Haut
Bas

Partagez|

[Quête] Avoir le Barreau [Jann Ascel, Nayki Shin, Nova Nguyen, Takeshi Satoru & Hope Maniakku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 114
Date d'inscription : 13/03/2011

Habitué
Hope Maniakku
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 150
Renommée: 150
Honneur: 50
MessageSujet: [Quête] Avoir le Barreau [Jann Ascel, Nayki Shin, Nova Nguyen, Takeshi Satoru & Hope Maniakku] Sam 7 Mai 2011 - 12:30
    L’excitation est palpable à la librairie. La négociation va bon train entre ma mère et moi. Mon argent de poche est passé dans le train pour aller à droite à gauche et je suis face à un affreux dilemme. Passé devant la réduction sans même la regarder, ou alors extorquer des sous à ma mère pour repartir avec. La réduction est la suivante, trois tomes pour le prix d’un seul. C’est trois tome sont ceux qui me permettront de remplir ma bibliothèque en continuant la suite sur l’étage « One Piece ». Je sens ma mère faiblir, mais il ne faut rien lâcher jusqu’au « oui » définitif. Cinq minutes encore de discussion et d’argumentations endiablées puis elle cède enfin. Le lot est sur le comptoir, sa carte bleue dans la machine. J’ai gagné. Je ressors tout fier avec mes mangas avant d’embrasser le front de ma mère pour la remercier.

    Une fois à la maison je me jette sur mon lit pour commencer à lire le gain de mon débat avec ma mère au milieu de la librairie. J’ai bien fait de les acheter. Je suis tout de suite capté par l’histoire, recollant très rapidement mes souvenirs des tomes précédents faisant la cohérence avec celui que j’ai dans les mains. Totalement absorbé par l’histoire je ne vois pas les pages défiler et je me rends compte que je suis déjà au dernier chapitre de ce tome lorsque ma mère m’appelle pour dîner. J’engloutis mon repas aussi vite que je peux avant de retourner dans ma chambre pour lire. Ma mère n’eu aucune réaction, l’habitude surement. Une fois reposé sur mon lit, je rouvre mon tome à la page du dernier chapitre. Là où on apprend qu’Ace est à Impel Down le temps que le jour de son exécution arrive. Hélas le tome se termine sur cette révélation. Y’a de quoi péter une durite quand ça finit comme ça, enfin, pur ceux qui n’ont pas le tome suivant *Mouahahahahahahahaha !* Bref, je me ressaisis et attrape le tome suivant pour débuter ma lecture et découvrir la suite. Les pages se tournent, l’histoire avance à bon train, les heures passent … Oui les heures, j’aime bien lire lentement chaque page et les relire afin d’avoir bien compris ce qui se passe. Résultat, il et bien tard quand j’ouvre mon dernier tome. Je finis par m’endormir lamentablement dessus, sans savoir si Luffy va réussir le sauvetage de son frère à Impel Down.

    J’ouvre mes yeux, espérant voir de près le tome qui doit être posé sur mon visage, bah non c’est une puissante lumière qui prend sa place. Je suis à Dreamland, et non dans ma chambre. Je me suis donc vraiment endormi sans connaître la suite de l’histoire. Je sens que ça va tracasser ma nuit ça. Je me rassois, un peu engourdi, avant de me lever totalement. Je m’étire un bon coup pour ensuite regarder autour de moi. Je me trouve entre une plaine et la mer. L’accès à la mer est entravé par une falaise, mais j’ai beaucoup plus envie d’aller à la mer, les plaines, j’ai déjà donné. Je marche donc le long de la falaise à la recherche d’un endroit où descendre. Mais quelque chose attire mon attention au loin : Massif rocheux avec une sorte de point noir dessus. Etant donner la distance je vois très mal, mais si je n’avais pas lu One Piece avant, je n’aurais aucune idée de ce que cela pourrait être. Je vois une masse noire de créature avancer vers la côte. Ils doivent surement savoir comment descendre. Je cours aussi vite que je peux le long de la côte et lorsque j’arrive sur leur trajectoire je trouve un escalier descendant la falaise. Quelle veine. Une fois en bas je trouve un port dans lequel sont amarrés quelques drakkars. Je me mets debout sur la proue d’un des navires et je prépare une trajectoire pour mon boomerang. Dès que la première personne du convoi que j’ai vu tout à l’heure commence à descendre l’escalier, je lance mon arme en direction des falaises d'en face. Un fois en bas la créature me demande :

    « Tu fais quoi ici toi ? »
    « C’est bien la prison que je vois là-bas ? »
    « Oui, Lost Shadow, la prison de Dre… Sais-tu ce qu’est un voyageur ? »
    « Hein ? Oui c’est quelqu’un qui voyage ? »


    Je l’entendis discuter avec ce qui semblait être l’un de ses collègues, lui disant que j’étais un rêveur, qu’ils allaient s’amuser … moi aussi alors. Je repris la parole rapidement :

    « J’aimerais aller la voir cette prison c’est possible ? »
    « Oh que oui ! On n’a pas le droit de venir ici sans autorisation dans le cas de ce délit, nous avons le droit que t’arrêter pour t’emmener au premier niveau de Lost Shadow y faire un stage de quelques jours ! »


    Qu’ils sont cons ma parole. En moins de temps qu’il en fallut pour le dire, j’étais attaché dans le drakkar. Je pris un air paniqué pour que ma ruse ait un minimum l’air vraie. J’ai discuté tout le long avec l’homme qui dirigeait le drakkar dans lequel j’étais. Ils sont plus cool avec les rêveurs qu’avec les prisonniers. J’appris qu’il fallait environ deux heures de navigation pour atteindre Desert Terror, le plateau abritant en son centre Lost Shadow. J’ai appris aussi qu’à l’allé il nous fallait une journée pour atteindre Lost Shadow, mais qu’au retour fallait compter une semaine. Pourquoi, je ne sais pas. Au bout d’une heure et demie de mer, je me redresse et le vois revenir : Mon boomerang. Maintenant on va s’amuser. Je cours sur un rebord et je prends appui dessus pour bondir très haut, vers le centre du navire. Le boomerang passe, tranchant mes liens. J’atterris les mains libres sur l’autre rebord où je reprends appuis pour sauter attraper mon arme au retour. Là, je définis une trajectoire et je lance mon arme. Elle tout le tour du navire, tuant tous les gardes, puisque seul les gardes sont debout. Je monte sur la proue pour avoir vue sur tous les détenus présents. Posez moi à la crique, après vous ferez ce que vous souhaitez. Une demi-heure plus tard j’arrive à destination, tous les détenus ont décidé de repartir, sauf une, une créature de Dreamland elle aussi infiltrée pour aller libérer quelqu’un à Lost Shadow. Je lui souhaite bonne chance, nous allons faire la route chacun de notre côté. Je prends rapidement l’escalier, car les autres Drakkars chargés de détenus vont arriver, avec des gardes armés dessus.

    Une fois arrivé sur le plateau j’y recroise la créature. Elle regarde une dernière fois la mer avant de se lancé dans Desert Terror. JE regarde la morphologie de la créature, une sorte de tigre à dents de sabre de la préhistoire. Je me rappelle ensuite les paroles du garde, celles qui disaient qu’il fallait une bonne journée pour atteindre la prison.

    « Dis-moi, est-ce que tu cours vite ? »
    « Vingt fois plus que toi tu ne le peux »
    « Hum, finalement, au lieu de faire cavalier seul, tu ne peux pas m’emmener là-bas ? Je suis un voyageur, j’ai qu’une nuit pour faire tout ce que je compte faire, donc faut que j’aille le plus rapidement possible. »
    « C’est d’accord, mais une fois là-bas tu me laisses me débrouiller seul. »

    Je hoche positivement la tête avant de monter sur son dos. Il me conseille de m’accorcher. Ce que je ne manque pas de faire. Il lui fallut un quart d’heure pour traverser Desert Terror, il me pose devant la porte de Lost Shadow avant de repartir. Bon, voyons voir si cette prison est aussi sûre qu’Impel Down. J’entends du bruit. Suis-je vraiment seul ? Sont-ils des alliés, ou des ennemis ? Je sors mon arme, près à la lancer sur quiconque qui se montrerai agressif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 227
Date d'inscription : 20/11/2010
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Ulstone Fye
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: [Quête] Avoir le Barreau [Jann Ascel, Nayki Shin, Nova Nguyen, Takeshi Satoru & Hope Maniakku] Sam 7 Mai 2011 - 23:19
[HRP : J'ai eu l'accord de Nova pour répondre à sa place : HRP]

    Jann était en cour de math, il n'avait pas très bien dormi et c'était sa dernière heure de cour, il en avait marre de cette matière, il n'y comprenait rien, enfin, c'est en grande partie à cause du prof. Mais bon, l'adolescent se languissait d'une seule chose, de dormir. Pour passer le temps Jann attrapa une feuille blanche qui se trouvait dans son cahier et commença à dessiner ce qui lui passait par la tête et bien sûr vous l'aurez surement deviné, c'est Dreamland qu'il va dessiner, ou plutôt un combat entre voyageur à Dreamland. Etant donné que Jann est un très mauvais dessinateur au lieu de se prendre la tête à bien dessiner des personnages distinguable, il dessine des Stick man et il leurs attribut des pouvoirs et les fait combattre. Le premier Stick qu'il dessina était censé le représenter, il y dessina une spirale autour du corps de son dessin pour représenter son serpent, l'adversaire sera un stick voyageur de poison, ce sera un combat intéressant. Tout en dessinant des combats ou il y a des revers de situation, du sang, du poison de tout les cotés (Vu les pouvoirs des Stick !) c'est alors que le prof s'avança de Jann qui rangea sa feuille à grande vitesse.

    Le prof de math ouvrit la bouche et la sonnerie retentit, tous les élèves rangèrent leurs affaires à grande vitesse avant de quitter la salle de cour. Jann courait à grande vitesse pour ne pas rater le bus, une fois à l'intérieur il mit ses écouteurs dans les oreilles et écouta de la musique. Une fois arrivé dans son quartier il appuya sur le bouton d'arrêt pour que le bus s'arrête à l'arrêt qui est à quelque pas de chez lui. Une fois le bus stoppé, Jann descendit et se dirigea chez lui... Bon je pense que vous en avez marre que je décrive tout ce qu'il fait et tout le tralala, autant vous dire qu'il est arrivé chez lui et s'est jeté sur son lit. A Dreamland, le jeune Jann n'est plus un adolescent normal il est un voyageur du parc zoologique du seigneur des animaux, il y a toujours autour de son corps son piton qui est son allié pour le combat qu'il contrôle comme il le souhaite. Jann qui s'attendait à être dans un endroit sympa où il y croisera deux ou trois voyageurs, se voit être dans le centre d'une plainte et en face se trouve une tour, la plaine sur laquelle se trouve la tour semble être entourée par un grand lac, Jann est en faite devant la tours. C'est alors qu'un groupe de garde coururent vers Jann, ils étaient armés de lance assez spéciales, étant donné qu'il y avait deux dents au bout du bâton qui était là pour attraper les proies des manieurs, donc ces lances n'étaient pas faites pour tuer, l'adolescent ne comprenait pas pourquoi ils l'attaquaient mais bon.

    Pendant que l'un des gardes sauta sur Jann la lance bien droit et prête à attraper le Snake Controler, le piton qui était enroulé autour du corps de l'adolescent s'enroula autour de la lance et la brisa avant d'envoyer un coup de queue sur le garde qui tomba K.O. Jann était prêt à donner le même sort aux autres, sauf que l'un d'entre eux s'écria.

    "Et merde, je ne sais pas qui il est venu libérer mais il est puissant. Toute façon il n'arrivera pas à dépasser la premiere tour..."

    "Wahou, c'est un défi assez amusant tout ça, mais je te rassure je suis venu délivrer personne, sauf si les prisonniers me demandent poliment"

    Pendant que les gardes restant attaquèrent, le piton se sépara de Jann pour attaquer une partie des gardes qu'il neutralisa rapidement, l'adolescent quant à lui se servit de sa boxe Thaï pour vaincre les gardes. Un coup de genoux par ci, un high kick par là et le tour est joué. Jann accompagné de son reptile entra dans la tour number one qui se trouvait devant lui et commença la montée d'escalier. Sur le chemin il y croisa plusieurs gardes, munie de "vraie" lance cette fois, ce fut presque ennuyant de les neutraliser ces pauvres gardes, sauf que l'un d'entre eux posa un petit problème à Jann, il était muni de deux épées courtes et attaqua rapidement, l'adolescent ne voulait pas risquer de blesser son serpent, sous peine de devoir terminer sa nuit sans utiliser son pouvoir, donc il demanda à son serpent d'attaquer que lorsque Jann aura immobiliser son adversaire. Les attaques tournoyante du garde firent quelques petites coupures sur le contrôleur mais ce n'était rien de bien grave, c'est au moment ou Jann fit une feinte d'envoyer un coup de pied au niveau du foie qu'il réussi à tromper le garde, ce dernier se protégea sur la partie visée, mais Jann envoya un direct du droit dans son nez qui saigna, le coup a du le sonner, c'est alors que le piton s'enroula autour du garde et l'étouffa.

    Après ce bref petit combat, Jann continua de monter les escalier et il y continu de croiser des gardes, jusqu'au moment ou il fit une pause pour reprendre son souffle, car monter les escaliers sans arrêt c'est fatiguant et très chiant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 305
Date d'inscription : 11/02/2011
Age du personnage : 26

Voyageur Expérimenté
Nayki Shin
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 300
Renommée: 1365
Honneur: 380
MessageSujet: Re: [Quête] Avoir le Barreau [Jann Ascel, Nayki Shin, Nova Nguyen, Takeshi Satoru & Hope Maniakku] Dim 15 Mai 2011 - 10:55
Dur dur de se lever le matin quand on sait à l'avance que la journée va mettre ses nerfs à rude épreuve. Aujourd'hui a lieu le fameux tournoi dont la cérémonie d'ouverture à eu lieu la veille et qui s'annonce plutôt bien. La plupart des personnes là-bas pensent que je ne viendrai pas et je compte bien tiré parti de cette erreur de jugement. Mes paupières sont encore lourdes de sommeil et je me dirige lentement vers la salle de bain pour prendre une longue douche sous le puissant jet d'eau chaude. Je laisse l'eau ruisseler sur moi pendant encore quelques minutes avant de couper le jet et de sortir m'habiller. Veste noire, pantalon noir et chemise blanche et je glisse dans ma poche une paire de lunettes noires également. Je dévale les escaliers pour me rendre dans dans la salle à manger afin de dévorer un copieux petit déjeuner. Quelques tartines de pain et un verre de jus d'orange. Sans me presser je sors de la maison et entre dans la voiture qui me mène jusqu'au lieu du tournoi.

Pendant que le véhicule roule à une allure plutôt lente, je ressors mes feuilles sur chacun des joueurs afin de les analyser plus en détail. Quelques un semblent plutôt dangereux tandis que d'autres ne portent aucune indication notoire aussi bien sur le nombre de victoire que sur le nombre de défaites. Parmi toutes ces feuilles, trois retiennent mon attention. L'un est un russe, le genre qui a remporté la plupart de ses parties par abandon. Menace? Assassinat? Intimidation? Je n'en sais rien. Son style de jeu reste cependant assez basique et il ne semble pas être un adversaire trop dur à battre. La deuxième personne est plus réservée. Mes informations sur son jeu sont faible mais son nombre de victoires est très élevé. Vanessa Rousso est une joueuse dont il faut se méfier. Néanmoins ma dernière partie contre elle m'a permis de me rendre compte que je peux réussir à la battre en faisant bien attention. Le dernier adversaire est plus intriguant, nouveau sur le circuit, il n'a pas encore perdu la moindre partie malgré son manque d'expérience dans le monde professionnel. Je n'ai aucunes informations supplémentaires sur lui et j'ai bien l'intention d'en récolter des nouvelles pendant la semaine.

J'arrive là-bas quelques minutes à l'avance et je suis dans les premiers à pénétrer dans le grand casino dont notre tournoi fait l'inauguration. Je m'installe sur une chaise en attendant l'annonce des tables. Le joueur dont je ne sais rien vient justement s'installer à côté de moi pour entamer la conversation:

« Bonjour.
- Bonjour
- Je suis Tharkam, j'ai entendu dire que tu faisais parti des joueurs les plus prometteurs.
- …
- Je tenais juste à te dire que, si tu te retrouves à ma table, je te prendrai ce titre. Tu n'as pas la moindre chance...
- … »

La fin de sa phrase coïncide exactement avec la prise de parole d'un homme assez gros en smoking noir qui nous déclare le début des parties et nous demande d'aller nous installer aux tables qui nous sont assignées. Je me lève tranquillement pour me rassoir à un bout de la table 3. Juste en face du jeune homme au nom étranger qui affiche un sourire bien arrogant. Une croupière tout à fait charmante s'installe à la table et commence à distribuer les cartes dès que tout les participants sont présents. Première main, deux et sept de couleur différentes. Sans hésiter je me couche en attendant une main meilleure mais j'en profite pour observer le jeu. Une participante suit tout comme Tharkam ainsi que deux autres joueurs. Le garçon affiche toujours son air de vainqueur et je me demande bien quel jeu il peut avoir. Sans attendre le flop tombe et dévoile une dame, un dix et un huit. Tharkam agrandit encore son sourire et se met à rigoler doucement, j'ai pourtant pu observer une sorte de peur qui a traversé ses yeux pendant moins d'une seconde. A coup sur il bluffe, pourtant sa stratégie paye car il élimine ainsi deux adversaires qui se couchent. Il ne reste plus que lui et la demoiselle mais on sent que celle-ci manque indéniablement d'assurance. Le turn et la river amènent deux sept. Le gars au nom égyptien fait tapis, suivi par la participante qui perd la partie à cause d'une simple paire de huit face à une paire de dame. Elle a du penser qu'il bluffait franchement alors qu'il s'agissait en fait d'un demi-bluff.

Le tour suivant commence et j'obtiens cette fois-ci un jeu plus qu'intéressant. Ma main, une American Airlines, soit une paire d'as, m'assure une partie assez prometteuse. Je relance de beaucoup et suis suivi par l'égyptien. Le flop n'apporte rien d'utile au contraire du turn qui amène mon opposant a faire un All-in grâce à l'apparition d'un roi. Je le suis, tentant le tout pour le tout mais je ne vois pas la peur qui lui avait traversé le regard lorsqu'il voit apparaître ma main. Il dévoile à son tour sa main, composée de deux roi, une main appelée King Kong. Je le regarde en plein dans les yeux et j'affiche mon sourire habituel malgré une probabilité de défaite assez énorme pour moi. Il détourne le regard au moment de la river et son teint pâli légèrement. Je comprend que la carte qui vient de tomber n'est autre qu'un as qui m'assure la place de cheap leader.

Son teint précédemment blanc rougit violemment et il se lève.

« Je proteste! Je suis sur que cette salope a triché! Dit-il en pointant du doigt la croupière. Je te préviens que tu me payeras ça. Et surement plus tôt que tu ne le crois. »

Je croise les bras et m'adosse un peu plus contre ma chaise. Tharkam continue de s'énerver et il fint par se faire sortir de la salle encadré par deux vigiles. Le teint de la croupière a sévèrement pâli face aux menaces et elle demande à se faire remplacer par une autre. Le reste de la journée est plus qu'ennuyeuse car personne n'a un niveau suffisant pour m'intéresser. Je rentre chez moi complètement engourdi mais j'ai remporté suffisamment de jetons pour assurer les parties à venir. Je me déshabille et plonge dans mon lit en repensant au visage de la croupière terrifiée par les dires de l'égyptien.

-

Je me réveille dans une forêt sombre, je ne vois pas plus loin que les arbres qui m’entourent mais des bruits étranges proviennent de la droite. On dirait des hurlements d’une pauvre âme en détresse. J’avance le plus discrètement possible jusqu’à arriver aux abords d’un espace restreint. Il y a ici quatre personnes deux sont des gardes d’après leur armure. Pourtant, le dessin au dos de leurs protections ne me rappelle aucun des royaumes que j’ai déjà visité. Ces deux hommes ont une attitude agressive et ils semblent avoir de mauvaises attentions. La troisième personne est la croupière qui s’est occupé de ma table aujourd’hui. C’est également elle qui a été insultée par l’égyptien. La quatrième personne est torse nu, ses cheveux rouges et noirs parsemés de tresses très longues volent au vent. Il prend alors la parole et je le reconnais immédiatement :

« Je t’ai promis que tu allais payer. Et bien ca va être chose faite. Emmenez-la et enfermez-là non loin de mon bureau. »

Les gardes saisissent la croupière et la soulève du sol. Elle se débat, tente de s’en aller mais rien y fais. Tharkam s’approche d’elle et relève la tête de la demoiselle d’un de ses ongles extrêmement longs. Une violente claque retentit. La joue de la croupière rougit violement et elle pousse un cri de douleur. Je ne peux me résoudre à la laisser endurer des souffrances sans raison. Je m’élance et frappe l’un des gardes d’un coup de pied à la mâchoire. Il ne lâche pas pour autant sa proie mais ce coup le déséquilibre suffisamment pour le malmener. Je pivote sur mon pied d’appui et le frappe à l’estomac d’un coup de pied retourné. Je me mets en garde et tire trois cartes de mon paquet. L’égyptien me regarde d’abord avec surprise avant d’afficher un sourire accompagné d’un regard sadique. Ses yeux jaunes or luisent dans l’obscurité. Il pointe vers moi un de ses longs doigts et simule le tir d’un pistolet. Une bande part du bout de son doigt et s’enroule autour de ma jambe gauche. Il tire sur le fil et je me retrouve propulsé vers lui. Sans attendre, je prends appui sur mes mains et me retourne afin de le frapper de ma jambe libre. Il s’écarte sans difficulté de ma trajectoire et frappe du tranchant de la main ma jambe. Je m’écrase au sol sans possibilité de réagir.

Je lui lance trois cartes puis en saisit deux nouvelles. Il saisit les cartes lancées entre ses doigts sans problèmes particuliers puis me les lance. Je peux voir dans le sillage des cartes qu’il y a accroché des bandelettes. Je modifie la trajectoire des cartes mais il en fait de même grâce aux bandes. Je saute sur le côté et évite de me prendre mes propres armes. Je me relève en hâte et saute en l’air pour le frapper au visage. Il tire simplement sur la bande encore accrochée à ma jambe pour me projeter à nouveau au tapis. Je ne peux rien faire contre lui. Il est bien trop fort pour moi. Il libère ma jambe de l’emprise de la bandelette et s’approche de moi, paume tendue. Je le saisis au bras, au niveau du poignet tandis que sa main jaunit légèrement. Il continue de forcer pour me toucher mais je continue de le repousser. Je lâche l’une de mes mains et le frappe avec violence au visage. Il glisse en arrière mais sa main tendue frôle la mienne. Je ne réagis pas sur l’instant et me relève pour continuer d’attaquer. Je lève mon poing gauche mais celle-ci me parait étrangement lourde. Je recule d’un bond et observe ma main recouverte d’un gant d’or et de métaux brillants semblables aux armures des pharaons de l’Egypte ancienne. Il prend alors la parole :

« Tu as de la chance que j’ai échoué la transformation complète, sinon tu serais maintenant mon prisonnier. Tu disposes pour cette nuit du gant de pharaon, je te laisse découvrir ses possibilités. En attendant, moi je garde cette carte. Rejoint-moi et je te retirerai le gant. »


Sur ces mots il s’enroule d’un nombre impressionnant de bandes qui le recouvrent entièrement. La momie s’affale sur elle-même et il ne reste plus devant moi qu’un tas informe de bandelettes. Je regarde encore ma main avant de me rendre compte que la croupière a maintenant disparu. Les gardes ont profités du combat pour s’enfuir avec leur proie. Je suis leurs traces pendant cinq bonnes minutes et arrive à la sortie de la forêt. Non loin se dessine la forme d’un désert entouré d’un immense désert. Les gardes sont là aux côtés de Tharkam. Il pose sa main sur l’épaule de l’un des gardes et ils commencent à disparaitre dans une grande lumière or. Je m’élance et réussit à toucher la jambe de l’un des gardes avant qu’ils ne disparaissent complètement.

-

Je réapparais à l’entrée d’une immense tour. Le garde que j’ai saisit à la jambe n’est plus là. La téléportation semble m’avoir profondément déstabilisé. Je récupère peu à peu mes sens et me relève en prenant appui sur le gant d’or. Une fois debout je prends connaissance des lieux. Un escalier s’enfonce dans les profondeurs de la tour. Je n’en vois pas le bout mais je décide de m’engager dans le passage. Le noir m’entoure de toutes parts. Je saisis l’une des torches qui traine par là puis j’évolue dans la zone en cherchant une âme vivante. Personne ne se trouve là.

Je décide de remonter les escaliers vers la sortie et j’aperçois un homme à ma droite. Il porte un immense boomerang à la main. Je m’approche de lui, discrètement trois cartes tombent dans ma main droite, prêtes à partir au moindre signe d’agressivité. Je continue de m’avancer et lorsque j’arrive à un mètre de lui. Je lui fais un signe de tête et déclare le premier :

« Je suis à la recherche de quelqu’un et j’ai l’intention de me débarrasser de ca en atteignant Tharkam. »

Sur ces mots, je montre ma main dorée et attend une réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-generationx.perso.sfr.fr/
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: [Quête] Avoir le Barreau [Jann Ascel, Nayki Shin, Nova Nguyen, Takeshi Satoru & Hope Maniakku] Dim 15 Mai 2011 - 12:27
Ce soir est un croquis des jours que je déteste dans mon travail, je dois non seulement être à la plonge mais aussi m'occuper à la préparation des plats et enfin les servir à tout les clients qui risque d''arrivés en masse dans très peu de temps. Déjà que ma journée était pas glorieuse, j'ai fais tomber mon paquet dans une flaque d'eau, ensuite j'ai perdu le numéro d'une meuf que j'avais accoster sur le net et qui apparemment voulait plus d'un verre et pour finir en demandant un clope à un passant qui parlait anglais je me suis fait coursais par les flics car cette enculé d'English croyais que je le menacé, alors il gueula "HELP" à tout va et au vue des circonstance ça avait marché pour attirer les mauvaises personnes pour moi.
Et ce soir n'allait pas être la fin de mes problèmes, je me prenais de plus en plus pour un poulpe à courir à gauche à droite, à m'occuper de mille choses à la fois, je croyais avoir huit bras ! Certaines soupes étant trop froides et d'autres viandes n'était pas à point ou saignante et encore une fois je me retrouvé devant le chef à lui répéter comme chacun de ces prétendu soirs de galère :

- Bon sang d'banzaï !!! Heyyy chef !!! tu peux t'appliquer dans les commandes et surtout celle des viandes, sinon c'est moi qui vais faire saigner les clients !!!

Alors que le service reprenait sur un meilleur chemin, un des clients trouva le moyen de dire qu'un plat ne le satisfaisait pas, d'après lui il y avait un poil de cul dans son plat de nouilles et à cause de cela il était hors de question qu'il paye pour un plat infestait de poils de cul ( j'vous rappelle qu'il y en avait qu'un --" ), j'allais voir le patron pourtant le mien était un gros con mais était loin du charismatique gros porc, il était un des rares cuisinier de la région à avoir une cuisine digne de sa propreté. Je lui expliqua la chose et la il gueula ( d'un côté j'le comprend ) :

- Attend dans ma soupe y'a pas de poil de cul !!! J'veux bien faire ma cuisine mais toi fais en sorte de bien faire les choses aussi !! alors tu vas voir le client et tu lui dis qui y'a pas de poils de cul dans mes nouilles, elles sont très bonnes et si il est pas content qu'il vienne dans ma cuisine pour bien voir qu'elle est de qualité et au pire toi comme t'as pas la droit de taper les clients ( oui c'est dans mon contrat --" ) moi je le ferais.

Et alors que j'allais retrouver le bougre, je le surpris à fermer la porte du resto et commencer à partir, hors de question qu'il parte comme ça, je décidais de le suivre et je le retrouva au putes du coin, j'interrogea l'une d'entre elle en lui demandant ou trouver l'homme que je recherchais d'après les divers descriptions que je lui faisait, elle me donna l'étage et la chambre. Et la je retrouvais mon client en train de bouffer le cul à une grogniasse, surpris de l'habitude et non de l'action je lui dit :

- Hey bien !! pour quelqu'un qui aime pas les poils de cul vous me la copierais !!!

Et la à son tour il me dit un ton sérieux :

- Oui mais la si je trouve une nouille, je paye pas !!!

La tout s'enchaîna, n'étant pas dans le resto je pus lui exploser la mâchoire et récupérer ce qui m'était due, je n'eu pas le temps de me faire plaisir avec la chouquette qui se faisait refaire l'arrière par cette limace putride et je retournais au restaurant pour terminer finalement après mon service ma soirée affalais sur mon lit. La nuit était longue mais ce qui m'attendait me semblait bien pire.

........

Me voila dans l'atelier de mon maître et je le vois s'occuper d'un des nombreux voyageurs ayant le même pouvoir que moi, après avoir terminé l'une de ses œuvres d'arts comme il le dit si bien il fit s'en aller son disciple et nous nous retrouvâmes tout les deux dans son atelier, enfin pas pour l'autant car un autre gars rentrant dans l'atelier, il semblait du même rang que mon maître au vue de leur attitude envers l'un et l'autre, ce même homme était du genre rasta man chic avec pantalon noir de ville, polo noir par-dessus une chemise blanche tombante couplé avec des claquettes et un bonnet type de la personne en question avec bien sur les dreads et la p'tite barbichette, mon maitre prit la parole :

- Nova, j'ai une mission à te donner, mais tout d'abord je te présente Badman c'est un collaborateur important car nous faisons parti d'une même faction dont je te parlerais de ça une autre fois, pour l'instant tout ce que tu dois savoir c'est que tu as pour objectif de récupérer quelqu'un dans l'un des endroits les plus dangereux après le royaume obscur, Lost Shadow la prison de dreamland, je t'envoie là-bas avec l'un des disciples de Badman pour qu'ensemble vous puissiez récupérer la cible.

Ce " Badman" fit rentrer un black en débardeur blanc et treillis noir et son maitre prit la parole à son tour :

- Voila ton futur cousin man, Yasseem va t'accompagner récupérer ce que mon frère t'as expliqué. L'avantage c'est que Yasseem à le pouvoir de se téléporter dans tout les lieux qu'il a déjà visité et de l'autre côté il ne pus jamais rentrer dans la prison man, mais heureusement vous serez transporté au port ce qui vous évitera de faire de la marche pour rien man.

Après avoir fais le signe de la coopération et du lien d'union entre Yasseem et moi, je posa ma main sur son épaule et nous nous retrouvâmes comme prévu au présumé port, l'avantage du pouvoir de Yasseem c'est qu'il pouvait aussi se téléporter au lieu visé si il l'avait en ligne de mire ainsi en voyant les drakkars en bas de la falaise nous pûmes gagner du temps. La voyage fut un peu long, nous le savions car nos maitres respectifs nous avez dit les divers temps entre les divers voyages, mais au bout d'une heure, Yasseem voyait l'extraordinaire falaise et l'avantage était tel que nous quittions le drakkars sans attirer les regards puisque nous étions tout à l'arrière.
Yasseem me défia sur une course de vitesse, il me dit que comme le voyage entre la falaise et la tour était assez long nous pourrions voir lequel de nous deux était le plus rapide, bien sur dés qu'il voyait un bout de la prison il me préviendrais et nous pourrions arriver à destination. Le challenge m'intéressant en tout point je me mis en position, nous décomptâmes en même temps et c'est la que la course commença, un défi entre membre d'une même faction qui permettrait d'un côté de voir la loyauté de chacun ainsi que les capacités, courage et détermination.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 116
Date d'inscription : 28/11/2010
Age du personnage : 23

Voyageur Expérimenté
Takeshi Satoru
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 165
Renommée: 325
Honneur: 70
MessageSujet: Re: [Quête] Avoir le Barreau [Jann Ascel, Nayki Shin, Nova Nguyen, Takeshi Satoru & Hope Maniakku] Mar 24 Mai 2011 - 10:40
" Injectez lui le double d’anesthésiant, je veux qu'il roupille pour les trois prochains jours. Cette opération va être longue et dangereuse, autant ne pas prendre de risques ... "

Satoru, à son éveil se fit directement agresser par cette odeur caractéristique, cette horrible odeur que tous assimilent à l’hôpital. Un mélange entre le formol, les médicaments divers et variés et les vieux en putréfaction. Ces effluves lui piquaient le nez, lui donnant une sensation des moins agréables possible. Il était, comme à son habitude, un esprit coincé dans un corps inerte. Sentant, entendant, mais ne pouvant rien faire de ses membres. Le coma est une chose horrible, mais ne l'est-ce pas plus lorsqu'on en est conscient ? Enfin, bientôt cette histoire d'impuissance et d'inertie ne serait plus qu'un lointain souvenir. En effet il subirait bientôt une opération, il n'avait pas vraiment compris en quoi elle consistait, mais elle devait le sortir de cet enfer et ce n'était pas rien avouons le. Il allait enfin pouvoir goûter à nouveau aux plaisirs d'une vraie vie. Courir nu dans les champs de blé, laisser la nature titiller ses parties intimes ... Le vrai bonheur quoi.
Mais plus important pour l'instant, les mots prononcés par le médecin quelques secondes plus tôt résonnaient encore dans la tête de notre héros. Trois jours de sommeil ... Cela signifiait une seule chose pour lui : 72 heures dans le monde onirique et utopique de Dreamland. Aurait il pu rêver mieux ? Pas vraiment. Il allait ainsi avoir la liberté de s'amuser comme il le faisait d'habitude mais cette fois sans interruption aucune. Subitement, il sentit la douleur d'une injection au niveau de son avant bras. Le liquide affluait en lui, s'immisçant au liquide vital parcourant ses veines sans relâche. Petit à petit, il perdit conscience. Les seules pensées ayant envahis son esprit pouvaient se résumer en un seul mot : la oisiveté. Il avait une subite envie de vivre ces trois prochains jours comme un pacha. Il songeait aux richesses inconnues du monde qu'il s'apprêtait à rejoindre et aux plaisirs infinis qu'elles pourraient lui procurer.

___

C'est avec un énorme flash lumineux l'aveuglant qu'il sortit de ses songes. Il était affalé sur un sol bétonneux et froid, face au ciel coloré de Dreamland. Il se leva rapidement, plein d'entrain et de motivation, prêt à se faire plaisir 72 heures non-stop. Il constata assez rapidement qu'il se trouvait au sommet d'un immense immeuble, atteignant facilement la trentaine d'étages. n'ayant pas froid aux yeux et laissant le bon sens et la logique de côté, il s'élança simplement dans le vide. Fonçant vers le sol tel un météore brillant pour la dernière fois. Ni peur, ni crainte n'étaient ressentis par notre héros, la seule sensation qui l'animait désormais était l'excitation. De l'adrénaline pure affluait dans ses veines au fur et à mesure qu'il s'approchait du sol. Une telle chute vaudrait la mort pour n'importe qui, et Satoru ne faisait pas exception. Il exploserais littéralement c'est bien vrai, mais uniquement si il percute le sol ... Arrivé à une dizaine de mètres de ce dernier, il leva son bras gauche armé de son grappin de métal et le pointa vers la paroi la plus proche. La griffe s'y planta moins d'une seconde plus tard. Et c'est ainsi que notre héros se balança au bout de sa corde, évitant le béton froid de moins d'un mètre. Chance ? Peut être, en effet. Dans son élan, le voyageur décrocha son grappin et suivi d'un salto arrière complètement inutile mais on ne peut plus classe atterrit sur le sol. Se passant la main dans les cheveux, il aperçut une énorme baie vitrée dans laquelle il se refletait et où il put constater avec grand plaisir l'accoutrement que Dreamland lui avait offert pour cette nuit.


Un ensemble d'un blanc éclatant, lui donnant une classe absolue -de son propre point de vue bien entendu-. Un pantalon de lin, lui laissant une liberté de mouvement hors du commun, de par sa largeur et sa légèreté. Une ceinture noire serrait le tout, contrastant de sa couleur jais avec la luminosité du pantalon. Un peu plus haut, des bandages faisant le tour de l'intégralité de sa ceinture abdominale. L’intérêt d'une telle chose est minime mais bon, si les plus grands combattants le font c'est bien qu'il y a une raison pas vrai ? Pour finir, une veste longue lui tombant jusqu'aux genoux d'un blanc aussi éclatant que le bas constituait son seul haut. Ses pectoraux étaient ainsi exhibés à tous, pour le grand plaisir de Satoru, mais pour le plus grand dégoût du reste de la population qui semblait lui lancer des regards plutôt suspects à la limite du mépris. Après s'être allègrement observé et admiré, il décida enfin de sonder l'endroit. Marchant dans le hasard le plus total, il reconnut un endroit lui étant familier, et pour cause, il y avait déjà été : Kazinopolis. Ville du vice et du plaisir. Il y a quelques temps, il avait déjà parcouru ses rues, y foutant d'ailleurs un bordel pas possible. Nostalgique, le jeune homme s'en alla visiter l'endroit où il avait provoqué une bagarre générale. Que de nostalgie ... L'enceinte du casino qu'il avait lui même à moitié détruit était encore en rénovation. Le sol était encore marqué de la foudre divine qu'il avait utilisé pour venir à bout de son adversaire du soir (cf Mission à Kazinopolis). Voir tout cela le rendait en quelques sortes fier de lui, il avait contribué à foutre le bordel en ces lieux, et rien que ça suffisait à gonfler son ego déjà sur-dimensionné. Il continua sa route nonchalamment, jusqu'à décider d'entrer dans l'enceinte d'un casino pour se faire quelques pépettes dans l'espoir de passer les prochains jours tranquillement.

Il s'installa à une machine automatique et commença à jouer. Ah oui, un détail, il avait soutiré son argent à un rêveur quelconque croisé quelques secondes auparavant et qui avait gagné un pactole pas mal du tout. Il faut partager dans la vie non ? Et bien Satoru l'en contraignit. Enfin, revenons en au sujet actuel c'est à dire à la poisse pas possible de notre voyageur favori à tous (oui en effet). Il perdait en effet tout ce qu'il venait de voler, et la colère commençait petit à petit à monter en lui. Puis, un élan de chance arriva, trois 7 s'alignèrent... Puis changèrent pour former une combinaison complètement inutile et improbable. C'était la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, et il ne manqua pas de la déchaîner. Coups de pieds, de poing et même de tête lancés à succession sur la machine tout en hurlant, exprimant tout son mécontentement. Tout ceci n'était cependant pas de l'avis du personnel du Casino, et c'est ainsi que deux molosses de deux mètres apparurent. Curieux mélange entre Shrek et un Gremlins, le tout faisant deux mètres sur deux. L'un d'eux prit la parole, annonçant les trucs habituels des autorités. Veuillez nous suivre monsieur, et blablabla. Satoru, aveuglé par sa haine, n'entreprit qu'une seule action. Se levant et faisant face aux deux armoires, il grimpa lentement sur la machine. Ceci fait, il déballa son paquet et urina tranquillement au visage des deux figures d'autorités qui étaient aussi moches, disons le franchement.

" Sachez, messieurs, que je m'en badigeonne allègrement les c*uilles avec le pinceau de l'indifférence de votre autorité. "

Puis, ce fut le drame ... Tout partit en sucettes. Les deux trucs semblant être des gardes au vu de leurs uniformes passèrent à l'offensive. Bien que Satoru s'en foutent complètement et leur foncèrent dans le tas, il tomba très vite dans les pommes. Tout le personnel "gorillesque" de l'établissement s'étaient rués sur lui, c'est à dire tous les gardes et autres. C'est ainsi qu'il perdit connaissance, assommé par l'un de ses adversaires. Lorsqu'il ouvrit les yeux, il se sentait bercé. Attaché dans une camisole de force, aucun mouvement ne lui était permis. Observant autour de lui, il constata se trouver dans une cage, portés par plusieurs personnes, traversant un désert Autour de lui, trois gardes, beaucoup plus frêles que ceux d'auparavant et de taille humaine quant à eux, dont deux portaient sa cage et l'autre menant l'expédition. Satoru dans le but de collecter quelques informations prit la parole.

" Oh les sbires ! Il se passe quoi là ?
- Étonnant qu'il soit encore dans notre monde après 24 heures passées ici ... Et bien figure toi petit que tu es sur le point d'être incacéré. Tu a porté atteinte à des autorités et ça, c'est impardonnable. Voilà pourquoi tu risque de passer les nuits des six mois prochains dans cette prison que tu peut apercevoir à quelques kilomètres d'ici. Je te conseille de profiter du paysage que tu ne reverra plus de si tôt ..."

Satoru était sceptique ... Etre enfermé pendant six mois était assez fâcheux, voilà pourquoi il en arriva à la conclusion qu'il devrait s'enfuir. Et cette tâche allait être des plus simples. Il laissa les gardes le rapprocher de la prison, sans qu'il ne fasse d'efforts puis une fois qu'il l'aperçut non loin, se mit à hurler de souffrance. Il prétextait simplement une crise d'asthme, leur clamant qu'il pourrait ne pas y survivre et qu'il avait besoin d'aide. Les gardes n'ayant aucune idée de ce qu'il se passait le libérèrent, paniqués, dans l'espoir de lui donner les premiers soins pour éviter sa mort. Fatale erreur ... Une fois que la camisole fut ouverte, Satoru esquissa un sourire moqueur, avant d’assommer le garde l'ayant libéré d'un bon coup de boule bien placé en plein dans la mâchoire. Il se précipita alors sur le second garde, lui envoyant un magnifique direct du droit, suivi de son coude droit en plein dans le visage. Le dernier garde se rua vers lui, le voyageur termina avec un magnifique coup de pied retourné, enfonçant son talon dans la joue du pauvre garde. Ceci fait, il les traîna tous trois dans la cage où il avait élu domicile auparavant et les y enferma. Il entreprit ensuite de se diriger vers l'énorme tour qui représentait l'ordre et l'autorité à Dreamland. Ils avaient osés le condamner ? Osés lui forcer leur autorité ? Osés lui gaspiller 24 précieuses heures ? Et bien, il allait leur montrer ce qu'il en pensait. Marchant vers la prison, il y serait en une bonne dizaine de minutes, il souriait de toutes ses dents. Il était content, il avait enfin un défi à sa portée. Il allait frapper un gros coup, foutre le bordel comme rarement et s'amuser pour les deux jours qu'il lui restait ...

[Hrp - Désolé pour le temps de post - Hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reborn-last-will.forumsactifs.net/
AuteurMessage
avatar
Messages : 114
Date d'inscription : 13/03/2011

Habitué
Hope Maniakku
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 150
Renommée: 150
Honneur: 50
MessageSujet: Re: [Quête] Avoir le Barreau [Jann Ascel, Nayki Shin, Nova Nguyen, Takeshi Satoru & Hope Maniakku] Sam 28 Mai 2011 - 0:15
    Je regarde à droite, à gauche, quelqu’un passe, je suis violemment projeté vers l’arrière. Pendant mon vol, je lance mon arme qui passe à ras les pâquerettes de mon agresseur. Ignorant mon attaque il entre dans le bâtiment, je retombe au sol lourdement mais je me redresse rapidement afin de rattraper mon boomerang qui revient vers moi afin de terminer sa trajectoire. Je découvre dessus un morceau de bandelette blanche … comme pour les momies … Sans y prêter plus attention de que je le range afin d’avoir mes deux mains libre et de m’épousseter correctement. Je me demande ce que c’était ce bordel, des gens arrivent de nulle part bouscule quelqu’un en l’ignorant complètement et ne fait même pas attention à un éventuel projectile, l’esquivant avec une chance de cocu. Bon, fini que se lamenter, je vais rentrer là-dedans et m’amuser un peu, car là, dehors, on se fait bien chier. Je dégaine mon …boomerang, pas très effrayant, mais tant que je peux m’en servir ça me va, près à entrer à mon tour dans le bâtiment.

    J’avance doucement vers la porte me méfiant d’une éventuelle attaque, on est jamais trop prudent, mais je m’arrête avant même d’avoir fais quelques pas. Un homme remonte tranquillement les escaliers sans se presser. Il finit sa marche avant de me faire un signe de la tête et d’engager la conversation.

    « Je suis à la recherche de quelqu’un et j’ai l’intention de me débarrasser de ca en atteignant Tharkam. »

    Il mit alors en valeur sa main gauche, recouvert d’un métal doré apparemment plutôt entravant. J’ai tout de même l’impression que cet endroit, apparemment fuit de tous, est en fait un lieu de rendez-vous de tous les gens pressé. Bon … Tharkam … Métal doré … Par instinct j’essaye de voir ce que ces deux mots m’évoquent … Ils m’évoquent l’Egypte, ce qui colle vachement bien avec la bandelette que mon boomerang m’a ramené lorsque je l’ai lancé sur l’homme m’ayant bousculé … En plus c’est la seul personne que j’ai vu passé… Je Hic se trouve dans le fait que l’homme qui m’a bousculé et entré par l’endroit d’où celui qui est en face de vient de sortir … Pourquoi ne se sont-ils pas croisés ? Où alors ce n’est peut être pas lui qu’il cherchait, bref je sais pas, je réponds simplement à sa question, c’est pas mon problème.

    « La seule personne qui est passé est entré par là » pointant le couloir d’où était sorti mon interlocuteur « donc si tu ne l’a pas croisé c’est plutôt étrange où alors c’est pas celui que tu cherches, tient » je lui jette la bandelette que j’ai récupéré sur mon boomerang « j’ai arraché sa sur lui avec mon boomerang, si ça te dit quelque chose, sache juste qu’il est entré par là où tu es sorti »

    Je regarde l’homme en face de moi qui à rattraper la bandelette. Je pense que c’est ce qu’il cherche, mais je n’en suis pas sûr, de toute manière je rentrerais là dedans, avec lui s’il décide de partir à la recherche de l’homme qui m’a bousculé, ce fameux « Tharkam », sans lui si cette bandelette n’appartient pas à l’homme qu’il recherche. Je souris légèrement avant de déclarer à mon interlocuteur

    « Bon, moi je rentre m’amuser un peu, toi tu sais ce qu’il y a dedans, pas moi. Si tu veux de l’aide pour ton gaillard, retrouve moi, je ne sais pas quoi faire cette nuit. »

    Je rentre dans le bâtiment et je descends calmement les escaliers, prêtant une oreille attentive à la porte, voir si elle met plus de temps à se refermer signifiant que l’homme là-haut est finalement rerentré. Rien de particulier, la porte se ferme avec fracas, peut-être viendra-t-il plus tard ?

    J’attrape une torche éteinte et l’allume au point feu se faisant facilement remarqué dans ce sombre endroit … Pourquoi ne connaissent-il pas l’électricité ? Ah, peut-être pour faire de cet endroit un endroit lugubre pour éloigner les moins téméraires … une lame passe juste à côté de ma joue, me coupant dans mes pensées. Je sors mon boomerang par reflex et l’envoi avec une trajectoire simple : celle du couteau mais dans le sens inverse, et avec un retour. Pendant que le boomerang se dirige vers sa cible, je passe sur derrière le mur dans face, à couvert de tout nouveau jet de projectile. Un cri de douleur, puis le retour de mon boomerang avec quelques gouttes de sang tombant de sa lame. Une deuxième lame fuse, puis une troisième, la douleur provoque la colère, qui pousse les gens à faire n’importe quoi. Je sors de ma cachette soudainement, lançant mon boomerang, puis récupérant les trois lames avant de les lancer. Pendant que ces trois projectiles se dirigent vers ma cible, je cours moi-même dans la même direction, traversant le long couloir à l’aveuglette, ayant choisi de laisse ma torche sur place pour faire un leurre supplémentaire. Je m’abas sur l’homme au couteau qui venait d’esquiver mes projectiles et je le mets KO d’un coup surprise derrière la tête. Je prends sa torche et observe ce que j’ai parcouru. Hum, la partie de ce sous-sol dans laquelle je me suis battu est en fait constitué de deux couloirs parallèles (un où je me trouvais et l’autre où était l’homme au couteau) ces deux couloirs sont reliés par un autre perpendiculaire, celui où les projectiles fusaient. Sympa.

    Je poursuis mon chemin empruntant escaliers, couloirs, changeant parfois de torche, à la recherche d’un adversaire pour m’exercer, ou de quelqu’un avec qui taper la discut’ Je m’arrête soudain après un coude dans un couloir, je suis face à un homme ... cet homme à un serpent enroulé autour de son corps, ce n’est pas un garde, je m’avancerais même en supposant que c’est un voyageur … Mais la question qui se pose dans la situation dans laquelle je me trouve est plutôt : Amis ? Ou ennemi ? Ses prochains mouvements en décideront.


    « Qui es-tu, et que recherches-tu ici ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 227
Date d'inscription : 20/11/2010
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Ulstone Fye
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: [Quête] Avoir le Barreau [Jann Ascel, Nayki Shin, Nova Nguyen, Takeshi Satoru & Hope Maniakku] Mar 31 Mai 2011 - 14:09
    Dans ces lieux hostiles et sombre, mieux vaut ne faire confiance à personne, le fait d'être dans une prison fait un peu peur, Jann remarqua que ce ne fut pas une si bonne idée d'entrer, maintenant les gardes sont à ses trousses et il ne peut plus faire marche arrière, si il essaye de sortir par là ou il est entré, il se fera attraper c'est sûr, les gardes doivent l'attendre avec la bave aux lèvres. Jann avançait dans les escaliers tranquillement, ayant son serpent autour de son corps comme d'habitude. Un individu arriva, alors que Jann arrêta sa marche, la personne en question donnait l'impression qu'elle était plus grande que Jann, alors le snack controler continua sa route quand il fut interpellé par son interlocuteur. Après la question, Jann le regarda d'un air je me fous de toi, donc il ne fit pas réellement attention et continua sa marche en montant deux ou trois marches d'escalier, avant de se rendre compte qu'il devrait peut-être répondre à ce type.

    "En quoi ça te regarde ?"

    Cette réponse fut brève, mais Jann n'avait pas réellement envie de se battre, il est forcé d'affronter les gardes alors un voyageur. Oui, Jann arrive à faire une distinction entre les voyageurs et les rêveurs, un rêveur n'aurait pas interpellé Jann, quand on rêve on est pas réellement conscient de se qu'on fait dans le rêve, sauf si on est un rêveur lucide comme Jann, bien que cette lucidité ne sert pas à grand chose à Dreamland, elle sert juste à faire la différence du vrai et du faux, c'est à dire les illusions et la réalité de Dreamland. Bon, l'adolescent se tourna quand le python commença à siffloter, Jann ne comprenait pas encore ce que disait son serpent, mais soit il en a rien à faire pour l'instant. Jann courut dans les escaliers quand il aperçut un grand nombre de garde, certains possédaient des armes à distance alors que d'autre des armes pour le combat rapproché. Pour le corps à corps ça peut être un avantage pour Jann, mais le combat à distance... Il n'a pas encore développé son pouvoir à un assez bon niveau pour tenter des attaques à distance avec le poison de son serpent.

    L'adolescent tendit son bras vers ses ennemis et le python partit à toute vitesse pour s'occuper des tireurs, pendant que Jann fonçait vers les épéiste tout en esquivant leurs attaques et pour contre attaquer. Le problème fut que certains épéistes attaquaient le serpent du snack controler et ce dernier n'était pas assez fort pour s'occuper d'un trop gros nombre d'ennemi. L'adolescent attaqua comme il le pouvait en usant de son talent du corps à corps (Merci la boxe thaïlandaise), mais il en fallut pas beaucoup pour neutraliser le serpent ainsi que son maître, et ouais. Tous les gardes avaient formé un cercle autour de Jann et l'attaquèrent de tous les cotés et celui-ci se fit toucher et tomba k.o à cause d'un coup de la manche d'une épée au niveau du coup, c'est un coup de lapin amélioré. Jann ouvrit les yeux, il était encore dans les escaliers, sauf que cette fois il descendait, enfin, on le forçait à descendre plutôt, il put apercevoir son serpent, emprisonné dans une cage qui est tenue par trois gardes, ils étaient deux à tenir Jann, quelle galère. Le truc qui pourrait le sauver d'un long séjour en prison serait qu'il se réveil, c'est alors qu'ils arrivèrent devant une cellule, un garde arriva et tamponna sur la joue de Jann un signe à l'aide d'un objet, puis il fut jeté en prison avec son serpent qui se trouvait dans sa cage.

    "Jeune voyageur, tu nous as causé des ennuis tu sais, mais ne t'inquiète pas tu seras pas seul, il y a des perturbations dans la tour en ce moment et aussi, tu as été tamponné par un objet magique spécial, c'est le... Euh... Me rappelle plus du nom mais bon, tu vas resté dans cette prison même à ta prochaine nuit, tout ça à cause de la marque que tu as, n'essai pas de l'enlever ça sert à rien. Tu vas rester en prison pour une durée limitée, mais tu vas quand même t'ennuyer pendant un long long long moment, t'avais cas pas faire le con petit merdeux"

    "Putain de merde, j'suis dans une merde bien noire là, si seulement je pouvais détruire la cage de mon serpent, on pourrait s'enfuir, j'suis con, j'aurai jamais dû entrer dans cette prison..."

    Même si Jann est très très très dégoûté, ça ne veut pas dire qu'il a perdu espoir, au contraire il a un plan même, ce plan c'est... DE SE LIBERER APRES AVOIR LIBERER LE SERPENT !!! Sauf qu'il n'a pas de force surhumaine, je ne sais pas en quoi sont faites ces prisons et cette cage, mais c'est très très dur de les détruire, je crois que même dans la vie réelle ça doit être dur, sauf que à Dreamland on a des pouvoirs, mais le pouvoir de Jann est bloqué, que faire... Attendre qu'un miracle se produit, ou de tenter sans arrêt de sortir ce serpent de la cage ? C'est à toi de voir Jann, moi j'suis juste un mec normal qui écrit ce que tu fais, et moi j'suis tranquille dans la vie réelle ou je n'ai pas de soucis...


[HRP : Ce Post veut dire... Venez me liberer, comme ça, ça facilitera la rencontre entre nous tous... : HRP]

EDIT : [HRP : Quoi que ne venez pas me retrouver : HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 305
Date d'inscription : 11/02/2011
Age du personnage : 26

Voyageur Expérimenté
Nayki Shin
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 300
Renommée: 1365
Honneur: 380
MessageSujet: Re: [Quête] Avoir le Barreau [Jann Ascel, Nayki Shin, Nova Nguyen, Takeshi Satoru & Hope Maniakku] Sam 4 Juin 2011 - 11:03
« La seule personne qui est passé est entré par là »


Il pointe du doigt l'endroit d'où je viens de sortir, je me demande s'il ne me confond pas avec celui qu'il a vu entrer. Je sens qu'il n'a pas fini de parler et je continue de l'écouter:
« donc si tu ne l’a pas croisé c’est plutôt étrange où alors c’est pas celui que tu cherches, tient »

Il me lance une bandelette que j'attrape avec ma main non transformée. La texture est la même que celle utilisée pour entourer les cadavres des pharaons. Je suis sûr qu'il s'agit des bandelettes de Tharkam. Je serre un peu plus fort la bandelette de colère et me prépare à partir à sa recherche en reprenant le chemin emprunté juste avant. Je m'apprête à pénétrer dans le bâtiment quand il déclare finalement:
« Bon, moi je rentre m’amuser un peu, toi tu sais ce qu’il y a dedans, pas moi. Si tu veux de l’aide pour ton gaillard, retrouve moi, je ne sais pas quoi faire cette nuit. »

Il rentre dans le bâtiment qui s'enfonce dans les profondeurs de la Terre, juste avant que la porte ne se ferme, je réussis à me glisser dans l'entre-bâillement sans toucher la porte massive. Elle se referme juste derrière moi et je me retrouve plongé dans l'obscurité la plus totale. Une lumière s'allume non loin de moi mais je ne désire pas m'en approcher préférant la discrétion de l'obscurité. Un reflet de lumière me montre un passage à droite, je l'emprunte sans hésiter, au bout de trois pas une étrange lueur argentée me pousse à reculer. Une lame me frôle et j'entends un cri de rage. Je tente malgré le manque de lumière d'observer la zone. Il ne semble n'y avoir qu'un seul adversaire. Je vais en profiter pour tester ma nouvelle arme. Fermant mon poing, je m'élance sur l'adversaire et saisit la lame à pleine main. Avant de briser l'épée d'une simple torsion, le gant me protège et augmente ma force, c'est déjà un bon avantage. Soudain, indépendamment de ma volonté, le gant se tend et fonce vers l'homme qu'il transperce de part en part. Je me retrouve avec le cadavre d'un homme sur la main et son sang coule sur mon bras. Je récupère alors le contrôle de ma main. S'il advient le même sort macabre à tout ceux que je croise, il vaut mieux pour moi que je reste seul. Je dépose au sol le cadavre de l'homme et le fouille rapidement. Je récupère une clé que j'accroche à ma ceinture. Ça peut toujours servir.

Continuant mon avancée, il me semble entendre des cris qui s'élèvent au loin. Le genre de cris poussés par ceux à l'agonie qui ne rêve que de sortir d'ici. Mes yeux se sont suffisamment habitués à l'obscurité pour me permettre de voir. Je reste sur mes gardes quand une main m'attrape soudain le bras. Une voix d'homme s'adresse à moi:
« Tu n'es pas comme eux. Je t'en pris libère nous... »

Il me lâche le bras et je ne peux m'empêcher d'observer cette pauvre âme enfermée. Il est d'une maigreur affolante et son corps est recouvert de sillon tracés par un fouet probablement, dans ses yeux se lisent la douleur et la peur. Je lève le poing gauche et frappe de toute mes forces la serrure. Ma main de métal ricoche contre celle-ci sans provoquer la moindre égratignure, je réessaye d'ouvrir la porte mais avec la clé cette fois et celle-ci se consume dans la serrure. Je tente alors de crocheter la porte avec une carte, sans succès. Je m'énerve peu à peu et je redouble d'efforts en tapant de toutes mes forces. Le gant se met à luire d'une étrange teinte rouge sang. L'un des cinq joyaux qui en ornent le dos s'allume soudain et lorsque je frappe la porte, celle-ci se brise sous l'impact et est propulsée au fond de la cellule.

Le gant ne semble pas m'accorder qu'une protection, il réagit également à mes sentiments. La colère semble augmenter considérablement ma force. Une sensation désagréable m'envahit soudain et je jette un coup d'œil à mon bras. Des bandelettes sortent du gant et se mettent à remonter le long de mon bras jusqu'à recouvrir entièrement mon avant-bras. Je ne préfère pas imaginer ce qu'il arrivera si ces bandages me recouvrent entièrement...
Un puissant mal de tête me saisit soudain et je prend mon crâne entre mes deux mains, les cris des prisonniers envahissent ma tête et je titube. J'avance peu à peu et me dirige vers la sortie du couloir, laissant derrière moi ceux qui ne cherchent qu'à sortir. Peu à peu, la douleur s'estompe et je reprend conscience de mes actes. Au fond à gauche, une petite porte est entrouverte et une lumière en sort. Je m'avance vers celle-ci et pousse la porte. La lumière m'aveugle dans un premier temps et je perd quelques secondes à retrouver la vue. Lorsque je me rend compte de l'endroit où je me trouve, un simple « Shit » sort de ma bouche. Je me trouve dans une salle de garde. Autour de moi, cinq non six gardes sont là et me regardent avec surprise. Comme un seul homme, les gars se lèvent et dégaine leurs armes en me fonçant dessus tout en poussant des cris de guerre.

Je recouvre ma main sans protection avec des cartes et me met en position zenkutsu dachi, une jambe tendue en arrière l'autre légèrement pliée, les mains relevée pour me protéger. Lorsque le premier garde s'approche, je le frappe au visage d'un mawashigeri qui l'envoie valser même s'il se relève immédiatement. Le second garde tente de me frapper au visage avec une hache, je bloque le coup de ma main droite, la secousse du choc me crispe mais j'enchaîne avec un Uraken de la main droite. Je le repousse au loin en le frappant au bas-ventre. Je sors quelques cartes et les lances sur mes opposants, l'un d'entre eux se la prend en pleine gorge tandis que les autres les esquivent. Je me propulse sur l'un des gardes et réussit à m'agripper au lustre. Je coupe la corde avec une carte et le lustre avec moi dessus entame une descente vers le sol. La chute éteint les bougies et nous nous retrouvons plongés dans l'obscurité la plus totale. Un garde allume une torche à ma droite mais j'en profite pour l'éliminer d'un jet de carte. Ils ne sont plus que quatre. Je recule sans faire le moindre bruit jusqu'à atteindre l'un des murs.

Un mouvement à ma droite. Je me baisse, saisit la jambe de l'homme en question et le fauche, pendant sa chute, je me sers de mon autre main pour le frapper en pleine tête, la violence du contact avec le sol lui brise l'arrière du crâne. Je m'écarte de ma victime pour me replonger dans un autre coin sombre. Lorsque je réussis à repérer les trois survivants, je cours vers eux et saisit la tête de deux d'entre eux. Je frappe le troisième au visage avec un coup de pied et cogne les deux hommes l'un contre l'autre les envoyant des les vapes. Je m'approche de l'homme qui avait allumé une torche et la fait prendre feu à mon tour. Je repère la porte par laquelle je suis arrivé et me dirige vers la porte opposée. Me revoilà dans les sombres couloirs. Il ne manquerait plus que les hurlements des loups pour compléter le tableau. Et forcément... J'aperçois un groupe de ces bestioles qui me foncent dessus avec une rage féroce.

J'entame une course-poursuite avec une meute de loups dans les couloirs de la prison. Mon seul objectif étant de trouver un point en hauteur pour me retrouver hors de portée de leurs crocs. Je frôle une personne qui ne me semble pas être un garde. Je lui hurle de courir sans pour autant ralentir. Je réussis finalement à repérer une poutre qui se trouve à trois mètres de haut. Je lances une carte dans le mur à gauche et prend appui sur celle-ci pour m'accrocher à la poutre sur laquelle je me hisse. Je tend la main vers mon mystérieux partenaire de sprint afin de l'aider à monter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-generationx.perso.sfr.fr/
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Quête] Avoir le Barreau [Jann Ascel, Nayki Shin, Nova Nguyen, Takeshi Satoru & Hope Maniakku]
Revenir en haut Aller en bas

[Quête] Avoir le Barreau [Jann Ascel, Nayki Shin, Nova Nguyen, Takeshi Satoru & Hope Maniakku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 4 :: Lost Shadow-