Haut
Bas

Partagez|

L'amitié, c'est comme les champignons, ça pousse partout, c'est biscornu et c'est bon [PV Shana] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 26

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: L'amitié, c'est comme les champignons, ça pousse partout, c'est biscornu et c'est bon [PV Shana] [Fini] Mar 1 Juin 2010 - 21:22
Des fois, il arrive un truc incroyable dans la vie commune de tous les instants : la journée inutile. Grâce à l’univers de Dreamland, il existe…la nuit inutile. J’étais dans un de ces rêves, où Jacob ne s’était pas donné la peine de venir avec moi. Comme on était plutôt en manque d’actions, je pensais qu’on pourrait aller chercher d’autres quêtes. Mais l’ingrat avait dû avoir autres choses en tête que mon sublime visage. A peu près à la troisième minute d’attente (je ne suis guère patient, croyez-vous), j’arrêtai de l’attendre et allai me balader dans le paysage idyllique de Champiland. Paradis des drogués de tous poils, terre sainte de l’herbe et des hallucinations, Champiland était pour la plupart du temps pacifique. Je ne comptais pas évidemment les bébêtes de cinq mètres de haut qui dévoraient quelques fois des Rêveurs distraits, mais elles avaient la malchance d’être peu discrètes, je pouvais bien utiliser mon pouvoir pour m’échapper à leurs terrifiantes gueules.
Comme l’ennui me gagnait dès les premières cinq minutes dépassées, je décidais de tirer une cigarette de ma poche, quand vinrent trois créatures de Dreamland. Ils étaient tous trois des nabots frôlant le mètre vingt, peau orangée, oreilles pointues et vestes en cuir. Elément plus intéressant, ils étaient tous trois en train de fumer un joint. Je vins à leur rencontre ; après moult conversations, ils m’apprirent comment planer en deux secondes. Je pris un bout du champignon géant le plus proche, et l’écrasai en morceaux entre ma main. Il suffisait ensuite de l’enrouler dans du papier, et d’y cramer le bout, et on obtenait un superbe pétard des rêves (effet variable selon l’échantillon du champignon prélevé). Ni une ni deux, je fumai en compagnie de mes nouveaux amis. L’effet fut moins fort que celui escompté (je devais mieux tenir qu’eux), mais mes yeux me picotèrent assez pour les deviner rouges. Une larme violette coula sur ma joue, et je toussais bien fort.
Je parlais avec eux, tous assis sur le chapeau d’un champignon, perchés à un mètre du sol, de la fumée s’échappant de nos oreilles. Puisque je détestais perdre mon temps, je décidais de commencer à installer la réputation de ma personne, par le biais d’exploits imaginaires, que me soufflaient ma tête et mon joint. Heureusement, ils étaient bien trop défoncés pour déceler une part de mensonge dans mes paroles (et le fait d’être copains de fumette crédibilisait derechef tous mes dires). Ce fut un Ed Free dynamique qui leur présenta de grandes épopées avec des gestes du poignet saisissants, des timbres et des tempos de voix différentes, des trémolos d’émotion via une gorge lancinante. Mon joint traînant dans une de mes mains quand il ne campait pas entre mes lèvres, délivrait un tourbillon de fumée psychédélique qui hypnotisait plus mes amis que le son de ma voix.


« Et c’est alors ! Moi, entouré par de sombres démons à l’allure ricanant, doublé par leur chef, un terrible dragon couleur c’quevouvoulezarcenciel, dans mon immensitude courage, je leur défonçais la tête les uns après les autres. Quand ! la bande de malfrats fut dissoute, je tirais une bouffée de ce merveilleux joint, je fis une déclata…déclarata…déclérat... je dis à l’autre Dragon: « Eh ! Gros dégueulaisse ! Vire ton cul ou t’auras le droit à ta troisième fesse. » Ca rime, avouez-le bien, ça a dû l’impressionner le gros lard. Et vas-y donc, il déploya ses giiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiigantesques aileuh en me hurlant dessus. Pis, il s’enfuit dans l’horizon zazuré, m’assurant une victoire facile. Vouéla comment j’ai sauvé un village entier de nymphettes à demi nues, avec pour seule arme, mon joint et mes lunettes de soleil. Si vous voyez vos potos, vous leur parlez de moi, Ed Free, c’est facile à retenir, y autant de lettres que dans « Héros ». S’ils ont des quêtes à proposer, ils passent un coup de fil, et paf, j’arrive ! C’est magique ! Ed Free donc, croyez pas que je vous fais de la publiticé, on est amis.
D’ailleurs, je me rappelle soudainement d’une mission que je devais effetc…effecter…effuceter…faire dans les Bahamas de Dreamland. Ça commence par un matin radieux… »


A peine défoncé. Et donc, je continuais ma litanie d’exploits bien singuliers sous le regard admiratif (et particulièrement éteint) de mes camarades. Je tenais la forme ; même si je ne réfléchissais aucunement à ce que je disais, j’inventais au fur et à mesure sans oublier de racoler quelques passages. Je n’étais pas vraiment confiant des obscénités que je leur proférais. Comme les rêves fous qui te passent par la caboche à l’aube, où tu ne te rends comptes que trois heures plus tard que tu pensais n’importe quoi. Alors que tu étais persuadé de rêver un truc à peu près réaliste sous la couette. Là, c’était pareil, mais je faisais profiter de mon hébétude à des gnomes accros à la fumette. Finalement, je ne regrettai pas trop que Jacob m’ait laissé en plan cette nuit-là (tout bien considéré, vu l’heure indécente à laquelle je me suis couché, c’était peut-être moi qui avais loupé le rendez-vous, mais nous n’allons pas faire un débat dessus).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 183
Date d'inscription : 30/05/2010
Age du personnage : 25

Voyageur Expérimenté
Shana Delizet
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 260
Honneur: 55
MessageSujet: Re: L'amitié, c'est comme les champignons, ça pousse partout, c'est biscornu et c'est bon [PV Shana] [Fini] Dim 6 Juin 2010 - 12:30
Quelle journée de merdeuuuuh !

Depuis que j’étais arrivée à paris, c’était sûrement la pire journée que j’avais pu passer ! Les profs s’étaient acharnés sur moi sans aucune raison. En cours, je ne suis pas du genre bavard pourtant, mais peut-être était-ce parce que je n’arrêtais pas de somnoler ces temps-ci… Tout ça à cause de Dreamland ! Il faut dire que depuis que j’y mettais les pieds toutes les nuits, j’étais crevée. Même lorsque je ne voulais pas y aller, j’y allais quand même. Je commençais presque à regretter d’être devenue une Voyageuse…

En tout cas, cette nuit là promettait d’être à l’image de la journée passée.

En effet, je me retrouvai dans un pays de Dreamland que je ne connaissais pas. Ce n’était pas vraiment ici que je voulais atterrir, quoique d’un côté je ne savais même pas où je voulais aller… Quoiqu’il en soit, j’étais obligée de rester dans les parages pour la nuit, aussi en profitais-je pour faire une petite balade et découvrir ce nouvel endroit que je ne connaissais pas du tout. Des champignons géants décoraient le paysage, il y en avait de toutes les tailles et de toutes les couleurs. De temps en temps je croisais un lutin, ou un bidule dans ce genre là. Bizarrement ils avaient tous l’air défoncé, et je me rendis compte très vite qu’ils n’en avaient pas que l’air. C’était quoi cet endroit ? Le pays des drogués ?

Je fus soudain arrêtée net en trébuchant sur quelque chose, et m’étalait de tout mon long sur le sol. *Aie* Je me frottai doucement la tête, plus par réflexe que par nécessité, et me retournai pour voir ce qui m’avait fait tomber. On aurait dit un tronc d’arbre, mais un très petit tronc d’arbre, il était très fin et très coloré. Je me relevai et donnai un petit coup de pied dedans. C’était mou. J’entendis alors un grommellement et vit le tronc bouger, avant qu’il ne se plie en deux à la manière d’une… jambe. Ooook… C’était quoi encore ça ? Remarque vu la finesse de la jambe, cela ne devait pas être très imposant. Je regardai alors la créature se relever, et ravalai tout de suite mes pensées. Autant les jambes étaient fines et… fines, autant le reste du corps ne l’était pas du tout. Je me retrouvai face à un géant de près de trois ou quatre mètres de haut. Jusqu’à la ceinture, il était très mince, mais au dessus de la ceinture on aurait dit qu’il avait abusé du MacDo. Les poches sous ses yeux m’annonçaient qu’il n’était pas très clean. Il me regarda.


- C’est toi qui m’a réveillé ?
- Euh… Oui, mais euh… Je n’ai pas fais exprès… Je ne savais pas que c’était votre… jambe.

Il n’avait même pas attendu que je finisse de parler. Sa large main qui devait faire ma propre taille s’approcha de moi à plat, comme pour m’écraser. J’écarquillai les yeux et pensai immédiatement à Suigintou. A peine son image se matérialisa-t-elle dans mon esprit, qu’un dragon de plume noire s’abattit sur la main du géant. Je tournai la tête et vis la poupée de porcelaine me faire un signe de la main en souriant.

- Tu as le don pour te mettre dans des situatio… COURS !

J’eus à peine le temps de regarder pourquoi elle hurlait ça, que je me mis à courir le plus rapidement possible. Apparemment j’avais réveillé un géant qui n’était pas du matin. Shana on n’était pas le matin… ! Je continuai de courir, derrière moi j’entendais les déplacements furtifs de Suigintou, et les pas plus lourds du géant. Je remarquai avec soulagement qui semblait trainer difficilement derrière nous. Tant mieux ! Au bout de plusieurs minutes, je réussis à le semer, mais continuai de courir pour en être totalement sûre et ne pas…


- Aaaaaah !


Je percutai quelqu’un de plein fouet et retombai sur le sol encore une fois. Légèrement sonnée, je repris mes esprits, rouvris les yeux… et me trouvai nez à nez avec…

- Ed ????

Il était allongé sur le dos, et je m’étais retrouvée à quatre pattes au dessus de lui. Autant dire une situation assez gênante quand il s’agit d’un ami que l’on connait dans le monde réel. Mais j’étais tellement choquée et surprise de le trouver là, que je ne faisais même pas attention de cette situation compromettante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 26

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: L'amitié, c'est comme les champignons, ça pousse partout, c'est biscornu et c'est bon [PV Shana] [Fini] Lun 7 Juin 2010 - 19:43
A la première demi-heure de palabres inutiles, où les mots se perdaient dans la tête creuse des gnomes défoncés, y laissant juste une trace qui leur soufflait que j’étais un héros, ma voix se creusait. J’oubliais des mots, mon récit devenait incohérent, mes gestes plus forcés et plus rares. Je faillis d’ailleurs en assommer un en imitant le « dégainage » de mon épée-lance-pistolet. Les autres commençaient à rigoler à chacune des blagues que je laissais (le plus inquiétant, c’est que je n’en disais aucune), et se resservaient de champignon quand la latte finissait par tomber délicatement sur la coupole rose qu’on se partageait. Heureusement pour moi, mes récits interminables m’empêchaient de trop shooter ma tête. Je disais peut-être des conneries, mais j’en avais conscience ! Contrairement à mes spectateurs, je devais l’avouer. Au moins, je leur bourrais le crâne d’exploits imaginaires ; quand ils se réveilleront de leur transe colorée, ils garderont le souvenir d’un Voyageur très puissant qui imposait le respect dès qu’il passait. Même si je commençais à douter d’eux pour se souvenir de mon nom. Peut-être qu’il faudrait que je leur laisse une feuille de papier avec ma signature pour qu’ils se rappellent de moi. A ce stade, j’avais arrêté de parler pour constater platement que mes interlocuteurs continuaient de m’acquiescer comme si j’étais passé à un autre arc de mes aventures. Il fallait vraiment que je leur écrive mon prénom, car ma confiance en eux venait de se volatiliser avec la fumée environnante.
Puis j’entendis le bruit caractéristique du danger : celle d’un mini séisme qui faisait vibrer la terre d’un ton régulier, annonçant là une créature sauvage, immense, et qui se dirigeait par ici. Plus elle courait, et plus le champignon bougeait avec la terre, et plus je remuais. La drogue me faisait perdre de précieuses secondes de réaction (savoir qu’il y a un problème, savoir que ce problème peut s’avérer dangereux, etc). Ces secondes me furent décisives.
A peine commençais-je à me lever, et à partir de mon champignon (en oubliant mes chers amis, dans les vapes) que je fus bousculé sauvagement, percuté par un quelque chose de complètement terrifié. Je roulai par terre, écrasant ma tête contre un sol bien trop dur. Dès que je compris ce qui se passait (les effets de joint se dissipaient un peu sous l’effet de l’adrénaline), je levai mon regard. Je constatais que j’étais sous la poitr… sous une fille qui étouffa une exclamation à ma vue juste avant de crier mon prénom. Puis je reconnus la fille Delizet, une de mes amies, à moitié accroupie dans une pose subversive. Deux choses me traversèrent la tête : d’abord, une pensée inspirée par ma défaillance mentale me fit croire que c’était Shana qui avait provoqué un tel remue-ménage, ce que je faillis lui dire. Ce juste avant de remarquer que ma nuque cognait la terre à coups de tremblements inquiétants et de grondements sourds. Dommage. La seconde, heureuse pensée ! était que j’avais toujours mon joint coincé entre mes dents. Et l’embout fumait encore. J’aurais bien fait voler quelques volutes, mais mes bras étaient coincés par le corps de Shana. Je tentais un sourire maladroit, comme pour affirmer une réponse. Que pouvais-je faire d’autre lorsqu’un géant me fonçait dessus ? Puis j’étais déjà surpris de la voir. Il restait à savoir si elle était Rêveuse ou une Voyageuse comme moi. Je ferais une dissertation plus tard pour répondre à ma question, y avait le monstros qui arrivait. Je n’avais plus qu’à sauver ma peau, et au passage, celle de la fille penchée vers moi. J’activai mon pouvoir en évitant de hurler si possible (non pas que je criais quand j’usais de mon don, mais j’avais la pétoche car j’étais un peu en danger de mort).
Premier portail : posée sur le sol juste au-dessous de moi et de Shana, sortie tournée vers mon dos.
Second portail : Dix mètres derrière les pattes du monstre, entrée tournant le dos à cette même bestiole.
Effet provoqué : je tombe en arrière, emportant la fille avec moi (j’en profite pour la serrer dans mes bras, voire suite), et je me retrouve directement debout, dos à la bête qui vient de voir que ses proies se sont volatilisées. Je retiens Shana de tomber, car elle ne devait sûrement pas s’attendre à ne plus être couchée.


« Allez, fonce ! »

Je me mis à sprinter, terrifié par la chose qui avait failli me faire passer à la casserole. Je jetai un coup d’œil en arrière, tout en maintenant mon portail. Le géant venait juste de passer sa fine patte dans ma porte. Ce fut comme une chausse-trappe : n’y trouvant aucun appui (car elle débouchait sur du vide), il se fracassa la tête par terre. J’arrêtais mon pouvoir avec un grand sourire qui nargua la pauvre bestiole. Elle me répondit par un grognement serré entre ses dents, avant de se relever et de foncer vers nous. J’arrêtais de faire l’imbécile et courut à travers les fougères, aux-côtés de Shana. Malheureusement, je voyais bien qu’elle avait épuisée ses jambes précédemment, et je ne savais pas du tout combien de temps elle pourrait tenir le rythme. A peine eu-je fait ce constat que je remarquai la petite poupée qui nous accompagnait dans notre course. Je clamai à Shama :

« C’est cool que tu sois une Voyageuse toi aussi ! Depuis combien de temps ? Certainement plus que moi, c’est ma septième soirée ! »

J’arrêtais de parler, car ça n’avait jamais aidé à mieux courir au contraire. Je cherchais pour le moment un champignon géant sur lequel je pourrais me nicher (un bien gros et grand) à l’aide des portails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 183
Date d'inscription : 30/05/2010
Age du personnage : 25

Voyageur Expérimenté
Shana Delizet
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 260
Honneur: 55
MessageSujet: Re: L'amitié, c'est comme les champignons, ça pousse partout, c'est biscornu et c'est bon [PV Shana] [Fini] Jeu 1 Juil 2010 - 16:00
Complètement stupéfaite de voir Ed ici, je continuai de le regarder avec des yeux comme des soucoupes, alors que le sol continuait de trembler juste en dessous de nous. Je remarquai que mon ami avait un joint coincé entre les lèvres, ce qui n’était pas à son habitude dans le monde réel, enfin je crois… Je m’apprêtai à lui faire une réflexion à ce propos – je sais la situation ne s’y prêtait pas vraiment – mais les bras du jeune homme s’enroulèrent autour de moi alors que nous… tombions en arrière ????

- Qu’est-ce que… ?

Je laissai échapper un cri de surprise mêlé à de la terreur, alors que le sol s’ouvrait en dessous de Ed. Oui, j’ai bien dit « s’ouvrait », car il était évident qu’une sorte de porte était apparue à la place du sol. Je ne saurai expliquer ce qu’il se passa alors, car nous nous retrouvâmes derrière le géant, moi toujours dans les bras de Ed, tétanisée par ce qui venait de se passer, et toujours dans l’incompréhension de savoir pourquoi je m’étais retrouvée debout…

Les mots de Ed réussirent à atteindre mon cerveau, mais je ne partis pas tout de suite. C’est seulement la main du garçon, qui attrapa la mienne pour me faire courir avec lui, qui me ramena à la réalité – si je puis dire. Je jetai un œil en arrière, et vit le géant se rétamer par terre à cause de je ne sais quoi, un grognement énervé nous parvint avant que le sol ne se remette à trembler sous nos pieds. Ed et moi courrions à travers les feuillages qui nous barraient la route. J’étais épuisée et n’avais plus de souffle après avoir courut autant. De plus mes jambes me faisaient atrocement souffrir. J’entendis la voix de Ed me dire qu’il était Voyageur depuis seulement une semaine, mais je ne réussis pas à lui répondre, par manque de souffle.

Derrière nous, les déplacements toujours aussi furtifs de Suigintou me parvenaient, je voulus lui demander de nous aider à aller plus vite, mais les mots mourraient dans ma gorge à chaque fois. Je me concentrai donc sur ma course avec Ed, jusqu’à ce que mon pied se torde et que je m’étale par terre de tout mon long, encore une fois. Décidément ce n’était vraiment pas ma nuit…


- Shana ! Ca va ?

Ma poupée vêtue de noir se précipita sur moi, alors que le sol tremblait toujours et que le géant s’approchait de nous. Pourquoi avait-il fallu que je réveille un géant susceptible ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 26

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: L'amitié, c'est comme les champignons, ça pousse partout, c'est biscornu et c'est bon [PV Shana] [Fini] Mar 6 Juil 2010 - 15:27
N’allons pas nous étendre, je n’ai pratiquement fait que quelques pas après avoir posé ma question avant que Shana trébucha sur le sol, en pleine course. Je ne vis pas la chute en elle-même, mais l’ombre qui filait à mes côtés avait disparu, laissant place à un vide puis un bruit sourd. Je continuais à courir, juste pour signaler qu’elle était un poil agaçante. On avait de l’avance, mais pas assez pour siroter une boisson sucrée. Je retournais sur mes pas en levant les yeux en l’air. Le monstre était à égale distance entre moi et la fille.
Concrètement, je n’avais pas une puissance de feu nécessaire. Je suis polyvalent mais je reste faible en attaque pure. De plus, le balèze était trop grand pour se faire engloutir par un portail. J’avais déjà usé une paire de portes, il ne fallait pas que j’abuse trop. Un problème : moi je m’étais arrêté pour analyser la situation, le troll n’avait pas attendu de réfléchir et fonçait toujours vers Shana. L’homme de pensées que j’étais se faisait doubler par la bête sauvage. Au moins, il était de constitution humaine. Comme notre pauvre espèce, nous avions plusieurs points sensibles. J’avais décidé de me servir de cette faiblesse pour neutraliser temporairement la bestiole, en espérant presque qu’elle s’enfuit. Je décidais d’activer mon super pouvoir une seconde fois. Un éclair me traversa, mes yeux devinrent foncés.
Premier portail : juste devant mes épaules, entrée devant moi.
Second portail : Face aux yeux de la bête.
Je brandis mon poing et le balança à travers la bête. J’avais mis le portail à une bonne distance, histoire d’avoir un super timing (il courait vite). Ma main frappa violemment un des yeux du bestiau. D’abord, j’eus mal. L’onde de choc traversa mon corps entier et je tombai à la renverse. Je me relevai en me massant l’épaule. Je vis notre poursuivant qui hurlait de douleur. Il s’était arrêté de courir et se couvrait le front d’une main gauche. Ma porte s’évanouit en même temps que ma concentration. Je rejoignis Shana. En ce qui me concernait, je ne pouvais rien faire pour battre cette enflure. Je reposais mes espoirs sur la Voyageuse pour l’achever (enfin, le brutaliser d’autant plus violemment qu’il était vulnérable). J’étais prêt à courir au cas où elle serait impuissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 183
Date d'inscription : 30/05/2010
Age du personnage : 25

Voyageur Expérimenté
Shana Delizet
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 260
Honneur: 55
MessageSujet: Re: L'amitié, c'est comme les champignons, ça pousse partout, c'est biscornu et c'est bon [PV Shana] [Fini] Sam 31 Juil 2010 - 15:37
On ne peut pas vraiment dire que la situation était géniale… Je venais de me faire mal à la cheville alors qu’un géant était en train de courir dans ma direction dans le but de m’aplatir comme une crêpe. Sympa, non ? J’acquiesçai à la réponse de Suigintou tout en essayant de me remettre de bout. Mon pied me fit mal mais je réussis à me redresser tant bien que mal. J’aperçus alors Ed qui disparut de nouveau par une de ses portes bizarres, et réapparut juste en face du visage du géant pour lui donner un énorme coup de poing dans l’un de ses yeux, avant qu’il ne s’écroule sur le sol.

- Suigintou occupe toi de lui et revient ici !

La poupée acquiesça et se dirigea vers mon ami pour aller le mettre un peu plus loin, avant que le géant ne décide de se venger sur lui. Ce serait vraiment dommage que par ma faute, Ed soit viré du monde de Dreamland au bout de sa… combien déjà ? Septième nuit. Du coin de l’œil, je vis ma poupée noire aider Ed à s’éloigner. Pendant ce temps, je fis de grands gestes pour que le géant pose son attention sur moi. Une fois que Ed fut capable de s’occuper de lui tout seul, Suigintou revint vers moi.

- Vas-y à toi de jouer !

Les ailes de la poupée prirent la forme d’un dragon de plumes noires qui foncèrent vers le géant pour le déstabiliser. Il essaya de les repousser, comme s’il repoussait une simple mouche. Abruti. Suigintou fit apparaître son épée et courut vers les jambes du géant pour donner un grand coup dans ses chevilles, avant qu’elle ne disparaisse, faisant tomber les dizaines de plumes autour du géant qui venait de pousser un cri de douleur. Suite à cela, les ailes de la poupée s’agrandir encore plus pour former un énorme dragon de plumes noires qui se jeta sur le troll, celui hurla quand il fut pris dans les plumes et tomba en arrière où il s’assoma sur un rocher…

J’en restai abasourdie… Comment pouvait-on être aussi stupide ???? Enfin bref ! Je me redressa et me tournai vers Ed pour voir s’il allait bien. C’était le cas, même s’il paraissait un peu sonné, ou était-ce de l’étonnement ?


- Et voilà, au moins maintenant, il en a pour un petit moment de sommeil ! (Je me tournai vers mon ami) Ca va Ed ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 26

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: L'amitié, c'est comme les champignons, ça pousse partout, c'est biscornu et c'est bon [PV Shana] [Fini] Mar 17 Aoû 2010 - 23:20
Tout cela se passa en deux temps. Le premier, j’avais vu la scène mais n’avais retiré aucune information nécessaire qui aurait pu m’aider à la compréhension de ladite scène. Shana faisait jaillir des poupées de n’importe où qui lui répondaient dans le plus total des chaos (avec comme fond sonore, le mugissement douloureux de l’ogre). La première poupée passa à l’attaque, et fut épaulée quelques secondes plus tard par la seconde. Je peux aussi vous dire que la pauvre bestiole humanoïde eut assez mal aux mollets, assez pour que j’en vienne presque à compatir. Presque. Dans le second temps, Shana hurla de me boucher les oreilles. J’eus un étrange réflexe qui suit toute indication criée : non seulement je plaquais mes mains contre mes temps, mais en plus je plongeais au sol dans un pur élan mélodramatique stupide. Le même geste instinctif contre un bombardement. Sans compter les yeux que j’avais fermé ! Un bruit strident et une secousse du sol plus tard, je me relevais, époussetant de deux gestes la poussière sur mes habits. La première chose que je vis fut la monstruosité abattue sur place, gisant sur le sol tel le cadavre d’un pigeon tombé du ciel. Puis ensuite, j’eus mal au crâne, certainement dû aux effets secondaires de produits aussi illicites qu’imaginaires.
Finalement, je compris que la petite chose Shana avait défoncé un monstre quasiment à elle toute seule. Si j’avais eu un joint, je l’aurais laissé tomber de ma bouche. Mon égo m’interdisait de dire qu’elle était plus forte que moi-même, même si c’était le cas. Disons qu’elle était presque à égalité avec mon incomparable puissance… Ce presque qui signifiait très près et pas assez près en même temps voulait aussi tout dire. Sans faire quitter la fascination dans ma voix, je dis :


« Punaise, faut pas t’énerver ! Ouah, tu l’as tué là ? Nan franchement, tu ne veux pas intégrer mon équipe ? »

Je lui avais répondu avec un sourire franc. Ma langue avait dû fourché plusieurs fois dans la même phrase mais je n’y prêtais guère attention. Certes ce n’était pas MON équipe. De plus, on ne pouvait pas vraiment appeler deux crétins endimanchés (dont un complètement sourd) une équipe à proprement parler. Mais s’il y a une troisième personne, moins stupide que les deux précédentes, on pourrait appeler ça une équipe. Je continuais sur ma lancée, limite en train de lui ouvrir les bras comme le ferait un embaucheur devant un jeune talent qui ne devinait pas sa chance :

« Les Private Jokes ! Certes, nous ne sommes pas très nombreux, mais nous disposons d’un formidable, euh…potentiel ! Il y a moi déjà, un Voyageur déjà renommé qui fait couler pas mal d’encre (en espérant qu’elle ne lisait pas le journal officiel de Dreamland), et Jacob Hume. Tu l’as peut-être déjà croisé le jour, c’est un type blasé mais au demeurant sympathique. Il est pratiquement invulnérable la nuit mais il ne peut pas entendre le monde autour de lui comme il ne peut pas nous parler. Mais on a déjà établi des signes pour se comprendre. C’est pas Babylone mais on se débrouille bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Messages : 183
Date d'inscription : 30/05/2010
Age du personnage : 25

Voyageur Expérimenté
Shana Delizet
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 120
Renommée: 260
Honneur: 55
MessageSujet: Re: L'amitié, c'est comme les champignons, ça pousse partout, c'est biscornu et c'est bon [PV Shana] [Fini] Mar 5 Oct 2010 - 17:01
[hrp: un peu court et pas terrible... Désolée u_u]


Ed ne me répondit même pas, et se contenta de se relever pour épousseter ses vêtements pleins de poussières. Toutes mes poupées étaient reparties de là où elles étaient venues et je me retrouvai donc seule avec Ed Free et le monstre gigantesque qui ronflait, sonné, à côté de nous. Je reportai mon attention sur mon ami qui continuait d’observer le géant, essayant sans doute de remettre de l’ordre dans ce qu’il venait de voir. Enfin je pense. Je m’apprêtai à lui redemander s’il allait bien quand il se tourna vers moi pour débiter pleins de choses complètement incompréhensibles. Je compris seulement la dernière phrase : « tu veux pas intégrer mon équipe ? »

Equipe ? Equipe de quoi ? Abasourdie, je l’observai, essayant de comprendre s’il se moquait de moi ou non. Il me souriait très sincèrement, ce qui me perturba un peu. Je voulus lui répondre mais il me coupa la parole pour enchaîner. Les Private Jokes. C’est quoi ce nom débile ? En tout cas, à ce que je comprends, ils ne sont que deux dans son « équipe », donc j’avoue avoir du mal à concevoir que c’est une équipe comme il dit… Je haussai un sourcil quand je l’entendis dire qu’il avait déjà fait couler pas mal d’encre : en gros qu’il avait déjà fait parler de lui dans le journal de Dreamland. Je ne lisais pas ce journal stupide, donc je n’étais pas au courant. Toutefois, si au bout de sa septième nuit, ce sombre crétin réussissait déjà à faire parler de lui, c’est qu’il devait être du genre casse-cou et tape à l’œil. Peut-être qu’effectivement, je devrais les rejoindre pour le calmer… ?


- Ecoute Ed, je sais pas trop… Jusque là j’ai toujours été seule et… Enfin…

Je ne terminai pas ma phrase, et regardai ce garçon que j’appréciai tout de même un peu, me regarder avec un regard de merlan frit… Bon sang…


- Bon, bon ! D’accord, je veux bien faire parti des… Private Jokes…

Et voilà, ça c’est fait… Dans quoi me suis-je donc embarquée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2724
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 26

Explorateur Onirique
Ed Free
Explorateur Onirique

Carte d'identité
Essence de Vie: 3495
Renommée: 6959
Honneur: 984
MessageSujet: Re: L'amitié, c'est comme les champignons, ça pousse partout, c'est biscornu et c'est bon [PV Shana] [Fini] Lun 11 Oct 2010 - 19:35
Le suspense fut complètement absent en première partie. Je n’avais pas du tout imaginé qu’elle refuserait ; je n’avais pas du tout imaginé tout court en fait. Quand je me réveillais enfin après que le dernier mot de ma phrase fut sorti de mes lèvres, je compris enfin les enjeux de ce que je lui proposais. Et la peur que je me prenne un vent avec. Les premiers mots d’ailleurs ne furent pas des plus décidés ; l’hésitation indécise elle-même parlait par sa gorge. Alors que je sentais qu’elle se résorbait, je lui fis mon plus beau sourire avenant (ce qui devait me faire une bonne tête de crétin avec mes lunettes qui remontaient à cause de mes commissures). Elle finit par céder, me soulageant grandement. On avait bien l’impression qu’elle acceptait sans trop savoir, mais c’était plus intelligent de vivre à Dreamland avec des amis, à l’instar du monde réel. Je fis le cri de joie de la victoire, puis le signe de la victoire. Shana pourrait toujours penser que c’était trop, je savais bien qu’elle était assez folle pour éclater un troll à la va-vite. Je m’élançais :

« C’est vraiment super que tu nous rejoignes ! A nous trois, on va conquérir Dreamland ! Je te présenterais à Jacob dans les jours qui viennent, voire demain ! »

Je m’emportais, faisant de grands gestes du bras et du poignet. Parcourir les terres oniriques avec deux compagnons allait rajouter du piment à mes nuits. J’avais une étrange impression que Shana était déjà beaucoup plus douée que moi ou Jacob en baston ; en tout cas, elle avait l’air de pouvoir facilement foutre le boxon où elle passait. Elle était capable de me battre avec Jacob à ce jeu-là. Nous, on ne pouvait pas vraiment détruire des bâtiments, ou autres bêtises à échelle locale. J’avais bien peur que la fille en était capable.
J’espérais que Jacob ne m’en voudrait pas pour recruter Shana sans son accord. Il ne devrait pas être contre ; au pire, je demanderais à la jeune fille de faire un numéro de charme sous une musique subversive pour le corrompre. Et encore au pire, s’il me fait encore la gueule, j’aurais une vidéo sympa.
Je n’arrivais toujours pas à brider mon excitation. Un nouveau, c’était une aide en plus pour parvenir au panthéon des Voyageurs. On formait une véritable équipe, plus à rien à voir avec ce duo pathétique que je formais avec mon bougon partenaire. J’allais enfin avoir de la conversation ! Oui, je m’obstinais à parler à Jacob tout en sachant qu’il ne me répondrait pas, mais maintenant, j’aurais la douce sensation qu’on me réponde. Et par Shana en plus, qui était toujours plus agréable qu’un camionneur. Même si, je pensais qu’il faudrait qu’on soit au moins quatre pour former une équipe digne de ce nom. Pas plus car on était déjà assez dur à gérer. Mais ça évitera l’appellation de « trio », une étiquette éprouvante. Je répétais en extase :


« Tu sais Shana, c’est vraiment super que tu ais accepté. Je t’assure que tu ne le regretteras pas. »

Et sans crier gare, alors que je voulais lui dire mes prochains plans pour envahir Dreamland de notre image salvatrice de la faiblesse qui imprégnait ce monde, je disparus dans un nuage de fumée.

Le réveil fut plus enthousiasmant que d’habitude. Je sortis rapidement mon portable de mon pantalon resté à terre et envoya un SMS à Shana. Histoire d’être sûr que tout ça ne fut pas un rêve. Puis un autre à Jacob pour l’informer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'amitié, c'est comme les champignons, ça pousse partout, c'est biscornu et c'est bon [PV Shana] [Fini] Aujourd'hui à 21:21
Revenir en haut Aller en bas

L'amitié, c'est comme les champignons, ça pousse partout, c'est biscornu et c'est bon [PV Shana] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Champiland-