Haut
Bas

Partagez|

Tu connais Zombieland?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2010
Age du personnage : 24

Habitué
Morrigan Sanders
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 55
Honneur: -50
MessageSujet: Tu connais Zombieland? Lun 7 Fév 2011 - 21:39
Morrigan se réveilla dans Dreamland, plus précisément dans un parc d'attraction nommé "Circus Attractions".
Il faisait nuit, tous les éclairages ainsi que les manèges étaient allumés. Il y avait une foule incroyable, c'était digne d'un 14 juillet. Morrigan était un peu intriguée de se retrouver dans un tel endroit. Il faut dire que sa dernière pensée avant de s'endormir était de combattre. Elle regarda autour d'elle et chercha désespérément des bastons, un ring ou n'importe quoi pour se battre. Mais hélas il ne lui paraissait rien, c'est simple il y avait énormément de marmots qui gigotaient dans tous les sens, avec des sucreries à la main, pour faire les manèges, des adolescents qui faisaient les manèges à sensations ou les balades romantiques (le bon plan pour draguer) et à sa surprise il y avait un bon paquet d'adultes qui eux aussi profitaient des biens faits du parc. Elle se résigna à faire un tour puisqu'il n'y avait que cela à faire.

Elle s'avança donc dans le parc et regarda les attractions par curiosité, elle réfléchi beaucoup au fait d'avoir apparu dans une fête foraine. Elle avait quelques thèses. En effet, dans la réalité la tension montait un peu et le stress était à un point critique, il était donc possible que morrigan recherchait un peu d'amusement enfantin amusement enfantin que son subconscient avait dû pêcher dans son enfance, à l'époque où elle allait à son endroit préféré: la fête foraine. Ou alors si ce n'était pas ça, c'est qu'il y avait forcément une autre raison. Peut être une raison qui l'a ferait devenir plus puissante. Ou serait-ce une autre rencontre avec son père qui l'a conseillerait avant ses vrai combats..? Tout était confus dans sa tête.

Elle releva la tête et tomba nez à nez avec le jeu de la pêche aux canards. C'était bien la plus grande marre aux canards qu'elle n'avait jamais vu au monde. Mais le plus étrange était que c'étaient des réels canetons jaunes avec une espèce d'arc de cercle comme un crochet à tableau enfoncé dans le dos pour les attraper. C'était assez sadique de voir des petits enfants âgés d'au moins 5 ans les attraper sans aucunes peur de les blesser. Elle continua sa visite non-guidée du parc. C'était de la folie. Tout était sur dimensionné. En particuliers les manèges. Le grand huit était impressionnant, c'est comme s'il n'avait pas de fin. Plus de 50 mètres de longueur, et plus de 30 mètres de hauteur. Elle bloqua sur la grandeur de cette attraction, la tête en l'air, les yeux rivés sur le manège en action.

Un jeune homme d'une vingtaine d'années, assez grand, vêtu d'un très beau costard, celui que les hommes mettent pour un rendez vous galant ou pour travailler dans les bureaux. Qui le rendait très classe et mystérieux. Ces cheveux qui paraissaient lisses et soyeux, en étant en même temps en bataille et indisciplinés, venaient compléter son mystère car ils cachaient une partie de son visage. Il regarda morrigan de la tête au pied pour l'analyser et il vit son regard ahuri dirigé vers le grand huit. Il se redressa en regardant l'attraction, fit un léger sourire puis lui dit:

"A ton avis combien de temps il faut pour le détruire?"

Morrigan surprise par ce jeune homme écarquilla les yeux et se sentit hébétée. Elle repris ses esprits et sourit à son tour. Elle tourna la tête dans sa direction, le zieuta rapidement et répondit le sourire aux lèvres:

"Ça dépend, avec ou sans mon aide?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 991
Date d'inscription : 17/04/2010
Age du personnage : 25

Maraudeur des rêves
Cain Sloph
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 305
Renommée: 795
Honneur: -350
MessageSujet: Re: Tu connais Zombieland? Lun 7 Fév 2011 - 22:41
Le bruit des rires d’enfants, de leurs cris de surprises, ou encore cette petite mélodie de fête foraine qui résonnait dans vos oreilles à chaque fois que vous entrais dans un arc d’attractions, tout cela était vraiment à la limite du supportable pour Caîn qui se demandait par quel malchanceux hasard il venait de débarquer à Circus Attractions. La Zone 1 n’avait d’attirant que le calme qui y régner, sauf bien sûr dans ce royaume là. L’invocateur tourna la tête à droite puis à gauche et remarqua Kanon, le guerrier nordique qui s’amusait à taper sur le jeu où faut taper fort… Le genre de jeu d’attrape couillon, où le vendeur te dit que tu as une super force de malade parce que tu as toucher la cloche mais en fait si tu fais un bras de fer avec le premier mec musclé que tu croiseras, ben tu te rendras compte en même temps que ton bras que ta super force existe juste dans ta super imagination. Caîn soupira, puis baissa les yeux histoire de regarder sa tenue de la nuit, voyant un costard de bureau, il desserra sa cravate et déboutonna légèrement sa chemise. Ses yeux analysèrent alors les alentours, puis s’arrêtèrent un instant sur une jeune fille qui semblait être irrésistiblement attirée pas le grand huit. Super manège d’ailleurs au passage qui donne les bonnes sensations aux personnes qui sont assez courageuses pour y monter. Caîn s’approcha de la jeune fille, un sourire mauvais se dessina sur ses lèvres, tandis que sa main s’approcha de la crosse de Reaver, son objet magique qui reposait le long de sa cuisse. Il allait le sortir pour s’amuser un peu avec l’entourage lorsqu’une voix familière résonna en puissance dans sa tête.

-« Caîn, je suis contente que tu sois là. »

-« Qu’est que tu veux Eva ? »

-« Si tu pouvais éviter de tuer cette jeune fille, cela me ferait plaisir… »

-« Tu n’es rien alors me donne pas d’ordres, j’ai besoin de me défouler cette nuit… »

-« Essaye autre chose que la violence alors. »

-« Venant de toi, ça n’a aucun sens… »

-« Je suis ta folie, ais je vraiment besoin d’une raison, tout ceci est un peu paradoxale, hihihi… »

Sur ce petit rire de fillette, le calme revint dans l’esprit de notre invocateur qui releva sa main pour la mettre dans sa poche… Comment se divertir à Dreamland sans tuer personne… A vrai dire, elle lui avait juste demandé de ne pas tuer la jeune fille face à lui… Cela voulait sûrement dire que les autres personnes présentes ne comptaient pas dans la réflexion d’Eva… Caîn se rendit compte qu’il parlait de sa folie comme d’une personne à part entière, elle n’était qu’une parcelle corrompu de son esprit qui s’amusait à vagabonder parmi les pensées de son porteur. Une entité que l’invocateur avait crée au sens propre du terme, cela venait de lui, et aucune intervention extérieure ne l’avait implanté dans son esprit. Finalement, sa reflexion sur sa compréhension de son subconscient et ses pas le menèrent jusqu’à la jeune fille, elle était plutôt mignonne, bien que Eva était un petit peu mieux… Voila, il se mettait à fantasmer sur sa folie, n’importe quoi… Caîn arriva dans son dos et se baissa jusqu’à ce que ses lèvres ne soit qu’a quelques centimètres de son oreille, puis il lui adressa la parole de sa voix grave et traînante, ou grave traînante comme vous voulez.

-« As ton avis combien de temps il faut pour le détruire ? »

Question pertinente, donnant tout de suite un information sur ses intentions et sa santé mentale, si elle ne le prenait pas pour un gros malade, il aurait beaucoup de chance, au pire elle l’insultera et là elle pourra dire adieu à tout ce qu’elle à connu dans ce monde, car l’invocateur se ferait un plaisir de lui montrer le chemin de son lit via son homme de main qui jouait cette fois à la pêche au canard… Va trouver moins crédible qu’un guerrier nordique qui joue à la pêche aux canards…

-« ça dépend, avec ou sans mon aide ? »

Caîn n’en crut pas ses oreilles, il cessa immédiatement de regarder son acolyte en armure lourde et à l’âge mental de trois ans pour reporter son regard sur la demoiselle. Ses yeux ne trahissaient pas ses pensées, elle était sérieuse. L’invocateur regarda autour de lui puis repéra l’entrée de service, une fois de plus un sourire vint tordre ses lèvres et une phrase sortit doucement de sa bouche.

-« Je parie sur dix minutes, pas une de plus… »

A ces mots, il partit en direction de la grille cadenassée qui faisait office d’entrée de service où un technicien des rêves s’activait. Celui-ci regarda l’invocateur et leva sa main comme pour lui dire que l’entrée n’était pas admise aux rêveurs, dommage pour lui, Caîn n’était pas un rêveur. L’inspectuer de la brigade des mineurs s’empara de son arme et la leva en direction de l’homme en face de lui, un éclair de surprise passa dans le regard du pauvre technicien, amplifiant l’excitation du voyageur qui pressa la détente.

Bang…

Son corps s’affaissa, révélant un trou dans son torse dont la veste prenait une teinte pourpre. Caîn se retourna vers la demoiselle puis il l’invita à venir, tirant une deuxième balle dans le cadenas faisant sauter la chaîne qui retenait la porte grillagée de l’entrée de service.

-« Plus que neuf minutes, belle inconnu »

Les cris de la foule en panique résonnèrent dans l’esprit de l’invocateur, il sentit une joie incommensurable monter en lui, pour les nerfs, le meurtre était vraiment le meilleur remède.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2010
Age du personnage : 24

Habitué
Morrigan Sanders
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 55
Honneur: -50
MessageSujet: Re: Tu connais Zombieland? Mar 8 Fév 2011 - 17:46
Le jeune homme tira sur un technicien qui voulait l'empêcher d'aller vers la grille principale du manège, puis tira un deuxième coup sur le cadenas du grillage. L'arme qu'il avait utilisé avait tout de suite plue à morrigan qui était fanatique d'armes, elle n'eut malheureusement pas le temps de l'analyser. Elle observa l'homme en noir (qui n'était autre que Caîn mais morrigan ne connait pas encore son nom) qui était dos à elle. Elle sentit une sorte d'exitation monter en elle rien que d'entendre la foule et surtout les marmots hurler à la mort. Au début en le regardant agir, elle pensait qu'il essayait seulement de l'impressionner comme le font la plupart des garçons, mais pas lui. Il était différent. Soudain avec un air sérieu et dragueur il se retourna vers elle et tendit la main en sa direction comme pour l'inviter à une première danse et lui dit, toujours avec sa voix grave:

-« Plus que neuf minutes, belle inconnue »

Morrigan sourit. Elle n'aurait jamais pensé rencontrer quelqu'un d'aussi fou qu'elle. En effet, elle s'était elle-même demandée la question qu'il lui avait posé pendant sa "fascination" des grandeurs de l'attraction. Il l'a regardait le sourire aux lèvres comme un enfant prêt à faire une grosse bêtise et fier de savoir que c'était mal. Elle ne réfléchit pas une seconde avant de lui répondre:

-<< Alors qu'attendons nous? >>

Elle courrue en direction du jeune homme, sauta d'abord sur un boîtier en métal ou en acier (peu importe) qui mesurait une dizaine de centimètres à peu près, puis fit un bond de ce boiter pour finir sur le jeune homme. Au contact de celui-ci, qui était dos au boîtier, elle prit appui avec ses mains sur ses épaules et se souleva rapidement au-dessus de celui-ci. Elle faisait le poirier sur lui, à la différence que cette action ne dura qu'une demi seconde car ce n'était qu'une acrobatie pour passer au dessus du grillage qui par rapport à l'attraction était minuscule mais qui pour morrigan paraissait quand même un peu haute puisqu'elle ne mesurait pas bien haut par rapport au jeune homme. Le jeune homme n'eut pas le temps de comprendre mais n'avait pas l'air très impressionner quoi que cette action hautaine avait l'air de lui plaire. Elle lui fit un clin d'oeil dans son attérissage avec ses cheveux qui étaient disciplinés et qui suivaient sans broncher et avec classe les mouvements de leur maîtresse. Morrigan attérit de l'autre côté du grillage, fit signe au jeune homme de se pousser et mit un grand coup de pied à l'horizontale dans la porte du grillage. Elle l'observa toujours le sourire aux lèvres et avec continuellement en fond sonore les cris des petits effrayés, des adolescentes térrifiées qui suppliaient leurs copains de les ramener, de certains adolescents prépubaires en train de muer, crier comme des fillettes <> et des couples en train de se dispersés comme des souris dans une souricière. Une satisfaction empli les visages de nos deux voyageurs, comme s'ils étaient à une soirée romantique dans un coin branché le jour de la St Valentin, il y avait la musique, l'ambiance et bientôt la danse allait commencer. Morrigan recula doucement vers les escaliers pour rester face au jeune homme et lui rappela d'une douce et d'une séduisante voix:

-<< Tic Tac Tic Tac, le temps presse beau brun Wink>>

Elle rit légèrement et commença à monter les quelques escaliers pour atteindre un des mécanismes central. Elle avait à peine monté trois marche qu'un homme de la fête forraine lui sauta dessus pour la sortir d'abord du manège et ensuite surement du parc d'attractions. Il posa ses grosses mains velues sur les avant bras de la jeune fille pour l'immobiliser et la porter plus facilement. Il n'eut pas le temps de la soulever que Morrigan prise de colère lui mit un coup de pied exactement "Là où ça fait mal" comme il l'avait si bien dit. Par contre elle remarqua quelque chose d'étrange au bout de son pied. En effet il y avait une couche d'environ deux centimètres au bout de sa jolie botte noire. Elle l'a fixa longuement et chercha une explication rationnelle. Mais soudain deux autres forrains apparurent. Morrigan repris ses esprits et se mit en position de combat, jambes à moitiés pliées, les poings sérrés ramener vers la poitrine et l'exitation qui faisait battre son coeur. Mais à nouveau, elle sentit une drôle de sensation montée en elle. Ce n'était pas de la peur, c'était quelque chose de puissant et... Froid? Elle baissa la tête et vit des petits pics de 5 centimetres de longueur sortir de ses falanges. De la glace... Encore. Mais d'où venait-elle? Soudain une voix en elle résonna :

-<< Ne craind rien morrigan, c'est toi qui l'a faite. Aussi étrange que cela puisse paraître tu es contrôleuse de glace à Dreamland. Donc uses ton pouvoir avec précaution car il n'est pas illimité!>>

Elle reprit confiance en elle. En attendant son mystérieux compagnon et les deux hommes qui descendaient les escaliers, elle leva la tête en souriant, redressa son buste, mit les poings sérrés et croisés devant son visage le temps de finir la construction de ses mini-flêches qui avaient doublés de longueur, puis rabaissa les bras le long de son corps et dit d'une voix sensuelle :

<< Let's Dance Baby! Show me what you've got >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 991
Date d'inscription : 17/04/2010
Age du personnage : 25

Maraudeur des rêves
Cain Sloph
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 305
Renommée: 795
Honneur: -350
MessageSujet: Re: Tu connais Zombieland? Mer 16 Fév 2011 - 15:14
-" Alors qu’attendons nous ? "

Voila une jeune femme qui n’avait peur de rien, elle semblait vraiment être intéressé par l’idée de détruire cette attraction, tout comme Caîn qui la regarda courir vers lui. L’invocateur commença à sourire puis un mouvement se fit sentir le long de son épaule, une petite gêne occasionnée qui ne voulait dire qu’une chose, Hyve et Kaaver étaient prêts à la recevoir. Mais Caîn ne voulait absolument pas tuer sa partenaire de destruction tout de suite, et c’est au prix d’un effort considérable qu’il pu contenir ses deux invocations lorsque la partenaire en question posa ses mains sur ses épaules. La jeune femme sauta par-dessus la barrière grillagée avec grâce et volupté tandis que notre invocateur reprenait son souffle, les deux tyranides qui occupaient son corps avait vraiment tentés de la mordre et c’était seulement grâce à Eva qu’il venait de s’arrêter. D’ailleurs, celle-ci le fit remarquer à Caîn presque immédiatement, en lui disant que son pouvoir était trop fort pour lui et qu’il devait avoir recourt à elle un peu trop souvent… Bref, L’invocateur tenta d’ignorer royalement ces réflexions de pacotilles lorsque la jeune femme qui était passé de l’autre côté lui fit signe de bouger. Caîn s’écarta, laissant sa partenaire exploser la grille d’un bon coup de pied, ouvrant au passage l’entrée de service. L’air était saturé de cris et de hurlements, Kanon devait encore joué à la pêche aux canards et de multiples jeunes filles semblaient se réfugier derrière leurs copains, espérant une action héroïque, avec en final une réplique qui tue du genre « La prochaine fois, vérifies que je suis pas dans les parages, mauviette. » et là, sa copine se mettrait à mouiller sa culotte en criant « Waoouuu, Steve tu es vraiment trop fort !!! »… Caîn espérait de tout son cœur qu’un de ses crétins en trouve assez dans son pantalon pour venir le défier. Cela apporterait une touche de martyr à cette action irréfléchi qui était de détruire un grand huit avec une parfaite inconnue.

-Tic, Tac, Tic, Tac, le temps presse beau brun. »

D’ailleurs la parfaite inconnue semblait y prendre un malin plaisir à en juger par son sourire, celle-ci se retourna pour aller vers les mécanismes centraux mais un genre de gardes du corps l’arrêta en plein mouvement, Caîn sortit les mains de ses poches et fit un pas vers la scène, curieux de voir comment elle allait s’en sortir, c’est alors qu’une main se posa sur son épaule et le fit pivoter. Boum… Le dos de l’invocateur heurta le sol de tout son poids, ses cheveux cachaient ses yeux et son esprit revenait peu à peu vers lui. Mais qu’est qu’il s’était passé, on venait de lui foutre une droite, ça il n’y avait aucun doute, mais qui… Un technicien courageux, un membre de la sécurité… Oui c’est sûrement un membre de la sécurité…

-« La prochaine fois que tu essayes de foutre ma journée en l’air, viens avec tes potes, ça sera peut être plus équitable, espèce de malade ! »

« -Waoouuuu, Kévin, tu es vraiment trop fort, il a rien compris !!! »

Oh, le con… Mais quel con… Caîn passa l’une de ses mains sur son visage dégageant la mèche de cheveux qui lui barrait la vue, puis il analysa son pseudo adversaire. Un adolescent boutonneux, il devait avoir seize ans, peut être un peu plus, sa pseudo copine était plus jolie que lui et son rêve devait être un gros fantasme refoulé. Et bien ce soir, ce fantasme allait se transformer en cauchemar. L’invocateur se releva et regarda fixement le jeune garçon, il était plus jeune que lui assurément, et cette nuit il allait se réveiller dans son lit, trempé de sueur et autres fluides corporels. Le cretin en question reporta à nouveau son attention sur l’invocateur et le nargua d’un sourire provocateur.

-« Alors, t’en veux une autre ? »

Blam…

C’était vraiment la goutte qui faisait débordé le vase, Caîn n’avait presque pas réfléchit en attrapant Reaver et en ouvrant le feu sur le boutonneux, son corps était recroquevillé sur lui-même ses yeux exprimait de la surprise et de l’incrédulité. C’était si facile de mourir à Dreamland, il suffisait de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment. C’est d’ailleurs à cette pensée que la jeune fille lâcha un cri si puissant que les tympans des personnes au alentour sifflèrent d’indignation. Le genre de cri que même un monstre assoiffé de sang pourrait craindre, le cri qui poutre…

-« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA…… »

Blam…

Mais ta gueule grognasse… Voila c’est mieux comme ça… Même si Caîn était maintenant debout avec deux cadavres à ses pieds… Kanon émergea de la foule en panique et regarda tour à tour les deux corps. Caîn rangea son objet magique et haussa les épaules, après tout, c’était de leurs fautes. Il regarda à nouveau sa partenaire de destruction qu’il avait perdu de vue, celle-ci était presque entourée d’ennemis et l’invocateur fit signe à Kanon d’aller l’aider. Puis il regarda l’horloge d’une autre attraction.

-"Plus que 6 minutes… Va falloir se bouger…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2010
Age du personnage : 24

Habitué
Morrigan Sanders
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 55
Honneur: -50
MessageSujet: Re: Tu connais Zombieland? Mar 8 Mar 2011 - 10:07

<< Let’s Dance Baby, Show me what you’ve got ! >>

Morrigan, les yeux rivés sur les deux agents, sentit en elle et même autour d’elle comme une aura de puissance monter. Un long frisson parcouru sa colonne vertébrale, l’a faisant dès lors frémir comme lors d’un grand moment d’extase, de joie infini ou de jouissance pure. Le pouvoir de la glace était en train de s’emparer de son corps frissonnant et encore tiède de sa chaleur corporelle humaine. Elle baissa les mains le long du corps pour achever les finitions de ses pics qui mesurait au final entre dix à quinze centimètres. Elle était désormais prête à bondir sur ses ennemis. Elle releva les poings fermés devant sa poitrine en pause défensive. Les deux agents qui se précipitaient sans craintes vers une mort certaine, s’arrêtèrent à sept mètres de la jeune fille. Ils sortirent leurs armes de leurs étuis et les pointèrent en direction de celle-ci et bien que sa voix le trahissait car on y entendait une légère pointe de peur, l’un des deux agents pris la parole courageusement et proclama en vociférant :

<< Jetez vos armes a terre et levez lentement les mains sur la tête ! Vous êtes en état d’arrestation pour coups et blessures sur un agent en service… Vous avez le droit de garder le silence et d’appelez un avocat. Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous… >>

Il n’eut pas le temps de finir que Morrigan rétorqua de sa voix séduisante :

<< Et toi t’as le droit de fermer ta gueule si tu ne veux pas y passer a ton tour, monsieur le chien de garde ! >>

L’agent surprit d’une telle réponse de la part de la jeune fille fit un bond en arrière avec son arme toujours pointée sur celle-ci. Elle reprit calmement en élevant son poing muni des pics de glace pointus vers l’agent qui avait osé lui adresser la parole et dit :

<< Savez vous en quoi sont fait ces pics cher monsieur ? >>

L’agent abasourdi ne su quoi répondre sur l’instant. Il avala sa salive avec frayeur et retourna sa tête en direction de son collègue, un peu plus retiré en arrière, le suppliant de l’aider avec ses yeux. En effet, la peur qu’il éprouvait transparaissait sur son visage ainsi que sur son corps. Il avait des gouttes de sueur qui coulaient le long de son visage ainsi que des taches de transpirations qui commençaient à transparaitre sur sa chemise. Il tremblait de plus en plus. Il tremblait tellement que son arme n’était plus immobile, il n’arrivait plus à fixer la jeune fille. L’homme n’arrivait plus à se stabiliser sans doute par peur de mourir. Son collègue peu confiant et surement moins courageux avait un visage figé par la seule peur de son coéquipier et détourna son regard de celui de son coéquipier qui était dans le besoin d’une aide extérieure, de son aide. Celui-ci avait l’arme tremblante avec un faible angle pour atteindre Morrigan et une trop grande crainte pour tenter de la viser. Morrigan s’insurgea de voir avec quel effroi les deux hommes fuyaient son regard et ses paroles. Elle avait l’impression de ne pas être respectée et même plus elle sentait son honneur bafouée. Ses bras tendu le long du corps, poings serrés, elle reprit scandalisée avec une pointe de colère dans sa voix de voir qu’on lui tournait le dos :

<< Hey ! J’étais en train de vous poser une question ! Vous pourriez au moins y répondre sans me tourner le dos! Non mais qu’est ce que c’est que ces manières ? Je vous rappelle que vous êtes censé donner l’exemple ! >>

L’agent se redirigea dans sa position initiale qui était d’être face à la jeune femme. Morrigan, elle, afficha sur son visage une satisfaction personnelle, celle de terrifier des hommes. Elle détendit les traits de son visage et sourit à nouveau. Puis quelques secondes plus tard, elle renouvela sa question avec une nouvelle fois son poing tendu vers l’agent :

<< Alors, je répète… Hum hum. De quoi sont faits ces pics à votre avis? >>

L’agent terrifié balbutia dans sa barbe des solutions à cette question qui lui paraissait un piège. Soudain, trop gêné par le regard insistant de la jeune femme qui formait une immense pression sur ses épaules, il leva les yeux en sa direction et l’a fixa a son tour et dit :

<< Je dirais qu’ils sont faits en verre, vu la puissance qu’ils ont dégagé sur mon collègue… argh… Mais qu’est ce que ?! Argh ! Argh !!!!... >>

A l’instant où l’agent eu dit que les pics étaient de verres, Morrigan lança discrètement mais rapidement ses les cinq pics de sa première main, la gauche, deux en direction des épaules qui le transpercèrent le pauvre homme qui le fit dire son premier « argh ». Un troisième pic dans le ventre en plein dans le nombril qui lui perfora ce dernier laissant ainsi s’échapper une fuite de sang mélangée a de l’eau de son corps ou d’innombrables globules blancs et rouges barbotaient sur le sol qui, lui, recevait une sacrée douche. Puis, le quatrième pic se dirigea vers la jugulaire laissant le pauvre agent sans voix. Enfin, le dernier pic que Morrigan jeta, par pur plaisir, atterrit sur l’organe masculin préféré des hommes qui se trouve en dessous de la ceinture. Celui-ci tomba premièrement sur ses genoux, juste le temps de laisser écouler son sang sur le sol pour enfin tomber en plein dedans pour « amortir » sa chute. Enfin c’est ce qu’on aurait pu croire en regardant la scène en tant que spectateur. Le coéquipier terroriser, horrifier et complètement pétrifier par cette scène avec un dernier élan leva les yeux vers le ciel et pria a haute voix pour le peu de temps de vie qu’il lui restait à vivre. Morrigan s’approcha de lui en esquivant la flaque de sang qui dégorgeait encore du pauvre homme et le cadavre de celui-ci. Le deuxième agent recula sans mouvements brusques comme s’il avait à faire a un animal sauvage et dangereux. Seulement Morrigan le remarqua et reprit la conversation :

<< Vous n’allez quand même pas vous enfuir en laissant votre collègue patauger dans son sang alors qu’il n’a même pas su répondre à ma question ? Vous ne voudriez pas me voir en colère ? >>

L’homme hocha la tête de gauche à droite toujours avec la peur au ventre et sans voix.

<< Alors, vous pensez que c’est fait avec quelle matière ? Aller, je vous aide…>>

Elle envoya un pic de sa main droite dans la jambe du pauvre homme apeuré qui hurla a la mort. Il tomba à terre, les mains sur le pic de glace qui, quand l’agent tomba, se l’enfonça deux fois plus dans la jambe. Aggravant ainsi sa blessure et sa douleur. L’agent sentit comme un froid immense lui envahir la jambe. L’homme sans le savoir prononçait ses derniers mots quand il dit :

<< De la glace… Un tyranide !! >>

Soudain, après ces mots dénués de sens, comme par enchantement un ombre gigantesque par rapport à Morrigan apparut masquant ainsi sa propre ombre. Intriguée elle se retourna et vit un monstre indescriptible sur le moment. Mais il n’avait pas l’air de lui vouloir du mal sinon il l’aurait déjà tuée. Elle se décala sur le côté afin de le laisser passer et aussi pour voir ce qu’il allait faire. Ce monstre avançait plutôt lentement mais avait une démarche terrifiante pour ses adversaires. Il s’approcha de l’agent qui commençait à tourner de l’œil. Il l’attrapa et elle ne pu voir comment il fut tué car elle était juste derrière le tyranide. Elle vit juste un grand coup et l’agent à terre. Le monstre, sa mission terminé, ne bougea plus et attendit les ordres de son maître. Morrigan regarda l’heure, il restait cinq minutes et cinquante secondes. Elle se précipita vers les escaliers, en prenant soin d’esquiver le « tyranide » comme l’agent l’avait appelé. Elle monta les escaliers deux par deux et le plus vite possible le temps pressait. Arrivée en haut des escaliers, elle vit comme une salle de contrôle sur le grand huit ainsi que sur tous les autres manèges du parc d’attraction. Elle avait une vue imprenable sur le parc, elle vit d’ailleurs une dizaine de gardes se rapprocher de la tour de contrôle ainsi qu’un homme en noir seul juste à l’entrée de la tour, classe, qui les attendait. C’était son jeune homme mystérieux. Elle fit un bref sourire puis se remit en route. Elle prit tout d’abord le contrôle du parc en éteignant ce dernier pendant une minute seulement. Qu’importe, il ne lui suffisait que d’une minute pour comprendre le fonctionnement de l’attraction. Quand elle ralluma tous les éclairages, la foule se dispersait et courrait de partout, c’était la panique générale. Les forces de l’ordre étaient accablées par toute cette foule qui l’entouraient et qui l’empêchaient d’avancer. Le jeune homme, lui, tapait tous ceux qui osaient le bousculer ou le toucher. Morrigan enfonça un de ses derniers pics qui lui restait dans la machine du générateur du grand huit, qui provoqua un court circuit qui fit accélérer la machine, l’a rendant incontrôlable. Elle eu du mal à briser la vitre de la tour avec un grand coup de pied glacé. Alors elle décida de jeter la chaise qui était là, sur la vitre renforcée ainsi que ses trois derniers pics. Elle fit une fissure. Morrigan s’énerva et re-glaça son pied et mit un énorme coup dans la vitre à l’endroit où il y avait la fissure. La vitre céda enfin. Elle se mit sur le rebord et dit :

<< Il reste quatre minutes et quarante cinq secondes. Va falloir se dépêché beau brun. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 991
Date d'inscription : 17/04/2010
Age du personnage : 25

Maraudeur des rêves
Cain Sloph
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 305
Renommée: 795
Honneur: -350
MessageSujet: Re: Tu connais Zombieland? Mer 6 Avr 2011 - 19:51
Gudul était un des braves gardiens de Circus Attractions, il était père de deux gosses et avait épousé une charmante créature des rêves durant ses belles années, maintenant il n’aspirait qu’a une petite vie tranquille loin de la violence et plus près des rires et des lumières des manèges. Il n’y avait pas de plus beau métier que de surveiller des manèges selon lui, et sa vie était pour le moins parfaite, selon ses critères. Gudul avait une grosse moustache et il aimait la lisser avec ses gros doigts de gardien, ses enfants s’amusaient souvent avec, emplissant la maison de rires. Gudul n’a rien dit à sa femme avant de partir au travail ce matin, ni à ses enfants encore endormis, et il était de garde à côté de la grande roue lorsque les premiers hurlements ont retentis. Il n’a pas réfléchi à deux fois avant de courir vers la source de ce grabuge, si à cet instant il avait fait marche arrière et couru dans le même sens que la foule, alors peut être qu’il aurait pu parler à sa femme le soir et revoir ses enfants… Kanon expédia sa hache da le crâne d’un gardien et en attrapa un autre par le col de sa tenue pour le rabattre violemment par terre, de son côté Caîn esquiva un coup de matraque et envoya sa main gauche vers le visage de son adversaire, bien sûr Kaaver ne se fit pas prier pour sortir de son bras et mordre férocement le visage de celui-ci, de l’autre main l’invocateur dégaina son pistolet et tira dans le torse d’un des hommes venant de sortir de la foule à grandes enjambées, heureusement qu’il avait reconnu la tenue des gardiens, qui était d’ailleurs plus nombreux qu’il ne l’aurait penser. Une fois que Kaaver fut rentré dans son bras et l’ennemi à terre, Caîn rangea son objet magique dans son holster et regarda sa partenaire, elle venait de monter au tableau de commande et laissait dans son sillage deux cadavres de technicien. L’invocateur vit Légion la suivre dans la salle de contrôle puis regarda à nouveau Kanon qui tranchait le corps d’un gardien en deux, un guerrier nordique, c’est fort en combat, très bon en lancer de haches mais pour monter à une échelle y a plus personne. Kanon sembla interceptait le regard que lui lançait son nouveau maître et ouvrit la bouche pour la première fois depuis longtemps.

-« Mon armure est trop lourde, c’est pas ma faute si leurs installations sont pas faites pour moi… »

Caîn regarda une nouvelle fois l’échelle par laquelle le guerrier nordique avait essayer de monter, les barreaux étaient tordus et le troisième avait cédé sous le poids du barbare. L’invocateur soupira, esquiva un nouvel assaut d’un nouvel adversaire puis lança à Kanon :

-« La prochaine fois, je pourrais demander à Midnight de te transporter si tu préfères… »

Le guerrier ne répondit pas et d’ailleurs, Caîn n’aurait pas pu l’entendre car à cet instant une voix douce et mélodieuse sonna à ses oreilles. L’invocateur tenta d’abord de l’ignorer mais elle se fit de plus en plus forte jusqu’à ce qu’elle dépasse le stade entre courtoisie et insulte.

-« Caîn !!! Tu vas peut être aider la jeune fille là haut non ?!?! Où bien tu la regardes d’en bas c’est ça ?! »

-« C’est bon, Eva j’y vais… »

Caîn bloqua la main du gardien qui l’assaillait depuis déjà quelques secondes et lui tira deux balles dans le torse, celui-ci s’écroula sans un mot avec juste un sentiment de surprise dans le regard, se frotter à un voyageur killer, ça pouvait nuire à la santé surtout si il est plus fort que vous. L’invocateur se tourna vers l’attraction, le Grand 8 semblait avoir augmenter sa vitesse et il se pourrait bien que la belle inconnu y soit pour quelques choses. Caîn se secoua la tête puis porta son attention sur un pylône soutenant la structure, pendant plusieurs secondes, il étudia l’ensemble puis siffla son coéquipier en armure lourde.

-« Hey, Kanon, tu penses pouvoir me casser ça ? »

Le guerrier nordique tourna la tête examinant sa prochaine cible puis il rangea ses haches et fonça vers le pylone qu’il heurta de toutes ses forces. Le métal se plia mais rien ne bougea, Kanon sortit alors ses deux haches et tapa de plus en plus fort sur la structure métallique, faisant trembler le tout. Les gardiens résolus à ne pas laisser mourir le parc d’attractions foncèrent comme un seul homme vers les profanateurs. Il devait être quatre ou cinq, Caîn le va son pistolet vers le premier du groupe et pressa la détente, l’homme prit le projectile en pleine poitrine et ses pieds se soulevèrent du sol, laissant son corps choir sur la terre. L’invocateur reporta son attention sur le suivant et appuya une nouvelle fois sur le mécanisme faisant de l’objet une arme mortelle… Click… Click… Plus de munitions. Caîn ne perdit pas de temps et tendit la main devant lui en prononçant quelques mots, à ce moment sa dernière invocation en date apparut. Son corps élancé flottait à quelques centimètres du sol et ses yeux cherchaient la future proie. Les gardiens avaient arrêté net leurs course, se retrouvant face à une créature qui les dépassait d’un bon mètre et qui ne semblait pas tout à fait amicale.

-« Bon Sorrow, tu me les expedie où tu veux mais qu’ils ne nous dérange plus. »

-« Très bien maître, c’est toujours un plaisir de tuer pour vous. »

De toutes ses invocations, c’était Sorrow qui possédait le plus gros potentiel destructeur, le seul fait que son corps qui pesait le même poids que Kanon flottait au dessus du sol par la seul force de son esprit était déjà tout à fait inquiétant, mais cette pensée n’effleura même pas le cerveau des gardiens.

-« Hey, regardez, il a que des petites griffes, on peut l’avoir !! »

-« Ouais bien dit Bob !! »

-« Carement, on va le….. »

BOUM

Le Bob en question qui figurait au milieu des trois autres explosa dans un feu d’artifices d’intestins et de sang, ses coéquipiers en furent tout aspergés et leurs yeux s’écarquillèrent de surprise.

-« Que le Jugement de la Reine s’abatte sur vous… »

Les trois gardiens hésitèrent devant l’horreur de la nature de ce nouvel ennemi puis il se jetèrent sur lui convaincu peut être qu’il pourrait l’avoir au corps à corps. L’un d’eux tomba alors à terre et fut pris de convulsions, bientôt un os émergea de son ventre, traversant sa chair et faisant couler un flot de sang, des cornes poussèrent à divers endroits de son corps ainsi que toutes sortes de mutations rendant son corps incontrôlable, ses hurlements allait crescendo et bientôt le silence revint, le corps avait tellement muté qu’il était devenu méconnaissable.

-« Que la proie soit bénie par la Ruche qui vient la dévorer… »

Les deux autres gardiens semblaient avoir perdus tout espoir et c’est à corps perdus qu’ils se jetèrent contre cet ennemi tyrannique. Peine perdu, le troisième sort de Sorrow consistait à élever un champ synaptique autour de lui ou l’un de ses alliers mais pour tout les autres créatures, il était non seulement invisible mais lors du contact il libérait dans le corps une vague d’énergie synapse hautement nocive, brûlant la victime de l’intérieur. Lorsque les deux corps encore fumants des gardiens touchèrent le sol, Sorrow lâcha sa dernière réplique.

-« Puisse L’Esprit de la Ruche nous guider jusqu’à la fin… »

D’un claquement de doigt, Caîn fit disparaître son invocation et regarda en direction de Kanon qui frappa avec férocité sur le pylône soutenant l’attraction, celui-ci grinça puis céda faisant écrouler petit à petit l’attraction. Caîn regarda l’horloge puis passa une main dans ses cheveux, juste au moment où une voix émergea de la salle des commandes.

<< Il reste quatre minutes et quarante cinq secondes. Va falloir se dépêché beau brun. >>

-« Pas de problèmes pour moi Mia Stella, en revanche il semblerait que deux gardiens ait envie de te rendre visite ^^ »

A cet instant, il y avait en effet deux gardiens qui montaient énergiquement à une échelle de secours menant dans la salle de sécurité, Caîn tendit le bras vers Légion pour lui ordonner d’aller aider la demoiselle lorsqu’une sonnerie stridente résonna dans ses oreilles, il était l’heure, l’heure de laisser ce monde pour partir dans l’autre… Ses yeux s’ouvrirent sur un plafond blanc, une nuit venait à nouveau de se terminer et une nouvelle rencontre était venu s’ajouter au tableau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2010
Age du personnage : 24

Habitué
Morrigan Sanders
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 55
Honneur: -50
MessageSujet: Re: Tu connais Zombieland? Dim 17 Avr 2011 - 11:28
Après avoir prévenu le jeune inconnu du temps qu’il restait pour démolir l’attraction, elle vit celle-ci s’écrouler petit à petit sous ses yeux. Son visage prit une forme de joie comparable à un feu d’artifice très réussi, le plus près des feu sur la plage avec le son, la lumière et le sourire débile qui accompagne l’événement . Elle chercha des yeux son bel inconnu, mais en vain, ne le trouva pas. Il avait disparu en une fraction de seconde. Et ses invocations avec lui, puisqu’à un pilier principal se tenait un monstre qui lui obéissait. Et qui lui obéissait tellement bien que la bête s’était acharnée sur ce pauvre pilier principal. Tant pis pour lui, il n’avait qu’à céder plus tôt. Mais bon, de toutes manières la bête à encore prouver sa force sur le béton. L’homme lui, a montré son courage déterminé qui l’a mené encore et toujours à la mort. A croire que les hommes sont encore plus idiots que ce qu’ils ne le disent, ou de ce qu’ils le veulent admettre. Car résister et espérer quand on sait qu’on va mourir et qu’envers et contre tout on continu, c’est vraiment la preuve que le suicide a augmenté dans la société. Mais peu importe, puisque les méchants ont encore gagné.
Morrigan regarda à nouveau l’attraction s’effondrer avec fierté. Elle rit un instant en voyant les wagons du grand huit remplis de personnes qui hurlaient à la mort, pleuraient cette fin misérable, suppliaient l’arrêt immédiat de l’engin avec toutes leurs possessions en échange. Ces personnes n’avaient pas compris que leurs rôles ce soir là étaient de distraire deux jeunes inconnus qui se révélèrent au cours d’une belle nuit, une très belle nuit. Une nuit où la mort avait forcément eu son cota d’âmes. Et où le sang avait plus que refait la décoration du parc qui était si fade. En réalité, en arrivant, ces deux jeunes inconnus se sont comportés comme deux décorateurs en animant avec des couleurs vives telles que le rouge un parc d’attraction qui était tout gris, tout triste. Leur travail a été bénéfique pour tous. Premièrement pour le directeur du parc pour lequel ils avaient travaillé sans rémunération ! (J’insiste là-dessus, car de nos jours c’est très rare de travailler sans être rémunéré) Ainsi que de lui ramener deux fois plus de personnes dans son parc. Mais bien sûr tout ça on s’en fiche tant que le spectacle continue. Et il continua, en zieutant par la fenêtre brisée de la salle de contrôle (qui en passant est encore une amélioration du parc par Morrigan, personne n’a pensé que ces pauvres gardiens mourraient de chaud dans cette sale qui n’était ni aérée ni conditionnée.) on pouvait apercevoir l’attraction se décomposée sous les yeux larmoyants de tous. Et en plus leur spectacle les avait émus. C’était d’ailleurs trop beau et trop illusoire pour qu’ils soient remercier, en plus on leurs envoyaient des contraintes humaines physiques. Certes ils étaient très utiles pour finir la déco, mais ce n’est pas une raison, une fois le travail fini un peu de reconnaissance n’a jamais tué personne… Ou presque. Soudain, comme pour conclure le Final du show, deux agents arrivèrent essoufflés dans la nouvelle charmante salle de contrôle qui était désormais aéré. (Un confort que pas tout le monde a la chance d’avoir ^^) Ils pointèrent leurs armes une fois de plus sur la jeune fille qui était remaquillée du sang de leurs camarades un peu plus tôt dans la soirée. C’est vrai qu’au final, ça lui faisait un air décalé voir kitch, de toute façon la mode de nos jours n’est pas vraiment mieux. L’un des deux gardiens, le plus désespéré dit :

<< Je vous en prie mettez les mains derrière la tête sinon je tire ! >>

Morrigan était étonnée qu’il de voir qu’au bout du désespoir, le bout du rouleau, de la défaite totale, les gardiens essayaient encore de parler avant de tirer. Ce fut hilarant, il faut l’avouer. Alors pour rire encore un peu elle mit ses mains derrière sa tête, prit un air de jeune fille menacée et innocente toujours avec le sang éparpillé sur son joli visage ainsi que sur son corps. Elle laissa échapper quelques larmes confuses pour compléter et confirmer sa position délicate, d’une jeune fille menacée et torturée par un homme qu’elle ne connaissait absolument pas mais qui l’avait forcée à agir de la sorte. Jamais elle n’aurait osé de son plein gré. Elle baissa la tête en faisant mine de pleurer. Les deux gardiens se regardèrent et eurent un semblant de compassion. Son coup de théâtre eut si bien fonctionné que l’agent abaissa son arme et l’a rangea dans son étui. Les deux gardes s’approchèrent de la jeune fille comme deux proies faciles. Ils tendirent tous deux leurs bras comme pour l’aider à se remettre d’un tel carnage. Quand soudain Morrigan planta en plein cœur de ces pauvres gardiens de derniers pics de pas plus long que cinq centimètres. Les deux hommes eurent un très grand froid puis plus rien ou plus tôt la mort. La dernière chose qu’ils entendirent fut Morrigan disant :

<< Il ne faut jamais croire une femme sexy qui essaye de se faire passer pour une jeune innocente. >>

Soudain ses yeux se fermèrent sur le carnage et la mort de ces deux hommes et se rouvrirent sur la vision d’une boule de poile quémandant de l’amour.

<< Wouah! Quel rêve étrange... >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tu connais Zombieland? Aujourd'hui à 12:37
Revenir en haut Aller en bas

Tu connais Zombieland?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Circus attractions-