilomètres à la ronde. L’invocation ne se détacha pas de sa victime avant de lui avoir arraché la moitié de la gorge, et lorsqu’elle se retourna elle vit que les autres gardes l’avait déjà dépassé pour s’en prendre à son maître. Celui-ci les vit arriver avec une excitation grandissante, voila qui allait pimenter le combat, le premier des gardes rabattit son arme verticalement, tentant de trancher dans le vif, se disant sûrement que sans invocateurs, il n’y aurait plus d’invocations… Plutôt bien vu, si on exclu le fait que Kanon n’était pas une invocation et que le coup n’atteignit jamais sa cible. Caîn avait en effet fait un pas de côté évitant le tranchant de la lame avec indifférence et désinvolture. Sa main se referma sur la tête du garde et l’invocateur sentit Hyve se précipiter pour arracher de nombreuses parties du crâne avec ses toutes aussi nombreuses dents. Le cadavre chaud tomba à ses pieds, freinant l’ardeur des attaquants et semant le doute et la peur dans leurs esprits… Le doute et la peur, cela n’était pas assez explicite pour dire ce que ressentais ces gardes à ce moment précis, il avait la mort face à eux, il avait leur mort à portée de main, ils savaient tous maintenant pertinemment qu’il ne ressortiraient pas de cette ruelle vivant. Qu’est qui pouvait bien circuler dans leurs têtes de représentant de la loi, l’un des leurs était étendus à quelques mètres d’eux, la tête totalement arrachée à grands coups de dents et de crocs, à quoi pensaient ils, voyant le massacre de leurs compagnons sous leurs yeux. Ils avaient peur, ils étaient terrifiés, ils étaient morts…

-" Caîn, c’est quand tu veux qu’on en fini… "

-" C’est bon Eva, laisse moi t’offrir un petit spectacle à la hauteur de tes espérances… "

-" Je ne veux pas de spectacle Caîn, je veux du sang ! "

-" Il arrive, ne t’inquiète pas…"

Ses paroles s’adressaient bien sûr à sa folie mais personne dans l’entourage de l’invocateur ne semblait pas y prêter une petite attention, il faut dire que Kanon était occupé et que les trois gardes face à lui semblait pouvoir s’évanouir à tout moment. Il leur suffisait d’un petit élément déclencheur pour que le courage et la haine laisse place à la panique et la fuite. Cet élément se fit connaître sous les traits de Légion qui sauta sur le dos de celui en retrait, plantant ses dents dans la nuque de ce dernier qui laissa un cri encore plus terrifiant que l’attaque elle-même, ses deux compagnons ne savaient plus quoi faire, bloqués entre l’invocateur psychopathe et l’invocation sanguinaire. Un flot de sang émergea de la blessure lorsque le tyranide haussa la tête vers les proies encore vivantes, ses crocs étaient maculés de sang et ses yeux semblaient fixés un point précis… Peut être une zone tendre… Il y en a beaucoup dans le corps humain pour un prédateur comme les tyranides… Bref, passons cela ne préoccupait pas les deux gardes restants car ils cherchaient plutôt un moyen de s’en sortirent vivants… Peine perdue… Espoir fou… Chimère cruelle… Donnez lui l’appellation que vous voulez, pour Caîn, cela était de la lâcheté. Lorsque l’on voyait sa mort en face et que plus rien ne peut vous en sauvez, alors il faut l’affronter et se battre, lui monter que malgré le sort funeste du destin, vous êtes prêt à l’encaisser comme un brave. Là, à ce moment précis, le seul brave qui était dans cette ruelle, sombre et à présent rouge de sang, était le jeune homme à qui Caîn venait prêter main forte. Celui-ci malgré sa blessure à l’épaule, et le nombre écrasant d’ennemis venait de se donner une chance de victoire. L’invocateur avait à peine tourné la tête quelques secondes que les gardes en profitèrent pour tenter une évasion. Ils foncèrent vers Légion qui se positionna de sortes à réceptionner les deux attaquants mais alors que l’impact des lames contre sa carapace rugueuse était imminent, le tyranide se volatilisa dans un nuage de fumée. Caîn avait levé le bras et rappelé à lui son invocation, les deux gardes s’arrêtèrent sous la surprise puis se regardèrent mutuellement… Erreur d’inattention…Erreur fatale d’inattention…

Bang…

L’un des gardes s’écroula sans un bruit, du sang s’échappant du trou situé sur sa tempe, si Caîn avait effacé Légion de leur route de sortie, c’était uniquement pour s’entraîner au tir sur cible mouvante et là, c’était sur des cibles immobiles qu’il venait d’ouvrir le feu. Le dernier garde regarda son compagnon encore une fraction de seconde puis ne perdit pas de temps. Pour lui, cela devait être comme une chance, une chance offerte par la providence ou quoi que ça soit d’autre. Hors, aujourd’hui, cette providence s’appelait Caîn Sloph et il n’allait certainement pas laissé une chance de s’en sortir à un imbécile de garde de la zone 1.

Bang…

La balle traversa le genou du pauvre homme, le faisant chuter lourdement dans sa course, mais la douleur et le sang qui coulait ne semblait pas l’inquiéter, ses yeux et son esprit n’avaient pour seul objectifs que la sortie de cette ruelle, il n’entendit pas l’invocateur s’approcher, il n’entendit même pas le déclic au dessus de sa tête, signalant une arme chargée et prête à faire feu, et la détonation ne lui arracha qu’un souffle mêlant bave et hémoglobines. L’espoir était mort, le salut résidait à présent dans le holster de Caîn, celui-ci allait pacifier tout cet univers, et il ne comptait pas le faire seul. Son regard se porta sur le jeune homme qui combattait encore les gardes, laissant Eva s’exprimer une dernière fois.

-"Pourquoi pas… "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo] Aujourd'hui à 9:13
Revenir en haut Aller en bas

Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Champiland-