Haut
Bas

Partagez|

Les aventures des troublions: L'organisation de mama.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Messages : 117
Date d'inscription : 28/09/2012
Age du personnage : 29

Voyageur Expérimenté
Lena Skye
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 445
Honneur: -85
MessageSujet: Re: Les aventures des troublions: L'organisation de mama. Mar 20 Fév 2018 - 0:40


Bon. Hormis le pauvre clampin qui avait tenté de l'intercepter alors qu'elle venait d'arriver, Lena n'avait rien eu à se mettre sous la dent, et il était évident, de la scène qu'elle pouvait observer depuis son observatoire, à l'abri de toute bataille, que la demoiselle qu'elle avait rejoint n'avait rien d'une femme en détresse. Bien au contraire, et malgré quelques difficultés passagères, elle était parvenue à se débarrasser d'une troupe de tous ces minables. De ses paroles, de sa manière d'être, la violoniste sut tout de suite qu'elle était exactement comme elle, du moins en ce qui concernait le côté « peu avenant », et cela la fit sourire. Il était plutôt rare de croiser ce genre de personnes, que la voyageuse reconnaissait comme des compagnons de valeur. M'enfin, elle s'ennuyait ferme. Plus personne à taper, le royaume des plaines retrouvait son ennui habituel, rien de plus que de l'herbe à perte de vue et des villages sans intérêt. Elle soupira, laissant aller ses pensées vers ce paysage qui malgré tout avait le don d'apaiser l'agressivité latente dont elle avait fait preuve, lui rappelant que la voyageuse aux cheveux azurés n'était probablement pas une ennemie. Après tout, l'ennemi de mon ennemi est mon ami non ? Lena n'était pas une adepte de ce genre d'adages d'ordinaire, mais elle se plaisait à imaginer d'autres bagarres, quitte à rivaliser avec cette jeune femme pour voir qui en dégommerait le plus. Et elle ne manqua pas d'adresser un sourire amusé à cette dernière alors qu'elle avait décidé de lui répondre froidement, le tout après avoir affiché une mine réjouie par la bataille. Glaciale jusqu'au bout n'est ce pas ? Bon, il y avait donc malgré tout des différences entre la manieuse et la morpheuse. Elle semblait plus renfermée, du genre à dresser une muraille bien hermétique autour d'elle, alors que l'américaine était plutôt volcanique, prête à exploser de colère dès que quelque chose l'ennuyait beaucoup trop. Sans réduire la distance physique entre elles, la violoniste, répondit sur un ton qui se voulait neutre, dissimulant son amusement de constater le caractère de son alliée improvisée.


«  Bon... Je ne vais pas chercher à te piquer quoi que ce soit je te rassure, mais il semblerait qu'on soit dans le même camp. Ecoute, je pense forcer un de ces crétins à me dire où se trouve leur quartier général, on ira rendre une visite à leur chefs si ça te tente, un peu plus de challenge. Moi, j'ai clairement pas assez tapé de gens aujourd'hui. »


Lena n'était pas toujours aussi bavarde, et cela devait très probablement rendre indifférente la jeune femme à qui elle faisait face. Comprenant parfaitement cet état de fait, la violoniste ne poussa pas les mots plus loin, constatant que tous leurs potentiels guides étaient à terre. Elle-même en avait tué plusieurs aussi elle n'avait pas réellement son mot à dire quand au combat de sa nouvelle amie – du moins si l'on pouvait appeler cela comme ça – mais là, il serait difficile d'en trouver un en état de faire quelque chose. La manieuse poussa un soupir, alors qu'elle prit l'initiative de retourner au village. Elle invectiva l'azurée à en faire de même, de toute manière elle n'avait très certainement rien d'autre à faire elle aussi dans les parages. Lena n'était pas vraiment une passionnée de la randonnée, mais dans ce coin, elle aussi arrivait à apprécier quelques instants de calme. Elle se surprit elle même à s'arrêter parfois pour regarder une plante, ou un arbre, pour sentir le vent frôler ses joues. Elle ne chercha pas à les ralentir pour autant, arrivant finalement sur la place qu'elle avait quitté une dizaine de minutes auparavant. Rien n'avait bougé, les habitants n'avaient pas regagné leurs pénates, et la taverne était toujours en désordre, entre mobilier cassé et cadavres sur le sol. Pourtant, elle remarqua une différence, légère certes, mais non négligeable ; il y avait des traces dans l'herbe. Quelqu'un s'était traîné au sol pendant plusieurs minutes, laissant d'ailleurs des marques sanglantes à plusieurs endroits sur son passage. L'un de ces types s'était échappé ! Ce qui était malgré tout rassurant, c'est que dans son état et au vu de la quantité de sang qu'il avait laissé sur place, il n'était pas en état de courir sur de longues distances, et il serait aisé de le rattraper. Lena prit alors la parole pour inviter la morpheuse à continuer de la suivre :

«  On dirait qu'on l'a notre guide... Et il a laissé de jolies traces de couleur qui seront faciles à repérer, surtout pour une rapace telle que toi, je me trompe ? Moi, c'est Lena au fait, même si je doute que cela t'intéresse de faire la causette.  »

Elle commença à suivre les traces, pas pressée de connaître la réponse de l'azurée, considérant que ce serait cette dernière qui déciderait de s'exprimer ou non. La forcer à parler ne servirait à rien, et serait contre productif dans le cas où elles seraient forcées de s'allier pour un ou plusieurs combats. La violoniste avait appris avec le groupe de Sherlock, et notamment Tyra et son frère Walter l'importance du travail d'équipe, et même si elle n'y était pas toujours encline, elle ne négligeait pas cette connaissance. Cette voyageuse ne manquait pas de force et de caractère, à elles deux elles arriveraient certainement à quelque chose.

La piste remontait le long des quelques arbres qui entouraient le village, et suivait un chemin de terre tracé au nord de celui-ci. Il rejoignait un sentier bien plus large, sur lequel il serait difficile de manquer leur cible. Et d'ailleurs, l'instinct de la jeune femme ne la trompait pas, puisqu'à peine eurent-elles atteint le sommet de ce plateau de champs, qu'elle aperçut de l'autre côté du sentier par rapport à leur position, une forme qui avançait en titubant, se tenant les côtes. Bingo ! La voyageuse se lécha les babines. Elle avait rarement une telle chance de se défouler, alors il était hors de question qu'elle le laisse s'échapper. Mais il était inutile de l'attraper. Le laisser aller de lui même rejoindre ses petits copains était le mieux à faire. Et Lena le fit comprendre à sa compagne de voyage en lui indiquant qu'à cette distance ils avaient largement les moyens de le garder en vue sans que celui-ci ne les remarque, trop occupé qu'il serait à tenir sa blessure, et à tenter de rentrer chez lui. Chez lui qui se révéla assez rapidement lorsqu'une sorte de campement entouré de grands troncs en guise de palissades se dessina à l'horizon. Ooooh, une place forte à détruire ! Lena s'en réjouissait d'avance. Elle sentait son sang bouillir rien qu'à l'idée qu'il donne l'alerte et que tous ces idiots se mettent en branle pour tenter de les arrêter toutes les deux.


«  Chacun son compte et la gagnante paie un coup à l'autre ? Ou on trouvera bien un truc. Mais moi ça me dis bien de réduire cette petite base en cendres, les bandits qui s'en prennent à des paysans sans défense, je suis pas trop fan. On fait d'une pierre cent coups ! De l'humanitaire à coup de cassage de gueule !  »


Elle avait éclaté de rire à cette remarque, et secoua un instant ses épaules, comme pour s'étirer en prévision de la bagarre à venir. Des hurlements résonnèrent, et de leur position, elles purent observer un groupe de types bariolés de tenues qui auraient pu être considérées comme des armures ringardes tant leur forme et la piètre qualité des matériaux utilisés ressortaient de ces fabrications rustiques. L'un d'entre eux manqua de se prendre les pieds dans le plastron qu'il tentait d'enfiler en y entrant à pieds joints. La manieuse pouffa de rire, et se redressa de tout son long, avant de courir à grandes enjambées vers le campement en éclatant d'un rire qui aurait pu paraître dément aux yeux de tous. Oui, elle était de sacrément bonne humeur. Se défouler allait lui faire un bien fou. Et comme pour leur dire que la bataille pouvait démarrer, elle déclara les hostilités avec une note enflammée qui fit exploser le morceau d'armure que tentait d'enfiler l'un de ces bandits de pacotille. Oh qu'ils allaient prendre cher !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 181
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: Les aventures des troublions: L'organisation de mama. Dim 15 Avr 2018 - 12:40
La demoiselle à la cascade de givre fronça les sourcils dubitative, cherchant à savoir si c'était une ennemie ou simplement une personne lamba, elle constata que son interlocutrice semblait se rayonnante. Elles se jaugèrent quelques minutes en silence, des tâches de sang s'étaient accrochées à sa tenue ressemblant très portrait à ses agresseurs. Dans tous les cas, de cette expression et même de ce sourire donnaient réellement l'impression d'être satisfaite d'autant de violence et de castagne, l'inconnu possédait un tempérament de bourrin ou du moins volcanique. L'intruse ne tiqua point alors que la morpheuse répliqua sur un ton de provocation ne pas avoir besoin de son aide, peut-être avait-elle de l'honneur à ne pas se mêler au combat d'autrui sans son autorisation. Lyun, défiante à son égard, était prête à se défendre si jamais elle se jetait à son cou pour l'éliminer, d'aspect louche voire un tantinet toqué. Ses soupçons se confirmèrent quand elle l'invita par un sous-entendu à pénétrer dans leur QG pour casser la gueule à leur chef, rien que cela, notamment quitte à forcer un de ces larbins. Elle lui proposait de choisir entre rester peinarde allongée sur le sol et kidnapper un homme dans un but purement primaire, un choix sacrément cornélien. La voyageuse haussa finalement les épaules, elles venaient de défendre un village qui allait être pillé, pourquoi pas donner une bonne leçon au commanditaires de cet acte. Enseigner le respect à des petites frappes étaient toujours une action généreuse, quitte à leur enfoncer cette notion dans le crâne, cela pourrait s'avérer divertissant plus que de siester.

En l'état actuel, Lyun avait mis ses adversaires k.o, pas très utiles pour les conduire à leur planque. Quoiqu'un bon sceau d'eau glaciale en plein dans la figure leur remettrait sans nul doute les idées en place, en plus, de se satisfaire de leur éventuelle réaction. Toutefois, son acolyte improvisée lui fit signe de la suivre jusqu'au village, pour une raison méconnue la voyageuse rapace s'exécuta en silence, se désintéressant alors de ses proies. Tant pis pour le réveil brutal de ces derniers ! Elle s'aperçut que la jouvencelle à la chevelure d'émeraude s'attarder sur la flore du coin alors qu'elle n'avait rien d'extraordinaire, si on oubliait les coquelicots et les champs de colzas. Elle n’émettait aucun commentaire à ce propos bien que l'enjoindre à presser le pas la démangeait, faire la conversation ne faisait pas partie de ses préoccupations, l'accompagner était déjà un effort suffisant. Il ne fallut pas être un génie pour se douter que les jeunes femmes appartenaient à la caste des louves solitaires, en revanche leur attitude divergeaient, l'une était plus impulsive tandis que l'autre respirait l'indifférence. Quand on y pensait elles formaient un drôle de duo, cela mènerait à des circonstances invraisemblables.

Arrivées au centre du village, la demoiselle aux origines asiatiques glissa son regard analytique, il y régnait l'atmosphère pesant d'un fin de carnage. Pour preuve, le bar en face d'elles revêtait une forme pitoyable et poussiéreuse, tout portait à croire qu'il s'était déroulé une bagarre à l'intérieur, une petite voix lui sifflota à l'esprit que sa camarade n'en était pas innocente. La voyageuse estima évident le motif pour lequel s'était battu l'inconnue, elle lui surprit une mine réjouie, est-ce le souvenir de la déculottée qu'elle leur avait collés ou celle qu'elle mettra à ses prochains ennemis ? Difficile de savoir ce que s'imaginait cette brute à l'anatomie féminine. Elle découvrit les traces d'un rescapé tentant de fuir voire prévenir ses petits copains dans le but de ramener du renfort, il semblait que le fugitif n'était pas au meilleur de sa santé. Laissant dans son sillage du sang ainsi que l’aplatissement de l'herbe taillé, sans le vouloir il leur avait concocté un sentier, rien de plus aisé pour un chasseur. Ennuyée par ce constat, au fond elle espérait qu'on lui offrirait un challenge à relever, un défi lui permettant d'expérimenté ses techniques de traqueur. Ces déceptions commençaient à sérieusement l'irriter, leur visite chez les caïds de la cambrousse avait intérêt d'être plus palpitante qu'une balade champêtre. Contrariée, elle talonna néanmoins sa partenaire qui à l'inverse bouillonnait de joie, cette dernière prit enfin la peine de se présenter. Comme énonce l'adage « Vaut mieux tard que jamais. », la demoiselle se retient de le lui rétorquer avec exaspération.

- Lyun, ouais si on veut. Répondit-elle finalement blasée

Elles s'enfoncèrent dans la campagne, une région des plus dynamiques pour sur,  seul le chant des oiseaux résonnaient dans cet endroit creux et insipide. La morpheuse aigle vit leur proie se mouvoir au loin, Lena formula une remarque à laquelle la jeune femme aux cheveux de givre n'y prêta aucune attention tellement celle-'ci parut évidente vis-à-vis de son pouvoir. D'une sérénité olympique, elles se dirigèrent sur les talons du mécréant allant littéralement pleurer dans les jupons de son boss. L'autre à coté jubilait dans son coin gesticulant sur place comme une puce, sans doute exaltée par les combats qu'elle allait engager, une vraie furie. Elle essaya même de la motiver à s'allier en effectuant un comptage de point, un homme à terre équivalait à un point, la gagnante devant payer le coup à boire. Soit Lyun la laisserai gagner si cela signifier de boire gratuitement, rien de trop complexe et épuisant, elle réussit tout de même à la faire sourire. Son alliée prétexta l'aspect humanitaire de son geste afin se dédouaner de la soif de combat qui l'habitait, Lyun ne fut pas plus persuadée par ces paroles. Elle désirait juste par-dessus tout s'en payer une bonne tranche, c'est ce que démontrait son visage aux anges, certes la morpheuse n'était pas la mieux placée à critiquer.

Lena s'élança dans un rire de déséquilibré, elle débuta les hostilités en faisant exploser un pan d'armure, niveau discrétion elles repasseraient. La japonaise soupira de désapprobation, continuant de marcher le plus calmement du monde tandis que sa partenaire foutait le désordre et la confusion dans les rangs du campement. Pénétrant dans le camp, un homme armé d'un gourdin l'assaillit sur le coté, elle esquiva l'attaque en se jetant en avant d'une roulade, elle transforma à la suite ses jambes en serre lui permettant une allonge. Elle exécuta une béquille à son adversaire, celui-ci tomba mollement à terre tandis que la jeune femme se redressait pour poser sa patte acérée sur son torse ; Son regard neutre se métamorphosant en un regard plus guerrier, elle l'avertit d'un sourire carnassier

- Tu devrais faire attention, ce que tu as en main n'est pas un jouet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 10/05/2017
Age du personnage : 42

Habitué
Robert Rosewood
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 80
Honneur: - 45
MessageSujet: Re: Les aventures des troublions: L'organisation de mama. Lun 23 Avr 2018 - 21:59
— « Aïe ! Bordel de… »

Robert, sans même avoir eut le temps d'appréhender l'homme qui l’interpellait, se mangea une pomme de pain en plein dans la tempe ; au moins, maintenant, il avait mal des deux côtés. Il sentit en lui monter une envie irrépressible de démolir la magnifique dentition de l'auteur de cette attaque gratuite, qu'il réussi à localiser, gauchement dissimulé derrière un tronc trop petit.

— « 'De dieu… »

Là, ça allait barder pour le bonhomme. L'hylophobe couvrit les quelques mètres qui les séparaient d'un pas déterminé. L'autre ne l'ayant pas vu, bien trop absorbé dans son fou rire, se trouva bien dépourvu, soulevé au dessus du sol par le col ; Robert avait, d'ailleurs, prit le soin d'user de sa main gauche, laissant la droite libre pour un bon coup. Bien malgré son sourire vicelard et ses pupilles devenues vertes, annonçant un certain excès de violence, son offensive n'aboutit jamais.
Alors qu'il armait son point, une jeune femme sortit d'un buisson à quelques pas de là, attirant son attention, et cria :

— « C'est un voyageur, son bras est magique !»

Aussitôt, l'hylophobe ne sentit plus le poids, si ridicule qu'il fut, de son chapeau sur son crâne. Sa victime l'avait attrapé, pour le jeter quelques centimètres au dessus de son emplacement initial ; lorsqu'il y revint, il n'était plus si léger. Notre homme reçut sur la tête quelque chose, qu'il interpréta comme étant une brique ; déstabilisé, il fut bientôt gratifié d'un généreux pain dans la mâchoire.

— « OK ! OK ! On se calme ! J'suis pas venu chercher la merde ! » Une main en avant, protection futile contre de potentielles frappes.

Certes Robert avait imposé un trêve fragile, puisant une force qu'il n'imaginais pas, pour  surmonter le contrôle brutal du parasite. Mais, malgré tout, l'explication de sa présence dans ce lieu, prohibée, visiblement, serait dur à trouver.

— « C'est un peu… Hip…  tard là, le vieux ! Le gars à la pomme de pin ; ils étaient tous bien faits apparemment.

 C'est quand même toi qui m'a balancé ton truc là ! Moi je venais juste voir ce qu'une tente foutait dans mon champs, à la base ! Je rentre et je tombe sur une bicoque de bobo, en plus de me prendre une mandale pleine poire, c'est quoi c'bordel ?!  Un bon gros coup de bluff… Il ne savait même pas à qui il avait à faire.

Un fermier ? Tu te fous d'n… hup… de nous ? Un fermier ça a pas ce genre de bras de la magie bizar… hip… 'roïde là. T'es qui pour venir foutre la merde chez nous ? Tu sais pas où… Burp… où qu't'es tombé le vioc ! Le premier gars, Robert devait se concentrer pour comprendre ce qu'il baragouinait derrière son masque étrange.

Ouais Carré… 'ment !La fille cette fois ; enflée, visiblement, d'un orgueil issu du nombre.

Je sais pas ce qu'tu veux papi, mais on va t'… hup… 't'pèter ta face ! Les doigts qui craquent, un pas chancelant ; l'hylophobe se méfiait malgré tout.

Attends Dylan, laisse en au petit, faut qu'il se fasse la… la main… burp… »

Robert commença à se poser de sérieuses questions, quand à la nature du groupe sur lequel il venait de tomber. Tout ceci lui paraissait bien louche. Il conjectura qu'ils devait être en présence de bandits ou de quelques chose du genre ; ce qui ne l'arrangeait pas, pas en étant en plein dans ce qui lui semblait être leur QG, en tous cas. Une autre cause d'interrogations fut ce « petit » dont il était fait mention ; devrait-il se défendre contre un enfant ? S'il préféra ne pas y penser, une réponse tomba, pourtant.

— « T'as raison! Aller Timmy, viens… Burp… viens nous aider à lui mettre une misère ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 237
Date d'inscription : 27/02/2016
Age du personnage : 26

Voyageur Expérimenté
Nassib Kobb
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 90
Renommée: 381
Honneur: 80
MessageSujet: Re: Les aventures des troublions: L'organisation de mama. Jeu 24 Mai 2018 - 3:34
Nassib s'en alla en direction de la fontaine. Elle n'était pas très loin, il pourrait inspecté rapidement et tranquillement. Plus il passait du temps dans le village et plus un nœud se former autour de son coeur. Rien a voir avec les symptômes des villageois, juste la culpabilité qui le ronger petit à petit. Depuis sa mésaventure au royaume des tropiques, elle était devenu une vieille amie. Il avait passé des jours dans son royaume à s'entraîner, tellement de temps était passé qu'il avait consolidé sa relation avec Massour et les promesses qu'il s'était faites l'avait aidé à surmonter sa peine. Il avait même pu retourné dans les tropiques pour jouer un matche de dreamball. Bien que voir la petite bourgade de ses premières nuits sans vie, c'était un rappel de son impuissance et de sa faiblesse passé. Décidé à régler tout ce qui devait l'être, il s'enfonça jusqu'au coeur du village.

La fontaine était là, devant lui. Il l'avait vu plusieurs fois maintenant, mais c'est la première fois qu'il s'attardait dessus. Il n'y avait pas de cupidons, ou de mec qui pissait de l'eau. L'arrosoir était en hauteur, parmi trois couches de coupoles. La première n'était pas très grande, mais elle était bien plus décorée. La deuxième de taille moyenne n'avait rien de spéciale et la dernière avait comme un petit labyrinthe qui laissait ruisseler l'eau dans le bassin.

Nassib enleva ses chaussures et ses chaussettes avant de lever légèrement sa tunique. C'est bon il avait les pieds dans l'eau, maintenant il devait y plonger les mains pour voir si son intuition était la bonne. Bien que l'eau était froide, c'est les pièces qui le gênaient vraiment. Ce qu'il prit pour un frisson à cause de la température de l'eau, était l'un des effets de ce qu'il cherchait, mais ça il ne le sut que plus tard. Plus il fouillait et plus il était pris de vertige. Voyant que sa recherche ne menait à rien pour le moment, il décida d'approfondir son investigation. Il se jeta complètement dans le bassin et et matérialisa ses dagues pour creuser un peu. C'est là qu'il comprit qu'il touchait au but, une seule dague se matérialisa, pourtant c'est une technique qu'i avait acquis et maîtriser depuis longtemps.

C'est impossible que ça soit l'eau, mais il y a quelque chose qui draine mes pouvoirs. Si je ne le trouve pas vite je risque de finir dans un lit moi aussi et tout ça n'aura servi à rien. Pendant qu'il continuait de fouillé, la dague de Nassib perdit de son éclat. Elle s'éteignit et s'évapora au contact d'un objet caché sous la troisième coupole. Nassib mi le double voir le triple de l'énergie nécessaire pour matérialiser une nouvelle dague et décrocher l'objet. Maintenant qu'il avait l'artefact en main, il devait trouvé un moyen de l'éloigner le plus possible du village. Sentant ses forces se faire drainer, il utilisa de ses déplacements rapides pour atteindre l'ancienne boutique de l'antiquaire.

C'était le seul endroit auquel il avait pu pensé. Après tout, c'est là qu'était implanté l'espion de Mama. Il y avait une réserve d'artefact sans grande valeur, mais dans la cachette secrète, il devait sûrement avoir un dispositif permettant de protéger des effets de l'objet. C'était sa seul chance si il voulait protégé le village avant de s'effondrer. Bien qu'il pu utilisé ses pouvoirs pour se mouvoir rapidement, la précision n'était pas au rendez vous. Il se cogna contre trois mur avant de pouvoir défoncer la porte en bois, déjà en lambeau. L'armure terrifiante n'était plus là, ni même les trois quarts des objets qui bloquer le passage pour la trappe secrète. Son agitation et l'utilisation intensif de ses pouvoir l'avaient au moins réchauffer et presque sécher. Une fois dans le long couloir il matérialisait son clone qui s'évaporer instantanément à chaque fois, complètement absorber par l'objet qu'il tenait entre les mains. Au moins ça lui donner la lumière qu'il avait besoin pour avancer le plus rapidement possible. Une fois la porte en vu il pria à haute voix pour que la porte soit pas bloquer. La chance fut au rendez vous et il pu pénétrer dans l'ancien repère des malfrats. Il y avait encore la trace de leur combat avec Charlie. Un coffre vide attendait au fond de la pièce et Nassib espéra que ça allait suffire à protéger le village, penser alimenter par ses nombreuses heures d'rpg.

L'héliaphobe pu rejoindre le centre du village sans se cogner et bien stable sur ses deux jambes, mais il n'était pas sur des dégâts du drain sur ses pouvoirs. La nouvelle cachette avait l'air de fonctionner et ça lui donner du temps pour trouver un moyen de régler définitivement ce problème. Pour ce faire il devait retourner à la source et avoir une conversation avec l'organisation de Mama. Parce que dans sa galère il était chanceux, la petite fille et son garde du corps était encore là. Avec ce qui c'était passé, il les avait complètement oubliés. Bien qu'il était pas au mieux de sa forme, il avança vers eux avec la même assurance qu'il avait pendant leur rencontre et quémanda leur aide sans leur laisser le choix.

" Hey vous deux, je vois que vous êtes encore là ! C'est le moment de vous rendre utile, escortez moi jusqu'à Mama, j'ai un deal à lui proposer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 12/04/2016

Nouveau challenger
William Woodborn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 70
Honneur: 15
MessageSujet: Re: Les aventures des troublions: L'organisation de mama. Jeu 31 Mai 2018 - 15:10
C’est une fois complètement debout et en meilleure forme que je me rendis compte que non seulement le blond était encore en train d’arriver, mais aussi qu’il n’en avait rien eu à faire de ce qu’il venait de se passer. C’est avec cette petite pointe d’effronterie dont il avait déjà fait preuve tantôt qu’il s’était à nouveau adressé à nous.
Ni une, ni deux, je m’étais tourné vers la jeune femme car je soupçonnait qu’elle réponde de manière virulente à cette requête scabreuse.

Elle me regarda d’un air choqué, puis gêné et à la limite de la panique. Elle regarda aux alentours avant de plonger une main dans la petit pochette qu’elle avait devant le long de sa hanche et d’en extirper une sorte de vieux téléphone à clapet cubique avec un strap en forme de petit lapin rouge tout mignon. Elle le porta à son oreille et commença un soliloque rapide :

- Allô allô ? Oui, c’est moi, comment tu vas ? Eh bien, ma foi, moi aussi, je me porte comme un charme ! Mais non, tu ne me dérange pas du tout, j’étais en train de me limer les ongles ! Oui, ceux que j’ai coloré hier ! Tu devrais voir, ils sont ma-gni-fiques !

Je regardais le jeune homme blond vite fait, ce qui me persuada d’aller passer mon bras par-dessus la tête de mon “amie” et de lui prendre le téléphone des mains avant de le refermer sauvagement et de le ranger dans l’une de mes poches béantes de mon pantalon effet faux jean noir. Je m’éclaircis la gorge avant de secouer négativement la tête. Dans mon infini patience, je l’invitais à ouvrir la voie :

- Je ne pense pas que notre invité désire attendre ainsi. Si j’étais toi, je lui montrerai la voie.

Visiblement énervée, la petite fille de Mama commença à partir dans un flux de jurons et de mots s’apparentant à des grognements peu construits, avant de me bouder et de marcher en avant. Je me saisis à nouveau du portable depuis la poche de mon pantalon et essayai de pianoter un message au numéro indiqué sous le nom “Mama mamie à moi”. Ce message, j’essayais de le tourner de manière à ce que Mama sache que nous allions rentrer -elle qui détestait être prise au dépourvu- mais en taisant le fait que nous n’étions pas que deux. J’essayais de calquer mes phrases sur celles de sa petite fille afin de tromper sa vigilance.
À en croire l’historique des messages, elle envoyait énormément de smilies. Bon à savoir.

C’est alors que, soudainement prise dans une rage aussi violente que prévisible, la bavarde petite femme se transforma en une sorte d'écureuil carnivore et se jeta contre mon torse en vociférant “Mon téléphone !” Je me devais de la calmer ! Elle me griffait la peau de la poitrine avec la fureur d’une bête enragée et, si je ne la calmait pas, j’allait finir comme un puzzle de viande. Alors je tentais d’opposer mon bras afin de la déloger d’un coup de coude vif et aussi précis que possible.
Le jeune homme blond devait trouver ce spectacle bien ridicule.

Mais la demoiselle finit par se calmer lorsqu’elle m’arracha presque littéralement l’appareil de mes mains. Après un dernier coup de pied, elle se décida à ouvrir la marche sous l’effet de la colère. Elle martelait le sol en me laissant gésir par terre. Franchement, un grand gaillard comme moi, se faire maîtriser par une gamine comme elle. Comme quoi, les apparences et les clichés. En plus, j’avais trop mal. Je peinais à me relever pour suivre les deux autres. Ce voyage allait être long.

Long il fut mais à terme il parvint. Nous pénétrâmes tous trois dans la tente magique, bien que je dusse me plier plus fort que les deux autres, le torse encore bien endolori, mais le saignement réprimé.
À l’intérieur, c’était un poil le chaos, laissant la petite fille de Mama les bras ballants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 123
Date d'inscription : 07/05/2017

Habitué
Timmy Poonce
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 130
Honneur: -5
MessageSujet: Re: Les aventures des troublions: L'organisation de mama. Sam 2 Juin 2018 - 17:26


    Les trois voyageurs ivres acclamaient Timmy avec une intensité grandissante au fur et à mesure qu'il se décalait hors de son buisson. Il se sentait tel un gladiateur lors de son entrée dans l'arène. Son imagination et son taux d'alcoolémie travaillaient à gonfler sa confiance en lui. Le jeune voyageur se sentait l'âme d'un guerrier et faisait abstraction de la réalité. Il n'était point un gamin désarmé, éméché et âgé de 9 ans qui devait affronter son ami quarantenaire. Non, il était « Timmy the warior » comme le criait désormais Abdul entre deux séries d'applaudissements. Mais malgré ses ardeurs nouvelles, le petit garçon n'était pas certain de vouloir en découdre avec celui qu'il considérait comme un père de substitution. Laura, Abdul et Dylan continuaient à encourager l'enfant-rat. De son côté, Robert cherchait à remettre de l'ordre dans ses idées et questionna Timmy sur la situation actuelle. Rien n'était beaucoup plus clair dans la tête du petit garçon qui présentait désormais des problèmes d'élocution. Robert attendait des explications, les trois compagnons de beuverie de Timmy espéraient de l'action. La cacophonie augmentait et Dylan approchait maintenant de Robert de façon agressive. Si Timmy ne souhaitait pas passer à l'action, le contrôleur de silence donnerait le premier coup. Dylan se jeta sur le faux-paysan et les deux hommes roulèrent au sol. L'écolier considéra le chahut avec intérêt et s'apprêtait à encourager Robert. Mais les premiers coups furent échangés et ramenèrent le petit garçon à la réalité. Ce n'était pas un jeu, et les deux combattants d'une force plus ou moins identique mettaient toute leur énergie dans leurs attaques.

-Arr… arrêtez on peut être copain ! Stop !

-La garce arrive, je… mon pouvoir sent son téléphone. Elle va encore cafter à Mama qu'on a bu et qu'un gars est entré dans la tente.

-Fais chier, on va se faire niquer ils arrivent dans combien de temps, tu penses qu'on a le temps de l'assommer et de le planquer quelque part ?

-Je… sais pas. Ptetre.

-Wa, t'es bien entamée toi aussi. On va se faire éclater par Mama… Ho putain j'ai une idée!

    Abdul écarta les deux combattants avec force et essaya d'apaiser les tensions. Cela ne fut pas aisé, mais ses efforts aboutirent à une légère accalmie.

-Ok ok ok, bon écoute moi le paysan. On a pas mal bu, surtout mes deux potes. On est censé garder les environs étant donné que le gros de notre bande est à l'extérieur. Y'a notre boss et son second, un mec un peu véner qui sont dans la tente. Bref si ils apprennent qu'on a laissé entrer n'importe qui ça va mal finir, parce qu'on est censé faire la garde à l'extérieur de la tente, pas à l'intérieur. Bref et la petite fille de notre boss est en train de se ramener apparemment et on risque de se faire défoncer. T'as pas le temps de sortir , on est dans les plaines et ils vont capter direct qu'un gars est entré.

Abdul marqua une pause. Son discours était décousu, les mots s’emmêlaient dans sa tête mais il restait satisfait : ses explications ressemblaient à quelque chose, du moins il en avait l'impression.

-Bref, on fait comme si de rien n'était et tu joues ton rôle de paysan venu nettoyer un peu notre jardin ça te va ? Dès que la petite fille de Mama est passée, tu te tires et on te revoit plus jamais ici. Tu as pas à poser de questions, tu as pas à savoir ce qu'on fait ici… on fait ça ?

    Dylan sembla accepter l'idée, puisqu'il commençait déjà à saccager le superbe parc afin de donner du travail à notre jardinier. Soucis de réalisme, justifia-t-il avant d'être aidé par Laura ainsi qu'un Timmy définitivement perdu. Apparurent alors 3 nouveaux individus au sein de la tente. Un géant, une jeune femme ainsi qu'un blondinet que l'enfant-rat crut reconnaître malgré sa vision brouillée.

    Un paysan ensanglanté, un voyageur tout aussi amoché occupé à arracher des plantes aidé dans sa mission par un enfant et une femme ivre. Un dernier voyageur masqué, un peu moins atteint par l'alcool que le reste de la bande. C'est ce dernier qui vint à l'encontre des nouveaux arrivants afin de justifier le curieux spectacle.

-Yo madame… vous avez changé de garde du corps ? On a embauché un jardinier pour refaire une beauté au jardin, on s'occupe de tout… C'est qui le blondinet ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 117
Date d'inscription : 28/09/2012
Age du personnage : 29

Voyageur Expérimenté
Lena Skye
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 445
Honneur: -85
MessageSujet: Re: Les aventures des troublions: L'organisation de mama. Dim 5 Aoû 2018 - 22:07


Le moins que l'on puisse dire c'est que Lena et Lyun fonctionnaient totalement à l'opposée. Lena était l'incarnation même de la brutasse. Quand elle avait besoin d'exprimer un ressenti, elle le faisait peu importe ce que cela impliquait, et même si elle devait tout casser pour cela. A l'inverse, Lyun était la froideur même, le bloc de glace, fermé à toute émotion, programmée pour envoyer chier la moindre distraction. Le genre à agir selon ses convictions et à n'obéir à aucun maître autre qu'elle-même. Cela, jamais Lena ne le reconnaîtrait, mais elle appréciait cet aspect de la personnalité de son interlocutrice et comparse de bataille de la nuit. Perdue dans ses pensées, elle n'avait pas vu que la bleutée s'était élancée également vers le camp ennemi et s'était débarrassée d'un gros lourdeau armé d'une massue qui n'avait pu que constater sa défaite. Pas mal, et le sourire qu'elle laissa apparaître une fois le pauvret neutralisé montrait clairement qu'elle prenait son pied dans un contexte de bataille. La manieuse se reprit toutefois, achevant de neutraliser un sbire qu'elle avait mis à terre en lui cassant les bras en les lui écrasant à l'aide de l'arme qu'il avait tenté d'utiliser pour la frapper. Elle se redressa et interpella la demoiselle tout à son combat :


«  Mais dis moi c'est que tu as l'air d'apprécier la bagarre mademoiselle ! Tu affiches un sourire plutôt inattendu. Tu veux que je te laisse faire ? Je vais vers la grosse tente là bas.  »


Elle avait pointé une tente qui surplombait toutes les autres, qui semblait être leur base principale. Aussitôt ces mots dits, elle se retrouvait face à une bande de brigands, armés de diverses armes aux formes parfois étranges, certaines dégageant une énergie qui laissait sous entendre qu'elles avaient des capacités. Des voleurs d'artefact ? S'ils en avaient la maîtrise, les deux jeunes femmes étaient dans la mouise. Sinon, elles y seraient aussi à cause du côté aléatoire qui risquait fort de transformer le campement en effroyable brasier. D'ailleurs, Lena avait rangé son violon pour se battre uniquement avec son physique, et là elle remerciait vraiment ses professeurs de self défense qui l'avaient parfaitement préparée à faire face à ce genre de batailles. Elle fit un tour sur elle même en se baissant pour éviter un coup de lance et aussitôt placer un uppercut dans le menton de l'assaillant, le faisant aussitôt chuter sur l'arme d'un autre brigand qui s'était un peu trop rapproché et fut entraîné dans sa chute. Lena s'empara aussitôt de sa lance, et la fit tournoyer pour frapper les jambes d'un troisième assaillant et couper toute velléité d'attaque. Elle laissa son regard traîner sur le reste des combattants qui avaient reculé d'un pas, appréhendant l'affrontement avec la voyageuse qui leur avait fait comprendre en un instant de quoi elle était capable.


«  Bah alors bande de tafioles ? Vous êtes des mecs non ? Un peu de virilité que diable !  »


Ces mots eurent l'effet escompté sur la bande de crétins qui se mirent à déclencher leurs artefacts sans le moindre discernement, provoquant des souffles enflammés, vagues de froid, ou jets de boue et autres effets divers et variés sans aucun contrôle. Plusieurs étals se mirent à brûler, tandis que la jeune femme fit une roulade pour éviter de se retrouver couverte d'immondices alors que plusieurs sbires s'étaient entretués en activant leurs objets, incapables d'en contrôler les effets. Quelle brochette de crétins... Lena reprit position, complètement déçue d'avoir fait face à une bande qui avait trouvé le moyen de s'effacer toute seule.


«  Bon ben tant pis... J'y crois pas quand même... Penser pouvoir gagner avec des objets random... Je crois qu'on aura pas à faire face à de gros ennemis cette nuit. Allez, on y va, je pense que le reste se planque dans cette tente. On en saura peut être plus sur leur trafic une fois là dedans.  »


Aussitôt dit aussitôt fait. Lena s'élança en courant, poussant des caisses pour atteindre la tente qui se tenait encore fièrement debout. Elle en poussa les pans qui marquaient l'entrée, découvrant un surprenant spectacle ; là, les deux voyageuses faisaient face à ce que l'on aurait pu prendre pour une ville cachée sous une énorme toile. Etait-ce aussi un artefact ? En tout cas, ça semblait bel et bien être la bonne piste. Lena chercha du regard une bonne cible pour les guider dans ce labyrinthe et porta son choix sur un pauvre larbin qui traînait là, en train de ranger un râtelier d'armes. Elle l'attrapa par le col, tremblotant, et lui posa alors la question :


« - Toi ! Tu as la bonne tête du petit larbin qui transporte les affaires partout dans la base. T'es des leurs ? Tu pourrais nous conduire jusqu'à celle que les autres débiles appellent « Mama » ?


- euh.. Je.. Euh... Je suis … D'accord.. Mais... P... Promettez moi de me sortir de là... Je suis pas avec eux je suis juste un villageois moi...  »


Parfait. Elle le laissa prendre la tête de la marche. Elle ignorait ce qu'elles allaient trouver, mais c'était juste devant eux en tout cas. Plus de baston elle l'espérait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les aventures des troublions: L'organisation de mama.
Revenir en haut Aller en bas

Les aventures des troublions: L'organisation de mama.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Les Plaines-