Haut
Bas

Partagez

[Quête]Les infidèles (tout seul)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: [Quête]Les infidèles (tout seul) [Quête]Les infidèles (tout seul) EmptyDim 16 Jan 2011 - 20:27
Vincent était tranquillement dans son lit en train de réviser sa chimie. Les formules se mélangeaient dans sa tête. Elles étaient littéralement en train de se mélanger. La compacité des mailles passaient aux travers des formules d’énergies et d’électronégativités pour se transformer en une chose improbable, inexistante et inconnue défiant toutes les lois de la chimie et même des mathématiques. Mais bon, les mathématiques, la chimie et tout ça n’avait jamais été le fort de Vincent. D’ailleurs, en ce moment, il n’aurait jamais révisé. Cependant, son colocataire, soit Hugo, lui avait fortement conseillé, voir forcé, de lire ses cours avant de s’endormir. A ce qu’il paraît, en lisant quelque chose avant de dormir, cette chose s’imprègne plus facilement dans notre esprit et il est donc plus facile, le jour de l’examen, de s’en rappeler. Enfin bref, ça devait encore être des conneries pour forcer les gens, de manière subtile, à travailler ou tout du moins leur faire lire leur travail.
Après un moment à mélanger tout ce qu’il venait de lire, Vincent regarda l’heure sur son portable. Celui-ci affichait minuit et trente-deux minutes. Bon, il fallait qu’il aille dormir. Demain, il devait se lever à neuf heures pour aller voir Margaux. Margaux … vous ne la connaissez pas ? C’est tout simplement une fille que Vincent à rencontrer à la fac et avec qui il aimerait bien *tousse tousse* réviser ses cours. Enfin bref, Vincent mit son réveil à huit heures et demie pour être sûr d’être debout à neuf heures. Il ferma donc les yeux pour s’endormir. Cependant, il tourna et tourna sur lui-même pendant un petit moment mais le sommeil ne venait pas. Compter les moutons. Voilà ce qu’il devait faire. Enfin les moutons, les moutons … c’est quand même assez chiant à faire et ça reste des mathématiques quoi que l’on dise donc bon. Après un petit instant, Vincent se remémora un endroit dans Dreamland où il avait été. C’était une sorte de pleine immense. Avec rien d’autre que de l’herbe sur une étendue inimaginable. En pensant à cette vaste et immense plaine verte, Vincent s’endormit assez rapidement.
En ouvrant les yeux, il était dans … bah dans la vaste plaine à laquelle il venait de penser juste avant de s’endormir. Et merde, le voilà bloqué toute une nuit dans un endroit ennuyeux à mourir. Il commença donc à marcher d’un pas tranquille en train de siffloter. En tout cas, il faisait beau c’était déjà ça. En y repensant, avait-il déjà plu depuis qu’il était à Dreamland ? Heu bah nan. La question que l’on pouvait alors se poser était si il pleuvait à un moment où un autre dans Dreamland. Bon, il ne avait pas que la pluie dans la vie quoi. Vincent continuait à marcher tranquillement quand il entendit une voix venant de la droite. Vincent regarda alors sur la droite. En réalité, il y avait trois personnes. Trois gars assez moche d’ailleurs. Le premier avait des cheveux très lisses et des yeux très fins. Sa bouche, elle aussi, était fine. En tout cas, il avait une salle tête. Le deuxième, qui était le plus sur la gauche avait des cheveux très blond et il avait un soleil dessiné sur sa joue droite. Tandis que celui du milieu avait l’air plutôt normal. Une paire de lunette et un sac à dos.
Vincent commença à marcher dans leur direction. Enfin des personnes à qui parler. Au moins, il pourrait faire connaissance. Il ne connaitrait pas seulement son colocataire et cette personne étrange et forte. Comment elle s’appelait déjà ? Cou … nan pas ça … Trou … non plus … finalement, c’était peut-être Lou. Enfin bref, on s’en fout royalement. Vincent se dirigea donc vers les trois personnes et les salua de loin. Ils commencèrent à parler tout bas. Cependant Vincent se rapprocha assez pour entendre leur discussion. Il n’était pas très discret en tout cas.

???: On pourrait l’attaquer

???: Ca va pas Sarkhan ! on sait même pas si il est puissant

Sarkhan : Rooo ça va hein !

???: Donc on fait quoi ?!

Sarkhan : Bah vas-y Dédale ! Parle-lui.

Dédale : Hey toi ! T’es qui et qu’est-ce que tu veux ?

Vincent se retourna d’un seul coup par réflexe mais c’était bien à lui qu’ils parlaient. Lorsqu’il regarda de nouveau les trois personnes, celles-ci rigolèrent comme des fous. Apparemment, ils se moquaient de Vincent. Pourquoi se moquaient-ils ? Il n’avait rien fait de spécial. En tout cas, il en avait déjà marre de ses trois bouffons à se croire mieux que lui. Vincent continua à avancer et s’arrêta à une distance respectable pour ne pas être surpris par une attaque de l’un deux. On ne s’est jamais. Surtout par le gars s’appelant Sarkhan. Il avait un tête n’inspirant pas confiance à Vincent.

-Salut ! Je m’appelle Vincent et vous ?

???: L’autre il croit faire ami-ami avec nous ? Le con !

Dédale : Arrête Icare, peut-être qu’il est sympa comme gars

Sarkhan : Nan c’est pas possible, t’as vu sa tête. On dirait qu’il est simplet, c’est juste un bouffon de plus dans Dreamland c’est tout Ssssss.

Icare : Bon qu’est-ce que tu fais ici ?

Vincent ne répondit pas, il en avait marre de ses trois abrutis qui se foutaient de sa gueule. Il leur fallait une correction et vite fait bien fait. Leurs mères ne les ont pas assez bien élevés ces sales cons ? Vincent avait toujours son sourire sur les lèvres et ne répondit pas. Les trois se regardèrent pendant quelques secondes. Ils avaient laissé une brèche dans leur garde. Il n’en fallut pas moins à Vincent pour foncer vers le gars au milieu qui s’appelait Dédale. Lorsqu’il regarda Vincent, il ne vit qu’un gant en or lui donner une violente patate sur le nez. Celui-ci vola quelques mètres plus loin. Les deux autres voulurent répliquer mais Vincent leur donna un violent coup de coude dans les côtes et recula grâce à plusieurs sauts. Il resta en position de défense. Lui qui n’avait jamais fait d’arts martiaux, ou autres sports de combats, était en position de meneur. Enfin pas pour longtemps. Les trois adversaires se relevèrent et se mirent en position d’attaque.

-Alors les abrutis ? Je vous attends !

[Hrp : changement de point de vue]

Le blond, donc Icare, se mit à briller d’abord tout doucement puis de plus en plus fort. Au bout de quelques secondes, le sol autour de lui commençait à libérer de la vapeur. Pendant que je regardais ce dernier se mettre à briller et à essayer de comprendre son pouvoir. Le gars avec une salle tête m’attaqua de front. Quel idiot ! Je fonçai sur lui pour lui mettre une droite ou un autre coup. Cependant, son bras se transforma en une sorte de serpent qui fonça sur moi à une vitesse impressionnante. Je réussis à esquiver sa mâchoire en me décalant légèrement sur la droite. Cependant, sa vitesse et les écailles sur sa peau m’entaillèrent légèrement le bras gauche. Cette blessure était juste superficielle. Cependant elle piquait pas mal pour juste une égratignure. Lui, il était dangereux. Une morsure pouvait être brutale. Le seul qui restait en retrait était le type qui s’était pris une beigne dans la figure deux secondes plus tôt. Il essayait de colmater le sang qui coulait grâce à des mouchoirs. Enfin bref, il n’avait pas l’air très dangereux. Cependant, le dernier lui avait l’air assez chaud. Et ce n’était pas seulement une expression. Il n’y avait plus d’herbes autour de lui. Merde ! J’étais en mauvaise posture. Je devais me retirer un petit peu du combat pour travailler une stratégie. Ce que je fis à l’instant même. Alors comme ça, il y avait une personne capable de se transformer partiellement en serpent, une deuxième capable de faire monter sa température à un point très chaud et le dernier qui semblait inutile.

*Bon je dois me débarrasser du gars qui ne sert à rien tout au fond. Ensuite, je m’occuperai du blondinet et enfin de langue-de-vipère … Okay, c’est bon. On verra les fioritures plus tard. *

Je me mis donc à foncer vers Sarkhan. Il se mit sur ses gardes et transforma son bras comme tout à l’heure. Il lança son attaque qui alla dans le vide puisque je venais de partir en direction d’Icare. Celui-ci fit la même bêtise que son pote. Ils sont vraiment idiots ces trois-là quand même. Au dernier moment, je fis une roulade sur la gauche. Une seconde plus tard, et j’étais cuit. La chaleur de ce gars était immense. Heureusement que l’or résiste à des températures immense. Mais bon, si je me prends un coup de poing ou autre chose de la part de cette personne, je vais finir en un petit tas de cendre que l’on ramassera avec un balai et une pelle. Bon, j’avais autre chose à faire maintenant. Je me dirigeai donc vers ma première victime. A quelques mètres de lui, je pris appuie et sauta au-dessus de Dédale. Bon faut dire qu’il m’a un peu aidé quand même. En effet, lorsqu’il me vit arriver, il s’était baisser et s’était protéger le visage avec ses bras. Cependant, comme il ne sentit aucuns chocs, il enleva ses mains de son visage. En faisant ceci, il venait de signer son arrêt de mort. J’en profitai pour l’attraper au niveau du visage. Plaçant mes mains aux bons endroits, j’approchai ma bouche de son oreille pour lui murmurer quelques mots :

-Voilà ce qui se passe lorsque l’on se moque de la mauvaise personne.

Je sentis les os de cet ancien voyageur se briser entre mes mains dans un bruit sourd. Maintenant il n’en restait que deux. Les deux plus robustes et ils n’avaient pas l’air content de ce qu’il venait de se passer. En même temps, je pouvais les comprendre. Leur ami venait de se faire tuer à cause d’un gars qu’ils ne connaissaient pas. J’observai rapidement leur visage avant de me remettre en position de défense. Et pour tout vous dire, ils étaient assez énervés. Sarkhan était devenu muet comme une tombe et il serrait ses poings violement. Tandis que le deuxième, la bouilloire, devenait de plus en plus chaud. Ce qui s’annonçait n’allait pas être une partie de plaisir mais bon. Il fallait surement passer par là pour arriver parmi les meilleurs de ce monde. Et encore, il n’y avait pas beaucoup de dangers ici. On pouvait donc en conclure qu’il s’agissait de nouveaux voyageurs tout comme moi. Je devais maintenant la jouer finement pour ne pas avoir à me battre contre les deux en même temps. Si c’est ce qu’il se passait, je mourrais peut être. En effet, mon niveau de maîtrise de l’or n’était pas encore très développé. Je pouvais à peine faire des gants en or et un bouclier. Tiens en parlant du bouclier je pourrais me protéger des attaques d’Icare avec. Bon que faire. Le mieux était encore de les affronter les uns après les autres. C’était la seule pour moi de gagner. Je regardai mes deux adversaires et me remis en position décontracté.

-Que direz-vous de faire des duels. Pour moi ça reviens au même j’ai deux adversaires. Mais pas pour vous. Vous pourrez venger la mort de votre ami à votre manière sans que votre coéquipier ne prenne le coup de grâce à votre place. Et de plus vous pourrez vous venter d’avoir éliminé le voyageur d’or. Ce n’est pas rien. Ce pouvoir n’est accordé qu’à une personne par siècles. Alors qu’est-ce que vous en dîtes ? Vous serez propulsé vers les sommets quand l’on apprendra que vous m’avez eu. Enfin si vous réussissez. Mais ça j’en doute.

Icare : Sarkhan, tu en dis quoi ? Personnellement, ça ne me dérange pas.

Sarkhan : Moi non plus puisque c’est moi qui l’aurais

-Alors ? Qui sera le premier en liste ?

Les deux idiots se regardèrent puis se fut Icare qui avança. Le combat allait être intéressant. Mais j’avais un avantage. Cet idiot ne devait pas savoir que l’or résiste à des températures immenses. Icare se rapprochait à pas serein de l’endroit où j’étais. A chacun de ses pas, le sol autour de lui disparaissait en un petit tapis de cendre s’envolant juste après à cause du vent. La tension entre les deux combattants était palpable. Toute personne se trouvant dans les alentours se serait trouvée mal à l’aise et aurait préféré prendre les jambes à son cou plutôt que de rester à côté. D’ailleurs Sarkhan, venait de reculer d’une dizaine de mètres. Il connaissait le pouvoir de son ami. Cela voulait dire que ça n’allait pas être de tout repos.
En une fraction de secondes, Icare s’élança en ma direction pour me mettre un violent coup de poing brulant dans le ventre, un endroit non protégé par une armure en or. Je sautai alors en arrière pour esquiver le coup. Son poing passa à quelques centimètres de mes habits qui disparurent en un instant. Alors la température était aussi haute. Bon à moi d’attaquer. D’un mouvement de bras, je fis apparaître mon bouclier en or. Fonçant comme un éclair sur mon adversaire, je tentai de lui assener plusieurs coups avec ma main droite qu’il esquiva avec une grande facilité. Au dernier moment, je vis son pied gauche partir vers mes côtes, je réussis à bloquer in-extremis son pied grâce à mon gant droit. Cependant, la puissance du coup me fit voler quelques mètres plus loin. Mes habits étaient déchirés et brulés par endroits. Le coup était tellement puissant que j’en avais mal côtes. Une larme de sang coula de mes lèvres. J’avais été obligé de me mordre pour ne pas céder à la douleur. Me relevant avec une difficulté moyenne, je regardai mon adversaire qui avait l’air vraiment trop sûr de lui. Le combat allait vraiment commencer. Je lançai mon bouclier en l’air et fonça sur mon adversaire. Dans les derniers mètres, je sautai pour rattraper le bouclier et, une fois cela fait, j’assenai à mon tour un violent coup au niveau de son buste. Il vola, à son tour, quelques mètres plus loin. Et c’est ainsi que le combat continua pendant un long moment. Une vingtaine de minutes plus tard, le combat s’achevait enfin. Mon ennemi avait utilisé trop longtemps son pouvoir et il était épuisé.

-Je pense qu’une ou deux minutes de plus et j’étais fini. Pfiouuu tu as été balèze dis donc. Je ne pensais que t’étais si balèze.

Je me rapprochais de lui en boitant. Mes habits étaient complètement en lambeaux. Il ne restait presque rien à par peut être un pantalon arrivant jusqu’aux cuisses. Je pris mon bouclier qui était par terre. Le fait de se courber me fit sentir des muscles que je ne connaissais pas. La douleur était intense. Arrivé à la hauteur du visage d’Icare, je repris mon souffle.

-Haaaa ! Ce n’était pas de tout repos. Mais maintenant c’est fini pour toi !

Icare: Attends ! Tu as gagné !

-Ouais, mais je n’aime pas les gars qui croient être les meilleurs. Aller ferme les yeux tu ne veux pas voir ça.

Icare: NAAAN ! ARRÊTE ! S’Il te ….

Il ne put finir sa phrase. Mon bouclier était maintenant enfonçait dans sa gorge. Pour être sûr qu’il était mort, je donnai encore quelques coups. Maintenant cela devait être bon. Lorsque je me retournai, je vis le dernier des adversaires, le plus fort normalement s’approcher d’un pas certain. Il n’avait pas peur de mourir. Cela se voyait dans ses yeux et dans ses gestes. Il était meilleurs que les deux autres. Je ne pourrais pas le battre dans cet état. S’il faisait partie d’un groupe de trois et qu’il était le meilleur. Ses amis devaient le glorifier. Son égo devait donc être plus important. Je pouvais jouer là-dessus.

-Ecoute, je peux plus me battre ce soir. Et si jamais c’était le cas, on ne pourrait pas finir notre duel. Je suis sûr que tu ne veux pas que ça se passe comme cela. Je sens en toi un grand pouvoir. Et tu ne veux pas venger tes deux amis en te battant contre moi qui suit autant affaiblit. Surtout que tout ton ami sera valorisé puisqu’il aura fait tout le travail. Alors, que veux-tu faire ?

Sarkhan :Bon d’accords ! Je te dis à demain ! Même heure ! Ici même. Et prépare-toi à mourir.
Sur ses paroles, je disparus dans un nuage faisant un bruit assez drôle : « plop ». J’ouvris les yeux doucement. Il était sept heures du matin, d’habitude je me réveille à sept heures et demie. Bon bah maintenant que c’est fait autant aller en cours.


J’avais eu une journée assez difficile. Je n’avais pas arrêté de pensé aux combats que j’avais livré contre ces des gars. Bon d’accord, le premier n’avait pas de pouvoir offensif. Cependant, le deuxième était beaucoup plus puissant. Rien à voir avec le lion qu’on avait rencontré avec Hugo à Weedland. Là il s’agit de vraies personnes. Enfin, des personnes comme moi. Pas des créatures de Dreamland. Et il en avait tué deux. Qu’est ce qui allait leur arriver ? Ils allient mourir aussi en vrai ? Nan surement pas. Et puis merde c’était eux qui m’avaient provoqué. Je ne pouvais pas rester les mains croisées à attendre que ces abrutis aient fini ce qu’ils voulaient faire. C’est-à-dire le tabasser, lui prendre tout ce qu’il avait et le tuer. Je comprenais enfin une règle de Dreamland. Et cette règle s’applique aussi aux guerres : tuer ou être tuer.
Après une journée de cours à s’emmerder royalement entre les enzymes de restrictions, les failles inverses, les plis déversés et déjetés et toutes ces conneries. Je préférai rentrer directement à la maison. En arrivant, la porte était fermée. Hugo n’était toujours pas rentré. Surement à faire la fête ou bien à fumer avec d’autres potes à lui. Je pense que je l’envi parfois … . Ce n’était pas le moment de déprimer. Il fallait se concentrer pour le combat de ce soir. Cet adversaire, Sarkhan, devait être vraiment puissant. Même après avoir tué deux de ses amis, son expression n’avait pas changé. Il devait vraiment être beaucoup plus puissant que les deux autres et sans émotions. Si Hugo avait à la place d’Icare ou de Dédale j’aurais tout fait pour qu’il ne meurt pas. Bon je ne sais pas si j’aurais laissé ma vie pour lui. Mais bon j’aurais au moins fait un petit geste. Lui, rien, que dalle, nada. Il devait se servir d’eux. Après tous ces questionnements, je n’étais pas plus avancé sur la manière dont je pouvais l’avoir.
Deux heures plus tard, je m’allongeai pour dormir. Mais juste avant, je mis mon réveil à sept heures et demie. Demain c’est samedi et je n’ai pas cours ? D’accord, mais cet adversaire n’hésitera pas à me tuer. Alors si j’arrive à tenir jusque-là je ne mourrai pas. Je fermai les yeux pour me réveiller dans les plaines. J’étais exactement au même endroit et pourtant, il n’y avait aucunes marques de la bataille d’hier soir. Après un petit moment, je sentis une présence derrière moi. Quelque chose de perfide et froid. C’était lui, le gars qui peut changer son corps en serpent : Sarkhan. Je me retournai doucement pour lui faire face. Pendant quelques secondes, on se regarda droit dans les yeux.

-T’es prêt à morfler ?

Sarkhan : Haha ! J’avoue que tu me fais bien rire et que tu es puissant mais c’est la fin pour toi. Je connais toutes tes techniques. Seulement toi tu n’en connais qu’une seule. Tu ne pourras jamais me battre !!!

-Héhé, tu es bien trop sûr de toi !

Le combat s’engagea sur le champ. Pour l’instant, il s’agissait d’un duel normal comme si nous étions dans le monde réel et non dans Dreamland. Cependant, nos coups étaient beaucoup plus rapides. Sans détourner le regard des yeux de son adversaire, on arrivait à parer les coups de celui-ci et à trouver une faille pour en infliger un ou deux. Chaque coups étaient un petit plus dans le compte total. Au bout d’un moment, j’en avais marre de ce combat qui n’allait mener à rien d’autre que notre épuisement. Enfin mon épuisement sûr. Peut-être que Sarkhan le faisait exprès. En tout cas, il souriait. Cela ne voulait rien présager de bon. En un instant mes gants en or apparurent et me permirent d’attraper les bras de mon adversaire pour lui infliger un violent coup de genou dans le ventre. Celui-ci tomba par terre. J’en profitai alors pour lui infliger un autre coup, cette fois-ci à l’aide de mon pied dans les côtes. Sarkhan glissa quelques centimètres sur le sol ce qui me permit de mettre une distance raisonnable entre nous. Je venais de lui infliger deux coups assez violents. Malgré ce petit succès, il m’avait infligeait un ou deux coups assez puissant au niveau du menton. En tout cas, il allait passer à un niveau plus haut. Ce que nous venions de faire n’était que l’introduction. Son aura augmentait fortement. Je sentais quelque chose de perfide monter autour de lui comme si la nature des serpents prenait le dessus. Son corps commença à onduler bizarrement. Des écailles poussaient sur ses jambes et son visage. Il était sûr de son pouvoir. Il me regardait fixement pendant que ces changements étaient de plus en plus forts
Sarkhan : Regarde bien ma puissance ! Pauvre idiot ! Tu vas comprendre qu’il ne fallait pas me défier
Quelques secondes plus tard, il s’était transformé en serpent. Pas totalement. Mais c’était déjà pas mal flippant. Il avait sa tête de transformé et ses jambes. Le reste de son corps était normal. Voilà donc son point faible. Les écailles étant beaucoup plus résistantes que la peau. Il fallait absolument que je lui inflige des dégâts dans cette zone. La transformation semblait être terminée. Je me mis en garde. Toutes ses capacités devaient être accrues. En effet, je le vis foncer vers moi à une vitesse impressionnante. J’eu le temps de protéger mon visage. Cependant, il m’attaqua au niveau des abdos. Sa vitesse avait augmenté sa force. Tout le monde le sait : « E=m.c² » Donc si la vitesse augmente la force aussi. Et je peux vous dire que la physique, même à Dreamland, peut être très bien appliquée. Et les effets ressentis sont douloureux aussi. Je fus projeté plusieurs mètres plus loin. Ma vision en étant troublé pendant une ou deux secondes. En me relevant, je titubai.

-Ha bah putain ! Ce n’est pas un coup pour les mauviettes ça.

Bon, fallait que je me reprenne. Je ne pouvais pas mourir. J’avais toujours rêvé de Dreamland. Enfin d’un monde où l’on pouvait vivre des combats épiques comme dans la Grèce mythologique avec les dieux et les demi-dieux. Je me mis donc en position d’attaque et fonça sur lui avec la vitesse la plus rapide que je pouvais. Cependant, avant d’arriver sur lui, il sauta en avant et m’attrapa au niveau de l’épaule gauche. Je sentais un liquide couler hors de mon corps. Ce liquide, c’était du sang. Alors on saignait réellement dans Dreamland aussi. Ses crocs étaient plantés profondément dans mon épaule. Je crois même qu’ils touchaient mes omoplates. Ca faisait mal, très mal. Une souffrance atroce. Mais maintenant, il était bloqué. Il ne pouvait plus bougeait à moins de retirer ses « dents » de là. Par un effort qui faillit me faire pleurer, j’attrapai son cou avec mon bras gauche. Maintenant il ne pouvait plus retirer sa tête de mon épaule. J’avais l’avantage.

-A moi de jouer, tu as voulu m’abréger trop vite. Cependant tu as oublié un point essentiel. Tu n’as pas d’écailles au niveau de ton torse. Hors de l’autre côté tu as ton dos et dans ton dos tu as une colonne vertébrale qui te permet de marcher.

La peur commençait à l’envahir. Il essayait de se retirer. Je comprenais mieux l’expression « remuer le couteau dans la plaie ». Et bah, je peux vous dire, même le certifier sur l’honneur que la douleur est indescriptible. Cependant, c’était l’occasion ultime de le battre. Je fis apparaitre un bouclier du sol qui arrivait jusqu’au ventre de Sarkhan. Je me mis à frapper de toutes mes forces sur son dos à la verticale du bouclier. Malgré le fait que sa bouche soit coincée autour de mon épaule. Je pouvais entendre ses cris de douleur. Ce n’était que pure vengeance. Enfin, je ne sais pas trop mais j’adorais lui faire subir sa après la désinvolture et l’arrogance qu’il avait à mon égard. Au bout d’un moment, j’entendis un bruit de craquement. Le relâchant il tomba au sol telle un objet que l’on lâche. Sa colonne était maintenant brisée.

-On fait moins le malin pas vrai. Je vais t’abréger tes souffrances ne t’inquiète pas. Mais juste avant je vais te dire mon nom. Je m’appelle Vincent le contrôleur d’or. Et comme je suis un gars en or je vais faire sa le plus rapidement possible.

Je soulevai ma jambe et lui donna un violent coup dans le flan qui le fit se mettre sur le ventre dans un râle de douleur. Puis j’appuyai doucement mon pied à l’endroit où son dos était cassé. Il cria de plus belle.

-Ha mince, je ne t’ai pas dit. Je suis pas du genre clément. Je déteste les personnes comme toi. Je serai capable de te torturer pendant des mois et j’en prendrais toujours autant de plaisirs. Tu me dégoutes et tu n’as vraiment rien à faire dans Dreamland. Ce monde n’est pas fait pour des idiots comme toi.

Je me mis alors à le frapper violement sur l’endroit où sa colonne vertébrale avait été séparé en deux. Après cinq minutes de jeu, je regardai son visage. Il ne criait plus. En tâtant son pou, je remarquai que son cœur ne battait plus. Alors il était mort de douleur. C’était marrant. Vincent se relava et tituba un peu. Il avait mal à l’épaule, le sang continuait de couler. Heureusement qu’il était d’un niveau plutôt faible. Il ne devait pas avoir de poison et ses crocs étaient assez petits. En regardant autour de moi, je me dis que Dreamland était vraiment quelque chose que je ne pouvais abandonner. Il y avait tellement de gens à rosser. Je me mis à marcher mais je tombai à terre à peine deux minutes plus tard.

-HAaaaa, je vais bientôt me réveiller. J’en peux plus ! Il m’a bien amoché l’autre idiot avec son coup de poing et sa morsure. Aïe ! Pourquoi j’y touche moi. Tiens, le ciel est beau dis donc.

Pouf, c’est à ce moment que je me réveilla.
Revenir en haut Aller en bas

[Quête]Les infidèles (tout seul)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Les Plaines-