Haut
Bas

Partagez|

Pas de tableau sans peinture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1493
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Pas de tableau sans peinture Ven 6 Mai 2011 - 22:33
C’était une journée comme les autres à ceci près quelle n’était pas exactement comme les autres mais c’était bien là leur pont commun. Le temps changeait selon les saisons, les cours suivaient leur programme habituel, les repas servis à la cantine suivait un algorithme indéfinissable, mais si il y avait bien un lieu qui n’était jamais le même sitôt la semaine changé, c’était le couloir longeant les classes d’arts plastiques. Classes peuplées d’élèves qui n’ont décidément pas compris l’intérêt du courant classicisme dans l’histoire de la peinture ; bon, un grand bout de carton sur lequel on a tracé au feutre le contour d’un corps allongé n’est pas du considéré comme de l’art, certes la définition de l’art est très général. Mais est-ce qu’un cendrier en carton avec une pancarte invitant les passants « A mettre leurs chewing-gums usagés dedans » peut vraiment être considéré comme de l’art ? Pour Clem Free, ça ressemblait plutôt à une poubelle. Le nom et la note de l’élève (qui ne manque décidemment pas d’esprit civique) qui à la paternité de ce… projet scolaire resteront tues pour des raisons de confidentialités évidentes. Aussi moches et aussi détestables qu’elles sont, ces prétendus œuvres (conçues pour agresser l’œil du lambda moyen) avaient au moins le mérite d’apporter une touche de singularité (tout autre mot serait inadéquat) dans des journées qui se ressemblent trop comme précédemment indiqués.

Les nuits en revanche, c’est une tout autre chose.

Depuis qu’il avait découvert Dreamland, Clem avait son quota bien rempli d’incohérences en règle et de visions psychédéliques décérébrer. Même si se balader à Dreamland pouvait parfois comporter des risques mortels, Clem n’aurait échangé pour rien au monde sa place de voyageur. Entre déambuler dans l’univers onirique et déambuler dans un lycée aux étudiants en arts aux goûts douteux, il y avait un gouffre. Gouffre qui pouvait être comblé, en partie, si la nuit à Dreamland se passait à la Tour des arts… et là, Clem aurait, pour n’importe quoi, échangé sa place avec quelqu'un d’autre. Enfin comprenez-le : même si, lors d’une visite au musée, on apercevait trois ou quatre tableaux qui nous avaient bien plus, sur la grosse centaine qui nous a agressées jusque là, ça faisait cher le kilo ! Alors certes, les royaumes de Dreamland recouvrent tous les thèmes qu’on peut trouver dans le monde réel alors il est logique d’en trouver un qui recouvre en un lieu la beauté des arts, mais on n’était pas forcé de tombe dessus. Quelle ne fut donc pas sa surprise quand il lut le petit écriteau explicite à l’entrée « tour des arts ». Voila : il s’était endormi depuis à peine cinq minutes et il se sentait déjà déçu pour la nuit qui allait venir. Vu qu’il n’y avait rien d’autre dans les environs, peut-être qu’une petite visite dans cette tour ne serait pas aussi ennuyeux qu’il le penserait. On était à Dreamland après tout : le monde de l’impossible ! A Dreamland, une visite dans un gigantesque musée pourrait très bien se révéler palpitante ! Tout était possible !

Quelques minutes plus tard et Clem avait commencé à piger comment fonctionnait l’endroit : à chaque étage correspondait un thème de la peinture. Fort de cette information, il était possible de choisir, dans une certaine mesure, les courants de tableaux qu’on allait rencontrer. Clem passa donc son chemin quand il passait devant les étages dédiés à l’art dit « moderne » (en gros des cubes et des rectangles avec des couleurs flashy). Même chose avec les aquarelles, non pas qu’il trouvait que les auteurs d’aquarelle soient des fainéants, c’était juste que les aquarelles lui faisaient mal aux yeux. L’étage du classicisme ! Déjà il préférait ça ! Pas de second degré fumeux à prendre en compte, on regarde un bon panorama, des couleurs réalistes mais agréables ; en somme, la principale chose qu’il faut prendre en compte, c’est la capacité de l’artiste à transposer le monde réel sur sa toile… et de l’améliorer au passage.
Clem se balada un petit moment dans cet étage, les tableaux lui plaisaient déjà plus mais il fallait avouer que dans l’ensemble, toute la tour commençait à « lui courir sur le haricot » histoire de rester poli. En fait, la seule chose qui put retenir son attention suffisamment longtemps pour être mentionné ici fut la présence, ou plutôt l’absence d’une toile. Elle se devinait assez car la marque sur le mur quelle avait laissé se remarquait facilement : la peinture n’avait pas eu la caresse de la lumière depuis longtemps, laissant une différence bien perceptible de couleur avec le reste du mur. L’autre élément qui faisait que cette différence était bien perceptible était la taille du tableau disparu : dans cette catégorie là, on pouvait le mesurer en dizaine de mètres, catégorie poids lourd donc ; un large pan de mur avait été occupé par ce tableau qui n’avait pas été rempli par d’autres plus petits.

A coté de ça, la petite créature qui se baladait en criant « Un tableau a été volé ! Un tableau a été volé ! » perdait vraiment son temps.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Dim 8 Mai 2011 - 4:22
Latä était une habitante de Dreamland et n'avait donc jamais vu de ses yeux le monde des voyageurs qui allaient et venaient dans le pays qu'était le sien mais cela ne la dérangeait pas vraiment de ne pas avoir vu cet autre monde, c'était juste qu'elle était un peu curieuse, se demandant à quoi cela pouvait bien ressembler. Comme elle travaillait dans la tour des arts, elle s'y trouvait en ce moment. La tour ne renfermait pas seulement que des tableaux mais toutes sortes de sculptures et autres objets artistiques. Après un petit tour pour voir s'il n'y avait pas de toiles à restaurer, elle alla à l'étage des arts classiques pour l'étiquette d’illustration d'une toile, comme en ce moment il n'y avait pas trop de monde à cet étage la demoiselle pouvait faire cette opération sans être trop dérangé par les gens qui passaient.

Personnellement, elle n'avait pas d'art qu'elle détestait tout comme les peintures, bien sur elle en préférait plus certaines que d'autres tout dépendait de comment l'artiste avait mit en scène son art le plus souvent pour que cela lui plaise.





[HJ: DSL J'écrit pas autant que toi]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1493
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Mer 11 Mai 2011 - 21:41
« Un tableau a été volé ! Un tableau a été volé ! »
Que dire ? Tout cela sentait quand même l’arnaque ; Clem était à peu près sure. Après tout, il était destiné à qui ce message ? Aux quelques rêveurs qui avaient une mémoire de poisson rouge ? Aux créatures des rêves qui n’étaient quand même pas stupide au point de ne pas avoir remarqué l’énorme pan de mur vide. C’était peut-être un soupçon de paranoïa, mais Clem avait l’impression que tous ces cris étaient adressés pour sa pomme. La direction de la Tour n’avait pas du croire sa chance au début. Oh ! Un pauvre voyageur qui déambulait dans les lieux sans raisons apparentes, il a l’air de s’ennuyer le pauvre ! Et si on l’envoyait à la recherche de ce tableau qui a disparu ?

Paranoïaque mais pas si loin de la vérité.
Les soupçons de Clem se retrouvèrent confirmés quand le Dreamlandien se tourna d’un coup sec vers lui, soudainement calmé, pour lui faire face.
« Voyageur, c’est horrible ! Un tableau à été volé ! Le voila qui recommençait à brailler, c’était agréable de se faire prendre pour une poire.
-Oui, c’est ce qui m’a semblé aussi. Dit Clem en essayant de mettre un maximum d’insinuations dans sa phrase. Mais soit il était complètement nul pour aciduler sa voix, soit son interlocuteur ne releva pas la pique.
-Oui… Et il faudrait que…
-Je le retrouve.
-… Ben merde c’était plus facile que je ne le pensais.
-…
-… C’est le moment où je dois vous amenez à mon supérieur pour qu’il vous explique mieux la situation ?
-Oui, le timing à l’air bon.
Clem fut finalement amener dans un local à l’écart des couloirs. Une porte en bois (des plus… marron) fut ouverte par son guide. L’intérieur révéla que c’était juste un bureau tenu par une vieille dreamlandienne acariâtre. Alors oui c’était mal de la part de Clem de juger des gens alors qu’il ne les connaissait pas mais cette vieille dame avait un visage très pincé qui ne lui inspirait pas confiance. Pour parler tableau, si son visage en était un, sa ligne de fuite se situait sur le bout du menton voir plus bas. Rajouter les lunettes pointues et les cheveux gris tiré en arrière par un chignon et vous avez le modèle parfait d’une grand-mère qui fouette ses petits-enfants.
Plus pointu que son menton : sa voix :
« Alors il a bien voulu venir ?
-Heu… Il est juste devant vous madame.
-Oui je suis là.
-Alors on vous a expliqué la situation ? Là, il y eu un blanc. Clem n’était’ il pas ici pour se faire expliqué la situation plus encore ? Peut-être était-ce la formule rituelle joué par tous les patrons du monde avant de confier une quête mortellement dangereuse au premier troufion qui passait par là. Clem avait eu de la chance, il aurait très bien pu devoir repousser une attaque de loups-garous.
-Je sais… qu’un tableau à été volé. Commença Clem prudemment.
-Oui voila, c’est cette affaire ; et bien vous devez le retrouver et nous le ramener ici le plus vite possible. Clem appréciait beaucoup l’usage de l’impératif, mais ce n’est pas comme s’il avait mieux à faire cette nuit.
-Je (pense que) je vais faire tout mon possible.
-Ravi de le savoir. Bonne chance !
-Mais…
-Quoi ? Il y a un problème ? Oui vieille peau, je ne sais pas à quoi ressemble ce putain de tableau ! Heureusement que Clem restait polie dans quasi toute les circonstances (même avec les vieilles peaux).
-C’est que, je ne sais pas à quoi ressemble ce tableau.
-Oh ! Je crois que c’est un tableau de Vincent Van Vogue (VVV pour les intimes).
-… C’est tout ? Vous ne savez pas à quoi il peut ressembler ?
-A force de vivre au milieu des tableaux vous savez, on ne les regarde plus tant que ça, on finit par les oublier. Pas croyable ! Un tableau de trois mètres sur deux ! Si Clem ne savait même pas à quoi ressemble ce tableau ça allait être pratique : au moins aussi compliqué que de retrouver un chihuahua dans un champs de maïs.
-Mais il n’y a personne ici qui pourrait savoir à quoi ressemble ce (putain de) tableau ?
-Ah, je crois que… Oui ! C’est ça ! Elle se tourna vers l’employé qui m’avait conduit ici. Emmener le voir… Oh, j’ai son nom sur le bout de la langue…
-Oui ? L’encouragea Clem.
-Quand vous retrouverez ce tableau, vous devrez faire très attention au voleur. Et mon indic il était ou ?
-Pourquoi ça ? Demanda Clem curieux tout de même.
-Si le tableau a été volé, c’est parce qu’il renferme un secret que son voleur doit convoiter.
- Quel genre de trésor ?
-On ne sait pas, mais des tas de gens l’ont examiné pendant des heures sans rien trouver. Ça ne voulait pas dire qu’il n’y en avait un mais bon, se dit Clem, on va passer dessus.
-Et la personne que vous voulez me présenter ?
-…
-Vous savez : la personne qui doit savoir à quoi ressemble ce (putain de) tableau.
-Ah, oui ! Elle se tourna encore vers l’autre employé. Emmener le voir Latïa. Elle se retourna vers Clem. C’est une employé de la maison. Expliqua t-elle. L’autre inclina la tête et ouvrit la porte et en faisant un geste invitant Clem à le suivre. Celui-ci lui emboita le pas.
-Et bonne chance en fait ! Mais Clem n’écoutait plus, il était en train de regarder la plaque en bronze sur la porte, coté intérieur. Elle indiquait le nom de la vieille dame (instantanément oublié : son cerveau avait la flemme de le mémoriser) et sa fonction « Directrice de la responsabilité des dommages collatéraux des beaux-arts de l’étage ». En plus d’avoir à exhiber une fonction plutôt bizarre, la plaque était du mauvais coté de la porte. Idéale si l’occupante de ce bureau désirait se rafraichir la mémoire sur son métier rien qu’en levant la tête ; mais plutôt handicapant pour le visiteur (ici Clem) qui entrait pour la première fois dans la pièce. Clem remarqua en sortant que la peinture de la porte qui lui avait paru si marron à l’allé présentait une teinte bronzâtre (ben oui) à l’emplacement de la plaque. Clem comprit que c’était en fait le verso de la plaque qui avait été incrusté dans la porte au moment de sa mise en fonction. En clair : retirer la plaque et vous aurez une porte-fenêtre.

Clem suivait l’employé à travers les couloirs pendant un petit moment avant qu’il ne s’arrête au détour d’un couloir. Au loin Clem apercevait une silhouette trop lointaine pour qu’il puisse apercevoir des détails ; à cette distance, il voyait surtout du blanc et du bleu ; serait-ce Latïa ?
L’employé se tourna vers lui et lui dit :
« Attendez-moi ici, je préfère lui expliquer la situation seul. Après vous viendrez. » Et il partit vers la silhouette. Une petite partie de Clem était légèrement soulagée : il était déjà timide avec les inconnus quand il était des humains, mais là on allait lui présenter une dreamlandienne, ce qui était peut-être plus compliqué. Clem avait un peu honte de l’arracher à son travail pour l’aider lui. Mais dans un sens, Clem était là pour l’aider. Il se força à se calmer : après tout, ça aurait très bien put être des loups-garous.


__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Jeu 12 Mai 2011 - 20:22
Latïa avait vu de loin le pauvre voyageur qui se promenait dans les environs se faire embarquer par la directrice de l'étage ainsi que par un autre employé qui criait au vol d'un tableau, le pauvre bougre mais elle avait pas vraiment le temps de s'occuper de lui, elle devait finir son travail. Un tableau avait été voler et il fallait donc trouver quelqu'un pour le récupérer et par la même occasion attraper le voleur car la police était parfois un peu lente dans le coin. Latïa finissait son travail sans doute que quelqu'un avait déjà était embaucher pour chercher l’œuvre vu comment le voyageur avait été embarqué.

Alors qu'elle finissait de prendre quelques notes elle leva les yeux pour voir de nouveau le voyageur qui la fixait au loin, peut être voulait il lui poser une question. La demoiselle attendit donc que le jeune homme se rapproche, il semblait un peu fébrile, il était sans doute timide. Mais finalment ce fut l'empolyé qui passa devant le voyageur pour venir à sa rencontre. Elle se tourna vers lui ce demandant ce qu'il pouvait bien venir lui demander.



Vous voulez quelque chose ?


Elle attendit patiemment la demande de son collègue qui finalment lui expliquà le problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1493
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Lun 16 Mai 2011 - 19:48
Mais pourquoi Clem devait il attendre à se tourner les pouces ? Parce que l’employé avait voulu parler à Latïa en premier, et pourquoi ? Sans doute parce qu’il était paranoïaque et que… non, ça n’avait aucun sens. Peut-être que cette Latïa n’était pas quelqu'un de commode… ça Clem allait le savoir dans les secondes qui viennent. En attendant, il pouvait juste se demander par quelles moyens un tableau de trois mètres sur deux avait put être volé (ou peut-être qu’on devait dire deux mètres sur trois, Clem ne connaissait pas la nomenclature des tableaux ; ce dont il était sur après avoir vu la trace sur le mur c’était que le tableau était plus large que haut). Peut-être qu’il avait sortit le tableau du cadre avant de sortir la toile discrètement ? Ça faisait quand même un sacré rouleau de printemps à sortir sous le nez des conservateurs ; et puis, cette hypothèse était fausse : le cadre avait aussi été volé. Pointilleux ce voleur (ou ces voleurs : le tableau était gros quand même), à moins que le cadre soit indispensable pour comprendre le secret du tableau. Si c’est le cas, comment le voleur le savait il ? Peut-être qu’il n’en savait rien et qu’il avait aussi raflé le cadre au cas où… Bon, Clem n’irait pas plus loin s’il n’avait pas la description de ce tableau. Avec un peu de chance il aurait aussi une reproduction à petite échelle mais on n’était pas dans un musée, enfin si mais dans un musée de Dreamland ce qui était pire.

Bon c’était plus le temps pour ces conneries mais là il devait savoir. Il s’avança donc vers Latïa et l’employeur qui avait arrêté de se parler et prit quand même soin de ne pas paraître aussi énervé qu’il l’était vraiment : ce n’était pas non plus la peine qu’on le prenne pour un colérique. Oh et puis qu’est-ce qu’il en avait à faire ? Demain, il ne serait plus là et n’en avait finalement rien à faire de retrouver ce tableau. Si il le cherchait, c’est qu’il avait eu la malchance de tomber sur le pire endroit de Dreamland, et qu’il avait dit qu’il ferait son maximum (à peu de chose près). Il ferait donc son devoir et si son devoir impliquait qu’il devait demander à une parfaite inconnue à quoi ressemblait le tableau de V-machin-de-mes-deux, alors il le ferait, mais il ne le referait pas.

Voici donc, en démonstration, l’art et la manière de se présenter tout en faisant une demande chiante au possible, le tout avec juste ce qu’il faut de politesse :
« Bonjour, je suis le voyageur mobilisé pour retrouver le tableau qui été volé… celui de VVV. Et on ma dit de m’adresser à vous pour avoir sa description, ça serait possible s’il vous plait ?

Oups il avait oublié de se présenter dans les formes ; c’était grave ? Sans doute que non…

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Mar 17 Mai 2011 - 17:36
Cela n'était pas nécessaire que l'employer présenter le voyageur, il était venu plutôt pour lui expliquer ce qui se passait, un tableau avait été volée et elle était sans doute la seule. Latïa n'était pas méchante ni paranoïaque, au contraire, elle était d'un naturel assez gentil sauf si on venait l'énerver bien sur.

A se souvenir à quoi il ressemblait vraiment à croire que les autres employés faisaient pas attention aux peintures ou que cela ne les intéressaient pas alors qu'ils travaillent dans la toi. Latïa ronchonna un peu mais bon elle accepta comprenant qu'on lui demandait de l'aide pour restituer la peinture au musée. Alors qu'on finissait de lui expliquer la situation le voyageur décida de faire enfin son apparition pour se présenter ce qui était bien, il semblait sympathique malgré tout, on ne pouvait pas en dire autant de tous les voyageurs.

Il avait oublier de se présenter mais cela n'était pas grave pour la jeune femme, elle le sentait un peu nerveux mais n'en dit rien, il allait sans doute se calmer plus tard, quand il se sera détendu.


Bonjour !

Latïa décrivit donc le tableau qui avait été volé. Un tableau à dominante bleue, avec trois points jaunes un peu répartis au hasard et un peu de blanc aussi. Le bleu et le blanc servant a dessiner comme des vaques très arrondies comme Vincent Van Vogue le faisait très souvent. Le jaune c'était de gros points un peu repartis sans but précis, comme de petits soleils dans la mer de nuages. "Mer de Nuages" était le nom du tableau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1493
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Mer 18 Mai 2011 - 18:39
Clem avait maintenant la description du tableau… il lui fallut environ deux secondes montre en main pour qu’il se fasse remarquer à lui-même que cela ne lui servirait à rien pour le retrouver. Après tout qu’est-ce qu’il s’imaginait ? Qu’avoir simplement sa description allait lui permettre de trouver son secret en un éclair et qu’il allait avoir l’éclair de génie, trouvé ce putain de secret avant de coincer le voleur fort de cette information.

Il avait pensé à quoi en fait ?
Son boulot, ou plutôt la tâche qu’il lui avait été confié était de retrouver ce tableau, point barre. Pas de résoudre un secret séculaire. C’était là la croix de ceux qui s’intéressait à ce tableau ; pas la sienne.

Donc on répète la question : pourquoi voler ce tableau alors qu’il suffisait juste de le regarder calmement car il était ouvert au public ? Le voleur avait peut-être déjà trouvé l’hypothétique secret et voulait le cacher aux yeux du monde car il avait peur de se faire prendre de vitesse par un rival ? Il était recherché par les forces de l’ordre et n’avait pas le droit de faire partit du publique ? Il aurait donc volé le tableau car c’était son seul moyen de l’analyser tranquillement. C’était déjà plus logique. Mais dans ce cas comment l’avait t’il fait sortir de la tour sans se faire repérer ? Le tableau restait quand même imposant.

On dit que les idées pleuvaient continuellement du ciel et que, pour en avoir une, il suffisait que l’une d’entre elle tombe sur un crâne pile selon un angle précis afin qu’elle pénètre le bon neurone réceptif. Cette théorie avait l’avantage d’expliquer pourquoi certain débile profond (comme Clem) pouvait soudain avoir des idées lumineuses dans le feu de l’action. Dans notre cas c’était plus une question de chance qu’une question d’intelligence pur : si Clem s’était tenu deux mètres plus à droite, la moquette aurait su où le tableau avait été caché.

Si Clem s’était tenu deux mètres sur la droite.

« Excusez-moi mais serait’ il possible d’avoir un plan de cet étage ? »
La question était sortit de sa bouche avant même que Clem le remarqua ; comme si son cerveau avait trouvé l’idée tellement bonne qu’il avait décidé de la mettre en œuvre avant d’en avertir son propriétaire. Clem ne savait pas encore si Laïa savait où trouver ce qu’il désirait mais si son idée était bonne, il venait de deviner où était cacher le tableau.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Jeu 19 Mai 2011 - 19:06
Maintenant il lui demandait un plan de l'étage, Latïa réfléchit quelques instant à la demande du jeune homme se rappelant ou en trouver un.

Par ici !

Elle invita donc le voyageur à la suivre et tandis qu'ils marchaient ensemble dans les couloirs elle en profita aussi pour décrire le cadre du tableau vu qu'il semblait que lui aussi avait disparu.
Le cadre était doré, mais rien affirmait qu'il soit totalement en or, il pouvait aussi bien être fait d'un bois lourd couvert de feuilles d'or. C'était un cadre plutôt simple avec des motifs a chaque angle et il descendait en escalier deux pour être précis, la partie proche de la peinture étant plus haute que celle de extérieur, c'était juste pour donner de l'effet au tableau d'après certains.

Après un petit moments, ils arrivèrent enfin devant un plan de l'étage fixé au mur tout près de l'escalier de service.


Un employer passa près deux en marmonnant visiblement, il était pas de bonne humeur. Latïa le regarda puis remarquant cela il s’arrêta un instant.

Quelqu'un c'est amuser à voler les plans de plusieurs étages et j'ai du en remettre d'autres en place ! C'est fatigant ce genre de plaisantin.


Puis l’employer repris son chemin, ses outils sous le bras.
C'est vrai que c'était embettant qui pouvait bien faire cela et causer autant de remu ménage dans la tour des arts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1493
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Jeu 19 Mai 2011 - 20:21
« Par ici ! »
Clem suivit Latïa à travers les couloirs et elle profita de la marche pour lui décrire le cadre entourant le tableau. En fait, Clem n’écoutait qu’à moitié, il en entendit juste suffisamment pour comprendre qu’il était ‘probablement’ en or et qu’il était en relief une fois arrivé à une certaine hauteur. Elle lui expliqua que c’était sensé produire un effet auprès des spectateurs. Clem pensa que ça devait être un effet de profondeur de champ, ajouter celui-ci avec une « mer de nuages » dans le tableau et le tout devait produire son petit effet. N’empêche, quand Clem regardait un tableau il ne faisait pas vraiment attention au cadre… okay, soyons honnête il ne faisait pas vraiment attention au tableau non plus.

Ils arrivèrent finalement à près de l’entrée de service où Clem avait une vue plongeante sur l’escalier (de service bah oui). Et Clem entendit une personne parler à Latïa :
«Quelqu'un c'est amuser à voler les plans de plusieurs étages, le cœur de Clem oublia de battre un instant, et j'ai du en remettre d'autres en place ! C'est fatigant ce genre de plaisantin. Il se détendit en un soupir. Il s’autorisa même un petit sourire mental : si quelqu’un avait volé les plans des étages (sa main à couper que c’était le même type qui avait ‘emprunter’ le tableau’) c’est qu’ils étaient suffisamment dangereux pour le voleur ; ça signifiait que Clem était probablement sur la bonne voie. Il regarda longuement le plan, essayant de trouver le… le petit carré où était indiqué la signification des petits dessins que les architectes avaient dispersés partout sur le plan.

Une autre comète novatrice métaphysique frappa ses neurones. ‘La légende’ ! Clem en avait absolument besoin pour savoir où le tableau de VVV avait été disposé dans les couloirs. Maintenant qu’il l’avait trouvé, il lui fallait juste mettre en pratique sa théorie :

« Alors si le tableau était exposé. Il pointa son doigt sur le plan l’emplacement du tableau, expliquant son idée à Latïa en même temps qu’il se l’expliquait à lui même. Et qu’il était tourné vers ce couloir. Alors maintenant si je ne me trompe pas, il devrait être… ! Clem montra… le même emplacement. Vous comprenez ? Il n’a pas vraiment été déplacé : il a été retourné ! Il était resté au même endroit depuis le début sauf qu’il nous montrait le recto du cadre que le voleur a peint approximativement de la même couleur que le mur autour. Il nous suffit de nous rendre ici. Cette fois il pointa du doigt un emplacement qui, selon le plan, n’était que du mortier. Il doit avoir une salle secrète ici où notre voleur doit être au calme en train d’essayer de percer le secret de ce tableau. Il nous suffit juste de trouver comment y accéder.

Clem se sentit quand même fier d’avoir résolu ce mystère… bon il est vrai que ce sans la plaque en bronze de la directrice, il n’aurait jamais trouvé tout seul (ce qu’il n’avait pas vraiment fait). Il était tellement content qu’il n’envisagea pas une seconde qu’il se trompait peut-être.

Il était temps d’utiliser une expression récemment devenu courante : « ça c’est fait ! »

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Ven 20 Mai 2011 - 3:10
Les ailes de Latïa étaient repliés dans son dos pour prendre le moins de place possible quand elle se déplaçait pour ne déranger personne dans ses mouvements. Elle regarda Celem, il semblait persu dans ses pensées par moment, à se demander s'il avait écouté tout ce quelle lui avait dit.
Latïa regarda silencieusement le voyageur qui consultait le plan en essayant de suivre ce qu'il essayait de trouver alors qu'il ne disait rien encore.
Quand le voyageur se décida enfin à parler, elle essaya de comprendre ce qu'il disait, apparement le Tableau était toujours dans la tour d'après la théorie du jeune homme qui se tennait près d'elle. C'était une idée intérésente mais comment pouvait-il y avoir une salle secrette derière ce mur plein.


Vous allez pas traverser le mur comment allez vous faire ?

Bah oui falit trouver une idée pour passer dans la sois disdante salle secrete, puis elle eu une idée un peu étrange.

Et Par le tableau. On peut passer par le tableau ?

C'était une idée un peu étrange mais si le tableu avait été retourné peut etre qu'il y avait un passage derière qui permetrait d'acèder à la pièce cachée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1493
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Dim 22 Mai 2011 - 17:10
"Vous allez pas traverser le mur comment allez vous faire ?"

Heu… Clem espérait que ce serait Latïa qui lui révèlerait l’existence d’une vieille salle que tout le monde avait oublié et qui était comme par hasard pile derrière l’emplacement du tableau. En fait, si l’hypothèse de Clem se révélait juste, alors une telle salle existait certainement, c’est juste que tout le monde devait avoir oublié son existence. Maintenant, Clem et Latïa allaient sans doute devoir tapoter avec une spatule tous les murs du couloir dans l’espoir d’entendre un son creux, avant de le démolir à la masse… il n’y avait vraiment pas de passage secret ?
"Et Par le tableau. On peut passer par le tableau ?"

… c’était une putain de bonne idée : si le tableau pouvait coulisser sur son axe pour présenté son dos alors on pouvait le tourné selon un angle de quatre-vingt-dix degrés pour s’ouvrir un passage.

Emballé par l’idée de Latïa, Clem repartit vers le pan de mur où le tableau devait se trouver. Maintenant si lui et Latïa ne s’étaient pas trompés, le tableau devrait coulisser comme ça… bon alors il faut plutôt le pousser ici pour que… Ah bah voilà ! Là il coulissait ! Il ne restait plus qu’à rentrer dans le passage.

Clem s’attendait à voir un local sombre où le voleur se terrerait devant le tableau avec des livres anciens et des signes cabalistiques sur le mur, essayant de percer un simili secret sur le tableau. En fait, il avait devant lui une pièce bien éclairé avec un petit personnage courbé se tenant sur les genoux, il avait à ses pieds une bâche en plastique avec plusieurs pots de peintures et des bols pour le mélange des couleurs… et il avait un pinceau à la main.
Clem resta comme pétrifié pendant que son cerveau comprenait lentement l’identité de la personne.

« Ben quoi ? On a plus le droit de voler son propre tableau en douce ? »
Non, ce n’était pas possible.
-Vincent Van Vogue ? »

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Lun 23 Mai 2011 - 3:58
Latïa suivit Clem pour retourner à l'emplacement ou se trouvait le tableau caché. Elle regarda le voyageur faire sa manipulation pour finalement avoir un passage dans la pièce secrète. Finalement elle avait eu une assez bonne idée ce qui lui faisait plutôt plaisir d'avoir trouvé la solution que Clem cherchait pour parvenir à la salle caché derrière le tableau. Elle le suivit donc par le petit passage qui avait été trouvé. Légèrement éblouie par la luminosité de la pièce secrète au départ Latïa s'y habitua assez vite, quelqu'un se tenait pas loin d'eux et cela était surprenant de trouver le peintre la en train de "travailler" au milieu de toutes ces couleurs.

C'était bien Vincent Van Vogue. C'était donc le peintre qui avait subtilisé aux yeux de tous son propre tableau ce qui était plutôt étrange, il aurait tout simplement pu demander au directeur de La Tour Des Arts de lui restituer son œuvre au lieu dans faire tout un fromage.


Oui ! C'est lui ! dit elle à Clem ... Pourquoi voler votre propre peinture Monsieur Van Vogue ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1493
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Dim 29 Mai 2011 - 22:33
Van Vogue se redressait de toute sa hauteur (environ un mètre-vingt… impressionnant) et soupira, comme si il allait énoncer une vérité générale alors qu’il était probablement le seul à mesurer tout l’ampleur du drame qu’il jouait tout seul, un peu comme la girafe qui était le seul animal du monde qui devait souffrir mille maux quand il devait boire.

Clem se demanda pourquoi il avait apporté ses propres pots de peintures mais la réponse était facile : pour pouvoir repeindre par-dessus son propre tableau. Après ça pourquoi ? Mais Clem ne se posa pas la question longtemps car Van Vogue était déjà en train d’y répondre :

« D’abord jeune fille, je ne l’ai pas volé car il m’appartient, donc j’ai entièrement le droit de le cacher aux yeux du monde d’abord. Na, hein ? Waouh, quelle maturité. Et ensuite est-ce que vous avez déjà caché un secret dans un de vos tableaux ? Non, Hein ? C’est beaucoup plus dure que ce que les gens croient : si vous le dissimuler trop bien, personne ne le perce et ce n’est pas drôle du tout. Car enfin si nous autres peintres, nous cachons nos secrets dans nos toiles, c’est bien pour que vous puissiez les trouver vous autres gens pathétiques et inculturés. Pourtant la technique du mien était for simple : il fallait juste recouvrir la toile d’une couche de vert mat, car c’est ma couleur préféré et ensuite le mettre en place selon un éclairage particulier comme indiqué ici, là il montra du doigt un des nuages de sa peinture. Vous voyez celui-ci ? Il n’est pas éclairé comme les autres : C’est le fameux coup du ‘qui est l’intrus ?’ trouver la différence dans la peinture et l’appliquer comme dans une mise en abime ; c’est une technique quasiment obligatoire dans ma profession. Ensuite, il fallait tracer avec une spatule le signe des saturniens sur le tableau car c’est là la secte que j’ai rejoint secrètement, ensuite vous retourner le tableau selon un angle de trente-sept degrés et là, le message apparait…
Un long silence s’installa
-Heu… vous êtes sûr de ne pas y être allez un peu fort ? Demanda Clem.
-Ben ; je n’ai pourtant mis que des classiques...
- Et là vous allez faire quoi avec vos pinceaux ? Van Vogue releva la tête, l’air abattu.
-Mettre mon secret à un endroit plus évident malheureusement, je pense que je vais enlever cette couche là, puis inscrire mon message avant de repeindre par-dessus avec du pastel : celui qui voudra le lire n’aura qu’à souffler dessus. Vous en pensez quoi ?
-Moi ? Je pense que si vous avez un truc à dire, vous n’avez qu’à lâcher le morceau à votre psychiatre ou votre secrétaire et arrêter la peinture.
-Vous voulez dire… de vive voix ? Van Vogue le regarda comme si Clem lui avait proposé de participer à une pyjama-party avec des éléphants.
-De vive voix si vous voulez ou écrivez votre truc sur un papier avant de le placarder sur une putain de place publique c’est pas mon problème. Je veux juste que l’on retourne ce mur pour que la directrice de l’étage arrête de me courir après comme ça je pourrais me réveiller la conscience tranquille.

Le pauvre Van Vogue avait l’air vraiment abattu : il se tourna vers Latïa en espérant avoir une quelconque forme de soutien ; mais peut-être que quelque part, une petite voix lui disait qu’il était peut-être allez un peu trop loin en faisant disparaître son tableau.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Sam 4 Juin 2011 - 3:49
Latïa l'avait reconnu mais il semblait plus petit que la dernière fois où elle l'avait vu en chair et en os, peut être était-ce du a l'éclairage ou a ses chaussures, mais peu importe la n'était pas le problème en cet instant important. Et puis de plus après tout ce que VVV voulait fairte au tableau il risquait de l'abimer.

Touchez pas au tableau ! Et remettez le en place >-< Et faites comme le voyageur vous dit c'est plus simple, dites ce que vous pensez à tout le monde ! Pas obliger d’arrêter la peinture pour cela, Clem.
Vous pouvez faire un autre Tableau aussi monsieur VV !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Facteur X
Messages : 1493
Date d'inscription : 07/01/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Clem Free
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 170
Renommée: 1445
Honneur: 160
MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture Dim 5 Juin 2011 - 18:00
Bon ben, il fallait croire que c’était fini, vu le peu d’importance de l’affaire ce n’était surement pas les hélicos et les ambulances qui allaient envahir les lieux ; déjà il n’y avait aucun blessé et le tableau n’était pas à transporter. Non, en fait, une horde de psychiatre serait par contre plus indiqué : une bonne trentaine pou l’autre vieux et au moins deux ou trois pour son usage personnel et certainement au moins une pour cette pauvre Latïa car non de Dieu, personne ne devrait avoir à poursuivre ce pauvre dégénéré dangereusement micro-maniaque. Si c’était possible, Clem avalerait sur le champ une chope remplie d’aspirine mais cela étant impossible, il n’avait plus qu’à espérer que son mal de crâne partirait une fois qu’il se serait réveillé mais… il y avait toujours un mais.

Il se détourna du peintre et se tourna vers Latïa, il ne pensait pas que le peintre était dangereux (ou en tout cas, pas physiquement mais il devait causer pas mal de ravages lors d’une séance de psychologie en groupe). Elle était déjà en train de prendre les choses en main, tant mieux : Clem n’avait pas envie de rester une minute de plus avec ce vieux fou. Plus de courses inutiles pour retrouver un tableau qui n’avait pas bougé, si on n’aimait ni courir pour rien, ni les tableaux, il y avait de quoi se sentir frustré. Il dit à Latïa :

« Bon… ben espérons qu’il ne volera plus ses propres tableaux maintenant. Vous n’aurez plus à lui courir après… S’il ne récidive pas. Manquerait plus qu'il décide d'arranger les tableaux des autres peintres.»

Clem attendit quelques instants mais il fut rattrapé par son propre réveil et il fit dans son lit une grande résolution : Plus jamais il n’entrerait dans un musée ou tout ce qui se rapprochait d’une exposition semblable, on en avait déjà suffisamment dans Dreamland.

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Pas de tableau sans peinture
Revenir en haut Aller en bas

Pas de tableau sans peinture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Tour des arts-