Haut
Bas

Partagez|

[Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Messages : 218
Date d'inscription : 28/11/2010
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Rémi Soral
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 115
Honneur: 60
MessageSujet: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Ven 5 Aoû 2011 - 19:56
C'est dans un petit office emplis de fumée de cigare que vous avez reçu votre ordre de mission. Argent, gloire, curiosité ou tout simplement pur hasard qui vous arrange bien, vous avez été séduit par la tranquillité affiché de l'annonce « recherche érudit perdu ».
Pas grand chose a propos de cette annonce, a par peut etre le nom de l'érudit a retrouver, un certain Zared, sa fonction, membre d'honneur de l'académie de Revoscience, et son adresse, une petite maison dans un alentour paisible de Kasinopolis.
Le dit sieur aurait donc disparu, ne se rendant pas a son travail depuis plusieurs jours, mais quel travail ? Vous n'en savez rien. Seulement qu'il est impossible a retrouver.
Ses collègues ont donc passer une annonce de personne portée disparu, afin de laisser a des voyageurs « compétents » le soin d'entamer la périlleuse mission de le retrouver, et peut être juste coincé dans son jardin, qui sait ?
Sans faire un pli, vous arracher l'annonce du mur et l'apportez a l'accueil, ou vous vous enregistrez comme membre du groupe de recherche. Suivant la directive de l'annonce, vous vous rendez au lieu de rendez vous, qui se trouve etre la maison du sieur.

Très jolie maison d'ailleurs. Dans une petite campagnes qui ne laisse que voir la silhouette des tours de Kasinopolis au loin, vous voici devant un petit mas au charme provençale, avec le soleil qui vous beni-eu de ses rayons, les cigales qui chantent-eu, la lavand-eu en fleur-eu tandis qu'elle ondul-eu sous un petit-eu zef apporté par la mistral-eu, tout ca sous un ciel bleu s'étendant a l'infini-eu. *Accent qui chante*
Oh pardon... je me suis laissé emporter.
C'est donc devant cette maison que le point de rendez vous vous a été donné. Étrangement, les volets sont ouvert, les fenêtres fermé, il n'y a peut être pas de lumière a l'intérieur mais rien ne semble avoir été préparé pour un voyage.

Désormais, il ne vous reste plus qu'a attendre l'arrivé des autres membres de votre groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 362
Date d'inscription : 04/03/2011
Age du personnage : 26

Voyageur Expérimenté
Tenkensu Chirome
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 350
Renommée: 675
Honneur: 210
MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Ven 5 Aoû 2011 - 20:50
Suite à sa lecture de l'affiche, Tenkensu arriva au lieux de rendez-vous. voyant qu'il était le premier sur place il prit un peu le temps de regarder le paysage. Qui soit dit en passant était très agréable, mais bon outre après quelques minutes où Tenkensu détailla les différents prés visible de là, ainsi que les gigantesque casino qui s'étendent à l'horizon.

Tenkensu fit les cents pas impatient de débuter son boulot. Mais suite à d'autres longues minutes ou personne n'arriva, il s'assit sur un petit par-terre plein d'herbe pas très loin de la porte, et prit une brindille qu'il mit dans sa bouche pour la mâchouiller. Ses yeux se perdirent dans le ciel bleu qui avait l'air de le surveiller et de dire "fait gaffe, une connerie et je provoque la pluie, alors tient toi à carreau" il regarda aussi les nuages, et oui... il n'avait rien d'autre à faire que de remarquer les formes étrange rassemblant parfois à un chien ou autre, et, tient! Ce nuage là lui faisait penser à sa mère. à force de se perdre dans ses penser il oublia de se maintenir éveiller et par conséquent donc, il s'endormit profondément en gardant toujours sa brindille coincée entre ses dents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re. Ven 5 Aoû 2011 - 21:57
[ J’étais pourtant sûre d’avoir pris une dose raisonnable pour ne pas sombrer ainsi si tôt dans la soirée. À croire que ce genre de somnifère est plus puissant qu’il n’y paraît. Je ne me torturais pas longtemps l’esprit sur ce sujet-ci. D’autres choses me tourmentaient, trop de choses à mon goût. Tout d’abord, le problème principal qui ne voulait s’effacer de mon esprit meurtri depuis une longue semaine. Je n’osais même pas y penser ni m’avouer que c’était bien cela qui me rendait si vulgaire et tendue avec tous. Autant dans le monde des rêves que dans la vie réelle. Puis, second dilemme : Que faisais-je là ? Entourer d’immeuble de toutes les couleurs possibles ? Dans une foule si peu dense ? Ce n’était pas mon genre, de rêver de cela.

De plus, la météo de ce début de soirée n’était pas à mon avantage, non vraiment pas. Un vent soufflait si fort qu’il aurait pu décorner des bœufs. En tout cas pour le moment, il me décoiffait et m’empêcher de lever le menton pour admirer une quelconque lune rassurante pour la nuit à venir ou le coucher de l’astre lumineux tout aussi chaleureux. En temps normal, je me serais précipité, tête basse, dans n’importe quel bâtiment aux environs. Mais là je ne pouvais que cracher aux portes des casinos qui s’offraient à moi. Je crois bien que ma mauvaise humeur me rendait difficile.

Finalement, je trouvais un semblant de bar. Je m’y faufilais, non sans peine – fichus portes lourdes -repassait d’un geste vif ma main dans ma longue chevelure peu anodine. Je lançais de suite des regards meurtriers à chaque petits yeux qui se posaient sur moi. Du moins j’en lançais à ceux que je pouvais voir. La pièce était si enfumée que même munit de phares, je me serais pris la table suivit de la chaise et de son occupant. Je tombais alors sur un tableau, enfin je pense. Lançant un juron, je regardais de plus près ce qu’il y avait d’inscrit dessus. Peut-être le menu du jour me rendrait moins irritante.

Damned. Mes yeux avaient malencontreusement rencontré une petite annonce manquant de tomber. Curieuse, je l’attrapais d’un geste bien trop vif quant à la situation. Dans l’odeur de cigare et sous le spectacle d’une fumée grandissante je pus lire le contenue de ce pauvre morceau de parchemin. ]

« Recherche érudit perdu. ». Voilà ce qu’il y avait d’inscrit. Un disparu qui habitait sagement dans cette ville. Zared, de sexe masculin se serait évaporé. C’est tout ce qu’ils indiquaient. Cette petite et médiocre annonce me rappela pourquoi je m’étais empiffré de somnifère. Cela faisait deux nuits que je n’avais pas dormis et, en ce jour, j’avais pris la décision d’honorer Dreamland de ma présence dans le but de commencer la quête que j’avais promis d’accomplir pour Hope. Retrouver son frère. Première étapetentait d’avoir quelques gens à ma botte. Certes, il y avait le groupe, mais je ne voulais pas les lancer dans une telle quête, nous avions déjà nos propres ambitions.

Tout ça pour dire qu’une petite mission de ce genre me plairait bien, pour commencer. Je me doutais bien que je n’étais pas la seule à être tombé sur ce petit bout de papier, mais je me débrouillerais bien pour m’en débarrasser. Volontaire, je me précipitais vers la sortie tel un poisson trouvant une faille dans un filet. Sans attendre, d’un pas rapide, je me lançais à la recherche de cette adresse. A mon plus grand soulagement, ce ne fut pas bien difficile. Assez de créatures des rêves en avaient entendu parler. Je me retrouvais alors en deux de temps devant la dîtes demeure du disparu.

La colère m’avait rendue aveugle. Aveugle en parlant d’avenir.J’avais certes prévu d’autres personnes, mais pas lui. Je ne pus que soutenir le regard de Tenkensu. Moi qui ne voulait pas impliquer mon groupe dans cette mission-ci. Ce n’était en fait qu’un monument de bêtise, je faillis faire demi-tour, mais ç’aurait été manqué de respect et au membre du groupe et à Hope. Je lui crachais alors, les sourcils froncés, un simple : « Salut. »

Faîtes pas attention, c'est long pour ce topic je sais, mais c'est que pour le premier post. C'est un peu pour moi, pour savoir le pourquoi du comment de la situation dans laquelle se retrouve mon perso. Voili Voilou.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 950
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Sam 6 Aoû 2011 - 11:10
Kaijin se matérialisa soudainement dans le monde des rêves à Kazinopolis. Il avait dû se coucher car allait partir en Espagne avec son meilleurs à 14 heures environs, il n'avait cependant aucune envie de se coucher à part pour une raison Dreamland ! Qu'es ce que ce monde allait lui resservait ? Il allait bientôt le savoir. Il s'était retrouvé dans une petite ruelle entouré de grand immeuble elle n'était pas vraiment luxueuse mais plaisait à Kaijin en plus il y avait peu de monde par ici. Scrutant l'horizon espérant trouvé un endroit où commençait son aventure onirique, il remarqua une jeune fille qui sortait d'un bar elle avait de jolies formes à regardait mais ce qui intrigua Kaijin était ses cheveux verts et ses vêtements, il se souvenait avoir vu cette demoiselle quelque part. Où ? Il fouiller dans sa mémoire, pendant quelques secondes il resta immobile la Carpe Diem ! Elle était dans le groupe de Kaijin il l'avait rencontré à Park Of Game mais le temps de réfléchir elle avait déjà tracé sa route et elle n'était plus visible par Kaijin. Bon bah mince alors ! Il laissa tomber et alla dans le bar où la demoiselle était sortit.

Il entra dans se bar en poussant les lourdes portes, il y régné un nuage de fumée dans toute la pièce, les gens n'avait pas l'air très vif, Kaijin allait donc passait une nuit ennuyante ? Il soupira et s'assit sur une table près d'un mur, sur le mur froid Kaijin toucha avec sa tête une affiche qui l'intrigua, il semblé que c'était une mission pour retrouver quelqu'un il fallait se rendre à sa maison l'adresse était marqué, apparemment c'était une créature des rêves elle se nommait Zared, c'était le même nom que celui que Kaijin avait hérité de son père. Il travaillé apparemment à Kazinopolis et n'était pas venu à son travail, ses collègue ont demandés à le retrouvé à des voyageurs. Apparemment il avait disparu ! La nuit ne s’annoncer pas si mal en fin de compte. Il bondit de la chaise où il était et sortit.

Il cherché la demeure du disparu il la remarqua enfin et vit deux silhouettes celle de la demoiselle il distinguait ses cheveux verts, l'autre silhouette avait des cheveux noirs et c'était une personne du sexe masculin, il tenait une brindille dans la bouche. Tout à coup à mesure qu'il s'approchait il remarqua qui c'était, Tenkensu et la demoiselle s'appelait Lylio. Lui il avait déjà du le remarqué on ne croisé pas souvent un gars avec les cheveux en l'air et bleus. Il courut vers eux en criant et en faisant de grand enjambé.

- Tenkensu, Lylio ! Salut c'est moi Kaijin !


Ont devait le prendre pour un fou mais à vrai dire il s'en fichait. Il arriva vite et trébucha, ses pieds quittèrent le sol et il fit un plongeon involontaire et s’exposa le front contre la porte de la maison avec un gros : Bam ! Un petit filet de sang couler sur son front mais il avait tellement l'habitude de ça à dreamland. Surtout qu'il sentait moins la douleur dans le monde des rêves. Il se retourna s'assit en tailleurs adossait à la porte. Il remarqua que atmosphère était tendu, il allait la détendre il afficha un grand sourire et parla.

- Salut les gars ! Comment vous allez ? Hihihi ! C'est un rassemblement de Carpe Diem ici !

Il voyait bien que Lylio était énervé, il ne fallait pas l'énervé plus en lui demandant ce qui n'allait pas. Surtout qu'ils ne devaient être aussi content de voir Kaijin, il allait le servir de boulé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 323
Date d'inscription : 04/10/2010
Age du personnage : 25

Maraudeur des rêves
Lou Evenstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 845
Renommée: 1470
Honneur: 32
MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Sam 6 Aoû 2011 - 14:06
Pas de bagarre !

Simple et concis, on faisais pas plus clair de nos jours. Je reste quelque seconde devant se panneau, tentant d'en déceler un double sens ou quelque chose du genre avant d'enfin me décidé de pénétrer en cet endroit. Qu'est ce que je faisais ici ? Un type dans la rue, armée de deux revolver, qui m'avais provoquer en duel sans aucune raison apparente avant de se retrouver tête contre bitum en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire... Comme quoi, ou que j'allais et qu'importe l'heure, j'attirais toujours autant les débile et autre consanguin. M'enfin bref, tout ça pour dire qu'après que je lui ai remis les dents en place, un jeune enfant était venu me signaler qu'il s’agissait d'un quelconque bandit de grand chemin et que si j'apportais le dit mécréant a l'office des primes, bah on m'accorderais sûrement une récompense... . Voilà pour le résumé. Comment ça c'est incompréhensible ? Moi je me suis compris, c'est le plus important non ? Roh et puis merde, je tire un petit coup sur la chaîne dans ma main droite pour traîner le mec derrière moi comme j'aurais traîné mon chien en laisse. Une inspiration, un coup de pied dans les portes a double battant et voilà que je fais mon entrée en scène. J'ai cru entendre quelqu'un crier de douleur mais bon, c'est pas comme si j'en avais quoi que ce soit a faire. Des gueules maugréantes se retourne dans ma direction, lâchant d'abord quelques injures, ils retournent alors tous a leurs activités tandis que le calme reprends sa place. Le temps de hausser les épaules pour souligner mon incompréhension et alors je me dirige vers un guichet pour y plaquer la tête du bandit contre la vitre.

Bonjour ! Euh on m'a dit que ce... truc (?) pourrais vous intéresser ?

La vieille femme derrière la vitre replace ses binocles avec son index puis observe le visage boursouflé de bleue que je lui présente. Elle prend son inspiration et va pour me dire quelque chose quand un chétif bonhomme viens lui couper la parole en gueulant d'une voix criarde.

Hey ! On t'a jamais appris a t’excuser ou même a regarder autour de toi ?

Hein ?


Me retournant dans sa direction, la seule chose que je remarque chez lui avant même la couleur de ses cheveux ou la forme de son visage et se gros nez éclaté, complètement rougis par le sang. Plongeant mon regard dans ses yeux encore fraîchement mouillé, sûrement dut a des larmes de douleurs. J'étouffe un petit gloussement avant de report mon entière attention sur la guichetière, comme si rien de tout cela ne venait de se produire, ce type n'étant sûrement rien d'autre qu'une des multiple manifestation de mon esprit... . Seulement voilà, jamais rien ne se passe aussi simplement, j'ai pas le temps d'ouvrir la bouche que sa main se plaque violemment contre la vitre.

Hey ! La tantouse albinos, j'te parle !

Attends... il m'a traité de quoi là ? Mais je vais lui... non, c'est vrai, rappelle toi le panneau, « Pas de bagarre », inutile de te faire plus d'ennemi que... Merde... Trop tard... Bras tendu dans le vide, une barre de fer venu de je-ne-sais-ou atterri alors dans ma main qui s’abat automatiquement sur la gueule du type. Bon sang que ça défoule !




10 minute plus tard...




Je suis assis sur une chaise, les mains menottés a cette dernière. Je sens le sang dégouliné de mon visage et j'arrive presque plus a voir de mon œil gauche... une arcade pété, génial ! Bien joué connard ! Mais explique moi pourquoi toujours tout est obligé de finir comme ça avec toi ?! Quand c'est que t'apprendra a fermer ta gueule et a resté diplomate ?

Lou Evenstein je présume ?

Me demande un vieil homme venant tout juste de rentrée dans la cellule sans que je ne m'en rende compte.

Euh, nan vous devez vous trompez, désolé...

Sebastien ?

Lache t'il alors en levant les yeux au ciel tandis qu'un gaillard battit comme un gorille entre a son tour dans la cellule. Autant le ptit vieux a l'air gentil et sourit toujours aimablement, autant son expression a lui est en harmonie avec son corps monstrueusement costaud. Je pourrais faire le malin encore longtemps mais bon... c'est le gars qui m'a refait le visage avant même que j'ai eu le temps de broncher.


Quoi que... peut être que c'est bien moi oui...

Vous m'en voyez ravis.

Me dit le vieux en souriant de plus belle avant de dire d'une voix basse au gorille de nous laisser seul.

Pour avoir enfreint la règle numéro 1 de notre office vous avez le choix entre purger votre peine dans cette petite cellule délabré pour la semaine a venir... ou de faire quelques travaux que nous dirons d’intérêt générale.

Va pour les travaux ?

Bien, je n'en attendais pas moins de vous. Bon et bien, c'est très simple, voici une liste de travaux a exécuté. Choisissez en un et, si vous l'effectuez avec succès, vous serez libérez sans condition, comme si rien ne s'était produit en ces lieux.

Me montrant une suite de contrat, j'ai d'après ce que je peux voir un choix assez conséquent. Voyons voyons. Nettoyé un quartier entier de Kazinopolis ? Non pas pour moi. Capturer un voleur a l'étalage sévissant depuis a présent plus d'une semaine dans les bas fond ? Nah, trop la flemme. Retrouver la trace d'un érudit porté disparu ? Beaucoup trop chiant, plutôt crever... . Tuer un monstre mettant a sac les contrée alentours ? Ça ça promet d'être intéressant ! Sans dire mot, je désigne, sans hésité, ce dernier contrat. Un sourire empli de joie s'esquisse sur son visage tandis qu'il range alors les contrat.

Très bien, va pour l'érudit Mr Evenstein, je vous donnerais les détails de votre mission une fois libéré de ces affreuses menottes et le visage nettoyé de tout ce sang.

Hein ? Non mais... mais attendez ! C'était pas...

Je n'ai jamais douté que vous étiez quelqu'un de bien.


Mais... Mais attendez bon sang !

Voilà comment une heure plus tard, je me retrouvais a présent devant la maison du dit érudit... D'autres personnes était déjà présentes comme on me l'avait indiqué et attendaient je ne sais quel événement. M'avançant jusqu'à me retrouver en face d'eux, je me grattais l'arrière de la tête, le visage toujours abimés, je sors alors d'une petite voix peu fier.

Euh... Vous aussi vous vous êtes fait entuber par le vieux con ?

| Désolé, c'est vraiment pas terrible et bourré de fautes mais bon... c'est le premier post que je fais en plusieurs mois ^^' |
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 362
Date d'inscription : 04/03/2011
Age du personnage : 26

Voyageur Expérimenté
Tenkensu Chirome
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 350
Renommée: 675
Honneur: 210
MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Sam 6 Aoû 2011 - 21:47
Ce ne fut que quand il se réveilla que Tenkensu remarqua qu'il s'était endormi, et il fut un peu étonné de remarquer que la brindille lui tenait toujours entre les dents. Il eu juste le temps de se réveiller que lylio arriva d'un pas quelque peu furax, lorsqu'il redressa la tête avec un immense sourire il remarqua un petit moment de recul de la part de cette dernière quand elle le reconnu. Il se demandait pourquoi, ils s'étaient pourtant quitter en assez bon terme à leur précédente rencontre. Enfin bon, ce n'était surement rien car elle décida finalement par s'approcher, même si elle ne se contenta que d'un simple:

- salut

Bien qu'il fut particulièrement heureux de voir qu'une de ses nouveaux amis allait participer à cette quête avec lui, il se contenta de lui répondre par un simple salut comme elle avait fait précédemment, de peur de tout gâcher par un excé de bonne humeur. Faut dire que parfois Tenkensu peu être plutôt maladroit.

Mais dire ça de lui c'est une chose, mais par rapport au nouvel invité qui se ramena ensuite et qui n'était autre que kaijin, c'était vraiment comparé un cailloux à une montagne. Enfin c'est ce que Tenkensu pensa avec pour seul base le souvenir de la nuit précédente. Mais malheureusement ce souvenir fut vérifier car il arriva en courant et en s'écriant:

- Tenkensu, Lylio ! Salut c'est moi Kaijin !

Sans blagues, comme si on pouvait l'oublier alors qu'on ne s'étaient vus pas plus tard que la nuit dernière. Et ce ne fut pas tout, car à peine eu-t-il avancé qu'il s'affala par terre de tout son long. Après cela Tenkensu poussa un petit soupir exaspéré, mais il était quand même content de voir qu'un deuxième membre de leur groupe fraichement créer allait les rejoindre. Peut-être qu'à eux deux ils pourraient rendre le sourire à lylio, ce qui ne serait surement pas une mauvaise chose car même kaijin eu l'air de se rendre compte de l'ambiance maussade et essaya de détendre atmosphérique pesante:

- Salut les gars ! Comment vous allez ? Hihihi ! C'est un rassemblement de Carpe Diem ici
!


- Salut Kaijin, cela à beau ne pas être prévu, je suis vraiment content de vous revoir tous les deux.

Après avoir dit ces mots il jeta un dernier coup d’œil alentour pour voir si personne d'autre n'arrivait, qui sais, vu comment la nuit était partie, il pourrait très bien y avoir le reste de la carpe qui débarquerait au même endroit par pur hasard. Mais à la place ce fut une autre personne que Tenkensu ne connaissait pas qui arriva avec une allure assez décontracter et sans même se présentez annonça;

Euh... Vous aussi vous vous êtes fait entuber par le vieux con ?

D'abord, salut. Ensuite, je ne sais absolument pas de quel vieux con tu parle, en ce qui me concerne j'ai juste trouver cette annonce dans un bar, pas loin. Mais bon, je pense qu'il ne devrait plus y avoir grand monde maintenant et si on allait voir dans cette maison si il n'y a pas de quelconque indices sur la disparition de cet érudit.

Une fois ces mots dits, Tenkensu s'approcha de la porte et l'ouvrit...

(Bon ba remi, à toi de dire ce qu'il y a derrière ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 218
Date d'inscription : 28/11/2010
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Rémi Soral
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 115
Honneur: 60
MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Sam 6 Aoû 2011 - 23:09
Le groupe fut finalement formé, tout les convives était rassemblé devant la maison du petit vieux, bien décidé a.... rien du tout pour le moment, en fait. Mais les faits étaient la, se démarquant tous dans le paysage si clair car baigné d'une lumière de Provence, nos héros étaient tous la.

Et devant eux se tenait la fameuse maison de l'Érudit. Elle n'était pas bien grande, mais restait une belle villa composé d'un rez-de-chaussé et d'un étage. Le jardin était entretenu, très bien entretenu même, rien ne dépassait et tout suivait des formes géométrique parfaite, un travail de professionnel.
Une petite allée faire de pierres plates incrusté dans le sol menait du portail bleu qui se tenait devant vous jusqu'à la porte d'entrée de la maison, puis en fait le tour complet afin de pouvoir laisser l'accès a l'arrière sans encombre.

C'est sans un bruit que le petit portail bleu s'ouvre sous ta poussée, Tenki, puis le ne te faut que peu de temps pour atteindre l'entrée., et cette dernière se trouve sous une avancé du toi soutenu par des colonnes qui fournissent une ombre bien agréable. La première chose que tu remarque est un petit meuble prêt de la porte qui sert de range-chaussure. Étrangement, il est remplis de plusieurs paires, et d'un parapluie. Juste devant l'entrée se trouve un paillasson sur lequel est marqué « Bienvenue ».
Suivant ton envie, tu t'approche de la porte et pose la main sur la poignée... pour l'ouvrir sans problème, elle n'est pas verrouillée.

C'est alors un jolie vestibule qui apparaît devant tes yeux. Le sol sous tes pieds est carrelé d'un carrelage en faïence brune, tandis que sur ta droite se trouve un petit meuble sur lequel son posée divers objet du quotidiens, dont des clés, des presses livres, un miroir, des photos et un paquets de mouchoir.
Le vestibule est directement ouvert sur le reste de l'espace a vivre, si bien qu'il n'y a quasiment pas de mur dans la maison. Tu peux apercevoir sur ta gauche la salle a mangé et le salon, et juste a coté la cuisine, séparée des dernières par un bar américain. En face de toi lorsque tu rentre, se trouve un escalier qui mène vraisemblablement a l'étage, et sur la droite de cet escalier par un couloir perpendiculairement a ta vision.

Des petits tableau son accroché sur les murs par ci par la, et bien sur la maison possède le mobilier traditionnel. Voilà ce que tu voit en rentrant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re. Lun 8 Aoû 2011 - 0:38
Bordel. Ce mot convenait parfaitement pour décrire tout ce qui se tramait dans ma tête. Comme si le fait d'avoir salué Tenkensu avait été déclencheur de conneries en tout genre, je me voyais à présent entourer de trois hommes. En tant normal, j'aurais pu trouver cela agréable, mais le mot haine reflétait sur chacun d'eux. Le premier était bien sûr Tenkensu que j'avais salué bien que cela parut passer inaperçu à ses yeux. Peut-être avait-il était trop occupé à regarder Kenji, un autre Carpe Diem, se prendre la porte dans une crise de joie. Crise de joie que je ne pouvais supporter, m'étant incompréhensible. Au moins, le fait que personne n'ai réagit quand la dure tête de mon ami se soit écraser en bruit affreux sur la porte de la maisonnée, prouvait que l'on n'avait rien à craindre de ce qu'il y avait à l'intérieur. Le dernier arrivant me fit l'effet d'un poignard que l'on encochait dans un homme déjà mort.

De taille plus importante que les deux autres que je connaissais déjà - malgré moi -, il ne me faisait pas pour autant plus peur. Le fait que son visage était décoré de plusieurs coups et blessures le rendait plus faible que moi, inférieur. J'en éprouvais du plaisir et retrouvais un peu de fierté en moi. Tout cela jusqu'à que sa voix grave et son ton bourru cassèrent l'image que je m'étais faîtes de lui. Pas que j'en avais peur à présent, plutôt qu'à présent je me méfiais et cela m'irritais d'avance d'avoir à me concentrer sur lui tout le long. Je n'avais donc plus aucune issue quant à échapper aux autres membres de la mission. Heureusement, nous n'étions pas plus. Tenkensu s'avança avec sois-disant style jusqu'à la porte et tenta de l'ouvrir avec son style propre aux jeunes de nos jours. Un style lent.

Comme ma colère grossissait chaque situation un peu énervante en temps normal, sa lenteur m'irrita au plus profond de moi-même. C'est la goutte qui débordait du vase. Toutes ses petites choses m'avaient mis hors de moi. Presque volontairement je me les repassaient en tête : le vent trop fort, les tables que je m'étais prise dans les pieds, trop de gens pour une seule mission et en plus des personnes qui m'embêtait fort dans mon simple but glorieux, sans compter la stupidité que je trouvais dans chacun des hommes ici présent; je ne savais laquelle de stupidité, je ne savais pourquoi, mais elle me rendait nerveuse. Tout cela pour expliquer pourquoi je me ruais vers la porte en poussant violemment le jeune homme. Avant de rentrer, je le toisais du regard et parla d'une vois forte pour que chacun puisse entrevoir l'étendue de ma colère.

" Eh, Ten' ! On a pas de temps à perdre à ouvrir une porte aussi lentement ! Une mission ça se fait rapidement, comme l'indique son nom - d'ailleurs - ! Alors fait moi plaisir et agit vite pas comme si tu étais un escargot en chaleur ! "

Ce n'est que bien à l'intérieur de la villa que je me rendis compte de la stupidité de mes mots. Un bref vertige me prit, mais la colère ne s'évapora pas. Je mettais alors tout sans dessus dessous sans vraiment chercher, mes yeux était brouillés par mon petit caprice. Je me calmai un peu qu'après avoir aperçu une petite boîte qui cassait l'effet chaleureux de la maison. De fer et émiettée, elle me rappelais une boîte à musique perdu par un enfant. Je m'avançais vers elle, pleines de souvenir - décidément mon esprit était bien lunatique ce soir. Sans hésiter, je m'accroupis et l'ouvris.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Mordu
Messages : 950
Date d'inscription : 18/05/2011
Age du personnage : 17

Maraudeur des rêves
Kaijin Zared
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 435
Renommée: 1301
Honneur: -550
MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Lun 8 Aoû 2011 - 19:42
Après que Kaijin se soit écrasé contre le mur il avait essayé de détendre l'ambiance ce qui n'eut pas d'éffets sur Lylio qui semblai mécontente de le voir aussi cependant Tenkensu lui parrasait plutôt joyeux ça faisait plaisir tout de même. Des plus le ton qu'il prit pour parler à l’égare de Kaijin était plutôt sympatique

- Salut Kaijin, cela à beau ne pas être prévu, je suis vraiment content de vous revoir tous les deux.
- Moi aussi je suis content de vous revoir !

Un autre homme vint à cette mission à apparemment c'était contre son gré, il avait des cheveux blanc bien qu'il paraissait plutôt jeune, il avait un regard que Kaijin n’arrivai pas à expliqué et une cicatrice sur son œil droit. Il avait l'air plutôt gentil, Kaijin se méfiait quand même des apparences.

- Euh... Vous aussi vous vous êtes fait entuber par le vieux con ?

Tenkensu répondit avant même que Kaijin est pu ouvrir la bouche.

- D'abord, salut. Ensuite, je ne sais absolument pas de quel vieux con tu parle, en ce qui me concerne j'ai juste trouver cette annonce dans un bar, pas loin. Mais bon, je pense qu'il ne devrait plus y avoir grand monde maintenant et si on allait voir dans cette maison si il n'y a pas de quelconque indices sur la disparition de cet érudit.
- Pareil que moi ! Et tout à fait d'accord pour qu'on visite la maison !

Kaijin avait vraiment envie de savoir ce qu'il y avait à l'intérieur tellement il était impatient qu'il sautillé frénétiquement de joie. Il pénétra dans la maison en suivant ces coéquipiers tout à coup la colère de Lylio pris le dessus.

- Eh, Ten' ! On a pas de temps à perdre à ouvrir une porte aussi lentement ! Une mission ça se fait rapidement, comme l'indique son nom - d'ailleurs - ! Alors fait moi plaisir et agit vite pas comme si tu étais un escargot en chaleur !

Dans la villa elle essaya de chercher dérangeant la maison de l'homme, ce sera pas Kaijin qui fera le ménage pensa t-il. Lui il se rendit dans la cuisine. Il y avait un escalier et à sa droite un couloir. Kaijin s'y engouffra espérant trouvé quelque chose.

[Désolé du tout petit post Embarassed ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 218
Date d'inscription : 28/11/2010
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Rémi Soral
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 115
Honneur: 60
MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Lun 8 Aoû 2011 - 23:49
Lylio :

A travers tout le bazar que tu as pu mettre dans la salle a manger, en effet tu découvrir une boite en métal d'aspect rustique, seulement fermé par un clapet en cuivre style vieille époque. La boite ne semble pas bien lourde, mais apparemment a été conçue pour résister a l'usage du temps. Bien que les gonds permettant le loquet semble avoir été attaqué par la rouille, tout comme ceux articulant l'arrière de la boite, tu arrive a l'ouvrir sans mal, mais est tout de même accueillit par un grincement sinistre.
Laissant retomber le couvercle, tu découvre ce qui semble être une boite a souvenirs. De vieilles photos jaunies par l'age se trouve a l'intérieur, montrant un Kazinopolis a peine en construction, gage d'une époque ou les humains n'avaient pas encore inventé les casinos, et où donc leurs rêves n'avaient pas encore construit Kazinopolis. Des pages de journal intimes semblent aussi avoir été conservées. Si tu est assez curieuse pour l'oser, en les feuilletant tu découvrira qu'elles ont été écrite par un Zared jeune adulte et éperdument amoureux d'un de ses amis nommé Rozar. Ce qui d'ailleurs ne t'étonne pas vu qu'il trône des photos d'eux deux et de leur mariage un peu partout dans la maison. Oui, Dreamland est en avance par rapport a la France. Tu ne trouvera rien d'autre a l'intérieur en fouillant plus. A toi de me dire ce que tu fait maintenant.


Kaijin :

Tu t'engouffre donc dans le couloir. Il n'est pas bien long, mais donne accès à cinq pièces. La première porte par ordre du plus proche au plus lointain se trouve sur ta gauche et donne accès a une petite chambre qui semble être celle d'un enfant voir ado, mais semble être inutilisé. Si tu ne fouille pas plus, c'est tout ce que tu voit. La seconde est a droite, et donne sur un salle de bain richement équipée. La troisième est sur la gauche, et donne accès a un bureau. Il s'y trouve un rêvonateur, version Dreamlandienne d'un ordinateur, ainsi que quelques étagères couverte de livre. De même si tu ne fouille pas, c'est tout. La quatrième est aussi une chambre, a peut prêt similaire a la première en terme de taille, mais décoré d'un style différent. Et enfin, la cinquième porte est sur la droite, et semble donner accès a la chambre des mariés. A toi de me dire ce que tu fait maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 323
Date d'inscription : 04/10/2010
Age du personnage : 25

Maraudeur des rêves
Lou Evenstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 845
Renommée: 1470
Honneur: 32
MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Mar 9 Aoû 2011 - 0:16
Un escargot en chaleur ?

Répétais je a moi même d'une voix assez haute et condescendante pour que les autres l'entendent, comme si je cherchais a en découvrir le sens caché tout en en profitant pour me moquer un peu de la propriétaire de la jolie bouche d'où en était sorti ses doux mots (bien que ce soit au final absolument involontaire, j'avais pas que ça a foutre que de me mettre un groupe d'ados a dos). M'enfin, c'était surement qu'une insulte après tout, mais quelle insulte cependant ! C'est vrai quoi, d'abord, a quoi est ce que ça ressemblait un escargot en chaleur ? Roh et puis pourquoi je me posais toutes ces questions inutiles. Au fond, quoi qu'on en pense, la fille aux cheveux couleur pomme avait raison. Bien que la plupart était certainement là par choix, c'était pas vraiment mon cas. Je m'étais fait avoir par un vieillard et je comptais bien en terminé au plus vite histoire de pouvoir reprendre mes activités nocturne. N’empêche, comme quoi, j'avais raison de toujours me méfier de tous ce qui dépassait la soixantaine. Vu que leurs corps ne leurs permettaient plus grand chose, ils étaient alors obligés de commettre leurs méfaits a l'aide de leurs esprits diaboliquement torturés... les fourbes... a croire que cette malédiction continuerait a me poursuivre jusqu'à ce que je devienne moi même l'un des leurs d'ici quelques décennies.

Me décidant enfin a suivre le petit groupe, je leurs emboitais le pas et pénétrais alors en dernier dans cette demeure. La première chose que je remarquais fut ce porte clés déposé sur cette espèce de commode. D'après moi, si indice il y avait, c'était ces clés qui nous y conduiraient. C'était obliger non ? Après tout, une clé servait bien a verrouiller/déverrouiller un lieu ou un objet non ? Et qui disait verrouiller disait aussi par la même occasion chose que l'on ne voulais pas laisser a la portée de n'importe qui, soit un secret, quelque chose de compromettant peut être, une preuve qui sait. Ok, je partais un peu loin dans mon délire de détective m'enfin. On avait pas vraiment de piste jusqu’à présent donc bon, autant suivre celle là. M'emparant de ces dernières d'une simple attraction télékinétique (règle numéro 1 des situation chiantes, toujours faire au plus simple et avec le moins d'effort possible), je m'avançais un peu plus dans la maison jusqu’à me retrouver face a un escalier montant de même qu'un couloirs en parallèle, restant indécis quelques secondes, la solution semble finalement venir d'elle même a mon esprit.


Je m'occupe de l'étage


Je gueule a leurs attentions avant de m’engouffrer dans ce derniers, les clés toujours en mains, tout en en profitant pour jeter un coup d’œil curieux au divers tableau habillant le mur. Pourquoi l'étage ? Je savais pas trop, juste une intuition. Après tout, si secret ou indice il devait y avoir, pourquoi les mettre dans la cuisine ou dans le salon ? Ils se trouveraient forcément dans un lieu un peu moins accessible que ces derniers, et ce même lieu ne pouvait être ici qu'a l'étage. Ma logique était vraiment digne d'un débile profond ? Ouais, j'en conviens, cependant, comme je l'avais déjà souligné plus haut, au point ou on en était et avec le peu de pistes (c'est a dire aucune) qu'on avait en notre possession, tout était bon a prendre.

Et dire que j'aurais pu me coltiner un monstre supra balèze... Connard de vieux...

Me soupirais je a moi même d'un air dégouté au possible tout en continuant mon ascenssion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 218
Date d'inscription : 28/11/2010
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Rémi Soral
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 115
Honneur: 60
MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Mar 9 Aoû 2011 - 0:52
Lou:

L'escalier est fait de lamelles de bois blanches, et une petite moquettes est disposé sur le haut de chaque marche, de telle façon a le protéger tout en laissant la partie verticale apparente pour mettre ne valeur sa blancheur.
Malgré son apparent entretiens impeccable, l'escalier ne peux s'empêcher de grincer tandis que tu escalade ses marches. Formant un U, tu arrive bientôt a un pallier sur lequel son disposé quelques tableau et photos, ces dernières représentant principalement les deux amoureux. Continuant ton ascension, tu arrive bientôt a l'étage, et d'après ce que tu as pu voir de l'extérieur de la maison, tu te retrouve au dessus de la salle a mangé et de la cuisine, la partie avec les chambres étant de plein pied. S'offre alors a toi deux porte. La première que tu ouvre t'amène dans un cabinet de toilettes de taille relativement modeste.
La seconde, par contre, donne sur une pièce faisant la taille de la salle a mangé plus de la cuisine. A tout point de vue, il semble que ce soit un laboratoire. Des outils sont accrochés par ci par la, des machines, sûrement très complexe et de haut niveau son aussi présente. Selon tes compétences, tu pourra reconnaître un spectromètre de masse, un microscope a balayage électronique, un diffracteur RX et d'autres machines de laboratoires, ou du moins leur équivalent Dreamlandien.
La salle est dans un foutoir complet. Des câbles et des fils trônent par terre, beaucoup de chose ne semble pas être a leur place, comme des outils, des bols, des tasses, des plans, comme si un travail était en cours. Mais la chose la plus étrange reste sûrement le tableau. En effet, un grand tableau, mesurant facilement deux mètres de haut sur un de large, est accroché sur un murs au fond de la pièce, et il semblerait qu'il fut mis en évidence, vu que malgré le bordel ambiant, il n'y a rien d'autres a coté de lui.
Ce tableau représente une bien étrange image, celle d'un village d'aspect traditionnel Français dont chaque maison serait posé sur un rocher assez grand pour l'accueillir, a un rocher, une maison. A toi de me dire ce que tu fait maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 362
Date d'inscription : 04/03/2011
Age du personnage : 26

Voyageur Expérimenté
Tenkensu Chirome
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 350
Renommée: 675
Honneur: 210
MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Mar 9 Aoû 2011 - 12:00
A peine eu-t-il ouvert la porte que Lylio toujours emplie d'une colère inexplicable fonça sur Tenkensu et le bouscula le faisant tomber, décidément ça avait l'air de devenir une habitude (vous comprendrez pourquoi dans mon prochain post des carpe ^^) ensuite elle s'écria fortement rageuse:

" Eh, Ten' ! On a pas de temps à perdre à ouvrir une porte aussi lentement ! Une mission ça se fait rapidement, comme l'indique son nom - d'ailleurs - ! Alors fait moi plaisir et agit vite pas comme si tu étais un escargot en chaleur ! "

"bien chef"

fut tout ce que pu répondre un Tenkensu fortement perturbé par la rage de la jeune fille, tandis que lui était toujours empli de joie à l'idée de les revoir. Tous les membres du groupe rentrèrent et partirent fouillés diverses endroits de la maison tandis qu'il se relevait et reprenait ses esprits. En regardant autour de lui, il trouva un bar américain, il se dit qu'il serait bien d'y aller pour plusieurs raisons, la première étant que dans beaucoup de films, les crimes se passe avec des ustensiles de cuisines, et qu'il reste du sang dessus. La deuxième étant qu'un petit désaltérement pourrait peut-être amené de la bonne humeur, et rendre de la bonne humeur à Lylio était devenu sa priorité de la nuit.
Tenkensu fouilla donc le bar américain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 218
Date d'inscription : 28/11/2010
Age du personnage : 27

Voyageur Expérimenté
Rémi Soral
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 100
Renommée: 115
Honneur: 60
MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Mar 9 Aoû 2011 - 15:02
Tenki :

Le bar américain représentait un petit muret arrivant a la hauteur de la poitrine et surmonté d'un plan de travail te semblant être fait dans une ardoise noire et très jolie. Ici, tout était propre et rangé, si bien que rien ne trainait dessus, même pas une saleté. En ouvrant les tiroirs sous le bars, tu découvre en effet des ustensiles de cuisine, dont plusieurs couteaux, mais tous sont rangés a leur et aucun ne semble taché de sang. En fouillant un petit peu plus, tu trouve des casseroles et autre, si bien que tu en conclu que le bar américains sert au rangements des ustensiles. De l'autre coté de la pièces, tu aperçois un frigo. Dans ta quête de rafraichissement, tu te rend a ses cotés afin de l'ouvrir. Et en effet, a l'intérieur, tu découvre diverses boissons, comme des sodas, du jus de fruits, mais rien d'alcoolisés. Néanmoins un autre fait que tu pourrais remarquer, c'est que le frigo est plein mais que la nourriture commence a dater, comme si on avait fait les courses, mais qu'on avait rien consommé.
A toi de me dire ce que tu fait maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 323
Date d'inscription : 04/10/2010
Age du personnage : 25

Maraudeur des rêves
Lou Evenstein
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 845
Renommée: 1470
Honneur: 32
MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Mar 9 Aoû 2011 - 16:49
Tu parle d'un foutoir...

Je lâche en donnant un coup pied dans un des nombreux appareil trainant au sol. Me grattant la tête devant tout se foutoir comme s'il m’incombait de le ranger a présent que je l'avais découvert, je me rendais alors rapidement compte de la nature de cette pièce. Alors comme ça selon mes compétence j'étais censé reconnaitre quelques chose ? Tu parle crevard ! Nan sérieux ! Il y avait du foutage de gueule dans l'air quand même ! Comment est ce que j'aurais pu reconnaitre la moindre outil la dedans ? Déjà que je suis nul a chier en science et en mécanique, étais je vraiment obliger de vous rappeler que j'étais aveugle dans la vrai vie ? M'accroupissant devant une machine grosse comme une malle, je commence a trifouiller quelques boutons de ci de là, comme si quelque chose de bon pourrait en sortir. N'en tirant rien d'autre que des "Bip" et des "Tic-Tic", je ne tarde pas a perdre patience pour aussitôt être pris d'un spasme de violence. Bon coup de poing sur le haut de la machine, cette dernière se met a trembler tandis qu'une fumée noir et opaque s'échappe a présent de part tous ses pores... . Merde... mais qu'est ce que j'ai encore fait ? Et avant que je trouve la réponse a ma question, de petits arcs électriques commence a s'échapper de la machine pour aller chatouiller les objets alentours.

Merde !

Je gueule en me redressant en sursaut, commençant a paniquer, sachant pertinemment que j'avais fait une boulette, rien de mieux ne me passe par l'esprit que de soudainement caler un bon gros coup de pied dans la gueule de la machine. Cette dernière vole un peu plus loin en renversant certaine de ses consœurs sur son passage. Le boucan que ça fait est juste insupportable, mais cette dernière arrête cependant aussitôt son petit caprice. Plus de fumée, plus de bruit, bref, tout va pour le mieux et le silence reprend peu a peu sa place. Essuyant la sueur perlant a mon front après ce gros coup de stress, je peux a présent reprendre mon activité de détective. Il m'était évident que ces machines n'avaient rien a voir avec la disparition du bonhomme. Certes elles m'indiquaient a peu près dans quel domaine celui ci travaillait, mais je ne trouverais surement aucun indice en continuant sur cette piste. Observant la pièce en détails, mon regard est aussitôt attiré parce ce que j'appellerais la pièce (dans le sens "partie" ou "morceau", pas "chambre") centrale du laboratoire... . M'approchant du tableau en éjectant le bordel sur mon chemin a l'aide de mon pouvoir comme Moïse coupa la mer rouge il y a de cela plusieurs centaines d'années, je parviens finalement en quelques secondes devant cette immense œuvre. La première question qui me traversa l'esprit fut

Mais qu'est ce que ça fout là au juste ?

Qu'on soit amateur d'art ou pas, un tableau n'avait pas sa place dans un laboratoire... c'était comme mettre le frigo dans les chiottes, ça se faisait pas, point final ! Quelque chose clochait la dedans. Pour qu'une toile aussi grande se trouve en un lieu si inadéquat, il y avait forcément une raison, mais laquelle ?

Approchant mes doigts de ce dernier pour en tâter la texture et peut être tenter de comprendre quelque chose quant au intention de l'artiste au moment ou il avait peint ce derniers. Je retiens finalement ma main au derniers moment, comme si je n'étais pas autorisé a toucher ce dernier, un mauvais pressentiment s’emparant alors de moi. Fronçant les sourcils, je prends un peu de recul pour l'observer dans son ensemble. Ce derniers représentait un village plutôt paisible et sans fausse note particulière si ce n'était ce calme qui y régnait. Pas de passant, pas d'enfant, même pas un oiseau dans le ciel... . Pas la moindre trace de vie, juste ces maisons construite chacune au dessus d'un roc. Pourquoi peindre un village si ce n'était pas pour montrer la vie qui y régnait ?


C'est pas logique...

Soudain, un éclair de génie, mes yeux s'écarquillent tandis que je reste figé plusieurs secondes. On m'avais déjà raconter des histoires similaire a cela, et il me semble même l'avoir retrouver dans un livre ou deux... . Pour un peintre (même un aveugle comme moi), cette chose se tenant devant moi était un peu l'accomplissement d'une vie, le fantasme de tout artiste dans l’âme. Le temps de rassembler tout les données que j'avais a ma disposition quant a la disparition de l'érudit et déjà je me tapais le front.

Chuis un génie...

Sans quitter le tableau des yeux, j'ouvre alors grand la bouche pour gueuler a l'attention des autres.

Hey !!! la récrée est fini ! Venez voir ça !

J'étais presque sûr du dénouement de l'histoire, mais quelques détails manquaient encore a l'équation. J'avais besoin de savoir se que les autres avaient trouvé dans les autres pièce de la maison pour parfaire ma conclusion, mais si je ne me trompais pas... alors je pouvais dire que je venais de trouver l'emplacement de l'érudit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas. Aujourd'hui à 19:11
Revenir en haut Aller en bas

[Miniz-aventure] La ville qui ne bouge pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Kazinopolis-