Haut
Bas

Partagez|

La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Mer 16 Fév 2011 - 16:42
    Le soleil était au beau fixe. Caressant chaque toit de ses rayons chaleureux, il apportait une douce chaleur qui faisait penser au bonheur. Comme à chaque fois que les nuages sont absents, la morosité elle aussi part en exil pendant ces rares instants. Ainsi, c’était avec un enthousiasme peu fréquent que je me rendais à l’école, lieu obligatoire pour les écoliers de mon âge. J’étais assez chanceux d’habiter non loin de mon établissement scolaire, ce qui me permettait de profiter de ce beau temps pendant ma promenade matinale. Ne lâchant pas le ciel du regard, je laissais mes sens s’ouvrir au monde. La brise était douce elle aussi, elle apportait son lot de fraicheur qui permettait d’établir un équilibre parfait avec la température ambiante légèrement élevée. C’était le pied ! Mains entremêlées derrière la tête, les coudes vers les cieux, mon sac à dos bien positionné à l’arrière de mon corps, le casque stéréo sur les oreilles en mode transe classique, je savourais l’instant présent. Ces moments étaient trop rares pour que j’apprécie cette vie mais ils étaient quand même sympas. Ma vraie vie se passait la nuit maintenant, à Dreamland !

    Le nez en l’air, je ne fis pas attention où je marchais. Pas grave, les oiseaux qui grignotaient tranquillement leurs petites miettes n’eurent qu’à s’envoler pour éviter d’être piétinés. Coupé dans ma relaxation, j’arrêtais mon regard sur ces moineaux. Ils volaient en groupe, et ne se séparait pas même pour esquiver un arbre. Ils étaient vraiment beaux à regarder. Je ne savais pas si c’était les oiseaux en eux même qui étaient captivants ou cette harmonie, cette fraternité intrinsèque qui les caractérisait et que j’observais en approuvant. C’était comme si les voir tous ensemble me comblait de joie, c’était comme si je les enviais, d’une certaine façon…

    Je les suivais toujours du regard, les poursuivant avec mes yeux comme si je pouvais voler moi aussi. Puis, ils passèrent devant… LA montagne. Pincement au cœur. C’est vrai que j’étais sorti de mon quartier résidentiel… D’habitude, on ne voit pas les reliefs alentour avec toutes les maisons. Ca faisait longtemps que cette forme rocheuse ne s’était pas réfléchie dans mes pupilles… Comment ais-je pu me laisser avoir si facilement. En général, je ne suis pas aussi frivole, je fonce directement à mon école avec ma tête de blasé habituelle, évitant ainsi les accidents. Accident… Oui, cette montagne, c’était là haut qu’était morte ma petite maman… On arrivait même à voir un peu la falaise d’où elle était tombée en voiture, au milieu de tous ces arbres qui recouvraient le paysage. Ma mère… Rien que de penser à elle, ca me faisait mal. Je sentais mon souffle me quitter. C’était comme si mes poumons avaient du mal à fonctionner. Il y avait quelque chose au fond de ma gorge, très profond, qui provenait surement de mes entrailles, qui voulait remonter à la surface. Je sentais la chose venir. Ma pression artérielle augmentait, comme si j’avais peur alors que ce n’était que de la tristesse. Et puis non ! Il me fallait refouler ces émotions ! Je m’étais promis de ne plus pleurer tout comme je m’étais juré de ne plus citer le prénom de ma chère mère… Ce sourire qui la caractérisait, c’était le seul souvenir dont je ne pouvais me défaire. Mais le reste, il fallait m’en débarasser. Un raclement de gorge. Un sourire, vite, un sourire ! Et voilà, tout était effacé. Evitant de reposer les yeux sur la montagne qui me rappelait combien j’étais seul, je me concentrais maintenant sur la route à suivre pour aller en cours.

    Ce qu’il y avait de bon à l’école, c’était l’activité grouillante de tout le monde. Ils étaient là, à bouger pour rien, allant et venant comme si un retard allait changer quelque chose à leur vie. Réajustant mon casque, j’entrais dans l’enceinte du lycée. Me fondant parfaitement dans la foule, j’allais monter les escaliers qui me mèneraient en cours d’anglais quand je fus stoppé par une inconnue. Enfin, pas vraiment une inconnue, c’était Candy, une fille qui n’était pas dans ma classe mais que tout le monde adorait pour son charme bien qu’elle ne soit pas non plus la plus populaire, mais aussi pour sa manie à toujours avoir des confiseries sur elle. Surprise ! Pour une fois, elle n’avait pas de sucette dans la bouche, et vu comment elle s’était postée devant moi, les bras sur les hanches, le regard sévère, me fixant droit dans les yeux, elle avait visiblement l’intention d’entamer une discussion avec moi… Bien que peu disposé à y participer, j’avais tout de même un semblant de politesse pour descendre mon casque autour du cou.

    -Kamui ! Tiens ! Je t’ai confectionné cet assortiment de chocolats moi-même ! Je les ai cuisiné avec… ardeur, alors s’il te plait, ne les refuse pas…

    Elle m’avait tendu son paquet rose en baissant la tête, restant dans cette position en attendant que je réponde. Je n’étais pas particulièrement fan de chocolat mais si elle avait fait ca elle-même et qu’elle me les offrait, je ne pouvais que les accepter. Malgré ma paralysie causée par la présence d’une fille, je parvins tout de même à mettre un terme au suspens.

    -Merci

    Elle me sauta au cou sans prévenir. Puis, très rapidement, elle arrêta son étreinte, comme si elle s’était rendue compte qu’elle avait fait quelque chose d’interdit, puis elle repartit en courant parmi la foule qui nous zyeutait d’un air curieux. Mettant mon cadeau dans mon sac, je poursuivis ma route vers ma salle de cours, comme impassible à ce qui venait de se passer. C’était mon quotidien, alors à quoi bon paraitre surpris ? J’en avais bien cure de cette fille. D’habitude, je refuse tout en bloc mais là, la peine aurait été trop grande. Pensons maintenant à autre chose. Même si les cours allaient m’intéresser tout autant que cette fameuse Candy, ils avaient au moins le mérite de faire passer le temps plus vite.

    En anglais, la prof, qui est aussi notre prof principal, nous parla de la Kermesse qui allait avoir lieu bientôt. Elle encourageait tout le monde a invité leurs parents pour y participer. Elle insistait vraiment sur ce point, prétextant que c’était une occasion de voir l’établissement dans lequel leurs chers petits enfants passaient le plus clair de leur temps, qu’ils pourraient se rapprocher de leur fils et filles en s’amusant ensemble, qu’ils pourraient être fiers de ceux qui avaient préparer tout un stand, qu’ils… Coupant court à son discours sur les avantages d’avoir des parents et de pouvoir être avec eux à s’amuser, je restais là les poings serrés et le regard sombre après m’être levé. Puis, je sortis de la salle de cours, fuyant le silence qui s’était installé.

    -M. Hiroko ! Si vous sortez de cours maintenant, je veux que vous reveniez me voir à la fin de l’heure sans fautes !

    Acquiesçant de la tête sans pour autant me retourner, je fis ensuite le pas qui me masqua aux yeux de tous, ce pas qui me permit d’échapper à cette torture morale et qui m’amenait aux toilettes, lieu de défouloir. J’étais tellement énervé que j’avais envie de tout péter. M’appuyant sur les rebords d’un évier, je fixais avec fureur le miroir qui me retournait mon image. Je sondais les profondeurs de ma colère au cœur de mes pupilles. Elle était énorme, j’en voulais terriblement à ma prof d’avoir autant accentué toutes ces foutaises sur les parents. Comme si la vie était aussi belle et rose que ca. Non, elle était loin de toute notion de bonheur ! Faudrait qu’elle sorte un peu le dimanche ! Tout le monde n’a pas la chance d’avoir une famille !! Frappant les portes des toilettes, les shootant avec les pieds, je faisais passer mes nerfs en marmonnant quelques paroles amères. Puis, une fois bien défoulé mais pas tellement calmé, je retournais voir ma prof comme elle me l’avait ordonné, histoire de lui dire ses quatre vérités.

    Mme Sanders était une femme que j’aimais beaucoup, elle était toujours très douce, très compatissante, et même si elle m’avait joué un sale tour aujourd’hui, je conservais tout de même une bonne opinion d’elle. C’est parce qu’elle me confirma cette réputation que finalement, je ne lui ai rien reproché, au contraire, je lui ai tout avoué. C’était la première fois que je racontais ma vie à quelqu’un. Ca faisait même super longtemps que je n’avais pas eu une discussion aussi profonde. Au final, elle m’avait encouragé à tenter une approche avec mon père, que c’était un membre de ma famille que je devais chérir et qu’avec un peu d’optimisme, il accepterait surement de venir à la kermesse si je faisais un effort pour le convaincre. J’étais son fils après tout.

    Le soir, tout content et décidé à arriver à mes fins, je me dépêchais de sortir du lycée. Le chemin du retour me parut plus court que d’habitude, c’était marrant. En entrant chez moi, je savais très bien où il fallait que j’aille pour trouver mon père. Il était toujours dans sa chambre. Frappant à sa porte, j’attendis une réponse. Aucun signe de vie. Je savais qu’il était là alors que je recommençais. Toujours rien. Finalement, j’ouvris la porte. Et c’est là que je le vis. Celui qui me servait de « père ». Déjà j’eus du mal à le reconnaitre, mais surtout, à sa vue, je perdis tout enthousiasme, toute volonté, tout espoir. Il était par terre, avec son froc mal mis, comme s’il venait de le remonter à l’arrache, recroquevillé comme une… créature bizarre. Squelettique à un point tel que ca me choquait. Autour de lui, dans le noir total de la pièce, éclairé tout de même par la lumière de son écran d’ordinateur portable, il y avait de tout : paquets de chips vides, montagne de mouchoirs usagés, des miettes partout, des cheveux, oui, il avait perdu des cheveux, enfin je crois. Il me regardait au travers de ses lunettes penchées, avec son regard vide, la bouche entrouverte. J’eus un sentiment de dégout en le regardant. J’avais même la nausée. Je ne pouvais pas le regarder dans les yeux, il me faisait trop pitié. Je repensais quand même à ce qu’avait Mme Sanders, qu’il fallait vraiment que je prenne sur moi. Je savais déjà qu’il allait être dans cet état, à quoi je m’attendais ? Non, fermant les yeux, je ressemblais mon courage et ravalais ma honte. Et là, dans un effort ultime pour ouvrir la bouche, je parvins à sortir les mots qu’il fallait :

    -Il y a bientôt la kermesse au lycée, ca te dit qu’on y aille ensemble ? Histoire de sortir un peu…

    Le silence s’installa ensuite, lourd et pesant comme si l’attraction terrestre avait doublé. Mais là, je vis qu’il tentait de parler. On y était presque, il allait surement se rendre compte que sa condition était pitoyable, que j’avais eu une bonne idée. Ce serait alors un nouveau point de départ pour notre famille, avec pour arrivée, le bonheur. Ses mots allaient-ils récompenser les efforts que j’avais fournis pour l’aborder ?

    Qui êtes-vous ?

    Les yeux exorbités, je claquais la porte avec violence. Prenant une seconde pour accuser le coup, je monta dans ma chambre en courant. Plongeant dans mon lit, je ressentis encore une fois ce sentiment qui m’avait envahi ce matin, en pensant à ma mère. Cette pression qui augmentait à l’intérieur de moi, ce « morceau » qui restait coincé en travers de ma gorge et qui voulait remonter à la surface. Je me laissais faire, j’en pouvais plus. J’en avais marre. Plus rien n’avait d’importance.
    Une larme s’échappa du coin de mon œil. Coulant le long de ma joue, seule, elle me caressa comme si elle voulait consoler l’inconsolable.

    En tombant sur le lit, mon sac s’était ouvert. La pochette de chocolat s’était alors renversée en dehors de celui-ci. Les voyant, instinctivement je pris un chocolat et le mangea. La saveur qui se propageait dans ma bouche faisait rêver mes papilles gustatives. Je fus touché au plus profond de mon cœur par le plaisir que me procurait cette friandise. On dit que les chocolats aident à se soulager quand ca va pas, je venais de le vérifier. Mais il y avait autre chose. C’était des chocolats faits avec amour ! Et même si c’était dur à expliquer, je le ressentais en mâchant ces confiseries. C’était tellement bon que je me recroquevillais encore plus sur moi-même et me laissais aller aux larmes…

    Lorsque je rouvris les yeux, j’étais dans un décor inattendu. J’étais dans un monde de bonbons ! Le sol était fait de guimauve et les maisons du village qui m’entouraient étaient faites à base de toutes sortes de gourmandise. Sentant quelque chose sur ma joue, je l’effaçais du revers de ma manche. Ce n’était que de l’eau... Je constatais par la même que j’avais mes gants de l’eXtrème, ceux que m’avait refilé le Seigneur du Feu. J’allais alors visiter les lieux quand je vis une foule rassemblée un peu plus loin.

    ~¤~
    -S’il vous plait, laissez mes parents tranquille !

    La voix du gamin n’atteignit que les oreilles de la foule qui l’entourait impuissante, lui, ses parents et les personnes malveillantes qui les menaçaient.

    -Tais-toi, sale mioche ! Tes parents n’ont qu’à capituler ! Ca fait tellement longtemps que je veux leur maison en sucre !! Je vais enfin pouvoir en devenir le propriétaire, ca change tout quand on a des gros bras avec nous, n’est-ce pas ? Mwahahahaaa !!!!!!

    Le petit gros qui se trouvait à coté des parents agenouillés était le seul qui ne faisait pas peur dans le groupe. Il était avec six voyageurs killeurs qu’il avait enrôlés. Il les avait payés pour menacer le propriétaire d’une maison qu’il convoitait et il le faisait chanter en prenant sa famille en otage. Ceux qui avaient l’air les plus baraqués tenaient en soumission le gosse ainsi que les parents. Les autres, d’apparence plus chétive, étaient en cercle autour d’eux pour empêcher la foule d’intervenir.

    -Bon, j’en ai marre d’attendre, si tu ne signes pas tout de suite le contrat qui me déclare comme étant le nouveau propriétaire de cette maison, je fais tuer ta femme, et après, je m’occupe de ton fils !

    *SBLAM !*

    Il venait juste de finir de parler qu’un gros de bruit s’était fait entendre. Se retournant vers l’endroit d’où venait ce fameux bruit, il remarqua, interloqué, qu’un de ses hommes était à terre. A coté de lui, il y avait un jeune garçon tout chétif qui portait des gants enflammés et qui avait une grande flamme qui brûlait au front. Selon sa pose, c'était lui qui avait détruit un des brigands. Je confirme, c’était moi !

    -VOUS ALLEZ TOUS LES LIBERER OU JE VOUS DEFONCE UN PAR UN !!!!!!!!!!

    Toute la rage accumulée pendant la journée, je venais de la libérer dans une patate de folie. Le pauvre mec, il a pas vu sa tête partir en freestyle. Je l'ai cramé un peu aussi au passage, c'était pas beau à voir. Je m'étais enflammé direct, pas de prélude. Mais en même temps, ce n’était pas le bon jour pour menacer une famille… J’étais hors de moi.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Jeu 17 Fév 2011 - 20:38
"Loki c'est l'heure, réveille toi, et dépêche toi."

Mais qui es-ce ? Son père qui vient tout les matins, à la même heure, de la même façon et pour la même raison, le sortir du monde des rêves où il est si bien. Si ça ne tenait qu'à lui il y resterait, là-bas, à Dreamland. Mais Victor Hugo a dit : l'avenir appartient à ceux qui ce lève tôt. C'est pour cela qu'il se leva de son lit, soupira un coups en pensant le chemin interminable qu'il reste à faire pour arriver jusqu'au week-end... Il descendit les escaliers, fit chauffer son lait, dit bonjour à ses chiens qui était déjà en forme, comment font-ils eux ? Faut avouer que leur journée est moins chargée que celle de Loki. Sa journée justement, risque d'être longue, les matières vont se succéder, lentement, toutes plus ennuyantes les unes que les autres. Des matières du genre, Histoire ou encore Philosophie. Mais à ce moment, Loki ne pensait pas à sa journée, il pensait, au contraire, à sa nuit, à Lucia, mais ça c'est une autre histoire... Après avoir ingurgité son lait, il remonta dans sa chambre, prit ses affaires et fonça dans la salle de bain. Une fois prêt à partir, son père l'amena à l'arrêt de bus, le froid et le vent ne lui faisait plus d'effet depuis qu'il avait vaincu sa peur. Dans le bus qu'il l'amenait au lycée il écouta la radio et pensa à ce qu'il pourrait se passer la prochaine nuit... Peut être reverrait-il Myleïn, en tout cas il l'espérait, il avait fait une promesse et il comptait bien la tenir. Quand il fut au lycée il monta les escaliers et alla attendre devant sa salle comme à son habitude. La matinée se déroula tranquillement et normalement. Toujours les même phrases entendues : Réveillez vous, vous avez un bac à la fin de l'année !! C'est votre avenir qui se joue maintenant !!

L'âpres midi sembla plus longue, plus barbante, plus ennuyante... En cours de philosophie il se mît à coté de la fenêtre, il regardait le petit jardin à l'extérieur au milieu duquel il y avait un petit coin d'eau qui entourait un rocher. Toute L'âpres midi il regardait ce rocher sans savoir pourquoi. Il croyait y lire quelque chose, quelques mots: "Destin, Amitié, Rencontre, Famille..."
Il pensait être fou. Pourquoi ces mots seraient inscrits sur ce rocher ? Il n'y pensa plus.

Le soir venu, il espérait seulement que la soirée se passe vite, qu'il s'endorme vite pour vivre de nouvelles aventures. Et ce moment arriva enfin ! Il fusionna de nouveau avec son lit et partit, en pensant à Myleïn, pour sa cinquième nuit dans le monde des rêves, Dreamland.

Il huma l'air... Sucré, fruité et appétissant, il n'eut pas besoin d'ouvrir les yeux, il reconnu le Royaume des Sucreries. Toujours le même sol, les mêmes arbres et les mêmes maisons en gâteaux. Il remarqua alors un sac dans son dos il le regarda de plus prêt...

"Tu veux ma photo ou quoi ??"

La voix sortait du sac.

"C'est toi qui viens de parler ?"

"C'est ta récompense pour avoir débarrassait le village des deux bandits... C'est un sac qui parle."

Sa reine se tenait derrière lui, toujours aussi gracieuse, toujours aussi belle...

"Bonsoir ma reine..."

"Ce soir est un grand soir pour toi, une nouvelle page de ton destin est en train de s'écrire, tu vas faire des rencontres qui vont à jamais changer ton parcours dans ce monde... Je dois y aller mais sache que je suis toujours avec toi, tu as juste à m'appeler."

"Merci ma reine..."

Il réfléchi un instant, puis :

"Attendez ! Es ce que je vais revoir My....leïn."

Elle avait déjà disparue dans un éclat argenté. Il regarda son sac qui répéta :

"Tu veux ma photo ou quoi"

"Je sens qu'on va bien s'amuser tout les deux..."

Il remit son sac sur son dos et commença à marcher à la recherche d'une forme de vie quelconque. Puis, il vit le long d'une maison, une échelle en carambars, il se dit que le Royaume des Sucreries devait être encore plus beau vu en hauteur. Alors, il monta l'échelle et arriva sur le toit d'une maison en gâteau. Alors il découvrit le Royaume des Sucreries vue de haut. Les tuiles étaient faites de dragibus et donc très colorées. Soudain il vit quelqu'un au milieu du village, une personne. Loki était interloqué par lui car il avait une flamme dans les cheveux ce qui n'était pas banal. Il suivit le garçon des yeux, ne le lâchant pas du regard. Tout à coups, il entendit un enfant crier :

"S’il vous plait, laissez mes parents tranquille !"

Le garçon à la flamme s'arrêta, puis fila vers l'endroit où le garçon avait crié. Loki sauta de toit en toit pour arriver au même endroit.

"Tais-toi, sale mioche ! Tes parents n’ont qu’à capituler ! Ca fait tellement longtemps que je veux leur maison en sucre !! Je vais enfin pouvoir en devenir le propriétaire, ca change tout quand on a des gros bras avec nous, n’est-ce pas ? Mwahahahaaa !!!!!!"

C'était le monde à l'envers, un gars petit et gros parlait et menacé, des gars plus musclés et sûrement plus dangereux obéissaient. Loki voyait aussi des adultes et un enfants ligotaient.

"Bon, j’en ai marre d’attendre, si tu ne signes pas tout de suite le contrat qui me déclare comme étant le nouveau propriétaire de cette maison, je fais tuer ta femme, et après, je m’occupe de ton fils !"

De la méchanceté gratuite encore ? C'est la pire chose que Loki destestait, cette nuit allait encore être témoin d'un autre combat. Quand allait-il passait une nuit tranquille ? La seule nuit paisible qu'il avait passé, c'était celle de sa rencontre avec Myleïn, mais justement où était-elle ? Il allait intervenir et lancé son laser quand quelqu'un le devança et enflamma un des gardes. Qui es-ce ? Le garçon aux cheveux enflammés, un pyrophobe apparemment.

"VOUS ALLEZ TOUS LES LIBERER OU JE VOUS DEFONCE UN PAR UN !!!!!!!!!!"

Loki ravala sa salive... Ce gars ne rigolait pas, il devait être vachement en colère pour parler ainsi devant 6 gars qui le mettraient en pièce en moins de deux. Soudain l'un d'eux sortit une petite dague de sa poche et la pointa vers le garçon encore énervé. Il fallait intervenir sinon ça risquer de mal tourner, il sauta du toit et atterri sur le corps du gars à la dague :

"Tu va regretter d'avoir sortit ta dague, dommage, Silver Flash !!"

Le gars était déjà bien sonné après s'être aplatit sur le sol, le laser de Loki ne fit que l'achever...

"Mais c'est quoi ce cirque ? Vous sortez d'où vous ?"

Le petit gros était hors de lui, il venait de perdre deux hommes en quelques minutes. Le garçon aux cheveux enflammés avait l'air toujours énervé. Loki le regarda mis sa main droite sur l'épaule gauche du garçon et lui dit :

"Mon nom est Loki. Je vais t'aider..."

Mais avait-il vraiment besoin d'aide ? Peut être était-il plus expérimentait que lui... Il avait sûrement la situation bien en main et lui venait de détruire tout son plan... Il ne savait plus quoi dire, en faite il attendait juste la suite des événements...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Jeu 17 Fév 2011 - 23:32
"Je t'aime !… Mais je suis pas là ce soir."

Encore Carl ? Toujours, comme à son habitude, il prévient toujours trop tard, enfin au dernier moment. À qui va t-il manquer ? À Myleïn, bien sûr. Qui d'autre ? Je veux dire, il ne dit pas je t'aime à n'importe qui, et tout le monde sait bien que plus jamais il ne la laisseras tomber. Et elle ? Pas pour l'instant. Elle l'embrasse rapidement et lui souhaite une bonne soirée. N'a t-elle pas peur qu'il s'en aille avec une autre ? Un peu, sans plus. Dans tous les cas elle aura Dreamland pour se raccrocher. Elle s'y attache finalement à ce monde ? Effectivement, malgré elle, ce Loki lui a redonné espoir pour son père, le rechercher dans un endroit si vaste n'est pas facile seule. À deux c'est mieux ? Comme tous. Elle va penser à lui avant de s'endormir ? Non, d'abord elle mange voyons.
Comme si les pattes qu'elle cuit était son enfant, elle les sort de la casserole avec délicatesse avant de les grignoter un par un. Se couche t-elle plus tôt ? Oui, pas qu'elle est fatiguée, au contraire, de toute sa journée elle n'a rien fait si ce n'est que câliner son amour, c'est surtout que puisque ce dernier est absent, Myleïn a hâte de retrouver le monde des rêves. Ce sera la première fois qu'ils se revoient, Loki et elle ? Oui. Un lien faussement intense les lies ? Non, un faux lien intense. Ils sont tous deux conscients que jamais ils ne pourront être de vrais frère et sœur, mais ils y croient pour le moment, alors pourquoi tout casser ? Pour éviter de leur faire mal ? C'est entre autres pour cela que Myleïn s'était de suite accroché à lui, car elle savait, ou du moins elle avait senti que lui aussi avait connu des choses bien pire qu'un frère ou une sœur perdu. Et que, si ce jour arrive, il tiendrais la route, tout comme elle. Quel jour ? le jour d'une séparation pour je ne sais quelle raison.
Douchée, habillée pour une nuit, Myleïn trouva de suite le sommeil bien qu'elle s'était promis de ne pas devenir trop accros à dreamland, enfin ce n'était plus à Dreamland à qui elle était attachée à ce point, c'était à son rêve. Quel rêve ? Un rêve qu'elle espère retrouver dans ses cauchemars. Son père ? Oui, elle l'attends tout en le recherchant, persuadée qu'il est encore vivant et surtout, sûre et certaine qu'il se trouve dans le monde des rêves. Maintenant qu'elle est aidée, tout lui paraît plus facile.


"Bonjour, bonjour ! Bientôt le cirque sucette et co va faire son entrée ! Venez nombreux ce soir au théâtre mouvant sur sucre !"

Qui est-ce ? Une annonce répétitive qui circule dans le monde où elle se trouve. Lequel ? Apparemment un monde sucrée, un monde de bonbons et de bonheur. C'est Dreamland ? Bien sûr, a moins que les routes ne soit faites de barbe à papa dans la vie réelle. C'est à ça que rêve Loki ? Il faut croire car elle avait bien penser à lui, sans faute, comme promis. Et ce seras ainsi toutes les nuits ? Non, heureusement que non, sinon imaginer… Trop se voir entraîne le désaccord. Que fait-elle ? Elle le cherche ? Non, elle achète. Et quoi ? une sucette, de toutes les couleurs qu'elle enfourne de suite dans sa bouche ce qui lui donne un air de gamine, mais une gamine de plus de vingt ans ! Tout de même. L'air un peu fou elle se balade alors, sucette bleu à la bouche avec son accoutrement habituel, soit, son simple short en jean et son soutien gorge bleu avec pour seule protection son gilet de sport.

"VOUS ALLEZ TOUS LES LIBERER OU JE VOUS DEFONCE UN PAR UN ?!"

Qui est-ce ? Elle n'en sait rien, mais, curieuse comme à son habitude, elle se faufile entre deux sucre d'orge pour enfin accéder à la voix. Alors ? Elle n'y fait plus attention. Comment ? Une autre personne l'a arrêter dans sa course de curiosité. Loki ? Exactement, toujours aussi rayonnant. Que fait-il ? Elle s'en contre fou, rapidement, inconsciente de la situation présente, elle saute sur le dos du jeune homme la sucette toujours pendu aux lèvres.

"Aïe !"

Et ça ? C'est Loki ? Non, vous pensez, elle est toute légère. Cela vient du sac à dos apparemment. Du… Sac à dos ? Oui, elle ne sait pas pourquoi, mais, habituée à la bizarrerie de Dreamland, elle enroule ses bras autour du cou de Loki tout en ayant la délicatesse de ne pas le blesser.

"Jlokchi !"

Que vient elle de dire ? Elle vient de dire "Loki". Dans quelle langue ? La langue occupé par une sucette à la menthe et à la cerise. Elle est heureuse de le voir ? Oui, elle est heureuse de le voir, mais, un tout petit peu en retard, elle s'aperçoit de la situation. Qui est ? Un homme mort sous les mains d'un autre, le feu au front et un enfant encadré par un autre cadavre, glacée, et d'autres hommes encore vivant. Que va t-elle faire ? Pour l'instant elle descends de sa monture plus habituellement appelée Loki, puis elle se tint droite, se grandissant du mieux qu'elle pouvait, plaçant ses deux mains sur ses hanches et parlant avec son bonbons à la bouche.

"Ché quoi le bordel ichi ?"

Ce qui veut dire ? elle demande à l'assemblé ce qu'il peut bien se passer. Et ils comprennent ce qu'elle dit ? L'un paraît comprendre et lui répond sèchement.

"Le bordel, demoiselle, c'est qu'ils ne veulent pas me rendre ma maison…"

Qui vient de parler ? Un homme, rabougri, dégagent une aura de méchanceté et une odeur repoussante. Myleïn, avant de sortir une conclusion hâtive, jeta un coup d'œil à l'enfant, en pleur, tétanisé.

"Et chui là c'est le tien ?"

De qui parle t-elle ? De l'enfant bien entendu. Et que répond t-il ? rien, il boude soudainement. Et elle, que fait-elle ? Elle sort enfin une conclusion.

"Impochteur va !"

Énervée ? Que nenni, juste un peu remontée. Aussi s'enquit elle de ne pas bouger. Manque de courage ? Non. Concentration ? oui. À quoi ? À faire sortir de son corps la nuée ardent qu'elle redoutait tant. Où l'envoit-elle ? Sur l'homme, grand et musclé, un voyageur apparemment, elle l'entoure d'une nuée noire, inquiétante. Et que fait-il ? Pour le moment rien. Rapidement, Myleïn l'agrippe au col le regarde dans les yeux, une lumière aveuglante touche les pupilles de son adversaire qui ne sait plus où regarder. Il ne voit plus rien ? Oui. En profite t-elle ? Elle ne fait que lui mettre un coup de poing qualifier de phénoménal, qui ne fait que l'assommer. Elle ne le tu pas ? Non, elle n'est pas comme ça, il ne sera plus en état de nuire avant un bon moment. Soulagée ? apparemment oui, bien qu'il y est d'autre énergumène pour s'occuper, sa fumée obscure disparut.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1467
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 455
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Sam 19 Fév 2011 - 0:37
[Suite du rp avec Kamui]

Toutes les nuits que j'avais passé était toutes les unes que les autres magnifiques. A chaque nuit, je pouvais rencontrer des personnes en qui je pouvais avoir confiance, des amis. De véritables amis, en qui l'on peut tout confier sans avoir peur qu'il se moque de nous. Une famille. Une famille où l'on peut choisir ses membres.
La dernière nuit que j'avais passé à Dreamland, j'avais rencontré mon opposé, le feu, qui s'appelait Luciole. Un bon camarade et nous nous sommes promis de se revoir le plus tôt possible et en étant amis. J'avais trop hâte de le revoir, avoir d'autres aventures comme cette nuit et rencontrer encore plus des Voyageurs.

Le bus, comme toujours, prit son temps de venir et était bondé. J'aurais aimé avoir mes pouvoirs, créer une bulle d'air et pouvoir aller à l'école en étant à l'intérieur.

HAHAHAHAHA ! Ça, c'était les rires que des kaïras faisaient au fond du bus mais que la puissance sonore de leurs voix s'amplifiaient dans tout le bus. Je mis alors mon casque, choisit une bonne chanson rock et l'a mis à pleine puissance. Une chanson J-rock en plus ! Je la mis alors sur répétition. A force à force de l'écouter pendant le trajet de depuis l'arrêt de bus où je m'arrêtais jusqu'au lycée (et oui, mon lycée est loin !), j'avais compris certain (ayant quelques notions de japonais). Les mots que j'arrivais à traduire et qui revenait tout le temps était "famille, amis, compagnons". Tiens, tiens...

"Hého, Kala <3 !"

Qui étais-ce ? Floriane, une fille de ma classe qui, apparemment, est amoureuse de moi. Je me demande ce q'elle me veut... Et dans un soupir, je lui répondis :

"Oui, que veux-tu, Floriane ?.."

"Bonjour à toi aussi ! Et, oui, euh... Hmm... Ça te dirait de... De... D'aller voir un film au UGC de Bercy ?.."

Tiens, une demande de rencard... Je ne sais vraiment pas... Je ne suis vraiment pas remis de la mort de Lydia... Mais d'un côté, je rendrais cette fille malheureuse si je lui dis non... Alala, les filles...

"Ben, donne moi ton numéro et je te dirais ça ce soir ou demain... Tu peux attendre ?"

"Ah ! Mais oui, bien sûûûûûrr ! Merci <3 !"

Et elle repartit en toute gaieté, espérant avoir une réponse positive. Mais vraiment, je ne sais pas. Je ne sais pas si je devrais lui dire oui ou non. Orh, et puis, je verrai ça plus tard ! Ma journée passait très lentement de mon point de vue. Peut-être parce que je regarde l'heure trop souvent.
Je crois que j'étais fatigué parce que, pendant le cours de français, la prof écrivait au tableau quelque chose. Je ne savais pas quoi mais lorsque je jetai un coup d'oeil, je vis que les lettres se déformaient et changèrent de position et formèrent les mots "famille, amis, compagnons". Simple illusion d'optique ou cause surnaturel ? Tel était la question mais je m'en préoccupais pas. Si ça se produit, ignore le tout simplement et ne fais pas d'histoire. Voilà une des phrases que j'avais sorti sur le coup. Donc, comme avec Myriam, je laissai passer cet évènement "surnaturel" ou non.

Je rentrai chez moi, m'affalai sur mon canapé et allumai la télé. Mais j'eus un énorme mal de tête alors je l'éteignis, alla prendre un Doliprane.
Mes parents rentrèrent de je-ne-sais-où en criant. Mais merde, qu'est ce qu'il y a ?.. Ils sont obligés de crier comme ça ?..

"Mais pourquoi t'as pas pris ce meuble ?! Il est moche ! Comment tu peux l'aimer ?!", cria ma mère.

"Mais il est bien en noir !! Pourquoi tu l'aimes pas ?! Ça te dérange en quoi ?!", répondit mon père toujours en criant.

"Mais IL-EST-MOCHE !!! Mais tu comprends pas ou quoi ??!! Tiens, Kala ! Je t'en supplie ! Dis à ton père que c'est moche ce truc !!", me gueula ma mère.

Aïe ! Mon mal de tête revenait. Un grand "BOUM BOUM" dans ma tête se fit, se répétant, la douleur augmentai au fur et à mesure...

"MAIS BORDEL DE MERDE !!! NE ME DÎTES PAS QUE VOUS VOUS GUEULEZ DESSUS POUR UNE HISTOIRE DE MEUBLE ???!!!"

Mes parents, effrayés, me répondirent tout doucement et ensemble :

"Euh... Oui."

"QUOOOIII ????!!! MAIS VOUS ÊTES DES GAMINS OU QUOI ??!! Alala, MAIS QU'EST-CE QUE JE VAIS DEVENIR AVEC DES PARENTS QUI SE FONT UN CHICHI POUR RIEN ????!!!"

Puis, le comble. Mon front était si chaud que je partis en courant prendre une écharpe, mis un mouchoir dedans et mis plusieurs glaçons dedans. Je pris l'écharpe, l'attacha sur mon front et partit m'allonger sur mon lit.

Mes parents, inquiets et désolés, vinrent dans ma chambre pour s'excuser :

"Euh... Kala, on est désolés..."

"DÉSOLÉ ?? VOUS ÊTES DÉSOLÉS ??!! VOUS CROYEZ QUE... Aïe !!"

Une autre douleur même avec les glaçons. Ceux-ci doivent fondre.

"MAINTENANT, FOUTEZ MOI LA PAIX, LAISSEZ MOI ME REPOSER ET VOUS ME RÉVEILLERAI LORSQU'ON MANGERA !!"

Et, dans un soupir, je m'endormis, pensant à de la glace pour me refroidir et Luciole.

Et je rouvris les yeux, me retrouvant dans le monde fantastique de Dreamland.

"MAIS PUTAIN DE MERDE !! JE TOOOOOOOOMMMBBE !!!"

Oui. J'étais en train de tomber. J'étais dans le ciel et j'étais en train de tomber dans un royaume que je ne connaissais pas. Mais merde ! Je vais mourir !

"AAAAAAAAHHHHH !!!!"

Et je fermai les yeux car je ne voulais pas voir le sol à l'atterrissage.

Brrrrrr ! Il fait froid. J'suis au Paradis ? En Enfer ? Mais allez ! Dîtes-moi ! Si je suis en Enfer, révélez-moi mon châtiment pour que je sache pourquoi m'a t-on expédié ici ! Je veux pas ouvrir mes yeux ! J'ai pas envie ! Pas envie, vous dis-je !
Et j'ouvris mes yeux. J'étais dans un espèce de liquide gluant. Eh, mais... Ça sent la vanille ! J'ouvris juste un peu ma bouche pour goûter le liquide dans lequel je suis tombé. Mais c'est vraiment de la vanille ! Et plus précisément, de la glace à la vanille ! Mais mon front va mieux ! Je n'ai plus mal du tout ! Alors, je nageai dans cette glace du bonheur et remonta à la surface.

"HOUAAAHH !!"

Je nageai vers l'extrémité de cette glace et sorti de là. Oula. Je me demande comment je vais faire pour descendre. C'est haut ! Et, je repensai à ce que j'avais fais la nuit dernière. Je fis apparaître plusieurs bulles et sautai des bulles en bulles pour descendre. Enfin j'arrivai en bas. Et la scène que je contemplai était meilleure que dans mes rêves les plus fous. Des sucettes, des glaces, des barba-papas, des tablettes de chocolat géantes, toutes sortes de bonbons qu'on peut imaginer. Un royaume où les sucreries était à volonté, le Royaume des Sucreries. Puis, je vis un petit bonhomme courir. Je l'attrapai par le col et le questionnai :

"Bon petit, tu vas me répondre à mes deux questions. Primo, ce royaume, comment il s'appelle ce royaume ? Et secondo, pourquoi tu coures ?"

Mais le p'tit gars se débattait comme un poisson lorsqu'on l'attrape.

"Pfffoouu... Bon ok, je te dépose par terre mais t'as intérêt à pas filer parce que je suis un Voyageur et que si tu te barre, t'es mort."

Et je longeai mon cou avec mon pouce. Le gars avala sa salive et me répondis :

"Ah, v...Vous êtes un Voyageur ? Tr... Très bien... Alors... Hmm..."

"Bon, elles sont pas compliquées mes questions ! Tu y réponds ou non ?"

"Non, ne me faîtes rien ! D'accord, d'accord... Je vous dirai tout mais ne me faîtes rien ! Alors, ce royaume s'appelle le Royaume des Sucreries..."

Je suis TROP-FORT !

"... Et pourquoi je cours ? Parce que là-bas, des parents et leur fils se font... Se font... Merde ! Je trouve pas le mot ! Euh... Bon en bref, des gens et leur fils se font embêter grave mais vraiment grave par un un homme d'affaires, un rêveur je crois, et il a avec lui six Voyageurs killers. Un gars, un Voyageur et un pyrophobe.."

Un pyrophobe qu'il a dit ?

"Attends ! Un pyrophobe t'as dis ?"

"Euh, oui un pyrophobe. Et, ayant vu la scène, il s'est mis en colère et a bousillé un des Voyageurs killers. Puis un autre Voyageur killer a sorti une dague de sa poche et un autre gars, tout habillé en bleu et aux cheveux blancs, est apparu. Je crois que c'était un Voyageur lui aussi et alors, il a valdingué celui avec la dague avec son pouvoir. Je crois que son pouvoir, c'est la neige ou je ne sais pas quoi..."

"Dis donc, t'es un fin observateur... Je t'engagerai bien comme indic'... Bon, termine ton histoire et on verra ça après."

"Oh mais oui Voyageur", me dit-il avec un large sourire au lèvres, "Donc, le neigeophobe a terrassé le Voyageur killer avec la dague.."

Puis, il s'arrêta.

"Et... C'est tout ?"

"Oui."

"Bon ben merci pour les infos et je voudrais savoir comment tu t'appelle..."

"Poloc, Monsieur ! Et si vous avez besoin de moi, vous n'aurez qu'à penser fort à moi en pressant ceci."

Et il me montra une petite corne en argent.

"Euh... Ben merci du cadeau, Poloc et si je te revois et que t'as des missions pas difficiles pour moi, tu me dira, ok ?"

"D'accord Monsieur ! Je vous souhaite bonne chance alors si vous vous rendez à ce combat !"

"Eh attend ! Ils sont où les Voyageurs qui combattent contre les Voyageurs killers ?"

Alors, Poloc me montrea une direction et repartit en courant. Je me suis fais un nouvel ami, un habitant des rêves ! J'ai vraiment la tchatte, moi !

Et j'arrivais enfin à ce mystérieux combat. Un attroupement autour d'une maison en sucre. Un gros, forcément le rêveur qui embête de malheureuses personnes. Il a mauvaise mine et il est très en colère ! Autour de lui, quatre Voyageurs killers (à ce que je crois) et 2 autres par terre. Je me demande où sont les deux Voyageurs héroïques... Mais, celui avec des gants enflammés et une flamme sur son front, c'est... C'est Luciole ! Alors si on pense très fort à la personne désiré, on peut la retrouver dans Dreamland ! Ok...
Enfin bref, j'étais vraiment content d'avoir retrouvé Luciole. Et l'autre gars avec lui... Ça ne peut qu'être que le neigeophobe !

Mais il y quelqu'un collé à lui. C'était une magnifique jeune femme avec un maillot de bain comme vêtement ! Elle n'a pas froid ou quoi ?

Elle dit quelque chose mais je n'entendis pas ce qu'elle disait. Puis, une nuée noire se forma derrière elle. Et elle courra vers un Voyageur killer et l'aveugla. Et elle en profita pour l'assommer. Donc, trois Voyageurs killers étaient par terre. Je crois que c'est à mon tour d'intervenir. Mais je me demande si ça m'épuiserai si j'utilise cette technique comme ça... Tant pis, j'essaye.
J'arrivai entre les deux camps adverses en sautant, majestueusement, au dessus de la foule qui s'était réunie. Puis, je me tournai vers les Voyageurs killers.

"BULLE D'AIR !!"

Et j'enveloppai un des Voyageurs killers, le fit lever haut, très haut dans le ciel et je fis disparaître la bulle. Et, réaction normale, le Voyageur killer que j'avais pris pour cible tomba et je crois qu'il était toujours vivant lorsqu'il était tombé au sol. Il avait une chance de malade.
Je me retournais vers Luciole et dis :

"Hey ! Salut Luciole, comment tu vas ? Tu vois, je viens te prêter main-forte ! Embêter de innocentes personnes, c'est impardonnable !"

Et je pris alors un visage grave. Non mais ! C'est vrai quoi ! Pourquoi vouloir embêter des personnes qui n'avaient rien fait ?

"Mais merde, pourquoi faut-il que ça m'arrive à moi", cria le rêveur, "J'espère qu'il y en aura pas d'autres..."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ En ligne
AuteurMessage
Messages : 305
Date d'inscription : 11/02/2011
Age du personnage : 25

Voyageur Expérimenté
Nayki Shin
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 300
Renommée: 1365
Honneur: 380
MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Dim 20 Fév 2011 - 19:22
Nayki arpentait les rues de sa ville depuis déjà un bon moment, un de ses camarades de classe lui avait donné rendez-vous sur l'une des grandes places de la ville dans le but d'aller faire un peu de roller avant de reprendre les cours. Malheureusement, Nayki était partis de chez lui assez tard et il était maintenant en retard. Pour éviter de faire trop attendre son partenaire de glisse [ndlr: Eh oui le roller est un sport de glisse pour ceux qui ne le savaient pas encore], Nayki roulait aussi vite que ses jambes le permettaient. Chacun de ses mouvements n'avaient qu'un seul objectif: le faire accélérer encore et toujours plus. Il sautait par dessus les obstacles, slidait les barre. Cette sensation enivrante de vitesse était grisante et il en était devenu accro. Il lançait des tricks, virevoltait... Les personnes qui le regardaient aurait pu croire qu'il volait tellement il semblait léger.

Il arriva finalement au point de rendez-vous avec 5 minutes de retard, il était le premier arrivé, il était éreinté et il décida de s'offrir une petite récompense à la pâtisserie pour se récompenser d'avoir parcouru la moitié de la ville en 10 minutes. Il alla donc s'acheter quelques bonbons qu'il préféra garder pour plus tard.
Alors que Nayki patientait calmement, il vit débarquer son camarade... poursuivi par un groupe qui semblait lui en vouloir beaucoup au vue des battes de base-ball qu'ils brandissaient dans sa direction. Décidant de lui venir en aide, Nayki s'élança et percuta de plein fouet l'un des poursuivant avant de piquer un sprint pour éviter de se prendre un coup. Les deux garçons était maintenant dans une fâcheuse posture, en effet, ils devaient rouler sans s'arrêter sous peine de se faire tabasser. De plus, Alex, le camarade de Nayki, semblait franchement fatigué par la course poursuite et il ne semblait plus pouvoir tenir très longtemps...

Nayki effectua alors un demi-tour afin de se retrouver face à ses opposants et il fonça à travers le groupe semant ainsi la surprise parmi eux et permettant à Alex de s'échapper. Se retrouvant ainsi seul face à eux il put alors accélérer vraiment et même s'il savait qu'il risquait à tout moment de se faire rattraper et rouer de coups, il aimait cette sensation qui lui procurait une source folle d'adrénaline. Il se lança alors dans une sorte de jeu avec le groupe qui le suivait où la règle était de tous les semer. Manifestement, ses poursuivants étaient rapides et endurant, il allait donc devoir employer les grands moyens. Il passa par les raccourcis et autres passages qu'il connaissait. Arrivé à un carrefour, il prit sur sa gauche pour arriver en plein dans le marché. Ayant l'habitude des courses où il faut rouler entourer de monde, Nayki n'avait aucune difficulté à se mouvoir et il put ainsi semer une partie de ses poursuivants avant de se décider à sortir de là.

Il accéléra un peu afin de prendre suffisamment d'avance puis il pénétra dans le parc suivi par cinq malades armés dont le seul but était de lui défoncer la tête. Il n'était alors plus question d'en rester là.
Nayki s'arrêta net et se laissa ainsi dépasser par les cinq gars qui le suivaient. Il fit tomber l'un d'entre eux en le balayait du pied puis se releva pour frapper le suivant d'un uppercut au menton. Il esquiva de justesse la batte qui, emportée par son élan, alla taper dans le dos du quatrième adversaire. Il était maintenant à deux contre un et il ne possédait plus l'effet de surprise. Plutôt que de risquer de se faire blesser, Nayki préféra ramasser l'une des battes dont il se servi pour faucher les deux gars encore indemne. Il s'enfuit alors du plus vite qu'il le put pour éviter de devoir reprendre ses combats dangereux. Il alla s'installer sur un coin d'herbe, à l'abri des regards et décréta que, maintenant, il méritait ses sucreries qu'il avala d'une traite. Il se mit à observer le vol des oiseaux, puis doucement, il ferma les yeux pour ne se concentrer que sur les sons qu'il entendait. Les bruissements des branches, la caresse du vent sur sa peau, les murmures de la nature calme et sereine comme si rien ne pourrait jamais la perturbée. Ce furent ses dernières pensées qui l'amenèrent tranquillement à sombrer dans un profond sommeil réparateur qui lui permettrait pourtant de continuer à vivre des aventures dans ce monde merveilleux qu'est Dreamland...


Quelle odeur enivrante... J'arrive à sentir le parfum alléchant des fraises tagada... J'ouvre tranquillement mes yeux pour profiter au maximum du spectacle. L'endroit dans lequel je me trouve est rempli de bonbons et autres sucreries. Je me demande si tout est mangeable?
Je marche doucement pour profiter de la vue qui s'offre à moi, chaque maison semble plus appétissante que la précédente. Même le soleil semble fait en sucrerie et j'ai l'impression que si j'ouvrai la bouche je pourrai manger le sucre de ses rayons. Un vol d'oiseau attire mon attention, je décide de les suivre, ils sont exclusivement constitués de chocolat et ils en laissent tomber derrière eux une longue trainée. Mes papilles frémissent rien qu'à l'idée de manger l'un d'entre eux mais je ne désire en rien interrompre leur magnifique ballet aérien. Soudain, les oiseaux se dispersent en faisant beaucoup de bruit et je comprend la raison de leur panique.

Un monde fou semble rassembler devant cette petite maison, il doit y avoir une animation, je me demande de quoi il peut bien s'agir. Pour mieux voir, je monte sur le toit d'une des maisons, celui-ci est en guimauve et je rebondis à chacun de mes pas. D'ici je peux observer la scène, un petit voyageur semble essayer de venir en aide à une famille. Contre lui, je distingue six personnes. Ah non sept mais une est déjà à terre. Bref, un combat sans intérêt vu que les agresseurs sont largement superieurs en nombre. Pourtant je sens au plus profond de moi quelque chose ne colle pas. Soudain, l'un des Killers sort une dague et la pointe vers le voyageur. Je m'apprête à réagir quand je vois un second voyageur tombé sur l'agresseur et l'envoyé au tapis d'un raie de lumière juste après avoir prononcé:

"Tu va regretter d'avoir sortit ta dague, dommage, Silver Flash !!"

Je suppose qu'il s'agit d'un manipulateur de glace ou quelque chose de la sorte. Arrive alors une nouvelle voyageuse au teint pâle qui se jette sur le manipulateur de glace. Ils ont l'air de bien se connaître car elle s'exclame:

« Jlokchi »

Avant de se mettre à discuter avec le garçon. Leur discussion me fait sourire et je me dis que ca fait trop longtemps que je n'ai pas été aussi proche de quelqu'un... Elle s'élance soudain vers un ennemi qu'elle met au tapis d'un puissant coup de poing après l'avoir étrangement aveuglé. Je n'ai encore jamais vu de pouvoir tel que celui-ci et elle éveille soudain mon intérêt pour le combat. Au vue du déplacement de l'un des balèzes, il est évident qu'il va attaquer et j'espère qu'elle va réutiliser son pouvoir afin que je l'observe à nouveau. Pourtant l'ennemi s'élève soudain en l'air avant de retomber pitoyablement, inconscient suite au cri d'un autre voyageur:

« Bulle d'air »

Celui-ci s'approche alors du mec qui était là au départ puis ils se mettent à discuter. Trop bas pour que j'entende ce qu'ils racontent mais on vois bien qu'ils se connaissent déjà. J'ai l'impression d'être un gars invité à une soirée sans y connaître personne... Sans que je comprenne vraiment pourquoi, un sentiment que je pensais oublié depuis longtemps réapparais en moi, je ressens l'envie d'être entouré de proches.
Soudain, l'un des « méchants » semble préparer un truc, il porte à ses pieds une paire de roller étranges dont les roues commence à tourner dangereusement vite. Soudain, il s'élance, sort une dague étrange et passe dans le dos de l'un des membres du groupe. Je devine ce qui va se préparer et m'élance depuis le haut du toit, je tire d'une de mes cartes que j'agrandis pour en faire une sorte de bouclier et m'interpose entre la cible et la dague. Je lève mon bras pour parer la dague à l'aide de ma carte mais trop tard. Celle-ci s'enfonce dans mon bras et je ne peux retenir un cri de douleur. Énervé de n'avoir réussi une simple parade je ne vois pas le coup de pied m'arriver en pleine figure et je me retrouve projeter lamentablement contre un mur de marchmallow. Je me relève assez vite pour me préparer au coup suivant. J'esquive par le bas, sors trois cartes de mon paquet que je plante une à une dans les patins de ce voyageur. Il ne peux désormais plus rouler. J'en profite pour le choper par le col et lui dire calmement à l'oreille:

<< Je déteste les gars dans ton genre >>

Puis je lui plante quatre cartes dans les tendons, ainsi, il ne pourra plus jamais marcher et attaquer en traitre. Je le renvois finalement dans le monde réel d'un coup de pieds dans la nuque en lui souhaitant un bon reveil.

Vidé de toute énergie, je m'éffondre au sol pour tenter de récupérer un peu. Malgré la douleur, un sourire se déssine sur mes lèvres: J'ai évité à quelqu'un de mourir et cette simple pensée me remplit de joie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-generationx.perso.sfr.fr/
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Mer 23 Fév 2011 - 4:14
~In real life~

Il fait un temps horrible, aujourd'hui, sur l'ensemble du Japon: un soleil aveuglant, pas un nuage à l'horizon, et il fait étrangement chaud pour la saison. Je n'aime pas spécialement la chaleur, ce qui m'amène d'ailleurs à m'interroger sur mon choix de carrière; un cuisinier qui n'aime pas la chaleur, c'est assez original, je dois l'admettre. En parlant de boulot, aujourd'hui je profite tranquillement d'un jour de congé: contrairement à mes confrères, je ne suis pas le genre à faire une overdose de travail: ça doit venir de ma moitié française, c'est un tel bordel la-bas pour tout ce qui touche au travail...

Cette fainéantise, donc, me permet de marcher tranquillement dans les rues trop éclairés de Tokyo, au milieu de centaines de gens pressés, dieu seul sait pourquoi. Je marche, oui, mais pour quelle raison? Pour évacuer mon stress? Allons, je ne suis pas soumis à quelque pression que ce soit, voyons; comment ma terrible maladie pourrait-elle me faire stresser, alors qu'elle m'empêche ne serait-ce que d'approcher tout être de sexe féminin sans me prendre une volée? C'est ridicule, enfin! Ce n'est pas parce que je suis privé de tout contact charnel avec une personne du sexe opposé que je devrais déprimer, ou même tenter de mettre fin à mes jours en écoutant l'intégrale de Céline Dion, fin à mes yeux trop horrible pour que je la souhaite même à mon pire ennemi.
Toujours-est-il que je marche, et que je dois user de toute ma force mentale pour ne pas succomber à ce brûlant désir de sauter sur toutes les femmes qui passent pour leur faire la cour, et me prendre une mandale bien sentie par la même occasion. Mais pourquoi je suis sorti, moi? Je me suis imposé une véritable torture psychique, et cela sans raison aucune! Je n'ai même pas fini le dernier Kingdom Art, il ne me manque plus qu'a finir l'histoire d'Akua et ce sera bon.
Haaaa....Akua..... Non! Il faut que je me ressaisisse! Si j'en suis arrivé à fantasmer sur un personnage de jeu vidéo, c'est qu'il est grand temps de m'employer à changer les choses! Et je sais déjà comment faire... Tout d'abord, survivre à cette journée, ce qui n'est pas gagné: en fait, je crois bien que ça risque d'être difficile, puisque je me précipite sur une jeune femme que j'aborde avec toute l'élégance dont je suis capable, juste avant de me prendre un high-kick monumental que je contre comme je peux, c'est à dire sans grande réussite: une autre pratiquante de Muay -thaï, je devrais avoir l'habitude depuis le temps.... Je ne peux m'empêcher de me relever et de recommencer, une dizaine de mètres plus loin, et ainsi de suite pendant près de quatre heures( je suis assez endurant, comme type) jusqu'aux urgences du coin, comme d'habitude.

-Mr Dôkeshi, quel plaisir de vous revoir! Je ne vous attendait pas aujourd'hui: d'habitude vous ne venez que trois fois par semaine à cette période de l'année.

J'aurais bien aimé lui répondre, mais mon visage était en trop mauvais état pour ça. Pendant une heure qui me parait une éternité, on me procure des soins minutieux et, au moment de partir, on vérifie ma carte de fidélité, un bonus pour leur meilleur client, c'est à dire moi.

-Hé bien, Mr Dôkeshi, vous voila aujourd'hui avec 34 565 200 points sur votre carte! Je vous rappelle qu'au bout de 50 000 000 de points, nous donnerons votre nom à l'aile "réanimation" de notre hôpital, comme nous l'avons fait avec celle des blessés graves il y trois mois.

-Ha oui, je me souviens, pour mes 20 000 000 de points... A raison de 200 points par visite, je pense que ça devrait se faire d'ici l'été.

Et c'est le coeur léger que je quitte cet hôpital, non sans draguer une infirmière qui me frappe avec un déambulateur qui traînait par là; je me souviens de la dernière fois, c'était avec un fauteuil roulant, ce qui n'aurait pas posé de problème si elle avait auparavant ôté le vieillard qui cuvait sa morphine dessus et qui est malencontreusement passé par la fenêtre et a atterri vingt mètres plus bas sur un camion d'oursin qui se rendait au mont Fuji pour y livrer le temple dans lequel officie mon père depuis ce terrible jour ou il à appris ma peur des portes-clés. Mon coeur se serre en repensant à lui et à sa petite affaire de baskets qu'il faisait fabriquer par de petits chinois dans la cave de la maison... Et je ne peux m'empêcher de penser aussi à ma mère, qui m'a renié avant de partir s'isoler dans un couvent puis dans une léproserie en nouvelle-guinée. Je me sens triste pour eux, encore que je comprenne leur réaction. Il n'empêche que j'en ai beaucoup souffert, et que plus rien n'est pareil depuis que les choses ne sont plus comme avant.

Et c'est ainsi que je finis par rentrer chez moi, un petit appartement pas vraiment luxueux mais plutôt correct, enfin quand on vit seul. Je me pose sur mon canapé et décide de mettre mon plan à exécution: Le meilleur endroit pour commencer mon opération de "p****n de b****l je veux b****r !!!" se trouve à Dreamland, et plus précisément à Délirium City, le lieu de pèlerinage des gens bourrés; je dois avouer que j'en suis moi-même un habitué, pour ne pas dire un VIP... c'est encore là que j'ai le plus de chance de trouver une fille. Dans le but de me rendre à Délirium City, je sort alors le grand jeu: une bonne dizaine de bouteilles d'un litre chacune, remplies d'un petit cocktail maison, c'est à dire: alcool à brûler, alcool à 90°, vodka, whisky, ainsi que ma petite création, "the fool's hell", d'environ 666°, dont la composition reste secrète et connue de moi seul. Ce petit cocktail, je l'utilise aussi quand je reçois un visiteur indésirable, qu'il soit gourou d'une secte ou inspecteur des impôts. Résultat? Je ne les ais plus jamais revu, et on raconte qu'ils seraient encore dans le coma entre la vie et la mort.
Pour le gout, je rajoute trois pots de Mutella et je bois ça cul-sec, dans mes verres "format familial", d'une contenance de deux litres. Trois verres plus tard, je m'écroule d'un sommeil réparateur sur ma table basse (ou j'agonise, ça dépends du point de vue) en marmonnant de tranquilles "laissez moi mourir...".

~In Dreamland~


Quand je me réveille, j'ai un horrible mal de crâne, et je suis encore dans un état second suite à ma consommation excessive de cet alcool de fabrication maison que j'utilise aussi parfois quand je suis en galère d'essence. Ce genre de chose devrait être interdit par la convention de Genève, franchement. J'ai les yeux mi-clos, et de toute façon ma vue est encore trop trouble pour que je puisse apercevoir quoi que ce soit. Je me lève péniblement, au bout de cinq minutes d'essai, puis ouvre pleinement les yeux pour me rendre compte qu'il y a quelque chose qui cloche: Pas d'odeur de vomi, pas de type qui cuve joyeusement en riant bêtement, juste une agaçante odeur de sucreries et un foutu nain en sucre qui joue une musique idiote avec sa flûte en pâte d'amande et qui se rapproche de moi en sautillant.

-Holà, l'ami, bienvenue au royaume des sucreries, vois ce monde merveilleux qui te tends les bras, où tout est coloré et qui respire la joie de vivre! Laisse moi te jouer un petit air de flûte! Hein? Mais que fais-tu, l'ami? Pourquoi sors tu cette étrange épée? Et pourquoi tu..

(Scène censurée pour cause de cruauté excessive envers une personne de petite taille qui n'avait rien fait pour mériter ça au regard des lois de Dreamland, tout comme celles du monde réel, d'ailleurs)

C'est satisfait et comme soulagé d'un grand poids que je prends la route en sifflotant, après avoir, hé bien, comment dire, violemment déposé la flûte du nain dans un endroit méconnu de son anatomie et après lui avoir, dans un élan de générosité irrépressible, fais goûter à de multiples reprises au pain d'épice dont sont fait les murs alentours. Je sais, ma gentillesse me perdra, un jour...
Puisque je suis coincé ici pour encore un moment, je décide d'explorer un peu la région, pour m'occuper un peu en attendant le réveil. Je marche donc aléatoirement, changeant parfois brusquement de direction, sans raisons aucunes. Je traverse, durant mon périple, un champs de barbes à papa multicolores, une plaine de crèmes glacés aux parfums invraisemblables et aussi nombreux que les étoiles dans le ciel... Quel poète, je m'étonne moi-même, parfois. Cette longue marche, je ne saurais dire combien de temps elle dure: 5 minutes, 4 heures, 2 ans, que sais-je encore... Je n'ai déjà pas une super notion du temps dans le monde réel, alors ici...
Je finit par arriver dans un endroit étrange, une sorte de montagne de gélatine autour de laquelle volent trois oiseaux sombres, peut-être en réglisse, qui sait. Je n'ai rien contre les oiseaux, après tout ils ne sont que d'innocentes petite bêtes fragiles qui ne demandent rien à personne...Splatch. Un bruit, un seul, puis une tâche sombre, sur ma chaussure gauche. Si je n'avais pas esquivé par réflexe, ce serait atterri sur ma tête... J'entends au loin les rires tonitruants des oiseaux, alors que de nouveaux projectiles me tombent dessus. Je les évite et entame l'ascension, qui se révèle ardue à cause de la gélatine qui me fait rebondir à chaque fois que je trouve une prise. Je hais les piafs.... Ces petites choses inutiles, qui se soulagent sur d'honnêtes gens sans vergogne...
Je continue à grimper pendant que les piafs semblent en train de faire le plein de munition en gobant uelques malheureux lapins en chocolat qui traînaient par là, sans doute déjà mort. Arrivé à quelques mètres d'eux, ils m'attaquent ensemble, ne m'offrant pas beaucoup d'alternative... Je prends appui sur la paroi en gélatine et saute en arrière, effectuant un magnifique salto en criant:

- Vole, chaîne royale! Discobolos!

Chaîne royale apparaît alors dans ma main droite, puis je la lance en un éclair sur mes ennemis volants; ma keyblade les frappe tout les trois, qui tombent en piaillant, puis revient dans ma main avant de disparaître: bien fait pour vous, je n'aiment pas qu'on me fasse dessus, même si c'est de la réglisse ou du chocolat. Je sourit, fier de moi, quand un détail mineur s'impose à moi: je suis en train de tomber de vachement haut, quand même, et je n'arrive pas à me souvenir si, comme la montagne, le sol en bas est en gélatine... Zut, je crois bien que j'ai fait une toute petite boulette. Bon, ben, advienne que pourra; c'était marrant, Dreamland, c'est dommage de partir comme ça, maintenant...
Quand enfin je touche le sol, mon coeur est vidé de toute crainte, et je suis sur le point d'atteindre cette révélation aussi pure que le plus pur des astres que cherchent toute leur vie les moines tibétains, espèce en voie de disparition d'ailleurs. Puis je m'enfonce d'au moins six mètres dans le sol: c'était bien de la gélatine, quelque part c'est rassurant, encore que j'ai perdu le fil de ma réflexion; tant pis, ce sera pour une autre fois, l'illumination... C'est ce que je me dis quand un autre problème vient prendre sa place sur le devant de la scène: c'est de la gélatine, et je me suis enfoncé d'au moins quelques mètres, donc fatalement, quand je vais remonter... Je n'ai pas le temps de finir d'y penser que ma théorie se révèle exacte. Je suis projeté avec force très loin de la montagne, et alors que je vois les décors défiler à toute vitesse autour de moi, je me dis que je n'ai vraiment pas de chance, ce soir...

Peu de temps après, mais quand même une bonne vingtaine de secondes, je commence à descendre dans une sorte de quartier résidentiel, ou j'atterris en plein dans la rue, sur un trottoir en guimauve. Je m'extrait péniblement du sol en remerciant la divinité locale, qui que ce soit, pour avoir mis ce trottoir ici, et regarde autour de moi: J'aperçois un gamin apeuré, un homme et une femme ligotés, ainsi qu'un petit bonhomme à l'air aigri, et surtout passablement surpris par mon arrivée sortant de l'ordinaire. À proximité de cet homme, ou quoi ce ce soit, des hommes, sans doute des voyageurs, avec un air assez agressif: peut-être des tueurs de voyageurs, j'en ai entendu parler quelques fois. Ils sont au nombre de six, encore que cinq soient à terre, je peux quand même dire qu'ils ont l'air agressif rien qu'en les regardant maintenant. À côté de ça, un petit groupe de voyageurs, dont un avec une flamme sur la tête, sans doute un contrôleur du feu. Pour les autres, impossible de savoir, mais on dirait qu'ils se connaissent, en tout cas au moins un peu. Je me lève et observe calmement la situation en massant mon épaule gauche engourdie, quand le petit homme se met à crier:

-Mais enfin c'est quoi ce cirque! Je veux cette maison, et personne ne m'en empêchera! Toi, va régler son compte au nouveau venu, et ensuite occupe toi des autres!

L'homme en question, le seul encore debout, hoche vaguement de la tête et sort alors un épée longue qu'il brandit vers moi. Je le regarde histoire de le jauger puis tend ma main droite devant moi en disant:

-Ecoute moi bien, je ne sais pas ce qui se passe ici, ni pourquoi on doit se battre, mais si tu veux m'affronter, compte sur moi pour te réduire à l'état de pulpe sanguinolente.

Je fais alors apparaître chaîne royale et saute vers lui, lui assénant un coup qu'il pare sans difficulté avant de contre-attaquer. L'échange dure une vingtaine de secondes: mon adversaire sait se battre, mais il n'est pas si fort que ça, il suffirait que je cesse de m'amuser pour mettre un terme à ce combat. Il finit par s'éloigner et me commence à agiter son épée dans le vide, à environs cinq mètres de moi. Etonné, je baisse ma garde un instant, c'est alors que sa lame se "disloque", révélant cette arme dont je ne sais jamais le nom, un mélange entre un fouet et une épée, avec une portée d'environs cinq mètres. La lame-fouet commence à s'agiter alors que je contre et j'esquive comme je peux, ses mouvements assez perturbants m'empêchant de prévoir avec efficacité ses attaques. C'est après quelques secondes que j'ai une idée: je commence à courir vers la maison la plus proche et, m'aidant de divers points d'appui, saute sur le toit et commence à esquiver en passant sur celui d'à côté, et ainsi de suite jusqu'au moment ou je repère enfin l'ouverture que je cherchais: je stoppe ma course brusquement, sa lame s'enfonçant dans la maison en passant juste à quelques centimètres de moi,puis saute dans le vide, effectuant une magistrale vrille pour passer derrière lui et lui asséner un violent coup de keyblade dans l'épaule. On entends un bruit sourd, comme un craquement, alors qu'il étouffe un cri et tente de s'éloigner en ramenant son arme vers moi. Je souris un bref instant à l'idée de ce qui va suivre et jette ma keyblade vers sa lame en disant, avec un volume peut-être un peu élevé:

- Discobolos!

Ma keyblade, en frappant son arme, la dévie de sa trajectoire et la fait s'écraser dans le sol , assez loin de sa cible. Quand chaîne royale revient dans ma main, je me précipite sur mon adversaire et saute devant lui, lui assénant un magistral coup de keyblade sur la tête: je voit ses yeux qui se voilent alors qu'il s'effondre dans un râle, puis range ma keyblade en baillant. Je me tourne alors vers le petit homme qui ne semble pas vraiment rassuré maintenant par son léger manque d'effectif, puis déclare nonchalamment:

- Mouais, pas terrible. J'espérais mieux: j'ai à peine pu m'amuser. En tout cas, je pense que tu n'as plus rien à faire ici, non?

Je me tourne alors vers les autres voyageurs, avant de remarquer la fille avec eux. Sous la surprise, je manque de céder à mes instincts mais me retient de justesse, mon visage ne trahissant qu'une fulgurante douleur mentale qui s'atténue bien vite, pour devenir plus supportable quand enfin je réussis à me présenter.

- Bonsoir messieurs, mademoiselle, mon nom est Kuro Dôkeshi. Ravi de faire votre connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Dim 27 Fév 2011 - 21:29
Bon ça vaut pas vos rp mais soyez gentil... ça fait un bail que j'ai pas rp ^^'

______________________________________________________________________________________________

Encore une fois tu t'étais réveillé pour une journée de merde, mais parmi toutes celle de la semaine celle-ci était la plus inutile de toute!! Pourquoi? Tout simplement parce que tu n'avais que quatre heure de travaux pratique, suivis de trois heures de trous pour la pause de midi et que tu terminé ta journée par une heure d'histoire et une heure de philosophie et même si après cette journée tu te retrouvai en week end, tu n'arrivai pas à trouver de l'enthousiasme pour te réveiller… une seul chose réussissait à te pousser au réveil, deux raisons plutôt. La première était que tu allais retrouver ta copine à la fin de la journée, et qu'en sortant de ton établissement scolaire ton cœur allai s'emballait comme à chaque fois que tu l'aperçoit, comme d'habitude tu allais lui raconter ta journée et la faire sourire avec tes conneries coutumières. A t'écouter te plaindre sur ta journée tu la fixerais et aimerait tant lui parler de tes aventures à Dreamland, mais ne faisant pas partie de se monde tu n'avais pas le droit lui en parler, mais pourquoi d'ailleurs? Au risque de paraitre ridicule? Ça s'est pas nouveau pour elle, mais sans aucune raison valable tu gardais le silence et ne prononças jamais l'existence de ce monde onirique. Bref après avoir passer le reste de ta journée à ses côtés, en te promenant dans la belle ville de Lille il était temps pour toi de rejoindre ta famille, et c'est de pas lourd que tu te rendais à ton domicile.

En effet, rentrer chez toi n'était absolument pas la seconde motivation à finir ce journée qui closant la semaine de travail, tes parents s'engueuler systématiquement et tu n'attendais que le moment où ils finiraient par se séparer… c'est moche à dire mais c'était la vérité, voyant ta génitrice malheureuse face à ton paternel tyrannique tu n'avais qu'une envie, c'était soit de lui en coller une bonne afin qu'il commence réellement à se remettre en question et pas simplement le dire pour calmer le jeux pour finir par retourner la situation à son avantage comme il le fait tout le temps, soit de voir ta maman partir de l'emprise de ton père… les seuls moment d'évasion était avec ta moitié et à Dreamland. C'était ça ta seconde motivation à terminer ta journée, rejoindre le moindre onirique de Dreamland où tu es assez reconnu et suffisamment puissant pour faire ce que tu veux. C'est alors en concluant ta journée par un repas sous un silence oppréssant, qui suivait toujours de très près une dispute malfaisante, et en envoyant des textos à ta copine en te plaignant de ta situation familial que tu t'endormis sous tes couettes très chaude, en ne pensant qu'à un monde chaleureux qui te représentait vraiment très bien…

Contre toute attente tu te retrouva dans un lieu encore inconnu de ta personne, et tu aurais le connaitre plus tôt pour t'y enfuir chaque nuit. Un royaume sentant la fête foraine, du moins sentant les stand de nourritures sucrées, le royaume des sucrerie se postait devant toi. Quoi de plus chaleureux que des sucreries pour noyer ses chagrins avec ses amis que des bonbons? Mes amis? Où étaient-ils maintenant? Cela faisait plusieurs nuit que tu ne les avais pas croisé et ils commençaient à te manquer… peut être leurs étaient-ils arrivés quelques chose, peut-être avaient-ils perdus la vie dans ce monde fabuleux… tu avanças alors d'un pas tout aussi lourds que celui du monde réel vers ce monde magnifique dégageant des fortes odeurs de joie, d'amitié... tout le monde étaient heureux, jouant avec le nourriture (oui c'est pas bien mais les jouets sont en bonbon donc quitte à faire). Tu ramassas un sucre d'orge que tu croquas comme un gros morphale, et tu continuais à les cueillir et à les croquer un à un toujours sur le même terrain jusqu'à ce qu'un gros bonhomme blanc et plein de boulés couru vers toi avec la ferme intention de te tuer, il hurla…


"Espèce de ptit con!! Tu détruis mon jardin!! JE VAIS TE CROQUER COMME TU CORQUE MES FLEURS!!"

*Gné? Des fleurs?oO* pensas-tu…

Mais voyant le gros courir après toi la bouche grande ouverte tu pensas qu'il ne valait peut être pas trop rester ici, tu te mis alors à courir vers le centre de la ville et pour échapper plus rapidement au gros lard tu sautas de toit en toit sachant qu'il ne serai pas assez souple et rapide pour te choper. Continuant ta course menant je ne sais où, tu vis un groupe de villageois courir, tu les suivis alors sans savoir pourquoi et tu les écoutas…


"A ce qu'il parrait ya une groupe de voyageur killer qui font chier leurs monde en ville, un rêveur les a engagé pour obtenir un maison ou un truc du genre bref c'est le gros bordel!! Après ya un mec qui est venu pour s'attaquer à un des voyageurs, puis un autres et encore un autre parait même qu'il y a un gonze dans le tas!! Ça vas faire parler de notre royaume dans le Dreamag et avec un peu de chance on sera interviewer!!"

Baston? Ce doux mots retentissait dans tes oreilles et tu te dépêchas de te rendre sur la place du combat en invoquant ton fidèle pigeon Ben, tu plaças quelques une de ses bombes à souffle sous tes pompes et les fis exploser pour atteindre une vitesse de pointe terrifiante qui t'amena droit dans un mur de brique… de lait… tu étais désormais recouvert de ce bon fluide sortant tout du pis des femelles, dis comme ça ça parait dégueulasse mais c'est très bon en fait!! Bref tu arrivas sur le lieu de la bataille et tu vis six mec, dont un à terre, et une superbe gonze en maillot de bain… ils étaient tous entrain de discuter, sauf celui à terre qui semblait vouloir se relever…

Il s'approcha dangereusement du corps de la jeune demoiselle en maillot que tu reluquais depuis ton arrivée, sortant ses armes tu regardas si quelqu'un allait réagir, mais trop tard, celui-ci chopa la jeune femme et la serra violemment dans ses bras menaçant de la tuer si un des cinq mec bougeait de serais-ce que le petit doigt. Perché sur ton toit en chocolat tu réfléchis à une stratégie, mais un mots t'empêchai de réfléchir… Baston; baston, baston… ok vas pour la baston!! Profitant que personne n'eu fait attention à toi, tu sauta dans le vide et lança dix bombe soufflante créée par ton oiseau toujours sur ton épaule. Posant un pied à terre et faisant du dos à dos au voyageur killer, tu lui adressa ces quelques mots…


"tu aurais mieux fait de rester à terre mec…" BOUM!!

C'est le son que tout le monde entendis puis une nuage de poussière d'éleva… le killer fut envoyait vers les cieux et eu relâché la demoiselle qui fut sauvé par l'intervention de ta seconde invocation, Doudou le grand épéiste se battant avec une tuyau de fer qui la déposa délicatement aux pieds des cinq autres mec… la grande classe!! Suivant de très près l'ascension de l'adversaire tu lui chopa le pied et le tira vers le bas l'envoyant directement sur le chemin de Doudou. Profitant de cette situation, l'épéiste à plume heurta violemment le corps de l'homme qui fut à nouveau envoyé vers ta personne. Ben prépara alors une bonne dose d'explosif sur ton poing droit et lorsque ton adversaire se présenta face à toi tu élança ton poing hurlant le nom de ta prochaine attaque…


"BURST PUNCH!!!"
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Lun 28 Fév 2011 - 22:16
    C’était la première fois que j’étais aussi furieux. Même le jour où j’ai débarqué à Dreamland pour la première fois, c’était sans comparaison aucune avec aujourd’hui. C’était… différent. Cette première colère à mon arrivée au royaume des doutes était due à une frustration, celle de ne pas avoir découvert l’assassin de ma mère. Aujourd’hui, ce n’était pas de la frustration qui brulait mes membres, qui animait la flamme de ma colère, non, il s’agissait d’une tristesse profonde. Non pas le genre de tristesse que l’on ressent lorsqu’on se sent seul, c’est beaucoup plus intense que ca. Que faire lorsque notre vie ne rime à rien ? Que faire lorsque notre famille, le seul repère sentimental qu’un être vivant possède sur cette terre, nous blesse mortellement ? Que faire lorsque notre détresse dépasse les bornes ? Quels sentiments ressurgissent lorsque quelqu’un menace ce que nous, nous avons perdu et qui est pourtant de grande valeur ? Pourquoi étais-je autant hors de moi à la vue de cet homme qui menaçait une famille entière ? La réponse était évidente.

    Voir ce fumier de gros plein de soupe menacer ce jeune garçon auquel je m’identifiais, je n’avais pu le supporter. Ce fils unique avait de la chance, il avait encore son père et sa mère avec lui. Il n’y avait aucune chance qu’il les perde alors que j’étais là ! Je ne le permettrais pas !! C’était d’ailleurs pour ca que j’avais sauté sur le premier ennemi qui était à ma portée. Ne m’en rendant compte qu’après coup, j’avais enflammé mon front sans savoir comment, et instinctivement j’avais embrasé mes gants pour porter un coup fatal, un seul coup, retentissant. Le voyageur killer était faible, plus faible que moi et il était débordé par la foule qui le pressait de toute part donc il ne m’avait pas vraiment vu venir, ce qui avait favorisé mes chances de le mettre KO. J’étais tellement en rogne contre le culbuto que j’allais avancer vers lui en défonçant tous ceux qui se mettraient en travers de mon chemin, dussé-je le rejoindre en rampant. Mon regard était focalisé sur ma cible, je ne voyais que du rouge partout où mes yeux se posaient, c’était comme si mes veines oculaires avaient explosé. J’étais une bête enragée prête à dévorer sa proie sans ménagement. D’ailleurs, j’étais tellement concentré sur ma cible que j’allais remarquer trop tard un assaillant armé d’une dague.

    Je sentis alors un contact. Mes sens étaient aux aguets alors je faillis prendre la main sur mon épaule et la retourner pour plaquer l’inconscient au sol. Seulement, ce contact, ce toucher, eut un effet non escompté sur ma personne. C’était comme s’il m’avait calmé net, ou refroidi. La voix qui suivit n’en fut que plus apaisante. C’était un voyageur qui me proposait de l’aide. Bien que je n’en ressente pas le besoin, étant plutôt en mode solitaire à cause de la sale journée passée, je trouvais quand même ce geste touchant. J’étais heureux de constater que je n’étais pas le seul qui se sentait obligé d’agir devant une telle scène. Et cela eut plus d’effet sur moi que je ne l’aurais cru. Je n’étais plus seul.

    Le voyageur faisait à peu près ma taille, il était emmitouflé dans ses habits comme s’il gelait dehors, c’était ce que je retenais en premier lieu. Dans le feu de l’action, je le voyais entièrement bleu clair, ce qui contrastait énormément avec ma vision pleine de rage qui s’était actuellement estompée. En vérité, je ne savais plus dans quel ordre tout s’était passé, si le voyageur à la dague avait mordu la poussière avant que le bleu voyageur me propose son aide ou l’inverse, tout s’était passé si vite. Quoi qu’il en soit, un autre feu naissait en moi, une chaleur qui était à l’opposé du pouvoir de ce jeune voyageur. Il s’était montré très efficace avec son laser, aucunes bavures, il s’était fait son ennemi avec la plus grande facilité, impressionnant. Attaquant par surprise, il m’avait survolé pour tomber sur son adversaire, telle la pluie qui nettoie les impuretés et qui aide la plante solitaire.

    Mais son arrivée n’était que le début d’un défilé de voyageurs prêts à m’accompagner dans ma lutte contre le mal. Lorsque le dénommé Loki apparut aux yeux de tous, une fille qui visiblement le connaissait lui sauta dessus. Heureusement que j’étais encore dans l’euphorie du combat, bien que je me sois calmé, parce que sinon sa présence m’aurait tout bonnement paralysé. Son corps svelte et mince, ainsi que peu vêtu, reprit une posture un peu plus décente avant de demander ce qui se passait. Elle venait d’arriver en pleine baston sans avoir conscience des mauvais projets qui se profilaient juste pour rencontrer son ami ?! Bref, pendant qu’elle faisait ses affaires, je cherchais du regard les ennemis en mouvement. Si mon allié était déconcentré, il n’allait pas faire long feu en tant que compagnon d’arme. Moi je n’allais pas m’arrêter là…

    Quand j’eus décidé de ma nouvelle cible à attaquer, cette fameuse demoiselle me coupa l’herbe du pied et utilisa je ne sais quel magie sur mon adversaire. Sans attendre, elle l’assomma d’un coup de poing ravageur. Il fallait que je demande un copyright sur mon attaque de tout à l’heure… N’empêche, son pouvoir était stupéfiant, on aurait dit une sorte de brume. Là encore, j’étais à fond dans le combat même si je n’avais pas frappé quelqu’un depuis mon premier coup de poing, donc je voyais cette fille tout en noir, ou plus précisément bleu foncé. Avec son look un peu trop provocant, sombre et sa longue chevelure ténébreuse, elle incarnait le mystère à mes yeux. Tout le contraire des filles, d’ordinaire. Mais ca, ce n’était que mon avis. En tout cas, vu son attitude et aussi parce que c’était une fille, son intervention ne comptait pas vraiment à mes yeux. Je l’ignorais et continuais mon combat.

    Mais comme si les gens ne voulaient pas que je terrasse du voyageur, une autre personne m’interrompit. Cette fois, je la connaissais. C’était Kala ! Je l’avais rencontré la nuit dernière, ca me fit plaisir de le revoir. Il était celui qui se rapprochait le plus d’un ami à mes yeux. Qu’il soit là me faisait énormément du bien. Le sentiment qui avait grandi en moi à l’arrivée de Loki et qui s’était estompé avec l’apparition de l’ombre féminine, il ressurgissait en puissance alors que mon regard reconnut cette silhouette familière qu’était Kala Kourou. Son pouvoir, je le connaissais, et je savais que je pouvais compter sur lui pour combattre à mes cotés. Alors, je continuais de balayer l’aire de combat du regard pour me protéger et pour guetter une occasion de fondre sur un ennemi. Mais l’occasion ne s’était pas présentée, le cercle formé par la foule s’était élargie et les ennemis étaient plus dispersés qu’au début. Il n’en restait d’ailleurs… plus que 2 avec celui que Kala venait de jeter au sol avec sa bulle d’air. Il avait plongé au cœur de l’action, telle une tempête qui défoncerait tout sur son passage, voila pourquoi j’étais en confiance avec lui. J’étais un peu comme ca aussi et d’ailleurs, je le considérais secrètement comme un concurrent à surpasser. Qu’il terrasse son adversaire dès son arrivée ne fut donc pas une surprise.

    Lorsqu’il me salua, je ne pus retenir mes lèvres de sourire. Oui, la rage qui avait enténébré mon cœur était loin, je me sentais heureux maintenant. Parce que bien qu’ayant débuté ce combat seul, il y avait de plus en plus de monde qui venait à mes cotés, comme pour me soutenir. Et après avoir été déçu toute la journée, cela me fit chaud au cœur. C’était vraiment un sentiment que je recherchais depuis longtemps bien que ne faisant aucun effort dans la vraie vie pour le trouver puisque la mort de ma mère restait toujours aussi fraiche dans ma mémoire. Le fait de ne pas l’avoir ressenti depuis tout ce temps, je me rendais compte à quel point ce sentiment était puissant et enivrant. La déception de ne pas m’être fait tous mes ennemis avait vite été remplacé par la joie de compter sur les autres. Mais je ne savais pas que ce n’était que le début…

    Ma joie et ma sensibilité à vif m’avait rendu moins vigilant aux alentours. Et un des voyageurs killers ne demandait pas mieux. Equipé de rollers et d’une dague, il fonça sur moi, proie facile que j’étais. Mais avant que je ne m’en rende comte, un autre voyageur s’intercala en lui et moi, pour me protéger ! Tout ce qui je vis de l’action qui arriva, c’était du orange, couleur qui se trouvait sur… une carte ? En plus, une carte… géante ! Mais elle ne faisait pas le poids avec la vitesse que l’ennemi avait mis dans son attaque avec son arme. Il fut blessé par ma faute ! Les yeux écarquillés, je me rendais compte de ma bêtise, ce n’était pas le moment d’être touché par l’aide que je recevais. Il fallait continuer à combattre pour ne pas être un boulet. Je voulais aider mon protecteur mais surpris par tous ces évènements, j’en étais tombé sur les fesses. Au final, il semblait se débrouiller très bien tout seul. Rapidement, et avec d’autres cartes, il se débarrassa des rollers de son adversaire et puis il le finit par une association cartes et coup de pied. Moi qui avais été du début à la fin de son assaut une proie facile, il s’était montré un véritable soutien, me permettant de me relever et d’échapper aux attaques que je n’étais pas en mesure de contrer. Tout cela, avec classe, il était comme rayonnant à mes yeux. Je lui serra la main, le remercia et me présenta.

    Au moment où je prononça « Luciole », un astéroïde tomba pas loin. Après que la fumée se soit estompée, il s’avérait que c’était plutôt un humain qui avait atterri à coté de nous. Il n’avait pas vraiment de chance ce gars là parce que le petit gros envoya son dernier atout à la charge. C’était le voyageur killer qui détenait le gosse en otage, il le donna à son patron et partit à l’attaque du nouveau mec aux cheveux bleus. Cette armoire à glace me semblait être un des plus forts voyageurs qu’on ait à affronter. Et c’était le mec tombé du ciel qui se le tapait, il allait se faire trouer… A ma grande surprise, ce ne fut pas le cas. Au contraire, le beau gosse aux yeux bleus semblait maitriser le combat sans problèmes. Il existait vraiment des voyageurs forts à Dreamland ! Son pouvoir était d’ailleurs surprenant, il maniait une clé géante ! C’était surement un manieur comme Saylen ! On aurait dit qu’il s’ennuyait, jusqu’à ce que son passe-temps change d’arme. Là, il s’échappa sur les toits et attendit le bon moment pour conclure en deux trois mouvements. C’était… impressionnant ! C’était vraiment ca, une grande bataille ? Tout le monde y mettait du sien, avec son style à lui, affrontant chacun son adversaire jusqu’à ce que la masse soit dispersée sur le sol. C’était la première fois que j’avais autant de compagnons d’arme. J’aurais voulu continuer à me battre pendant encore des heures et des heures sans m’arrêter.

    Maintenant que tous les gros bras étaient à terre, tout le monde regardait dans la direction du culbuto. Il tenait le gosse en otage, menaçant de le tuer si l’on bougeait. Venant de détacher les parents, je vis le petit gros et son attitude allait encore me mettre hors de moi quand un mouvement m’interpella. Il n’y eut pas que moi qui le remarqua mais tous, nous étions trop pris de court pour réagir : la fille brumeuse allait se faire blesser par un des killers qui s’était relevé ! Mais le défilé n’était pas fini…

    Une ombre vola au secours de la jeune fille. Qu’est-ce que c’était ? Un oiseau ? Un avion ? Non, c’était un autre voyageur ! Il envoya l’ennemi dans les airs avec des bombes spéciales et il se le finit par une combo avec un oiseau bizarre. C’était rapide et efficace, comme la foudre… Le jeune brun venait de sauver la jeune brune. On ne savait rien de ses motivations mais c’était toujours un compagnon de plus. On était maintenant en masse autour du bouffon bouffi. Même s’il retenait le gosse avec son canif, il tremblait de tout son corps. Me montrant plus menaçant que jamais, j’étais en train d’exploser de colère ! Après avoir jeté un regard meurtrier au rêveur relou, je lançais mon bras dans sa direction pour clôturer le mouvement par un claquement de doigt. Mes gants enflammés firent le reste, ils déclenchèrent une technique que je venais d’inventer pour l’occasion.

    ~ Finger Slam ~
    Alors que le petit projectile enflammé percuta la tête du petit bonhomme et qu’il tomba inconscient à cause de mon charisme légendaire, je ricanais de bon cœur, comme fier de ma comédie. J’étais de bonne humeur, on venait de sauver une famille innocente et grâce à nous, elle pourrait continuer à rêver tranquillement dans leur jolie maison. Après que cette famille nous ait tous remercié, je cherchais un objet en particulier… Voila ! Un chamallow en forme de cube géant. Je pouvais ainsi monter dessus et me faire voir de tous mes compagnons d’arme. Comment ca je suis petit ? Bon, ce n’était pas très stable, je m’enfonçais dedans ou j’étais penché parfois mais j’arrivais malgré tout à faire mon petit speech.

    -Bonjour à vous qui avez aidé cette famille en détresse ! Je voulais vous remercier pour ce que vous avez fait, particulièrement pour… Loki je crois que c’est son nom et le voyageur aux cartes qui m’ont sauvé la mise tous les deux ! Je vous avoue que je n’aurais certainement pas pu tous les vaincre sans vous et…

    Je marquais une pause. Vu d’en haut, voir tous mes compagnons d’aujourd’hui me laissait une impression plutôt nostalgique. Je sentais que l’on pouvait faire beaucoup de belles choses, tous ensembles. On pourrait former… une vraie famille !

    -Et, nous étions vraiment performants tous ensemble. Je ne sais pas pour vous, mais ca m’a fait chaud au cœur de me battre avec vous. Si c’était possible de recommencer un sauvetage tous ensemble, je n’hésiterais pas ! On serait un peu comme un groupe de voyageurs unis pour sauver les personnes en détresse, on se soutiendrait tous les uns les autres, comme… comme une famille !! Mais bon, ca, ce n’est qu’une idée, haha… En attendant, j’aimerais vous inviter à l’auberge pour fêter notre victoire ! A ce qu’il parait, il y a de superbes confiseries avec des goûts et des formes qui dépassent notre imagination !!

    Après mon petit discours, je me rapprochais du voyageur aux cartes pour l’aider à trouver un médecin, avec tout ce qui s’était passé, je l’avais zappé… Une fois que nous étions tous autour d’une table ronde géante où bonbons et breuvages sucrés coulaient à flots, je m’approchais de Kala et de pokerman pour discuter amicalement. Observant en coin la fille mystérieuse aux cheveux longs, je pris une pinte et la but cul sec, sans savoir qu’il y avait un peu d’alcool à l’intérieur… Regardant de nouveau Kala et le manieur de cartes, je demandais :

    -Alors c’est quoi ton nom à toi ? Moi c’est Luciole. Eh Kala, c’est marrant qu’on se revoit si tôt, je n’aurais jamais imaginé qu’on se retrouve pour une baston comme ca ! *Hips* Tiens, c’est alcoolisé ce truc… Qu’est-ce que… vous pensez de… d’aller accoster la jeune fille aux cheveux longs là hihi… Mais attention, il faut se déguiser… Je prends cette barba papa en guise de perruque, pleins de dragibus pour faire un peu hamster, du réglisse pour la moustache, des bananes pour les sourcils et des tagada pour les yeux…

    Si j’étais paralysé et froid avec les filles en général, une fois bourré j’étais un bouffon charmeur qui passe son temps à amuser la galerie… Oui, je suis bourré rapidement… On allait voir ce que ca allait donner à plusieurs… Etait-ce ainsi que la famille allait se lier ?

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Mer 2 Mar 2011 - 9:15
Il ne savait plus quoi dire, en faite il attendait juste la suite des événements...

Le suite, ne mît pas longtemps à arriver. Tout d'abord, Loki se releva du corps du voyageur mort par son laser. Puis, toujours en se questionnant sur l'utilité de son aide, il enleva sa main de l'épaule du pyrophobe. En l'enlevant il senti son allié se décontracter, comme si sa main avait eut un effet apaisant à sa colère. Soudain, Loki entendu des bruits de pas rapides arrivaient vers lui. Il n'eut pas le temps de se retourner, quelqu'un sauta sur son dos en mettant ses mains autour de son coups. Un ennemi ? Des mains douces, des cheveux sombres telle une ombre, un poids léger et un "Jlokchi !". Tout ces facteurs ne faisait pas pensaient à un ennemi mais plutôt à une connaissance, une amie, une grande sœur. Oui Myleïn était enfin là, sa grande sœur était là, toujours aussi joyeuse, toujours aussi souriante, toujours aussi elle-même. Elle n'avait pas changer d'un poil, quoique, elle avait dans sa bouche une sucette de la même couleurs que ses yeux. Ce qui le fit sourire c'était la façon avec laquelle elle s'était impliquée dans le combat. Elle lui avait sauté dessus sans savoir ce qu'il se passait ici. Elle s'en aperçue bien vite car elle posa la question. Seul un des gardes répondit, c'était celui qui gardait l'enfant. Myleïn, soucieuse de la vie du môme et assez intelligente pour comprendre que le garde n'a pas de liens avec le gosse, s'exécute pour la première fois devant Loki. Elle fit apparaître sa nuée noire, comme lors de sa rencontre avec Loki, mais le coups de poing qui s'en suivit étonna une fois de plus le Chionophobe. Le garde mordit la poussière. Loki resta scotcher, c'est pourquoi il ne vit pas de suite le nouvel arrivant s'exécuter.

Un homme, avec une armure et des cheveux en l'air. Il avait, apparemment, fait apparaitre une bulle autour de la tête d'un autre garde. Ce garde vola, puis quand la bulle disparu, il s'écrasa lamentablement par terre. Il vit alors le nouvel arrivant se tournais vers le garçon aux cheveux enflammés et lui parler. Ils se connaissaient. Pendant se temps, le petit gros se plaignit une fois de plus et pria pour que les morts, dans ses rangs, cessent.

Seulement, si son vœu était exaucé, pourquoi un autre gars avait apparu ? Pour sauver un membre de l'assemblée, et réduire encore les rangs adverses. En effet, une grosse carte était apparue au milieu du champ de bataille. Tout se passa très vite, le gars qui contrôlait les cartes se prit une dague dans le bras mais répliqua immédiatement. Il lança des cartes, empêchant ainsi son adversaire d'utiliser ses rollers et puis d'autre l'empêchant d'utiliser son bras pour enfin, l'empêcher d'utiliser sa vie... Le contrôleur de cartes s'effondra à terre et sourit à toute l'équipe qui se formait peu à peu... Ni une, ni deux Loki alla l'aider à se relever, passant sa tête sous son bras et son bras derrière son dos.

Il le ramena vers l'assemblée quand un autre voyageur fit son apparition. Comment ? En tombant du ciel. Il se releva et discuta avec le dernier garde. Ce dernier avait reçu l'ordre de s'occuper du nouvel arrivant. Or il ne savait pas de quoi il était capable. Il le regretta et le paya de sa vie. Le gars aux cheveux bleu clair se présenta. Son nom était Kuro et il venait de rejoindre l'assemblée.

Comme si tout cela ne suffisaient pas, le garde assommé par Myleïn se releva et pris la grande sœur en otage. Loki était impuissant, il soutenait le contrôleur des cartes avec ses bras, il ne pouvait donc pas utiliser son laser. Ce n'est pas grave, un autre voyageur fait son apparition, c'est un festival ou quoi ? Ce voyageur est accompagné d'un oiseau, non deux, l'un sur son épaule et l'autre à ses cotés. Il réussi à sauver Myleïn, tue le dernier garde et rejoint l'assemblée.

Cette nuit était vraiment différente, Loki se sentait bizarre comme si une nouvelle page de son histoire se tournait. Pourtant il ne connaissait que Myleïn dans ce groupe, personne d'autre, et pourtant une envie indescriptible de connaitre ces gens naquit dans le cœur de Loki. Finalement ils avaient, en quelque sorte, fait équipe. Le pyrophobe en fini avec cette histoire et enflamma le petit gros, d'un claquement de doigts.

Apres cette action, quelque peu impressionnante, il se mît sur un cube en chamallow. Il était droit et fier si bien qu'il parla en ces termes :

"Bonjour à vous qui avez aidé cette famille en détresse ! Je voulais vous remercier pour ce que vous avez fait, particulièrement pour… Loki je crois que c’est son nom et le voyageur aux cartes qui m’ont sauvé la mise tous les deux ! Je vous avoue que je n’aurais certainement pas pu tous les vaincre sans vous et…"

Loki était fier, il l'avait remercié devant tout le monde. Il en rougit et sourit, puis écouta la suite :

"Et, nous étions vraiment performants tous ensemble. Je ne sais pas pour vous, mais ca m’a fait chaud au cœur de me battre avec vous. Si c’était possible de recommencer un sauvetage tous ensemble, je n’hésiterais pas ! On serait un peu comme un groupe de voyageurs unis pour sauver les personnes en détresse, on se soutiendrait tous les uns les autres, comme… comme une famille !! Mais bon, ca, ce n’est qu’une idée, haha… En attendant, j’aimerais vous inviter à l’auberge pour fêter notre victoire ! A ce qu’il parait, il y a de superbes confiseries avec des goûts et des formes qui dépassent notre imagination !!"

L'imagination... Royaume où vit notre cerveau et dont les frontières sont sans limites... Si Loki avait pu imaginer une seule seconde le déroulement de cette nuit, il ne l'aurait pas crut. Cependant c'était bien réel, sa reine avait raison, le destin était en marche et Loki prenait un nouveau départ, un départ où il ne serait pas seul, où ses compagnons seront à ses cotés où Myleïn serait à ses cotés... Il suivit le groupe sur le chemin de l'auberge et restant entre le contrôleur de cartes et Myleïn. Il aurait voulu savoir ce qu'elle en pensait de tout ça, si elle, aussi, ressentait la même petite étincelle jaillir de son cœur. Un fois dans l'auberge, l'alcool n'étant pas son truc, il préféra boire un jus de pommes. Il pris soin de se placer à coté de sa grande soeur pour discuter avec elle, elle lui avait manqué.

"Alors Myleïn, comment vas-tu depuis notre rencontre ? Toujours aussi rayonnante à se que je vois."

Il avait parler avec un sourire. Puis il regarda toute la table. Cinq voyageurs, une voyageuse et lui. Un pyrophobe, un hydrophobe, un contrôleur de cartes, un invocateur d'oiseaux et un avec un pouvoir inconnu, il y avait aussi Myleïn qui contrôlait la nuit et ses craintes et lui, le Chionophobe. Tout cela formait un groupe avec des personnes différentes, des pouvoirs différents et des buts différents... Alors, prit par une envie soudaine de connaitre chacun de ses frères d'arme, il se leva, mît les deux mains sur la table et les regarda tous un à un avant de dire :

"Je propose que tout le monde se présente et s'exprime sur la bataille qui vient d'avoir lieu chacun son tours."

Voyant qu'il avait réussi à capter l'attention, il respira un bon coup et parla de cette façon à chacun :

"Mon nom est Loki Toshiko, je suis Chionophobe, je contrôle la Neige. C'est en ce moment ma cinquième nuit dans ce monde. Mon but est de rencontrer de gens comme vous, créer des liens d'amitié et me faire connaitre à travers tout Dreamland. Cette nuit, j'ai ressenti quelque chose qui était en train de changer en moi. Je ne sais pas vous mais moi j'ai une folle envie de vivre des aventures avec vous, de partager des choses avec vous, de faire régner le calme dans tout les Royaumes avec vous. Je pense donc que l'idée du pyrophobe est excellente..."

Ainsi, il s'était présenté et avait exprimé son opinion sur l'idée de "famille". Il se rassit en souriant et en regardant sa grande sœur. Car après tout, c'était à elle de prendre la parole...


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: RE : La famille est une sucreries tombée du ciel. Mer 2 Mar 2011 - 14:49
À t-elle bien fait de délaisser sa fumée noire qui lui donne assez de force pour combattre encore un des bandits ? Apparemment oui. Quelqu’un vient la sauver ? Non, plusieurs personnes. Juste pour elle ? Non, plutôt pour le petit garçon. Et qui vient ? Pour tout vous dire, c’est un sacré défilé. Le premier qui se présenta était un garçon aux cheveux couleur braise, cependant son pouvoir ne correspondait en aucun cas à son accoutrement ou même à son attitude. Et qu’était-ce ? Ce fut de l’eau, ou du moins quelque chose qui y ressemblait. Et pourquoi cela ne lui correspondrait pas ? Parce c’est un vaurien qui n’a qu’une grande gueule, mais beaucoup de courage et de passion dans ses combats, tandis que l’eau est une source sage, coulant calmement. Bien que ça ne lui allait pas pour le mieux ils s’en sortait très bien. Un des autres bandits fut blessé puis tué. Myleïn croisa ses bras, regardant le spectacle marchant sa sucette. Un autre arriva, il touchait l’âge de la jeune femme, mais sa puissance était moindre. Cependant l’on pouvait sentir dans son regard et dans ses gestes, une fougue et une envie de protection. Car, bien qu’il fut blessé il continuait à se battre pour le petit garçon. D’ailleurs qu’en était-il de ce pauvre jeune homme ? Il regardait, les yeux béats, comme rêvant. N’y a t-il pas d’autres sauveurs ? À part Loki qui courut vers le blessé qu’était le nouvel arrivant, personne de se manifesta de suite. Quoique, j’ai parler trop vite. Qui est-ce ? Un autre homme, que du masculin, celui-ci avait un pouvoir qu’aucun du groupe ne pu définir. Cependant tous le regardait avec admiration, non seulement les voyageurs, mais aussi les rêveurs et autres s’étant amenés. Et eux pourquoi ne les aident t-ils pas ? Parce qu’ils préfèrent savourer la victoire des uns et la souffrance des autres. C’est connu, c’est plus amusant.

Une main agrippa avec force le corps svelte de Myleïn. Qui ? Le bandit qu’elle n’avait osé tué. Se défend t-elle ? Non, elle est agile, rapide, mais sa force est moindre. Qui pourrait la sauver ? Tous, mais quelqu’un les surpassa, un oiseau sur l’épaule, un autre attrapant la jeune femme dans ses plumes. Kidnapping ? Non, sauvetage en vol. Une invocation ? Effectivement. Ne restait plus que le petit gros quand le piaf déposa la petite chose féminine au sol avant de disparaître. Qui va s’en charger ? Le premier, celui qui s’était présenté au blessé au nom de Luciole. Est-ce son vrai nom ? ça n’a pas l’air, c’est bien trop rapproché à son pouvoir, plutôt un surnom. Et c’est tout ? Comment ça c’est tout ? Ce n’est pas assez pour vous ? Tant de personnes ? Certes, ils se retrouvaient avec maints cadavres aux pieds et un petit garçon heureux, le bonheur en son cœur était rempli, mais ils ne pouvaient point se dire au revoir après un tel combat, bien qu’un peu courts. Ce fut Luciole qui prit l’initiative de grimper sur un escabeau mout. Du haut de son montoir, il sortit un magnifique discours que Myleïn écouta, grignotant, blasée, sa sucette bleue.


« Bonjour à vous qui avez aidé cette famille en détresse ! Je voulais vous remercier pour ce que vous avez fait, particulièrement pour… Loki je crois que c’est son nom et le voyageur aux cartes qui m’ont sauvé la mise tous les deux ! Je vous avoue que je n’aurais certainement pas pu tous les vaincre sans vous et… »

*crunch, crunch*

« Et, nous étions vraiment performants tous ensemble. Je ne sais pas pour vous, mais ça m’a fait chaud au cœur de me battre avec vous. Si c’était possible de recommencer un sauvetage tous ensemble, je n’hésiterais pas ! On serait un peu comme un groupe de voyageurs unis pour sauver les personnes en détresse, on se soutiendrait tous les uns les autres, comme… comme une famille !! Mais bon, ça, ce n’est qu’une idée, haha… En attendant, j’aimerais vous inviter à l’auberge pour fêter notre victoire ! À ce qu’il parait, il y a de superbes confiseries avec des goûts et des formes qui dépassent notre imagination !! »

*slurp, slurp*

Qui donc produit ce genre de bruit au milieu d’un récit de cœur ? Myleïn. S’en fout-elle de ce qu’il dit ? Non, elle l’écoute avec attention bien que son visage décrit une expression d’indifférence. C’est sa façon de se concentrer. La sucette fait-elle partie de sa concentration ? Non, pas vraiment, mais…Qui résiste donc à un bonbon réveillant vos sens du goût ? Personne. Ils allèrent donc ensemble jusqu’à l’auberge. Comment est-elle ? Et bien, la plupart des auberges, à la vue de Myleïn, sont remplis d’ivrogne, le bruit est agaçant et les chants font pleuvoir. Mais ici c’était… Une vraie auberge à vierge. À vierge ? Oui, l’ambiance était trop gentille, le calme était déconcertant et le rose dominait tout autre choix de couleur. Va t-elle s’enfuir ? Non, elle préfère rester aux côtés de Loki. Vont-ils boire ? Et bien oui, pour ceux qui veulent. Et Myleïn ? Elle préfère ne pas montrer le mauvais exemple, aussi prend t-elle une bière de choix. Tout le monde boit ? Tout doucement au début, enfin, sauf pour une personne. Qui ? Le jeune Luciole.

« Alors c’est quoi ton nom à toi ? Moi c’est Luciole. Eh Kala, c’est marrant qu’on se revoit si tôt, je n’aurais jamais imaginé qu’on se retrouve pour une baston comme ça ! *Hips* Tiens, c’est alcoolisé ce truc… Qu’est-ce que… vous pensez de… d’aller accoster la jeune fille aux cheveux longs là hihi… Mais attention, il faut se déguiser… Je prends cette barba papa en guise de perruque, pleins de dragibus pour faire un peu hamster, du réglisse pour la moustache, des bananes pour les sourcils et des tagada pour les yeux… »

Parle t-il de Myleïn ? Oui, c’est exact. Il croit vraiment pouvoir réussir à l’accoster ainsi ? Il est bourré après tout. Oui, mais elle, elle ne l’est pas ? Non, elle n’a aucune réaction à l’alcool. Va t-elle s’énervée ? Non, voyons, c’est un jeune fougue et un peu pompette qui ne se rend pas encore bien compte que l’on ne drague pas une femme de 22 ans, bien qu’elle en fasse moins. Elle ne bouge pas ? Si, le plus gracieusement possible, elle se lève faisant danser ses cheveux avec élégance. Pour allez où ? fuit-elle ? Non, elle se pose à côté du jeune Luciole. Elle va le frapper ? Non, sans qu’il le voit elle l’oblige à se coucher, en appuyant avec une force douce sur ses épaules. Assise en tailleur, elle entreprit de poser la tête brune de Luciole sur ces genoux. Puis, calmement, avec délicatesse, elle plaça une main sous ses cheveux épais, sur son front. Main froide qui l’aiderais à se calmer. D’où connaît-elle ça ? De son père, quand elle commençait à partir dans une colère incontrôlable contre sa propre mère ou bien sa soeur. Sans dire un mot, elle tourna sa tête tombant nez à nez avec la blessure de l’invocateur de carte. Il se l’était faîte en protégeant un enfant qu’il ne connaissait même pas, tout comme elle. Ce fut le seul à avoir le droit à un regard de compréhension venant de la jeune femme, elle ne lui accordait qu’à lui, seulement à lui parce qu’il avait vécu presque aussi longtemps qu’elle. Tendrement, sans lâcher le front de Luciole elle enfourna la sucette qu’elle tenait entre ses lèvres depuis un bout de temps dans la bouche de l’homme aux cartes.

« Tiens, tu dois avoir besoin de sucre. »

Enfin ! Enfin, elle parlait d’une langue compréhensible et d’une voix douce, son unique et mélodique voix. Petit à petit elle se familiarisais avec les occupants de la table. L’un était bagarreur, mais courageux, elle lui gratifia un regard dur et pourtant bien maternel. C’était le genre de garçon, ce Kala, à devoir être remis en place tout en lui laissant le maximum de liberté. L’autre les dépassaient, Kuro, ses cheveux étaient longs, bien qu’étant un homme et d’une couleur touchant de près celle de la chevelure de Myleïn. A lui elle lui gratifia un sourire, non charmeur, mais mignon. Le dernier, à côté de Loki, l’avait sauvé gentiment, elle le remercia de ses yeux sombres en lui souriant aussi. Alors qu’elle s’apprêtais à lancer un regard à Loki, il tapa du poing sur la table. Comment allait-elle le regarder s’il ne s’était pas manifesté ? Elle l’aurait regarder avec ses yeux, sans expression. C’était l’un des seuls avec qui elle aimait se montrer telle qu’elle était. Et lui, pourquoi se manifeste t-il ?

« Je propose que tout le monde se présente et s'exprime sur la bataille qui vient d'avoir lieu chacun son tours. »

C’était tout lui, de vouloir connaître chaque personne, ennemi ou non.

« Mon nom est Loki Toshiko, je suis Chionophobe, je contrôle la Neige. C'est en ce moment ma cinquième nuit dans ce monde. Mon but est de rencontrer de gens comme vous, créer des liens d'amitié et me faire connaître à travers tout Dreamland. Cette nuit, j'ai ressenti quelque chose qui était en train de changer en moi. Je ne sais pas vous mais moi j'ai une folle envie de vivre des aventures avec vous, de partager des choses avec vous, de faire régner le calme dans tous les Royaumes avec vous. Je pense donc que l'idée du pyrophobe est excellente... »

À qui la parole ? Vu le regard qu’il lança à Myleïn, c’était à elle. Sentant tous les regards portant sur elle. Elle baissa la tête, regarda un instant le jeune homme qu’elle tentait de calmer en lui caressant le front puis releva la tête d’un sourire radieux. Va t-elle tout dire ? D’abords quelque chose l’arrête, elle se rend compte que Loki, dans son sourire, la pousse à parler de son passé, n’aimant pas vraiment ça, elle lui jeta, d’une voix un peu boudeuse :

« Neh…Loki… Arrête de me regarder comme ça, tu sais très bien que je ne dirais que le strict minimum. »

Elle se ravisa, puis commença tout de même un petit speech.

« Je remercie d’abord le jeune invocateur d’oiseau, mais je suis heureuse de savoir que vous tous vous avez voulu sauver ce petit garçon. Je me croyais la seule idiote à me jeter dans la gueule du loup pour un petit bout d’homme. Je me nomme Myleïn, je n’ai pas vraiment compté mes nuits. En parlant de nuit, je la contrôle en quelque sorte. Un peu la flemme d’expliquer. Je… Je... N’ai pas de but précis. Et pour toi, petite flamme (s’adressa t-elle à Luciole), pour ta gouverne je suis bien trop vieille pour toi, malgré ma… Taille. »

N’a t-elle pas pour but de retrouver son père ? Ils n’ont pas besoin de le savoir. N’a t-elle pas honte de sa taille ? Si. Pourquoi en parle t-elle si facilement ? parce qu’elle sent qu’entre eux, tout le monde peut rire de ses défauts, quel qu’il soit. Telle une famille partageant le même fardeau.

[Bon, Loki tu parle en noir hein ? Parce sinon, y a trop de bleu foncé x)]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1467
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 455
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Ven 4 Mar 2011 - 21:31
Il me sourit. Je lui rendis la pareille. Maintenant qu'il avait vu des gens, il s'était calmé. Mais un peu trop à mon avis. Il avait baissé sa garde, ce qui le rendit comme une proie terriblement facile. Un des Voyageurs Killer ne se fit pas prier. Il avait des rollers bizarres car elles commençaient à tourner sans qu'il puisse glisser et il avait aussi une mystérieuse dague. Merde ! Je serais pas assez rapide pour l'intercepter !..
Et tout se passa très vite. Un mec, sûrement un Voyageur, se tenait devant Luciole. Devant le mec en question, il y avait une énorme carte de poker qui servait office de bouclier ! Et, celui qui avait protégé Lucile, se mit à crier. Du sang coulait de son bras.

"Alors toi, mon gars, tu vas payer pour ce que tu viens de faire", disait le Voyageur Killer.

Et il lui donna un coup de pied qui le fit valdinguer contre un mur de marshmallow. Mais l'autre Voyageur, qui était de notre côté apparemment, n'avait pas dit son dernier mot. Il fit apparaître trois cartes qui les planta dans les rollers de son adversaire. Puis, il le prend par le col, lui dit quelque chose que je n'arrivais pas à entendre, et lui mis dans ses chevilles quatre autres cartes. Et, quand on se doit de finaliser le boulot, il lui donna un coup de pied dans la nuque et son adversaire s'évapora, probablement revenu dans le monde réel.
Et, considérant que son rôle était terminé, il s'effondra par terre. Son bras était salement amoché mais il n'allait pas mourir (comment peux-t-on mourir d'une blessure au bras ?).

J'avais pensé que c'était terminé et que j'allais régler le compte aux deux derniers qui étaient toujours vivants quand quelque chose tomba à côté de ceux-ci. Un oiseau en guimauve qui avait une de ses ailes cassée ? Superman qui avait perdu ses pouvoirs ? Le Père Noël qui était tombé du ciel parce que les rennes volants avaient démissionné ? Ou peut-être encore Mister Jack qui était là-haut, qu'il avait trébuché sur quelque chose et qui avait atterri dans le mondes de rêves ? Ben nan. C'était TOUT SIMPLEMENT un gus, Voyageur ou non, qui, on ne sait comment, avait atterri là, TOUT SIMPLEMENT, les fesses en avant. J'étais quand même un peu déçu. Mais je retirai ce que j'avais pensé lors que la suite des évènements se déroula.

"Mais enfin c'est quoi ce cirque ?! Je veux cette maison, et personne ne m'en empêchera ! Toi, va régler son compte au nouveau venu, et ensuite occupe toi des autres !"

Discours tout simplement classique lorsqu'il nous reste qu'un seul combattant. Je me demandais vraiment si le mec aux cheveux bleus-blancs était fort ou non. Je voudrais faire quelque chose : je voudrais prier pour le salut de son âme si jamais il se fait... Orh, et puis, laissons ça de côté.
Il regarda son adversaire, d'un air de "montre-moi ta détermination", et enfin, il parla :

"Ecoute moi bien, je ne sais pas ce qui se passe ici, ni pourquoi on doit se battre, mais si tu veux m'affronter, compte sur moi pour te réduire à l'état de pulpe sanguinolente."

Vu ce qu'il venait de dire, il connaissait l'art du combat. Il fit apparaître... Une clé géante ! Cool comme arme !.. Dès l'instant où il porta un coup à l'ennemi, je retirai ce que j'avais dis, lorsqu'il avait fait son apparition. Ce mec était largement plus fort que moi, question baston à mains nues. Faut vraiment que je m'entraîne, j'ai beaucoup à rattraper, moi... Bref, ce que ça voulait dire, c'est qu'il se battait vachement bien et qu'il n'avait pas trop de difficultés à battre son adversaire. Vite fait, bien fait et avec classe. C'était comme s'il l'avait mordu à mort...

Le rêveur qui faisait le fier ne faisait plus le malin, maintenant ! Même s'il gardait l'enfant comme otage et qu'il avait braqué un pistolet sur sa tempe, il savait qu'il était vraiment en difficulté :

"Bou... Bou... Bougez surtout pas ! Sinon, je fais péter le gosse en milles morceaux !!!"

A d'autres. Comme si je pouvais pas, sans qu'il s'en aperçoive, créer une bulle d'eau et le tuer...

"Ouh là là ! Maman, j'ai peur de ce "gros" méchant loup qui s'apprête à tuer un gosse parce qu'il n'a pas eu son su-sucre !.."

"Te fous pas d'ma gueule ! Sinon, je tire !"

"Aannwh... Essaye un peu pour voir et je te refais le portrait !"

"Ggiih !"

J'étais tellement occupé à lui faire peur que je ne remarquai pas le Voyageur Killer que la fille avait assommé la prendre en otage :

"Vous bougez, ne serais-ce, que le p'tit doigt, et c'est vot' copine qui rejoindra les cieux avant vous !!"

Merde, encore ! On est foutus ! J'aurais du ressentir sa présence !.. Mais on est pas dans Bleach, là...
On se demandait, enfin, je me demandais vraiment comment je pourrai faire pour la sauver. Je regardai Luciole discrètement mais lui aussi était perplexe.
Soudain, plusieurs ombres passaient au-dessus de moi. C'était... Quoi ?! Des Bombes ?! Mais qui les avaient lancées ? Un Voyageur, sûrement. Justement, je le vis apparaître devant le Voyageur Killer, un oiseau qui faisait la même taille que nous avait déposé la jeune fille en maillot. Puis, le mec qui était apparu se finissait le Killer avec un... Oiseau samouraï ! On aura tout vu...

Enfin, on s'était débarrassé de tous ces Voyageurs Killers et notre petite troupe se tourna vers le gros. Tellement qu'il tremblait et qu'il avait peur qu'il se pissa dessus, comme si les véritables maîtres du monde était devant lui. Luciole, tel le boss qui nous dirigeait parce que genre, c'est le plus fort s'avança vers le rêveur, mis son bras en avant et dans sa direction.Et il claqua des doigts. J'ai juste eu le temps d'apercevoir une flamèche qui allait rapidement vers la tête du gros tel une balle de pistolet. Et bim ! Dans ta face !..

Luciole riait de bon coeur, soulagé d'avoir pu sauver une famille innocente. La famille en question nous remercia chaleureusement. Luciole chercha alors un truc, on ne savait pas quoi, puis il le trouva. C'était un chamallow. Il y monta dessus et nous dis :

"Bonjour à vous qui avez aidé cette famille en détresse ! Je voulais vous remercier pour ce que vous avez fait, particulièrement pour… Loki je crois que c’est son nom et le voyageur aux cartes qui m’ont sauvé la mise tous les deux ! Je vous avoue que je n’aurais certainement pas pu tous les vaincre sans vous et…"

En guise de remerciements, je leva mon pouce en sa direction, un énorme sourire à la bouche. J'étais du même avis que lui.

"Et, nous étions vraiment performants tous ensemble. Je ne sais pas pour vous, mais ca m’a fait chaud au cœur de me battre avec vous. Si c’était possible de recommencer un sauvetage tous ensemble, je n’hésiterais pas ! On serait un peu comme un groupe de voyageurs unis pour sauver les personnes en détresse, on se soutiendrait tous les uns les autres, comme… comme une famille !! Mais bon, ca, ce n’est qu’une idée, haha… En attendant, j’aimerais vous inviter à l’auberge pour fêter notre victoire ! A ce qu’il parait, il y a de superbes confiseries avec des goûts et des formes qui dépassent notre imagination !! "

C'est vrai que j'ai bien envie de recommencer... L'idée de sauver les gens en détresse me paraît géniale ! "Nous sommes les valeureux guerriers qui arpentent Dreamland à la recherche d'aventures", voilà ce que Luciole voulait dire et qu'il voudrait. J'aimerais bien leur montrer mes vraies capacités aux autres.
Ah, il parle d'auberge. Une auberge ? Je n'en avais pas vu en arrivant. J'ai qu'à suivre les autres, tiens.

Nous étions assis tous ensemble autour d'une table où l'on mangeait tranquillement. Ce n'était pas le genre d'auberge où c'était bourré d'ivrognes. Non, c'était plutôt chaleureux, le genre de coin que j'aurais envie de revenir. Le bruit d'un verre qu'on remettait sur la table un peu brutalement se fit entendre. C'était Luciole, qui était un peu bourré... Heureusement que je tiens mieux l'alcool que lui (non mais, 14 ans et on boit de l'alcool ? C'est complètement immature, ça). Il était en train de nous regarder, moi et l'homme-carte lorsqu'il dit :

"Alors c’est quoi ton nom à toi ? Moi c’est Luciole. Eh Kala, c’est marrant qu’on se revoit si tôt, je n’aurais jamais imaginé qu’on se retrouve pour une baston comme ca ! *Hips* Tiens, c’est alcoolisé ce truc… Qu’est-ce que… vous pensez de… d’aller accoster la jeune fille aux cheveux longs là hihi… Mais attention, il faut se déguiser… Je prends cette barba papa en guise de perruque, pleins de dragibus pour faire un peu hamster, du réglisse pour la moustache, des bananes pour les sourcils et des tagada pour les yeux…"

"Mec, t'es salement bourré. Ne pense même pas à la draguer parce que je suis sûr qu'elle a déjà quelqu'un..."

Et cette magnifique jeune fille se leva de sa chaise et vint vers nous, en faisant balancer ses cheveux avec classe. Elle se mit en tailleur, prit la tête de Luciole. on s'demande ce qu'il pouvait penser Alalala, j'te jure...
Puis, elle nous regarda. Enfin, elle regarda plutôt l'homme-carte. Ah mais oui, c'est vrai ! Il s'est blessé ! J'suis vraiment qu'un sans-coeur, moi... Elle continua à le regarder et elle retira la sucette qu'elle avait dans la bouche et la fourra dans la bouche du blessé.

"Tiens, tu dois avoir besoin de sucre."

Et enfin, elle me regarda de ses yeux sombres. Elle ne me dit rien, juste un sourire un peu dur... Mouais, je lui rendis un sourire à mon tour. En fait, elle fit le tour de la table. Elle ne dit rien au Key Manieur, elle ne le gratifia que d'un sourire (mais qu'est-ce que j'ai avec la répétition de sourire ?). Au "Make Birds" auss. Puis, le neigeophobe tapa son poing sur la table :

"Je propose que tout le monde se présente et s'exprime sur la bataille qui vient d'avoir lieu chacun son tour."

Alors lui, c'est exactement l'archétype du mec "Ouais ! Je vais faire copain-copain avec tout le monde !". Mais bon, il me plaisait bien.

"Mon nom est Loki Toshiko, je suis Chionophobe, je contrôle la Neige. C'est en ce moment ma cinquième nuit dans ce monde. Mon but est de rencontrer de gens comme vous, créer des liens d'amitié et me faire connaître à travers tout Dreamland. Cette nuit, j'ai ressenti quelque chose qui était en train de changer en moi. Je ne sais pas vous mais moi j'ai une folle envie de vivre des aventures avec vous, de partager des choses avec vous, de faire régner le calme dans tous les Royaumes avec vous. Je pense donc que l'idée du pyrophobe est excellente..."

Alors en fait, ça se dit "chionophobe"... Ok... Puis, il regarda la fille, qui apparemment la connaissait, d'un air qui voulait dire "Allez, c'est à ton tour maintenant !"

"Neh…Loki… Arrête de me regarder comme ça, tu sais très bien que je ne dirais que le strict minimum."

On lui a pas demandé de raconter sa vie, mais j'aimerais bien savoir un peu plus sur elle et tous les autres, quand même...

"Je remercie d’abord le jeune invocateur d’oiseau, mais je suis heureuse de savoir que vous tous vous avez voulu sauver ce petit garçon. Je me croyais la seule idiote à me jeter dans la gueule du loup pour un petit bout d’homme. Je me nomme Myleïn, je n’ai pas vraiment compté mes nuits. En parlant de nuit, je la contrôle en quelque sorte. Un peu la flemme d’expliquer. Je… Je... N’ai pas de but précis. Et pour toi, petite flamme (elle s'adressa à Luciole), pour ta gouverne je suis bien trop vieille pour toi, malgré ma… Taille."

Je chuchota alors à l'oreille de Luciole et lui dis :

"Tu vois ? Elle voulait pas être draguée alors laisse tomber, mon gars."

Puis, comme personne ne parlait plus et que je détestais rester silencieux, je me levai et pris la parole :

"Bonjour à tous et à toutes ! Je m'appelle Kala Kourou et je suis un Hydrophobe. Moi aussi, je n'ai pas compté le nombre de mes nuits à Dreamland mais ça, au pire, j'm'en fous. J'ai pas vraiment de but si ce n'est que d'essayer de retrouver une... Amie... Mais ça, si jamais j'y arrive pas, c'est... Pas grave... Bref, pour dire que je n'ai pas de "réel" but, que j'ai à peu près le même objectif que Loki. Je suis moi aussi d'accord avec Luciole, par rapport à son idée de tout à l'heure et que je serai ravi d'avoir des aventures avec des gens comme vous !"

Et, avoir déballé ce que je voulais, je me rassis et bu un autre verre. Heureusement que je tiens l'alcool...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ En ligne
AuteurMessage
Messages : 305
Date d'inscription : 11/02/2011
Age du personnage : 25

Voyageur Expérimenté
Nayki Shin
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 300
Renommée: 1365
Honneur: 380
MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Dim 13 Mar 2011 - 12:06
A peine suis-je tombé au sol qu'une main gelée vient me saisir pour me relever, ce contact est étrange car je ressens une forme de fraicheur mêlée à de la compassion, contact étrange mais néanmoins agréable venant d'une personne qui à accepter de me venir en aide malgré le danger potentiel. Il me soutient amicalement et je suis étonné car il est peut-être un peu trop imprudent. Rien n'indique que je ne pourrai être un fourbe qui va se battre contre eux, pourtant il agit calmement et il semble avoir comprit que je n'avais aucune mauvaise intention. J'essaye de l'observer malgré mon état de fatigue avancé du à la blessure. Ces vêtements chauds me servent de coussin même si ce ne doit pas être leur but premier. J'aime bien son look qui sort de l'ordinaire sans pour autant devenir choquant ou trop marquant. Son visage me plait également et plus particulièrement ses yeux pourpres et brillants en contraste avec son teint pâle.

Je ne peux malheureusement pas m'attarder sur la description de mon pilier car celui qui est à l'origine de cette réunion de voyageurs vient vers moi, il avait dans son regard quelque chose de complètement différent par rapport à tout à l'heure. C'était même un changement du tout au tout, Ses yeux toujours rayonnants étaient passés de la colère profonde et destructrice tel un ardent feu de forêt ravageur à de la sympathie semblable à un feu de camp qui réchauffe lorsque l'on à froid. Il me saisie la main et me la serre amicalement. Encore un contact qui pourrait paraitre démesurer si je n'avais pas été blessé. J'ai l'impression qu'ils arrivent tous à comprendre que je ne suis pas mauvais sans pour autant que j'ai laissé paraitre la moindre émotion. Quoique mon sourire de tout à l'heure à peut-être été révélateur... Mais revenons à ce contact, autant mon soutien produit une sensation de froid, autant ce contact avec le manipulateur de flammes me réchauffe et la somme des deux sensations produit un agréable sentiment de bien-être reposant qui me fait même oublier la douleur que j'éprouve. Alors que je profite de l'instant, le gars qui me serre la main me remercie pour mon acte de protection. J'affiche un air perplexe avant de me rendre compte que c'est effectivement lui que j'ai protéger. Dans le feu de l'action [ndlr: C'est le cas de le dire lorsqu'on protège quelqu'un qui manipule les flammes ^^] , je n'ai pas remarqué que c'est lui que j'ai protégé d'un terrible coup. J'accepte ses remerciement en tentant de faire un regard qui veut dire ''de rien'' mais je ne sais pas s'il a bien été fait à cause de la fatigue que je ressens. Il lâche son nom en un souffle « Luciole » Un nom qui lui va bien.

Arrive alors un autre voyageur qui manie une arme peu orthodoxe tout comme son adversaire. Lui se bat avec une sorte de clé, l'autre avec une espèce de lame qui fouette le vent et tout ce qui tombe à sa portée. Le combat est intense mais pourtant inégale. Le manieur de clé tente alors un combo des plus osé qui serait digne d'un coup de poker en se déplaçant afin de trouver une ouverture suivi d'une vrille et d'un coup puissant porté à l'épaule. Son adversaire semble perdu et la peur se lit dans son regard mais rien n'indique qu'il va abandonner le combat pour autant. Malgré sa combativité, Le key warrior finit son opposant en deux coups qui mettent un terme au combat et à la tête du gars après avoir simplement crier:

- Discobolos

Qui doit être le nom de son arme. Il se tourne alors vers nous avec un air détaché suivi d'une douleur que je ne m'explique pas puis il revient à son air normale. Toute forme d'agressivité semble avoir disparu de son attitude.

Alors que je me prépare à observer ses tics et autres habitudes comme tout bon joueur de poker qui se respecte, je suis interrompu par un des malfrats qui semble vouloir s'en prendre à la plus chétive du groupe. Je tente de lui crier de faire attention mais aucun son ne sort de ma bouche. Au moment où mon pilier s'en rend compte, son corps se crispe et je sens que je suis une gène pour lui. J'essayais de bouger, d'appuyer sur mes jambes, rien à faire j'étais immobile et bloqué. Heureusement, un autre voyageur aux oiseaux farfelus vint la sauver. Il arriva dans une grande explosion. Donc de manière très classe puis il s'adressa à la personne qui menaçait la jolie présence féminine du groupe avant de l'envoyer dans le ciel sans que je comprenne comment. Ainsi, la fille aux ombres fut relâchée et le corps du manipulateur de neige se décrispa. D'où j'étais, je ne pouvais que deviner ce qui se passait dans les cieux. Enchainant les coups avec un art digne des plus grands combattants, le type aux oiseaux mit une raclée mémorable à son adversaire lors d'un combat qui se finit par une grande explosion. Si j'avais été en état de le faire je lui aurai tirer ma révérence pour ce combat époustouflant. Il est selon moi le genre de gars qui joue au poker en sortant des coups hallucinants auquel personne ne s'attend.

Luciole, puisque c'est son nom, s'approcha lentement du petit gros et je revis dans son regard la lueur qui m'avais plu tout à l'heure. De son corps émanait une énergie incroyable et lorsqu'il lanca son:

~ Finger Slam ~


La puissance qui en jaillit vint aisément à bout du malotru qui osait s'en prendre à une famille d'honnêtes gens. Disparu alors son agressivité pour laisser place à autre chose, quelque chose de plus profond que je n'avais pas ressenti depuis bien longtemps et que je pensais ne plus jamais observé. Ce gars ressentait de l'amitié pour nous... Afin de l'exprimer ouvertement, il se hissa honorablement sur un bloc de Chamallow et il dit en ces termes:

-Bonjour à vous qui avez aidé cette famille en détresse ! Je voulais vous remercier pour ce que vous avez fait, particulièrement pour… Loki je crois que c’est son nom et le voyageur aux cartes qui m’ont sauvé la mise tous les deux ! Je vous avoue que je n’aurais certainement pas pu tous les vaincre sans vous et…


Il commence donc par des remerciements, à nouveaux, je souris et continue d'écouter la suite qui va surement être plus interessante.

-Et, nous étions vraiment performants tous ensemble. Je ne sais pas pour vous, mais ca m’a fait chaud au cœur de me battre avec vous. Si c’était possible de recommencer un sauvetage tous ensemble, je n’hésiterais pas ! On serait un peu comme un groupe de voyageurs unis pour sauver les personnes en détresse, on se soutiendrait tous les uns les autres, comme… comme une famille !! Mais bon, ca, ce n’est qu’une idée, haha… En attendant, j’aimerais vous inviter à l’auberge pour fêter notre victoire ! A ce qu’il parait, il y a de superbes confiseries avec des goûts et des formes qui dépassent notre imagination !!


Dans ce court discours, de nombreuses informations me parviennent. Tout d'abord, Luciole est quelqu'un de plutôt émotif qui ne se gène pas pour exprimer ses sentiments, ensuite, son idée de groupe me plait beaucoup car je ressens quelque chose pour chacun des membres du groupe qui me semble tous sympathiques. Enfin, il n'est pas nouveau ici, ca se voit à son attitude et à sa connaissance des lieux. J'ai donc affaire à quelqu'un qui s'y connait mieux que moi. Pour moi, il est le roi de cœur, fondateur et dirigeant de la famille dont il parle. Tant mieux car j'ai beaucoup apprendre ici. Ces gens me plaisent et je me sens bien, ils seront peut-être ceux que je recherche et qui me serviront de compagnons. Qui sait? Il vient alors vers moi et il m'aide à me diriger vers la taverne. A nouveau je ressens ce contact chaud qui contraste avec celui de mon autre soutien.

Lorsque nous arrivons devant le bâtiment, la foule qui nous observaient c'est peu à peu dissipée mais il reste encore beaucoup de monde. Plutôt que de m'en occuper, j'observe le lieu. La battisse est constituée de mur en biscuit et le plafond est en réglisse, Je suis gourmand de savoir si tout est mangeable. Lorsque nous passons la porte en sucre d'orge, Je suis émerveillé par la luminosité et l'originalité de la pièce. Tout les bonbons et gâteaux qui ont bercés mon enfance sont là et servent de meuble, chaises, tables, bar, lustres. Les chaises sont en pain d'épice, les tables sont des charlottes aux fraises géantes et le bar est un énorme mille-feuille. A peine sommes-nous installés que le propriétaire nous paye une tournée générale. De ce fait, chacun se retrouve avec devant lui une boisson. J'en bois un tout petit peu afin de regagner des forces pour pouvoir tenir le plus longtemps possible malgré ma blessure. Je sors mon paquet de carte et commence à les distribuer à tout ceux du groupe. Certains n'ont pas l'air de vouloir participer mais je me dis que l'on verra ça une fois le jeu lancé. Luciole se rapproche de moi et déclare sur de lui:

-Alors c’est quoi ton nom à toi ? Moi c’est Luciole. Eh Kala, c’est marrant qu’on se revoit si tôt, je n’aurais jamais imaginé qu’on se retrouve pour une baston comme ca ! *Hips* Tiens, c’est alcoolisé ce truc… Qu’est-ce que… vous pensez de… d’aller accoster la jeune fille aux cheveux longs là hihi… Mais attention, il faut se déguiser… Je prends cette barba papa en guise de perruque, pleins de dragibus pour faire un peu hamster, du réglisse pour la moustache, des bananes pour les sourcils et des tagada pour les yeux…

Une proposition qui ne m'étonne pas de lui, il a du boire trop vite de cette étrange boisson alcoolisée. Je n'en ai bu que peu mais je me doute qu'il y a une grande quantité d'alcool bien camouflé par le sucre. Je ne suis pas du tout motivé par son idée car je sens dans le regard de celle dont il parle qu'elle est opposée à cette idée et qu'elle est plus âgée qu'il n'y paraît. Kala lui répond alors:

''Mec, t'es salement bourré. Ne pense même pas à la draguer parce que je suis sûr qu'elle a déjà quelqu'un..."

Je ne m'attarde pas sur ce commentaire car la personne dont on parle se lève soudain et s'approche de Luciole, le pose sur ces genoux et le calme. Elle me regarde alors de ses yeux profonds et envoutants puis me met sa sucette dans la bouche en me disant d'une voix douce:

''Tiens, tu dois avoir besoin de sucre."

Je laisse le parfum sucré m'envahir et je profite effectivement du sucre pour regagner des forces. Je me sens mieux mais je suis mal à l'aise devant ses personnes qui me viennent en aide sans rien vouloir en retour. Soudain, celui qui m'avais supporté longtemps prend la parole d'une voix franche et claire:

"Je propose que tout le monde se présente et s'exprime sur la bataille qui vient d'avoir lieu chacun son tours''

Je me tourne lentement vers lui et j'attends la suite, je ne compte certainement pas m'exprimer le premier. A lui de commencer, je suivrai peut-être ensuite.

''Mon nom est Loki Toshiko, je suis Chionophobe, je contrôle la Neige. C'est en ce moment ma cinquième nuit dans ce monde. Mon but est de rencontrer de gens comme vous, créer des liens d'amitié et me faire connaitre à travers tout Dreamland. Cette nuit, j'ai ressenti quelque chose qui était en train de changer en moi. Je ne sais pas vous mais moi j'ai une folle envie de vivre des aventures avec vous, de partager des choses avec vous, de faire régner le calme dans tout les Royaumes avec vous. Je pense donc que l'idée du pyrophobe est excellente..."

Bien, Mon froid pilier s'appelle donc Loki, tel le dieu viking, et il contrôle la neige, un pouvoir intéressant et qui laisse une grande liberté d'action. Il est également mon ainé dans ce monde nouveau. J'aime bien son but qui se rapproche quelque peu du mien mais je ne sais pas si nous nous entendrons bien pour autant, pour l'instant je l'apprécie bien, autant pour son geste qui m'a permit de rester debout que pour son attitude et son discours. Il se tourne alors vers la gente féminine du groupe d'une façon qui signifie clairement que c'est à elle de prendre la parole. Elle paraît un peu gênée et lorsqu'elle prend la parole, ses mots confirment ce qu'elle éprouve:

« Neh…Loki… Arrête de me regarder comme ça, tu sais très bien que je ne dirais que le strict minimum. »

puis elle dit ensuite:

« Je remercie d’abord le jeune invocateur d’oiseau, mais je suis heureuse de savoir que vous tous vous avez voulu sauver ce petit garçon. Je me croyais la seule idiote à me jeter dans la gueule du loup pour un petit bout d’homme. Je me nomme Myleïn, je n’ai pas vraiment compté mes nuits. En parlant de nuit, je la contrôle en quelque sorte. Un peu la flemme d’expliquer. Je… Je... N’ai pas de but précis. Et pour toi, petite flamme , pour ta gouverne je suis bien trop vieille pour toi, malgré ma… Taille. »

Myleïn, ce nom résonne à mes oreilles. J'écoute attentivement ses paroles pour essayer de découvrir quel est son pouvoir mais elle reste assez abstraite là-dessus. Elle maitrise la nuit, un pouvoir aussi étrange que illimité à qui sait le manier avec soin. Elle n'a pas de but précis mais elle semble attachée au jeune Loki tel une sœur à un frère. Cette relation m'amuse et je souris... J'imagine Loki tel le valet de pique, dévoué serviteur de la reine de pique qu'est la ténébreuse Myleïn.
Vient alors le tour de Kala qui s'exprime de façon très forte et prononcée, peut-être un peu trop:

''Bonjour à tous et à toutes ! Je m'appelle Kala Kourou et je suis un Hydrophobe. Moi aussi, je n'ai pas compté le nombre de mes nuits à Dreamland mais ça, au pire, j'm'en fous. J'ai pas vraiment de but si ce n'est que d'essayer de retrouver une... Amie... Mais ça, si jamais j'y arrive pas, c'est... Pas grave... Bref, pour dire que je n'ai pas de "réel" but, que j'ai à peu près le même objectif que Loki. Je suis moi aussi d'accord avec Luciole, par rapport à son idée de tout à l'heure et que je serai ravi d'avoir des aventures avec des gens comme vous !''

Son dicours est aussi instructif que les autres mais également moins clair. Il s'appelle Kala et il maitrise l'eau, je suis impatient d'avoir plus d'informations à ce sujet. Dans ma tête se forme l'image d'un valet de carreau qui est ce qui lui correspond le mieux. Kala se rassoit et lève sa chope dans l'intention d'en boire, il a fini de parler. Je prends des forces, bois un peu et me lève lentement pour économiser le peu de force qu'il me reste. J'enlève la sucette de ma bouche, je tremble légèrement mais je me tiens le plus droit possible. Lorsque je m'exprime, ma voix se veut claire mais j'ai des moments déhésitations:

'' Eh bien, salut tout le monde. Je tiens d'abord à remercier tout ceux qui m'ont aidés mais également tout les autres qui ont pris des gros risques pour sauver une famille. En cela, je suis fier d'appartenir à des gens tel que vous. Ne vous inquiétez pas pour ma blessure, je n'en mourrai pas même si ca fait quand même mal. Une bonne nuit de repos et tout ira pour le mieux... Quoique ce soit assez paradoxal vu que nous somme en pleine nuit. J'en oublis presque l'essentiel, Je m'appelle Nayki, Nayki Shin, manieur du pack of cards un objet magique qui me permet de contrôler des cartes et de les faire changer de forme. Je ne le maitrise pour l'instant que partiellement mais ca viendra. Mon but dans la vie... Me trouver des compagnons dignes de confiance en qui je pourrai me fier sans crainte. ''

Je suis étonné de leur avoir parlé aussi franchement moi qui suit habituellement si renfermé et peu bavard. Je me sens vraiment bien parmi eux et je n'ai pas peur de cacher ce que je ressens. A voir comment j'allais m'entendre avec tous... Je me rassois, une petite prise de vertige me fait perdre un instant mes moyens mais la sucette de tout à l'heure me permet de conserver suffisamment de forces pour poser mon derrière sur la chaise. Je reprend ma chope et la vide d'une traite. La tête me tourne légèrement mais au moins je n'ai plus mal au bras. Je lève la tête et mon regard se pose sur le manieur de clé que j'associe au joker pour son pouvoir et son caractère puis sur l'invocateur d'oiseaux que j'imagine en roi de trèfle pour son expérience du combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-generationx.perso.sfr.fr/
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Jeu 17 Mar 2011 - 19:56
Après ce court moment d'amusement (encore que c'était assez ennuyeux, surtout au début) et la rapide crise que j'avais eue en examinant ceux que j'avais semble-t-il aidé sans vraiment le vouloir, puisque j'ignorais ce qui se passait, je me suis rapidement rendu à l'évidence: il ne restait pas grand chose à faire ici et je risquait de m'ennuyer, ce qui est toujours proscrit avec une fille dans les parages.
Le petit machin de tout à l'heure semble assez embêté par la défaite de ses hommes de main, ce que je peux comprendre: il n'y a que pour les gens comme moi que c'est amusant, un six contre un quand c'est moi qui suis seul. J'observe machinalement la petite équipe qui s'est rassemblée, histoire de jauger tout le monde.

Tout d'abord, celui avec la flamme, qui semble le lien entre tous ces gens, j'ignore encore pourquoi: peut-être le premier arrivé, ou une connaissance commune à certains des gens ici-présents, qui sait. Il arbore un visage que je qualifierais de... souriant, avec un mélange de reconnaissance et d'exaltation. Où peut-être que c'est ce bon vieux cocktail que j'ai pris avant de venir qui fausse complètement ma capacité de jugement, va savoir.

Ensuite, celui qui est blessé: je ne sais pas de quoi il est capable, comme j'ignore les capacités de presque tout le monde ici, d'ailleurs. Cependant, il ne semble pas le genre de type à s'arrêter sur une blessure de ce genre; mes préférés, ceux qui continuent le combat quoi qu'il arrive, ceux qui tiennent bon en cas de coup dur pour eux et pour les autres.

Maintenant, celui qui le soutient, un type apparemment sympa, puisqu'il soutient son compagnon de fortune sans montrer la moindre émotion négative à son égard. Sans doute prêt à aider les autres, le classique du gentil qui se fait des amis et qui les soutient en cas de besoin.

Il y a aussi l'autre, celui avec des vêtements étranges: celui-là semble connaître celui avec la flamme, et me semble assez sur de lui; si il a les moyens de l'être, alors il devrait faire un adversaire intéressant, ou un allié remarquable, ça dépendra de la suite des évènements; difficile d'en dire plus sur lui, je ne vois rien qui pourrait m'éclairer sur sa personnalité.

Et enfin, la dernière mais pas des moindres, la fille. J'évite de m'attarder sur elle, mais pour moi il est clair qu'elle est forte. Je ne saurais pas vraiment dire pourquoi, mais derrière son apparence plutôt fragile, il faut bien le dire, j'était convaincu qu'elle ferait un adversaire des plus amusants, si jamais on devait se battre.
D'ailleurs, maintenant que j'y pense, il faudra que je pense à apprendre leurs noms, si jamais on doit se revoir, parce que ça me complique vachement les choses de ne rien savoir.

Puisqu'on( enfin, je) parle de la fille, un des voyageurs killers, enfin je supposait que c'en était un, profita d'un moment d'inattention du groupe pour s'attaquer à elle. Zut! J'aurais peut-être pu faire quelque chose si je n'était pas aussi occupé à l'éviter du regard, utiliser Discobolos par exemple, encore que je l'ai utilisé pas mal de fois cette nuit, et je commence à fatiguer: rien ne garantit que je l'aurais touché, surtout si je devait en même temps éviter de frapper la fille. Alors que je maudit intérieurement cette maladie qui m'a empêché de réagir et qui a peut-être mis une fille dans une situation périlleuse, surgit un autre voyageur, qui apporte une solution au problème: il se débarrasse de son ennemi à l'aide d'oiseaux, il me semble, encore qu'à son arrivée mon regard se soit presque immédiatement posé sur l'apparent chef du groupe, pas très grand et assez poltron, selon toute vraisemblance.
Ce n'est pas que je soit insensible, ou hautain; simplement, pour regarder la scène, je devrais voir la fille, et dans mon état c'est déconseillé, surtout que j'en ai déjà trop fait.
Peu de temps après que tout le monde m'ait suivi dans ma contemplation du petit bidule qui était tout sauf rassuré, le voyageur avec la flamme sur la tête s'occupe finalement de lui, d'une manière assez classe d'ailleurs. Ca ne m'étonnerais pas qu'il suive Fullmetal Alchemist, m'enfin ce n'est pas le propos. Toujours à propos de lui, il se hisse tant bien que mal sur un cube de chamallow d'une taille impressionnante, que personne n'avait remarqué avant, apparemment. Il a alors un discours enthousiaste que j'attribuerais à sa jeunesse et à une sorte de recherche d'affection, je n'en suis pas bien sur. J'écoute attentivement, sans pour autant me rapprocher ou montrer que je témoigne un tant soit peu d'intérêt à ce qu'il dit.

" Bonjour à vous qui avez aidé cette famille en détresse ! Je voulais vous remercier pour ce que vous avez fait, particulièrement pour… Loki je crois que c’est son nom et le voyageur aux cartes qui m’ont sauvé la mise tous les deux ! Je vous avoue que je n’aurais certainement pas pu tous les vaincre sans vous et… "

Il cessa de parler pour observer le groupe qui s'était formé autour de lui et de sa "cause", la défense des faibles et des opprimés; même si tout le monde se séparait après ça, nous aurions quand même partagé une expérience de celles qui rapproche les gens, enfin ceux que ça intéresse...

" Et, nous étions vraiment performants tous ensemble. Je ne sais pas pour vous, mais ca m’a fait chaud au cœur de me battre avec vous. Si c’était possible de recommencer un sauvetage tous ensemble, je n’hésiterais pas ! On serait un peu comme un groupe de voyageurs unis pour sauver les personnes en détresse, on se soutiendrait tous les uns les autres, comme… comme une famille !! Mais bon, ca, ce n’est qu’une idée, haha… En attendant, j’aimerais vous inviter à l’auberge pour fêter notre victoire ! A ce qu’il parait, il y a de superbes confiseries avec des goûts et des formes qui dépassent notre imagination !! "

Une offre de partenariat,hein? Ca ne me surprends pas plus que ça, je m'y attendais presque, encore que je dois bien avouer que cette idée ne m'avait même pas traversé l'esprit. M'associer à ces gens, dans la joie et la bonne humeur, pour sauver la veuve et l'orphelin? Et puis qu... La veuve et l'orphelin? La veuve... La...Veuve...
Non! Je dois résister, ne pas céder maintenant! Ce serait trop bête d'échouer si près du but, alors que je suis en train de battre mon record de résistance psychique! Je serre les poings tout en essayant de paraître aussi calme et décontracté que possible, tout en gardant ce côté mystérieux et lointain que j'adopte aussi souvent que possible, pour éviter tout éventuel problème.
Toujours est-il que la proposition est tentante, malgré tout; ils ont l'air intéressant, ça pourrait m'amuser un peu de faire un bout de chemin avec eux. Et puis, la fille ne m'a pas encore frappé, ce qui est plutôt bon signe: avec un peu de chance, les suivre me permettra de trouver un remède...

Ils se dirigent donc vers cette taverne, alors que je reste à une distance raisonnable du groupe. Je réfléchit, sur le trajet, à un autre bénéfice que j'aurais à voyager avec eux: ils pourraient me permettre d'obtenir d'autres keyblades, ce qui n'est pas négligeable quand on voit chaîne royale, un concentré de non-classitude et de non -puissance qui me fout la honte chaque fois que je dois me battre.Sérieusement, la plupart du temps, ils meurent de rire avant que je puisse leur faire mal; pour quelqu'un comme moi, c'est assez humiliant...
L'auberge, ou la taverne; quelque soit le nom que l'on donne à ce truc, je dois admettre que c'est...sucré, et c'est peu dire, comme endroit. Des confiseries partout, mais vraiment partout, que ce soit les murs, tables, chaises, etc... Inexplicablement, cet endroit me rappelle ce fichu nain que j'ai rencontré en début de soirée, pensée qui me laisse songeur, alors que je m'autorise un bref rictus de satisfaction. Nous nous asseyons et commandons à boire, comme si de rien n'était, les divers protagonistes commençant à discuter au fur et à mesure que leur taux d'alcoolémie grimpe. Après avoir bu quelques gorgées, je pose ma choppe et compare son contenu avec ce que j'ai l'habitude de boire: décidément, je risque d'avoir du mal à trouver un alcool qui surpasse mon cocktail à 666°...
Certains semblent réagir davantage à cette boisson, comme le démontre le monologue plein d'intensité que j'entends subitement:

" Alors c’est quoi ton nom à toi ? Moi c’est Luciole. Eh Kala, c’est marrant qu’on se revoit si tôt, je n’aurais jamais imaginé qu’on se retrouve pour une baston comme ca ! *Hips* Tiens, c’est alcoolisé ce truc… Qu’est-ce que… vous pensez de… d’aller accoster la jeune fille aux cheveux longs là hihi… Mais attention, il faut se déguiser… Je prends cette barba papa en guise de perruque, pleins de dragibus pour faire un peu hamster, du réglisse pour la moustache, des bananes pour les sourcils et des tagada pour les yeux… "

Il semblerait que ce "Luciole" ne tienne pas aussi bien l'alcool que moi, ou même que la fille dont il parle, qui ne semble même pas affecté, alors qu'il faut bien dire que c'est quand même assez alcoolisé leur truc; pas suffisamment pour me saouler, loin de là, mais quand même. Un autre, le fameux Kala je crois, enfin je ne suis pas sur, décide de réfréner ses ardeurs.

" Mec, t'es salement bourré. Ne pense même pas à la draguer parce que je suis sûr qu'elle a déjà quelqu'un... "

"Elle" se lève alors et vient s'asseoir à côté de Luciole, posant sa tête sur ses genoux. elle ôte ensuite sa sucette de sa bouche et l'offre au blessé, faut croire qu'elle est sympa malgré son air indifférent, bien qu'elle semble s'autoriser quelques expressions de temps à autre. Elle en profite pour ajouter:

" Tiens, tu dois avoir besoin de sucre. "

Moi, je continue à boire, en me demandant à quel moment l'un d'entre nous entamera la discussion qui permettra de savoir qui est pour, et qui est contre cette idée de partenariat. Moi, même, je dois avouer que j'hésite encore, leur offre est tentante mais d'un autre côté ça risque d'être ennuyeux... Soudain, celui qui soutenait le blessé tout à l'heure, le stéréotype même du gentil, prends la parole.

" Je propose que tout le monde se présente et s'exprime sur la bataille qui vient d'avoir lieu chacun son tour. "


Voilà, on y est. On va avoir droit à cette interminable suite de présentation, durant laquelle chacun va exposer ses buts et motivations sur fond de "ouais, c'était trop fun ce soir!", dans la joie et la bonne humeur.

" Mon nom est Loki Toshiko, je suis Chionophobe, je contrôle la Neige. C'est en ce moment ma cinquième nuit dans ce monde. Mon but est de rencontrer de gens comme vous, créer des liens d'amitié et me faire connaitre à travers tout Dreamland. Cette nuit, j'ai ressenti quelque chose qui était en train de changer en moi. Je ne sais pas vous mais moi j'ai une folle envie de vivre des aventures avec vous, de partager des choses avec vous, de faire régner le calme dans tout les Royaumes avec vous. Je pense donc que l'idée du pyrophobe est excellente... "

Loki, hein? Si je me souviens bien, c'est le nom d'un dieux de la mythologie scandinave, demi-frère de Thor et connard notoire. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux prénoms, c'est vachement trompeur; enfin, ça ne correspond pas du tout à l'image que j'ai de lui, d'après ce que j'ai vu et entendu ce soir.
Il se tourne alors vers la seule fille du groupe, qui doit quand même se sentir seule, entourée de garçons. Elle ne semble pas pressé de prendre la parole, ce que je peux comprendre, mais finit par lâcher une petite phrase, qu'elle fait suivre d'un discours plus long.

" Neh…Loki… Arrête de me regarder comme ça, tu sais très bien que je ne dirais que le strict minimum. "

" Je remercie d’abord le jeune invocateur d’oiseau, mais je suis heureuse de savoir que vous tous vous avez voulu sauver ce petit garçon. Je me croyais la seule idiote à me jeter dans la gueule du loup pour un petit bout d’homme. Je me nomme Myleïn, je n’ai pas vraiment compté mes nuits. En parlant de nuit, je la contrôle en quelque sorte. Un peu la flemme d’expliquer. Je… Je... N’ai pas de but précis. Et pour toi, petite flamme , pour ta gouverne je suis bien trop vieille pour toi, malgré ma… Taille. "

Myleïn, hein? Original comme nom, quoiqu'assez bien. Elle ne dit pas grand chose, en fait; elle ne dit même carrément rien, si ce n'est qu'elle se nomme Myleïn et contrôle la nuit. Point barre. Ah oui, maintenant on sait aussi qu'il ne faut pas se fier à sa taille, et qu'elle est plus vieille qu'il n'y paraît. C'est déjà un peu plus qu'au début, mais pas vraiment utilisable comme information. Elle est soit du genre discrète, soit elle ne veut tout simplement pas parler d'elle devant des gens qu'elle ne connaît pas, conduite qu'adopterait toute personne un tant soit peu méfiante ou difficile d'accès, pour ne citer que ces deux genres de personnes.
Vient ensuite le tour de celui qui se dénomme apparemment Kala, et qui semble lié à Luciole, comme Loki l'est apparemment à Myleïn; faut croire que tout le monde se connait, au moins indirectement, sauf moi.
Pour en revenir à Kala, il s'exprime d'une fois forte et assurée, ce qui confirme la première impression que j'avais de lui, quelqu'un de confiant, qualité qui peut virer au défaut, en cas d'excès de zèle.

" Bonjour à tous et à toutes ! Je m'appelle Kala Kourou et je suis un Hydrophobe. Moi aussi, je n'ai pas compté le nombre de mes nuits à Dreamland mais ça, au pire, j'm'en fous. J'ai pas vraiment de but si ce n'est que d'essayer de retrouver une... Amie... Mais ça, si jamais j'y arrive pas, c'est... Pas grave... Bref, pour dire que je n'ai pas de "réel" but, que j'ai à peu près le même objectif que Loki. Je suis moi aussi d'accord avec Luciole, par rapport à son idée de tout à l'heure et que je serai ravi d'avoir des aventures avec des gens comme vous ! "

Mouais, un peu réchauffé comme discours, puisqu'ils nous sortes presque tous le même depuis tout à l'heure; enfin, c'était prévisible, donc je ne vais pas me plaindre. En tout cas, son pouvoir est intéressant, il faudra que suive ça de près, si jamais je décide de me joindre à eux, bien entendu. Il se rassoit et recommence à vaquer à ses occupations, tandis que se lève, assez lentement, l'éternel blessé( en même temps, il est normal que sa blessure ne soit pas encore guérie). Il tremble légèrement et hésite parfois, il faut croire que cette blessure l'affecte plus qu'il ne veut le laisser paraître.

" Eh bien, salut tout le monde. Je tiens d'abord à remercier tout ceux qui m'ont aidés mais également tout les autres qui ont pris des gros risques pour sauver une famille. En cela, je suis fier d'appartenir à des gens tel que vous. Ne vous inquiétez pas pour ma blessure, je n'en mourrai pas même si ca fait quand même mal. Une bonne nuit de repos et tout ira pour le mieux... Quoique ce soit assez paradoxal vu que nous somme en pleine nuit. J'en oublis presque l'essentiel, Je m'appelle Nayki, Nayki Shin, manieur du pack of cards un objet magique qui me permet de contrôler des cartes et de les faire changer de forme. Je ne le maitrise pour l'instant que partiellement mais ca viendra. Mon but dans la vie... Me trouver des compagnons dignes de confiance en qui je pourrai me fier sans crainte. ''

Le même discours qui se répète encore et encore... J'ai l'impression d'assister au tournage de " Retour vers le futur IV " , sauf qu'au lieu de la voiture c'est une choppe d'alcool, dont j'ignore la nature, qui occupe le poste de machine à voyager dans le temps.
Bon, alors, lui c'est un manieur, et il manie donc des cartes, si j'ai bien compris. Ca peut se révéler utile, ma foi. Sinon, ils ont tous cette fougue de la jeunesse, ce caractère aventurier qui les pousse à se lier avec n'importe qui. J'étais comme ça, avant... Depuis mes 15 ans, j'ai appris que la vie est dure avec ceux qui se contentent de rêver. Il faut parfois cesser de regarder le ciel, pour se morfondre sur la terre ferme... Bon, même si je dis ça, ça reste un discours de dépressif pessimiste, c'est pas comme ça que je vais guérir, moi...

Plus personne ne parle; je dirais même plus, j'ai vaguement l'impression que c'est à moi de parler. Damned, j'avais oublié que j'aurais à parler, moi aussi. Bon, et bien quand faut y aller...

" Kuro Dôkeshi, 21 ans, Manieur de Keyblade. Mon but? Guérir. L'idée de Luciole? Du moment qu'on ne m'empêche pas d'aiguiser mes crocs... "

C'est assez court, comparé aux autres,mais ils n 'ont pas vraiment besoin d'en savoir plus. Et puis, je pense que j'ai réussi à faire une présentation assez explicite, quand même. Après ça, je plonge de nouveau dans un profond mutisme dont je ne sort que pour commander trois choppes de leur alcool le plus fort, tout en me tournant vers le dernier arrivé, le type aux oiseaux, en attendant qu'il parle.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Dim 20 Mar 2011 - 12:27
C'est suite à une arrivée fracassante, surtout pour ton adversaires, que tu atterris derrière un jeune homme dégageant une aura assez spécial... en effet ce n'est pas tout les jours que l'on ressent un pouvoir tout droit tiré du royaume du feu, le seigneur cauchemar Asmodeus aurait-il besoin de nouvelle recrût? Tu ne connaissais pas très bien l'étendu du pouvoir de ce seigneur, mais les simples rumeurs circulant sur sa personne te faisaient frémir de plaisir à l'idée de te mesurer à lui, c'est grâce à ce genre de défis que tu pourrais aboutir à ton désir. Ce jeune homme connaissait-il son seigneur? C'est vrai, nous ne somme pas obligé de connaître notre seigneur, pour ta pars tu ne l'avais jamais vu ni même entendu son nom ou quoi que ce soit sur son existence et pourtant tu aimerai tant le rencontrer un jour pour te mesurer à lui aussi et qui sait… si tu parvins à le vaincre peut-être accepterait-il de faire partie de ton catalogue d'invocation s'estimant à.. deux oiseaux.. mais pas n'importe quelles oiseaux!! Ben l'incroyable pigeon lanceur de bombes et Doudou le guerrier manieur de sabre ne pouvant se battre qu'avec un club de golf.. du moins pour le moment. Bref ce jeune homme allait peut être te permettre de rentrer en contact avec son seigneur afin de lui botter le cul, du moins dans plusieurs nuits.. mais ce jeune homme restait tout de même mystérieux..

En effet, tu pouvais nettement ressentir son pouvoir d'ailleurs tu parvenait à ressentir plusieurs des pouvoirs de ces voyageurs... plusieurs étaient contrôleurs, de vent, de neige, etc… mais le nombre de personnes étant trop important tu n'arrivait pas décerner exactement à qui appartenait ces pouvoirs.. Le jeune homme aux flammes envoya alors le coup final au petit boudin qui vous "tenez tête", le combat n'était pas très intéressant, à peine de quoi commencer la nuit, heureusement que ce royaume était recouvert de sucre!! Tu allais pouvoir te doper aux sucres onirique avec un grand risque de chopper du diabète onirique, mais pas grave parce que demain t…


*Gné?..* pensas-tu

Le gamin se mis debout sur un chamallow… pas super pour rester en équilibre, celui-ci se fit passer pour ridicule car en s'enfonçant dans ce sucre concentré il s'enfonçait lui-même.. il te plaisait ce petit!! Il commença alors à prendre la parole pour dire tout et rien à la fois.. vous remerciez.. mais c'est inutile! Toutes personne censé en aurait fait autant, il a juste suffis que tu passe par là et les autres aussi! C'est du hasard!! ET RIEN D'AUTRE!!...... ouai t'aurais pus te barrer ou alors les regarder en mangeant des plaques de chocolats servant de tuile à cette maison qui te faisais languir au lieu d'écouter la suite de ce que disait ce petit bonhomme des flammes. Allez hop c'est parti tu ouvre bien tes oreilles et tu écoute maintenant!! Bah voilà t'as tout louper!! Hein quoi?! Une invitation à l'auberge?! Tu n'entends vraiment que ce qu'il t'arrange!! MORPHALE!!..
Tu suivis le jeune homme et la troupe vers une auberge aux fenêtre alléchante, à la porte qui réveillait ta gourmandise et aux serveuses que tu croquerais sans hésitation. Elles devaient sentir beaucoup de regard se poser sur leurs magnifique nib.. formes, mais le tien scintillait et tu arrivé à transmettre quelque chose de fort à ces jolies créature aux oreilles pointus.. non non pas du dégout, mais de l'espoir plutôt!! Quoi? Elles jouent juste avec tes envie pour te charmer et te faire consommer à donf? Et alors? X) C'est pas ça qui allez te tuer (et en plus c'est salamèche qui invite)!! Et c'est partie la soirée pouvait enfin commencer, à peine assis tu avais déjà la carte dans les mains alors que tu savais très bien ce que tu voulais manger, boire et consommer. La serveuse se pencha alors vers toi pour prendre ta commande alors que tes yeux s'étaient perdu dans son décolleté, qui était très généreux il faut savoir l'avouer, tu pris alors ta commande alors être revenu à tes esprits..


"Je voudrais la carte.. en triple et aussi ton numéro de téléphone et celui des autres serveuses!"

"Désolé mais à Dreamland on a pas de téléphone ^^' sinon ça aurai été avec plaisir d.."

"Dans ce cas je vous rejoins dès que je quitte la table.."

Oui tu savais ce que tu voulais et tu allais droit au but, c'est ce qui faisait ton charme. C'est après avoir été servi, et après avoir bien commencé ton repas de nuit, lorsque tu vis le petit salamèche tout frétillant d'alcool se lever pour aller parler à le jeune fille que tu avais sauvé… Tu regardas sa place et ne vis qu'un ou deux verre vide… tu regardas tes consommation et pouvais déjà compter plusieurs verres de vide, ainsi que des chopes et des bouteilles… et tout allez pour le mieux… peut-être était-ce dut à l'énorme quantité de bouffe que tu venais de t'enfiler... qui sait… le garçon à tes côtés te fis un peu peur en claquant comme un dégénéré sur la table, il fit presque reverser une de tes bouteilles!! Alors là ça aurait péter et le sang aurait coulé à flot!! Ou pas, tu continuas à manger alors qu'il se mit à parler et à proposer à chacun d'entre vous de se présenter… pas con comme idées, comme ça tu saurais enfin à qui appartiens ces auras que tu ressens depuis leurs rencontres. Etant proche de toi tu pouvais ressentir son pouvoir de neige avant qu'il ne l'énonce, son nom était Loki… comme dans "le fils du masque"!! Trop fort!! Bien que ce nom te plaisait tu préférer un truc du style… Frozon!!

Alors qu'il se présentait la jeune fille envoya gentiment bouler le p'tit gars du feu. Frozon ayant terminé sa présentation la jeune demoiselle fut obligé de prendre la parole à de ses présenter à son tour. Tout d'abord elle te remercia et en signe de réponse tu lui fis ton geste de doigts favoris… non pas celui là!! Tu sais ce geste que certain rasta man font lorsqu'ils sont défoncer en disant "peace"… oui le V de la victoire!! Sauf que le tien était à la verticale… oui c'était ton signe, du moins un de tes signes parce que l'autre est vilain pas beau et on le fait pas aux filles… sauf les moches x)
Elle s'appeler Myleïn.. mais comme c'est trop compliqué à dire tu l'appellerais Rose, pourquoi? Parce que. A oui… elle contrôlait la nuit, c'était donc un des pouvoirs que tu n'arrivais pas à cerner, bah c'est pas commode ce genre de pouvoir xD

A qui le tour? A ce garçon au cheveux blanc là bas!! Tu pouvais bien flairer son pouvoir à lui parce qu'il est assez commun, c'était un contrôleur d'eau… l'ennemi numéro un de tout poivreaux qui se respecte!! Et tu lui avais déjà décerné un nom, pas la peine d'écouter son prénom véritable, ils se nommerai.. Evian!! Oui c'est nul, mais c'est pas grave!! Plus que deux et c'est ton tour fais bien attention à ne pas dire de connerie pour une fois.. tu te mis alors à réfléchir sur ce que tu allais dire, allais tu te vendre en narrant tes exploits? Allais tu te faire passer pour plus nul que tu ne l'es? Allais tu sortir de table pour rejoindre les serveuses?...

Vous le saurez dans le prochain poste!!





Mais non c'est de l'humour x) mais comment se concentrer alors qu'un des deux autres déballe sa vie?!? Ok ok c'est un manieur de carte et tu ne l'avais pas deviner… en même temps tu as toujours eu du mal avoir les manieurs c'est pas de ta faute!! D'ailleurs l'autre devait aussi en être un.. comment tu allais l'appeler lui?.. Ah!! Shade lui ca comme un gant? Qui c'est? C'est tout simplement un escroc aux jeux de cartes et un des personnages du film éponyme!! Bref on s'en fou quoi il avait l'air sympa c'est tout ce qui compte. Maintenant au tour du dernier au cheveux blanc aussi de se présenter comme tout le monde, malgré le fait que tu préférerais sortir de table pour jouer avec les serveuses derrières la remise pendant que les clients et le patron tournent le dos… sa présentation fut court, mais efficace, il te rappelait un de tes deux meilleures amies dans le vie réel à qui tu avais partagé le secret de dreamland, mais qui ne te croyait pas par l'habitude qu'il avait adopté de t'entendre dire connerie sur connerie. Comme lui le manieur de keyblade semblait être assez dépréssif.. c'est cool ça!! Enfin non c'est pas cool pour, mais cool pour toi.. ARRh mais c'est dégueulasse!! Egoïste même!! On vas juste dire que ça va te rappelle ton meilleure pote se nommant Benji, donc il se nommera Benji lui aussi!!

Bah voilà ils avaient tous leurs petits nom, si c'est pas mignon tout plein!! Tout le monde reprend une chope et on continu la fête.. mais pourquoi est ce qu'ils se tourne presque tous vers toi? T'as quelque chose sur le visage? Face à cette situation tu te frotte le nez comme pour retirer une tâche, mais tu comprend rapidement que c'est à ton tour de te présenter.. en te levant tu invoque tes deux oiseaux pour les présenter eux aussi.


"Yo, alors moi c'est Xam, le bird maker, voici Ben et Doudou et.."

"Enfoiré pourquoi tu nous présente pas sous nos vrai nom? Moi je me nomme Vaillant, je suis un pigeon largueur de bombe.."

"d'où son surnom Ben.. moi c'est Doud.. euh Daffy Duck! L'unique oiseau samouraï, mais notre invocateur est si puissant que je ne peux combattre qu'avec un club de golf.. c'est toujours mieux que rien.."

"Bon bah même pas besoin de les présenter.. ils me traite souvent, mais ce sont de très bon compagnon et frère d'arme, j'ai remporté bon nombre de combat grâce à eux, j'ai même disputé la finale du dernier tournoi de Dreamland. Au fait, j'ai un kiff qui est de donner des surnom à tout le monde donc les voici pour pas que vous me foutiez des vents quand je vous parle.."

Regardant un par un tes nouveaux compagnon tu leurs donna leurs surnoms..

"Salamèche, Frozon, Rose, Evian, Shade et Benji.. certain nom sont explicable, d'autres noms, mais c'est comme ça.. Allez on continu à boire parce que là jme suis toujours pas mis de mine.. Hum oui que voulais vous?" adressas tu à un bonhomme pas commode mais sculpté comme tel qui te regardait de travers..

"Jsuis l'patron d'lauberge et apparement t'as dragué mes filles.. c'est vrai?"

"Oui."

*Cool des embrouilles!! Ma sincérité et mon franc parlé ma perdra..*
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Mer 6 Avr 2011 - 20:42
Ainsi, il s'était présenté et avait exprimé son opinion sur l'idée de "famille". Il se rassit en souriant et en regardant sa grande sœur. Car après tout, c'était à elle de prendre la parole...

Oui, c’était à la contrôleuse de la nuit de prendre la parole. Loki savait qu’il n’apprendrai rien de nouveau sur Myleïn, il savait aussi qu’elle n’aimait pas trop parler d’elle, parler de son histoire, parler de son passer... Loki respectait son choix, après tout, chacun son caractère. Malgré cela, il pensait que s’ils devaient partager des aventures avec les autres, ces derniers seraient bien obliger d’en connaitre plus sur Myleïn et peut-être que eux aussi proposeraient leur aide. Pour le moment ils n’étaient pas encore un groupe, du moins officiellement. Seul lui avait donné son opinion sur l’idée de famille.
Soudain quelque chose bougea dans son dos, c’était.....c’était.....c’était son sac ! Il l’avait complètement oublié ! Ce sac aussi arrogant qu’inutile, avait réussit à se taire durant les derniers événements, mais maintenant il commencer à perdre patience, il fallait forcement que ça arrive.... Alors Loki posa le sac sur ses genoux. Seulement il ne compris qu’après, l’erreur qu’il venait de commettre, un sac malpolie devant une assemblée de personne respectueuse les uns des autres, mais quelle erreur !!!! La preuve :

"Eh ben, je sais qu’on vient de se connaître mais tu pourrais faire un peu plus attention à moi... Oula ! C’est quoi se rassemblement ? Vous fêtez un anniversaire ou quoi ? A première vue non, t’es le seul à ne pas boire d’alcool... la honte !! Voyons ce que nous avons... Wahou ! Elle est trop belle la fille en maillot !!! Qu’es ce qu’il fait l’autre avec la tête sur ses genoux ? Purée c’est vraiment ringard ici, tout est en gâteau... Bon aller commande moi une bonne bière et on en parle plus, ok ?"

Loki, énervé par les commentaires de son sac, répliqua à voix basse :

"Alors, déjà tu vas arrêter de parler, hein ? Ensuite, on ne fête pas un anniversaire, on fête plutôt notre rencontre et notre sauvetage... Puis pas question que tu boives et enfin, la fille en maillot, comme tu dis, il se trouve que je la connais et qu’elle s’appelle..."

Pourquoi s'arrête t-il soudain ? Peut-être parce que la fille en maillot de bain, comme disait le sac, vient de commencer à parler :

"Neh…Loki… Arrête de me regarder comme ça, tu sais très bien que je ne dirais que le strict minimum."

Oui, il le savait, mais pourtant il l'avait quand même espéré.

"Pouah, comment elle t’a affichée devant tout le monde !! Si j'étais toi je commanderai une bonne bière !"

Loki, toujours aussi désespéré par le manque de respect de son sac, n'en voulait pas à Myleïn, il ne voulait pour rien au monde se la mettre à dos. Alors il continua à l'écouter :

"Je remercie d’abord le jeune invocateur d’oiseau, mais je suis heureuse de savoir que vous tous vous avez voulu sauver ce petit garçon. Je me croyais la seule idiote à me jeter dans la gueule du loup pour un petit bout d’homme. Je me nomme Myleïn, je n’ai pas vraiment compté mes nuits. En parlant de nuit, je la contrôle en quelque sorte. Un peu la flemme d’expliquer. Je… Je... N’ai pas de but précis. Et pour toi, petite flamme (s’adressa t-elle à Luciole), pour ta gouverne je suis bien trop vieille pour toi, malgré ma… Taille."

Loki sourit, il n'avait rien apprit de plus sur Myleïn, sur cette sombre femme, sur sa grande sœur. Il connaissait déjà son nom, sa phobie, son complexe pour sa taille et son....but. Pour le coup il en connaissait plus, sur elle, que les autres. Mais de toute façon elle devra bien leur dire puisque si tout le monde est d'accord, ils formeront une équipe, un groupe, une famille. Le sac ne parlait toujours pas, ben si :

"Elle contrôle la nuit... Hum, dis Loki tu crois que c'est utile dans une chambre de contrôler la nuit ?"

Mais qu'elle idiot ce sac, tellement idiot qu'il ne compris rien de ce qu'il lui arrivait quand il prit une petite tape sur le coté. Soudain l'Hydrophobe se lève et s'exprime :

"Bonjour à tous et à toutes ! Je m'appelle Kala Kourou et je suis un Hydrophobe. Moi aussi, je n'ai pas compté le nombre de mes nuits à Dreamland mais ça, au pire, j'm'en fous. J'ai pas vraiment de but si ce n'est que d'essayer de retrouver une... Amie... Mais ça, si jamais j'y arrive pas, c'est... Pas grave... Bref, pour dire que je n'ai pas de "réel" but, que j'ai à peu près le même objectif que Loki. Je suis moi aussi d'accord avec Luciole, par rapport à son idée de tout à l'heure et que je serai ravi d'avoir des aventures avec des gens comme vous !"

Hum, Kala l'Hydrophobe, intéressant, la peur de l'eau survient souvent après un accident, une noyade. Loki essaierait d'en savoir plus sur son passé, comme il essaierait d'en savoir plus sur l'histoire des autres. Ce qu'il pensait de ce Kala ? Un jeune homme courageux, comme les autres, qui défend la justice, un jeune homme peut être trop sur de lui, mais surtout, qui a une grande résistance à l'alcool. En effet, il se rassoit et boit, encore.

"Loki y'aurait pas un Alcoolophobe dans cette réunion ? Histoire qu'on commence à s'amuser..."

Loki, lui s'amusait bien, écoutait les gens parler d'eux était très plaisant pour lui. Alors il vit le manieur de carte se lever, avec difficulté, mais avec succès :

''Eh bien, salut tout le monde. Je tiens d'abord à remercier tous ceux qui m'ont aidés mais également tout les autres qui ont pris des gros risques pour sauver une famille. En cela, je suis fier d'appartenir à des gens tel que vous. Ne vous inquiétez pas pour ma blessure, je n'en mourrai pas même si ca fait quand même mal. Une bonne nuit de repos et tout ira pour le mieux... Quoique ce soit assez paradoxal vu que nous somme en pleine nuit. J'en oublis presque l'essentiel, Je m'appelle Nayki, Nayki Shin, manieur du pack of cards un objet magique qui me permet de contrôler des cartes et de les faire changer de forme. Je ne le maitrise pour l'instant que partiellement mais ca viendra. Mon but dans la vie... Me trouver des compagnons dignes de confiance en qui je pourrai me fier sans crainte. ''

Nayki donc ? Nom assez classe, une phobie intéressante et une personnalité qui semble sympathique. Loki aimait déjà bien ce jeune homme. Ce dernier, justement, avait distribué des cartes à chacun, bien avant de parler. Loki n'ayant pas remarqué avant, pris les cartes et les regarde. Il en avait deux, un Valet de pique et un As de pique. Il regarda le Valet de pique qui lui semblait familier, en faite, il pensait qu’il était devant un miroir et le Valet reflétait sa personnalité... C’était une sensation....étrange, si bien que Loki retourna les cartes face verso pour ne plus y penser. Soudain, l’étrange type aux cheveux, tels le ciel, se lève et parle de façon....très surprenante :

"Kuro Dôkeshi, 21 ans, Manieur de Keyblade. Mon but? Guérir. L'idée de Luciole? Du moment qu'on ne m'empêche pas d'aiguiser mes crocs... "

Pourquoi surprenant ? Au vu de la longueur de son discours, c’est assez déroutant, assez drôle, assez surprenant... Loki émit un sourire car, en faite, il avait tout dit, son nom, sa phobie, son but et son opinion... Il ne manquait rien, enfin si, pour Loki il manquait son histoire son passé... Cependant ils venaient juste de se rencontrer, alors pourquoi tout dire d’un seul coup ? Pourquoi ne pas garder ses secrets pour plus tard, quand tout le monde aura donné son opinion ? Le Chionophobe réfléchi un instant... Son but était de guérir... Guérir de quoi ? Il ne semble pas malade, au contraire, il semble quelqu’un de normal, bien dans sa peau et en pleine forme... Il faudrait en savoir plus sur lui... Mais là, ce n’est pas le moment. Manieur de Keyblades... Mais qu’es que c’est ? Loki utilisa le peu de connaissance qu’il avait en Anglais, la langue obligatoire, la langue universelle... Donc Key c’est les clefs et Blade c’est la lame... Manieur de la Lame en forme de clef... Intéressant, faudra se renseigner ou en voir plus. Pour le moment, tout le monde à l’air de se retourner vers l’invocateur d’oiseaux. Il avait sauvé Myleïn, il l’avait fait avec classe et pour cela il le respecter. De plus il semblait avoir une certaine expérience dans ce monde qu’est Dreamland. D’ailleurs :

"Yo, alors moi c'est Xam, le bird maker, voici Ben et Doudou et.."

"Enfoiré pourquoi tu nous présente pas sous nos vrai nom? Moi je me nomme Vaillant, je suis un pigeon largueur de bombe.."

"D’où son surnom Ben... moi c'est Doud... euh Daffy Duck! L'unique oiseau samouraï, mais notre invocateur est si puissant que je ne peux combattre qu'avec un club de golf... C’est toujours mieux que rien.."

"Bon bah même pas besoin de les présenter... Ils me traitent souvent, mais ce sont de très bon compagnon et frère d'arme, j'ai remporté bon nombre de combat grâce à eux, j'ai même disputé la finale du dernier tournoi de Dreamland. Au fait, j'ai un kiff qui est de donner des surnoms à tout le monde donc les voici pour pas que vous me foutiez des vents quand je vous parle... "

Alors... Xam, l’invocateur d’oiseau, ok. Il a deux invocations, Vaillant surnommé Ben et Daffy Duck surnommé Doudou... Si ce n’est pas mignon tout ça... Hum, il a l’air de s’entendre autant avec ses oiseaux, que Loki avec son sac... De plus, la théorie selon laquelle ce serai un voyageur expérimenté se confirme... Aller en finale d’un tournoi de Dreamland... Ce n’est pas rien !! Et que dit-il d’autre ? Qu’il aime donner des surnoms... Oula ça promet et évidement le sac de Loki ramène son grain de sel...

"Et ben vu les surnoms qu’il a donné à ses oiseaux... je ne veux même pas entendre les votre. Dis, en parlant des oiseaux, tu crois qu’on pourrait grignoter une de leurs petites cuisses ??"

Loki leva les yeux au ciel, ou au plafond plutôt et écoutant, avec appréhension, les surnoms :

"Salamèche, Frozon, Rose, Evian, Shade et Benji... Certain nom sont explicable, d'autres non, mais c'est comme ça... Allez on continu à boire parce que là jme suis toujours pas mis de mine... Hum oui que voulais vous?"

Il avait regardé Loki en disant Frozon... Bon à la limite, Loki se demanda pourquoi il préférait l’appeler Frozon au lieu de Loki, c’est tout de même plus court Loki, non ? Bon, Loki pensa aussi qu’il y avait pire que lui... trêve de plaisanteries, le sac refait des siennes :

"Hey, Loki, j’ai une idée ! Alors voilà, Benji embroche les oiseaux, Salamèche les brule à petit feu et on les mange sur les cartes à Shade. Pendant ce temps, Evian et toi, vous allez faire des glaçons pour conserver la bière et pour en mettre dans les verres... Ah oui et Rose nous fais apparaitre la lune et danse en maillot de bain autour du feu ! Bonne idée non ? Personnellement je ne voudrai pas me vant... Aie, mais ça ne va pas non ?"

La tape de Loki avait raisonnée dans toute l’auberge... faut dire aussi qu’il l’avait cherchée !
Pendant que Xam parle avec ce qui semble être un de ces amis, ou peut-être admirateur, Loki fixa le Pyrophobe... Lui, n’avait pas encore dis son nom, ni même son but. Le fait est qu’il soit bourré, n’arrangeai pas les choses. Faudrait envisager un truc... il faudrait demander un grand seau, Evia...euh Kala le remplit et Loki le refroidirai... Ensuite, évidement on le vide sur ce qui semblerait être notre meneur, notre leader... Pour celui qui doit donner l’exemple, c’est raté, mais Loki était sur qu’il avait d’autres qualités... il savait surement bien diriger un groupe, montrer le bon chemin aux autres membres, les encourager, les soutenir, bref...les mener.

Il regarda, de nouveau, l’assemblée qui se présentait à lui. Un bon groupe, déjà bien solidaire, qui a de l’avenir, qui a déjà fait ses preuves en protégeant cette famille. En parlant de famille, ce groupe en prend la forme, tous tiennent aux autres. C’est comme le château de carte... Si l’une tombe, c’est le château tout entier qui s’écroule... Cette image était assez marrante, car cette famille était comme un jeu de carte, chacun à son rôle avec sa propre puissance, mais comme une carte ne peu rien faire seule, il est obligé d’y avoir d’autres cartes, d’autres alliés, d’autres membres de la famille.

Oui, chacun aurait son rôle, Loki serait le plus pointilleux, un seul adjectif en particulier, le caractériserait, efficace. Oui, l'efficacité serait son atout. On le connaitrait et on le respecterait pour ça. Il s'efforcera d'accomplir tout ce qu'on lui demandera, avec rapidité et précision. Il serait tel la Pluie, pointilleux et efficace, balayant tout obstacle sur son passage... Mais voilà, là où résiderait sa force, ce sera dans ses alliés, ses amis, sa famille... Tout seul il serait efficace, tous ensemble ils seraient forts. L'union fait la force...

Soudain il se senti disparaitre... Oui, c'était l'heure, c'était le moment de de réveiller. Sa main gauche commençait à s'émietter. Il émit un sourire, se leva en faisant tomber son sac par terre, regarda tout le monde et parla en ces termes :

"Bon, je me réveille... Je suis vraiment heureux d'avoir fait votre connaissance et j'ai vraiment hâte de vous revoir pour vivre de nouvelles aventures... Sachez que vous pouvez tous compter sur moi et que vous faites déjà partie de moi, de ma famille."

Alors il regarda Luciole, le pyrophobe... Une émotion se fit sentir dans son cœur alors qu'il versa une larme ressemblant à un flocon... Il le regarda droit dans les yeux, lui sourit et lui dit tranquillement :

"Adieu Luciole..."

Finalement il disparu, dans une pluie de flocon... Ouvrant les yeux dans son lit, il se dit qu'il avait de nouveaux amis, de nouveaux alliés, un nouveau groupe, une nouvelle équipe... Enfin, plutôt une nouvelle famille...



"La vie de famille requiert une force,
une persévérance, un oubli de soi
dont le bonheur de ses membres est le fruit."

[Anonyme]



Post dédié à Kamui,
qui nous manquera et qui,
j'espere, aura eu le temps
de lire ce post...
bonne continuation à toi Kamui... Neutral
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi] Aujourd'hui à 13:14
Revenir en haut Aller en bas

La famille est une sucrerie tombée du ciel [PV FaDaCi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Sucreries-