Haut
Bas

Partagez

hasard ou simple providence... [ Pv Myriam ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: hasard ou simple providence... [ Pv Myriam ] hasard ou simple providence... [ Pv Myriam ] EmptyVen 30 Déc 2011 - 15:17
Une matinée comme une autre, un réveil comme un autre, en gros un quotidien vraiment commun à souhait et pourtant malgré ma tête dans le radar, je trouva le moyen de me cogner le doigt de pied contre la commode... oui!!!( vous savez cette fameuse commode, ou autre meuble qu'on a limite envie de tronçonner, ou faire brûler!!) le truc qui arrive à tout le monde, qui vous met en général de très mauvaise humeur et dans ce seul moment de solitude extrême, on trouve le moyen de l'insulter, alors que cette dernière n'est pas en cause, bah ouais, elle n'a rien fait! elle était la ou il ne fallait pas, elle allait certainement pas nous prévenir, du genre "fait attention, je suis la" ou alors " tu va te faire mal" de sa plus belle voix, non! elle nous parle pas! elle attend patiemment , elle attends qu'on se fasse mal et qu'elle en rigole. Bien évidement, de notre coté, on souffre le martyr, donc en gros, à ce moment même, j'étais dans la posture que tout le monde connais dans ce cas si particulier, à cloche pied entrain de me mordre le poing.

- Ra haisetsubutsu! Misurumuburuarakaruto to shite kuwai !?

Non, elle ne répondra pas...pourtant, on n'aimerai non? mais bon, maintenant, on sait d'ou vient le moment de solitude... Next ==> ( oui, c'est une manière pour ne pas s'éterniser sur le sujet! c'est pas mal? non mdr ). Bref, pour moi, il fallait vraiment que je parte de cet hôtel hideux et me trouve un ptit coin sympa donc ma mission d'aujourd'hui allait être de me trouver un toit et vu les relations de l'oncle et tante ainsi que les revenus, ça allait se faire a mon avis sans souci.
Rien de mieux pour bouger un peu, bien évidement la douche allait se faire sentir aussi pour me réveiller de manière plus douce et oublier cet incident matinale. Une fois dans la salle de bain miteuse, nous n'auriez certainement pas envie de vous y laver rien qu'a en voir l'état, les petits compagnons que t'a franchement pas envie de voir des le matin, c'est pour cela que je ne prenais que des douches, imaginez la tête que vous feriez si vous voyiez un cafard entrain de prendre un bon bain avec vous... vous voyiez perso, j'ai tentée l'expérience et j'ai franchement pas apprécier, je m'appelle pas Cendrillon ou autre personnage de Walt Disney drogué... comme si cafard ou divers insectes aimerai partager un moment de détente avec vous.. vous vous imaginez parler avec votre Animal de compagnie qui est un Cafard?? que vous partagez votre bain avec lui??? ... Non, vous me rassurez. Enfin vive l'insalubrité, bref, tout ça pour dire que je pris ma douche de façon très rapide, d'ailleurs peut être que Flash m'aurait battue en terme de vitesse. Une fois sortie de la douche, en narguant mes colocataires à quatre pattes ( enfin, je crois) je fouilla dans ma valise de quoi me vêtir... ( Valise = sécurité et pas de visite animale)…

Et dire que par moment, ma vie japonaise me manquait tant, la facilité de vivre, avec si peu de meuble, l’odeur des tatamis, l’odeur de la bonne nourriture… alors qu’ici tout était si encombrant… pourtant cela faisait longtemps que je m’étais fais a ce mode de vie différent, mais pourtant, la sérénité, les effluves des saisons, les traditions me manquaient… toute ces petites choses qui vous sont anodines au départ, vous semble si importante une fois que l’on s’éloigne. D’ailleurs depuis que j’avais rencontré le monde de Dreamland, j’aurai penser qu’il aurait comblé ce manque si subtile à ma vie mais non…
Bref tout ça c’est bien beau, mais vous vous demandez surement pourquoi, je suis dans un hôtel miteux?? Non même pas??… Arfff… bah je vais vous le dire quand même! Attention retour en Arrière!! On rembobine!!.

FLASHBACK

J’étais partie au Japon, il me fallait voir les miens, enfin leurs pierres… enfin vous avez compris… il fallait que je retourne la bas pour commémorer leurs morts, j’étais partie comme ça, sans même me retourner mais il fallait que j’y retourne… pourquoi? Justement, une intuition surement.

Une fois arrivée la bas, tout me ressautait au visage, les rires, les souvenirs, tout en marchant d’un pas plutôt léger , je m’arrêta et interpella un taxi, monta dedans, le chauffeur devait avoir dans la quarantaine, était vêtue d’une simple chemise et d’un pantalon à pince, une coupe de cheveux plutôt dégarnie mais l’homme avait encore son charme. Ce dernier me regarda tout en me demandant ou j’allais aller , bien évidement dans un japonais parfait, je lui répondit et m’emmena à mon ancienne adresse.
Tout étais comme avant, la maison, le jardin n’avais pas bouger comme si le temps s’était arrêter, j’aurais jamais penser que tout aurait cesser de vivre… j’étais la devant, et je m’attendais encore voir mon grand frère sortir avec son ballon de basket ou autre et me le lancer à la figure…ou alors voir mes parents partir au travail , en me tapotant la tête pour me dire a tout à l’heure… non plus personnes ne sortirai de la maison, elle était la, elle attendait sagement que son propriétaire revienne et qu’il lui redonne vie.
Quand tout à coup, en tournant la tête, je revis des amies de mon frère, j’aurai voulut les éviter mais ces derniers m’interpella en courant vers moi… c’est dans ces moments la ou vous ne voulez rencontrez personne et comme de par hasard tout le monde sort de chez eux… Arfff, imaginez vous la tête que j’ai eu…j’avais qu’une envie prendre mes jambes a mon cou et partir loin… mais Est-ce que je devais vraiment le faire? L’envie était la mais je ne pouvais pas les éviter, ils étaient la et accouraient vers moi… qu’aurais je pus faire?, ils semblaient heureux de me voir à en juger leurs visages rayonnant, je ne pouvais pas les fuir … eux qui me posait tellement de questions.
Evidement, je suis rester tout en les prenant dans les bras, marchant ensemble, on parlait de tout et de rien, ils n’avaient pas changer, Sochiro était rester égale a lui-même tout parlant de jeux vidéo et de manga hentaï… un vrai Otaku… Toushiro était toujours aussi calme et parlait seulement quand il le fallait, c‘était l‘intello du groupe… Ayame, la seule fille du groupe, était la meilleure ami de Kei , mais j’avais toujours l’impression que c’était ambiguë entre eux… intuition d’enfant de l’époque mais maintenant, je la revois très mature, très adulte, je comprends maintenant pourquoi elle était si proche de lui, quand a Daisuke , il avait changer physiquement, il n’était plus ce nain gamin, non, il avait changer et était toujours aussi turbulent, le plus fou du groupe…

Ils étaient la avec moi, les années avaient passer, mais ils étaient rester proche, par moment, j’enviais leurs complicité, chose que j’avais perdu, je souriais comme je le faisais souvent, mais Daisuke me connaissait très bien et au bout d’un moment, il me fixa , d’un regard si bleu que j’en étais troublé a chaque fois…

- Kira-chan, que deviens tu depuis le temps? On se pose tous la question, depuis… enfin tu vois… l’incident… On voulait avoir de tes nouvelles, mais tu est partie si précipitamment qu’on enfin voila quoi… Tu sais Keisuke était un frère pour nous et toi notre petite mascotte, mais aussi notre petite sœur…

Je regardais les autres qui me regardaient tous, tout en hochant la tête, j’étais presque bouche bée, mais que devais-je leurs dire… que j’avais fuis en courant, que j’avais abandonnée ma famille… Ayame, me pris les mains, Toushiro me tapota la tête comme avait l’habitude de faire mon frère, Sochiro lui trouvais qu’a baver devant la belle femme que j’étais devenue, Daisuke quand a lui ne décrochait pas…

- Minna… si vous savez… j’ai fuis tout simplement, comment aurais je pus rester aussi… maintenant, je vis en France avec mon Oncle et ma Tante… vous vous rappelez d’eux?

Tous hochèrent la tête, mais était étonné que je vivais en France… Sochiro lui pensait qu’a une chose aux petites françaises, les Events de Manga et j’en passais… Bien sur, je le racontèrent tout ce qu’ils m’étaient arrivés depuis ce fameux jour, Ayame me tenait toujours les mains, elle avait bien sur fait attention a ma mitaine, mais elle n’en avait pas montrer la moindre interrogation, je leurs parlais aussi de l’étrange rencontre que j’avais fait, cet homme qui avait réussie à me troubler d‘une manière qui m‘avais beaucoup surpris, évidement, je ne lui fis pas part de l’endroit…Daisuke semblait un peu surpris, il me posait tellement de question que je me mise à rire… y avait pas de doutes… mon grand frère avait laisser des traces et Daisuke me donnais l’impression qu’à travers lui, Kei me disait de faire attention…Daisuke ne trouvait pas ça marrant, mais fallait croire que mon rire fut tellement communicatif , que tout le monde éclata de rire, Daisuke, leurs disait d’arrêter et de comprendre sa situation mais tout le monde le charriais.
Tout à coup, je me leva, se qui arrêta tout le monde, m’excusa et au moment même ou je quitta la table, Daisuke m’attrapa le bras

- Nous venons avec toi!

Sans savoir ou j’allais aller, ils avaient sentis que j’avais maintenant le courage de m’y rendre, ils étaient certes la bande de mon frère mais aussi des amis précieux. Une fois, rendu la bas, je ne pleura pas, mais sourit car je n’étais pas seule à être devant l’édifice TAKUMI, la tombe était nettoyer, l’encens était la aussi, prêt a être consumer . Toushiro regarda l’édifice tout en la caressant.

- Nous en avons pris soin pour toi… il était notre fil conducteur, un ami, un frère, il était notre lien.

Ayame me tenait la main si fort, que j’ai cru qu’elle allait s’effondrer, Sochiro pleurait encore en silence quand a Daisuke, il me pris par les épaules

- Nous savions qu’un jour, tu viendrai… et puis Kei savaient très bien que quoiqu’il arriverait, nous aurons été la pour toi, c’est notre rôle… dire qu’on t’a tous connu petite…


- Daisuke- kun, tu étais encore plus petit que moi…et je faisais ce que je voulais de toi


- Ouais, y a pas à dire Kira savait comment faire avec toi!!


- Ayame, c’était normal, elle étais craquante mais aujourd’hui c‘est encore le cas, mais en plus pire… même Kei n’arrivais rien a lui refuser mais bon… je parlais en âge … pourquoi remet tu ça sur le tapis… arfff…

- Daisuke, tu rougis ou je me trompe!!

Je tourna ma tête vers ce dernier, il était aussi rouge qu’une pivoine, tout le monde rigola, même lui, ce qui donnait vie a l’endroit qui semblait tout aussi dormir, je me retourna vers eux avec un sourire radieux malgré les circonstances

- Minna, Merci… Vraiment… mon frère avait de la chance de vous avoir et je compte bien chérir cela, merci de me montrer que j’ai pas été aussi seule que je le pensais.

Tout le monde m’enlaça , on passa encore quelques heures ensemble avant que je reparte pour la France , on s’échangea nos mails, primes des photos qu’Ayame s’empressa de faire développer afin que tout le monde les ai, puis l’heure tourna si vite, que nous nous trouvions à l’aéroport, tout le monde me serra dans les bras, j’avais retrouver une partie de complicité, de vie de famille malgré qu’elle ne le soit pas vraiment. Mais bon, je monta dans l’avion tout en leurs promettant de revenir.
Mon arrivée en France, fut morne et sans joie, il se faisait tard et rentrer chez mon oncle et ma tante avec cette heure tardive, serait proie a réveiller tout le monde, donc je me trouva un hôtel.

FIN DU FLASHBACK

Une fois, la tête pleine de souvenir, il me fallait maintenant, me trouver un petit appart… une fois habillé de manière assez simple, jean un peu usé, chemise rouge a carreaux doublé d’une veste en cuir noir, mitaine a la main droite, je mis mes rangers au pieds… y a pas a dire le modèle féminin motards… enfin presque… je me coiffa d’une longue queue de cheval, un coup de crayon noir sous les yeux et me voila prête pour aller faire les petites recherches d’appart.

J’étais motivée, je pris mon portable, mes papiers, argent bien évidement et ferma la porte a double tours. Une fois arrivée au rez de chaussé, le soleil illuminait la pauvre ruelle dans laquelle se trouvait l’hôtel, et direction le centre commercial qui se trouvait pas loin.
Une fois avoir marché le long de la rue, Oui!! J’ai marché!!! Vous vous rendez compte!! Moi qui aime les grosses cylindré, je marchais alors que j’aurai bien utiliser la mienne.. Bah non, je marchais…

Une fois arrivée devant l’enseigne du magasin, j’achetai un journal… puis le grand moment de solitude devant le vendeur, un bruit ignoble se fit entendre… Oui!! C’était encore un coup de Mr l’estomac qui mourait de faim… le vendeur me regarda d’un air plutôt plaignant en se disant : la pauvre, elle a pas manger et moi j’étais… et merde pourquoi tu pleure maintenant, alors que le déjeuner allait arrivée…
D’un sourire assez gêner, je remercia le vendeur et entra dans le centre commercial, tout en recherchant un café ou j’allais pouvoir me restaurer le plus vite possible, une fois trouver ce que je recherchais, j’entrai alors dans ce café qui était des plus simple mais quelques peu retro, commanda de quoi me restaurer, m’installa près du comptoir puis ouvrit le journal pour lire les nouvelles puis mis mes lunettes.

A vrai dire pour une japonaise, je me débrouillais fort bien pour les langues, j’avais appris le français avec une facilité déconcertante, malgré le petit accent que j’avais, les gens comprenaient parfaitement ce que je disais et je le lisais tout aussi bien donc pas besoin de dico ou traducteur de poche.

Enfin bref, en lisant les nouvelles, je tomba sur un article plutôt ironique à mon gout, un policier du nom de H.M avait tabasser un gars sans raison particulière enfin c’ est-ce qu’avance les journalistes, mais pouvait on vraiment se fiez a ce qu’ils avançaient??…bah ouais, c’est comme dirait Mulder « La vérité est ailleurs », ces gens la sont doués pour cacher les vrais indices au peuple, ils étouffent l’affaire et puis hop pas de problèmes… ils s’en débarrasse sans aucuns remords.

Tout en lisant d’autres nouvelles, je me remis a penser à ce Fameux H.M, il me semblait le connaitre… il n’y avait que ces initiales, pas de photos ou autre, puis une image se mit lentement devant ces initiales, dans mon esprit, je m’y refusa, ce n’étais surement pas lui… certes, il était impulsif, j’étais certaine que ce n’étais pas lui et pourquoi donc frapper une personne qui soi disant n‘avais rien fait?… Puis en essayant de passer outre, quelques chose ne cessait pas de revenir, j'avais beau chercher à la chasser, elle revenait sans cesse, comme si cette pensée était un boomerang..., je ressentais l'envie... non le besoin de trouver cet homme que j'avais connue dans le fameux monde de Dreamland, pour une première visite dans le monde de Dreamland, je ne m'attendais pas à tomber sur ce bel âtre.

Évidement, le fait de repenser à lui, m’avais montrer que même si on tente de l’oublier ça vous ressaute toujours au visage, je m’en rappelle qu’une fois que j’en avais parler à Ayame, j’étais presque chambouler de manière que même elle soi étonner de lire sur mon visage… cette évidence que je ne connaissais pas fut que je rayonnais, elle ne m’avait rien dit, mais elle s’était seulement contenté de sourire, d’ailleurs pourquoi ce sourire énigmatique??… je penserais à lui demander à l’occasion.
D’ailleurs quelle étais la providence qu’on vivait dans la même ville?? Elle était nulle mais tout à coup, l’envie de trouver un appart me sembla obsolète… je revins alors sur l’article, le relut puis la certitude se fit plus forte, alors je paya mon petit déjeuner , plia le journal, et décida de partir en direction du poste de police afin de trouver cet homme qui faisait battre ce stupide cœur, tout ces paroles qu’on s’était échanger durant ce fameux jour à Dreamland, son humour particulier, ces cheveux d’un blanc immaculé, cette tête de mule en puissance, rien que d’y repenser comme ça je ne pouvais que sourire d’une manière assez bêta… Me voici idiote rien qu’en pensant que cet homme avait en l’espace d’un instant changer une part de moi. Fallait que je le retrouve coute que coute.
Mais comment se passerais quand on se verrai? Seras ce un genre je te connais pas, casse toi, ou alors, t’es qui? Ou bien tout les possibilités pouvaient être illimité, je veux dire les probabilités étaient nombreuses donc rien ne m’assurais une chance…
Arff, et puis pourquoi se casser la tête pour une personne hein?!!! D’ailleurs je connaissais rien de lui, a part son Nom et prénom, qu’il n’étais pas gay et qu’il parlais le langage du corps fort bien, son pouvoir de lézard qui pourrais plaire à beaucoup de styliste Français… alors pourquoi? Vouloir foncer si c’est pour se trouver au pieds du mur?? Heinn!!!???? Vous aurez fait quoi??? … C’était le jeu question a un Million d’Euro, merci d’avoir participé!!!!

Non plus sérieusement, même la plus petite étincelle d’espoir pouvais mener au désespoir le plus profond…


* Allez t’es une battante baisse pas les bras avant d’avoir essayer!! *

Mon fort intérieur me poussait a avancer et mon corps semblais statique, mais bizarrement, une fois arrivé devant la porte d’entrée du Café , mon regard se posa sur la vitre, devant un homme qui me semblait plus que familier, ce dernier était la, tête baisser, des cheveux long blanc, un corps que je connaissais puis il ouvrit la porte mais pour moi c’était comme au ralenti afin de le détailler , mais mon esprit savait déjà qui se dressait de moi.
Devais-je l’ignorer? Ou alors lui parler , je me sentais limite handicapé devant ce choix qui d’ailleurs n’étais pas existentiel… je me poussa contre le mur afin de le laisser passer, mais je restais plantée la sans rien dire ou faire, c’est alors avec une once de courage qui venait d’on ne sais ou avec une voix assez timide…

- Bonjour…

* Pourquoi tu fais ta timide toi!!!!????*

Oui pourquoi faisais je ma timide,??? Ahhh autant me pendre au lieu de perdre la face!!! Adieu monde cruel !!!!!


- Myriam c’est toi???
Revenir en haut Aller en bas

hasard ou simple providence... [ Pv Myriam ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Vie Réelle :: Centre Ville-