Haut
Bas

Partagez

Etincelles recherchant lumière pour l'éclairer [pv Say]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Etincelles recherchant lumière pour l'éclairer [pv Say] Etincelles recherchant lumière pour l'éclairer [pv Say] EmptyLun 24 Jan 2011 - 17:12
    Qu’est-ce qu’il se passait ? Kamui n’en savait rien. Les seuls éléments qu’il avait en sa possession n’étaient pas clairs non plus. Il venait de revivre le moment le plus difficile de sa vie, et cette fois, il n’avait aucun regret. C’était sympa mais il n’avait rien compris à la raison de ce rêve sorti de nulle part. Etait-il mort ? Cette vision étant alors comme une occasion de se racheter pour ensuite aller au paradis ? Non, il se rappelait d’un homme, un plouc, qui l’avait frappé alors qu’il sortait du lycée. Il était donc tombé dans les pommes, très certainement. Bref, ca devenait trop compliqué, Kamui ne chercha pas plus loin et il se laissa faire vu qu’il n’avait pas le choix. Il s’était dirigé vers l’hypothétique meurtrier de sa mère mais le décor était devenu flou, puis il avait été aspiré vers le haut. Le décor avait changé en un clignement de paupières, c’était comme s’il s’éloignait du sol mais avec une sensation de chute libre, c’était perturbant. Il ne paniquait pas, au contraire, il était énervé. Pourquoi ce phénomène bizarre l’avait-il empêché de voir ce qu’il s’était passé le jour de l’accident de sa mère ? Il s’était mis en mode « je vais tous me les faire » et voilà que le ciel l’appelait à lui, comme si Icare s’était réincarné. Il en avait que faire de se rapprocher du soleil, il voulait juste se battre !

    Alors qu’il fonçait tout droit vers l’astre de feu qu’il connaissait bien, Kamui sentait la chaleur de celui-ci couler dans son corps, c’était comme si le feu provoqué par les rayons du soleil avait remplacé son sang. Serrant les poings, il ressentait une puissance hors norme contracter ses muscles. Lui qui n’était pas très baraqué, il avait l’impression d’être une armoire à glace, pouvant détruire tout ce qui se présenterait à lui. Ecartant les bras, il voulait libérer ses ailes invisibles. Fermant les yeux, il désirait plonger dans cet océan de chaleur, nager sans bouger, chuter vers les profondeurs de l’espace, nouer une relation étroite avec le centre de son univers, il voulait fusionner avec le soleil. Mais la température monta en flèche. Ses vaisseaux sanguins semblaient bouillir, ses paupières ne voulaient plus s’ouvrir, son esprit n’arrivait plus à apprécier la puissance qui l’inondait. C’était trop, son corps saturait. Tel Icare, ses ailes invisibles brûlaient. Une image fit alors surface dans son esprit, il se voyait lui-même alors qu’il avait sauvé sa mère dans son rêve précédent. Les sensations qu’il avait ressenties à cet instant ressurgirent, cette douce flamme qui l’habitait et qui le mettait en confiance entra en conflit avec la chaleur irritante du soleil, comme si elle voulait le provoquer. Puis, Kamui ouvrit les yeux, déterminé à repousser cette chaleur qui l’insupportait maintenant. Ses yeux étaient ardents. La Luciole volait de ses propres ailes.

    Au même moment, c’était comme s’il avait plongé dans le soleil……… Pour se retrouver allongé sur le sol, comme s’il venait de se réveiller après un cauchemar. Mais il était encore une fois dans un décor inconnu. Rocailleux, le sol était recouvert de milliers de mini cailloux, avec pour seul relief, des rochers un peu plus gros. Des cailloux, rien que des cailloux. Pas mal d’herbe au loin aussi. « Putain, j’ai trop envie de me fighter », « C’était quoi ce délire, sérieux ? », « Je suis ouf, ca y est », autant d’inscriptions qui étaient gravés dans la roche, tout autour de lui. Ils les lisaient, incrédule. Petit à petit, il se rendait compte que ce qu’il pensait s’écrivait sur les cailloux. « Est-ce que ce caillou sait que je vais le démolir s’il continue ? », « je pète le feu, je vais les fumer tous autant qu’ils sont ! », même les nuages affichaient ses pensées… « Ya pas une victime pas loin pour que je me défoule ? ». Et justement, comme en réponse à sa question, une étrange créature fit son apparition.

    Il s’agissait d’un homme avec une tête de point d’interrogation. Il semblait furieux, avec ses sourcils froncés. A sa vue, Kamui se calma instantanément, c’était comme si ses anciennes habitudes du monde réel l’avaient rattrapé. Lui qui était rêveur et silencieux, calme et paisible dans son lycée, cela lui faisait bizarre de redevenir comme tel. C’était comme si ca ne lui correspondait pas. Il ne se reconnaissait plus. Ne trouvant pas non plus d’explications à ce feeling, il était un peu perdu, ne sachant plus comment se comporter. C’est pour cette raison que lorsque la créature l’aborda en lui souhaitant la bienvenue, il ne sut répondre que :

    -Euh… T’es… Mer…euh… ouais !

    En regardant la réaction du bonhomme à sa réponse, ses pensées furent trahies par le caillou d’à coté. « Ah, c’était possible qu’il fronce encore plus les sourcils ? », « Putain, moi aussi je ressemble à rien maintenant », « C’est qui lui, l’homme mystère ? ». Sans prévenir, le poing de Kamui percuta ce fameux caillou. Il réussit à le détruire partiellement. Tout en gardant un air énervé, sans montrer une once de douleur, il se tourna à nouveau vers son interlocuteur. Il ne vit donc pas ce qui était écrit sur le rocher qu’il venait de frapper… « Aïe », « Sa mère, j’ai trop mal », « Faut garder la pose classe », « J’suis vraiment vénèr ».

    -C’est relou ce délire, il se passe quoi ici, tu m’expliques ? Pourquoi mes pensées sont toujours gravées sur ces putains de caillasse ??

    Ayant maintenant pris un air surpris, l’homme-mystère avait visiblement été intimidé par la démonstration de force de la tête brûlé, malgré les pensées de celui-ci… Se raclant la gorge, il reprit son calme.

    -C’est comme ça ici, on est au Royaume des Doutes alors tu ne pourras pas échapper à ce phénomène… Désolé pour ca. En tout cas je vois que tu es un voyageur et en plus c’est ta première nuit, donc tu dois surement te poser plein de questions ! Si tu veux, je peux y répondre dans la mesure du possible.

    D’un ton énervé, Kamui lui répondit du tac au tac :

    -Non merci, ca va aller, j’ai pas envie de me prendre la tête, je suis pas d’humeur. Dis moi juste où c’est ce royaume des doutes par rapport à la France.

    Comprenant un peu plus la personnalité de l’enflammé, l’homme-mystère lui expliqua tout :

    -En fait, tu es à Dreamland, dans le monde des rêves, tu es donc en train de dormir. Il suffit de te réveiller pour te retrouver chez toi. Et donc, en tant que voyageur, tu as probablement un pou…

    Lui coupant la parole, Kamui s'éloigna de l'autre zarbi en lui disant:

    -Ok merci, je vais me débrouiller sans toi maintenant, ce sera mieux pour ta santé…

    Entouré de « Voilà… je sais pas où je vais mais j’y vais », de « J’en aurais bien fait un punching ball de cette question vivante » et de « Pourquoi je suis si violent au fait ? », Kamui partit pour l’horizon, là où les rayons du soleil l’amèneraient, frappant tous les rochers qui le soulaient.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Etincelles recherchant lumière pour l'éclairer [pv Say] Etincelles recherchant lumière pour l'éclairer [pv Say] EmptyDim 30 Jan 2011 - 19:58
"Et ben, ça faisait longtemps".

Oui, pour la plupart d'entre nous, le Royaume des doutes avait été le Lieu de nos premiers pas. Moi même je me souviens encore avec une pointe d'émotion de ma surprise, quand, ouvrant les yeux, je remarquai avoir retrouver la vue. Aujourd'hui, poussé par je ne sais quelle nostalgie, j'avais décidé de revenir en ce lieux. Le costumier du jour ne manquait pas d'imagination, puisqu'il faut l'avouer, mes habits étaient forts travaillés. Pour ne rien changer, un pantalon marron clair, évasé, et des sandales de bois constituaient le bas de mon costume. Mais pour ce qui est du haut, cela méritait quelques applaudissements. Le premier élément était ce débardeur beige qui, collant presque parfaitement à ma peau, empêchait la lumière de toucher mon torse et mes abdominaux. A cela s'ajoutait une chemise de coton, de la même couleur, sauf qu'elle était désespérément ouverte, et ce n'était pas la peine de songer à me voir la refermer. Les manches longues de la chemise-veste s'arrêtaient à mes poignets, laissant la place à des mitaines beiges et marron, de très bonne facture. Déjà là, on pouvait féliciter le styliste, mais il fallait tout d'abord parler du pagne aux motifs tribaux qui gisait sur mes hanches, et là, les louanges et autres démonstrations chaleureuses pouvaient couler à flot.

Quoiqu'il en soit nous n'étions pas là pour parler de ça, et à vrai dire je m'en foutais un peu de ce costume. Tant que je pouvais bouger à ma guise, voila tout ce qui m'importait. Enfin, je me retrouvai dans le curieux royaume, et déjà celui-ci se couvrait de l'écriture blanchâtre, et un peu mystérieuse, qui caractérisait le lieu. On y était, et cela faisait à peine une minute que je me trouvais là, que déjà je soupirai à constatant le Pourquoi de ce nom "Royaume des doutes". Car non content de montrer au grand jour les chemins tortueux de notre conscience, il fallait que notre inconscient soit lui aussi sonder par les pierres et les nuages. M'enfin, je savais à quoi m'attendre en venant ici, aussi fis-je mon maximum pour oblitérer cette violation de ma vie privée.

Heureusement, enfin, c'était un mot un peu coquasse dans la situation présente, un tumulte vient me sortir de mes... doutes. Cela commença par de simples tremblements, qui eurent tout au plus le mérite d'effrayer les quelques cailloux qui gisaient à mes pieds. Puis, le bruit de fond devient un brouhara, un concert chaotique de sabots foulant le sol, qui, comme par hasard, se dirigeait vers moi. Evidemment, malgré tous les itinéraires possibles, il fallait qu'une troupe de je ne sais quoi décide de galoper dans ma direction. Décidément, je ne pouvais me sortir de la tête l'idée qu'un Démon malicieux s'amusait à torturer les voyageurs, en leur envoyant de la façon la plus improbable une horde de bizarreries, dès que l'aventure des "rêveurs éveillés" s'avérait un peu trop tranquille. Oui c'est cela, c'était son job. Les autres devaient peut-être l'appeler l'Animateur, mais moi je le considérais comme un Fouteur de Bordel en Chef, qui n'avait rien d'autre à faire de sa vie que de pourrir celle des autres. Evidemment, je n'avais pas encore réussi à prouver l'existence du coquin, mais j'y travaillais! Mais bon, rattrapé par ma réalité immédiate, c'est à dire un piétinement probable et proche, j'eus la réaction la plus digne et noble au monde : Je pris la fuite. Non, je ne détalai pas à grand renforts de cris et hurlements, mais je me mis simplement à courir, empruntant un itinéraire plein de roches et rochers, afin de ralentir le train qui, je ne sais pourquoi, désirais me marcher dessus. Je n'eus pas à courir 10 secondes que le vis. En lui même, le jeune homme n'avait rien d'exceptionnel : sinon peut-être son aspect gringalet. Non, ce qui m'attirai fut le fait que ce fou furieux s'amusait à ... détruire les roches! Bon d'accord, c'est une occupation comme une autre, mais avouez que ce n'est pas tous les jours que l'on tombe avec un Briseur de Roches! Au moins, s'il faisait ça cela signifiait qu'il savait un minimum cogner, et à défaut, il pourra toujours me servir de bouclier humain face aux groupes de cavaliers qui me talonnait.


"Saylen Johns, enchanté."

J'avoue qu'il y a mieux, pour faire bonne impression, que de surgir de nulle part, et de se cacher derrière son interlocuteur tout en se présentant. Mais j'avais agis à l’instinct, et en me plaçant ainsi en infériorité par rapport à lui, j'espérais m'en faire rapidement un allié. Car je n'étais pas dupe, et les divers cris humains que j'eus le loisirs d'entendre pendant ma fuite m'avaient largement confirmé la nature des mes poursuivants : des Voyageurs. Quoi de plus étonnant, il n'était pas rare de trouver des groupes de Voyageurs Killers dans la Zone 1, puisqu'après tout c'était un lieu si bien fréquenté par les âmes fraîches de Dreamland. Cependant, pour se retrouver à chasser aux royaumes des doutes, il fallait vraiment que ce groupuscule soit minable. Mais dans le doute je ne pouvais me permettre de les affronter seul, et puis quoi, plus on de fous plus on rit non?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Etincelles recherchant lumière pour l'éclairer [pv Say] Etincelles recherchant lumière pour l'éclairer [pv Say] EmptyDim 13 Fév 2011 - 16:27
    [HRP = Bon, déjà désolé de t’avoir fait attendre si longtemps… Ensuite, je reprends mon style à la première personne.]

    A peine avais-je réussi à me débarrasser de l’homme-mystère que j’eus de nouveau de la compagnie. C’était quoi leur délire à tous ? Me souler jusqu’à ce que je trouve un endroit calme ? Pourtant ces rochers à l’infini faisaient vraiment office de royaume paisible, pourquoi y avait-il des énergumènes pour me souler alors ? Bon, d’un coté, ca ne me dérangeait pas, j’étais furax, et à force d’être énervé, c’était bien qu’il y ait de futurs victimes à mes cotés.

    Rapide comme présentation… En même temps, je n’étais pas dans un état où j’en avais quelque chose à faire mais c’était marrant, c’est tout. Ca me rappelait un peu le bonjour de mes camarades de classe dans la réalité, bref et concis histoire qu’ils puissent s’en aller avant que la monotonie de ma solitude les frappe, comme si c’était contagieux. Donc, inconsciemment, j’eus la même réaction que d’habitude dans ce cas de figure : j’ignorais le mec. Mais à ma grande joie, il n’était pas tout seul. Oui, à ma grande joie parce que je commençais à péter un câble. Tous ces gens qui arrivaient, ca me faisait rire, nerveusement. Un rire qui ne me ressemblait pas, c’était comme s’il venait de quelqu’un d’autre, pourtant il sortait de ma bouche. C’était comme si j’étais quelqu’un d’autre ! Oui, c’était la première fois de ma vie que j’étais vraiment énervé !! Et bien que je ressemble plus à un gringalet qu’à un sumo, j’ai toujours fait pas mal de sport donc je ne suis pas non plus dépourvu d’atouts physiques. On allait voir ce que ca allait donner…

    -Eh les gosses, vous avez l’air de vous ennuyer, ca vous dirait qu’on vous défonce ?

    J’en avais presque oublié l’autre métis aux cheveux blancs qui se trouvait derrière moi, comme s’il avait peur d’eux et qu’il se cachait dans mon dos… Continuant de l’ignorer, je me tournais vers le gaillard qui m’avait parlé, un grand sourire sur les lèvres, un sourire du genre moqueur et sadique en même temps.

    -Eh les brêles, si vous avez un manque à compenser, je vous attends. J’ai justement une forte envie de me défouler depuis tout à l’heure…

    Serrant les poings, je fonçais vers celui qui avait ouvert sa bouche. Il s’avança lui aussi, se séparant du groupe de cinq personnes qui n’avait rien de mieux à faire que de souler les nouveaux arrivants. Il n’était pas très baraqué, il me ressemblait pas mal mis à part qu’il n’avait aucune classe. Lui portait un tee shirt blanc tout crasseux et un short de cas sociaux, comme ceux que mettent les victimes alors que moi, chemise bleu ciel col ouvert et jean délavé, c’était mon deal. Aucune comparaison possible, tout comme le coup de poing que je lui ai mis. J’y avais placé toute la rage que je contenais depuis tout à l’heure. Son visage est parti sur le coté d’une façon… Je n’aurais pas cru faire autant de dégâts rien qu’avec mon poing. Le mec était KO, c’était sur. D’ailleurs, le bruit sourd de son corps tombant comme une masse derrière moi le confirmait pendant que je continuais ma course vers la suite du repas. Après l’apéritif, l’entrée !

    Deux autres bandits dévalèrent la route qui nous séparait. Ils furent rapidement sur moi vu qu’il n’y avait plus trop de distance avec le chemin que j’avais déjà parcouru. Mais cela ne m’avait pas perturbé, au contraire, j’avais anticipé. Posant un pied sur un rocher de ma taille qui était posé au devant de moi, juste avant l’endroit où un des deux mecs et moi allions nous percuter, je me propulsais vers le haut, comme pour donner plus de poids à mon poing. Mon autre adversaire s’était un peu écarté comme pour m’encercler, ce qui m’avait permis d’envisager cette possibilité contre celui à ma portée. Je n’avais pas vraiment combattu dans ma vie jusqu’à présent, mais j’avais l’impression que c’était mon quotidien, c’était comme ma deuxième nature. Un autre coup de poing, celui là fit tomber ma cible au sol sans attendre. Je lui avais mis une patate, il s’en souviendrait toute sa vie… Mais alors que je savourais l’adrénaline qui coulait dans mes veines à ce moment, je me pris moi aussi un coup de poing monstrueux qui me fit tomber au sol sans ménagement. Chacun son tour…

    J’avais mal. C’était la première fois que je ressentais autant de douleurs… Du sang coulait de ma bouche, c’était choquant pour moi ! Bon, avec l’euphorie du combat, je ne sentais pas vraiment la véritable souffrance que l’on ressent après s’être pris une bonne pêche en temps normal. Les effets étaient diminués avec l’adrénaline mais c’était déjà énorme pour moi. Perturbé, je marchais à quatre pattes vers l’arrière, reculant devant mon troisième adversaire encore débout. Les trois derniers bandits étaient surement partis en direction du mec en beige. J’étais mal, ce mec m’avait calmé. Mais en même temps, je ressentais encore au fond de moi une frustration énorme. Peur contre frustration, un autre combat avait lieu, cette fois au cœur de mon esprit.

    Accélérant le pas, mon adversaire me shoota d’un coup de pied non retenu. M’ayant balayé les jambes, il continua son assaut en me frappant au ventre avec son pied alors que j’étais au sol sans défenses. J’en avais marre, je voulais que tout s’arrête, c’était inhumain de ressentir autant de douleur… J’allais m’évanouir. Mais mon esprit avait vaincu. Il y avait un sentiment dominant maintenant au fond de moi qui ne pouvait plus être retenu. C’était… la frustration ! Attrapant la jambe de mon adversaire, je stoppa son attaque. Avec mes jambes, je le fis tomber par terre en frappant derrière ses genoux avec le peu de force qui me restait. La motivation que je tirais de ma frustration de ne pas avoir trouvé les assassins de ma mère alors que j’étais à quelques mètres d’eux m’enflammait d’un zèle ardent. Tellement ardent qu’une petite flamme s’était logée sur mon front, comme pour prouver que j’étais une tête brûlée. Avec fureur, je pris le col de mon ennemi et le tirait vers le haut, pour que je puisse lui crier ces mots :

    -Il va falloir que t’apprennes qu’on ne s’attaque pas à moi sans en subir les conséquences !!

    Après lui avoir craché ma rage, ma tête vint percuter la sienne avec fracas. Même si j’avais super mal, j’essayais de pas le montrer. Il fallait que je reste digne, c’était ainsi. Lâchant le poids mort dans mes mains, je savourais ma victoire. C’était mon premier combat et j’avais gagné sans savoir comment, j’étais fier.

    Cherchant les autres du regard, je retrouvais sans problème l’énergumène aux cheveux blancs, un peu plus loin…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Etincelles recherchant lumière pour l'éclairer [pv Say] Etincelles recherchant lumière pour l'éclairer [pv Say] Empty
Revenir en haut Aller en bas

Etincelles recherchant lumière pour l'éclairer [pv Say]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Doutes-