Haut
Bas

Partagez|

15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 29

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Jeu 8 Nov 2012 - 21:16
Sea …

L'avantage indéniable dont disposait DreamLand était son abondance de Royaumes et leur variété de climats indépendants du monde réel. Cette capacité d'offrir un panel innombrable de régions était largement apprécié par les rêveurs et les voyageurs qui pouvaient changer d'une nuit à l'autre leur environnement sans bouger de leur lit. Quoi de plus naturel dans un monde onirique ?
C'est pourquoi en ce mois d'Octobre où la température effleurait le zéro de Celsius les rêveurs affluaient dans des Royaumes réputés pour la chaleur de leur accueil. Une des destinations favorites demeuraient le Royaume des Tropiques, sorte d'immense plage aux dimensions suffisamment démesurées pour accueillir la population humaine en quête de soleil.

Une forêt tropicale encadrait la plage et protégeait le Royaume de façon naturelle tout en ajoutant au décor une touche d'exotisme pour les pays occidentaux. Concernant les habitants des régions déjà chaudes, ils rêvaient de fraîcheur et faisaient le bonheur de la banquise de DreamLand. Tout en contradiction, l'Homme se révélait insatisfait de sa position et cherchait toujours ce qu'il ne possédait pas.
Les créatures des rêves évoluant au sein de ce cadre idyllique était souvent aimable, aguicheur et à l'occasion sportif. Certains se prélassaient sans discontinuer et la seule raison qui expliquait leur bronzage parfait après tant d'exposition était leur nature onirique. D'autres arboraient une musculature sculpté après de nombreuses parties de beach volley ou de pratiques de surf et s'amusaient à comparer leur force dans des concours futiles mais toujours pleins de bonne humeur.
Parsemés comme des coquillages des boutiques vendaient des articles de plages plus ou moins utiles, plus ou moins cher, plus ou moins gentiment. Car c'était le commerce qui primait avant tout.

Le sable était chaud, les vagues déferlaient paisiblement, emportant quelques forts de sables disposés sadiquement par des enfants innocents et le soleil brillait de tout son éclat pour le plaisir des petits et grands. Hormis un voyageur qui lorsqu'il s'aperçut de la forte luminosité des lieux se précipita en direction d'une ombre offerte par un parasol. L'emplacement n'était pas réservé et il n'importuna personne mais ses voisins de serviettes attrapèrent quelques bribes de conversations solitaires et d'imprécations rageuses. Au vu de l'être qui proférait ses injures au soleil, les personnes aux alentours comprirent qu'il ne fallait pas chercher à comprendre et s'allongèrent à nouveau sur leur serviette pour retourner à leur occupation.

Au sujet du voyageur nouveau venu, sa peau entièrement blanche aurait pu le faire passer pour un albinos si cette couleur n'avait pas été artificielle, malgré que tout le corps en soit recouvert. Sa chevelure teinte de blanc s'agitait en suivant ses mouvements de tête qui ne cessait de se secouer pour témoigner de son mécontentement.
Et les raisons ne manquaient pas pour l'aristocrate anglais. Tout d'abord, il n'aimait pas le soleil intense. Ou plutôt, il n'aimait pas les plages ensoleillées. Cette trop forte luminosité l'éblouissait et il supportait mal la chaleur, lui, l'anglais habitué à une humidité quasi constante. Au cours de ses voyages à travers le monde pour le compte de la société familiale, il n'était jamais parvenu à supporter ces grands espaces où la plèbe s'étendait en rang d'écrevisse pour cuire tranquillement ou se noyer en riant dans de l'eau salée. Par contre, il concédait un effet appréciable du soleil ; les demoiselles se libéraient de leur tenue et les hommes affichaient leur musculature de rêve. La vision sublime de groupes féminins en maillot de bain attisait un feu charnel et l'exposition de muscles saillants ajoutaient quelques bûches à son foyer. Toutefois, ce n'était qu'une faible compensation alors qu'il devait subir une chaleur qui l'oppressait.
Ensuite, sa tenue de voyageur ne lui convenait pas du tout. Un bermuda crème, une chemise hawaïenne et un maillot de bain rouge épousant parfaitement ses fines hanches. Il ne manquait plus que des lunettes de soleil pour combler le mauvais goût.
C'est alors qu'il se rendit compte d'un autre sujet d'énervement mais aussi d'inquiétude. Il ne portait pas de gants. La marque sur sa main droite était par conséquence visible. Il la dissimula tant bien que mal en mettant son autre main dessus et son cerveau tourna à plein régime pour trouver une solution à cette situation embarrassante. En même temps, ses démons lui souhaitaient à leurs manières la bienvenue
.

"KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !! La plage ! La mer ! Les maillots de bain ! Le sexe à la plage !"

L'enthousiasme de la démonette Luëst aurait transpercé les tympans de l'invocateur si elle s'était tenue à ses côtés. Au lieu de cela, elle lui transperça simplement le crâne. Beaucoup plus efficace.

"Bordel, qu'est ce qu'on fout là, sérieux ? T'as rien trouvé de mieux que de te palucher sur une nana en maillot avant de dormir ?" Le démon sadique partageait la dépréciation des espaces ensoleillés et le faisait savoir. "Faut bouger de là, franchement. Je supporterais pas longtemps ces putes, ces kékés et ce soleil."

"Tu n'as qu'à fermer les yeux et imaginer que tu es en train de tous les découper sur le grill infernal." Suggéra Khildar.

"Ouais, bonne idée, je vais faire ça. Sinon, c'est vous que j'vais charcuter à coups de parasol au cul."

"Maître, voulez vous que je vous passe de la crème solaire ?" La proposition du majordome étonna l'assemblée. "Il serait dommage qu'il soit victime d'un coup de soleil, n'est ce pas ?"

"Pour le moment, il y a plus important. Il faut que je me cache la main."

La solution lui vint en râlant une fois de plus contre sa stupide chemise orange à fleurs. Elle lui déplaisait. Il avait envie de la déchirer. Il avait besoin de quoi cacher sa main. Il n'avait donc qu'à transformer sa chemise en bandelettes et à enrouler sa main.
Tandis qu'il s'exécutait, la conversation intérieure continua
 :

"Tu me fais sortir Oscarinou ? S'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaîîîîîîît !" La plainte était aussi mielleuse qu'un chat qui s'asseyait sur vos genoux en vous regardant de ses grands yeux et réclamait des caresses. Ce dont était parfaitement capable Lüest pour les mêmes raisons. "Je serais sage, je ne draguerais que ce surfeur, là bas, tout en argent. Et aussi cette bande de filles en topless aux seins fermes. Ah, ils font du Beach Volley là baaaaaaaas !"

Un nouveau cri perça l'esprit de l'invocateur qui se malaxa les orbites du pouce et de l'index pour reprendre son travail artisanal assis en tailleur, tongs aux pieds. (des TONGS, vous imaginez?)

"Si personne lui fait fermer sa gueule, je m'en charge, et tout ça gratuitement !" S'énerva Saënoris

"T'es qu'un abruti de renfermé ! Tu sais même pas t'amuser."

"J'ai une idée de jeu qui me vient, et en plus, t'es dedans."

"Tu ne me touches pas !" Menaça la démonette de la luxure.

"Sinon quoi ? Elle va me faire quoi la chatte en chaleur ? Me lécher jusqu'à ce que j'en meurs de honte ?"

"Jamais je m'abaisserais à utiliser mes charmes sur toi, tu es trop stupide pour les appréhender."

"Mais je vais vraiment me la faire cette salope !"

"T'aimerais bien, hein ?" Le taquina Luëst en lui faisant un clin d’œil. "Sauf que t'es pas pourvu pour ça."

Cette remarque cloua le bec du démon sadique. L'égérie de la sexualité démoniaque selon Oscar venait de porter un coups bas au symbole du sadisme que représentait Saënoris. Satisfaite de son effet, elle reprit d'un ton léger :

"Alors Oscarouchou, me permets tu de m'offrir au soleil, puis à ces Apollons et Aphrodites qui n'attendent que ça ?"

"Nous aviserons. Laisse moi le temps de m'habituer à ce climat, je t'en prie." Répondit d'une voix douce l'invocateur démoniaque qui riait intérieurement par le biais de Khildar au sujet de la pique contre son démon sadique. Son silence ragaillardit le voyageur et l'humeur hargneuse du début de la nuit se mua en une légère hésitation.

Son bandage terminé, il jeta les restes de la chemise dans le sable et retira ce bermuda qui heurtait son esthétisme ainsi que ces tongs obscènes. En maillot, à l'ombre d'un parasol, allongé dans le sable chaud, les pieds en éventail, son corps imberbe s'exposait à la vue des personnes qui arpentaient le royaume et son noeud papillon enchanté qui se reposait sur le parasol, ses ailes reflétant le sol dans une jeu de lumière étincelant. Les yeux perdus dans le mouvement lascif des vagues, il laissa Luëst regarder à travers ses yeux pour qu'elle puisse repérer la meilleure proie. Il lui permettrait sûrement de sortir. Elle attendait tranquillement l'autorisation, comprenant le besoin qu'avait son Oscarinou chéri de contempler le monde qui l'entourait.

Ainsi commençait une nuit placée sous le signe du soleil, des maillots de bain et de la plage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1484
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Jeu 8 Nov 2012 - 23:53
« Raaah... Pourquoi je suis revenu ici ?! »

Le sable chaud sous mes pieds, le bruit des vagues, le chant des mouettes, le rire des rêveurs et voyageurs qui s'amusaient... Tous ça me donnèrent une moue horrible. J'étais revenu au Royaume des Tropiques, deux jours après avoir passé cette sale nuit avec Kaijin pour une horrible histoire d'artefact, deux jours seulement. Même si j'avais passé deux nuits tranquille au Royaume des Oiseaux, ça ne m'avait pas enlevé ce mauvais souvenir. Tout ça était seulement la faute de Kaijin, à vouloir foutre le bordel pour rien. Mis à part ça, je remarquais qu'il y avait beaucoup trop de monde et compris que j'étais sur une autre partie de la plage car lorsque j'avais retrouvé ce gamin aux cheveux bleus, il n'y a pas beaucoup de personne. Et je détestais quand il y avait trop de monde. Surtout s'il y avait beaucoup, beaucoup d'enfants. Les habitants des rêves avaient dus entendre ma plainte et avaient lâchés leurs enfants sur les plages de ce royaume. Cris, pleurs, et autres bruits énervants que des enfants pouvaient faire recouvraient maintenant tous les autres sons que les vacanciers de voyageurs et de rêveurs faisaient. Je n'arrêtais pas de proliférer de multiples malédictions contre ces chiens galeux et de leur montrer mon si beau majeur. Mais remarquant que je me fatiguais pour rien, je décidais de réchauffer mon dos que je sentais froid, à cause de cette foutue chaudière qui n'était toujours pas réparée chez moi. Je demandais à Miro de mettre quelques chansons d'ASIAN KUNG-FU GENERATION et fermais les yeux paisiblement.
Mais étais-ce vraiment possible de dormir à Dreamland ? Un rêve dans un rêve... J'avais regardé exprès INCEPTION pour ça, pour voir ce que le monde pensait des rêves et deviner si Christopher Nolan pouvait être un voyageur ou non. Je fus déçu de voir que ce n'en fut pas le cas mais j'avais tout de même aimé le film.

Le Marchand de Sable était sûrement en train de se foutre ma gueule car lorsque j'ouvris les yeux, je me rendis compte très rapidement que je ne pouvais bouger et qu'une montagne de sable bloquait tous mes membres. Quatre gamins étaient réunis autour de moi et me regardaient comme si j'étais une bête de foire. Celui avec de la morve prit la parole avec cette sale voix d'enfant que je détestais, celle du garçon qui n'arrêtait pas de poser des questions :

« Monsieur ? Pourquoi vous dormeeeez ? Vous êtes pourtant un voyageur, nan ? Alors pourquoi vous dormeeeeez ? »

Une certaine colère bouillonnait en moi et des veines apparaissaient sur mes bras et mes tempes. J'allais crier quand il me coupa :

« Si vous dormez, on peut vous pisser d'ssus ? Héhé. »

Ils baissèrent tous les quatre leur short et leur urine toucha ce sable qui me retenait prisonnier. Grâce à moi, ces gamins apprenaient toute une ribambelle d'insultes et de jurons, ce qui leur fila de gros éclats de rire. Finalement, j'avais réussi à détruire tout ce sable et poursuivais ces diablotins, qui avaient remontés leur bas et couraient pour ne pas se faire attraper. Mais quelque chose me stoppa net. Une présence, la même lorsque j'avais combattu ma peur, la même qui nous avait sauvé Clem et moi au Royaume des Chats. Ce n'était pas une coïncidence, et le fait que le Royaume des Tropiques me faisait rappeler des souvenirs que je n'arrivais pas à identifier était lié à ça. Mais le rire de ces sales gamins me fit revenir à Dreamland et je criais, pour leur montrer que je n'allais pas lâcher prise avec eux. Je me reniflais pour voir si je ne sentais pas la pisse et, vu que je ne sentais seulement de mon odeur propre, je décidais de marcher sur la plage. De jolies filles aux formes généreuses jouaient au beach-volley et comme Floriane n'était pas là, je pouvais en profiter et diriger mon regard pour observer leur esprit d'équipe, la façon dont elles jouaient et leurs atouts se secouer car elles bougeaient rapidement. Mais ma perversité me perdra car un ballon perdu vint me frapper sur le côté droit de mon visage et me fit tomber tête la première dans le sable.

« Euh... S'cuse mec, on a pas fait atten... »

Des blonds, de sales blonds de merde jouaient au volley et ma seule envie était tout simplement de faire rencontrer mon poing avec leur sale visage de blond. Je me relevais rapidement et leur lança le ballon au pied avec beaucoup de force et elle atterrissait finalement sur un des clones-blonds.

« Z'ETES BIGLEUX BANDE D'ENFOIRES ??!! VOUS POUVEZ PAS FAIRE ATTENTION ?! »

Je crachais par terre en lâchant un « salopards » et je remarquais qu'un jeune homme (il était plus vieux que moi, certes même si je faisais pas mon âge, mais il était jeune quand même) avait assisté à toute la scène car il me regardait. Super, je m'étais passé en ridicule devant une tonne de personnes et je n'avais pas honte en plus. Non, j'étais encore plus énervé. J'avais envie de faire chier le monde, puisqu'on m'avait saoulé depuis le début de cette nuit. Je fis en direction de ce pauvre gars qui était blanc comme un œuf :

« C'est marrant, hein ? Tu trouves ça marrant ? C'est fou ce qu'on peut trouver de marrant, surtout à Dreamland, hein ? Et ben, ça me fait pas marrer. Alors si tu veux toujours revenir dans ce monde la nuit prochaine, t'as plutôt intérêt à ne pas te marrer. Pigé ? »

Deux secondes plus tard, je me rendis compte de ce que je venais de dire et je frappais mon visage avec ma main. Le pauvre, sérieusement. Il devait ne pas comprendre la situation et me prenait sûrement pour un fou. Je soupirais et lui dis plus calmement :

« Alala, je suis vraiment désolé, tu dois me prendre pour un fou ? C'est juste que je suis plutôt à cran cette nuit et la populace n'aide pas vraiment... Je suis désolé encore une fois. Au fait, moi c'est Kala, et toi ? »

Et merde, je devais m'appeler Kal et je lui avais dis que je m'appelais Kala ! Merde de merde de merde, plus moyen de revenir en arrière maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 29

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Dim 18 Nov 2012 - 16:03
… Sex …

Les yeux d'un bleu froid appartenant au voyageur démoniaque fondaient dans l'immensité bleu azur de l'étendue d'eau qui occupait son horizon et se mêlait au ciel ensoleillé. Le silence de ses démons lui offrait un certain repos, surtout concernant le démon sadique qui ruminait dans son coin sans détacher son regard de la démonette de la luxure qui lui avait rabattu son caquet. Cette invocation portée sur la chair attendait et détaillait avec délice les physiques avantageux présents sur la plage. L'étendue de sable était devenue pour elle un immense plateau, non pas de fruits de mer, mais plutôt de plats très appétissants sexuellement parlant. L'imagination perverse s'exprimait dans toute sa splendeur et la vision de tant de corps presque entièrement dénudés agrémentaient les visions qui venaient occupaient l'esprit de l'invocateur.
En effet, il est possible de se représenter l'esprit d'Oscar comme un immense manoir dont chacune des pièces se décore selon l'influence des démons. Ainsi, en ce moment, la majorité des salles se voyait parsemer de tableaux obscènes sans être trop vulgaire grâce au majordome et à Khildar qui bridaient les pulsions de Luëst. Le mobilier subissait lui aussi l'aura perverse et le tout transpirait d'une certaine chaleur propre aux rencontres charnelles. Au sein de cette ambiance lubrique, Laënoris demeurait impeccable et Khildar réfléchissait pour l'aristocrate aux questions qui pouvaient le tourmenter comme par exemple la poursuite qu'il avait faite il y a de cela quelques nuits pour tenter de rattraper cet étrange personnage toute en cape et foulard avec son étrange bâton. Il était assurément une piste qui le mènerait à ceux qui l'avait obligé à porter cette marque sur la main. Les pensées volèrent aussi en direction de cet amusant et jeune voyageur Kaijin. Une véritable boule d'énergie qui risquait fort de se mettre dans des situations dangereuses s'il perdurait dans son absence de jugement et de réflexion. Toutefois, sa détermination était notable. Le souvenir des paroles du morpheur de l'étrange qui se vantait de vouloir devenir le numéro 1 de DreamLand lui tira un sourire.

C'est alors qu'une silhouette obstrua le champ de vision du noble anglais et un flot de paroles se déversa dans une oreille inattentive. Le majordome démoniaque prit la peine de déranger son maître pour lui souffler poliment 
:

"Il semblerait qu'une personne souhaite s'entretenir avec vous, Maître."

Le voyage repêché au milieu de l'océan de ses pensées remercia mentalement son démon et leva un regard dénué de toute expression vers son interlocuteur pour lui sourire avec politesse et s'exprima d'un ton empreint d'une certain douceur :

"Veuillez prendre en considération ma langueur, il se trouve que mon attention ne vous était point acquise. Vous disiez ?"

A cet instant, une légère grimace apparut furtivement sur le visage du noble anglais. L'explication de ce court instant où les traits du visage furent tirés tenait dans la réaction de Luëst face à cette apparition qui pouvait se résumer à un :

"KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !" suraiguë.

"La ferme !" Lança Saënoris qui redevint coi en voyant le regard noir lancé par la démonette.

"Il est trop beau ! Il est sexy et regarde, il a aussi les cheveux blancs comme toi ! Il transpire la jeunesse. Il faut que je me montre à lui. C'est mon devoir en tant que démonette de la luxure. Il doit connaître les plaisirs de la chair avec moi. Oscarinou, fais moi sortir s'il te plaît." Supplia Luëst.

"Pour le moment, chacun restes où il est. On ne sait rien de lui, donc on attend de voir ce qu'il nous veut. Après, tu auras toujours l'occasion de lui faire ce que tu veux." Recommanda Khildar.

Le nœud papillon enchanté prit son envol et se mit à voler autour de Kala pour l'examiner. Il fut intrigué par le casque qui diffusait de la musique, hésita à se poser dessus pour finalement préférer l'épaule de l'invocateur et battre doucement des ailes, comme si il était satisfait de son étude.

Pendant ce temps, la partie de beach volley reprenait et le surfeur à la peau d'argent nageait avec vigueur pour s'éloigner du rivage et prendre les vagues qui s'annonçait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1484
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Lun 26 Nov 2012 - 13:22
« Veuillez prendre en considération ma langueur, il se trouve que mon attention ne vous était point acquise. Vous disiez ? »

Ce genre de phrase aurait pu me mettre en colère mais cette fois, j’étais soulagé qu’il n’ait pas entendu ce que je lui avais dis (ou plutôt, ce que je lui avais craché dessus). Ou peut-être pas, car il fit une grimace et cela voulait probablement dire que finalement, il avait tout entendu. Mais moi aussi, je fis une grimace car mon Tatouage agissait et me livrait toutes les informations sur cet autre homme qui arborait la même couleur de cheveux que moi. « Oscar Allan Louis Alexander Blacksilver, 25 ans tout au plus. Esprit dérangé, schizophrène. Possède plusieurs parties de lui-même mais garde un certain contrôle de sa propre personnalité. Un charmeur, un romantique, un franc-parler, quelqu’un de serviable et aimable. En gros, c’est un gentleman, particulièrement un gentleman anglais. A des penchants sadiques et psychopathes. Assez instable, sentimentalement parlant. Sympa dans l’ensemble mais individu assez dangereux tout de même. Recommandation : aller mollo. » Bref, j’étais tombé sur un drôle d’oiseau, cette nuit. Pourquoi tombais-je tout le temps sur de drôles de gus tous les soirs ? Ed, Jacob, Kaijin, Diego et maintenant cet… Oscar. Dans ma tête, j’avais le visage d’Oscar dans La Rose de Versailles et c’était difficile d’associer ce nom à un autre visage. Mais j’aimais bien sa façon de parler, digne d’un aristocrate. Anglais en plus. Les anglais ont vraiment la classe, on ne peut rien y faire.

Je ne remarquais pas tout de suite mais un papillon survolait ma tête et tournait autour de celle-ci. Il avait de magnifiques ailes argentées et je ne pus reporter mon attention sur Oscar tout de suite, j’étais fasciné. Enfin, il se posa sur l’épaule de l’Anglais et ce dernier me fixa. Il avait de jolis yeux bleus et son regard me plaisait bien. Bref, c’était un anglais. So Cool. Des mèches sauvages décidèrent de voiler mon œil gauche. J’hésitais pour les enlever mais je me disais que ça pourrait me faire un style. Et puis, c’était seulement pour une nuit. M’ouais, on verra bien.

« Rien. Ce n’était rien, vous pouvez laisser tomber. Puis-je rester avec vous ? De toute cette plage, vous êtes la première personne qui n’ait pas envie de m’importuner cette nuit. Et puis, je sais que dans le fond, vous n’êtes pas une personne désagréable. Je me nomme Kala Kourou et j’espère passer une agréable nuit avec vous. »

La rime de malade. Je ne l’avais même pas fais exprès en plus. Je n’allais pas lui répondre sèchement et grossièrement. Il aimait manier les mots pour qu’ils sortent d’une agréable manière, j’allais essayer de faire de même. Même s’il m’avait entendu maudire ces beaux gosses stéréotypés. Je pensais mentalement à me donner une baffe ou frapper mon front avec ma main. Une fille qui semblait avoir la vingtaine vint vers nous. Ses formes n’étaient pas celles d’une bombe sexuelle mais elle en avait de jolies.

« Excusez-moi, hihihihihi, on se demandait, moi et mes BFs, si vous pouvez jouer avec nous parce qu’on est pas assez et les garçons sont cinq, hihihi. Alors, ça vous dit ? »

Aaah ! Elle avait cassée mon délire, grave ! Je ne supportais pas ce genre de filles, une race semblable peuplait mon lycée et mon dieu ce que c’était horrible. Dreamland devait être un lieu où on rencontrait de nouvelles personnes avec des personnalités différentes, et non le contraire. Mais bon, nous ne pouvions pas non plus changer le monde. Je me retins de lui rire au nez et lui dit simplement :

« Je suis vraiment désolé mais je vais devoir décliner votre invitation forte intéressante. Mais cela dépend de l’avis de mon voisin. Oscar ? Que voulez-vous faire ? »

Allez, pourquoi pas. L’idée de le perturber, même légèrement, me plaisait assez et puis, on verra bien. Je ne pensais que j’avais pris des risques donc voilà.

Yeah, yeah.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 29

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Jeu 29 Nov 2012 - 21:40
… and Sex …

Le voyageur albinos semblait fasciné par le nœud papillon enchanté et admirait les reflets du soleil étincelant sur les ailes argentées de l'objet onirique. C'est alors qu'un vent vint souffler dans la chevelure blanche pour disposer quelques mèches au devant d'un œil. Cette nouvelle coupe de cheveux dans le vent eut un certain effet sur la gente féminine démoniaque présente au sein de l'esprit de l'invocateur qui se résuma en un cri perçant :

"KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !" Émanant d'une seule bouche.

Pour la troisième fois, le voyageur démoniaque venait de se faire transpercer les tympans de l'intérieur et il ne se sentait pas de subir un nouvel assaut sonore. Tandis qu'il reprenait un visage plus paisible après une grimace de douleur, la démonette de la luxure sautait partout, les yeux pleins d'étoiles et poussant de petits cris d'enthousiasme ressemblant parfois à de l'orgasme
.

"Il est trop beauuuuuuuuuu. Il est si sexy … Haaan. Ces mèches … haaan … lui donne un côté rebelle, si sexy … c'est une intervention aérienne divine … han … il est … han … oui … ses yeux … je foooonds …"

"Pitié …" Se lamenta Saënoris.

Khildar levait les yeux au ciel, tant pour implorer que pour se désoler et Laënoris se contentait de détailler le voyageur à l'allure "si sexy que j'en mouille" selon les dires de Luëst.
La sensation d'avoir un orgasme en lui perturbait légèrement Oscar qui eut du mal à se concentrer sur les dires de Kala. Comprenez par là qu'il ne cessait d'entendre des gémissements, des commentaires enrobés de luxure et des intentions sensuelles et qu'en même temps, il devait prêter attention à ce que disait son interlocuteur, le tout en ayant l'air naturel. Exercice ardu lorsqu'une démonette commençait déjà à faire glisser lentement ses fines mains entre ses cuisses pour satisfaire une envie qui la brûlait de l'intérieur.
Néanmoins, l'aristocrate en maillot de bain parvint à saisir l'essentiel des paroles prononcées et il acquiesça d'un mouvement de tête en ajoutant d'une voix aimable
 :

"Vous êtes le bienvenu pour partager cet espace de sable. Votre présence ne m'importune pas le moins du monde et vous me semblez également une personne sympathique dans la mesure où vous n'avez pas encore tenté de me tuer."

L'invocateur rit doucement à sa plaisanterie tout en tentant de calmer les ardeurs de sa démonette qui n'en finissait plus de s'extasier sur le corps sublime du voyageur et de se répandre … en remarques coquines.
Si le voyageur au corps si parfait "que je le lécherais avec délice" selon les dires de Luëst connaissait réellement le fond d'Oscar, ce qu'il y verrait l'effrayerait un brin. Les débordements de la démonette commençait à indisposer un petit peu l'aristocrate. D'ailleurs, la dernière parole reçu un accueil plus que favorable de la part de l'intéressée
 :

"Oh oui … oui … nous allons passer une nuit très agréable mon chou … han … je vais te caresser … han … te lécher … te souffler ce que tu me feras au creux de l'oreille … effleurer ton entrejambe de ma main puis je te retirerais ton maillot et ensuite je …"

Soudain, une apparition surgit sous la forme d'une femme (une rêveuse au vu de ses oreilles et de son air légèrement ahuri ou trop … enthousiaste) et libéra l'aristocrate de détails charnels dont il se serait bien passer. Khildar remercia l'importune et Saënoris voulut sortir pour lui couper la langue, exprimant ainsi sa reconnaissance.

Elle était généreusement pourvue … en maillot de bain deux pièces d'une agréable couleur verte émeraude soulignant la ligne de sa poitrine et de ses hanches. Sa chevelure brune et longue descendait franchement sur son dos nu et ses yeux marrons étaient éclairés par une candeur que son expression détruisit immédiatement. Ce n'était pas de la candeur mais bien de la superficialité.
Toutefois, dans les circonstances actuelles, peu importait le caractère de l'intervenante, l'essentiel résidant dans son interruption qui modifia radicalement l'attitude de la démonette. De mielleuse et douce envers Kala, elle passa d'agressive et mordante contre "la salope trop moche"
(toujours selon la démonette)

"Elle fout quoi, celle là ? Elle se prend pour qui avec ces BFs ? Je lui faire bouffer son ballon de volley ! Tu touches pas à mon Kalachouchou." Vociféra t elle, entamant une nouvelle série de commentaires, dans un registre plus sanglant cette fois-ci. Etrangement, Saënoris sourit.

La réponse négative du contrôleur aquatique ravit la démonette qui changea une fois de plus d'attitude et au cours d'une prompte réflexion, elle entrevit la possibilité d'utiliser la salope à son avantage. C'est ainsi qu'elle supplia Oscar de la laisser sortir afin qu'elle puisse participer à la compétition et de ce fait se rapprocher de Kalouchou dans une ambiance sportive sentant bon la sueur
(les dires de blabla vous connaissez …)

"S'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaît, je t'enpriejeseraissagejevaisjusteluisauterdessusetonbaiseraalorsdisouisiteplait !"

Les plaintes et les supplications furent si intenses que le voyageur démoniaque se prit la tête entre les mains et se massa les tempes, espérant apaiser la vive douleur qui lui martelait le crâne. L'envie de Luëst devint d'ailleurs si forte qu'elle tenta même de s'extraire, provoquant un haut le cœur. Sous cette impulsion trop importante, Oscar se leva et partit précipitamment, laissant sur place Kala et la sportive interloquée.

Sa course dans le sable manqua de le faire choir un bon nombre de fois et après avoir soulevé quantité de sables sur son passage, il parvint aux toilettes publiques essoufflé, les pieds meurtris sur le béton de fortune et convulsant à cause de l'envie pressante de la démonette de la luxure de sortir pour rejoindre le contrôleur d'eau.
Le noble anglais ouvrit la porte d'une cabine et la referma avec précipitation. Il se libéra de ses dernières résistances, permettant ainsi à son invocation de s'extraire de son corps. La sortie se fit avec violence et soudaineté, lui coupant le souffle. Sans s'attarder sur le sort de son invocateur, Luëst ouvrit la porte et courut sur la plage, ses seins bondissant à chacun de ses pas. Sa course attira plus d'un regard envieux. Sa course se termina dans Kala … Oui, dans, puisqu'elle le percuta franchement, lui sautant dessus et provoquant des regards encore plus envieux ou menaçant. Qu'une aussi belle créature se jette sur un homme était un spectacle impressionnant et dont la plupart des mâles présents devinrent jaloux.

Elle était brune, elle était belle. Ses longs cheveux bruns étaient attachés pour l'occasion par une simple ficelle aux allures de … string. Ses yeux bleus pénétraient ceux de Kala. Ils étaient bien plus clairs et envoûtant que ceux d'Oscar. La seule barrière de tissu entre le torse du voyageur et l'invocation incontrôlable se limitait à une pièce de maillot ne dissimulant que les tétons. Quant à la pièce du bas, le bikini ne possédait vraiment pas beaucoup de surface.
Elle se frottait à lui avec envie en poussant des petits cris rappelant un chat en manque d'affection et ne semblait pouvoir se défaire de lui. Ses lèvres se posèrent à divers endroits et toujours avec amour. Ses mains caressèrent le corps du voyageur avec tendresse et les doigts parfois effleuraient certaines parties avec un peu plus de délicatesse. Finalement, elle prit la parole d'une voix adorable
 :

"Mon mignon, tu sais que je pourrais te faire n'importe quoi ? Je t'enverrais bien au septième ciel par des chemins détournés … Tu es si craquant …" Elle passa la main dans ses cheveux et lui susurra : "Je te suis offerte si tu parviens à te montrer digne. Tu connaîtras des plaisirs insoupçonnés entre mes mains … "

Puis sa voix se fit plus insistante et elle se mit à supplier Kala de venir jouer cette partie de volley sous les yeux médusés de la fille qui l'avait proposé. La rêveuse n'avait pas compris d'où sortait cette furie et comprenait encore moins ce qu'elle était en train de faire avec le jeune homme. Toutefois, en tant que rêveuse elle attendit la réponse docilement non sans pencher la tête sur le côté afin de mieux voir ce qu'il se passait entre ses deux corps mêlés.

Le moment fut opportun pour Oscar qui apparut après s'être remis de ses émotions. Il marchait avec hésitation et faisait son possible pour éviter de choir lamentablement. Sa démarche hésitante s'améliora au fur de ses pas et lorsqu'il atteignit le point de chute de son invocation, il avait entièrement récupéré, la seule trace de son dérangement se résumant à ses cheveux blancs en bataille.
Dressé devant le spectacle offert par son invocation nymphomane, il contempla les deux corps et essaya de deviner à qui appartenait tel ou tel membre. Son allure avait retrouvé toute sa noblesse et son visage exprimait un léger amusement. Les mains dans le dos, il attendait que la situation s'améliore. Dans l'hypothèse où la démonette ne saurait retenir ses pulsions et mettrait en application les nombreuses idées énoncées au cours de son extase devant le voyageur albinos, l'aristocrate était prêt à réagir et couvrir pudiquement les ébats de sa serviette.
Le démon sadique, libéré du joug féminin qui avait sévi au début de la nuit s'exprima d'un ton de reproche, à la surprise de tous 
:

"C'est du propre, elle ne devrait pas. On ne sait jamais. Après tout, on ne connaît que son nom à ce gars."

"Je rêve ou tu t'inquiète pour elle ?" S'interrogea Khildar, résumant l'opinion générale.

"Ça va pas ? Moi, m'en faire pour cette salope ? Manquerais plus que ça …" Il grogna et se replongea dans un silence circonspect.

C'est alors que le majordome démoniaque prit la parole d'un ton placide :

"Remarquez son tatouage, maître. Lord Crazy semble en faire don plus facilement dernièrement. Il est possible que nous ayons à faire avec un voyageur important, méfions nous."

"En effet, qui sait ce qu'il nous veut réellement." Approuva Khildar.

Cependant, pour le moment, les mouvements du voyageur potentiellement menaçant demeuraient entravés par une femelle endiablée (et en chaleur). Étouffé par une poitrine plantureuse sans être extravagante, le pauvre Kala subissait le paradis infernal. Le tout ponctué de nya ! Adorables poussés à chaque mouvement de reins de la part de la démonette.
Alors que l'invocateur se demandait si cela pouvait être défini comme une technique de combat valide, la joueuse rêveuse de volley sollicita leur attention afin de savoir si la proposition était acceptée ou non. Sa patience avait été usée et il était temps de répondre. Elle n'avait pas toute la nuit.
L'aristocrate lui répondit poliment avec un agréable sourire qu'en effet, les retrouvailles avaient assez duré et il s'adressa à l'infortuné voyageur en espérant qu'il l'entende
:

"Veuillez excuser l'empressement de cette demoiselle, mais je l'ai croisé alors que je … En résumé, lorsqu'elle a su que vous étiez dans les parages, elle a accouru. Elle vous adore apparemment. "

Finalement il se pencha sur Luëst et la tira doucement en arrière dans le but de libérer le pauvre Kala. Elle se raidit et manqua de flanquer un coup de poing mais lorsqu'elle s'aperçut que c'était son Oscarinou chéri, elle retrouva son sourire et ria aux éclats. Elle s'écarta vivement de sa victime et se posta à ses côtés, de la curiosité sur son visage.
Le noble anglais tendit une main secourable et bandée par les lambeaux de l'horrible chemise hawaïenne à Kala pour l'aider à se relever. Le bras tatoué et la main portant le symbole d'un groupe occulte se rencontrèrent et … rien ne se passa. Néanmoins, Khildar ressentit un certain gêne vis-à-vis de ce tatouage et fut soulagé de la fin du contact.
La confrontation s'annonçait sous les meilleurs hospices. Les deux voyageurs possédaient une blanche chevelure mais l'une était factice. Les deux possédaient une marque sur leur peau mais l'une était bien réelle. Les deux aspiraient au calme mais une demoiselle les avait dérangé. Et surtout, les deux avaient subi une Luëst avide de chair. Certes, pas dans la même nuit. Cependant, Oscar compatissait et comprenait ce que pouvait ressentir le voyageur albinos. Il lui sourit donc et s'inclina respectueusement, une main sur le cœur, l'autre devant lui pour se présenter d'un ton polie et rappelant ses origines aristocrates
 :

"Laissez moi me présenter : Lord Khildar Oscar Allan Louis Alexander BlackSilver, pour votre bon plaisir. Vous pouvez m'appelez Khildar."

Alors qu'il se redressait avec un doux sourire aux lèvres, la démonette prit à son tour la parole et lança à la cantonade :

"Moi c'est Luëst !"

Et d'enlacer à nouveau le pauvre Kala. Le sourire de la démonette était enjouée, sincère et tendre. Elle resplendissait et respirait la joie de vivre. Cette humeur enthousiaste réchauffa le cœur de l'invocateur et un sourire tendre apparu sur ses lèvres. Il était heureux de la voir ainsi, libérée et pleine d'entrain. Les occasions de la libérer lui avaient manqué dernièrement et il s'en désolait. Il appréciait sa démonette aux remarques perverses sans être vulgaire, au caractère bien trempé mais se révélant parfois adorablement douce. Elle était toujours attentionnée, s'inquiétait pour lui, sauf lorsque des représentants d'un des deux sexes s'avéraient sexuellement plus attirant. Il ne se formalisait pas de ces envies qui la prenait même si parfois les réactions étaient légèrement trop pressante, comme cette nuit. Elle l'avait forcé à sortir tout de même. Une preuve évidente qu'elle appréciait énormément Kala, tant pour son physique que pour ce qu'il représentait : une jeunesse vigoureuse.

Alors que la rêveuse s'impatientait, Luëst décida à la place de Kalachouchou et le tira en direction du terrain délimité par une peinture qui tenait au sable et où attendait une équipe presque complète composée de jeunes femmes appétissantes et de jeunes hommes bien en muscles. Seulement, la rêveuse s'interposa, arguant que c'était la présence de deux hommes qui était requise. La réplique fut cinglante et Luëst l'aurait giflé que l'effet aurait été identique 
:

"ça pose un problème ? Si tu veux on règle ça maintenant. "

Elle tenait par le bras le voyageur et elle contenait sa rage dans la pression exercée sur le membre maintenu. L'argument trouva son public et la rêveuse acquiesça promptement, les accompagnant ensuite vers le terrain. Oscar les invita à jouer d'un geste de la main, faisant mine de les pousser. Un air bienveillant éclairait son visage et le soleil commença à taper sur sa peau recouverte de maquillage blanc.
Il rejoignit finalement son parasol et son papillon enchanté qui se reposait à l'ombre. Le dernier s'envola pour retrouver son épaule et l'aristocrate anglais s'assit tranquillement, les jambes ramenées vers lui, maintenues par les bras. Il regardait le début du match et encouragea les participants d'une voix enthousiaste
 :

"Allez Luëst ! Allez Kala ! Montrez de quoi vous êtes capable !"

Une quiétude chaleureuse l'envahit et la sensation d'avoir ses épaules soulagées d'un poids s'imposa brutalement à lui. Ce constat le surprit tellement qu'il crut rêver … et de ce fait il se rendit compte de l'absurdité de sa réflexion. Il se sentait bien. C'était si inhabituel qu'il ne parvenait pas à savoir si on se moquait de lui. Pourtant, il se fit fort de profiter de cette occasion offerte et de savourer la tranquillité dans toute sa saveur. L'arôme était plaisant et il ne gâcherait aucune goutte.

Le ballon de volley s'envola dans les airs et une main vigoureuse l'envoya avec force vers le camp adverse, à savoir celui de Kala et Luëst. Les paris étaient déjà ouverts dans l'esprit d'Oscar. Lui-même misa en souriant. Cette nuit offrait de bien belles perspectives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1484
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Lun 10 Déc 2012 - 12:30
Il y avait sûrement un problème, le pauvre Oscar devait se sentir très très mal car il se massa la tête assez fortement, avant de se lever brusquement et partir rapidement. Ma bouche était légèrement entrouverte et je me demandais si ce n'était pas à cause de ses démons qu'il était parti de cette manière.

« Roooh... Mais non, c'nul... Pourquoi il est partit, ce beau blanc ?.. Mais vous acceptez ? »

« Je ne sais pas, je vous l'ai déjà dis. J'attends la réponse de mon ami, il va bientôt revenir, ne vous inquiétez pas. »

C'était plutôt à moi qu'il fallait dire ça. Je ne voulais vraiment pas rester tout seul et le fait qu'Oscar était parti me laissait perplexe. Qu'allais-je faire, sans lui ? Même s'il avait de légers problèmes mentaux, c'était la seule personne assez sympa et intéressante sur toute cette plage. Je demandais à Miro de mettre l'album Plastic Beach de Gorillaz et continuais de scruter là où Oscar avait disparu avant... Avant de voir courir une jeune fille, qui possédait une beauté étrange et totalement envoûtante. Elle avait sur elle seulement un maillot de bain deux pièces, dont le haut ne recouvrait que ses tétons et le bas ne recouvrait pas une si grande partie de ce qu'il devait recouvrir, ce qui rendait le maillot de bain presque inutile à la jeune fille qui courrait. Mais elle le portait, car on était pas sur une plage de nudiste (malheureusement). Mais ce qui était le plus étrange chez elle, c'est qu'elle se rapprochait dangereusement vers... Vers moi. Elle se jeta littéralement sur moi avec de petits cris presque évidents et se frotta sur moi... Oui, elle se frotta sur moi. Ses mains parcouraient presque toutes les parties de mon corps et, même si dans un sens j'appréciais qu'elle ait ce comportement avec moi (car à part Floriane, personne d'autre n'était comme ça...), j'étais incroyablement gêné et je voulais tout simplement qu'elle arrête.


« Mon mignon, tu sais que je pourrais te faire n'importe quoi ? Je t'enverrais bien au septième ciel par des chemins détournés… Tu es si craquant… Je te suis offerte si tu parviens à te montrer digne. Tu connaîtras des plaisirs insoupçonnés entre mes mains… »

Une femme en chaleur, c'était tout ce que je pouvais dire. Elle n'arrêtait pas de toucher et de caresser mes cheveux, ce que je détestais qu'on me fasse. Mais avec sa pression de son corps contre le mien, je devais me concentrer à autre chose qu'à mes cheveux et qui était de retenir mes pulsions sexuelles là où elles étaient et essayait vainement de me dégager de l'emprise de cette fille. Ce fut à ce moment-là qu'Oscar avait enfin décidé de revenir. Je voulais absolument qu'il m'aide à m'échapper de l'emprise de cette créature, aux charmes néanmoins tellement envoûtants qu'elle possédait. Cette dernière me demanda avec insistance d'accepter la proposition de la rêveuse, accompagné de légers miaulements. Je me demandais comment elle pouvait savoir que la rêveuse nous avait demandée quelque chose. J'entendis alors une voix qui semblait être celle d'Oscar :

« Veuillez excuser l'empressement de cette demoiselle, mais je l'ai croisé alors que je… En résumé, lorsqu'elle a su que vous étiez dans les parages, elle a accouru. Elle vous adore apparemment. »

« Aha... Sans blafffff !! »

C'était la jeune fille aux charmes divins qui m'étouffa dans sa voluptueuse paire de seins et ma concentration allait bientôt atteindre une limite que je n'avais jamais découverte avant. Mais fort heureusement, Oscar me libéra de son emprise et j'avais bien cru voir celui-ci se recevoir un coup de cette créature du ciel mais elle se retint et ria aux éclats. Que se passait-il ici bon sang ?.. Je portais ma main sur ma tête, en espérant retrouver mes esprits et Oscar me tendit sa main pour m'aider à me relever. Enfin, c'était ce que j'attendais, que quelqu'un puisse m'aider. Un peu plus et si la situation que je redoutais serait arrivé, j'étais plus que certain que cette nymphomane allait me jeter dessus et me violer. Oscar reprit la parole en s'inclinant devant moi :


« Laissez moi me présenter : Lord Khildar Oscar Allan Louis Alexander BlackSilver, pour votre bon plaisir. Vous pouvez m'appelez Khildar. »

« Moi c'est Luëst ! », dit la créature divine après qu'Oscar se soit redressé, et avant qu'elle se soit jetée sur moi.

La rêveuse commençait à s'impatienter et Luëst me traîna de force vers le terrain, où se trouvait les blonds que j'avais insulté tout à l'heure et d'autres jeunes filles. Mais la rêveuse s'interposa et réclama que c'était seulement la présence de deux garçons dont les joueurs avaient besoin. Mais Luëst lui répondit tellement sèchement que moi-même, j'en fus surpris. Elle était, certes, aussi chaude que les flammes de l'Enfer lorsqu'il s'agissait de sexe ou autres domaines de ce genre que froide comme un iceberg. Et c'en était tout simplement effrayant. Mais je fus coupé de ma réflexion par cette dernière qui me pressait le bras tellement fort que je commençais légèrement à avoir mal. Finalement, la rêveuse ne résista pas et nous accompagna vers le côté du terrain où nous devions jouer. Oscar, avec son air de gentil papa accompagnant ses enfants au bac à sable, nous poussa légèrement et repartit regagner son parasol ainsi que son papillon. Il nous encouragea, ce que je répondis avec un demi-sourire. Bah, je n'avais pas trop le choix, donc autant jouer. La rêveuse qui nous avait proposée de jouer était l'arbitre et lança le coup d'envoi. J'étais à présent le seul garçon dans mon équipe et l'équipe des blonds souriaient sadiquement avant d'envoyer le ballon. Je ne connaissais pas trop bien les règles du volley-ball mais de ce que je savais, il fallait que le ballon touche le sol du côté adversaire pour marquer des points.

Le ballon était à présent dans les airs et, décidant alors de prendre ma vengeance contre ces bonds qui m'avaient jeté un ballon en pleine poire, je sautais et l'envoya avec force vers l'autre camp. Heureusement pour eux, ils arrivèrent tant bien que mal à rattraper le ballon et l'envoyer maladroitement. Sauf que la ballon arriva près du filet. Comprenant alors leur faute, un des blonds courra pour rectifier le tir mais Luëst fut plus rapide que lui et marqua le premier point. Je criais un « OUAIS ! » et attrapa le ballon que l'arbitre m'avait lancé, et j'engageais. Un blond renvoya la balle et une fille de mon équipe contre-attaqua. L'équipe adverse essaya alors de mettre un ballon difficile mais Luëst rattrapa le coup en envoyant le ballon vers moi, qui était près du filet. Je sautais et donnais un bon gros coup de poing au ballon qui termina sa trajectoire avec force sur le côté adverse et fit propulser du sable. Finalement, Luëst et moi étions les seuls joueurs à mener le match et finalement, celui-ci se termina sur une victoire écrasante contre les blonds stéréotypés. Après avoir reçu les probables « récompenses » de Luëst, nous repartîmes vers Oscar, qui était tranquillement en train de se la couler douce, avec son merveilleux papillon. Mais je m'arrêtais dans ma marche, ayant ressenti une nouvelle fois cette mystérieuse et familière présence. J'examinais alors le paysage à la recherche de la source mais il n'y avait rien, à part les rêveurs, Luëst, Oscar et moi. Je l'avais ressentie deux fois, cette nuit. Cela voulait dire qu'il y avait quelque chose d'important. Il fallait que je découvre l'origine de cette présence, et pourquoi était-elle présente aux autres endroits où je l'avais ressentie. Plus facile à dire qu'à faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 29

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Sam 5 Jan 2013 - 22:51
And Sun.

Le soleil réchauffait le sable, l'eau et l'air en général. Cependant, il n'avait nullement besoin d'échauffer les esprits sportifs des participants à la partie de volley qui se donnaient à fond. Parmi les joueurs, deux se démarquèrent rapidement par leurs actions conjuguées et justes. Surtout l'atout féminin, il fallait en convenir.
Tandis que les rayons du soleil se déversaient sur les courbes généreuses de la sportive improvisée, ses principaux atouts se mouvaient dans un balancement hypnotisant au rythme des attaques percutantes. Le caractère ténu du tissu protégeant la poitrine attisait les ardeurs des adversaires qui n'en demeuraient pas moins désarmés. La conséquence dont n'avait pas réellement conscience la propriétaire du maillot de bain qui aurait fait rougir une tomate du Royaume des Fruits jusqu'à implosion résidait en un match palpitant. A moins qu'elle en avait pleine conscience et qu'elle utilisait cette arme de charme à l'avantage de son équipe, plus particulièrement dans le but d'attirer le regard d'un certain joueur fraîchement recruté en même temps qu'elle.

Parvenir à se concentrer alors qu'une paire de seins s'agitaient sans discontinuer était une tâche ardue, même pour des adversaires féminines. En effet, cette présence mammaire devenait presque insolente. Pour ne rien arranger, le compagnon à la chevelure décolorée n'était pas en reste. Les deux menaient franchement le match et le ballon subissait leurs attaques sans sourciller pour frapper le sable du terrain opposé, au grand désarroi de l'équipe rivale.
Bien vite, l'invitation fut regrettée et alors que les deux joueurs prenaient un plaisir certain à gagner, les autres faisaient de leur mieux pour éviter une défaite trop cuisante.

De l'absence d'une surpopulation balnéaire il résulta un public quasiment inexistant. Les rares promeneurs s'arrêtaient sur les courbes de la démonette et repartaient, la bave aux lèvres. L'invocateur démoniaque admirait l'agilité de sa créature et utilisait l'occasion pour évaluer les capacités de ce Kala Kourou. Il se débrouillait très bien et faisait état de bons réflexes. Au vu de ses réactions au début du match, il semblait qu'il ne connaisse pas exactement les règles mais son adaptation fit son office et prouva à l'aristocrate que le voyageur savait tirer parti d'une situation et ne se laissait pas démonter. Le voyageur démoniaque ne possédait aucune connaissance relative à la carrière onirique d'un Kala Kourou et cela l'intriguait d'autant plus que ce jeune homme portait sur son bras un tatouage de Lord Crazy.
Bien qu'une rumeur glanée au cours d'un autre songe soufflait que le chat se lâchait en tatouant un peu n'importe qui, il n'en demeurait pas moins étrange qu'un illustre inconnu se voit avec une telle marque sur le bras. La curiosité piquée, le Lord anglais acquis l'envie de s'informer d'avantage. Il suivit le match avec attention, ponctuant quelques actions d'encouragement, tant pour la démonette que pour le voyageur, oubliant complètement les autres membres de l'équipe et lorsque les trompettes de la victoire sonnèrent, il fut parmi les seuls à applaudir, du fait du public absent.

Se levant pour rejoindre les deux vrais vainqueurs, son nœud papillon enchanté vola au dessus de lui, comme mû par l'envie d'apporter lui-aussi ses félicitations. Dans l'esprit d'Oscar, chacun y allait de son commentaire.


"Ce Kala Kourou se débrouille plutôt bien. Il a fait preuve d'une bonne force et d'une bonne réactivité. Ce qui ne le rend que d'autant plus dangereux. Prenez garde à vous maître." Conseilla le majordome.

"C'est plutôt difficile de juger quelqu'un lors d'un match de volley, tu en conviendras Laënoris. Pour l'instant, il n'agit pas contre nous, tâchons simplement d'en savoir plus sans trop s'avancer."

"Dites … Vous pensez pas que pour sa sécurité faudrait l'enlever de Luëst ? Elle est en train de l'étouffer là …" Enonça d'une voix neutre Saënoris, un léger sourire retroussant ce qui lui servaient de lèvres.

Pour autant, le voyageur au maillot de bain rouge n'accéléra point le pas, ses pieds s'enfonçant lentement dans le sable. Un sourire amusé témoignait de sa bonne humeur et de son assurance que rien de vraiment fâcheux n'arriverait à l'heureux gagnant. Malgré le fait que ce gagnant soit en train de subir un massage des joues par des mamelles suffisamment bien pourvues pour contenter un bébé (ou un pervers) et qu'il devait lui sembler que plusieurs mains caressaient son corps en divers endroits en même temps. Certes, l'aspect pieuvre n'entrait pas en ligne de compte concernant la démonette de la luxure (quoique) mais sa capacité à glisser ses doigts agiles avec autant de vitesse que de délicatesse offrait un doute justifié.

La libération se fit d'elle-même et Luëst partit en courant vers Oscar, criant à qui voulait bien l'entendre (et même ceux qui ne voulaient pas) qu'elle avait gagné, qu'elle était la meilleure, qu'elle était la plus belle et qu'elle était toute trempée. Si la dernière remarque peut faire tiquer certains, il est de bon ton de signaler qu'elle était trempée de sueurs après tant d'efforts.
Alors qu'elle bondissait pour transmettre toute sa joie à son invocateur par un baiser aussi ardent que le soleil présent, son compagnon de sport s'arrêta net, comme pris de vertige. L'aristocrate anglais ne put en voir plus car son champ de vision fut subitement obstrué par un visage souriant, des yeux magnifiques et une chevelure d'encre. Il laissa la luxure s'exprimer non sans en profiter et après un échange sulfureux où les lèvres se scellent, les langues se cherchent et les mains accompagnent le tout, il reporta son regard glacé vers le voyageur. Un air de réflexion se peignait sur le visage du jeune homme et l'invocateur comptait bien comprendre pourquoi.

Il le rejoignit avec une Luëst qui frottait sa poitrine contre son bras et tendit la main pour le féliciter tout en prononçant d'un ton enjoué
 :

"Vous avez mené avec brio ce match, bravo ! La balle donnait l'impression de vous être entièrement acquise. Vous n'auriez tout de même pas de pouvoirs liés? "

C'était plus de la taquinerie qu'une réelle question. Après avoir serré la main de Kala, Oscar proposa en étendant le bras, comme pour offrir l'étendue de la vue :

"Accepteriez vous quelques pas en notre compagnie ? Ainsi, nous pourrions faire plus ample connaissance. Vous m'intriguez, le saviez vous ?"

Il commença alors une marche lente à travers toute la plage avec une Luëst constamment accrochée à son bras. Pourtant, il donnait l'impression que cette présence n'existait même pas, qu'elle était naturelle. Il avait tellement l'habitude de l'entendre dans son esprit que l'avoir agrippé n'était rien en comparaison. Lors de la conversation, Oscar évitait de regarder son interlocuteur, préférant perdre son regard au loin, là où la mer rejoignait la terre et la jungle tropicale.

"Votre tatouage, il vous vient de Lord Crazy". L'affirmation claquait comme la balle de volley sur le sable chaud. "Comment cela se peut-il ?"

Le visage du voyageur aristocrate n'exprimait qu'un enthousiasme mitigé, donnait l'impression que ce n'était que le début et que la suite se dévoilait meilleure.

Ils dépassèrent une serviette à l'effigie d'un jeune homme aux cheveux violets et au regard perdu dans le vague. Etrangement, cela rappela une conversation dans un ascenseur et une discussion dans un bar au sujet d'un voyageur prétendument intouchable. Les rumeurs énonçaient parfois n'importe quoi ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1484
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Mer 13 Fév 2013 - 23:36
Si quelque chose était aussi compliqué que de découvrir le moyen de voyager dans le temps, c'était bien les filles. Tantôt, elles sont en chaleur devant un beau mâle, tantôt elles partaient à l'aventure avec n'importe qui. Pas que Khildar était n'importe qui, ils avaient sûrement une relation quelconque, mais Luëst se détacha de moi et partit embrasser langoureusement l'aristocrate anglais. Sauf que je ne m'en préoccupais pas car la présence faisait pression dans mon esprit : ce n'était pas douloureux mais à force, c'était plutôt énervant. Mes sens ne me disaient pas de mettre en garde, au contraire, et c'était ça le plus étrange. Sauf que la main de Khildar chassa toutes mes pensées en me ramenant à Dreamland :

« Vous avez mené avec brio ce match, bravo ! La balle donnait l'impression de vous être entièrement acquise. Vous n'auriez tout de même pas de pouvoirs liés ? »

J'espérais qu'il était du genre sarcastique parce que cela aurait été bizarre s'il avait été sérieux.

« Accepteriez vous quelques pas en notre compagnie ? Ainsi, nous pourrions faire plus ample connaissance. Vous m'intriguez, le saviez vous ? »

Je l'intriguais ? Certes, et c'était vrai (j'avais fais mon enquête), j'étais une de ces personnes que les gens ne pouvaient oublier, mais de là à l'intriguer... Si je lui avais dis carrément en quoi consistait mon pouvoir, il y avait matière à être intrigué, car les voyageurs sont tous intrigués par le pouvoir des autres, c'était une réalité. Sauf qu'il était intrigué par moi, juste moi. Pour quelle raison pouvait-on être intrigué par quelqu'un ? Parce qu'il avait une démarche particulière ? Une façon de parler différente ? Un visage atypique ? Tous ces éléments étaient présents pour rencontrer la personne, lui parler. L'essence de la rencontre, c'était le regard de l'autre. Puis venait la discussion, les échanges amicaux, puis les rires, puis les colères, puis les poings, puis le sang. Je pensais alors que je me perdais totalement.

« Votre tatouage, il vous vient de Lord Crazy, comment cela se peut-il ? »

Le doigt pile dans la douleur que je voulais oublier, l'espace d'une nuit. Je l'intriguais parce que j'avais un tatouage de ce foutu connard (de s***** de mère qui lui a fait bouffé sa m**** lorsqu'il était enfant cet e****** de fils de ****) et que je n'avais rien demandé ! Tout ça parce qu'un chat que j'avais croisé à Bastille a vu l'avenir dans mes yeux et voulait absolument que, pauvre voyageur insouciant que j'étais, à avoir cette s***** de tatouage sur le bras qui me donnait accès à la psychologie malade d'un gars psychopathe et schizophrène ! Elle était pas belle, la vie ?
Plus sérieusement, c'était pour ça ? Et puis, comment l'avait-il appelé ? « Lord » ? C'te blague de merde. Comment un dépravé de macaque pouvait-il être appelé « lord » ? Je pensais donc que Khildar était juste trop bien élevé pour ça. Qu'il n'était juste qu'un simple voyageur pas très puissant qui avait lu le DreamMag chaque nuit. Mais que pouvais-je répondre à ça ? Je m'arrêtais de marcher soudainement, réfléchissais à ce que j'allais lui dire, puis me lançais :

« Écoute, je voulais parler comme toi parce que tu m'avais l'air d'un type sympa, mais là je vais te parler franco : tu l'appelles Lord ? Mais pourquoi donc, hein ? Parce qu'il a un temple ? Ce chat de gouttière ramène des putes dans son soi-disant temple et il se branle sur l'étiquette. Alors s'il-te-plaît, pour me faire plaisir, ne l'appelle plus Lord. Parce que ce chat est tout... Non, il est kepouïk, il est rien du tout. Peut-être qu'il avait fumé trop de beuh à Weed Land et qu'il commence à se rouiller. En tout cas, tout ce que je peux dire de ce type est qu'il m'a bien niqué le bras », en lui montrant mon bras droit, « et que si je le revois, il a intérêt à garder ses fesses au chaud. »

J'espérais qu'il ne me poserait plus de questions concernant Crazy, même si je supposais qu'il allait le faire, sachant comment il agissait. Mais il pouvait très bien me poser une question qui était plus personnelle que ça. Enfin, si on prie bien ce dieu qui se marre au-dessus de nos têtes...

- - - - - - -

Amvrossi était adossé contre un palmier qui penchait légèrement sur le côté. L'ombre du commencement de la forêt tropicale voila son visage et voyait maintenant son voyageur marcher aux côtés d'un autre voyageur, au teint plus pâle que l'albinos. Ils le voyaient maintenant de dos lorsque de l'eau se forma à côté de lui. Un cercle tournoyant sur le sable apparut et petit à petit, un corps se forma, puis la bouche, la tête, le nez et la bouche. Enfin, le reste du corps se forma et les vêtements de la créature apparurent. Son corps était bleu avec ses oreilles pointues mais sa chevelure était brune. Il resta debout, en regardant Amvrossi, qui lui n'avait pas bougé et qui continuait à regarder les deux voyageurs s'éloigner.

« Seigneur, nous avons la réponse du Seigneur de la Douleur. Il accepte vos conditions. »

« Déjà? »

La voix d'Amvrossi était calme et amusée. Il ne pensait pas que Pijn allait rapidement accepter. Il savait qu'il n'allait pas respecter les conditions qu'il lui avait imposé pour créer cette alliance mais il ne pouvait pas faire autrement : à la même heure de la nuit, une dizaine de créatures obscures venaient dans son royaume, voulant saccager son château qui avait déjà été détruit. Il s'était permit de partir car il savait qu'Uzma pouvait très bien se débarrasser de ces créatures, il lui avait dit que c'était un entraînement de plus. Mais il ne pourrait pas la garder plus longtemps à l'intérieur du château, déjà que son frère allait bientôt les rejoindre... Il allait devoir l'emmener avec elle. Et pour Kala... Il ne pouvait rien faire, pour le moment. Peut-être par un merveilleux hasard, il allait se mettre en route pour le royaume...

« D'accord. Voilà ce que tu vas faire : tu vas me ramener au royaume, tu iras transmettre mon message à Pijn pour lui demander où et quand allons-nous venir. Ensuite, tu vas continuer à entraîner Uzma... Je vais l'emmener avec moi. »

« Seigneur, vous en êtes sûr ? Est-elle assez puissante pour vous suivre dans le Royaume Obscur ? »

« Ezaz... 4 ans... Et puis, n'oublie qu'elle est quand même assez douée... On dirait presque que c'est une histoire de famille... »

« Comment ? »

« Non, rien. En route, nous avons beaucoup de travail. »

Ezaz s'excusa d'abord avant de poser sa main sur l'épaule d'Amvrossi et de disparaître dans une flaque d'eau, qu'un enfant des rêves s'empressa de courir dessus, sans s'être rendu compte que deux personnes venaient de disparaître dans l'eau...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 29

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Jeu 4 Avr 2013 - 23:16
Lazy on a Sunny Night

La chaleur et l'environnement balnéaire possèdent des propriétés remarquables sur les capacités physiques. En effet, selon les motivations qui ont mené à cet endroit souvent qualifié d’idyllique, les réactions à l'air chaud et au sable mouillé par la mer diffèrent. Tandis que certains prennent du plaisir à se dépenser physiquement et profitent de l'excuse de l'ambiance chaleureuse pour dévoiler leur musculature, d'autres se prélassent avec complaisance et sombrent dans une inactivité navrante.

Après les quelques minutes passées en la compagnie du dénommé Kala, notre invocateur démoniaque qualifia le voyageur nouvellement rencontré comme appréciant les activités sportives en charmante compagnie, puisque c'est la démonette de la luxure qui avait eu raison des hésitations du jeune homme.
Toutefois, ce fut la vive réaction à la remarque concernant le tatouage qui paracheva l'avis : ce jeune homme avait le sang chaud et n'était pas fait pour le repos. Aux dires du tatoué, l'application de cet ornement tenait plus de la torture et de la malédiction que de l'honneur et de la gloire.


"Il ne se rend même pas compte … Il devrait se montrer plus digne." Étouffa d'un ton révolté Laënoris.

"J'ai toujours adoré ce matou ! Faudrait qu'on passe par lui un de ces jours. Histoire de lui foutre ses aiguilles dans le cul et de le faire miauler !" Ricana Saënoris.

Malgré l'arrêt de Kala, le voyageur démoniaque avait poursuivi sa marche. Certes, d'un rythme plus lent pour entendre les imprécations à l'encontre d'un des quatre plus illustres Lord du Royaume des Chats. Le visage de l'aristocrate anglais était par conséquent dissimulé au contrôleur aquatique. Cependant, rien n'était manqué puisque les traits du voyageur démoniaque demeuraient figés dans un masque de sourire fin. Peut-être qu'un brin de moquerie pouvait se dessiner à la commissure des lèvres, témoignant de l'envie de taquiner ce voyageur peu conscient de la distinction qu'il portait au bras.
En évoquant le bras, Luëst se trouvait toujours accroché à celui de son invocateur et tournait la tête vers Kala afin de s'assurer qu'il suivait en dépit de ses invectives contre un des matous les plus forts du Royaume Félin. Elle adressa un regard coquin en réponse à la dernière phrase du voyageur aquatique, comme une invitation à s'occuper des siennes, de fesses. Fesses qu'elle ne manqua pas de trémousser avec élégance, tirant ainsi sur la corde raide de son maillot de bain aux dimensions décidément bien étroites.

Lorsque Kala parvint à nouveau au niveau de l'aristocrate, ce dernier lança à la volée avec légèreté, sans s’embarrasser de regarder son interlocuteur, préférant perdre son attention dans l'étendue de sable
 :

"Lord, c'est son titre et il l'a acquis. Son devoir est de garder son Temple et en tant que gardien, il mène sa vie comme il l'entend, c'est son privilège. Il appartient aux quatre gardiens du Royaume des Chats et le rencontrer est une grande chance en soi. Il a accomplit moult hauts faits. Certes, son phrasé est franc mais il demeure fidèle."

S'apercevant qu'il dévoilait peut-être trop d'informations qui pourraient le faire passer pour un vétéran de DreamLand, Oscar laissa échapper un petit rire et poursuivit avec dédain, Luëst et Kala :

"La surprise demeure en mon cœur. Ce tatouage représente un honneur. Pourquoi donc en faire un malheur ? Est ce seulement la douleur qui justifie cette rancœur ? Mon opinion à votre endroit vous faisait homme de plus grande valeur".

Une pointe de déception feinte, un soupçon de ton taquin et un zeste de sourire fin, ainsi se composait l'expression d'Oscar. Néanmoins, ce tatouage avait piqué sa curiosité et sous l'impulsion de Khildar, il se surprit à demander en cessant la marche, provoquant l’interrogation de la démonette qui les dévisagea tous les deux, sans comprendre :

"Les conséquences de ce tatouage, de quelles natures sont elles ? J'ai ouï dire qu'il était possible de choisir l'encre …"

La phrase était en suspend, telle une balle de volley projetée par un service non puissant, mais vicieux et bien positionné. Il ne restait plus à Kala qu'à rattraper la balle et de la renvoyer avec adresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1484
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Dim 19 Mai 2013 - 12:01
Bon, il m'avait ratatiné sec. En même temps, il devait sûrement connaître beaucoup mieux que moi Dreamland et sa population alors que moi, il me restait encore plein de choses à découvrir de ce monde. Pourquoi ne deviendrais-je pas tout bonnement un explorateur, un archéologue ? En mode Nico Robin version garçon ? Hmm... Il fallait d'abord que je devienne plus fort, plus endurant et tout le tralala... Il me fallait aller voir mon Seigneur Cauchemar. Cette nouvelle m'avait un peu bouleversé car maintenant, je savais qui nous avait sauvés Clem et moi au Royaume des Chats, qui était là lorsque j'avais vaincu ma peur : il était là depuis le début et il n'avait même pas cherché à me contacter ! Il était juste... Là, au bon endroit et au bon moment. Il fallait que je règle quelques petits trucs avant de partir à sa recherche et aussi, je ne voulais pas le faire tout de suite... Peut-être dans plusieurs nuits après celle-ci.

"Tu sais, nous ne sommes pas amis, seulement des compagnons provisoires de route. Dire nos secrets à un parfait inconnu, c'est un peu louche, non ? Mais je peux te le dire, car je sais comment tu penses, ta suite logique de compréhension mais aussi tes goûts et ton caractère. Grâce à ce tatouage. Je sais même que tu n'es pas tout seul dans ta petite tête, serait-ce ton pouvoir ou est-ce complètement normal ?", dis-je cela avec un sourire.

I'm back. Bon, je me trouvais où ? A côté de moi se trouvait un sale albinos comme lui qui parlait une langue qui était un peu n'importe quoi. Attends, on était à Dreamland, on ne devrait normalement pas ne pas comprendre ce que les autres Voyageurs disaient et... Oh putain de sa mère la pute. C'était quoi cette bombasse atomique qui se trouvait accroché à son bras ?! Putain, elle était archi bonne, impossible que ce soit une humaine. C'était un putain de démon représentant à elle-seule la luxure, dans toute sa splendeur. Mais revenons dans le droit chemin. Haha, c'te blague. D'après ce que j'avais un peu entendu, il avait sûrement sympathisé avec cet fucking autre albinos. Mais bordel, c'était quoi ça ? C'était un putain de sans-ami ! En même temps, vu sa gueule, normal qu'il n'en avait pas. Bref, que pouvais-je bien faire ? J'aimerai bien me taper cette salope qui demande qu'à se faire prendre mais peut-être qu'elle était avec l'autre et qu'il serait jaloux que je la démonte mieux que lui. Calmons-nous, ne nous excitons pas pour rien. On laisse les choses venir vers soi-même. Mais en attendant, il ne se passait rien. Pourquoi étais-je sorti maintenant ? Il fallait faire quelque chose, je ne pouvais pas rester patient comme l'autre, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose, quelque chose... J'ai eu un blanc ou quoi ? Que s'était-il passé ? Il m'arrive souvent ce genre de choses, en ce moment, I need a Doctor. Qu'avait-il dit ? Bah, ça ne devait pas être très important, au fond, je m'en fichais de son pouvoir, je n'étais pas à un de ces petits cons de Kaijin qui recherchait avant tout le combat. Un petit vent frais se leva, marquant la soirée avec un soleil resplendissant dans le ciel... Sacré de saleté de paradoxe. Dans un royaume de Dreamland, y avait-il une nuit et un jour ? Peut-être, probablement pas. Au Royaume des Tropiques, il fait tout le temps jour, ça c'est pratique pour les gens qui veulent se reposer au chaud.

"Sinon, tu fais quoi dans la vie, à part te promener tranquillement dans Dreamland comme un joyeux luron ?"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 29

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Mar 2 Juil 2013 - 23:53
Under the sun ...

La petite troupe composée d'un albinos hydrophobe, d'une démonette nymphomane et d'un aristocrate anglais dépassa une rangée de demoiselles exposées paresseusement au soleil dardant ses chauds rayons sur leur dos dénudé.
Chacune était allongée sur une serviette aux motifs divers, représentant des figures emblématiques de DreamLand. Parmi elles se trouvaient une demoiselle aux cheveux aux couleurs particulières et au visage encore plus intriguant puisque recouvert d'une sorte de masque à gaz. Une bien étrange figure en vérité …

Les premières paroles composant la réponse du voyageur étaient empreintes d'une certaine méfiance, pouvant ainsi témoigner de l'intelligence du garçon. Pourtant, la suite détruisit l'impression première et Kala se livra sans pudeur à cet inconnu qu'il venait de rencontrer. Peut-être que l'intervention sensuelle de Luëst avait ôté au jeune voyageur toute prudence, tellement troublé par les arguments proéminents de l'invocation impertinente.

C'est donc par un splendide éclat de rires que fut reçu l'énoncé sous entendant qu'il était sage de faire confiance à Oscar. Toutefois, ce formidable éclat ne put être perçu par le pauvre garçon crédule car l'origine de cette expression excessive d'hilarité générale provenait de l'intérieur du crâne de l'invocateur. De son esprit, plus précisément. De ses démons, encore plus précisément. Et si vous tenez à être au plus près des faits, le plus bruyant se trouvait être sans nul conteste possible Saënoris, le démon sadique, qui commençait à s'étouffer tellement sa respiration n'arrivait pas à suivre ses rires moqueurs.


"Mouarf, mwhahaaahaaa, oh … hohoho … le con ! Oh mais … hahahahaha, le crétin … mouaahahahaha, le sinistre crétin ! Comme hahaha … comme si … si … hihihohohouaahahaha … était possible de … Oh, je vais jamais m'en remettre … Hahahaha …" Le démon prit une grande inspiration et parvint à débiter : "Comme si il était possible de comprendre notre logique de compréhen hanhan siiiiiooonnnnaahahahahaha …" et de repartir dans une crise de rires incontrôlables entrecoupées de moqueries à l'encontre de Kala et de remarques sur l'état mental instable de son aristocrate psychopathe.

Khildar, lui aussi sujet à l'hilarité, ne se gênait pas non plus pour désigner de sobriquets le jeune voyageur le tout enrobé de rires nerveux ou franchement moqueurs. Ce que le garçon aux cheveux blancs présentait avec tant de candeur pouvait s’interpréter ainsi : Oscar était un être possédant suffisamment de logique et de caractère pour être digne de confiance et permettre la révélation du pouvoir d'un tatouage de Lord Crazy. Cette simple phrase illustrait la raison de l'alacrité des démons de celui qui, d'après le formidable tatouage et son encre spéciale, était parfaitement normal. Hormis une cohabitation tout à fait risible entre plusieurs esprits qui n'avait pas lieu d'inquiéter. Voyons ma bonne dame, ce n'est pas parce que monsieur parle tout seul avec des voix dans la tête qu'il est forcément dangereux. Puisque c'est Kala qui le dit !

"Il a tout de même relevé que nous étions présent, d'une certaine manière …" Se permit de remarquer Laënoris entre deux sourires, seuls témoins de l'allégresse du démon majordome.

"Ouais, mais il a même pas capté que l'une de ses personnalités se trouvait pendue à son bras ! Oh non vraiment, quel con ce Kala."

Au cours des joyeuses dérives de ses démons, Oscar ne s'était allé qu'à un sourire en coin, témoignant de sa prise légère des propos de son compagnon nocturne improvisé. La franchise présentée l'avait d'une certaine manière impressionnée. Bien que la raison d'une telle confidence concernant le pouvoir du tatouage réside dans les supposées révélations dudit tatouage, l'aristocrate n'en demeurait pas moins admiratif de l'inconscient du jeune homme. Si son tatouage sondait réellement les personnes, Kala aurait du voir le sadisme, la complaisance dans la souffrance, les chemins tortueux de réflexions, l'absence de remords et un pragmatisme à tout épreuve, ce qui ne pouvait mener à la conclusion anodine : je peux te parler librement de mon pouvoir.
A moins que cet exposé soit un tour de force mental magistral destiné à déstabiliser le voyageur au maillot de bain rouge afin de jauger sa réaction et d'en tirer les véritables conclusions. Dans ce cas, Kala se montrerait sous un bien meilleur jour, plein de clarté et d'intelligence, le tout saupoudré de ruses.  
Qu'importait les véritables intentions du voyageur albinos, elles avaient été balayées par un bref sourire en coin et une déclaration amusée
 :

"Certes il est déconseillé de se livrer aussi librement aux nouveaux venus, vous avez parfaitement raison. Il est plaisant que vous me jugiez suffisamment respectable pour accueillir ces confidences concernant ce tatouage si particulier et honorable. Ainsi donc il permet de sonder les personnes ? Ceci est fort intéressant …"

Oscar suspendit ses paroles comme si il leur laissait le temps de venir jusqu'à lui pour l'information soit enregistrée et il reprit sur un ton beaucoup plus enjoué, emporté par un subite élan de joie et accompagné par une Luëst ravie de sentir autant de bonheur autour d'elle :

"Connaître avec qui nous partageons la nuit est agréable, c'est indéniable. C'est pourquoi nous faisons connaissance, tout naturellement. DreamLand est une formidable occasion de rencontrer des personnes que nous ne croiserions peut-être jamais dans notre monde plein de réalité."

Sans s'apercevoir le moins du monde du changement de personnalité qui s'opérait, Oscar poursuivait avec légèreté, s'arrêtant parfois pour contempler quelques corps se prélassant du soleil frappant de chaleur. Tant de lumières aveuglait presque les yeux bleus pénétrant de l'aristocrate anglais qui se détournait des vives lueurs par ces observations plus ou moins innocentes en direction des corps plus ou moins dénudés.
Luëst ne se gênait pas non plus pour jeter des regards lascifs ou déshabiller du regard ceux qu'elle trouvait à son goût, ce qui pouvait être assez perturbant pour ceux qui étaient ainsi détaillés puisque l'invocateur et l'invocation partageaient les mêmes goûts en matière de chair.
La démonette n'hésitait pas à se trémousser ... pardon … à mettre en valeur ses généreux arguments par des poses suggestives. Elle gardait néanmoins un contact avec ses deux servants et leur souriait dès que leurs regards se croisaient.


"Vois tu, nous sommes au sein d'un échange parfaitement cordial." Oscar détourna la tête pour voir une demoiselle se mettre sur le ventre alors qu'elle venait d'ôter le haut de son maillot de bain.
"En ce qui concerne ta question, ma vie onirique se résume à une exploration sans fin et toujours pleine de surprises et de rencontres. Que ce soit les habitants de ce monde ou des voyageurs, il est agréable de s'y lier. De plus, DreamLand offre une opportunité de mixité des plus convenables et par conséquent, je m'y abandonne avec plaisir."

Un couple de créatures des rêves rappelant des naïades les croisèrent et le voyageur à la peau teinte en blanc les salua d'une révérence tandis que Luëst se passa le doigt sur les lèvres (à vous d'imaginer lesquelles …)

Soudain, la démonette de la luxure se retourna vivement vers Kala et lui demanda tout de go :

"En parlant de faire connaissance, tu as une petite amie ?"

"Et allez, c'est parti … Elle est parvenue à se retenir pendant … quoi … dix minutes ?" Railla Saënoris.

"A force de réagir ainsi, nous allons finir par croire que tu es jaloux …" Plaisanta Khildar en s'éloignant vivement du démon sadique qui réagit immédiatement avec une furieuse envie de découper dans de l'aristo, qu'il soit cloné ou non.

Oscar ne releva même pas la question, considérant qu'elle allait de soi et qu'y répondre tenait de la plus élémentaire des politesses.

Quelque soit la réponse, la réaction de la démonette demeurerait la même : elle se jetterait sur Kala tout en joie, renouvelant sa méthode d'étouffement par massage mammaire rapproché. La seule différence résidant dans le ressenti.
Dans le cas où la réponse est négative, la joie était pleine et entière. Des caresses accompagneraient les mouvements de la poitrine sur la figure du voyageur et tandis que les mains expertes se dirigeraient en direction de l'entrejambe, elle glisserait à l'oreille des arguments sensuels pour le convaincre qu'elle était très douée et qu'elle ferait une parfaite compagne nocturne.
Dans le cas où il avait déjà une petite amie, la joie serait dissimulée et un plan s’échafauderait dans sa tête pour briser le couple le plus rapidement possible. Plan qui incluait Oscar en tourmenteur des rêves de ladite petite amie.
Lorsque un être se dressait contre le plaisir de Luëst, il se retrouvait rapidement dominé pour satisfaire son plaisir. La présence d'une potentielle rivale accentuait donc l'envie de la démonette envers le voyageur hydrophobe ainsi que l'intensité et l'audace des caresses prodiguées. Il était à elle, et à personne d'autre !

Oscar connaissait bien cet état de son invocation et n'intervenait pas, ne désirant pas se mettre sous le feu d'une vengeance castratrice. Il se contenta donc d'attendre que la démonette termine de jouer avec le pauvre voyageur en laissant promener son regard sur les ondulations de la mer et les courbes   incitant à la débauche de la créature au maillot de bain décidément bien résistant malgré si peu de tissus.

Une fois la tentative de meurtre l'enlacement parvenu à un point de tension si intime que ce n'est plus seulement Luëst qui déborde … de joie, ladite demoiselle aguicheuse franchement allumeuse se détacha de sa victime sa proie et demanda avec enthousiasme
 :

"Et si on se baignait ?"

L'aristocrate entendait déjà les supplications et visualisait les moues boudeuses, enjôleuses, les gestes câlins pour convaincre. Pour sa part, il s'amusait beaucoup de voir le pauvre Kala subir les ardentes attentions de son invocation perverse mais ne le montrait nullement, son visage ne reflétant qu'un vague intérêt pour ce qui se déroulait sous ses yeux. Le sourire était aimable, sans offense devant la situation.
En ce qui concernait le projet de baignade, il n'était pas spécialement contre, même si il préférerait demeurer au sec. Le contact avec l'infinie aqueux ne l'avait jamais particulièrement enchanté.

Pendant ce temps, une dame d'un âge certain aux proportions cachalotesques calcinait sa peau ridée sur une bouée presque entièrement immergée. A son cou, un splendide collier de perles, véritable ironie puisqu'elle se tenait au dessus d'un repère d'huîtres peu recommandables.

Nos compagnons d'une nuit ne se doutait pas encore qu'ils allaient devoir plonger dans une aventure un peu particulière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1484
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Mar 14 Jan 2014 - 20:48
Là, je m'étais mis dans de beaux... Seins. Khildar était sympathique, je l'aimais bien, on discutait tranquillement et même si je savais que c''était un dangereux psychopathe, il respectait néanmoins des codes de courtoisie et d'allégresse. Le climat, le Royaume et ma ''compagnie'' lui semblaient être favorables. Et je ne m'en plaignais pas, vraiment pas. Je préférais qu'il soit calme plutôt qu'instable dans ses mauvaises nuits, ou dans ses nuits habituelles, je n'en savais pas beaucoup à ce sujet ou du moins, mon Tatouage semblait buger et ce n'était pas commode. Ça s'arrangera sûrement dans la nuit.
Ce dont je voulais me plaindre et dont je me plaignais depuis un bon moment même si mon corps se faisait un malin plaisir de passer du chaud au froid, du froid au chaud en une fraction de seconde, c'était la présence de Luëst, nymphomane jusqu'au bout des ongles et jusqu'aux tétons. Je ne savais pas ce qu'elle était, toujours à cause de ce Tatouage de merde, et d'après sa façon de montrer son affection, on aurait dit qu'elle était en manque de sexe... Non putain, elle voulait tout simplement baiser, qu'est-ce que je ne comprenais pas lorsqu'elle touchait mon entrejambe ? Et ce qu était bizarre, c'était que Khildar semblait s'en foutre royalement de ce qu'il pourrait bien m'arriver, on pourrait baiser comme des chiens, il broncherait sûrement pas. Était-il gay ? Non, mon Tatouage bugait peut-être, mais j'étais sûr que concernant cette information, il ne s'était pas trompé. Si Luëst avait été une créature de rêve... Une Créature des Rêves, putain ! Si elle vivait à Dreamland ou qu'elle avait été une Voyageuse, Khildar aurai réagit d'une autre manière, ce serait peu probable qu'il réagirait de la même manière. Soit c'était le soleil qui tapait fort ou que j'étais pris dans une illusion, ce qui est probable mais pas sûr qu c'était ça, soit...

« En parlant de faire connaissance, tu as une petite amie ? »

Oh putain. J'en étais sûr. Sûr de sûr. Sûr qu'elle allait me poser la question. Et là mon corps devint l'Allemagne Nazie et mon esprit la France : la Seconde Guerre Mondiale éclata une seconde fois. NON, VOUS NE NOUS CONQUEREZ JAMAIS ! SI, PAR LA VOLONTE DU FÜHRER ET POUR LA GLOIRE DE L'EMPIRE ALLEMAND ! NON ! SI ! NON !..

« Si ! Non ! Euh non merde, si... Si ! Oui, j'ai une petite amie. »

Plusieurs secondes passa. Les Américains avaient débarqués en Normandie, De Gaulle guida le peuple français, Hitler se suicida, la France fut libérée, la guerre prit fin !

« Désolé Lu... »

Ma phrase eut un stop d'une violence inouïe, c'était le plus gros que j'avais jamais vu. Et pour cause, Luëst m'avait projeté au sol et commença à me rouler une pelle. Je ne pouvais plus rien faire, je tentais quand même de la repousser mais elle prit mon point faible et commença à le caresser... C'en était fini, j'étais mort. Je tentai de faire des signes à Khildar pour me sortir de lui de là mais il regardait ailleurs. C'était bien ce que je me disais : on pouvait baiser comme des chiens, il ne broncherait même pas. Ma jauge de mayo augmenta tout doucement et... Putain de merde, je me faisais violer. Je pouvais ressentir les filles qui se faisaient violer et si je racontais ça à quelqu'un, que c'était un rêve et qu'il état réel, et que je m'étais fais violé, personne mais alors personne me croirait. Pire, je finirai à l'asile si je persisterais. Mayo mayo... J'avais horriblement chaud, le Vésuve explosait en moi, me baigner dans l'océan Arctique me ferait le seul grand bien. PUTAIN DEGAGE SALOPE ! Déjà que personnellement, c'était l'enfer, mais pour Khildar... Putain la grosse honte, quoi. Lâcher une purée devant un gars que je venais de rencontrer, je ne pouvais pas faire pire. PUTAIN MAIS BOUGE !! J'essayais désespérément de la faire bouger mais elle était comme collée à moi avec de la glu. Bon dieu de merde, it's over, je laisse tomber. Tant pis...
Et Luëst s'arrêta d'un coup, un sourire aux lèvres.

« Et si on se baignait ? »

Docteur, son cœur vient de lâcher, il ne respire plus, on l'a perdu ! NON ! Je refuse de perdre un patient aujourd'hui, ma bonne étoile est avec moi ! C'est mon horoscope qui me l'a dit... Passez-moi le défibrillateur ! On remonte dans 1, 2, 3 !!

Là, je me disais que Jésus, c'était moi. J'avais été ailleurs et j'avais été ressuscité. Où étais-je ? C'était beau, on dirait une plage, je pouvais voir des gens, étaient-ce des âmes qui avaient passés la porte du Paradis comme moi ? Il fallait me lever. Un rêve, forcément un rêve. Jusqu'à ce que le visage de Khildar vint apparaître devant moi, avec un léger sourire. Techniquement oui, c'était un rêve. Mais je n'étais pas mort, ça s'était sûr. Bordel, plus jamais je m'approchais de cette... Ah mais oui.

« Khildar, tu vas devoir désinvoquer Luëst. Je ne veux plus jamais la revoir. »

« OHMONDIEU OHMONDIEU ! »

Un monstre, c'était un monstre qui s'approchait de nous en courant. Une baleine, c'était tout ce que je pouvais donner comme description concernant la chose qui arrivait. Le sable tremblait, on sentait de petites secousses. Mon dieu, pourquoi moi ? Elle se rapprocha suffisamment de nous pour nous parler.

« MESSIEURSS'ILVOUSPLAITAIDEZMOIONAVOLEMONCOLLIERDEPERLESC'ESTDESHUÎTRESQUIONTFAITLECOUPELLESSONTPARTISPAR »

« Ta gueule. »

Je l'avais mis à terre en lui donnant un kick en l'air bien au milieu de sa face. Non, pas de service ce soir, désolé m'dame. Je m'en battais les steaks grillés si Khildar s'emmerdait, je voulais qu'il fasse disparaître Luëst, maintenant traumatisé par elle. Mais en même temps, du vol de collier par des huîtres...

« Bon. On va faire un truc. Je veux me changer les idées de cette attaque faite par ton invocation et je pense que chercher son collier à elle », en lui montrant le monstre étendu sur le sable, « me paraît tout à fait approprié. Mais je veux que tu fasses disparaître ton invocation. Sauf si tu veux pas me suivre. Tu es mon Voyageur d'un soir donc c'est pour ça que je te propose cette activité. Vas-tu laisser tes invocations te guider ou vas-tu ne rien faire et rester planter là, à regarder cette plage sans trouver quelque chose à faire ? »

Car oui, oui, j'avais enfin compris ce que mon Tatouage essayait de me faire parvenir. Khildar pouvait parler avec ses invocations en lui-même et Luëst faisait parti de la troupe. Mon Tatouage était brouillé car comme Khildar renfermait plusieurs personnalités en lui, mon Tatouage ne savait pas quel être analyser. Mais après avoir bien parlé avec lui, il s'était recentré correctement sur Khildar. Et c'était mieux comme ça.

Je cherchais quand même Luëst du regard qui devait sûrement s'amuser comme une folle dans l'eau, elle devait être constamment dans cet état... Pourvu que l'idée de se rejeter sur moi ne lui parvienne plus, s'il-vous plaît.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 29

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Jeu 13 Fév 2014 - 23:22
Under the sea

La réplique de Kala à l'encontre d'Oscar concernant Luëst mécontenta franchement l'invocation qui fronça les sourcils et afficha une mine boudeuse. Comment pouvait il être aussi méchant alors qu'elle lui offrait tout son amour ?
La réaction de l'invocateur face à cette demande se résuma en un haussement de sourcils significatif, simple témoignage de la surprise provoquée. Pourquoi diable exprimer ce désir alors qu'elle n'était qu'amour et volupté ?
Les récentes étreintes de la démonette avait pourtant été des plus affectueuses et innocentes. Il ne semblait pas à l'aristocrate qu'elle avait blessé l'objet de son désir. Au contraire, elle avait été des plus courtoise et adorable. A sa manière, bien entendu. Peut-être que le jeune homme n'appréciait guère une telle promiscuité. C'était une raison tout à fait valable. De là à expliquer cela à la démonette de la luxure …

Alors que l'anglais en vacances malgré lui amorçait un simulacre de protestation, une masse imposante fit son apparition. Ou s'échoua, selon le point de vue. Cette interruption possédait des dimensions propres à prouver le principe d'Archimède, mer à l'appui. Sa lutte pour s'arracher de la gravité et courir vers eux aurait été salué par Newton. Puis elle ouvrit la bouche et son débit fut si rapide qu'elle submergea ses interlocuteurs sous un flots de paroles qui les aurait noyé sans l'intervention du voyageur tatoué au sang échauffé.
La coup de pied en plein visage n'était pas des plus poli mais il fallait avouer qu'il était efficace, la vanne ayant coupé tout nouveau son pouvant être débité. La voix avait été émise sur une tonalité stridente, un supplice pour les nobles oreilles.
Toutefois, tant de violence envers une pauvre femme apparemment paniqué ne plut que peu à Luëst qui s'offusqua du comportement de son soupirant. (Même si en réalité, c'était elle la soupirante) Si impoli ! Alors qu'elle demandait de l'aide, en plus ! Etait il sans cœur ? Il lui avait pourtant semblé qu'il était plein de bonté. Un visage si doux, une chevelure si blanche, un regard adorable, une bouche désirable, un cul à croquer …

Tandis que Lüest retombait sous le charme de Kala en le détaillant de loin avec un air contrarié, Oscar analysa les paroles entendues. L'ironie d'un vol de perles commis par des huîtres l'empêcha de retenir un rire qu'il se permit, l'objet de dérision étant pour le moment dans l'incapacité de s'en rendre compte.
A la suite de quoi, le jeune homme, au sang aussi chaud que le sable dans lequel s'étendait la victime de vol, proposa à l'aristocrate anglais poliment moqueur de porter assistance à ladite victime en récupérant le collier de perles. En outre, il renouvela sa demande contre l'invocation et insinua perfidement que l'invocateur n'était pas maître de ses invocations en offrant une autre alternative : ne rien faire.
La réponse se fit sur un ton détendu, accompagné d'un sourire bienveillant, la remarque glissant sur le masque de l'indifférence
 :

"L’oisiveté est un art délicieux que je goûte chaque jour lorsqu'il m'est offert. Or, ce lieu est une ode à l'inactivité. "

Un sourire plus appuyé accentua le sous-entendu menaçant :

"Concernant mes invocations, je me targue d'être libertin envers eux, car je ne suis point un bourreau. J'ose espérer que vous ne prônez pas l'esclavage des créatures dreamlandienne, leur séquestration ou d'autres pratiques immorales ? Vous ne me semblez pas ce genre d'homme, n'est ce pas ?"

Anticipant une réponse convenable, l'aristocrate aimable se désintéressa de l'aquaphobe pour s'occuper de la victime d'un vol puis d'une agression physique. (et surtout faciale) Alors qu'il s'approchait de la tortue retournée et agitant les bras d'une façon grotesque, la démonette de la luxure pointa du doigt, les joues gonflées et les sourcils froncés, l'origine de son mécontentement tout en s'avançant d'un pas franc.

"Oulah, ça va barder pour le beau gosse." Ricana Saënoris

"Mais comment un tel poids peut il se déplacer ?" S'étonnait encore Khildar, resté bloqué à l'étape de la baleine

Une fois à la hauteur de celui qui l'avait vexé, Luëst se pencha légèrement (boing) pour toucher du doigt le torse de Kala (haaaan) et le houspiller avec colère :

"Alors comme ça tu voudrais m'enchaîner ? Entraver ma liberté ? Faire de moi une simple esclave ? Devant se contenter d'attendre les ordres ?"

Son visage précédemment si doux affichait désormais une colère indignée. Ses doigts caressant étaient devenus des griffes prêtes à lacérer. Sa bouche sensuelle ayant déposé tant de baisers s'apprêtait à le mordre avec férocité.
C'est alors que les sourcils froncés s’arquèrent et que les pulpeuses lèvres s'étirèrent dans un sourire
.

"Ça peut s'arranger … sous entendit elle, la langue tirée, Si tu aimes la cravache."

Occultant toutes éventuelles réponses, elle fit volte face pour annoncer avec enthousiasme à la dame redressée par les efforts (éreintant) d'un Oscar soufflant :

"Ne vous inquiétez pas, nous allons nous en charger ! Le beau jeune homme que voilà, désignant Kala, est un expert en moul … en huîtres. Il récupérera vos perles en un tour de main."

Elle enchaîna un nouveau tour sur elle-même (boiiing) pour s'adresser pleine d'espoir au beau jeune homme en question, les yeux pleins d'étoiles, la mine suppliante, les mains jointes sur sa poitrine (booiiiiing) :

"N'est ce pas ?" A peine aurait il articulé une réponse qu'elle confirmerait avec autorité : "Il le fera."

Au milieu des éventuelles protestations, Oscar exprima son désir de demeurer à sec. Certes, l'eau était un facteur indéniable d'hygiène et il en usait pour ses ablutions. Cependant, il ne lui plaisait guère de s'immerger dans un environnement aussi aqueux. Le désordre résultant d'une telle immersion était inconvenant pour une aussi noble stature que la sienne. La natation n'avait décidément pas son adhésion. Naturellement, il savait nager. Néanmoins, il n'en appréciait pas la pratique, préférant un sol ferme sous ses pieds.
Son refus de se joindre aux chercheurs de perles eut pour conséquence une bouderie de son invocation nymphomane qui s'en retourna vers Kala, un magnifique sourire illuminant un visage rayonnant de douceur. Sa brune chevelure cascadait sur ses épaules invitant au réconfort. Sa poitrine maintenue par un maillot de bain vaillant était fièrement dressée, témoignant de la volonté de l'invocation d'entreprendre ce sauvetage.
Elle tendit une main amicale en direction du beau jeune homme albinos, oubliant ses précédent propos à son encontre. Elle gardait au fond d'elle une petite vexation mais l'envie d'aider la dame aux perles et la perspective d'une véritable aventure sous-marine étaient plus fortes, laissant de côté ses pulsions sexuelles débordantes.
Elle se sentait d'une âme de sauveteuse, de sauveuse même ! Alors en avant pour aller sauver les perles et battre les huîtres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Water Boy
Messages : 1484
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 20

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Sam 20 Sep 2014 - 9:30
Spoiler:
 

Hmm…

Et si tout cela n'était qu'un rêve ? Si tout ce que je faisais, tout ce que j'entendais, tout ce que je ressentais, tout ce que je voyais, tout ce que je touchais... Si tout cela n'était qu'un rêve ? Pas une illusion. Une illusion est proche de l'éveil, l'illusion est quelque chose qui agit sur nous lorsque l'on est éveillé, lorsque l'on croit que tout ce qui nous entoure est réel, et l'illusion vient perturber notre perception de la réalité. Non, ce n'était pas une illusion. Si tout ceci n'était juste... Qu'un rêve ?

Bon dieu de merde. Bien sûr que ça l'était. C'était un rêve que je faisais, un rêve où j'étais pleinement conscient. Mais merde alors, où avais-je atterri cette nuit-là ? Parce que pour vouloir me retrouver entre un aristocrate psychopathe qui n'avait envie de rien foutre et une bombe sexuelle qui d'abord voulait se faire démonter le minou puis qui voulait aider un cachalot des mers pour retrouver un collier de perles de rien du tout, je crois que ma chance de pourri gâté s'était bien, mais alors, bien enfoncée dans ce qu'on pouvait appeler, euh, comment déjà ? Ah oui ! La merde. Elle y nageait presque. Et moi dans tout ça, que pouvais-je bien faire ? Oui Kala, que pouvait-tu bien faire ? Certes, tu pouvais très bien te barrer. Mais était-ce une bonne chose ?

Tu me fais rire, bien sûr que ça pouvait être une bonne chose. Enfin en tout cas, ça pouvait être absolument tout, sauf une mauvaise chose. Mais alors pourquoi je restais là, comme pour attendre mon heure ? Parce que d'un côté, je voulais continuer à mater Luëst. ROH C'EST BIEN, CHIOTTES ! OUI J'AVAIS ENVIE DE MATER SON CUL QUI DANDINAIT DANS SON BIKINI TOUT FIN, ET ALORS ? 'Tain, où était passé la logique du monde ?.. C'est vrai quoi, j'ai bien le droit de mater car primo, elle fait absolument tout pour qu'on la mate sous tous les angles, elle le fait exprès et deuxio, j'avais envie de mater quand même, tout simplement. Oui elle m'avait sautée dessus et j'aurai pu la lui foutre, c'est vrai. Mais on était sur une plage, avec plein de gens ! Je ne comptais pas Khildar, Moby Dick (ha-ha) s'échouerait sur la plage, il s'en ficherait. Mais quand même quoi, j'allais rien faire avec elle alors qu'il y avait tout un tas de personnes. Et puis, il avait une âme de sauveteuse maintenant.

Luëst me tendait la main, un sourire aux lèvres. Bien sûr qu'elle était mignonne, même quand elle ne souriait pas elle l'était, alors ne faîtes pas chier avec des détails sans importance... Enfin si, ça l'était, de quoi prendre une quéquette en main, l'empoigner et se l'astiquer mais ce serait vachement dégueulasse ! Vous avez pas honte, euh.. Personne extérieure à la situation qui me voit quand même mais qui n'existe pas... Hein ?! C'est franchement dégueulasse. Pour la peine, il n'y aura plus aucun sous-entendu sexuel. Eh ouais, c'est comme ça mais c'est la vie, comme dirait l'autre... Euh... Je sais plus qui mais l'autre. Car de toute façon, il n'y avait pas besoin de sous-entendus sexuels quand il y avait Luëst sous les yeux. Juste sa simple présence était un sous-entendu sexuel, c'est fou. Même le fait qu'elle me tendait la main depuis cinq secondes était un sous-entendu sexuel et je m'empressais de la lui prendre, pour ne pas la frustrer.

Non mais juste, juste. Vos gueules.

« Je m'excuse Luëst pour ce que j'ai dis, j'aimerai que tu me pardonnes. Mais simplement, je voudrais que tu te calmes, je ne suis pas un gars qui peut marcher facilement dans... Dans ça. Je pense que tu peux comprendre ça, non ? Si c'est le cas, je commencerai à t'apprécier. »

Ouais, à t'apprécier, pas à être ton amant de la nuit connasse. Bordel, ce que je pouvais être bon acteur. Je me convainquais moi-même pour ne pas afficher un rictus ou quoi que ce soit qui pouvait me trahir et si la démonette semblait ne rien avoir vu, j'espérais que Khildar n'avait rien vu également. Je n'avais pas envie que mon Tatouage me dise quoi que ce soit d'autre sur la personnalité de Khildar, j'en savais pas trop, mais assez pour ne pas en savoir d'avantage. Car d'une part, ça me faisait chier à un point, c'était un truc phénoménal. Et aussi parce que j'avais la flemme. Eh oui, j'avais juste la flemme, la raison n'était pas parce que j'avais peur de lui. Il semblait certes un peu plus fort et un peu plus expérimenté, mais déjà primo, j'avais fais un bon bout de chemin à Dreamland également et secundo, je n'en avais rien à foutre. C'était tout, et seulement tout. Pourquoi la vie devait-elle être si compliquée ? Ne pouvait-elle pas être simple et clair ? Tout est bien quand l'eau coule tranquillement sur la roche. Je suis l'Eau, et je coule tranquillement. Voilà, no problem. Pas de stress. Y a Point S.
Cette phrase venait d'apparaître comme un cheveu dans une soupe. Oublions-là.

Le cachalot des mers s'était relevé, créant des minis-séismes qui faisait trembler le sable sous nos pieds. Ohmondieu. C'était horrible. Comment pouvait-on rester comme ça ? A un moment donné, il fallait maigrir pour enlever toute cette graisse. Au moins un petit peu, non ? Là c'était plus possible, franchement. Mais de peur de froisser la part féministe de Luëst, je ne dis rien sur le physique de cette pauvre victime. Laissant Luëst lui soutirer des informations utiles, je me rapprochais de Khildar pour lui tenir à peu près ce langage :

« Khildar, je suis d'accord sur le fait de ne pas entraver la liberté de tes invocations, mais j'aimerai que tu m'accompagnes dans ce.. Dans ce sauvetage. Tu es mon Voyageur d'une nuit, désolé au passage de ne pas être une demoiselle mais si tu m'accompagnes, je suis sûr que ça va être fun. »

Voyant que la baleine des mers s'était retirée, je rejoignis Luëst, en espérant que Khildar faisait de même. J'inspirais et expirais plusieurs fois, m'échauffais un peu les bras, les jambes, craquais mon cou, mes mains et concentrais mon pouvoir magique en fermant les yeux. Si j'en avais eu la possibilité, il y aurait eu de légères vagues d'énergie qui auraient pu soulever mes cheveux. Mais bon, c'était trop rêver.
Bouahaha, la blague de merde.
J'ouvris à nouveau les yeux. Je mis Miro sur mes oreilles et informais Luëst et Khildar, même si ce dernier ne nous avait pas rejoint (fallait quand même que je l'informe, au cas-où) :

« On va devoir s'enfoncer dans l'eau pour espérer trouver ces fichus huîtres et comme on a pas d'équipement de plongée, je vais devoir utiliser mon pouvoir. Pour moi, je n'ai pas de problème, mon casque peut créer une bulle d'air autour de ma tête mais pour vous, c'est moi qui doit vous en créer. Mais attention, si je perds totalement ma concentration, je ne pourrai pas retenir la disparition de la bulle. Bien sûr, je vous en créerai de nouvelles mais pour vous dire qu'il va falloir faire gaffe à ne pas trop vous éloigner de moi et d'essayer de ne pas trop attirer les ennuis. On récupère le collier de perles et on remonte. Euh, est-ce que... Est-ce que ça vous va ? »

Allez, faîtes pas vos putes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 734
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 29

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou] Dim 21 Sep 2014 - 0:33
Somewhere …

Quelque part, au delà de la mer, sur la plage, une gargantuesque femme s'éloignait. Ses pas formaient de profondes traces dans le sable chaud. Avec une certaine aisance pour une telle pondération, elle se dirigeait vers une paillote qui faisait office de bar à cocktail. Toute cette agitation l'avait tourneboulé et elle avait besoin d'un rafraîchissement. Elle jeta un regard derrière son épaule d'une largeur de taureau, en direction de ceux qui avaient accepté de l'aider à retrouver son collier de perles.
Elle avait foi en la jeune demoiselle toute excitée. Bien qu'elle soit beaucoup trop maigrichonne à son goût (comme les deux autres gaillards qui l'accompagnaient), cette charmante fille inspirait confiance. Elle ne pouvait expliquer la raison de cette assurance et pourtant, elle le sentait. Peut-être que les paroles prononcées avec bonté ou la promesse formulée avec aplomb avaient contribué à la convaincre. A moins que ce soit son sourire franc … Qu'importait, elle était sûre qu'ils lui rapporteraient son collier. Ce n'était pas parce qu'ils étaient aussi maigres que des fétus de paille qu'ils ne parviendraient pas à bout de ces huîtres voleuses.
La femme aux dimensions de baleine n'avait aucune rancœur contre ceux qu'elle considérait comme pouvant se faire souffler par le vent des marées. Certains auraient pensé que la jalousie rongeait son corps , alors qu'il n'en était rien. Ce corps, elle en prenait soin et s'y plaisait. Elle se déplaçait avec autant de facilité qu'un autre, voire courrait plus rapidement que certains. Quant aux moqueries, elles provenaient essentiellement de voyageurs qui ne la connaissaient pas et qui se faisaient rapidement rabrouer par les habitants du royaume des Tropiques. Elle y était connue et reconnue, tant pour ses formes que pour sa gentillesse.
D'ailleurs, le poulpe barman de la paillote l'accueillit avec un grand sourire jovial, tandis qu'il préparait deux cocktails avec agilité et ses six bras.

L'arrivée de la propriétaire du collier de perles obligea ceux accoudés au comptoir de se décaler de plusieurs dizaines de centimètres, provocant des protestations proférées par deux voyageurs, le troisième se contentant de s'éloigner, son verre à la main, en soupirant bruyamment. Tandis que le barman étranglait un des deux voyageurs et que son comparse s'enfuyait lâchement, celui qui c'était éloigné (et qui n'avait aucun lien avec les deux autres) fixait de son seul œil valide, l'autre étant dissimulé par un noir bandeau de pirate, avec une tête de mort dessus (fantaisie du royaume), la petite troupe composée d'un albinos, d'un aristocrate et d'une nymphomane.
L'objet de sa surveillance étant celui qui se prétendait noble, il ne l'avait pas quitté de l’œil depuis sa venue dans ce royaume marin. Après tout, la raison de sa présence était ce voyageur à l'attitude hautaine.

Tout en sirotant tranquillement son cocktail multicolore surmonté d'un jolie parasol rose, il s'attabla à l'une des nombreuse tables disponibles, demeurant hors d'écoute de sa cible. Peu lui importait, tant qu'il l'avait bien en vue.
Il portait un short de bain aux fleurs aussi multicolores que son breuvage et une chemise hawaïenne orange ouverte sur son torse musclé, ce qui lui convenait parfaitement. Ainsi, ses mouvements n'étaient pas entravés et il ne risquait pas de trouer ses vêtements lorsqu'il activerait son pouvoir. Si ce genre d'environnement chaud et ensoleillé ne le dérangeait pas, il songea à son Seigneur qui devait sûrement détester. Un sourire en coin se dessina à cette évocation. Son Seigneur … il faudrait qu'il songe à lui rendre visite, un de ces quatre. Il lui avait subtilisé Ganta pour le former à sa manière, en rejoignant Marine, Matthieu et Aurine, formant ainsi les Heart Steal.
Et ce … connard d'aristo … il avait manqué de respect à Marine ! C'était pour ça qu'il était là. Pour venger la voyageuse araignée de l'affront subi à Discoland, il y a quelques nuits de cela.

Retournons maintenant à nos blanches brebis.
Face aux excuses de Kala, Luëst hocha brièvement la tête, semblant lui pardonner. Elle lui fit un petit sourire pour le rassurer, tout en gardant un fond de bouderie envers l'attitude mesquine qu'il avait eu. Elle lui avait ouvert son corps, présenté son affection, et lui, qu'avait il fait ? Il avait osé la rabaisser au rang d'invocation, de jouet qu'on appelle et renvoie, sans état d'âme ? Elle était une démonette de la luxure, ouais, mais pas une vulgaire chaussette dont on se débarrassait aussi facilement. Elle avait des sentiments, une volonté, merde !
Et voilà que monsieur, parce qu'il était so sexy, ce croyait tout permis ? Bon, il lui avait présenté des excuses, c'était déjà un début. Mais il continuait de la considérer comme une simple invocation, elle l'avait entendue en discuter avec Oscar. Et la réplique de son maître ne se fit pas attendre, sur les deux points évoqués 
:

"Avant de se lancer dans cette humide aventure, je vous suggérerais de cesser de les considérer en tant que telles. Même si votre vérité est plus juste, mon souhait de les estimer en tant que personne est plus humain, ne trouvez vous pas ? J'ose imaginer que vous comprenez mon point de vue …"

Il n'y avait aucune menace dans le ton employé, mais le regard appuyé accentuait le propos. Même si il sentait que ce jeune homme n'avait aucune intention de nuire (quoique …), il se devait de protéger ses invocations, de toutes les formes d'attaques.
Quant à l'invitation renouvelée, il prit le parti de suivre les apprentis sauveteurs, au moins pour surveiller l'attitude de Kala envers Luëst qui affichait une mine enjouée. Sauf qu'il la connaissait depuis suffisamment longtemps pour ressentir sa peine au fond d'elle. D'où son acceptation de les suivre, pour le moment.

Ils étaient désormais au bord de la mer, prêts à partir à l'aventure aqueuse. Kala avait fait montre de toute sa virilité en témoignant d'une arthrose précoce. Une fois placé son masque de musique sur ses oreilles (pouvait il encore les entendre?), il expliqua la nature de son pouvoir et surtout l'utilisation qu'il comptait en faire pour accomplir leur mission.
A cet énoncé, Oscar s'étonna et demanda, son nœud papillon aux ailes argentés se posant sur ses épaules
 :

"Vous êtes capable de produire autant de bulles ? Vous devez être bien puissant ..."

Sur son visage se peignit une expression d'admiration. Quant au plan exposé, il y répondit avec intelligence, afin de s'éviter trop de contact avec l'eau salée :

"Toutefois, si vous indiquez que maintenir ces bulles vous requiert autant de concentration, ne vous contraignons point. Je vous accompagnerais depuis la surface, si la situation devait empirer, j'interviendrais. Rien ne sert d'augmenter le risque en étant plusieurs dépendant de votre pouvoir. Outre le fait d'ainsi l'économiser pour un combat, je ne vous serais d'aucune utilité. Je ne sais pas me battre …"

Il ouvrit les bras pour mettre en valeur son corps, en témoignage de sa faible propension au combat. Du moins espérait il le convaincre.
De plus, Luëst détourna l'attention en signalant qu'elle était entièrement d'accord avec ce plan et que cela ne la dérangeait pas.


"Je te fais confiance," ajouta t elle, plongeant ses magnifiques yeux noisettes dans ceux de l'albinos. Elle était prête à s'enfoncer dans l'eau avec lui et se retenait de le tirer par le bras pour l'entraîner.

Une sensation de froid dans le dos fit frissonner Oscar qui compléta, par égard à la demande de Kala :


"Je ne doute pas du caractère fun. Néanmoins, une impression me souffle que le fun se fera aussi sur le sable …"

Sur ses paroles, il se retourna mais ne vit rien, rien d'autres qu'une immense plage ponctué de baigneurs, de joueurs de volleys, de femmes en bikini, de serviettes et de parasols, de paillotes et d'un poulpe jetant un voyageur au loin, qui demeura allongé dans le sable avant de repartir, penaud.
Une plage tout ce qu'il y a de plus innocent. Mais quelque part, au delà de la plage, quelqu'un attendait ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: 15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou]
Revenir en haut Aller en bas

15th Night : Sunny Night [PV : Kala Kourou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Tropiques-