Haut
Bas

Partagez|

Sortir du labyrinthe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 7
Date d'inscription : 18/09/2018

Nouveau challenger
Romuald Chevalier
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Sortir du labyrinthe Jeu 11 Oct 2018 - 18:09


Note avant lecture :


Ce post constitue la suite de la partie « Post RP » de ma présentation, il est donc conseillé d’aller la lire avant de continuer votre lecture. Pour ceux ne voulant pas prendre le temps d’aller la lire voici le résumé rapide de ce qu’il s’y est passé :

Nuit 1 : Romi a vaincu sa peur de se perdre dans le labyrinthe de la claustrophobie et a trouvé Carte, sa première invocation, une carte parlante permettant de guider son invocateur. Celle-ci l’a aidé à marcher en direction de la sortie.

Nuit 2 : Romi, en ayant marre de marcher, est allé, guidé par Carte, chercher sa deuxième invocation : TP. Une télécommande permettant de téléporter son utilisateur. Celle-ci étant bourrée l’a cependant téléporté encore plus loin de la sortie qu’avant.

Le voilà donc à devoir retourner vers la sortie.


Nuit 3


Je me retrouvais pour la troisième fois dans ce monde, je commençais à m’habituer à ses sensations, ses particularités… ou tout du moins, c’est ce qu’il me semblait.

Carte me regardait d’un air inintéressé et me lança nonchalamment :

-Bon alors ? Qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui ? Tu vas enfin réussir à nous sortir d’ici ?

-Bien sûr que oui ! répondis-je plein d’entrain.

Nous marchâmes ainsi pendant quelques temps. Je suivais les indications de Carte tout en posant de nombreuses questions sur ce monde, qui m’était tout de même bien inconnu. J’apprenais ainsi l’existence des créatures des rêves, qui apparaissaient apparemment sous de nombreuses formes… certaines prenaient la forme de créatures fabuleuses et terrifiantes, et d’autres prenaient des formes plus… conventionnelles… comme par exemple des… chats. Mais ce n’était pas tout ! J’étais, d’après Carte, un voyageur aux yeux de ce monde, il me raconta que j’étais auparavant un rêveur mais que c’était vaincre ma phobie qui m’avait permis d’obtenir des pouvoirs et m’avait fait passer au statut de voyageur. Et je n’étais bien évidemment pas le seul voyageur, je n’étais pas le seul avec des pouvoirs, et certaines personnes avaient des pouvoirs extraordinaires et bien mieux que le mien ! Ce sur quoi Carte insista lourdement… Il m’apprit de nombreuses autres choses, comme notamment les conflits qui existaient entre voyageurs et créatures des rêves, même si je ne les comprenais pas très bien, ou encore l’existence d’un nombre de royaumes que je n’aurais jamais osé imaginer. Au fond de moi j’avais hâte de découvrir tout ça ! Mais une question me taraudait cependant :

-Mais dans ce monde ? Est-ce que… je peux… ?

-Mourir ?

-…

-Oui… et non… Si tu meurs dans ce monde tu ne pourras plus jamais y revenir sous le statut de voyageur, tu redeviendras un rêveur et tu oublieras tout ce que tu as vécu ici. Cependant ta vie continuera dans le monde réel, tout sera comme avant.

À peine avait il prononcé ces mots que son visage devint grave, oui encore plus grave qu’avant, je ne savais même pas que c’était possible.

-Qu’est ce qu… dis-je interloqué.

-Merde… à cause de tes conneries on est encerclés maintenant… À te parler j’ai même pas fait gaffe. m’interrompit-il, l’air légèrement agacé.

-Encerclés ? Mais par quoi ?

Comme pour répondre à ma question un gigantesque minotaure, aussi large que le couloir, déboucha du virage qui se situait à une quarantaine de mètres devant nous. Aucune chance de l’éviter ou de continuer sans lui faire face.

-Une créature des rêves. dit Carte pour répondre à la question que je n’avais pas encore posée. Et si tu veux mon avis, elle a pas l’air d’être là pour nous proposer du thé. rajouta-t-il d’un ton tout aussi agacé qu’ironique.

-Quoi ? Il y a des monstres dans ce labyrinthe ? Mais depuis quand ?

-Mais depuis toujours triple buse ! C’est juste qu’avant je faisais en sorte de les éviter… C’est pas contre toi spécifiquement, euh… attend en fait si, mais t’as pas l’air de pouvoir te battre contre un de ces trucs !

-Hein ?! Mais je suis censé faire quoi moi là alors ?

C’est en disant c’est mot, que je réalisai que le minotaure nous avait remarqué, et qu’il avait pressé le pas dans notre direction. En effet, il n’avait pas l’air d’être là pour nous proposer du thé. Ma décision était alors toute prise : Prendre mes jambes à mon cou.

Je courais alors dans la direction opposée, mais j’arrivai vite au bout du couloir dans lequel nous nous trouvions, celui-ci se séparait en deux. Je regardai à gauche, il y avait un minotaure, de dos, mais beaucoup trop près à mon goût, à droite, un autre minotaure, à une vingtaine de mètres, qui m’observait, l’air plutôt interloqué, avant de commencer à charger dans ma direction.


-Mais il y en a partout ?!

-C’est le principe d’être encerclé. dit Carte en soupirant.

-TP ! criais-je empli de désespoir.

Ce cri fit se retourner le troisième minotaure pendant que les deux autres chargeaient encore dans ma direction. TP apparue dans ma main et j’appuyais de toute ses forces sur son bouton en pleurnichant :

-Sors moi d’ici…

-À tes ordres hips ! Dis TP alors que je disparaissais dans un tourbillon de couleurs.

Une fois ma vision revenue à la normale je regardais autour de moi afin de savoir où j’étais, où est ce que TP m’avait téléporté cette fois ci. Un très rapide tour d’horizon me suffit à comprendre que j’étais à quelques mètres de ma position précédente, juste derrière l’un des trois minotaures. Le temps qu’il m’avait fallu pour m’en rendre compte était aussi le temps qu’il avait fallu aux minotaures pour me récupérer dans leur champ de vision.

C’est comme cela que je me retrouvais à courir, poursuivi par trois minotaures, au hasard dans le labyrinthe, tentant de les semer. Heureusement pour moi leur grande taille faisait qu’ils avaient un peu de mal à se déplacer dans ces couloirs sinueux et ne pouvaient pas me rattraper si j’enchaînais les virages. Je commençais à considérer que j’avais assez de distance sur eux pour tenter une deuxième téléportation lorsque j’entendis un :

clic

J’avais marché sur un piège. Alors que je me demandais quel genre de tordu mettrait des pièges dans un labyrinthe, ma vision se troubla, à telle point que je fini par ne plus rien voir d’autre que du noir, dans un même temps, j’eu l’impression que mes membres se déchiraient, que mon corps n’était plus rien d’autre qu’un puzzle insolvable. Quand je repris connaissance j’étais dans une autre partie du labyrinthe, elle était différente de tout ce que j’avais vu jusqu’à maintenant. Les murs n’étaient plus faits de pierre grise mais de miroirs, mon image se reflétait à l’infini sur les murs parallèles du couloir dans lequel je me trouvais.

J’étais déboussolé, à la fois par ces miroirs et cette téléportation intempestive… Je reprenais mon souffle adossé contre un des miroirs, me relevais, en m’appuyant difficilement contre les murs, tout en me faisant la réflexion que les téléportations de TP étaient bien plus agréable que celles des pièges de ce labyrinthe. J’arrivai enfin à me tenir sur mes deux jambes, et alignai difficilement un pas après l’autre pour progresser dans ce couloir. Je ne savais pas où j’allais, mais j’y allais, une chose était sûre : je ne voulais pas rester ici. Tout en marchant, je me maudissais de ne pas avoir réinvoqué Carte pendant ma course, il aurait sûrement pu me guider lors de cette dernière et m’aider à éviter les pièges… mais dans la panique, je n’avais pas eu autant de recul, que ce que j’en avais maintenant. Et c’est d’ailleurs alors que je me demandais pourquoi je serrais toujours TP, qui semblait dormir, dans ma main droite, et n’avais pas encore réinvoqué Carte pour m’aider que j’entendis un :

clic

Encore un piège… À peine n’avais-je eu le temps de me demander où j’allais encore être téléporter que le sol s’ouvrit sous mes pieds. Je tombais de tout mon poids dans une salle vide, alors que ce qui était désormais le plafond se refermait derrière mon passage. Bien sûr, tous les pièges de ce labyrinthe n’étaient pas identiques, qu’avais-je en tête ?...

Je me remis de cette chute, massant les parties de mon corps ayant servi à amortir le choc, tout en grommelant de douleur. Je ramassais TP qui m’avait échappé, cette dernière dormait toujours, et n’avait pas l’air d’avoir été particulièrement bouleversée par les évènements récents. Je décidais de ne pas réinvoquer Carte pour l’instant, je n’avais pas encore la motivation suffisante pour essuyer ses commentaires satiriques, et j’aurai sûrement besoin de TP pour sortir d’ici quoi qu’il en soit.

Je regardais autour de mois pour essayer de comprendre dans quel pétrin je m’étais encore fourré et pour essayer d’analyser la situation. Une lumière dont je ne pouvais déterminer l’origine illuminait la pièce qui était faite intégralement de miroirs, c’était à la fois magnifique et déroutant… Je me sentais légèrement oppressé et fermai donc les yeux pour me remettre de mes émotions, seul, dans ma tête, et non pas avec cette infinité d’image de moi, que reflétaient les murs. J’avais enfin un peu de calme.

Lorsque que je les rouvris, j’avais l’impression que les murs s’étaient rapprochés les uns des autres… C’était difficile à dire étant donné que, j’avais du mal à déterminer la position exacte des murs, à cause de tous ces reflets. Pour en avoir le cœur net, je m’étendis de tout mon long afin de toucher deux murs opposés, l’un de la pointe des pieds et l’autres du bout des doigts. Et oui ! En effet, ce n’était pas qu’une impression, je devais au début m’étirer de tout mon long pour me maintenir dans cette position, puis ce devint plus simple, et après quelques minutes je pouvais mettre mes pieds à plat sur l’un des murs tout en gardant le second en contact avec mes doigts.

Je commençai alors à paniquer, je secouais TP pour tenter de la réveiller, je criais, j’essayais d’appuyer sur son bouton… Mais rien ne se produit… Pas une seule réaction de sa part… Affolé je la désinvoquais pour faire apparaître Carte.

-Je… commençais-je d’une voix affolée.

Mais le visage grave de Carte m’arrêta dans mon élan, il fit un rapide tour d’horizon et analysa la situation avec un calme qui lui était propre.

-Laisse-moi deviner… T’arrives pas à réveiller TP c’est ça ? Et bien essaye plus fort qu’est ce que tu veux que je te dise moi ? Tu crois vraiment que je connais une formule magique pour la réveiller ? C’est pas le cas ! Oh et une dernière chose : évite de mourir ici ça m’emmerderait vachement !

C’est sur ces mots de Carte que je réinvoquais TP sans même lui répondre, le temps manquait, et ce n’est pas comme s’il attendait une réponse de toute façon. Je passai les minutes qui suivirent à la secouer et crier de toute mes forces, ne m’arrêtant que pour reprendre mon souffle, je n’avais pas le choix : ma survie en dépendait.

C’est alors que je commençais à pouvoir sentir les murs de chaque côté contre mes épaules que j’entendis un bâillement, TP s’était enfin réveillée, j’étais sauvé !

-Pourquoi tu cris comme ça de bon matin ? demanda TP d’un ton à moitié endormi.

-J’ai besoin de ton aide ! Sors-moi d’ici !

-Où veux-tu aller ? Me demanda TP d’un ton étrangement sobre, elle qui ne demandait pas de précisions supplémentaires en temps normal.

-Dans un endroit sûr ! Le plus sûr que tu puisses trouver ! Je t’en supplie !

En disant ces mots j’appuyais sur son gros bouton rouge, les murs de la pièce étaient beaucoup trop proches de moi à mon goût.

Une fois le contrôle de tous mes sens repris je contemplai l’endroit où je me trouvais. J’étais assis sur une chaise, et non pas dans une position aléatoire comme à chaque fois auparavant, réellement assis ! Je me trouvais dans un magnifique jardin empli de nombreuses fleurs de couleurs diverses et variées. Devant moi se trouvait une table, entourée par d’autres chaises identiques à la mienne, et au-dessus de cette table un petit préau fleuri la protégeait du soleil. Celui dernier avait 4 entrées, dans les 4 directions cardinales, qui menaient chacune vers un couloir du labyrinthe. Mais les murs de ces couloirs n’étaient, ni fait de pierres, ni de miroirs, c’étaient de hautes et épaisses haies fleuries. Le sol quant à lui était recouvert d’une fabuleuse pelouse foisonnante. Tout cela mis ensemble créait un jardin floral magnifique.

-Merci beaucoup ! Tu m’as vraiment sorti d’une situation sans espoir. dis-je en regardant TP.

Toujours là pour te servir hips

Constatant que ce serait comme d’habitude difficile de tirer d’elle une quelconque information sur où nous nous trouvions j’invoquais Carte.

-T’es encore en vie à ce que je vois ! J’y aurai pas cru, vraiment ! C’est plutôt sympa comme endroit ici… me lança Carte en apparaissant.

-Oui, TP a réussi à m’amener en lieu sûr par je ne sais quel miracle… D’ailleurs on est où là ?

-Toujours pas sorti du labyrinthe… Comme tu peux le constater… Mais au moins c’est un peu plus calme par ici. Enfin pour l’instant…

En écoutant les paroles de Carte je m’enfonçais dans ma chaise tout en fermant les yeux, j’étais exténué et couvert de bleus…

Lorsque je rouvris les yeux j’étais allongé dans mon lit, je regardais l’heure sur mon réveil posé à ma droite, 6h53. C’était bientôt l’heure pour moi de commencer à me préparer pour aller en cours… Je me levais difficilement mais mon corps était intact, je n’étais plus couvert de bleus ! C’était parti pour une journée de plus dans le monde réel, ça, je savais faire !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sortir du labyrinthe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 3 :: Labyrinthe Cauchemar-