Haut
Bas

Partagez|

Mario Kart Armageddon 1 : Champiland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 26

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Mario Kart Armageddon 1 : Champiland Mar 14 Aoû 2012 - 0:44
« Bonsoar Mesdames et Messieurs ! Dans oune semaine va commencer la plus grande compétition dé kart dé Dreamland ! Comme vous lé savez, chaque année Nintendo organise oune tournoi des meilleurs pilotes dé kart dans différentes courses au tracé ingénieux, aux passages secrets cachés ainsi qu'aux boîtes d'objets destroucteurs. Pour remporter la compétition, il faut ainsi disposer d'oune excellent kart, d'oune conduite irréprochable ainsi qu'un certain sens dé l'improvisation. Les courses sont connoues pour être lé théâtre dé nombreux retournements dé situation improbables qui donnent tout leur piquant au tournoi, comme oune sauce aux poivrons sour des pâtes al dente.
_ TOUT A FAIT, Marrrio ! Mais jé té rappelle qué c'était dans l'autre émission qu'on gagnait oune prime pour chaque référence italienne stupide devant l'écran.
_ Ma qué... Mais donc ! Cette année, c'est oune toute nouvelle compétition que votre firme préférée a organisé ! Et pourquoi Louigi ?
_ Parce que c'est la dixième année ?
_ AHAHAHA !!! Un peu d'humour sur ton incompétence né peut pas nous faire dé mal ! Et non Louigi, parce qu'après l'épisode sur la 3DS, Nintendo veut changer lé concept dé la série et incloure dé nouveaux personnages jouables. Et pendant qué les ingénieurs planchent dans lé monde réel, ils ont organisé oune compétition dé Mario Kart spéciale afin que les Voyageurs ou Créatoures des Rêves lé plus en emphase avec lé jeu pouissent proposer leur propre galerie dé personnages. Mais ça, c'est seulement s'ils gagnent !
_ Et comme tou lé dis, cette compétition est spéciale !
_ TOUT A FAIT, Louigi ! Et cé pour plousieurs raisons ! Tout d'abord, la compétition dé Mario Kart accueillera jusqu'à 17 équipes dé trois personnes. De plous, les règles seront modifiées pour permettre dé donner aux concourrents lé meilleur dé tous les Mario Kart sortis jousqu'à présent.
_ C'est fantastique Marrrrio ! Mais alors, quelles sont les règles à proprement parler ?
_ Comme je l'ai dit plus tôt, chaque équipe comptera trois personnes. Pourquoi trois personnes, Louigi ?
_ Parce qué cette compétition sé déroulera en deux phases ! La première sera composée dé dix courses où les participants seront notés selon leur position par des points, comme d'habitoude. Lé premier gagnera ainsi dix points, lé second en gagnera neuf, le troisièmme houit, etc. et cé jousqu'au dernier ; pour garder oune cohérence sur notre système dé points dégressifs, plousieurs places permettront un gain d’un même point. Par exémplé, lé sixième et lé septième gagneront six points chacun. Et sour les trois membres de l'équipe, il en faudra deux qui condouisent, plous oune mécano qui pourra servir dé pilote dé remplacement en dernière minoute. C'est à l'équipe dé décider qui condouira où selon les différents circouits. A chaque course, l'équipe qui comptera lé moins de points sera pourement et simplement éliminée. Au bout de dix courses, il restera donc sept équipes.
_ TOUT A FAIT, Louigi ! Et ces sept équipes vont se battre dans oune tracé qué vous connaissez bien, la Route Arc-en-Ciel ! Mais avec oune règle spéciale ! Car cette course sera servie sous la formoule Double Dash ! Il y aura donc deux participants par kart, et ça sera à l'équipe dé désigner la personne qui ne participera pas à la course ! Et ainsi, lé premier qui terminera les trois tours sera récompensée dé la somme dé mille EV, d’oun kart en or, ainsi que la possibilité dé choisir oune galerie de personnages pour le prochain Mario Kart. Ma moustache en frémit encore !
_ TOUT A FAIT, Marrrio ! Il est à rajouter que vous avez parfaitement lé droit de vous acharner sur vos concourrents surtout si c'est injoustifié, mais qué les organismes désireux de conserver oune environnement joyeux et ensoleillé ont demandé à la firme Nintendo de pounir tout participant détrouisant lé paysage en lé privant de condouire à la prochaine course.
_ Nous serons ainsi les deux commentateurs de cette épique réounion de métal chaud, de gasoil pouant la testostérone et dé coups bas éhontés. Mario Kart est connou pour être la compétition où lé premier ne lé reste jamais longtemps, surtout devant la ligne d'arrivée. Et pour les terrains, nous avons du très, très lourd. Et oui, grâce à la profusion dé nos investiss… de nos concourrents assourant oune diffusion très large de l’événémenté, nous avons pu tracer lé goudron dans des territoires comme l'agité Royaume des Chats, l'incontournable Royaume Champignon, l'hostile Royaume du Feu ou l'inquiétant Mirage Space.
_ TOUT A FAIT, Marrrio ! Mais gardons la surprise pour les nuits N ! Au niveau des participants, nous avons de nouvelles têtes qui promettent la plus belle de toutes les compétitions jamais voues jousqu'à aujourd'hui ! »


Le show théâtral des deux plombiers moustachus se termina dans un claquement sinistre, signe que la télévision des rêves venait de s'éteindre. C'était il y a une semaine.

__


Dans cet hangar immense qui aurait pu abriter trois palaces, jardin compris, régnait une sorte d'intense grondement qui faisait soulever les poutres de métal soutenant le plafond. Ressemblant un peu aux des vivats du public du Colisée du Royaume de la Table Pentagonale mêlés à un suspense insoutenable. Toute la course se jouait dans cet immense hangar.

Les dix-sept équipes présentes avaient leur véhicule entreposés dedans, ainsi que leur local où ils pouvaient s'échauffer mentalement tout en suivant des yeux le tracé de la course sur un dossier que Nintendo avait distribué. Des techniciens se faisaient régulièrement appeler pour tester la pression d'huile ainsi que la tenue des roues des karts. Il y avait une sorte de vacarme silencieux... On n'entendait pas de bruits mais on le devinait puissant à quelques dizaines de mètres. Et c'était ce même vacarme silencieux qui s'amusait à jouer mon estomac pour tenter de le faire dégobiller. Mon cœur ne battait pas plus vite, mais il battait plus fort. J'étais en combinaison de pilote moulant, avec le symbole des Private Jokes dessus. Mes lunettes de soleil habituelles avaient été remplacés par des goggle noirs ressemblant à celles que portaient les vieux aviateurs. Un cadeau de Dreamland him-self. La compétition de Kart allait commencer cette nuit, et les dix autres qui allaient suivre. Un inspecteur était en train de s'occuper de mon véhicule ainsi que de caresser ses courbes pour tester l'aérodynamisme. Il termina par installer le support du second coéquipier pour voir, si un miracle nous ouvrait la victoire jusqu'à la finale et à sa course en duo. Le support devait être détaché pour les dix premières courses, histoire de gagner en vitesse ce qu'on perdait en poids. Mes gants étaient posés sur une petite table, ainsi qu'un petit phoque à l'allure teigneuse.


« Rappelle-moi pourquoi j'ai accepté de participer à cette course.
_ Parce que Nintendo a besoin de nous, je te l'ai déjà dit.
_ Ce n'est pas une raison suffisante.
_ Alors tu le feras pour les mille EV promis en récompense.
_ Ah, j'adore entendre cette somme. J'aurais la récompense entière ?
_ Te fous pas de ma gueule Fino, t'auras juste le tiers, comme tout le monde.
_ La moitié. Sinon, je ne participe pas et tu pourras te branler avec le meuble pour trouver un troisième partenaire sur place.
_ Quatre-cent EV pour toi. Dernière offre. Sinon, je vais demander à Haru ou à Remi de venir, je crois qu'ils sont dans les grad...
_ Okay, okay, va pour les quatre-cent EV ! Tant que j'en ai plus que toi. »


Jacob n'allait pas gueuler, il s'en foutait royalement de la récompense. Mais il avait trouvé qu'aider les gens tout en se changeant l'esprit était une bonne manière de passer sa nuit à Dreamland. Moi, disons que je participais à cheval entre les deux envies de mes partenaires. Il fallait trois personnes ? Jacob et moi tout d'abord, évidemment. Puis j'avais rajouté Fino. Parce qu'il fallait toujours avoir le phoque avec soi que pas avec soi. Puis, sa petite taille serait parfaite pour aller espionner les voisins comme on nous l'avait demandé.

Je me souvenais encore quand un Voyageur travaillant pour Nintendo était venu dans le Royaume des Deux Déesses pour nous inviter à participer à la compétition de kart. Il avait directement souligné sa demande en expliquant les récompenses qu'on nous promettait : un véhicule, la possibilité de proposer des personnages pour Mario Kart ainsi que mille EV de récompense, plus deux cent EV à chaque membre de l'équipe pour l'embauche. Embaucher à quoi ? Et bien à jouer les barbouzes. Car Nintendo avait eu vent de rumeur comme quoi Microsoft et Sony auraient payé des équipes pour participer la compétition ; et si une d'entre-elles réussissaient le tournoi, elles proposeraient des personnages pourris qui permettraient de détruire le prochain jeu. Notre but était le suivant : soit remporter la course, soit démasquer les concurrents de la firme japonaise afin qu'ils ne puissent pas détruire le jeu dans l'œuf. La paie était assez bonne pour que j'accepte en faisant un signe du pouce à Jacob. Nous étions dans la course. L'ingénieur avait ajouté aussi :


« Sinon, vous faîtes quel poids ?
_ Pardon ?
_ Léger, moyen, gros ? C'est important, nous allons vous fournir un kart de très bonne qualité mais le poids est devenu primordial dans les jeux actuels, ce qui se fait directement ressentir dans les compétitions oniriques de maintenant.
_ Vous faîtes combien, vous ?
_ Je dirais moyen.
_ Et bien nous aussi.
_ C'est parfait. Nous effectuerons nous-mêmes tous vos tests pour le kart. Voici une vidéo qui vous expliquera les règles. »


Puis le brave gars était parti. Pendant la semaine qui suivit, on nous invita à essayer notre véhicule sur un circuit d'essai. On passa ensuite à un garage pour la personnaliser (avec un gros PJ marqué sur le capot). Nintendo appela elle-même un employé dans le monde réel pour nous fournir les différents jeux à moi et à Jacob afin qu'on les potasse ensemble pour nous entraîner durant nos journées. C'était totalement ridicule et j'avais l'impression d'être la victime d'un show télévisé. Enfin, jusqu'à ce que je sois dans cet immense hangar et que la pression montait comme tendue sur un ressort qui n'avait été que trop replié sur lui-même. Je regardai une nouvelle fois l'horloge, qui annonçait seconde par seconde l'approche de l'heure H. Mon estomac réussit à se serrer un peu plus, tandis que je tentais d'évacuer le stress en secouant mes poignets. J'avais une soudaine envie d'aller au cabinet.

Pour les courses, Jacob et moi avions décidés d'un commun d'accord d'en faire une chacun. Nous n'étions pas experts de toutes façons, et nous serions prêts à échanger nos places si on en avait besoin. On déciderait qui conduirait en finales après avoir testé en circuit réel nos compétences. Je me mis à faire les cent pas autour de la table en bois en attendant et en redoutant le terrible appel fatidique. Comme à mon habitude, j'avais décidé de m'occuper de la première course. Le problème, c'était que si j'arrivais dernier, je prenais directement une élimination qui m'éloignerait de la compétition. De trac, je me mis à frotter à l'endroit du tatouage qu'on m'avait implanté qui me permettrait de rejoindre les circuits chaque nuit. J'étais bien trop stressé pour m'occuper de la mission principale qu'on nous avait confié. Je m'en occuperais dès que je serais sûr que je ne partirais pas dans une course mortelle. J'avais compris en jouant aux jeux vidéo à quel point un circuit était mortellement délirant. J'avais peur de me retrouver sur le terrain, alors qu'on m'envoyait des carapaces, des bombes, des bananes, ou si je tombais dans le vide comme le plus idiot des crétins. J'allais commencer par la course champignon, la plus simple à ce qu'il paraissait. Oh, bordel de bordel de bordel de bordel...


« TOUS LES CONCURRENTS DOIVENT REJOINDRE LEUR VEHICULE AU DEPART !!! JE REPETE, TOUS LES CONCURRENTS DOIVENT REJOINDRE LEUR VEHICULE AU DEPART !!! LA COURSE VA COMMENCER DANS DIX MINUTES !!! »

Le haut-parleur avait parlé... Let's go... Le trac n'allait disparaître que lorsque le coup de sifflet sera lancé. Je m'emparai de mes gants, les enfilai maladroitement avant de mettre mes goggles en place. Voyons voir si l'implacable Ed Free saurait aussi bien dompter le bitume que ses adversaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 1 : Champiland Sam 13 Oct 2012 - 1:12
*L’avantage de la bulle, s’il y en a bien un, c’est d’échapper à toutes ces inepties crevantes que peuvent raconter les gens. J’ai toujours détesté me retrouver dans un stade ou dans une manif, trop de monde, trop de bruit, on est obligé de gueuler pour s’entendre. Et là, je suis pénard au milieu des gradins et… j’entends rien. J’entends le public hurler. Je vois la gueule de Mario et Luigi sur l’écran. Mais, ma bulle soit bénie, je n’entends pas les conneries qu’ils disent. Je n’entends pas la foule en délire et, surtout, je n’entends pas ce que dit mon voisin de droite, l’inimitable Fino. Ed, qu’il vient de quitter pour me rejoindre, dit qu’il vaut mieux pas entendre. Je le crois sur parole. D’un autre côté, voir un bébé phoque s’agiter sur son siège à côté de moi, c’est assez drôle. Un sacré personnage ce Fino. Du genre à marquer les esprits. En fait, à côté de lui, l’intouchable passe presque inaperçu. Et je suis particulièrement content que ce soit le cas. Non pas que j’espère être discret, après tout, je porte la combinaison Private Jokes aussi, même si je ne piloterais qu’à la prochaine course. Non, ça me permet simplement de ne pas subir les regards de tout le monde. Je crois que les paroles colorées de mon compagnons les attirent comme un aimant.

Oui, nous sommes dans les gradins et c’est moi qui ait insisté pour pouvoir assister au départ d’ici. Ensuite, direction le garage, pour remplir notre rôle de mécano pendant la course… Même si je vois mal Ed s’arrêter à un moment ou à un autre. Au pire, il pédalerait. Nous ne sommes pas là pour ça en fait. Les mécanos vont peut-être servir aux autres équipes, pas à la nôtre. Et la première raison c’est qu’aucun de nous trois n’a la moindre notion en mécanique. Je veux dire j’ai le permis dans la vie réelle, je sais conduire mais… Mais faut pas rêver. Réparer une bagnole, c’est une autre affaire. J’ai un problème, j’appelle le dépanneur. Comme tout le monde. Je voulais voir le départ d’ici. En bas, on voit pas grand chose. Et je voulais voir qui nous affrontons réellement. Les noms sur la liste ne nous disaient rien. Du moins pas tous. Et puis, je préfère mettre une gueule sur les noms en question. Participer à la course, faire comme si nous n’étions que des participants ordinaires… J’ai comme l’impression que ce plan est surtout là pour nous faire tenter de gagner la course. Mais je ne crois pas que ce soit une mauvaise idée non plus. Déjà, faut pas déconner, moi aussi je suis un mec et j’aime comparer la taille de ma bite avec les seize débiles d’en face. Ensuite, la façon dont on agira sur le terrain nous permettra de voir comment les autres réagissent. Si on gagnait par exemple, on verrait tout de suite quelle équipe serait capable de nous éliminer par des moyens détournés. Et puis, ça nous donne une putain d’excuse pour être dans les coulisses du show et se montrer un peu curieux à propos des autres : héhé, si on pose des question, tout le monde pensera qu’on voudra trouver le moyen de gagner la course sur le plan mécanique. On ne nous soupçonnera pas de travailler pour Sony… euh, Nintendo. Putain, on dirait que le briefing de Nicolas sur les différentes consoles et les parts de marchées détenues par chacun n’a pas suffit.

Ok, révisons. Nintendo, c’est la gentil de l’affaire, ceux qui sortent le prochain jeu. Ceux qui nous ont recruté. Sony, c’est Playstation. C’est les mauvais. À voir ce qu’ils nous ont envoyé. Quelle connerie aussi d’avoir ouvert les inscription à absolument tout le monde. Il y avait aussi Sega dans le temps. Euh, on sait pas s’ils voudront se venger de leur déchéance. Peut-être bien. Se méfier, encore une fois. Et puis… Et puis, il y a Microsoft bien entendu ! Les amerloques. Toujours les amerloques. Qui viennent envahir le marché et font concurrence aux Japonais, les salauds ! Bref. Donc, on récapitule : il faut trouver quelles équipes ont été envoyées par Sony, Microsoft et peut-être Sega pour saboter la course. Ils ont sûrement choisis de bons éléments. Le problème, c’est qu’à Dreamland… Impossible de vraiment savoir qui a été payé par qui. On ne peut pas suivre l’historique des comptes en banque d’EV. Dreamland est un gigantesque paradis fiscal. Personnellement, je pense qu’ils ont envoyé des voyageurs. Des rêveurs, c’est impossible. Des créatures des rêves, c’est un peu trop risqué, ils ne sont pas aussi fiables que lorsque l’on peut les tenir par les couilles dans la vie réelle aussi. Ce doit donc être des voyageurs et des bons j’imagine, pas des petites taffiotes… Comme Ed et moi par exemple. Et inutile d’espérer qu’ils arriveront en clamant haut et fort aux organisateurs pour qui ils travaillent vraiment. Mais peut-être dans leur garage, je trouverai quelque chose d’utile, en fouinant… Ah ! Les voilà !

Ça va donc commencer. Il était temps, je commençais à m’impatienter. Et les gesticulations haineuses de Fino ne sont plus aussi amusantes au bout d’un moment. Voyons voir donc à qui nous devront faire face et qui nous devront éliminer au fur et à mesure. Et surtout, voyons voir leurs… OOOOH MEEERDE !*
Inutile de le nier, tout le monde connaît le conducteur du premier Kart à s’avancer : le Major John McKanth. Qu’il se retrouve en tête de course dès la première course paraît parfaitement normal, il a sûrement menacer les organisateurs de faire péter les gradins si ce n’était pas le cas… *Ou on l’a simplement pensé.* Le Major s’avance dans un kart qui lui ressemble, puisque telle est la règle dans le jeu vidéo. Et pour le coup, ce n’est pas n’importe quelle genre de kart, il s’agit du seul qui puisse être digne du dégénéré qui le conduit : un char d’assaut une place. Le bonhomme est énorme, le véhicule est énorme. Il salue la foule avec son grand sourire satisfait. Seulement, surprise, l’homme a quitté la tenue militaire pour arborer un T-Shirt noir beaucoup plus ordinaire. Détail, le T-shirt comporte une belle inscription qui s’affiche sur l’écran géant en face des gradins : « Microsoft® ». *Mais, c’est pas possible ! Non ! Mais… Crétin ! On est à Dreamland, OK. On va participer à l’un des plus grand délire du jeu vidéo, OK. Mais… con à ce point là ? Non, c’est pas possible ! Il ne peut pas avoir été recruté par la marque. C’est… Ce serait… Trop… Ah ! S’afficher comme ça, non, c’est un putain de leurre, j’en suis certain. Personne n’oserait dévoiler son jeu directement. Il y a sûrement une autre équipe, quelque part… À moins que… Après tout, si on envoyait une équipe composée du Major McKanth, pourquoi s’embarrasser du secret. D’une manière ou d’une autre, il est notre ennemi dans cette affaire et je dois avouer que… ça commence très très mal cette course.*

Les autres concurrents s’avancent. À leur tour. Derrière le Major, on trouve une Delorean grise, remasterisée en kart, avec de beaux propulseurs rajoutés à l’arrière. *Comment ne pas apprécier le clin d’œil ? J’aime beaucoup le film alors. N’empêche, quand on voit le véhicule à côté de celui du « lourd » de la compagnie Panda…* Le troisième concurrent s’avère rouler en limousine, vitres teintées et un le petit ange de Rolls Royce à l’avant. C’est une petite limousine, un kart en forme allongée de limousine en réalité. Le pilote est assis sur la place arrière et son buste apparaît par l’ouverture qu’on trouve ordinairement sur le toit des limousines ordinaires. Le conducteur, dans un beau costard, salue la foule en souriant, on lui donne quelques applaudissements polis, mais sans plus, on ne sait pas trop de qui il s’agit. *En réalité, je doute même que tous les non français puissent le reconnaître. Son nom a fait scandale chez nous et pas chez les autres. Jérôme Kerviel ? Un voyageur ? Je ne m’en serait pas douté. Mais Ed m’avait prévenu qu’on trouvait quelques célébrités dans le lot. Pourquoi pas l’escrocs qui a volé 5 milliards à la Société Générale ? S’il est voyageur, ça veut dire que c’est plus un roublard que ses avocats ne veulent bien l’admettre. Je vais garder un œil sur cette équipe.* La suivante s’avance aussi fièrement qu’elle le peut : une toute petite voiture qu’on aurait oublié si l’écran géant ne nous avait pas rappelé sa présence. Une voiture comme celles, téléguidées, avec lesquelles jouent les enfants. Dans la voiture, ranger de l’espace fait de grands sourires à un endroit particulier de la foule en délire : sur un seul siège une vingtaine d’autres jouets les acclament. *Créatures des rêves. Hollywood Dream Boulevard ou un monde de jouets pour enfants. Inutile de s’inquiéter. Ils ne font pas partie de ma liste de suspects, du moins par pour l’instant. On verra s’ils ont tendance à gagner un peu trop de courses.* Le kart qui manque de rouler sur la petite voiture, n’est pas un kart ordinaire non plus. Il a les courbes d’un vaisseau spatial décapoté et mis sur roues. Au volant de l’engin, Han Solo avec des oreilles pointues. *Créatures des rêves encore. Un truc que je me demande. Si nous sommes dans un rêve… Qui rêve que les prochains personnages de Mario Kart soient issus de l’univers de Star Wars ? Qui a aussi peu de logique que… Oh…* Le véhicule suivant est une réplique de cadiac, avec un type à lunettes noires dedans, dont la coupe ne laisse planer aucun doute sur l’influence des années 70. Le type est brun. *Bien, les gens ont des rêves bizarres, c’est à eux de voir. Je vais me contenter de dire qu’il s’agit de créatures des rêves, pas ma première option.*

Mais la présence suivante change la donne. Le kart est finalement assez ordinaire comparé aux autres, si ce n’est qu’il porte les couleurs d’un petit dragon violet bien connu et qu’il est piloté par un petit mage enchapeauté dont on ne voit que les yeux briller. Le format est évidemment léger. *Soit certaines personnes n’ont aucun sens de l’humour, soit je viens de trouver une autre équipe merveilleusement suspecte. Le dragon représenté sur le kart, c’est Spyro. Je m’en souviendrais toujours, c’est le premier jeu vidéo que j’ai découvert. D’ailleurs, c’est l’un des rares auquel j’ai joué. Le pilote, inutile de dire que je le connais aussi, pour avoir vu et revu les cinématiques du jeu. Bibi, le mage noir de FF9. Tout ça pue le Sony à plein nez. Oui, je me souviens de ces personnages. Je sais sur quelles consoles ils sont apparus. Je ne soupçonnerais pas qu’ils utiliseraient de tels éléments. Mais après tout, les créatures des rêves issues des films ou des jeux vidéos sont redevables aux sociétés humaines qui leur ont permis d’exister dans ce monde. Les créatures des rêves ne sont pas aussi innocentes que je ne le pensais. Ça complique les choses…* Un autre kart, sans inscription particulière que « GREASE LIGHTNING » et des couleurs criardes s’avance. Le type qui le conduit est un parfait inconnu, mais il salue la foule frénétiquement, excité comme une puce. *Un voyageur. Déjà, c’est suspect. Aucune indication d’appartenance à un camp ou à un autre. Il n’a pas l’air fourbe, il a l’air un peu couillon d’ailleurs à saluer comme ça. Suspect numéro 1 pour moi.* Entre pour se mettre en position sur la ligne d’arrivée le prochain concurrent, qui se fait remarquer par l’originalité de son kart : il s’agit d’un traîneau, tiré par cinq loups cauchemars qui menacent les autres participants de leurs crocs. Jacob écarquille les yeux en reconnaissant le pilote dans son beau manteau de fourrure. *Oh, non ! Pas lui ! Fais chier ! Comment se fait-il que je ne me souvienne pas d’avoir vu son nom sur la liste ? Ça aurait dû me sauter aux yeux… Bon, d’accord, quand on m’a tendu la liste, j’ai jeté un œil aux trois premiers noms, qui ne me disaient rien et j’ai décidé d’abandonner, parce que j’étais pas d’humeur. Mais merde ! Quand même ! Dorian Gray. Ça faisait trop longtemps qu’on ne l’avait pas vu pour que ce soit vrai. Je l’avais presque oublié. Pourtant, il nous avait bien promis une vengeance. Merde, je suis sûr qu’il ne s’est inscrit que pour nous faire chier. D’autant qu’il a conservé ses loups pendant tout ce temps. J’avais oublié que le hasard ne pouvait pas vraiment nous aider sur ce coup là : monsieur ne peut pas crever, il finit toujours par réapparaître. Crevard. Je t’aurais. Si tu me fais chier sur ce coup là, je te jure que je vais te lacérer la gueule… Et tu n’as pas intérêt à travailler pour les compagnies concurrentes. Raaah, je commence à avoir une liste de suspects un peu trop longue. L’enquête risque bien de ne pas être faci… Oh, merde. Encore des Panda-Microsoft.*

C’est à présent l’Adjudant Perkinson qui entre sur la piste et fixe la route d’un air de vouloir la bouffer, une tasse de café encore fumante à la main. *Au moins, son kart ne ressemble pas à une tasse de Nespresso. C’est un kart avec un design un peu militaire, c’est clair, mais bon, au moins c’est un kart, pas un tank. Et puis, ces T-shirt. Encore marqué « Microsoft » en gros dessus. Ils espèrent bluffer qui ? Bon, celui-là est timbré, mais je crois sincèrement qu’on a moins à craindre de sa présence que de celle du bulldozer qui lui sert de supérieur hiérarchiqu QUOI, QUI PARLE DE MOI ? Non, je parlais du général ! Ah… C’est vrai qu’il a bu tout le doseur tout à l’heure. Mais c’est pas une raison pour critiquer le commandant de la Compagnie soldat, la prochaine fois que je t’y prends, je t’envoie en corvée de récurage de chiottes à la brosse à dent matelot ! Allez, fin de transmission !**Merde, putain ! Il peut lire dans les pensées ce con ? … Non, c’est bon, il lit plus. C’est quoi, une radio intégré dans sa tête, un peu comme les micros de Ann ? Bordel, je crois que j’ai jamais eu aussi peur… Il a même pas ouvert la bouche ! Ah, pourquoi on s’est embarqué contre lui… J’aurais vraiment dû lire plus attentivement cette saloperie de liste…* Un homme chauve avec des épaules plus larges qu’une planche de surf conduit la voiture suivante, qui ressemble à un véhicule customisé, affichant une boîte de vitesse à 50 chiffres. *Mmh, encore une créature des rêves. Mais bon, eux au moins on l’air de venir pour participer à une course un peu dangereuse et déjantée. Je crois qu’ils sont les plus normaux du lot jusqu’à présent.* Un kart ressemblant à une voiture coupé sport, pilotée par un bonhomme en costar cravate occupe la place suivante. *C’est la douzième équipe à entrer en piste. Encore une créature des rêves. Sa tête me dit quelque chose. La voiture est belle. J’aimerais bien conduire un truc du même style plus tard. Notre kart n’est pas aussi beau en fait. M’enfin, à part le costar, ce type à l’air clean. Quoi que, avec la limousine de Kerviel, ils forment peut-être un gang de costars…* Le kart suivant est un kart des plus ordinaire, le problème tient plutôt au pilote, un homme, grand robuste et masqué à la manière d’un ninja. *Louche, très louche, même beaucoup trop louche. Voyageur ? Créature des rêves ? Impossible de savoir. Et ce kart. Il est trop normal. À Mario Kart, c’est bizarre un kart qui ressemble à un kart. Surtout que là, il n’y a pas vraiment de signe distinctif, l’est juste noir quoi… Merde, ok, c’est décidé, il faut que j’essaie de savoir qui est ce type. Peu importe qui arrivera après. En plus, je veux pas dire, mais il a la place numéro 13, appelez-moi superstitieux mais bon…

Ah, tient, j’aurais du m’en douter…*
Le kart suivant est piloté par une créature des rêves qui porte des lunettes étranges sur les yeux : une espèce d’armature jaune avec un simple trait rouge en guise de verres. *Cyclope. Le X-men. Encore une fois, qui rève de ça. Mais en même temps, lorsque l’on rêve d’une course Mario Kart, pourquoi ne pas y mêler d’autres univers plus ou moins connus. Après tout, c’est un jeu vidéo suffisamment déjanté pour cela. Mais bon. Bref, je ne m’inquiète pas trop avec cette équipe. S’ils posent problème par la suite, on verra. Oh, oh ! Ça ne s’annonce pas très bien…* Le concurrent suivant est une créature directement issue de l’univers du jeu vidéo : il s’agit du célèbre Sonic. *Naturellement. Une créature de… Sega ! Voilà le nom. L’entreprise est morte, mais il fallait s’attendre à une tentative de vengeance quelque part. Bon, je crois que Ed l’aura vu et qu’il fera ce qu’il faut pour essayer d’éliminer ces deux équipes issue des personnages servant les compagnies concurrentes. Pendant ce temps-là, j’essaierai de faire mon enquête pour voir s’il n’y a pas d’autres équipes impliquées… Et accessoirement si la Compagnie Panda travaille réellement pour microsoft ou si elle ne fait pas juste écran pour protéger les véritables agents de l’entreprise.* La voiture qui suit se présente comme un kart ordinaire, si ce n’est qu’il semble présenter, sur chacun de ses flancs, une enceinte d’une puissance acceptable. Le pilote, un voyageur affichant des muscles incroyables, un débardeur noir et un tatouage sur l’épaule, a le visage carré du type qui a déjà écrasé des crânes avec sa mâchoire. Sur le véhicule, on peut lire les lettres M, K et R, ce qui semble être les initiale de l’équipe à laquelle il appartient. *Mmh. Voyageur. Robuste. Mais pas aussi voyant que le Major ou d’autres. Plus subtil et en même temps, plus puissant que l’autre crétin qui saluait la foule tout à l’heure… Putain, heureusement qu’il y a dix courses, sinon, on aurait jamais le temps de faire l’enquête nécessaire. Trop de suspects, trop de possibilités, probablement trop d’ennemis aussi…

Ah voilà Ed, dans notre kart. Je l’aime bien ce kart. Il a une bonne tête. Il ressemble à un véritable kart au moins, et puis, avec PJ marqué dessus, je dois dire qu’il a la classe. J’en suis assez fier. Par contre, le crétin blond derrière ses verres noirs, je lui fais moins confiance. J’ai un peu l’impression d’être Q donnant une voiture à 007 : c’est mon jouet favori, mais je sais que je ne vais pas le revoir. Ah, vraiment, j’espère qu’il va faire honneur à l’engin qu’il a entre les mains. Il a intérêt. Notre plan, c’est aussi d’aller jusqu’en finale, de pas se faire éliminer avant… Voilà, toutes les voitures sont en place. Il est temps de commencer la course. Tient, où est passé Fino ? Je ne l’ai même pas vu partir. Il a dû faire un commentaire pour me signaler qu’il se tirait mais… Ça n’a pas d’importance, je vais commencer mon enquête dans les coulisses à présent.*
Au moment où Jacob se lève, le départ est donné. Toute la foule se met debout et hurle des encouragements alors que les karts se mettent à filer sans retenue sur la première ligne droite, faisant trembler tous les gradins sous les hourras, même la bulle de l’intouchable lui transmet les frissons qui traversent la structure. *C’est parti. Bonne chance Ed.*

NUMÉRO NOM DE L'ÉQUIPE PREMIER PILOTE SECOND PILOTE MÉCANICIEN
1 Compagnie Panda Major Major McKanth Sergent Johnny Général Panda
2 Delorean Marty McFly Doc' /
3 Wall Street Influence Jérôme Kerviel Bernard Madoff ???
4 Toy Story Buzz l'éclair Woody Monsieur Patate
5 May the Force be with you Han Solo Darth Vader R2D2
6 S&H Starsky Hutch /
7 Black Magic Dragon Bibi Spyro /
8 Grease Lightning Leo Flaretty Dutch Maltraan /
9 Immortal Dorian Gray Crétin de substitution numéro 1 /
10 Compagnie Panda Adjudant Adjudant Perkinson Caporal Kelly Lieutenant Sam
11 Fast&Furious Dominic Toretto Brian O'Connor /
12 MI6 James Some Girl Q
13 ??? Voyageur Masqué ??? ???
14 X-Men Cyclope Magneto Professeur X
15 Sega Sonic Tails /
16 MKR Lucas Forte Jack Billions /
17 Private Jokes Ed Free Jacob Hume Fino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 26

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 1 : Champiland Jeu 25 Oct 2012 - 23:26
Des dizaines et des dizaines de Toads s’affairaient pour amener les véhicules de chaque participant sur la ligne de départ selon la position prévue. Ils furent deux à s’installer sur notre superbe kart aux couleurs de notre Royaume pour démarrer l’engin et se diriger doucement, dans cet immense hangar peuplé de pilotes, de mécaniciens, de journalistes et de badauds inutiles, vers l’extérieur. Fino et Jacob étaient partis s’installer dans les gradins, me laissant seul avec moi-même et ma tenue de pilote que j’avais déjà à moitié mise. Tout seul dans ma petite partie de terrain, le kart ayant même disparu. Je devrais me diriger vers la sortie et me rendre sur la course, mais un truc gigantesque me paralysait les jambes ; v’là que je voulais volontiers me fritter contre les grands de ce monde onirique pour la bonne cause, et maintenant, mes jambes tremblaient de se rendre sur une piste de kart. Elles étaient toutes simplement incohérentes.

Un second appel au micro aida la partie courageuse de mon être à reprendre le contrôle de mon cerveau à ma partie moins digne d’éloges, et je sortais de notre espace personnel pour chercher la grande porte extérieure. J’étais le premier à conduire sur le bitume, j’avais réussi ça à soutirer à mon compagnon de toujours, Jacob. Lui par contre, allait commencer les enquêtes de son côté. Si je voulais être le premier à tester le kart et la piste, c’était par pur égoïsme qui m’empêchait de faire confiance à n’importe qui d’autre qu’à moi-même. Par contre, la confiance en question était entièrement dirigée au niveau de Mr. Bulle en ce qui concernait la cuisson de neurones et les nombreuses pistes à choisir et à éliminer. Les enquêtes, j’aimais pas ça. A la fin, y avait toujours un connard plus fort que vous, et rare étaient les gens plus forts que Jacob, ou tout du moins, qui pouvaient le battre. J’espérais qu’il allait identifier à vitesse éclair les concurrents pour que je n’ai pas à m’en faire... Et merde... Le trac, ce foutu trac. Mon esprit de compétition nocturne souhaitait toujours écraser les autres sans ménagement, mais devant une épreuve aussi terrifiante qu’une simple course de kart, je perdais tous mes moyens. En même temps, ce n’était pas l’épreuve en elle-même qui était terrifiante, mais les participants. J’avais parfaitement vu qu’il y avait le Major dans le lot et je ne voulais pas, mais alors vraiment pas, me retrouver kart contre kart avec lui. Il avait assez de puissance pour m’envoyer dans un ravin avec un simple coup de coude, en détruisant la moitié du kart au passage.

Tous les pilotes se trouvèrent en ligne, presque à l’extérieur de l’immense salle bétonnée aménagée pour l’occasion. Papy Champi était en train de vérifier que tout le monde était présent. Il m’indiqua la place que je devrais prendre dans la file : à l’extrémité gauche pour lui. J’étais à-côté d’un autre Voyageur à l’air plutôt baraqué. Il avait une gueule bien carrée, et ses bras semblaient être les colonnes grecques qui manquaient à quelque antique chantier. Ses cheveux noirs étaient longs, et sa barbe commençait à repousser après un franc coup de rasoir. Son débardeur laissait apprécier la forme de ses pectoraux bien développés. Il était tranquillement en train de tenir entre ses deux lèvres minces un brin d’épi arraché je ne sais où. Il regardait droit devant lui comme s’il pouvait déjà apercevoir le panneau d’arrivée de la fin. Le gars s’appelait Lucas Forte, de l’équipe MKR, répondait ainsi le papy avec sa liste qu’il établissait à haute voix avant de cocher des cases quand il nous identifiait. Il termina par me citer, de l’équipe des Private Jokes. Je me gargarisai quand j’entendais le nom de notre célèbre équipe ; on pouvait être fier de n’importe quoi. Je jetai un dernier coup d’œil alors que Papy Champi nous expliquait les dernières règles. A part de nombreuses têtes connues, d’autres étaient déjà inconnues, et d’autres encore étaient tellement pas connues qu’ils ne voulaient pas l’être plus (je pensais notamment à l’encapuchonné de solide stature). C’était dingue le nombre de gens terrifiants : j’avais plutôt l’impression de rentrer dans une arène de Brawl que dans un Mario Kart. Je vis en dernier, à l’autre bout de la ligne, le Major qui se tenait droit comme si le Président lui-même lui faisait un discours. Ah oui, le discours. C’était intéressant de l’écouter...


« … frapper les autres. Quelques courses auront des règles spécifiques, mais nous y viendrons quand le moment sera venu. Tous vos pouvoirs vous ont été supprimés, mais ça, vous le savez. Vous les gagnerez quand vous ne courrez pas ; tout a été prévu avec les services techniques selon le tableau des courses que vous avez rempli. » Ah ouais, ce tableau. Jacob et moi avions décidés de conduire l’un après l’autre. En espérant que notre niveau était à peu près équivalent. « Ces pouvoirs, vous pourrez les regagner pour un temps si vous tombez sur les bons blocs d’objet. Même un peu améliorés, nous vous avons proposé quelques surprises. Vous avez des questions ? » Il se rabroua la gorge, certain que le silence ne serait pas interrompu. Mais c’était sans compter le Major qui fit un signe militaire avec une déférence que je ne lui connaissais pas (et avec une brutalité qui ne m’était pas inconnue : la tranche de sa main frappa si violemment son front qu’on put entendre le bruit jusqu’à moi) :

« Commandant ! Où sont les ennemis ?!
_ Les ennem... ? Euh, vos adversaires ? Ils sont juste à-côté de vous. »
Un frisson dû à un instinct de survie traversa le corps de tous les membres quand ils entendirent la réponse qu’avait donné Papy Champi, qui ne devait pas assez bien connaître le Major. Celui-ci ne tira pas tout de suite dans le tas mais il se gratta la tête :
« C’est une formation très spéciale, commandant ! Je préfère quand on est l’un en face des autres !
_ Le but est de battre ses adversaires sur la course. Voir qui est le meilleur, non pas en combat, mais le plus rapide sur un kart.
_ C’est pas du combat, Commandant ?
_ Non.
_ Mais on peut frapper les autres ?
_ Oui, vous pouvez.
_ Donc c’est du combat ! »
, conclut le Major, très content de sa réflexion sophiste primaire.

Papy Champi ne put pas continuer à affronter plus longtemps la logique du Major qu’un petit bruit venant de son oreillette grésilla quelques secondes. Il soupira et nous dit que c’était bon. Le trac revint ; ce n’était pas d’avoir vu le Major au meilleur de sa forme qui allait m’en débarrasser. Quoique si on lui en laissait le temps, si, il y parviendrait. Définitivement. Mais pour le moment, j’avais la boule au ventre (une bonne boule de pétanque enduite de beurre dégueulasse), et une sacrée envie de pisser. C’était qu’une course de kart, oui... Mais bon, rajoutez un tracé rempli de pièges mortels, des objets à foison contenus dans des blocs multicolores faisant étrangement penser à un design pour gay, et des adversaires qui avaient sacrément la niaque. J’aurais aussi pu terminer avec la mission à haute responsabilité qu’on nous avait donnés, mais je n’avais pas la tête à y réfléchir. J’allais tenter de survivre, et si j’y parvenais, j’allais tenter de me hisser dans les quinze premiers. Après, on verrait. Plus de dix-sept équipes... le truc de dingue. Ça allait être route comble. J’imaginais déjà la gueule que le départ allait prendre : dix-sept combattants qui allaient ouvrir le feu en même temps. Et j’allais être en plein milieu de cet immense bordel. Mais il fallait y aller. Les dix-sept pilotes s’avancèrent en même temps sous un soleil aveuglant après le signal de Papy Champi.


« Médamés, Messieurs ! VOUACI NOS CHAMPIONNNNNNEEES !!! »



Un tonnerre d’applaudissement survint des gradins, des olas gigantesques, des cris délirants venant de centaines de peuples de Dreamland différents. J’étais replongé dans l’arène, dans le football américain... Tout le monde put voir en même temps les dix-sept silhouettes qui sortaient de l’immense bâtiment gris.

Je mis mon gant gauche portant l’inscription PJ dessus.
Doc’ lâcha un « Tonnerre de Zeus » avec un sourire de scientifique fou.
Starsky se coiffa les cheveux.
Bibi recadra son chapeau sur la tête.
Dominic fit craquer sa nuque.
Lucas embrassa une photo sortie de sa poche.
James Bond enleva les mains de ses poches.
L’Adjudant de la Compagnie Panda semblait atteint d’un nouveau degré du syndrome de Perkinson.
L’encapuchonné avança d’un pas plus rapide.
Jérôme Kerviel sortit un sourire carnassier.
Han Solo réajusta sa veste noire.
Dorian Gray remonta la fermeture éclair d’une simili veste polaire.
Sonic réajusta ses crampons.
Dutch semblait se remémorer le fonctionnement du véhicule en agitant les lèvres.
Buzz ferma son casque.
Cyclope vissa bien la fermeture de ses lunettes.
Le Major regarda tous ses adversaires comme s’il voulait les manger avec hargne.
Je plaçai mes googles de pilote devant mes yeux.
James envoya un baiser à toutes ses Jambes Bond Girl dans les gradins.
Buzz envoya un dernier message à Star Command.
Dutch prit un air hyper sérieux et fixa son véhicule.
Bibi rehaussa le col qui cachait en partie son visage brumeux.
Cyclope mit son haut dans le pantalon pour ne pas être gêné.
Starsky leva ses mains en signe de V à l’attention du public.
Dominic fit ensuite craquer ses jointures dans une mélodie inquiétante.
Dorian Gray m’envoya un regard menaçant.
L’Adjudant laissa échapper un ricanement de hyène dégénérée.
Le Major McKanth se trompa de direction.
Lucas enfila un casque de protection.
Sonic caressa du doigt un anneau porte-bonheur avant de le remettre dans sa poche.
Jérôme fit un signe de tête à quelqu’un dans les gradins avant de mettre ses gants.
Doc’ fut très intrigué par l’Adjudant.
Han Solo appuya sur une petite machine et son kart répondit en levant une petite portière.
L’encapuchonné frôla son véhicule des doigts.
Je m’installai dans le mien.
Dorian se plaça sur son traîneau et sortit son fouet.
Cyclope se cala confortablement dans son siège.
Buzz encouragea Karty d’une petite tape.
Jérôme rehaussa les rétroviseurs.
Starsky mit sa ceinture.
Dutch alluma le moteur.
Doc pianota sur quelques boutons.
Le Major descendit dans son tank avec la tête qui dépassait.
Lucas testa les pédales et le volant.
Sonic fit hurler son moteur par à coups.
James vérifia que ses gadgets étaient bien là.
Han demanda un check dans un micro maintenu par un casque.
L’Adjudant allumait et éteignait son moteur successivement.
Dominic jouait avec la boîte de vitesse.
L’encapuchonné fit craquer ses jointures.
Bibi fixa la route devant lui avec ses yeux jaunes.
Je grimaçai.

Le public était déjà en extase ; de ce côté-ci et ce côté-là, d’immenses panneaux étaient soulevés par des grues ou plaquées contre des murs pour que les spectateurs puissent suivre la course même quand on ne serait pas devant eux. Je pouvais me voir regarder le panneau quand je levai les yeux, un peu étriqué dans mon kart. Je me demandais s’il serait rapide ou pas. Je m’étais souvenu qu’ils avaient été homologués pour pouvoir participer à des courses de trois champignons et des modes miroir, mais je n’avais strictement rien compris à ce que c’était censé vouloir signifier. Mario et Luigi, dans une tribune, prirent le flambeau de l’excitation générale peu retombée pour annoncer la course.


« La coursé va bièntot commehncé ! Qué tous lé participantés sé tiénnent prét ! Dès qué lé fo passé ô vért, foncez en réspéctant les régles ! Vous avez troas tours à boucler ! Qué lé meyor gagne ! Et qué lés pérdants dégagent !!! » Leur cris étaient soulignés par les bruits délirants des moteurs de kart.

Chacun retint sa respiration alors que le feu devant nous, maintenu par deux barres blanches plantées de chaque côté de la route, affichait un rond rouge. Je remarquai mille et un détails tandis qu’on attendait que la petite pomme descende à deux reprises avant d’afficher le départ de la course... De multiples détails... Comme le fait qu’on était bien à Champiland, toute une symbolique avec l’univers dont nous étions tirés. Comme le fait aussi que j’étais le dernier placé, ce qui n’augurait rien de bon mais me promettait au moins d’avoir une excuse à saisir. Ou que le kart semblait aussi sophistiqué qu’un bout de carton. Il avait été conçu par Nintendo donc je n’avais pas à m’en faire, mais tout de même. La Delorean, la limousine ou le tank du Major semblaient bien plus... dans le coup. Le bruit de mon moteur sonnait cependant fluide ; pas besoin de jeter un œil aux alentours qu’aucun véhicule ne ressemblait sérieusement à un kart. Seul celui des PJ avait fait l’erreur de garder la forme du véhicule d’origine, ce qui ne semblait pas être une gageure de victoire. Même Dorian Gray n’avait pas fait l’effort d’avoir un véhicule motorisé, vu qu’il était monté sur traîneau tiré par des Loups Cauchemars. Ce mec était véritablement un blaireau. Un blaireau immortel, ce qui était pire.

Je remarquai d’autres détails, tout autour de nous. Si de nombreux champignons avaient été abattus, les premiers gros spécimens bordaient cependant la route dès les premiers mètres. De couleur automnale en majorité, ils promettaient de belles gamelles dans leur pied. Autour de nous, il y avait trois sortes de spectateurs : ceux qui étaient sur le sol, debout, collés au grillage comme des fans hystériques, les autres, en majorité, qui se trouvaient sur des gradins disposés à l’occasion aux couleurs du Royaume et de la compétition, et enfin les invités d’honneur, regroupant aussi bien ceux qui avaient gagné des tickets golds et les principaux organisateurs du tournoi dans une luxueuse tribune. Trois Voyageurs asiatiques étaient d’ailleurs posés dessus ; étaient-ils en train de chercher les émissaires concurrents à cet instant précis ? Je cherchai Jacob du regard, mais je ne le trouvai pas. Je cherchai Fino du regard, mais fallait avouer que si j’avais pas réussi à trouver un gars avec des cheveux violets, je pouvais laisser tomber pour un bébé phoque blanc. Je voulus continuer mes recherches afin de m’assurer un soutien moral et visuel, mais un bruit sonore indiqua que le feu s’activait.

Première pomme rouge, tout en haut, et le public se calma. En réponse, tous les pilotes se concentrèrent. Je savais qu’il était possible de faire un départ turbo, par la magie onirique plus que mécanique. J’écrasai la pédale d’accélérateur alors que le second feu brilla au milieu de la lucarne. Je déglutis, je regardai mes adversaires, et me re-concentrai sur le dernier feu rouge. Une dernière respiration avant d’être entraîné. Mon moteur mugissait comme un fauve avec le soutien de mon pied. Départ turbo, hein ?


« PAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARTEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEZ!!!!!!!!! »

Tout les engins furent comme expulsés en même temps dans des explosions d’étincelle, de crissements et des hurlements du public. Seuls deux conducteurs n’étaient pas parvenus à un bon départ. Moi. Mon moteur expulsa une fumée noire crépitante qui me fit tousser comme un dingue, tandis que le véhicule semblait vouloir partir tout en restant collé à sa direction. Le second qui avait fait la même erreur que moi, c’était... le Major. Ah ouais, tiens donc.

« Il sémbléré qué do véhicoules é fé oune mauvé départ.
_ Tout à fé, Marrrio ! Lé prémier é lé dix-septième.
_ Oune très heureuse coïncidénce, oui. Lé tournoi comménce sour lé chapeaux dé roue.
_ Sauf pour eux.
_ Toujours lé mot pour rire, Louiji. »


Sous les accents dégueulasses des deux présentateurs, je tentais de reprendre le contrôle de mon « véhicoule » ; je lâchai la pression, laissai le moteur respirer, et repartis plus doucement. Je savais que si Fino avait vu la scène, il se foutrait de ma gueule pendant des lustres, des lustres et des lustres. Il allait retrouver les films du départ de cette course et les diffuser dans tout Dreamland en boucle avec un rire insupportable et sarcastique à la fin. Je l’entendais déjà rire, ou en tout cas, mon imagination tournait à plein régime (plus que le moteur de mon kart).

Au loin, on pouvait voir la Delorean qui prenait la course, et dans une danse d’éclairs, fut la source d’une explosion qui l’engloutit complètement et la fit disparaître, sans laisser plus de trace que les pneus brûlés. Bien sûr.

Après une nouvelle grimace, je repartais enfin, tendant de défier la distance que les autres avaient déjà prises. Avec à mes trousses le tank du Major qui gueulait :


« GUEEEEEEERRRRRRRRE !!! »

Je pouvais pas faire meilleur départ.

Les karts en position automatique, je n’eus pas à échanger les vitesses comme un dératé (seul Dominic semblait avoir pris cette option. Trois fois.). J’appuyai comme un fou furieux sur l’accélérateur, suivant le derrière des autres scrupuleusement. La vitesse de mon kart fut telle que je faillis me faire envoyer dans le décor dès le premier virage. Okay, gentil kart, okay... Calm down... fallait maîtriser ou casquer. Ou se traîner. Je sentis les chenilles du Major chercher à m’aplatir. Nan, valait mieux pas traîner. Putain, mais pourquoi moi ?!

Le tracé de la course était simple en lui-même, une sorte d’ovale plus ou moins droit, croisé avec une patate. Je savais toutefois que la route ne nous laisserait pas doucement suivre son cours. Mais pour le moment, il valait mieux me concentrer sur ma position, avec le Major derrière. Je tentais d’aller plus vite en profitant d’une ligne droite à peu près prononcée, mais étrangement, c’était lui le plus rapide. Ah ouais, c’était vrai. Les gros véhicules avaient un moteur bien plus puissant, mais demandaient plus d’efforts pour accélérer. Moi, j’avais un moyen, selon ma corpulence, donc j’étais entre les deux extrêmes. Les chenilles voraces étaient à moins de cinquante centimètres de moi quand j’aperçus au détour du second virage une ligne de blocs multicolores. Je serrai les dents, tentai un dérapage plus contrôlé pour ne pas perdre de vitesse, et mon kart percuta (traversa?) un bloc. Comme on m’avait appris à le faire, je conduisis d’une seule main, laissant l’autre de libre pour acquérir l’objet que je venais de remporter. J’étais dans les derniers, donc j’aurais logiquement un super objet. C’était comme ça que je marchais. Dans ma paume, les objets apparaissaient et laissaient la place aux uns aux autres, simulant la roulette. Une étoile, une foudre, un putain de champignon, tout ce que vous voulez, mais... NON !!! NON !!! PAS DE BANANE !!! ON NE PEUT PAS AVOIR DE BANANE QUAND ON EST AVANT-DERNIER !!! LES REGLES, ELLES FOUTAIENT QUOI LES REGLES ??!! JE SUIS CENSE REMONTER TOUT LE TERRAIN AVEC UNE FOUTUE BANANE ??!!

Dégoûté de mon acquisition, sûr et certain que j’avais bien une banane en étant quoi, seizième sur dix-septième, je décidais de l’utiliser. Je la lançai en arrière, pile dans les chenilles du Major pour le ralentir. Le Major ne prit même la peine d’esquiver mon item merdique : il roula dessus sans s’en préoccuper et continuait outrageusement sa route sans perte de vitesse. OKAY !!! OKAY SALOPE !!! SUPER CE PUTAIN DE TOURNOI DE MERDE !!! ET LES BANANES, SI ELLES SERVENT PLUS A FAIRE GLISSER LES ADVERSAIRES, ELLES SERVAIENT A QUOI, HEIN ??!! ON BOUFFAIT LA PEAU !!! ON L’ENVOYAIT DANS LA GUEULE DES AUTRES ??!! JEU DE MERDE !!!

En relevant mon regard, je pouvais même constater à ma grande joie que le Major avait réussi, en me collant au train, à récupérer un autre item, alors que le bloc multicolore que j’avais frappé ne réapparaissait pas de suite. Il allait avoir quoi ce malade mental ? Je tentai de prendre avec succès un nouveau virage, et me baissai activement quand je vis qu’un champignon géant traversait horizontalement la route, ne laissant qu’un mètre pour passer. Nul besoin de dire qu’il fut pulvérisé quand le Major passa au travers sans ralentir. Mais il avait choppé où son putain de Kart ?!

Allez, le peloton n’était pas si loin que ça, une petite quinzaine de mètres. Certes, on commençait à avaler la distance, car le peloton se frappait, se défonçait., et au final, se ralentissait. Mais ce n’était avec pas avec des bananes que j’allais remonter le terrain, et le Major aurait tout temps de me tuer avec l’objet qui... Oh merde... Cet enfoiré avait un putain d’éclair. Il ne restait plus qu’à savoir si les adversaires seraient rapetissés et retrouveraient leur taille initiale en même temps, ou progressivement comme dans les derniers épisodes (genre, l’avant-dernier redevenait rapidement grand, mais le premier allait en chier avant que les effets soient annulés). Mais le Major McKanth ne savait pas vraiment comme utiliser l’objet. Si je me souvenais bien, il fallait l’envoyer en l’air quand on voulait l’utiliser et frapper tous les ennemis. Mais c’était surestimer le Major. Ou le sous-estimer. Il préféra lancer son tonnerre comme il lancerait une vulgaire carapace, avec une force si terrifiante que l’item me grilla la joue avant de continuer sa route dans un grondement de foudre. Il s’abattit en-dehors de la route, devant les premiers, et explosa un champignon géant qui s’effondra comme une colonne sur la route. Il y eut des embouteillages, il y eut des sorties de terrain, et les pilotes qui avaient touché le champignon grillé devinrent curieusement petits. Ayant eu le temps de voir la chose tomber, je pus facilement l’esquiver. Le Major continua tranquillement sa route sans fioriture. Il passa sixième, et j’étais maintenant le septième. Presque dix places d’un coup, super classe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 1 : Champiland Jeu 22 Nov 2012 - 0:22
*Mauvais départ cette course, moi je vous le dis. Entre Ed qui fait du sur-place et moi qui doit mener une enquête pendant un temps record – le temps de course n’est en réalité pas aussi long que je l’aurais souhaité… vous le saviez ? Bref. Il faut que je choisisse une équipe sur laquelle enquêter. Il faut que je suive des pistes, il faut que je… Que je m’organise, que j’établisse des priorités. Voilà. Ça c’est une bonne idée. Il faut que je me fasse un ordre d’équipe suspectes et que j’enquête sur chacune d’entre elles. Quelles équipes avons-nous de suspectes au fait ? Mmh, réfléchissons, établissons une liste. Le Major ? Définitivement. Le Masqué ? À coup sûr. Kerviel ? Je m’en méfie. Bibi ? Ma foi rien de plus évident que ça. MKR ? Grease Lightning ? Oui, ils ont la tête de l’emploi. Dorian Gray ? Étrangement, moins. J’ai plus l’impression qu’il est là pour nous faire chier nous lui. Bref. Qui d’autres ? Ah oui, la seconde équipe de la compagnie Panda. Décidément, ces monstres sont partout. Mais au moins, ça fait deux équipes pour le prix d’une. Pas besoin d’enquêter plus que cela sur ces grosses pontes toute catégorie. Il y en avait d’autres qui méritaient mon attention ? Un bon détective répondrait nécessairement oui. Toutes les pistes sont à étudier. La police ne privilégie aucune piste. C’est pas ce qu’ils disent à la télé ? Oui, c’est ça qu’il faut que je fasse en fait, il faut que j’évacue toutes les pistes possibles. On ne sait pas qui va perdre, qui va gagner de toute manière. Si ça se trouve, le gars masqué a juste une sale gueule. Et Kerviel juste besoin de fric. Bref, quoi qu’il en soit, j’ai mon plan d’attaque. 16 équipes, 16 investigations. Je ne laisse rien au hasard ou aux vraisemblances.*

Jacob se trouve à présent dans les coulisses. *Vous savez, cet endroit ou personne ne va jamais, mais où tout se passe… En politique, comme au théâtre d’ailleurs. Néanmoins, s’il y a une enquête à mener, c’est là que ça se passe. On ne tirera rien d’une foule en délire principalement composée de rêveurs. Peut-être que certains s’y cacheront pour avoir leurs conversations, mais dans l’ensemble, je pense que ça ne me concerne pas. Au vu de mon pouvoir aller surprendre une conversation illégale ici ou là-bas revient au même. Néanmoins, il est intéressant de voir les réactions des gens lorsqu’ils voient quelqu’un approcher d’eux et tenter d’écouter aux portes. S’ils arrêtent de parler et se répandent en excuses bidons, c’est qu’ils sont fautifs d’un truc. C’est déjà un début.* Dans les coulisse cependant, où les mécanos et les coéquipiers attendent que les kart s’arrêtent de leur côté, histoire de faire une révision express, comme les formules un, peu de gens discutent réellement entre eux. La plupart des gens sont agglutinés devant les écrans qui retranscrivent la course et vibre en même temps que leur équipe. *En fait, je pense que c’est une occasion rêvée. Je vais paraître très suspect, certes. Mais je n’en serais pas moins tranquille pour accomplir la partie de l’enquête pour laquelle je risque d’être le plus utile : la fouille aux indices. Je vais laisser la subtilité de Ed se charger des interrogatoires, de mon côté, je vais tenter de trouver tous les détails suspects qui font que nos concurrents entrent dans la catégorie « encore plus louches ».*

Chaque équipe dispose en réalité d’un « box », d’une espèce d’alcôve pour entreposer son matériel et devant lequel les pilotes peuvent s’arrêter en urgence en cas de besoin. Cependant, ces alcôves ne sont séparées les unes des autres que par des piliers, pas des murs. Les mécaniciens et les autres passent aisément de l’un à l’autre, sans que personne ne s’en préoccupe. *Je suis dans l’équipe numéro 17. Par conséquent, notre box est le dix-septième dans cette longue rangée inutile – personne ne va s’arrêter dans une course pareille. Je n’ai qu’à remonter vers les premiers au fur et à mesure, j’improviserai dans chaque nouveau box. Et puis, au moins ça met de la distance entre maintenant et le moment où je devrais m’occuper du cas du Major. Putain, c’est vraiment tellement la merde d’avoir un type comme ça contre soit. Ce type est un tel danger public… Et en même temps, qui peut quoi que ce soit contre lui ?* Suivant donc son plan à la lettre, Jacob se déplace vers le box suivant, le numéro 16, réservé à l’équipe MKR, entièrement absente pour le moment. L’endroit ressemble au propre box des Private Jokes. Les couleurs de l’équipe font une décoration sommaire, tandis que les pièces détachées du kart sont soigneusement entreposées sur des étagères. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi d’autres choses... *Mmh, c’est quoi cette petite boîte là ? Ça ressemble pas à une boîte à outil. Du bois, trop petit pour une boîte à outil. Ça me fait plus penser à une boîte à secret. Ouais, exactement, il y a une petite serrure et tout. Suspect, très suspects. Mais je vais pas forcer l’engin pour l’instant. Je cherche à écarter ceux qui seront mes suspects et ceux qui ne le seront pas. Donc pour l’instant, tout ce que je peux dire, c’est que MKR demeure sur ma liste. D’ailleurs, ça veut dire quoi MKR bordel ? Bref, passons. Je transmettrai le coup de boîte à Ed. Il trouvera peut-être.*

Jacob lance un œil vers l’écran, qui montre la tête de la course. Ed n’est pas en vue. En réalité, l’écran d’à côté, qui présente en temps réel l’ordre des gagnants présente le compagnon de l’intouchable avant-avant-dernier, juste devant le Major et l’équipe Delorean. *Courage Ed. Tu peux le faire. Oh, merde, voilà le second MKR. Aucun doute là-dessus. Lui et Lucas sont du même acabit niveau gabarit et épaules. On fait vraiment pas le poids, nous autres les gringalets. J’espère qu’il n’y a rien d’important dans cette boîte.* Le manieur lance un petit sourire gêné à Jack Billions, qui lui retourne un regard méfiant. *J’ai compris, pas de pitié entre les concurrents… On est vraiment dans la merde en fait. Il va falloir que je fasse plus gaffe.*

Box suivant, cette fois, il est occupé. Un personnage étrange s’y tient, occupé à courir à une allure ahurissante sur un tapis de course. Il s’agit d’un renard, qui a les yeux rivés sur l’écran et qui semblent lancer des encouragements pour son coéquipier. *Un simple coup d’œil suffit à établir que cette équipe ne représente pas le moindre danger… C’est presque désolant d’ailleurs. Pas de doute, ils travaillent pour la franchise Sega. Mais ce sont des nostalgiques, leur franchise est morte, ils le savent. C’est pour l’honneur qu’ils se battent. J’ai presque pitié d’eux. Ce sont des coureurs, pas des pilotes. Tout leur matériel est plus désuet que le nôtre ici. En fait, on a l’impression qu’il s’agit de pièces de récupérations. Ce ne sont pas des experts en automobile. Les pauvres, ils sont déjà à bout de souffle, avant même d’avoir commencé. C’est triste.* Comprenant que cette équipe est à éliminer au besoin, mais sans nécessité de s’en préoccuper maintenant, Jacob passe à la suite. Dans le box réservé aux X-Men. Là, Magneto, se contrefichant de l’écran, accompagné du professeur X, s’amuse à faire voler toutes les pièces détachées qui se trouvent sur les étagères, à constituer, à défaire et à reconstituer des semblants de moteurs. *Clair que l’équipe est beaucoup plus redoutable. Ils ont l’air de travailler à leur compte, mais je me méfie. C’est presque… trop facile pour eux. Avec Magneto qui rempli le rôle de mécano, ils peuvent arrivent à remporter cette course. Mais pourquoi des personnages de films tenteraient de saper une course Nintendo ? Ne négliger aucune piste. Encore une fois, je ferait part de mes conclusions à Ed. Prendre garde à cette équipe, elle est dangereuse.*

Enfin, un box des plus intéressant. Vide évidemment, car il s’agit de celui du voyageur masqué, mais comme les trois suivante lorsque Jacob y pense. Il semble qu’il y ait un agglutinement autour d’un écran un peu plus loin. *Une parfaite liberté d’action ? Non, c’était trop beau. Le prof en fauteuil est à côté, il lit probablement mes pensées en ce moment même, qu’en dis-tu, espèce de sale infirme privilégié qui peut même plus baiser ?... Ok, aucune réaction, où il a une maîtrise de lui-même incroyable, où il est plus nul que dans les films. Mais j’y pense, n’y avait-il pas un jeu vidéo X-men quelque part ? Peut-être qu’ils travaillent effectivement pour une compagnie adverse. Je me renseignerai. Bon, cet endroit m’inquiète un peu. Pas d’objet personnel, pas de couleurs à défendre, même pas une panoplie de masques accroché sur le mur ? C’est encore plus flippant que le reste en fait. Je ne pense pas pouvoir trouver d’indice ici et c’est ce qui m’inquiète. Même pas une fausse piste lancée comme ça pour m’attraper. Le type doit garder toutes les pièces à conviction sur lui, j’en suis certain. Tous les contrats compromettant doive être dans ses poches. Ici, pas un seul boulon qui traîne et… et je n’aime pas ça. Vraiment, je déteste ça. C’est TROP louche justement. Évidemment, ce gars reste sur ma liste. Mais je veux savoir ce qu’il vaut à la course, s’il faut que je me méfie ou non sur le terrain. Après tout, Nintendo nous recrute pour défendre la marque… mais qui nous défend nous et si les autres équipes n’avaient pas envoyer quelqu’un pour saper notre enquête pendant que d’autres sapent la course ? C’est une perspective à laquelle je n’avais pas pensé pour l’instant… Et franchement… Quelqu’un s’acharnerait-il sur Ed en ce moment même ?*

Mais à l’écran, on voit seulement le Major tenir un éclair et se préparer à le lancer. *Il est effectivement en danger, mais je crois qu’avec toutes ces équipes devant le Major, on ne peut pas dire q’on s’acharne particulièrement sur lui… Dans une explosion terrible, McKanth fait péter les statistiques et renverse toutes la course, Ed dans son sillage. Très bien Ed, très bien. Ne perd pas le rythme.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 26

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 1 : Champiland Jeu 22 Nov 2012 - 23:18
Le classement changea à peine tandis que nous traversions le premier tour. Déjà ? Ah ouais, c’était vrai, le premier terrain de chaque Mario Kart était d’une simplicité commune. Quelques virages, pas de piège sur le terrain, super. Je ramassai une carapace rouge (enfiiin!) et visai mon adversaire juste devant moi. Le Major. Mauvais calcul. Malchanceux comme j’étais, j’allais user ma carapace. Nan, plutôt viser cet enfoiré de Sonic dans son bolide bleu qui me dépassait par la droite. J’envoyai ma carapace d’un mouvement ample qui me déstabilisa : le projectile glissait tranquillement sur la route et frappa avec violence Sonic. Celui-ci perdit le contrôle de son véhicule et perdit quelques places. La voix étrangement amplifiée de Mario et Luigi résonnaient dans tout le terrain.

« En prémier, nôtre Voyageur Masqué et son équipé si mystérrieuse. Derrière loui, Wall Street Influence et lor limousine. En troisième positionne, MKR et son piloté Lucas Forté. En quatrième finalement, lé Mayor qui a rémonté tout lé térrain.
_ Exactamente. Yé tiens à souligner oune très beau tracé dé l’équipe dé Grease Lighting, avec Doutch. Houitième placé pét-être, mais cé à cose du Mayor. Jé pensé qu’ils vont remonter.
_ En quinzième, les X-Men, jouste dévant Bibi, et jouste dévant... la Delorean dont nous n’avons pas dé nouvelles depuis sa disparition. »


On repartit dans la forêt de champignons quand je remarquai l’affreuse réalité : des champignons avaient poussé. Ils n’étaient pas nombreux, mais ils bloquaient la route à certains endroits, demandant une maîtrise plus poussée du kart. Je tentais de reprendre ma place tandis que je me faisais sucrer la place par le fameux « Doutch » qui slalomait sans aucune difficulté parmi les obstacles. Je commençais à bien comprendre comment mon kart fonctionnait, mais cette épreuve était au-dessus de mes forces pour passer comme une fleur. Après avoir heurté une tige, je décidai de ralentir mon allure et reprendre une route moins encombrée en étant neuvième. Ce n’était pas si mauvais, mais ce n’était pas non plus terminé. J’effectuai un autre virage, voyant que les Grease Lighting prenaient un raccourci totalement invisible pour les non-initiés. Je comprenais enfin qu’ils étaient des professionnels aux vrais Mario Kart. Pas des adversaires faciles.

Je faillis crever d’une crise cardiaque quand une carapace de couleur verte fonça près de moi. J’anticipai la trajectoire et évitai de me la prendre après qu’elle ait percuté un champignon. Ce fut Buzz l’éclair qui se la reçut en pleine poire. Karty fut totalement défoncé hors de la route, éliminant ainsi une de mes menaces immédiates. Je conservais pour le moment ma neuvième place. Je faillis me recevoir un truc dans la gueule, encore une fois. Un rayon laser rouge, produit par Cyclope, balayait la course dans un sifflement ravageur. Plusieurs champignons furent découpés sous la puissance du rayon, et trois adversaire furent explosés par la puissance de l’attaque. C’était donc le pouvoir spécial de ce connard de Cyclope. Il semblait cependant que ses yeux destructeurs ne puissent pas assurer sur le temps : il était derrière moi qu’il ne pouvait plus rien produire. Je priai ma bonne étoile si paresseuse et repris du poil de la bête. Un nouveau champ de champignon que je passai sans trop de difficultés en trouvant un passage pas trop casse-gueule.


« La course é d’oune tré bon niveau, tou né trouvé pas, Louiji ?
_ Si ! Excellenté ! Mé Bibi fé tâche.
_ Oui, il né pas si bon piloté que ça.
_ Oh, Doutch reprend la troisième placé.
_ Volée au Mayor, il é brave.
_ Ou inconscient ! »


Il était inconscient, car le Major lui lança une carapace verte si violemment qu’il fut éjecté de son kart. Aaah, la différence entre les jeux et la réalité, on la voyait tout de suite. Je réussis à piquer la huitième place, et juste après la septième place. Devant moi, c’était Starsky. Il conduisait super bien, il allait à une bonne vitesse, mais il ne semblait pas vraiment maîtriser les objets. Il récupéra une triple banane, dont la file s’accrocha à l’arrière de son kart par magie. Avec ses rétroviseurs, il pouvait facilement m’empêcher de le rattraper en se mettant sur ma route. J’accélérai sans me soucier de ses bananes, arrivant ainsi au troisième tour derrière lui. J’entendis le bruit d’une explosion mais je préférais ne pas en savoir plus. Je fis un petit écart et récupérai la dernière banane de sa file à la main. Et je la lançai devant lui. Craignant pour sa peau, il préféra faire un détour brusque que de rouler sur l’item. Je pris sa place sans problème.

Maintenant, les champignons étaient beaucoup plus nombreux dans les champs. J’accélérai comme un dingue au lieu de ralentir. Il suffisait de suivre le tracé de Dutch, juste devant moi, si parfait. Je l’imitai sans trop de problème, choisissant des chemins qu’il semblait connaître à la perfection. Il avait bien rattrapé ses multiples baffes par la franchise de sa conduite. Mais au moins, je m’en servais comme boussole. Je terminai l’étape sans difficulté, et eus même la chance de récolter un champignon sur le trajet jusqu’au deuxième champ de fongus. Mais d’abord, il y avait leur super raccourci à prendre. Je les suivis scrupuleusement dans une petite route cachée sous des feuilles, et croquai dans mon objet. Le kart eut un soubresaut, des flammes s’échappaient du pot d’échappement, et je le défonçai au passage sans difficulté. Je repris mon petit chemin de la dernière fois qui n’avait pas trop souffert de l’apparition des nouveaux champignons, et je me rendis compte avec stupeur que j’étais... premier.

Mario Kart avait ses bons côtés. Il n’y avait plus qu’une ou deux lignes droites sans problème, et paf, je terminais premier de la course ! Yeah, comme d’hab’, c’était trop facile. Et paf, je réussis à récupérer un objet en prime. Il clignota pendant plusieurs fois dans ma main et je reçus un magnifique Fino que j’allais pouvoir....


« FINO ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 1 : Champiland Jeu 29 Nov 2012 - 0:20
*Merde, je prends trop de temps. Il y a 16 box bordel. La course va se terminer avant que j’arrive au bout. Il faut que je fasse gaffe au temps aussi. Ceci n’est qu’une enquête préliminaire, essayer d’établir une liste de suspects, voir qui doit potentiellement être éliminé de la course au besoin et par nos soin (même s’il est plus simple de les envoyer aux petits soins du Major). Ce Q est très sympa, mais il aime montrer aux gens ses expérimentations visiblement. Putain, pourquoi je suis muet ? Pourquoi je peux pas lui dire que j’en ai rien à foutre du mode invisible de sa carrosserie blindée ? J’avoue, c’est impressionnant, mais s’il y a bien une équipe que je retire de ma liste de suspects, c’est elle. Non pas qu’ils sont trop intègres, faut pas déconner. C’est des agents secrets tout même. Mais Bond est là pour le show. Q est là pour le show et la nénette qui se trouve à ma droite est probablement incapable de comprendre les tenants et les aboutissants des luttes de pouvoir entre les différentes entreprises qui distribuent les jeux-vidéos… Ouais. Vraiment chiant. Bon, désolé les gars, mais je dois y aller.* Jacob lance un dernier sourire d’excuse et file vers le box suivant. *J’espère ne pas faire de connerie en les esquivant ces crétins. Mais bon, quand le mec vous montre tous les secrets de la voiture que vous devrez affronter, soit il est très confiant, soit il n’est pas vraiment intéressé par la victoire. Soit il est complètement con, mais bon, c’est Q tout de même. Bref, si c’est une ruse, c’est une mauvaise ruse. Car si Bond se montre trop prêt du classement de tête, il risque d’avoir une mauvaise surprise maintenant que je connais tous ses petits secrets… Bon, qu’avons-nous là ?

Mmh, c’est vide déjà. Ce qui ne me dit rien du tout. Ils peuvent être partis boire un verre comme ils peuvent être partis comploter. Mais à part des affiches de belles bagnoles, je ne vois pas ce que je pourrais trouver… Enfin, cherchons rapidement.*
L’intouchable fouille rapidement l’endroit à la recherche de détails suspects, sans en trouver un seul. Même derrière les affiches. *Bon, ici, rien à signaler. Tout est clean. Ça pue un peu la testostérone, mais c’est parce que c’est des mecs qui aiment gagner. Enfin, pareil que les précédents, pas sur la liste de suspects. Passons aux suivants. Qu’est-ce que nous avons là ? Oh merde. La fille qui joue aux cartes. Ed m’en a parlé. C’est le caporal Kelly. Et elle ce doit...* La femme en question, qui porte son uniforme et un micro à son oreille, comme ceux que Jacob a déjà vu sur Ann et ses acolytes, tente de lui parler, probablement pour lui demander ce qu’il fait là. *Désolé, je suis sourd à toutes vos revendications mademoiselle. De toute manière, vous êtes déjà sur ma li Vous venez faire quoi ? Mmh oui évidemment. Elle a un micro.* Jacob essaie de paraître décontracté et hausse les épaules, il fait marcher son index et son majeur droit sur la main gauche. *Je me promène. Je ne fais que pass Vous êtes Jacob Hume ? Euh… Oui, tout à fait. Mais. Comment ? Enfin… Merde. Vous me connaissez, moi ? Enchantée, je suis Sam. Je suis une amie de Ann. Elle m’a parlé de vous la dernière fois que je l’ai vue, en bien d'ailleurs.* Jacob reste un peu béat, mais essaie de sourire pour montrer qu’il est flatté. *Enfin, vous lui passerez le bonjour. Si vous allez plus loin, saluez Robert, il la connaît aussi. Kelly, pourrais-tu au moins faire semblant de t’intéresser à la course ? Wah. Je viens d’en apprendre pas mal d’un seul coup sur Ann. Et sur cette équipe.*

L’intouchable passe au box suivant. *Je ne savais pas que Ann connaissait certain des membres de la compagnie Panda. D’un autre côté, ça ne m’étonne pas. Même si ça ne fait pas longtemps que je travaille pour elle et que je n’ai fait que quelques petites missions pour la SDC, je l’ai entendu plusieurs fois citer les grandes pontes des voyageurs. Elle a des relations la dame. Et cette équipe a l’air sympa. Si elle était engagée par Microsoft, comme le prétendent les T-shirt, si elle était réellement envoyée par l’entreprise pour saper la course, comment pourrait-elle ne pas se méfier de moi qui vient fouiner par là ? Oui, si la compagnie a un lien avec Microsoft, c’est surtout pour faire diversion je pense. À surveiller, bien sûr, mais le piège me semble trop gros pour que je tombe dedans. Bien, qu’y a-t-il ici ?* Ce qu’il y a ici, c’est l’antre de Dorian Gray. Elle est un peu lugubre et sombre, mais confortable aussi. *Toi, je t’éliminerai juste pour le fun. Même pas besoin que je me demande si tu es suspect ou pas . Tu es là pour nous, pas pour la course. C’est évident. Passons à l’équipe suivante.* Dans le box suivant, on trouve un geek branché à une console de jeu onirique et une version très spéciale de Mario Kart sur laquelle s’entraîner. Le reste n’est qu’affiches se référant au jeu. *Mmh, on ne peut plus suspect très cher. Je dois même dire qu’en fait, c’est plus suspect que MKR. Il y a là de quoi s’entraîner à la course et si je ne me trompe pas, ce que je vois à l’écran ressemble parfaitement à la tour des arts. Le circuit de demain ? Intéressant. Comment vous avez eu ces plan et de quoi vous entraîner ? Mes chers Grease Lightning, vous êtes très suspects, trop suspects. Vous puez l’espionnage industriel.*

Jacob se glisse dans le box suivant, commençant à réfléchir à un ordre d’équipes sur lesquelles s’acharner en priorité. *Ah, le box de Sony. Comme pour Sega, c’est plus qu’évident de voir qui servent ces concurrents là. Mais bon. Si j’ai bien vu l’écran tout à l’heure, ils ne poseront pas problème. Ils sont complètement nuls au volant. Passons à autre chose. S’ils deviennent dangereux, on les élimine rapidement de la course… J’aimerais pouvoir en faire autant avec le Major ou l’Adjudant, mais… Enfin bon. Passons.* Filant vers le garage voisin, Hume fait un saut dans le temps inattendu. Années 70 ou 80, tout y est, jusqu’à la musique, s’il pouvait l’entendre. *Personne, encore une fois. Ils ont le droit être où ils veulent après tout. Mais bon. Est-ce nécessaire de fouiller ça ? À part de la LSD, je vois pas trop ce que je pourrais y trouver… Enfin, pourquoi pas. Les types d’à côté n’ont pas l’air de se soucier de ce que je fais, alors.* Il se met à fouiner un peu. Pas très longtemps. En réalité, il n’y a pas grand chose à découvrir, voire même rien du tout. *Bon, c’est pas de chance, il n’y a vraiment rien par là. En même temps, toutes les équipes ne peuvent pas être suspectes. Ça en fait déjà une de moins à se méfier. C’est pas mal. Je crois même que c’est une bonne chose. Mais encore une fois, toute équipe s’avérant dangereuse sur le terrain se verra devenir très suspecte, c’est moi qui vous le dit... Et… Pourquoi Ed est-il sur l’écran ?

OH MON DIEU ! Ed est premier ?! Mais… Mais… C’est… Non ! Pas possible ! J’y crois pas. Il conduisait comme un manche tout à l’heure ! C’est… Enfin, c’est super, c’est sûr, mais tout de même c’est un choc. Allez Ed. Allez ! Continue ! Tu peux le faire. Putain, j’y crois pas. On gagne les enfants ! On gagne. Je n’en aurais même pas rêvé. Ah ah ! Bravo ! Ed, tu es le meilleur. Je t’adore.*
À l’écran, Ed récupère un objet un peu particulier. *Euh… Que fait Fino sur ce kart, il n’était pas censé être dans le box, à surveiller que personne n’y entre ? Et merde, jamais là où on voudrait qu’il soit ce crétin. Je… Je… Enfin, niveau objet, surtout quand on est à la première place, il n’y a pas plus dangereux, pour sûr.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 26

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 1 : Champiland Lun 3 Déc 2012 - 11:56
« FINO !
_ Hé, connard, premier ? Tu crois pas plutôt que t’as un tour de retard ?
_ Tu fous quoi ?
_ Je me suis fait payer comme item.
_ On peut ?
_ Ils ont fait une faveur spéciale pour moi.
_ Tu les connaissais ?
_ Ils ont appris à me connaître, mais c’est le même ordre d’idées. Et d’ab... MAINTENANT !!! BALANCE-MOI SUR LE CONNARD ENCAGOULE !!! »


Il y avait effectivement ce mystérieux Voyageur qui avait géré toute la course dans difficulté, et qui contestait ma place. L’enfoiré avait un véhicule lourd, il était plus rapide que moi. Fallait que je gère la route, ou que je l’empêche d’avancer, ou que je lui envoie Fino dans la gueule.

« Je te fais confiance, Fino.
_ Pourquoi tu pourrais pas ? »
Si j’avais eu une heure devant moi, j’aurais pu lui répondre, ou plutôt, préparer l’exposé que j’aurais pu lui répondre. Je me disais que c’était la première fois qu’il était content que je le balance.

J’envoyais le phoque avec une bonne précision sur l’inconnu. Ce ne fut qu’après que je vis que Fino avait posé une bombe sur mes genoux, que l’inconnu avait rattrapé Fino et l’avait posé sur son épaule, et que j’avais un quart d’heure de plus à rajouter à mon exposé.


« Oh, lé concurrent nouméro 17, Ted Pitt vient soudainément d’éxploser.
_ La joua des objéts aléatouarés.
_ C’est mainténant l’inconnou qui prend la première place juste à temps...
_ Oui, Ted sé prend oune carapace bleue jouste après.
_ Lé pauvre volé ploutôt bién. Il atterrit pile à temps pour la carapacé rouge en tout cas.
_ Il pérd des places, il pérd des places. Oh, quelle malchance, oune banana !
_ Oune banana ! Et oune autre carapace rouge pour le ralentir ! Il né semble pas très content.
_ Il pourra toujours avouar la place de treizième quand même.
_ Ah, il sé fé bouscouler par oune étoale.
_ Toujours très douloureux.
_ Oui. En tout cas, cé cé qu’on appéle la magie des Mario Kart !
_ Tout à fé ! Les commentaires de la course après oune page dé poublicité. »


__

Les BicoquesPhones rang C 200 EV

Ressemblant à une vieille cabine téléphonique anglaise, ces installations permettent de communiquer avec les voyageurs se situant dans une autre cabine. Naturellement, il faut que les deux BicoquesPhones soit occupées.
Le fonctionnement est simple : il suffit de réussir à ouvrir la porte (la trouver est déjà une performance) et de s'installer debout à l'intérieur. De toute manière, il n'y a pas de quoi s'asseoir. Situez vous face au miroir et composez le numéro que vous souhaitez sur l'écran. Ensuite, il vous suffira d'attendre que l'interlocuteur réponde en parlant. Pas de combiné, pas d'annuaire, pas de problème puisque pas de réclamation.

Elles sont disposées au quatre coins de DreamLand et ne servent pas à grand chose, personne ne sachant vraiment les utiliser.

__

« Magnifiqué course dé l’individou masqué. Il términe prémier sans trop dé difficoultés.
_ Sécond, le terrifiant Major qui a travérsé lé térrain comme oune cheval dé guérre.
_ Troisième, Bond, Jémes Bond, assez discrét, qui a sou tirer parti dé sé talents de pilote hors-pére et dé son kart dé très bonne qualité. Lé reste dou classément sour lé tableau.
_ L’équipe éliminée é la Delorean qui a tout simplément disparou.
_ Très intéressante téchnique, mais qui n’a pas porté ses frouits.
_ En avant-dernier, Bibi sé traîne paresseusement à la seizième place, échappant à l’élimination dé très peu.
_ Jouste dévant, Cedre Freeme, qui a reçou la magie de Mario Kart en pleine gueule.
_ On rémarquéra qué les Voyageurs étaient poutôt doués cette année.
_ Vi. On apprend enfin qué lé mystérieux phoque Fino été dans l’équipe de l’encapouchonné.
_ Il n’y a pas dé disqualification alors ? A deux sour un kart.
_ Téchniquément, c’été oune item à cé moment. On loui a démandé de ne plus être oune item. On a dou le virer en loui payant les indemnités.
_ Revenant sour la course, nous attendons impatiemment le prochain tracé qui sé déroulera... dans la tour des Arts ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 1 : Champiland Lun 3 Déc 2012 - 18:53
*Fino… Ed m’avait pourtant prévenu. Mais là… Avec le voyageur masqué en plus ? Cela fait dudit voyageur le pire suspect dans notre affaire. Je crois Fino assez fourbe pour avoir accepté un financement de la part des concurrents de Nintendo… En fait, il est même capable d’avoir liguées les équipes embauchées par nos adversaires contre nous afin qu’on ne puisse pas protéger Nintendo contre les détracteurs. Ouais, juste un connard. Bref. C’était beau cette première place Ed, je suis content que tu aies réussi à l’obtenir. Maintenant, ça va être difficile de rattraper ton retard. M’enfin, on fera mieux la prochaine fois. Pas ta faute, pour une fois… Bref, reprenons l’enquête. Il faut que j’établisse, impérativement, une liste de suspect, avec un ordre particulier pour mener l’enquête. Box suivant… regarder la défaite de notre équipe n’est pas exactement mon plus grand plaisir en fait…* Jacob passe dans le box suivant et doit alors subir le regard métalique d’un Darth Vader auquel il ne manque plus que la musique… *Merde, lui aussi peut lire les esprits, non ? Enfin bref, il est là et il s’impose dans cette petite pièce. Je ne devrais peut-être pas rester… Il me fait un peu peur d’ailleurs à me regarder comme ça. Je ne sais pas s’ils sont coupables de quoi que ce soit, mais je suis forcés de les noter dans un coin de ma tête. Il y a des tas de jeux sur Star Wars, mais j’ai pas souvenir qu’ils aient été développés sur Nintendo… À moins qu’on considère que l’épée lasar dans Super Smash Bros… Et puis, je me trompe peut. En tout cas, je vais ailleurs, pas d’enquête possible sur eux pour l’instant. À Ed de trouver un truc demain soir.*

L’intouchable laisse donc couler le regard du sith sur lui et passe au box suivant, comme si de rien était. Au premier abord, il croit que le box est vide, absolument vide, qu’il n’abrite aucune équipe, puis, il remarque qu’en réalité, tout le matériel est posé à une très petite distance du sol. *Ah… Je crois que je sais où je suis. Il y avait effectivement une petite équipe dans le genre. Un ranger de l’espace dans une voiture en jouet. Je ne pense pas qu’ils représentent le moindre danger. Ils vont manquer de puissance et s’ils posent problème, je roule dessus et c’est réglé. C’est cruel, mais bon, s’ils n’ont rien à se reprocher… Ouais, en plus, ils ont que des jouets ici, ils ont pas l’air d’avoir des pièces compro… Hey ! Mais, qu’est-ce qu’il fout lui ?* Jacob est soudain agressé par un monsieur patate en colère qui lui file d’inutile petits coups de pieds dans les chaussures, essayant de faire de grands gestes pour le chasse. *C’est mignon… M’enfin, avec la chaussure et la bulle, il arrivera à rien le petit bonhomme. En tout cas, il aime pas que ce sois là. J’espère qu’il ne va pas aller se plaindre aux organisateurs du tournoi… J’espère qu’ils me couvriront, mais je ne suis pas tellement d’accord pour me faire réprimander, toutes les nuits. On doit être discrets, d’accord, mais il faut faire comprendre à ces gens qu’on défend leurs intérêts et qu’une équipe ça s’élimine d’une course en cas de besoin. Je ne doute pas que nos recruteurs comprennent ce principe hautement capitaliste…

Bien, et ici, il y a quoi ? Mmh. C’est louche, très louche même. Je crois que j’ai jamais vu de box plus louche que cela. Déjà, il y a un coffre dans le coin, du genre qu’on doit pas pouvoir ouvrir autrement qu’à la dynamite. Et puis, il y a même des murs mobiles pour cacher un truc… C’est étrange, très étrange. Il y a quoi derrière ces petits murs ? C’est quelle équipe ? Ah oui, celle de Kerviel, c’est vrai. Ouais, j’avais raison de m’en méfier. Et puis… Mais, il y a quelqu’un derrière cette porte. Quelqu’un qui discute d’ailleurs. Chiasse. Si seulement j’étais pas sourd ! Je pourrais entendre. Raaah ! Je suis sûr que cette équipe est très très louche. Je la met en tête de liste… Après le machin masqué là. Ouais… Oh, merde ! Les premiers arrivent. Il faut que je fasse gaffe à pas me faire chopper. Tant pis pour les deux dernières équipes… C’était lesquelles ? déjà ? La delorean et le Major ? Bon, c’est pas grave. Sortons.*
Hume sort des box et va vers la piste pour observer l’arrivée. Sous les hurrah de la foule en délire, le voyageur masqué, l’épaule surmonté par un Fino lançant des encouragements colorés, remporte la première manche, distançant un Major persuadé qu’il a déjà gagné. Le peloton suit la course.

*Bien, essayons maintenant de récapituler cette première nuit d’enquête préliminaire. Nous avons pas mal d’équipes suspectes, dont certaines me semblent carrément prioritairement suspectes. Si l’on ne considère pas tellement les deux équipes de la compagnie Panda qui s’affichent comme supporters de Microsoft, ou l’équipe des personnages de Sony, voire l’équipe post mortem de Sega, parce qu’on s’en méfiera quoi qu’il arrive de celles-là il reste qui ? En priorité, il me semble que le voyageur masqué et Fino gagnent clairement la tête de la liste. Je demanderai à Ed d’essayer de glaner plus d’infos sur eux. Ensuite, l’équipe de Kerviel, ouais, elle, elle est louche. Il y avait un type qui voulait se cacher, et ça ne me dit rien qui vaille. Quoi d’autre ? Les MKR ? Oui, mais pas autant que les Grease Lightning. En fait je pense qu’il y a vraiment à chercher de leur côté, cette histoire d’entraînement sur console ne me dit rien qui vaille. Je suis sûr qu’ils trichent, d’une manière ou d’une autre. Bref. Ensuite, viennent l’équipe Star Wars et celle des X-men. Puissantes, dangereuses. À mon avis, il faut les surveiller. Et puis, il y a Dorian Gray et ses connards de loups. Eux, faut juste les saquer, les saquer et les resaquer. Ce type cherche la merde en venant ici. Peut-être qu’il faudra aussi enquête sur lui, mais d’une manière ou d’une autre, je refuse qu’il l’emporte. Bref, ça fait quoi ? Deux équipes prioritaires dans l’enquêtes. Deux autres très suspectes. Deux autres dangereuses. Une carrément déclarée ennemie. Quatre où la méfiance est de mise, juste par principe, mais sans nécessité d’enquêtes. Combien en tout donc ? 11 sur 17 équipes ? Sur 16 adversaires ? C’est beaucoup, beaucoup trop même. Mais bon, ce sont les aléas du business. Fino, sale traître, tu nous le paiera.

Ah ! Voilà les derniers. C’est bon Ed est avant dernier seulement. Une chance ! Sinon, on aurait été con à se faire éliminer dès la première touche. On nous a demandé de faire une enquête discrète, ça ne fonctionnera pas si on a des passes droit, c’est vraiment une mauvaise idée. Enfin, voilà. Bravo Ed, au moins tu as sauvé l’honneur. Et en plus, c’est Bibi que tu nous sors ? C’est parfait, une équipe de moins sur ma liste. Youhou ! Euh… non, attendez, sur l’écran ils disent que Ed est 15ème, pas 16ème… Merde, ces crétins vont rester en lice. Enfin, au moins, ils n’ont pas vraiment l’air dangereux… On va pas trop avoir de problème avec eux, je crois. Allez Ed !*
Jacob applaudit son camarade pour sa belle performance, tout en lui lançant un regard réprobateur. L’idée que Fino soit en réalité responsable de sa défaite lui à présent sorti de l’esprit, mais il ne veut pas non plus le décourager totalement. Les deux dernières équipes passent donc la ligne et l’euphorie laisse place aux buffets et autres joyeusetés d’après course, qui n’intéressent guère l’intouchable. *Bon, si on veut rester jusqu’à la dernière course, parce que c’est plus ou moins le plan, on va devoir sérieusement s’améliorer. Je vais devoir conduire avec panache demain. Rah, c’est con, je déteste la vitesse au volant. Bref. Allons voir Ed…*

Alors Jacob rejoint le kart de son coéquipier, la piste s’enflamme soudain et dans une gerbe d’éclair, la Delorean reparaît juste devant la ligne d’arrivée et la franchit subitement. Le pilote sort alors de l’engin en soulevant son casque, se croyant vainqueur. Hélas, une erreur de calcul primaire l’a transporté un peu trop loin dans le futur, après que tout le monde soit déjà arrivé. Pire encore, le tableau ne considère même pas qu’il ait effectué un seul tour. Jacob détourne son regard de la 17ème et courageuse équipe, déjà éliminée par forfait, qui a même réussi à rater l’ensemble de la course. *Lamentable.*

Résultat de la course :

Place Équipe Points gagnés
1er ??? (Voyageur masqué)+10pts
2ème Compagnie Panda Major +9pts
3ème MI6 +8pts
4ème MKR +7pts
5ème Immortal +7pts
6ème Grease Lightning +6pts
7ème Toy Story +6pts
8ème S&H +5pts
9ème Wall Street Influence +5pts
10ème Fast&Furious +4pts
11ème May the force be with you +4pts
12ème Compagnie Panda Adjudant +3pts
13ème X-men +3pts
14ème Sega +2pts
15ème Private Joke +2pts
16ème Black Magic Dragon +1pt
17ème Delorean Éliminé.

Classement général :

Place Équipe Total des points
1er ??? (Voyageur masqué)10
2ème Compagnie Panda Major 9
3ème MI6 8
4ème MKR 7
5ème Immortal 7
6ème Grease Lightning 6
7ème Toy Story 6
8ème S&H 5
9ème Wall Street Influence 5
10ème Fast&Furious 4
11ème May the force be with you 4
12ème Compagnie Panda Adjudant 3
13ème X-men 3
14ème Sega 2
15ème Private Joke 2
16ème Black Magic Dragon 1

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mario Kart Armageddon 1 : Champiland Aujourd'hui à 13:09
Revenir en haut Aller en bas

Mario Kart Armageddon 1 : Champiland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Champiland-