Haut
Bas

Partagez|

[Quête] Une lumière dans les ténèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: [Quête] Une lumière dans les ténèbres Mar 8 Mar 2011 - 17:45
    L’hiver commençait à perdre de son influence, l’année s’approchait de plus en plus du beau temps. D’ailleurs, ces derniers jours avaient été au paroxysme de leur beauté avec ce soleil omniprésent et ce ciel quasi vide, si ce n’est le bleu roi qui trône au sommet de notre voute céleste. Bien qu’éloigné, l’astre jaune qui nous apporte journée et moral joyeux s’évertuait à nous prodiguer le plus beau début de saison qui soit. Seulement, parce qu’il ne se rapproche que trop lentement, la chaleur n’est pas encore sa compagne. Au contraire, malgré le réflexe qui nous pousse à sortir en tee shirt, le vent est là pour nous rappeler que même avec un manteau, nos extrémités peuvent être congelées. Pour compenser cette fraicheur, reste d’un hiver douloureux, la terre nous offre des bouquets de fleur en pagaille. Tous les arbres sont en train de fleurir, devenant par là même des présents que l’on offrirait bien, si nous le pouvions, à notre mère par exemple…

    Un pétale de fleur de cerisier s’était à peine habitué à cohabiter avec ses pairs que le vent déchira le lien qui les unissait, l’envoyant s’envoler vers l’inconnu. Exploitant avec grâce et beauté la légèreté qui le caractérise, ce petit moins que rien apportait sa pierre à l’édifice qu’est un magnifique décor. Il n’est toujours pas seul, il est entouré par nombre de ses frères, à virevolter un peu partout dans le ciel, effectuant une danse que même les professionnels envieraient. Pour le plaisir de nos yeux, la multitude de valses entremêlées provoquent en nous une âme artistique, une dépendance pour la volupté et un désir insatiable de rester. Oui, rester sous cette pluie douce. Le printemps est une caresse pour le cœur meurtri, un réconfort pour l’âme troublée, un bouclier pour l’esprit endeuillé. Ainsi, notre ami le pétale clôt son feu d’artifice de majesté par un bouquet final : son atterrissage délicat. Seul.

    Touchant le bout de mon nez, un pétale de fleur de cerisier m’aide à sortir des pensées noires qui envahissaient mon esprit. J’étais là, debout devant la tombe de ma mère, chacune de mes mains tentant de réconforter sa jumelle, dans mon dos. Je ne saluais pas le drapeau, je ne respectais pas une minute de silence, je ne me présentais pas solennellement à une audience, non, je me ressassais les bons souvenirs qui restaient de ma mère, par delà les temps et les époques. Ils étaient comme éternels. Je ne pourrais jamais oublier son sourire, source de joie et larmes, les larmes symboles d’un bonheur intense qui remplit notre cœur jusqu’à déborder. Nous étions comblés par sa présence. Plus maintenant. Un vide la remplace. Notre vie n’a plus de saveur. Nous sommes perdus.

    Que pourrais-je faire pour la ramener à la vie ? Existe-t-il un moyen ? Mais pour parler d’un sujet qui me concerne plus particulièrement, qui est son assassin ? Vais-je le trouver un jour ? Est-ce que je serais assez fort pour la venger ? Autant de questions qui tombaient dans mon esprit, dansant en chœur avec les pétales autour de moi. Bien que légèrement rosés, les pétales qui passaient devant moi n’étaient que blancs à mes yeux, comme si toute couleur avait été retirée de ce monde. Comme si tout n’était que nuance de noir et de gris, ou de blanc. Cette pluie d’innocence était pourtant un signe d’espoir pour moi. Dans ce monde enténébré, il existait une lumière, plusieurs lumières qui me guideraient vers la source de mes cauchemars, vers la cause de mon trouble. Il y avait Dreamland, le monde qui me permettait d’espérer par excellence. Et aussi un individu, celui que je recherchais assidument dans la réalité. Ces deux choses me permettaient de rester debout devant la tombe de ma mère, non à genoux. Je lui faisais tout le temps la même promesse, aujourd’hui ne changeait rien aux habitudes.

    -Bonjour Mère, je te promets de retrouver l’homme qui est responsable de ta mort. Je te jure qu’il assumera la conséquence de ses actes…

    Sortant du cimetière, quelle ne fut pas ma surprise de constater la présence d’un individu adossé sur le mur de l’enceinte. Il s’agissait de l’homme que je recherchais ! Il était exactement pareil que la dernière fois, je l’observais de long en large pour bien mémoriser sa silhouette, pour m’en imprégner et ne plus jamais l’oublier. Il était grand, bien plus que moi, il portait un bonnet vert foncé qui tentait de cacher complètement sa chevelure brune, en vain. Des lunettes masquaient ses yeux, d’un vert foncé, elles étaient petites et ovales. Il était bronzé, comme s’il revenait du ski, et la couleur de sa peau allait de pair avec sa doudoune beige. Son manteau étant sans manches, on voyait celles de son pull noir, qui dévalaient la pente que sont ses bras jusqu’à atteindre les poches de son pantalon. Son jean était ample, plutôt un baggy, de couleur marron clair, il était pourvu de nombreuses poches qui pouvaient aisément contenir une arme chacune. Il avait une dégaine détendue, comme s’il ne me considérait nullement comme une menace alors qu’il savait très bien que j’étais prêt à lui sauter dessus pour obtenir les informations que je voulais.

    D’ailleurs, c’est ce que je fis. Mais alors que mon poing allait si bien s’entremêler avec son visage, sa silhouette se déplaça, suffisamment pour éviter mon coup qui n’allait que dans une direction. Il était tellement désireux d’atteindre son but que tout changement de trajectoire en cours de route fut impossible. Je parvins tout de même à freiner mon entrain avant de ruiner le mur, ou alors de détruire mon poing.

    -Hola, doucement. C’est comme ca que tu accueilles ton bienfaiteur ?

    Lâchant un bref rire moqueur, je me retournais vers lui avec mon sourire en coin

    -Mon bienfaiteur ? Tss… Ce n’est pas parce que j’ai découvert Dreamland après que tu m’aies frappé et que tu m’aies dit que ma mère n’était pas morte accidentellement que je vais faire de toi mon bienfaiteur ! Au contraire, rien ne prouve que tu aies raison, je n’ai trouvé aucune piste depuis le temps !

    C’était à son tour de mal contenir un rire moqueur.

    -C’est peut être parce que tu ne cherches pas là où il faut !

    Contenant ma rage, je ne voulais pas m’emporter contre ce mec qui me prenait de haut parce qu’il laissait entendre qu’il savait plus de choses que moi.

    -Tu fais comme si tu savais tout, mais si tu m’as dit ca la dernière fois, c’est bien parce que tu as besoin de moi, non ? En plus, tu ne m’as même pas dit qui tu étais !

    Gardant toujours un sourire sur ses lèvres, comme pour montrer que mon énervement ne lui faisait rien, il l’enleva de sa bouche pour me répondre.

    -Je n’ai pas besoin de toi non, ca m’amuse, c’est tout. Et… Si tu veux savoir qui je suis, je ne vais pas te le cacher plus longtemps, je m’appelle Leo Ginger !

    J’en eus les yeux exorbités de surprise. Ce mec portait le nom de jeune fille de ma mère. Il faisait donc partie de ma famille ? Incroyable, mais possible. Je n’ai jamais eu l’occasion de rencontrer les membres de la famille de ma mère, même pas mes grands parents maternels.

    -Tu… Tu es… mon oncle ?

    Selon la taille et l’âge que je lui donnais, j’en avais déduis que c’était mon oncle. Et vu son petit sourire satisfait, c’était le cas. Je passais sur ses airs condescendants, je ne comprenais pas pourquoi il agissait comme ca avec moi s’il était de la famille… Moi au contraire, j’étais heureux de le rencontrer, ca avait toujours été quelque chose dont j’avais vraiment envie.

    -Non, je suis ton cousin ! C’est pas parce que t’es un nain qu’il faut croire que les plus grands que toi sont carrément plus âgés… M’enfin, comme je suis de ta famille, je vais t’aider à atteindre ton objectif. Alors, si tu retrouves l’assassin de ta mère, tu vas faire quoi ?

    La joie remplissait de plus en plus mon cœur, j’avais devant moi un cousin, un membre de ma famille avec lequel je pourrais être ami, un membre de la famille de ma chère mère, et en plus, il allait m’aider, quoi de plus beau ? Malgré mon air joyeux, je montrais un regard déterminé, avec un sérieux qui se traçait de plus en plus sur mon visage au fur et à mesure que le temps s’écoulait tandis que je comprenais l’importance de la tâche à venir.

    -Je suis prêt à venger ma mère, je lui ferais payer très cher ! Je le réduirais à l’état de néant !!! Il n’existera plus pour nuire à qui que ce soit !!!!!
    De retour avec son sourire malin, Leo souleva tout de même :

    -Héhé, c’est bien. Alors, je suis d’accord pour t’aider. Tu veux la vengeance ? Tu l’auras ! Sache malgré tout que le meurtrier, tu le connais ! Tu le connais même très bien ! Je te dis ca pour te prévenir mais tu seras quand même surpris. Il faut que tu saches aussi que la vengeance que tu vas apporter, toute notre famille la désire également. Mais c’est mieux si c’est toi qui t’en occupe, tu comprendras plus tard. Donc ! On se retrouve à Dreamland, tu penses à moi avant de t’endormir comme ca, tu iras dans le royaume où je serais, je t’attendrais. D’accord ? Ok, à toute !

    Sans me laisser le temps de le questionner plus, il s’en alla en toute hâte. Comment ca je le connais très bien ? Tout de suite, je pensais à mon père ! Cette raclure aimait peut être ma mère mais il aurait très bien pu commettre l’irréparable pour une question d’argent !! D’ailleurs, il avait gagné le jackpot depuis l’accident étant donné qu’il possédait maintenant toutes les richesses de maman. Je le voyais vraiment bien en meurtrier… Mais alors pourquoi Leo me donnait-il rendez vous à Dreamland ? Ne me dites pas que ce furoncle qui me sert de géniteur est un voyageur !!?? En y pensant, tout ce que j’avais imaginé comme quoi l’assassin de ma mère était plus puissant que moi, j’en doutais fortement à l’heure actuelle. Si c’était mon père, j’allais le démolir sans ménagement ! J’étais pressé d’aller dormir maintenant…

    C’était marrant d’ailleurs, ce qu’avait dit mon cousin. J’ignorais que si l’on pensait à quelqu’un avant de m’endormir, on le rejoignait à Dreamland, c’était bon à savoir ! Pourquoi n’y avait-il pas de manuel pour ces petites astuces ? Bien que je ne sois pas vraiment fervent pour étudier, c’était différent dans ce cas précis. Bref, vu que le soleil s’était couché et qu’il commençait à faire nuit, je retournais à la maison. Pour la première fois depuis longtemps, la salle de muscu allait me redécouvrir. Oui, je n’étais pas vraiment quelqu’un qui faisait tout pour avoir des muscles de compèt mais ce genre d’installation était de série dans les châteaux alors j’en profitais de temps en temps. C’était une première ! Depuis la mort de maman… Ce soir, ca allait chauffer ! Si je devais affronter ma cible, je voulais me préparer physiquement. Je savais très bien que c’était inutile vu que je serais dans le royaume des rêves mais bon, il fallait que je me défoule en attendant, j’étais surexcité, je n’aurais jamais pu m’endormir.

    Une fois dans mon lit, épuisé, je pensais à Leo comme il me l’avait dit. L’avoir observer en détail m’aidait à me souvenir de lui malgré le fait que je ne l’aie pas vu souvent. J’allais maintenant commencer une nuit mémorable ! Meurtrier, attends moi !!
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: [Quête] Une lumière dans les ténèbres Dim 20 Mar 2011 - 18:46
    Mes pensées s’étaient emmêlées, ce n’était pas si aisé de se concentrer sur une idée en particulier lorsque nos paupières sont closes. Je n’ai pas pu m’empêcher de revivre mentalement ma soirée au cimetière. Mais peut être était-ce un signe ? Parce qu’en arrivant dans mon monde préféré, Dreamland, j’étais à la fois à coté d’un cimetière, et en même temps, je me trouvais aux cotés de Leo. Il était différent en mode onirique. Il portait des couleurs flashy, des lunettes teintés noires fashion et un chapeau de paille multicolore. C’était vraiment un style spéciale, mais il correspondait parfaitement à l’état d’esprit de Dreamland. Ca me faisait plaisir en fait de retrouver mon cousin ! Ce dernier ignorait surement à quel point cela me touchait de connaitre un membre proche de ma défunte mère.

    Comme s’il était pressé, il refit brièvement les présentations puis poursuivit :

    -Bon alors, nous voila à l’endroit parfait pour une vengeance. Le meurtrier n’aura pas à aller loin pour se retrouver enterré dans sa tombe ! Donc pour y arriver, c’est très simple, j’ai fait tout le boulot. Il te reste qu’à entrer et faire ce que tu as à faire ! Quand tu seras à l’intérieur du cimetière, tout va couler tout seul, tu verras…

    A cet instant plus que tout à l’heure, je le trouvais vague dans ses paroles. Pourquoi masquait-il les détails s’il voulait m’aider ? Il voulait peut être que je résolve tout ce mystère seul. Quoi qu’il en soit, je lui faisais confiance, c’était mon cousin après tout. Après un mouvement approbateur de la tête, je tournais le regard en direction du portail métallique qui servait d’entrée et qui était quelques mètres plus loin. Mais avant, je regardais à nouveau mon guide :

    -Tu ne m’accompagnes pas ?

    Me regardant avec un sourire léger, il me répondit :

    -Non, c’est quelque chose que toi seul peut faire. J’ai fait ma part, maintenant, à toi de conclure toute cette affaire. Fait payer à ce meurtrier pour ce qu’il a fait, au nom de toute la famille !!

    Encore mystérieuse, sa réponse me satisfaisait néanmoins. Il suffisait d’entrer pour tout comprendre ? Alors c’est ce que j’allais faire ! M’avançant en direction de l’entrée, je me rendis compte à quel point le portail était grand. Jamais je ne dirais que je suis petit, donc oui, c’est le portail qui est immense. Et quand je dis immense, c’est genre il n’y a pas de poignée sur les battants et pas moyen de voir à l’intérieur à moins d’avoir des ailes ! Je poussais de toutes mes forces ce putain de portail et sans peine, j’entrais à l’intérieur.

    C’était bien la première fois que je voyais un tel cimetière ! C’était vraiment un monde imaginaire. Il était immense, il allait jusque l’horizon et il était vraiment original. Les tombes étaient de toutes tailles, certaines ressemblaient à de véritables manoirs, d’autres à des cabanes lugubres, d’autres encore à des cathédrales délabrées. Bien sur, la majorité était simplement une croix plantée dans l’herbe et d’ailleurs c’était impressionnant de voir le nombre qu’elles étaient. C’était d’autant plus surprenant que je ne comprenais pas de qui il pouvait s’agir. Tous ces morts… étaient des voyageurs ? Non, puisque la mort d’un voyageur signifie le retour à l’état de rêveur… Alors dans ce cas, il s’agissait de créatures oniriques ? Il était possible de mourir pour elles aussi ? Etant issus d’un monde imaginaire, n’avait-elle pas la chance de revivre d’une quelconque manière ? Ou d’être envoyé ailleurs ? Comme une sorte de paradis ? En y songeant, si le paradis existait, Dreamland serait le meilleur endroit pour qu’il s’y trouve. Tout comme l’enfer…

    J’étais paisiblement en train de réfléchir à tout cela avec mon état d’esprit positif qui recherche toujours un espoir. Je voulais tant revoir ma chère mère… Si Dreamland le permettait, je ferais tout ce qui est possible et imaginable pour y arriver ! Tandis que je continuais de m’enfoncer dans le cimetière, passant à coté de nombreuses tombes, toutes plus originales que les autres, un éclair déchira le ciel sombre de sa trainée lumineuse. C’est alors que je remarquais la pénombre qui siégeait autour de moi. Il faisait beau avant d’entrer et maintenant on était en plein orage. Plus précisément, il s’agissait de préliminaires à une tempête. Le ciel était encombré, ténébreux, et le vent soufflait à mort. Mais surtout, le plus impressionnant, c’était le silence qui régnait. Aucun bruit, s’en devenait inquiétant.

    A cet instant précis, un bruit gigantesque me surprit sur ma droite ! C’était une porte en bois qui s’était fermée violement en raison du vent. La serrure n’avait pas l’air de tenir la route. Mais avec tout ca, mon cœur battait la chamade. C’était un prélude à une ambiance glauque. Je n’aimais pas vraiment beaucoup ca… J’étais surtout pressé de découvrir ce qui devait se passer, il y aurait quelque chose qui devait m’ouvrir les yeux comme me l’avait prédit mon cousin.

    Justement, sans le savoir, j’étais observé. Quelqu’un de puissant me surveillait, de loin. Ma seule présence était de la provocation. Il était venu pour une raison précise, et un voyageur n’était pas le bienvenu, surtout maintenant. Voulant tester sa proie comme toujours, il envoya cinq de ses créatures en avant de lui, des ombres parmi les ombres. Marchant innocemment sur le sentier de terre qui séparait le cimetière en deux, j’avais toujours le cœur qui était serré, prêt à toute surprise. Cette situation était horrible, je savais que quelque chose allait m’arriver, mais je ne savais pas quoi, ni quand, et cette atmosphère lugubre qui m’entourait n’avait rien pour me plaire. M’arrêtant pour regarder de plus près une statue d’un squelette à la coupe afro, je commençais à me détendre un peu en ricanant devant l’originalité de cette tombe. On aurait dit un gentleman, voire un peu pervers sur les bords. Et puis, un squelette avec une coupe afro, habillé comme un britannique et tenant une tasse de thé, ce n’était pas courant. Mais alors que j’avais oublié mon stress, une ombre passa sur le coté, entre deux blocs de pierre un peu plus loin. Tournant la tête vivement, je tendis l’oreille pour n’entendre que le bruit du vent entre les tombes. C’était d’ailleurs légèrement flippant, on aurait dit des cris de demoiselles horrifiées. J’étais tout de même plus curieux qu’apeuré donc je m’avançais prudemment en direction de ces deux cubes de pierre.

    M’adossant à l’un d’entre eux, je jetais un œil rapide derrière, des deux cotés. Rien. Me relâchant un peu, je continuais ma traque, essayant de suivre l’hypothétique piste d’une ombre… Cela me menait à une énième tombe, plus effrayante qu’originale, mais qui valait le coup d’œil. La pelouse avait cédé la place à de la roche qui formait une butte dans laquelle quelqu’un avait creusé puis sculpté sa tombe, comme une grotte où l’entrée représentait une bouche ouverte d’un dragon ou d’une créature avec de grandes dents pointues. Je restais devant, n’osant pas pénétrer à l’intérieur, cherchant du regard la croix qui devait se voir malgré l’obscurité épaisse qui s’y trouvait…

    Si j’avais été un traqueur, j’aurais été très bon, vu que j’avais trouvé ma cible… Seulement ma proie était devenue prédateur et c’était moi, sa proie ! Oui, lorsque j’avançais un peu la tête en plissant les yeux devant la grotte, un mouvement d’ombre me fit reculer de justesse pour éviter une attaque tranchante venue d’outre tombe. Mais pas suffisamment pour éviter de déchirer mes vêtements. Heureusement, ils ne me collaient pas à la peau. Il y avait donc trois belles trainées de griffes sur ma chemise. Et une créature qui sortait de l’ombre tel un revenant d’entre les morts. Un zombie ! Et un bien moche… Il ne ressemblait à rien, il n’avait qu’une boule orange foncé pour lui servir de face et/ou d’yeux et elle était en quelque sorte gobée à moitié par son cou plus long que les humains. Le reste de son corps n’était que muscles seyants ainsi que griffes aussi aiguisées que les excroissances qui décoraient son corps, un peu partout. Il était tout violet, d’une teinte aussi sombre que la nuit, et des sortes de veines orange sombre parcouraient tout son corps. Avant que je ne m’en rende compte, j’étais entouré par quatre autres créatures du même genre.

    Effrayé, je me serais enfui en tant normal parce que ces spécimens sortaient tout droit d’un cauchemar. Mais aujourd’hui, c’était différent, je m’étais préparé à rencontrer le meurtrier de ma mère, et s’il lançant des sbires depuis les ténèbres où il habite, je n’allais pas me laisser démonter. Ajoutée à la peur, de l’excitation secouait mes membres. Fermement déterminé à me faire ces cinq créatures, même si je devais être blessé à mort, je devais survivre pour voir celui qui tirait les ficelles ! C’est alors que ma flamme royale s’illumina. Se faisant, je compris enfin le fonctionnement de cette mèche enflammée qui brille au dessus de mon front à chaque combat. Il fallait que je sois décidé à me battre pour que mon pouvoir se réveille en quelque sorte ! C’était une énorme découverte pour moi. J’avais toujours cherché ce qui provoquait l’étincelle du feu qui sommeille en moi. Et maintenant, alors que j’étais dans une situation de danger, je l’avais trouvé. J’espérais juste survivre assez longtemps pour pouvoir vérifier mon hypothèse à un prochain combat.

    Embrasant mes gants, je n’eus pas le temps de réfléchir à une stratégie puisque le premier zombie qui m’avait attaqué poursuivait son assaut sans s’arrêter. Il voulait me pousser vers ses complices ! J’étais en position défavorable si je restais au centre de leur cercle, il fallait que je sorte de là. Trop tard, un zombie se trouvait juste derrière moi lorsque je tournais la tête vers l’arrière. Par réflexe ou par peur, je lui assenais un coup de coude vif et décisif. Je n’eus pas le temps de voir ce qu’il advenait de ma récente victime mais il n’était plus à m’oppresser, c’était déjà ca. Les autres resserraient l’étau qui deviendrait bientôt ma tombe, leur encerclement. N’arrêtant pas de reculer pour éviter les assauts furieux du zombie devant moi, je ne pouvais pas me concentrer pour trouver une issue. Finalement, ce qui devait arriver arriva. Ils s’étaient tous stoppés, à un mètre de moi, quatre à m’encercler sans pitié. Malgré leur démarche plus lente que nous humains, ils avaient réussi à me mettre la pression pour en arriver là. Mes sens étaient tellement alertes que je pouvais voir leurs muscles des cuisses commencer à se contracter pour un dernier assaut, le plus fatal. Pris au piège, je n’avais aucune solution, j’étais dans un coin du cimetière où il n’y avait que des tombes en croix par terre, rien pour m’aider. Finalement, ils s’exécutèrent, leur danse mortelle débuta par un sprint les griffes en avant et se termina par ma…

    … nouvelle technique !!! Dans un dernier soupir, j’avais rassemblé les forces de mon dernier espoir et je les ai concentrées dans les flammes de mes poings. Ensuite, tournant sur moi-même, j’avais frappé tous mes assaillants !!! L’un à la tête, l’autre à l’épaule, encore un autre au niveau des cotes, bref, j’ai réussi à tous les repousser en les brulant au passage. J’étais fier de cette technique que je venais d’inventer. C’est vraiment lorsque l’on est à l’article de la mort que l’on parvient à faire les plus belles prouesses. Mais je ne m’en étais pas tiré indemne… Leurs griffes avaient réussi à m’arracher pas mal de peau, au niveau du torse, du dos, de l’épaule aussi, et de la cuisse. En plus, leurs attaques avaient frappé violemment mon corps, si bien que pas mal d’hématomes ajoutaient de la couleur à ma peau. Et puis, ce n’était pas fini, je les avais repoussés simplement ! A part deux cadavres que je pouvais voir. L’un était surement celui que j’avais frappé avec mon coude. Vu comment il reposait dans la mort, sur le dos, la tête vers l’arrière, je l’avais frappé sous la mâchoire. L’autre était par terre, sur le ventre. Ce devait être celui que j’ai frappé à la tête. En y repensant, c’était vraiment dégoutant de sentir les différences de contact sur mes poings pendant mes attaques, entendre les craquements que je provoque, sentir le brulé, tout ca me donnait envie de gerber.

    Voyant un des zombies revenir à la charge, je profitais de son faible célérité pour fuir en direction des tombes plus sophistiquées, qui m’offraient plus de possibilités. Montant sur tombe en forme de pyramide taille réduite, je repérais toutes mes cibles. Elles étaient toutes en vue, pas très loin. Elles s’étaient relevées et me cherchaient. Lorsqu’un des zombies passa en contrebas, je sautais de mon perchoir pseudo égyptien et le frappa à la tête de toutes mes forces. Avec le saut que je venais d’effectuer, mon attaque n’en était que plus redoutable, je m’étais débarrassé de lui… Plus que deux.

    Prenant soin de ne pas me faire repérer, je ne passais qu’entre les tombes où le vent soufflait fort, pour que le bruit de mes pas soit couvert. Avec ce silence de plomb, il leur était facile de me trouver sinon. Je ne savais plus trop où étaient les deux zombies mais au moins, j’avais une idée approximative d’où se trouvait un des deux. Alors que l’adrénaline m’enivrait au plus haut point et que mes lèvres ne pouvaient s’empêcher d’afficher un sourire nerveux, je tournais au coin d’une tombe et… tomba sur un des zombies ! Il était en face de moi ! Reculant par réflexe, je me retournais à la va vite et percuta une croix plantée dans le sol. Me tenant le flanc, l’excitation me permettait de supporter la douleur, pour l’instant…

    Contournant une tombe rectangulaire qui nous dépassait tous en hauteur, je fis le tour pour arriver dans le dos de mon ennemi. Le prenant par surprise, je le frappa en plein dans le dos, puis encore, et alors qu’il essayait de se retourner, je visais maintenant sa tête. Il me griffa au visage malgré l’imprécision de ses coups, mais ce n’était pas passé loin de mon œil tout de même. Finalement, je reculais d’un pas, il se retourna complètement et immédiatement, je dirigeais mon poing dans sa face. Vu que j’avais reculé, il n’avait eu le temps que de finir sa rotation et de commencer à marcher vers moi, ce qui m’avait permis de le finir en le prenant de court. Plus qu’un !

    Mais alors que je me demandais où était la dernière future victime, j’entendis dans mon dos un cri strident qui me gela le sang. Je pensais tout de suite au vent, qui aurait pu produire ce son, mais je sentais un malaise qui m’empêchait de l’affirmer. Sans comprendre pourquoi, je sentais la peur m’envahir. Le contre coup de l’adrénaline débuta, mon coté me fit atrocement mal. Et alors que je me tournais pour voir d’où venait le cri horrible, c’est là que je le vis, le monstre ! Je ne savais pas qui il était mais rien qu’en le voyant, avec l’éclair qui vint frapper le sol derrière lui, je vous avoue que j’ai pissé dans mon froc… C’est pas qu’il me faisait peur, c’est qu’il me donnait carrément des envies suicidaires !!!

    Le haut de son corps, c'est-à-dire de ses épaules à la tête, était recouvert d’une capuche qui masquait son visage mais pas ses yeux bleus blanc livide, glaciale. Son torse était découvert et affichait sa peau grise cadavérique. Au bout de chacun de ses doigts, des ongles longs et tranchants semblaient prêt à égorger n’importe qui. Le bas de son corps était recouvert du même tissu qui recouvrait sa tête, marron foncé comme une toile de sac. Il portait au cou un collier pointu avec une chaine attachée dessus sur laquelle pendait un livre qui semblait de mauvais augure. En ceinture, il avait d’autres livres du même genre. Ce devait être un littéraire… Mais ce qui impressionnait le plus, c’était les lanternes qui sortaient de son dos et qui faisaient luire leurs lueurs bleuâtres glaciales, tout comme ses yeux. C’était comme un phare qui voulait me guider vers ma mort. Je ne connaissais pas ce type mais il me faisait grave flipper. Je ne sais pas si c’était sa puissance que je ressentais sous forme de peur ou quoi, mais en tout cas, je ne voulais pas me frotter à lui. Je suppose que c’était ses bestioles qui m’ont attaqué et ben, elles n’avaient pas du tout le même charisme !!

    Prenant mes jambes à mon cou, je fuyais le plus vite possible vers la sortie. Mais comme j’avais choisi le terrain avec les hautes tombes, je ne voyais plus le portail qui indiquerait mon salut, grave erreur. Courant à toute vitesse, je ne m’essoufflais pas, je n’en avais pas le droit. Mais alors que toutes les tombes se ressemblaient, je tombais nez à nez avec celui que je voulais éviter ! Comment était-ce possible ? Etait-ce un sort qu’il avait jeté ? Etait-il si rapide que ca ? Non, j’avais bien remarqué le faible brouillard qui s’était levé, ce devait être un genre de tours de passe-passe du libraire. Lui tournant le dos sans hésiter pour détaler, il parvint à me frapper dans le dos malgré tout. Bien que le fait de se retourner soit plus long que d’attaquer simplement, il s’était montré extraordinairement rapide, preuve que je devais absolument fuir malgré la douleur qui me tiraillait le dos. Il m’avait méchamment blessé alors qu’il m’avait à peine effleuré, je n’avais jamais eu aussi mal de toute ma vie !

    Alors que j’avais vraiment mal partout, je maintenais l’allure la plus rapide que mon corps me permettait, et là, je le vis, le dernier zombie ! Qu’est-ce qui foutait là à un moment pareil ? Je n’avais pas le temps de le combattre. Désespéré par la situation, déterminé à fuir pour sauver ma vie, je fonçais dans le tas. Mes flammes devinrent plus ardentes que jusqu’auparavant aujourd’hui et me permirent de me débarrasser du dernier obstacle qui se trouvait devant moi en le chargeant. Le choc fut si violent que les flammes engloutirent le brouillard qui ne faisait que s’épaissir. Au contraire, maintenant, il avait disparu. Je pouvais voir la sortie devant moi !!! Mais le même cri strident que tout à l’heure me rappela que je n’étais pas seul, et que le prédateur qui me pourchassait n’en avait pas fini avec moi !!

    Me retournant, je le vis ! Il était en train de bouger ses bras d’une curieuse façon. Puis, de la fumée verdâtre, plus compacte qu’avant, tournait autour de lui et fonça dans ma direction ! Elle prenait la forme d’une tête de mort avec de longues cornes et ouvrait la bouche en grand comme si elle allait me gober !! Je ne pouvais pas échapper à ca !!! Elle allait trop vite pour moi ! Pourtant la sortie était proche mais ca ne suffirait pas ! Je continuais de courir de plus belle, rassemblant toutes les forces qui me restaient encore et encore, pour ma survie ! Je ne savais pas l’effet qu’allait avoir cette fumée morbide sur moi, et je ne voulais pas le savoir, mais si elle allait aussi vite, je le saurais bien assez tôt… Pour la première fois de ma vie, je sentais la mort s’approcher dangereusement de moi ! Soudain, un cri strident encore, venant de la fumée, qui s’apprêtait à me gober, je tournais la tête, elle était là, c’était trop tard, tout était fini…

    -HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIITTTTTIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIITTT

    Frappant mon réveil par réflexe, je constatais avec bonheur que je venais de me réveiller !!! Je poussais un cri de joie tellement j’étais heureux de m’en tirer de cette manière ! Il s’en était fallu de peu pour que je redevienne un rêveur…

    Après m’être remis de mes émotions, je ne pouvais m’empêcher de réfléchir… D’innombrables questions trottaient dans mon esprit. Qui était ce démon balèze ? Etait-ce l’assassin de ma mère ou rien à voir ? Si c’était le cas, j’avais mais alors beaucoup d’efforts à fournir encore pour pouvoir le battre !! Et pourtant, je sentais qu’il n’avait rien à voir avec mon affaire, il ne ressemblait pas à un voyageur. Dans ce cas là, Leo était-il au courant de sa présence ? M’avait-il envoyé dans la gueule du loup en connaissance de cause ? Ou bien l’ignorait-il et j’étais passé à coté des réponses que je cherchais à cause de la présence de cet être des ténèbres ? Je n’avais aucunes réponses et rien ne me faisait plus peur que de me rendormir pour y remédier…

    Mais il y avait autre chose que j’ignorais, c’était que l’Intendant qui m’avait frappé du bout de ses griffes m’avait laissé une trace de notre rencontre. Une cicatrice. Un symbole des ténèbres sur mon corps qui allait ruiner mes nuits à partir de la prochaine, petit à petit. Je n’en connaissais pas encore les effets, mais je n’allais pas tarder à m’en rendre compte, pour mon plus grand malheur…
Revenir en haut Aller en bas

[Quête] Une lumière dans les ténèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Cimetière de Dreamland-