Haut
Bas
Voir le deal
11.80 €

Partagez

Sex Night : " Debauchery and unreliability" [Quête Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Khildar Blacksilver
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 722
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 31

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Sex Night : " Debauchery and unreliability" [Quête Terminée] Sex Night : " Debauchery and unreliability" [Quête Terminée] EmptyMer 1 Déc 2010 - 23:38
Discover a new World ...

Les instants passés en la divine compagnie de cette délicieuse créature avaient rendu heureux Oscar. C’est pourquoi il s’était endormi le sourire aux lèvres et avec l’image de déesses à son esprit.
Cette pensée l’entraîna dans un royaume oublié où la végétation s’était rendue maîtresse. Les ruines d’un palais croulaient sous la flore puissante reprenant ses droits sur de vieilles pierres effritées par le temps. Un véritable spectacle d’abandon où l’impact d’êtres plus ou moins humains s’évanouissait devant la supériorité de la nature.

Pourtant, ce lieu n’était délaissé qu’en apparence. En effet, les sujets de ce roi disparu demeuraient et tentaient d’entretenir un minimum ce royaume. Leur village se situait un peu plus loin, le palais devenant qu’un souvenir d’une ère lointaine.
Toutefois, ce n’était pas la seule présence notable. Trois jeunes et superbes créatures du Seigneur Cauchemar du Royaume Obscur arpentaient ce lieu dans l’intention d’en éliminer tous gêneurs. Ce royaume pouvait parfaitement remplir la fonction d’avant poste, d’où l’intérêt de le vider de tous nuisibles.

Merveilleuses, elles l’étaient sûrement. Leurs yeux possédaient des reflets flamboyants et rappelaient celui des pierres précieuses à l’agonie du soleil. L’une d’entre elle avait de longs cheveux si dorés qu’ils paraissaient blancs, une autre un peu plus court, mais non moins lumineux et la dernière les avaient plutôt court et bruns. Celle qui semblait la meneuse du groupe possédait des ailes d’ange, bien que son visage reflétait des intentions plus diaboliques.
Leurs armures bien que légères et ne couvrant que d’infimes parties de leur corps leur permettaient une grande liberté de mouvement et leur conféraient une rapidité d’action indéniable.

Elles patrouillaient donc dans ce royaume à la recherche de proies potentielles afin de se divertir. Leurs formes généreuses et leurs traits si doux étaient des armes non négligeable, mais elles portaient aussi un couteau.

Mais tout ceci, Oscar n’en était pas au courant, du moins, pour le moment. Il ouvrit doucement les yeux et se mira. Il bougea en tout sens pour faire l’inventaire de sa tenue. Des bottes montantes jusqu’aux genoux en cuir et noir, de surcroît, un pantalon blanc et large rentré de ces bottes, une ceinture noire à large boucle dorée, une chemise blanche aux manches bouffantes et avec des lacets au col ouvert et ses gants blancs, naturellement. Point de haut de forme, ni de nœud papillon. Il le possédait, il le savait, mais savait aussi que son apparition dépendait de sa volonté de l’avoir sur lui ou non. Qu’importe, il se satisfaisait amplement de cette tenue ci. Ses cheveux étaient toujours blancs et sa peau de même. Sa barbichette gardait sa teinte rouge sang, tel un fin coup de pinceau laissé sur son visage immaculé.

Après s’être informé de son état, il lui sembla opportun de savoir où il se trouvait. En l’occurrence, devant une statue représentant deux femmes, ou plutôt, une femme et une jeune fille, toutes deux allègrement peintes de manières quelques peu cavalières et marquées de symboles et d’écritures farfelues
.

*J’aimerais serrer la main de l’artiste pour lui prouver mon vif intérêt envers son œuvre. *

Il se rendit compte aussi qu’il se trouvait au milieu d’une forêt dense et assurément peuplé de créatures peu enclin à la conversation. Les sons provenant de cette végétation luxuriante ne l’atteignaient pas. Il s’en nourrit pour mieux appréhender ce nouvel environnement aux allures hostiles. Il ne fallait en aucun cas perdre son cas et se mettre à courir en tous sens, c’était le meilleur moyen de se perdre et il ne tenait en aucun cas de se retrouver au beau milieu d’une réunion des carnivores anonymes dont il servirait de banquet d’ouverture.

C’est pourquoi il suivit le chemin à peu près visible. Ce chemin était vieux et il lui fut difficile d’en suivre la trace exacte. Tout semblait se mouvoir autour de lui, les feuilles, les branches, les buissons longeant le chemin de terre. Des yeux le suivaient avidement, des bouches s’ouvraient à l’idée de faire de cet être un délicieux repas
.

"Cool la balade, mais faudrait un jour songer à arriver quelque part, non ?"

"On est suivit, je suis sûr qu’on est suivit."

"Bien sûr qu’on est suivit ! Qu’est ce que tu crois !"

"La feuille, elle a bougé, j’en suis sûre !"

"Mais ferme là, pauvre pouffe, t’aurais peur de ton ombre !"

"Même pas vrai !"

"Qu’elle dit …"

"Auriez vous l’obligeance de cessez vos simagrées ?"

"Oh mais va jouer dans le mixer Laënoris …"

"Si vous le prenez sur ce ton …"

"Hey ! Hé, non arrête ! Ne me …"

L’agitation qui s’en suivit ne fit qu’accentuer le mal de crâne d’Oscar qui trouvait ses démons décidément bien indisciplinés. Se pensant seul, il se permit d’hurler :

"Mais vous allez vous la fermer, oui ?! J’aimerais profiter du peu de silence que m’offre ces lieux !"

Aucune réponse, et c’était tant mieux. Il arriva enfin à une clairière qui lui dévoila un splendide palais d’un autre temps, le lierre et autres plantes s’étant chargé de la décoration intérieure et extérieure.
Voulant goûter à ce somptueux panorama, il s’avança pour s’asseoir au bord de ce monde et le contempla de tout son soûl. Le soleil déposait doucement ses rayons sur ces vieilles pierres aux couleurs d’un autre temps. La végétation luxuriante apportait son lot de sons et de couleurs, complétant à merveille ce tableau enchanteur.

Ce fut alors que l’improbable et le magnifique se produit : un ange parcourut le ciel. Les yeux écarquillés, ne pouvant détacher son regard de cette apparition presque divine, Oscar admirait cette créature qui se déplaçait avec grâce dans l’immensité du ciel. Il ne pouvait en croire ses yeux. Bien que Dreamland soit un monde où les limites de l’impossible étaient déjà repoussées, le simple de fait d’apercevoir une créature ailée ressemblant à un ange l’impressionnait. Surtout en ces lieux qui lui paraissaient abandonné.


Qu’est ce qu’un ange aurait à faire ici ?

Tout à ses réflexions, il se rendit compte que cet ange se dirigeait vers lui. Il n’en bougea pas pour autant, après tout, quelles raisons aurait il de le faire ? Il ne se doutait de rien et demeura les jambes dans le vide à attendre l’arrivée de cette créature aux ailes blanches.

La proie était facile, il ne réagissait même pas. Elle pensa même un instant qu’il était mort et qu’elle se déplaçait vers un cadavre. La couleur de la peau semblait lui confirmer cette hypothèse, d’une pâleur cadavérique. Elle n’en resta pas moins curieuse et continua son vol pour enfin se positionner bien en face afin de scruter ce corps et établir sa vivacité.

Lorsqu’elle fut juste devant lui, il leva ses yeux bleu acier et l’observa d’un air curieux plus qu’intrigué. Il la détailla sans se gêner, penchant parfois la tête sur le côté, laissant ses cheveux blancs s’échoir sur sa frêle épaule.
Elle était parfaite. De longs cheveux si dorés qu’il en émanait un éclat éblouissant, des traits si fins à rendre jaloux les plus belles statues grecques, une bouche aux lèvres pulpeuses donnant l’envie de les mordre et ces yeux … Des yeux flamboyant, d’une douce chaleur et en même temps, d’un brûlant.

Dès qu’il posa ses lacs de glace sur ces torches, il lui sembla fondre. Sa volonté s’étiola et il resta les bras ballant face à cette apparition divine, la lumière du soleil l’auréolant accentuant cette impression.
C’est alors que l’ange s’approcha de lui pour venir entourer sa taille de ses jambes et se poser sur les siennes. Les ailes se rétractèrent contre le dos nu en un doux bruit de plumes, devenant une sorte de manteau blanc et duveteux. Le contact de la peau douce de cette sublime créature sur ses vêtements l’électrisa, lui faisant prendre conscience de la situation.
Elle n’était que peu vêtue. Une simple épaulière, un agencement de métal aux reflets verts protégeant que très partiellement sa poitrine et ses flancs, des protections aux avants bras ainsi qu’une armure épousant la forme de ses hanches formaient ses seules protections.

Un fin sourire apparut à la commissure de ses lèvres, détaillant un peu plus les formes plus qu’appréciables de cette ange. Il se rendit alors compte qu’elle possédait des sortes cornes incrustés de joyeux, aux mêmes lueurs que ces yeux.
Elle sourit à son tour et garda son étreinte autour de sa taille, le maintenant ainsi assis au sol. Son visage se rapprocha lentement de celui de cet humain à la peau pâle et sentit une certaine chaleur en émanant.

Oscar ouvrit la bouche pour prononcer d’une voix tendre, ne la quittant pas des yeux
:

"Que me vaut l’honneur de cette divine apparition ?"

Elle répondit, non moins surpris du ton doucereux que du fait qu’il soit réellement vivant :

"Ainsi la teinte de ta peau n’est qu’une illusion … Tu n’es pas cadavre."

Il répondit, son sourire s’accentuant :

"Tout est illusion."

Et d’un mouvement lest, il s’approcha si près d’elle qu’il put sentir son cœur battre et son souffle sur sa peau. Ne lui laissant pas le temps d’esquisser le moindre geste, il la tint par la taille de ses fines mains gantées et l’embrassa. Ses lèvres épousèrent la forme de cette créature des (et de) rêves puis subtilement, il fit glisser sa langue en l’ouverture pour venir explorer cette cavité buccale. Tout d’abord à tâtons, ne sachant où venir. Puis, s’enhardissant, il lui offrit un baiser plus ardent, ses mains la serrant encore plus, l’accolant contre lui.

Elle fut naturellement surprise par cette subite marque d’affection. Ses yeux s’écarquillèrent puis se radoucirent. Elle ferma un instant les paupières pour mieux profiter de ce court répit qu’elle accordait à sa victime. Il lui était délicieux d’ainsi jouer avec sa proie, faisant croire qu’elle était à sa merci alors que les mailles du filet se resserraient toujours un peu plus autour de ce pauvre fou.

Ses lèvres quittèrent celle pulpeuses de cette femme aux cornes de diable et aux ailes d’ange. Il garda cependant l’étreinte maintenue, l’emprisonnant de ses maigres bras tandis qu’elle faisait de même avec ses jambes, si longues et si puissantes qu’il lui semblait être entre des tenailles de fer.

Elle souffla, ses cheveux encadrant son superbe visage à la beauté démoniaque
:

"Quelle vivacité ! En voici des manières."

Pour toutes réponses, il glissa sa main vers la croupe de la diablesse pour venir toucher un objet qui lui semblait être une arme. Le pommeau d’un couteau d’après ce qu’il pouvait effleurer.
D’une impulsion incompréhensible, il s’empara de cette arme et la glissa sous la gorge de celle qu’il venait d’embrasser, une lueur de Folie enflammant son regard. Son sourire s’accentua à en devenir une grimace, ses traits se forcirent et un de ses sourcils se fronça, son visage reflétant ainsi toute la Folie qui venait de s’emparer de son esprit.
Il articula en un rire sardonique
:

"Il est vrai que je ne manque point de vigueur, à bien des égards …"

La lame effilée faisait plus que caresser la douce peau hâlée, un mince filet de sang venant d’apparaître. L’expression de la créature aux ordres du Seigneur Obscur n’était plus qu’une rage infinie. Sa bouche tordue, ses sourcils froncés, ses traits, tout son visage n’était plus qu’une haine viscérale envers ce freluquet qui osait la menacer, elle, Alouqua, démones au service du Seigneur Obscur.
Toutefois, elle remarqua l’éclat dans les yeux de son adversaire. Une lueur de pur sadisme et d’envie de tuer. Elle n’était aux prises d’un simple voyageur qui voulait se défendre, non. Cet homme désirait la faire souffrir et mettre fin à ses jours avec une telle force qu’elle en vibra d’excitation.
Enfin quelqu’un qui en valait la peine. Sa colère laissa place à une joie et ses lèvres formèrent un sourire tout aussi empreint de sadisme que celui qu’affichait Khildar.

D’un mouvement de reins qui ne manqua pas de surprendre notre démon de Lord, elle se dégagea de son étreinte pour s’éloigner en battant des ailes. Il n’en conserva pas moins le couteau dans sa main et bondit sur ses pieds, prêt à tailler dans la tendre chair.

Une fois dressé sur ses frêles jambes, il comprit pourquoi elle s’était ainsi installée sur lui. Elle lui avait bloqué la circulation de sang, ce qui eut pour conséquence l’ankylose de ses membres. Il vacilla et tenta de rester debout, ses jambes fléchissant.
Profitant de cet instant de faiblesse dont elle n’était pas innocente, elle se précipita vers lui, les mains tendues en direction de sa gorge avec la ferme intention de l’étrangler faute de pouvoir le saigner.

Il se fendit d’un pas sur le côté, les ongles lui griffant la joue. Se mettant en position de défense, sa garde le protégeant d’éventuelles attaques sur ses flancs. Le couteau dans sa main droite, le poing fermé pour la gauche, il était tout à elle pour un échange passionné et sanglant
.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Khildar Blacksilver
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 722
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 31

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Sex Night : " Debauchery and unreliability" [Quête Terminée] Sex Night : " Debauchery and unreliability" [Quête Terminée] EmptyMar 21 Déc 2010 - 18:53


… and new enemies …


Un vent aurait pu souffler pour agiter les cheveux blancs de Khildar et ceux étincelants d’Alouqua, mais il n’en fut rien. Le temps était superbe, le ciel dégagé et le soleil chauffait allègrement les pierres. La forêt qui cernait les ruines offrait son lot de bruits plus ou moins inquiétant. Les arbres courbés semblaient vouloir assister à ce combat, leur feuillage silencieux comme par respect envers les deux protagonistes.

Ils s’observèrent un temps, pour jauger les capacités de l’adversaire. Khildar faisait pâle figure, tout aussi littéralement qu’au figuratif. Des jambes fines, des maigres bras, une faible constitution en somme, c’était ce qu’on pouvait penser en le regardant. Mais elle ne s’y trompait pas, sa vitesse de réaction pour la prise de son couteau témoignant de sa vivacité. Il lui avait dit lui-même, tout est illusion, il ne fallait donc pas compter sur son apparence pour savoir quelque chose sur lui.

Il se déplaçait lentement, de façon circulaire, se dirigeant vers la forêt tout en lui tenant face. Elle lui paraissait puissante et vive. Ses ailes lui conféraient un avantage indéniable, des attaques aériennes n’étant pas à écarter. De plus, sa vitesse devait être de loin supérieure à la sienne. Il allait lui falloir faire preuve de ruse et de justesse.
Pour le moment, il s’était montré suffisamment astucieux pour se procurer une arme. Il la tenait en direction de son ennemie, pointant directement vers sa poitrine si … généreuse. Il eut un moment d’inattention à cause de ces protubérances mammaires et s’en mordit les doigts.

Elle s’envola pour atterrir juste derrière lui, ne lui donnant le temps que de se baisser tout en s’écartant, son bras droit effectuant un large mouvement circulaire pour pallier à toutes agressions. Il ne pouvait pas savoir de quels côtés elle attaquerait, il se devait d’être prévenant. Il sentit un souffle au dessus de sa tête, un bras le frôlant de peu.

Evitant son propre couteau en s’élevant à nouveau dans les airs, elle s’abattit directement sur lui, ses genoux percutant franchement sa colonne vertébrale. Le choc fut violent et craquant à souhait, il ne put que plier.
Face contre terre, il dut néanmoins réagir rapidement en roulant sur le côté pour échapper temporairement à cette démone.


"Allez, on se bouge la larve !"

"Dommage qu’il faille se battre contre elle, elle est vraiment pas mal …"

"On va se la faire, on va la charcuter, allez, on se bouge !"

Tout en se relevant un peu plus loin, il pesta contre ces démons qui ne lui laissaient que si peu de repos. Ne lui laissant pas le temps de se remettre de ce coup douloureux, elle se précipita à son encontre à une telle vitesse qu’il ne put qu’encaisser, son couteau ripant sur l’armure aux reflets verts. Il se retrouva à terre une nouvelle fois et dût effectuer plusieurs mouvements d’esquives afin d’éviter les frappes nettes et précises d’Alouqua. Sa tête et son corps s’agitaient en tous sens, les mains de la démone passant près de son visage et de certains points vitaux. Il ne put en éviter quelques unes, les coups portés le faisant pour le moment que peu souffrir car il prenait sur lui et surtout parce qu’elle semblait retenir sa force.

Il parvint à bloquer un bras et essayer de porter un coup de couteau mais elle réussi à se défaire de sa poigne et s’écarte afin d’éviter tout autre attaque tranchantes. Usant de ce court répit, Khildar se redressa, le visage animé d’une envie de tuer.
Il se jeta sur elle, sachant pertinemment qu’elle allait l’éviter par la voie des airs. Ce qu’elle fit. Et dans son désir de contre attaquer, elle tenta de lui asséner un violent coup de jambe au niveau de la nuque. Ce qu’il avait prévu. Il bloqua ce coup, maintenant le pied de cette démone, pour y prendre appui et lui porter un coup de couteau dans la jambe. Elle se retira, mais pas assez prestement hélas pour elle, sa jambe s’en trouvant lacérée.
En riposte, elle le frappa durement de son autre pied. Son arcade n’appréciât que peu ce traitement et se fendit, faisant poindre du sang sur sa peau immaculée.

Elle effectua un gracieux mouvement de salto arrière dans les airs pour se poser doucement et prendre appui afin de se lancer contre lui, les mains tendues vers sa gorge.
Quelque peu sonné par cet argument percutant, Khildar n’en perdit pas moins sa rage et réagit rapidement afin d’éviter de nouveaux arguments plus … saignants. Il s’arcbouta donc, faisant le dos rond et vint à sa rencontre. Emportée par son élan, elle ne put que lui passer au dessus.
Ne voulant point laisser passer là une occasion de faire comprendre à cette ange des Enfers son point de vue, il lui attrapa le bras et l’obligea à faire connaissance de façon brutale avec le sol. Elle ne put rien faire et mangea la poussière ainsi que de la terre et un peu de plantes, un véritable régime végétarien extrémiste !

Ainsi positionnée, il avait tout le loisir de lui faire comprendre qu’il ne fallait pas jouer avec lui. Il se jeta donc vers elle, le couteau levé. C’est alors que ses démons hurlèrent à l’unisson
:

"Attention !"

Stoppé net dans son élan, il s’aperçut que deux créatures aux armures semblables à celle de cette démone se jetaient sur lui, armées de couteaux. De plus, celle à terre reprit ses esprits et usa de son moment d’inattention pour se précipiter sur lui, se ramassant sur elle-même et visant ses jambes afin de l’immobiliser.

Tout s’enchaîna alors à une vitesse fulgurante. Dans un désir de protection, Khildar et Laënoris sortirent en même temps d’Oscar, manquant de peu de le tuer par cette précipitation non anticipée. Grâce à leur mouvement conjoint, ils purent éloigner Oscar des furies et le démon majordome le porta plus loin, dans la forêt. Khildar passa devant, écarta les deux démones d’un mouvement brusque, profitant de leur surprise. Laënoris le suivit rapidement, portant son maître dans ses bras.
Une fois entre les arbres et partiellement caché dans les feuillages, Il s’enquit de la santé du Lord anglais. Les yeux grands ouverts, le corps agité de spasmes, il semblait mal en point.

Cependant, il ne fallait pas perdre de temps, ces nettoyeuses pouvant à tout instant fondre sur eux et en finir. Ils s’enfoncèrent donc un peu plus dans la végétation, Khildar ouvrant la course en ne se dirigeant pas vraiment, choisissant plus la direction à l’instinct. Le démon de majordome jeta un regard en arrière pour se rendre compte qu’ils n’étaient apparemment pas suivit, du moins, lui semblait il. Il pencha son visage sur celui de son maître apeuré et qui paraissait souffrir et tenta de le calmer d’une voix douce
:

"My Lord, tenez bon. Ne craignez rien, nous sommes là."

Le regard que lui lançait Oscar exprimait un étrange mélange de rage et de peur, déformant ses traits en une grimace indescriptible. Sa bouche était un rictus, ses sourcils froncés et son front plissé témoignaient de son état instable.

Il venait de subir la sortie de deux démons d’un seul coup, il était naturel qu’il en ressente les effets. Son esprit venait de subir un violent choc et son corps de même. Recroquevillé, lové contre le torse de son serviteur démoniaque, il commença à se calmer mais n’en garda pas moins une douleur dans le dos, comme si sa colonne vertébrale s’était fondue.

Pendant ce temps, les démones s’organisèrent afin de neutraliser ces fouineurs. La meneuse s’envola afin de patrouiller au dessus de la forêt. Sa jambe saignait un peu, des gouttes perlant pour s’échoir sur les feuilles, donnait ainsi une teinte nouvelle à la végétation.
Parmi les deux autres démones, dénuées d’ailes, l’une s’enfonça dans la densité luxuriante et verte dans le but de retrouver ces gêneurs, l’autre demeurant à l’orée de la forêt, attendant simplement qu’ils viennent d’eux même vers elle.

La respiration d’Oscar se fit moins saccadée, il commença à prendre sur lui. Il ferma les yeux, inspira profondément et essaya de faire le vide en son esprit. Tâche ardue à cause de l’expression de mécontentement de ses autres démons qui jalousaient ceux qui avaient eu l’occasion de sortir, eux. Passant outre ses exaspérations qu’il comprenait néanmoins, il fit silence parmi ses réclamations.
Sa poitrine se souleva à un rythme plus régulier, témoignant du calme qu’il était en train d’acquérir auprès de ses démons râleurs. Il prit une plus grande bouffée d’air, bloqua sa respiration puis souffla doucement, laissant s’échapper le précieux oxygène par un étroit passage de ses lèvres.

Lorsqu’il rouvrit les yeux, ils étaient empreints d’une sérénité montrant sa maîtrise de lui-même. Il se sentait nettement mieux, les souffrances dues à la sortie de ses deux démons s’estompant.
Toutefois, il subsistait les traces de coups que lui avaient infligé cette ange démoniaque. Une trace de pinceau rouge lui barrait le visage en son côté gauche, partant du haut de son œil qu’il plissait pour éviter de trop troubler sa vue, pour venir à son menton, perlant ensuite pour finir en tâches sur sa chemise blanche quelque peu abîmée par son échauffement avec cette allumeuse à la chevelure étincelante.

Son démon de majordome s’aperçut de sa reprise de conscience et éclaira son visage d’un fin sourire indiquant sa joie de voir son maître enfin en état. Il l’aida à se relever et demanda d’un ton respectueux
:

"Vous sentez vous mieux, my Lord ?"

Une fois dressé sur ses deux jambes, droit et fier malgré le sang qui s’écoulait de son arcade, il répondit d’une voix ferme, regardant au loin mais visant au delà :

"Excellemment mieux. Il est temps de cesser de s’amuser et de montre à ces péronnelles ce que vaut l’aristocratie anglaise."

Khildar se retourna et se mit à sourire d’un air montrant sa satisfaction de voir son géniteur enfin d’aplomb. Il n’avait pas affiché d’anxiété durant sa convalescence, mais cela ne voulait pas dire qu’il n’en avait point ressenti à l’égard de celui qui l’avait créé. Il était heureux qu’il aille mieux et qu’il était même prêt à en découdre. Il s’enquit donc des intentions concrètes :

"Et de quelles manières le ferons nous ?"

Un plan s’établit rapidement. Il était simple d’exécution et facile de compréhension. Il suffisait d’user des atouts de chacun et d’abattre les adversaires grâce à leur désavantages. Plus concrètement, ils avaient décidé d’agir ainsi : Laënoris possédait une vitesse de déplacement pouvant rivaliser avec celle de ces démones, il pouvait donc aisément les harceler par des déplacements à leur encontre. Il sera donc le tourment.
Khildar & Oscar ne pouvaient se mouvoir aussi rapidement, mais par le truchement de leur apparences semblables, ils pouvaient donner le change et feindre. Ils seront donc l’illusion.
Enfin, Khildar ,ayant récupéré le couteau alors que l’invocateur démoniaque marchait au bord des rives du Styx, était le seul en mesure d’achever les adversaires qui se présenteraient. Il sera donc l’estoc.

Afin de mettre toutes leurs chances de leur côté, ils furent d’accord de chercher à isoler chaque démone pour mieux les neutraliser grâce à l’avantage du nombre. Fort de cette tactique, ils entreprirent de se mettre en formation lorsqu’un bruit se fit entendre. Immédiatement, Laënoris s’avança prestement au devant du bruit alors que Khildar montait à un arbre pour se dissimuler, Oscar ne bougeant point, récupérant encore un peu.


La démonette qui s’était enfoncée dans cette masse verdoyante et dense pestait contre cette végétation luxuriante qui l’entravait dans ses mouvements. Elle ne voyait pas grand chose, l’épaisseur des feuillages obstruant sa vue. Elle n’enrageait pas moins envers ses freluquets qui s’étaient lancés dans cette zone leur offrant tout le couvert nécessaire.

Soudain, elle aperçut une silhouette qui se déplaçait rapidement vers elle. Immédiatement, elle prit une pose défensive, son couteau prêt à fendre la chair. Cependant, elle se doutait bien que demeurer immobile ne pouvait lui être que préjudiciable, ce qui explique son déplacement vers un arbre afin de diminuer les possibilités d’attaques de son assaillants. Plaquée contre la mousse, des regards jetés dans toutes les directions, elles appréhendait la venue de cet ennemi invisible.
Elle ne fut pas longue à attendre, la menace venant du ciel. Le bruit de feuilles secouées et de branchages sollicités attirèrent son attention au dessus d’elle et elle parvint à éviter de justesse la chute brutale d’un corps sur elle. C’était cet homme à la peau teinte de blanc qui le regardait avec un air farouche. Elle n’eut le temps que de s’écarter brutalement afin d’éviter la frappe d’un autre adversaire. Tournant à nouveau la tête, elle s’aperçut que l’homme de blanc teint n’était plus là, mais approchait doucement un peu plus loin. C’était à n’y rien comprendre.
Elle dut derechef effectuer un mouvement de côté pour esquiver une attaque de ce majordome et commença sérieusement à s’énerver. Il lui était impossible de suivre les déplacements de ses adversaires, la rendant plus vulnérable.
Décidant d’aller au devant de la menace, elle se rua vers Oscar, faisant fi des coups que tentait de lui porter Laënoris pour défendre son maître.

Voyant cette harpie se rapprocher avec une franche envie de tuer, l’invocateur se mit à courir à travers les fougères et autres buissons afin de se soustraire à la vue de cette enragée. Cette manœuvre permit à Khildar, son cher alter ego, de se déplacer et de se faire voir, détournant l’attention de la démone. Il l’apostropha cavalièrement :


"Dites moi, très chère et délicieuse créature, voudriez vous danser avec moi ?"

Ne comprenant pas vraiment comment cet homme qu’elle poursuivait pouvait s’être retrouvé derrière elle, elle fit demi tour, sauta vers un tronc, pris appui et usant d’une poussée puissante, elle se propulsa contre cet adversaire continuellement en mouvement, son couteau ayant soif de sang.

La Folie personnifiée de notre aristocrate recula d’un rapide mouvement pour laisser la place à un majordome élancé et souriant qui bloqua l’attaque en tenant fermement le poignet de l’assaillante. Mettant à profit l’élan de la démone, il en détourna la trajectoire pour l’amener à se percuter violemment contre un arbre qui n’avait rien demandé à personne.

Le choc fut brutal. Un craquement se fit entendre. Des feuilles tombèrent, éparses, autour de la démone qui se sentait quelque peu sans conscience.
Ne voulant pas laisser passer cette opportunité, Khildar se précipita vers elle, plaqua son genou sur sa colonne vertébrale, sa main sur sa nuque et enfonça d’un geste net et précis la lame dans la carotide de l’importune jusqu’à la garde.
Le giclement qui en résulta souilla la main gantée, le visage ainsi que la chemise blanche de l’invocation qui tira un plaisir certain à cette effusion sanguine.

C’est donc couchée face contre terre, maintenue par un double de l’aristocrate, que la démone mourut
.

Se relevant, un monstrueux sourire charmant sur les lèvres, Khildar prononça d’une voix douce à l’intention de celle qui venait de perdre la vie :

"Vous m’en voyez navré, mais je vais devoir me retirer …"

Et sur ces mots, il arracha le couteau, du sang se répandant avec plus de force. Son maître revint de sa cachette provisoire et constata le massacre, ravi.
Tandis qu’il récupéra le couteau du frais cadavre, Laënoris sortit un mouchoir de sa poche et entreprit de nettoyer la lame maintenant teintée de rouge encore dans la main de Khildar.

Cela c’était déroulé sans beaucoup de bruit, mais ce n’était que le début …
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Khildar Blacksilver
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 722
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 31

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Sex Night : " Debauchery and unreliability" [Quête Terminée] Sex Night : " Debauchery and unreliability" [Quête Terminée] EmptyMar 21 Déc 2010 - 18:57
and dance the Death with their !

C’est en regardant le corps étendu au sol, face contre terre, qu’Oscar décréta qu’il était inconcevable de laisser ainsi une créature contre qui ils venaient de se battre. Il sollicita ainsi l’aide de ses deux invocations pour dépouiller la démone de ses armures dans le mercantile espoir d’en tirer un bon prix lors d’une vente plus ou moins légale. De plus, ils entreprirent d’allonger le corps sans vie, le visage tourné vers le ciel, les bras étendus, l’ensemble formant une croix. De cette façon, elle avait l’air d’offrir son humble corps à la nature, comme une sorte de repentance pour ses péchés. Ainsi disposée, chacune de ses formes généreuses étaient exposées au vu de tous, ses tétons pointant fièrement vers le ciel.

Tandis que Laënoris finissaient d’accrocher les différents composants de l’armure à la ceinture de Khildar, Oscar demeura debout à observer le cadavre, le regard vide, le visage dénué de toutes expressions.
Il ne ressentait rien, ou si peu. La satisfaction d’avoir tué passée, il n’éprouvait qu’un vague sentiment d’apaisement, ses pulsions assouvies. Et pourtant, il savait que ce menu meurtre ne le rassasierait que pour une courte durée, sa soif de sang étant à jamais inassouvie.

Une fois sa contemplation achevée, il décida qu’il était temps de poursuivre la route et de se montrer au grand jour, la fuite n’étant pas digne d’eux. Son majordome salua cette initiative d’un hochement de tête et Khildar ne dit rien, car ne pensant rien à ce sujet. Pour lui, ce qui importait, c’était que son maître se bouge enfin et qu’il exprime toute sa folie dans des actes inconsidérés.

Ils abandonnèrent donc le lieu de ce léger massacre pour en créer un autre, plus ouvert.

Le manque de nouvelle de la part de sa compagne qui s’était enfoncée dans l’inextricable forêt commença à inquiéter sérieusement la démone qui était resté à l’orée. Elle faisait les cents pas et ne prenait même pas le temps d’admirer le sublime paysage que lui offrait l’environnement à son entour.

Bien que vieilles, les pierres avaient acquis une douce teinte ocre qui, au lueur du soleil, donnait une ambiance chaleureuse. Les couleurs de la forêt venaient renforcer cette impression. Une certaine sérénité émanait de l’endroit.
Et ce calme allait bientôt être de nouveau perturbé par un combat opposant une séduisante démone à trois êtres plus ou moins humains et déterminés.

Le combat débuta de façon tout à fait naturelle, à savoir le hurlement indiscret d’Oscar se précipitant désarmé à l’encontre de la démone. Cette intervention pour le moins inhabituelle la laissa un moment stupéfaite, juste assez pour permettre à Laënoris de lui porter un coup.

Le souffle coupé, elle recula de bonds graciles pour venir percuter Khildar qui lui sourit démentiellement lorsqu’elle tourna la tête. Alors qu’elle voulut se défendre en donnant un violent coup de couteau dans le flanc de la Folie personnifiée, elle s’aperçut qu’il lui tenait un bras. Il s’empressa de tordre le poignet de la donzelle mais elle ne se laissa pas faire et d’un coup de pied fortement placé à la jambe, elle lui fit lâcher prise.

L’aristocrate anglais qui courait toujours vers elle dût ralentir sa course, la douleur de son invocation se transmettant à lui aussi. Il posa un genou à terre sans quitter des yeux sa proie pour autant. Il put ainsi suivre les échanges de coups entre la démonette enragée et son autre lui-même, tout autant ravie de combattre. Il vivait d’autant plus ce duel qu’il ressentait les blessures de son invocation, pour son plus grand déplaisir. Il ne pouvait que rester à terre, à observer, impuissant.
Son majordome se tint à ses côtés pour le défendre en cas de besoin, la démone dont ils avaient réussi à subtiliser le couteau pouvant revenir à tout moment.

Dans ce duel opposant deux êtres enfiévrés, l’un était avantagé par sa possession de deux couteaux. Le bruit des lames se percutant, le tranchant sifflant l’air et les cris de rage poussés créaient une atmosphère de combat en arène tout à fait distrayante.

Khildar se fendait, tentait de porter un coup à l’épaule de son ennemie, voyait sa pique déviée par un habile mouvement et devait par conséquent se déporter d’un pas pour éviter à son tour la contre attaque.

La démone attaquait avec violence, mais aussi ses pieds. Ce que peinait à faire le fou démon. Il préférait rester campé sur ses deux jambes plutôt que tenter de faire des figures acrobatiques où il était certain de finir à terre et ridicule.
Prenant appui au sol d’une main, balançant son poids sur son bassin, elle envoya ses deux jambes tendues à la figure, son autre main armée visant la cheville.
Il esquiva la lame mais pas les jambes, se retrouvant le visage touché de plein fouet. Il recula sous l’impact, tituba et s’offrit à l’enchaînement ravageur.

Une fois ses deux pieds à terre, elle lui asséna un violent coup de poing dans l’abdomen et voulut lui en porter un autre dans le flanc, avec la lame de son couteau. Il bloqua l’arme avec la sienne mais ne put éviter le pied qui atterrit sur son fémur de manière quelque peu fracassante. Il ploya sous la douleur et sa nuque dévoilée fut l’objet d’une attention particulièrement percutante.

Le cri que poussèrent de concert Oscar & Khildar fit s’envoler un certain nombre de volatiles, les autres ayant trop la flemme de se bouger. Ils en tombèrent tout deux, devenant vulnérables. L’occasion était trop belle pour la démone. Elle leva son couteau finement ouvragé aux reflets ambrés pour porter le coup fatal.

Laënoris, témoin de cette horrible intention, fut obligé d’agir prestement. Il savait le lien puissant entre son maître et son invocation. Poussé par son sens du devoir, il courut avec diligence vers la démone, fendant l’air et l’espace à une vitesse folle qui fit soulever une masse de poussières et de feuilles.
Il stoppa le geste en maintenant fermement le poignet puis retourna l’arme en infligeant une frappe sur la tempe. Ce coup la fit flancher et permit au majordome de lui faire plier le bras et même de le lui retourner pour lui faire planter sa propre arme dans son ventre.

Elle essaya d’éviter la lame mais ne parvint qu’à la dévier partiellement, l’arme s’enfonçant tout de même dans sa chair, fendant sa peau de nacre. Afin de s’assurer de la bonne mort de cette impertinente, il lui frappa la nuque du tranchant de sa main.

Elle s’effondra mollement à ses pieds, son couteau encore fiché dans son corps. Une rivière de sang commença à s’écouler dans les jointures creusées par le temps. Le ciel fut déchiré d’un hurlement de volatiles exprimant une idée abstraite, ou tout simplement parce qu’ils avaient envie de faire chier.

Une fois le constat de décès accomplit sur la personne de cette démone en lui retirant son couteau, le majordome s’en retourna auprès de son maître pour s’enquérir de son état de santé.
Il le trouva à terre, recroquevillé et la mine contrite. Il souffrait, vraisemblablement.
Le dévoué majordome se pencha et demanda doucement
:

"My Lord, are you ok ?"

Le Lord en question tourna difficilement la tête pour répondre d’un ton hargneux :

"Parfaitement bien ! "

Il repoussa son serviteur et essaya de se lever mais la douleur l’obligea à demeurer assis.

"Vous ne devriez pas bouger outre mesure, my Lord …"

"Je sais !"

Laënoris se recula et prit une posture digne et droite aux côtés de son maître en proie à des tourments autant physiques que mentaux. Il savait que dans ces moments de perditions, il fallait qu’attendre.

Une plainte s’éleva
:

"Et moi ? Tout le monde s’en contrefiche ?"

Maugréa Khildar. L’invocation parcourut les alentours d’un regard dédaigneux. Certes le spectacle était magnifique, mais il n’en avait cure. Il avait mal, il s’était pris de sérieux coup dans le ventre et à la nuque et à son ego aussi.

Alors que l’accalmie semblait s’être installée, un sifflement se fit entendre et un éclair apparut dans les cieux pour fondre sur eux.
Par un réflexe secourable, Laënoris évita à son maître de se faire enlever dans les airs par la harpie. Elle s’éleva à nouveau dans les airs avec la ferme intention de les tuer tous trois.

Pendant que le majordome portait dans ses bras son maître, Khildar ne bougea pas et resta stupidement assis. Il était une proie facile. Il ne fallut pas plus pour l’ailée diablesse. Elle se jeta sur lui avec toute la hargne dont elle était capable
.

Quelle ne fut pas sa surprise lorsque deux lames pointèrent en sa direction !

Elle tenta d’esquiver à nouveau en s’envolant mais la proie pas si facile que ça ne l’entendait pas de cette oreille. Il entoura ses maigres bras autour de sa jambe et s’y accrocha comme un pilier de bar à sa bière.
Voulant se défendre contre ce parasite, elle secoua la jambe. Or, c’était la meurtrie. Son mouvement lui tira donc une grimace de douleur et une brève incapacité à se mouvoir.
Cette faiblesse n’échappa à l’invocation qui s’empressa d’enfoncer une lame de couteau dans la plaie déjà vive.
Son mouvement fut stoppé par l’autre jambe de la démone. Il dut lâcher son arme et remarqua qu’il s’élevait toujours plus. Si chute il y avait, elle lui serait rude.

Ce qui ne l’empêcha pas outre mesure de chercher à tuer celle à laquelle il était désespérément accroché.
C’est donc un ballet aérien et mortel qui s’engagea. Lui à vouloir donner de vains coups de couteaux, elle à tenter de se débarrasser de cet importun en vains mouvements de jambes.
Elle essaya d’effectuer des figures aériennes pour étourdir ce poids mais il ne faiblissait pas.

D’en bas, Oscar et son dévoué démon observait la scène. Le Lord anglais récupérait péniblement mais commençait à s’accoutumer au fait de se prendre des coups et d’encaisser ceux de son invocation.
Un couteau tomba du ciel et il dut son salut à la rapidité de son majordome qui attrapa l’arme par la garde tout en gardant sa posture, ne bougeant qu’un bras. Aucun mouvement inutile, voilà ce qu’on attendait d’un véritable serviteur.

Ils levèrent les yeux pour admirer l’échange sanglant. Quelques gouttes de sang venaient pleurer sur l’épaule d’Oscar qui les ignora. La folle invocation venait de planter la lame du couteau dans la deuxième jambe de la démone ailée.

Dans un souci de voir ce fardeau quitter ses membres, elle se dirigea vers la forêt et espérait ainsi faire choir cet être tout de blanc teint par le choc des branchages.
Comprenant l’habile manœuvre, il agrippa l’armure ceignant les reins de la créature afin d’accéder au buste. Ce qu’il n’avait pas prévu, c’est que l’armure resta dans sa main et manqua de la faire s’écraser au sol. Ne devant son salut qu’au couteau encore planté dans la jambe, il lâcha la protection aux reflets verts et dorés désormais inutile.

Le souffle du vent qui venait caresser l’intérieur de ses cuisses ne manqua pas de surprendre la démone. Elle se rendit vite compte de la situation et sa haine envers cet homme augmenta. D’un autre côté, elle se prit à apprécier cette liberté. Secouant la tête pour chasser des pensées perverses, elle secoua plus vigoureusement encore ses jambes qui lui faisaient mal à cause des morsures des couteaux.

Khildar sentait bien que la fin approchait et qu’il était peut-être temps d’arrêter de s’amuser. Il tint alors fermement une jambe et élança sa main vers un bras. Une fois le poignet bien attrapé, il se hissa afin d’avoir sa délicieuse adversaire bien en face.
D’un mouvement leste de ses jambes, il lui enserra la taille et s’abattit sur elle, le couteau dans une main.

Cette manœuvre la désempara et ils chutèrent ensemble, le sol venant à leur rencontre un peu trop rapidement au goût de Khildar. Les ailes les recouvraient comme un linceul mais il ne tenait en aucun cas à finir ainsi et ici. Il planta donc la lame d’un geste rageur dans un des flancs et se propulsa un peu plus loin, le couteau encore dans la main.

Pour se réceptionner, il fit une rotation de son corps grâce à l’aide de ses jambes, brassant un peu l’air il est vrai. Peu avant le contact douloureux avec le sol, il se ramassa sur lui-même et effectua une roulade.
Son retour avec la terre ferme ne s’était pas faite sans douleur, son dos en témoignant ainsi que ces bras.

L’aristocrate anglais grimaça, les nouvelles blessures de son autre se répercutant sur lui. Il vit la descente brutale de la démone ailée qui alla lamentablement s’écraser un peu plus loin. Malgré la douleur et les protestations de son majordome, il se leva pour aller constater lui-même la mort de cette impertinente. Il dut naturellement se soutenir sur son serviteur et avança à pas lent, en titubant. Chaque mouvement le tirait de toutes parts. Chaque pas était plus difficile que le précédent. Ses muscles échauffées par tous ces efforts, ses os trop sollicités, sa peau par endroit fendus pour laisser s’écouler de fins filets de sang, il faisait décidemment peine à voir.

Pourtant, bien que son corps soit meurtri, il gardait dans sa démarche un semblant de noblesse, dans son regard un reste de dignité, qui lui compensait son apparence ravagée. Ils s’arrêtèrent à l’approche de Khildar qui était prostré, la mine défaite, l’aspect tout autant détruit que son créateur. Il leva un air pitoyable et articula d’un ton moqueur
:

"Belle envolée pour une misérable descente, n’est il pas ?"

Un silence passa pour être rapidement remplacé par un franc éclat de rire rapidement étouffé par des toussotements. En effet, il n’était que peu recommandé de faire des mouvements de côtes alors que l’on vient de se les abîmer.

Tout semblait enfin finit. Néanmoins, le sort ou le Destin, qu’importe son nom, en décida autrement.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Khildar Blacksilver
Surnom : Le Bourgeois
Messages : 722
Date d'inscription : 05/10/2010
Age du personnage : 31

Maraudeur des rêves
Khildar Blacksilver
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 650
Renommée: 1200
Honneur: -400
MessageSujet: Re: Sex Night : " Debauchery and unreliability" [Quête Terminée] Sex Night : " Debauchery and unreliability" [Quête Terminée] EmptyMar 21 Déc 2010 - 18:58
The last for the road !

Alors qu’ils se remettaient de leurs émotions, ils perçurent un bruit qui ne laissait rien envisager de bon. Ils tournèrent leur mine effarée pour voir approcher à pas lent mais déterminé Alouqua, la démone ailée aux ailes brisées.
Son regard flamboyait d’une rage peu commune. Il émanait de son être une haine viscérale, une envie de tuer démesurée. C’était d’ailleurs plus une envie de souffrance qui dominait. Elle voulait faire payer à ce voyageur et ses invocations l’humiliation cuisante et la mort de ses sœurs.
Elle ressentait au fond de son être un désir de vengeance. Les démones qui l’accompagnaient tenaient une place non négligeable dans son cœur. Elles avaient vécues et tuées ensemble, un lien fort s’était tissé entre elles. Une complicité qui leur permettaient d’anticiper dans un combat les intentions de chacune afin d’être plus efficace.

Et voilà que tout ceci venait de voler en éclat de sang. Un passé balayé d’un revers de couteau. Il fallait que les responsables subissent sa colère afin qu’ils comprennent leur faute. Ils ne pouvaient pas s’en tirer ainsi, c’était inconcevable.

Elle avançait donc vers ses ennemis. Désarmée, sa seule force résidant en sa volonté de vaincre. Ces ailes ne pouvaient plus la porter, elles traînaient au sol comme une robe blanche, des plumes se détachant parfois pour laisser derrière elle une trace de son passage.

Devant cette apparition, ils restèrent un moment pantois. Puis ils se reprirent. Il ne fallait pas se faire avoir et penser qu’elle était assez faible et donc facilement exécutable. Elle pouvait tout à fait tromper son monde et attendre le moment propice pour les mettre à terre.

Khildar demeura au sol, incapable de se lever. Il ne tenait pas à se retrouver contre cette furie.
Oscar observa cette garce et sourit. Il repoussa doucement Laënoris et se dirigea vers son dernier adversaire, cette sulfureuse démonette.

Ils s’avancèrent, l’un vers l’autre, se fixant avec ardeur. Il était tellement concentré qu’il n’avait même pas remarqué qu’elle avait son intimité à découvert. Ce dont elle se fichait pas mal, d’ailleurs. Elle ne voulait que tuer, le reste n’avait que peu d’importance.

Leur concentration était telle que pour eux, il n’existait rien d’autre qu’eux. Les cheveux longeaient leur corps, se balançant au gré de leur pas marqués.
Ses vêtements déchirés dans le feu de l’action, sa chemise offrant la vue de son torse imberbe ne cachaient que partiellement les blessures qui le parcouraient.
Le reste de l’armure était entaché, portait quelques entailles ça et là. Bien qu’elle soit blessée aux deux jambes, elle parvenait à se déplacer avec une certaine dignité, fierté même.

Le temps paraissait s’être suspendu pour cet ultime affrontement entre une démone ailée et un démon immaculé. Ils ne représentaient pas par leur apparence leur réelle nature, ils feignaient d’être pour mieux tromper.
Au moment où ils étaient suffisamment proches pour pouvoir lire dans les yeux de l’autre, ils s’arrêtèrent à la seconde près. Deux colonnes fières et droites élancées vers le ciel radieux se faisaient face.
Il fit jouer les articulations de ses doigts afin de s’assurer leur correct fonctionnement lors de ce duel qui allait sceller leur sort.

D’un mouvement prompt, ils se jetèrent l’un sur l’autre, poussant un cri résonnant dans l’ensemble du royaume tellement il était puissant, exprimant une haine inhumaine. De ses fines mains, elle voulut atteindre sa gorge et lui arracher la trachée.
Il se baissa et fit un pas sur le côté, son bras tendu visant l’abdomen.
Elle bloqua le bras entre le sien et voulut le briser d’un coup de coude.
Ne tenant pas à se retrouver avec un bras invalide, il s’avança directement sur elle et de sa main libre, il lui asséna un franc coup de poing dans le flanc à découvert.
Elle recula et en prenant appui sur ses mains, elle leva ses jambes pour lui atteindre le visage.
Il n’eut le temps que de faire un pas en arrière ce qui n’empêcha pas un pied de venir meurtrir une nouvelle fois son visage.
Sa tête en arrière, du sang venant troubler sa vue, il tituba et manqua de tomber à la renverse. Toutefois, il se positionna en prenant un solide appui sur ses jambes et balança tout son corps vers l’avant, le poing en avant.
Alors qu’elle venait de se redresser pour enchaîner un autre coup de pied, son ventre fit à nouveau la connaissance du poing de l’aristocrate qui ne s’arrêta pas en si bon chemin et fit suivre ce coup d’un uppercut bien senti. Elle ne décolla pas du sol, la force du Lord n’allant pas jusque là. Elle en fut tout de même sacrément secouée, laissant ainsi l’occasion à son adversaire de lui battre les tempes du tranchant de la main.
Afin de compléter le tout, il la laissa reculer pour lui donner un formidable coup de pied dans le ventre. Elle en tomba finalement à terre, la rage et la surprise se mêlant dans ses yeux de feu.
Sentant que sa tâche ne serait accomplit que par la mort de cette démone, il se laissa choir sur elle, ses jambes lui enserrant les hanches. Elles lui étaient bien douloureuses mais il n’en tenait pas compte, pas encore, l’adrénaline procurée par le feu de l’action lui permettant de l’ignorer un temps.
Il la dominait de sa hauteur et l’observa, un sourire vainqueur se dessinant sur son visage ensanglanté. Des filets de sang venaient se peindre et lui conféraient une mine affreuse. Ses cheveux blancs désormais sales et souillés de sang tombaient et venaient lui dissimuler partiellement la figure.

Elle le regardait, impuissante mais fière. Il l’avait battu, elle n’avait pas pu venger la mort de ses compagnes. Elle périrait ici, seule, de la main d’un voyageur au regard fou. Mais elle mourrait fière et sans un regret.

Lorsqu’il se releva, ses yeux bleu acier n’exprimaient plus rien. Elle s’était éteinte un silence, le défiant même dans sa mort. Ses gants étaient poisseux de sang, ses vêtements empestaient ce fluide vital. Il jeta un dernier regard vers les deux corps des démones et somma ses deux démons de revenir en lui.

Le choc de la réintroduction le fit mettre à genou, la tête baissée. Il s’appuya de ses deux mains sur ces vieilles pierres qui venaient d’assister à la mort de deux êtres, la forêt étant le témoin de la troisième. La fatigue le gagnait. Il était harassé de tant d’effort. Son corps entier n’était plus qu’une plainte. Ses muscles le lançaient. Ses os étaient souffrances.

Il était heureux. Il avait tué. La Folie ne connaît pas la souffrance
.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sex Night : " Debauchery and unreliability" [Quête Terminée] Sex Night : " Debauchery and unreliability" [Quête Terminée] Empty
Revenir en haut Aller en bas

Sex Night : " Debauchery and unreliability" [Quête Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Royaume des deux déesses-