Haut
Bas

Partagez

Dessine-moi un mouton (réservée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lithium Elfensen
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2709
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Dessine-moi un mouton (réservée) Dessine-moi un mouton (réservée) EmptyMar 19 Oct 2010 - 21:41
Le Petit Prince.










Lithium flânait dans ces vastes contrées lointaines, silencieuses et calmes qu'étaient les spacieuses plaines de Dreamland. Ces immenses espaces s'étendaient à perte de vue, l'on pouvait presque qualifier ces lieux d'infinis tellement on n'en voyait jamais le bout. ici, personne ne risquait d'être dérangé.
Les chevaux qui y règnent protègent jalousement les rêveurs et chassent irrémédiablement quiconque tenterait de briser la sérénité dont sont imprégnées les plaines et d'attenter à la paix.

C'était dans cet endroit empli de quiétude et de tranquillité que la jeune fille avait décidé d'aller pour cette nuit.
Enfin elle l'avait pas vraiment décidé, elle s'était de nouveau perdue, c'est tout. Bref.
Elle errait, respirant à grande bouffée l'air pur des environs.
Cela faisait tellement longtemps qu'elle ne s'était pas sentie si sereine et si.. si heureuse ?
Oui, en ce moment même elle ne savait par quelle étrange raison, elle se sentait si bien en ces lieux.
Elle continua à marcher, à déambuler le long des collines qui bordaient et stimulaient parfois ces espaces plats entièrement vides de tout mouvement.
Ce fut sur un simple lopin de terre où la verdure semblait plus verdoyante qu'ailleurs que Lithium choisit pour s'installer.
Elle s'étala de tout son long dans l'herbe le regard pointé vers le ciel, observant les nuages multicolores qui passaient au dessus de sa tête se mouvant au gré des caprices du vent.
Tout était porté à la poésie en ces lieux de silence.
La jeune fille se sentait tellement à l'aise qu'elle se laissa bercer par la brise qui glissait sur son visage, la caressant tendrement telle une mère avec son enfant et ferma les yeux. Ballotée par tant de quiétude et de délicatesse, le sommeil s'empara d'elle. Oui, s'endormir à Dreamland semble possible également.




"S'il vous plaît, dessine-moi un mouton !", fit une drôle de petite voix.

"Gnnh.. Pas maintenaaant, je t'en prie, laisse-moi dormir encore un peu..", ronchonna Lithium.

"Dessine-moi un mouton !", insista la voix.


Lithium sauta sur ses pieds comme si elle avait été frappée par la foudre. Elle eut beau se frotter les yeux, se pincer et tourner trois fois sur elle-même, il y avait bien un petit bonhomme qui se tenait devant elle, la dévisagea d'un air grave.

Ce petit homme devait bien faire deux têtes de moins que la jeune fille, sachant qu'elle n'est pourtant pas bien grande. C'était un blondinet absolument adorable, mignon à croquer, avec des cheveux dorés en bataille et vêtu d'une sorte de longue gabardine bleu-vert à intérieur rouge avec les manches retroussées élégamment. Sur chacune de ses épaules trônait fièrement une sorte d'attache surplombée d'une étoile brillant de mille feux. En dessous de sa veste il portait une chemise blanche et un pantalon de soie de la même couleur, le tout maintenu par une grosse ceinture à teinte fauve, quant à ses pieds, ils étaient chaudement affublés de bottines grises.
Lithium regardait cette apparition avec une stupéfaction indescriptible car ce garçon n'était personne d'autre que.. le Petit Prince d'Antoine de St-Exupéry en personne !
Mais que faisait-il ici ? Et à Dreamland surtout !
Alors qu'elle s'apprêtait à justement lui poser la question, le Petit Prince la coupa.




"S'il vous plaît.. Dessine-moi un mouton.."


Encore sous le choc de cette rencontre pour le moins inattendue, Lithium s'exécuta néanmoins sans rouspéter.
Même si cela semblait complètement fou et d'un mystère à peine palpable, l'Elfe sortit son carnet à dessin et son critérium puis commença à griffonner. Mais elle voulut tenter une expérience. Que se passerait-il si elle dessinait le fameux Boa fermé de St-Exupéry ?




"Non et non !
Je ne veux pas d'un éléphant dans un boa!
Un boa est très dangereux et un éléphant est trop encombrant.
Chez moi, c'est tout petit. J'ai besoin d'un mouton.
Dessine-moi un mouton."
, dit-il en secouant la tête.


Woh.
C'était exactement pareil !
Elle se retrouvait dans la même situation que l'aviateur, rien de plus perturbant.
Lithium jubila à l'intérieur d'elle-même et se mit à dessiner un mouton, se souvenant par la même occasion qu'elle n'en avait jamais fait de sa vie entière, même quand elle n'était encore qu'une môme..
Mais qu'est-ce qu'il allait bien lui faire comme réflexion ?




" Non !
Celui-là est déjà très malade.
Fais-en un autre. "


"Comment ça il est malade ?!
Non mais non, il va très bien ce mouton !"
, riposta t-elle.

"fais-en un autre.
Mais pas un avec des cornes, sinon ce serait un bélier."
, sourit-il gentiment.


Lithium ronchonna quelque peu mais continua à dessiner.
Une fois fini, le Petit Prince se pencha pour voir le Chef-d'œuvre pour une nouvelle fois le renier.




" Celui-là est trop vieux.
Je veux un mouton qui vive longtemps. "


" Ah mais tu ne vas pas faire ton gamin hein !
Tiens, regarde ! "
, fit-elle tout en croquant.


Elle dessina une boîte comme le fit St-Exupéry auparavant et le lui mit sous le nez.



" Là tu vois, c'est une caisse.
Ton mouton il est dedans.
Et voilà des trous pour qu'il puisse respirer ! "


Le visage du Petit Prince s'illumina comme elle s'y attendait.
Il prit la feuille avec délicatesse, se demandant si son nouveau compagnon avait besoin de beaucoup d'herbe pour vivre, ce à quoi Lithium répondit tout naturellement qu'il ne mangerait pas beaucoup de toute façon car c'était un tout petit mouton. Le gamin pencha sa tête vers le dessin, constatant qu'il n'était pas si petit que ça et.. qu'il s'était endormi.

Malgré le fait qu'il lui avait fait redessiner plusieurs fois le mouton, la jeune fille était attendrie et honorée d'avoir affaire à lui.

Spoiler:
 
Il ne ressemblait pas tant que ça à la description de St-Exupéry
Si on y prêtait un peu plus attention, il se comportait comme un gamin de tout ce qu'il avait de plus normal et semblait plutôt bien coopératif.
Lithium tenta une question;




" Dis-moi, d'où viens-tu ? "


Le Petit Prince ne répondit pas.
Bon, peut-être qu'elle s'était trompée à son sujet en fait.




" Ailleurs, loin, très loin d'ici.
Et c'est tout petit. "
, répondit-il finalement.

" C'est bien vrai que les moutons mangent les arbustes n'est-ce pas ?
Alors par conséquent, ils mangent aussi les baobabs non ? "
, dit-il après un court silence.


Etonnée par cette question, Lithium lui répondit doucement;



" Oui bien sûr mais..
Pourquoi tu voudrais qu'il les manges ?
Et surtout, comment ?
Il est trop p.."
, elle tilta et se rattrapa,
"AH mais oui, suis-je bête..
Il les mangerait à leur naissance, logique."


Face à une Lithium honteuse de sa bêtise, le charmant Petit Prince se mit à rire.
La jeune fille resta bouche bée devant ce rire absolument ADORABLE, elle avait envie de le prendre dans ses bras comme une peluche tellement il était mignon !
Mais elle se chassa vivement cette idée de la tête, se rappelant que à la base elle n'aimait pas les enfants, pourtant, comment résister à un gosse pareil ?! L'enfant était plongé dans une rêverie mélancolique dont elle n'osa le déranger, ce fut lui qui lui posa une nouvelle question;




"A quoi servent les épines ?"

"Pardon ?"

"A quoi servent les épines des fleurs ?"

"Euh.. A les protéger des éléments extérieurs je crois."

"Tu crois ?"


"Oui, je crois.
Je ne sais pas tout."


"Ah.."


Et il se replongea dans sa mélancolie.
Lithium repensa au livre et compris qu'il parlait de sa fleur, sa rose qu'il aimait tant et qu'il avait laissé seul sur sa planète. Mais puisque il était ici à Dreamland, il devait sûrement rêver. Donc logiquement, il fallait qu'il ai un endroit pour s'endormir ! Mais.. avait-il rejoint sa planète comme quand il avait rencontré St-Exupéry ?
C'était une question à laquelle Lithium savait qu'elle n'aurait jamais de réponse car le Petit Prince ne lui répondrait jamais sur ce sujet.




"Dis..", fit-il.

"Oui ? Qu'y a t-il ?"

"Voudrais-tu être mes épines ?"

"Tes.. épines ? Mais pourquoi donc ?"

"J'ai peur et je suis tout seul.
Il y a longtemps, j'ai rencontré un homme qui a fait fuir un serpent venimeux.
J'aimerais que tu fasses comme cette personne et que tu me protèges des méchants."


"Des méchants ..?
Bon, d'accord.
Si tu le souhaites, je serais tes épines Petit Prince."



Et il rit à ces propos.
C'est là que commença le travail de Lithium en tant que garde du corps du doux et charmant petit garçon tombé du ciel.







.

__________



Lithium s'exprime
Bis vous insulte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
Lithium Elfensen
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2709
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Dessine-moi un mouton (réservée) Dessine-moi un mouton (réservée) EmptyJeu 4 Nov 2010 - 6:48
Quoiqu'il arrive, je te protègerais.











Le Petit Prince souhaitait se rendre à un endroit très précis des Plaines, étant soit peu que cela existe.
Lithium eut beau lui demander où exactement, il ne lui répondit pas, il se contenta de marcher en direction de sa destination finale, un sourire flottant sur les lèvres. Cet enfant était bien mystérieux tout de même. Lithium comprit ce qu'avait ressenti St-Exupéry en sa compagnie, ces questions en suspens et ce rire.. Ce rire magnifique qui donnerait envie à n'importe qui de l'enregistrer pour pouvoir l'écouter encore et encore. C'était un garçon de tout ce qu'il y avait de plus normal, mais pourtant, il dégageait quelque chose de surnaturel, de irréel.
Si elle le pouvait, elle resterait à ses côtés pour toujours tellement l'aura qu'il dégageait était si envoûtante et chaleureuse. Elle aurait voulu le serrer tout contre son cœur tant il était adorable comme gamin !
Voyons, un peu de tenue pensa t-elle.

Ils marchèrent longtemps et longtemps, sans échanger la moindre parole.
Lithium prenait très au sérieux son rôle de garde du corps. Elle resta le plus proche que la décence l'y autorisait du Petit Prince, constamment aux aguets, prête à le défendre au péril de sa vie.
Alors que le silence tombal continuait de planer entre eux, la jeune fille décida d'y mettre un terme. A force de mutisme, elle finirait par devenir folle.




"Euh dis-moi, tu sais franchement pas où l'on va ?"
, tenta t-elle sans grand optimisme.



Il ne lui répondit évidemment pas.
Enfin du moins, pas de suite.
Après qu'il eut prit le temps de la réflexion, il se décida à lui répondre.




"Il y a un lieu, très loin d'ici, où je souhaite me rendre.
Je dois y aller par n'importe quel moyen cette nuit."
, fit-il calmement.

"Ah", dit-elle.
"Eeet, tu ne veux pas me dire où cela se trouve ?
Non pas que ça m'arrangerait mais si en fait.
ça m'éviterait de me faire une frayeur au moindre oiseau ou faisan qui s'envole.."



Le jeune garçon éclata de son superbe rire, ce rire qui amènerait n'importe qui à tuer pour le réentendre encore et encore. Ce fut ce moment là que choisit un ennemi d'attaquer. Alors que le Petit Prince riait à gorge déployée, un horrible babouin de la taille de Lithium se jeta sur lui. Lithium put intervenir à temps en poussant l'enfant sur le sol, mais ce fut elle qui se prit les griffes acérées de l'animal qui lui lacéra le bras droit.
La jeune fille grogna de douleur et entreprit de sortir son carnet pour en invoquer les dagues. Malgré le mal lancinant de son bras, elle effaça la taille des armes pour en apposer une nouvelle, un poil plus grande. Dès que les lames furent entre ses mains, elle se jeta sans hésitation sur le singe qui courait déjà vers le Petit Prince sans défense. L'animal para l'attaque de Lithium et lui adjoint un coup entre les côtes, lui coupant net la respiration. Elle tomba sur les genoux les mains sur son ventre, prise d'une violente quinte de toux. Elle vit le babouin courser le gamin, ce dernier ne comptant pas mourir ce soir.




"Merde..", cracha t-elle.



Elle se releva en un bond, courut le plus vite possible pour essayer de les rattraper.
Elle hurla au petit homme de se jeter derrière la pierre, ce qu'il fit. Le babouin s'arrêta net, croyant la victoire proche. Il marcha doucement en direction du caillou, le contourna et s'apprêta à asséner un coup mortel. Lithium lui planta sa dague avant l'acte criminel en pleine jambe gauche, ce qui lui arracha un cri dément.




"Tu fais moins le malin, hein ?
Sale bête !!"
, lui siffla t-elle d'un air hautain, essoufflée.



Il lui asséna une droite qu'elle para avec son coude.
Le gosse profita de cet instant pour fuir loin de la bataille.
Alors que le babouin et la jeune femme se battait à force à peu près égales, l'animal s'arrêta pour beugler un cri strident et immonde. C'était l'occasion rêvée. Lithium lui planta sans hésiter les deux dagues en même temps en pleine poitrine, restant accrochée à ses armes. Le singe l'a regarda plein de surprise, ses yeux devinrent opaques et il s'écroula sur le sol. Elle nettoya précautionneusement ses lames sur les poils de la bête et s'en alla retrouver le gamin recroquevillé sur lui-même à côté d'un rocher. Elle le prit délicatement et le releva.




"Ne t'inquiètes pas, il est mort maintenant.
Bon, mon tee-shirt aussi est foutu mais ça ce n'est qu'un détail superflu.
L'important est que tu ailles bien."
, elle lui ébouriffa difficilement la tête.

"Maintenant, on dégage d'ici.", dit-elle d'un ton qu'on ne l'a contredirait pas.



Elle le prit par le bras et accéléra le pas en la direction vers laquelle ils se dirigeaient auparavant avant d'être dérangés par cette offensive surprise du babouin. Cette décision était bien sage car avec son cri, l'animal avait alerté d'autres de ses congénères de sa trouvaille, et ils ne comptaient pas laisser leur possible chemin vers la gloire s'enfuir.





__________



Lithium s'exprime
Bis vous insulte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
Lithium Elfensen
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2709
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 26

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: Dessine-moi un mouton (réservée) Dessine-moi un mouton (réservée) EmptySam 6 Nov 2010 - 9:38
SOS Ouistiti.












Les deux jeunes gens couraient maintenant.
Il leur fallait se presser le plus vite qu'ils pouvaient et poussaient au maximum leurs jambes, c'était une question de survie. Le babouin avait alerté par son appel tonitruant ses semblables des environs et ils n'étaient sûrement pas restés insensibles à ce cri de chasse. En tout cas, ils en voulaient à la vie du Petit Prince. Pour quelle raison ? ça, Lithium l'ignorait totalement. Même le lieu d'arrivée ne lui avait pas été communiqué par le garçon. Elle se contentait de courir sans relâche, tenant fermement le bras du gamin dans ses mains.
Ce dernier ne se plaignait pas de la vive allure qu'ils avaient adoptés, au contraire, il faisait de son mieux pour ne pas ralentir la jeune fille prête à tout pour le sortir vivant de cette histoire, et surtout le ramener à bon port en un seul morceau. Lithium n'avait pas révoqué ses dagues, préférant être directement prête si une prochaine offensive était lancée par les camarades du macaque. Pourtant, plus ses armes restaient invoquées, plus elle se fatiguait et perdait d'énergie. Le stress qui l'a possédait l'empêchait néanmoins de s'en rendre compte. Tout ce qui comptait à l'instant pour elle était de ramener sain et sauf le Petit Prince à destination. Cette mission se devait d'être accomplie et se solder par une réussite, sa fierté et son orgueil étaient en jeu mais également ses principes et son sens de la morale. Elle ne pouvait pas le laisser mourir, elle ne devait pas le laisser mourir. Si ce malheur arrivait, elle ne se le pardonnerait jamais.

Au seul fait du passage de cette idée à travers son esprit fit qu'elle le tira avec encore plus de vigueur et accéléra la cadence de la course. Haletants, ils s'autorisèrent quelques minutes de pause et s'assirent sur l'un des rares rochers qui se trouvait dans les parages. Lithium se mit à culpabiliser. Elle aurait dû être plus prudente et plus réactive. Elle n'était pas assez efficace en tant que garde du corps, ce n'était décidément pas un travail pour elle cette histoire. La prochaine fois, elle réfléchira à deux fois avant d'accepter une mission de ce style, même si cela semble intéressant aux premiers abords. Elle aurait dû tuer ce babouin de malheur avant son appel et s'en tirer sans la moindre égratignure avec le Petit Prince. Une fois leur souffle repris, Lithium entreprit à nouveau de courir, il leur fallait s'éloigner le plus possible du lieu de la bagarre et arriver au plus tôt à leur destination.

La jeune fille était en constante alerte, regardant vivement autour d'elle au moindre son.
Ce fut au moment qu'elle tourna sa tête sur la gauche qu'elle entendit un puissant bruit de pas.
Immédiatement, elle réagit au quart de tour et fit passer le garçon derrière elle, se plaçant en position de défense.
Deux babouins se dirigeaient droit sur eux avec la ferme intention bien évidemment de les tuer. Le premier, ne pouvant contenir sa rage de savoir son compagnon Béberd mort, se jeta sur Lithium qui tomba à la renverse, tournoyant tout deux en une roulade effrénée. La blonde essayait tant bien que mal de repousser l'animal dont les crocs se rapprochaient dangereusement de son visage, elle pouvait sentir son haleine fétide à odeur de viande avariée. Face à cette senteur pour le moins immonde, elle eut des nausées, ne voulant absolument pas que cette puanteur se rapproche d'un millimètre de plus.

Pendant ce temps, le Petit Prince essayait vainement de courir pour échapper à l'autre bête nommé en passant Fred, l'autre c'est François. Le singe l'attrapa violemment par la taille et commença à l'emmener. A cette vue, Lithium plia ses jambes et les envoya en pleine cage thoracique du Babouin. Elle profitant de l'occasion que François avait peine à respirer pour envoyer une bonne vieille droite dans la tête de Fred. Celui l'évita de justesse et lâcha le petit homme pour pouvoir porter plus d'attention sur la jeune fille. Il eut un bref moment d'hésitation et finit par entamer le duel. Chacun possédait ses propres armes, l'un avait des griffes acérées et l'autre des lames finement affutées.
Le babouin tenta une offensive en direction de la poitrine de Lithium qui bloqua ce coup évident sans trop de difficulté et en porta elle-même un avec sa dague sur le ventre de l'animal. Cette attaque ne fut pas évitée mais Fred ne resta pas comme son congénère plié en deux, bien au contraire, il profita du fait que Lithium était encore avec son arme dans son ventre pour lui asséner un magnifique coup de griffe qui lui lacéra le bras gauche. Elle grogna de douleur, s'écarta vivement de l'agresseur. Elle jeta un coup d'œil à son bras ensanglanté. Et voilà qu'elle avait de nouveau les bras en mauvais états, bon l'un plus que l'autre certes, mais zut quoi ! Elle lui lança un regard haineux.





"Alors, je ne sais pas ce que vous avez avec mon bras gauche mais décidément, vous aimez bien me le mettre hors d'usage.", dit-elle en vérifiant néanmoins si il fonctionnait, c'était le cas mais cela lui infligeait une immense souffrance.

"Vous allez crever.
Vous m'avez bien trop ennuyé avec vos histoires là."



Elle se précipita sur le babouin Fred prêt à se défendre, quand elle entendit un cri déchirant.
Sans prêter attention aux conséquences, elle se retourna pour voir où se trouvait le Petit Prince à l'instant même, le cherchant frénétiquement du regard. La bête exploita cette opportunité qui lui était offerte sur un plateau et taillada le dos de Lithium qui hurla de souffrance. Elle se détourna vivement du singe et, sans prêter attention à sa blessure, elle courut en direction de la clameur qu'elle avait perçue. Fred, légèrement outré d'être ainsi ignoré de la sorte se lança dans sa poursuite. A force de courir, elle vit non loin de là François le second singe emporter le gamin sans pour autant lui faire le moindre mal. Elle ne comprenait pas, tout à l'heure le précédent ennemi voulait le tuer. Leur plan avait-il changé entre temps ?

Force est de constater qu'au moins, elle n'avait pas la crainte qu'ils l'exécuteraient.
Se rappelant soudainement de la présence du compagnon de François, elle se détourna vivement et contra l'offensive censée être surprise de Fred. Le singe maugréa de déception et se dégagea pour de nouveau attaquer.
Lithium s'étonna car l'animal ne faisait étrangement plus attention à sa sécurité, il se contentait de charger sans relâche. La jeune fille bénéficia d'une ouverture qu'elle prit sans hésiter. Le thorax de la bête était à découvert, c'était bien trop beau pour être vrai mais elle voulut y croire. Elle canonna la poitrine de Fred de ses deux lames à la fois qui vinrent se planter au niveau du Sternum pour l'une, en dessous du pectoraux gauche pour l'autre.
Pour celui là, la fête était fini. Elle prit le temps de fermer les yeux exorbités du cadavre et se dirigea sans plus tarder vers les deux silhouettes qui trottinaient à quelques mètres.





"HEEEE, L'AUTRE POILU LA !!", héla t-elle en faisant de grands signes de la main.



A cette qualification, le babouin s'arrêta net et se retourna vers le cri.
Son visage était rouge de colère de s'être fait appelé de la sorte, et le devint d'autant plus quand il vit le tee-shirt imprégné de sang frais, l'amenant à craindre le pire.





"Qu'as-tu fais de Fred, sale chienne des Enfers ?!!", beugla t-il à son intention.

"Oh bah c'est pas sympa de dire ça, un peu de décence voyons !", joua t-elle, bien décidée à le provoquer pour l'amener jusqu'à elle.

"Mais si tu tiens vraiment à le savoir, je l'ai tué.
Et plutôt facilement dirais-je."
, elle esquissa une légère grimace.




Heureusement qu'il ne l'a voyait pas d'ici.
Elle était en sueur et souffrait terriblement le martyre.
C'était bien évidemment que de la provocation le terme "facilement". Elle en avait au contraire pris pour son grade face à cette bête, et méchamment. Lithium ragea de voir qu'elle n'était qu'une simple débutante en apprentissage et espérer au plus profond d'elle-même qu'à la fin de cette mission elle se serait endurcie. Le sang coulait abondamment de sa blessure dorsale contrairement à son bras qui semblait s'être calmé. Il fallait vite en finir, l'adrénaline commençait à s'estomper, et si le combat n'était pas fini avant ce moment, elle aurait perdu. L'urgence était de mise. Fort heureusement, le singe, furieux de savoir son camarade mort jeta sans ménagement le Petit Prince sur le sol dur et humide des plaines et courut vers elle, la bave aux lèvres. La jeune fille eut un bref sentiment de peur qui l'a traversa, terrifiée à l'idée de ce qu'il pouvait advenir.

François mit à terre en un mouvement Lithium qui se retrouva immobilisée.
A cet instant, elle repensa à sa période du collège et à cet.. à cet ignoble gamin.
Ils se trouvaient exactement dans la même position que quand ce dernier avait tenté de lui faire encore plus de mal qu'il ne l'avait fait auparavant. Le singe se trouvait à quatre pattes sur elle, empêchant les moindres faits et gestes, un sourire démoniaque flottait sur son visage légèrement humanoïde. Il comptait bel et bien la tuer pour ce qu'elle avait fait. Il s'approcha d'elle doucement.





"Ecoute fille des Lymbes,
Fred était mon amant.
Oui, même les singes peuvent être gays, ne me regarde pas comme ça !
Tu as tué ma source de plaisir, je ne te le pardonnerai jamais."
, cracha t-il haineusement.



Avait-elle bien entendu ?
Un singe.. gay ?
Boh, si c'était son orientation sexuelle, c'était ses affaires, pas les siennes.




"Bah tu sais quoi Babouin ?
Je m'en fous. Mais royalement.
J'ai certes tué ton amant, mais vous, vous avez tenté d'attenter à la vie du Petit Prince, un miracle de la nature mais aussi un enfant.
Un simple et naturel enfant. Bien que je n'aime pas les mioches, j'ai pour principe de soutenir que un gamin à le droit de vivre autant que un adulte ayant déjà bien vécu.
C'est horrible à dire, j'y conçois, mais je reste sur ma position.
Ton partenaire Fred avait autant le droit de mourir que le Petit Prince et vice versa.
Personne ne peut mourir juste parce que l'on en a donné l'ordre.
Je ne veux pas savoir pourquoi vous lui en voulez tant que ça à son existence, mais vous n'aurez pas sa peau tant que je serais en vie dans ce monde ci."
, conclut t-elle, le regard plongeant dans le sien.

"Nous pouvons remédier à cela."
, sourit-il de nouveau avec son air démoniaque.



Et son bras plongea.
Lithium ferma les yeux, attendant patiemment le coup fatal qu'il s'apprêtait à lui porter.
Pourtant, elle ne sentit rien. Absolument aucune douleur. Curieuse de savoir ce qui se passait, elle ouvrit les paupières.
Horrifiée de ce qu'elle voyait, elle resta sans voix. Le Petit Prince lui-même s'était jeté sur la main du singe, empêcha ainsi le babouin surpris d'asséner l'attaque mortelle. La jeune fille, terrifiée à l'idée qu'il puisse arriver quoi que ce soit à l'enfant, se dégagea vivement quand elle sentit que le poids de l'animal s'allégeait et frappa. Ses dagues qu'elles avaient lâchées auparavant vinrent se loger dans la gorge et dans l'estomac de François qui ne put prononcer ses dernières paroles. Il s'écroula piteusement sur le sol, les yeux voilés par la mort. Lithium fit comme avec son congénère et lui ferma les yeux. Elle se leva difficilement, glissa puis se releva et clopina jusqu'au cadavre précédent.
Elle le tira jusqu'à François et les rassembla, posant leur tête chacune sur l'autre. Elle soupira.





"Voilà.
Bien qu'ils étaient deux assassins envoyés pour te tuer,
ils étaient après tout humains si j'ose dire.
.. Mais comment entreprendre un tel métier quand tu peux mourir à chaque instant et que quelqu'un t'attends ?
Ils ont choisis la même voie pour être ensembles."
, elle sourit doucement.



A ces mots, elle s'écroula sur le sol.
Le Petit Prince accourut vers elle, pleurant et geignant.
Lithium voyait flou, mais put distinguer les larmes qui coulaient le long des joues du gamin.
Elle avança une main vers le visage de celui-ci et lui en effaça des gouttes.





"Et alors, pourquoi tu pleures Petit Homme ?"

"C'est parce que tu vas mourir.", sanglotait-il.

"Mourir, moi ? Bien sûr que non !
J'ai pas accompli assez de choses pour me laisser agoniser comme ça.
Et de plus, je n'ai pas encore fini ma mission."
, fit-elle, piquée.

"Nous.. nous ne sommes plus très loin.
C'est à quelques mètres de là.
S'il vous plaît, ne meurs pas."


"J'ai toujours trouvé ça marrant de voir comment tu rassemblais le tutoiement et le vouvoiement à la fois.
C'est pas très français tout ça hein !"
, ria t-elle.

"Je ne veux pas que tu meurs."

"Je ne mourrais pas."

"Pourtant, Lui, il est mort."

"Lui ? Tu veux dire St-Exupéry, l'aviateur ?"


"Celui qui réparait son avion et qui m'a écouté.
Il est mort."


".. Comment l'as-tu su ?
Cela faisait bien longtemps que tu étais rentré, non ?"


"Je le sais, c'est tout."

"Je vois..
Bon, allez !
Aide-moi à me relever.
Faut bien que l'on y arrive à ton endroit."



Alors, il savait.
Depuis le début il savait que St-Exupéry était mort.
Enfin, avait du moins disparu en vol durant une mission.
Son avion avait bien était retrouvé mais.. 60ans plus tard.
Elle déglutit difficilement. Le Petit Prince l'a releva sans un mot, les yeux rouges d'avoir pleuré et la maintient.
Ils marchèrent doucement, sans échanger un mot, si ce n'est que quelques sourires.
Après une vingtaine de minutes de marche, le gamin posa délicatement Lithium sur le sol qui fit une grimace et se mit à fixer l'étrange ciel de Dreamland avec sa mélancolie habituelle tant décrite par l'écrivain dans son ouvrage.
Qu'allait-il se passer maintenant ?
Le jeune garçon se tourna vers la blonde, le visage illuminé de joie.
Lithium sentit le coup fourré. Il allait partir, comme dans le livre !
Non, non ! Elle ne voulait pas !

Elle l'implora du regard.
Il l'observa, son visage soudainement empli d'une immense tristesse.
Il s'agenouilla face à elle et plongea son regard troublant dans le sien.




"Je rentre chez moi ce soir."

"Chez toi ?
Que veux-tu dire par chez toi ?
Veux-tu astucieusement me faire comprendre que ce soir est ta dernière nuit ?"



Il resta silencieux quelques instants puis lui répondit par une autre affirmation.




"Je crois que je vais le rejoindre."

"N'avais-tu pas une fleur à t'occuper ?"

"A mon retour il y a longtemps, elle avait attrapé un rhume.
Elle est morte."



Lithium se rendit compte de sa gaffe mais comprit néanmoins ce qui allait arriver au Petit Prince cette nuit.
Il allait lui aussi mourir. De quoi ? Elle n'en savait rien, mais pour lui, la vie était fini.
La seule chose dont il s'était rattaché était morte quelques temps après son retour sur sa planète.
Elle prit le gamin entre ses bras et lui caressa tendrement la tête.





"Je suis sûre qu'elle était heureuse de te revoir ta rose."

"Je l'ai abandonné.", se mit-il à pleurer.

"Chuuut.", elle le serra plus fort contre elle.
"Elle a sûrement compris que tu avais besoin du voir du pays, de rencontrer des gens, découvrir le monde.
Il est certain qu'elle ne t'en voulait pas."


"je l'ai laissé seule sans défense avec ses 4 épines de rien du tout."

"Une rose c'est coriace, ça sait se défendre."


Il ne dit plus rien.




"Elle t'aimait tu sais ?", conclut Lithium.

"Je sais."


Et ils restèrent longtemps comme cela.
La jeune fille se surprit par ce surplus de tendresse qu'elle avait envers cet enfant.
Il était bien trop adorable pour ne pas l'aimer et le chérir. Même elle ne pouvait pas résister à son charme.
Subitement, le Petit Prince se leva.





"Tu ne dois pas rester là."

"Pourquoi ?"

"Ce n'est pas beau à voir.", se renfrogna t-il.

"Je sais ce qui va se passer.
J'ai lu ton histoire."


"Mon histoire ?"

"Oui, l'homme qui réparait son avion a écrit sa rencontre avec toi."

"Vraiment ..?", fit-il les yeux brillants.

"Vraiment."



Il était ému, cela se voyait.



"Va le rejoindre", fit Lithium souriante.
"Du moins, va LES rejoindre.
Ils t'attendent sûrement."


"Oui. Ils m'attendent.", dit-il doucement
"Merci de m'avoir tenu compagnie cette nuit et d'avoir été mes épines.
Je ne vous oublierais jamais, vous lui ressemblez tant par certains points."


"Oh, faut pas exagérer non plus hein !
Je ne suis qu'une voyageuse débutante après tout."
, ria t-elle.
"Allez, files !"

"Adieu !", dit-il, riant une dernière fois de son rire magnifique.



Il eut un éclair, puis.. plus rien.
Voilà, c'était fini.
Le Petit Prince était parti rejoindre ceux qui étaient le plus cher à son cœur.
Quant à elle, elle était telle une carpette sur le sol.




"Quelle nuit de dingues..", soupira t-elle, un sourire ravi sur les lèvres.



Elle disparut dans un nuage de fumée.
Elle s'était réveillée.










[RP CLOS.
MISSION ACCOMPLIE.]

__________



Lithium s'exprime
Bis vous insulte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dessine-moi un mouton (réservée) Dessine-moi un mouton (réservée) Empty
Revenir en haut Aller en bas

Dessine-moi un mouton (réservée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Les Plaines-