Haut
Bas

Partagez|

Mario Kart Armageddon 10 : Mirage Space.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Mario Kart Armageddon 10 : Mirage Space. Dim 28 Avr 2013 - 11:35


*J’aurais presque envie de dire qu’il n’y a jamais eu autant d’enjeu pour nous que lors de cette course, mais je sais qu’en fait, si je réussi à nous faire passer à l’étape supérieur, il y aura probablement sept fois plus d’enjeu sur la finale. Voilà, nous y sommes, la dernière phase des éliminatoires. Après, les points ne vaudront plus rien et tout le monde repartira à zéro pour une seule course arc-en-ciel qui se veut déjà mémorable. Il s’agit d’élire le dernier maillon faible et d’écarter l’équipe qui a le moins de chance de faire de la concurrence aux autres. Ou peut-être s’acharneront-ils précisément à éliminer un joueur un peu trop fort pour tout le monde… Comme Jack Billions par exemple. Quoi qu’il en soit, nous ne sommes ici plus que huit. Et seul sept d’entre nous participerons à la finale. Il y a Dorian, Spyro, Jack, Madoff, le Major, l’Adjudant, le voyageur masqué et moi sur ce terrain. L’un de mes concurrents, je le sais a été embauché par celui que nous cherchons pour passer la ligne d’arrivée avant tous les autres, quitte à les éliminer sauvagement et ainsi saper la prochaine sortie du jeu Mario Kart en inventant des personnages qui dégoûteront les fidèles du jeu à jamais. J’espère sincèrement que cet ennemi se fera éliminer à en cette dernière occasion. Mais soyons honnêtes, s’il a bien prévu son coup, il n’y a aucune chance pour que ça arrive. D’autant que sur les huit équipes restantes, on est que quatre à être dans le collimateur. Car oui, malgré l’incroyable performance de Ed lors de la dernière course – même moi j’ai pas fait deuxième de tout le tournoi quoi… - nous sommes toujours en phase d’être éliminés. Avec 54 points, nous sommes à égalité avec l’Adjudant. Dorian a un point d’avance et Spyro un point de retard. Pour rester en liste, Spyro doit gagner au moins deux points de plus que l’Adjudant ou moi lors de cette course. L’adjudant doit caler Spyro ou moi dans son sillage. Dorian ? C’est plus simple pour lui. Il doit simplement s’assurer qu’au moins l’un de nous trois reste derrière lui, ou de coller au cul de Spyro. Quant à moi ? Je dois dire que ce n’est pas aussi dramatique que je ne l’avais pensé. Si Spyro reste derrière moi, tout va bien. Dans le cas contraire, je dois impérativement gagner un point de plus que l’Adjudant. Néanmoins, gagner « juste », c’est pas mon intérêt ici. Ce qu’il faut, c’est viser assez haut pour que personne ne puisse venir dire que j’ai eu chaud. La seule façon d’être vraiment tranquille ? Je les mets tous les trois dans mon sillage et bien heureusement, Ed m’a offert une place de départ en or, la seconde.

Dans l’ensemble, les quatre autres n’ont rien à craindre. Ils sont déjà sélectionnés. Même en étant dernier, ils ne peuvent pas être éliminés. Ce qui veut dire, en réalité, que nous ferons la course à quatre et que les autres s’amuseront à nous voir nous battre. S’ils sont suffisamment intelligent, ils iront même favoriser le candidat de leur choix en envoyant des trucs sur les autres. De cette manière, ils pourraient s’assurer qu’ils n’auront pas de concurrence trop rude lors de la finale. Et en fait, c’est plutôt pour cette dernière raison que je m’inquiète. J’ai largement prouvé, à chacune de mes courses, que je pouvais être un danger pour eux et Ed n’est pas le dernier des voyageurs lorsqu’il s’agit de frapper. En duo, nous vaudrons sûrement plus qu’un duo Bibi et Spyro ou qu’un Dorian qui ne sait même pas comment s’appelle son partenaire et qui roulera pour lui-même. Aucun doute sur la question. Quant à l’Adjudant, il a grand papi pour le protéger. Enfin, pour couronner le tout, après ma bourde d’hier, Dorian a appelé à se liguer contre moi parce que j’ai fracassé son coéquipier. Nécessairement, avec une raison pareille, il n’y a aucune chance pour qu’on me laisse courir en paix. Je vais probablement me prendre une racclée. Hey ! Mais c’est pas grave. Parce que je vais quand même trouver le moyen de tous les niquer. Ed a fait deuxième ? Je peux bien dépasser les trois qui sont encore plus ou moins sur ma route, non ? Oui, c’est possible et il n’y a aucune raison de ne pas y croire. Il faut que je le fasse. Pour réparer ma gaffe d’hier.

Le circuit ? Étrangement, j’aurais tendance à dire que ce n’est pas le plus difficile à gérer. Je veux dire, la petite présentation qu’on nous en a faite suffit à prouver qu’il y a là moins d’obstacles que sur le premier. Le problème est ailleurs, il est aussi beaucoup plus subtil. Il n’y pas vraiment de gouffres qu’il faut éviter, ou de pierres qui tombent d’une montagne ou même de flammes qui tournent dans tous les sens. Non, Mirage Space est un décor de SF, une station spatiale ultra morderne telle qu’on peut les voir dans les films comme Star Wars – la haine d’avoir été éliminé juste avant pour eux, je les plains – ou autre du genre. Je crois qu’il y a deux ou trois endroit où des champs de force et des éclairs font un peu chier, voire, il y a des portes qui s’ouvrent et qui se ferment je sais plus à quel moment et qui forcent à prendre tel ou tel parcours. Non, le vrai problème, comme je le disais, c’est la modernité. C’est le plus grand terrain qu’on a fait jusqu’à présent. Nous n’en ferons que deux tours, mais les organisateurs ont estimé que nous mettrions moins de temps à le parcourir que certains des autres circuits. Et pour cause, il n’y a pratiquement que des accélérateur. Jusqu’à présent, j’avais plutôt choisi des circuits où il n’y en avait pas ou presque pas. Mais là, ça va morfler. On va tous être balancé à la même vitesse, mais gare au couillon qu’en loupe. Un seul et c’est la merde la plus absolue, on est complètement largué et défoncé par tous les autres qui nous roulent dessus. Pour le coup, ici, jamais le tracé n’aura été aussi important. Le gars qui manquent ou prend un virage trop large sera immédiatement mis au placard. Enfin, dernier petit détail funky avant que ça ne commence et qu’il ne faut pas oublier. Pour le plus grand plaisir des spectateurs, en plus des objets habituels, on en a rajouté quelques autres pour s’amuser, tous des grands classiques de la Science Fiction. Ils ne nous ont pas dit lesquels, mais sincèrement je crains le pire. Enfin ! Il suffit que j’en battre trois, n’est-ce pas. J’aurais presque tendance à ne pas trop m’inquiéter du reste mais bon… Le Major étant toujours dans le coin, mieux vaut le garder à l’œil.*


Comme à leur habitude, les feux rouges s’allument en premier, faisant monter la tension parmi les concurrents. C’est Jack Billions qui se trouve à la gauche de Jacob et Spyro qui est à sa droite. Tous les deux semblent extrêmement concentrés sur la course. Dorian un peu plus loin sur sa droite et plus en retrait aussi lui lance quelques regards de défi et de mépris, en bon ennemi juré. Enfin, derrière, la ligne des quatre autres est tout aussi nerveuse. Mais cela tient peut-être plus au fait que les deux équipes de la compagnie panda partent côte à côte, prête à tout ravager sur leur passage. *Heureusement qu’aucun des deux ne sait vraiment conduire…* Devant eux, le circuit commence par une courbe vers la gauche qui, avec ces couloirs blancs fermés type Wall-E, empêche de voir à quoi ressemble la suite. Puis, avec un son plus clair, le signal vert du départ est donné. Immédiatement, Jacob, Spyro, Dorian, le Major et l’Adjudant foncent droit vers l’avant, comme des boulets de cannon incontrôlables. Le Major et l’Adjudant se permettent même de hurler en avançant, ce que l’intouchable, lorsqu’il prend la tête de la course, n’entends pas. Une seconde plus tard, le voyageur masqué, Madoff et Jack se lancent des regards amusés, sans être partis, puis ils s’élancent à leur tour, plus doucement. Déjà qualifié, autant ne pas trop se fouler non plus ? Ils commencent donc tout en douceur et feront le reste lorsqu’ils seront un peu chauffés.

« C’est Jacoubé qui prénd la tété !
-Tout à fait Marrriooo ! Et il est souvi dé prés par les quatre autres, dont lé terrifiant duo qué forment lé Majoré et l’Adjoudant !
-Les trois dérniers n’essaient pas de sé fouler, mais ils n’ont pas bésoin !
-Non, il est très probablé qu’ils les rattrappént sous péu d’ailléurs. Lorsqué lé Majoré et l’Adjoudant auront fait lé ménagé ! »


Et en effet, c’est bien ce qui semble se passer. Jacob a beau être en tête, il est loin de pouvoir assurer sa position. La combinaison du Major et de l’Adjudant hurlant à l’assaut qu’ils lancent crée une situation très particulière ou, par soucis de conserver leurs karts jusqu’à la fin de la course, les deux autres concurents, Spyro et Dorian s’écartent sur les côtés et laissent ainsi passer leurs deux assaillants, en espérant qu’ils rouleront sur l’intouchable et leurs ouvrirons la voie. Le plan est assez intelligent, mais il ne prend pas en compte un élément évident : le terrain. Très rapidement la première courbe s’achève et la première rangée de cube apparaît. Immédiatement apprès s’ensuite une série de couloirs qui, non content d’être ascendants, sont truffés d’accélérateurs. *C’est la première série d’accélérateurs et il y en a trois ou quatres comme ça. Les premiers sont impossibles à louper : ils couvrent tout le couloir. Mais les suivants sont disséminés à différent endroit et il va falloir les attrapper un à un. Il est probable que le premier tour soit un peu plus difficile pour moi que les suivants, car il va falloir que je trouve le tracé le plus efficace avec les accélérateurs. Tous ne sont pas à prendre et en manquer un bon reviendrait à perdre de l’avance ou même carrément des places… Et merde, une peau de banane. Il n’y a rien de plus inefficace contre le Major. Mais bon, je pourrais peut-être bloquer l’accès à un accélérateur…* Et Jacob commence à fondre dans la descente en prenant le premier accélérateur, aussitôt suivi des deux militaires et de ses deux opposants. Il y a un premier virage sur la droite, avec plusieurs choix d’accélérateurs. L’un d’eux se situe à l’intérieur, l’autre à l’extérieur, un peu plus loin. Dans le virage lui-même, celui qui se trouve à l’extérieur est plus proche, tandis que celui qui se trouve à l’intérieur est plus éloigné. *Le truc ici, c’est de ne pas se limiter aux intérieurs ou aux extérieurs seulement. Prendre les quatres reviendrait à faire des zigzags un peu trop serrés qui ralentiraient plus que les accélérateurs n’aideraient. Le chemin le plus optimal est donc très évidément de prendre le premier à l’extérieur et le dernier, à l’intérieur. Ainsi, on prend le tournant serré tout en profitant de la vitesse de accélérateurs.*

Et en effet, c’est le cas il prend le premier accélérateur sur la gauche et fonce à pleine vitesse sur la droite, rattrappe le suivant en laissant une belle peau de banane derrière lui. Mais celle-ci ne fait qu’arrêter une carapace rouge à peine bien lancée par l’Adjudant. De leur côté, les deux militaires sont séparés à présent, ayant essayé de prendre des accélérateurs différents. L’Adjudant, prenant par l’extérieur a eut plus de chance, mais s’est tout de même laissé distancé par Jacob. Derrière, Dorian et Bibi reprennent du poil de la bête suivant l’exemple de l’intouchable. *Bon, il y a une petite ligne droite, toujours de descente et un virage à gauche. Un accélérateur au milieu, puis, la même configuration que le premier, mais comme dans un miroir… Bon, je prends celui du milieu et je refais la même.* Naturellement, son plan fonctionne et les premiers objets fusent un peu partout. Par inadvertance, sûrement, Spyro envoie une carapace verte sur le Major qui fait une roulé boulé énervé. Les trois derniers commencent sans problème à rattrapper Dorian qui s’est pris la peau de banane de Jacob et qui a du mal à reprendre de l’avance sur ses poursuivants. Malgré tout, la ligne reste assez étirée et, grâce à son sans faute, l’intouchable semble clairement devancer tous ses adversaires. Hélas cela ne dure pas. Il se rend soudain compte que le virage est un peu plus long que le précédent et que les accélérateurs étaient plus nombreux sur l’extérieur. Il a un petit vide dans sa pointe de vitesse qui gache un peu son plaisir. L’Adjudant, qui a une fois de plus pris sur l’extérier et qui le rattrappe presque alors que la descente s’achève. Là en face d’eux, droit devant, le couloir présente une ouverture béante sur le vide interstellaire, dont l’accès est protégé par un champ de force commandé par quelques boutons sur l’un des pans de murs. *Putain, quoi ? On va pas aller tout droit quand même ?! Ah non. Il y a un autre couloir sur la droite. Quatre-vingt-dix degré à prendre avec un dérapage. Mais l’Adjudant est bien mieux placé que moi et a encore les restes du boost de plus qu’il a pris. Certes. Pas de problème. Il ne sait pas conduire, avec un peu de chance, il se prendra le champ de force et restera bloqué dessus pendant quelques secondes. Allez, dérapage.*

Après le virage, une rangée de cubes attend les concurrents qui arrivent un à un, suivi d’un nouvel anlge droit sur la gauche. Avant même d’avoir son nouvel objet, Jacob a déjà effectué son dérapage. L’Adjudant, déterminé à le rattraper trouve le moyen de le suivre de près, avec deux yeux rouges de colère. Les deux objets apparaissent presque en même temps. Jacob écope d’un faux cube et L’Adjudant d’un champignon. *Ah ! Le truc le plus con du monde. Sur un terrain avec autant d’accélérateurs, il n’y a rien de plus inutile qu’un champignon. Ça t’apprendra, crétin. Tiens ! Prends ça !* Mais la confiance du Private Joke n’est pas justifiée. Ils se trouvent tout de même sur un pan de ligne droite et lui rate son lancé de cube. Perkinson, non content d’accélérer, le percute en utilisant son boost et le ralenti. *Mais bordel de merde ! C’est pas juste. Allez, plus vite kart de merde, rattrappe-le bordel !* Les insultes sont inutiles. Jacob est derrière et devancé de plusieurs mètres. Les deux karts étant des modèles moyens, il roulent à la même vitesse. Derrière, c’est un Spyro effrayé et poursuivit par un Major peu conciliant qui les rejoingnent. Dorian peine un peu à passer le mastodonte qui, pour lors, le met dans la position la plus délicate : si les choses ne changent pas, il risque d’être éliminé. *Allez, pas de panique Jacob. Tu peux le faire. Tu l’as déjà fait lors des courses précédentes, rien n’est joué. Rien n’est joué.*

Un S en virages plus loin se trouve l’entrée d’un couloir qui n’a pas les tons blancs des autres, qui est plus sombre, plus étroit – seules deux voitures peuvent passer – et dont l’entrée est barrée par des cubes. Naturellement, Jacob en prend un après l’Adjudant qui continue de foncer à la recherche du prochain adversaire à doubler, ne comprenant pas qu’il est premier. *Allez, faites que ce soit un bon objet, faites que ce soit un bon objet… Ah ? Hein ? Euh ? Je suis censé en faire quoi de cette épée laser moi ? C’est pas vraiment pratique à lancer. Au mieux je peux agresser les autres… Mais pour ça faudrait que je sois proche de ce connard devant ! Raaah ! Fais chier ! Ça sert à rien. Bordel.* De rage, il jette l’item inutile dans le tunnel tandis que lui et son ennemi débouchent sur une immense salle en forme d’arène très semblable au Sénat Galactique dans Star Wars. Mais ce cirque ultra moderne a été aménagé. C’est là que se trouve amassé la majeure partie du public et un immense écran retranscrit les images de la course et parfois de Mario et Luigi commentant les exploits des participants. Ils sont d’ailleurs eux-mêmes quelque part dans la foule. La route fait plusieurs cercles grimpants autour de la piste centrale, qui vont vers le haut et sont toujours plus larges que les précédents. Là, les accélérateurs sont nombreux et espacés, il semble évident que tous les prendre apporte le meilleur trajet possible. Muni d’une peau de banane, l’Adjudant continue de foncer sans se préoccuper de ce qu’il y a derrière lui et sans trop réussir à avoir tous les accélérateurs. En revanche, Jacob essaie de profiter de ceux-ci pour le rattrapper, ce qui semble commencer, petit à petit à fonctionner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 10 : Mirage Space. Mer 1 Mai 2013 - 2:11
Encore une fois, j’avais passé la fin de la nuit dernière à regarder encore et encore la vidéo de mes exploits dans le Royaume du Feu. Si je n’avais pas été amené à l’hôpital à cause de brûlures graves, il ne ferait aucun doute qu’il aurait été très difficile de décrocher mes pieds de la seconde marche du podium où les points étaient annoncés. Dans ta gueule, Jacob. Il n’avait jamais fait aussi bon score que ça, même si je savais pertinemment que seule la moto m’avait permis d’aller si haut dans le classement, nous donnant une nouvelle chance solide d’arriver jusqu’en finales, et qu’il me battait avec un volant dans les mains. Toutefois, j’étais le héros de cette soirée, tellement heureux que j’en oubliais les petites frasques qu’il avait commises sur la tête du pauvre coéquipier (faire-valoir/portemanteau/le-type-embauché-pour-faire-un-semblant-de-duo) de Dorian.

Jacob avait soupé de moi toute la journée, maintenant que j’étais assez entier pour raconter mes exploits dantesques dans des environnements défilant à plus de deux-cent à l’heure. J’étais maintenant persuadé d’être un excellent conducteur de moto même dans la vraie vie. Seconde place quand même, alors que j’étais un mauvais à ce genre de compétitions. Il faudrait limite que je le mette sur mon CV, en rajoutant une rubrique « Exploit héroïque », où ce succès serait voisin de celui où j’avais réussi à donner un ordre à Bourritos (même si c’était plus le hasard qu’autre chose s’il était allé dans la direction que je lui pointais du doigt, et l’emplacement de la gamelle ne devait pas être étranger à cette formidable réussite).

On en était maintenant à la toute dernière course, et disparue l’euphorie pour se manger un mur de béton armé dans la face : il ne restait que cette nuit pour déjouer le terroriste qui visait les finales. Si je ne parvenais pas à faire tomber les masques, autant dire qu’on n’allait pas pouvoir faire grand-chose pendant la course en elle-même. Il fallait que je parvienne à répondre tout seul à toutes les questions qu’on se posait, et je n’avais pas un quart d’heure. Je me mordais les lèvres, dans les couloirs futuristes de Mirage Space, où chaque écran 3D présentait les participants au départ. Désolé Jacob, j’espérais que tu ne prenais pas trop mal le fait que je ne te regardais pas à ton départ. Je récidivais, certes, mais pour quel résultat. Ce fut cependant un coup de chance qui me mena à ce qui ressemblait à la fin de l’enquête. Une petite fille me pointa du doigt en disant que j’étais un des pilotes de la course (celui qui s’était « fait brûler la gueule ») lors de la dernière nuit, et elle demanda gentiment à l’adulte près d’elle ce que je faisais ici. Son père, sans faire semblant de me regarder, lui dit tout simplement que je devais être en train de me diriger vers les tracés d’entraînement du Royaume. Des tracés d’entraînement. Seuls les Lighting, éliminés depuis belle lurette maintenant, avaient des scores au compteur ; s’il y avait un autre gars, on pouvait penser qu’il serait en train de s’entraîner tandis que tout le monde aurait les yeux rivés sur la course. Nan, Ed… Y avait peu de chances… Mais ce n’était pas si stupide que ça. Enfin, au point où on était, il fallait utiliser toutes les options.

Je me dépêchais de bifurquer pour aller retrouver le type de chez Nintendo. Sur la piste, au départ, il n’y avait plus que neuf équipes. Une d’entre-elle allait être éliminé, et je commençais à douter de la défaite de Bibi et Spyro, tellement tenaces que ça en devenait ridicule. Ils conduisaient mal, merde, et puis c’était tout. Ils étaient mauvais, ils étaient moches, et seul leur Special leur permettait de glaner les rares places, quand il ne vous collait pas au cul tels des sangsues merdiques. En tout cas, je ne voyais pas l’Adjudant perdre. Jacob, t’avais intérêt à continuer à faire des miracles… J’allai directement à la loge du mec un poil irascible, et lui demandai rapidement :


« Y a un circuit d’entraînement à Mirage Space.
_ Je sais. »
Je posais pas la question, connard.
« Je voulais savoir s’il y en avait eu d’autres dernièrement, dans d’autres Royaumes.
_ Champiland, Kazinopolis, et Mirage Space. C’est tout.
_ Les terrains sont en libre service ?
_ Bien sûr que non. C’est payant, et il faut être inscrit sur une liste.
_ Alors vous pourriez me dire qui s’est entraîné sur les circuits d’entraînement dans les deux autres Royaumes ? Je vais directement checker celui qu’on a ici. »
Le gars de chez Nintendo parut réfléchir, en passant sa langue sur ses dents comme si la sensation douloureuse qu’il éprouvait en faisant cela ressemblait à l’agacement de ma demande et de réflexions sur les théories.
« Très bien, je vais m’y mettre. Vous croyez que c’est une piste sûre ? C’est votre dernière carte. »

Je préférais ne pas lui répondre, et je tournais directement les talons pour foncer vers la piste d’entraînement. On verrait bien si ça nous mènerait quelque part. En attendant, je réfléchissais à toutes les hypothèses possibles qui pourraient expliquer qu’on trouve le terroriste là-bas, mais je devais me concentrer sur la route à prendre. Alor je demandais plusieurs fois mon chemin, et arrivai après une longue marche de cinq minutes, alors que la course allait bientôt débuter, dans une vaste salle où un circuit petit mais complexe était caché par différents garages en préfabriqué. Je rentrai dans l’un d’eux, et à part une personne, tout était vide. Cette dernière me regarda, leva sa casquette qui lui donnait un air de garagiste clochard, et me demanda :

« Je peux faire quelque chose pour vous ?
_ Oh, oui. Y a-t-il quelqu’un qui a utilisé votre piste dernièrement ?
_ Ça vous regarde ?
_ Un poil, ouais. Ça pourrait être un terroriste qui va faire exploser les finales. »
Il me regarda les yeux ronds, et tenta de se refaire la discussion dans sa tête, pour mieux comprendre ce qu’il se passait. Il me jaugea et leva les épaules :
« Si vous le dîtes. C’est Nintendo qui vous envoie ?
_ Les grandes pontes de Nintendo »
, rectifiais-je pour me rendre plus crédible en affinant sa probable recherche des supérieurs qui m’avaient envoyé.
« Hin hin. Y a bien quelques gens qui sont venus ; des touristes, des gens qui s’essaient au kart maintenant qu’on parle pas mal de ça à Mirage Space. J’en aurais encore plus après la course.
_ N’y aurait-il pas quelqu’un qui sortait de l’ordinaire ? Avec des temps plus professionnels ?
_ Y en a pas mal qui sont doués, vous leurrez pas. Cependant, ils ont droit à trois champignons d’habitude pour battre les records contre la montre. Mais y avait un gars tout à l’heure qui n’avait pas trop champignons. Il avait un Special ; j’en ai déduit qu’il avait une autorisation spéciale de Nintendo, mais ça serait bien la première fois qu’ils font ça.
_ Donc, c’est un gars de la course ?
_ Ouaip. Certainement.
_ Et c’était quoi son Special ? »
demandais-je avec une grande lueur d’espoir dans les yeux. C’était une piste fraîche et très intéressante. J’avais remarqué que beaucoup d’équipes restaient dans les gradins pour acclamer leur coéquipier ; s’entraîner était suspect. Et demandait une connaissance recherchée de Mario Kart, soit une connaissance préparée. Une vraie piste, et son Special pourrait facilement l’identifier. Ce fut pour ça que je fus décontenancé quand le gars tourna sa langue avant de me dire d’un ton hésitant :
« Vous êtes bien accroché ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 10 : Mirage Space. Mer 1 Mai 2013 - 12:22
« Ah ! Vous pouvez voiré sous vos yéux ébahis que Jacobé essaie dé rattrappé soune rétard !
-Il séra biéntôt sour l’Adjudant ! Lé duél risqué d’êtré terriblé !
-Oui, dommagé qu’il ait lancé soune épée dans lé couloir !
-Héhéhé. Oh, régardé, Spyrro a obténou oune jetpack ! »


*Encore un ou deux accélérateurs et je suis à son niveau, un ou deux de plus et je le double. Ensuite, je lui flanque un racclée et je largue tout le monde de plusieurs secondes, histoire de pas perdre ma pla… MAIS NAN ! NAN ! JE PROTESTE !* Le petit dragon des jeux vidéos Sony a à présent un jetpack sur le dos et l’a actionné pour fuir le major. Il s’élève de plusieurs mètres au dessus de la route et découvre qu’il y à un niveau de plus de route de côté là. Il peut donc tranquillement y attérir et reprendre la course, en première position, sans la moindre difficulté. * Putain, ça va pas, mais alors pas du tout. Je suis dans la merde totale. Avec cette configuration, c’est moi qui quitte le tournoi à la fin de la course. Et puis même ! C’est pas une raison. J’ai dit qu’il fallait que je les batte tous et je les battrai tous bordel. Il faut que je franchisse avant eux la ligne d’arrive. Adjudant, tu vas payer.* Hélas, voyant une nouvelle ligne de cubes arriver, Perkinson lâche son inutile peau de banane et Jacob, trop près pour l’esquiver perd encore du terrain.

À la sortie du cirque, un nouveau couloir blanc comme les premiers commence et annonce une série de nouveaux virages, qui commencent par une rangée de cubes. Immédiatement, Jacob espère obtenir quelque chose qui dégagera la route et mettra un terme à la supprématie de ses ennemis, qui sont pour lors en position de l’éliminer. Une carapace verte apparaît dans sa main et il sourit. *Il ne reste plus qu’à bien viser. Spyro ? Je m’en fais pas. En étant premier, il n’a pas son putain de spécial. Et il conduit suffisamment mal pour que l’Adjudant le ratrappe. Putain, le Major et Dorian se rapprochent du coup. Et ce crétin me laisse pas passer. Il y a un angle à droite. Si je le prend bien, je le sème, je défonce le dragonnet et je repasse premier. Ensuite, je prend de la distance et j’essaie de maintenir. Allez, c’est parti pour le dérap… Mais BORDEL DE MERDE !* Le voyant s’approcher d’un peu trop près, Perkinson a sorti le pisto-laser qu’il a obtenu avec les derniers cubes et tire frénétiquement sur Jacob, qui parvient à passer devant, mais sous un feu nourri. *Nan, mais c’est des gros malades mentaux ! Ils ont pas compris, avec le Major, qu’il fallait pas mettre des trucs comme ça en circulation sur les courses ? Quelle bande de tarés ! Putain ! Je dois conduire comme un gros couillon pour éviter les tirs. Ce malade est salopement nerveux sur la gachette, c’est pourtant pas une mitraillette qu’il a dans les mains ! Rah ! Je peux même pas prendre correctement les accélérateurs ! Putain, Spyro est en train de nous larguer là. Est-ce que tu te rends compte de ta débilité Perkinson ? Non, probablement pas… Bon quand est-ce qu’il se vide son couillon de chargeur !*

La route suit son cour, au premier virage se substitue un autre, toujours vers la droite, immédiatement achevé par une angle vers la gauche. Et là, alors qu’il effectue un nouveau dérapage, un des tirs, peut-être le dernier de l’Adjudant – qui continue de tirer alors que sa main est à présent vide -, touche le kart de l’intouchable… Sans ne laisser rien de plus qu’une trace noire sur le capot. *Ah. C’est bon à savoir remarquez. Je me disais aussi, un gars qui était second pouvait pas avoir un objet aussi fort. En fait, ce machin doit pas servir à grand chose. Avec ma bulle, ça doit servir encore plus à rien. Bref. Je suis deuxième, il a plus d’objets et je vois des accélérateurs qui préparent un virage qui fait presque un demi-tour, sur la gauche… Bien. Très bien. Je vais distancer cet idiot et les autres, prende ce cube là et rattraper le petit dragon qui est en tête. ensuite, je vais loin et je les laisse se battre entre eux. Bonne stratégie. Très bonne même.* Jacob reprend la vitesse adéquate grâce à une série d’accélérateurs qui lui permettent de suivre un trajet superbe. Cela ne lui prend guère de temps de s’élancer sur une ligne droite très longue où les accélérateurs semblent avoir été disposé au hasard, mais qui permettent en réalité, pour ceux qui savent les emprunter, de filer comme une fusée vers la prochaine étape. Rapidement, il arrive au niveau de Spyro, juste derrière lui et tente de trouver un moyen de le passer, car il lui coupe souvent l’accès à un accélérateur, ayant abandonné un faux cube inutile un peu plus tôt, sans toucher son poursuivant. Jacob lui-même n’a obtenu qu’une peau de banane qu’il réserve pour se protéger. Un coup d’œil en arrière lui prouve que l’Adjudant n’a pas abandonné, traînant toujours dans son sillage l’ensemble du féroce peloton, il fonce vers lui, gagnant du terrain – puisque Jacob est temporairement bloqué par Spyro – et lui lance une carapace rouge.

*Il lâche rien aujourd’hui. Il a peut-être compris que le principe de la course, c’était de gagner. Bon, allez, je me protège et … Voilà un virage ! Parfait. Serré, quasi demi-tour vers la droite… Avec des cubes dans la foulées. Pauvre petit dragon. Ta petite percée va s’arrêter là.* Et en effet, par une nouvelle démonstration de talent de conducteur, Jacob prend le virage par l’intérieur, avec les accélérateurs et file devant son concurrent, reprenant la première place. Lorsque les objets apparaissent, il récupère un faux cube sans intérêt qu’il laisse traîner derrière lui, sans dégât. Une nouvelle longue ligne droite, sans accélérateurs cette fois, se présente à lui. Il fonce tout droit, sans réfléchir aux portes qui semblent s’ouvrir et se fermer sur la gauche. Il y en a deux, l’une proche, l’autre lointaine. Ce sont des panneaux métaliques qui glissent latéralement, mais qui s’ouvrent et se ferment avec une brutalité dangereuse. Spyro essayant toujours de le suivre commence à gêner sa progression en lui envoyant une première carapace verte, puis une seconde. Voyant la première porte s’ouvrir sur la gauche, l’intouchable, décide de prendre la direction qu’elle ouvre, pour surprendre son adversaire. Il se glisse dans l’ouverture et poursuit dans un couloir en ligne de droite, mais moins longue. Spyro essaie de le suivre, mais la porte se ferme sur lui et isole Jacob. *Putain. J’espère que j’ai pris la bonne route…*

Il remarque rapidement deux choses. D’abord, il y a trois portes. Une au bout de la ligne droite, un à gauche, plus proche, une à droite, moins proche. Ensuite, il y a des des flèches pour guider les concurrents vers la fin du tour et le suivant. Il ne prend pas la porte à gauche qui s’ouvre au bon moment et se contente d’aller vers les cubes qu’il voit, droit devant. D’ailleurs, l’Adjudant a attendu l’ouverture suivante de la porte du couloir pour le poursuivre. *Il lâche rien ce con. En fait, il a probablement fait de moi son ojectif principal et dès qu’il aura un nouveau gun, il viendra m’en foutre plein la vue, sauf que cette fois, j’en aurais rien à foutre. Il tire comme un taré, mais il vise pas des masses. Au mieux, il me fait tourner un petit coup. Sinon, j’encaisserai tout sans problème. Je suis dans une bulle qui me protège quoi. De toute manière, il a pris un certain retard en attendant que la porte s’ouvre ce crétin. Mais bon, il va falloir que je m’en débarrasse à un moment ou à un autre. Sinon, je risque d’avoir des problèmes, je ne sais pas ce que vaut cette épée laser, mais soyons honnete, il est bien capable d’en trouver une utilisation particulière qui risque fortement d’endomager mon kart…* Il arrive au bout de ce couloir, s’empare de cube et passe une nouvelle ouverture – sans porte cette fois, qui mène dans un grand hangar à vaisseaux. Dans sa main, apparaît une carapace verte.

C’est un complexe immense, un salle qui fait peut-être deux fois celle du cirque. Des tas de vaisseaux en tout genre, tous plus ou moins classes, bien que certains aient des formes très étranges, si bien qu’on ne peut concevoir comment ils fonctionnent, sont entreposés là, à peine séparés de la route officielle par une petite séries de plots clignotant pour indiquer la direction à prendre. Effectuant un bref dérapage pour se mettre dans le bon sens et reprendre de la vitesse, Jacob remarque qu’il est pour le moment le seul à être arrivé jusque là et qu’il est donc toujours premier. *Finalement, j’ai fait le bon choix de route. Un bon raccourci. Mais attention, avec les portes qui s’ouvrent et qui se ferment un peu aléatoirement, je ne sais pas si je pourrais le reprendre au prochain tour. Ce ne sera pas si évident. Mais si je prends assez d’avance maintenant, je pourrais peut-être… Arg ! Salaud !* Débouchant à l’issue d’un autre couloir que Jacob n’a pas pris, l’Adjudant a profité d’une série d’accélérateurs et d’un autre raccourci – caché de la même manière, pour débouler juste au niveau de Jacob, en lui lançant une carapace rouge. Répliquant avec la sienne, ils font tous les deux un roulé boulet et avancent à présent côte à côte.

« Ah ! L’Adjoudant a trouvé lé raccourci lé plous intéressanté dou circouit !
-Tout à fait Mario ! Il a ainsi rattrapé l’intouchablé, malgré lé rétard qu’il avait pris !
-Lé douél risqué d’êtré sanglanté ! L’oune ét l’autré peuvent êtré éliminés dans cette coursé !
-Mêmé si bon… C’est Spyro qui va perdré : il doit battré l’oune des deux dé déux points pour rester en jéu et il est derrièré le Majoré mainténant !
-En parlant dou Majoré ! Il vient d’obténire trois champignons !
-Oui, incroyablé, il foncé à travers lé champ des vaisseaux !
-Il va peut-êtré rattrapé les prémiers commé ça !
-Ah ! S’il les réjoint, jé donné pas cher dé la peau de Ioumé ! Deux alliés countré loui, il est couit ! »


Perkinson fait un écart à droite et percute Jacob. Il essaie de le pousser hors de la piste pour se débarrasser de cet adversaire, puisqu’il n’a plus d’autre arme que son kart. Hélas, l’Adjudant et l’intouchable ont tous les deux des véhicules moyens et leur poids ne leur apporte donc aucun avantage. Pour sa propre survie, Jacob réplique avec un coup de sa propre voiture et jette un coup d’œil à la route. *Bon, encore un autre champ de force qui protège du vide intersidéral ici. Rien de très intéressant. Si ce n’est que la route tourne à gauche et que je ne pourrais pas prendre ce virage de l’intérieur avec ce crétin à côté. Il me bloque le passage et on est déjà tous les deux à fond. Putain, je devrais arrêter de lui foutre des coups avec mon kart, j’ai l’impression que je le remet dans le chemin à chaque fois plus que je ne l’écarte du mien. Oui, remarque, c’est pas une mauvaise idée. Je pourrais freiner au dernier moment, lorsqu’il attaque, le laisser passer devant, de peu et passer sur l’intérieur… C’est une bonne idée, je crois que je vais le faire. Il y a quoi derrière ? Ah ! Merde ! Le Major est là et il gagne carrément sur nous. Évidemment, il a un véhicule plus puissant et c’est une ligne droite. Tain, s’il avait un objet, il m’aurait déjà niqué. Heureusement qu’il n’en a pas. N’empêche si je recule un peu, je risque de me faire rattraper avant les prochains cubes ; très, très mauvais plan. Merde, je vais devoir rester sur l’extérieur et l’Adjudant passera devant. Je sais bien qu’il reste un tour complet et que j’aurais d’autre occasions, sans parler du fait que dans la configuration actuelle, ça reste les Black Magic Dragon ou les Immortals qui perdent, mais tout de même. Mon objectif n’était pas de me faire battre par un seul des trois. Je suis sûr que je peux le faire d’ailleurs. Tout ça n’est qu’une série de circonstances désavantageuses et pourtant, je continue à rester dans les meilleures places malgré tout. C’est donc que je peux le faire. Allez Jacob, du nerf !*

Et les deux premiers prennent le virage sans cesser de se percuter l’un l’autre. Perkinson lui lance des regards toujours plus méchants alors qu’il prend aisément la tête du duo et… ralentit, pour rester au niveau de son adversaire et continuer à le frapper. *Crétin ! Couillon ! Tu n’as rien compris au principe ou quoi ? Tain, t’es vraiment rien qu’un gros débile. Prends-toi ça !* Une rangée de cubes apparaissent et Jacob tente de traverser l’un d’eux, mais au dernier moment, l’adjudant de la Compagnie Panda le pousse et lui vole la possibilité d’avoir un artefact. Pris dans une ligne droite, l’intouchable remarque que le champ de force que la route abouti à nouveau vers un champ de force séparant la station du vide intersidéral, tandis que le couloir biffurque sur la gauche. *Putain, cet idiot va avoir un objet, son copain, derrière, va avoir un objet. Je suis dans la merde, la merde absolue. Je vais m’en prendre la gueule, me retrouver troisième et me faire rattraper pas tous les autres qui veulent ma peau aussi, surtout Dorian et Spyro. Allez, s’il vous plait, faîtes qu’ils aient des peaux de bananes…* Mais, bien évidemment, ce n’est pas le cas. L’adjudant obtient une carapace verte et son supérieur a une épée laser… Qu’ils lancent tous les deux sur l’intouchable. L’item classique atteint sa cible en premier et Jacob fait un premier roulé boulé, puis tourne sur lui-même sans cohérence alors que l’épée lui touche une roue avant. Résultat, lorsqu’il se redresse, son pied a beau toujours être sur l’accélérateur, il n’avance plus dans la bonne direction et fonce droit vers le champ de force qui sépare la route du vide interstellaire, à quelque centimètres de lui. Il essaie de freiner, sans succès, tandis que derrière lui, le Major et l’Adjudant tournent à gauche et filent vers la victoire assurée. Hélas pour eux, ce qu’ils ne savent pas à cet instant, est qu’ils viennent de pousser leur adversaire dans l’un des seuls raccouris du circuit : un propulseur à hyper vitesse poussant les concurrents comme des boulets de cannon vers la dernière partie du tour.

« Ahah ! L’Adjoudant n’a pas l’air satisfait par lé résoultat de soune actioné !
-Le Majoré n’a pas l’airé d’avoir compris…
-Mais, cé n’ést pas dramatiqué. L’intouchablé réprend la tété… Mais les autrés arrivent au téléporteur, il né va gagner qué quelqués centiémés dé sécondés.
-SPYRO A SOUNE SPECIALE !! À LA QUATRIÉMÉ PLACÉ, IL N’Y AVAIT POURTANT QU’OUNE CHANCÉ SOUR OUNE MILLIONNÉ !
-Ah ! ça dévient intéressanté. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 10 : Mirage Space. Jeu 2 Mai 2013 - 0:30
On sortit à l’extérieur, de l’autre côté de la bâtisse, où un circuit deux fois plus grand que celui que j’avais croisé dans Kazinopolis était posé. Il y avait même des accélérateurs à quelques endroits, ainsi que des flaques d’huile qui devaient faire glisser les roues imprudentes qui s’aventuraient dessus. Le garagiste me regarda comme si je venais de comprendre le Special de notre ennemi. Malheureusement, en regardant vite fait sans vraiment voir, je restais mué dans le silence jusqu’à ce qu’un léger agacement me fit demander quelques précisions :

« Alors ?
_ Bon. La première fois que je l’ai vu l’utiliser, je n’ai absolument pas compris ce qu’il s’est passé. Cependant, le chronomètre était implacable : cette personne a fait un tour en moitié moins de temps que d’habitude.
_ Un accélérateur ? »
C’est chiant, ça pouvait être pas mal de monde. Mais avant que je n’établisse la liste des suspects, le type continua :
« Puis, la seconde fois qu’il l’a utilisé, voyez plutôt… »

Le gars me montra une portion de route particulière : je remarquai enfin ce qu’il voulait me faire voir depuis tout à l’heure. Le circuit se séparait un moment en deux routes : une extrêmement longue demandant plusieurs virages, et l’autre bien plus courte, bien plus directe, faisant gagner une bonne quinzaine de secondes. Je compris enfin que ce second segment ne faisait pas partie du tracé initial, mais qu’il avait été ajouté. La largeur de la route n’était pas la même, et la couleur était plus sombre. Je pouvais presque sentir le goudron chaud. Je compris enfin que je ne comprenais rien. C’était quoi ce foutu Special ?! Un coup, il était ultra-rapide, l’autre coup, il modifiait le terrain à son avantage. je parlai avec une voix estomaquée :

« Vous êtes en train de me dire qu’il a modifié la route ?
_ Qu’il en a ajouté une nouvelle partie, oui.
_ C’est quoi ce Special ?
_ Je n’en ai absolument aucune idée ! Ce petit con va m’obliger à rajouter des barrières pour éviter que les autres conducteurs ne l’utilisent. »
Rien à foutre.
« Bon… et au niveau des temps ? Sans le Special, je parle. Le type est doué ?
_ Attendez, laissez-moi voir le tableau… »
Il sortit un porte-document de son pantalon et regarda une feuille. Il grimaça comme s’il avait espéré que ce type conduisait avec ses pieds : « Oh, oui, il fait de très bons temps. Il a le troisième meilleur temps, sur plusieurs milliers de personne, quasiment ex-aeco avec le second.
_ Qui est… ?
_ Les Grease Lighting.
_ Evidemment. Et tiens, qui est le premier ?
_ Ah ! Ça, je n’ai pas le droit de vous le dire. »


Un mystère de plus, mais qui était rapidement balayé par l’urgence de la situation. Il y avait effectivement un coureur mystère très doué. Attendez une minute… Je demandais au gars s’il n’était pas encapuchonné, et il me répondit que si. Le type qu’avait embauché Fino n’avait pas montré son Special. Le gardait-il pour la dernière course, comme un super Joker ? J’interrogeai le garagiste, mais celui-ci remua la tête en me disant que ce n’était pas le fameux encapuchonné de l’équipe du bébé phoque (hey, il suivait les courses, ce gars ; en même temps, c’était un employé onirique de chez Nintendo). L’autre gars, celui au Special bizarre, semblait moins grand et moins costaud. Vrai que Fino semblait avoir embauché un gars plutôt baraque. Et que l’autre inconnu que j’avais aperçu dans le local de Wall Street Influence était d’une stature plus commune, une stature que me décrit justement le gars de chez Nintendo. C’était certainement cette personne, ce qui voulait dire deux choses. Tout d’abord, notre principal suspect faisait bien partie des compétiteurs. Et ensuite, il prévoyait non seulement de participer aux finales (certainement donc un garagiste comme on le suspectait Jacob et moi depuis quelques nuits), et en plus de l’emporter. A moins que la réalité ne fut encore plus complexe que ça. Rah, bon sang, quelle saloperie.

Je demandais finalement l’identité de cette personne, et le garagiste me tendit son papier avec dessus inscrit « John Bill ». Ouah… Difficile de trouver un patronyme qui faisait plus faux. Cependant, j’obtenais un autre indice maintenant : c’était certainement un Voyageur. Il n’y avait que nous qui pouvions trouver des noms aussi ridicules de banalité pour nous cacher derrière. Et en plus, la diversité de son pouvoir faisait penser à des capacités de Voyageur utilisées intelligemment. Certainement un Voyageur, donc, et quelles étaient les deux équipes exclusivement composées de Voyageur ? Tout d’abord, nous. Puis ensuite, les MKR. Ils repassaient dans les premiers suspects, donc une analyse du pouvoir de leur troisième membre serait rapidement demandée. Il faudrait encore que je vois avec le gars de chez Nintendo. Il allait autant bosser que nous, celui-là.
Mais bon… maintenant, comment coincer ce connard de foutre de John Bill ?

Evidemment, ça ne correspondait avec aucun nom inscrit pour le tournoi. Puisque le gars avait un capuchon et un faux nom, ça pouvait être… n’importe qui. Peut-être même un des pilotes actuels de la course qui n’avait jamais dévoilé son Special. Sérieusement, il y en aurait qui n’avait jamais eu leur Special de toute la compétition ? Remarquez, je n’avais qu’une seule fois mes portails malgré mes mauvaises positions ; ça devait être idem pour Jacob ou pour Dorian Gray (tiens, un autre Voyageur qui était suspect). Et merde, comme ça me faisait chier, tout ça ! Il était temps de retourner voir le gars de chez Nintendo pour tirer tout ça au clair. Peut-être allait-il trouver des informations utiles.

N’empêche, l’existence d’un tel gars amenait plusieurs problèmes évidents : on allait se retrouver avec un nouveau monstre sur les bras, en plus du Major et des MKR, un type qui conduisait super bien. De plus, cela voudrait dire que l’équipe de Fino n’était pas si coupable que ça, ou plutôt, qu’il y avait tout une coalition contre Nintendo d’au moins trois équipes (Fino, Dorian et une autre à piocher au hasard, sans compter le Major qui était là comme bruyante diversion). C’était la merde. Jacob et moi étions seuls, en fin de compte, contre plein d’autres équipes, la moitié des finalistes. Nous n’étions pas les plus doués, ni les plus informés. Comment était-on censés gagner la course alors que nous étions minoritaires face au danger ? Même pas besoin de piège, même pas besoin de stratagème. Les ennemis de Nintendo (Sony ou Microsoft) n’avaient plus qu’à voir la finale sans trop se soucier. Qui n’était pas un méchant à la solde de firmes rivales ? Private Jokes, MKR, Bibi, Wall Street, et ce dans le meilleur des cas… On pesait pas trop lourd dans la balance si les adversaires rajoutaient des pièges. Je commençais à pas la sentir, cette finale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 10 : Mirage Space. Jeu 2 Mai 2013 - 0:48
À la vérité, le spécial de Spyro intervient à un mauvais moment. Consistant en une horde de dragons et de magiciens lançant un feu nourri sur tout ce qui se trouve devant, afin de dégager la piste. Hors, à cet endroit, la route s’achève sur un téléporteur, qui ne laisse pas passer les items utilisés. Avant que la horde ne l’atteigne, l’Adjudant passe et réapparaît bien plus loin, déjà à l’abri. Seul le major subit le terrible passage, puisque Jacob est déjà ailleurs, lancé à une vitesse ahurissante. Il arrive au niveau de Perkinson, quelques centièmes de secondes avant lui. *OH PUTAIN ! Expérience traumatisante. On a pas à dire, la vitesse lumière, ça a l’air cool au cinéma, en vrai, c’est juste HYPER CHELOU. Je ne veux plus en entendre parler. Je passe par l’autre chemin la prochaine fois, quitte à n’arriver que deuxième. Ah ! Bordel. C’est fini. J’ai l’impression de pouvoir respirer… Et encore. Saleté de bulle. Merde, l’autre gros débile est toujours dans mon sillage. Il ne me lâchera jamais. Heureusement, il y a des cubes. Je vais peut-être pouvoir m’en débarrasser de façon plus ou moins définitive…* La ligne n’est pas tout à fait droite et annonce une série d’accélérateurs qu’il va falloir prendre avec précision. Jacob évalue ses meilleures chances de s’en sortir alors que la loterie du jeu fait apparaître un pistolet laser dans sa main et que son adversaire présente un belle carapace. *Merde, un objet inutile. Je m’en débarrasse ? Peut-être pas, ou pas tout de suite. Il peut me permettre d’effrayer quelqu’un… Quoi que, sur ce type là, je sais pas si ça ne l’excitera pas juste un peu plus. Bon, je le garde de toute manière et j’essaie d’échapper à l’autre en prenant les accélérateurs comme un dieu. Il ne les a pas pris correctement une seule fois. Je devrais pouvoir le distancer.*

Dans les faits, le plan de Jacob s’avère bon, il prend les accélérateurs et commence à semer son poursuivi. Cela fonctionne pour le premier virage. Mais dans la seconde ligne droite, la carapace verte heurtant frénétiquement les murs du couloirs le heurte et il manque l’un des coches en faisant un roulé boulé. Il perd toute son avance et est à nouveau au coude à coude avec Perkinson. Mais cette fois, il semble confiant. Le dernier virage les mène jusqu’à la ligne d’arrivée et à la fin du premier tour. *C’est peut-être con à dire, mais tout va bien. Ce mec ne m’a pas lâché d’une semelle, mais je peux le battre et pour cause : à présent, il n’y aura plus de surprises de parcours. Je sais par où passer pour prendre la meilleurs trajectoire, le tracé parfait. Et j’ai un objet en main, qui a l’air très con comme ça… mais, je sais comment l’utiliser. Je n’ai qu’un seul et unique facteur à prendre en compte : la chance. Je serais deuxième, dans le pire des cas. Mais je pourrais être premier, si la chance ne joue pas contre moi. Un éclair et mon plan tombe à l’eau. Pareil pour les carapaces bleues. Mais si rien de ça n’apparaît, je vais reléguer cet idiot tellement loin de moi qu’il ne pourra plus jamais me rattrapper. Un dernier tour à prendre et Ed, je suis fier de t’annoncer que nous allons être en finale ! Tu as intérêt à avoir réglé l’enquête entretemps.*

Et le second et dernier tour des éliminatoirs commence. Les premiers couloirs, cubes et accélérateurs sont pris sans la moindre difficulté. L’Adjudant tente de lui envoyer plusieurs projectiles la plupart manquent leur cible, mais certains touchent. La perte est à chaque fois compensée par le talent de Jacob, qui s’accorche à son pistolet laser avec une insistance qui surprend commentateurs et public. Le duel, il pourrait le gagner à la longue ou facilement, car Perkinson ne conduit pas vraiment bien. Pendant ce temps, le Major, rageux à l’idée d’avoir subi le spécial de Spyro, a abandonné toute stratégie de groupe pour aider son poulain en difficulté : il tente à présent d’écraser les Black Magic Dragon et retient ainsi tout le peloton assez loin du duo de tête – même si ceux-ci ne prennent pas tant de distance que cela. En utilisant de meilleurs objets, l’intouchable pourrait peut-être se défendre et distancer Perkinson. Pourtant, le pistolet laser semble être le seul qui l’intéresse. Ils pénètrent presque côte à côte dans le cirque, sous un tumulte d’applaudissements et d’encouragements que ni l’un, ni l’autre n’entendent. L’un parce qu’il est sourd, l’autre parce qu’il est trop focalisé sur la destruction nerveuse de son adversaire. Une fois qu’ils en sortent, les couloirs suivants sont achevés de la même manière que les précédents. Et même plus, lorsqu’ils en arrivent aux portes coulissantes qui dégagent et ferment des raccourcis, ils suivent le même tracé, le plus efficace. Aucun éclair n’est lancé. Mais Jack Billiones obtient une carapace bleue et la lance lorsque les deux arrivent enfin à la sortie du hangar.

*C’est là que tout ce joue.*
« Oh, Régardez ! Jacobé brandit énfin soune pistolet !
-On va savoir ce qu’il avait en tété ! »

La carapace suivant la route normale ne passe par aucun raccourci et met un peu plus de temps à rattrapper les premier que prévu. Pendant ce temps les deux concurents passent la rangée de cube et Jacob laisse passer son adversaire, qui fonce vers le propulseur à vitesse lumière en hurlant de joie.
« Ioume fait oune dérapagé, incroyablé ! Jé né coumprénd plous rién, mais c’ést magnifico !
-Attends Mario ! Il visé ! »

Alors qu’il se trouve en position latérale, en plein dérapage, et que l’Adjudant touche presque le propulseur, il tire. Le laser rouge file jusqu’à un point du mur où clignottent plusieurs petits boutons, qui actionnent le propulseur. La vitesse lumière est désactivé. Perkinson s’engage sur une route secrète, mais sans la moindre vitesse. Il ne peut ni être récupéré par Lakitu, ni utiliser son faux cube pour gagner en rapidité. Et le point qu’il doit rejoindre est loin. Jacob, sans le moindre problème, achève son virage, toujours poursuivi par une carapace bleue, qui se rapproche désormais dangereusement, et va vers le téléporteur. Il espère de toutes ses forces ne pas être touché par le projectile en vol, car à cet endroit, il perdrait beaucoup de temps, et le peloton n’est pas si loin.
*Pitié, faîtes que ça passe…*
« Héhé, ça né passéra jamais…
-Pas si sour Mario…
-…
-…
-Salaud. Il ést passé. »


Bien que personne ne puisse l’entendre, Jacob hurle dans sa bulle. C’est fait, il a gagné. Le reste de la course n’est qu’une formalité. Quelques virages et accélérateurs, à peine piégés de peaux de bananes, qu’il prend en toute simplicité. Derrière, l’Adjudant parvient tant bien que mal à prendre sa route et à s’approcher de la fin de son calvaire. Pourtant, beaucoup d’autres concurrents lui passent devant. L’intouchable, avec un grand sourire aux lèvres, fonce vers la ligne d’arrivée où l’attend déjà une foule en délire de fans qui accueillent sa victoire avec panache – y compris ceux qui étaient sceptiques à son sujet et qui, au vu de leurs T-Shirt, suivaient plutôt les autres. Une fois qu’il a passé la ligne, le Private Joke s’arrête, retire son casque de pilote et le brandit en l’air en se levant sur son siège. Il hurle de joie dans son mutisme et on trépigne, on applaudit tout autour de lui. Les autres concurrents n’arrivent qu’une petite dizaine de secondes après. Le Major d’abord, qui vérouillait l’avancée de Spyro. Le dragon est évidemment derrière et conformément à sa stratégie minimaliste, Dorian lui colle au train pour ne pas être éliminé. C’est Jack qui passe un peu derrière lui, suivi de l’Adjudant qu’il faut tenter de maîtriser pour qu’il cesse la course – croyant en réalité qu’un troisième tour l’attendait, il ne s’est pas inquiété un seul instant. Enfin, le voyageur masqué et Madoff passent à leur tour, tranquille. Et dans la tête de Jacob, une seule pensée se répète en boucle : *Je l’ai fait ! Je l’ai fait ! Je suis PREMIER !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2725
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 27

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 10 : Mirage Space. Jeu 2 Mai 2013 - 20:56
Et je traversais des couloirs, encore une fois, revenant à mon point de départ à toute vitesse, alors que la course était déjà bien entamée, et que Jacob livrait un duel épique contre l’Adjudant de la Compagnie Panda, dont la place pour la finale était elle aussi menacée. Je ne perdis pas de temps devant les écrans high-tech disséminés dans quelques salles ou dans de larges avenues de Mirage Space. J’avais juste vu que Jacob était bien classé, et c’était déjà un soulagement en soi. Il était d’une régularité monstre, il n’allait pas me lâcher sur la dernière course tout de même. En jetant tout de même une prière à un ciel sourd, je me dépêchai de retrouver notre sorte de superviseur de mission afin de lui faire part de nos découvertes.

Il se trouvait être dans les gradins, dans une immense pièce ressemblant fortement à une scène d’un film de science-fiction, et je dus batailler avec des ascenseurs high-tech pour me retrouver à son niveau, tandis que les karts passaient en-dessous de nous. J’encourageai encore une fois Jacob, et souhaitai qu’aucun désastre ne brise notre élan vers les finales. Des fois, ce jeu ne tenait qu’au seul hasard, ce qui était évidemment très très très frustrant. Alors, on priait. Qu’une carapace bleu ne vienne pas tout gâcher, ou qu’une succession de bananes, de carapaces rouges et de trous ne ruinent pas le classement aussi sûrement qu’un Special du Major. J’arrivai enfin à la hauteur du gars de chez Nintendo (il faudrait vraiment que je lui demande son nom, c’était pas possible), et il arrêta de regarder l’écran géant qui permettait de voir comment se débrouillaient les participants pour se concentrer sur moi. Je supposais que mon visage l’alerta car il se parut concentrer :


« Oui ?
_ Un participant utilise le terrain d’entraînement, mais il s’est caché le visage pour qu’on ne le reconnaisse pas. Son Special lui permet de gagner de la vitesse et de modifier le terrain. C’est certainement le gars qui fouille les locaux.
_ De mon côté, j’ai vérifié, et oui, il y a bien quelqu’un qui a utilisé les terrains d’entraînement à Champiland ainsi qu’à Kazinopolis. Il a deux noms : Boga Tesd et Mike Roft.
_ Le mien s’appelle John Bill.
_ Je suppose que c’est la même personne, alors.
_ Et pour le Special, Nintendo peut l’identifier, non ?
_ Nous ne connaissons pas les Special des participants à l’avance. Dreamland les décide pour eux. Impossible donc de l’identifier s’il ne l’a pas déjà utilisé. »
Génial. On n’était toujours pas avancé. En tout cas, j’avais une solution toute bonne :
« Bon, c’est simple. Partons du principe que l’individu n’a jamais conduit. C’est-à-dire que lors du départ des finales, on pourra rapidement voir le nouveau conducteur et l’interpeller.
_ Il faudra les intercepter juste avant la course, alors. Une fois que les équipes seront sur le tracé, il sera impossible de les arrêter tant que la course ne sera pas terminée. »


Et bien… Ce n’était pas simple. Mais je percevais une fin à ce drame. La solution que j’avais proposé me semblait très convenable, et le gars de chez Nintendo médita dessus quelques instants avant de dire que ça pourrait le faire. Et voilà, avec le peu d’indices que nous avions eu, nous pouvions peut-être éliminer la menace. Il ne restera plus qu’à gagner, et même si Fino parvenait là-bas avant nous, il faudrait le soudoyer pour qu’il accepte de ne pas faire le fou furieux. Notre objectif à Jacob et à moi n’était pas de gagner la compétition, mais de faire en sorte que d’autres connards ne la gagnent pas. On était bien partis pour réussir ; pour une fois, on remportait sur les deux tableaux.

Car en parlant de remporter, Jacob venait de terminer la course, et il était…
Premier ?!
Bravo !
Euh, non, quel connard ! Il avait éclipsé mon exploit de la dernière course ! D’un revers de main ! Quel salopard. Il me le paiera. C’est ça, acclamez cette fouine de merde. Il n’a fait que remporter la course grâce à la superbe position qu’il avait eu au départ…


__

« Nous nous dirigeons maintenant vers le vainqueur de cette course afin de lui arracher une interview ! Voilà, nous arrivons sur la piste où les derniers arrivent. Vous entendez ces acclamations ? Ah, parfait, Mr. Hume ? Excusez-nous, Papy Champi, nous sommes là pour vous poser quelques questions. Premièrement, ça vous fait quoi d’être premier pour la première fois du championnat, et donc de décrocher un billet pour la finale ?
Hum… ?
Ne soyez pas timides, voyons… »


__

Quelques temps plus tard, dans un énorme bureau de bois massif, deux silhouettes mâchaient d’énormes cigares qui formaient des tourbillons de fumée dans l’espace. Ces deux-là semblaient sur le point de prendre une énorme décision.

« Les finales… Il va être temps, Louigi.
_ Si, Marrrio, j’ai bièn peur qu’on en arrive à cétte éxtrémité-là.
_ Ca ne sourprendra pérsonne, hum ? On a tout prévou dou débout à la fin.
_ Il né faut pas paniquer, c’est tout.
_ J’ai des frissons, Louigi.
_ Moa aussi, Marrrio.
_ Démain séra un grand soar. »


__

« Très bien, changeons de question… Pensez-vous encore que c’était une bonne idée de laisser votre partenaire jouer une course sur deux ?



Hey, vous pourriez répondre, non ? Vous devriez être un peu heureux de cette victoire, faîtes-nous partager votre impression ! Ne restez pas… hey, non ne partez pas ! Je ne disais pas ça pour vous embêter ou quoi… !
Rah , quel snob ! »


__

Résultat de la course :

Place Équipe Points gagnés
1er Private Jokes +10pts
2ème Compagnie Panda Major +9pts
3ème Black Magic Dragon +8pts
4ème Immortal +7pts
5ème MKR +7pts
6ème Compagnie Panda Adjudant +6pts
7ème Voyageur Masqué +6pts
8ème Wall Street Influence +5pts

Classement général :

Place Équipe Total des points
1er MKR 75
2ème Voyageur Masqué74
3ème Compagnie Panda Major 74
4ème Wall Street Influence68
5ème Private Jokes64
6ème Immortal 62
7ème Black Magic Dragon 61
8ème Compagnie Panda Adjudant 60 (Eliminés)


__

Interview !!!
Equipe : Compagnie Panda (Adjudant)


Journaliste : Dîtes-moi tout… Qu’est-ce que ça fait d’avoir perdu juste devant les finales ?
Adjudant Perkinson : Hiiiiinnnn… Pas perdu. Suis arrivé sixhième.
Caporal Kelly : On a perdu ?


J : Oui, mais vous avez le moins de points de tous les candidats.
A.P. : Perkinson… pas été assez violent ? Pas donner assez de coups ?

J : Non, je veux dire, de points. Vous avez des points à chaque fin de course selon votre position. Vous en avez le moins, donc vous avez perdu.
A.P. : Pas d’accord. Perkinson a des points.

J : Bon, changeons de question. Pourquoi n’avez-vous pas laissé votre second pilote conduire ?
A.P. : Perkinson… a un second pilote ?
C.K. : C’est moi, Kiki.


Journaliste : Alors ?
A.P. : Perkinson… a un second pilote ?
C.K. : Je sais pas conduire. C’est pour ça.


J : Ah. Pensez-vous que le Major a une chance de gagner la finale ?
A.P. : C’est une guerre ?
C.K. : On est tous avec lui ! On va agiter des fanions ! J’ai même vu des bonbecs Major !
A.P. : Agiter fanions !
C.K. : Oui, t’as un joli fanion. Mais moins vite, Kiki, tu vas le détruire.
A.P. : Fanions ! Fanions ! Fanions !
C.K. : Et voilà, tu l’as jeté contre le mur. T’es bête, Kiki.


J : Je ne vous dérange pas trop ?
C.K. : Vous auriez un stylo à plume sur vous, ainsi que deux ou trois cartouches d’encre ? Je crois que Kiki a envie de noircir quelques feuilles.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 10 : Mirage Space. Aujourd'hui à 22:46
Revenir en haut Aller en bas

Mario Kart Armageddon 10 : Mirage Space.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Mirage Space-