Haut
Bas

Partagez|

Live your life to death (Featuring Nayki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Live your life to death (Featuring Nayki) Mer 13 Avr 2011 - 23:41
~In Real World~

Je rentre chez moi plus tard que d'habitude, pris d'une fatigue plus forte encore qu'à l'accoutumée. Cette journée harassante au boulot, je crois bien que je m'en souviendrais longtemps...
Je venais de commencer à travailler quand une serveuse est entrée précipitamment dans les cuisines, avec pour conséquence malencontreuse l'explosion d'une carafe de vin posée à côté de moi( d'ailleurs, je ne sais toujours pas comment j'ai fait) qui a envoyé trois cuistots à l'hôpital. Elle était paniqué, d'après ce qu'on m'a dit étant donné qu'entre temps j'avais été enchaîné et jeté dans la cave sans ménagement; dans la salle, il lui avait semblé reconnaître un grand critique gastronomique, et elle avait voulu nous prévenir pour que l'on puisse appliquer les procédures d'usage.

Hélas, nous nous trouvions maintenant en sous-effectif, ce qui a fait que j'ai du redoubler d'effort pour rattraper ma faute et éviter la "peine de mort". Rien que le fait d'y penser me fait presque frissonner, tellement c'est atroce et inhumain comme traitement. J'explique en quelques mots:
Le chef cuistot, ancien catcheur, commence avec un german suplex à la GTO pour me sonner. Ensuite, je ne sais pas trop ce qui se passe pendant que je suis inconscient; je me réveille attaché sur une chaise dans une pièce sombre, avec une télévision et un lecteur DVD. C'est à ce moment là que mon coeur s'emballe et que je commence à trembler, en général.
D'un coup, la TV s'allume et commence alors le supplice, l'infernale torture, la plus immonde des horreurs; une compilation dont même un démon n'oserait se servir: l'intégrale des chansons de Minmay, de la série Robotech pour les chanceux qui ne la connaîtraient pas. Certes, il doit y en avoir deux, peut-être trois à tout casser. Mais en boucle pendant cinq heures? Même Jack Bauer n'y résisterait pas, faut pas abuser.
J'y ai eu le droit deux fois, à ce châtiment. À chaque fois, j'ai du être hospitalisé pendant trois semaines pour récupérer tellement j'avais morflé... Cette compil' n'est pas à mettre entre toutes les mains, ce serait le chaos total, sinon.

Pour en revenir au boulot, hé bien ça s'est pas trop mal passé. Sur la fin de la journée, je devais respirer par intraveineuse, mais sinon ça allait. Et oui, je sais qu'on ne respire pas par intraveineuse, quelque soit la situation; mais dans mon état... C'était ça ou le cimetière, donc j'ai fait mon choix.

De retour chez moi, en rampant; ça faisait longtemps, ça. Je me traîne lamentablement jusqu'au canapé et m'endort sur le tapis, n'ayant pas assez de force pour grimper. Pendant mes derniers instants de conscience, l'image de Minmay me hante; j'espère que tout se passera bien à Dreamland...

~In Dreamland~

J'ouvre les yeux dans un endroit sombre et assez froid; en fait, je ne vois pour ainsi dire rien, enfin le temps que mes yeux s'habituent à l'obscurité, soit tout de même quelques secondes de vulnérabilité qui ne me rassurent guère. Je fini par comprendre, en observant les stèles aux formes saugrenues et l'atmosphère lourde qui pèse sur ce lieu, sans oublier ce silence de mort que je qualifierais de "silence de circonstance", l'endroit où je me trouve. Il semblerait que j'ai atterri dans un cimetière. Pendant un moment, je suis rassuré; je craignais de me retrouver face à elle, mon ennemie mortelle... Un tel affrontement ne me serait sans doute pas favorable, c'est pourquoi j'espère de tout mon coeur qu'elle n'existe pas en ce monde. Si une quelconque divinité existe, je prie pour ne jamais la rencontrer, et encore moins l'entendre chanter!

Après quelques instants de répit qui suivent cette courte frayeur, je me met en route, dans l'espoir de trouver quelque chose à faire; c'est vrai, un cimetière, c'est quand même rarement animé, et puis il n'y a que les goths pour se contenter d'admirer les tombes et autres ornements comme des oeuvres d'arts.
Je marche longtemps, mais toujours rien, pas un bruit, pas même âme qui vive. Pour ce qui est des âmes non-vivantes, je préfère ne pas y penser, ça porte malheur ce genre de chose.
Tout à coup, il me semble entendre un bruit au loin; immédiatement, un frisson d'horreur me court le long de l'échine. Je ne sais pas pourquoi, puisque je ne suis pas assez près pour identifier réellement ce bruit, mais j'ai un très mauvais pressentiment. Pourtant, mû par une curiosité soudaine, je ne peux m'empêcher de chercher à me rapprocher, pas à pas. Je réduit ma vitesse pour scruter les alentours et préparer un éventuel plan de repli stratégique, jetant un coup d'oeil inquiet à toutes les formes qui se dessinent dans cet endroit sordide où tout parait plus effrayant; sans doute que le silence n'aide pas à arranger les choses...
D'ailleurs, en parlant de silence, le bruit que j'entends se fait plus fort au fur et à mesure de ma progression; je ne parviens toujours pas à dire ce que c'est, mais une chose est sure. Toutes les fibres de mon être me hurlent de ne pas approcher, de fuir pendant qu'il en est encore temps. Pourtant, je continue mon chemin, avide de savoir; la connaissance de ce qui peut bien m'effrayer à ce point.
Un bruit. Pas n'importe lequel, un bruit de pas. Je me rapproche doucement de celui ou celle en totale contradiction avec ce lieu, Chaîne royale à la main. Je prends un peu d'avance puis me jette précipitamment en travers du chemin, tout en observant ce nouvel arrivant dans ce lieu où la mort n'est, semble-t-il, pas vraiment définitive...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 305
Date d'inscription : 11/02/2011
Age du personnage : 25

Voyageur Expérimenté
Nayki Shin
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 300
Renommée: 1365
Honneur: 380
MessageSujet: Re: Live your life to death (Featuring Nayki) Sam 16 Avr 2011 - 11:26
La journée est longue. Après avoir assisté aux ennuyeux courts de la journée, je me retrouve à la cérémonie d'inauguration d'un nouveau casino dans lequel aura lieu un grand tournoi auquel je suis invité. Les gens affichent tous de faux sourires et discutent avec tout le monde de tout et de rien comme s'ils étaient les meilleurs amis du monde. En réalité, ils observent attentivement les personnes présentes et ne discutent que pour en savoir plus sur les uns et les autres. C'est de bonne guerre me direz-vous, mais après avoir vécu des aventures palpitantes à Dreamland, ce monde-ci peut sembler bien fade de temps en temps. Je suis installé à une table en sirotant un délicieux cocktail. De nombreuses personnes que je connais ou non sont venus me voir pour discuter avec moi de tout et de rien. Leurs sujets dérivant sans cesse vers moi, mes problèmes, mes techniques au poker... Je ne leur répond que de façon très peu concrète sans donner le moindre élément réel. Ils me mentent et je leur mens en retour puis ils s'en vont et un autre arrive avec des questions similaires. Mon portable sonne soudain, je décroche et me lève de table avec précipitation. Je m'écris suffisamment fort pour que tout le monde entende:
« Quoi? Oncle Hubert est mort! Oh non, cette mauvaise nouvelle risque de compromettre ma participation au tournoi..... Oui, j'arrive... Non... Oui... Au revoir. »

Je raccroche, tout les regards sont tournés vers moi. Sur les visages, quatre expressions prédominent dans la salle. Certains affichent de l'indifférence, d'autre de la tristesse et certains affichent une joie d'apprendre qu'un des joueurs du tournoi risque de ne pas être là. La dernière expression est minoritaire dans la salle. Il s'affiche sur les visages de ceux que je connais déjà, il s'agit de la même expression que ceux qui participent à une blague ou à une farce. A eux, je leur rend ce regard amusé tout en restant discret. Je sors pas la grande porte et cours m'installer à l'arrière de la voiture noire familiale. Le chauffeur se tourne vers moi et déclare d'un ton monocorde:
« Fut-ce bien, monsieur? »

Je lui répond:
« Parfais, Franck, parfais. Tu m'a appelé pile au bon moment. La plupart ont vraiment cru que je ne viendrai pas au tournoi. Il doivent déjà être en train de me rayer de la liste de leurs adversaires potentiellement dangereux. Par contre, il va falloir changer de méthode la prochaine fois, trop de personnes connaissent maintenant le coup du « J'ai un décès, je dois partir ». »


Franck hoche lentement la tête:
« Bien monsieur. »
La voiture démarre lentement et nous nous dirigeons vers la demeure familiale. A peine arrivés, je chausse mes rollers et m'élance dans les rues de la ville afin de décompresser de cette affreuse journée. Au bout d'une demi-heure, après avoir erré dans la plupart des rues de la ville. J'arrive devant le cimetière. L'endroit où j'ai enterré tout mes bons souvenirs avec le corps de mes proches. Mon cœur se serre et je redémarre. Je roule le plus vite possible pour m'éloigner de ce lieu maudit et pour remplacer la tristesse par la fatigue. Je vais tellement vite que je risque par deux fois de me faire renverser par une voiture. J'arrive finalement chez moi, déchausse mes patins et grimpe l'escalier quatre à quatre pour m'effondrer dans mon lit, triste et fatigué. Mes yeux se ferment lentement tandis que mon esprit erre du côté de mes proches.


Je me rouvre les yeux dans un endroit sombre mais faiblement éclairé par une lune affreuse qui luit dans ce ciel sans nuage. Cet endroit silencieux m'exaspère au plus au point tout en me procurant un calme profond. Deux sentiments contradictoires qui se mêlent dans mon corps pour ne former qu'un seul et unique qui grandit peu à peu: La peur. Je me relève et me dirige vers l'endroit le moins effrayant du coin, c'est à dire un chemin très long et très sombre entouré d'arbres aux formes étranges. Des bruits étranges s'élèvent de temps en temps. Je sors trois cartes, l'une d'entre elle, le joker, se met soudain à bouger dans tout les sens. Je ne comprend pas ce qui se passe.
Je continue mon chemin sur ce grand sentier sombre en observant les lieux. A ma droite, des tombes immenses et originales s'élèvent du sol. Semblant vouloir attraper la lune au-dessus. Un chat saute soudain sur l'une des tombes et me regarde avec un œil étrange. Il penche la tête sur le côté, feule tout bas et retourne dans l'obscurité. Tout ce qu'il faut pour être rassuré...

Je continue ma route quand soudain, le joker quitte ma main sans ma permission pour s'élancer vers une silhouette étrange qui débarque en plein milieu du chemin. Je tente de la faire changer de direction mais rien à faire. Elle s'arrête à une vingtaine de centimètres de la cible en restant immobile dans les airs. C'est la première fois que j'assiste à un tel phénomène. Le gars en question semble armé d'une épée étrange. Plus précisément une épée-clé. Se pourrait-il qu'il s'agisse de Kuro? Je m'approche de quelques pas et aperçois les longs cheveux blancs de mon partenaire. Je m'arrête à un mètre de lui et lui adresse la parole:
« Salut, Kuro, je ne pensais vraiment pas te croiser dans un tel endroit. »

Je scrute les lieux autour de nous. Un craquement sinistre retentit non loin de nous, je me retourne vers l'origine du bruit mais mon regard ne rencontre que les ombres qui se mouvoient au rythme du vent. Je récupère le joker et fait un signe de la tête à Kuro pour que nous avancions en direction de l'endroit d'où provenais le son. Je m'écarte du chemin pour m'enfoncer lentement dans les profondeurs de la forêt. Une lumière semble luire au fond, surement due à un feu. J'approche encore un peu avant de me cacher derrière un arbre. Nous sommes juste à côté d'un campement occupé par cinq voyageurs. Ils transportent un coffre qui bouge de temps en temps par petites secousses. Des cris s'en élèvent. Les cinq larrons ne semblent pas imaginer une seconde qu'ils ne soient pas seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-generationx.perso.sfr.fr/

Live your life to death (Featuring Nayki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Cimetière de Dreamland-