Haut
Bas

Partagez

Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lithium Elfensen
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2709
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde. Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde. EmptyDim 12 Déc 2010 - 13:30
Retour sur les lieux du crime.








Delirium City.
La ville de tous les bourrés et de tous les fumeurs de joins.
Pourtant, cette cité n'était pas seulement le lieu de débauche et de décadence la plus totale. Aux yeux de Lithium, elle était également le premier endroit dans lequel elle avait atterrit lors de sa toute première nuit à Dreamland, totalement perdue et à la recherche d'une quelconque âme charitable qui accepterait de l'aider. Elle avait rencontrer le jeune Fhôrn, un enfant des rêves qui attendait son père sur un rocher. Ce petit dernier lui avait chaleureusement apprit l'essentiel de ce qui lui fallait savoir sur le monde des songes. Lithium se mit à sourire à la remémoration de ce doux souvenir pas si ancien que cela et se demanda si par chance, elle le rencontrerait de nouveau. Elle lui avait promis mais en doutait fort car ce n'était pas l'heure où le jeune garçon se trouvait ici à attendre patiemment son père, il devait sûrement être rentré depuis un bon bout de temps déjà.
Bah ! Il fallait mieux qu'il soit avec son paternel qu'avec elle. Elle n'était pas franchement de bonne compagnie pour un si candide et naïf enfant comme Fhôrn. Elle lui apprendrait sans doute, par la plus grande des mégardes bien entendu, des choses pas très nettes pour son âge et le papa ne serait sûrement pas ravi d'entendre toutes les conneries qu'elle pourrait éventuellement lui apprendre.. De plus, si elle s'était de nouveau réveillée dans cet endroit, c'était pas par hasard. Oui, elle avait encore trop abusée sur la boisson lors de sa soirée précédente avec des potes. Bref, la routine quoi.

La jeune fille marchait tranquillement dans les rues de Delirium, profondément perdue dans ses pensées. Après s'être souvenue du petit Fhôrn, elle se mit à repenser à ce garde, ce membre de Statut Quo qui avait tenté d'attenter à sa vie de nouvelle voyageuse sous prétexte qu'elle n'était pas killeuse ou un truc stupide comme ça. D'ailleurs, elle ne savait toujours pas ce qu'il avait voulu sous-entendre par cela. Qu'était donc ce genre de voyageurs ? Des maraudeurs des rêves tuant tout ce qui se trouvait sur leur passage ? Des mercenaires ? Tant de questions pour aucune réponse. En bref, ce n'était sûrement pas des gens fréquentables pour être ainsi craint autant par les créatures des rêves que les voyageurs eux-mêmes. Toutefois, il n'empêche que cette question l'a turlupinait un peu trop à son goût. Mais.. Tiens ? Et si elle allait lui rendre visite à ce lâche de garde ? Lithium réfléchit sérieusement à cette éventualité. Néanmoins, même après mûre réflexion, la réponse restait la même. C'était du suicide certes, mais elle avait très mal pris la fois où, juste parce qu'elle n'était qu'une simple et nouvelle débutante dans ce monde onirique, il devait la tuer pour éviter qu'elle ne gagne ne puissance et devienne une menace. En quoi deviendrait-elle un danger franchement ? Elle était tout à fait normale et pas le moins du monde surhumaine. Elle était juste légèrement folle, seulement. Pourtant, c'était décidé. Elle allait partir lui refaire le portrait pour lui montrer qu'elle n'était plus la frêle et fragile jeune fille qu'il avait pu rencontrer au tout début de son aventure. Il allait voir ce qu'il allait voir.

Elle marcha d'un pas ferme et décidé à travers la ville des alcooliques, bien déterminée à trouver ce goujat de première. Non mais il allait prendre plus que cher celui là, il allait en avoir pour son grade, aussi peu élevé soit-il en passant, ça elle pouvait vous l'assurer. Un ennui pourtant subsistait. Où allait-elle le trouver ? C'était bien joli de vouloir le massacrer mais fallait-il encore savoir où il était. Lithium ronchonna à l'idée de devoir éplucher tous les moindres recoins de la cité des bourrés juste pour ce garde de pacotille mais continua néanmoins sa route pour entamer sa recherche qui promettait d'être longue. Elle évita d'adresser la parole aux autres gardes, histoire de ne pas éveiller les soupçons à son égard et marcha lentement mais assurément. Il fallait absolument qu'elle passe inaperçue. Mais bon, vous vous en doutez que ce n'était bien évidemment pas son fort malgré tous les efforts qu'elle fournissait. Il était évident que c'était un fait indiscutable que la faute n'était pas sienne si ses oreilles et sa longue chevelure blonde, légèrement bouclée par moment, faisaient qu'on l'a remarquait. Certes, elle ne s'attachait pas non plus les cheveux et ne cachait pas ses étranges oreilles pour autant, mais elle n'allait pas non plus se vêtir d'un voile opaque pour ne pas attirer les regards curieux, c'était stupide. Il fallait donc faire avec. Dans le pire des cas, elle n'aurait qu'à afficher un visage indifférent à tout élément extérieur et de temps à autre, laisser transparaître un éclair meurtrier dans son regard, cela dissuaderait peut-être les gens de s'intéresser d'un peu de trop près à son cas.



Cela devait bien faire une bonne demi-heure qu'elle avait entamé les recherches à travers la cité à propos de ce garde, mais toujours pas la moindre trace de son éventuelle présence en ces lieux de débauche. Ce n'était pas faute d'avoir cherché là où ils s'étaient violemment rentrés dedans. Même dans la ruelle où il avait voulu mettre fin à sa vie de voyageuse, il ne s'y trouvait pas. Mais où donc pouvait-il être ? Il n'avait pas pu se volatiliser en si peu de temps ! Ces évènements ne remontaient pas à si loin tout de même. Lithium se mit à ronchonner et à grommeler tout en trainant des pieds, soulevant par la même occasion de la poussière qui s'installa sur ses baskets noires. Par ce fait, elle râla d'autant plus mais se contenta de frotter doucement avec la paume de sa main la pointe de ses chaussures et continua sa route. Alors qu'elle marchait tranquillement sans bruit, un cri retint son attention. Il provenait d'un peu plus loin au bout de l'avenue principale. En toute fille curieuse et prête à aider quiconque est dans le besoin, elle se mit à en courir, guidée par le son. Mais qu'était donc cette clameur ?
Quand elle arriva, légèrement essoufflée, à l'endroit d'où provenait les piailleries, tout ce qu'elle vit c'était un homme à l'air totalement désespéré qui abordait toute les jeunes filles blondes qui passaient. Mais.. pourquoi seulement les blondes ? Etait-ce un pervers fanatique de cette couleur ? Et surtout, pourquoi les accoster avec cette expression ? Ce n'était pas comme ça qu'il allait conclure si c'était ce qu'il escomptait. Lithium s'apprêtait finalement à passer son chemin quand elle prêta soudainement attention à ce que portait l'individu; un uniforme de balayeur de la voie publique. Non, ce n'était pas possible que cet homme soit.. le père de Fhörn ? L'homme en question se retourna vers elle après avoir interrogé une nouvelle blonde qui le regardait avec pitié, et ses yeux s'illuminèrent de joie. Il se jeta sur elle et lui empoigna les mains avec force mais toutefois d'une poigne tremblante. La jeune fille fut surprise d'une telle réaction à son égard mais ne chercha pas à ôter ses mains de celles du l'inconnu et laissa parler le malheureux.




"Pitié, je vous en supplie, dites-moi que vous vous prénommez Lithium !"

"Euh.. Oui, je me prénomme Lithium.", s'étonna t-elle.

"Est-ce vrai ou tentez-vous seulement de me rendre plus misérable que je ne le suis ?!", sanglota l'homme.

"Non non ! Mon nom est réellement Lithium !
Je suis auparavant venue ici et je crois avoir.."
, commença t-elle avant d'être vivement coupée.

"Oh Dieu merci, merci !!", il baisa ses mains.


Gênée par autant d'extravagance et d'incontinence de la part de cet homme, Lithium retira doucement ses mains des baisers mouillés de l'étranger. Elle lui sourit maladroitement, ne savant comment se comporter vis-à-vis de lui et en se demandant bien ce qu'il lui voulait en particulier. Toutefois, le détail qui lui percuta le plus l'esprit fut la connaissance de son prénom. Comment pouvait-il le connaître alors qu'elle ne l'avait même pas mentionné ne serait-ce que depuis le commencement de leur rencontre ? A part si bien entendu, il était REELLEMENT le paternel de Fhörn, alors dans ce cas c'était tout à fait envisageable. Sinon, il n'y avait absolument aucune raison qu'il connaisse son identité.
Cette histoire devenait vraiment louche, la jeune fille préféra rester sur ses gardes et prendre ses précautions à l'égard de cet inconnu pour le moins bien renseigné à son sujet.




"Par simple curiosité, comment savez-vous comment je m'appelle ?"

"Mais par mon fils Fhörn bien entendu !
Quand il est rentré à la maison il y a un certain temps de cela, il n'a cessé de parler de vous.
Et encore jusqu'à aujourd'hui. Il n'a eu de cesse de me dire qu'un jour vous reviendrait le voir.
Et vous voici donc enfin."
, déclara t-il, une lueur d'espoir illuminant son regard.

"Euh, je.."

"Mais qu'importe !
Vous êtes là et j'ai impérativement besoin de votre aide."


"Mais..", commença t-elle.

"Mon fils a été enlevé !", gémit-il.


Le cœur de Lithium s'arrêta.
Le gamin.. Avait-elle réellement bien entendu ?
Fhörn, cet adorable gosse qui l'avait si gentiment aidé lors de sa première nuit à Dreamland, avait été enlevé ? Lui, qui lui avait permit de retrouver son chemin parmi cette ville de dingues, de comprendre où elle se trouvait et ce qu'elle y faisait.. Ce n'était pas possible. Pourquoi ? Quelles raisons pouvaient bien nous gouverner pour être ainsi amené à enlever un si charmant garçonnet d'à peine 9ans ? Elle se mit soudainement à paniquer à l'idée que quelqu'un ai pu lui faire du mal. Si il advenait que ce soit le cas, elle jurerait de lui faire la peau et de le crucifier sur place.




"Quand ça ?!
Qui a osé s'en prendre à lui ?!!"


"Il y a moins d'une demi-heure, sous mes yeux..
J'étais impuissant, j'ai bien tenté de riposter mais j'ai été maîtrisé en moins de temps qu'il n'en fallut pour le dire."


Une demi-heure.
C'était à peu près le temps exact qui faisait qu'elle était présente à Delirium, errant machinalement dans les rues de la ville sans trop savoir ce qu'elle allait bien pouvoir faire de sa soirée. Serait-ce donc lié à sa seule et unique présence ?
Non, ce n'était pas possible, c'était bien trop gros comme raison. Franchement, on reste discret en général face à nos motivations criminelles. Et d'ailleurs, pourquoi est-ce que cela serait sa faute à elle en particulier ? Elle n'avait rien fait qui pouvait causer du tort à qui que soit, il n'y avait rien qui pouvait l'a lier à quiconque. Donc en conclusion, elle n'était sûrement pas directement impliquée dans cette affaire.






"Un garde de Delirium.
Un membre de Statut Quo.
Quand il s'est emparé de mon fils, il m'a lancé que si je voulais espérer le revoir vivant, il fallait que je lui envoie une jeune fille blonde aux oreilles pointues s'appelant Lithium."
, rajouta le père.


Ah.
Oui en effet, là c'était éventuellement sa faute. Même carrément sa faute, ENTIEREMENT sa faute !
A cause d'elle et de sa rencontre pour le moins "intéressante" avec ce soldat, il avait été enlevé sans le moindre remord, tout cela par sa seule présence en ces lieux. Les regrets et la honte s'emparèrent de Lithium qui se mordit violemment la lèvre inférieure jusqu'à laisser couler un maigre filet de sang qui glissa le long de son cou pour arriver à destination de son tee-shirt blanc, le tâchant succinctement. Quelle merde. Oui, c'était le mot exact pour décrire cette situation.

Tout de même, un nouveau détail l'a frappa.
Elle ne se souvenait absolument pas avoir dit son prénom au garde non plus, même pas murmuré à l'oreille.
Comment donc avait-il bien pu lui aussi être mis au courant ? Des espions peut-être ..? Oh mais le fourbe ! Après avoir subi cette soi-disant humiliation, il avait dû en placer dans les moindres recoins de la ville pour pouvoir être prévenu de son possible retour sur les lieux du crime, et s'était ensuite sûrement et grassement renseigné à son sujet pour pouvoir absolument tout savoir d'elle et ce, jusqu'à ses états de service.

Bah ! De toute façon, fit Lithium en haussant les épaules, son Curriculum Vitae en tant que voyageuse n'était pas très fourni dans son ensemble. Elle avait seulement achevé 3 missions dans leur intégralité. Durant ces dernières, elle avait vaincu une manipulatrice d'encre pour s'emparer de son objet magique lors de la première, mais l'avait tout de même laissée en vie car elle n'avait absolument aucune raison particulière de l'envoyer dans l'autre monde. Pour sa seconde bonne action, elle avait par la suite protégé le Petit Prince de St Exupéry, un adorable et supra mignon gamin tout blond, des foudres de babouins homosexuels aux griffes acérés qui avaient souhaité attenter à sa vie. Enfin, elle avait fini par conclure une sorte de partenariat avec Vlad, surnommé le Juge de Dreamland, où ils avaient terrassés un groupe de 20 groupies bien enragés, le tout saupoudré d'un René la Taupe armé d'un splendide bazooka et d'un poids hors-norme, Usher le danseur professionnel et cracheur d'un son particulièrement strident, et finalement Justin Bieber, l'adolescent de 16ans doté d'une purulente crise d'acné toxique. Ah oui ! Il ne fallait pas non plus oublier qu'elle avait également survécu à une horde de zombies puants et décharnés envoyés par le gardien du cimetière de Dreamland, Sid. Lors de cette nuit pour le moins mouvementée, elle avait réussi à ne pas succomber à sa folie meurtrière, preuve qu'elle était sur le bon chemin pour éventuellement accéder à la rédemption et à l'annihilation de ses envies de sang et de meurtres.

Il n'y avait donc absolument rien d'exceptionnel à tout cela et il n'avait en conclusion rien à craindre d'elle. Certes, elle n'était peut-être pas jusqu'à être considérée comme inoffensive, mais ce n'était pas non plus un monstre assoiffée de crimes et d'hémoglobine.. Comment ça ce n'est pas crédible ? Et bien si, non mais. Pourtant, malgré le fait qu'elle semblait frêle et innocente, elle comptait bien lui casser les dents et les lui faire manger ensuite. Une par une. Le bel enfoiré tout de même, s'en prendre à un pauvre gosse juste pour une question de fierté pour un fait qui devait bien dater de plusieurs semaines. Un homme pouvait être vraiment mesquin parfois, c'est hallucinant. Lithium bouillonnait de l'intérieur, furieuse que cela soit arrivée alors qu'elle se trouvait être ici à bailler aux corneilles, légèrement pompette. Elle prit soudainement un visage sérieux, les traits tirés par une réflexion douloureuse.




".. Vous a t-il dit où est-ce que je pouvais le trouver ?"

"Oui.
Sur la grande place centrale.
De là-bas, il a dit qu'il déciderait de ce que vous feriez."


"Merci.", fit-elle en tournant les talons.

"Je vous en supplie, sauvez mon fils !
Je vous payerais !"
, cria t-il en la rattrapant.

"Je ne veux pas d'argent.
Je ne fais pas ça pour une récompense quelconque.
C'est la vie d'un enfant, et qui plus est, d'un ami qui est en jeu.
Une vie n'a pas de prix qui soit à la hauteur de sa valeur.
De plus, je sais que vous travaillez dur pour que votre fils soit heureux, je ne veux pas que ce bonheur soit détruit."




Sur ces mots elle partit, le laissant ainsi seul à ses démons.
L'homme resta sur place, ébahi. Elle refusait toute récompense même moindre.
Cette jeune fille était donc bien au courant de sa situation médiocre et lamentable. Il trimait en tant que balayeur de la voie publique pour être en mesure de donner une existence convenable à son fils, pour qu'ils puissent tous deux survivre. Au fond de lui, il remercia la voyageuse car il n'était pas en mesure de lui offrir quoi que soit, il avait à peine assez d'essences de vie pour procurer un repas à Fhörn pour ce soir. Elle allait risquer sa vie seulement pour lui ramener sa chair et son sang, et tout ça, pour rien. Seuls les sentiments qu'elle ressentait en voyant la souffrance qu'endurait ce père séparé de son fils guidait ses actes. Elle ne supportait pas d'assister à une telle scène.

Il glissa lentement sur le sol et se mit à pleurer doucement.
Il pleurait toutes les larmes qu'un corps humain pouvait autoriser.











.

__________



Lithium s'exprime
Bis vous insulte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
Lithium Elfensen
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2709
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde. Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde. EmptyLun 13 Déc 2010 - 18:08
Duel.








Le salopard..
Lithium ruminait au fur et à mesure qu'elle s'approchait du lieu de rendez-vous qu'était la Grande Place. Comment pouvez t-on oser s'en prendre à un pauvre gamin qui devait à peine avoir 9ans ?!!
C'était presque inhumain comme acte d'ôter ainsi son fils à un père, qui plus est, sous ses yeux. Ce garde était donc bien décidé à la retrouver, quitte à employer des moyens plus vils les uns que les autres. Quel horrible personnage ! De plus, cela devait sûrement être par pure fierté qu'il faisait tout ceci.. C'était d'une immaturité comme réaction. Juste parce qu'elle avait réussi à s'enfuir d'entre ses griffes et qu'elle lui avait jeté Steevy le gecko en pleine poire. A cette pensée, la jeune fille ne put s'empêcher de rire. Elle se souvenait comment, dans la plus grande des paniques, elle avait gribouillé maladroitement la taille à l'aveuglette sur la feuille et lui avait invoqué sur le visage. En y repensant, il était vrai que comme affront, il n'y avait pas pire. Se faire berner par un lézard frisait le ridicule de toute situation. Lithium se sentait bizarrement mieux à l'évocation de ces souvenirs pour le moins marquants et ne manquant en aucun cas de piquant.

Son cœur battait la chamade et ce, de plus en plus fort.
Quand elle vit à l'horizon la bordure de la Grande Place, elle gonfla son torse de courage et se força à afficher une expression de confiance et de détermination totale, le tout accompagnée d'une démarche sûre et maîtrisée. Tout de même, elle allait se retrouver face à un guerrier aguerri et membre de Statut Quo, ce n'était pas rien ! Quoique, il avait peut-être énormément glandé durant ses états de service et il pouvait très bien être un gros branleur de première. Oui, éventuellement. C'était même fort possible mais fallait pas trop rêver non plus tout de même. Le lieu de rendez-vous s'approchait dangereusement de Lithium qui retint sa respiration quand elle posa son pied sur les dalles de la Grande Place. Bien entendu, il ne se passa rien. Le plus intéressant se trouvait au milieu de la placette qui se trouvait être dépourvue de toute vie humaine et quelconque hormis deux silhouettes que l'on pouvait vaguement distinguer de loin. La jeune fille savait très bien à qui appartenait ces ombres et son cœur se serra d'autant plus. Dans quel état allait-elle retrouver Fhörn, ce pauvre gamin qui l'avait si gentiment aidée et qui n'avait rien demandé ? Pourquoi faire cela franchement ? Quel acte monstrueux et dénué d'humanité que d'enlever un si jeune enfant ! Même elle.. quoi ?
Lithium s'arrêta sur place. Qu'avait-elle pensé ? "Même elle ne serait pas capable d'accomplir quelque chose d'aussi ignoble" ? Elle s'était mise dans le même sac que cet homme, ce soldat dépourvu de sentiments ! Elle se reprit vivement. Non, elle n'était pas comme ce détestable garde. Jamais elle ne pourrait kidnapper un enfant, jamais elle ne pourrait tuer un gosse et jamais elle ne pourrait en torturer un de toute sa vie entière. Certes, il y a quelques temps elle aurait été capable de massacrer des racailles sans aucun jugement quelconque, mais pas un enfant. On va dire que c'est une question de morale et d'humanité. Que serions-nous si nous nous mettions à assassiner de pauvres créatures qui n'ont même pas achever le tiers de leur vie ? Des monstres, c'est tout ce de quoi nous pourrions être qualifiés.

Elle continua sa traversée de la place en direction des silhouettes mouvantes, plus déterminée que jamais à défoncer la gueule à ce satané garde de m.. Quelle vulgarité, reprenons-nous voyons !
Après quelques pensées égarées, Lithium reporta immédiatement son attention sur la plus fine et chétive des ombres. La sécurité de Fhörn était sa priorité, la mort du garde n'était qu'un détail superflu de sa mission, bien que l'envie de l'envoyer pour un aller simple dans l'autre monde était fort tentante. Bref, l'enfant avant tout. Doucement, sa vue s'accommoda à la distance qui la séparait des deux autres personnes au loin et elle put distinguer enfin Fhörn et le soldat en armure. La colère s'empara instantanément de la jeune fille quand elle vit le gamin à la salopette décorée de petites voitures ligoté comme un saucisson aux côtés du fringuant membre de Statu Quo, fier de sa prise. A la vue de cette chevelure blonde, l'homme resserra d'autant plus sa prise autour de la corde, un sourire démoniaque sur les lèvres. La voilà enfin.. Cette satané elfe de malheur qui lui avait valu d'être la risée de son régiment et qui lui avait manqué de se faire virer de sa guilde. Elle allait payer et ce, de n'importe quelle manière qu'il soit. L'elfe en question se planta devant l'armoire à glace, le méprisant du regard comme si il n'était qu'un moins que rien, un vulgaire ver de terre.





"Comme l'on se retrouve ma belle.."
, cracha t-il.

"Et cela n'est pas en berne de me faire plaisir.", répondit-elle d'un ton sec.

"Ne joue pas la carte de l'insolence avec moi petite !
J'ai de quoi faire flancher ta carapace !!"
, fit-il en jetant Fhörn entièrement saucissonné à ses pieds.



En le voyant ainsi, la jeune fille voulut se précipiter sur l'enfant, mais elle eut le à peine le temps d'esquisser un bref mouvement de jambes en sa direction que la pointe d'une épée se retrouvait déjà face à elle. Lithium s'arrêta net en voyant l'arme. Quel lâche.. Si elle n'avait pas cette menace considérable sur elle, il y aurait longtemps qu'elle lui en aurait mise une belle dans le visage. La voyageuse retroussa lentement ses lèvres en une grimace hautaine et présomptueuse puis se mit soudainement à rire d'un son cristallin, rejetant avec une grâce maîtrisé sa tête en arrière.



"Je vois que vous êtes donc bien un homme fonctionnant par la force.
Vous êtes incapable de discuter autrement que par la voie des armes.
Je ne sais si je dois en pleurer ou en rire, mais à voir ma réaction spontanée, je crois avoir trouver.."


"Tais-toi sale chienne !", vociféra t-il furieux.

"Oh mais restez poli quand même, non mais oh !
Je ne vous ai pas insulté de la sorte tout de même !
Un peu de tenue et de décence mon cher."
, sourit-elle d'autant plus.

"Et pourquoi est-ce que je devrai t'écouter, hein ?!!
Après que cet incident se soit ébruité, je suis devenu la risée de tout mon régiment, j'ai failli perdre ma place parmi ma guilde et même les voyageurs killers que j'accueillais ne me respectait plus !
Par ta faute, j'ai été humilié plus que l'on ne pourrait l'être.."



Un long silence s'ensuivit durant lequel personne ne prononça le moindre mot, seul les gémissements de Fhörn se faisaient entendre. La jeune fille faisait un effort surhumain pour ne pas craquer et se jeter sur le gamin terrifié à l'idée qu'il ne puisse plus jamais revoir son père. Ses sens l'avaient entièrement isolé de ce qui l'entourait, une forme courante de protection mentale, il ne devait sûrement même pas connaitre sa présence à elle en face de lui, debout et légèrement tremblante, ne savant que faire pour le sortir de là autrement que par un combat ou par ruse. Lithium brisa le silence par une exclamation.



"Ah !
Il fallait que je pleure là ?
Zut, j'ai manqué le timing.."
, fit-elle innocemment.

"NE JOUES PAS A CA AVEC MOI !!", vociféra t-il en agitant nerveusement son arme sous le nez de la voyageuse.

"Je ne joue pas, je me fous de votre gueule.
Vous ne l'aviez pas encore compris ça ?"


"Tu devrais faire attention à ce que tu dis ma jolie..
Je pourrai décapiter ce morveux d'un simple aller de lame sur cette magnifique gorge."



Il appuya le plat de son épée sur la nuque du garçonnet qui tremblait toujours de terreur.
La jeune fille ne bougea pas. Seul un faible battement de veine sur son cou remua.
Que devait-elle faire dans une telle situation maintenant ?
Elle osa un mouvement dans la direction du soldat.




"Calmez-vous.
Vous savez très bien que si vous le tuez, vous n'aurez plus rien contre moi.
Et.. De plus, si vous l'exécutez, je mettrai fin à votre misérable existence ici même."



Le garde se mit à rire d'un éclat tonitruant mais retira néanmoins sa menace.
Ce n'était pas qu'il savait qu'elle en était capable, mais il voulait savoir ce qu'elle était devenue depuis leur dernière rencontre. Il garda son épée en attente le long de son corps et jeta à la jeune fille blonde un regard analysant, l'examinant de haut en bas et en travers. Un sourire se forma sur le visage de ce dernier.




"Dis-moi ma petite, j'ai entendu dire que tu avais été au cimetière de Dreamland et que tu y avais rencontré Sid.
S'est-il passé quelque chose de particulier en ces bas lieux ?"



Lithium se mit en garde immédiatement.
Etait-il courant de ce qui se tramait dans ce conteneur de viande pourrie ?
Que voulait-il donc dire par là ?
Méfiante, elle lui répondit néanmoins.




"Je ne vois pas de quoi vous voulez parler."


"Oh si tu le sais très bien !
Montres moi ton dos."
, déclara t-il narquoisement.

"Pardon ?"

"Tu as très bien entendu. Tournes toi."

"Ne cherchez pas, vous n'y trouverez rien.
Elle ne s'est pas appliquée à mon plus grand bonheur."


"Quoi ..?
Mais.."


"Il n'y a pas de 'mais'.
Elle ne s'est pas apposée sur mon omoplate et puis c'est tout.
Point barre, on en parle plus."


"Mais.. Pourquoi ?
Si il t'as frappé, tu aurais dû l'avoir !!"


"Et bien non.
A croire que je le pensais très fort.
M'emmerdez pas avec ça.."
, fit-elle en détournant vigoureusement la tête.

".. Mes informations étaient donc erronées.", di-il d'un air dépité.

"A croire oui.
Vos espions sont mauvais car ce sont les 3 autres qui l'ont eu, pas moi."


"Ne parles pas ainsi de mes espions !"

"Oh, faut arrêter de s'énerver à chaque fois que je dis quelque chose !
Faites vous soignez si vous réagissez toujours comme ça au quart de tour."


".. Tu m'énerves à parler ainsi sur un ton si hautain et ce regard méprisant.
Nous allons nous battre tous les deux en duel.
C'est moi qui décide du comment."


"Faites, je vous écoute.
Quelles sont vos conditions ?"



Il sortit sa seconde épée du fourreau qui saillait sa hanche gauche, prenant soin de la faire briller au soleil. Bon, cela avait le mérite d'être clair. Le combat se déroulera au son des entrechoquements de leurs épées. Zut, ça sentait pas bon. L'épée n'était pas réellement le fort de Lithium en vérité. C'était une arme où l'on devait généralement conserver ses deux mains sur la poignée pour y mettre plus de rage et ça, elle n'aimait pas du tout. Il lui fallait des armes légères comme ses dagues favorites par exemple car grâce à elles, ses mouvements étaient plus fluides et nettement plus rapides. Mais étant donné qu'il était en position de force, il valait mieux pour sa propre sécurité et celle du gamin qu'elle se plie à ses souhaits.

Lithium suivit donc le véreux garde, sans prononcer le moindre mot de désaccord, qui la mena en dehors de la cité, à l'abri de tous les regards des badauds trop curieux, car rappelez-vous, quiconque fera du grabuge au sein même de Delirium aura pour sentence d'être pendu par les pieds.. Oui, par les pieds. Vous avez bien lu. Une fois suffisamment éloignés de la ville dans le quasi-désert brûlant qui l'entourait, le garde jeta Fhörn contre un rocher et envoya sa deuxième épée à la jeune fille bouillonnante de rage par le fait qu'il ai ainsi balancé le gamin, et ce sans la moindre délicatesse. Une fois que Lithium eut réceptionné l'arme tranchante, le soldat se mit immédiatement en position de combat, un sourire ignoble sur le visage. Quand la voyageuse reçut l'épée entre ses mains, celle-ci pointa directement du nez. Woh, mais c'est qu'elle était sacrément lourde la bougresse ! Il l'avait fait exprès l'enfoiré.. Lithium ragea intérieurement. Le salopard, il comptait bien l'a tué qu'importe les moyens utilisés. Inspirant un grand coup, elle souleva dans un grand effort la lame du soldat et l'a maintint en équilibre. Bon, ça pouvait le faire, elle y arriverait. Toutefois, le combat allait être plus dur que prévu conclut-elle. Le garde, impatient de commencer le duel, trépignait sur place. Une fois qu'il vit qu'elle était fin prête à engager la bataille, il sourit de plus belle.





"EN GARDE !"








.

__________



Lithium s'exprime
Bis vous insulte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
Lithium Elfensen
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2709
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde. Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde. EmptyJeu 16 Déc 2010 - 21:21
A coups d'épée.









Le combat pouvait commencer.
Epée contre épée, soldat contre voyageuse.
Fourberie contre prudence, ignominie contre morale.
Un garde ayant cédé à la corruption face à une jeune fille sur la voie de la rédemption.
Un combat qui ne se fait plus, mais surtout pas souvent.
Voilà donc une bonne raison d'y reporter notre attention.




A première vue, vous diriez que le combat était inégal et disproportionné en raison des deux protagonistes, tous deux complètement différents. Le premier était un homme bien bâti, ce que l'on appellerait plus communément "Armoire à glace", et toute cette masse était recouverte d'un plastron en acier forgé, une cotte de maille par dessous et bien entendu un casque en adamantium, un alliage proche du diamant, donc réputé pour être incassable. Sa longue épée était dans un style concrètement moyenâgeux et sa lame avait été coulée dans du métal de la meilleure qualité. Si nous regardions l'adversaire qu'avait cet homme en armure, on croirait presque à une bonne blague. C'était une jeune fille d'une taille considérable allant vers les 1m68 sûrement, une longue chevelure blonde et ondulée glissait sur ses hanches et de petites oreilles pointues auxquelles des boucles d'oreilles faite d'une plume orange s'y trouvaient l'a sortait du lot. Son visage était à la fois doux et sévère, à la limite de l'intransigeant, mais une paire de yeux d'un bleu clair cristallin rajoutait une certaine candeur que l'on trouvait rarement chez les jeunes filles. Au niveau vestimentaire, elle était simplement vêtue d'un jean plus que saillant mais l'a laissant néanmoins libre de ses mouvements et un tee-shirt à manches longues glissant de ses épaules, les laissant nues, étant d'un blanc pour le moment immaculé lui servait de haut. Elle aussi possédait une épée, mais celle-ci était bien trop lourde pour elle et n'était pas faite pour sa corpulence étant logiquement moins bien bâtie que le garde en face.

Tous deux se tenaient face à l'autre, perdus dans une concentration profonde en se demandant bien qui allait lancer l'offensive en premier car c'est bien connu que "premier envoyé, premier embroché".. Non ne cherchez pas, je viens de l'inventer. L'on pouvait brièvement remarquer que l'arme blanche à double-tranchant de Lithium n'était pas droite. Cette dernière faisait un effort surhumain pour l'a maintenir en équilibre et pour ne pas laisser entrevoir les tremblements qui agitaient ses mains, peinant à porter la lame.

Ce fut finalement le garde qui lança l'offensive, impatient de commencer le carnage.
Immédiatement, il voulut porter un coup d'estoc, destiné à transpercer. Par réflexe, la jeune fille para de toutes ses forces. Le soldat força d'autant plus, furieux qu'elle ne soit pas touchée. Il se retira vigoureusement et porta un nouveau coup mais de taille cette fois-ci pour essayer de l'a trancher au niveau du bras. Lithium para également en envoyant son arme sur le côté.
Spoiler:
 
Cet acte le rendit d'autant plus en rogne et il entra dans une rage folle.
Il décida donc d'enchaîner incessamment la voyageuse pour qu'elle fléchisse d'elle-même et finisse par s'essouffler. Ainsi, il pourrait l'achever d'un simple coup de lame dans la panse et il en serait fini de cette menace nouvelle. L'annihilation de la génération naissante de voyageurs avait toujours un début, alors pourquoi ne pas commencer par une douce et frêle jeune fille ? Exactement.
Un sourire machiavélique transcenda son visage bourru et il se jeta en criant sur la voyageuse. Lithium, surprise de cet hurlement qui venait sûrement du cœur, se précipita maladroitement sur sa droite. Toutefois, le poids important de l'épée l'a fit tomber sur le sol, tout proche d'un rocher. Quand elle rouvrit les yeux en se frottant la tête, elle vit le caillou devant elle et soupira de soulagement. Et dire qu'elle aurait pu s'ouvrir le crâne avec ça.. Mais elle n'eut pas le temps de se reposer que le soldat, voyant qu'elle était à terre, s'empressa de courir avec son épée au dessus de la tête vers la jeune fille pour le moment sans la moindre défense. Il abattit celle-ci sans modération. Cependant, Lithium le devança sur ce coup là et roula sans tarder sur le côté. Un grognement se fit entendre de la part du garde, furieux d'avoir loupé si lamentablement loupé son coup. Quant à la voyageuse, elle se releva accroupie sur ses jambes en un bond rapide et se remit ensuite immédiatement en position de défense, prête à encaisser de nouveau.





"Vous êtes si lâche que ça pour me refiler une épée aussi lourde ?", marmonna finalement Lithium.

"Lâche ?", dit-il en éclatant d'un rire tonitruant.
"Je ne suis pas le poltron que tu crois.
Ce n'est que de la stratégie."


"De la stratégie ?
Ah, la bonne blague !
Vous vous foutez de moi ?
C'est juste pour me ralentir que vous m'avez filé cette camelote.."
, cracha t-elle.

"CAMELOTE ?!!
Non mais je ne te permets pas d'être aussi insolente !
Cette lame a été fait forgé exprès pour moi par la tête de la guilde !!
Tu n'es en aucun cas autorisée à parler ainsi de cet objet magnifique !"


"Et bien si, je rigole."

"Quelle impertinence..
Ta vie va s'arrêter ici."


"Tout cela juste pour une question de fierté..
Tss, sans déconner quoi !"


"De fierté ?!!
Seulement de.. Fierté ?
C'est ce que tu crois ?"


"Oui.
C'est bien ce que je crois."


"Tu.. Tu..", grommela t-il.
"Oh et puis, de toute façon tu n'es pas capable de me battre.
Tu es bien trop faible pour ça."


"Je vous demande pardon ?
Trop faible vous dites ?"
, fit Lithium ébahie.
"Alors ça, vous allez voir.."



Après avoir prononcé le dernier mot qui composait sa phrase, la jeune fille souleva avec puissance son épée et la plaça au dessus de sa tête, prête à frapper. Elle s'élança sur le garde et se mit à l'enchaîner avec rage. "Trop faible, trop faible", ces mots résonnaient inlassablement dans sa boîte crânienne, alimentant sa colère. Auparavant certes, l'on aurait pu la considérer comme frêle et impuissante, mais ça, c'était l'époque avant ce.. fâcheux incident. Toute sa vie qui avait précédée cet épisode, elle avait été une gamine martyrisée pour sa différence physique et incapable de riposter ou de dire quoi que soit, trop effrayée par les conséquences que cela pouvait avoir. Rien qu'à la remémoration de ces douloureux souvenirs, Lithium souriait amèrement. Néanmoins, maintenant elle était tout à fait en mesure de tenir tête à un homme de la trempe de celui que se tenait devant elle à l'instant même. Toutefois, son genre préféré à massacrer était la racaille de son quartier, les gros lourds qui vous suivent avec persistance et insistance. Une fois derrière vous, ces gens là ne vous lâchent plus. Si ils n'ont pas eu ce qu'ils voulaient, plus concrètement dans les cas généraux avoir un coup d'un soir à plusieurs, et bien ils devenaient pires qu'un Cerbère sur son steak. Oui, la fille est le steak. Sauf que le gigot ici, il riposte et il frappe, tout en ressortant vainqueur de son altercation.

La voyageuse continuait sa tentative de blesser ne serait-ce qu'une malheureuse petite fois le garde, en vain. Il parait sans cesse comme pour elle précédemment. Elle comprenait maintenant la fureur qui s'emparait de nous quand l'on s'apercevait que aucune de nos attaques ne portait ses fruits et ne parvenait à son but. C'était tout simplement enrageant et insupportable. Pourtant, à force de patience et de persévérance, ses offensives commençaient à se faire pesantes pour son adversaire. Il reculait et perdait en vigueur, contrairement à elle qui en gagnait à mesure qu'elle frappait.
Spoiler:
 
L'on pouvait distinguer dans les yeux du soldat une légère lueur de frayeur comme si enfin, il commençait à comprendre que sa rivale d'épée n'était pas aussi faible qui le laissait entendre.
Toutefois, il perçut une faille dans la défense de la jeune fille, sauta sans attendre sur l'occasion qui s'offrait à lui et frappa d'un violent coup d'estoc. Néanmoins, bien qu'intelligemment et astucieusement envoyé, il ne fit que frôler l'épaule gauche de Lithium, déchirant légèrement cette partie du tee-shirt de cette dernière.
Spoiler:
 
La douleur fut fulgurante mais éphémère. L'invocatrice se mordit la lèvre pour ne pas penser à cet élancement qui s'en prenait à son bras et expira doucement, le regard planté dans celui du garde. Ah, il voulait jouer à ça ? Et bien, ils allaient jouer.. Sans prêter attention au sang qui tâchait sa manche blanche, elle s'élança de nouveau sur le chevalier et frappa avec force. Etrangement, il eut plus de mal avec cette attaque en particulier, comme si elle gagnait en puissance au fur et à mesure que le combat perdurait. Et il eut raison de s'inquiéter car Lithium avait une bien belle idée dans le crâne et ne comptait pas l'en déloger de sitôt. Elle continua son enchaînement, esquissant des frappes de plus en plus sournoises et réfléchies, le tout en faisant tournoyer l'épée qui n'était plus que grâce et maîtrise. Le poids n'importait plus, seul le résultat comptait. Elle l'aurait et le vaincrait.

Frappant toujours avec autant de force que précédemment, sa ténacité allait porter ses fruits.
Le soldat, ne savant plus où donner de la tête, faiblissait dans sa poigne et dans son emprise sur la garde de l'épée. Finalement, il finit par ne la tenir que succinctement, ce qui permit à Lithium dans une ultime frappe de déloger l'arme des mains de son adversaire. La puissance de l'offensive de la jeune fille fit carrément s'éjecter la lame des mains du rival casqué le laissant démuni de toute arme pour combattre de nouveau. L'épée, tournoyant dans le ciel, vint se loger au loin vers Fhörn qui eut sûrement la peur de sa vie quand il vit l'arme se planter à ses côtés. Mais au contraire, il ne réagit même pas, toujours autant pétrifié par la peur. La voyageuse avait gagné. Il n'avait plus rien pour l'a maintenir sous son joug, rien d'autre que son armure et son casque, le slip ne compte pas, quoiqu'arme redoutable. Que pouvait-il encore contre elle ? Rien. Alors pourquoi avait-elle cette impression de profonde déception ? Elle n'était pas rassasiée, elle en voulait encore. Etant donné qu'elle était en position de force, elle décida qu'elle avait le droit de s'amuser maintenant. Elle se tourna face au garde, toujours époustouflé de s'être ainsi fait avoir par cette fille blonde, et lui adressa un sourire hautain et méprisant.





"Je vois que vous avez perdu, non ?
Et bien.. Je dois vous avouer que c'était un combat plutôt intéressant bien que je me sois un tant soit peu ennuyée."
, elle bailla insolemment.

"Garce !", siffla le garde de haine.

"Voyons, un peu de reconnaissance !
Ecoutez, je vous propose un marché qui devrait sûrement vous plaire.
Je vous donne une seconde chance de me rayer de ce monde à jamais, MAIS, selon mes conditions.
Alors, qu'en dites-vous ?"
, dit-elle sur un ton faussement amical.

"J'accepte sans hésiter !", fit le garde sans prendre le temps de la réflexion.
"Si je peux encore te tuer, alors oui !!"



Bingo.
Il avait sauté à pieds joints dans son piège, et lamentablement en plus.
Il lui avait suffit de prononcer les seuls mots "me rayer de ce monde" pour qu'il accepte, et ce, sans attendre ses conditions. Tant pis pour lui, il allait goûter à la véritable humiliation, à celle qu'il méritait pour avoir enlevé Fhörn des bras de son père et surtout de lui avoir filé une épée bien trop lourde pour elle afin qu'elle soit totalement déstabilisée, l'enfoiré.. Dis donc, elle était vulgaire cette nuit ! Bref, un sourire méphistophélique s'esquissa sur ses lèvres qui aurait ainsi pu faire comprendre au soldat qu'il s'était embourbé dans une belle bouillabaisse, mais au contraire, sa soif de vengeance l'enivra d'autant plus, étant trop bête pour saisir l'évidence des choses.

Lithium prit son carnet et son critérium, prit appui sur la garde de l'arme et se mit à dessiner.
Le garde n'arrivait pas à interpréter l'utilité de gribouiller dans un moment pareil mais ne chercha pas à en savoir davantage et il attendit en silence. Soudainement, la feuille sur laquelle la voyageuse avait dessiné se mit à se tordre dans tous les sens et une splendide rapière légèrement rosée et dotée d'une garde à l'italienne sortit instantanément de cette dernière. Lithium en dessina une seconde, bien moins jolie bien entendu, et l'envoya sans tarder au garde ébahi. Il l'attrapa de justesse, ne savant que faire de cet objet avec lequel il n'avait auparavant jamais combattu.




"Qu.. Qu'est-ce donc ?", marmonna t-il interrogateur.

"Une rapière.", mais voyant qu'il n'était pas plus avancé, elle rajouta,
"On va dire que c'est une épée avec une lame beaucoup plus fine mais toujours aussi résistante.
Toutefois, elles sont principalement destinées aux coups d'estocs et non de taille, ne l'oubliez pas !
Enfin, vous pouvez attaquer en taille bien entendu mais elles sont plus efficaces en estoc.
ça iras ?"



Le débutant malhabile acquiesca vigoureusement, prêt maintenant à faire de son mieux pour l'envoyer six pieds sous terre. La rapière à la main, il se mit en position de combat, maintenant l'arme à deux mains comme pour une épée lourde. Lithium à cette vue grotesque se mit à rire intérieurement. Quel imbécile.. Néanmoins, elle fit de même mais ne se plaça pas du tout comme son adversaire. Elle plia un peu ses jambes, une plus droite que l'autre et pointa sa rapière vers le garde. Elle était maintenant en position d'escrime, le petit plus était son bras légèrement plié et en hauteur. Souriante et sûre de sa victoire prochaine, elle siffla ces mêmes mots qui lui avait dit quelques minutes plus tôt.



"EN GARDE !"


Spoiler:
 








.

__________



Lithium s'exprime
Bis vous insulte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
Lithium Elfensen
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2709
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde. Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde. EmptyDim 19 Déc 2010 - 21:45
Parade mortelle.








La rapière.. Une arme d'exception, on ne peut le contredire.
Une garde à l'italienne rend ces objets d'une splendeur encore plus unique qu'elles ne possèdent déjà.
Celle de Lithium était d'une beauté sans précédent, elle était tout bonnement exquise et ravissait les yeux. Sa lame quelque peu rosée brillait au contact des rayons du soleil, irradiant les environs de ses lueurs de couleur vermeille et écarlate. C'était une rapière d'une magnificence et d'une somptuosité sans rival, absolument aucune autre arme de ce genre ne pouvait égalé sa beauté flamboyante. Il y avait de quoi être fière de cette merveille qu'elle avait dessiné de mémoire suite à une de ses nombreuses visites dans les musées de tous types. C'était une arme datant du XVII° siècle qu'elle avait pu admirer dans le Rijksmuseum où se trouvait également le fameux Nachtwacht de Rembrandt. Notons de même que ce magnifique bâtiment se trouve être le voisin du musée du peintre Van Gogh, l'illustre néerlandais qui amena dans le domaine de l'art les mouvements du Fauvisme et de l'Expressionnisme. Mais je m'égare, revenons à notre admirable et féerique rapière qui a traversé les âges. Et bien, que dire de plus mis à part que rien ne saurait effleurer cette merveille de la nature ? Elle était tout simplement parfaite.

Il n'en était rien de celle que détenait le soldat.
Aucun charisme ne ressortait de cette arme disgracieuse.
Tout en elle n'était que laideur et vilenie, elle ne possédait absolument pas la moindre qualité que celle dont Lithium disposait pour son usage. La garde avait été dessinée à l'espagnol, un simple panier pour protéger la main mais sans esthétisme. Elle n'avait rien pour elle, assurément rien. C'est pour cela que nous n'avons pas besoin de nous y attarder davantage. Après tout, la jeune fille entamait ce nouveau duel seulement pour se distraire et en finir en beauté avec lui. Car oui, ce que le soldat ne savait pas, c'est que Lithium avait eu droit à plusieurs stages à la maîtrise de l'escrime pour s'y exercer. Il fallait donc avouer qu'elle s'y connaissait suffisamment pour le mettre à terre en un rien de temps, le tout orchestré par un doigté fort habile et une grâce meurtrière. Il était quasiment certain que ce combat était le dernier de toute la pathétique existence de ce malheureux garde. Et dire qu'il faisait partie d'une certaine guilde du nom de Statut Quo. D'ailleurs, elle ne savait absolument pas ce qui en résultait de cette organisation, seulement qu'ils faisaient tout leur possible pour exterminer les nouveaux voyageurs en faisant paradoxalement appel à des voyageurs dit "Killer" pour s'en charger sans se salir les mains. C'était franchement grotesque.

La voyageuse savait pertinemment qu'elle sortirait vainqueur de cette altercation inutile, mais elle voulait qu'il meurt après avoir découvert l'étendue de ses progrès et de ses capacités depuis leur dernière rencontre. Elle possédait de rares ressources et ça, il allait s'en rendre compte rapidement. Peu après qu'elle eut dit ces deux mots pour ouvrir le combat, elle attendit, silencieuse comme précédemment lors de la séance d'épéisme. C'était certainement la chose la plus enrageante chez elle, elle attendait sans rien dire, patientant sereinement. Ce manque d'attention, ou plutôt cette flegme décontracte allumait chez ses adversaires un sentiment de profonde vexation comme si elle les méprisait ou les sous-estimait. Ils devenaient par la suite une véritable bombe à retardement. Ici, le garde ressentait exactement cette sensation, cette horrible impression d'être considéré comme un véritable moins que rien. Toutefois, Lithium ne pensait absolument pas cela, au contraire. Tout ce qu'elle faisait était d'évacuer toute pensée nuisible de son esprit pour être parfaitement concentrée dans sa future danse de lame.
C'était donc un bien malencontreux quiproquo qui naissait en ces minutes même entre les deux protagonistes. Ne supportant plus cette immense outrance involontaire faite à son égard, le soldat se mit à enrager intérieurement. Il finit par empoigner avec force sa rapière et se jeta avec rage sur la jeune fille qui esquiva doucement en esquissant un bref pas sur le côté. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres à la vue de l'homme qui s'était désespérément précipité sur elle. N'avait-il pas compris qu'une arme de ce calibre ne se maintenait qu'à une seule main ? Apparemment pas. Lithium eut pitié de lui à le voir ainsi s'acharner sur elle en se servant de la rapière comme d'une vulgaire épée. Après qu'il eut maintes fois essayé de la toucher alors qu'elle continuait sa parade d'esquive, elle décida de lui expliquer CLAIREMENT comment se servir de son arme car cela en devenait presque pathétique à la limite du lamentable.




"Attendez, attendez !
Calmez-vous deux minutes."
, fit-elle prudemment, sa lame en avant car sachons-le,
un garde énervé est comme un rhinocéros, il faut le prendre avec des pincettes.

"QUOI ?!!
Que veux-tu ? Je dois te tuer, ainsi par ta mort, je récupérerais cet honneur que tu m'as volé !"
, vociféra t-il.

"Je vois..
Non en fait, je tenais seulement à vous dire que si vous tenez tellement à mon décès, il faudrait déjà apprendre à tenir correctement votre arme. C'est une rapière je vous rappelle. C'est comme pour un fleuret, vous ne l'a maintenez qu'à l'aide d'une seule et unique main. Rien de plus enfantin. Vous vous compliquez la vie là mon gars.."



Le soldat ne dit plus rien après cela.
Voilà qu'il s'était ridiculisé tout seul comme un parfait abruti.
Cela ressemblait en tout point à se première rencontre avec cette jeune fille.
Il n'avait pas été suffisamment prudent, et résultat, il s'était pris une sorte de lézard en plein visage laissant ainsi s'échapper la toute nouvelle voyageuse devenant donc par la suite la risée de tout son régiment, et même de sa guilde dans son intégralité. Certains de ses congénères avaient étés jusqu'à lui dire qu'ils devraient presque l'engager à sa place pour avoir été aussi incompétent dans son devoir. Il rumina de rage. Et voilà que maintenant cette pimbêche lui disait comment se battre ! Il tiendrait cette satanée arme comme il le souhaiterait, qu'importe si les règles disaient le contraire. Il hurla sa colère et se précipita de nouveau vers Lithium, la rapière au dessus de sa tête, prêt à lui asséner sur son crâne de femme. Cette dernière attendit patiemment qu'il soit suffisamment prêt d'elle, histoire lui laisser un maigre espoir de réussite, puis esquiva de nouveau. En quelques gracieux mouvements de jambes, elle se retrouva derrière le soldat et lui piqua à l'arrière de son armure, c'est à dire au milieu de son dos, entre les omoplates.
Spoiler:
 
Elle murmura un doucereux "perdu.." puis porta son attention à la protection de l'homme. Mmh, solide la bougresse constata t-elle avec appréhension, ce n'était certainement pas de la camelote acheté au zouk d'à côté. Il lui faudra un violent coup de lame pour la traverser, même très puissant.

Quand le véreux soldat sentit la pointe de la lame acérée de la voyageuse dans son dos, il sursauta de surprise et se retourna, tremblant de sueur. Elle l'avait touché sans la moindre difficulté ! Un léger sentiment de peur commença à l'envahir suite à cela. Il l'a regarda avec une profonde anxiété, se demanda bien comment il allait pouvoir l'atteindre. La jeune fille le regarda d'un air indifférent. Il allait rester longtemps comme ça à la regarder tel un chien apeuré ? Elle soupira de déception. Et dire qu'elle pensait que ce serait amusant, c'était presque ennuyant à la longue d'avoir l'avantage sur son adversaire en parfaite difficulté. Bien entendu, il se jeta de nouveau sur elle, persistant avec une insistance barbante en espérant secrètement pouvoir l'atteindre. Sauf que, ce n'était pas réellement un secret à vrai dire. Pourtant, cette fois-ci Lithium n'esquiva pas. Ne supportant plus de ne pas entendre le crissement de la rencontre des lames, elle décida de parer. Le vrai combat allait enfin commencer. Elle allait jouer avec lui puisqu'il n'était pas capable de la toucher un tant soit peu.

Lame contre lame, elle repoussa avec force celle du garde qui recula maladroitement en arrière, surpris qu'elle ai ainsi subitement changé de tactique et de stratégie. Lithium entreprit de lancer l'offensive la première cette fois-ci. Bien entendu, elle n'allait pas y aller trop fort au début, fallait faire durer un peu le plaisir tout de même !
Elle planta son regard dans celui du garde. Etrangement, l'on pouvait remarquer que l'invocatrice était réellement sérieuse et tout ce qu'il y avait de plus concentré. Elle se contenterait de seulement le toucher sans enfoncer sa lame, ce serait plus amusant. Elle piqua par un coup d'estoc sans laisser le temps de réagir au garde. Abasourdi par la vitesse de cette dernière, il fut touché sans attente.
Spoiler:
 
Un "perdu.." sans intonation sortit de nouveau de la bouche de Lithium. A la seconde près qui suivit, elle retira la pointe de son arme et recula. Le garde n'avança pas cette fois-ci pour riposter, bien trop effrayé par la maîtrise terrifiante de la voyageuse qu'il avait osé provoquer. Tout d'un coup, elle frappa une seconde fois. Il para sans attendre mais elle enchaîna. Sa main gauche toujours au dessus de sa tête, elle asservissait son adversaire de violentes offensives l'obligeant à reculer toujours plus. Il ne savait plus où donner de la tête tellement sa rapidité était troublante et déconcertante. Au fur et à mesure qu'elle frappait, elle le touchait brièvement murmurant inlassablement le seul mot "perdu". Aux côtes, dans le dos, sur l'épaule, à la hanche, à la clavicule et même au mollet, elle l'atteignait absolument partout et surtout n'importe où. Mais le plus perturbant était le fait qu'elle enchainait le tout à une vitesse hallucinante, répétant sans cesse son mot favori et ce sourire.. Ce sourire machiavélique qui s'étirait de plus en plus sur son visage lui donnait des frissons, tellement qu'il lui glaçait le sang et le pétrifiait. Ce petit jeu auquel elle jouait devenait de plus en plus malsain et horrifiant. Il eut presque envie de se rendre mais sa fierté et son orgueil l'en empêchait, il allait certainement y rester cela était une évidence. Il s'était jeté à pieds joints dans le piège de cette fille de Satan comme un parfait imbécile, un irrémédiable idiot. Mais quel con ! Sa vengeance n'aurait donc pas lieu.

Tandis qu'il perdait à vue d'œil, Lithium continuait d'avancer en l'assénant d'une flopée interminable de coups. Néanmoins, elle commençait à s'ennuyer ferme. Il était grand temps d'en finir réellement. Alors qu'elle gagnait davantage de terrain sur le soldat, elle emmena la rapière de l'ennemi dans un tourbillon de lame et finit par lui arracher des mains, l'envoya se planter dans le sable au loin. Ensuite, elle esquissa une rapide embardée sur elle-même et arriva en un vif et agile tournoiement de jambes dans le dos du garde ébahi et encore sous le choc. Face au côté postérieur de son adversaire, elle le frappa d'un puissant et violent coup de pied. Propulsé par la force de l'attaque, il s'écrasa le visage à terre. Sans attendre, il se retourna sur ses fesses pour se relever et.. eut le souffle coupé par une onde de choc qui traversa tout son corps. Il vit la jeune voyageuse aux longs cheveux blonds étrangement près de lui et descendit lentement son regard jusqu'à cet élément étranger et froid qui traversait son armure. Un liquide rouge fit son apparition à la commissure des lèvres du soldat, puis se transforma ensuite en un fin filet de sang qui glissa le long du menton du blessé pour finir son chemin sur le sol, éparpillé en des dizaines de petites gouttelettes rougeâtres. Il cracha abondamment par la suite et fut secoué de spasmes associés à de multiples quintes de toux. Lithium le regarda sans réelle expression sur le visage, puis approcha le sien du garde en s'appuyant délibérément sur la garde de sa rapière encastrée bien profondément dans l'abdomen de celui-ci.
Spoiler:
 
Elle lui susurra doucereusement ce seul et unique mot, ce même mot qui lui avait donné de terribles frissons les quelques minutes précédentes.





"Perdu."



Elle retira vivement sa lame, déclenchant une nouvelle quinte de toux chez le perdant et une gerbe de sang s'écoula de la plaie. Debout devant sa victime ensanglantée, elle le regarda d'un air méprisant. Et dire qu'il se disait membre d'une guilde qui semblait puissante dans son ensemble, c'était lui qui amenait la honte sur celle-ci par sa faiblesse phénoménale. La seule chose qu'elle ressentait à son égard n'était qu'un pur sentiment de pitié. Elle entreprit d'essuyer sa lame sur le sol, révoqua la rapière de son ennemi et se planta de nouveau face à son adversaire vaincu. Ce dernier, toujours tremblant et crachant du sang, releva difficilement la tête vers sa supérieure et lui sourit diaboliquement. Il savait pertinemment qu'il allait mourir ici même en ces lieux désert, loin de Delirium et dans le plus grand des anonymats, mais contrairement aux grecs qui vivaient avec la constante peur de disparaitre dans l'incognito le plus total et de ne pas rester dans les mémoires, lui s'en fichait royalement. Il allait tout simplement s'évanouir dans les airs. Soudainement, il se mit à rire.




"Me voilà donc à ta merci.
Qu'attends-tu pour me tuer hein ?!!
Tues-moi sans pitié, fais couler mon sang !!"

Spoiler:
 

"A force de m'implorer ainsi, je vais finir par vous prendre au mot.", répondit-elle.

"Et bien faites !
Tu deviendras qu'une meurtrière sans cœur, avide de crime et assoiffée de sang !!
Alors, vas-y tues-moi !!"
, vociféra t-il de plus belle.

"Vous me dégoûtez.
Par seule dépit vous dites des choses particulièrement horribles.."
, fit-elle en retroussant son petit nez, puis s'approcha doucement, arborant un visage doux.
Spoiler:
 
"Ce que vous ne savez pas, c'est que je suis ce que vous décrivez. Enfin, du moins je l'ai été.
Mais maintenant, tout a changé. J'ai rencontré des gens qui m'ont donné envie de marcher de nouveau sur la bonne voie, sur celle de la rédemption de mon cœur. Le Petit Prince, Fhörn et son père, Vlad.. Je ne tue rien d'autre que des gens de votre espèce, de pauvres fous, des monstres, des personnes cruels sans la moindre considération pour son prochain. Vous, vous êtes tout cela à la fois. Rien que pour cela, je vous hais. Mais le pire a certainement été le fait que vous ayez enlevé Fhörn pour la simple et unique raison de me faire la peau. Vous êtes pathétique et incapable d'accomplir ce que vous commencez. En cela, je suis différente de vous. Mon honneur et mon sens de la morale me guideront, mon humanité me sauvera et ma volonté me fera traverser les quelconques obstacles qui entraveront ma route. Vous êtes un monstre et un obstacle à la fois, j'ai donc toutes les bonnes raisons de vous tuer. Votre misérable et corrompue existence s'achève ici par ma lame !"


"Non, attends !
Je.."



Elle planta sa rapière dans le sternum du soldat qui vit sans doute défiler sa vie semée de mort et de crimes devant ses yeux.









.

__________



Lithium s'exprime
Bis vous insulte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
Lithium Elfensen
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2709
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde. Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde. EmptyVen 24 Déc 2010 - 14:51

Charité et Amitié.








Et voilà. Tout était fini, enfin.
Il était mort, tout ce qu'il y avait de plus mort.
Lithium était debout face au corps inerte et gisant dans une flaque de sang du soldat.
Ce dernier possédait encore ce sourire machiavélique sur le visage, comme si il comptait encore semer la mort et la désolation autour de lui. La jeune fille eut un léger frisson dans le dos à cette horrible pensée mais se ressaisit car un immense problème subsistait. Qu'allait-elle faire du corps ? C'est bien joli de vouloir lapider du garde, mais il faut ensuite aussi prévoir le moment où il faudra faire le ménage derrière soi. Et zut, elle n'avait absolument pas prévu cette légère broutille. En tout cas, il était évident qu'elle ne ferait pas un bon tueur en série. Enfin, du moins pas au niveau de la discrétion. Lithium se torturait les méninges à s'en faire violence. Il n'était pas si loin que ça de Delirium et de plus, ils se trouvaient principalement dans une zone désertique, elle ne pouvait donc pas le cacher furtivement étant donné qu'aucune planque n'était plausible. Mais qu'allait-elle donc faire de cet obstacle qui lui obstruait la voie ? Elle était dans une sacrée mouise pour tout dire. Elle se mit à paniquer à l'idée qu'elle se fasse prendre. Comment pourrait-elle ramener Fhörn si cela venait à arriver ? Il fallait absolument qu'elle trouve une solution à cet ennui pour le moins imposant. En attendant de trouver une issue, elle révoqua son arme sans plus tarder pour économiser l'énergie qui lui restait malgré son combat face au membre de Statut Quo.

Après avoir réfléchi pendant bien cinq minutes, elle décida de le tirer par les pieds et de le placer derrière le rocher où gisait Fhörn, toujours autant pétrifié par la peur. Toutefois, elle s'exécuta non sans mal. Lithium lâcha un énorme soupir d'effort tellement le poids du garde était élevé. Mais il pesait combien cet empoté de soldat ?! il n'était pas si grassouillet et ventripotent que ça, comment cela se faisait-il qu'il soit aussi lourd ! De plus, son visage n'avait rien de replet ni de bouffi. En fait, si son âme n'était pas autant souillée par le mal, il aurait pu être qualifiée de charmant voire même d'attrayant. Néanmoins, cela n'était pas le cas. Son cœur était si mauvais et tellement ignoble que Lithium en avait presque la nausée seulement en le regardant. La jeune continua son entreprise, expirant comme un bœuf tant cela lui demandait de peine. A force de patience et de ténacité, elle finit par l'amener à destination du rocher. Doucement, elle plaça le corps du défunt dos au caillou et ajusta ses bras de sorte à ce qu'ils soient en croix. Elle essuya à l'aide de sa manche le sang encore présent à la commissure des lèvres du soldat et ferma les yeux entrouverts de ce dernier. Même si cet homme n'était qu'un abominable et exécrable personnage, il n'y avait absolument aucune raison qui faisait qu'il devait mourir autrement que les autres. Alors que la voyageuse s'apprêtait à libérer Fhörn de ses liens, une chose inouïe vint à se produire.

Une faible lumière émanait du corps du garde, une lumière douce et chaude.
Cela en était presque étonnant qu'une telle lueur provienne d'un homme de ce calibre et de ce genre.
Lithium s'approcha doucement du soldat, le prit dans ses bras et attendit patiemment. Cette attente fut certainement la meilleure idée qu'elle eut jusqu'ici car l'observation qui s'ensuivit par la suite fut très fructueuse en informations sur le fonctionnement du monde onirique. Le corps du garde brillait doucement et se faisait de plus en plus léger. Puis soudainement, des particules lumineuses de poussière commencèrent à apparaître; c'était l'enveloppe charnelle du défunt qui s'évaporait en mille et une parcelle de cendre physique. La jeune fille n'en croyait pas ses yeux. Comment diable cela était-il possible ?! Malgré sa frayeur et son ahurissement des plus compréhensibles, elle maintint sa position, observant attentivement le soldat s'échapper dans les confins des cieux de Dreamland. Une fois cet évènement pour le moins étrange passé, Lithium se questionna sérieusement. Est-ce que les habitants des songes mourraient tous ainsi, ou était-ce différent pour chacun d'entre eux ? Et les voyageurs, comment disparaissaient-ils ? L'invocatrice ne savait où donner de la tête. Décidément, elle avait encore beaucoup de choses à apprendre sur cet endroit. Après s'être remise de ses émotions, elle se hâta de libérer Fhörn de ces cordes qui l'emprisonnait depuis bien trop longtemps.

Pourtant, même après que le garçon fut libéré de ses liens, il ne bougea pas, pas un muscle ne réagit.
Avait-il eut autant peur que ça ? Il fallait dire que tout cela n'était pas fait pour un enfant âgé de 9ans à peine. C'était bien trop intense et extrême comme situation. Le cœur de Lithium se serra vivement en constatant l'état déplorable du mental du garçonnet. L'intégralité de ses membres étaient secoués de vifs tremblements et de soubresauts qui laisseraient presque à penser qu'il était en proie à une véritable crise d'épilepsie. Que pouvait-elle faire pour le ramener à la normale ? Une idée germa lentement dans le cerveau de la voyageuse qui ne réfléchit pas à deux fois avant de mettre à exécution sa pensée. Doucement, elle s'assit aux côtés de Fhörn, le prit dans ses bras puis l'installa sur ses jambes et se mit à lui murmurer une apaisante mélodie que lui chantait sa mère quand elle n'était encore qu'une enfant. Ce n'était qu'une simple berceuse, mais généralement cela lui suffisait pour qu'elle se calme et s'adoucisse. Et apparemment, cela faisait le même effet sur Fhörn que cela avait pu en faire sur elle auparavant. Le corps du garçonnet se réchauffait à vue d'œil et les tremblements cessaient peu à peu. Etait-il revenu de cet abîme sans fond qu'est le mental ? Inconsciemment, Lithium déposa un doux et maternel baiser sur le front du garçon qui reprit immédiatement ses esprits. Ses yeux s'ôtèrent le voile opaque qui avait pris possession de leur vivacité et les couleurs de la vie reprirent leur territoire sur les joues de l'enfant. Doucement mais sûrement, il avança ses mains vers l'abdomen de la voyageuse et murmura ses mots à son intention d'une voix faible et quasi-inaudible.




"Maman ..?"




Lithium fut surprise d'entendre ce soupir mais ne s'en offusqua point. Il était tellement gratifiant de se faire prendre pour la mère de quelqu'un d'autre, cela signifiait que vous n'étiez en aucun cas repoussante et antipathique, bien au contraire. C'était comme si vous étiez fait pour être mère. Certes, elle n'aimait pas du tout les enfants mais ce n'était pas une raison qui faisait qu'elle les haïssait tous sans exception. Fhörn faisait partie de ceux dont elle pourrait éventuellement s'amouracher fraternellement. De plus, il était dans une triste passe, elle se devait de lui procurer un tant soit peu de bonheur et de chaleur. Elle lui sourit chaleureusement, secrètement heureuse de s'être ainsi fait appeler et lui caressa tendrement le visage tel une véritable maman ferait. Durant un bref instant, elle eut l'impression d'être à la place de Wendy dans Peter Pan, chantant sa fameuse chanson "Une maman d'Amour" aux enfants perdus et à ses frères. Sereine et radieuse de le savoir vivant et en bonne santé, elle lui déposa chaudement un baiser sur le front, l'étreignant d'autant plus. Qu'est-ce qu'il était adorable ce gosse, elle l'adopterait presque.



"Chuuut.
Fais comme si c'était le cas un bref instant."
, lui chuchota t-elle avec douceur.



Finalement, le garçon se mit à pleurer à chaudes larmes tellement le besoin s'en faisait sentir.
Il enlaça vigoureusement la jeune fille qui fit de même sans trop se poser de questions. Même si au fond de lui il savait pertinemment que ce n'était en aucun cas sa chère et tendre mère, il voulait profiter le plus possible de cette chaleur féminine et maternelle à la fois. A cet instant précis, l'image de sa maman était bien trop présente pour qu'il s'en débarrasse. La tête profondément enfouie dans la poitrine ferme de Lithium, il ressentait un peu cette sensation perdue qu'il avait éprouvé auprès de sa regrettée et aimée maman il y a de cela quelques années déjà. Ce qui lui réchauffa le cœur fut de savoir qu'elle avait tenu sa promesse. Elle était revenue. De plus, elle l'avait sans hésiter sauvé des griffes de ce garde véreux et ignoble. Et dire qu'il pensait être en sécurité à Delirium, il ne pouvait même pas compter sur les forces de l'ordre de sa cité. A l'avenir, il se méfiera des gardes qui seront trop mielleux à son intention. Difficilement, il se releva et regarda intensément Lithium dans les yeux.




"Merci."

"Pour quoi ?
Je n'ai fait que ce qui m'a semblait juste et ce que m'a dicté mon cœur.
Tu n'as aucune raison de me remercier, c'est une réaction tout à fait normale de ma part."
, elle lui caressa doucement les cheveux.

"Pas que pour ça.
Tu es revenue.."


"Je dois t'avouer que je n'ai pas fait exprès sur le coup en réalité.", dit-elle embarrassée.
"On va dire que j'ai encore trop fait la fête hier..", elle ria machinalement.

"Tu es tout de même revenue.
De plus, tu m'as sauvé au péril de ta vie.
Et éga.."



Il s'arrêta brusquement. Plus rien ne bougea chez lui, même sa respiration s'était brutalement suspendu.
Son regard fébrile se porta sur la plaie succincte mais néanmoins sanguinolente et brillante située sur l'épaule gauche de Lithium, et instantanément de colossales larmes coulèrent sur ses joues. D'immenses perles d'eau roulèrent jusqu'au sol, tâchant sa salopette décorée de camions, et sans attendre il se jeta sur elle, totalement paniqué par ce rouge qui avait souillé les vêtements de la voyageuse. Il n'avait pas remarqué cette affreuse et douloureuse blessure, et tout au fond de son cœur, il espéra vivement que cela n'était rien de grave. Car oui, il avait rarement vu de sang de toute sa vie, hormis les égratignures et écorchures superficielles qu'il se faisait constamment lorsqu'il montait dans les arbres, jamais il en avait vu en si grande quantité. La peur et l'appréhension lui nouèrent fortement le ventre jusqu'à la nausée. Face à cette meurtrissure, il perdait tous ces moyens.




"Que s'est-il passé ?!!
Il t'a blessé ? Tu n'as pas mal ?
Je.. Je crois qu'il y a un médecin pas loin !"
, il voulut se lever mais Lithium l'en empêcha.

"Ne t'inquiètes pas.
Ce n'est rien. Sa lame m'a seulement effleurée, je ne sens même plus la douleur que j'ai bien pu ressentir sur le coup. Tu n'as absolument aucun souci à te faire à ce propos. Je suis bien plus résistante que tu ne le crois ! La preuve, je viens de terrasser un garde de.. de Statut quo si je me souviens bien. Contrairement à lui, j'en suis ressortie quasiment indemne. Je n'ai pas pris des cours d'escrime pour rien hein !"
, elle laissa échapper son fameux rire cristallin qui ne manqua pas de convaincre le garçon.

"D'a.. D'accord.", fit-il en rougissant légèrement.

"Je devrais peut-être te ramener à ton père.
Il doit horriblement s'inquiéter, ça fait un moment que je suis partie pour toi.."


"Mon père ?!!
Il va bien ?"
, s'excita Fhörn à la mention de son papa.

"Oui, ne te fais pas de soucis.", répondit-elle en riant.
"Il n'a eut de cesse de me chercher pour te ramener.
Tu peux être fier de lui, il n'a pas laissé tomber jusqu'à mon arrivée.
Allez, on devrait y aller."



Elle se releva doucement tout en mettant Fhörn sur ses pattes.
Ce dernier ne dit rien et resta silencieux. Alors que la jeune fille commençait à marcher en direction des portes de la ville, le garçonnet courut après elle et attrapa vivement sa main. Lithium fut d'autant plus surprise que quand il l'avait prise pour sa mère, mais lui sourit de nouveau et maintint fermement cette petite main d'enfant dans la sienne. Décidément, elle allait finir par changer d'avis sur les gosses. Elle secoua promptement la tête pour s'ôter cette méprisable pensée et continua sa marche aux côtés du garçon, heureux de pouvoir tenir la main ainsi à sa nouvelle amie voyageuse. Ils traversèrent silencieusement les grandes et lourdes portes de la ville et continuèrent leur route à travers la cité, l'un attendant avec impatience de retrouver sa seule et unique famille, l'autre d'y assister. Finalement, l'embouchure de l'avenue principale se fit entrevoir et une ombre vacillante s'approcha d'eux lentement pour ensuite arriver à vive allure. Lithium et Fhörn comprirent que c'était le père de ce dernier qui avait reconnu par sa seule silhouette son fils bien-aimé. L'enfant se mit à pleurer et la jeune fille lui lâcha la main. Il se mit à courir en direction de son père qui se faisait plus distinct au fur et à mesure qu'ils accéléraient tous deux. Chacun d'eux pleurait à outrance tellement le fait d'avoir été si loin l'un de l'autre avait été une épreuve éprouvante et horrifiante. Ils s'attrapèrent violemment au vol et pleurèrent d'autant plus, des gémissements s'échappaient de leurs gorges et leurs corps étaient agités de tremblements et secoués de sanglots. C'était une scène particulièrement bouleversante. Personne n'aurait pu rester de marbre et stoïque face à cela.

Lithium elle-même ne put s'empêcher de laisser l'émotion s'emparer d'elle à cette poignante vue.
Elle aurait aimé que cette amour inconditionnel que se vouaient mutuellement Fhörn et son père soit le même entre le sien et elle. Concrètement, elle en était presque jalouse de cette relation fusionnelle et affectueuse qu'ils détenaient. Une larme furtive perla le long de sa joue, glissa sur ses lèvres rosées et tomba au sol en une fine pellicule. Pourquoi n'était-ce pas ainsi pour elle ? Qu'était donc l'élément manquant qui ferait que leur relation ressemblerait plus à celle d'un père à sa fille que de vulgaires étrangers venant de se rencontrer à l'instant dans la rue en provenance du Boulanger ? La jeune fille essuya rapidement le tracé qu'avait laissé la larme, honteuse de s'être ainsi laissée prendre à l'émoi et le saisissement de la scène, puis se mit à sourire douloureusement en observant la famille réunie de nouveau. Elle s'approcha doucement d'eux, souhaitant leur dire au revoir. Il était grand temps pour elle de se réveiller et de rentrer chez elle, dans son monde. Quand ils virent qu'elle se trouvait à proximité, ils se levèrent lentement tous deux. Fhörn se trouvait dans les bras bienfaiteurs de son père, les bras enroulés autour de son cou, un sourire heureux et rassuré sur le visage. Le paternel souriait également, le visage trempé et les yeux brillants d'avoir pleuré, reconnaissant à n'en plus finir envers Lithium qui en était presque gênée par autant de gratitude à son égard.




"Comment pourrais-je vous remercier d'avoir récupérer mon fils ?", fit-il le ton tremblant.

"Le savoir auprès de vous et en vie me suffit amplement.
C'est sûrement la plus grande des récompenses que vous pouvez m'offrir."


"Mais.. N'ai-je pas un autre moyen pour vous satisfaire ?
Je n'ai certes pas beaucoup d'essences de vie, néanmoins peut-être que.."


"Je ne veux pas d'argent, je vous l'ai déjà dit.", le coupa t-elle.
"La vie n'a pas de prix.
Toutefois, moi je peux faire quelque chose de plus pour vous."



Elle farfouilla délicatement dans son sac et en sortit une petite bourse qu'elle leur tendit fermement.
C'était tout ce qu'elle détenait depuis son aventure. Il fallait dire que, elle ne demandait jamais rien en échange quand il s'agissait de protéger quelqu'un. Par exemple, elle avait escorté le Petit Prince pour absolument rien du tout, pas un sous. Sa seule compagnie avait été sa récompense, et quelle récompense ! Ce n'est pas tous le monde qui a eu la chance de le rencontrer. Avec son maigre tribut, elle espérait néanmoins les aider au moins quelque peu.




"C'est à peu près toute l'essence de vie que je possède.
Il doit y en avoir à peu près.. soixante quinze. Le reste doit traîner au fond de mon sac, du moins s'il m'en reste.
Je ne sais pas trop où elles sont donc bon.. J'espère que cela suffira."


"Je.. Je..", bégaya t-il.
"Je ne peux pas accepter, vous avez déjà tant fait pour nous."

"Non justement.
Je n'en ai pas fait assez.
Je vous en prie, acceptez cette modeste contribution.
Vous pourrez fêter ça dignement ce soir et même les jours suivants !"
, supplia t-elle d'un ton tellement persuasif que le père prit doucement la bourse entre ses mains et l'a tendit à son fils qui regarda Lithium avec reconnaissance et admiration.

"Merci.
Je.. Je ne sais quoi dire."


"Ne dites rien.
Rentrez chez vous et profitez de votre fils."
, sourit-elle affectueusement.



Fhörn sauta des bras de son père et se jeta dans ceux de Lithium qui faillit tomber à la renverse par cette étreinte soudaine mais agréable. Heureuse d'autant d'affection, elle entoura le gamin de son étau maternel et l'étreignit aussi fort que possible. Il allait lui manquer ce gosse, mais elle reviendra. Elle pouvait le jurer sur sa vie. La jeune fille lui murmura à l'oreille sa promesse, un engagement qui ne manquera pas d'être tenu, il en était certain.




"Je reviendrai comme je te l'ai promis, mais ce, dans d'autres circonstances.
Celles-ci n'étaient pas idéales pour des retrouvailles doit-on avouer, hein ?"
, elle ria de nouveau.

"C'est vrai.
J'espère te revoir bientôt..
Tu vas me manquer."


"Toi aussi Fhörn.
Embrasses ton père pour moi."
, souffla t-elle.

"Hein ..?"



L'instant d'après le garçonnet se retrouvait par terre au beau milieu d'un nuage de fumée.
La voyageuse s'était réveillée dans son monde. L'enfant se releva silencieusement et se dirigea de nouveau vers les bras protecteurs de son père, et ensemble, ils rentrèrent chez eux. Intérieurement, ils remerciaient profondément l'invocatrice qui les avait tant aidés et ce, pour rien d'autre que leur bonheur. Décidément, des voyageurs comme ça on n'en faisait plus de nos jours. Il était tellement rare de n'avoir rien à donner en échange d'un service. Quoique, ici cela avait été plus qu'un service, c'était la vie de son fils qui avait été en jeu. Et au péril de la sienne, elle s'était jetée la tête la première dans le piège de cette fripouille et fourbe de garde. De plus, il était bien connu que les membres de Statut Quo engageaient des Voyageurs Killers expérimentés pour éliminer les naissants comme Lithium l'avait été. Mais heureusement qu'elle avait su se défendre le jour où il l'avait piégée dans une ruelle sombre, et maintenant, on ne pouvait plus la considérer comme une vulgaire débutante. Fhörn était d'ailleurs extrêmement fier d'avoir cette voyageuse pour amie, elle saurait le protéger dès qu'il en aurait besoin, il l'a considérait presque comme son idole à présent. Le repas de ce soir sera sûrement différent de tous les autres grâce à elle. Ils ne l'oublieront pas.







[Rp Clos.]




__________



Lithium s'exprime
Bis vous insulte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde. Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde. Empty
Revenir en haut Aller en bas

Vengeance d'une Blonde ou Comment fermer le clapet à un garde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Delirium City-