Haut
Bas

Partagez|

[Finie] Pallas, ce nom me plait. Je serais Pallas sur ce monde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 08/08/2018

MessageSujet: [Finie] Pallas, ce nom me plait. Je serais Pallas sur ce monde. Mer 8 Aoû 2018 - 14:00
Galliléo Murciélago a écrit:


Murciélago
Galiléo

Personnage.



© Avatar taille 160x320 pixels.


  • Nom : Murciélago
  • Prénom : Galiléo
  • Surnom(s) :  Ses rares camarades l’appellent : Gali'. Il ne donne jamais son vrai nom à Dreamland et se fait nommer Pallas. Tel le titan de la guerre.
  • Âge : 25 ans
  • Nationalité, origine(s) : Franco-Italien, vivait à Florence dans sa jeunesse. Puis à commencé à vivre avec sa mère en France suite au divorce de cette dernière. Bien que depuis qu'il a retrouvé son bonheur au milieu des plantes, il envisage un changement de milieu de vie. L'idée de retourner à Florence, ou aller vers le Sud de la France trotte dans son esprit.
  • Pouvoir et description : Phytophobe : Le pouvoir de Gali' est assez basique exposé comme ça : Morpheur végétal. C'est un peu nul nom ? Pas vraiment, il est capable d'adopter les effets/caractéristiques de divers espèces de végétaux et transformer ces derniers à l'échelle humaine, je vous laisse imaginer les dommages si jamais il vous serre la main. Le voyageur n'acquiert pas tous ses pouvoirs au début, il doit comme une plante : se développer et pousser pour atteindre la pleine puissance de son don.



Description Physique.


Dans le bus, vous croisez un homme de dos. Au début, vous pensez que c’est le ‘’monsieur tout le monde’’. Il n’avait rien de hors du commun. Comme vous le pensez et vous le voyez : il est comme une grande partie des êtres humains, rajoutons un air banal de dos vous levez les yeux vers sa chevelure sombre et bouclés.  Vous remarquerez également que le bus semble blindé, mais personne ne semble s’approcher de lui. Vous saisissez donc l’opportunité de faire votre voyage posé sur les sièges poussiéreux du 180.  

Peut-être que c’est votre timidité qui vous dit de quand même un peu vous éloignez. Vous vous mettez sur l’autre rangée de siège sur la droite de Galiléo. Il vous élance donc un bref regard du coin de son œil droit. Vous le voyez, et vous vous dites que le jeune homme doit donc posséder une paire complète de yeux bleus. Finalement, vous vous dites que ce jeune homme possède un certain charme. Alors pourquoi personne ne veut l’approcher ? Hors deux- trois types bourrés au loin à l’arrière du bus.  L’envie de lui laisser votre numéro vous trotte dans la tête. Peut-être une tactique de drague, vous décidez de lui lancer plusieurs regards. Lui, reste pourtant impassible et vous observe seulement en coin avec son œil droit.

Vous continuez d’analyser tranquillement son visage de profil, il possède un nez assez large. Légèrement imposant. Peu importe, vous trouvez que ça lui donne un petit air  de ‘’je ne sais quoi’’ que vous appréciez. Vous vous attardée sur ses lèvres à la chaire légèrement rosâtre. Vous trouvez finalement que le jeune homme possède les traits qui vous attire, alors pourquoi l’homme bourré en face de Galiléo se met à le dévisager. Mettons ça sur le compte de l’alcool, et vous continuer timidement d’observer de profil le jeune Italien. Il possède un teint légèrement mat, dévoilant alors un métissage, votre style ! Parfait !  Vous être presque prête à passer le cap, vous n’avez jamais draguée de cette façon. Mais pourquoi pas. Vous avancez légèrement vers Galiléo pour vous mettre en face de lui.

Et la, c’est la chute. Vous découvrez la face cachée de l’iceberg. La partie gauche du visage de Galiléo est presque affreuse. Il est en pleine reconstruction facial, cette opération lui laisse tout de même des traces assez… disons que vous trouvez cela répugnant à la première vue, ou peut-être car cela sort de votre routine. Finalement, vous passer outre ce petit détail et vous continuez d’observer son regard, regard qui croise le votre. Il se met donc à sourire, courtoise vous lui rendez son sourire. Vous remarquerez donc que le jeune homme à cette capacité, malgré son visage marqué par les blessures. A offrir un sourire chaleureux, vous avez presque de la peine de l’avoir trouvée répugnant. Et vous vous mettez à compatir pour lui, et cela ce voit dans votre regard. Galiléo le remarque, il a l’œil.

Le jeune pousse un faible bâillement, le temps qu’il place sa main devant sa bouche, vous remarquerez que le jeune homme possède tout de même une paire de dentition blanche.  Après vous être habituée. Vous décidez de franchir le cap, finalement il n’est pas si monstrueux. Vous lui donnez votre numéro et votre nom, et descendez au prochain arrêt.
_

Deux jours plus tard, pendant ces deux jours vous vous êtes échangé plusieurs messages, et Galiléo arrive chez vous. Au moment ou il passe la porte, vous pouvez distinguez son style vestimentaire. Contrairement à l’autre fois ou vous l’avez vue dans le bus. Cette fois il est habillé d’une façon très chic. Il porte un chapeau feutre, d’ailleurs. Vous trouvez que sa tenue ressemble à celle des mafieux dans les années 80. Vous vous dites qu’il possède un style particulier et qu’il doit affectionner cette époque.

Une chemise blanche, accompagnée d’une veste sombre ainsi que d’une cravate. Un pantalon sombre, une ceinture et des chaussures également sombres. Vous tentez de lui faire une blague sur son style faisant particulièrement penser aux mafieux. Et il en fait une également, pas habitué. Il adopte un ton très sérieux. La voix de Galiléo faisait toujours sérieuse, il possédait ce timbre de voix calme et neutre qui renforçait votre attirance.

Vous continuez cette discussion sur le canapé de votre salon. Et vous commencez à boire. L’alcool faisait effet, vous le trouvez encore plus attirant. Lentement, vous vous commencer à vous serrer contre lui. Galiléo comprend que c’est un signe, petit à petit il forme une étreinte de ses deux bras autour de votre taille afin de vous serrer fortement contre lui.  Vos lèvres se touchent, et vous décidez d’aller plus loin. Non pas dans le sexe brutal et vulgaire, mais dans le doux et touchant. L’amour passionnant. Vous retirez lentement la veste et la chemise de Galiléo. Et vous effleurez lentement son torse d’une douce caresse.  Un torse légèrement musclé ou ressortait bien des abdominaux tracés. Il fait de même avec vous, ses yeux vous dévorant passionnément. Vous passez donc la nuit ensemble.


Voyageuse que vous êtes, vous voulez poursuivre cette expérience. Et surtout curieuse vous voulez voir de quoi rêve Galiléo.  Vous voilà, vous êtes derrière un homme qui semble avoir le même style que votre Italien favori, vous l’analysez de dos et observée ses mains. Cet homme semble avoir la peau légèrement verdâtre.  L’homme que vous avez devant vous, se retourne lentement et vous voyez un masque. Un masque malsain taché de sang, affichant un sourire. Depuis ce masque, au niveau de la bouche une cigarette semble se faire également apercevoir.  D’une voix rocailleuse, le jeune Galiléo dit derrière son masque votre nom. Vous commencez à avoir peur, tandis qu’une aura malsaine et meurtrière émanant de Pallas s’empare de vous. Vous êtes une débutante, et vous tentez de fuir. Mais trop tard, Il vous rattrape et vous regarde derrière son masque. L’air de vous reconnaître, il souffle légèrement sur vous. D’étranges spores flottent dans la zone, et étrangement vous ne vous souvenez plus de cette nuit.





Caractère.


En apprenant à connaître le jeune Galiléo, vous comprenez que c’est un homme qui à l’air d’avoir souffert de solitude. Il s’ouvre pour la première fois à vous.  Vous apprenez que c’est quelqu’un d’observateur, il trouve de la beauté dans chaque chose. Il ajoute également une petite phrase de charo sur le fait qu’il vous trouve bien jolie. Vous rigolez suite à cela, complètement sous le charme du végétal. Bien qu’il a l’air de vous appréciez, il ne semble pas franchir le cap, peut-être une peur de s’attacher, ou encore le fait qu’il est été pendant longtemps dénigrer par les autres à cause de son visage, il affirme également que c’est rare de tomber sur des personnes aussi tolérante. Vous calez par la suite une petite phrase sur la beauté intérieure. Galiléo vous indique qu’il doit travailler. Vous remarquerez donc que le jeune homme est quelqu’un de ponctuel qui respecte les horaires.

Le jeune Italien, pendant qu’il se lave continue de communiquer avec vous, il travaille dans la brigade des mineurs.  Vous êtes surprise, votre homme est un homme de danger. Galiléo indique qu’il n’a généralement pas peur. Un mensonge, puisque ce dernier avait peur des plantes. (je vais m'attarder sur la phobie de L'italien. Ce dernier pouvait quand même marcher sur du gazon ou autres, mais il n'approchaient généralement pas de fleur qu'il ne connaissait pas)  Mais vous le croyez, en réalité. Galiléo n’a pas peur de grand-chose, il est d’un air très froid et il faut vraiment arriver à percer sa carapace pour recevoir des signes d’affection et de compassion de lui. Ce que vous avez fait avec brio. Curieuse, vous lui demandez l’origine de sa cicatrice. Pallas vous indique d’un ton très calme et neutre, presque morbide qu’il a tenté de se  mettre fin à ses jours. Un échec, puisque il est encore présent pour vous en parler.  Vous pouvez presque sentir, légèrement en l’observant qu’il avait un faible air triste. Vous vous dites qu’il est peut-être dans la perte d’un proche, ou encore dans ce cercle infernal et vicieux de la dépression, vous ne tentez donc pas d’éveiller la douleur et vous n’abordez pas le sujet de la cause de cette tentative.  Galiléo quitte donc votre appartement.

Sur le chemin, le jeune homme reçoit des regards des passants à cause de son visage. Regard qu’il ignore, à cause de ces nombreuses années à vivre de la sorte. Il a crée une sorte de protection imperméable aux insultes et à ce genre de regard. Il suivait simplement le trajet pour arriver à son chemin. Prenant tranquillement son temps, car Galiléo adorait observer les lieux. Et surtout, cette fois il prenait le temps de s’attarder sur les rares lieux verts qui l’entouraient, contrairement à avant, ou il faisait le trajet pour en rencontrer le moins possible.

Vous êtes une petite fouine, et vous décidiez d’observer donc les divers profils de Galiléo sur divers réseaux sociaux, la première image vous voyez une vielle photo de lui avant son accident. Vous voyez des photos de lui pendant un voyage en Australie, quand il était jeune, peut-être vers 10-12 ans, avec un petit pavé à la gloire de sa mère. Vous devez vous dire que comme beaucoup, Galiléo apprécie ses parents.  Vous continuez de fouiner pour trouver toutes les informations sur le jeune homme, et vous découvrez que son père. Semble doté d’une grande fortune, ce dernier vivant encore une Italie. Détail sans importance, vous continuez et vous voyez encore et encore des photos de lui voyageant avec sa mère, cette fois avec son visage actuel. Vous vous dites que Galiléo aime beaucoup voyager, c’est vrai. Vous pouvez le voir via les pages qu’il like et autres. Vous continuez de le suivre via ses traces qu’il laisse sur les réseaux, et vous pouvez encore une fois voir qu’il se passionne pour le japon. Et qu’il porte un grand intérêt pour la mythologie grecque. Une véritable passion pour lui, il parle légèrement Latin d’ailleurs, vous le voyez via un autre poste un peu plus loin.

-

Galiléo arrive finalement à son boulot. Saluant brièvement ses collègues. Pourtant ça fait deux ans qu’il pratique ce métier et qu’il connaît ces derniers. Cette fois, vous êtes dans la tête d’un de ses collègues. Vous observez le jeune homme avancer vers son bureau pour gérer les nouvelles affaires.  Deux ans qu’il vous connaît, mais continue de vous traiter comme des inconnus. Galiléo est assez distant, mais ce montre beaucoup moins avec les femmes qui veulent le séduire. Pour cause cela est assez rare. L’air qu’il prend en vous regardant avec sa tronche à moitié salopé vous énerve légèrement, surtout qu’il est performant sur le terrain et derrière un bureau. Vous pensez que l’air qu’il prend en vous parlant, est un air supérieure. Simplement que Pallas n’est pas du genre à communiquer aussi facilement, ou alors il faut que vous faisiez quelque chose de particulier pour lui. Ou bien le prendre dans un moment de faiblesse. Galiléo n’est donc pas du genre à tisser des liens aussi facilement. Mais quand il arrive à en créer un avec quelqu’un, il tisse quelque chose de vraiment fort. Des liens puissants et un respect très profond se fondent par la suite entre les deux. Voilà pourquoi l’amitié de Galiléo est quelque chose qui se mérite, et est appréciez par les rares qui la détienne.

Le jeune homme fouille sur lui, et cherche son téléphone.

-

Revenons sur sa conquête. Vous voyez le téléphone de Galiléo sonner, le nom d’un homme s’affiche. Par politesse, vous décidez de répondre. Un homme avec une voix grave parle en Italien, vous ne comprenez rien. Mais heureusement ce dernier parle Français, il indique qu’il est le père de Galiléo et rigole en entendant la voix d’une femme au téléphone.  Il indique que c’est difficile de joindre son fils, et il a eu une fausse joie en pensant que ce dernier avait finalement décroché. Vous vous excusez. Mais, par contre, vous vous dites que votre futur compagnon doit avoir une relation compliquée avec son père. C’est le cas, il vous explique même que Galiléo avait soudainement coupé tous les contacts avec lui. Cela vous intrigue, mais vous respectez l’intimité de votre partenaire.

Après une journée de travail pour le jeune homme, il revient chez vous pour récupérer son appareil. Vous lui donnez, mais vous lui faites également savoir que vous en avez envie. Alors, bon comme il est, surtout ne pouvant rien refuser à ses proches. Il accepte et passe une nouvelle nuit chez vous.



Histoire.

La famille Murcielago trouve c’est origine en 1500 en Italie, développant petit à petit un marché sur la médecine illégale. Construisant rapidement un léger empire. Elle a également migré en France pour éviter la corde, mais est revenue plusieurs années plus tard pour rebâtir son empire. Aujourd’hui, elle touche à beaucoup de chose : Art, vol, racket, proxénétisme. Et les autres trafics classiques qu’on retrouve un peu partout dans le monde. L’actuel dirigeant de cette organisation est le père de Galiléo.

--


En 1988 Les parents du jeune Galliléo se rencontrent, et passent beaucoup de temps ensembles. La mère de Galliléo était une touriste française qui est tombé sous le charme d'un jeune et riche homme la couvrant de la cadeau jour et nuit jusqu'à lentement tomber sous son charme. Innocente et naïve à l’époque, la mère Murcielago ne se doutait pas qu’elle allait épouser un homme influent dans le monde du crime en Italie, vous savez ? Ce genre d'homme des ombres, le père de Murcielago était réfléchit et dur, il faisait tout pour effacer les preuves le reliant au monde du crime.  Puis plusieurs années plus tard, Galliléo voit le jour dans la ville de Florence.

Jeune et plein de vie, le petit commence lentement à se passionner pour divers sport, surtout le karaté dans l’idée de reproduire les mouvements des personnages de dessin-animé/animé qu’il regardait à la télé. Le petit garçon avait une vie heureuse avec ses deux parents, bien que son père était un père souvent absent. Et petit à petit un climat de dispute s’installa entre le parrain de la famille et sa femme. Climat de tension qui touchait même le petit Galliléo qui pour son âge, se mit donc à comprendre ce qui ce passait. Un an de dispute, puis le divorce, En raison des soupçons sur le père de Galliléo, il n’arriva pas à obtenir  la garde de son fils ce qui pendant plusieurs années le marqua profondément. Du coté de Galli’ il alla vivre en France avec sa mère très jeune, lui souffrait également du vide qu’avait laissé son père. Mais sa mère tentait de combler ce vide en emmenant son fils voyager un peu partout dans le monde.

L’accident de Galiléo aura donc lieu en Australie, alors qu’il prenait une photo avec sa mère. Il eu le malheur de tomber brutalement dans une petite crevasse. Sa chute fut  amortie par des plantes urticantes. Et le pauvre tomba tête la première dedans. Quand Galiléo fut extrait par les équipes de secours, le pauvre se mit à se gratter le visage de toutes ses forces. La plante qui avait effleuré son visage était connue pour provoquer les pires démangeaisons possible au point de selon les légendes provoquer le suicide, et surtout ces démangeaisons persistaient et s’arrêtaient seulement après plusieurs semaines, voir un ou deux mois, et surtout que les douleurs peuvent resurgir sur une durée de vingt ans.  Le pauvre Galiléo se mit donc à souffrir pendant un mois à cause de cette plante.

Enfant, il associa donc les plantes inconnues et exotiques à ce phénomène et se mit a avoir une peur panique de ces dernières. Son père au courant de la situation tenta de lui rendre visite. Mais les affaires l’ayant rattrapé, il ne pouvait pas. Son empêchement créa chez le jeune Galliléo qui souffrait atrocement une haine envers son père qu’il jugeait absent. Un traitement lui fit accordé pour atténuer les douleurs si jamais elles revenaient au cours de sa vie. Traitement qu’il prenait chaque matin ou il était réveillé par des douleurs intenses pendant une grande partie de sa jeunesse. Cette phobie en premier temps l’empechait de sortir dehors, il resta donc cloîtré chez lui, enfermé, il prenait donc des cours à domicile que son père payait pour le soutenir dans l’espoir de changer la vision qu’avait son fils de lui. Il avait également décidé de prendre en charge les frais médicaux du jeune Galliléo, et s’occupait même de lui payer un psychologue pour atténuer cette peur.  Un échec encore, le jeune homme eu beaucoup de mal à franchir le cap de quitter sa maison. Et restait énormément chez lui, quand son indépendance approcha. Il fit volontairement le choix de trouver un lieu en plein centre ville à l’abri de la nature sauvage et agressive dans son imaginaire. Galliléo vivait maintenant seul, et restait coupé du reste du monde. Il avait vingt ans à cette époque et c’est pendant qu’il dormait et était à cours de médicament que les douleurs revenaient. Brûlant son visage, le jeune homme n’en pouvait plus, tous les deux jours il se confrontait à nouveau à ces douleurs et sentait son visage le brûler horriblement.

Dans sa tête, il ne pouvait plus supporter ces douleurs et tenta de mettre fin à ses jours en sautant du  troisième étage. Un échec, il chuta brutalement dans un banc d’ordure. Et son visage fut salement amoché pendant l’atterrissage bien brutal.  Apprenant la nouvelle, son père fit lui même le déplacement pour venir constater l’état de son fils, se retrouvant nez à nez avec son ancienne femme pour la première fois. Cette dernière ayant coupée tout contact avec le parrain. Galliléo ignorait encore que son père trempait dans des sales histoires. Il prit à sa charge tout les frais médicaux encore une fois, et l’opération coûteuse de reconstruction facial. Galliléo pouvait maintenant vivre normalement, du moins c’est ce qu’il pensait jusqu’à qu’il ne voit son propre visage, peu importante la reconstruction faciale. Galliléo était défiguré à vie. Sa vie était terminée à ses yeux et il entra dans une profonde dépression, malgré le soutien de son père et de sa mère. Il restait toujours dans cet état sinistre et sombre, il ne sortait même plus de chez lui et faisait tout par livraison via internet.

Petit à petit, il réussit à vaincre cette dépression à l’aide de rare camarade qu’il s’était fait sur un forum de parlotte. Et suite à une rencontre Irl qui avait eu lieu. L’état de Galliléo n’a cessé de s’améliorer et il reprit lentement sa vie en main. D'abord, il suivit la procédure pour obtenir la nationalité française.

Puis  Galliléo intégra l’académie de police durant deux ans dès 19 ans. Égoïste comme pensée, mais pour lui, rejoindre ce métier c’était un moyen de faire de l’argent se faire de l’argent sans diplôme. Étonnamment, il passa avec brio les tests aussi bien physique et mental, peut-être ses talents de bluffeur qui étaient performants. Fraîchement diplômé de l'académie de police, il passa deux ans à coller des pv, puis deux autres années chez la brigade des mineurs.
Mais, chez Galiléo une bonne nouvelle n’arrive jamais sans une mauvaise. Il apprit que sa mère avait un cancer du sein, et sans traitement ça pourrait lui être fatal. Le père de Galliléo rancunier, refusait absolument d’apporter son soutien à la femme qui lui avait retirée son fils. Il faisait également cela pour endurcir Pallas, ce dernier serait destiné d’une façon ou d’une autre à prendre la tête des Murcielago.



Post Rp.

« Pourquoi tu ne veux pas financer les soins putain ? T’es vraiment un enculé à ce point ? » Il connaissait un peu le côté traditionnel de son père. Ainsi, le jeune Galiléo avait fait le voyage lui même pour aller rendre une petite visite dans la villa de son père. Entouré d’homme de main encore une fois, le jeune Galiléo se tenait devant le parrain en adoptant un air sévère avec son visage blessé.  Les yeux bleus de Galiléo se posait froidement sur l’homme qui se tenait devant lui. Un air inquisiteur émanait de lui, fixant fermement son père en attendant une réponse.

Le parrain essuyait tranquillement une choppe de bière qu’il tenait, avant de la déposer calmement sur une table proche tout en se retournant pour fixer dans les yeux son enfant. « Je ne financerais pas ces soins, point. Tu peux disposer. »  Ces mots résonnaient lentement dans la tête de Galiléo. Il alternait alors son regard entre la sortie, et son père. « Pourquoi putain ? Tu veux vraiment qu’elle meurt ? » Dit t-il perdant petit à petit ses moyens devant son père qui enchaîna immédiatement, d’un timbre de voix très neutre rendant sa phrase morbide : « Si cela peut te rendre plus fort. »p Ces mots se gravèrent  dans l’esprit de Galiléo, qui perdit son calme. La colère le prit brutalement et comme un fauve enragé il se jeta sur son père. Envoyant sa main droite allée attraper donc le parrain par le col de son vêtement. « Comment tu peux… ? » Le père Murcielago fit un signe de la main, ordonnant donc à ses hommes de main de laisser faire. Et avec force, il retira la main de son fils du col de sa chemise. « Oui, si il faut. Maintenant, déguerpis je dois régler de véritable affaire. »  Sur ces mots, Galiléo se laissait lentement expulser vers son père, tentant de lui coller une énorme droite au visage. Ce dernier fit un signe, et plusieurs hommes de main se jetaient sur le futur voyageur pour tenter de le maîtriser et surtout de le mettre hors de la villa Murcielago. Il venait d’être chassé par son propre père, le seul qui avait la fortune pour sauver sa mère.


Le jeune Murcielago devait retourner en France le lendemain, et sans succès.  Il passa la nuit dans un hôtel, sans savoir comment il pourrait gérer cette situation. Cette frustration conduit lentement Galliléo vers un rêve des plus étranges.

__

« Merde, il fait sombre ici. Je suis nu ? » Dit doucement le jeune homme, remarquant alors le courant d’air qui caressait légèrement son corps. Il continua de marcher s’engouffrant petit à petit dans cette sombre zone sans savoir ou il avançait. Une petite voix pouvait se faire entendre au loin par l’Italien qui décidait donc d’avancer en suivant cette dernière. Plus il s’enfonçait dans le noir, plus la voix devenait forte et familière. Au début, elle était perceptible comme un faible et léger bourdonnement, mais en se rapprochant, il arriva à distinguer et reconnaître cette voix. C’était celle de sa mère !    La stupeur s’affichait sur le visage de Galiléo quand il remarqua au loin une silhouette humaine, féminine qu’il pourrait reconnaître entre mille. « Maman ! » Hurla t-il en déchirant ainsi le silence qui régnait en maître dans cette zone.

Il se mit immédiatement à courir vers sa mère, remarquant également une étrange silhouette dans son dos. Un monstre informe qui ressemblait à une mélasse grisâtre, bougeant de manière anormale. La créature déposait lentement ses longues griffes sur le corps de la mère de Galliléo, passant lentement ces dernières sur la poitrine de la femme. Une vision qui effraya d’abord L'italien, qui continuait alors à courir vers elle.  

La créature composée d’ombre, leva lentement la main. Et une armée de plante venait de se lever autour de Galiléo, le jeune s’arrêta. Il ne pouvait plus continuer, au risque de revivre la même expérience de ses sept ans.  Son corps tremblait légèrement, il ne savait plus quoi faire. Il était perturbé. La créature plantait légèrement ses griffes sur la poitrine de sa mère, pour continuer très lentement et délicatement à pourrir son corps.

« Je t’ordonne de la laisser tranquille ! » Dit t-il impuissant face à la situation, sa voix tremblait. Il ne pouvait pas traverser ce barrage de plante au risque de revivre la même douleur. Galliléo restait donc impuissant à regarder sa mère se faire lentement ronger par ce monstre. Une deuxième voix se fit entendre dans son dos, c’était son père qui assistait à cela sans rien faire. Il était seulement à quelques mètres de duo, mais pourtant il n’aidait pas son ancienne femme. Voir cela emplissait fortement Galiléo de colère, il fit un pas pénétrant alors dans ce barrage de plante urticante.

« AAAAAAAAAAH ! » Un hurlement de douleur survint par la suite, c’était Galiléo qui une fois que l’une des fleurs effleura son torse nu sentait ce dernier le brûler et le gratter. C’était insupportable. Il tomba au sol dans l’incapacité de bouger tandis que le venin de la plante enflait brutalement son torse. Il orienta lentement son regard vers sa mère, qui cédait petit à petit aux griffes du monstre.  Dans un élan de désespoir, le jeune Galiléo se mit à hurler avec force à sa mère de fuir. Mais elle n’entendait rien. Son corps se dégradait petit à petit au même moment ou le monstre continuait de la manipuler avec ses griffes.

L’Italien se relevait, la haine au visage. Tandis que plusieurs de ses membres gonflaient au contact des plantes. La créature voyait que Galliléo commençait à vaincre sa peur, alors d’un nouveau mouvement de main. Des ronces tranchantes vinrent se mêler aux précédents barrages. Galliléo sentait son bras se faire lacérer et être coincé entre les nombreuses épines. La douleur était de plus en plus forte, car ses plaies nouvellement ouvertes se faisaient ensuite infectée par la toxine des autres plantes, renforçant alors la douleur en ajoutant des sensations de brûlures intenses. Le fait que Galliléo soit également nu sans aucune protection n’arrangeaitt rien. Il était en train de se rouler de douleur au sol, un peu partout sur son corps sa peau enflait. Parler devenait une corvée tellement difficile pour lui, également marcher était terriblement douloureux. Pourtant, la créature avait une emprise de plus en plus importante sur le corps de la mère de Galliléo qui ne cessait de se dégrader sous les yeux impuissants de son fils.  Ce rêve ne serait qu’un reflet de la réalité ? La peur de Galliléo le parasitant l’empêchant faire des taches propres, comment pourrait t-il réussir les tests pour rejoindre la section spéciale comme ça ? Sans travail, il ne pourrait pas payer les soins pour sa mère.

Lourdement, la main de Galiléo arrachait une ronce qui enchaînait son bras. Son corps gravement enflé se levait grâce à une volonté totalement nouvelle.  Il continuait, arrachant avec force toutes les plantes se trouvant sur son passage, peu importante si ses mains enflaient. Il continuait lentement d’avancer en poussant des hurlements de rage tout en déracinant toutes les plantes sur son chemin.

Alors qu’il allait extirper sa mère des griffes de cette créature, son père s’interposa. Aussi étrange que cela puisse paraître ce dernier était l’obstacle ultime ? Il prit une teinte verdâtre et petit à petit, il devint une plainte carnivore qui tentait de dévorer son fils. Galiléo ne sourcillait plus. « Vous ne me faites plus peur. » Dit t-il, retrouvant un timbre de voix calme. Il se pencha légèrement en arrière, puis envoya un énorme coup de poing dans la plante carnivore qui valdingua à plusieurs mètres. Galiléo continuait d’avancer, les enflements sur sa peau s’estompaient en même temps que l’effet urticaire qui le prenait.  Chaque pas qu’il faisait, il retrouvait petit à petit une apparence normale.

« Je te vaincrais, et je sauverais ma mère. » Dit t-il, un étrange flux d’énergie verdâtre s’échappait de la plante carnivore pour aller s’écraser contre Galiléo, pénétrant les pores de sa peau jusqu’à que lui même y gagne un teint verdâtre. Il était maintenant un voyageur, s’élançant vers le monstre qui parasitait sa mère pour, d’un deuxième coup de poing le faire lâcher prise. Dès le contact entre la main de Galiléo, et le crane de la créature. Cette dernière explosa et sa mère également.

Le jeune homme, restait nu au centre sans vraiment comprendre. Petit à petit d’ailleurs l’obscurité quittait la zone pour laisser place à un énorme royaume végétal extrêmement magnifique. Maintenant qu’il ne ressentait plus aucune peur pour les plantes inconnues, il comprenait maintenant leurs beautés. Quel était ce rêve étrange, peu importe. Il savait qu’il était dans un rêve qui n'obéissait à aucune loi.


« ça fait longtemps que je n’avais pas eu de voyageur. »
Dit une voix féminine, par réflexe. Le jeune homme se retourna et se retrouva nez à nez avec une sorte d’hybride entre la femme et la plante. Une horreur aux yeux de Galiléo qui se mit à afficher un visage montrant son dégoût. Bien qu’elle avait tout pour plaire aux plus détraqués. L’Italien restait sur ses gardes. « Voyageur… ? tu raconte quoi monstre ? »  

« Il y’a fort longtemps. J’avais beaucoup de voyageur, mais maintenant. Ils n’ont plus peur de mes plantes, je ne suis qu’une seigneur déchue. »

« Je ne comprends rien à ce que tu débite. Explique moi donc. »  Demanda Gali d’une voix très calme.  La plante se tourna vers Galiléo, souriante cette fois à l’idée de peut-être revenir dans la course. « Je suis Aphrodisia, la reine des plantes. Et tu es sur Dreamland, tu seras mes yeux, mon bras droit sur ce monde dans ma quête pour retrouver ma gloire d’Antan. »

« Pourquoi je ferais ça ? » Demanda l’Italien, sa peau était légèrement verdâtre accentuant sa nouvelle forme de voyageur. La créature s’avança lentement vers Galliléo, et déposa un faible baiser sur ses lèvres. « Car… tu es mon voyageur. » Galliléo comme ensorcelé se mit lentement à se courber, ses yeux ne pouvant quitter le corps de la créature qui venait de l’embrasser. Toujours nu, il se mit à attraper Aphrodisia de ses deux mains pour la coucher au sol, envoyant lentement ses mains caresser le corps de celle qui venait de  l’ensorcelé. Le voyageur ne savait pas ce qui se passait, mais il sentait qu’il avait une grande attirance pour cette créature. Il ne pouvait s’en empêcher, il se mit lentement à caresser sa chevelure rousse, ses mains baladeuses allaient beaucoup plus loin. Jusqu’à arriver aux cuisses de Aphrodisia. Elle se pencha pour murmurer sensuellement aux oreilles du futur masqué.

« Soit mien, soit mon voyageur. Et je serais tienne. » Dit t-elle d’un air presque enjôleur, elle contrôlait Galliléo. Il ne pouvait pas refuser. « J’accepte Aphrodisia. » Dit t-il charmé, et la créature s’amusa avec le voyageur pendant le reste de la nuit.  La nuit suivante, il revint dans ce royaume avec un étrange masque arborant un sourire. Peut-être sa conscience, car il n'assume pas son visage au fond. Sur le territoire qui jadis appartenait à Aphrodisia, une rumeur comme quoi un voyageur masqué ferait du nettoyage. Il se ferait appeler Pallas.






Autres.

(La première partie de cette section concerne votre personnage, et pas vous IRL)
Aime : La mythologie grecque, apprendre une nouvelle langue. Les plantes nouvellement. Les filles qui ne sont pas uniquement superficielle et passe le cap du physique.
N'aime pas : Les gamins qui ne respecent rien, ceux qui pensent pouvoir pacifier le monde pacifiquement. Les nuisibles, Son père.
Particularités, autres : Sur Dreamland : Peau légèrement verdâtre, il porte un masque souriant et peut fumer ou boire à travers ce masque. A des tendances de vk également.
Niveau d'étude hors de Dreamland : Bac, il est dans la brigade de protection des mineurs


Comment avez-vous découvert le forum Google
Première impression : Sympa (une âme bonne pour remettre mon avatar en place ? Je vous file dix euros.)
Pour les DC (double compte) ou TC (triple compte), qui a donné son accord ?
Avez-vous lu les règles et les respecterez-vous Oui
Code de validation : Validé-lé-lé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1179
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: [Finie] Pallas, ce nom me plait. Je serais Pallas sur ce monde. Jeu 9 Aoû 2018 - 10:23
Salut et bienvenue,

En attendant qu'un de mes collègues passe faire une lecture plus détaillée de ta fiche je t'informe qu'il manque une partie du code de vérification.

Je t'invite donc à parcourir de nouveau les règles à sa recherche.

C'est aussi le moment de relire ta fiche pour corriger les quelques erreurs d'étourderie que j'ai lue en la parcourant en diagonale.

A bientôt.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 08/08/2018

MessageSujet: Re: [Finie] Pallas, ce nom me plait. Je serais Pallas sur ce monde. Jeu 9 Aoû 2018 - 12:51
En effet ! Mais yeux avaient sauté ce morceau du code (ou j'ai négligé cette partie du règlement désolé, je me suis occupé des fautes que j'ai croisé.) Du coup :edit:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Water Boy
Messages : 1554
Date d'inscription : 05/01/2011
Age du personnage : 21

Arpenteur des rêves
Kala Kourou
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 505
Renommée: 1424
Honneur: 316
MessageSujet: Re: [Finie] Pallas, ce nom me plait. Je serais Pallas sur ce monde. Jeu 9 Aoû 2018 - 15:14
Bonyour !

Alors, tout d'abord, ta fiche était plaisante à lire !

Par rapport à la forme, il y a pas mal de fautes de conjugaisons, d'accords et de ponctuations. C'est pas gros comme des avions mais c'est des fautes facilement corrigeables ^^

La phobie est intéressante, le BG que tu veux proposer à DL pour ton perso est sympa mais il y a des incohérences concernant le BG de Galliléo : par rapport à l'âge, si on suit ce que tu écris dans la partie histoire, il devrait avoir au final 27 ans au lieu de 24. A moins d'avoir raté une partie, c'est ce que je trouve comme résultat.

Ensuite, on me fait dire à l'oreillette que :
- le fait qu'il soit italien ne lui permet pas de pouvoir rentrer dans la police française, surtout si son père est un gros parrain de la mafia (et je pense que ce genre d'informations peut se savoir, surtout s'il entre dans la police)

- le fait aussi qu'en cinq ans, il est assez improbable qu'il puisse avoir rejoint la Brigade des mineurs et ensuite rejoindre une section spéciale (laquelle parle-tu d'ailleurs ?). Tu précises qu'il a rejoint les forces de l'ordre avec seulement le bac en poche mais avec seulement le bac, ton perso devrait rejoindre l'école de police pendant deux ans pour ensuite commencer à exercer ses fonctions.

Voilà voilà. Deux options s'offrent à toi, soit tu changes cette partie de ton background pour en trouver une autre, soit tu modifies pour que le tout soit cohérent. Le code de validation est bon pour moi, je te laisse faire les modifs puis préviens-nous quand cela sera effectif ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCq05Z8FNAeW8AlRhlEq_vsQ
AuteurMessage
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 08/08/2018

MessageSujet: Re: [Finie] Pallas, ce nom me plait. Je serais Pallas sur ce monde. Mer 15 Aoû 2018 - 10:37
Très bien merci, j'ai modifié plusieurs points ; j'espère que c'est bon du coup chaud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Death Voice
Messages : 593
Date d'inscription : 20/06/2011
Age du personnage : 25

Arpenteur des rêves
Riku Kaisuki
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 167
Renommée: 1860
Honneur: 173
MessageSujet: Re: [Finie] Pallas, ce nom me plait. Je serais Pallas sur ce monde. Mer 15 Aoû 2018 - 18:51
Suite à la relecture de ta fiche ça me paraît bon. Je n'ai pas de remarques à ajouter par rapport à ce qu'a dit Kala sur le contenu.

Attention tout de même pour l'avenir si tu veux faire monter Gallileo dans la hiérarchie. Étant donné qu'il est un fils de mafieux cela risque de remonter aux oreilles de certains responsables comme des soupçons à ton égard et une certaine discrimination. Et si tu souhaites faire partie de la brigade des mineurs ce sera la "classique" donc forcément moins folichonne ^^

En conclusion je suis pour un rang 2 Morpheur. Je confirme ça avec mes camarades du staff !

__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Finie] Pallas, ce nom me plait. Je serais Pallas sur ce monde.
Revenir en haut Aller en bas

[Finie] Pallas, ce nom me plait. Je serais Pallas sur ce monde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Administration Onirique :: Personnages Joueurs :: Présentations :: Validées-