Haut
Bas

Partagez|

Un monde soit disant reposant... (feat Effie Bulkers)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 04/07/2015
Age du personnage : 19

Nouveau challenger
Jonathan Hendrix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Un monde soit disant reposant... (feat Effie Bulkers) Jeu 16 Juil 2015 - 14:10
-"Aaah, je suis crevé !" soufflai-je en me jetant durement sur mon canapé-lit.
La fin de semaine était toujours éprouvante pour moi. Ma fatigue s'accumulait au fur et à mesure des jours et me pesait jusqu'à mes jours de repos. De plus, je venais d'enchainer trois heures de mathématiques suivies de deux heures de physique-chimie. Autrement dit, j'avais la tête en compote et l'impression que mon cerveau fondait.
-"Encore trois semaines avant les vacances..."
Je semblais désespéré, et ne pensais pas survivre à ce qui m'attendait encore ces prochains jours. Lorsqu'une solution me vînt à l'esprit.
-"Peut-être y a t-il un Royaume où je pourrais me la couler douce !" réalisai-je en me voyant déjà fouler le sable fin et me faire caresser la peau par le vent méditerranéen.
L'envie de dormir ne s'était jamais fait autant sentir.

Le soir même, je ne cherchai même pas à lutter contre le sommeil, ne serait-ce pour continuer mon écrit. Je fermai les yeux en désirant passer du bon temps sous le soleil et au bord de la mer.

...

J'ouvris les yeux, désormais habitué à ces changements de luminosité bien qu'un soleil éclatant au beau milieu d'un ciel turquoise sans aucun nuage me faisait directement face. Les sensations étaient incroyables ! Je sentais la chaleur des rayons solaires attaquer ma peau blanche et nue. J'étais allongé sur le sable doré, les bras et jambes écartés, tel une étoile des mers. Un air marin chargé de sel omniprésent emplissait mes narines. Je ne portais rien d'autre qu'un short de bain qui descendait juste au-dessus des genoux de couleur bleue-nuit. Malgré tout, j'étais loin d'avoir froid, en effet, la température était écrasante sans pour autant être insupportable.
Je me redressai sur les coudes et regardai autour de moi. De nombreux autres Voyageurs et créatures semblaient jouir de ce lieu paradisiaque où une atmosphère de vacances régnait continuellement. Je remerciai de tout cœur Dreamland d'avoir accédé à ma requête. Je pouvais faire une pierre-deux-coups en me reposant et en profitant de vacances bien méritées.
Je me trouvais sur une île tropicale composée de sable d'or et parsemée certaines zones de verdure où poussaient aussi bien de petites touffes d'herbes sauvages que d'imposants palmiers de plusieurs mètres. De l'autre côté de l'île, un plateau de roche naturel recouverte d'une pelouse inégale plus ou moins verte, surplombait la plage où je me trouvais actuellement. Une cascade d'eau cristalline et fraiche dévalait l'étage qui séparait les deux plateformes et servait de plongeoir aux plus courageux. Par ailleurs, l'étendue d'eau où se jetait la chute, était comme un grand bassin où la profondeur paraissait plus importante qu'on aurait pu le croire. Cet îlot rassemblait tous les détails agréables des lieux idylliques et vacanciers dans son décor tropical. Tout n'était pas qu'un désert de sable. On pouvait très bien se prélasser sur la partie supérieure qui en dépit des éléments maritimes moins présents, offrait un magnifique lieu de repos.
Je ne savais plus où donner de la tête. Tout me semblait incroyable attirant. Devant faire un choix afin de me décider, je choisis l'activité par élimination.
-"Ce serait vraiment bête de se reposer dans un rêve... Pour ce qui est de jouer sur la plage... commençai-je en regardant les rêveurs et Voyageurs jouer à différentes activités comme le beach-volley et la construction de châteaux de sable. Non, impossible..! Je ne supporterai surement pas de devoir jouer avec d'autres personnes..."
À ces mots, j'eus l'impression que le soleil s'acharnait sur ma peau aussi pale que fragile face aux coups de ce dernier. Je décidai de faire un tour de l'île et de monter en haut de la partie supérieure. Sur le chemin, je croisai d'étranges panneaux dispersées à l'entrée de la plage d'où je suis apparu interdisant des actions plutôt stupides mais surement nécessaires dans le monde de Dreamland.
* Interdiction aux Voyageurs de se battre ! (Lieu de vacances) ; Interdiction de se retrouver entièrement nu ! ... *
-"Non mais où est-ce qu'ils vous chercher tout ça..." lâchai-je en soupirant.
Un nouveau panneau apparu devant moi pour se dresser devant mes yeux.
* Interdiction de soupirer ! (On est en vacances non mais !) *
C'était le bonbon ! Je décidai de continuer mon exploration autour de l'île et commençai à envisager la possibilité de me baigner dans le petit bassin au centre en espérant qu'il n'était pas trop bondé. Je restai quelque secondes sur place, complètement indécis sur mes activités.
-"Putain, mais qu'est-ce que je fais en vacances d'habitude ?" me demandai-je avant de me rappeler que je ne sortais presque pas de ma chambre pour écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 03/04/2014
Age du personnage : 29

Habitué
Effie Bulkers
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Un monde soit disant reposant... (feat Effie Bulkers) Ven 17 Juil 2015 - 20:59
[RP1-CH1 : plagistes de merde]

- Ben non, désolée, ce soir j’ai des trucs à faire. Ce weekend, sans problèmes !

Trois fois cette semaine que je décline une invitation pour aller en soirée … Les gens vont commencer à me trouver suspecte, ou pire … SERIEUSE ! D’un autre côté, tous les soirs, c’est la même chose : on termine les cours vers 18 heures, on sort à peine que quelqu’un propose son appart pour aller "réviser".  À savoir vider le contenu d’un bon gros tas de bouteilles de vodka avec de la boisson énergisante, écouter de la musique de boite trop forte et enfumer  l’appartement en question à grands coups de Marlboro light, Vogue vanille et autres clopes de riches …

Décidément non, ces fêtes d’école de commerce ne sont pas faites pour moi. C’était un peu drôle au début, mais depuis 2 mois, avec une soirée de ce type tous les deux jours au moins, j’espérais connaître un peu mieux les gens. Résultat des courses, je sais qu’un tel boit très vite, qu’une telle couche avec n’importe qui pour des cigarettes, qu’un autre vomit toujours sur ses pompes, et que la plupart des gens n’ont franchement rien à raconter, et n’en ont rien à faire de ce que moi je raconte. C’est à peu près comme ça que je vois l’école de commerce, du coup. Un joli écrin pour relations superficielles, sans fond, où on gagne de la valeur en buvant et couchant. Alors voilà, en deux-trois soirées je m’étais fait ma réputation, simplement en ramenant quelques pilules et en écrasant à plate couture un gros buveur à son jeu de prédilection, le Mi-Cuit, Biscuit, un truc du genre. Au moins maintenant, ils me laissaient tranquille le soir, ils me respectent  et ils me parlent encore la journée.
Mais bon, je ne vois vraiment pas l’intérêt de raccourcir mes escapades à Dreamland pour me mettre une race avec des gens qui ne m’intéressent pas. D’autant que pour les croiser, il suffit que j’attende quelques heures à Delirium City, et je suis sûre de les voir débarquer … Enfin bref. Ce soir, c’est niet, je fais ce que je veux. Je vais aller … mmmm …

- A la plage !

- Mais enfin, mon petit Kévin, on est à Paris, il n’y a pas de plage ! Alors, tu veux aller où ?

- A LA PLAGE !

Une famille de touristes dans le Métro, et des parents trop permissifs … D’autant que s’ils écoutent vraiment leur gamin … Ils vont finir sur la voie Georges Pompidou à marcher dans le sable tout humide d'urines diverses et d’eau de la Seine (comment faire la différence, en même temps). Toujours est-il que pour le moment, ils me cassent les oreilles avec leur marmot braillard et que j’ai besoin de me défouler.
Cette nuit, je fais chier du vacancier plagiste de merde.

******************

Seulement quelques minutes après avoir fermé les yeux, Effie eut l’agréable et habituelle sensation de perte d’équilibre, de chute qui symbolisait le passage de son monde à celui de ses rêves.  Elle sentit un agréable souffle sur sa peau, comme une caresse.  Pas besoin d’ouvrir les yeux, elle le savait, elle y était. Dreamland, son terrain de jeu préféré, pour sa partie de défouloir quotidienne.  Il lui suffisait de désirer quelque chose, quelqu’un, ou même de penser à un endroit pour que son sommeil l’y emmène. Et cette nuit : un monde paradisiaque, plage de sable fin, eau turquoise presque translucide, une île magnifique pleine de végétation luxuriante, des palmiers aussi hauts que les immeubles de sa rue à Paris, des fleurs et des fruits baignant dans le soleil le plus radieux et brillant qu’elle n’ait jamais vu.
Et des gens. Tellement de gens, des petits des grands, des enfants, des adultes, des vieux, des beaux, des moches, venus trouver le calme et s’amuser dans ce lieu idyllique. Tous en maillot de bain, des shorts, des rateaux, des pelles, des seaux, des cerf-volants, des ballons, des bouées, … Et tous ces touristes travaillant (ou pas d’ailleurs, vacances oblige) main dans la main pour user et détruire le paysage, pour pisser dans l’eau turquoise, pour détruire l’étendue plate et immaculée du sable blanc avec leurs châteaux et leurs trous d’eau, pour arracher les fruits des arbres, et utiliser un maximum les ressources de ce lieu pour leur petit plaisir personnel.

*Ça ne va pas durer toute cette joie de vivre, c’est moi qui vous le dit.*

Tout en piétinant presque sans y faire attention les châteaux de sable des enfants les plus bruyants, la jeune femme réfléchissait à ce qu’elle pourrait faire pour emmerder le monde, sans même se rendre compte qu’elle avait déjà commencé. En scrutant l’île sur laquelle elle se trouvait, elle repéra un point en hauteur, qui lui inspira une idée, relativement …

*Géniale.*

Violente, j’aurais dit. Toujours est-il qu’elle s’enfonça légèrement dans la jungle qui longeait la plage. En commençant à peine son ascension, elle se rendait compte de la beauté de l’endroit, et jubilait de pouvoir répandre le chaos dans une œuvre si parfaite. Elle cherchait juste LE bon endroit. Heureusement, ou plutôt malheureusement (pour la tripotée de visiteurs qui y séjournaient), à force de monter elle finit par tomber sur la lagune, en haut de la cascade. Et l'idée lui parut encore plus ...

*Diabolique.*

Oui, non, là, je suis d'accord, c'est diabolique. Elle allait transformer ses bras et sauter du haut de la cascade en faisant une bombe ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 04/07/2015
Age du personnage : 19

Nouveau challenger
Jonathan Hendrix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Un monde soit disant reposant... (feat Effie Bulkers) Dim 19 Juil 2015 - 2:10
Lorsque j'eus finalement marre de marcher sans réel but et que je m'étais suffisamment éloigné pour à peine distinguer les silhouettes des autres personnes sur la plage principale, je pris la décision de revenir sur mes pas donc la forme était toujours visible dans le sable humide, indiquant le chemin à prendre. J'avais la tête vide et le regard baissé vers le sol, comme si j'étais désespérément perdu dans cet endroit qui m'était étranger. Je pris l'initiative de faire quelques pas non loin de la végétation tropicale où poussait des fleurs en tout genre. Leurs seules points communs étaient les couleurs vives qui au simple regard donnait un régal pour les yeux hypnotisés, tels des insectes volant vers une lumière éblouissante, ainsi que de grands pistils chargé d'une épaisse couche de pollen jaune et orangée.
Rien que de passer à côté me donna des éternuements incontrôlables et puissants, m'obligeant à quitter cette plaisante verdure. Je repris le chemin de sable jusqu'à atteindre l'entrée de la plage principale où se trouvaient les panneaux d'interdictions les plus inutiles qu'il soit. Sans même y faire attention, je continuai mon chemin sous le soleil toujours aussi écrasant, vérifiant plutôt si ma fragile peau ne tournait pas au rouge. Par chance, le monde de Dreamland ne devait pas permettre ce genre de blessures superflues ou alors je possédais un corps plus résistant que je le pensais moi-même.
Je m'installai un moment à l'ombre d'un grand palmier juste en face de l'océan infini bien que parsemée de nombreuses îles toutes différentes les unes que les autres. Adossé contre le tronc, les bras derrière la tête, je regardai les vagues grimper doucement vers moi, frôlant mes orteils à chaque essaie.

Je me laissai très vite de ce repos immobile bien que le soleil estival accroché très haut au-dessus de nos tête se reflétait de mille lueurs éclatantes sur la surface liquide, offrant un spectacle magnifique. Je décidai d'aller tenter ma chance ailleurs, peut-être autour de ces innombrables Voyageurs et Rêveurs, tous en maillot de bain. D'ailleurs lorsque j'y fis attention, je découvris que la forme et la couleur de chaque habit de baignade étaient différents, un peu comme leur personnalité qui devait avoir inconsciemment un impact sur cela. Il y avait aussi bien des formes très ouvertes et exposées, mettant certains atouts en valeurs que des banals costumes de plongé qui recouvrait tout le corps. Je n'avais sculpté les autres personnages que durant un court laps de temps, mais je détournai aussitôt le regard, gêné d'avoir à le promener autour de moi. Il était vrai qu'il y avait pas mal de filles dans la vingtaine qui rêvaient de s'échapper quelques jours sur un endroit paradisiaque, mais je pouvais pareillement reconnaître les employés de bureau qui se trouvaient dans le même cas et qui n'hésitaient pas à se rincer l'oeil auprès de ces dites jeune femmes qui s'amusaient sur la plage. Je les contournai, ne voulant pas me retrouver sous leurs yeux lubriques et leur expression perverse.

J'arrivai finalement au niveau du plan d'eau où la cascade cristalline s'écoulait tranquillement. Une dizaines de personnes se baignaient déjà dans le bassin en battant régulièrement des pieds afin de maintenir le visage hors de l'eau. D'autres plus flemmards se reposaient, affalées sur des bouées gonflables.
Je levai la tête vers le haut de la chute avant de porter ma main devant mon visage, totalement éblouis par les rayons de la sphère lumineuse qui dépassait à peine du court d'eau qui se jetait verticalement. Après quelques secondes d'adaptation, je parvins à distinguer une ombre fine et pratiquement imperceptible par ma vue troublée par l'inhabituelle luminosité. Incroyablement, je réussis à distinguer un sourire en forme de croissant de lune s'afficher. D'un coup, un bruit sourd venant d'elle se fit entendre et l'ombre sembla difforme et plus imposante. La personne recula pour sortir de mon champ de vision lorsque qu'elle revînt d'un bond pour se jeter dans le bassin situé quelques mètres en dessous en beuglant une sorte de cri de guerre que je n'avais pas saisie.
Elle toucha finalement la surface du bassin qu'elle pulvérisa au moment même, expulsant et éparpillant plusieurs litres d'eau aux alentours et formant une énorme vague qui déporta les personnes dans le bassin.

Quand à moi, j'étais trempé jusqu'aux os malgré ma présence juste au bord de l'étendue. Mes cheveux désormais collant dégoulinaient sur mon visage trempé alors que mon corps entier n'était pas plus sec. J'étais loin d'être le seul, tout le monde se situant non-loin du pied de la cascade se trouvait dans le même cas. Je secouai ma tête pour sécher mes cheveux avant de passer ma main pour les relever de mes yeux.
-"Mais qui est la furie qui a décidé de faire ça ?!" lâchai-je d'un regard froid tout en serrant les dents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un monde soit disant reposant... (feat Effie Bulkers)
Revenir en haut Aller en bas

Un monde soit disant reposant... (feat Effie Bulkers)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Tropiques-