Haut
Bas

Partagez

[Quête]Vol à Circus Attraction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kala Kourou
Surnom : Water Boy
Messages : 1559
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 23

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: [Quête]Vol à Circus Attraction [Quête]Vol à Circus Attraction EmptyJeu 1 Mar 2012 - 11:37
« Ve... Veux-tu sortir avec moi ? »

Nous avions regardé un super film, « Intouchables ». Omar était super dans son rôle et le personnage de François Cluzet était tout simplement... Touchant. Rien à dire, sauf qu'il était génial. C'est vraiment quelque chose qui touche au cœur.

« Ve... Veux-tu sortir avec moi ? »

A la fin du film, nous étions sortis pour aller manger. Il était 13h. Nous étions en train de marcher lorsqu'elle me dit cela.

« Ve... Veux-tu sortir avec moi ? »

Cette question resta dans ma tête pendant plusieurs secondes. Je l'analysais sous toutes les formes. Premièrement, le moment était mal choisi pour me poser ce genre de question. J'avais faim, vraiment faim. J'ai failli arrivé en retard à notre « rendes-vous » et je n'ai pas eu le temps ni de boire, ni de manger quelque chose. Donc, j'avais très faim. Tout d'ailleurs, le lieu était très mal choisi, enfin pour moi. J'avais opté finalement pour l'UGC de notre ville. Qui était relié à une passerelle qui rejoignais le centre commerciale, où il y avait au 2ème étage un McDo et tout plein de restaurants. Et nous étions dimanche. Le jour où presque tout le monde peut aller voir un film et aller manger au centre. J'ai pu apercevoir un pote que je connaissais, plus loin devant nous, qui était avec d'autres copains à lui et il nous fixait avec un petit rire amusé. Oh, Seigneur Dieu, si tu existes, fais pour qu'il n'ait pas écouté ce que cette fille vient de me dire.

Nous étions toujours en train de marcher vers une des portes du centre. Nous étions au niveau 1 du centre et nous prenions les escalators. Petit, quand j'en voyais, je me mettais au bout et je prenais la rampe noire qui faisait des allers-retours entre le haut et le bas de l'étage où elle était fixée pour essayer de le stopper, rien qu'avec la force des mes mains. En vain.
Myriam me regardait avec des yeux qui m'imploraient de répondre à sa question. Comme par hasard, on était tous seuls sur l'escalator.

« Je... Je... Je...»

Je n'avais pas remarqué que nous étions arrivés en haut et je manquais la marche pour sortir de l'escalator. Non, je ne basculais pas devant moi mais derrière moi. Le hasard fait bien les choses. C'était une décision, pour moi, que je ne pouvais pas prendre tout de suite. Un petit tour à l'hôpital me donnera du temps pour réfléchir. Avec quelques os de cassés. J'aurais mal, mais je vais pouvoir m'échapper pendant plusieurs heures.
Bizarrement, je ne touchais pas les marches de l'escalator mais je tombais en piquet pour ensuite recevoir un puissant coup à la tête au pied de l'escalator. Faut que je me détende, tout va bien se passer. Un petit moment à Dreamland et je repartirais d'attaque avec une réponse prête et organisée pour Myriam.



~Quelque part, à Circus Attraction...~

Je ré-ouvris mes yeux et je vis des ballons passer devant moi. J'étais couché, je sentis de la terre sous mes mains. « Veux-tu sortir avec moi ? ». Cette question sans réponse résonna dans ma tête et devenait ma pensée principale. La réponse était non, bien sûr. Mais je ne voulais pas lui dire ça de but en blanc. Modifier les apparences. Pour que la douleur ne soit pas trop grosse pour elle. C'est quelque chose quand tu vas dire non à une fille de sortir avec elle. On fait tout pour s'en échapper et ne plus la revoir, de peur d'avoir des remords. Mais à un moment donné, tu la reverra, et tu auras des remords. C'est comme ça, c'est tout. Mais ce n'est pas de notre faute, enfin de la mienne. Je ne veux pas sortir avec une fille dont je ne suis pas amoureux. Je n'aime pas trop ça. Mais en même temps, je ne suis jamais sorti avec une fille et l'envie me dit d'essayer. Je ne sais plus alors quelle sera la réponse que je lui donnerai. Oui ? Non ? Telle est la question.

Je me relevais et examinais d'abord ce que je portais. Mon équipement de combat. Ce qui veut dire que soit, je suis trop craintif ou soit, je vais devoir me battre. Mais parfois, je l'ai alors qu'il n'y a pas de combats ou alors que je ne l'ai pas quand il y en a. C'est bizarre, tout simplement.

J'examinais maintenant l'endroit où j'étais tombé. Des rêveurs avec le sourire aux lèvres, les occupées par des bâtons de barbe-à-papa, des couples avec des pommes d'amour, des montagnes russes, un cirque, des attractions aquatiques.


« Miro, ce genre d'endroit existe à Dreamland ? »

« Oui, c'est un des royaumes de Dreamland qui s'appelle Circus Attraction. Je suis déjà venu avec Victor et c'était la seule nuit où il n'avait pas foutu le bordel. »

« Parce qu'il mettait du bordel à chaque endroit où il atterrissait ? »

« Ouep. »

« J'ai bien fais de le faire redevenir un rêveur. »

J'avançais droit devant moi, sans savoir dans quelle attraction je voulais y aller. Il faut que je me détende, trouver quelque chose pour oublier cette question qui résonne dans ma tête. « Veux-tu sortir avec moi ? ».

« Miro, mets-moi toutes les chansons de BEAT CRUSADERS, s'il-te-plaît. »

La première chanson commença. C'était HIT IN THE USA de Beck. J'ai bien aimé cet anime. Sauf qu'elle s'arrêta trop tôt. C'était alors un peu nul et j'ai commencé à lire le manga. Bref, n'ayant rien à faire, je continuais à marcher dans les allées de ce parc d'attraction...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Kala Kourou
Surnom : Water Boy
Messages : 1559
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 23

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: [Quête]Vol à Circus Attraction [Quête]Vol à Circus Attraction EmptyJeu 1 Mar 2012 - 21:46
« Et merde ! Rattrapez-le ! Faut pas qu'il s'échappe, sinon c'en est fini pour notre seul job ! »

C'était le vendeur de barbe-à-papa qui courait, avec les autres gérants des attractions du plus grand parc de loisirs (et le seul, sûrement) de Dreamland, après un voyageur à la première vue énigmatique. Sous son bras, il portait une gemme jaune qui brillait continuellement, sans doute un trésor qui valait des milliers d'EVs. Personne ne connaissait son identité, personne ne l'avait déjà vu, c'était peut-être un nouveau voyageur mais il connaissait parfaitement les lieux donc il pouvait semer ses poursuivants or, ses poursuivants connaissaient eux aussi les lieux et il n'avait donc pas des secondes pour se reposer mais il avait quand même un assez bon souffle. Un saut, et il se cachait derrière des toilettes préfabriquées et il reprenait une autre allée. Mais un patron d'une friterie l'attendait au tournant. Il prenait alors un autre chemin et sortait du parc d'attraction.

« Continuez à courir après lui ! Il va bien se reposer ! Il va dans les Plaines, il n'y a pas beaucoup de buissons où se cacher ou des autres cachettes ! »

Un jeune voyageur, donc. Inconnu. Mais pourquoi les gérants de Circus Attraction le poursuivaient ? Qu'était-ce donc cette gemme ?

Bref, je me fais chier en narrateur.

----------

~A Circus Attraction, quelques minutes avant le drame...~

J'avais un énorme bad... Je ne pouvais pas l'expliquer. Les sucreries, les montagnes russes les plus folles ou encore les trains fantômes les plus effrayants n'avaient enlevé cette déprime... Je crois que je dramatise un peu trop les choses, non ? J'étais tiraillé par le fait de donner une réponse à Myriam. Devais-je lui dire non ? Mais ce serait quand même pas élégant. Et si je lui disais oui ? Oui, mais même si Lydia est morte, j'aimais toujours cette dernière . Et si je répondais oui, j'allais en quelque sorte la trahir. Ah ! Dieu, pourquoi m'as-tu mis dans cette situation aussi déstabilisante pour moi ?! Comme si ça me faisait plaisir... Saleté de chien qui est Dieu ! C'est un enculé !

Prenant en douce une autre barbe-à-papa, je me dirigeais vers la grande roue. Pour ne pas payer l'entrée, je rentrais dans une cabine à la place d'un rêveur. Ça me permettrait de manger tranquillement ma barbe-à-papa et soulager mes peines en admirant le paysage du royaume et au delà de ça... Il faisait nuit et on pouvait voir très distinctement les étoiles. Certaines s'amusaient à se disputer une place dans le ciel noir qui ressemblait à un tableau noir, certaines se contemplaient, s'admiraient car d'autres brillaient plus fort. Un beau spectacle, un très beau. La sucrerie était délicieuse et goûteuse, je pouvais être sur mon petit nuage. Or, je n'y étais pas. Cette histoire avec cette fille me hantait trop, me tourmentait trop. J'avais besoin de décompresser, quelque chose pour ne pas avoir ces pensées dans ma tête. Et je n'avais pas remarqué que la grande roue s'était arrêtée. C'était des cris de rêveurs qui m'ont fait prendre conscience de cela. Qu'est-ce qui s'était passé ? Une panne ?

« Y a jamais de panne à Circus Attraction. Les machines sont alimentés par une source d'énergie inépuisable. »


« Comment tu sais ça, toi ? »

« Victor avait l'intention de voler la source d'énergie la prochaine nuit de la nuit où vous vous êtes battus mais il est redevenu un rêveur donc il n'a pas pu réaliser son plan. »

« Décidément, j'ai rendu service à la communauté de Dreamland en lui débarrassant d'un potentiel killer. »

La cabine était tout en haut et entre elle et le sol, il devait y avoir une bonne centaine de mètres. J'essayais d'abord d'ouvrir la porte normalement mais elle ne s'ouvrait pas. Logique, car normalement, les clients n'étaient pas censés sortir de la cabine pendant qu'elle était en train de tourner. Bon, et ben, j'étais prêt pour un petit air frais. Je reculais autant que je pouvais et enfonçais la porte de la cabine. Celle-ci était en train de tomber on-ne-sait-où et moins, je faisais du saut en parachute sans parachute. Je m’enveloppais dans une bulle d'air et je continuais à léviter jusqu'à, au moins, deux mètres du sol  où je fais disparaître ma bulle et me réceptionnais au sol.

«Rattrapez-le ! Il ne faut pas qu'il s'échappe ! Allez rejoindre les autres ! Ils auront besoin d'aide ! »

Le cri venait de sur ma gauche. Je me tournais et vis un petit vieux, avec une moustache qui avait la particularité de pouvoir faire des boucles au bouts. Comme Poirot. Ou quelqu'un d'autre. Il était gros, il avait un débardeur jaune... Ou peut-être que cette couleur était due à la transpiration de ce cher monsieur. Des poils de torse dépassaient de son débardeur, bref, le typique patron d'une attraction. Il avait l'air désespéré et on pouvait voir de grosses gouttes de sueur couler sur son front.

« Que se passe-t-il ? Il y a un problème ? »

« Quoi ?  Que me veux-tu, j'ai autre chose à faire au lieu de m'occuper d'enfan... Attends, es-tu un voyageur ? »

« … M'oui. »

« Que le Dieu de l'attraction soit loué ! Voyageur ! Il faut que tu nous aides ! On nous a dérobé la gemme qui alimente Circus Attraction et si on ne la remet pas où elle était, c'est la fin de notre carrière et celui de Circus ! »

« … Je ne le fais pas bénévolement. »

Il me regarda d'un air surpris et étonné. Bah oui, il croyait quoi ? Et puis, j'en ai marre de faire des missions de sauvetage ou autre chose sans être payé. « Tout travail mérite salaire ».

« Aah, vous les Voyageurs, on est obligé de vous acheter pour avoir de l'aide ! Combien d'EVs veux-tu ? Dépêches, le temps presse ! »

« Je ne sais pas, votre prix sera le mien. »

« Hmm... Bon, 50 EV, ça te va ? Ou non, 100 ! »

« Du moment que vous me payez et que ça soit pas de l'arnaque, ça me va. Où est-ce qu'il est, le bougre ? (Ça va me changer les idées !( »

« Suis le flot de gérants. Le voleur s'est dirigé vers les Plaines... Mais qu'est-ce que tu branles ?! Dépêches ! »

Je créais une bulle d'air, je sautais dessus et je me mis en route. Je mis le « pied sur l'accélérateur » pour rattraper les habitants des rêves qui courait vers les Plaines. Certains étaient grands, d'autres petits, d'autres moyens. Je leur dis alors que j'étais un Voyageur recruté à la va-vite et que j'étais venu les aider. Presque tout le groupe s'arrêta de courir, sauf un qui me proposa de m'accompagner vers les Plaines. Je ne refusais pas.

~A l'entrée des Plaines~

Nous étions en train de rejoindre un autre groupe qui était caché derrière un buisson. Ils nous dirent « chut ! » et nous montraient un autre buisson. Aux Plaines, il faisait jour mais malgré ce brusque changement de temps, on pouvait distinguer de la lumière à côté d'un coin sombre. Tout bas, je répétais que j'étais un Voyageur. Ils me dirent alors qu'ils resteraient en arrière cachés au cas-où j'aurai besoin d'aide. Ouais, cause toujours. Il avait sûrement un pouvoir et ils avaient trop peur pour l'affronter eux-mêmes. Pfff. Bref, allons-y.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Kala Kourou
Surnom : Water Boy
Messages : 1559
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 23

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: [Quête]Vol à Circus Attraction [Quête]Vol à Circus Attraction EmptyDim 1 Avr 2012 - 2:12
Règle de l'assassin, numéro 1 : se fondre dans les ténèbres, retenir sa respiration et guetter la moindre occasion.

J'étais dans une partie des Plaines où il y avait beaucoup d'arbres et de buissons, à côté d'une grande étendue d'herbe. Le soleil régnait en maître sur ce coin de Dreamland et il y avait beaucoup d'ombres. Et c'est donc avec beaucoup de précautions que j'avançais vers le buisson qui scintillait légèrement, devinant que c'était la tant recherchée gemme qui alimentait un ensemble d'attractions en entier à elle toute seule. Rien que ça.
C'était donc avec une précaution extrême que j'avançais vers ce buisson luminescent. Je ne savais rien du gars qui l'avait volée, on ne m'avait rien dit. Juste qu'il s'est arrêté pour reprendre son souffle parce que les gérants n'ont pas arrêtés de courir derrière lui. Pour ne faire aucun bruit, je commençais à respirer très lentement, de sorte qu'on aurait dit que je ne respirais pas.

Règle de l'assassin, numéro 2 : entrer en harmonie avec sa cible, anticiper sa pensée et ses actions.

Du fait que je respirais lentement et sans bruit, je pouvais entendre l’essoufflement de mon voleur et entendre quelques bribes de paroles, du genre « enfin », « vais être connu ! » ou quelque chose comme ça. C'était un nouveau voyageur ? Dans ce que je pouvais entendre, on aurait dit que sa voix tremblait. Hmm... C'était un nouveau voyageur. Il voulait sûrement se faire connaître et c'est pour ça qu'il a volé cette gemme. M'ouais, c'est bien beau mais il y a d'autres façons de se faire connaître du grand public. Genre sauver des vies. Ou tuer des gens. Mais voler une source d'énergie était pas mal trouvé. Sauf que j'étais là, et qu'il me fallait ma dose d'action car j'en avais besoin, oublier ce que je devais répondre à Myriam.
Revenons à notre voleur. Si je le surprenais, il pourrait quand même m'attaquer et je ne connaissais pas son pouvoir donc il avait l'effet de surprise. Alors, que devais-je faire ? Le noyer puis le trancher avec mes lames aux pieds ? Ou le combattre un moment pour que j'ai du plaisir et réveiller en moi mon instinct de guerrier ? Hmm...

Règle N°3 de l'assassinat : éliminer la cible avant qu'elle ne réalise votre existence.

Allez, va pour le combattre.

CRAC !

J'avais marché sur une branche morte. Aïe. Mais bon, de toute façon, je ne voulais pas l'attaquer par surprise.
Des aiguilles sortirent de derrière le buisson pour essayer de se planter devant moi mais je mis mes bras devant moi pour me protéger et les aiguilles ricochèrent sur mes protections. Si c'était avec ça qu'il comptait m'avoir, il se fourrait le doigt là où je le pensais. Le voleur sortit de sa cachette mais il utilisa mon inattention sur lui pour s'enfuir et courait déjà vers les étendues d'herbes sans arbres. Je fis apparaître deux bulles d'eau et je shootais dans l'une d'elles en direction du fugitif. Elle le toucha et s'éclata, l'éclaboussant. Il s'arrêta pour tousser et, avec un coup de paume de main et avec beaucoup de force, je tapais dans ma deuxième bulle en direction du voleur qui s'était retourné et qui se l'était prit de plein fouet. Je courais vers lui et, d'un élan, je sautais pour lui porter un coup de pied à son buste mais il lâcha la gemme, mit ses mains devant lui et des aiguilles sortirent des ses paumes pour se projeter vers moi. J'avais reçu certaines de plein fouet à la jambe, certaines ricochèrent sur mes protections. Elles étaient plantées bien au fond, ces saloperies, j'avais mal intérieurement et j'avais du mal à résister. Mon voleur s'était arrêté et je pouvais le décrire un peu : Il avait un chapeau haut de forme avec un point d'interrogation dessus, une costard-cravate avec plein de points d'interrogation et des chaussures bien cirées. Le tout avait des couleurs rouges et bleu. Il avait un monocle noir et on ne pouvait distinguer son autre œil, non-caché. Un peu normal qu'il soit très peu connu. Ou l'inverse car il a une panoplie atypique. Donc, il pouvait être facilement reconnaissable. Quel est le problème alors ?
Les aiguilles enfoncées dans ma jambe me ramenèrent à notre situation. Notre gars était vraiment fatigué et moi, je commençais à m'amuser seulement. Ou presque, je me demandais dans un recoin de ma conscience ce que j'allais répondre à Myriam. Oui ou non ? Elle était plutôt jolie et mignonne et je crois que j'avais des sentiments pour elle mais bon, et Lydia ? Devais-je passer le cap, avancer dans ma vie amoureuse sans faire de chichis ?

« Mais à quoi tu penses ? Il va t'attaquer, là ! Et il a repris la gemme ! »

C'est vrai, la gemme était sous son aisselle et il fonçait sur moi, sa main devant lui et prête à sortir des aiguilles. Il voulait me voir tomber, je suis un obstacle pour lui. Il faudrait que j'esquive, donc sur la gauche mais il n'aura qu'à bouger sa main pour rediriger ses aiguilles sur moi. Je pourrais utiliser une bulle d'air pour les parer pendant une demi-seconde, le temps que la bulle s'éclate et lui envoyer une bulle d'eau dans la tête et pendant qu'il sera occupé à chercher à comment il pourrait se débarrasser de ma bulle avant qu'il se noie, je pourrais lui envoyer un coup de mon canon à eau !
Oui, mais en même temps, il m'avait lancé une rafale d'aiguilles et je ne m'étais pas protégé et une des ses aiguilles s'était nichée dans mon œil gauche.

« PU**** DE SA MEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEERRREE !!! C'est bon, je vais te buter, toi !!! »

Aaah, la douleur était insupportable, c'était trop horrible, l'aiguille s'était nichée en plein milieu de la pupille et je voyais du noir avec mon œil gauche. J'essayais de la retirer délicatement, j'avais peur de me retirer l’œil si je forçais trop. Doucement, tout doucement... Ah ! Alala, ça faisait vraiment mal, j'étais en train de chialer quand Miro me dit que le voleur commençait à s'enfuir.

« Oh toi, tu vas pas t'en aller comme ça ! VIENS LA, CONN*** !! »


Je créais une bulle d'air grosse comme lui et j'enfermais mon voleur, grâce aux indications de Miro car je n'avais pas une grande précision mais il n'était pas loin. Je remplissais ma bulle d'eau et le voyant (à moitié) se débattre dans l'eau, j'enclenchais mon canon à eau que je chargeais au maximum, tant pis si j'avais juste la force de marcher, il fallait qu'il crève ! J'ai un mal de chien, pu**** ! C'est pire que d'avoir le bras coupé ou autre chose !

« Puissance : 98,5 % ; Précision : 67 % ; Distance : 2,50m »

Le coup était parti et mon voleur fut propulser à plusieurs centaines de mètres en arrière. Je m'avançais vers son épave qui, quand j'étais proche de celui-ci, avait certainement plusieurs os de fracturés. Je m'agenouillais devant sa tête et, fort, je lui donnais un coup de poing en plein dans son visage et il s'évapora. La gemme était à côté. Je la pris sous mon aisselle et repartit vers là où j'avais lâché les gérants. Même si cela n'avait rien à voir, je décidais de réfléchir sur la question que m'avait posée Myriam avant que je parte pour Dreamland. Je pourrais dire oui parce qu'elle me plaisait bien mais au fond de moi, il y avait toujours ce quelque chose pour Lydia. Mais je n'étais pas sûr de l'origine de ce quelque chose. Ce n'était pas de l'amour, non. Cela fait longtemps que je ne suis plus amoureux de Lydia, je me suis fais cette raison. Mais alors, qu'est-ce que c'était ?
La réponse me vint en me remémorant le jour où j'ai eu ma peur. Ce n'était pas de l'amour, c'était de la culpabilité. Je culpabilisais car, au fond, c'était moi qui avait tué Lydia car je n'avais pas attraper sa main ce jour-là. Je pensais alors que je cherchais à me faire pardonner. Donc, de retrouver Lydia dans Dreamland pour me faire pardonner. Oui, je pensais alors que c'était ça.

Les gérants m'accompagnèrent jusqu'à Circus Attraction pour que j'aille remettre la gemme là où elle devait être. Je pensais que l'endroit où le parc d'attraction fonctionnait était dans un endroit inébranlable, une forteresse quoi ! Mais quand je vis le petit préfabriqué derrière la montagne russe,  je frappais ma main contre mon front. Monde de débiles.

Le petit vieux vint me féliciter de mon exploit, que j'étais son sauveur, et tralali et tralala... C'était bien beau tout ça mais j'avais des aiguilles dans la jambes et un œil invalide et j'avais hâte de me réveiller ! Qu'il me paye, merde ! Qu'on me foute la paix !

« Bon bon, tiens, voilà ta récompense. Ne t'inquiètes pas, elle va entrer en toi comme un aimant. »

Et comme il l'avait dit, il ouvrit une bourse où une matière... Je ne saurais comment la définir mais une matière sortait du sac et vint vers moi, se coller sur moi pour disparaître. C'était bizarre comme sensation puisqu'il n'y avait... Aucune sensation. Rien, nada. Que dalle. Bon bon... Je sentais alors que je commençais à me réveiller, je me disais alors que j'aurais pas pu passer une aussi mauvaise nuit...

----------

J'étais sur un lit d'hôpital avec un gros bandeau sur la tête. Myriam était assise à côté de moi et il n'y avait personne d'autre. C'était louche... Mais pas trop. Je la réveillais et je lui disais de venir vers moi.

« Mes parents ne sont pas là ? »


« Ils sont partis se prendre un café dehors. Ils sont sympas. »

Comme de par hasard.

« Je sais ça. Et... Euh... Je dis oui. »

Elle n'avait même pas besoin de se rappeler de la question puisqu'elle me sautait dessus et colla ses lèvres douces sur les miennes.

Kala, t'as une sacré touche, là.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Quête]Vol à Circus Attraction [Quête]Vol à Circus Attraction Empty
Revenir en haut Aller en bas

[Quête]Vol à Circus Attraction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Les Plaines-