Haut
Bas

Partagez

Groom sans écureuil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Yoël Herna
Messages : 85
Date d'inscription : 13/01/2018
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Yoël Herna
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 60
Renommée: 110
Honneur: 5
MessageSujet: Groom sans écureuil Groom sans écureuil EmptyLun 26 Mar 2018 - 23:03
  Un Week-End bien mérité, c'est assez satisfaisant, non pas que la vie étudiante soit particulièrement dure, c'est même plutôt l'inverse. Mais avoir de temps à autre un moment de repos ou aucuns des enseignants ne c'est dit qu'il était le seul à donner du travail est assez jouissif. Aussi c'est un week-end de glande, non, on ne sort pas. Pourquoi ? Pourquoi sortir, si il n'y à rien à décompresser ? Et puis rien de prévu de toute façon, alors c'est la flemme qui parle, et pour une fois on la laisse s'exprimer avec une simple pincée de regret. Au début, seulement, hein, après on profite.
Profitant de cet interlude, j'ai une soudaine remontée de nostalgie, et je me mets à traîner sur mon ordinateur, non pas pour jouer à l'un des jeux qui trouve grâce à mes yeux en ce moment, mais sur les sites de jeux flash, pour retrouver les jeux de mon enfance, et c'est de manière soudaine que je retombe sur Prizee, par le biais de multiples bannières publicitaires. Bien que la totalité des divertissement qu'il propose soit d'un moisi assez purulent, c'était les loteries dont nous pouvions profiter qui revêtait l’intérêt dans ce site. Enfin, intérêt, c'est vite dit, puisque gagner est autre chose qu'un auto-collant est assez anecdotique. Enfin, j'y ai passé ma soirée à sauver des chiots pour gagner des tickets fictif afin de participer à la super loterie pour un tapis de souris. Et devinez quoi ?  J'ai perdu, mais j'ai sauvé de nombreux chiots alors je leur pardonne, pouvant aller me coucher sans honte de la défaite.

=====Quelques heures de lecture et à regarder l'intérieur de ses paupière plus tard=====

  Et c'est un peu hagard que je me retrouve dans une salle vide, à la décoration outrageusement luxueuse. Je suis seul ou presque, puisque quand bien même je ne comprends rien à ce qui m'arrive, je reste persuadé que c'est bien quelques secondes à peine mon arrivée mystérieuse en ces lieux qu'un petit « pouf » résonne, laissant à la place une petite gobeline dont je ne peux que me souvenir. Celle-ci semble pour le coup, à l'inverse de ma personne, complètement dans son élément, et sans même un regard vers moi ce dirige vers l'un des murs pour y coller un des ses Flyers en forme de triangle et à l’œil difforme. Elle continue ainsi pendant bien deux minutes, placardant la paperasse selon un schéma qui demeure mystérieux à mes yeux. Puis elle prends quelques temps pour inspecter son œuvre, temps pendant lequel elle fini par m'apercevoir, à la fixer la bouche entrouverte. Ce sur quoi elle lève les yeux au ciel, avant de m'apostropher ainsi :

« P'tain, c'quoi c'te gueule ? T'as l'air encore plus con qu'la dernière fois qu'j't'ai vu.

- Je heu ... Ouais, m'enfin c'est pas tout les jours qu'on voit une … Gobeline, désolé si je me trompe, qui colle des trucs partout sur les murs, et ça deux rêves de suite. Deux rêves conscients, en plus.

- C'bien, t'as d'jà compris qu'tu rêvais, t'es p't'être pas si con qu'ça, en fait. Et béh … T'es dans m'monde maint'nant.

- Ton monde ? Dis-je en fronçant les sourcils. Celui des Gobelins ?

- Nan pauv' tâche. DreamLand. P'faire simple, t'étais une flipette, t'as arrêté d'l'être, d'coup maint'nant t'sais qu'tu rêve et t'peux influencer c'monde. S'per, bien joué, maint'nant laisse moi faire mon taff comme l'contrat l'dit. Achève t-elle en commençant à s'éloigner.

- Que quoi ? Mais quel contrat ? Bordel je ne comprends rien !

- Pour changer. Elle s'arrête, me regarde de manière un peu désespérée, puis repart en me laissant ses quelques mots sibyllins. T'es voyageur, t'as d'pouvoirs, j'te suis lié avec l'deux autres attardés. Maint'nant soit grand, pour une fois, et d'merde toi. »

  Et c'est vraiment seul que je réside cette fois, dans cette salle vide, avec un soupir en me recoiffant d'un main droite distraite, et en jetant un dernier coup d'oeil à cette roue de loto que je viens à peine de remarquer que je me rends compte que cet endroit est encore plus loufoque qu'il en a l'air, en plus du charabia mystique de celle qui se dit être une de mes servantes, ou quelque chose qui s'en rapproche. Les boules bougent d'elles mêmes, et possèdent même un œil avec lequel elle me rende mon regard perplexe. Sans plus me poser de question, je prends finalement la direction de cette porte, découvrant simplement d'autres salles qui se succèdent, et dont la décoration me laisse sans voix, passant du cliché du vieux casino à des étendus de marbre veiné d'or.
  Et c'est finalement que j'arrive dans une salle plus peuplée, d'une foule assez bigarrées et hétéroclites, étant constitues de ce que je suppose être des clients de ce qui se révèle rapidement être un Casino géant, peuplé d'une foule de machine à sous, dont certaines bougent et sont elle mêmes clientes. Sans plus me poser de questions, observant simplement avec ce que je suppose être un air de merlan frit sur mon visage, ce qui ne manque pas d'attirer l'attention d'un Groom à l'apparence atypique, dont je n'ai même pas le temps de compter les paires d'yeux, qui passe me refiler un plateau couvert de verres de divers cocktails. Assez perdu avec mon plateau en plein milieu de cette foule, je finis par me diriger vers une des sorties, refilant mon plateau à quelqu'un au pif, notifiant en passant que la confusion du groom est normale, je porte moi aussi une tenue semblable à la sienne. Je ne me pose même pas de questions sur cette nouvelle étrangeté, préférant plutôt sortir de là, avant que le bruit nasillard des machines à sous jouant avec d'autres machines à sous ne me rendent fou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Lyun Fujiwara
Messages : 182
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 25

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: Groom sans écureuil Groom sans écureuil EmptyMer 28 Mar 2018 - 19:25
Assise d'une posture nonchalante contre le dossier de son fauteuil, mâchonnant  le bout de son stylo d'une mine étourdie au lieu d'être plongée dans ses manuels aux arguments juridiques à perte de vue. En plein milieu de la bibliothèque universitaire que Lyun fréquentait presque tous les soirs, dans le cadre de ses partiels pointant le nez à l'horizon, elle paraissait obnubilée en cette fin d'après-midi ensoleillée par un autre sujet que le bachotage. Livrée à ses pensées tumultueuses dirigées vers les précédentes nuits écoulées  à Dreamland mêlant burlesque et aventures, un élément assez important la troublait : sa relation avec le nécromancien Riku. En effet, la situation était devenue hors de contrôle, elle se retrouvait dans de beaux draps enchaînée à un serment onirique, c'était la beauté imprévisible de ce monde des rêves. Son comportement d'une profonde neutralité s’amoindrissait à chaque nuit s'aventurant aux cotés du voyageur du Royaume des morts, c'est ce qui lui taraudait la cervelle.Certes, le fait qu'elle soit liée à lui par les liens sacrés du mariage dans cet univers n'engendraient pas d'obligations matrimoniales telles que l'engagement de vivre ensemble ou autres balivernes, enfin elle l'espérait au vue de sa méconnaissance totale des lois juridiques universelles. Dans tous les cas, cela ne touchait pas à sa liberté, néanmoins elle souhaitait en avoir le cœur net auprès de son «époux », afin qu'un jour elle ne subisse pas les conséquences regrettables à cause de cette cérémonie ridicule. Et dire que cela s'est produit au cours du match Dreamball, un supporter dans les gradins clament son amour à l'équipe de Riku pour provoquer tout ce tumulte dont les deux voyageurs furent les horribles victimes. Les sentiments de la demoiselle envers son compagnon n'étaient qu'illusoires à cet instant, bien qu'elle appréciait la présence et l'ouverture d'esprit de ce dernier mais elle ne ressentait pas pour lui une profonde affection. Lyun s'estimait heureuse de vivre en solitaire, de ne dépendre de personne, elle avait poussé sa réflexion vis-à-vis de sa vie à Dreamland en se rendant compte que s'allier voire créer des amitiés s'avéraient utiles.

Le bruit des cloches de l'église à approximité retentissant dix-huit heure la sortit de sa méditation, elle remballa ses affaires dans le plus grand des silences. En chemin vers son appartement, elle envoya son tout premier SMS au nécromancien, SMS rapide et sans fioriture consistant en « On doit parler, rejoint moi cette nuit ! ». Pour n'importe qui un tel message évoquerait une invitation à rejoindre l'étudiante chez elle, sauf qu'ils appartenaient à cette caste de personnes capables de se rencontrer dans leurs rêves. Ainsi elles ne s'épanchaient pas sur leur vie dans la réalité caractérisant un aspect intime et mystérieux sur l'existence et la personnalité de celles-ci en-dehors de Dreamland, ce qui arrangeait parfaitement Lyun n'aimant point épiloguer sur son quotidien. Impatiente de se débarrasser de cette conversation potentiellement déplaisante qu'elle pourrait avoir avec le nécromancien, elle se dépêcha de se mettre au lit devant un animé louant les jeux de hasard dans lequel des personnages s'affrontaient à mort. Pendant que l’héroïne défiait dans son pire ennemi dans un duel de jeux de cartes à la No Game No Life en moins enfantin, Morphée vint la bercer entre ses bras emplis de songe...

***


La morpheuse aigle entrouvrit les yeux sur un énorme et magnifique lustre en cristal à quelques mètres de sa tête, couchée sur un lit au matelas douillet à souhait lui donnant l'impression d'être sur un nuage de coton. Elle ferma les yeux pour profiter de cette arrivée confortable, cette matérialisation ne s'était encore jamais produite auparavant, son esprit vagabonda quelques instants puis se rappela cruellement de son rendez-vous. Avant d'être happée par la flemme et l'envie de s'enfouir sous les draps comme un esquimau isolé du monde, elle se redressa d'un élan désapprobateur., inspectant d'une œillade ébahie la décoration de la chambre, qui avait tout pour être d'un luxe exquis. Un second changement autre que son apparition était au goût du jour, son inséparable uniforme orné de sa casquette avait laissé place à une tenue encore plus inconcevable dans l'imaginaire de l'azurée. Habillée d'une façon des plus élégantes et très décontractées, elle était la détentrice d'une sublime robe de soirée noire à paillette remontant sur une seule épaule et fendue jusqu'à hauteur du centre de la cuisse soulignant ses atouts, ses frêles bras entourés d'un châle blanc transparent. Quant à sa coiffure, elle se composait en un chignon retenant la partie haute de sa chevelure par un chouchou en forme de fleur brodé et ajusté de perle, permettant à  quelques mèches rebelles de longer l'avant de sa personne. La jeune femme admit volontiers que le rendu lui allait bien, elle se contempla dans le miroir accroché à deux pas de l'armoire. Le seul bémol fut les chaussures à talon aiguille nécessitant une certaine adresse dans l'exercice, en plus, de ne pas être pratique si jamais elle devait se mouvoir rapidement, elle serait plus apte à trébucher qu'à courir. La voyageuse dut faire plusieurs allées-retours dans la suite royale aux fins de s'acclimater, n'ayant pas dénicher d'autres paires dans les meubles vides.

Finalement, elle se décida à s'extraire de son palace, intriguée de savoir dans quel Royaume elle avait atterri ainsi que la raison de cette tenue. Elle déambula dans les corridors rutilants de richesse, elle y croisa une sorte de gobelin avec de la poitrine placardant sur les parois des affiches mettant en valeur au premier plan un triangle affabulé d'une œil comme le célèbre symbole d'une société secrète. Lyun n'émit aucun commentaire, passant son chemin au risque de se faire alpaguer par cette créature onirique un peu fêlée. Elle s'introduisit ensuite dans une immense pièce envahie d'une marée d'êtres vivants, des tables de jeu dispersaient au quatre coin de la salle d'où résonnaient des hurlements de joie ou des pleurs désespérés. Tout s'expliquer, la morpheuse s'est personnifiée dans un hôtel casino, ceux qu'elle voit dans des séries relatées à Las Vegas, elle se frotta les mains avide des innombrables aventures auxquels participer. Mais avant toute exploration et mise en danger, elle devait obligatoirement mettre la main sur Riku pour leur fameuse discussion. Grâce aux centimètres prodigués par les talons aiguilles, elle crut reconnaître une touffe chocolat bien familière, elle tenta de le rattraper en se frayant un sentier par l'utilisation assez peu diplomatique du jeu des coudes. Une fois dégagée de cet amas, elle aperçut le dos de sa carrure détendue enfin un peu moins maintenant qu'on lui avait refilé le plateau à boisson, la tête de l'interlocuteur lui rappelait étrangement quelqu'un. D'un pas se voulant feutré malgré ses chaussures, elle s'approcha de lui par derrière et lui lança d'une voix légèrement amusée par l'inconfort du nécromancien :

- Te voilà ! Tu t'es reconverti en serveur en mon absence, puis-je avoir un verre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Riku Kaisuki
Surnom : The Death Voice
Messages : 607
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 167
Renommée: 1860
Honneur: 173
MessageSujet: Re: Groom sans écureuil Groom sans écureuil EmptyLun 2 Avr 2018 - 19:40
Riku s'était offert quelques vacances en quittant son dernier travail. Il n'en pouvait plus de toutes ces déclarations à tout va, et la fin de la période fiscale lui avait donné l'occasion de présenter sa démission. Il avait bien assez d'argent de côté pour tenir quelques temps sans emploi, il avait bien dans l'intention de se reposer. Entre deux parties de console, il s'était mis à jouer un peu au poker en ligne, restant malgré tout suffisamment humble pour ne pas se laisser tenter de jouer plus que de raison. Lorsqu'il perdait, il s'arrêtait pour quelques temps. De même, lorsqu'il gagnait il ne tentait pas le diable. Il ne faisait jamais tapis, et ne rejoignait jamais les parties à gros enjeux. Pourtant cette fois, il sentait la chance lui sourire. Il avait gagné une, puis deux, puis trois parties, il en était à plus de deux mille euros de gains. Mais ce fut un sms qui le ramena à la réalité ; Lyun lui demandait de la retrouver à Dreamland.


Il était vrai que le jeune homme et la voyageuse rapace ne s'étaient pas parlés depuis quelques jours, et les derniers événements qu'ils avaient vécu. Entre leurs périples au royaume des rapaces et au cimetière, la constitution de leur groupe et une incroyable quête, ils avaient surtout vécu quelque chose que seul le monde onirique pouvait leur offrir ; Au cours d'un match de DreamBall, et suite à la déclaration d'un spectateur un sort fut jeté sur le stade qui amena Riku à pousser un peu trop loin ses déclarations d'affection envers la jeune femme, jusqu'à la demander en mariage. Ils avaient été unis l'un à l'autre, et depuis n'avaient plus vraiment évoqué le sujet, pourtant d'importance. En effet, si cette promesse d'union ne les engageait à rien dans ce monde, dans celui des rêves, ils étaient considérés comme appartenant l'un à l'autre, autrement dit, ils étaient liés bon gré mal gré, même si la situation était loin de déplaire à l'invocateur.


Il eut un sourire en voyant son message, et quitta donc ses jeux pour lui répondre, d'un simple « d'accord, on se retrouve à Dreamland. » . Et ce fut donc tout sourire et impatient de s'endormir qu'il acheva sa journée, profitant d'un repas des plus simples, avant de s'installer confortablement dans son lit, lançant une dernière partie de poker avant de rejoindre les bras de Morphée. Le résultat fut sans appel, forcé à se coucher dès la première manche, il n'insista pas. Il ferma les yeux, éteignit son téléphone pour ne pas être réveillé, puis laissa le sommeil le prendre peu à peu.


***


Lorsque ses yeux se rouvrirent, le voyageur se trouvait dans ce qui semblait être le vestiaire d'un établissement de grand luxe. En effet, de nombreux employés s'affairaient autour de lui, vêtus de smokings classieux avant de courir s'emparer de plateaux sous les ordres d'un maître d'hôtel encore plus richement vêtu. Sans nul doute qu'il avait atterri dans un royaume où l'argent coulait à flots, et il n'en connaissait réellement qu'un dans le monde onirique. Et le bruit de jetons de toutes tailles acheva de convaincre l'invocateur de l'endroit où il se trouvait. Kazinopolis, ville des jeux de hasard de toute sortes. Où l'argent était légion, et où les joueurs réalisaient leur rêves de gains, encore et encore jusqu'à la fin de leur nuit. Ce n'était pas la première fois que Riku se retrouvait ici et les fois précédentes ne lui avaient pas laissé que de bons souvenirs. Il ignorait si Lyun avait réussi à le rejoindre en ces lieux, mais le plus simple était de s'infiltrer et de se faire le plus discret possible jusqu'à ce qu'elle arrive. Il enfila aussitôt une tenue d'employé et se dirigea vers les cuisines les plus proches avant d'être interpellé par un grand braillard, en tenue de maître d'hôtel. Il tira le jeune homme par la manche, l'attirant à l'écart et lui tendant aussitôt un plateau couvert de victuailles de toutes sortes.


«  Qu'est-ce que tu fiches toi ? T'es nouveau ? Décidément on me colle vraiment des incapables sur les bras... Prends ce plateau et va servir les clients, compris ? On n'a pas de temps à perdre à te faire visiter les lieux et t'apprendre quoi faire !  »


Et merde ! Le voilà coincé. Bon, il était quasi certain qu'on finirait par lui imposer de bosser avec cette tenue, mais il espérait être plus discret, se faire remarquer plus tard. Bon. Pas le choix. Le necromancer se dirigea vers la grande salle la plus proche pour servir les clients en train de jouer. Il passa entre deux tables de black jack, offrant ses canapés aux joueurs qui se servirent allègrement, fit de même à une table de poker. Il avait déjà vu de nombreux casinos de la ville, mais celui-ci dépassait tout dans le luxe. Les tables de jeux étaient recouvertes d'or, des fontaines dorées décoraient la salle, de même que de grands lustres qui donnaient une ambiance très cosy à celle-ci. D'ailleurs les joueurs étaient clairement d'une toute autre caste que ceux qu'il avait déjà pu observer par le passé. Il soupira, puis déposa son plateau vide sur une table proche. Il voulut chercher un peu parmi les clients présents si Lyun se trouvait dans le même établissement, mais à peine eut-il commencé à se glisser parmi la foule qu'un autre serveur lui laissa dans les bras son fardeau, sous le regard incrédule de Riku, qui manqua de lui faire une remarque acerbe. Mais il fut interrompu par une voix bien familière qui l'interpella dans son dos manquant de le faire tomber à la renverse avec ses verres. Il se retourna alors, et la vision qu'il eut le fit rougir instantanément. Devant ses yeux, Lyun portait une sublime robe luxueuse aux teintes de jais, ses bras recouvert d'un châle. Sa peau de perle luisait du côté de son épaule nue d'un éclat qui magnifiait encore plus son être. Il ne sut trouver les mots pendant un instant, restant bouche bée devant celle qui occupait ses pensées, avant de se reprendre avec difficulté :


« Euh.. Euh je... Oui bien sûr tiens.... Je ne me suis pas reconverti, disons que je n'ai pas eu trop le choix pour qu'on me laisse tranquille ici. Ta robe te va très bien tu sais...Tu es vraiment magnifique.  »


Il se doutait que la jeune femme n'était pas forcément la plus sensible à ce genre de compliments, mais ses mots lui étaient venus sans qu'il y réfléchisse. Il s'était surpris lui-même, rougissant d'autant plus. Ses joues étaient cramoisies. Il tendit un verre à la jeune femme, et l'invita à le suivre pour quitter ce casino qui n'était pas réellement le cadre idéal pour échanger. Il prit sa main, et la guida à travers la foule après avoir laissé son plateau pour rejoindre la sortie, jusqu'à franchir les portes gigantesques de l'établissement de jeux.


«  Ici ce n'est pas l'idéal pour parler seul à seul je crois... Que dirais tu de chercher un endroit plus calme ? Sans aucun sous-entendu bien sûr !  »


Mais alors qu'il parlait, il vint se cogner contre une silhouette qui campait en bas des marches. Il tomba à la renverse, se redressant aussitôt en s'époussetant pour retirer toute trace de sa chute et tendant sa main à la personne qu'il avait bousculé. Et quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il vit le visage du jeune homme en question ! Il l'avait déjà vu celui là ! Dans la forêt des rapaces nocturnes ! Et il lui semblait même l'avoir vu dans le stade du DreamBall ! C'était un rêveur, du moins les dernières fois qu'il l'avait rencontré. Il aida le malheureux à se redresser, prenant la parole :


«  Désolé je ne faisais pas attention. On dira que c'était de bonne guerre pour le plateau que tu m'as laissé dans les mains !  »

Il attendit la réponse de son interlocuteur, pendant que Lyun allait le rejoindre. La soirée commençait à peine, que leur réservait Dreamland pour cette nuit ?


__________

Groom sans écureuil VLKe0S2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Yoël Herna
Messages : 85
Date d'inscription : 13/01/2018
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Yoël Herna
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 60
Renommée: 110
Honneur: 5
MessageSujet: Re: Groom sans écureuil Groom sans écureuil EmptyVen 6 Avr 2018 - 16:04
  Après avoir refourgué le plateau à un autre serveur, je me suis permis d'aller dehors, pour me prendre une autre claque, le décor était complètement délirant. Bien sûr j'y retrouve assez aisément une influence directe de Las Vegas, mais c'est comme si les architectes qui avaient conçu l'endroit étaient sous acide. Pas qu'eux, d'ailleurs, celui qui s'occupait des lois de la physique, et des tronches des autochtones, aussi. Les rues sont bondées de personnes au faciès et au corps étrange, même si la grande majorité se trouve humaine, et pas des elfes, des humains. Oreilles rondes, têtes de merlan frit exprimant la connerie humaine dans toute sa beauté, comme on en trouve que sur terre, leur tête exaltées par toute cette effervescence et l'attrait d'une attraction ou l'autre sans prendre garde aux étrangetés ici présentes me font penser qu'ils n'en ont soit pas conscience, soit qu'ils y sont habitués. Dans tout les cas, ma phase d'observation sur les marches me vaut la rencontre avec un individu qui n'est pas foutu de regarder devant lui, me faisant tomber. J'étais sur la dernière, et heureusement, quand bien même, sans que je puisse dire y être habitué, cette chute de me fait moins mal que ce à quoi je m'attends dans ce genre de situation. Sans avoir le temps de me questionner sur ma soudaine résistance -ou sous la disparition de mes nerfs, sait-on jamais-, le jeune homme plutôt banal mais pas déplaisant à regarder qui vient de me bousculer me tends une main, que prend en grommelant.

« Désolé je ne faisais pas attention. On dira que c'était de bonne guerre pour le plateau que tu m'as laissé dans les mains !

Après deux-trois secondes de réflexion meublées en m'époussetant pour me rappeler qu'en effet, c'est à lui que j'ai lâchement refilé mon plateau.

- Et tu tombe dans les bras de tout ceux qui te font chier ? Je lui adresse un léger sourire moqueur, avant de redevenir sérieux. Mais sinon, ça arrive, je suppose, je n'ai rien si ce n'est ses vêtements piqués à Spirou que je ne me souviens pas avoir enfilé. En disant cela, je fronce les sourcils, mettant ma main entre ma bouche et mon nez, soufflant un coup pour avoir mon haleine, puis je hoche la tête, l'air satisfait de la réponse obtenue.

Et pendant que la conversation s'enlise un peu, mon interlocuteur ayant plus d'yeux pour la damoiselle à côté, ce dont je ne peux trop lui tenir rigueur, jolie robe et joli minois, ma guide sort du bâtiment et descend les marches avec de petits bonds.

- T'es encore là, l'gland ? S'per, j'vais la flemme de t'chercher trop longtemps. Juste pour t'dire, y'a trop d'monde, s'ta b'soin d'moi, t'm'appelle, mais là, c'sert vraiment à rien si t'fais juste d'toursime.
Après avoir achevé sa tirade, elle regarde enfin les deux personnes nouvellement croisées.
Tiens ? T'as d'jà trouvé d'gens ? T'fais tellement pitié qu'tu trouve d'gens pour t'aider, c'bien ça.
Elle fronce les sourcils quelques instants en les détaillant, faisant attention à leur expression. Hé mais c'est qu'c'est des anciennes flipettes aussi, en plus ! L'gros lot mon grand, allez, t'fais pas buter.

Et elle disparaît, pas comme elle en a l'habitude, dans la foule ou derrière un mur pour aller coller ses affiches, non. Complètement. Cela fait, je pousse un long soupir, l'air perplexe; me retournant ensuite vers le couple, enfin je pense que c'en est un, vu la bave d'admiration qui coule aux commissures des lèvres du représentant masculin.

- Oui, bon … Hum, sinon, au risque de passer pour un bourré de première, vous avez des informations sur le lieu où nous sommes ? Êtes vous des conceptions de mon esprit ? Enfin, attendez, si c'est le cas vous allez dire non, personne ne veut être une conception d'esprit …
Et puis merde, plus j'en sais, mieux je me porte, si ça vous dérange pas, on peut trouver un endroit où ça gueule moins ?


A ce moment précis, un petit lapin aux yeux rouge se met à dévorer plusieurs gorges, et un chevalier lui lance une grenade d'antioch, le maîtrisant avec fracas. Applaudis par tous, le quotidien reprend son cours.

- Et un endroit où les lapins sont moins violents, tant qu'à faire ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Lyun Fujiwara
Messages : 182
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 25

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: Groom sans écureuil Groom sans écureuil EmptyMer 1 Aoû 2018 - 17:36
Le serveur à l'apparence de groom dans les célèbres BD de Spirou fit volte-face lorsqu'il comprit qu'on s'adressait à lui. Muet de stupéfaction pendant plusieurs secondes, où il laissa glisser son regard émeraude sur la personne de son interlocuteur, ses joues commencèrent à se teindre en nuance cramoisie. De ses lèvres s'échappaient un début de bégaiement accompagné de compliments à propos de la tenue élégante de la demoiselle, cette dernière ignora ses baragouinages, attrapant le verre qu'il vint lui tendre. Elle se délecta de quelques gorgées, un liquide aux coloris d'été surmontés d'une espèce de fruit exotique dreamlandienne, la texture douce mais un brin acidulée s'écoula le long de son gosier. Elle n'appréciait pas l’alcool, toutefois, cette pointe de liqueur relevait les saveurs fruitées. Le nécromancien d'un geste maladroit lui saisit l'avant-bras d'une expression pressée, après avoir signalé d'un signe de main à la voyageuse son désir de converser dans un espace plus intimiste. 

D'un pas déterminé, il fendit la foule de créatures en tout genre, ainsi que de rêveurs assoiffés de richesses, des protestations orales s'élevèrent contre l’impertinence du couple, particulièrement par un vulgaire serveur. Lyun, occupée à garder sa boisson dans son récipient transparent, ne se gêna point pour bousculer, tâchant d'un autre côté de ne pas se tordre la cheville. La cadence de son acolyte s'en trouvait complexe à suivre avec de tels talons, ils finirent par se dégager du tumulte ambiant. Les portes du casino-hôtel s'ouvrirent sur un décor un peu plus dépravé et moins emprunt de cris de joie, Riku la tirant délicatement vers le bas de l'escalier, la morpheuse aigle tenta de défaire son membre frêle de son étreinte estimant qu'elle était capable de poser un pied devant l'autre. Elle lui fit comprendre d'un grognement d'agacement : 

Merci, je sais très bien marcher seule.

Le comportement abrupt engendra une inattention de son ami voyageur, celui-ci alla heurter une silhouette en contrebas. Aussitôt, l'agresseur inopiné s'excusa poliment auprès de la personne que la femme à la cascade de glace  ne remarqua pas de suite. Elle se massait délicatement la partie légèrement endolorie du bout des doigts conservant fermement son verre, ses iris bleutés finirent par tombés sur l'inconnu lésé. En effet, le dandy répliquait de façon taquine à son compagnon, faisant mine de se soigner après cet accrochage malencontreux. Les traits de ce visage lui parurent  familièrement bien désagréables tandis qu'il redressait son port de tête pour examiner la femme du duo. Des réminiscences l'envahirent en à peine un cillement de paupière, pas de toute c'était bien lui ! 

Tout d'abord lors de sa mission chez le clan des rapaces nocturnes, le jeune homme avait fait une piètre apparition sans aucune raison prétendant être un médecin supervisant une activité sportive bien sanguinaire. Il lui causa une perte de temps considérable, obligée de le trimballer sur la gentillesse du nécromancien, son seuil de tolérance le concernant avait été très vite atteint avec les conneries qu'il déblatérait. Mais ce n’était pas un épisode si traumatisant, enfin si on oubliait la scène gore des chiens mutants explosant en lambeaux, non rien de comparable à leur seconde rencontre. Elle se déroula lors de sa soirée participative au Dreamball un sport nouvellement créé pour le divertissement, jouant d'une manière aussi sensée que le veut le monde onirique. Le brun maigrichon, torse nu à ce moment- là, s'était mis à hurler son amour pour l'équipe adverse, cette déclaration provoqua les minutes les plus niaises de la vie de la demoiselle. Une véritable humiliation qu'elle ne souhaitait jamais revivre, entraînée par cette atmosphère affreusement gnangnan. Une fois ses esprits retrouvés, elle se rendit compte qu’elle avait répondu « Oui, je le veux » à Riku dans le cadre d'une cérémonie de mariage, le responsable était nul autre que cet homme penaud et un brin dragueur debout devant elle ! Sans lui, elle ne serait pas reliée au voyageur du Royaume des morts. 

Dans un accès de colère, elle serra fermement de ses jointures le pied du verre ; son minois, d'un naturel neutre, fut tiré dans une expression de fureur sourde. Une petite voix l'incitait à l'alpaguer afin de lui remettre les pendules à l'heure, certaine que ce jeune homme ne tournait sérieusement pas rond. Lyun fut malheureusement interrompu par la gobeline de tout à l'heure s'amusant à placarder des affiches, se dandinant de son gras avant de se placer sous les yeux du châtain hagard  D'un franc parler à couper au couteau, la créature mâchait les mots dans une tonalité si peu mélodieuse, mais qui lui correspondait parfaitement. Elle lui expédia quelques provocations assez peu élogieuses, avant de disparaître dans un pouf après de petites cabrioles burlesques. Faisant peu cas de l'intervention étrange, l'inconnu incrédule revint au galop dans la discussion en leur quémandant des informations vis-à-vis de cet environnement invraisemblable. 

Ne daignant pas laisser sa colère parler en public, la prédatrice convia les hommes à le suivre en prenant la tête du convoi, rivant les yeux dans toutes les directions. Sans mot dire, elle passa devant le spectacle sanguinolent d'une démarche indifférente, traversant le grand boulevard illuminé par des réverbères dressés sur chaque trottoir. Trépignant de se confronter à cet ahuri aux airs de clowns, les mena dans une rue plus étroite et moins lumineuse mais assez pour éviter les lapins coupe-gorges et autre Jack l’Éventreur.  Elle s'accouda contre une paroi malgré la tenue qu'elle arborait, observant d'un œil torve l'arrivée de l'inconnu, elle lui jeta soudainement le reste de son verre au visage, le liquide collant et visqueux se dispersa des cheveux à l'uniforme de groom. 

Comme cela le damoiseau ne nous remet pas, pourtant cela fait la troisième fois que l'on se croise et je m’en passerais volontiers. Je présume que tu étais un rêveur à ces moments-là, ce qui me donne encore plus envie de te gifler. Rétorqua avec froideur Lyun en figeant ses prunelles perçantes dans celles du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Riku Kaisuki
Surnom : The Death Voice
Messages : 607
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 26

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 167
Renommée: 1860
Honneur: 173
MessageSujet: Re: Groom sans écureuil Groom sans écureuil EmptyMar 25 Juin 2019 - 18:15

« - Seulement lorsqu’ils ne mesurent pas plus de deux mètres de haut. »

Avait-il répondu à leur interlocuteur. Ce dernier semblait totalement perdu à vrai dire. Il accepta en grommelant la main qui lui était tendue pour se relever, et épousseta une tenue de groom, qu’il n’avait selon ses dires pas souvenir d’avoir enfilé. Probablement qu’il s’était réveillé ainsi dans le casino. Il était amusant de voir comme Dreamland persistait à se moquer de ses habitants, permanents ou éphémères lorsqu’ils s’y attendaient le moins. En tout cas, le jeune châtain fut rassuré de savoir qu’il n’avait pas blessé son interlocuteur par inadvertance. Rapidement, une créature passa devant eux, s’adressant au « groom », désignant Lyun et Riku comme des « flipettes », elle devait parler du fait qu’ils étaient des voyageurs. Enfin c’était ce que pouvait supposer l’invocateur du dialecte surprenant de cette créature. Elle prit congé du groupe aussi vite qu’elle était venue, laissant le trio pantois. Quelque peu désespéré, le jeune homme, rêveur ou voyageur se tourna vers le groupe pour leur poser des questions sur sa situation actuelle. Riku marqua une pause pour tourner son regard vers Lyun.

La morpheuse, comme très souvent lorsque son ami avait l’occasion de la croiser à Dreamland, était d’une humeur passablement exécrable. Seulement pour une fois, sa chance fut que cette colère n’était pas dirigée contre lui. Visiblement, l’envie de passer ses nerfs sur leur infortuné camarade de la nuit était plus forte que l’idée de régler la question de leur « mariage » onirique. Soit. Si ce jeune homme était bien le rêveur qu’ils avaient croisé à deux reprises et par la faute de qui les évènements du Dreamball s’étaient déclenchés, il y avait de quoi avoir envie de lui régler son compte, au moins verbalement parlant. Lyun était capable de faire preuve d’un verbe particulièrement tranchant lorsqu’elle était lancée, mais le necromancer ne l’avait jamais vu faire preuve de violence à outrance pour obtenir ce qu’elle voulait. Le regard furieux qu’elle lui lança était assez clair sur ses intentions, et elle ignora d’ailleurs complètement la créature et son ton brut de décoffrage, ainsi que les questions de leur interlocuteur, tirant le groupe vers une ruelle loin de la scène de meurtre en pleine rue à laquelle ils avaient eu le droit d’assister en guise de spectacle du quotidien. En chemin, le jeune homme prit malgré tout le temps de lui répondre, ne serait-ce que pour lui éviter de mourir bête.

« Au vu du discours que nous as tenu cette charmante créature qui t’accompagne, je crois deviner que tu es un voyageur.  As-tu récemment fait un rêve qui t’a amené à résister à ta plus grande phobie ? Lorsque cela arrive, lorsque tu t’endors, tu n’es plus un simple rêveur comme tout le monde, tu développes une seconde vie, une existence dans le monde créé par les rêves et cauchemars des gens du monde entier. Et en plus de ça tu obtiens un pouvoir lié à ta phobie. Dans ton cas, tu sembles être un invocateur, ou alors cette gobeline est un artefact qui a pris vie, mais la première option me paraît plus crédible. Donc non, nous ne sommes ni des illusions, ni des créations de ton esprit, tu es parfaitement conscient à l’heure actuelle, comme si tu démarrais une journée pour aller prendre un café en bas de chez toi. Les lapins tueurs et autres joyeusetés en plus. »

Ils continuèrent ainsi à marcher jusqu’à ce que Lyun obtienne satisfaction et pénètre dans une artère suffisamment isolée pour que les bruits de la ville casino soient atténués et qu’ils puissent s’entendre parler sans être dérangés par le premier badaud curieux venu. Une fois satisfaite, la jeune femme s’adossa à un mur sali, et jeta le contenu du verre qu’elle avait embarqué avec elle sur l’infortuné inconnu. Ce dernier se retrouva trempé de la tête au pied, sans probablement comprendre la raison de cette soudaine agression. Et pour achever d’enfoncer le clou, elle se fendit d’une menace à son égard, visiblement excédée de le voir perdu après leur avoir causé tant d’ennuis. Soucieux d’arranger cette situation plutôt tendue, l’invocateur vint se placer entre eux, et prit la parole, sur un ton qui se voulait neutre :

« Hep hep hep ! Lyun, je suis parfaitement conscient de notre situation et des reproches que tu as à lui faire, mais le mieux serait d’en parler calmement tu ne crois pas ? Tu risques de le braquer alors qu’il ne sait déjà même pas ce qu’il fait ici !

Il resta ainsi à cette place pour éviter que la morpheuse rapace tente d’étriper le pauvre voyageur débutant, tandis qu’il réfléchissait à la suite à donner à tout ça. Ils n’avaient rien de particulier à faire à Kazinopolis, à moins qu’un quartier local ne soit l’équivalent de Las Vegas et ne permette de se marier ou divorcer à souhait. Mais Riku n’avait pas suffisamment de connaissances sur ce royaume pour affirmer l’existence d’une telle zone. En l’espèce, un conflit supplémentaire au sein de leur groupe improvisé n’arrangerait rien et risquait même de leur faire encore plus de choses à régler. Déjà que l’inconnu devait l’avoir mauvaise de s’être fait arroser ainsi…

« Avant que tu ne poses la question, ce qui serait compréhensible si c’est effectivement l’une de tes premières nuits en tant que voyageur, oui nous t’avons déjà rencontré. Sauf qu’à l’époque, comme la majorité des êtres humains, tu étais un rêveur qui avait complètement oublié ses actions à son réveil. Dorénavant, tu te souviendras de tes nuits autant que de tes jours, et c’est loin d’être une situation tranquille. Mon amie est quelque peu énervée contre toi car lors d’une de tes apparitions, ton intervention en plein milieu d’un match a déclenché une sorte de sortilège qui nous a… Mariés elle et moi. Comment te dire que dorénavant la situation est assez embarrassante. »

Il ignorait si ces explications avaient suffi pour qu’a minima son interlocuteur comprenne les tenants et les aboutissants de cette drôle de rencontre, mais il n’avait de toute manière pas d’autre alternative que de les croire. Heureusement pour lui que l’une de ses premières nuits l’avait conduit dans un royaume des rêves plutôt bien contrôlé, la zone 2 était un véritable piège pour les débutants qui s’y croyaient un peu trop. Avec un soupir, Riku vint alors s’adosser à un mur à son tour, et reprit la parole :

« Bon. Je ne sais pas si cela existe, mais vu que nous sommes là, je compte chercher une zone un peu typée Las Vegas où on célèbre des mariages. Il doit bien y avoir là bas un employé à soudoyer pour annuler tout ça. Monsieur le nouveau voyageur dont j’ignore le nom, tu peux choisir de nous suivre si cela te dit. Lyun, je pense que l’idée de « divorcer » est suffisante pour te convaincre de venir toi aussi. Evitons de trop nous mêler à la foule, les gens ont vite tendance à vouloir vous entraîner pour jouer ici, et une fois lancé, impossible de s’arrêter jusqu’au réveil. Des machines faites pour gagner à l’infini ! Le plaisir suprême des frustrés du jeu. Ici tout le monde est un joueur verni. Si on se contente de marcher et d’interroger uniquement des créatures des rêves, on devrait pouvoir se déplacer dans la ville sans être embêtés. Tu vois ceux qui ont des oreilles pointues ? »

Il avait conscience qu’il s’adressait à lui comme à un enfant d’une certaine manière, mais il préférait être certain que leur camarade improvisé ne s’embarque pas dans des affaires louches sans trop savoir pourquoi ni comment. Lyun connaissait suffisamment Dreamland à présent pour savoir le minimum à éviter, et de toute manière au vu de son humeur, il était certain qu’elle ne jouerait pas les interrogatrices pour trouver leur chemin. Conclusion, il était le mieux placé pour aller voir les gens. Sans trop chercher à savoir ce que pensaient ses interlocuteurs, il se présenta néanmoins rapidement au jeune homme avant de se rendre dans l’avenue qui jouxtait directement l’allée dans laquelle ils s’étaient cachés.

« Au fait. Ca ne te servira peut être à rien de le savoir, mais je m’appelle Riku. »

Son regard se porta sur un groupe de créatures des rêves vêtues comme des acteurs de série B mafieuses que l’on voit dans les traditionnelles scènes de poker. Veste noire rayée, chaussures impeccables et chapeau blanc, leur discussion allait bon train sur leur réussite de la soirée dans diverses salles du coin. L’invocateur se mêla à la troupe, et prit l’initiative avant que l’un d’eux ne lui demande la raison de sa présence :

« - Désolé de perturber votre passionnante conversation, mes amis et moi cherchons un quartier bien particulier de la ville, auriez-vous eu vent d’un coin où l’on célèbre des mariages faciles ?

- Ah tu as choppé de la pépée  et tu veux qu’elle reste dans ton giron ? Ouais j’comprends, même si j’te conseille plutôt d’rester libre mon gars, les femmes c’est une vraie plaie, Otto a failli s’faire piquer tous ses gains par une rapineuse… Une plaie je te dis ! Non sinon ça m’dit rien, mais p’tet bien qu’il y a quelque chose du genre du côté des casinos géants. Ils sont super bizarres là bas… Tiens, c’est l’adresse d’un cousin à moi, tu lui dis que tu viens de ma part, et tu passeras. Et fais attention à ta petite pépée hein ! »

Il était ravi d’aider un comparse masculin, mais Riku ressortit plus embarrassé qu’autre chose de cet échange avec le chancre du machisme qui venait de s’exprimer à lui dans un langage des plus… Colorés. Sans y penser plus longtemps, l’invocateur revint vers ses camarades, le papier bien en main.

« Bon, le groupe de lourdeaux a bien voulu me passer une adresse. A priori c’est dans les quartiers Ouest, du côté des grands casinos. Ce sera pas facile d’entrer là-bas. Mais s’il ne m’a pas menti, son contact peut nous faire entrer. Ca vous tente ?

__________

Groom sans écureuil VLKe0S2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Yoël Herna
Messages : 85
Date d'inscription : 13/01/2018
Age du personnage : 21

Nouveau challenger
Yoël Herna
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 60
Renommée: 110
Honneur: 5
MessageSujet: Re: Groom sans écureuil Groom sans écureuil EmptyMar 9 Juil 2019 - 11:46
  Rassuré du fait qu'ils aient tout deux l'air de vouloir m'aider, je fronce néanmoins un peu les sourcils quant la jeune femme nous entraîne dans un coin pas passant, un peu isolé, m'imaginant déjà mort en train de me vider de mon sang dans un caniveau. Je secoue doucement la tête, allez, nous ne sommes pas dans un récit sombre, il ne devrait rien m'arriver de mal. C'est pendant que je me fais cette réflexion que la jeune femme s'arrête pour me jeter le contenu de son verre à la figure, m'invectivant plus ou moins, avec des propos dont j'ai du mal à voir le sens. Par réflexe, je me penche, laissant le liquide collants couler sur ma gueule, mais pas trop sur mon uniforme. Un peu paumé, j'apprécie la volonté de protection appliquée par le châtain, une moue perplexe au visage alors que je retire mon haut pour m'en servir comme serviette et retirer le plus gros de cette mixture, le jetant dans un coin ensuite, restant dans une sorte de chemise à manche courtes, un peu trempée au col. Assuré de ne plus être poisseux, et de ne pas être en danger dans l'immédiat, puisque j'ai un protecteur qui se fera probablement étriper avant moi pour me laisser le temps de fuir, je me détends un peu et j'apporte une attention plus poussée à ses explications.
  Bon, un monde onirique dont on prend conscience après la victoire sur une phobie, merveilleux, ça ferait plaisir à Freud, ça tiens. Passé la surprise et la moue dubitative, je hoche la tête de temps à autres pour montrer mon écoute, je fais preuve d'un effort colossal pour ne pas pouffer en apprenant que c'est à cause de moi qu'ils sont mariés malgré eux.

« Si je puis me permettre, au-delà de la dimension symbolique et non voulue, le mariage, il ne vous impose pas grand-chose, si c'est pareil que dans le vrai monde, juridiquement ça sert surtout à prévoir les modalités de séparation, pour prévoir le divorce, en fait. »

  Suite à cela, il m'invite à les rejoindre, plantant par ailleurs un portrait d'adolescente à l'humeur massacrante concernant sa compagne. Il joue un peu au petit chef, quand même, mais je suppose que c'est justifié, il doit être … Voyageur depuis un certain temps, de même que la renfrognée, vu l'agressivité et la confiance en elle qu'elle affecte. Je ne peux m'empêcher de lui adresser un sourire désolé, un peu piteux, répondant ensuite aux dires de mon interlocuteur principal.

« Enchanté, je m'appelle Yoël.

Suite à quoi nous retournons dans une des artères principales, où il s'en va vers un groupe de créatures des rêves, puisque c'est comme ça qu'elles s’appellent. Pendant ce temps là, je me tourne vers la voyageuse, lui adressant des excuses en bonne et due forme.

- Encore pardon, j'ai cru comprendre que mes interventions en tant que rêveur n'ont pas vraiment été bénéfiques pour vous, enfin … Surtout pour toi. Si je peux être d'une quelconque utilité, pour aider à rattraper ce que j'ai fais, n'hésite pas.

  Je lui adresse à nouveau un sourire aimable, n'ayant jamais trop été avare sur ces derniers, écoutant son éventuelle réponse avant de me plonger dans d'intenses réflexions sur la nuit pendant laquelle j'aurais vaincu ma peur, essayant de m'en souvenir avec plus de précision, la gobeline me dit assurément quelque chose, et visiblement Riku subodore que je suis un invocateur, J'imagine que ça veut dire que je peux conjurer des créatures. Elle, je sais que je peux, et je pense que je vais retarder le plus possible son rappel afin de savoir ce qu'elle peut m'apporter, n'ayant pas envie de me faire injurier à nouveau. Revoilà Riku, qui nous entraîne à nouveau, je le suis de façon un peu automatique. Est-ce que j'ai d'autres invocations? Est-ce que je peux en avoir d'autres ? A nouveau, je refais le cours de cette nuit là, j'ai bien une personne qui me vient en tête, mais ce serait très étrange de l'avoir, je suppose qu'il suffit de le vouloir. Les gens s'écartent un peu trop subitement de nous, d'un coup, et c'est en me retournant que je comprends, il est là, ce T-rex miniature -enfon, il est moins grand qu'un vrai T-rex, mais c'est tout de même un sacré bestiau- qui pleurait et qui bloquait le passage, toujours dans ces habits de dandy, haut de forme, monocle et jolie petite tenue. Il a l'air plutôt heureux de me voir, me faisant coucou avec sa minuscule pattoune droite.

- Salut copain ! Ça fait trop plaisir de te revoir, j'ai préparé un thé de l'ami- Bonjour vous ! Se reprend t'il en aperçevant Riku et Lyun qui se sont arrêté en même temps que moi.

- Heuu, bonjour Billy, je … Hem, je te présente … Riku et … Lyun ? Lui dis-je avec l'air plus perdu qu'autre chose.

- Enchanté !

- Je … Vais te laisser préparer … Du thé ?

- Oh, bonne idée !

Je hoche du chef à son égard, et nous nous fixons bien pendant 10 secondes, avant que je ne comprenne qu'il me fallait le renvoyer, ce que je fait après quelques moments de recherche, ne maîtrisant pas du tout la procédure, mais il disparaît dans un « pouf » sonore.

- Une gobeline et un T-rex … Soit ? » Fais-je à l'égard des deux autres voyageurs en me frottant l'arrière du crâne, un peu gêné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Groom sans écureuil Groom sans écureuil Empty
Revenir en haut Aller en bas

Groom sans écureuil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Kazinopolis-