Haut
Bas

Partagez|

Rencontres (PV: Willy Bell)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Rencontres (PV: Willy Bell) Ven 17 Déc 2010 - 23:12

Un petit oiseau bleu se posa en face de moi, piochant avec son bec les dernières miettes laissées par une femme plus âgée qui m’avait gentiment cédé ma place sur le banc peu solide. Sous mon poids léger, il n’avait pas bougé. Doucement, mes yeux revinrent à la réalité, je m’étais laissé emporter dans mes rêveries. Fixant le ciel bleu manquant de nuage, je repensais à ce rêve. Comment une chose pouvait être si réel et si fantastique en même temps, comment un cauchemar pouvait se transformer en rêve. Je me décidai à me lever et à marcher nonchalamment à travers les gens, les bouts de papier au sol, mes pas craquant au contact des cailloux rouges. Ma petite jupe bleue s’arrêtant à la fin des cuisses suivait le mouvement du vent avec une finesse sans fin, mon haut de marin aussi. Le cartable à la main, je ressemblais à une de ces filles sortit d’un manga, mais je l’ignorais.
Je me dirigeais avec une petite appréhension comme avant chaque répétition. L’angoisse de ne plus plaire à mon groupe que j’avais pris tant de temps à trouver. Certaines fois, je n’avais aucune envie de m’y rendre, mais la passion de la musique et du chant m’y poussait contre mon gré. Je marchais donc le plus lentement possible vers ce qui nous servait d’entrepôt. Je sentais des regards sur moi, pourquoi, je ne savais pas. Sûrement à cause de ma façon de marcher, un peu ailleurs, le regard au sol, les pieds se croisant volontairement. Je suis comme ça, qui ne m’accepte pas, aille ailleurs.
Je repris une marche normale, me répétant sans cesse les dernières paroles d’une des chansons. Ce rêve m’avait fait oublier mes responsabilités. La peur semblait s’être estompé, mais je ne pouvais le savoir ne voyant pas des personnes jouer à ce jeu stratégique qu’est l’échec à tous les coins de rue. La tête prise de petites angoisses qui en créèrent une plus grande les réunissant, je préférais regarder les gens autour de moi, peut-être eux aussi étaient plein de questions. Si oui lesquels ? Ou était-je la seule à me questionner ?
Je levais la tête puis jeta un coup d’œil vers la droite, un homme vêtu d’un pantalon relâché et d’un gilet usé, écoutait en balançant la tête une musique avec un casque décorée de par et d’autre. Vers ma gauche marchait un vieux couple de tenant par le bras et parlant des ragôts de la dernière fois. Ils ne se souciaient de rien, ayant déjà tout accomplit. Aucune question ne devait les angoisser. De l’autre côté de la route, un peu plus loin, j’aperçus un aveugle tapant de sa canne le trottoir.
Tous ses petits bruits créèrent une musique nouvelle. C’est pour cela que j’aimais me balader ici. J’avançais avec plus d’entrain à présent, sans pour autant me presser. Mon cœur était plus léger, au moins si mon groupe tentait de me rejeter ou alors se lasserait de moi, j’aurais une nouvelle chanson à leur présenter, un nouveau thème.
Je pris un bol d’air avant de marcher d’un pas calme, à la recherche d’autres thèmes avant d’arriver sur le « champs de bataille.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Rencontres (PV: Willy Bell) Sam 18 Déc 2010 - 1:36
Il faut bien se le dire le repos de l'esprit et parfois bénéfique pour que les rouages de l'intellect et du raisonnement se remette en place, j'avais à peine pris le temps de boire mon café à mon snack bar favori que j'étais déjà en train de me faufiler dans les rues de la ville. Le tumulte de mon âme avait engendrait une certaine tristesse qui m'avait d'ailleurs fait somatisé, l'envie oppressante de fumer avait fait que je descendais le contenu de mon paquet à vitesse lumière, pourtant je n'aimais point faire certaines choses pour n'arrivait finalement à une no finalité sans conséquences, n'y dépassement de soi. Pourtant ces messies du diable faisaient en sorte que je parcourait mon chemin l'esprit léger perdu dans le néant de mes pensées sans jamais contrecarrer mes objectifs, avoir mon diplôme, pouvoir sortir mes parents de la misère et surtout pouvoir les retrouver et ainsi revivre dans la passion et la sérénité. Avec ma chemise rouge à col relevé, mon gilet noir, mon jean bas de taille noir et mes chaussures de ville je parcourait l'indifférence de mon ignorance au sein de la cité de l'imaginaire et de l'oubli, je laissais mon jambes et mon instinct me guider à travers un monde de rencontres multiples et peut être de personnes marquant à jamais une vie de combat et de volonté.
Les divers groupes de ce monde sont toujours unies par de même idées et une idéal commun, gothique, rasta man, fashion, émo, lolita...etc tout cela était le puzzle de nos centre de scolarité et chacun d'eux était une partie du lycée et formait ainsi les histoires et autres ragots. Mais ils ne sont pas les seules à être l'ambiance des rues, les jeunes et vieux couples, la tristesse inconditionnée des clochard et autres personnes âgées, les commerçants d'un jour, la hiérarchie des défenseurs de la loi...etc chacun deux était un rouages d'une ville qui essayait de sortir de ses nombreux débarras et autres problèmes qui pourraient finalement être vte réglés et ainsi initialiser une vrai paix qui pourrait faciliter la vie de beaucoup de personnes.
Quand à moi, rien de bien spécial le repos de mon esprit à fait que je pouvais ainsi me retrouver à moi même sans avoir une bouteille à la main, laisser les amis un peu de côté pour faire quelques bilans de ma situation. Un diplôme en vue, un appartement au multiples factures à payer, un léger contact avec mes parents et un cercle d'amis aussi confiant les uns que les autres. Et alors que je m'avançais sur le parc et que j'observais sans attention chaque personnes, j'eu une vision plus que intéresse et attrayante une jeune fille à jupe courte, haut marin et portant un cartable parcourait elle aussi l'infini méandre de ses pensées elle-même s'amusait surement à regarder autour d'elle et montrer sans le vouloir toute la splendeur de son magnifique visage et de montrer la profonde éternel de son regard pleine d'innocence et de pureté. Il y avait longtemps que je n'avais pas eu cette envie profonde m'avançais vers une telle personne et de vouloir engager une discussion qui pourrait non seulement choqué par sa prestance mais aussi surement par sa courte durée vue que mes intentions auraient pu être montré comme obscène ou encore vulgaire, mais mon ouverture d'esprit et la force de ma volonté faisait que je m'avançait à côté d'elle pour mettre en place un cercle de confiance, n'y trop prés n'y trop loin j'instaurais le partage d'esprit et la découverte mutuelle de la personne rencontrée :

Ne soit pas si perdu dans t'es pensées, je ne sais pas pourquoi tu es dans cette état mais au cas ou tu vis quelque chose de tracassant ou encore de grave je peux te conseiller en commençant à te dire de prendre sur toi même et ainsi pouvoir avancer tout en gardant l'expérience d'une vie passé... Excuse d'être si direct, moi c'est Willy mais tu peux m'appeler Will enchanté.

Je n'avais pas trop assuré sur ce coup la et le fais d'être affreusement direct m'avait fait penser que j'allais surement me faire renvoyer vers ma prochaine destination d'oubli et d'inconscience. Tout en lui parlant elle continuait à regarder devant elle, elle n'avait surement pas encore remarqué que je lui adressé la parole, il faut dire que j'avais gardé une certaine distance et je devais surement passer pour un dragueur invétéré au sein des passants qui s'approchaient de moi ou encore avait la bref chance de pouvoir entendre les quelques audibles destiné à une personne dont finalement je ne connaissais rien mais dont mon instinct me disait d'avancer et de tenter ma chance pour instaurer un cercle de partage et de communication.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re : Rencontres Sam 18 Déc 2010 - 13:03

Aucune musique douce fut inventée inconscieusement par les nombreuses personnes qui m’entourait. Je marchais toujours, un peu vacillante de droite à gauche comme bercée par une chanson douce, mais le silence se forma autour de moi. Certaines personnes écoutaient leurs musiques tout seul, d’autres faisaient sortir un son désagréable de leurs portables sans vraiment écoutée ce qu’il mettait, c’était histoire de faire du bruit. Je repensais à tous ses films où ils dansaient et chantaient sans se soucier des autres. Mais ce n’était que des films.
Je recommençais à m’en faire pour mon groupe. Pourquoi me sentais-je si mal avec eux, je n’avais aucune raison de m’en faire étant était déjà reconnu par certaine émission. Une question trottinait dans ma tête, qui pouvait écouter ma musique ? Une petite question de rien du tout, mais qui vint se poser délicatement avec les autres que je n’arriverais peut-être jamais à résoudre.
Alors que je m’avançais petit à petit de plus en plus près à notre petit studio, un homme vint se mettre un peu plus près de moi que les autres. Une aura d’homme imposant et musclée se propagea autour de moi. Je ne tournai pas la tête pour autant, il ne m’avait sûrement pas remarquée. Je continuais ma route perdue dans mes pensées, des pensées un peu douloureuses par moments. À ma plus grande surprise, l’homme m’adressa la parole.

« Ne soit pas si perdu dans tes pensées, je ne sais pas pourquoi tu es dans cet état mais au cas où tu vis quelque chose de tracassant ou encore de grave je peux te conseiller en commençant à te dire de prendre sur toi-même et ainsi pouvoir avancer tout en gardant l'expérience d'une vie passé... Excuse d'être si direct, moi c'est Willy, mais tu peux m'appeler Will enchanté. »

Je ne réagis pas directement. Mes pupilles parurent se réveiller une seconde, un peu étonnée. Cet homme avait la voix grave d’un fumeur, mais elle était bien plus douce que certains. Il m’avait parlé d’un ton direct et de choses touchantes. Je prends sur moi-même depuis bien des années, mais cette nuit avait fait ressortir de mauvais souvenirs.
Je ne répondis pas de suite, ne cessant de me repasser le film des pièces parlantes et de cette courte bataille insignifiante. Un peu déçu par la façon directe de parler de l’homme, je me retournais vers lui, mes longs cheveux suivant le mouvement. Continuant de marcher lentement, je me forçais à sourire le plus radieusement possible, cherchant quelque chose de concret à répondre.

« Monsieur, veuillez ne pas me juger aussi rapidement, je prends plus sur moi-même que vous ne pensiez. »

Je continuai à regarder devant elle, puis un sentiment de culpabilité me prit, j’avais été un peu dure tout de même. Me retournant vers ce Willy, mon cœur se serra quand je croisai ses yeux.

« Excusez-moi d’avoir été un peu dure. Enchanté je suis Sweety. Je suivrais votre conseil, promis. »

Je tendis ma main.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Rencontres (PV: Willy Bell) Sam 18 Déc 2010 - 13:54
Cette jeune fille apparaissait vraiment gênait, sans pour autant je ne pus m'empêcher de lui sourire et d'écouter ce quelle allait me répondre. Avant cela son étonnement l'avait libéré de la prison de ses pensées, elle semblait sortir d'un profond voyage d'esprit et je ne pus m'empêcher de regarder son doux et radieux visage, elle semblait être baigner dans la paix et l'ignorance, le son de sa voix me parcouru les oreilles comme un écho de pureté et je ne pus m'empêcher de fumer tout en écoutant ses douces paroles :

Monsieur, veuillez ne pas me juger aussi rapidement, je prends plus sur moi-même que vous ne pensiez.

Malgré cette politesse inhabituelle je n'étais pas étonné de renvoie dans les hécatombes de ma vulgarité et de ma décadence inconditionnelle. Elle m'avait quand même charmé par son panache de douceur et de sincérité violente et un rictus profond se dessina sur mon visage, c'est dans ces moments là qu'on se dit que malgré tout ces sourires, bonne foi et autre gentillesse, L'Homme est capable d'emprisonner certaines pensées et désarroi pour paraître le plus heureux du monde. Mais à force un peu de partage et de communication peuvent soigner certaines maux de l'âme et finalement forcer l'esprit à vouloir se sentir mieux et s'épanouir. Cette jeune personne continua à marcher droit devant elle mais ma volonté faisait que je continuais à la suivre rien ne m'empêcher de vouloir aller dans la même direction et la distance faisait que aucune oppression n'y compression ne pouvait gêner nos deux personnes. Finalement elle se retourna vers moi le regard un peu gêné et la voix plus clair et doux que jamais, elle semblait vouloir se rattraper ou peut être tout simplement me renvoyer à la case départ avec toute l'énergie quelle pouvait avoir... j'écoutais après avoir jeté mon mégot :

Excusez-moi d’avoir été un peu dure. Enchanté je suis Sweety. Je suivrais votre conseil, promis.

Elle me tendit sa main, bizarre entre deux jeunes personnes du sexe opposé par politesse je lui serra la main sans trop de force je ne voulais pas montrer toute ma prestance et force dans un salut telle que celui la, j'aurais voulu lui baiser la main et lui dire toute mon admiration et ma passion pour cette beauté si fleurissante au fil du temps que je l'a regardais. Mais mon instinct me disait bien de ne rien faire sur ce moment là et après cette bref présentation, je remis ma main dans ma poche tout en continuant à marcher avec elle, la chance allait me sourire et je ne voulait point casser ce début de cercle de confiance qui semblait fortement se mettre en place. Sweety telle était le nom quelle me mit sur un plateau d'or et de rubis, sa promesse me vint droit au cœur malgré que j'ignorais encore si je pouvais pouvoir accepter cela sans me soucier de mes arrières et de la certitude exacte de cette vérité. Je regardais droit devant moi l'air calme et serein, il faut dire que les nouvelles rencontres et surtout en bonne compagnie ne pouvait que apaiser et ainsi permettre de passer du bon temps avec de nouvelles connaissances. L'envie de fumé ayant complètement disparu en quelque secondes, je me décidais alors à commencer la conversation :

Ne t'engage pas trop vite Sweety, le principal c'est que tu dois toujours avancer. Chaque épreuves est faite pour que nous allons toujours de l'avant mais parfois une petite pause s'impose et quelques bilans sont à mettre en place. Tu as l'air d'être quelqu'un de pur et de forte volonté, mais toutes personnes ont leur limites et il faut pouvoir les connaitre pour les dépasser.. je fais mon mélange psy, philosophe malgré le fait que je connais rien de toi, je vois que tu as un sac, tu es en quelle classe ?

[la fin est pas top -_-" excuse]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re : Rencontres Sam 18 Déc 2010 - 14:34

L’homme parut prendre ma main avec hésitation, comme s’il se souciait du regard des gens. Je n’y fis pas attention, un long moment lui et moi nous restions là clouer sans bouger, les gens passaient autour de nous, sans s’interroger, trop occupés par leurs problèmes. Un vague sentiment de bien être m’envahie. Je retirais ma main doucement puis baissait la tête apercevant une cigarette écrasée au sol sous le pied de l’homme. Avec une petite grimace discrète, je relevais la tête. L’odeur du tabac faisait revenir ce souvenir triste et horrifiant, me souvenant de cette odeur de renfermée, de chaud et de fumée dans cette pièce noire.
Je repoussais cette mémoire et suivit le conseil de l’inconnu, prenant sur moi-même. Pourtant ce souvenir paraissait de plus en plus lointain. Avec une voix assez douce et pleine de compassion, ce Willy me parla.

« Ne t'engage pas trop vite Sweety, le principal c'est que tu dois toujours avancer. Chaque épreuve est faite pour que nous allions toujours de l'avant mais parfois une petite pause s'impose et quelques bilans sont à mettre en place. Tu as l'air d'être quelqu'un de pur et de forte volonté, mais toutes personnes ont leurs limites et il faut pouvoir les connaître pour les dépasser.. »

Je fus une fois de plus étonnée par sa façon de répondre, il n’était certes pas comme les autres, mais sa différence m’était agréable. Je ne disais rien, ne faisant que le fixer maladroitement des yeux.

« Je fais mon mélange psy, philosophe malgré le fait que je connais rien de toi, je vois que tu as un sac, tu es en quelle classe ? »

Je cachai soigneusement mon petit rire et repris mon sérieux. Une fois de plus, il m’étonnait. On parlait de chose importante, dure et vrai de la vie et puis il me questionne sur ma classe. Je lui souris malgré moi, puis l’invitai à continuer de marcher. J’étais déjà en retard pour le groupe, un autre sentiment de culpabilité me prit. Si je continuais à arriver en retard, je ne serais plus bien aimer. Mais, en même temps quelque chose me poussait à rester avec l’homme. Dans une simplicité sans fin, je lui répondis un peu timidement.

« Je suis au lycée, en première plus précisément. »

Je fus étonnée par moi-même, répondre avec tant de facilité n’était pas mon genre, pourtant mes mots étaient fluides comme si je lisais un texte. Je me retournai vers lui, en le regardant un peu mieux, il avait l’air blessé lui aussi, physiquement ou moralement je ne savais pas. De peur qu’il voie que je le fixais avec détermination, je détournais la tête et combla le blanc.

« Vous… ( devais-je le tutoyé ?) Vous avez l’air d’être un homme de travail… Enfin je pense. À vous de me dire, que faîte vous dans la vie pour avoir le temps de pavaner dans le parc ? »

J’avais rajouté une pointe d’ironie. Nous passions devant un groupe de rue, curieuse je jetai un coup d’œil, mais je ne voulais pas gêner le jeune homme en m’arrêtant.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Rencontres (PV: Willy Bell) Dim 19 Déc 2010 - 0:37
Elle semblait vouloir m'accepter telle que j'étais direct et sincère, une première dans le long panelle de vents que je mettais reçu, la plupart du temps la personne n'était pas assez ouverte d'esprit et était trop habitué au plan drague à deux balles, ma méthode était différent et parfois trop de sincérité cassait le potentielle inconditionnelle de la futur discussion qui partait en lambo à l'instant ou j'attendait des réponses de la part de la personne avec qui j'airais aimé discuter. Elle était différente prête à m'écouter et à échanger elle souriait avec malice, un point de plus sur la longue liste de compliment que j'aurais pu lui dire. Elle semblait encore timide mais avec gentillesse et telle un ange de pardon elle répondis à ma question :

Je suis au lycée, en première plus précisément.

Ce début de partage était encourageant et je ne pus m'empêcher de vouloir continuer à la regarder indéfiniment mais mon instinct à eu pour réflexe de me rappeler à l'ordre pour me dire de ne pas trop forcer l'admiration et privilégier la connaissance et la curiosité. Ce début de conversation bien que court m'avait quand même réchauffé le cœur, le passé est souvent oublié mais la redécouverte de sentiments remonte parfois de lourds souvenirs qui on marqué à jamais et nombreuses sont les cicatrices de l'esprit. Mais toute cette mauvaise expérience on forgeait cette combativité et cette volonté à toujours vouloir aller de l'avant, c'est pourquoi j'ai toujours eu envie de le partager à ce qui le mérite et qui en on besoin.
J'avais cru apercevoir un profond regard de curiosité venant de Sweety mais mon imagination me jouait souvent des tours malgré tout ce contrôle d'esprit que j'avais. Comme je m'u attendait elle me posa le même genre de question :

Vous…Vous avez l’air d’être un homme de travail… Enfin je pense. À vous de me dire, que faîte vous dans la vie pour avoir le temps de pavaner dans le parc ?

Son ironie me fit rire et je fus beaucoup plus surpris par le fait quelle me vouvoyait, pourtant nous n'avions pas une grande différence d'âge, deux à trois ans maximum, faisais vraiment plus vieux que mon âge ? La n'était pas la question mais elle semblait quand même un minimum observatrice et sa déduction était tout de même juste.. le reste était encore à travailler :

Ne me vouvoie pas Sweety, pour tout te dire je suis en terminal nous n'avons pas un si grand écart mais tu as raison sur le fait que je sois un homme de travail je me donne corps et âme à la réussite de mon diplôme et de toi à moi j'ai pris quelque jours de repos pour faire quelque point sur ma situation et voir planifier mes prochains objectifs...

Sweety écoutait avec attention mais ma fin de phrase étant parti dans l'oubli éternel je pus observer devant nous un groupe de branleurs qui avançais en notre direction et je ne pus m'empêcher de me préparer à toutes éventualités. Le groupe allait nous dépasser et la tout alla très vite, un des gars essaya de mettre sa main sur l'une des fesses de Sweety mais ayant fais exprès de me reculer un peu je pus contrecarrer le "coup" pas un coup de pied, Sweety n'avait apapament pas observait l'action mais le pauvre mec lui exprima bien son désaccord et sa rébellion envers moi :

Hé !! qu'est ce que t'as toi la pauvre tâche à la tête de premier de la classe ?! J'vais te refaire une nouvelle coupe celle-ci et trop richoux genre cul de poule ! Allait vient j'vais te refaire ta vieille face de rat !

La ça s'annonçait mal, il était trois mais ce qui m'embêtais le plus c'était de montrer toute la violence que je pouvais avoir et devant une jeune connaissance les réactions pouvaient être du tout au tout, colère, admiration, tristesse, compassion... Le choix allait être crucial mais qu'importe celui-ci je me mit devant ma jeune amie pour quelle n'est pas à s'inquiéter et tout en ayant les mains dans les poches, l'adrénaline et le désir de vouloir fracasser ces pauvres types montait à un seuil que j'hésitais à mettre en avant... qu'elle était le meilleur choix ? combattre pour régler cela et malgré mes nouveaux problèmes pouvoir surtout protéger Sweety mais peut être être rejeté par cette même personne ou tout prendre sur moi et me laisser faire pour que je risque qu'il s'en prenne à elle soit d'un fort pourcentage ou au contraire qu'ils partent en crachant sur mon corps meurtris, le temps me manquait la décision était prise.

J'te conseille de la laisser tranquille si tu veux t'amuser j'suis ton homme, t'inquiète que le premier de la classe en effet risque de te surprendre *rictus*.

J'allais exploser l'envie oppressante de combattre les dernières secondes avant le choix était décisif.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Rencontres (PV: Willy Bell) Dim 19 Déc 2010 - 11:50

Je pensais en avoir fait trop avec ma petite pointe d’ironie, mais à ma plus grande surprise, une fois de plus, il gloussa quelques secondes. Je me sentais de plus en plus mal à ces côtés. Non pas à cause de lui, mais à cause de moi. Je m’étais comportée d’une façon assez bizarre, en lui serrant la main et en le vouvoyant. Mais en même temps, quel homme de son âge pouvait dire des choses si matures. Les seuls que je connais sont dans mon lycée et pas très fin envers les demoiselles. Il parut m’observer avec attention, je devins un chouya rouge et continuai à regarder devant moi tout en l’écoutant attentivement.

« Ne me vouvoie pas Sweety, pour tout te dire je suis en terminal nous n'avons pas un si grand écart, mais tu as raison sur le fait que je sois un homme de travail, je me donne corps et âme à la réussite de mon diplôme et de toi à moi j'ai pris quelques jours de repos pour faire quelque point sur ma situation et voir planifier mes prochains objectifs... »

Un moment j’eus envie de le serrer dans mes bras, je le comprenais plus qu’il ne le croyait, même si de mon côté ce n’était pas pour la même raison. Il ne finit pas sa phrase complètement et ses derniers mots parurent lui faire mal. Un autre blanc s’installa entre nous, mais il n’était pas désagréable à vrai dire. Cela me permettait de reprendre le contrôle de mes émotions. Je reprenais alors mes regards furtifs pour les personnes qui nous entouraient. Peu de gens étaient différents des autres, tous portaient de simples pantalons slim avec un petit gilet léger, même certaines personnes âgées étaient vêtues de cette façon, mais ça ne donnait pas vraiment la même impression.
Au travers de tous ces gens, trois hommes assez grands, portant capuche et casque sur le cou nous fixaient peu discrètement. Je les ignorais, tentant de me faire toute petite. L’un des trois ayant la démarche la plus bizarre me pointa du doigt. Ils s’approchèrent tous ensemble, instinctivement je me mettais un peu plus près du jeune homme. À présent très près de nous, l’un tenta quelque chose que je ne pus voir, mais Willy le stoppa de suite et se retourna vers eux, le visage un peu plus dure qu’avant. Le plus grand pris la parole, apparemment énervé.

« Hé !! qu'est ce que t'as toi la pauvre tâche à la tête de premier de la classe ?! J'vais te refaire une nouvelle coupe celle-ci et trop richoux genre cul de poule ! Allait vient j'vais te refaire ta vieille face de rat ! »

Je faillis perdre le contrôle en entendant ses mots. Un jour ce genre de personne travaillerons pour ce qu’ils appellent « les premiers de la classe » et ça ne vient pas de moi. L’homme parut réfléchir, trouver une solution. Pourtant sa carrure prouvait qu’il était capable d’assommer un ours en un rien de temps. Peut-être avait-il peur de ma réaction ? Je ne pense pas, on se connaît depuis un quart d’heure, même si de mon côté j’ai l’impression de le connaître depuis des années, il ne peut s’angoisser pour ça si tôt.
Willy me surpris une fois de plus en se positionnant devant moi. Je ne voyais que son dos, mais avec ma petite taille je ne pouvais voir les autres. Les veines de mon nouvel ami prirent le dessus sur sa peau qui m’avait paru si douce. Je me décala sur le côté pour observer les trois copains.

« J'te conseille de la laisser tranquille si tu veux t'amuser j'suis ton homme, t'inquiète que le premier de la classe en effet risque de te surprendre »

Cette phrase venait du jeune homme. Son expression avait bien changé, il parut souffrir, mais je ne savais pourquoi. Il me faisait presque peur, les hommes énervés peuvent être violents. De leur côté, les trois commères faisaient pitié, de plus que Willy était un peu plus grand qu’eux. Je tentait de me refaire la scène. Pourquoi étaient-ils dans cet état ?
À ce moment je compris, un des trois hommes avaient voulu profiter de moi rien qu’une seconde et mon nouvel ami s’étaient interposés, je lui fut reconnaissante. Je posa délicatement ma main sur le dos de l’homme comme pour le prévenir que tout allait bien. Puis, rapidement et avec le plus d’agilité possible, je sauta et donna un grand coup de cartable sur celui qui paraissait être leur chef.

« C’est propriété privée ce que tu as voulu toucher ! »

Je retombais maladroitement sur le dos avant de me relever. L’homme avait l’air un peu sonné, mais il pleurait en nous suppliant puis fuit. Même moi je n’en crut pas mes yeux, jamais je n’aurait été capable de le faire avant ce… Rêve. Du monde commençait à se regrouper autour de nous, mais ne nous aidait pas.
Ses copains, eux, restèrent bien décider à battre l’un de nous.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Rencontres (PV: Willy Bell) Mer 22 Déc 2010 - 11:31
Qu'elle choix faire ?! le temps me manquat et je ne pouvais mettre en évidence toute ma violence que j'accumulais au file des secondes. D'habitude je ne me souciais jamais de ça car à Dreamland je parcourait les royaumes seules et je pouvais me défouler comme je le voulais mais cette situation était nouvelle pour moi et je me suis même demandais si je voudrais la revivre un jour. Avoir les moyens de battre mes ennemis et avoir cette barriére de sentiments et d'attention que j'ai à l'égard de Sweety faisait que j'aurais préféré être enchainé et camisolé dans la plus prestigieuse des prisons plutôt que la à me tourmenter l'esprit pour milles et une chose.
Avait elle entendu mon appelle perdu dans l'oubli ? elle posa délicatement sa main sur mon dos pour me faire partager avec elle la compréhension avec laquelle j'avais une envie folle qu'elle s'en sorte et que je ne voulais qu'il lui n'arrive rien malgré le peu de temps que nous avons passé à discuter. Mais la suite des événements me surpris, alors que je mettais en place l'arithmétique de mon choix de combat ou de rédition sur feuille d'esprit Sweety se mit en avant pour finalement partir elle même au combat, les apprences sont parfois trompeuse et cette jeune femme m'avait donné une bonne leçon. Son cartable se transforma en arme ultime et fit se fracasser sur le visage de celui qui m'avait parlé, étant surement une bonne éléve le sac devait surement être bien remplis car malgrés toute les lois physiques que je connaissait rien n'était plus impressionnant que la vitesse d'un sac dans un contenant au contenu vide qui lui même s'était déplacé à une vitesse voltigineuse pour finalement faire une rencontre avc une surface plane mais solide. Qu'importe les lois fondamentales de la physique, le chef avait été bien sonné et fut autant surpris que moi puis par un explosion de son subconscient il prit la fuite en suppliant de le laisser., ses potes n'étaient pas dans le même genre, ils se regardérent mais ils étaient bien décidés à vouloir nous faire la peau.

Je m'étirait alors que Sweety se releva car sa prestigieuse attaque fit quand tomba, toute ces émotions l'avait fait prendre une certaine assurance et malgré le peu de temps passé avec elle, j'avais l'impression d'avoir fait une bonne action cette fois en ayant été direct. les deux gars restant ne faisaient pas trop le poids fasse à moi, j'étais plus trapu et plus grand, je relva mes manches et m'avança tranquillement vers mes deux compagnons de jeux :

On va te crever, enflure !!!

Quand à eux ils bondirent sur moi sas réfléchir grossiérent erreur, même sans mes pouvoirs je pouvais facilement me défaire de cette insignifiante pression qu'ils essayaient de mettre en ma personne et celle de Sweety. Tout alla trés vite, j'esquivais les deux direct gauche et droite de mes compéres puis je fis un tour sur moi même pour en prendre un par le bras, méthode catch appelé plus communément "corde à linge", je le fit tomber à terre suivit d'un coup de talon dans l'abdomen, le branleur se tordi de douleur alors que l'autre regardait cette scéne plus que impressionante et violente, je mmit l'une de mes mains dans ma poches et allais m'occuper du dernier pions.

[ poste court désolé :/, mais je voulais qu'on s'amuse un peu tout les deux avant de finir le rp]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Rencontres (PV: Willy Bell) Mer 22 Déc 2010 - 12:37

J’avais peu être agi un peu trop durement, mais dieu ce que je peux haïr ce genre d’homme, ne croisant jamais par amour les yeux d’une jeune fille. Les seuls choses qu’ils pouvaient croiser du regard étaient nos poitrines. Tout en me relevant je remis soigneusement ma marinière droite et desserra mon foulard bleu qui s’était resserré dans la chute. Je soufflais enfin. J’avais beau avoir agi comme une sauvage contre cet homme, mon corps n’était pas aussi résistant que Willy, enfin de ce que je voyais. Les deux hommes restèrent devant lui, bien courageux et bien naïfs.
Le jeune homme retroussa ses manches laissant paraître des bras musclés soulignant ses veines. Il donna des coups si rapidement quand les deux adversaires furent sur lui, que je ne pouvais les voir. L’un était à terre gémissant et criant qu’il allait mourir. Le petit monde qui s’était regroupé autour de nous riait sans nous aider. J’avais, pour ma part, une expression neutre et les cheveux un peu ébouriffés.
Willy s’apprêtait à frapper le dernier. Je réfléchis un moment… Je m’étais énervé contre l’autre homme car il avait voulu profiter de moi, mais cela n’ont rien fait, peut-être étaient-il obliger de rire à leur chef ? Sous peine de coups de poings. Je plaçais un doigt sur le menton et tapa doucement celui-ci tout en songeant à la façon dont je pouvais éviter un autre combat. Nous avions déjà assez attiré l’attention.
Hélas je suis loin d’avoir un esprit plein de justice, la plupart du temps, j’agis selon mes émotions ce qui est une preuve d’égoïsme. Je regardai le sol en soupirant, mes cheveux raides passant devant mes épaules. Je relevais doucement ma tête. Malgré sa position d’attaque, l’adversaire de Willy tremblait de tous son corps et l’homme en était fier. Pour tout dire, moi aussi j’en étais fière, c’était bien le seul genre de personne que je m’autorisais à mal traiter, soit la moitié des gens de ce monde.
Je n’avais pas peur pour mon nouvel ami qui gérait la situation sans trop d’effort, en fin de compte, je m’inquiétais plus pour l’autre qui d’un recevait les moqueries des quelques personnes du parc et qui de deux devrait expliquer à ses parents son nez manquant. Il parut tirer la même conclusion que moi en se remettant plus droit et parla d’une vois peu assuré qui trahissait son expression de dure.

« C’est bon mec, je toucherais plus à ta copine, relax ! »

Il se tourna vers moi et sursauta en voyant ma position et mon expression. Je restais là, les bras croiser et le regard dur. Il releva son copain et tous deux partirent dans un premier temps doucement et dès qu’ils furent au tournant le plus proches partirent au quart de tour. Je n’aurais pas cru que ça se finirait si facilement, mais j’en étais heureuse.
Le vieux tapant de sa canne le trottoir continua, les couples sur les bancs se bécotèrent de nouveaux, la musique du petit groupe de rue à quelques mètres de nous continuait sur leur chanson de hi pie et les portables refirent du bruit. Le vendeur de hot dog et celui de glace continuèrent à se disputer. Je passa une main sur mon front discrètement.
C’est avec un grand sourire, et sans faire pivoter mon corps qui était en angle droit par rapport à celui de Willy, que je levais la tête vers l’homme, laissant mes cheveux se retirer vers l’arrière. Un coup de vent me mit quelques mèches sur les joues avant de repartir derrière mes oreilles à l’aide de ma main.

« Merci ».
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Rencontres (PV: Willy Bell) Sam 25 Déc 2010 - 22:01
Qu'elle bande de pauvres gars, à toujours rouler des épaules et se croient les boss de certaines de ces rues sombres et délabrées. Je n'avait rien contre ces sois disant "rues" car moi même ayant vécu dans la limite de la pauvreté je savais ce que certaines personnes pouvaient endurer, mais en faire des pseudo royaume pour clan recherchant puissances et prospérités très peu pour moi. Pendant que je corrigeais le dernier des deux branleurs, les gens regardaient avec moqueries l'état dans lequel nous mettions Sweety et moi nos deux compères de jeux, ils riaient des gémissements des deux gars des rues et eux deux commençaient sérieusement à baliser. J'avais enfin la certitude de pouvoir utiliser la pleine puissance de mes capacités physiques et rien ne pouvait plus m'arrêter. Après mettre bien défoulait, je lâcha mon adversaire par le col :

C’est bon mec, je toucherais plus à ta copine, relax !

Ce pauvre type avait non seulement l'éclosion de cette peur que je recherchais à faire naître en lui mais cela n'arrangea rien quand il se tourna vers Sweety, elle même prenait une position de supériorité ce qui me surpris et finalement me satisfaisait, elle prenait de l'assurance au fil des secondes et cela n'était pas pour me déplaire. Enfin tout deux partirent dans les méandres de leurs défaite et souffrances, Sweety reprit son calme et sa pureté des quelques minutes avant notre combat et tout repris son cours des choses :

Merci.

Elle me sourit telle un ange descendu du ciel pour me protéger de ses ailes charnelles, je m'approcha d'elle et lui enleva les derniers grains de poussières qui étaient sur son épaule :

Voyons tu n'as pas à me remercier, il est normal que je devais te protéger quoi qu'il en coûte mais ce qui me satisfait le plus mise à par donné une bonne raclée à ces branleurs c'est de voir à la vitesse ou tu prends enfin de l'assurance. C'est un atout très important pour avancer dans la vie et tu en auras toujours besoin. Pour ma part cela a était un vrai plaisir de t'avoir rencontré, il est fort possible que nous nous rencontrions plus jamais mais je suis sûr que tu rencontreras d'autres personnes aussi exceptionnelles soient elles, découvre toi plus encore Sweety et n'oublie jamais de sourire car tu as le plus beau des sourires que je n'ai jamais vu.

Je lui laissa un simple baisé sur la joue et partie en ne lui laissant aucunes informations lui permettant de me retrouver, la était mon principal défaut je pouvais à tout moment disparaitre comme si je n'était qu'une simple illusion ou encore une imagination de l'esprit.

[post court/rapide, mais il fallait que je m'en occupe au plus vite]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: re : Rencontres Dim 26 Déc 2010 - 18:15
°-Parc-°

Il me sourit à son tour loin de se douter que j'en devenais rouge puisque je baissais soudainement ma tête avant qu'il puisse s'en apercevoir. Les spectateurs intéresser par le piètre spectacle que nous leur avons offert s'étais re dispersés depuis longtemps, mais j'avais toujours l'impression d'être observée. L'impression que quelqu'un me regarde avec l'air idiot que je pouvais donner à côté de Willy. Celui-ci d'ailleurs me répondit d'une voix douce presque efféminée, mais avec un corps comme celui-ci, il n'y a pas de doute. C'est un homme doux tout simplement.

"Voyons tu n'as pas à me remercier, il est normal que je devais te protéger quoi qu'il en coûte mais ce qui me satisfait le plus mise à par donné une bonne raclée à ces branleurs c'est de voir à la vitesse ou tu prends enfin de l'assurance. C'est un atout très important pour avancer dans la vie et tu en auras toujours besoin. Pour ma part cela a était un vrai plaisir de t'avoir rencontré, il est fort possible que nous nous rencontrions plus jamais mais je suis sûr que tu rencontreras d'autres personnes aussi exceptionnelles soient elles, découvre toi plus encore Sweety et n'oublie jamais de sourire car tu as le plus beau des sourires que je n'ai jamais vu."

Sur ce il se retira en me laissant un bisous tout chaud sur ma joue qui était maintenant on ne peut plus rouge. Je le vis s'en aller, mains dans les poches et regard au loin comme s'il ne m'avait jamais rencontré. Peut-être était-ce mieux ainsi ? Rencontrer une fille comme moi ne sachant pas se comporter un petit peu comme les autres pouvait être effrayant. Quoi que lui aussi avait été différent. Il avait parlé avec confiance comme s'il me connaissait depuis ma plus tendre enfance. Même si j'étais consciente que lui ne le ferait pas, de mon côté, je garderais pour toujours une image de lui. Et peut-être que si je rencontre un homme comme lui, je ferais plus attention à mon comportement.
Je repris mon cartable dont tous les passants avaient pris la précaution d'écraser au passage. Je l'ouvris délicatement après l'avoir épousseté. Tout était intact sauf les stylos et tout ce genre de chose. Tant pis, je me débrouillerais pour en racheter. Ces stylos valaient bien cette rencontre. Le sourire en coin, malgré moi, je continuai de marcher en déambulant au travers des personnes.
La musique de la dernière fois me revint ainsi que mon devoir d'aller aux répétitions. J'étais assez en retard, peut-être que plus personne n'y était, je dormirais là-bas et puis voilà. Comme la plupart des nuits. Le soleil, quant à lui, descendait doucement vers la terre en laissant une lumière peu réchauffant mais à l'aspect réconfortant et beau. Les personnes du parc commencèrent à partir doucement, sois main dans la main, heureux, triste ou seul comme moi.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rencontres (PV: Willy Bell)
Revenir en haut Aller en bas

Rencontres (PV: Willy Bell)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Vie Réelle :: Parc-