Haut
Bas

Partagez|

Un pépin dans le fromage (avec Timmy Poonce)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 07/05/2017

Habitué
Timmy Poonce
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 130
Honneur: -5
MessageSujet: Re: Un pépin dans le fromage (avec Timmy Poonce) Mar 9 Jan 2018 - 14:05
Courir avec un sac sur la tête n'était pas chose aisée. D'abord parce qu'on n'y voyait rien, mais aussi parce que l'air venait rapidement à manquer. Mais on ne laissait pas trop le choix à Timmy. Dépourvu de tout repère, il fuyait un danger dont il ignorait tout. Quel était ce danger d'ailleurs? Le rongeur à la chaîne en or semblait particulièrement terrifié, lui qui était si confiant auparavant. Mais cette personne, cette chose qui les poursuivait en voulait-elle également au petit garçon ? Et si il s'agissait de Mara ? Peut-être était-ce le moment de résister.

    Un cri retentit. Puissant et guttural, il dissipa rapidement les doutes du morpheur. Il ne s'agissait pas de Mara. Il devint soudain bien plus docile et suivit son guide aussi vite qu'il le pouvait. Quelques secondes plus tard, un cliquetis et un soupir de soulagement annoncèrent qu'ils avaient échappé à la bête. Pour le moment du moins. Le petit garçon profita de cette légère accalmie pour se moucher dans le sac qui lui servait de cagoule. Ce n'était pas très propre mais personne ne lui en tiendrait rigueur. Bon, où se trouvait-il désormais ? Il entendait parler au loin. Une salle spacieuse donc, et remplie de rats. Difficile d'estimer leur nombre. Le morpheur détestait cette situation.

-Bon ferme ta gueule, arrête de chouiner. Tu crois que je t'entends pas renifler comme une merde ? Bouge pas jvais prendre des nouvelles.

    Le rongeur à la chaîne en or fit avancer Timmy de quelques mètres avant de l'inviter à s'asseoir d'un croche-patte. Le garçonnet s'écrasa sur le sol et il lui sembla entendre un rire moqueur. Il perçut des bruits de pas qui s'éloignaient. La tension créée par son aveuglement devenait insoutenable. Il imaginait des dizaines de rats s'approcher de lui sournoisement. Il sentait de petits yeux sadiques transpercer son corps frêle. Des mâchoires dégoulinantes prêtes à croquer dans sa tendre peau d'enfant. Sa cécité tournait à la psychose, il devait enlever son masque sans plus attendre.

-Tout va bien se passer tout va bien se passer.

    Il fit parcourir ses doigts le long du sac jusqu'à trouver comment le desserrer. Il y parvint sans difficulté. Visiblement, le rat à la chaîne en or misait plus sur la peur qu'il insufflait que sur un quelconque nœud afin de garder sa victime cagoulée. Dès qu'il fut libéré, il regarda dans tous les sens à la recherche d'un éventuel assaillant. Le morpheur s'imaginait surveillé par une dizaine de rongeurs et fut presque déçu de découvrir que personne ne lui prêtait attention. En réalité, il avait été poussé dans un coin de la pièce tel un paquet encombrant.
    Il se situait donc à l'angle d'une grande salle, non loin d'un tas de caisses empilées les unes sur les autres. Peut être bien celles qui intéressaient Mara, mais il ne s'agissait pas là des priorités du petit garçon. Un, deux, trois, houla il était gros lui, cinq. Il y avait cinq rongeurs dans la pièce, et pas des plus commodes. L'un d'entre eux sortait clairement du lot, sorte de créature cauchemardesque rafistolée dans tous les sens. Le petit rat à la chaîne en or faisait lui aussi partie du groupe et semblait ridicule aux côtés de ses compères. Les trois derniers bandits étaient « dans la norme » si l'on exceptait l'armement excessif qu'ils affichaient ostensiblement. Les brigands terminèrent leur discussion et s'écartèrent les uns des autres. Ils se mirent en arc de cercle autour d'une porte en bois, dans l'attente de quelqu'un ou de quelque chose. Le rat à la chaîne en or se sépara du groupe et revint vers Timmy. L'enfant s'empressa de remettre son sac sur la tête afin d'éviter un quelconque châtiment.

    De retour dans l'obscurité. Maintenant qu'il connaissait son environnement, son imagination débordante ne faisait plus des siennes. Le sac sur sa tête devenait presque un refuge, un moyen de se cacher. Quelques années plus tôt, il recouvrait ses yeux à l'aide de ses mains et pensait devenir invisible. Qui sait, avec un peu de concentration ? Des bruits de pas, le tintement d'une chaîne. Son tortionnaire était là. Timmy entendit par ailleurs un hurlement derrière lui. La bête qui les avait poursuivi rodait toujours dans les environs.

-Aller bouge toi.

Guidé par le rongeur, le morpheur se déplaça jusqu'au tas de caisses. Sa cagoule desserrée, il pouvait à présent observer le sol afin de se faire une idée sur sa position. Il s'adossa contre l'une des caisses, dans l'attente et la crainte de la suite des événements.

    Puis se fut le chaos. Un craquement sec à l'autre bout de la pièce. Des échanges, de mots et de coups. Des chocs, du mobilier renversé. Malgré le désordre ambiant, le rongeur à la chaîne en or ne perdait rien de son sadisme. Il chuchota lentement à l'oreille de sa victime.

-Bon à partir de maintenant t'es mon otage. Au moindre faux pas tu te prends une balle.

    Joignant le geste à la parole, le criminel posa une arme sur la tempe du petit garçon. L'enfant-rat ignorait d'où sortait ce pistolet mais il crut sur parole son bourreau. Pour la énième fois au cours de cette nuit, l'écolier recommença à pleurer. Que pouvait-il faire d'autre à part attendre sa sauveuse et croiser les doigts ?

-MARA !!!

    Le rongeur à la chaîne en or venait de glapir, expulsant tout l'air contenu dans son étroite cage thoracique. Il poussa Timmy en dehors du tas de caisse et lui enleva son sac afin que l'enfant soit  bien reconnaissable aux yeux de la voyageuse. Puis il braqua son pistolet vers l'enfant-rat en guise de menace. Le  voyou ignorait l'effet qu'aurait sa tentative d'intimidation. Son boss affichait une grande confiance en lui, mais la gamine se débrouillait bien. Mieux valait mettre toutes les chances de leur côté.
    Quant au petit garçon, il accueillit avec bonheur la vision de Mara. Aussi désespérée que puisse sembler sa lutte contre le gigantesque rongeur, le jeune voyageur gardait au fond de lui l'espoir qu'elle le sorte sain et sauf des égouts. Le morpheur mit plusieurs secondes avant de réaliser qu'une rongeuse épaulait Mara dans son combat. S'agissait-il d'une policière du royaume ?

Une flèche siffla juste au dessus de la tête du rat à la chaîne en or. Le preneur d'otage se servit de Timmy comme bouclier humain et courut se cacher derrière les caisses les plus proches.

-Putain, putain ! Pour la première fois, le minuscule rongeur semblait décontenancé. Il se mit à réfléchir à voix haute afin de retrouver son calme.

-Bon, bon, la gamine a rallié quelqu'un d'autre à sa cause. Enculés de traîtres, combien ils sont ? Et pourquoi ils me visent moi en priorité ? Ok j'ai une arme à feu, mais malgré ça je suis loin d'être le danger principal. Pourquoi, pourquoi ? Shhhh, shhh… déjà pourquoi se retourner contre nous ? On les traitait pas forcément bien, mais de là à… Ho putain ! C'est ta faute !

Le petit rongeur laissa dépasser un bout de son museau afin de déterminer d'où venaient les tirs. Une nouvelle flèche vint se loger à quelques centimètres de sa cachette.

-Tu… avec les leviers. On a eu plusieurs blessés. C'est moi qui gère les pièges en temps normal, ils pensent que c'est moi qui les ai attaqué ?

Il devint rouge de colère, fit une énième menace de mort à Timmy avant de se maîtriser.

-Bon écoute moi bien sale fils de pute. Tu vas bouger ton cul, sortir de là me dire d'où on se fait canarder.

    Sans détour, il envoya Timmy à découvert. L'enfant fit quelques pas les mains devant son visage, comme si cela pouvait suffire à le protéger d'une flèche. Il n'en reçut aucune, évidemment. Il n'était pas la cible. La probabilité qu'il reçoive une balle dans son dos était bien plus élevée et il s'appliqua donc dans sa mission. Il essuya d'un revers de manche les grosses larmes qui obstruaient sa vision et se mit à chercher le tireur. Les seules cachettes viables dans la pièce étaient celles qu'occupaient Timmy et son agresseur. La position de l'archer restait un mystère. Le jeune voyageur tourna la tête vers l'autre bout de la pièce, à la recherche de Mara. Cette dernière était toujours aux prises avec ses adversaires.

-Tu regardes où là ? Espèce de débile tu vois bien que les flèches peuvent pas venir de là bas ! Regarde en face de toi, je sais pas y'a personne ?

-Non… je vois rien répondit-il d'une voix fluette.

-Tu te fous de ma gueule ? Cherche encore.

    Le petit garçon scruta le mur sans grand espoir d'y déceler quelque chose. Le tireur avait dû changer de place, il n'était quand même pas rentré dans le m… Là ! Juste en dessous du plafond, une fine arbalète dépassait d'une bouche d'aération. Pas discret pour un sous et toujours en sanglot, l'enfant-rat revint se cacher.

- Il est dans la bouche d'aré, d'aération.

Son angoisse et son stress l'empêchaient de s'exprimer convenablement. Quand tout cela allait enfin finir ? Le rongeur à la chaîne en or gambergea en silence avant de reprendre la parole.

-Bon maintenant qu'on sait où il est c'est pas compliqué. Tu vas me servir de bouclier et jvais lui tirer dessus tranquillement. Tu te baisseras un peu histoire que je puisse viser par dessus ton épaule sans trop lever mon bras. Et arrête de chialer enfoiré.

    Après une courte répétition derrière les caisses, le duo improbable sortit de sa cachette. Le petit garçon menait la marche, secoué par de petits soubresauts. Collé derrière son otage, le maléfique rongeur visait sa cible avec méticulosité. Son angle de tir n'était pas optimal s'il souhaitait directement toucher le traître. Mais cela n'était pas nécessaire : il lui suffisait d'atteindre la bouche d'aération afin que la balle rebondisse à l'intérieur. Le rat à l'arbalète l'avait compris et faisait déjà marche arrière dans les tuyaux. Il n'avait pas encore totalement disparu à travers les aérations quand le rongeur à la chaîne en or tira.

    Le fracas causé par le coup de feu perfora les tympans de Timmy. Jamais le petit garçon n'aurait soupçonné qu'une si petite arme puisse produire un tel bruit.  Il ne comprit pas de suite ce qui lui arrivait. Il crut d'abord avoir été frappé, il lui sembla qu'il allait mourir. Puis il constata que son corps ne présentait aucune blessure. Il était seulement devenu sourd. Un bourdonnement incessant dans son crâne masquait tous les autres sons ambiants. La perte de son ouïe le déconnectait totalement des actions en cours. Il ne sut pas si le tir avait fait mouche et prêta à peine attention au rongeur à la chaîne en or qui vacillait à cause du recul de son arme. Il se sentait étranger, spectateur des actions qui se déroulaient autour de lui. Ne l'avait-il pas toujours été ? Quelque part, cette sensation d'être coupé du monde était apaisante. Le rongeur à la chaîne en or le tira par la manche. Ses lèvres bougeaient mais aucun son n'en sortait. Le spectacle du criminel essayant de communiquer en vain avait quelque chose de pathétique. Derrière ses larmes, le petit garçon eut presque envie de sourire. Mais le canon sur sa tempe lui fit comprendre qu'il était temps d'émerger de sa rêverie. Il revint se placer derrière les caisses et s'agenouilla sans rechigner.

    Caché derrière les cargaisons de drogue aux côtés de Timmy, le rongeur à la chaîne en or agitait frénétiquement son pistolet dans tous les sens. En plus d'être un poids inutile, l'enfant-rat venait d'aider à tirer sur l'un de ses potentiels sauveurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 733
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 14

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 510
Renommée: 1752
Honneur: 444
MessageSujet: Re: Un pépin dans le fromage (avec Timmy Poonce) Dim 21 Jan 2018 - 21:51

La jeune fille parait un coup de bras mécanique avec ses deux avant-bras, s'engageant dans un duel de force qui l'immobilisa quelques instants, juste assez pour entendre l'appel agressif du rat caché derrière les caisses, au fond... Mais comment connaissait-il son n- TIMMY ! Il était vivant, oui ! Et en bon état, vu les tremblements de peur qui l'animaient ! La joie lui fournit un surplus de force qui lui permit de repousser le monstre et de lancer un :

- T'inquiète ! J'arr- !

Juste avant de se faire couper par l'attaque combinée de deux sous-fifres de part et d'autre, qui la forcèrent à faire un saut en arrière pour ne pas se faire perforer les côtes. Sentant le mur dans son dos, elle prit l'initiative de retourner au combat avant d'être acculée, envoyant le manche de sa lance dans le ventre du plus proche comme une batte de base-ball, lui coupant le souffle et le mettant hors jeu pour quelques minutes. Elle profita de la brève accalmie avant la prochaine attaque pour relever la tête vers l'otage, mais il avait disparu. Serrant les dents, elle leva sa lance pour parer l'autre sous-fifre mais se prit un violent taquet de la part du chef qui, à défaut de la projeter vers l'avant, lui donna l'impression de s'être fait déboîter quelques cervicales.

Elle notait que son alliée s'occupait pour sa part d'un troisième gus, mais elle admettait qu'elle n'aurait pas été contre un peu plus d'aide pour pouvoir gérer le balourd seule à seul. Car là, c'est pas qu'elle galérait mais un poil quand même. Elle misait beaucoup sur sa vitesse et ses réflexes de Voyageuse pour éviter les attaques dévastatrices de l'un ou opportunistes de l'autre, tout en pestant contre son pouvoir comme à son habitude. D'autant plus que ses esquives n'étaient pas toujours couronnées de succès et si pour l'instant, elle n'accumulaient que des bosses ou des éraflures, elle accumulait quand même. Le chef n'était pas vraiment plus fort qu'elle en fait, ils devaient avoir approximativement la même force, sachant qu'elle même n'était même pas une Voyageuse spécialement bourrine, mais la chorégraphie ennemie l'empêchait de porter des attaques d'opportunité vraiment efficaces. Quand à l'autre, il était clairement plus faible et elle n'en aurait fait qu'une bouchée ou presque, si toute son attention n'était pas portée à éviter les attaques du gros.

Pour ce qui était du reste du combat, elle s'était rendue compte que quelqu'un tirait vers les caisses depuis les bouches d'aérations, probablement son autre nouveau compagnon. Pour sa part, la ratte avait fini de s'occuper de son premier adversaire et monopolisait maintenant l'attention de celui que Mara avait à moitié assommé, avant qu'il ne revienne à la charge. Ainsi, la danse continuait, encore et encore. La jeune fille repoussait l'un, puis l'autre, puis parait, repoussait, esquivait et prenait un autre coup. Brusquement, un détonation retentit, un flash de lumière au dessus, Mara saisit l'opportunité par habitude et asséna un coup de hampe dans la nuque du sous-fifre qui la harcelait, l'envoyant dans les vapes pour de bon. Mais avant qu'elle ne put se demander ce qui avait causé ce sifflement dans ses oreilles et ces petits points noir dans son champ de vision, le gros lui tomba de nouveau dessus, la prenant avec une surprise telle qu'il brisa son arme déjà endommagée et qu'elle dut tomber sur un genou pour encaisser le duel de force. Tordant sa nuque pour pouvoir voir de face son adversaire qui prenait un plaisir certain à tenir cette position dominante, elle vit dans ses yeux un regard plein de colère et de haine, alors qu'il lui crachait au visage :

- Alors petite Joueuse de Hamelin, c'est pas ironique ça de te faire avoir par des rats ?

L'autophobe serra les dent, se déroba de son appui en se glissant vers l'avant et profita de sa situation pour lui donner un puissant coup dans l'abdomen avec toute sa force. Soufflé, le gros fit quelque pas en arrière en essayant d'inspirer, et Mara en profita pour se précipiter vers le combat de son alliée. Donnant un coup de poing dans la tempe de l'adversaire pour l'assommer, elle grimaça en voyant la ratte l'achever dans la foulée, mais poursuivit malgré tout son plan. Agrippant son épaule, elle émit deux ondes d'affilée. La première pour la renforcer, faisant ressentir à la créature un gain de puissance pour compenser la fatigue des affrontements qu'elle avait mené jusque là. La seconde pour l'informer de son plan, avant de la pousser vers les caisses suffisamment fort pour qu'elle roule jusque là-bas en gémissant. Enfin, elle fit volte-face au dernier moment pour encaisser la contre-attaque du chef. Elle commençait sérieusement à sentir la fatigue et à s'essouffler, mais elle constata avec une certaine satisfaction qu'il encaissait lui aussi certainement le coup.

Elle avait seulement à maintenir le un contre un, en espérant que sa camarade soit capable de prendre par surprise celui qui gardait Timmy en otage, en se faisant passer pour une alliée. Dans la foulée, elle espérait aussi que l'autre rat n'était pas trop blessé, elle sentait son aura mais il avait arrêté de tirer. Peut-être était-ce juste de la prudence, mais elle ne voulait pas le forcer à combattre en lui demandant de continuer à les soutenir, comme il avait visiblement commencé à le faire. Se saisissant du morceau de poutre brisé qui avait fermé la porte dans une semi-roulade, elle se releva avec et profita de son mouvement pour l'éclater sur le crâne du rat qui feulait au dessus de sa tête. Tandis qu'il s'ébrouait pour faire partir les échardes avant que ne lui blessent les yeux, la préadolescente se saisit rapidement de la première arme venue - une hallebarde taille rat visiblement émoussée accrochée au mur - et se remit en position de combat, face à la bête qui approchait, plus furieuse et haineuse que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 07/05/2017

Habitué
Timmy Poonce
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 130
Honneur: -5
MessageSujet: Re: Un pépin dans le fromage (avec Timmy Poonce) Mer 24 Jan 2018 - 1:47

    Son insoutenable besoin de vengeance restait insatisfait. Pour une raison inconnue, les petites frappes responsables de son enfermement venaient de déserter leur planque. Il avait été lâchement piégé, et les représailles seraient terribles. Quelques rongeurs erraient encore au sein des couloirs. Il en avait d'ailleurs presque attrapé deux, mais ces derniers lui avaient filé entre les pattes. Ses déplacements restaient encore trop approximatifs, peu efficaces. Il en allait de  même pour ses sens émoussés. Il pesta à nouveau contre ses geôliers dans un hurlement de colère. Il était devenu si faible. Tant pis, il se rendrait justice un autre jour. Sa faim le tiraillait toujours et les proies situées à la surface feraient de bien meilleures cibles. Moins vives, plus charnues. Un véritable vivier l'attendait dans le royaume fromage.



___________________________________


    Le sifflement dans les oreilles du petit garçon devenait de plus en plus douloureux au fur et à mesure qu'il recouvrait son ouïe. La fatigue s'accumulait, physique comme psychique. Au delà des sévices corporels, c'était mentalement que l'écolier accusait le choc. Cette nuit était une succession d'événements très stressants pour l'enfant. La tension constante et la nécessité d'une concentration permanente mettait à mal sa lucidité.
   Heureusement, le rat à la chaîne en or se faisait moins oppressant. Et pour cause, Timmy était un formidable otage. Il collaborait, suivait les ordres et n'offrait aucune résistance à son tortionnaire.  

    Barricadé derrière les caisses, le rongeur au pistolet redoublait de vigilance. Après une attente insoutenable, il se décida à sortir de sa cachette afin de s'informer sur la situation. Il traîna son bouclier humain avec lui par précaution. Il s'était à peine décalé des cargaisons de drogue qu'une ratte fut projetée dans sa direction par Mara. Le rongeur à la chaîne en or et son inséparable otage regardèrent la nouvelle arrivante avec une certaine incompréhension.

    Beaucoup d'interrogation se bousculaient dans la tête du criminel. S'agissait-il d'une alliée ou d'une ennemie ? Si le rat à l'arbalète avait trahi leur cause, il n'était certainement pas seul. D'un autre côté, la ratte venait d'être balancée avec violence par la voyageuse. Était-ce un stratagème ? Il avait fait preuve d'une certaine passivité dans l'affrontement jusqu'à présent. Dans une telle situation, en pleine prise avec le boss, la voyageuse avait pris le temps de réfléchir à un moyen de le berner ? Cela ne tenait pas debout, le chef était terriblement puissant. La gamine était capable de se battre contre plusieurs adversaires en même temps et se payait en plus le luxe d'élaborer un plan contre lui, qui restait planqué derrière des caisses ?

    L'écolier se formulait à peu près les même questions de façon plus simpliste. La ratte, c'était une gentille ou une méchante ?

La rongeuse au double jeu se releva avec peine et leva la main en signe de paix.

-Hey, qu'est ce que tu fais ? Tu veux pas aller aider le boss plutôt que de jouer les baby-sitters ?

Le ridicule bandit resta quelque peu confus. Il possédait le grade de lieutenant et il n'était pas coutumier de le traiter ainsi. Il laissa de côté sa fierté afin de se focaliser sur ses priorités.

-Ta gueule c'est moi qui parle, qu'est ce que tu fous ici ? On vous a donné l'autorisation d'évacuer, t'es en train de me dire que tu fais des heures supps ?

-On… On a croisé la gamine dans les couloirs et on l'a suivi. Merde, tu crois vraiment qu'on se retournerait contre vous ?! Ça fait des mois qu'on bosse dans ces souterrains !

    Le petit bandit restait dubitatif. Certes, il n'avait pu observer le combat que par bribes mais il lui semblait pourtant avoir vu la ratte se dresser contre l'un des leurs. Zut ! Si ce fichu traître ne l'avait pas attaqué à coup d'arbalète, il aurait pu observer tranquillement le déroulement des événements et la situation aurait été bien plus simple.

-Bon… reste prêt des stocks et garde le gosse. T'as pas tort, je vais aller la canarder cette voyageuse !

    Le preneur d'otage relâcha sa victime qui fit deux pas hésitants en direction de la ratte. L'enfant-rat se trouvait donc maintenant entre les deux rongeurs. Son ouïe encore défaillante lui avait permis de comprendre certains passages de la discussion, mais il ignorait le sort qu'on lui réservait.

-Stop !

Le rat venait de crier et releva son pistolet, comme s'il avait vu un fantôme.

-Tu as dit… On ?

    Le petit garçon ignorait toujours les tenants et aboutissements du dialogue entre les deux muridés. Sa vue par contre, ne souffrait d'aucun défaut. Son tortionnaire pointait maintenant son arme en sa direction. Étant aligné avec la ratte, le jeune voyageur ignorait qui était la cible de cette énième menace. La créature ou bien lui ? Positionné de profil, l'attention de l'enfant faisait des allers-retours entre les deux rongeurs.

-… TRAÎTRESSE!

- ASSASSIN !

    Le morpheur perçut un mouvement sur sa gauche, la ratte s'approchait de lui à une vitesse surprenante. Se servait-elle de lui comme bouclier ? C'est ce qu'il crut comprendre tandis que le rongeur à la chaîne en or pressait la détente de son arme. Sans doute commençait-il à connaître son tortionnaire peu scrupuleux. Peut-être s'agissait-il d'un mécanisme causé par la peur. Plus tard, il attribuerait cela à ses super-sens de rongeurs. Quelle qu'en soit la cause, l'enfant-rat enclencha sa mutation quelques dixièmes de secondes avant le coup de feu. La balle qui devait se loger dans sa tête atteignit la ratte en pleine poitrine.
    La mort. L'enfant-rat avait sentit la balle fuser au dessus de son crâne tandis qu'il obtenait la forme quadrupède inhérente à sa transformation. Après avoir encaissé le recul d'une arme définitivement trop grande pour lui, le rat à la chaîne en or mit quelques secondes pour saisir pleinement la situation. Le moucheron qui lui servait d'otage n'avait jamais dévoilé son pouvoir. Ce gamin insignifiant, le trafiquant n'avait même pas jugé utile de le questionner sur ses capacités. Depuis tout ce temps, la petite merde qu'il traînait avec lui était donc un morpheur. Il fallut encore quelques secondes supplémentaires au minuscule rat avant de recharger son arme. Il tira à nouveau et manqua de peu sa cible qui slalomait au ras du sol.

    Timmy conservait cette terreur qui l'accompagnait depuis le début de la nuit, mais il falait maintenant y ajouter l'adrénaline. Il ne ressentait plus le besoin de réfléchir, de négocier, de suivre des directives… son instinct de survie lui dictait une règle simple : courir. Alors qu'on tentait de l'abattre, il ressentait comme une forme de soulagement. Être la proie lui apparaissait presque confortable.  

    L'écolier continua son sprint en direction de Mara et de son impressionnant adversaire. En partant par là-bas, il espérait approcher suffisamment prêt des deux combattants pour dissuader les tentatives de tir. De plus, la seule porte ouverte dans la pièce était celle enfoncée par la voyageuse, qui se situait justement derrière les deux duellistes. Il ne restait plus qu'à prier pour que le chef des trafiquants ne s'en prenne pas au petit garçon. Il fallait donc miser sur la protection de Mara, ainsi que sur les hésitations du rongeur à la chaîne en or. Quoi qu'il se passerait ensuite, le morpheur poursuivrait sa course vers la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : La Joueuse de Hamelin
Messages : 733
Date d'inscription : 11/12/2014
Age du personnage : 14

Arpenteur des rêves
Mara Leros
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 510
Renommée: 1752
Honneur: 444
MessageSujet: Re: Un pépin dans le fromage (avec Timmy Poonce) Dim 13 Mai 2018 - 22:43
Mara écarquilla les yeux en voyant la scène, tandis qu'elle parait une énième attaque de son adversaire. Les blessures s'accumulaient et les deux combattants commençaient sérieusement à fatiguer, le rat géant était plus agressif et semblait plus aguerri que la Voyageuse, mais il n'avait visiblement pas l'habitude de devoir tenir des combats aussi longs. Concernant la jeune fille, l'épuisement moral commençait sérieusement à s'ajouter à la fatigue physique, d'autant plus après avoir vu que sa seule alliée, et donc son principal espoir de finir ce combat de la meilleur manière possible, venait de se faire abattre à bout portant. Et maintenant, voila que le petit Morpheur rat courrait vers elle, au cœur du danger, en se faisant canarder par se fichu... ce sale... raaaah !

Un coup passa et lui infligea une énième éraflure, au ventre cette fois, qui faillit lui faire lâcher son arme. Et soudain, l'opportunité, celle qu'elle n'espérait plus voir venir. Le petit à la chaîne en or glapit vers son chef, entreprenant fébrilement de recharger son pistolet, pour lui dire d'arrêter l'otage. Et ce fameux chef, trop pris par le combat et dos à l'action, n'avait pas remarqué ce qu'il se passait. Alors quand il vit une espèce de silhouette grise lui frôler la jambe, il eut un instant de surprise. Juste un instant, une demi seconde, un quart peut-être. Largement assez pour les réflexes de Voyageuse de la jeune fille, qui avait fait le lien entre l'arme du rat braquée sur le petit et la détonation surpuissante qui avait résonné un peu plus tôt.

Pas qu'elle n'ait vraiment consciemment réfléchi à la chose, non, il y a des limites à la vitesse que peut avoir le cerveau quand on construit soi-même un raisonnement. Elle sentit juste qu'elle devait faire quelque chose, et elle le fit. Lâchant son arme et agrippant à pleines mains les poils du torse du chef, elle le fit basculer vers le petit Morpheur, et agissant trop par réflexe pour mesurer sa force, elle shoota purement et simplement dans les côtes de ce dernier avec le plat de son pied, le projettant contre un mur. Et en même temps, peut-être car l'action s'était déroulé trop vite, peut-être car il avait mal interprété de dos le mouvement de son chef vers l'otage, le second ennemi tira.

L'impact fut si violent que le simple fait de tenir encore l'immense monstre fit trembler les bras de la Joueuse de Hamelin, qui dût faire un pas en arrière pour ne pas basculer. Mais ledit monstre ayant prit le tir en plein dos, ses yeux se firent vitreux et son corps devint mou. Elle le lâcha et le laissa s'étaler au sol sans aucun remord, avant de relever la tête.

Le tout dernier rat ce rendit compte de ce qu'il venait de faire, effaré. Puis son regard se releva vers celui de l'humaine. Du sang coulait sur sa tempe, toute une partie de son visage bleuissait à vue d’œil à cause d'un coup particulièrement violent, ses épaules étaient tombantes, les bleus et les coupures parsemaient les parties visibles de son corps, et sa cape lui avait été arrachée par une attaque du bras mécanique, révélant autant ses blessure qu'un morceau de tatouage pâle sur son épaule. Lui était en pleine forme, l'adrénaline l'empêchant de s'engourdir malgré sa relative immobilité. Il lui restait des balles et même si ses bras commençaient à fatiguer à cause du recul de son arme, ce n'était pas grand chose en comparaison de l'état de celle d'en face. Pourtant, un frisson effrayé le parcouru, et il entreprit frénétiquement de recharger son arme avant qu'elle ne s'anime de nouveau.

À cette vision, Mara s'élança, et s'arrêta aussi sec pour gémir de douleur. Le pied qu'elle avait reculé pour encaisser le tir avait plus pris que prévu, elle ne savait pas si elle avait une entorse ou si elle s'était fêlé la cheville, mais elle ne pourrait pas courir comme ça. Elle releva son attention vers le rat qui avait trouvé une balle et essayait de la mettre dans son arme. Elle projeta une puissante onde qui le pris par surprise, le laissant hagard de surprise pendant une ou deux secondes, qu'elle mit à profit pour contourner le chef et s'avancer vers son ultime adversaire malgré la douleur. Ce dernier s'ébroua, se rendit compte de son avancée et se remit à sa tâche avec une panique redoublée, tout en reculant contre le mur. Un autre pas, une autre onde, deux autres pas. Encore. Encore. Son pouvoir lui vrillait le crâne et était de moins en moins efficace sur son ennemi, mais ce dernier était faible et suffisamment aliéné par la peur pour y être sensible un peu plus longtemps. Puis vint l'onde qui le fit seulement ciller, tandis qu'elle déversait un torrent de flamme dans le crâne de la jeune fille, occultant judicieusement sa douleur lorsqu'elle s'élança dans une charge désespéré contre le canon pointé vers son torse. Elle cria, de rage, de peur et de douleur. Un puissant cri de pur instinct qui venait tout droit du cœur, et qui l'accompagna sur les derniers mètres. Un cri qui surprit tellement le dernier rat qu'il tira spontanément. La balle brûla la joue de la Voyageuse, et explosa de l'autre côté de la salle à l'instant même ou son poing s'enfonçait dans le ventre du tireur, le plaquant au mur avec une violence telle que son crâne le percuta avec un bruit légèrement inquiétant.

Si elle avait fait ça avec toute sa forme, elle l'aurait très probablement tué. Mais de toute façon, elle était présentement bien trop hébétée pour y avoir songé, et elle s'effondra sous son propre poids avant de penser à vérifier qu'il était vivant. Elle agrippa sa tête entre ses mains et serra les dents, espérant calmer les reflux douloureux provoqués par ses ondes. Au bout d'une minute environ, il s'étaient atténués et le retour d'adrénaline faisait trembler son corps, le motif invisible de son tatouage persistant par à-coups au rythme de ses battements de cœur. Son regard tomba finalement sur sa dernière victime, un filet de sang s'écoulant de sa bouche. Avec un frisson de dégoût, que ce soit à cause du spectacle ou de ses dernières actions, elle entreprit de chercher son pouls, qu'elle parvint à trouver malgré sa faiblesse. Claudiquant vers l'immense monstre, croisant le cadavre de sa compagne de courte durée et du rat que cette dernière avait achevé, elle fit de même, et avec le même résultat.

Expirant lentement, elle fit enfin faire le tour de la salle à son regard, qui s'arrêta sur une tache blanche dans un coin, et elle y alla difficilement. Ramassant le masque de souris qu'elle portait à son arrivée, et qui avait volé lorsque sa cape lui avait été arrachée, elle jeta un coup d’œil au petit dispositif doté d'une diode clignotante à l'intérieure. Intact. Elle soupira. Puis faillit jurer en se rendant compte qu'elle avait oublié le petit. Jetant fiévreusement des coups d’œil autour d'elle, elle le retrouva finalement, affalé contre un mur... de l'autre côté de la salle. Soupirant d'agacement à l'idée de devoir encore marcher, elle boitilla vers lui et lorsqu'elle l'eut atteint, elle se baissa avec inquiétude à l'idée qu'il soit blessé. Lorsqu'elle posa sa main sur sa fourrure sale, il frissonna, la soulageant. Elle ne savait pas si son coup l'avait assommé ou juste effrayé, mais il n'avait à première vue aucune blessure. Pas de sang, pas d'angle bizarre. Une pointe de jalousie la prit lorsqu'elle compara leurs états respectifs, jalousie balayée par la satisfaction d'avoir réussit à le tirer de cette endroit en relatif bon état. Une part d'elle lui fit remarquer que ce "bon état" ne s'étendait peut-être pas jusqu'à son mental, mais elle étouffa cette pensée, autant par fatigue que par la conviction qu'un enfant Voyageur ne pouvait pas éternellement éviter le traumatisme.

S'adossant au mur avec le petit, ne sachant pas s'il faisait le mort ou s'il était inconscient, mais décidée à ne plus le brusquer davantage, elle activa un petit interrupteur sur le masque, et la diode changea de couleur. Elle déposa devant elle ce dispositif de communication basique que lui avait confié la LGO pour cette mission, et permit finalement à ses muscles de se relâcher. Son regard porta sur les deux gradés évanouis, puis sur les boîtes entassées au fond. En théorie, elle aurait dû les entraver d'une façon ou d'une autre, en attendant l'arrivée des agents de la Ligue alertés par son appel, elle aurait dû vérifier le contenu des caisses. En pratique, elle n'avait plus la force de rien du tout et espérait très fort qu'ils ne se réveilleraient pas avant l'arrivée des renforts, qui n'auraient peut-être pas le niveau de leur faire face. Au moins, même si les caisses n'étaient pas les bonnes, ils auraient des créatures à interroger. Elle n'avait plus qu'à attendre leur arrivée, et ce serait fini pour cette mission.

________________

Le monstre repoussa la plaque d’égout, grognant lorsque le soleil atteignit ses yeux habitués à la pénombre de sa geôle. Il était devenu faible, trop faible, mais il recouvrerait bientôt ses forces, bientôt. Entendant un bruit provenant d'un coin du labyrinthe-fromage, il escalada la paroi du cul-de-sac, et jeta un coup d’œil aux trois créatures en uniforme qui débarquèrent et se glissèrent par là où il était sorti. Sans chercher davantage à comprendre de quoi il était question, un sourire révéla ses dents sales et pointues. Il était libre, enfin libre. Et il était temps de se remettre en chasse pour retrouver sa puissance. Il se laissa tomber dans le couloir d'à côté, et s'élança dans le dédale qu'il connaissait si bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 113
Date d'inscription : 07/05/2017

Habitué
Timmy Poonce
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 130
Honneur: -5
MessageSujet: Re: Un pépin dans le fromage (avec Timmy Poonce) Sam 19 Mai 2018 - 0:56
    Peu disposé à observer calmement les deux combattants, Timmy avait couru vers ces derniers sans réellement comprendre ce qui se déroulait en face de lui. Ses yeux et son cerveau ne décelèrent rien de si surprenant dans la lutte qui faisait rage, et ce n'est qu'une fois à quelques mètres de la scène que l'enfant comprit : tout cela allait trop vite. Les deux guerriers n'avaient rien de comparable à ce qu'il avait pu rencontrer au cours de ses précédentes nuits. Ils étaient bien trop puissants, trop rapides. Dominé par son instinct de survie, le petit garçon poursuivit néanmoins sa fuite en direction des deux monstres.
   
    À cet instant précis, le jeune voyageur était noyé sous une cascade d'émotions. Peur, tristesse,  égarement, souffrance…  La fatigue psychique et physique accumulée au cours de la nuit refaisait également surface et rendait chacun des mouvements du petit garçon douloureux. Un simple coup de pied mit fin à tous ces problèmes. Timmy sentit vaguement son corps décoller du sol et c'est sans doute l'impact de sa tête contre un mur qui lui fit perdre connaissance.

    Encore sonné, le morpheur sentit un contact chaud sur ses poils de rongeur. Le petit garçon n'était plus qu'une bête apeurée et se contenta de trembloter encore et encore dans son coin. Il était trop épuisé pour sortir de sa léthargie et préféra garder les yeux fermés. Ses paupières étaient son dernier rempart face à une réalité qu'il préférait ignorer. Puis il sombra dans un sommeil plus profond encore.

____________________________________________

    La suite de l'histoire fut racontée à Timmy par un policier-rongeur. Des membres de la LGO étaient intervenus en renfort et s'étaient occupés de remonter les criminels encore en vie à la surface. Une caisse avait été conservée en tant que pièce à conviction et le reste des stocks avaient été détruits sur place par le groupe d'intervention. L'évacuation des souterrains s'était déroulée sans encombre. Les membres de la LGO faisait rapport d'un mystérieux rongeur armé d'une arbalète qui avait gêné le rapatriement d'un cadavre avant de prendre la fuite. Le rongeur fut suspecté d'être un membre du gang mais ces agissements ne visaient pas à défendre les caisses de drogue ou à attaquer les deux voyageurs sans défense. La créature connaissait la topographie des lieux et sa poursuite fut jugée trop dangereuse.

    Au même moment, une impressionnante créature avait été repérée dans le labyrinthe fromage. Les témoignages variaient, mais plusieurs rongeurs assuraient avoir croisé un rat-troll, espèce pourtant disparue depuis des années. Certains inspecteurs suspectaient l'animal de faire partie du gang et d'avoir pris la fuite, d'autre que les deux événements n'étaient pas liés. Quelle que soit la vérité, un rat-troll en liberté ne tarderait pas à faire parler de lui.  L'espèce n'existait quasiment plus que dans les contes pour souriceaux. Elle avait été presque éradiquée, et les rares survivants se faisaient chasser du royaume. Et pour cause, ces créatures dévoraient tout sans distinction. Bâtiments de fromage, rongeurs, voyageurs… Affaire à suivre donc, mais il ne fallait pas prendre une telle menace à la légère.


    Une fois hors des égouts, la suite des affaires avait été confiée aux forces de police du royaume fromage. La culpabilité des trafiquants ne faisait aucun doute et ils séjourneraient en prison pendant de très longues nuits. Le policier-rongeur s'était alors lancé dans un monologue sur les problèmes juridiques que rencontrait le royaume fromage pour intervenir dans le royaume des égouts. C'est à ce moment là que Timmy avait décroché. Sans doute aurait-il dû s'intéresser davantage au fonctionnement de l'alliance des muridés, mais cette première nuit sous terre l'avait quelque peu refroidi. Souhaitait-il vraiment en savoir davantage ? Reviendrait-il à nouveau dans son royaume ? Il n'avait peut-être juste pas eu de chance après tout… Ce policier-rongeur était très sympathique, et les ruelles que le morpheur observait depuis sa fenêtre était déjà bien plus attirante que le dédale de fromage dans lequel il avait atterri au début de la nuit.  

    L'enfant-rat souhaita ensuite parler à Mara, mais cette dernière semblait s'être réveillée. Il avait pourtant tant de questions à lui poser ! Les jeunes voyageurs ne couraient pas les rues et échanger avec l'adolescente dans un contexte plus sécurisé aurait été enrichissant. Certaines questions brûlaient les lèvres du petit garçon. S'habituerait-il un jour aux violences du monde onirique ? Deviendrait-il lui aussi fort et courageux, comme Mara ? Malheureusement, personne n'était là pour lui répondre. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un pépin dans le fromage (avec Timmy Poonce)
Revenir en haut Aller en bas

Un pépin dans le fromage (avec Timmy Poonce)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: l'Alliance des Muridés-