Haut
Bas

Partagez

Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier) Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier) - Page 2 EmptyMer 5 Jan 2011 - 20:58
*Je ne crois pas que je sois plus doué pour vaincre ces mecs que pour m'attirer les bons ennuis. Je ne dispose pas d'une grande force et eux dispose de capacités de résistances améliorée par sa transformation. Génial. Et moi de mon côté, ben, j'ai la bulle. La plus puissante protection qu'il existe en ce monde. Héhé, non, tu ne m'auras pas comme ça petit con. Tu ne peux rien contre moi et je ne peux pas grand chose contre toi. Mais bon, j'ai tout de même l'avantage. En plus, niveau morpheur j'ai vu mieux. Ne serait-ce que l'idiot qu'on s'est farci au Royaume des Chat, il était déjà de meilleure qualité en tant que voyageur. Décidément, les grands hommes se perdent ! Celui-là a juste l'air d'un garde du corps ou d'un homme de seconde main. Mais c'est le problème des hommes de seconde main, ils sont de seconde qualité. Enfin, peut-être est-ce moi qui suis plus fort que la dernière fois que j'ai combattu un morpheur aussi. Le type du royaume des chats avait plus de hargne aussi et j'étais moins en forme d'ailleurs. Mais tout de même je pense que je l'ai vaincu un peu plus facilement je vaincrais celui-ci. La raison ? Je n'étais pas dans une pièce close à bas plafond, voilà pourquoi. Je pouvais l'attirer dans les airs et lui faire mon super plaquage ou même tout simplement le lâcher à quarante mètres du sol. Le problème, c'est que là ma compétence est presque inutile. Je dis bien presque parce qu'après tout je trouverais peut-être le moyen de m'en servir à un moment. Quoi qu'il en soit, toi et moi mon grand, nous sommes dans une belle impasse...*

Jacob assène un coup de pied au Morpheur et le fait reculer de quelques pas, puis il saute avec agilité pour revenir debout. Il venait d'être jeté au sol après une tentative infructueuse de coller un pain à son adversaire. Le Morpheur avait atteint un bon niveau de maîtrise de son pouvoir, mais cela ne suffisait pas contre l'intouchable. Il était capable de changer tout son buste en celui d'un tigre du Bengal et ses dents étaient à présent celles dudit tigre. *Il ferait un adversaire redoutable contre n'importe quel voyageur ou n'importe quelle créature de Dreamland. Cependant, malgré sa force et sa rage, il ne peut pas grand chose contre moi. Hélas ? Non, pas ce soir. Ce soir, je dois lui défoncer sa gueule à lui aussi et il faut que je trouve le moyen de le vaincre. Et plus rapidement que ça. Je dois ensuite aller chercher l'autre idiot qui dirige toute l'opération. Je ne sais pas quels sont ses plans, mais pour avoir fait tout ça, il doit bien avoir un moyen pour moi de le frapper ne lui faisant mal. Non ? Sinon, on est pas sorti avant un bon moment. Et il risque d'attirer des loups pour venir à son secours. Et franchement ça me ferait chier. Alors, comment qu'on fait sale sousfifre ? Non pas comme ça idiot, ça ne marchera pas.* Le morpheur tente un puissant coup de griffe, mais au dernier moment l'intouchable passe en mode ballon et se retrouve hors de danger. *Rah, ça m'énerve, cette forme me permet pas de me battre ! Et c'est la seule qui me protège suffisamment contre lui. Et mes bras ? Bas, pas très utiles contre ce gars ! Il est vraiment résistant et ils ne sous pas assez forts. Il faut que je trouve un autre moyen, un moyen plus sûr, non ? Rah ! Mais insiste pas, j'ai même pas changé la forme de ma bulle ! Je réfléchis là ! ça se voit pas ? Je veux dire, ça t'arrive jamais d'élaborer une stratégie ?

Bon, où j'en étais. Ah oui un plan pour lui niquer sa face. Bien voyons mes capacité. Ma bulle peut prendre trois forme. Le ballon ? Inutile. Voler ? Pas franchement cool avec un plafond si bas. La combi ? Cool pour frapper, mais ça lui fait pas bien mal. Pareil pour les bras invisibles, même si je touche plus facilement. Le Mur ? L'écraser contre le mur du fond ? Non. Je le soupçonne d'être assez fort pour détruire le mur du fond en cas de réel besoin. Et puis, même si c'est pas le cas. Je croi que c'est pas judicieux. Il faudrait que je le laisse bloqué, donc que je reste là. Ouais, non pas la peine d'essayer. Bref, il me reste plus qu'une solution, user d'un objet qui se trouve dans les parages pour vaincre ce type. Problème ! A part la poulie et les chaînes lourdes qui tirent la porte, il n'y a rien ici ! ... La roue ? Les chaines ? Ah, je n'ai rien dit. Je crois que j'ai enfin un plan, c'est vicieux, mais j'en serait débarrassé et franchement c'est l'essentiel. Allez mon grand, on y retourne, je n'en ai pas encore fini avec toi, mais ça ne va pas tarder. Je suis intouchable et toi tu es trop fort pour ne pas tomber dans le panneau. Ed serait très content de t'avoir foutu un raclé d'ailleurs. J'espère qu'il a réussi à entrer cet idiot. Bref, combat !*


Et avec le sourire, une fois n'est pas coutume, Jacob lance un bras dans les dents de son adversaires qui a finalement compris qu'il ne pouvait rien lorsque son adversaire était dans une telle posture de bulle. Cependant, si l'intouchable comptais vaincre, il devait changer de forme et repasser en mode collé au corps, ce qu'il fit immédiatement. Profitant du très bref étourdissement et de la surprise de son adversaire, il s'éleva légèrement dans les air et lui asséna un coup de pied dans la poitrine. Cela n'était pas très puissant, mais eut le mérite de signaler au Morpheur que le combat reprenait à présent. À nouveau, celui-ci lança un coup puissant à Jacob qui fut propulsé sur le sol, et qui s'arrangea pour retomber pile à côté de la roue. *Maintenant, instant de vérité.* Le Morpheur se jette à nouveau sur lui pour lui asséner quelques coups puissants. Le manieur se jette sur les jambes de son adversaire pour le faire trébucher. L'attaque surprise fonctionne, une fois de plus, ce n'est pas avec grand dommage qu'il s'étale sur le sol, mais pour Jacob, l'essentiel et en place. Il lui lance un bras dans la nuque pour s'assurer qu'il reste au sol encore un peu, puis, se jette sur la roue. Il l'actionne immédiatement dans le sens inverse de celui qui ouvrait la porte et tire de toute ses forces sur la roue. Les chaines se relâche immédiatement et dans un grand fracas, la porte se referme d'elle-même alors que les bras qui permettent de faire fonctionner la roue filent d'eux même jusqu'à leur position originelle. Hélas pour le voyageur qui tente de se relever, sa tête et son bras se trouvent en dessous. Il est frappé avec violence, assez, cette fois pour que son bras soit écrasé et brisé. Il hurle de douleur, mais Jacob n'entend rien.

*Et voilà ! Il ne pourra plus se battre aussi bien maintenant. Mais surtout, je lui ai rajouté une énorme faiblesse. Il ne tiendra plus longtemps, d'ailleurs inutile de lui laisser une chance de se relever. J'y vais et je me le fais maintenant, pendant qu'il hurle. La chaîne ! Bonnidée Jacob !* Il s'empare du bout de la chaîne qui prend à présent de l'énorme poulie. Il se jette sur le morpheur et enroule sa chaîne autour de l'autre bras du voyageur et tire de toute ses forces, à nouveau, le bras se brise. Nouveaux cris de douleurs, mais cette fois, Jacob les arrête en frappant de toute ses forces sur son crâne. L'autre est enfin assommé. *Mais pour combien de temps. Même sans l'usage de ses bras il pourrait avoir l'idée de revenir nous faire chier. Mmh, je vais l'attacher alors. Oui, excellente idée, une fois encore. Je sais pas ce que j'ai aujourd'hui, mais je n'arrête pas de m'étonner par mon intelligence. Ou alors je suis vraiment con et je suis persuadé d'être un type intelligent alors Einstein se retourne à Edenia.* L'intouchable profite de l'inconscience de son adversaire pour attacher son adversaire à la poulie, en l'enroulant sous les anneaux de la chaîne. Il était à présent hors de question qu'il s'en sorte seul et pour s'assure qu'il ne s'en sorte pas du tout, Jacob le baîllonna avec un morceau de chaîne, qu'il essaye d'appeler à l'aide. *Bien, passons aux choses sérieuses à présent. Trouver ce fichu connard qui veut tyranniser le monde avec ses idées pathétiques.*

Jacob sort alors dans le couloir et rencontre deux loups en vadrouilles. Il attaque le premier, mais le second s'enfui. *Étrange comportement, mais je ne peux pas le laisser filer, il va rameuter tout le monde. Non, je me le fait maintenant.* Il se lance à sa poursuite et tente de lui envoyer un bras dans l'arrière train pour le faire tomber, son coup invisible manque. *Heureusement que personne ne vois ces attaque, je paraît moins ridicule quand je les manque... Tient, il va dans une des pièces ?* Jacob entre à la suite du loup intrigué et se retrouve alors dans ce qui semble être une pièce sans grande utilité, si ce n'est d'avoir de grandes fenêtre pour admirer le lugubre paysage. *Eh merde...* Il y a aussi, dans cet pièce, deux visage connus et cinq loups qui grognent sans l'attaquer. Au centre de la pièce, Dorian tient Indy par le col. Indy ne bouge plus, il est dans un sale état, les loups ne lui ont pas laissé une parcelle de son corps intact, mais il respire encore, difficilement, et tient tout de même sur ses jambes ensanglantées. Dorian menace de lui trancher la gorge avec un couteau. *Bien, voici une situation peu réjouissante... Il commence réellement à me taper sur les nerfs ce con...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Ed Free
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2785
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 29

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 4095
Renommée: 7949
Honneur: 1289
MessageSujet: Re: Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier) Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier) - Page 2 EmptyMer 5 Jan 2011 - 21:45
Je fis tournoyer mon panneau (qui frôla mon magnifique pantalon et manquant de me faire trébucher). Ses sourcils étaient si froncés qu'ils se frôlaient. Fins comme des aiguilles, ils me répugnaient autant que sa tronche de babouin. Cet type m'avait clairement fait comprendre qu'il n'était pas le chef de cette foutue guilde, mais juste un de ses représentants les plus éminents si je puis dire. Ses oreilles m'indiquaient qu'il était un Voyageur, sa présence, que ce n'était pas la première bouse venue. Au moins aussi gradé que le Morpheur qu'on avait démoli dans le Marché aux Chats. Il serait donc la première victime ce soir.
Je m'arrêtais soudainement sur la table, position de trois-quart profil, position habituelle pour me combattre avec un objet aussi encombrant. Mon pied devant moi et l'autre derrière pour pouvoir avancer ou reculer à la vitesse de l'éclair au cas où y aurait une connerie quelconque. Ce mec avait un pouvoir, il ne me restait plus qu'à déterminer lequel. Connaître le pouvoir de son adversaire quand il était à peu près de votre niveau permettait d'avoir un super avantage sur lui s'il méconnaissait le votre. C'était un secret qu'il fallait conserver jalousement, et tout faire pour éviter de l'utiliser si vous pressentiez le combat long. Il fallait aussi doser son pouvoir, essayer de percevoir celui de son adversaire et tout faire pour éviter qu'il ne découvrit le votre. Un combat entre Voyageurs était une véritable joute intellectuelle et où le cerveau devait surchauffer pour proposer des stratégies convenables en quelques secondes. Bref, un pouvoir de Voyageur est une chose précieuse et...


« Gaffe à mon puissant pouvoir, je suis Contrôleur de la glace !!!
me sortit-il apparemment très fier. Je lui fis une drôle de tronche : ce connard venait de faire perdre une partie épique du combat ! Maintenant, on serait obligé de se foutre sur la gueule en criant n'importe quoi et en observant qui serait blessé et où. Je tentais un ridicule :
_ Cool. Moi je suis phobique des boîtes de conserve.
_ Drôlement drôle. »

En s'approchant vers moi sur la table, il se pencha pour ramasser un godet rempli d'eau minérale. Il jeta le liquide en l'air et je le vis briller par la lumière qui rentrait par les vitres. Puis dès qu'il redescendit à la hauteur de son visage, il fit une minuscule manipulation des mains, quelques flocons s'en échappèrent. L'eau s'arrêta de couler : c'était devenu une épée de glace, quoiqu'irrégulière. Il pointa sa nouvelle arme vers moi d'un geste gracile et me cria de me mettre en garde. Sans le vouloir vraiment, j'obtempérais en renforçant ma défense : mon panneau vint me coller plus près du corps. Nous étions à dix mètres l'un de l'autre sur la table. Quelques couverts reposaient sur les côtés, et je savais que quelques uns allaient périr. La table ne faisait pas plus de deux mètre de large.
Puis on s'élança l'un sur l'autre. J'évitais de hurler mais les poumons y étaient. Je commençais à charger mon coup avec mon panneau en faisant une grimace (on faisait toujours des grimaces quand on se combattait, mais personne ne s'en rendait compte). Puis il m'envoya un coup avec son épée. L'attaque fut rapide mais mes réflexes de survie avaient anticipé et je balançais aussi mon panneau dans la direction pour la parade. Mais au lieu de repousser l'offensive comme j'avais cru et de pouvoir contrattaquer férocement, l'épée se brisa en mille morceaux dans un tintement de verre. L'autre me regarda gauchement comme s'il n'avait pas prévu que de la glace se détruirait contre une barre de fer lancée à toute vitesse.

« Well, je pense qu'il va falloir y aller plus fort sur ce coup-là. »


Je tentais de lui foutre un coup de panneau mais il esquiva sans problème. Puis il prit une autre cruche et fit la même transformation qu'avant. Sauf qu'en même temps, il reconstruisit avec les morceaux de l'ancienne arme une nouvelle épée. Il en avait exactement une dans chaque main. Il repartit à l'assaut ceci fait. Son attaque ne réussit pas à me prendre au dépourvu et je parvins à briser sa première estocade d'une esquive et d'un coup de panneau (je fis tomber une assiette et ses couverts dans un bruit cristallin). Son épée se détruisit mais elle se reconstitua en quatre secondes après son annihilation. Il m'enchaîna direct avec l'autre lame de glace et je parais du bout de mon arme. Je tentais de lui décrocher sa tête de ses épaules avec un large balayage mais il se baissa sans problème. La première arme fut largement opérationnelle et il continua son offensive sans temps mort.
Le reste ne fut plus qu'une danse mortelle à moyenne distance où je perdais du terrain à vitesse élevée tandis que je ne le frôlais même pas. Ses lames s'évaporaient au prix d'une parade offensive de mon panneau mais se reconstituaient rapidement, faisant fi de leur mise à bas. J'essayais un moment de pénétrer dans son espace vitale pour le frapper au menton, esquivant avec souplesse son coup d'épée. Il se mangea mon poing dans le pif et recula, un pied en suspension en arrière. Je profitais de cette cassure dans son offensive pour lui envoyer quelques coups de panneau. Ce fut à moi de maîtriser le combat pendant une grosse trentaine de secondes. Le véritable problème avec ses lames étaient qu'elles ne pouvaient pas parer la puissance hautement destructrice de mon immense panneau. Il réussit à parer un coup en utilisant ses deux épées, mais elles volèrent en éclats, le laissant sans défense. J'avançais dangereusement pour lui asséner un coup. Mais devant mes yeux, il se construisit un bouclier de glace sur 360 degrés, l'englobant totalement. Mon panneau ripa sur cette protection beaucoup plus épaisse que ses anciennes créations. Quand il sortit de sa bulle, ses lames s'étaient régénérées. Il repassa à l'offensive, réussissant à déchirer mes vêtements au niveau du torse avec la pointe de son arme. Je commençais à me fatiguer tandis que lui était en pleine forme. Il enchaînait toutes les combinaisons possibles pour me mettre à mal, variant sans peine les tactiques pour me déboussoler. Je récoltai en deux secondes une entaille sur le bras et une autre qui m'ouvrit la cuisse. Si les blessures n'étaient pas profondes, la douleur était accentuée par le froid glacial de ses armes. Je réitérais la même tactique : foncer sur lui en profitant d'une petit faille. Je réussis à lui placer un coup de boule dans le front. C'était simple, il ne s'attendait jamais à ce que je débarquais aussi proche de lui avec une arme d'aussi longue distance. En un tour de panneau, je lui brisais ses deux armes, juste avant de lui envoyer mon Cédez-le-passage dans le ventre dans une estocade. Il s'étouffa et fut projetée en arrière comme le plus naze de tous ses sbires. Je voulus continuer mon œuvre mais il m'arrêta d'un coup de mur de glace. Mon épaule se heurta face à cette apparition et je fus arrêté net. Autour de moi, de nombreux verres et assiettes traînaient sur le sol, en miettes. Le type remit son monocle en place et reprit la parlote :


« Très intéressant. Mais quand vas-tu utiliser ton pouvoir ? A moins qu'il ne se résume à ce vulgairement vulgaire panneau.
_ Je peux te poser une question ? Pourquoi tu peux faire des trucs aussi impressionnants avec tes seules capacités, et tu te sens obligé de faire des lames à partir d'eau que tu congèles ?
_ Mais voyons, je savais qu'elles se détruiraient sous l'arme. Utiliser de l'eau pour construire ET reconstruire me prends très peu d'énergie, contrairement à si j'avais utilisé de la glace qui provenait de moi. Mais bon, on est presque à égalité et tu n'as pas utilisé ton pouvoir. Je vais être obligé d'y aller plus fort. Pauvre de toi, ce n'est pas avec ton panneau minable que tu vaincras notre chef.
_ Dis-moi, je pense que tu as trop vu de comics ou mangas toi. »


Il ne répondit pas mais sortit ses deux lames de ses mains. Elles s'étaient parfaitement régénérées depuis le temps. Je mis mes mains à mi-hauteur de mon panneau. Je gagnais ainsi en vitesse mais perdais en allonge et en puissance. Ce serait certainement assez contre ce crétin. Lui aussi fatiguait, ça se voyait à sa respiration qui se faisait plus lourde, ainsi que ses joues qui se coloraient. Ses créations de glace lui bouffaient de l'énergie, c'était évident. Puis d'un geste, il envoya le mur de glace qui nous séparait vers moi. Je sautais de la table tandis que le mur détruisait tous les couverts qui avaient eu l'audace de se mettre sur son chemin. Je voulus revenir sur le meuble mais ce boulet me bloqua le chemin avec ses dagues. En un tourniquet étrange, mes lunettes de soleil sautèrent de mon nez pour atterrit sur le carrelage, et une trace de sang découpa mon visage en deux. Je leurs jetais un coup d'œil : c'était bon, elles n'étaient pas cassées. Mon adversaire profita de ma distraction pour m'envoyer un coup de pied dans la tempe. Je valsais dans les airs avant de m'écraser. Tout l'air compris dans mes poumons fut expulsé. La douleur m'envahit le visage, le sang me sortait des narines. Mais ouf, mes lunettes n'étaient toujours pas cassées. J'aurais pu les écraser dans ma chute mais elles m'attendaient à-côté de moi. Je les remis sur mon nez, puis je me relevais.

« Les vrais mecs se doivent de porter des lunettes de soleil. C'était il y a quelques siècles qu'on se foutait des monocles pour paraître beauf. De nos jours, ça fait carrément stupide. »

Je mis mon majeur sur mes lunettes pour les recaser bien soigneusement sur mon nez. Il allait payer ce connard. Je lui envoyais derechef sans prévenir mon panneau sur la gueule. Son seul réflexe fut de faire un bouclier de glace, sur lequel la barre de fer rebondit. Je réussis à la reprendre dans mes mains et put remonter sur la table. Dès qu'il enleva sa bulle, je lui fis une attaque horizontale qui le cueillit dans les côtes. Ce fut à lui de quitter la table et de s'écraser par terre. Il se releva difficilement, la main sur le flanc et ce tout en grimaçant de façon terrible. Par la pensée, il créa une dizaines de pics de glaces qui volaient autour de sa tête. Il mes les envoya un par un pour essayer de me toucher. Le premier rebondit sur le triangle de mon arme, j'évitais le second et le troisième en posant mon pied sur une chaise avant de revenir sur la table. La quatrième, la cinquième et la sixième me filèrent des estafilades monstres en m'écorchant le poignet, la joue et les côtes. J'esquivais les dernières en feintant mes déplacements puis en parant le dernier avec le panneau. Puis fort de ma position, je sautais sur le Contrôleur givré, le panneau par-dessus la tête pour lui en coller une belle. Il esquiva sans difficulté, et le Cédez-le-passage se tordit presque sous la violence du choc. Le sol eut quelques petites craquelures. J'enchaînais direct en lui balayant les pieds. Il tomba une seconde fois, de justesse cette fois-ci. Je voulus encore l'aplatir sur le sol tel un cafard mais il effectua une roulade en arrière pour se prémunir de la mort. Il se remit debout, sa redingote sur la tête et se repositionna sur la table. Il fit un petit signe de main et une main géante, entièrement de glace, apparut au-dessus de moi. Je l'évitais à la dernière seconde tandis qu'elle s'écrasa contre le sol, envoyant plein de morceaux de neige dans la salle. Puis soudain, il fit apparaître la bulle de glace... autour de moi. J'étais complètement piégé maintenant. Je vis à travers la glace transparente la même main terrifiante se loger au-dessus de ma tête telle une épée de Damoclès. Quand elle commença à fondre sur moi (je gardais un humour dérisoire dès que j'étais menacé de mort) j'utilisais ma paire de portails pour la première fois de la nuit.

Premier portail : Sous mes pieds, dans la bulle même.
Second portail : A deux mètres du zigoto qui me regarderait périr du haut de cette longue table de banquet, la porte étant tournée vers le bas
Effet provoqué : Je fus projeté dans un vide pour réapparaître à-côté de la tête de cul. Je vis le poing écraser la bulle dans laquelle je m'étais trouvé, dans un bruit immensément clair. Le Voyageur se retourna au bon moment ... pour recevoir mon panneau dans la gueule. Il échoua pitoyablement sur la table, à bout de souffle.

« Alors guy, je peux te terminer tranquille ou pas ?
_ Ce n'est pas encore fini. Le Ice Rain n'a pas encore parlé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier) Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier) - Page 2 EmptyMer 5 Jan 2011 - 22:42
*Bien, je ne vais pas passer ma vie à taper sur ce mec ? Non ? Ce n'est pas lui ou cinq malheureux loup qui m'empêcheront de l'emporter. J'ai un peu soif, mais je suis en pleine forme et je ne risque pas de me retrouver dans le même état que Indy. Le pauvre, ils l'ont salement amoché. Sa diversion a bien fonctionné cependant. J'ai pu ouvrir la porte... Ou du moins commencer. M'enfin Ed doit être entré à présent. Avec un portail ou en forçant un peu le passage. Il n'allait pas rester dehors le temps que m'occupe de tout. Cela ne respecte pas le plan et en plus, c'est pas son genre du tout. Il ne cherchera pas une seule seconde à rester en arrière. Même blessé il en veut encore. Non, mon problème imminent c'est d'empêcher Dorian de trancher la gorge d'Indy. Je ne sais pas exactement ce qu'il attend de moi en échange. Que j'accepte de dire à tout le monde qu'il ma vaincu peut-être ? Ouais, ce type est un vrai kéké, ce doit être ça. Déjà pour se faire lieutenant de l'idiot qu'on est venu pulvériser... Je ne vais pas lui accorder cette faveur non plus. Ces loups ne me font pas peur et il oublie une chose, je suis l'intouchable. J'ai une bulle qu'il ne peut même pas espérer passer, mais surtout, je contrôle cette bulle. Et elle est invisible. Oui, vous avez compris, j'ai la Force, je suis un chevalier Jedi venu niquer un sale sith de merde et je vais te montrer ton inutilité, pauvre tâche.* Jacob lève sa main vers l'avant, intriguant ainsi Dorian, visé par la paume. Puis, il lui envoie un bras dans le nez, qui le fait tomber en arrière et lâcher Indy. *Ok, c'est pas la force, mais c'est la classe quand même ? Non ? Bref, les loups ! Il ne sera pas sonné longtemps et il faut que je sauve Indy moi !*

Les loups n'ayant pas reçu l'ordre de se jeter sur Jacob, ne l'ont pas fait, mais leur regard se précipite de leur maître à son vainqueur, ils comprennent que l'accord n'est plus nécessaire un instant trop tard. L'intouchable s'est précipité sur l'un d'eux et lui a attrapé la gueule à main nue. Il ne craint pas les crocs et écarte celle-ci avec force, tuant sa victime sur le coup. Un autre lui saute dessus et le mord à la nuque. Attaque tout aussi inutile ses dents se serrent sans effet contre la bulle. Profitant du fait qu'il soit sur son dos pour s'élever rapidement dans les air et écraser le loup contre le plafond. Le choc laisse une trace, une série de fissure sur le plafond. *Plus que trois !* Il redescent en piqué sur l'une de ses victimes qui hurlait inutilement dans sa direction. Il l'attrape et le jette sur un second en y mettant tout sa force. Les deux créatures sont sonnés un instant. Il peut projeter son pied dans la tête du troisième avec une telle puissance que sa mâchoire se brise. *Plus que les deux derniers et Dorian regrettera le jour où il s'en est pris à moi.* Il attrape l'un des loups et lui inflige une série de coups de poings qui finissent par avoir raison de lui. Il plaque le dernier au sol et le fait traîner sur toute une longueur du plancher l'empêchant de se défaire de son emprise et lui fracasse le crâne contre un mur. Les cinq créatures sont vaincues et ne reste plus que Dorian qui se relève, le nez en sang. Jacob le regarde avec un air des plus noirs.

*Non, visiblement tu n'as toujours pas compris qui je suis exactement et ce dont je suis capable. Je peux lire dans ton regard que tu ne crois pas une seule seconde que tu es réellement incapable de me toucher. Tu dois être en train de te dire qu'il y a bien une faille quelque part. Il doit bien y avoir un faille dans ma bulle. Un défaut. Ouais, il y en a un et un énorme. J'ai beau être invincible, elle me fait plus que mal cette saloperie, mais toi, tu ne peux rien contre moi. Je suis mon propre pire ennemi pour le moment. Ce soir je me fait des méchants. Ensuite, je chercher à me vaincre. Et toi tu as choisis le camp des méchants. Alors qu'il était tellement con de venir me voir et de me proposer de m'aider à crever. Là tu m'aurais vaincu. Maintenant ces trop tard, ce n'est pas toi qui me vaincra. Je vais te faire payer pour Indy et tu vas le sentir passer comme la merde que tu es réellement. Parce que rends-toi à l'évidence. Tu vas payer couillon !*

Et désireux de ne pas laisser ses pensées irrespectées, il court jusqu'à Dorian qui n'a pas le temps de chercher à esquiver, il pointe sa lame devant lui pour se défendre mais cela n'a pas grande importance pour l'intouchable qui ne s'en préoccupa pas plus. Il s'attrape ce bras tendu vers lui, puis la chemise de son adversaire au niveau du ventre et avec rage, soulève le voyageur au dessus de sa tête. *Dégage sale merde !!!!* Et Jacob jette son ennemi à travers la fenêtre vitrée qui donne sur le devant du château. Grey est contraint de faire une violente chute d'un étage plutôt haut.

*Bien. Nous en sommes débarrassé maintenant. Je ne sais pas combien il reste de voyageurs en liste? Mais celui-là ne posera plus de problème pour la nuit. Il n'a plus sa lame pour se suicider. Quoi que, je sais pas vraiment en quoi consiste son pouvoir, mais il a tendance à réapparaitre. Au moins, cela nous donne un bon répit. Indy ? Non c'est bon, il s'est assis, mais il est encore en vie. Son état est lamentable et il ne bougera plus d'ici, mais il survivra. Il en a vue de pires... non ? Enfin, je sais pas, mais dans ses films c'était le cas. Bref, il me fait signe qu'il va bien et me fait un joli sourire édenté, je suppose qu'il va bien donc. Je peux le laisser. Il faut que j'aille trouver le boss final maintenant. Ah ! Quand même, j'ai des bleus maintenant et ça fait mal. Heureusement que l'air est encore assez pour que je puisse récupérer de ce côté là, mais ça ne durera pas et je le sais. Il faut que j'y aille. Que je me grouille un peu. Viendra un moment où je ne pourrais plus me battre.*

Jacob file donc vers le couloir à la recherche de son ennemi, ou de Ed, à vrai dire, il ne sait pas vraiment sur quoi il va tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Ed Free
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2785
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 29

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 4095
Renommée: 7949
Honneur: 1289
MessageSujet: Re: Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier) Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier) - Page 2 EmptyJeu 6 Jan 2011 - 1:06
Je me demandais ce qu'il allait me préparer. J'avais tout de suite compris que c'était le nom d'une technique, mais j'avais peur des conséquences sur la victoire finale. J'avais réussi à dominer le combat pour le moment mais j'avais sacrifié dernièrement la méconnaissance de mon pouvoir. Maintenant, ce gars savait à quoi s'attendre de moi. Pas besoin d'être Holmes pour voir saisi que je faisais des portails, ou qu'au moins, je me téléportais pour asséner des coups en traître à mes adversaires. C'était le dernier acte mes amis. Je pouvais le sentir rien qu'à la fatigue de mon nouvel ami à tronche de babouin déguisé en majordome : il n'en pouvait plus physiquement et mentalement. Sa redingote était toute salie, ses bras tremblaient de l'utilisation répétée de son pouvoir. Il allait devoir m'achever maintenant ou alors le combat était fini pour lui. Je devais penser que le pauvre Jacob avait fini de son côté et qu'il devait m'attendre patiemment allongé dans un transat, le journal à la main ainsi qu'un petit café avec de la crème chantilly par-dessus. Mes poings se serrèrent autour du panneau de signalisation : bon sang, même quand je pensais à lui, il me faisait chier ce connard de Jacob ! J'allais expédier l'autre ad patres, puis j'allais lui faire bouffer sa chaise longue.
Une concentration énergétique intense passa dans le corps du Contrôleur des glaces : comme moi quand j'utilisais mon super découpage inter dimensionnel. J'avais une bonne raison de m'inquiéter maintenant. Fallait toujours que les pires conneries tombaient sur moi. Et en parlant de tomber. Je pouvais voir se former proche du plafond (près de ce plafond, il y avait un lustre en cristal, c'était un détail inintéressant pour la bataille, mais j'aimais les lustres en cristal), des sortes de pics à glace comme ceux qu'il m'avaient envoyés tout à l'heure. Sauf qu'il y en avait dix fois plus. Et que d'autres se formaient au fur et à mesure. Mon sens d'analyse (et mon anglais, même déplorable) me firent comprendre que ce type créait de la pluie de glace autour de lui. Une pluie légèrement plus givrée et beaucoup plus dangereuse que la bruine de Bretagne. Un mec qui se reçoit ça dans la tronche fini illico presto à l'hôpital. Le gars qui a la bonne idée de se faire planter trois trucs comme ça dans le crâne termine dans un cercueil. En remarquant un peu plus de détails à propos de ce pouvoir, je compris facilement que le Contrôleur était l'épicentre de la pluie en question. C'était aussi un bouclier hyper efficace que je devrais désamorcer pour m'emparer de la première hanse de la victoire finale. Mais franchement... désolé mec. Parce que des types qui possèdent une défense impénétrable, j'en connais au moins un qui envoient aux oubliettes tous les boucliers au monde. Et pour l'avoir affronté plus de fois qu'à mon tour, je peux te dire que j'étais devenu un as en ce qui concernait de détourner les systèmes de protection.
Puis la pluie commença à tomber : des pics volèrent dans la pièce avant de s'écraser sur le sol dans un bruit cristallin, inondant la salle de petites congères. Et les pics se reformaient au plafond pour mieux atterrir sur la table. Dommage pour toi, car j'avais déjà un portail au-dessus de ma tête. Certes, il était tourné vers le bas mais il suffisait que je le tourne pour qu'il balança directement tous les pics à glace dans le premier portail, qui se tenait fièrement dans l'ancien ex-bouclier de glace dans lequel il m'avait emprisonné. Mon adversaire s'approcha de moi, et constat vite que la pluie ne m'atteignait pas. Je venais d'inventer le premier parapluie inter dimensionnel. Toutes les gouttes glaciales disparaissaient au-dessus de ma tête pour réapparaître loin de là. Et comme j'avais emprise sur le même portail, je n'étais pas obligé de brûler une autre paire pour pouvoir le bouger. Je devais juste faire attention à ne pas trop m'éloigner pour garder le portail bien au-dessus de ma tête. J'avais beau dire que je pouvais le contrôler, il suffisait que je reste sans protection pendant une seconde pour me mettre en danger.
L'autre sortit ses deux épées de glaces habituelles : je remis mes mains au milieu du panneau pour pouvoir contrer plus facilement ses attaques rapides. Le duel reprit de plus belle : j'étais sur la défensive, mais je bougeais bien. A chaque fois qu'il me faisait défaut et que je devais me déplacer, je faisait toujours attention à faire mouvoir mon portail au-dessus de ma tête. Ce n'était pas très compliqué mais une erreur et j'étais fini. Le duel par armes reprit et je compris un peu tard la position délicate dans laquelle j'étais : je ne pouvais plus utiliser mon pouvoir sans me mettre à la portée des missiles de glace qui tombaient continuellement. Ce serait par le corps-à-corps que je devais dominer. Et pour le faire reculer et le rendre plus prudent, je lui envoyais une série de coup qui visait les deux épaules, puis la tête. Mes attaques étant plus rapides, il avait moins de temps pour préparer ses armes qu'auparavant. Il reculait, me permettant de l'attaquer plus facilement. Mais je n'étais pas tombé sur le premier gland venu : juste après que je lui envoyais une large attaque horizontale, il bloqua mon panneau pour l'empêcher de bouger avec une de ses lames. N'ayant plus d'élan, je ne pouvais plus détruire ses armes rien qu'en appuyant. Et surtout, il avait une main valide. Je poussais avec mes deux bras et me dégageai ainsi de son étau. Mais la seconde lame siffla entre mes côtes. J'eus un hurlement de douleur : la blessure serait moins légère que les autres. Elle saignait assez et à chaque mouvement, c'était un ruisselet d'hémoglobine en plus qui dégoulinait sur mon pantalon. Il finit son attaque par un coup de pied qui me frappa à ces mêmes côtes. Je dégringolais comme une loque au-delà de la table. Je me relevais en tirant une tronche de constipé, jusqu'à ce qu'une congère me fit une estafilade le long du crâne, manquant de découper une branche de mes verres teintés. Merde, le portail !!! Je le déplaçais illico presto au-dessus de ma pomme. Voyons voir, qu'est-ce que je pouvais faire ? Il me dominait au contact, d'un gros doigt. Je devais... Ohoh oui. Ce que j'avais compris, c'était qu'il possédait un réflexe agaçant : dès qu'il ne pouvait plus se protéger, il utilisait son bouclier de glace alors qu'il pourrait esquiver sans dommage. C'était ce qu'on appelait l'instinct de survie.
Puisqu'on était dans la même configuration au moment où je lui avais balancé mon panneau (un geste qui l'avait fort surpris), je fis de même en espérant que son inconscient réitère la même parade qu'avant. Mon arme s'envola en sifflant l'air tel un tourniquet auquel les enfants ne devraient pas jouer avec. Il balaya les pics de glace qui se trouvaient sur son chemin pour parvenir jusqu'à mon ennemi du jour. Ce dernier se défendit exactement de la même manière : une bulle de glace solide le transforma en bonhomme de neige congelé. C'était à moi de jouer maintenant ! De plus, la pluie avait baissé en intensité, certainement à cause de l'usage de la protection.

Premier portail : Devant moi, prêt à m'accueillir.
Second portail : Prêt du panneau qui rebondissait joyeusement contre la paroi.
Effet provoqué : J'envoyai mes bras dans le portail afin de réceptionner mon arme facilement. L'élan d'adrénaline que j'avais reçu me permit de réceptionner le panneau malgré son poids excessif. Je ramenais mes bras, tirant hors du portail mon Cédez-le-Passage. Tout cela se fit en moins d'une seconde. Puis, je décalais le second portail pour qu'il entra dans la bulle, prêt du visage du mec (cette tronche ne me revenait vraiment pas). Je chargeai mon coup et envoya le panneau dans le premier portail pour qu'il percuta le Contrôleur dans sa bulle. Il se fit exploser par le coup violent à la tempe auquel il ne s'attendait pas, puis contre la paroi de son propre bouclier sous le choc. Toutes ses techniques de glace se volatilisèrent, maintenant qu'il était complètement KO.


« Et deux boules pour les Private Jokes, deux. »


Son corps n'avait pas disparu, je pouvais donc en déduire qu'il était complètement groggy sans être mort. Voilà un gêneur en moins pour la nuit. Pas besoin d'appeler la police ou un truc dans le genre, c'était le boss dont on allait s'occuper. Je quittais le banquet en courant, bien exténué de ce combat. Ma vision se faisait trouble, mais je sentais la patate qui m'envahissait. Et comble de chance pour moi, je réussissais à ne pas trop me perdre cette fois-ci. En fait, c'était simple de se retrouver dans un château, quand on cherchait la salle du trône : il suffisait juste de chercher près des grandes pièces.
Alors que je poursuivais ma quête du grand méchant, je venais à me poser plein de questions. Déjà, je me demandais où était Jacob (et aussi où était Indy mais il ne devrait pas trop avoir de problèmes). J'espérais qu'il allait bien parce que je pourrais à peine me refaire un type aussi fort que le givré que je venais de me taper. Alors un type encore plus balèze en solitaire, non merci. Donc, il faudrait pas trop faire de zèle si je le trouvais avant Jacob. De plus, j'aimerais savoir si y avait vraiment ce gros connard dans ce château, ou si c'était juste une base de méchants normaux. Certes, le palais était grandiose, c'était la planque parfaite, un Royaume abandonné entouré de créatures aussi féroces qu'affamées. Mais peut-être que le connard de Morpheur du Marché au Chat nous avait juste envoyé ici en espérant qu'on crève. Et sinon dans le pire des cas où on tuerait tout le monde, on n'aurait pas eu de victoire significative. Ça se tenait. Mais les dires du Contrôleur de la glace me revinrent en mémoire : je n'avais aucune chance contre leur boss. Je pouvais facilement en conclure qu'il était quelque part dans les environs donc. Il ne restait plus qu'à le trouver.
Mais ! Et si... et si... et si ce connard de Jacob l'avait trouvé avant moi et qu'il lui aurait démoli la gueule sans moi ? Oh non, je ne pouvais même pas envisagé cette possibilité. Mais bordel, c'était le big boss quoi ! Il avait pas le droit de ne pas se le faire avant moi, ou sans moi ! Pitié quoi ! Il en était capable cette ordure en plus. Je voyais bien la scène : « Yo je m'appelle Jacob Hume dans ma bubulle et je ne sers à rien. Comme je suis jouasse, je vois peut-être le grand méchant (Dark Vador, Voldemort, etc.) mais je ne le combattrais pas parce que je suis jouasse et que je ne le ferais pas sans mon magnifique coéquipier Ed. Mais ! Il essaie de me parler. RAH, les gens qui essaient de me parler, ça m'énerve, ça m'énerve. Mais ordure, je t'entends pas, tout le monde devrait le savoir non ? Arrête de bavasser, ça m'énerve, ça m'énerve. Mais ! Il frappe sur ma bubulle. Il n'y a rien de plus emmerdant que des gens qui frappent sur ma bubulle, rah. Arrête de t'exciter, ça m'énerve. RAH, PAN dans la gueule. Étalé en un coup et j'emmerde Ed ! Voilà ! »
Une analyse fine de mon coéquipier, je le voyais parfaitement faire ça en plus, alors que j'avais grossi les traits.
Et enfin, j'arrivais dans la salle du trône !!! OH YEAH !!! Et y avait un type sur le trône !!! OH YEAH !!! Et y avait pas Jacob !!! OOH YEEEEAAAAAAHHH !!!!!! Le gars en question sur son trône avait un physique inquiétant et surtout une aura démoniaque. C'était à coup sûr le type le plus costaud que j'avais jamais combattu. Même Jacob se plierait face à cette taille qui dépassait le mètre quatre-vingt dix, ce torse sculpté en dieux grecs, cette de manière de vous regarder comme s'il pouvait vous châtier de la terre, et ses cheveux blonds gominés en arrière. De plus il était drapé dans un long manteau noir en cuir, qui le rendait plus terrifiant, plus imposant. Oulalala, Jacob avait intérêt à rappliquer ses fesses par là. Mais cette impression de danger venait surtout de sa paire de lunettes de soleil, particulièrement sombres. Sa voix ressemblait à un mélange de cacao pur concentré et du Porto, saupoudré de méchanceté mal feinte :


« Donc, c'était toi et tes compagnons qui avaient foutu le ramdam chez moi la nuit dernière ?
_ Je suppose que tu es le Big Boss de toutes ces conneries.
_ Je suis effectivement l'investigateur d'un plan de conquête effroyable qui a pour but d'envahir la zone 1 de Dreamland. C'est-à-dire, l'endroit où se concentrent le plus de Rêveurs. Et si je fais tout ça, c'est parce qu'être le Maître des Rêves, ça doit être tout bonnement le pied.
Je suis Clane. »


Tout en disant cela, il se leva de l'immense trône pour s'avancer vers moi d'un pas sûr. S'il devait être aussi confiant, c'était peut-être parce qu'il me voyait dans un piteux état. Je pris mon panneau dans les mains, prêt à la baston. Et je répétais que ce couillon avait intérêt à répliquer le plus vite possible parce que j'avais pas envie de me farcir la part du lion tout seul. Elle semblait terriblement dure à mastiquer.
Sans trop de prérogatives, il m'envoya la paume de sa main dans la figure, faisant trembler sa longue veste d'ébène. Je l'évitais sans problème et essaya de lui envoyer mon panneau en pleine figure. Il fit un petit mouvement de la tête et le triangle qui incitait à la prudence les automobilistes passa près de son visage sans l'effleurer. Je tentais le même coup dans l'autre direction sans plus d'effet. Il essaya de passer ma défense mais j'essayais d'enchaîner les coups pour éviter qu'il me foute une baffe monumentale. Il avait l'air de se débrouiller en Klaus Combat, vu sa technique avec la paume. Ma stratégie pour l'empêcher de venir trop près de moi pour ne pas rendre mon panneau inutilisable était bonne mais bien trop fatigante. De plus, c'était un expert en cet art martial militaire très dangereux. Et j'oubliai un peu vite qu'il pouvait m'enlever une arme avec les mains. Car alors que mes offensives ralentissaient, il en profita pour faire une étrange clef de bras rapide. Mon panneau s'envola en l'air et je fus désarmé. Il fondit vers moi, la paume prête. Je parais son premier coup, son second coup, son troisième coup, son quatrième coup, son cinquième coup et lui envoyais même une mandale dans l'épaule. Il fut surpris, déséquilibré. Je lui envoyai un coup de pied qu'il para avec aisance. Dommage pour toi, cheveux gominés, je savais me battre aussi en Klaus Combat. Je savais les enchaînements les plus basiques, d'où ma facilité à avoir lu dans tes gestes. Mais passée la stupeur du premier instant, Clane reprit bien vite du poil de la bête. Il était beaucoup plus fort que moi à ce jeu-là et je le sentais directement : il avait beaucoup plus de self-contrôle, beaucoup plus de maîtrise de son corps. C'était le genre à étaler des Voyageurs sans utiliser son pouvoir. Je faisais bien pâle figure face à lui. Pas mal de ses coups me rebondirent en pleine face.
Par miracle, je fis attention à ne pas trop me prendre de coups graves, en déviant ses paumes. Par contre, mes joues avaient bien pris et mon visage avait commencé à gonfler comme un boxeur au second round. Et par un joli enchaînement que j'avais peine à prédire, il m'attaqua avec une claque faciale que je me mangeais en pleine tronche. Et tandis que je tombais à la renverse dans le milieu de la salle, je pus voir au ralenti mes lunettes quitter mon nez, et ses verres se détruire sous le choc. Je hurlais tandis que je percutais le sol mais je ne m'entendais plus. Ce connard avait touché à mes lunettes de soleil, il allait le regretter. J'allais me mettre à fond maintenant. J'avais économisé mes portails parce qu'il n'avait pas utilisé son propre pouvoir mais j'allais lui faire payer cash maintenant sans me soucier des tactiques.
Je me remis debout, les joues cramoisies. Ma fatigue venait de s'évaporer. Je me jetais son mon adversaire sans me soucier des dégâts que je prendrais en même temps. Heureusement pour moi, le dieu des crétins me jetait un regard compatissant : Clane ne s'attendit pas du tout à ce que je réagisse de façon aussi violente et brouillon. Je pensais à la boxe tout à l'heure, et j'avais trouvé que c'était une bonne idée. Je lui envoyais cinq frappes dans l'estomac mais il se défendit avec ses bras. Puis je finis sur un uppercut. Son réflexe fut de lever la tête pour essayer d'éviter la frappe. Ce qu'il réussit avec maestria je devais avouer. Il recula d'un pas et m'applaudit :

« C'est bien, tu sais te battre. C'est trop peu pour m'avoir mais je te félicite de donner toutes tes forces ainsi.
_ DE UN ! T'entends des bruits de pas au loin, non ? C'est mon pote Jacob. Face à lui, tu passeras pour une tantouze complète et tu préféreras te suicider de Dreamland pour ne plus avoir affaire à lui, et tu te mettras à la danse ballerine. DE DEUX !
_ NAAAAN !!
_ Et si ! DE DEUX donc ! Mon uppercut ne t'a pas touché, mais j'ai attrapé tes lunettes de soleil, mon objectif depuis le départ ! »

D'un sourire triomphant, je les jetai sur le sol. Puis je les piétinais sans relâche jusqu'à ce qu'elles ne ressemblasse qu'à un tas de verres brisés.

« NAAAAAAAAAAAAAAAAANNNN !!! »


Le pauvre gars était exactement comme moi ! Ben tiens, quel hasard ! Mais au lieu de se jeter sur ma personne pour récupérer les débris de ses lunettes, il se tenait la tête en proie à d'horribles migraines. Pauvre gars, je le plaignais. Je savais que j'avais fait des choses horribles mais c'était un méchant et il le méritait. Ses lunettes n'étaient plus. Il continuait à gesticuler et à reculer comme si je venais de lui planter un pieu dans le front. Jacob déboula à mes côtés (ce sale con allait parfaitement bien mais je préférais ne pas trop relever). Le type était à maintenant à un mètre devant son trône et se prenait la tête. Puis d'une voix déformée par la rage, il nous hurla :


« Bande de connards de merde !!! Vous avez ruiné mes projets de terreur dans Delirium City ! Vous avez dévasté les casinos qui me finançaient ! Vous avez réduit à néant la décapitation royale du gouvernement du Royaume des Chats ! Et vous venez de me faire chier à cause de votre justice ! Vous venez aussi de me détruire mes lunettes de soleil !!! C'est impardonnable !
Vous savez qui je suis ? Je suis un ministre très influent en Russie. Je suis peut-être jeune, mais j'ai le pouvoir et la puissance. Mais alors que je voulais me proposer comme président de notre sainte patrie, je me fais évincer par Poutine qui a réussi à trouver un pigeon pour continuer à asseoir sa domination sur le pays ! Mais étant Voyageur, je me suis dit que je pourrais surclasser cet énergumène en contrôlant les gens dans leur subconscient. Pas besoin d'aller chercher noise dans la zone 2, si ce n'était pour mieux assurer ma royauté sur la première zone. Je voulais juste contrôler la première des zones, pour ne pas que trop de Voyageurs interfèrent avec mon projet. J'aurais pu démontrer que je valais plus qu'un simple ministre qui devait se plier face aux règles d'un seul homme. J'aurais pu lever une armée avec tous les nouveaux qui auraient été obligés de s'incliner devant moi pour ne pas mourir.
Je suis Clane dit « Le Félon », et je ne vais pas tarder à vous écraser la gueule. Mon plan peut encore se faire ! J'ai de nombreuses guildes à disposition, je peux encore conquérir la Zone 1 ! Mais pour ça, je vais devoir vous éliminer de ce monde. »


Je ramassais mon panneau tandis qu'il me jetait sa logorrhée au visage. Je revins aux côtés de Jacob et lui souffla inutilement :

« Lui, c'est un vrai méchant. Ca se voit au fait que les vrais méchants diaboliques sortent toujours un discours tyrannique avant de s'en prendre à leurs ennemis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Jacob Hume
Surnom : L'Intouchable
Messages : 688
Date d'inscription : 29/05/2010

Arpenteur des cauchemars
Jacob Hume
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 570
Renommée: 2743
Honneur: 535
MessageSujet: Re: Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier) Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier) - Page 2 EmptyVen 7 Jan 2011 - 0:28
*Putain, ce type est méga vénère. Je sais pas ce que Ed a fait mais bordel, ça en jette. Il est lancé dans un de ces fameux discours de méchant si je ne me trompe pas. Oui, ça doit être ça. Tous les grands méchants qui se respectent font ça. Dans les films de James Bond, il lui font même la visite assistée de leur base secrète en leur disant tout ce qu'ils vont faire et surtout comment qu'il faut faire pour les arrêter. Alors là James Bond lui tue son méchant super fort, mais super con qui l'accompagne toujours et il arrête le méchant et son plan méga diabolique juste à la fin, lorsque le compteur de la bombre arrive sur 007. Bref, un méchant est con par définition. Il se sent obligé de l'ensemble de sa machination diabolique parce que comme il y a toujours des idiots d'espion anglais pour sauver le monde, ça sert à rien et personne ne se rendra jamais compte à quel point il est méchant et diabolique. Moi je dis qu'en faite, ces type ont un gros soucis d'attention. Dans leur enfance, je sais pas, il a du se passer un truc qui fait qu'ils ont toujours l'impression qu'on a pas assez les regards braqués sur eux. Du coup, il font mine de détruire le monde histoire qu'on les remarque un peu. J'en sais rien moi, ils étaient pas assez aimés par leur maman, ou n'avaient pas l'attention de leur père. Bref, je suis pas Freud, mais je pense que tout ça vient de l'enfance. C'est pas vraiment des psychopathes non plus, donc la thèse du viol collectif à la Outreau, ou le fait de s'être fait battre toute son enfance n'y sont pour rien. Non à mon avis, c'est un truc plus simple, genre un père alcoolique qui dormait tout le temps ou un père méga renfermé sur lui-même et méga strict. Bref, je divague là. Il faut qu'on le bousille ce méchant. Bon, le grand truc con, c'est que je suis peut-être comparable à un James Bond ou autre sauveur de la planète à qui ont fait un exposé complet sur comment détruire le monde, j'entends rien. C'est con, je vais pas savoir quel fil couper ! Enfin... s'il faut couper un fil...

Enfin bon je considère que Ed et moi on est un peu des super héros qui sauvent le monde sans que personne ne le sache. Nan mais c'est vrai. On est un peu les deux chevalier de la justice là. On va taper sur des méchants alors qu'ils ont même pas encore été reconnus comme des grand méchant par la communauté internationale des grand méchant. Je veux dire, pour avoir sa carte dans le club, faut avoir fait un truc vraiment méchant et pas uniquement dans l'ombre. Il faut avoir fait un truc qui flash, genre voler la lune ! Ça c'est cool et diabolique, mais c'est pas drôle, personne l'a encore fait. Mais bon, de notre côté, on était quoi ... Batman et Robin... Ouais, nan pas eux. Lucky Luke et Jolly Jumper ? Ouais non, pas eux non plus... Ah, je sais ! Les frères Bogdanov ! Euh, non, c'est pas des super héros. Bref, je vois pas mieux que Batman et Robin. Parce que bon, je peux pas non plus dire Lois et Klark ! Bref, non, nous sommes Jacob et Ed ! Les deux mecs virils des Private Jokes ! Nous sommes déjà des héros célèbre ! Je m'en passerais bien d'ailleurs, mais bon, on peut pas vraiment faire autrement là... Bref, pourquoi qu'il s'énerve au fait ? Tiens, des lunettes cassées. Alors là je comprends plus rien ! C'est Ed qui devrait dans tous ses états ! Pas le méchant qui a réussi à les lui arracher. C'est pas logique tout cela... À moins que... Oui, une deuxième paire. Et putain ! Je suis en présence de deux kéké accros aux lunettes de soleil. J'ai une super veine... Je déteste Dreamland, je déteste Ed, je déteste ce mec... Stop ducon !*


Le méchant a enfin fini son discours et dans la rage la plus absolu dirige sa fureur contre Ed, mais Jacob intervient. Il lui envoi un bras dans le nez qui le fait chuter en arrière pris dans son élan. *Bon, ça l'a surpris, mais ça marchera pas deux fois aussi bien. Si le coup n'était pas invisible, il ne serait sûrement pas passé. Oh, oh je crois que je l'ai énervé. Il est pas content, mais pas content du tout à mon avis. Entre Ed qui lui a cassé ses lunette et moi qui lui ai frappé le nez, il doit être méga vénère là. Mais, bordel, il nous fait quoi là ? Pourquoi il se déssappe ? C'est un combat de strip ou quoi ?* Le voyageur cauchemar enlève son beau blouson en cuir noir, le remet en forme, frappe le cuir pour que la poussière s'en aille, puis le dépose délicatement sur le dossier de son trône. Le tout en ruminant des paroles machiavéliques à leur encontre, puis il vient se mettre au milieu de la salle. *Ed, tu as compris quelque chose ?* Mais la réponse vient d'elle-même car pour être réellement énervé, il est énervé, et il décide de sortir le grand jeu en usant de son pouvoir. Une transformation complète en énorme créatures monstrueuse avec deux pères de bras, des griffes et tout un attirail de cornes, de dents autres puissantes armes naturelle d'un monstre haut de huit mètres !

*Aaaaah ! Bordel ! Un monstre, un putain de gros monstre, comme le dernier ! Tain j'en ai marre de ces grosses créatures. Je peux pas les battre ces connard là ! J'ai pas la force ! Et eux ne peuvent rien contre moi par contre. C'est con. On a avoir encore une combat super long. Ed est là, mais il n'a pas les même protections. Mais il a ses portails. Bref, je sais pas s'il peut réellement m'aider vaincre, mais au moins a-t-il une force de frappe. Nous deux combiné ? Ouais, ça pourrait marcher ! Mais va falloir qu'on se coordonne et le problème avec Ed... c'est que c'est pas vraiment facile. Arg Attaque !*

Le monste s'attaque, puissant et ravageur, hurlant toute sa colère et sa haine. Jacob tente de nouveau de l'arrêter avec un bras, mais c'est inutile, l'autre ne ressent rien. Voyant l'une des griffes s'approcher trop de lui, il change la forme de sa bulle en celle d'un ballon pour ne subir aucun dommage. Le monstre écarte la bulle et donc Jacob sans difficulté? Puis tend ses mains pour attraper Ed. *Je déteste Dreamland.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Ed Free
Surnom : Le Ed Free
Messages : 2785
Date d'inscription : 27/05/2010
Age du personnage : 29

Voyageur d'élite
Ed Free
Voyageur d'élite

Carte d'identité
Essence de Vie: 4095
Renommée: 7949
Honneur: 1289
MessageSujet: Re: Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier) Nettoyage Total 4 : Chapitre Final (où ça va chier) - Page 2 EmptyVen 7 Jan 2011 - 12:12
A chaque mot que le Big Boss prononçait, un frisson me parcourait le corps comme une décharge électrique glacée. Ce n'était pas parce que sa voix aussi mielleuse que maléfique me filait la frousse, mais plus son discours était long et plus il semblait dangereux. Parce que les vrais méchants faisaient de longs discours, des monologues shakespeariens, des tirades qui jetaient celle de Figaro aux oubliettes. Maintenant qu'il avait fini, je pouvais comprendre l'étendue de sa colère, qu'il dirigeait contre ses ennemis. On était obligé d'être là pour lui Jacob et moi. Comment dire, on devait être ses Nemesis. Je pensais qu'il devait être ravi d'avoir des adversaires afin que des gens puissent le prendre pour un méchant diabolique. Ce n'était de cette façon que les méchants diaboliques pouvaient être entiers : qu'ils aient des ennemis à leur hauteur, près desquels ils pouvaient se confier, une sorte de journal intime. Si on n'avait pas été là, il aurait peut-être conquis en un tour de main la Zone 1, mais il aurait été un peu triste qu'aucun adversaire qui constituait les peuples du monde libre ne sache jusqu'où il était allé avec ses plans diaboliques. Mais il n'était pas temps de rendre hommage à son intelligence : Jacob et moi étions les gentils de cette affaire et notre rôle consistait à lui péter la gueule. Pour nous, mais un peu aussi pour les pauvres êtres qui n'avaient rien demandés. On allait régler l'affaire à la Private Jokes : dans un concert viril de hurlements, de sueur et d'hémoglobine mêlée au marbre du palais.
Clane essaya de foncer vers moi pour me foutre un coup (je ne savais toujours pas son pouvoir à cet enfoiré). J'étais prêt à le recevoir avec un magistral coup de panneau dans ses yeux pour lui rappeler qu'il n'avait plus de verres à disposition mais mes bras étaient un peu engourdis. Jacob fut moins douillet : je vis Clane se prendre un coup invisible en plein dans le nez et basculer vers l'arrière comme un sac de patates malodorants. Bordel, vu comment il se relevait (lentement mais avec une violence accrue), il n'était pas vraiment content. Puis enfin il fit un truc intéressant. Il nous dénigra totalement et enleva sa longue veste. Voilà, maintenant on allait devoir tâter de son pouvoir. Il n'y avait rien de plus suspect que d'enlever son manteau. Bon certes, un imper aussi long n'était jamais pratique pour se battre. Mis à part HellBoy, personne n'était à l'aise dans ces essuie-poussière. Il se montra en débardeur noir qui dévoilait des muscles puissants. J'attendis encore qu'il se prépara. Son torse était parfaitement rasé ce qui m'étonna d'un politicien. Puis il enleva aussi son haut pour être parfaitement torse nu. Je n'aimais pas ça : on pouvait largement se combattre seulement avec un débardeur. Je fus conforté dans ma thèse du pouvoir qu'il allait bientôt utiliser. Je pourrais même vous dire qu'il y avait de grandes chances que ce soit un Morpheur. C'était eux qui devait subir des transformations physiques malsaines qui pouvait déchirer leur vêtements comme une feuille de papier écartelée. Malheureusement, l'avenir me donna raison avec un sourire ironique. Peu à peu, l'homme qu'était Clane commença à se disloquer, à se briser de toutes les parties de son corps. Sa peau se fonça pour atteindre le gris. Il nous fit un sourire diabolique :


« C'est la dernière fois que je vous parle ! Ainsi, je vous dis adieu ! »