Haut
Bas

Partagez

La loi d'la jungle ! [Pv : Sweety Shellay / Saylen Johns] |Quête terminée|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Takeshi Satoru
Messages : 116
Date d'inscription : 28/11/2010
Age du personnage : 24

Voyageur Expérimenté
Takeshi Satoru
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 165
Renommée: 325
Honneur: 70
MessageSujet: Re: La loi d'la jungle ! [Pv : Sweety Shellay / Saylen Johns] |Quête terminée| La loi d'la jungle ! [Pv : Sweety Shellay / Saylen Johns] |Quête terminée| - Page 2 EmptySam 15 Jan 2011 - 20:06
Ce combat avait vraiment été sauvage. Satoru s'y était mis à fond, et il en ressentait les conséquences. Sous forme de courants électriques et autres pincements de ses nerfs, la douleur se faisait ressentir un peu partout dans son corps. Il s'en était pris plein la gueule, c'était le cas de le dire. Il fallait avouer aussi qu'au delà de ses blessures physiques, il souffrait d'un manque cruel d'énergie. C'est bien beau d'invoquer des clones à tire larigot, mais au bout d'un moment on est à court d'énergie magique ... De toutes ses réserves, il devait lui en rester moins d'une dizaine de pour cents, ce qui est très peu. Avec ça, il pourrait au maximum invoquer un clone paraplégique de lui même. Niveau utilité, y'a mieux. Se mêlant à ses douleurs légitimes, que son ennemi lui avait directement infligé, s'ajoutaient des douleurs "fictives". En gros, il souffrait de blessures qu'il n'avait pas directement subi. Un autre inconvénient de ses clones, leur douleur est directement transmise à leur créateur une fois qu'ils se font révoquer. Fâcheux comme caractéristique, surtout quand on sait que l'invocateur les utilise quasiment tout le temps en kamikaze ... Paradoxalement, bien que la douleur semblait torturer toutes les facettes de l'existence onirique de Satoru, une partie de lui même était épargnée : son esprit. Il était heureux, fier, l'orgueil gonflait son âme au fil des secondes. Plusieurs raisons le poussaient à se sentir tellement fier. En premier temps, il s'était donné raison. Cela peut paraître futile aux premiers abords, mais pour un capricieux tel que Satoru, avoir le dernier mot compte énormément. Et ce dernier mot, il l'avait eu. Certes ce combat ne rimait à rien, mais si on cherche plus loin il avait une signification certaine pour notre héros. Il avait gagné, ce qui voulait dire qu'à présent, l'orgueil et la colère étaient des valeurs plus fortes que la justice et la bonté. La voie qu'il avait choisi semblait donc juste, du moins pour l'instant. L'individualisme était un mode de vie plus libre, mais ô combien plus difficile à réaliser. C'est dur de se libérer de toutes les contraintes que le monde vous pose. Enfin, mettons ce discours philosophique de côté et continuons. Satoru était également heureux car cette nuit, il s'était fait deux connaissances de plus en Dreamland. Et c'est pas du luxe dans un monde de dingue comme celui ci ...
Durant ses nuits précédentes il avait déjà fais la connaissance d'un invocateur de serpents dont il ne connaissait l'identité ainsi que d'un blondinet qui ouvre des portes dans l'air. Des connaissances intéressantes n'est-ce pas ? A ceux là venaient maintenant s'ajouter un mec qui fait de la lumière et une jeune fille qui ... Elle faisait quoi déjà ? Enfin ce n'était qu'un détail, si elle avait survécu face au chinois c'est forcément qu'elle se débrouillait.

En parlant de la jeune fille ... Se déplaçant comme un infirme qu'on venait de rouer de coups -ce qui n'était pas si faux que ça- boitant des deux jambes et traînant les pattes les bras pendants le long de son corps, notre héros se dirigeait lentement vers les deux corps inertes des bretteurs. Cependant, il fut subitement stoppé dans son élan. La jeune fille d'auparavant se planta devant lui. Elle était là, les cheveux au vent, le torse à moitié dénudé, fixant de ses grands yeux violet le protagoniste coupable de toute cette agitation. Cette scène ressemblait vachement à celle d'un film, la fille, comme pour exprimer son mécontentement déposa une claque sur la joue du cloneur. Cependant, ce n'était pas l'une de ces claques qui vous piquent la joue pendant un quart d'heure non, c'était une claque douce, à la limite de la caresse. Ce genre de geste prouvant plus la reconnaissance que la colère, enfin vous voyez sûrement de quoi je parle. Puis, elle souffla une de ces phrases moralisateurs, le genre de morales qui ne donnent pas vraiment de leçon, qui ne servent à celui qui l'a dis uniquement à se donner bonne conscience. La fixant droit dans les yeux, notre héros eut un rictus, un sourire comme il sait les faire s'afficha sur son visage. Il se remis droit, replaçant ses mains dans ses poches. Hé oui, il fallait faire bonne figure à nouveau, il allait pas jouer son faible devant une si charmante jeune fille. Il murmura alors simplement.

" Merci ! "

Puis elle disparut, se réveillant sûrement. Il la reverrait c'était sûr, cette fille l’intéressait pas mal -sans mauvaises pensées non mais !- . Mais pour l'instant, elle allait vivre sa vraie vie, et elle n'était pas la seule à sortir des bras de Morphée. Au fil des secondes de plus en plus de voyageurs disparaissaient dans des bruits sourds. La nuit était terminée, il devait maintenant être approximativement sept heures du matin, ou un truc du genre. Il restait encore pas mal de gens, la foule ayant pas mal diminuée restait tout de même conséquente. Il y avait les lève tard, ou simplement les habitants des rêves qui eux ne disparaissaient jamais. Se retournant notre capuché constata que sa victime n'était plus là. Avait elle succombé ? S'était elle réveillée au dernier moment ? Bonne question ... En tous cas les dagues tant convoitées n'étaient plus là, et c'était bien dommage. Bon, le risque qu'il ai survécu était vraiment faible, quand on a un trou dans le bide généralement on fait pas long feu. Enfin, il pouvait désormais se diriger vers le bretteur qui fait de la lumière. Déjà quelques personnes s'approchaient de lui, ils semblaient d'ailleurs convoiter le sabre. Si ça se trouve c'était un artéfact surpuissant ou super rare. L'occasion rêvée de le voler. Mais notre voyageur favori ne pouvait pas faire ça à un compagnon d'arme, bien qu'il n'ai aucun respect envers les inconnus, il avait un minimum d'éthique en ce qui concernait ceux s'étant battus à ses côtés. Arrivé à son niveau, il s'empressa donc d'attraper la lame et de l'accrocher à sa ceinture. Ceux qui s'approchaient petit à petit du corps du bretteur s'éloignèrent assez rapidement, ils avaient tous été témoins du savoir faire au combat de Satoru. Bon là même si c'étaient de simples rêveurs, il se serait fait littéralement défoncer en cas d'attaque. Le peu d'énergie qu'il lui restait lui suffisait pour faire des mouvements basiques.

Si cela ne tenait qu'à lui il serait d'ailleurs déjà en train de dormir on ne sait pas trop où, mais là il avait la sécurité du bretteur sur le dos. Il lui valait bien ça en même temps. Arrachant un bout de sa manche, il banda les yeux de l'infirme qui saignait encore comme un porc, ça limiterait les dégâts. Puis, il attrapa le bras du blessé et le tira vers son épaule, le posant dessus. Porter un mec qui est tombé dans les pommes alors qu'on galère à tenir debout c'est assez surprenant, vous devriez essayer un jour. Un silence de mort régnait, tout le monde fixait Satoru. Auparavant, ils étaient six sur le champ de bataille, maintenant il était seul. Tournant la tête, il constata les dégâts que lui et son petit groupe avaient causés. Il était maintenant la cible du regard de tous ceux présents, personne ne parlait, tous observaient, attendaient quelque chose. Il allait leur donner ... C'était l'occasion parfaite de lâcher une phrase trop classe qui "roxx du poney", vous savez comme dans les films américains, quand le héros donne une dernière réplique qui fait trembler les foules. C'était l'occasion ou jamais de se faire un nom, et de faire sa pub. Cette nuit il avait compris que pour survivre il fallait être plusieurs, alors il avait pris la décision, sur un coup de tête, de former son propre groupe. Un peu comme un équipage de pirates ou encore une équipe de ninja, voir même un groupuscule ténébreux. Il n'avait pas trop d'idées et n'avait pas trop le temps, alors il improvisa un nom vite fait. Le corps de son compagnon d'arme sur l'épaule, un sourire en coin puant le charisme, il se mit à hurler à l'attention de tous.

" Ne m'oubliez pas, moi, Takeshi Satoru ! Le charismatique leader de Carpe Diem ! Vous entendrez bientôt parler de nous !! "

Bon il se la pétait un peu, mais il fallait bien ça pour se faire un nom. En tous cas, quoi qu'il arrive sa réputation gonflerait incontestablement, que ce soit en bon ou en mauvais. Après tout, il n'y a pas de mauvaise pub. Ceci étant fait, il s'éloigna de l'ère de combat. Sa direction ? La motte de foin où il avait passé la journée dernière. Il avait besoin de repos, et pas qu'un peu ... Cette fois 14 heures de sommeil ne suffiront pas à le requinquer, il en faudrait facilement cinq ou six de plus. Lançant le bretteur dans la même motte de foin, il s'y installa. L'autre était sûrement un rêveur conventionnel qui se réveillerait dans pas longtemps, c'est donc pour cela qu'il se laissa embarquer par ce doux plaisir qu'est le sommeil. Il avait fait pas mal de choses cette nuit, elle n'aura pas été inutile au moins. Finalement, la vie en Dreamland était beaucoup plus palpitante que sa vraie vie, mais il ne s'en plaignait pas, bien au contraire ...







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reborn-last-will.forumsactifs.net/

La loi d'la jungle ! [Pv : Sweety Shellay / Saylen Johns] |Quête terminée|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Kazinopolis-