Haut
Bas

Partagez|

HOU PINAISE ! [Pv. Alan Rin + qui veut]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: HOU PINAISE ! [Pv. Alan Rin + qui veut] Jeu 3 Avr 2014 - 13:49
Lorsque je m’éveille dans le monde des rêves, la première chose que je vois est une pleine lune des plus glaciales. Son aspect est d’un blanc laiteux légèrement délavé et on peut même y voir certains cratères la parsemant.
J’ai l’impression que, d’un instant à l’autre, elle va s’animer pour me laisser apercevoir ses longues dents aiguisées comme des lames de couteau. Un frisson me parcoure l’échine –putain de mauvaise sensation– ça n’annonce rien de bon.
Autour de moi, c’est mort et ce n’est pas qu’un simple jeu de mot.
Des arbres calcinés jusqu’aux racines, l’herbe semble être composée uniquement de cendres et le reste du paysage n’est que désolation et tombes…
J’aimais pas vraiment le Royaume de Maze mais en voyant celui-ci, je ne peux être que ravi d’être tombé là-bas.

Chaque pas dans cette végétation, si on peut appeler ça ainsi, provoque un crissement. Pas assez fort pour donner l’impression qu’une voiture perd le contrôle mais assez pour que ça soit comme si on écrasait une souris et frottait fortement son pied contre le sol.
J’ai bien l’impression que je ne vais pas, mais alors absolument pas, me plaire par ici. Après un petit temps de marche et une dépression pointant le bout de ses paluches, je regarde les miennes. Je ne l’avais pas encore remarqué mais elles sont gantées de blanc avec une croix. Le reste de mes vêtements n’est pas aussi coloré qu’à l’accoutumé.
Aujourd’hui, il y a principalement du noir, un minimum de blanc et de rouge et encore du noir. Sur le crane, j’ai un masque ressemblant à une citrouille et dans le dos des ailes, noires encore une fois, purement décoratives. C’est con, j’aurais bien aimé savoir voler.

Malgré le fait que je me fonde dans le paysage comme un lion dans la savane, je ne me sens pas chez moi –et  pas du tout même–j’ai encore cette mauvaise impression bloquée au niveau du plexus.
En y repensant, j’ai souvent une mauvaise impression. Peut être est-ce à cause du milieu d’où je viens. Toujours à se méfier, à jeter constamment un coup d’œil derrière l’épaule, c’est épuisant sur la longue.
Continuant ma marche et malgré toutes les précautions prises, je suis sûr que quelqu’un m’observe. Qui ? Impossible à dire, Quoi ? Impossible aussi, Où ? Ca j’aimerais bien le savoir pour aller lui dire deux mots, Comment ? En lui cassant la gueule. Tendant l’oreille, j’entends le bruit d’une branche que l’on casse en deux et me précipite vers l’origine de ce craquement.
Mais, lorsque j’arrive, il n’y a rien sauf deux morceaux de bois sec et, sur l’arbre, un corbeau d’un noir profond avec de gros yeux rouges.
Je plonge mon regard dans le sien avant de lui dire :


–C’est toi le con qui m’observe depuis tout à l’heure ?

A mes mots, il se met à croasser et à battre violement des ailes. En à peine une seconde, je me retrouve à courir comme un abruti et un dératé, principalement comme un abruti certes, les mains autour de la tête pour essayer de semer cet oiseau de malheur qui en veut à mon cuire chevelu.

–Mais t’es pas censé me comprendre normalement !!
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 24

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Re: HOU PINAISE ! [Pv. Alan Rin + qui veut] Sam 5 Avr 2014 - 12:02


« Jeune Maître ! Je pous prie d'y repen-
-Nan ! J'ai dit nan ! »


Lors de mes débuts à Dreamland, Munin, l'un des deux corbeaux qui m'accompagnait, passait son temps à essayer de me convaincre de rejoindre le royaume auquel on m'avait apparemment affilié sans me demandé mon avis. Il me suppliait de me soumettre à un prétendu roi des corbeaux dont je n'avais jamais entendu parler et qui avait soi-disant autorité sur moi. Par quel droit ? Je ne sais pas. Divin, peut être. Inutile de préciser que j'estimais que ce dirigeant d'opérette sortit de nulle part n'était pas plus légitimement mon souverain que le concierge de mon immeuble. Ce qui n'empêchait pas Munin de continuer à essayer de me faire avaler sa propagande nuit après nuit. Heureusement, à force de temps et de refus répétés, ce dernier avait enfin fini par abandonner l'idée de me faire visiter son royaume. J'espérais alors que son peu de bon sens lui avait enfin permis d'appréhender l'idée que je n'irais pas, point barre. Évidemment, je me trompais.

Parce il venait de s'y remettre cette nuit, le bougre ! Alors que je croyais en avoir enfin fini avec ces histoires, le corbeau me détrompait de nouveau. À en croire ses paroles, le domaine des oiseaux sombres se trouvait à quelques pas, et il s'agissait d'une occasion unique d'aller se présenter à mon seigneur. Ha ! ''Mon'' Seigneur ? Le piaf n'avait jamais été doué pour trouver les mots qu'il fallait, et cela ne s'arrangeait pas au fil du temps. Peux être que faire une école de commerce était ce qui lui manquait. Analyser les besoins du client puis délivrer un discours hypocrite qui lui est adapté... N'est-ce pas là le domaine des vendeurs ?



Plaçant mentalement les vociférations du corbeau dans la boite à spam de mon esprit, je me dirigeais nonchalamment en direction de nulle part en particulier tout en fredonnant ''this is halloween'' du célèbre film ''Nightmare before christmas''. L'ambiance si prêtait, il fallait dire. Le paysage alentour semblait avoir été façonné à partir de la définition de ''lugubre'' du dictionnaire. Le sol stérile, parsemé d'arbres séchés, de pierre tombales, de désolation et autres joyeusetés crissait sous mes pas comme pour se moquer du silence ambiant. La pleine lune qui luisait dans le ciel noir était une des rares sources de clarté de la zone, sinon la seule. Clarté qu'elle fournissait avec modération, d'ailleurs, comme si elle craignait de m'aveugler. Mon regard incertain parcourait vaguement les alentours sans parvenir à déceler quoi que ce soit de vivant. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Difficile d'en juger.




« Alors ? On se promène ? »

Non, pas du tout. J'envahis seulement le royaume. D'ailleurs, si vous pouviez vous rendre à moi corps et bien, cela faciliterait ma conquête, merci.

Je me retournais vers la source du croassement étranger qui avait confondue ma croisade pacificatrice pour une vulgaire promenade. Sur la branche d'un arbre qui me semblait plus mort que vivant, une tripotée d'oiseaux sombres ricanaient en m'observant. Leurs yeux qui luisaient d'une lueur écarlate contrastaient avec ceux auxquels mes deux compagnons corbeaux m'avait habitués. Munin s'empressa de prendre la parole, probablement pour empêcher Hugin ou moi de créer un incident diplomatique.

« Bonjour, Messieurs, nous ne faisons que passer, ne vous inquiétez pas ! 
-Oh ! Mais qui voilà donc ? Un confrère ? Deux, même ! C'est un plaisir !
-Je vous en prie, tout le plaisir est pour nous !
-À titre purement informatif, j'étais sarcastique. »


Les oiseaux se mirent à ricaner mais mon compagnon ailé ne sembla pas s'en offusquer. J'observais avec curiosité les volatiles pour essayer de déterminer si ils appartenaient ou pas à la même race que mes deux compères sans pour autant y parvenir. Un oiseau noir sur un fond noir, ça se détaille difficilement.

« Dites, mon cher, que cherchez vous par ici ? Mis à part des ennuis ?
-Comme je vous disais, nous ne faisons-
-J'ai changé d'avis. Ce que vous dîtes est ennuyeux. Taisez vous maintenant. »


Les volatiles s’esclaffèrent de nouveau dans un concert de croassements pendant que Munin parvenait tant bien que mal à garder son calme. Celui qui semblait être le leader de cette fine équipe reprit la parole :

« Mon pauvre ami, comme je vous plains. Devenir l'animal de compagnie d'un voyageur, on peut difficilement tomber plus bas.
-Je ne suis pas son !..
Croâââ !
-Inutile de vous énerver. Ça ne changera rien à votre triste sort, je le crains. De plus... » l'animal tourna son bec vers moi « Vous auriez pu tomber sur mieux. Le destin a été bien cruel envers vous. 
-Ignares ! Cet homme est celui redonnera au royaume des corbeaux sa gloire d'antan ! »
Hein ? « Celui qui révolutionnera Dreamland ! » Non ! « Celui à qui vous présenterez bientôt vos respects ! » Pas du tout ! Ne choisis pas ce que je dois faire à ma place, oiseau de malheur !

Perchés sur leur branche, le groupe emplumé était désormais hilare. À peine les croassements joyeux s'épuisaient que l'un des volatiles y allait de sa petite vanne qui alimentait de nouveau le feu des rires. Fulminant, Munin se tourna vers moi et sollicita notre départ. Sans trop me faire prier, je m'éloignais de l'amusante petite troupe croassante.



Contrairement à mon auto-proclamé conseiller, je ne m'étais pas particulièrement senti offensé par les insultes brouillonnes de l'équipe emplumée, esquissant parfois même un sourire à certaines d'entre-elles. Comment en vouloir à ces pauvres oiseaux ? Leur vie devait être bien morose, à passer leurs journées dans un royaume aussi peu animé. Tout ce qu'il pouvaient faire, c'était attendre qu'une distraction quelconque se faufile jusqu'à eux, et en profiter pour oublier leur ennui quelques instants. Quelle tristesse. Personne n'avait même eu la décence de leur installer la télévision afin qu'ils puissent s'occuper un peu.

Laissant derrière moi les commères emplumées, je marchais sans objectif quelques instants encore, puis m'assis sur une pierre tombale de passage sans plus de cérémonie. Son propriétaire ne devrait pas m'en tenir rigueur, du moins je l'espérais. Ne vous sentez pas offensé par ces manières légèrement hors de propos, monsieur cadavre. Je ne suis qu'un promeneur fourbu qui ne fait que profiter de votre hospitalité. Je me suis essuyé les pieds en arrivant, ne vous inquiétez pas. Je repartirais bientôt.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: HOU PINAISE ! [Pv. Alan Rin + qui veut] Lun 7 Avr 2014 - 15:08
Tout en courant, j’agite mon arme dans tous les sens pour faire fuir le volatile. Mais ce dernier tient bon en plus d’être coriace. Cela fait maintenant dix bonnes minutes qu’il me tourne autour et ne semble pas vouloir lâcher l’affaire. Même en ayant compris son petit manège, il reste difficile à déloger.
Il tourne quelques secondes autour de moi avant de fendre l’air pour me planter le bout de son bec. Il n’y arrive pas à tous les coups mais je sens des picotements chauds sur mon crâne. Il doit surement y avoir un peu de sang en prime… Satané oiseau de malheur. Des gouttes de sueurs me coulent le long du cou tandis que je perds tout espoir de le voir s’en aller.

Après son dernier plongeon, au lieu de foncer sur moi, comme il aurait dû le faire, il stage un peu avant de s’envoler pour aller se poser sur un arbre se trouvant plus loin sur le chemin.
De là où je suis je n’arrive pas à voir les détails de ce nouveau perchoir, il s’agit d’un arbre mais il ne ressemble pas du tout à ceux rencontrés jusqu’ici et parait recouvert d’une substance noire étrange. Malheureusement, lorsque je m’approche un peu, je comprends rapidement qu’il s’agit d’autres corbeaux et faisant surement parti de la même famille que le premier.
Au moins, ce monstre de plumes semble s’être calmé et ce n’est pas trop tôt. Une fois assez prêt, tous les regards se fixent sur moi comme si j’étais la bouteille d’eau d’un groupe assoiffé au milieu du désert.
C’en est encore plus flippant que je ne l’aurais cru. Ce ne sont que des oiseaux et pourtant je n’aime pas leur façon de loucher sur moi comme sur un morceau de viande ou, dans leur cas, un gros sachet de graines.

Je continue ma route en faisant semblant de ne pas les avoir remarqué. Et, pendant que je passe devant eux, ils croassent à tour de rôle avant de tous s’y mettre. Une pause, de nouveaux croassements et un autre général… Je sais pas pourquoi mais j’ai l’impression qu’ils se foutent de ma gueule.
J’arrête de les ignorer et les fixe avec un regard froid. Un silence plane pendant un moment avant qu’ils ne reprennent, ce qui semble être, une petite discussion entre amis.


-Vos gueules les piafs !

Tous les volatiles se mettent à battre des ailes et piailler sans pause. Ma petite phrase semble les avoir piqués dans le vif ce qui me donne un large sourire digne des meilleures pubs pour dentifrice et j’attends qu’ils se calment. Mais cela ne semble pas être pour tout de suite.
D’un mouvement simple, je lève la Keyblade vers l’arbre et crée une légère ouverture au niveau de sa base. Aucuns des animaux à plumes n’a remarqué ce qui vient de se passer. L’arbre se met à tanguer avant de s’effondrer en arrière. Certains des oiseaux s’envolent à temps tandis que les autres se retrouvent au sol, les deux pattes en l’air, sonné par la chute.
Cette fois-ci, c’est à mon tour de prendre mon pied et d’éclater de rire.


-Ahahaha ! Vous avez bien l’air idiot maintenant ! Ahahaha… .

En relevant la tête, je vois, cette fois-ci, pas un mais une bonne poignée de corbeaux entamer une chute libre dans ma direction. Je n’ai que le temps de me jeter au sol pour les esquiver. Que des petits enfoirés. Pas pour rien qu’ils portent malheur ceux là.
Je me relève en les insultant à mi-voix et recommence à courir afin d’essayer de les semer. Une petite douleur commence à se faire sentir au niveau des cuisses mais je n’ai pas vraiment le choix, j’suis bien obligé de continuer ma course à moins de vouloir me retrouver transformer en passoire.
Le paysage change légèrement lorsque des pierres tombales apparaissent. Au bout de quelques secondes, je m’arrête devant un garçon aux cheveux bruns avec deux corbeaux autour de lui.


-Hey ! Tu ne voudrais pas dire à tes amis d’arrêter de … Oh ! putain !

Je reprends les jambes à mon cou en tournant autour des différentes tombes pour me protéger au maximum des attaques kamikazes plumeuses. Tout en agitant mon arme et en restant à portée de vue du mystérieux brun.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 104
Date d'inscription : 16/08/2013
Age du personnage : 24

Habitué
Alan Rin
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 90
Honneur: 0
MessageSujet: Re: HOU PINAISE ! [Pv. Alan Rin + qui veut] Sam 10 Mai 2014 - 17:50
Spoiler:
 




Cela faisait plusieurs minutes que j'étais assis sur la pierre tombale. Plusieurs minutes de trop, probablement, mais je ne parvenais pas à me résoudre à reprendre la marche. En fait, mes jambes refusaient de fournir le moindre effort, comme si mes membres inférieurs avaient orchestré une grève générale sous l'influence du modèle éclairé de la SNCF. J'avais perdu tout contrôle sur celles-ci.

C'était comme si la simple idée de me remettre à marcher provoquait en moi une réaction physique incontrôlable d'affaissement sur toute la partie inférieure de mon corps. Plusieurs fois je réussis à rassembler ma volonté et m'exhorta à me redresser, mais à chaque fois ma motivation s'effondra comme un château de cartes dès qu'il fallu mettre la théorie en pratique. Étais-je victime d'une maladie inconnue et probablement tropicale ? Est-ce que les deux neurones responsables de l'action de me lever ne pouvaient plus se connecter entre elles ? Est-ce qu'elles se faisaient la gueule ? Quoi qu'il en soit, et quel que soit le responsable de cette malédiction aux conséquences déplorables, je dû me contraindre à rester assis, au risque d'abuser la courtoisie du bienveillant propriétaire de la tombe.

Ouais. En fait, c'était juste de la flemme.

De toute manière, il aurait été dangereux de tourner en rond dans le royaume inhospitalier où je me situais. Me déplacer au hasard en terre inconnue aurait sans doute eu plus pour conséquence de me rapprocher des ennuis que de m'en éloigner. Et vu à quel point les alentours étaient lugubres, ces ennuis étaient probablement du type ''dangereux''. Mon peu d'expérience Dreamlandienne m'avait tout de même appris que dans le monde des rêves, l'habit fait souvent le moine. Or, la cape que revêtaient ces terres dévastées n'était pas celle d'un paladin, mais plutôt celle d'un servant du mal qui aurait tôt fait de me vider de mon sang pour la gloire de son dieu lunatique, sanguinaire, et probablement très moche. Il faut que je me calme sur les métaphores, vraiment.

Bref, à défaut d'être particulièrement intéressant, le paysage immobile avait le mérite d'être immobile, et donc de posséder un faible potentiel mortel. Tant que cet aspect des alentours ne changerait pas, il était donc de mon propre intérêt de rester sur place et de ne pas réveiller le voisinage. Je n'allais pas dire que je vivais un moment passionnant, mais au moins, j'étais en sécurité. Du moins, tant qu'aucun élément perturbateur ne viendrait attirer les emmerdes à grand renfort de cris. Évidemment, quand je me fis cette réflexion, celui-ci surgît.



Je n'eus pas vraiment le temps de le détailler, mais j'étais à peu près sûr que le type qui venait de débouler était un guignol. En partie au feeling, mais aussi parce qu'il braillait inconsidérément dans une zone à la fois dangereuse, et à la fois suffisamment silencieuse pour qu'un léger bruit de pet y soit entendu sur plusieurs kilomètres à la ronde. S'il voulait qu'on le remarque, il avait gagné. Il avait même le droit à trois parties gratuites. S'il voulait rester vivant, en revanche, c'était plutôt mal parti : Il avait probablement retiré de son pourcentage de survie plusieurs zéros.



Le type continua de crier et courir pendant quelques secondes avant d'arriver à mon niveau. Il m'aperçut, s'arrêta, me cria un non-sens, puis repartit gigoter un peu plus loin, pourchassé par des volatiles qui m'étaient familiers.

Je soupirais, rassemblais mes forces puis me redressa à grand peine. Je vérifiais d'un rapide coup d’œil qu'aucun monstre atroce n'avait fait son apparition, puis repris ma marche dans une direction opposée à la source de tout ce vacarme.


« Jeune maître, je crois qu'il s'agit d'un voya-
-On a rien vu. »


« Ah... »

Silence.

« D'accord. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: HOU PINAISE ! [Pv. Alan Rin + qui veut] Aujourd'hui à 9:11
Revenir en haut Aller en bas

HOU PINAISE ! [Pv. Alan Rin + qui veut]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Cimetière de Dreamland-