Haut
Bas

Partagez|

Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Jeu 1 Sep 2016 - 15:20
Il faisait plutôt sombre, à l’endroit où se trouvaient les trois voyageurs. Il y avait un mur de métal à l’air épais en face d’eux et une sorte de plateforme, légèrement en contrebas de leur position. Cette plateforme possédait un garde-fou tubulaire et menait à ce qui ressemblait du côté gauche à une lourde porte d’accès. L’autre bout le la plateforme allait trop loin pour en voir le bout, des renforts de structure bouchaient la vision.

Ce sont d’ailleurs ces renforts qui empêchaient les trois voyageurs de se voir directement, ni de voir s’il y avait d’autres personnes. Ces trois personnes ne pouvaient pas vraiment bouger, car leurs bras étaient attachés par d’épais arceaux à une plaque de métal suspendue au-dessus du vide. Le contact avec la plaque était froid, tout comme la température ambiante des lieux.

En regardant sous leurs pieds, on pouvait voir une sorte de proéminence pour y reposer les pieds, lorsque la fatigue se ferait sentir. Juste après, il y avait le vide. La plaque de métal était suspendue par un bras robotique au-dessus d’un dénivelé de plus de quatre-vingt mètres de profondeur, avant que la pénombre n’en masque le fond réel.

Au-dessus de leur tête, il y avait un plafond de métal. Il y avait environ deux mètres de plafond à partir de leur position. Une sorte de tuyau translucide passait à cet endroit. De la matière mauve se mouvait dedans à faible vitesse.

_______

Au bout de quelques minutes perchés ainsi, la lourde porte, vers la gauche des trois voyageurs au bout de la plateforme, s’ouvrit dans un léger bruit savamment orchestré. Une créature des rêves à l’aspect humain, habillé comme un personnage futuriste des années 70, entra en courant sur la plateforme.

- Je viens vous délivrer, ne vous inquiétez pas !

Il s’approcha aussi proche que possible de la première plaque de métal, contre le garde-fou, avant d’ouvrir une interface violette dans les airs et de pianoter dessus. La machine d’emprisonnement se mût alors et approcha la victime du sol suspendu, écarta une partie du garde-fou et se tourna vers le plafond avec de la délivrer.

La créature, elle, était déjà en train de libérer la deuxième victime. Après avoir fini de pianoter, la deuxième plaque se mût. La troisième suivit peu après. Les trois voyageurs furent alors libérés en quelques minutes. Leur sauveur courait le long du garde-fou pour voir s’il n’y avait encore personne d’accroché, puis alla changer de pièce pour aller dans une autre section de la prison. Après avoir pianoté sur une interface, la lourde porte à l’opposé s’ouvrit et se referma derrière l’individu.

Les trois voyageurs étaient donc là, livrés à eux-mêmes. La première lourde porte était toujours ouverte, les muscles se dérouillaient peu à peu et l’air oppressant suggérait que ces trois personnes ne s’attardent pas plus longtemps ici.

Sur la plateforme, il n’y avait rien à signaler, quelques coups étaient visibles et des dos d’âne renforçant la structure parsemaient le sol. Le sol était très stable.

Par-delà la porte d’accès, il y avait un autre couloir comme le leur, sans doute cette prison était encore immense. Au bout du couloir, une lumière violette laissait deviner une autre porte ouverte qui menait vers un autre type de salle. Qu’allait y attendre ces trois rescapés, désormais ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 950
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Sam 3 Sep 2016 - 19:33
Ça devait faire un peu plus d'une demi-heure que Kaijin était plongé dans cette pénombre, suspendu par les bras à une barre de fer. À tous les coups, c'était encore un coup de ces tortionnaires de Macrophonopolis. Ils avaient l'habitude des méthodes tordues pour lui rappeler qu'il appartenait au royaume des esclaves et que ses tortionnaires étaient déjà assez gentils de le laisser vivre sa vie de voyageur pour se permettre une nuit de torture en sa compagnie et de se permettre de pister chacun de ces mouvements grâce au cylindre implanté dans son dos, cylindre que le démanger atrocement. Apparemment, ça faisait de lui un meilleur produit.

Dans la situation actuelle, le produit était assez mécontent. Il ne portait qu'un simple pantalon déchiré s'arrêtant au milieu de ses tibias. La température ambiante étant relativement basse, pour palier à ce problème, il avait entrepris de tracter son corps à l'aide de la barre de fer et également pour oublier sa démangeaison. Un peu plus tôt, il avait tenté de faire balancer son corps dans l'espoir de se libérer, seulement, en baissant ses yeux, il s'était souvenu que sous ses pieds, il n'y avait, à l’exception d'une longue et fine plateforme, que le vide. Enfin, les architectes de cette pièce avaient tout de même eut la bonté d'âme de placer aux pieds de leurs prisonniers un endroit où poser ces derniers et ainsi éviter une mort par asphyxie.

Kaijin en était à la vingt deuxième traction de sa quatrième série. Il s’octroyait entre chaque série environs cinq minutes de pause où il posait ses pieds sur le socle réservé à cet effet et se laisser tomber en avant en comptant les secondes. Il pensait constamment à ce moment précis alors qu'il était en plein effort, un effort si intense qu'il sentit une goutte de sueur roulait sur son visage. D'autre avait déjà roulé dans son dos et sur son torse, il devait donc toujours faire plus d'effort pour ressentir plus de chaleur. Lorsque l'adolescent tracta une nouvelle fois son corps, le bruit d'une porte parvint à ses tympans. Kaijin s'arrêta immédiatement, non-sans haleter, il fusilla du regard la silhouette qu'il n'arrivait pas encore à distinguer précisément. Une lumière fini par éclairer son visage, c'était une créature des rêves aux traits apparemment masculins, portant un accoutrement à la fois futuriste et pourtant étrangement ringard. Cependant, ce qui importait vraiment au morpheur c'était ce qu'il venait de dire et ce qu'il s'apprêtait à faire.

Kaijin fut transporté juste au-dessus de la plateforme, il s'écroula au sol. Ses jambes avaient été affaiblies par le soudain choc avec la terre ferme. La première chose qu'il fit fut de passer sa main dans son dos et de calmer sa démangeaison. Puis, il releva la tête et découvrit qu'il n'était pas le seul dans ce cas, deux autres personnes dont il n'arrivait pas encore à distinguer l'apparence étaient également prisonnières de cette étrange salle. Le Mordu se redressa et regarda autour de lui, ses yeux avaient eut le temps de s'habituer à l'obscurité depuis déjà un moment, pourtant, il avait toujours autant de mal à se repérer, il ne distinguer que la vague forme du garde-fou. Le sauveur de ces trois voyageurs repartit comme il était venu.

- Hé ! Attends, on est où ?

La porte s'était refermée juste avant qu'il ne puisse finir sa phrase. Kaijin poussa un râle de mécontentement. Une chose semblait sûre, il n'était pas à Macrophonopolis, il préféré les tortures plus moyenâgeuses. Il remarqua également que la porte par laquelle était venue la créature n'avait pas été refermée. Il posa une main sur le garde-fou et avança lentement, l'obscurité ne rassurait pas tellement le garçon. Une pensée lui glaça soudainement le sang, et si, il était actuellement dans le Royaume Obscur ? Il serra les dents et chassa cette idée de son esprit, ça n'avait pas de sens. Il lâcha le garde-fou et s'avança vers la porte. Au-delà, un autre couloir s'y étendait, au moins celui-cil avait des murs. Il était impossible de voir ce qui s'y trouvait avec cette obscurité. L'adolescent attendit un moment, s'assurant qu'il ne risquait rien en tournant le dos à ce couloir et se tourna vers les autres détenus, repassant une main dans son dos, ça le démangeait toujours autant.

- Dîtes, vous êtes des voyageurs ? Je vois rien, vous avez pas un truc pour faire de la lumière ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 489
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 57
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Lun 5 Sep 2016 - 23:40
 « La paix n'est que mensonge.
Il n'y a que la passion.
Par la passion, j'obtiens la puissance.
Par la puissance, j'obtiens le pouvoir.
Par le pouvoir, j'obtiens la victoire.
Par la victoires, mes chaînes se brisent.
La Force me libérera. »


Rien à faire. Peu importe combien de fois il passait la scène, Riku se plaisait à voir défiler en boucle le code sith alors qu’il jouait son maraudeur sur le jeu en ligne The Old Republic .  Ce MMORPG savait faire vivre pleinement l’histoire au joueur, à travers des quêtes scénarisées, une véritable odyssée que l’on pouvait se construire via des choix influençant l’alignement du personnage. L’on pouvait être un Sith qui se révélait capable de faire preuve de bonté, ou inversement un Jedi impitoyable lorsque vient le moment d’appliquer la justice … Malgré un parcours globalement linéaire, on avait de nombreux choix et l’action était réellement immersive, surtout dans les chapitres à plus haut niveau où l’on faisait carrément face aux ennemis les plus redoutables de l’empire ; Pour tout dire, ce jeu portait sur la période de l’univers Star wars que le jeune homme aimait le plus : 3000 ans avant les évènements de la saga cinématographique, dans un contexte de guerre froide entre un empire perpétuellement pourri par des guerres internes – chaque seigneur cherchant à étendre son influence au détriment des autres, les apprentis cherchant à prendre à tout prix la place de leurs maîtres –  dirigé par un empereur fantoche dont les ambitions destructrices ont déjà causé la fin de plusieurs mondes pour contribuer à son immortalité, et une République affaiblie, en apparence unie, mais en réalité partagée entre un ordre Jedi aux abois qui tente tant bien que mal de ramener la paix dans la galaxie et un Sénat corrompu jusque dans ses fondations, chaque monde cherchant à prendre l’ascendant dans le jeu du pouvoir. Au final le mal ou le bien n’est en réalité d’aucun côté, et c’est ce qui rendait le scénario et ses nombreuses facettes si exaltant à découvrir.

Alors qu’il achevait encore une fois le scénario de Revan qui l’amenait à combattre cet être surpuissant, à la fois Sith et Jedi qui avait voulu ramener l’empereur pour le tuer de lui-même et avait en réalité contribué à la mort de plusieurs mondes par son œuvre de folie,  il remarqua qu’il était déjà plus de minuit. Il n’avait pas compté les heures, se contentant de démarrer son pc et de lancer le jeu à son réveil et s’était contenté de quelques déplacements dans son petit studio de fortune pour se restaurer avec son repas de la veille au soir, boire, et de s’offrir une sieste d’une heure dans l’après-midi,  profitant du climat agréable de la ville côtière, au sud du Mexique, qui faisait face à l’océan Atlantique, dont les brises étaient des plus agréables quand elles ne se changeaient pas en bourrasques orageuses. Depuis qu’il avait quitté son petit cocon nantais pour suivre l’enseignement d’Enrique, à la fois sur sa vision du monde onirique et sur son attitude vis-à-vis du danger, il avait beaucoup appris, et n’était pas resté inactif dans le monde réel, se musclant un peu en travaillant sur le bateau du voyageur aux crânes qui lui avait inculqué également les rudiments de la pêche.  Finalement, il avait appris bien plus sur lui-même pendant ces quelques semaines qu’une bonne partie de sa vie… Jetant un dernier coup d’œil à l’interface du jeu pour s’assurer qu’il avait bien amélioré son équipement comme il le souhaitait, Riku se déconnecta avant d’éteindre l’ordinateur, et de rejoindre Morphée dans son lit de fortune.


***



Le bruit d’un aéronef lointain, les vibrations qui traversent le métal froid d’un local complètement vide…. Où avait bien pu atterrir Riku ?  Retenu par les poignets, ne disposant guère que d’une petite plateforme pour déposer ses pieds lorsqu’il sentait qu’il avait une faiblesse dans les jambes, l’invocateur n’avait pas vraiment de moyens de savoir où il se trouvait.  En revanche, il remarqua assez rapidement l’attirail ridicule dont l’avait attifé le monde onirique : une combinaison spatiale des plus kitsch, aux lueurs brillantes, d’une couleur verdâtre immonde, le voyageur dût retenir un haut-le-cœur tant son uniforme était ringard. Il aurait donc atterri dans une espèce de parodie de film SF des années quatre-vingt ? Une sorte de remake nase de Star Trek ? Poussant un long soupir, le jeune homme passa outre sa tenue – bien qu’il passât une bonne demie heure à maudire intérieurement l’habilleuse onirique pour lui avoir collé un tel truc sur le dos – et chercha plutôt un moyen de comprendre sa situation actuelle. On ne l’avait pas emprisonné là par hasard, il y avait une raison bien précise à sa présence dans cette cellule. Quelqu’un finirait par venir l’interroger, ou tout du moins lui en apprendre un peu plus. Curieux tout de même de savoir ce qu’il en était des menottes qui le retenaient, il tenta de se débattre légèrement mais il ne parvint qu’à se tordre le poignet ce qui lui valut bien dix minutes à souffler pour endurer la douleur qu’il avait trouvé le moyen de s’infliger. Et en plus pas moyen d’essuyer les larmes qui avaient coulé par réflexe le long de ses joues ! Bon sang quelle situation pourrie, s’il y avait ne serait-ce qu’un son pour lui donner l’impression qu’il n’allait pas passer la nuit là tel un vulgaire morceau de viande attaché à son crochet…

Soudain, une petite forme se dessina dans l’ombre, avant d’atteindre la plateforme sur laquelle reposait l’invocateur. Vêtue d’un uniforme similaire à celui de la Voix de la Mort, l’être onirique – Riku put distinguer ses oreilles pointues à mesure qu’il approchait – ne devait pas mesurer plus d’un mètre. Sans rien dire, guettant les intentions de son visiteur, le voyageur se contenta de rester le plus calme possible, fixant l’être qui lui rendit son regard sans un mot avant que le jeune homme ne ressente une soudaine libération : ses menottes venaient de s’ouvrir ! Bien évidemment, l’invocateur s’écroula mollement sur le sol froid de la cellule, et n’eut pas le temps de reprendre ses esprits que la bestiole était déjà repartie, aussi vite qu’elle était venue. Bon… Pour les réponses on verrait plus tard. Au moins, il était libre, il allait pouvoir explorer un peu plus les lieux, et il finirait par en savoir plus sur les raisons de sa détention. Lentement, le necromancer reprit son souffle, et s’habitua à la terre ferme, laissant les fourmis dans ses jambes disparaître le temps que le sang redescende tranquillement, puis il jeta un coup d’œil autour de lui. Il entendit deux bruits sourds, les identifiant comme la chute de corps d’un certain poids sur le sol métallique. Il devait y avoir d’autres prisonniers ! Au moins l’invocateur ne serait pas le seul complètement paumé cette nuit. Il descendit les quelques marches qui le séparaient de la structure plus grande qu’il y avait en contrebas, et jeta un coup d’œil derrière lui alors que ses yeux s’étaient habitués à l’obscurité ambiante. Il remarqua alors que ce qu’il avait pris pour un mur n’était qu’un amas de métal qui l’empêchait de voir autour de lui.  Et beh, heureusement que Riku n’était pas claustrophobe, sinon il aurait clairement paniqué dans une situation pareille…  

Il se tourna alors vers les deux autres personnes qui avaient été libérées ; l’une d’elles prit la parole, d’une voix familière que n’avait pas entendu le voyageur depuis bien longtemps… Kaijin ! Son compagnon des BILD ! Ils avaient formé ce groupe dans une soirée des plus bordéliques à Kazinopolis mais n’avaient pas eu l’occasion de se revoir depuis ce jour.  Ils avaient tous deux progressé sur leur voie respective, Riku ayant suivi les péripéties de son compagnon dans le Dream Mag, et avait beaucoup ri chaque fois qu’il constatait que partout où le « Mordu » passait, il enchaînait les ravages.  Le necromancer prit alors la parole en réponse aux mots de son compagnon :

« Je pense que Zeel devrait pouvoir suffire…. Attendez. »

L’invocateur croisa alors ses mains pour faire apparaître la créature fantomatique qui entoura les trois personnes. Son aura phosphorescente éclairait faiblement le couloir, laissant entrevoir un chemin qui s’enfonçait dans les ténèbres. Riku reprit alors la parole :

 « C’est pas la panacée, mais je pense que ça suffira, au moins pour le moment. Kaijin, content de te revoir ça fait un bail ! »

Avec un large sourire, le jeune homme tendit une main amicale à son ami pour lui serrer la sienne, puis il se tourna vers leur troisième compagnon improvisé de la nuit :

« Potes de galères hein ? C’est quoi ton nom ? »

De la même manière, il lui tendit la main amicalement, attendant un signe de sa part. La nuit ne faisait que commencer, et intérieurement le necromancer se rappela qu’il n’avait plus d’invocation offensive pour le moment… Il serait donc limité s’ils étaient amenés à se fritter avec leurs « gentils hébergeurs »… Mais pour le moment il fallait qu’ils s’organisent.




[hrp : concernant l’absence d’invocation offensive de Riku pour ce rp, ce passage est expliqué dans ma quête solo – que je n’ai pas encore terminé oui huez moi >.< - dans laquelle il réalise la dernière volonté de Gaïa, lui permettant ainsi de rejoindre Edenia. Pour le moment, il ne s’est pas lié à une nouvelle invocation offensive.  (et non je spoile pas la dernière volonté o/)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 106
Date d'inscription : 27/02/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Nassib Kobb
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 20
Renommée: 25
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Lun 12 Sep 2016 - 5:38
Nassib fumait son dernier joint, se souvenant de ses aventures à dreamland. Elle apparaissait dans les nuages de fumé qu'il recrachait. La présence d'une personne qui le suivait se dessina dans ses souvenir. Peut être un coup de parano provoqué par la fumette. Entre chaque souvenirs du monde onirique, une image d'Aurore servait de transition. Tout ce qu'il avait vécu c'était grâce à elle. Même si il ne comprenait pas encore totalement les enjeux de son choix, il avait trouvé une place dans ce monde. Il savait qu'Umbre aller le retrouver une nuit mais il ne connaissait rien de lui. Quand il avait posé la question à Aurore, elle lui avait juste répondu qu'il était fort. Quel niveau devait il avoir ? Est ce qu'il est aussi dur que leur chef ? Des questions qui n'auront de réponse seulement quand il se rencontreront. Nassib avait hâte de le rencontrer, son manque de force lui avait causé trop de soucis.

Sa marque n'avait pas briller depuis qu'il l'a possède, mais il devait faire attention. Sur le vaisseau de kpt il avait était négligent. Lui qui s'efforce de caché son appartenance à sa guilde. Il aurait peut être préféré, être trouver par le chef de la guilde des voleurs qu'il avait rencontrer. Il y avait tellement de créatures différentes dans leur repaire. Il se taper tous dessus en se marrant, mais ça rester plus convivial qu'au temple des enfants de la lune. Submerger par ses souvenirs Nassib s'endormi la main sur sa marque onirique.

Avant d'ouvrir les yeux il avait senti ses poignets attachés, accroché sur un métal froid. En ouvrant les yeux, il n'eu guère plus d'informations sur sa situation. La pénombre qui recouvrait la pièce l'empêcher de voir autour de lui. Cherchant à comprendre comment il a pu en arriver la, il pensa directement à la marque de lumière qu'on lui avait posé. Il repensa à l'impression d'être suivi depuis ses débuts à dreamland. L'ombre qu'il avait aperçu chez l'antiquaire ou cette impression qu'une autre personne se cacher dans la mairie. Aurore avait du envoyer une personne sur sa trace, après tout elle avait annoncer qu'elle le saurait si il révélait leur secret. Pourtant Nassib n'avait jamais rien révélé, peut être ce n'était qu'un test. Peut être la guilde voulait vérifier si en situation réelle il allait parler. Tant que personne ne l'interroger il ne pouvait que spéculer, reprenant son calme il se mit à observer.

Même si ses yeux c'était habitués à l'obscurité, il n'y avait rien à regarder. Ses poignets le faisait souffrir. Heureusement la planche sous ses pieds, l'aider à bien se tenir. Si ses yeux ne pouvait lui servir, il se concentra alors sur les bruits autours. Un bruit sonna dans toute la pièce, comme un poids qui tomber sur le sol. Nassib n'était pas seul ici, peut être emmener t'il l'autre victime dans une autre pièce. Des petits bruits de pas et un autre corps qui tombe. Merde ! Les bruits de pas se rapproche. Un petit être aux oreilles pointues se dessina dans la pénombre. Sand dire un mots il approcha le voyageur, qui ne dit pas un mots lui non plus. Leur regard se croisa brièvement, mais Nassib ne pu en tirer aucune info. Il ferma les yeux, cherchant dans sa mémoire si il l'avait déjà rencontré. Quand la douleur sur ses poignets disparaissait. Il se laissa tomber sur les genoux. Ses mains à plat sur le sol, il releva la tête pour remercier son sauveur. Trop tard celui-ci avait pris la fuite.

Nassib s'étira brièvement sur le sol, pour éviter de ressentir des fourmis. Si il n'avait pas imaginer les précédents bruit, deux personnes devait être encore ici. Il suivi la plateforme, contournant le mur qui était en face de lui. Il tomba nez à nez avec deux autres voyageurs. L'un d'entre demanda à ce qu'on éclaire la pièce. Comment expliquer que je suis un contrôleur de lumière incapable de résoudre ce problème. Heureusement pour moi l'autre voyageur a pu invoquer un fantôme phosphorescent éclairant la pièce. Ces deux la se connaisse, le premier à avoir parler s'appel Kaijin et ils ont l'air de bien s'entendre. Le deuxième voyageur s'adressa ensuite à Nassib.

" Je m'appel Nassib."

Nassib serra la main de son nouveau compagnon. Il était content de ne pas être seul dans cette galère.

"Vous avez une idée d'où on se trouve ? Je suis sur de n'être jamais venu ici et j'ai bien envie de mettre une patate au mec qui nous a emprisonnés ici."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Mar 20 Sep 2016 - 15:06
Une fois détachés, les trois voyageurs et compagnons d’infortunes s’évaluèrent les uns et les autres. Il y en avait deux qui se connaissaient déjà, ce qui allait peut-être facilité la coordination… s’ils devaient en avoir besoin à un moment donné.

Faiblement d’abord, puis de manière plus intense à mesure que les secondes passaient, une lumière mauve commença à éclairer le côté opposé aux plaques de métal de la plateforme. Ceci leur révéla la longueur totale du couloir dans lequel ils étaient, ainsi que celle du couloir par-delà la lourde porte d’accès encore ouverte non loin d’eux.

Un léger son de grésillement, provenant des lumières latérales séparées d’environ deux mètres chaque, était audible pour qui tendait l’oreille. Il était assez stupide de dire qu’il s’agissait du son traduisant le temps de chauffe des lumières. Cela devait sans doute servir à autre chose.

L’air ne se réchauffait pas le moins du monde, au contraire ! On aurait cru que la température avait baissé d’environ deux degrés Celsius, avec un léger courant d’air en prime. Il y avait forcément, quelque part, une origine à ce courant d’air. S’il était remarqué, peut-être serait-il bon d’en trouver l’origine ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 950
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Sam 24 Sep 2016 - 1:38
L'espace d'un instant, la douce chaleur des retrouvailles enveloppa Kaijin. Une expression de stupéfaction peinte sur son visage. Mis à part Greel, ça faisait une éternité que l'adolescent n'avait pas revu un de ses amis oniriques, et Riku, lui, avait été là à ses débuts de voyageur. Il attrapa la main de son ami sans hésitation et laissa exploser sa joie lorsqu'il relâcha sa main.

- Si je m'attendais à te voir ici Riku ! Tu m'étonnes que ça fait un bail, combien de temps qu'on ne s'est pas vu ?

En effet, le temps avait passé. Cette pensée retira rapidement son sourire joyeux à Kaijin, avec cette nouvelle source de lumière, Riku pourrait voir à quel point son ancien compagnon nocturne avait changé. Son teint était bien plus pâle et maladif qu'auparavant, son corps frêle s'était développé pour correspondre au combattant qu'il était devenu, ses yeux avaient perdu l'éclat insolent tout comme son sourire narquois et provocateur. Ses traits étaient plus durs, plus féroces, certes, l'adolescence était passée par là, mais son expression actuelle contrastait totalement avec l'innocence et l'imprudence se dégageant jadis de lui. À présent, son regard brillait d'une teinte à la fois froide et malsaine, bien qu'il ne souriait pas, on trouvait la petite fossette au coin de ses lèvres que son sourire carnassier à la limite de la folie -qu'il s'était d'ailleurs surprit à arborer dans le monde réel- avait créé. Mais le plus gros changement résidait sur son crâne, là où avait jaillit des cheveux d'un bleu électrique, il n'y avait qu'un duvet sombre se perdant dans l'obscurité du lieu.

Cependant, Riku s'était tourné vers l'autre voyageur, retardant le moment où il s'attarderait ne serait-ce qu'un peu sur l'adolescent, ce qui permettrait à ce dernier de fuir les hypothétiques questions du necromancer. Kaijin classa immédiatement ce Nassib dans la catégorie de ces gens avec un faciès avantageux lorsqu'il l’aperçut. Il ne l'avouerait jamais, mais le Mordu était jaloux de ces gens ainsi gâtés par la nature. Il n'attendit même la fin de la question du blond pour se tourner et s'approcher de la rambarde, penchant pour regarder dans le vide. Il finit par se redressa à la fin de la phrase de Nassib et tourna sa tête vers lui.

- Aucune idée. Si j'ai fait quelque chose avant d'arriver ici, je m'en souviens plus. Et j'suis plutôt d'accord avec toi, retrouvons les gens qui nous ont mis là, et...

Un étrange sourire ne put s'empêcher de décorer le visage de Kaijin, degageant une sinistre impression.

-... On verra ce qu'ils ont à nous dire.

À ses mots, les murs commencèrent lentement à s'illuminer d'une lumière mauve, un grésillement se fit entendre en même temps. Regardant autour de lui, intrigué par ce son et ces lumières, Kaijin se mit à penser à voix haute.

- Même ici, les lumières font ce bruit nul ?

Peu à peu, il sentit son corps frissonner et ses dents se mirent à claquer. Portant ses mains à ses bras, il commença à se frictionner les bras en se recroquevillant sur lui-même. Un courant d'air vint lentement s'écrasait contre son dos, lui arrachant un nouveau frisson. Il laissa échapper un juron dû à la température ambiante et prévenu les deux autres voyageurs qu'il allait explorer le couloir se trouvant en face de celui dans lequel ils étaient. Continuant de frotter ses paumes contre sa peau et de grelotter.

En marchant, il se rendit compte que l'endroit dans lequel il se trouvait était finalement beaucoup plus spacieux qu'il ne l'avait imaginé. Son regard ne pouvait s'empêcher de raser les murs de cette grande pièce futuriste, la retraçant seulement et négligeant les détails qu'ils auraient pu y voir. À force d'observer le décor, l'adolescent finit par trébucher à l'entrée du nouveau couloir, se rattrapant tant bien que mal. Une fois à l'intérieur, il constata que la température était toujours aussi basse et que, bien que les lumières avaient également éclairé le couloir, mis à part sa longueur, il semblait, on ne peut plus, banal. Kaijin arqua un sourcil se disant qu'il pouvait bien s'enfoncer un peu plus dans ce dernier. De toute façon, Riku et Nassib survivraient bien le temps de son absence, puis ils pourraient toujours venir le chercher si ça n'allait pas pour eux.
La véritable motivation de Kaijin, c'était l'espoir de trouver, ne serait-ce qu'un vêtement chaud pour recouvrir son torse frigorifié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 489
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 57
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Dim 25 Sep 2016 - 20:39

La réaction de son ami ne se fit pas attendre ; Kaijin lui rendit joyeusement sa poignée de main, explosant de joie à ces retrouvailles avec l’un des amis oniriques de ses débuts.  Riku souriait, il y avait un moment qu’il n’avait pas croisé des proches dans ce monde, d’ordinaire, il croisait des personnes qui subissaient par sa faute nombre d’ennuis. Kaijin et lui faisaient partie du même groupe de voyageur mais les évènements et surtout la disparition du fondateur de la bande, Tenkensu, les avaient séparés. Plus d’un an s’étaient écoulés, ils avaient chacun mené leur petit bout de chemin de leur côté. Finalement, ils étaient aussi connus l’un que l’autre, ils étaient proches dans le classement, ils avaient progressé presque de concert, c’en était amusant, comme une sorte de rivalité implicite entre eux. Mais leurs aventures avaient également eu leurs effets sur leur psyché et leur apparence globale… Car quelques instants après avoir explosé de joie, le jeune morpheur passa à une expression bien plus triste, que l’invocateur ne pouvait que trop bien comprendre ; son ami avait perdu sa chevelure dont il était jusque- là si fier, il avait maigri, et semblait globalement avoir perdu cette joie constante de vivre qu’il avait à leur rencontre. L’expérience à Dreamland avait souvent tendance à rendre les voyageurs plus renfermés, plus sombres, plus méfiants, moins enclins à apprécier chaque instant. Les conflits, les morts, les blessures, tout cela amenait à penser de manière plus sombre, et si Riku ignorait tout du parcours de son camarade, il savait que sa tête était mise à prix, et qu’il avait probablement traversé des épreuves tout aussi dures à encaisser que les siennes. Lui-même avait beaucoup changé ; si à l’époque il n’était pas plus joyeux qu’à cet instant, il était en revanche bien plus naïf et prêt à suivre ses camarades dans toutes les bagarres et délires qu’ils pouvaient proposer, et le moindre instant qu’il passait dans le monde onirique, en dépit des galères, était une aventure à laquelle il prenait un vrai plaisir, une curiosité sans failles. Aujourd’hui, seule sa survie importait ; il apprenait peu à peu à faire fi de ses sentiments quand il le fallait, à faire attention à sa propre vie avant tout, il avait progressé, et maintenant qu’il avait réalisé la dernière volonté de Gaïa, il se devait de retourner au royaume des morts pour se trouver une nouvelle invocation.   Son expression s’était assombri, il était moins enclin à s’aventurer quelque part, et la joie de retrouver un ami était vite remplacée par l’inquiétude de voir un autre proche mourir. Tant bien que mal, l’invocateur reprit contenance, essayant de répondre avec sincérité à son ami :

« Ca fait bien un an et demi depuis Kazinopolis, peut être même plus, je t’avoue que j’ai un peu perdu la notion de temps haha…

Comme pour fuir le malaise qui s’était construit entre eux, l’invocateur se retourna vers leur second compagnon, qui se présenta sous le nom de Nassib. Il semblait ne pas être à Dreamland depuis longtemps, ce qui remémora pendant un instant à l’invocateur ses premiers mois dans le monde des rêves et le fit sourire, puis il répondit à la question du jeune homme :

« Non désolé, aucune idée de comment on a pu se retrouver là comme ça. Quand je me suis réveillé à Dreamland j’étais déjà attaché à ce truc pourri.  Je suis partant pour le plan cassage de gueule en tout cas. »

Kaijin, lui, rien qu’à cette idée, semblait comme pris de pulsions meurtrières qui le faisaient sourire. Riku se retint de rire, puis sursauta alors que les lumières s’allumèrent brusquement, dans des bruits de grésillement électrique, éclairant l’ensemble du couloir métallique.  Soupirant, l’invocateur rappela Zeel pour éviter un gaspillage d’énergie devenu inutile, puis s’apprêta à proposer à ses compagnons de poursuivre plus loin dans le couloir pour explorer un peu les lieux à la recherche de leurs ravisseurs, mais soudain la température baissa de plusieurs degrés, au point qu’ils se sentirent soudain tous frigorifiés. Le pire étant qu’il n’avait rien sur lui pour lui permettre d’échapper à ce froid. Pas le choix, ils allaient devoir trouver un moyen de se sortir de ce piège ; Kaijin ne lui laissa cependant pas le loisir de prendre une décision. Le temps qu’il veuille prendre la parole, ce dernier était déjà devant pour tenter apparemment de trouver un vêtement chaud. Riku soupira, et se tourna vers leur compagnon d’infortune :

« Bon. Rien à faire, il est trop entêté quand il prend une décision celui-là. On ne va pas rester là à se les peler en l’attendant par contre. Allons voir ce qu’il y a un peu plus loin, dans le pire des cas on pourra au moins le couvrir si jamais il trouve le moyen de s’attirer des ennuis. »

Sans plus attendre – surtout pour ne pas rester dans le froid et bouger un minimum – l’invocateur prit les devants et s’engagea dans le couloir qui les menait hors de leur pièce de détention. Après une première porte, le chemin s’élargit, laissant place à un vaste couloir où l’on pouvait voir plusieurs portes similaires à celle qui fermait l’endroit où ils étaient retenus jusque-là. Il s’agissait probablement d’une sorte de prison. Le necromancer prit la peine de regarder de chaque côté du couloir pour s’assurer qu’il n’y ait pas de danger immédiat à l’approche, puis il s’avança. En dehors des portes et des murs métalliques, il n’y avait rien de foncièrement utile pour leur permettre de trouver un moyen de ramener une température normale dans cet endroit.  Pas de panneau, pas de console de commande…. La misère. Finalement, il arrêta son regard devant un bouton qui l'intriguait. Il ne savait pas pourquoi, mais il avait envie d'appuyer dessus, juste pour voir ce qu'il allait se passer. Il fallait dire que pour le moment il n'y avait pas eu grand chose à voir niveau action...

«  On va bien voir ce que ça ouvre...  La balade dans le vide ça m’attire pas plus que ça.

Un poil stressé à l’idée de tomber sur un danger potentiel, le voyageur pressa le bouton, s'attendant à voir une porte s'ouvrir quelque part. Il espérait fortement ne pas tomber dans un piège quelconque…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 106
Date d'inscription : 27/02/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Nassib Kobb
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 20
Renommée: 25
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Jeu 29 Sep 2016 - 14:46
1 an et demi qu'ils ne se sont pas vus, ça doit vraiment faire longtemps qu'ils sont voyageurs.  Kai a du le devenir vraiment jeune. Je me sens plus en sécurité avec deux vétérans. J'espère ne pas être un poids pour eux. Que ça soit Tommy et Dan ou eux deux ça à l'air d'être plus cool d'avoir un partenaire. Charly j'espère que tu vas bien, toi et moi on aurait fait un duo extra. Apparemment l'idée de violenter notre ravisseur ne les déranges pas, bien au contraire.

Un drôle de bruit et une lumière qui s'intensifier apparut le long du couloir. Les trois voyageurs furent attirer mais c'est Kai qui prit l'initiative. La température avait aussi chuter, Nassib se mit à grelotter. C'était encore plus gênant pour lui sachant que ses techniques avait besoin de sa chaleur corporelle. Il allait être encore plus inutile qu'il le pensait si ça continuer. Kai se mit à avancer en solo laissant les deux autres en retrait.  

« Bon. Rien à faire, il est trop entêté quand il prend une décision celui-là. On ne va pas rester là à se les peler en l’attendant par contre. Allons voir ce qu’il y a un peu plus loin, dans le pire des cas on pourra au moins le couvrir si jamais il trouve le moyen de s’attirer des ennuis.

- Ouais ! J'ai pas non plus envie de me retrouver congeler ici."

Riku ouvrit la marche suivit de près par Nassib qui avait enfilé son capuchon . Kai avait disparu plus loin. Le couloir qu'ils empruntèrent n'était pas aussi grand que le contrôleur l'imaginer mais tout de même assez grand. Il y avait plusieurs portes identiques à celle qu'ils avaient traversés. Combien de prisonniers pouvait il avoir ? Pourquoi ils étaient les seuls à avoir été libérés? Des questions qui trouverais leur réponse, si ils arrivent à retrouver leur agresseur. Le froid ne diminua pas, au contraire il s'intensifiait, Nassib ne supporter pas ça. Il se demander si il devait en parler à son camarade, que le froid limité ses pouvoirs. Dans ces conditions impossible d'utiliser son mirage dodge spontanément. Son clone serait aussi limité dans sa vitesse de déplacement. Il pensa a trouver de nouvelles techniques mais il n'arriver à rien, il s'y forcerait s'il sort de cet endroit vivant.

Riku se stoppa devant un interrupteur.  Riku se retourna sur Nassib et après quelques minutes sans que personnes n'est prononcer un mot, l'invocateur proposa d' appuyer dessus. Nassib se concentra pour augmenter sa chaleur corporelle, si il se faisait attaquer, il se devait d'être prêt. Les voyageurs auraient pu continuer leur chemin vers la lumière mauve plus loin, mais Nassib était aussi curieux de savoir à quoi le bouton pouvait servir. Riku pressa alors le bouton, mais rien ne se passa.

" Bizarre tout ça. J'imagine qu'on a plus qu'à suivre la lumière au fond."

Nassib s'avança dans le couloir, en dessous de la lumière où se trouver une porte. Il est peut être temps que je parle de ma situation à Riku. Ce froid est de plus en plus violent.

" Je ne sait pas ce qui nous attends plus loin, alors je vais être honnête avec toi. Je ne suis pas très fort et le froid qui nous entoure limite mes pouvoirs. Comme l'autre est partit sur un coup de tête , si on ne le retrouve pas rapidement il faut qu'on trouve l'origine de ce changement de température. Au moins que je puisse t'aider au mieux, si on rencontre des ennemies. Maintenant que tu sais ça. Tu penses pouvoir gérer ça avant qu'on s'engage plus loin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Sam 8 Oct 2016 - 15:29
Le presque chauve était entré dans une pièce assez petite, comparée aux couloirs d’où il venait. La lumière violette qui l’éclairait venait du plafond, de petites lumières. Il piuvait clairement y voir, sur le mur de gauche, une lourde porte comme celles, ouvertes, qu’ils venaient de franchir. Des petites loupiotes rouges en parsemaient les trois morceaux fermants, indiquant son statut verrouillé. Elle semblait solide au point de pouvoir résister à une éventuelle rage de la part des trois voyageurs.

Contre le mur de droite, dans le renfoncement approprié, presque calculé, il y avait une large console avec trop de touches à appuyer. Cette console était surplombée par six écrans, regroupés par trois en demi cercles. Ils semblaient éteints, mais des petites lumières violettes indiquaient que, potentiellement, l’appareil était en cours d’usage. Hormis les touches, il y avait une sorte de gants à trois doigts dont un pouce, serré autour d’un manche au pommeau luisant de violet.

Sur le mur du fond, il y avait une sorte de manuel d’évacuation. On y voyait un petit extra-terrestre humanoïde violet au long cou au-dessus de ce qui ressemblait à un plan des couloirs vers la salle de sécurité la plus proche.

Incrusté dans le mur du fond, il y avait une porte plus modeste, avec des loupiotes vertes, cette fois. Elle mesurait tout de même près de 2m50 de haut pour 1m40 de large. Que se trouvait-il derrière ?

Derrière, il n’y avait rien. Il s’agissait d’une sorte de débarras, de placard à balais sans balai. Il y avait quelques produits d’entretien et un peu de nourriture étrange. Sur le sol, il y avait ce qui ressemblait à du vomi verdâtre.

Dans le même mur, juste en bas à gauche de la porte aux lumières vertes, il y avait une conduite d’aération. Elle était plus grande que dans les films d’infiltration, sans doute pour laisser passer un plus gros gabarit, comme la porte, en réalité. En y prêtant attention, on pouvait sentir le courant d’air provenir de là.

Posé sur le sol et haut comme la moitié d’un homme, il y avait, dans un coin près de la console, un autre appareil. Il ressemblait à une piste de Nascar verticale, avec du vide au milieu. Il semblait en état de fonctionner, restait à savoir comment. Il s’agit d’un chauffage. En appuyant sur le plus gros des boutons, il se mettrait en route silencieusement, apportant chaleur et réconfort dans la pièce.

Devant la console, il y avait deux sièges de belle taille et semblant aussi futuristes que confortables. Ils pouvaient tourner sur eux mêmes et rouler dans toute la pièce. De quoi s’amuser pendant trois secondes.

Les deux autres voyageurs, s’ils décident d’entrer dans cette même pièce, pourront revoir leur compagnon. Dès que les trois personnes seraient suffisamment loin de la lourde porte d’entrée par laquelle ils sont passés, celle-ci se refermera simplement, avec un bruit futuriste fort, avant qu’elle ne se verrouille. Il y avait un petit appareil tactile à sa droite pour la rouvrir, mais il ne ferait qu’émettre un petit son d’interdiction, comme on entend souvent dans les jeux vidéo.

Dès que la porte serait verrouillée, un petit robot ressemblant à une sorte de rat à trois yeux viendrait se poster au sommet d’un des six écrans, à regarder silencieusement les trois voyageurs.
note:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 950
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Mar 11 Oct 2016 - 20:53
Kaijin venait tout juste de rentrer dans une pièce dont il n'arrivait pas à définir la nature. Il y avait une grosse porte juste en face de lui, qui, si elle lui tombait dessus, en ferait de la bouillie de voyageur. Les voyants rouges indiquaient certainement que la porte était fermée, cependant, tout près d'elle se trouvait une étrange console, le morpheur ne put s'empêcher de détourner le regard de ce qu'il y avait entre la porte et la console : deux sièges noirs affublés des roulettes. Le reste, Kaijin n'y prêta qu'une vague intention, il avait cependant remarqué le gros appareil juste aux pieds de la console et la seconde porte.

Il laissa son instinct agir et fit ce que tout être humain normalement constitué aurait fait ; il se jeta sur un des sièges, bousculant l'autre contre un mur. Une fois qu'il fut correctement assis dessus -c'est à dire son dos touchait le dossier et une partie de ses fesses le siège en lui-même, il frappa le mur de ses pieds, le propulsant à traverse la pièce en tournoyant sur lui-même à une vitesse l'empêchant de contrôler normalement sa destination. Ce qui ne l'empêchait de beaucoup s'amuser et de crier sa joie. Lorsqu'il se propulsa une énième fois à travers, un phénomène physique imprévu fit basculer le siège. Kaijin s'écrasa de tout son long, le visage en face du conduit d'aération aux pieds de la porte affublée de lumières vertes.

Son euphorie lui avait momentanément fait oublier la température ambiante de l'endroit, mais, face à cette grille qui crachait un courant d'air qui lui paru glacial, il se rappela qu'en effet, il faisait vraiment froid ici. L'insouciance du garçon l'empêchait de craindre une hypothétique hypothermie alors qu'il se promenait torse nu couvert d'une fine pellicule de sueur depuis un certain temps maintenant. Non, au lieu d'essayer de s'inquiéter, le garçon préféra agir. D'un bond, il se redressa et analysa de nouveau la pièce du regard. Son regard s'arrêta sur l'étrange appareil posé près de la console, quelques instants plus tard, il le soulevait avec une certaine difficulté. Bien que la machine fût lourde, il parvint à la traîner jusqu'à la bouche d'aération, bloquant ainsi l'air froid.

Entre-temps, il avait redressé le siège renversé un peu plus tôt et s'était assit en tailleur dessus. Kaijin s'était mis à observer le plus sérieusement du monde, l'appareil, son regard étaient notamment attiré par le plus gros des boutons qui trônait en haut de l'appareil. Il était très tentant d'appuyer dessus, cependant, il y avait de fortes chances que le bouton soit le détonateur d'une bombe qui détruirait le complexe tout entier, ou alors, dès lors qu'il aurait été pressé, un gaz soporifique en serait sorti et une multitude d'hommes en blouses blanches viendraient cueillir le corps de Kaijin pour lui faire subir tout un tas d'expériences. Cela dit, les intenses réflexions de ce genre n'étaient guère différentes qu'un bâton de kryptonite pour Le Mordu, alors, il se contenta de presser le bouton. Un doux son émana de la machine et très vite, la température commença à grimper.

Le jeune garçon ne put retenir un sourire sincère, il était vraiment heureux de ressentir de nouveau de la chaleur. Bien que la température soit encore loin du seuil acceptable, mais, au point où il en était, la moindre source de chaleur était un véritable miracle. Il fêta ce merveilleux événement en se propulsant jusqu'à la console. La chaise s'arrêta parfaitement en face de la console et le siège cessa de tourner seulement une fois qu'il fut parfaitement aligné avec le clavier et les écrans. Kaijin n'eut qu'à étendre ses jambes et s'affaler sur le siège, posant sa tête sur une de ses mains. Il se mit à observer d'un air dubitatif le gant à trois doigts. Aussi bête que cela puisse paraître, le jeune voyageur n'avait même pas prêté attention aux nombres d'écrans devant lui, pire encore, il n'avait même pas fait l'effort d'imaginer une vague approximation de ce nombre, c'était même à se demander s'il savait que plusieurs écrans se tenaient juste devant lui.

Il n'y prêta pas plus d'attention lorsqu'il se redressa et rapprocha encore un peu son siège du clavier aux multiples touches. Joignant son index et son majeur ensemble, il fit de même avec son annulaire et son auriculaire, pour pouvoir glisser sa main droite dans l'étrange gant. Il peina à atteindre les bouts de ce dernier, mais lorsqu'il y arriva, un faible son mécanique émana du gant, tandis qu'une puissante lumière agressa sa rétine, six écrans qui s'allumaient en même temps, ça faisait beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : The Death Voice
Messages : 489
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 23

Maraudeur des rêves
Riku Kaisuki
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 57
Renommée: 1630
Honneur: 148
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Mar 18 Oct 2016 - 23:00

Rien. La déception fut forcément à la hauteur des attentes de Riku alors que la tension retombait d’un coup. Tout ça pour ça ? Le concepteur de ce vaisseau semblait aimer jouer avec les nerfs de ses occupants. Toujours était-il qu’il n’avait rien pu obtenir de cet interrupteur si ce n’est un horripilant bruit mécanique. Il aurait bien explosé le mur tout entier avec une technique de Gaïa, mais dans l’état actuel des choses, il se contenta de ruminer qu’il avait hâte de « sortir de cette prison de merde » alors que le froid qui les entourait se faisait de plus en plus oppressant. Le froid avait sa manière propre à lui d’infliger des souffrances aux êtres vivants ; il venait lentement se poser sur tout leur épiderme, et le mordait de part en part, l’incendiait de brises plus glacées les unes que les autres. Et tout ce qu’il y avait à faire, c’était se recroqueviller contre soi-même et avancer en quête d’un endroit plus chaleureux et propice à la vie. Le voyageur claqua des dents, avant d’écouter ce qu’avait à dire Nassib, qui exposa sa situation, notamment sur sa faiblesse en tant que voyageur, probablement un débutant. Le necromancer lui fit signe qu’ils allaient avancer dans le couloir devant eux où la lumière violette était un peu plus intense, avant d’entendre comme un grand fracas un peu plus loin.

« Ca, c’est signé Kaijin. »

Il se mit à courir dans la direction d’où venait le bruit, croisant encore d’autres portes et d’autres boutons sur lesquels il ne s’attarda pas plus, et parvint alors jusqu’à une autre porte ouverte qui donnait sur une grande salle remplie de diverses choses. De longues traces de frottement au sol laissaient deviner que quelque chose avait été traîné brusquement sur le métal de la pièce – et l’invocateur devina sans peine que son ami y était pour quelque chose –. On pouvait également y voir un certain nombre de machines. L’une d’entre elles diffusait un bruit de ventilateur, Riku ne pouvait dire à quoi elle servait, mais il supposa que la douce chaleur qui se diffusait de la pièce était liée au fonctionnement de cet engin. A l’opposé du « chauffage » une porte était close, diffusant une lumière rougie qui, de l’intuition du voyageur, signifiait qu’elle était verrouillée. Il y avait une autre porte mais le necromancer ne s’y intéressa pas tout de suite, remarquant surtout tous les écrans et l’énorme tableau de commande qui y était relié, devant lequel son camarade chauve était déjà confortablement installé, cherchant à glisser sa main dans l’espèce de gant qui devait servir de joystick. L’invocateur voulut prendre la parole pour dissuader son ami de toucher à tout, mais il n’en eut pas le temps, tous les écrans s’allumèrent, aveuglant un instant le voyageur qui s’était habitué à l’obscurité ambiante.

« Merde… J’espère que ça va pas déclencher une explosion ou un truc du genre… »

Un bruit de glissement métallique retentit plus loin. Le necromancer réagit bien trop tard, constatant que l’accès par lequel ils étaient arrivés était à présent verrouillé. Bon… On ne leur laissait pas tellement le choix. Et puis de toute manière, il n’y avait rien derrière. Au moins, rien n’avait explosé. Riku se tourna vers son ami.

« Kaijin, ne touche à rien de plus tant qu’on est pas sûrs de ce que ça va déclencher. Si ça se trouve les gens qui nous ont enfermé ici espèrent que tu vas te servir de ce tableau de commandes. »

L’invocateur se doutait que son camarade n’était pas tellement du genre patient et tacticien, mais il espérait au moins qu’il avait compris le potentiel dangereux de ce qu’il avait entre les mains. Leur vie de voyageur était peut être en jeu, et tant qu’ils n’en savaient pas plus, ni sur l’endroit où ils étaient exactement, ni sur les motifs de leur incarcération, mieux valait en faire le minimum et rester vigilants autant que possible. Une nouvelle fois, le jeune homme observa la pièce, en quête d’indices, d’un manuel, ou de quoi que ce soit qui leur permettraient de se tirer de là, et se dirigea vers la porte qui clignotait d’une lueur verdâtre. Elle s’ouvrit automatiquement lorsque Riku en fut suffisamment prêt, dévoilant alors une pièce des plus exiguës. Malheureusement, un rapide coup d’œil suffit au jeune homme pour comprendre que cette salle ne lui serait d’aucune utilité.

« Un cagibi… Rien de bien utile là-dedans, on se demande même à quoi ont pu servir ces outils de ménage vu comme c’est dégueulasse. »

Au mur, non loin de la console, il y avait un étrange symbole ; en y regardant de plus près, cela ressemblait à un plan des lieux. Etait-ce vraiment exploitable ? Toujours était-il que même avec une réponse à cette question, ils demeuraient prisonniers de cet endroit.

« Hé les gars, regardez là. Je crois que j’ai trouvé…. Oh bordel c’est quoi ce truc ? »

Au-dessus des écrans, un petit robot de la taille d’une grosse souris venait de se poster, guettant les voyageurs sans émettre le moindre son. La suite allait leur dire ce qu’était cet étrange visiteur…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 106
Date d'inscription : 27/02/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Nassib Kobb
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 20
Renommée: 25
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Sam 12 Nov 2016 - 20:52
Riku ne répondit rien. C'était peut être mieux, il avait conscience de la situation et son silence montrait qu'il était prêt à toutes éventualités. Peux être pas toutes finalement, un grand fracas se fît entendre et Riku se rua aussitôt vers lui. Il prononça le nom de Kaijin,en étant certain que ça venait de lui. Merde ! Si il a rencontré des ennemies je fais quoi moi... Je fais le malin, mais avec ce froid je ne pourrais pas me battre à 100%. Déjà que mes pouvoirs sont bien limités. J'ai survécu par chance à chaque fois, est ce que je dois vraiment prendre le risque de courir vers le danger. Ils ont l'air fort les deux autres, ça devrait le faire. Mais si ça n'allait pas, je serais seul... Et j'ai pas envie de me faire emprisonner encore une fois. Tchhh depuis quand je suis devenu aussi faible ! Je vais tous les défoncer !

"J'arrive ! Je vais exploser ces enflures !"

Nassib se mit à courir à son tour. Le couloir était encore long et le même paysage défiler. Des portes et des boutons, comme précédemment. Aucun signe de vie, jusqu'à arrivé sur une porte ouverte. Nassib un peu en retard pénétra dans une nouvelle pièce. Riku était debout examinent les nombreux écrans pendant que Kai était installé sur un siège près de ce qu'on pouvait imaginer comme le tableau de bord. Nassib essouffler mit ses mains sur ses genoux et soupira. Finalement il avait juste imaginé le pire. Il allait rire de ses pensés quand Kai apposa sa main sur le joystick accompagnant le tableau de commande. La réaction ne se fît pas attendre, chacun des écrans s'illumina. Un bruit mécanique se manifesta ensuite et la porte d'entrée se referma sur eux. Tchh nous revoilà tous emprisonnés. Nassib observa Riku mettre en garde Kai. Pris au piège, le contrôleur se dirigea vers la porte. Il chercha une première fois du regard un bouton ou un levier. À priori  rien du côté de la porte. Pourtant il devait bien avoir un moyen manuel de l'ouvrir. Nassib posa sa main sur la porte et la fît glisser cherchant quelque choses qui aurait pu lui échapper. Pendant ce temps Riku avait trouvé un cagibi, rien de bien utile à première vue. Nassib remarqua que la température avait augmenté depuis qu'il avait rejoints ses coéquipiers. La frustration que Nassib avait accumulé, se matérialisa par de la chaleur sortant de son corps comme quand il utilise son mirage dodge. Il continuait à longer la porte laissant des reflets derrière lui qui s'effacer peu à peu. Concentré sur son action, Nassib ne remarqua pas que son pouvoir s'activait de lui même. Il était bien trop absorbé par sa quête et à se ruminer l'angoisse d'être emprisonner et la lâcheté dont il avait fait preuve. Il longea la porte de gauche à droite jusqu'à tomber sur un pavé tactile, il posa à peine la main dessus qu'un petit bruit n'annonçant rien de bon se fît entendre. Rhaaaa c'est encore plus casse couille que ma "visite" de Relouland.
Soudain Riku interpella le groupe.

"Hé les gars, regardez là. Je crois que j’ai trouvé…. Oh bordel c’est quoi ce truc ? Nassib se retourna et regarda d'abord l'invocateur. Celui-ci avait le regard tourner vers les écrans. Le contrôleur balaya la pièce et tomba sur un rongeur à trois yeux. Tchhh c'est quoi ce truc ?!

- D'où tu sors toi ? Le rat ne répondit pas. Nassib ferma son poing et laissa la chaleur envahir son corps. Sérieusement c'est pas le moment de m'ignorer. Dis moi t'es qui et surtout ce qu'on fout ici ? Sinon je t'assure que je vais te faire sortir tes yeux du reste de ton corps sans même que tu captes que je sois arrivé jusqu'à toi !

Un mirage de Nassib se matérialisa derrière lui pendant qu'il fixait le rat pour appuyer sa  menace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AuteurMessage
Messages : 166
Date d'inscription : 25/12/2012

Citoyen modèle
Shad Howl
Citoyen modèle

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 252
Honneur: -128
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Sam 19 Nov 2016 - 18:47
Le robot-rat continuait de fixer les trois voyageurs un petit moment, une poignée de secondes, tout au plus. Il semblait s’assurer qu’on ne l’agresse pas d’entrée de jeu, il n’avait pas l’intention de recevoir une chausse sur le coin de la tête.

Les écrans allumés émirent dont une lumière forte et légèrement teintée de violet. L’ordinateur lié à la console et aux écrans se remettait en route, il n’était qu’en veille. Une fois le système d’exploitation remit en route en 1.22 secondes, les six écrans affichèrent chacun des choses différentes.

Le premier, celui en haut à gauche, affichait un plan plus complet des environs. Il y avait un pointeur quelque part qui informait de la position actuelle des trois voyageurs. Le second, celui juste en-dessous, affichait un autre plan avec une grande mais fine croix, sans doute un objectif à atteindre. Le troisième, celui du milieu en haut, affichait une image. Il s’agissait d’un engin spatial, à première vue. Le quatrième, juste en-dessous du troisième, affichait une masse de texte, pour le moment incompréhensible.

Le cinquième, à droite du troisième, affichait ce qui ressemblait à la vue d’une caméra de sécurité pointant vers ce qui ressemblait au couloir dans lequel les trois voyageurs étaient enfermés. On y voyait trois spécimens d’alien quasiment identiques, plus une grosse masse robotique à l’air clairement militaire et menaçante. Le robot s’ouvrait alors, faisant sortir ce que chacun reconnut comme étant eux-mêmes. Ainsi, c’est eux qui les avaient accrochés là. On pouvait voir les trois individus trifouiller les trois voyageurs inertes avant de les accrocher un par un sur les plaques.

Le sixième et dernier écran affichait une sorte de photo de famille extra-terrestre. Ils avaient un long cou, pas de nez et le teint bleuâtre. Leurs trois yeux étaient complètement violets, leur bouche pouvait sans doute s’ouvrir en trois parties. Ce qui faisait office de cheveux ressemblait plus de des grosses tentacules noires qu’à des cheveux. Sur leur long cou se trouvaient quatre trous servant sûrement à respirer en l’absence de nez. Il y avait clairement un mâle et une femelle, ainsi qu’un enfant.

Le rat était descendu pendant la contemplation des différents écrans, avant de s’installer dans un creux de la console prévu à cet effet. Immédiatement après, les écritures devenaient lisibles, déchiffrables.

“Vous êtes ici” sur le premier écran. Sur le quatrième, celui avec beaucoup de texte, affichait ceci désormais :

“Bonjour, voyageurs de Dreamland.

Je n’ai pas beaucoup de temps pour vous écrire. Vous avez été fait prisonniers. Vous devez vous rendre dans un hangar relativement proche dans les plus brefs délais et voler un vaisseau pour vous enfuir. Sinon, vous mourrez. En bref, on en veut à l’essence vitale qui vous compose. Je disséminerai plus de détails sur votre enlèvement à mesure de votre avancée. S’ils remarquent quoi que ce soit, ils se lanceront immédiatement à votre recherche. Sortez par la conduite d’aération, dans le fond. Je couperai l’aération le plus longtemps possible pour vous permettre de partir, mais le système de secours risque de se mettre en route. Hâtez-vous !”

Quasiment synchronisée avec la fin de la lecture du texte, la grille d’aération tenta de s’ouvrir, mais le chauffage en bloquait l’exécution normale. Il faisait beaucoup moins froid, désormais, dans la salle. L’aération était effectivement coupée, mais pour combien de temps ?

Le conduit était suffisamment spacieux pour permettre d’y ramper à quatre pattes. Il était labyrinthique mais des lueurs bleues indiquaient la route à suite pour ne pas se perdre. De temps en temps, on pouvait voir des immenses ventilateurs à l’arrêt au-dessus des têtes. Leur puissance active gênerait fortement l’avancée des trois personnes, mais rien de trop dangereux.

À la fin de ce conduit, du moins, en prenant la bonne route, il y avait sous eux un trou pour permettre de se glisser dans une salle éclairée d’une lumière violette. En descendant dedans, il y avait pas mal de bazar divers et pas de porte de sortie apparente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 950
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Hier à 19:10
Après s'être fait disputer par Riku, un rat robot apparut juste devant le nez du voyageur au crâne rasé, pourtant, ce n'est qu'après l'intervention de Nassib que le morpheur le remarqua. Le blond menaçait, le petit animal, comme si le robot pouvait comprendre le langage humain. Kaijin n'était pas de cet avis, puis de toute façon, le seul langage qu'il maîtrisait, c'était celui de la violence. D'un geste vif et puissant, le poing de l'adolescent fendit l'air, le rat ayant anticipé une réaction de ce genre s'était déplacé, le poing de Kaijin ne s'écrasa contre le mur dans un bruit sourd. Le voyageur étouffa un hurlement de douleur. Il se mit secouer vigoureusement sa main meurtrie devant lui en geignant. Rapidement, son attention se rapporta sur la multitude d'écrans devant lui qui venait de s'allumer et qui commençaient à montrer des choses relativement étranges. Kaijin les observa chacun sans nécessairement bien comprendre ce qu'il pouvait dire. Cependant, dès le moment où un des écrans afficha du texte, l'adolescent concentra ses quelques neurones fonctionnels pour le comprendre.

Au fur et à mesure de sa lecture, Kaijin sentit une boule se créer dans son ventre. Sans accepter de le reconnaître, cette situation l'angoissait. On ne se sortait pas de ce genre de situation uniquement à la force de ses poings, c'était même souvent le contraire. Malgré son caractère impulsif et son ego surdimensionné, il avait bien conscience de son incapacité à gérer ce genre de situation. Pourtant, cette angoisse se révélait plutôt productive puisque dès qu'il eut fini de lire le texte, il voulut retirer son bras de la commande dans laquelle il l'avait mis et fuir cet endroit le plus vite possible.

Seulement, le voyageur avait eut du mal à rentrer sa main dans le gant et apparemment, il aurait autant de mal, si ce n'est plus, à l'en sortir. Il tira à trois reprises sur son bras, tout ce qu'il réussit à faire, c'est de se faire mal au bras. Rapidement, il changea de tactique, levant ses jambes et collant son siège à la façade, il frappa avec violence le mur avec ses pieds, projetant le siège en arrière et, lui avec. Le dos du voyageur absorba le choc de la violente rencontre entre la façade et la chaise à roulette. L'adolescent s'était cambré et avait laissé échapper un hoquet de douleur.


Il se redressa lentement et s'étira, laissant qu'un gémissement plaintif s'échapper de ses lippes. Le caoutchouc du gant avait laissé une large marque rouge tout le long de son avant-bras. Malgré la douleur désagréable qu'il ressentait dans, à peu près tout son corps, Kaijin traversa la pièce jusqu'au petit radiateur, il décala ce dernier pour permettre à la porte de s'ouvrir entièrement. Aussitôt, il posa un genou à terre pour en observer l'intérieur. Le conduit ne crachait plus d'air froid comme cela avait été promis par l'écran. L'adolescent releva la tête vers ses deux compagnons et planta son regard dans celui de Riku.

- Bon, je pars devant, de votre côté mettez-vous d'accord pour savoir qui va prendre le radiateur, d'accord ?

Après ces quelques mots, Kaijin s'engouffra dans le conduit, n'avançant pas avec sa fougue habituelle ; il n'avait pas vraiment envie de s'y aventurer sans les deux autres voyageurs. Préférant suivre les couloirs éclairés par les lumières bleues en enfouissant l'idée que cela pouvait être en éventuellement piège, il progressa lentement dans cette espèce de labyrinthe en regardant régulièrement par-dessus son épaule. Il avait des sueurs froides rien qu'en imaginant les ventilateurs se réactivaient.

Une espèce de silence pesant s'était installé dans les couloirs du conduit d'aération. Bien que spacieux, ces couloirs restaient exigus et ils n'étaient pas des plus rassurants. De plus, le message que les voyageurs avaient pu lire avant de s'enfoncer dans le conduit, était encore moins rassurant. Ainsi, lorsque la main de Kaijin glissa contre le rebord d'un trou dans le conduit et que la moitié la moitié de son corps chut avec elle, son cœur frappa violemment contre sa poitrine. Sans trop comprendre, son corps entier glissa subitement dans le trou illuminé d'une intense lumière violette. Sa chute ne dura qu'une minute, avant qu'il ne soit violemment projeté contre un amas de caisses. Il se tordit en arrière et tout en gémissant, il se mit sur le dos.

S'il avait adopté cette position ce n'était pas seulement parce qu'il avait mal, mais aussi, parce qu'inexplicablement, il avait peur de cet endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku] Aujourd'hui à 19:12
Revenir en haut Aller en bas

Prey on us (partie 1) [Jin, Nassib et Riku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Mirage Space-