Haut
Bas

Partagez|

L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 73
Date d'inscription : 29/05/2011
Age du personnage : 22

Habitué
Rodrigue Miles
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Sam 30 Aoû 2014 - 0:43
Supermarché. Devant des dizaines de rayons bien remplis, une personne hésite. Chocolat noir ? Chocolat extra noir ? Ne riez pas, c'est une question très importante dont la réponse va influer sur l'humeur de l'individu pendant plusieurs jours. Ah ça, il avait beau ne plus être stressé de la vie, il restait souvent indécis. Puis au moins il avait le temps de réfléchir : pas de cours aujourd'hui, pas un chat dans la boutique et de la bonne musique dans les oreilles, que demande le peuple ? Sa main allait d'un produit à l'autre, de manière mécanique. Quand le morceau s'arrêta il stoppa, et mit le chocolat pâtissier qui se trouvait sur le rayon du dessous dans son panier. Oui, chiant jusqu'au bout, je vous avait prévenu.

Rodrigue était perdu dans ses pensées. On y trouvait des notions de compta, des théories sur des romans, des jeux vidéos, des recettes de cuisine, une idée d'histoire à écrire et surtout beaucoup d'interrogations à propos de Dreamland. Quel était vraiment cet endroit ? Etait-ce vraiment une réalité alternative onirique, ? Où était-ce une série de rêves qu'il faisait depuis quelques temps ? Auquel cas, elle était très efficace pour son état diurne. Donc là-bas il était un ... voyageur ? Son appellation là-bas était contrôleur du stress, pourquoi pas après tout... Quant à la façon dont-il avait découvert ce pouvoir et comment il l'avait expérimenté... On va garder ça pour une prochaine fois. Il était encore bien retourné par ses premières nuits. Si c'était une série de rêves, ils semblaient bien réels... Bref, tout un programme, il appréhendait déjà de découvrir l'endroit où il allait atterrir ce soir... Oh non, pas d'anticipation, il ne faut pas que le stress revienne... Vite, se concentrer sur une action mécanique.

Passage à la caisse maintenant. Un simple bonjour, un simple merci. Clairs, en regardant la caissière dans les yeux. Un petit pas pour la timidité, un pas de géant pour le stressé. Au moment de régler, il avisa ce qu'il restait dans son portefeuille. Aïe, la fin de mois risquait d'être dure. Et comme il n'était pas question de se passer de chocolat, ni d'internet, ni d'électricité ou d'eau courante (admirez l'ordre logique) il allait devoir se trouver un job. En sortant du magasin, un journal gratis attira son attention. Ah bah voilà, on va lire les offre d'emplois dans le coin pour commencer. Une des feuilles de chou finit dans son sac tandis que le blond rentrait chez lui. Il faisait humide ces derniers temps, et un cou d'épaule ne suffit pas à ouvrir sa porte. Ce fut finalement le genou qui remporta la victoire quotidienne. Un jour, il devrait penser à faire quelque chose pour ce problème. Une fois les courses rangées, le repas préparé, vont le moment d'aborder la question du job. Avec les quelques problèmes qui s'étaient posés dans son mental ces derniers temps, il n'avait pas trop travaillé hormis quelques jobs d'été qui l'avaient laissé au bord de la crise de nerfs.

- Bon... Alors, caissier dans un magasin trop loin, démarcheur à des horaires pas possibles, aide à la distribution de journaux pas possible j'ai pas le permis et puis ensuite... Rhan c'est quoi ce prospectus collé sur mes petites annonces ? UN CIRQUE ? ICI ? Qu'est ce que j'en ai à battre ! Poubelle ! Ah, quoique... Ils cherchent pas un caissier eux aussi ?

La boule de papier froissée fut bien vite dépliée et examinée... Comme d'habitude pour ces flyers de mauvaise qualité, on avait une grosse tête de clown, une tête de lion qui encadraient un chapiteau, fameux fameux, l'originalité crevait le plafond... Bon, pas la peine de s'intéresser aux couleurs délavées et à l'anatomie ratée du pauvre roi des animaux, mieux valait lire le texte qui accompagnait : alors le cirque truc et blablabla vient faire son spectacle annuel gnagnagna à telle heure et recherchent... Animateurs ? Oulah ça puait le plan foireux, mais tant qu'à faire, autant voir si il n'y avait pas un petit quelque chose pour lui. Son téléphone saisi, il composa le numéro. Après quelques sonneries et un dialogue où les concepts de « droits de l'Homme » et de « ridiculisation gratuite »  revinrent souvent, il était a priori « pris pour ce week-end car on a personne, on reconduira le contrat pour le reste du séjour si vous êtes compétent, bonsoir monsieur. » Il avait réussi à obtenir l'accès au spectacle pour les créneaux où l n'officierait pas, c'est toujours ça de pris. Puis pour ses autres soirées, il s'arrêterait dans une supérette qui faisait un peu de black, tiens. Content de sa soirée, il se prépara pour se mettre au lit... Il avait quasiment oublié de penser à Dreamland, tiens... Où allait-il atterrir ?

~~~

Ce fut d'abord le bruit du clairon qui le fit sursauter, avant que son pouvoir ne s'active de lui même et ne le protège du stress que provoque l'inconnu et la surprise. Le petit instrument fut rejoint par beaucoup d'autres afin de former un immense orchestre qui tenait plus du burlesque, vu les sonorités qui se dégageaient... musique onirique, sans nul doute. Bon l'ouïe, check, l'odorat... ça puait les frites bon marché et le sucre, mais à part ça... (il allait de sens en sens, afin d'éviter les syncopes dès l'arrivée) le toucher... Mh, il portait des vêtements amples, mais ses chaussures n'étaient pas très confortables... Pour le goût, on laisse tomber. Puis vint le moment d'ouvrir les yeux, doucement, histoire de les refermer très vite si c'était trop affreux... Non en fait ça allait. Quel drôle d'endroit... On aurait dit un parc d'attractions, mais proportions de rêve oblige, tout était absolument gigantesque, allant même jusqu'au ridicule parfois. A droite, une grande roue … qui marchait tout en tournant, à gauche, le connu manège des tasses, qui étaient en même temps des jacuzzis remplis de boissons en tout genre. Des clowns déambulaient un peu partout et de la fumée rose sortait de conduits d'aération qui remontaient du sol, produisant de la barbe à papa.

Bon... Je suppose que les pensées à propos de mon nouveau job ont fait que j'me suis retrouvé ici... Ca me fera un peu d'entraînement, au moins...

L'ex-stressé avisa ensuite ses vêtements... Bon il n'était pas franchement gâté, mais ça aurait pu être bien pire. Cette tenue correspondait bien au lieu, mais quelque chose de moins... fantasques, peut-être n'aurait pas été plus mal. Car oui, la chemise à manches courtes, au col extra haut, rouge à bandes verticales jaunes avec la petite marguerite en plastique à la poche, il s'en serait bien passé. Pareil pour le pantalon, c'était quoi cette taille abusive au niveau des chevilles ! Il n'avait pourtant pas pris la grosse tête, si ? Heureusement, c'était toujours un jean, il n'aurait pas supporté un de ces trucs qui font ressembler à un pingouin... Pour les chaussures, c'était de simples godasses montantes noires, mais un peu serrées. Ah, au passage, l'étoile à quatre branche qui caractérisait le contrôleur se trouvait sur le côté de ces dernières, peinte en jaune. Pas d'accessoires, a priori la tenue permettait de bien bouger et ça c'était pratique. Une fois les lacets refaits correctement, le blond regarda une nouvelle fois autour de lui. Il n'avait pas prévu de travailler sur ses cours cette nuit, et vu l'endroit c'était pas plus mal.

Alors, le panneau indique Circus Attractions. C'est raccord, rien à dire... Bon ça à l'air assez sécurisé, autant profiter tant que j'suis là... Par contre, j'ai pas confiance dans leurs grands huit...

Une des structures qui se trouvait dans son champ de vision était en effet terminée en tremplin, et des wagons entiers de visiteurs s'élançaient dessus, un bon tour de hurlements précédent cette dernière... surprise qui devait sans nul doute les achever... littéralement pour le coup. Cette attraction devait sûrement être réservée pour les gens qui cauchemardaient à propos du vertige, de la vitesse … ou des grands huit. (Il se prenait au jeu de croire que le rêve était réel, de plus en plus, vous aurez remarqué) D'un côté, il pouvait sans problème faire ce style de manèges : son pouvoir l'empêcherait d'avoir peur... mais d'un autre côté c'était cette petite peur qui faisait le sel de ces moments. Une main sur le menton pour réfléchir à un programme pour la nuit, il décida de commencer par déambuler un peu dans le parc, peut-être aurait il une idée ou un coup de cœur pour une de ces merveilles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 139
Date d'inscription : 15/06/2014
Age du personnage : 28

Nouveau challenger
Regis Delacroix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 185
Honneur: 17
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Dim 31 Aoû 2014 - 0:27


Vautré sur mon canapé, je zappais de chaine en chaine sans trouver une émission ou un truc intéressant. Rien... Ce soir, il ni avait rien d'intéressant à regarder. Poussant un soupire, je vidais ensuite ma bière posée sur la table basse. Heureusement, quand on a rien à voir à la télé, il reste un truc infaillible: internet!! Je tirais donc l'ordinateur vers moi pour ouvrir une fenêtre afin de regarder Facebook. Oui d'accord, c'était pas sur ça que j'allais trouver une occupation. Car je n'étais pas spécialement fan, enfin j'aimais une chose sur ce site: mater la bêtise humaine pendant plusieurs minutes puis trouver autre chose à faire. Et là, j'eus une illumination! Youtube! Trouvant une vidéo de l'intégrale de What the cut, je me lançais ça tout en ouvrant un paquet de chips ainsi qu'une autre bière. Oui, il faut ce qu'il faut pour s'occuper le soir, tant que je ne termine pas à délirium, ça ne pose aucun problème... Non?

Deux bières, un paquet de chips et une pizza plus tard, je baillais bruyamment tout en passant ma main sur mes abdos douloureux à force de rire comme un crétin. Voir un chien qui pète, un belge qui rêve de coucher avec une actrice porno allant jusqu'à proposer de manger sa fiente. Ou encore de voir un russe complétement bourré qui s'éclate une brique sur le crâne, le tout avec des bruitages de Mario. Il y a de quoi rire, même si on l'a déjà vu. Bon, vous l'aurez comprit, ma vie était un peu triste en ce moment et je cherchais cruellement un moyen de m'occuper. Il me faudrait de l'animation, faire la fête, ou encore une sortie avec des amis. Pourquoi pas aller à Europa Park? Quoi? Vous ne connaissez pas? C'est un super parc d'attraction en Allemagne! On a le silverstar, un grand huit avec une chute de soixante deux mètres de haut à une vitesse de cent vingt kilomètres. Tellement intense que cela vous coupe le souffle, incapable de hurler ou d'inspirer, vous sentez juste l'adrénaline. Voilà, c'est ça que je devais faire pour m'occuper. Attrapant mon portable, j'envoyais un sms à mon meilleur ami pour lui proposer cette sortie. Ensuite, je me m'y au lit sans attendre car je commençais à être vanné. A croire que les chips ou les fous rires m'avaient achevés. Non, à aucun moment je ne pensais à la bière comme étant le problème.


--------------------

Avant même d'ouvrir les yeux, une musique me frappa les oreilles. Cela m'agaça déjà et je me senti irrité pour toute la nuit. Une musique digne d'un cirque: accordéon et boite à musique. Un truc bien lourd et qui reste dans la tête. J'ouvrais enfin les yeux et une foule m'apparut. C'était bondée de monde!! Trop de gens à ma droite, tout autant à ma gauche. Mais où est-ce que j'avais atterri? Levant les yeux, je vis une banderole avec écrit dessus: "Circus Attractions". De chaque coté de la banderole, les poteaux pour la tenir était une représentation de fesses d'éléphants... Charmant. J'étais donc dans un royaume festif au milieu d'un parc d'attraction. Moi qui voulais justement m'y rendre dans le monde réel, j'étais servis. Une jeune femme m'accosta alors pour me dire que mon look était trop bien et aussi pour me demander l'attraction la plus intéressante à faire. Bon, déjà j'avais compris que c'était une rêveuse. Mais pourquoi me demander ça à moi? Ce que je lui posais justement comme question. Elle sembla surprise et répliqua qu'elle avait pensé ça à cause de ma tenue.

J'inspectais alors mes vêtements: un pantalon en tissus trop large et serré au niveau des chevilles. Une sorte de pantalon dont je ne sais pas écrire le nom mais on peut dire qu'on peut faire ses besoins dedans tellement qu'il tombe en bas de vos faire. Un sarouel ou un truc comme ça. En guise de chaussure, je portais des chaussures en toile également, le genre de truc pointus qui remontent un peu en arrondit au bout. J'aurai bien dis des babouches, mais je n'étais pas sûr de moi. Comment ça vous trouvez que je n'ai aucune culture pour les vêtements? Bon... Ok je le conçois, on ne peut pas être bon partout. Venons en au haut maintenant: un débardeur ordinaire, avec des symboles de cartes dessus. Et comme toujours, j'avais un carré et un pique sur chaque joue. J'avais ça depuis que j'étais Voyageur, surement à cause de mon jeu de cartes. Peut-être, enfin je n'en savais trop rien mais j'aimais bien. Même si au départ je détestais les jeux de cartes, comme les jeux de hasard ou d'argent. J'avais des airs de clown en effet, ce qui expliquait le trouble de la rêveuse. Justement celle-ci avait déjà été voir ailleurs.

Il était donc temps pour moi d'aller visiter un peu ce parc d'attraction. Sur le coté, je vis des jets d'eau assez puissants pour soulever des gens. C'était amusant à voir et les gens semblaient justement bien rigoler. Ni une ni deux, je me dirigeais donc là pour me faire projeter en l'air par un petit geyser. A peine mis-je le pied sur la plaque de l'attraction, un jet sortit du sol et m'envoya avec force dans le ciel. Un magnifique: "What the fuck" jaillit de ma bouche alors que mes fesses se retrouvaient au dessus de ma tête. Certes l'instant d'après ma position avait de nouveau changer alors que mon corps retournait rapidement et dangereusement vers le sol. Un autre jet me propulsa sur le coté, là je percutais un rêveur sans le vouloir. En même temps je n'arrivais pas à contrôler mes déplacements, comment aurais-je pu d'ailleurs? C'est alors qu'un jet bien plus violent me frappa pour me plaquer contre un mur. Je crus d'abord que mon corps allait voler en morceaux mais non. J'étais, semble-t-il, plus résistant que ce à quoi je m'attendais.

M'écroulant sur le sol, un peu sonné. Je vis une femme s'avancer vers moi avec un sourire carnassier. Elle croisa les bras en me fixant, soulevant au passage sa poitrine déjà forte généreuse.

"Les Voyageurs n'ont rien à faire ici mon petit. Surtout s'ils sont nuls."

D'un geste de sa main, elle projeta une autre vague de flotte qui me souleva pour me projeter encore plus loin. L'idée semblait de me gicler du parc d'attraction mais je parvins à m’accrocher à une barre. Buvant tout de même la tasse au passage. Ce n'était pas très agréable mais je n'avais pas vraiment le choix. Heureusement que la grande roue était là pour stopper ma course. M'installant sur le siège, toussotant pour évacuer l'eau. Prenant petit à petit de la hauteur, je remarquais que d'ici, le parc était étrange. C'est-à-dire? Et bien entendre des cris d'amusement dans un parc d'attractions, c'est normal, des cris d'effrois aussi mais pas ce genre de cris d'effrois et de panique. Il se passait un truc étrange ici... Et cette gonzesse en était déjà une preuve. Comme quoi mon esprit n'était pas si lent à la compréhension. Restait donc à savoir ce qu'il se passait ici. Dommage, j'aurai bien voulu m'amuser un peu cette nuit. Mais peut-être que cela allait être amusant. Qui sait?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 73
Date d'inscription : 29/05/2011
Age du personnage : 22

Habitué
Rodrigue Miles
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Dim 31 Aoû 2014 - 2:27
- MAIS BON SANG QU'EST CE QUE JE FICHE ICI !

Pour comprendre ce qui avait amené Rodrigue à se faire poursuivre par une flottille de soldats de bois grandeur nature, il allait falloir remonter un peu en arrière... Le contrôleur du stress avait commencé par déambuler dans les allées de l'immense ... foire ? Fête foraine permanente ? Bref, il s'était bien goinfré de trucs aussi gras que sucrés : des barbe à papa volantes, des churros au chocolat, des crêpes au chocolat, des gaufres au chocolat, des profiteroles au chocolat ou encore des glaces au chocolat. Heureusement, dans le monde réel il n'avait pas ce style de régime. Bref, tout allait pour le mieux : enfin une nuit limite "calme" sans trucs imposants qui après une demi-seconde de réflexion libérée de tout stress vous faisait prendre vos jambes à votre cou. Bref, après la pause bouffe pendant laquelle il avait du avaler près de deux mois d'apports en sucres et à peu près autant en graisses (là encore, merci, c'était un rêve) il s'était dirigé vers une attraction de base dans une fête foraine, bien qu'un peu rétro : un chamboul'tout. Ce n'est qu'en entendant de petites explosions suivies de cris de panique qu'il prit sa première mauvaise décision de la nuit : aller voir ce qui se passait.

Comme vous vous en doutez, ou pas, le stand était à moitié recouvert de débris et fumait par endroit. Pour autant, il n'était pas désert, seules quelques personnes fuyaient, la plupart aux oreilles pointues, des créatures des rêves donc. Il se décala un peu pour dépasser la file d'attente afin de regarder si des gens jouaient encore. Sur le comptoir gisait, assommé, un pauvre hère, habitant des rêves. Vu la belle bosse, on l'avait pris par surprise à l'arrière du crâne. Les chaussettes en boule qui servaient habituellement de projectiles étaient dispersées un peu partout, certaines fourrées dans la bouche du gérant. A sa place se tenait une adolescente, visiblement dérangée car assise sur le comptoir, pieds côté attente. Elle portait deux longues nattes bleues qui lui arrivaient jusqu'au fessier ainsi qu'un ensemble débardeur mini-short en cuir complété par ... un lance grenade qu'elle tenait nonchalamment sur l'épaule. Devant elle, des dizaines de grenades ... le nouveau jet de base a priori. Des rêveurs se pressaient pour essayer le jeu de massacre, mais d'autres partaient en courant. Le blond observait tout cela d'un oeil critique quand il avisa que la demoiselle aux cheveux fantaisie se saisissait de son arme et le visait. Okay, message reçu. Il esquiva la première bardée en roulant, utilisant son contrôle sur le stress pour ne pas perdre de temps en surprise inutile. A cette distance, il pouvait tout au plus... oui c'était une bonne idée. Après une fermeture d'yeux du'ne seconde, le temps que la belle recharge, il avait provoqué un mouvement de foule en stressant fortement quelques personnes au hasard à propos de l'état du bâtiment. Rodrigue se fondit dans la cohue, non sans entendre la punk hurler qu'"il y en avait un par là" Oulah, c'était le moment de courir.

Sa course l'entraîna près d'un train fantôme. Flairant le piège gros comme une maison, ce ne fut pas la cachette retenue. Par contre le défile de soldats de bois géants était cool, la parade rassemblant plein de monde, c'était vraiment le meilleur endroit pour se faire oublier. Trois secondes plus tard, la baïonnette que portait le premier de file se tourna vers lui, pique en avant. D'accord, il n'avait rien dit. Après une roulade pour esquiver le coup perforant (qui avait quand même transpercé son voisin de derrière) c'était le régiment qui suivait. Et voilà comment Rodrigue, qui se demandait bien ce qu'il se passait encore s'était retrouvé poursuivi par l'atelier de Geppeto, collection militaire géante armée. Génial. Il ne faisait pas trop attention à où il allait et se retrouva donc le plus naturellement du monde en haut d'une grande bute en aileron de requin où passait des espèce de balançoires/télésièges qui faisaient le tour du parc. Ni une ni deux, il se jeta sur le premier siège, bien décidé à s'en tirer. Ce fut sa deuxième grande erreur. Une fois parti, voyant que les soldat rebroussaient chemin, le soupir de soulagement lui vint. Pas pour longtemps, car sur la place du technicien (qui servait de repose pieds pour le coup) se trouvait un autre punk, aux cheveux verts fluo, avec manteau clouté et l'attirail qui allait avec.

Et là, c'était normalement le moment où il paniquait, mais bien heureusement, ce ne serait pas le cas. Devant lui s'étendait une immense grande roue. Si il visait bien... Trop tard, sa nacelle venait de se faire éjecter par un grand coup non identifié sur l'arrière. Après une parabole parfaite et un plissage d'yeux pour faire style, le contrôleur se rattrapa à la première nacelle de la grande roue sur son chemin, se hissant dedans à la force des bras. Outch, elle n'avait presque pas tangué, tant mieux. Ah et mince, il y avait déjà quelqu'un... Bon au moins il n'avait pas à se demander si il l'avait dérangé, tout trempé, l'escogriffe semblait aussi en avoir vu des vertes et des pas mûres. Il s'autorisa une dizaine de secondes d'observation, prenant comme prétexte de devoir reprendre son souffle avant de parler. Le gars était plutôt grand, avait des yeux jaunes et des cheveux euuuh... sûrement bien coiffés en temps normal, mais actuellement c'était pas la joie. Ah oui, violet-orange, pas très commun... Mais bon par ici pas très commun en vrai devenait dangereusement banal... Ah oui, c'est le moment où il doit s'excuser d'être rentré à l'improviste.

- Bonjour bonjour ! Je ne fais que passer, on a voulu me tirer dessus avec des grenades puis on m'a offert mon baptême de vol plané. Désolé d'envahir votre espace vital. Euuuuh... C'est normal l'eau ?

Bon faisons le point : tout d'abord il avait bouffé, positif. Puis il avait failli se faire tirer dessus, négatif. On avait voulu l'embrocher, négatif. On a voulu le perdre en vol plané, très négatif. C'était pas la joie, mais il s'en était plutôt bien sorti, avec de la chance s'entend... Bon maintenant il fallait rester ne vie jusqu'au bout, et ça s'annonçait coton. Liste des trucs à faire : premièrement communiquer avec l'autre personne. Deuxièmement, comprendre ce qu'il se passait. Troisièmement, trouver comment s'en sortir. Génial, le plan de la soirée était tout trouvé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 139
Date d'inscription : 15/06/2014
Age du personnage : 28

Nouveau challenger
Regis Delacroix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 185
Honneur: 17
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Dim 31 Aoû 2014 - 18:03


Frigorifié et trempé, j'étais toujours dans la grande roue à regarder le reste du parc d'attractions. Il y avait pas mal d'animations en bas, mais pas comme on l'aurait vu dans ce genre d'endroit. Beaucoup de gens couraient ici et là en hurlant, des poupées en bois à leurs trousses, il y avait aussi des explosions à un stand, ce qui n'était, peut-être pas, normal. Après, nous sommes à Dreamland, qu'est-ce qui est normal et qu'est-ce qui ne l'est pas? C'est alors que mon attention fut attiré ailleurs. En effet, un blondinet semblait être également prit en chasse et il se débrouillait plutôt bien pour la fuite. Il grimpa sur un grand huit pour échapper à ses poursuivants, encore ces soldats en bois. Souci étant, il n'était pas seul sur son manège et un gros musclé fit voler sa nacelle dans les airs. Je ne pu m'empêcher de m'avancer au bord pour regarder la chute de ce pauvre bougre. Me demandant surtout si à l'atterrissage on verrait un mare de sang ou un nuage de fumée. Comment ça c'est sadique? Non, j’appellerai ça de la curiosité!

Mais à mon grand désarroi, le jeune homme parvint à s'accrocher à la structure métallique de la grande roue. Se retrouvant juste en dessous de moi en fait. Poussant un petit soupire de ne pas avoir pu apprendre un truc intéressant sur le monde onirique, je retournais m'assoir, me retrouvant le fessier dans l'eau. Peu plaisant comme sensation, surtout que j'étais suffisamment gelé comme ça. C'est alors que la main du jeune homme apparut, il était parvenu à se hisser jusqu'à moi. Je devais reconnaitre que sa détermination et son envie de vivre imposaient le respect. Mais je n'avais pas spécialement envie qu'un type poursuivit vienne me rejoindre et ruiner ma tranquillité temporaire du moment. Car oui, cette nana de l'eau m'avait un peu cherché et surement qu'elle ne comptait pas en rester là. Ce qui me promettait mon lot de problèmes à moi aussi. Le blondinet parvint donc à se hisser, prenant le temps de souffler un peu avant de se redresser pour m'adresser, enfin, la parole. Il résuma son aventure: des grenades, un vol plané et il demandait aussi si l'eau était normal ici. Je fis un petit sourire amusé.

"Salut. Déjà, on se présente quand on vient emmerder le monde sans y être invité. Ensuite, à ton avis, est-ce que l'eau est normal dans une grande roue? Évidemment que non! J'ai eu ma part d'emmerde pour la nuit donc si tu pouvais éviter de venir m'ajouter tes soucis, j'en serai content. Donc... Casses toi!"

J'allais lui coller un bon coup de savate pour le pousser en bas de mon perchoir mais un wagon volant sortit de nul part nous percuta. C'est moi qui me retrouvais alors à chavirer, réussissant à m'accrocher au rebord pour ne pas tomber. C'était quoi ce bordel encore? De ma position, fort peu confortable notons le, je parvins à voir monsieur muscle, toujours sur son grand huit qui décrochait les wagons pour nous les lancer un par un. Mais c'est quoi ce putain de monstre en fait!? Me hissant en quatrième vitesse pour ne pas tomber, je pu noter qu'il ni avait presque plus d'eau ici. Parfait, mais le vent me frigorifiait toujours autant. Je mis alors une main sur ma hanche, ouvrant mon paquet de cartes. Il était grand temps de calmer ce gros balourd en bas avant qu'il ne provoque un accident qui entrainerait ma chute, soit ma mort. Bon, si le blondinet me sert à amortir ma chute, tout ne serait pas perdu. Mais j'avais encore des doutes sur son utilité. Espérant une carte utile pour me sortir de là, genre un bon lancé de poignard pour charcuter cet empaffé me semblait une solution parfaite! Ma carte sortit, je la tournais pour regarder ce que le hasard m'avait donné. Et mon visage se décomposa un peu...

"Et merde... Un Sept de Carreau ! Genre je vais faire quoi avec ça contre un mec qui me lance des wagons à la gueule? Hasard de mer..!!"

Un autre Wagon percuta la grande roue ce qui la fit tanguer dangereusement. Il n'était plus temps de râler ou de se plaindre, je devais faire un truc si je voulais vivre! Que pouvais-je faire d'une carte qui me servait à "lire" les émotions d'une personne pour un instant très court? Il me semblait que le Carreau avait une autre propriété... Mais j'ignorais laquelle. Oh et puis mince! Avais-je le temps de réfléchir en profondeur en ce moment? Non!! D'un lancé habile, même si j'aurai pu faire le pire lancé de ma vie, ma carte percuta notre support. Une lumière s'échappa de la carte pour former un carreau rouge qui disparut alors ainsi que notre nacelle. Celle-ci n'avait pas disparut, car nous ne tombions pas. Non, elle était juste devenu invisible. Oui et donc? Monsieur allait croire qu'on volait et peut-être qu'il lâcherait l'affaire, attendant simplement qu'on se décider à redescendre?

"Bon... Plutôt pas si mal non? T'en pense quoi le blond? Et au final, je crois qu'on va devoir s'entraider un peu si on veut s'en sortir. Une idée de génie dans le genre de celle que tu as eu en venant ici?"

Aide mémoire: 7 ♦ joué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 73
Date d'inscription : 29/05/2011
Age du personnage : 22

Habitué
Rodrigue Miles
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Dim 31 Aoû 2014 - 22:14
Rodrigue se demandait si il allait être bien reçu... Ben de ce côté là, le service était irréprochable dans ce parc. Ah, à moins que ça ne soit pas un clown mais... un autre voyageur. Du coup ces histoires de réalité semblaient bien plus vraies d'un coup. Mais bon, vu le ton employé par son interlocuteur, pas question de poser des questions sur la mécanique des lieux... Il avait pourtant été parfaitement sympathique... non ? Enfin bref, il fallait maintenant dissiper tout malentendu. Voyant que le grand machin se dirigeait vers lui, visiblement dans l'intention de le faire repartir pas là d'où il était venu, Rodrigue recula un peu, puis manqua de tomber par terre, la nacelle étant d'un seul coup fortement secouée. Par contre, sa tête s'était cognée contre le rebord et l'avait mis un peu hors-service pendant quelques secondes... Jusqu'à la prochaine secousse. Il lança un regard vers l'arrière. Outch c'était donc pour ça qu'il avait volé !

Puis quelque chose d'étrange se passa. La cabine se dissolut. Comme ça, pouf ! Bon comment c'était arrivé... ? Le gars avait tiré une carte, l'avait regardé avec un air proche de l'ahurissement puis l'avait balancé sur la structure qui était devenue... invisible en fait. Il sentait encore le sol sous ses pieds et le rebord auquel il était accroché. Son acolyte devait donc avoir un pouvoir en rapport avec l'apparence ? Ou alors c'était ses cartes qui étaient magiques ? Comment savoir en fait ? Et surtout, est ce que rendre cet endroit invisible allait les aider à quelque chose ? Enfin peut-être n'avait-il pas le choix, et c'était sûrement l'explication la plus probable.

Donc il s'appelait Régis... Vu la situation actuelle, autant ne pas chercher la petites bête et arguer sur son ton en début de conversation. Ni sur la provocation gratuite qu'il avait reçu ensuite. Bon, notons : Dreamland ce n'est pas le monde des Bizounours, même un allié potentiel peut être une sacré tête de nœuds. Ensuite, quelle était sa marge de manœuvre dans une telle situation ? Son pouvoir ? Ouais, non, à cette distance, autant ne pas compter dessus. Ah mais en fait... Etaient-ils dans la... Ah oui peut-être... Mhhh... Ca valait le coup d'essayer.

- Moi c'est Rodrigue. J'ai bien une idée, quant à savoir si c'est une de génie... On va bien voir !

Ses paupières se baissèrent. Il n'avait jamais tenté d'utiliser ses capacités sur un truc aussi gros et surtout de cette manière là. Si sa cible réagissait mal, ils allaient certainement avoir de gros gros gros problèmes. Bon... Inspiration, expiration. Pas de stress, juste de la concentration. Enfin bon, autant se presser un peu, le prochain wagon n'allait certainement pas tarder. Son vecteur ? La cabine. Sa cible ? La grande roue. C'était celle qu'il avait vu marcher en arrivant. Elle était juste au repos, somnolant à moitié. Si c'était, comme il lui semblait, un être vivant, elle allait réagir et éprouver du stress à propos de la disparition d'une de ses excroissances. Auquel cas...

Oulah, ça fonctionnait, même un peu trop, ils venaient de faire un quart de tour à toute vitesse, ce qui leur avait au moins permis d'esquiver le projectile qui arrivait. Bon ça avait défoncé une autre nacelle qui était peut-être occupée, mais bon. La structure grinça d'une manière menaçante et détacha ses pieds, sans s'arrêter de tourner. Buuuh, ça tenait plus du manège apporte-gerbe que du voyage serein après ça. Elle se rapprocha du tas de muscles qui d'un seul coup en menait un peu moins large. Ce dernier balança quand même le wagon qu'il avait dans les mains au centre du manège, qui émit des cliquetis stridents.

-On saute elle va vouloir lui mettre un coup de boule !

Sans attendre de réponse, et pas inquiété pour deux sous, Rodrigue plia ses jambes, prit appui sur le rebord et attendit que la nacelle qui redescendait maintenant soit à son point le plus bas tout en restant en sécurité. La grande roue se penchait en effet dangereusement, face à un méchant qui n'en menait pas large, et encore moins depuis que le contrôleur avait rendu l'attraction encore plus menaçante. Splotch quand celle-ci frappa. Pas plus fan des scènes gore que ça, Rodrigue roula au sol et se releva en évitant de regarder ce qu'il restait de leur ennemi. Mais l'odeur, plus le mouvement, plus ce qu'il avait mangé peu de temps avant et bien... C'est tout vert qu'il se pencha sur le côté et rendit au contenu de son estomac sa liberté. Soucieux d'avoir un minimum de contenance, il marmonna :

- Une idée, c'est bon. De génie sûrement pas... Mais au moins on est hors d'affaire... de ce côté là. Toi aussi on a essayé de te tuer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 139
Date d'inscription : 15/06/2014
Age du personnage : 28

Nouveau challenger
Regis Delacroix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 185
Honneur: 17
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Sam 6 Sep 2014 - 13:43


A une bonne trentaine de mètres du sol, dans une nacelle invisible, je me demandais bien ce que je foutais là et surtout, comment j'allais me sortir de cette situation. Mon passager clandestin finit enfin par se présenter: Rodrigue. Un prénom... Pas trop commun mais pas non plus tiré par les cheveux. Ses parents avaient été plutôt sympa avec lui me dis-je. Mais était-ce vraiment le moment de réfléchir à ça? Pas trop. Il disait donc avoir une idée, et bien tant mieux car là, on était justement en manque de matière grise ou plutôt de capacités permettant d'obtenir une échappatoire. Car j'avais beau cherché, aucun résultat de mes cartes ne m'aurait sortit de ce merdier. Merdier un peu de la faute de ce Rodrigue justement. Oui, on m'avait juste catapulté ici pour m'éloigner, en me faisant comprendre que ce parc n'était pas un lieu pour moi. Hors, de ce que j'avais compris de ce monde, on était dans la première zone. Un endroit normalement calme, voir paisible. Enfin paisible, à Dreamland tout est relatif. Donc, je commençais à me dire que ce petit foutoir était organisé par des Voyageurs qui cherchaient à s'amuser ou, à se trouver un QG. Pourquoi voudraient-ils ça? Mais car établir sa base dans un parc d'attraction c'est une excellente idée voyons! Déjà, on est bien planqué, qui chercherait ici des Voyageurs mal intentionnés? Ensuite, on pouvait surement prélevé une comme sur la recette, surement que les rêveurs ou les Voyageurs payaient pour quelques conneries. Même si je l'admet, je n'ai aucune idée encore du système monétaire de ce monde.

La roue se mit à trembler et à tourner un peu plus vite pour se retourner vers monsieur muscle lanceur de wagons. Ce qui me sortit de ma réflexion. La roue semblait déterminée à écraser notre ennemi. Merde, elle était vivante ou ce n'était là que mon imagination que me jouait des tours? Un autre wagon nous percuta et fit grincer la structure métallique, à en juger par mes connaissances en mécanique, je dirai que la résistance des métaux avaient normalement bien été étudiée et que normalement, on pourrait encore encaisser quelques chocs avant la catastrophe. Optimiste, n'est-ce pas? C'est alors que Rod me dit de sauter, c'est vrai qu'on était incroyablement proche du sol maintenant et c'était le moment ou jamais. Sans attendre, je grimpais sur le rebord de la nacelle pour m'élancer dans le vide. Une envie de crier: "Adieu mon cruel" me traversa l'esprit, mais je n'en émis aucun mot pour autant.

Un roulé boulé plus tard, j'étais sur le plancher des vaches, vivant et plutôt content de l'être. De son coté, la grande roue avait percuté avec fracas le grand huit. Peut-être que notre assaillant y avait laissé des plumes ou au moins que quelques uns de ses os aient été broyés. Sadique? Moi? Bon, ok mais juste un petit peu alors. Pendant ce temps, Rodrigue régurgitait son repas. Apparemment, les manèges à sensations fortes n'étaient pas trop son truc, dommage pour lui, vu l'endroit où nous étions. Il me demanda si moi aussi, on avait tenté de me tuer. Je fis un petit sourire, laissant à peine voir mes dents pour un effet dit de: sourire carnassier. Enfin je crois, j'avais pas de miroir pour m'assurer de la tronche exact que je faisais, peut-être que je me tapais juste l'air con. Mais... On s'en fou, c'est l'intention qui compte comme on dit!

"Non, j'ai pas une tête à claque on dirait. Du moins pas autant que toi. Moi, on m'a juste fait comprendre que je n'étais pas le bienvenue ici. Et on m'a éjecté des jeux d'eaux sans ménagement. Ce qui expliquait la flotte dans la nacelle."

Reste que je n'avais pas trop compris le fonctionnement de son pouvoir. Que pouvait-il faire exactement? Devrai-je lui demander? Mais si je fais ça, je devrai probablement expliquer comment fonctionne mon jeu de cartes. Hors, j'voulais garder une part de mystère, mais c'était surtout la flemme de devoir me lancer dans de longues explications. Un type avec un chapeau de cow boy, une longue veste en cuir et un jean passa non loin de nous. Il attira mon regard pour une seule et unique choses: des vêtements secs. Je lançais un "je reviens de suite" à Rodrigue tout en me dirigeant rapidement vers notre inconnu. J'allais lui décocher un bon direct, le mettre K.O. puis le foutre à poil et récupérer ses vêtements car j'étais toujours frigorifié ce qui commençait à me taper sur les nerfs.

A peine eu-je levé le poing que l'homme se retourna vers moi. Son regard sembla surprit, voir abasourdit. L'instant d'après, on pouvait y lire de la douleur car mon poing venait de lui décrocher la mâchoire tout en faisant voler plusieurs de ses molaires. Trainant le mec inconscient vers Rodrigue en le tirant par la jambe, je décidais de reprendre la discussion avec mon "associé" de la nuit. Oui associé convenait bien car on était dans la même galère à présent et vu les énergumènes que j'avais déjà vu, être deux ne serait pas de trop.

"Je pense qu'un groupe de Voyageur veut s'emparer des lieux. Dis-je tout en retirant la ceinture et le pantalon du mec dans les vapes. Et j'imagine qu'ils veulent s'amuser un peu aussi tout en ayant le moins de témoins possible. D'où le fait qu'on a voulu m'éjecter et te tuer. T'en penses quoi? Je m’attelais alors à retirer mon pantalon et mes chaussures. Même si cela ne m'enchante guère, on va devoir s'entraider. J'te propose de retrouver la personne qui voulait te tuer et de nous en occuper. J'enfilais son pantalon puis je m'attaquais à défaire sa veste. Si on parvient à en vaincre un ou deux, les autres viendront tout seuls à nous. Déjà, ça nous permettra de savoir approximativement combien ils sont. Et faudra alors qu'on trouve un terrain à notre avantage pour les piéger. Ok?"

J'enfilais la veste puis je regardais le chapeau en me demandant si je devais le prendre ou non. J'aurai l'air d'un cow boy au lieu d'un clown... Pourquoi devais-je toujours avoir l'air d'être déguisé quand j'étais dans le monde onirique? Mon look était si extravagant que ça que ce fichu monde veuille encore me rendre encore moins crédible? Le mec revint alors à lui et très paniqué.

"Mais qui êtes...? Mes fringues! Que faites-vous!?"

Un autre direct en pleine face le fit taire de nouveau. Sa tête heurta le sol ce qui aida probablement à l’assommer une bonne fois pour toute. Finalement, je mis le chapeau sur ma tête, cela me donnerait un air cool. Peut-être? Puis je me relevais pour regarder Rodrigue, qui avait reprit des couleurs. Enfin son ton verdâtre avait foutu le camps et il était encore un peu pâle. Est-ce qu'il s'en sortirait? C'était mon seul allié, mon arme et le pion à jeter en pâture en cas de problème. Le surestimais-je en pensant qu'il puisse faire toutes ses tâches pour garantir ma survie? Probablement, enfin du moment qu'il parviendrait à tenir quelques secondes le temps que je m'éclipse, cela me suffirait... Comment ça je prend les gens pour de la merde? On a jamais été sympa avec moi, on m'a souvent utiliser. Surtout les femmes en fait. Alors pourquoi devrais-je m'attacher aux autres? Et encore plus à un inconnu? C'était Dreamland, ici, tout était possible et toute façon, après le réveil, nos chances de nous revoir étaient proches du néant.

"Quoi? Me dis pas que tu es gêné que je me sois mis à poil à coté de toi. Fallait bien que je me change! J'étais trempé. Bon alors, où est la personne qui a voulu te tuer? On va y aller, observer ce qu'elle fait et attendre le bon moment pour agir. Interdiction de foncer dans le tas ou c'est moi qui te tue! Compris?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 73
Date d'inscription : 29/05/2011
Age du personnage : 22

Habitué
Rodrigue Miles
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Sam 6 Sep 2014 - 18:26
Toujours un peu secoué et même bien nauséeux malgré sa première vidange, Rodrigue entendit l'escogriffe se foutre de lui et lui expliquer le pourquoi de sa situation... Okay, pourquoi pas, il était peut-être tombé sur une folle un peu moins folle que lui... Il regarda ensuite, dans un état second, Régis s'éloigner... Il se demandait bien ce que le … euh... clown ? Non ça il n'allait pas apprécier... Le gars ? Le joueur ? Voilà c'était mieux... Donc il se demandait bien ce que le joueur allait faire. Il en profita pour essuyer un peu sa bouche et se rincer le visage à une fontaine tout près. La foule semblait ne pas avoir tenu compte de leur arrivée fracassante et ce n'était pas plus mal. Quant à la grande roue, contente d'avoir éliminé le gars qui lui envoyait des wagons à la figure, elle se releva et reprit sa marche. Ouf, en voilà une que le contrôleur n'espérait pas revoir de sitôt...

Son... partenaire se repointa sur ces entrefaites, traînant par la jambe un autre gars. Euh... Pourquoi avoir assommé un pauvre hère qui ne lui avait rien fait ? Enfin bon ce n'était pas ses affaires, il faisait ce qu'il voulait, il était majeur et vacciné... enfin peut-être. Puis ça serait bizarre de demander. Bref, Rodrigue leva un sourcil très très haut quand Régis commença à désaper l'autre gars puis à se désaper lui-même. Ah okayyy... Bon, ben moment de regarder ailleurs, hein... Pas qu'il soit très gêné, mais c'était la moindre des politesses, non ? Non ? Bon okay, il était gêné. Il n'écoutait qu'à moitié ce que son comparse avait à lui dire, plus concentré sur la nécessité de ne pas voir. Pour le coup c'était plus une question d'état d'esprit que de stress, donc son pouvoir ne pouvait pas l'aider.

Le blond préféra ne pas intervenir pendant le tabassage de l'inconnu, laissant Régis tout à son monologue. Finalement affublé en cow-boy, son partenaire se tourna vers lui et finit de lui exposer son plan. Un petit moment de réflexion s'imposait : soit il le stressait un bon coup et il se barrait ensuite, car vu son ton, ils n'allaient pas être potes très très longtemps... soit il suivait comme un gentil subordonné et ils s'en sortaient tout les deux … peut-être. Mhhh, autant pencher pour la seconde solution, car il n'était pas sûr de s'en sortir en solo. Et puis le blond n'avait pas d'expérience en ce qui concerne Dreamland, Régis semblant plus au fait de ce qui se passait, autant lui faire confiance.

- Non, pas de problèmes pour ta tenue. Je respecte juste ton intimité... quoique vu l'endroit... Quant à la personne qui a voulu me tuer... Mhh...

Nouveau moment de réflexion. Qu'en était-il ? Cette folle était-elle restée à son stand ? Ou devraient-ils se mettre en quête de la personne qui avait lancé les soldats de bois dans son sillage ? Déjà, combien d'ennemis potentiels le duo avait-il croisé ? Monsieur Muscle, cas réglé. Folle aux grenades, en cours. La personne aux jets d'eau, pourquoi pas. Et celle qui contrôlait les patins. Déjà trois voyageurs dont ils connaissaient plus ou moins les capacités et qui étaient hostiles. Ensuite, vers lequel devaient-ils se diriger ? Pas question d'aller combattre sur son terrain aquatique l'ennemi désigné de Régis. Quant au marionnettiste, ils manquaient d'infos. Restait donc la première : c'était donc parti pour casser de la donzelle à nattes bleues fluo.

- Un stand de chamboul'tout où on joue avec des grenades dégoupillées, une co... sal... Hem, une nana avec un lance-roquettes, en deux pièces cuir et avec des cheveux reconnaissables : hyper longs, en nattes et bleus. Quant à foncer dans le tas, pas question que ça soit moi qui m'y colle, je peux supporter un allié ou agir sur mon entourage, mais pas attaquer directement.

Il parlait comme par télégraphe, mais en même temps il regardait autour de lui : pourvu qu'il n'y ait pas d'autres voyageurs aux idées meurtrières dans les environs. Un jour, le contrôleur devrait peut-être se pencher sur la possibilité d'utiliser son pouvoir comme un radar, mais pas aujourd'hui : pour le moment la situation était suffisamment précaire pour l’empêcher de tenter de nouvelles techniques. Bon, ils étaient tranquilles. Autant prendre par l'arrière des stands afin de se déplacer plus rapidement sans attirer l'attention. Avec leurs costumes actuels, ils passeraient sans problème pour des animateurs. Rod' fit signe à Régis de le suivre et ils arrivèrent sans trop de problème près de l'attraction honnie, de toutes façons il suffisait de suivre les bruits d'explosions. La jeune femme était toujours là, à donner armement aux rêveurs qui ne se rendaient pas compte de ce qu'il se passait.

- Bon c'est elle. Si t'as une idée de plan d'action, j'suis preneur. Je pense que son pouvoir est de faire apparaître des projectiles explosifs. Ceci expliquerait cela.

Toujours autant loquace, oui oui. Disons que même libéré du stress, il n'appréciait pas vraiment les bagarres et les ambiances malsaines. Et là, il était servi. Le blond s'interrogea quand même... Devait-il révéler la nature exacte de son pouvoir à Régis ? A priori ce n'était pas quelque chose à faire avec le premier venu, mais en même temps, connaître leurs capacités respectives devait être un bon moyen de se coordonner et de prévoir les actions de l'autre. Au pire, qu'est ce qui était dangereux dans le fait de dire qu'il était contrôleur du stress ? A part peut-être perdre un effet de surprise qui ne servirait à rien. D'un autre côté, il aimerait que ça soit donnant donnant. Pour le moment, le pouvoir de Régis lui apparaissait comme lié à des cartes ou à de l'invisibilité... Une sorte de peur de la triche ? Bref là n'était pas la question pour le moment, il fallait se préparer à la suite des événements.

- Hm... Au passage, mon pouvoir est de contrôler l'angoisse et le stress des gens et de moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 139
Date d'inscription : 15/06/2014
Age du personnage : 28

Nouveau challenger
Regis Delacroix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 185
Honneur: 17
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Dim 7 Sep 2014 - 15:26


Il était mignon à vouloir respecter mon intimité. Enfin quoi? On avait tous un jour fait une douche collective non? De là, on avait été un peu gêné et au final, personne n'avait été violé ou trop maté. Bon... Ok, parfois on a peut-être un mec étrange avec nous, de quoi vous faire flipper. Personnellement, je n'ai jamais eu peur, celui qui m'aurait trop approché je l'aurai tué à coup de gel douche. Si je vous jure qu'avec une bonne motivation, c'est possible. Mais ceci n'est pas le sujet de notre affaire. Du moins pas encore, nous y reviendrons peut-être lors de l'affrontement avec miss Aqua dans les jeux d'eaux. Rodrigue en vint finalement à donner des informations sur notre première cible. Une nana donc. Ouais, enfin une fille, ce n'est pas forcément plus facile. Même en deux contre un. N'y voyez là aucun sexisme particulier, je pense même qu'à deux, on risque surement d'avoir du mal. Avec sa description, il semblait évident qu'on la reconnaitrait facilement. Restait donc à se rendre au stand de chamboul'tout.

Je suivis donc mon allié du moment tout en ayant les mains dans mes poches. Passant par l'arrière des stand pour plus de discrétion, je me disais que se déplacer banalement au milieu de la foule serait moins suspect et que là, on allait s'attirer des ennuis. Mais comme quoi, parfois, j'avais tord. Aucun problème notable jusqu'à l'arrivée vers le stand en question. La jeune femme était installé sur le stand, assise dessus en fait. Maillot de main pour le haut, petit short pour le bas. Et comme l'avait dit Rodrigue: deux grandes nattes bleus. Ses yeux et son sourire avaient quelque chose de dérangeant, elle semblait encore plus cinglé que moi. Quoique, je ne suis pas spécialement fou, mais mon look, parait-il me rend particulier. Peut-être que cela est atténué par ce costume de cow boy. Elle distribuait armes et explosifs aux rêveurs pour qu'ils explosent un peu tout dans la joie et la bonne humeur. C'était amusant à regarder mais je me doutais déjà qu'y participer serait moins drôle. Car ça signifiait surement qu'on serait les cibles de tout ces trucs qui explosent. Rodrigue m'expliqua qu'il pensait que son pouvoir était d'invoquer des bombes justement. Enfin, des projectiles explosifs. Restait à savoir si elle se limitait aux projectiles ou si elle allait jusqu'à sortir les armes qui vont avec. Car cela pourrait, je crois, avoir une grande différence.

Imaginer un plan d'action... Je devais me concentrer pour échafauder un truc. Cette fille me semblait plutôt folle. Ce qui pourrait, peut-être, être exploité à bon escient. C'est-à-dire? Qu'avec la bonne carte, je pourrai amplifier sa folie et la rendre incontrôlable, même vis à vis de ses compagnons. En faire une arme ou une alliée quoi. Le blondinet m'expliqua finalement son pouvoir ce qui serait utile pour la suite des opérations. Il pouvait donc contrôler le stresse et l'angoisse des gens. Intéressant, inutile dans le cas présent, mais intéressant quand même. Je croisais les bras, m'adossant ensuite derrière le stand où on était caché.

"Mon pouvoir donc... Je n'en ai pas. Tout réside dans mon jeu de cartes à ma ceinture. J'en tire une au hasard et je fais avec. Chaque figure, si je peux dire, a un effet particulier. Le carreau comme tu as vu tout à l'heure me permet de rendre invisible les objets, enfin je sais pas trop... Je savais juste que ça me permettait sur quelqu'un de savoir pour quelques secondes ses émotions."

J'observais la jeune femme qui venait de donner des grenades à mâchoires à un mec. Celui-ci les lança joyeusement sur les cibles et fit exploser le stand voisin. Il y avait pas mal de monde qui avait sursauté suite à ça. Est-ce que stresser toute la foule serait une bonne chose? La peur pourrait également entrer en compte et cela pourrait faciliter le contrôle de cette folle sur eux... Machinalement, je sortis une carte de mon jeu et la fit tourner entre mes doigts nerveusement. Je n'osais pas trop regarder ce que le hasard m'avait donné car comme je le craignais, cela n'allait pas me servir... Ce pouvoir était amusant, dans certains cas, mais chiant la plupart du temps. Et dire que j'étais totalement soigné de ma phobie liée aux jeux de hasard serait mentir.

Il était grand temps de savoir ce que le destin m'avait donné. Et j'avais dans la main un 5 de Cœur. Moi qui avais pensé à amplifier la folie de cette Voyageuse, j'allais peut-être pouvoir le faire. Restait à être sûr de mon coup. Je montrais la carte à Rodrigue.

"Là par exemple, cette carte va me permettre de doper un sentiment à la personne touchée. Donc... Si on se débrouille bien, on doit pouvoir transformer miss explosif en folle qui va ravager l'endroit. Et donc, avec de la chance, elle pourrait même blesser ses alliés si jamais il y en a dans le coin. On tente le coup?"

Sans attendre de réponse, je fis signe à Rodrigue de ne pas bouger alors que moi, je me dirigeais déjà vers le stand. Avoir l'air d'être un rêveur... Oui, mais on fait comment? J'affiche un sourire débile? Je sautille quand je marche? Je reste naturel? Et puis zut! J'y vais au culot et on verra bien! La Voyageuse lança des bombes à son tour pour expliquer le principe du jeu à d'autres rêveurs. J'en profitais pour me glisser parmi eux et avancer un peu jusqu'à elle. Je pris une longue inspiration et sortit du lot pour me retrouver très proche d'elle.

"Dites moi mademoiselle! Désirez vous tout faire sauter? Votre rêve est de mettre le monde à feu et à sang? Si oui. J'ai la solution pour vous!!"

Elle semblait intéressée par ce que je venais de dire. Sortit alors de nul part un lance roquette de taille impressionnante en hurlant qu'elle avait déjà tout ce qu'il fallait pour ça. Son sourire de démence en disant long sur son état d'esprit et il ne me fallut pas d'autre indication pour me dire que c'était le moment ou jamais. D'un geste rapide, je lançais ma carte sur elle qui la toucha de plein fouet. Un éclat de lumière en forme de coeur s'en échappa et je priais pour avoir amplifier sa folie destructrice...
Aide mémoire: 7 de ♦ et 5 de ♥ joués.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 73
Date d'inscription : 29/05/2011
Age du personnage : 22

Habitué
Rodrigue Miles
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Mar 9 Sep 2014 - 9:04
Donc Régis avait bel et bien un pouvoir basé sur le hasard... Ca ne devait pas être toujours facile à utiliser. Et en plus il n'en connaissait pas tout les aboutissements, même Rodrigue, ayant des capacités un peu floues n'en était pas là. Donc en gros... à chaque fois que son partenaire tirait une carte, quelque chose de différent allait se passer. Chaque figure ayant chacune plusieurs effets selon l'utilisation... oui c'était bien plus complexe que son système de vecteurs et de cibles. Ah, et le numéro indique la puissance ou pas ? Bon c'était trop tard pour lui demander, il était parti en avant avec pour projet de … euh... Wait a... NON NON NON NON ! Si il rendait cette frapadingue encore plus folle, qui sait ce dont elle sera capable !

Bref, trop tard. Le blond pencha la tête pour observer discrètement ce qu'il se passait : Régis échangeait quelques mots avec Miss Boum puis lui balança la carte à la figure. Après un joli flash avec un cœur (très classe, rien à dire) la nana se mit à rire à gorge encore plus déployée. Rodrigue esquissa un facepalm alors que le danger public numéro un se saisissait de son arme et faisait apparaître trois grenades dégoupillées dans ses mains. Gé...nial ? Moins quand elle les balança sur la foule, créant trois explosions bien coordonnées. Le souffle fit valser la foule. Puis c'est un Bill Ball qui sortit de son lance-roquettes. Oui, un Bill Ball, bien qu'un peu miniature, mais bien cette saloperie de machin explosif qu'on retrouve dans les Mario Bros. La bestiole (était-elle vivante ou pas?) alla s'écraser dans les stands à l'arrière, créant un petit cratère fumant (avec effets sonores du jeu vidéo associé) Régis semblait pour le moment épargné, la nana ne cherchant absolument pas à viser...

Bon, le moment était venu pour le contrôleur d'entrer en scène... mais que faire ? Il n'allait pas la stresser à propos de n'importe quoi, non ? Déjà, première bonne idée, il envoya une vague de calme vers son allié. Cela allait l'aider à ne pas paniquer, même entouré par toutes les explosions. Le vecteur était lui-même, ainsi il ne risquait pas de rester sans raison à côté d'un truc qui risquait de se faire détruire dans la minute. Note mentale : penser à renouveler l'effet dans les quelques minutes sinon ça ne serait plus aussi efficace... Puis il fallait maintenant se charger de la première cible. La calmer n'allait... pas faire grand chose... Par contre... Il se concentra un peu, se rapprochant en essayant de ne pas se faire voir. Oui, ça c'était une bonne idée ! Il ferma les yeux et tenta de visualiser ce qu'il voulait. Puis la décharge d'énergie partit, claire et sonnante (enfin autant que peut l'être une décharge d'énergie)

Le résultat était... Plus ou moins concluant : la givrée sembla encore plus démente et balança une nouvelle salve de grenades dans la foule. Par contre, quand vint le moment d'appuyer sur la gâchette, elle fronça les sourcils, visiblement contrariée. Puis elle eut un mouvement de recul, et enfin balança son arme dans la foule. Mince, le but était de la faire tirer n'importe où, pas qu'elle abandonne son lance-roquettes. Quoique... Le blond roula sur le côté et ramassa l'arme. Mince, plus de munitions, la folle devait créer ses roquettes au fur et à mesure. Bon allez, une idée, vite... A la vitesse où les bombes arrivaient, il ne resterait bientôt plus rien de l'endroit... Rodrigue repéra un stand éventré plus loin... Bon ça ferait l'affaire.

- Hey toi !

La fille aux cheveux bleus se tourna vers lui et ouvrit grand la bouche, révélant des dents très blanches. Elle se prépara à envoyer sa grenade sur sa cible première puis avisa que cette dernière tenait son bazooka fétiche. Elle fronça les sourcils puis fut engloutie dans un flot de barbapapa qui était expulsée du canon de l'arme. Totalement engluée, elle poussa un cri de rage. Puis la grenade qu'elle tenait à la main explosa. Rodrigue s'était déjà retourné et s'était mis à couvert. Il commença ensuite à courir, passant à côté de Régis tout en lui criant.

- Okay c'était pas ce qui était prévu, mais elle allait tout faire sauter et elle avec de toutes façons ! Suis-moi, vite !

Pour lui donner raison, le stand entier partit dans un joli feu d'artifice, résultat des dizaines de bombes à retardement cachées près des boîtes de conserve. Le contrôleur du stress les avaient remarquées suite aux nombreux souffles qu'avaient causé les autres armes. Maintenant il fallait voir où étaient les autres fous dangereux... et la première partie arriva à point nommée pour lui couper la route. Les cinq soldats de bois, bien alignés. Et mince, ils avaient du être envoyés pour voir ce qui n'allait pas avec le … exploz'tout ?

- Euh... Question : si ce sont des invocations... l'invocateur doit-il être près d'ici ou peut-il être n'importe où ?

La réponse à cette question allait sans nul doute déterminer leur plan de bataille suivant. Soit il allait falloir détruire ou tout du moins entraver ces gêneurs (le lance-roquettes n'avait plus tant que ça de munitions au passage, dommage) soit ils devaient trouver en priorité le cerveau et s'en débarrasser, ou tout du moins l'assommer assez pour que son emprise sur les pantins vacille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 139
Date d'inscription : 15/06/2014
Age du personnage : 28

Nouveau challenger
Regis Delacroix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 185
Honneur: 17
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Mar 16 Sep 2014 - 3:34


La suite des événements se déroulèrent comme je l'avais imaginé. Enfin plus ou moins. C'est-à-dire? Et bien la demoiselle venait de voir sa folie destructrice être amplifiée de façon considérable et ce pour les dix minutes à venir. De quoi, je l'espérais, raser l'endroit de toute trace de vies. Enfin j'espérais surtout que dans le feu de l'action, elle zigouille ses alliés mais j'en demandais peut-être trop. Elle fit exploser les stand à coup de grenade, utilisa ensuite un lance roquette pour jouer avec une bombe tout droit tirée de Mario. Classe, amusant et vachement intéressant. J'en restais sans voix. Enfin c'était peut-être aussi à cause de l'explosion qui m'avait collé au mur. Glissant sur le coté, je commençais à regretter, un peu, mon idée farfelue. Mais étrangement, cela m'amusait par la même occasion. Voir les gens hurler, voir des gens se faire blesser, le chaos et la panique me donnèrent un frisson de plaisir que je n'avais encore jamais ressenti jusque là. Aurai-je trouvé un truc intéressant? Une façon unique de m'épanouir et d'ouvrir mes ailes sur le monde onirique? A bien y réfléchir, le bordel que je venais de faire, me plaisais énormément, il ni avait qu'une ombre sur le tableau: mon incapacité à contrôler la fille. Là, si j'y arrivais ma jubilation serait incroyablement exquise.

Une sensation étrange et nouvelle me parcouru alors, une sorte de petite voix qui me disait de m'éloigner des explosions afin de ne rien risquer. Mais cette voix n'était pas stressante, non, elle me détendait même. Comme si on avait voulu m'éviter de paniquer dans un tel moment. Je compris alors que Rodrigue avait surement usé de son pouvoir sur moi. Sans le savoir, ce mec venait de détruire le meilleur moment de ma vie. Le plaisir que j'avais ressenti, la joie d'être l'auteur de ce foutoir venait de s'estomper comme un mauvais rêve. De son coté, la fille hurlait de rire et semblait encore plus hystérique. Ne me dites pas que cet idiot vient de s'approprier mon œuvre en la boostant une seconde fois? Elle balança alors son arme. Un rictus d'amusement se forma sur mon visage, finalement elle ne semblait pas décider à lui obéir. Je décidais de m'occuper d'autres choses. L'envie d'observer la foule, voir les réactions me fascinait au plus haut point.

J'ignorais bien ce que les rêveurs pensaient de moi et en même temps: je m'en moquais. Mais surtout, j'essayais alors de voir si les alliés de la folle rappliquaient ou non... La laisser tout détruire serait amusant, mais si elle ne nous débarrassait pas de ses potes, on aurait quand même des problèmes. le but premier de tout ceci n'était pas de me donner l'impression de contrôler la situation et d'inverser les rôles en devenant le destructeur, mais de vaincre ce petit groupe. Me retournant, je vis la demoiselle recouverte de barbe à papa et une explosion la balaya. Rodrigue passa à coté de moi en hurlant que ce n'était pas prévu mais que de toute façon, elle allait tout faire exploser. C'est alors que le stand explosa dans un joyeux feu d'artifice engloutissant la jeune femme dans les flammes. Merde!! Notre seule arme de destruction venait de s'autodétruire!!

Suivant mon allié, je me retrouvais alors face à cinq pantins en bois qui nous barrèrent la route. Voici donc le second groupe qui avait ennuyé Rodrigue cette nuit? Intéressant... Sur eux, mon pouvoir n'aurait strictement aucun effet. Les poignards pourraient au mieux les ralentir. Mais à mon envie, ils ne ressentaient pas la douleur et encore moins des émotions. Et les rendre invisible nous compliquerait d'avantage la tâche. Il m'interrogea alors sur le pouvoir d'un invocateur. Genre est-ce que je savais s'il avait besoin d'être proche ou non de ses invocations? La logique me disait qu'il ne devait pas être loin pour les contrôler ou que les manipuler à distance devait lui couter beaucoup d'énergie. Mais ceci n'était qu'une hypothèse. Reste que j'avais déjà un truc à faire avant tout ça. Je me tournais vers Rodrigue, serrant le poing que je lui collais en pleine face, lui faisant surement voler une molaire ou deux.

"La prochaine fois que tu utilises ton pouvoir sur moi et sans me prévenir, je t'envoie une dizaine de mes cartes à la suite! Dans le lot il y en aura bien quelques-unes pour te tuer! J'espère avoir été clair!"

Je lui lançais un regard noir en me souvenant de mon sentiment de puissance et d'extase quand la femme avait tout ravagé. Fier d'être l'auteur de tout ça et il était venu me descendre de mon nuage en me "calmant". Déjà, je n'en avais pas besoin, les explosions n'étaient pas si proches et elle ne voulait que détruire le matériel. Ensuite, me faire manipuler d'une quelconque façon par quelqu'un et contre mon gré avait tendance à m’horripiler. Fermant les yeux, prenant une longue inspiration pour me détendre, son pouvoir ne faisait plus effet dirait-on.

"Désolé, juste que le sentiment d'avoir été manipulé ne m'a vraiment pas plu... Pour en revenir à ta question. Je l'ignore. Mais j'imagine que plus l'invocateur est loin, plus il dépense d'énergie. Donc, en toute logique, il doit être dans le coin."

Avant même d'attendre une réponse, je posais ma main sur l'épaule de mon allié pour le pousser de toute mes forces contre un stand. L'instant d'après l'un des pantins abattait une épée à l'endroit où il s'était tenu la seconde d'avant. Collant un uppercut au mannequin, je cru d'abord me briser les phalanges dessus mais le coup fut suffisamment fort pour repousser la chose.

"Je te propose de courir pour les semer et voir si on peut repérer la position de celui qui les contrôles. Est-ce que ça te conviens?"

Un autre pantin me fonçait déjà dessus, d'un coup puissant, il me fit traverser le fond d'un stand pour que je termine ma course au milieu d'un paquet de peluches. Un peu secoué, mais pas vraiment blessé, je me relevais lentement en regardant de chaque cotés pour voir où aller et surtout: où trouver l'invocateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 73
Date d'inscription : 29/05/2011
Age du personnage : 22

Habitué
Rodrigue Miles
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Mer 17 Sep 2014 - 16:52
- Je n'ai fait que t'utiliser comme vecteur d'anti-stress. Ce qui veut dire que si tu t'es calmé c'est parce qu'au fond de toi, une partie de ton psyché le voulait bien. Je ne peux pas « manipuler les gens ». Tout au plus faire ressentir les choses différemment. Ton pouvoir tient bien plus de la manipulation que le mien.

Rodrigue, passablement gavé, avait plus craché que dit cette dernière tirade, tout en expulsant une ou deux dents. Le goût de sang dans sa bouche ne le dérangeait qu'à moitié. Non, ce qui était vraiment énervant c'était le ton et les manières de Régis. Ils étaient peut-être alliés pour le moment, mais le clown lui courait vraiment sur le haricot. Dans la vie réelle, c'était le genre de personne qu'il avait envie de cogner contre un mur (sans jamais rien faire, vive la non-violence) Ici, si ils n'étaient pas dans cette situation, il prendrait juste plaisir à le stresser au maximum avant de le laisser planté là. Heureusement, le blond n'était pas violent... enfin c'était pas plus mal pour lui non plus.

Et voilà que le gars continuait à l'envoyer balader maintenant ! Ah là, c'était surtout pour lui éviter une découpe propre dans le sens de la hauteur de la part de ces soldats de bois. Ils sont tenaces et vu l'état de la main de Régis, assez durs. Mais ils ne semblent pas plus campé sur leurs positions que ça... peut-être qu'avec un bon coup d'épaule... ? Oulah voilà que son « pote » venait de se faire dégager. La moitié du régiment (l'autre étant parti à la poursuite du joueur) avança vers le contrôleur qui n'en menait pas large... Que pouvait-il faire contre des êtres inorganiques ? Ou même pas capables d'éprouver l'angoisse ?

Il allait vite falloir trouver une idée : un des pantins parmi les plus débrouillard venait de s'avancer, épée en avant. Grâce à son état de presque plénitude, Rodrigue s'était déporte sur le côté, ne se faisait que raccourcir le col. Un autre abattit un grand coup son arme mais le blond s'était reculé prestement … dans une toile pour stand étalée là. Il se casse plus ou moins la figure. Ni une ni deux, tout les pantins se précipitèrent sur lui. Ils se prirent le tissu dans la tête tandis que le voyageur se relevait encore plus vite que d'habitude. Il plissa les yeux en voyant les êtres de bois avancer vers lui malgré leur tête voilée. Tiens donc... Et si...

Regard à droite, regard à gauche... Il ne voyait pas Régis, pourtant ce à quoi il venait de penser pourrait être assez important... Comment le contacter ? IL y avait bien cette musique, si il trouvait d'où elle sort... Mais bon pendant ce temps les saletés de Pinocchio continuaient de lui mener la vie dure, mince à la fin ! Repérant enfin un haut parleur, il suivit tout bonnement le fil en courant jusqu'à un vieux sonotone qui était posé là, avec un habitant des rêves style Monsieur Loyal à côté. Pas le temps de penser ni d'expliquer, il colla un pain au pauvre gars puis s'empara de son micro.

- Régis ! Les trucs bougent sans voir ! Leur invocateur peut donc tous les voir n'importe quand !

[HRP : Court mais pas d'idéééées QQ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 139
Date d'inscription : 15/06/2014
Age du personnage : 28

Nouveau challenger
Regis Delacroix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 185
Honneur: 17
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Mer 24 Sep 2014 - 17:45


Alors que je me relevais, je repensais à ce qu'avait dit Rodrigue. Donc, son pouvoir avait fonctionné sur moi uniquement car une part de moi acceptait de se calmer, de se détendre? Foutaise! Comment pouvait-on accepter de rejeter un moment si... Jubilatoire? Peut-être une part de logique au fond de lui qui refusait de s'adonner au plaisir du chaos. C'était tout de même étrange d'avoir apprécier un tel moment alors que je ne suis pas spécialement violent d'ordinaire. Enfin, j'avais d'autres chats à fouetter pour le moment! La plupart des pantins semblaient s'intéresser à mon allié: tant mieux pour moi. J'avais ainsi plus de liberté pour chercher l'invocateur qui tirait les ficelles de ses marionnettes.

L'ennemi devait être dans le coin, c'était évident! Surement en hauteur pour mieux voir la scène et mettre au point des stratégies afin d'être plus à même de se battre tout en restant caché. Il y avait non loin une tour panoramique, peut-être que ce que je cherchais était là, en haut de cette tour pour le moment à l'arrêt. Courant pour m'y rendre, je remarquais que deux pantins m'avaient prit en chasse. Ils n'avaient donc pas mieux à faire? Genre tenter d’éviscérer Rodrigue? Sans réfléchir, je mis ma main à ma ceinture pour sortir une carte, espérant avoir du trèfle pour avoir de véritables armes à jeter à mes poursuivants. Je brandis la carte et mon espoir fondit comme de la glace au soleil: Du quatre de Pique... Qu'allais-je bien faire de ça? Inhiber une émotion inexistante à des pantins? Lançant des noms d'oiseaux vis à vis de ce hasard que je détestais tant, je continuais de courir.

Passant au milieu d'une foule de rêveur, certains furent prit de peur en voyant des mannequins de bois, armés qui plus est, se jeter sur eux. Je tenais peut-être un moyen de mettre à profit ma carte jusque là inutile. Sans vraiment chercher, je la lançais sur le premier rêveur à porter qui me semblait mort de peur. Avec ça, sa peur serait dissipée, un peu... Le symbole du Pique se forma un instant au moment du contact et l'homme sembla se calmer. La belle affaire! Voilà que je calmais un pauvre inconnu alors que j'avais surtout besoin d'aide ou simplement d'une arme! L'un de pantin me sauta alors dessus et me cloua au sol. L'impact fut si fort qu'il me coupa le souffle pendant quelques secondes. J'étais piégé!! Me débattant tant bien que mal, je remuais les bras et les jambes dans tous les sens avec la ferme intention de lui coller un coup pour le repousser. Je parvins à me défaire avec un bon coup de pied dans ce qui semblait être le thorax de la chose. Sans attendre que son compagnon se décide à m'attaquer, je roulais sur le coté pour me relever en trombe.

Jetant un bref regard derrière moi: je vis mon rêveur hurler aux autres qu'il fallait se battre. Finalement, je l'avais rendu courageux et avec un peu de chance, il parviendrait à motiver les autres. Mais pouvait-on vraiment compter sur des rêveurs? Je l'ignorais... Un petit groupe s'entassa autour des deux mannequins pendant que j'arrivais au pied de la tour avec l'intention de grimper à l'échelle pour me rendre tout en haut. La voix de Rodrigue retentit alors: disant qu'il avait aveuglé l'un de ses assaillants mais celui avait quand même bien visé. Ainsi, l'invocateur les voyait à tout moment? Le haut de la tour semblait tout destiné pour être le bon endroit!!

Après plusieurs secondes, voir quelques minutes, j'arrivais enfin en haut. Le souffle court, je bondis dans l'habitacle en espérant que je ne me surestimais pas pour faire face seul contre un invocateur. Ce fut un conflit intérieur qui m'attendait. Un conflit entre soulagement de ne pas avoir à me battre et frustration de voir que j'avais mis tant d'effort pour découvrir qu'il ni avait personne. Maudissant ma mauvaise intuition, je profitais de la vue pour regarder l'immense parc d'attraction tout en réfléchissant à l'endroit où pouvait être l'invocateur... Si je pouvais aussi apercevoir ou identifier ses collègues d'ici, cela serait tout bénéfique! Une idée me traversa l'esprit: vu la taille de l'endroit, il devait également y avoir des caméras ou une salle de surveillance pour la sécurité! Et de là, l'invocateur pouvait surement voir tout ce qu'il se passait dans le parc!! Je devais redescendre rapidement, trouver Rodrigue, en espérant qu'il soit toujours en vie et lui expliquer mon idée! Sans attendre, j'enfonçais le bouton pour relancer l'attraction afin de descendre, mais sans me fatiguer cette fois et en prenant, je l'avoue, mon temps...
Aide mémoire: 7 de ♦, 5 de ♥ , 4 de ♠ joués.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 73
Date d'inscription : 29/05/2011
Age du personnage : 22

Habitué
Rodrigue Miles
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Mar 16 Déc 2014 - 2:01
Rodrigue courait toujours, poursuivi par les mannequins qui ne semblaient pas connaître le concept le concept d'endurance, contrairement à lui. Un bon point de côté le commençait à le ralentir sensiblement, du moins assez pour qu'il ait à se jeter par terre pour éviter un coup d'épée. Le contrôleur avait eu une autre idée géniale et cherchait une attraction particulière, pas le temps de regarder un plan pour la trouver, c'était donc au petit bonheur la chance que son parcours se formait. Si cet endroit était bien un mélange entre un parque d'attractions et un cirque, il devait bien y avoir … bingo ! Un stand de jongleurs ! Mais pas de pot, pas de torches enflammées à l'horizon...

Il fallait trouver très vite de quoi se débarrasser de ces marionnettes, l'eau pour les fragiliser était exclue vu l'état de départ de Régis, la glace pour les briser totalement pouvait aussi fonctionner, mais bonne chance pour en trouver dans le coin. Restait donc le feu, en supposant qu'ils n'étaient pas ignifuges. Qu'est ce qui pouvait faire du feu dans un cirque ? Les cerceaux pour les animaux ? Pas bête, mais il ne se risquerait pas jusqu'à des bêtes sauvages et violentes, surtout à Dreamland... Bon ensuite euuuuh... C'est en tournant la tête pour vérifier l'état de ses poursuivant qu'une solution se présenta. Un duo de cracheur de feu, avec plusieurs jerrycans d'essence derrière eux. Avec un « s'cusez moi », le blond en rafla deux. Le premier fut balancé à la figure des invocations le second éventré et traîné derrière lui pendant qu'il formait un grand cercle.

- Bon, ben feu de joie nous voilà !

Avec une vieille barre de fer d'un plieur-bodybuildeur enfui, le contrôleur frappa un bon coup contre la première structure métallique qui passait par là. Les étincelles suffirent à allumer la piste. Les pantins s'embrasèrent à la suite du combustible. Les craquements du bois se firent de plus en plus rassurant et Rod commença à ralentir. Alors qu'il se retournait pour contempler son œuvre, il eu un gros moment de recul : ses opposants continuaient d'avancer malgré les flammes qui les léchaient de partout. Avait-il fait une grossière erreur ? Un membre igné se leva, épée luisante, avant de tomber en cendres, tout comme les corps avec des sifflements de bois vert. Ouf une bonne chose de faîte. Bon, il avait un peu foutu le feu à une partie du parc, mais il était immense, et puis c'était eux qui avaient commencé. Restait à espérer que Régis avait eu autant de chance que lui.

Adieu cadavres démembrés et fumants des poursuivants, maintenant on cherchait la prochaine menace. Poussé tant par la paranoïa que part la prudence élémentaire, le blond regarda lentement autour de lui, afin d'être sûr que rien n'allait lui tomber sur la figure par inadvertance. Avec une moue de dégoût et un pincement de nez, il remplit quelques flacons de liquide inflammable, les ferma avec précaution et quitta le périmètre. Les prochaines marionnettes allaient voir de quel bois il se chauffait, le leur en l'occurrence. Retrouver le partenaire maintenant, et vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 139
Date d'inscription : 15/06/2014
Age du personnage : 28

Nouveau challenger
Regis Delacroix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 185
Honneur: 17
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Mer 28 Jan 2015 - 20:28


Je redescendais tranquillement dans la tour panoramique et pour avoir prit mon temps, je l'avais même trop pris. Je songeais à m'excuser auprès de Rodrigue pour autant de temps d'attente mais... Cela ne collait pas au personnage, enfin à moi. Si je commence à parler de moi à la troisième personne, je vais vraiment sombrer dans la folie et mon costume de bouffon sera encore plus adapté. D'ailleurs, pourquoi j'avais toujours une tenue comme ça? Un effet secondaire de mon jeu de cartes? Probablement. Enfin quelle importance au final. Tout ceci n'est que du détail inutile pour remplir un peu le contenu de mon argumentation sur le temps que j'ai mis pour arriver en bas. Et par la même occasion: me remettre en piste pour trouver ces troubles faites.

Je sautais enfin pour arriver sur le plancher des vaches. Il y avait une odeur de brulé qui trainait dans l'air et cela m'intrigua un petit peu. Rodrigue aurait-il fini en brochette ou aurait-il fait cramer les mannequins? Les gens semblaient un peu affolés sur ma droite, surement la raison de l'odeur ou sur la positon de mon collègue. Me mettant tranquillement en route, j'observais ici et là et pour m'assurer qu'aucun autre ennemi ne surgisse pour une attaque surprise. Mais au lieu d'un adversaire, il vit quelque chose de bien plus intéressant! Il y avait une caméra de surveillance installée au dessus d'un stand mais surtout un écriteau qui indiquait où se trouvait la tente de la sécurité. Voilà avec cet indice, j'étais sûr de trouver le mec qui utiliser les pantins! Restait donc à mettre la main sur ce qu'il restait de Rodrigue pour y aller ensemble. J'espérais toutefois qu'il n'avait pas trop cramé car devoir tout faire tout seul ne m'enchantais pas vraiment. Oui, je sais, j'aime déléguer, voir trop mais voilà quoi: pourquoi se salir les mains quand quelqu'un peut le faire pour nous?

Poussant un soupire, je croisais les bras en admirant un tas de trucs non identifiable qui brulait au milieu du chemin, la plupart des rêveurs s'étaient éloignés de la zone, surement apeurés. De ce que j'en jugeais, il devait s'agir des restes des mannequins, surement l’œuvre de Rodrigue. Mais où était-il? Je me dirigeais donc vers la tente appartenant à la sécurité, espérant tomber sur lui sur le chemin. Oui l'espoir fait vivre mais à part ça, que pouvais-je faire? Me plaindre sur mon sort? Me lamenter sur les échecs de ma vie et en ajouter un autre avec la disparition de mon partenaire de la nuit? Ou encore pleurer sur mes anciennes histoires amoureuses? Ou alors me plaindre encore d'avoir un jeu de cartes utilisant des pouvoirs au hasard ce qui rend mes capacités à me défendre tout seul bien trop précaire pour avoir confiance en moi? Ouais, il y avait pas mal de trucs à dire sur moi si je voulais toucher le fond. Mais heureusement pour moi, il y avait aussi des trucs bien. Comme vivre une double vie grâce à Dreamland, avoir quelques amis importants aussi. Bon... C'est vrai que je devrais un peu travailler mon coté social et ma vie amoureuse mais... Pour l'instant, j'avais un peu la flemme et surtout: l'endroit n'était pas le mieux pour penser à ça.

C'est alors que trois pantins me barrèrent la route, dire que la tente que je cherchais était juste trois stand devant moi. Poussant un jurons, je regardais autour de moi pour trouver quelque chose pour me défendre. Je mettais déjà ma main à ma ceinture pour empoigner une carte.

"Rodrigue... Si tu es dans le coin, c'est le moment où jamais..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 139
Date d'inscription : 15/06/2014
Age du personnage : 28

Nouveau challenger
Regis Delacroix
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 185
Honneur: 17
MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Mer 10 Juin 2015 - 19:30


Dire que j'avais pris la peine de retenir son prénom, que je l'avais même prononcé à haute voix. Dire que pendant un instant, je pensais que ce type, simple inconnu rencontré par hasard, pourrait s'avérer utile. Manque de chance. Comme on dit: j'avais misé sur le mauvais cheval. Mais je ne lui en voulais pas le moins du monde. A sa place, moi aussi je me serai barré. Résultat je me demandais même pourquoi j'étais resté, pourquoi j'avais voulu l'aider à combattre le crime, à jouer au justicier alors que bon... Franchement? Qu'est-ce que j'en avais à foutre de ce qu'il se tramait ici? Surement que mon esprit avait imaginé une quelconque récompense pour service rendu. Mais de ce que j'avais appris des films ou surtout de la vraie vie, c'est que le mec gentil se fera forcément enculé tôt ou tard. Donc être sympa n'apporte rien. Certains diront qu'être gentil peut s'avérer bien sur le long terme, genre le karma vous le rendra. Mais... Je suis sceptique. Traitez moi de mauvaise langue si vous voulez, mais je préfère voir le résultat tout de suite plutôt que dans six mois ou encore plus longtemps.

Bref, passons! J'étais face à trois satanés pantins de bois qui voulaient surement me tuer ou du moins, le mec qui les contrôlait, lui le désirait. J'avais donc porté ma main à mon jeu de carte accroché à la ceinture de mon pantalon. L'une des marionnettes avança d'un pas menaçant, je brandis alors une carte en me disant que pour cette fois, pour une fois, faites que le hasard me file un truc bien! Genre du cœur! Ouais c'est bien le cœur. Comment ça vous ne comprenez pas? Et bien je suis frustré que Rodrigue ait disparu, donc en colère, donc amplifier cette émotion pourrait me passer en mode berserk! Ouais, j'espérais surement trop mais bon... Que pouvais-je faire d'autre? Me mettre à genoux et implorer pardon? Même pas en rêve! Et justement on est dans un rêve. Je fis tourner ma carte entre mes doigts pour voir ce que le destin m'avait offert. 8 de Trèfle!! Déjà, c'était un gros chiffre! Donc dire que j'étais content, serait mentir: je jubilais. Quelque soit l'effet, ça serait violent! Enfin je l'espérais et c'est donc sans attendre que je la lançais d'un geste habile en direction des trois pantins de bois.

A peine la carte quitta mes doigts que le symbole du trèfle se matérialisa dans l'air suite à un petit halo de lumière. Là, la carte se transforme et huit couteaux fusèrent en direction de mes ennemis. J'eus le temps de détailler les lames: de simple couteaux de lancés, sans manches, juste un morceau d'acier avec un coté pointu et aiguisé alors que l'autre coté était un peu arrondit pour une meilleure prise en main. Les lames se logèrent alors dans les marionnettes. Je ne parlerais pas de précision vu que j'avais lancé sur celui qui avançait. Par chance, l'éventail des projectiles avait quand même été suffisamment large pour toucher les deux autres. Enfin par chance... C'était des trucs en bois, rappelons le!

Résultat des courses? Pour le premier donc. Une lame dans le torse: inefficace. Une dans le crâne: peu utile aussi. Une dans l'épaule: articulation bloquée! Pour le second: une lame dans le genou, articulation bloquée également! Une autre dans l'avant-bras et une à coté: autant dire que les deux furent inutiles. Et enfin le dernier: une dans le cou, lui bloquant la tête et une dernière dans le torse. Sceptique, une fois encore. Je poussais même un soupire alors que le pantin se jetait sur moi. Vas-y frappe moi, achève moi, qu'on en termine. Sérieusement j'en ai marre de cette nuit alors autant la terminer, prématurément ou non... Je pris un coup en plein visage: le revers de la main de bois venait de me gifler avec force. Le coup me déstabilisa, je perdis l'équilibre mais un uppercut vint me couper la respiration: cette saloperie avait visé mon estomac. Projeté au sol, j'en avais la tête qui tournait et j'avais envie de pousser des injures, mais vu mon état, c'était un effort que je ne pouvais même pas me permettre.

Roulant misérablement sur le coté, je toussais un peu de sang. Les trois mannequins de bois m'entouraient et me donnaient l'impression que j'allais subir un sacré passage à tabac. Dire que j'avais cru comprendre que j'étais à Dreamland: le monde des rêves. Mon cul ouais, c'était juste un cauchemar! Un foutu rêve de merde! Déjà l'endroit où j'étais, ce "royaume" fête foraine, il n'avait rien de particulier! Ok, il y avait des attractions comme j'en avais jamais vu, mais ça restait un simple rêve quoi... Un coup de pied vint me couper le souffle pour la seconde fois, un autre coup me frappa au visage. Puis un autre jusqu'à ce que je n'arrive plus à savoir où on me frappait, la douleur était partout en même temps. L'un des pantins se pencha alors sur moi, sa main agrippa ma gorge. Il leva l'autre poing, surement décidé à m'achever. J'allais lâcher un mot, le dernier avant que le rideau tombe. Mais je n'en eu pas le temps.

----------------------

J'ouvris alors les yeux: j'étais dans mon lit et je fixais le plafond. Je venais donc de me réveiller? Il semblerait bien ouais. Sacrée nuit en tout cas... Je me souvenais de tout, dans les moindres détails. Si jamais un jour je rencontrais un Rodrigue ou que je rêvais encore une fois de celui-ci, je lui ferai payer cette nuit! Mais bon, était-ce sa faute? Je ne pense pas. Tout ceci n'était que le fruit de mon imagination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix] Aujourd'hui à 13:11
Revenir en haut Aller en bas

L'attraction de trop [Pv : Régis Delacroix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Circus attractions-