Haut
Bas

Partagez|

[quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 13/01/2018
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Yoël Herna
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 60
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Sam 7 Juil 2018 - 20:30
  Et c'est avec délectation que notre ami aux cheveux châtain profite de ses vacances, les grandes, méritées et salvatrices. Comment, me direz vous, et bien comme à peu près toutes ses journées, à dire vrai, avec un livre qui stimule un peu cette imagination qui lui est si chère, et un peu de musique, de préférence du métal symphonique, l'idée étant d'avoir du mouvement sans perdre la mélodie, composante essentielle, première, dans toute musique, sans qui tout paraît fade, bruyante. Et c'est avec un certain détachement qu'il le fait, après tout, il avait de quoi être rêveur, sans mauvais jeux de mots. Depuis peu, un nouveau monde s'est ouvert à lui, et s'il est complètement déjanté, il le sait réel. S'il y a déjà passé un peu de temps, faisant connaissance avec ses … Disons compagnons d'infortunes et deux autres voyageurs, comme ceux ayant pris conscience de la réalité de leur rêve et obtenu des pouvoirs pas ce biais. Et … S'il a cru comprendre qu'il était possible de gérer ses apparitions et déplacements, il n'a encore compris comment, et c'est donc avec une curiosité certaine, et un peu anxieux, quand même, faut pas déconner, qu'il attends son prochain cycle de sommeil.

  Mais avant de trouver ce doux réconfort onirique, il faut d'ores et déjà trouver le sommeil, chose peu aisée, heureusement, sa bande de mercenaires littéraires préférés l'accompagnent dans sa quête des bras de Morphée, ainsi qu'une musique d'Apocalyptica qui reprend Metalica, avec Fade To black, enfin, c'était censé être le cas avant qu'il ne se connecte sur le serveur rôleplay qu'il avait sur un autre jeu, passant dès lors son temps à encadrer des joueurs interagissant avec des plantes mangeuses d'hommes. Et ce n'est qu'une fois ses pulsions inavouée de violence envers de pauvre innocents satisfaites qu'il peut se remettre à sa tentative de retrouver le sommeil.


=====Dans un autre monde=====

  La première chose qui le frappe, c'est cette musique assourdissante, enfin … Musique, il ne lui en donne que le nom, c'est ce genre de musique qui tient plus du bruit, à ses yeux, qu'autre chose. Des basses qui font boom boom sans variantes mélodiques majeures, un vrai enfer auditif. Mais plus que cela c'est l'endroit où il apparaît qui vient l'étonner, une rue grise dans laquelle tout le monde à l'air d'être pressé, et affreusement malheureux, aussi. Enfin malheureux … Disons torturé, l'ai hagard, décérébré et de souffrir le martyr. Certains sont menés par d'autres et les coups de fouets pleuvent, c'est donc avec une certaine rapidité qu'il se rend compte de la situation plus que précaire de l'endroit, et se dit qu'après tout, faire profil bas est une bonne idée. Son amie gobeline, tant qu'à elle, apparaît et va faire son travail en grommelant, comme d'habitude, en somme. Même si elle semble encore plus grognon qu'à l'accoutumée, si tenté que cela soit possible. En prenant l'air torturé, sans que cela soit trop dur à cause de la musique, notre voyageur à l'écharpe, qui semble être le seul élément qui ne change pas de nuits en nuits, déambule un peu dans les rues. Avisant la population bigarrée de l'endroit, il ne fait probablement pas assez attention à son environnement, contrairement à l'environnement et ses habitants, qui eux, semblent faire attention à lui. C'est en effet quatre « faiseurs d'ange » qui commencent à l'aborder :

« Mais qui c'est ça … Ce serait pas un voyageur un peu perdu ?

-Hmm, bonjour ? Non, je … Je crois que je vais m'en sortir tout seul, merci à vous !

Et tandis qu'ils commencent à le suivre alors qu'il avait commencé à presser le pas en diversions inverse :


- On est sûr que tu veux travailler, ça tombe bien on est là pour ça. »

  Sans plus en entendre, ce qu'il parvient à faire par un miracle mystérieux, au vu de l'environnement sonore, il se met à courir du mieux qu'il peut, loin d'eux et leur air patibulaire. Bien sûr, ils le suivent en courant à la même allure, en pestant, comme tout bon méchants qui se respectent. Afin de leur échapper, Yoël prend un dédale de ruelles , au hasard, percutant, à un moment, un roux, plutôt mignon, d'ailleurs, qu'il ne prend même pas la peine de saluer, s'excusant à peine en allant perdre haleine plus loin. Finissant par les semer, certes, mais aussi à se perdre. Se trouvant alors dans une venelle, reprenant son souffle de manière sonore, avisant alors les environs et découvrant deux individus, relativement louches, l'un ayant l'air complètement allumé et l'autre … Con, il faut dire ce qui est, cela ne l'aurait pas étonné qu'il se mette à ouvrir la bouche et à baver. Enfin, toujours est-il que celui qui a l'air louche le dévisage de manière insistante, trop insistante, et que celui qui devrait baver s'éloigne en bougeant la tête au rythme de cette affreuse musique.

« Oreilles rondes … L'air paumé … Exactement ce qu'il me faut ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 604
Date d'inscription : 23/07/2013
Age du personnage : 21

Maraudeur des rêves
Tommy Fawl
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 1114
Honneur: 173
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Mar 10 Juil 2018 - 13:08
Il est des nuits où rien ne va, on a du mal à s'endormir, il fait chaud, en plus les bruits et lumières de paris tiennent à vous garder éveillé. Le sommeil ne voulant pas se poser à mes côtés, je décide de sortir les grands moyens et allumes mon téléphone pour vagabonder sur le forum de voyageurs. Je me retrouve à lire les articles du dream'mag, retranscris ou résumés par d'autres. Notamment on parle de conflit musicaux dans ce royaume assourdissant qui m'a permis un bond dans la ligue Majeur. D'ailleurs, j'en suis à me demander si ce n'est pas ce sauvetage aérien qui m'a valu le surnom décerné par le fameux magazine... Foutus scribouillards de merde... Des fois j'en suis à me demander si ils sont encore capables d'avoir de l'imagination ou des idées intéressantes malgré leur vision infinie des événements de Dreamland...

Toujours est-il que je finis par m'endormir comme ceci, affalé sur mon lit, le téléphone dans la main avec la page de l'article du royaume aux esclaves encore ouverte. Il ne faut pas longtemps pour que j'ouvre les yeux, assis sur une bouche de ventilation, elle même accroché à un mur, cinq mètres au-dessus du sol. De là où je suis, j'ai vue sur des rues sombres aux murs grisâtres et vieillissants, mais le bitumes n'est pas en reste, lézardé par le temps, troué, mais aussi couvert d'une couche de sang et d'alcool par endroit. Typiquement le genre d'ambiance qui ne donne pas envie de s'attarder dans un royaume. Évidemment, à la seconde où je suis arrivé j'ai sus où je suis et que ça ne serait sûrement pas une bonne nuit. Son boumboum constant caractéristiques, ses esclavagistes avides d'EV et son atmosphère étouffante d'ozone et de puanteur. Bienvenu à Macrophonopolis....

En-dessous de moi, dans la rue, déambulent des créatures qui rentre "chez-elles" se reposer quelques heures avant de retourner trimer. Quelques personnes, voyageurs ou habitants, se baladent tranquillement, casques réduisant le bruit et visière sur la tête. Ce sont des gardes ou juste des hauts placés de la ville qui sont là pour s'assurer que la machine tourne bien. Parfois en costumes ou bien en combinaison complète renforcée, il patrouillent dans leur secteur, se dirigent vers je ne sais quel centre de récolte d'Ev ou n'importe quel lieu permettant de signer des contrats comprenant le plus souvent des vies de servitude. Ce royaume me file le cafard. Il me donne envie de tout casser et de jouer au héro alors que je ne suis bien entendu pas capable de faire face à la quantité d'hommes de mains qu'ils pourraient me mettre sur le dos. Le pire étant qu'avec Nouvelle Ère en jeu, je ne peux pas me permettre de faire le mariolle... C'est l'une de nos petites règles, ou en tout cas l'une que je me fixe :
"Si on agit seul, on fait gaffe pour la réputation des autres, mais si on agit ensemble, on agit en grand."

Toute cette bande me plait, Lyun est une bonne camarade malgré son relationnel parfois glacial, Nass est déterminé et courageux alors que Riku est fort et réfléchie. Une équipe qui me donne envie de toujours me donner à fond pour rester au niveau. Mais c'est le visage d'Ilm, qui transparé au sein de Cloud, qui me sort de mes réflexions et me surprend en apparaissant devant moi, me faisant tomber. Je sers les poings, puis Cloud, d'une grisaille déprimante, se glisse sous mes pieds quand je suis dans le vide. Pour ralentir je me positionne comme si je voulais déraper sur le sol en placant on coude au ras du mur. Je touche le sol après avoir poussé sur la paroi pour atterrir au milieu de la rue. Un regard devant et derrière alors qu'Ilm se marre et je comprend ce qui se passe. Un mec se fait courser et a plusieurs mecs au cul. Les quelques habitants présents sur le bitume se collent au mur et regarde le moins possible la poursuite. Ils ne veulent être en aucun cas impliqués.

Le gars qui se fait courser me regarde à peine, préoccupé par sa fuite et me percute l'épaule. Ni une ni deux, je m'élance et bondi en amorçant une rotation. Je choppe le premier gars sous l'oreille, il part sur le côté en entraînant son camarade. Je remarque que celui qui n'a pas pris mon coup en direct de relève malgré le choc contre le mur et se relève. Cloud au pieds, je glisse au ras du sol jusqu'à lui pour lui balancer un coup dans le plexus solaire et envoyer son dos contre les briques que sa tête a déjà rencontré. Les deux autres gars prennent la fuite et me laisse tranquille... Mais vue leur accoutrement je ne pense pas qu'ils ont quelque capacité que ce soit à donner une alerte ou je ne sais quoi... Je vérifie qu'aucun autre garde ne soit dans le coin et par à la recherche du fuyard.

Mes cheveux caractéristiques masqués par ma capuche je presse le pas en priant pour ne pas attirer l'attention. Tout en marchant j'ouvre ma veste sur un débardeur noir dont les ouvertures sous les bras laissent apparaître la peau jusqu'au milieu des côtes. Sur ce dernier est imprimée une main pointée vers ciel avec le majeur, l'annulaire et le pouce fermés alors que l'auriculaire et le majeur sont dressés comme des i. Sûrement en rapport à mon côté irrespectueux des normes de ce royaume. En continuant dans la rue je discerne différentes ruelles plus sombres les unes que les autres qui la croisent et s'enfoncent plus ou moins loin. Dans l'une d'elle il y a trois types et le plus proches de moi, qui me tourne le dos, porte la même écharpe que le type que j'ai tenté d'aider.

Je laisse Cloud sous mes semelles, mais marche normalement en touchant le sol alors qu'Ilm, petite créature enfermée dans le nuage en sort. C'est une petite entité flottant au-dessus de mon épaule. Sa peau est blanche aux reflets bleus comme de la glace et elle est habillée d'une longue robe blanche qui se dirait aguichante si elle avait la moindre forme. Ses longues jambes sans pieds lui donnent un aspect spectral. J'avoue être très content de la forme que lui a donnée l'énergie de mon artefact. J'arrive à hauteur du fuyard et écoute leur conversation en essayant de savoir si l'individu qui lui fait face à de mauvaises intentions à l'encontre des voyageurs. S'immiscer dans les conversations des autres est devenue une seconde nature à Dreamland, mais au contraire cela semble réjouir l'interlocuteur qui m'adresse la parole en souriant.

- Ha mais encore mieux ! Deux voyageurs qui vont pouvoir m'aider, c'est mortel ça !

Comment dire que ce type habillé tout en noir, mascara sous les yeux piercings en tout genres et agglomérat de bagues sur les doigts, n'est pas forcément le genre de type que je penserais à aider au premier abord. Mais, mettons, pour le coup je cherche avant tout un endroit un peu plus calme et sans être obligé de traverser la ville ou tout le royaume, je ne vois pas trop où aller sans être guidé par quelqu'un qui connaîtrait les lieux. Toujours est-il qu'avant de le suivre je souhaiterais savoir ce qu'il nous veut et m'en vais le lui demander.

- Hum.... Tout d'abord, qui êtes vous et ensuite, pour qu'elle genre de projet auriez vous besoin d'aide ?

- Tout d'abord, je comprends votre incompréhension par rapport à ma personne, vous devez être de nouveaux voyageurs un peu perdus et...

- Non. Mais accouchez, je vais finir par avoir mal au crâne à vous écouter en essayant de ne pas entendre leur hardtek de merde.

- Ha ! En voilà un qui va droit au but ! Tout mon problème est là ! Voyez vous il a un concours de popularité musicale qui a été lancée par les plus grandes maisons de disques de Dreamland. Le but est d'élire le titre qui aurait été entendu par le plus grand nombre : MEILLEUR TITRE DE DREAMLAND. Et c'est là que vous intervenez ! Si vous arrivez à vous infiltrer dans la tour de contrôle des bafles d'Hardtekcity tout la ville et ses esclaves pourront se reposer avec de la vraie musique ! Qu'en dites vous ?

Plus ses explications avancent, plus l'idée me plait. Si je peux foutre la merde chez les esclavagistes je me vois mal refuser, encore moins si cela touche à leur fierté musicale. Je retire ma capuche et tend ma main vers mon interlocuteur sans plus réfléchir. Demandant au zikoss si il a un plan j'attends de voir si le gars à ma gauche est emballé ou non par le projet. Ilm sur mon épaule se facepalm en soupirant.

- T'avais pas dis un truc par rapport à Nouvelle Ère et le fait de ne pas faire de grabuge ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 13/01/2018
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Yoël Herna
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 60
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Mar 10 Juil 2018 - 19:20
Spoiler:
 

  Et alors que perdu, au fond de cette ruelle, l'individu louche s'évertue à m'expliquer quelque chose que je ne comprends pas, trop concentré sur la multiplicité de ses piercings et la gueule tout au plus étrange dont il est doté, en oubliant même ma politesse. Enfin, comme toute personne respectable, j'ai le réflexe qui donne l'impression d'être attentif : hocher la tête avec application.
C'est la personne que j'ai bousculé plut tôt, et qui était visiblement très bruyante au vu du bordel que j'ai entendu après l'avoir dépassé à toute berzingue, et ce malgré cette maudite musique, qui se ramène comme une fleur, avisant de la situation comme si c'était une soirée du jeudi soir. Il a le mérite de me sortir de mes pensées, mais aussi celui de me suivre, et ça, c'est un peu moins bien, lui aussi, c'est un faiseur d'esclaves ?

« Ha mais encore mieux ! Deux voyageurs qui vont pouvoir m'aider, c'est mortel ça ! »

   Et alors que les deux discutent, je retrouve lentement conscience de mon environnement, avisant alors les deux … Négocier ? Je suppose qu'on peut appeler ça comme ça. Au bout d'un moment, le ro-, c'est pas naturel, comme couleur ça, bon, le rouge, du coup, retire son bonnet et présente sa main à … Appelons le l'artiste émo-gothique, puis m'avise, comme s'il attendait une réaction de ma part.

« Heuu … Attendez, si j'ai bien compris vous nous demandez de … Nous infiltrer dans un lieu gardé, avec des esclavagistes partout, ça pour une musique ?

- Ouais.

- Alors pour moi c'est n-

- Et je vous fais sortir de cette ville. Me coupe t'il avant que je ne puisse termine ce que j'avais à dire.

Je referme doucement la bouche, réfléchissant un peu, avisant autour de moi, écoutant à peine le boom boom constant. Avisant aussi de manière assez longue le jeune homme et sa fée clochette. Bon, tout seul ... Je suis probablement esclave ou mort, en fait. Du coup .. Ouais, on va dire oui, en espérant que la confiance de monsieur L je me teins les cheveux soit justifiée.

- Bon, soit. D'accord.

- Aaaaah ! S'exclame t'il avant de se retourner vers le rougeaud. Bon, tu va pouvoir délivrer mon CD accompagné d'un petit faible bon chic bon genre, ça s'arrange ! Et alors que je m'assombrit un peu, ne répliquant pas plus que cela, n'en voyant pas l’utilité, il continue. Du coup … Comme plan, ce que je peux vous proposer … Vous défoncez tout le monde e-

- Non. Quelque part, je crois que couper les gens est passionnant, mais ce n'est pas pour le plaisir, j'y connais rien en lois d'ici, mais je suis persuadé que tuer tout le monde n'est pas la solution, encore plus quand tu es une crevette.

- Alors vous arrivez pas les ciel et vo-

- Toujours non.Abruti, j'ai l'air de savoir voler ? Mais réfléchis pour autre chose que des phrases de merde pour justifier ton art de merde comme un bon artiste moderne, putain.

Un peu vexé, l'émo-gothique prend un peu de temps pour réfléchir, puis reprend.

- C'est vrai qu'ils sont nombreux et que vous êtes que deux. Bon … Faites vous passer pour des gardes, pour ça il faut que vous en dérouillez deux pour piquer leur affaire. Alors du coup … Le fragile, t'es suffisamment péteux pour faire croire que tu es un des richous d'ici, et t'es suffisamment maigrichon pour que ce soit complètement probable que tu te fasse victimiser par des esclaves dans un coin … Les gardes accourent, vous les dérouillez, et puis vous repartez avec.

  C'est avec le rouge qui me monte aux joues, sur le coup de l'assaut verbal ainsi que de la colère contenue que j'ouvre la bouche, puis la referme. Me contentant d'un regard noir vers l'artiste, me tournant ensuite vers mon camarade d'infortune, le défiant de rire du regard, de même pour l'esprit qui semble voler au dessus de son épaule.

- ça te va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 604
Date d'inscription : 23/07/2013
Age du personnage : 21

Maraudeur des rêves
Tommy Fawl
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 1114
Honneur: 173
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Mer 11 Juil 2018 - 4:33
L'échange entre les deux hommes est bien trop drôle, je n'ai quasiment rien à dire, les proposition du musicien sont bien grotesques et l'autre ne le laisse pas en finaliser une seule. Si j'avais le moyen de voir ce genre de sketch toutes les nuits je crois que Dreamland ce serait encore plus intéressant, mais malheureusement, les bons moments sont souvent trop courts et ils retrouvent leur sérieux. A ceci près que même un plan sérieux de l'artiste reste burlesque rien que dans sa façon de les imaginer. Cependant on m'oblige rapidement à m'impliquer.

- L'idée me convient, mais avant tout j'aimerais qu'on discute de différents trucs, vous auriez pas un endroit calme ou on pourrait se poser pour discuter loin de cette musique ?

- Ma fois, j'aurais préféré que l'on ne perde pas de temps, mais si vous le souhaitez. Suivez moi.

Pendant que nous parlons Ilm change tranquillement d'épaule pour se rapprocher du second voyageur. Elle le fixe en faisant une tête qui en dit long sur son hilarité intérieur. Il me semble d'ailleurs qu'elle se retient de lui adresser la parole, car se n'est pas dans ses habitudes de s'adresser directement à un autre voyageur que moi si ce n'est pas pour l'insulter. Ce qui fait qu'elle ne dit rien alors que le musicien nous guide vers une porte visuellement lambda qui mène à l'intérieur d'une sorte de bar sombre, alors même qu'il est bien éclairé par de nombreux chandeliers. Il nous indique de nous poser à une table alors qu'il part commander des rafraîchissements au bar.

- Ce lieu est une rareté dans ce royaume de lobotomisés de la musique. Vous savez qu'ils n'écouten...

- On est pas là pour un cours d'histoire. Tout ce que je souhaite savoir c'est, qui est mon camarade, avant de travailler avec lui. Pour ce qui est du plan je pense que nous devrions mieux nous en sortir ainsi.

- Hum... Fort bien... Tout ceci me semble logique, allez-y.

- Alors déjà, dis-je en me tournant vers le chatain, je m'appelle Tommy Fawl, enchanté et je contrôle ce petit gars.

Cloud quitte mes semelles et se place à côté d'Ilm. Pendant ce temps le serveur nous apporter des coupes d'hydromel aux couleurs rougeâtres et aux parfums fruités. Pendant un instant je décale mon regard pour vérifier la réaction du musicien qui ne nous écoute déjà quasiment plus et fait du air guitare en y étant un peu trop. Il se mort la lèvre inférieure et ferme les yeux avec force comme si il y jouait sa vie. Je retiens un soupir et en reviens à mes explications.

- Il est ma force de frappe, une bonne diversion et une paire de roller. Et to... Aïe !

- Et moi alors ? Me lance Ilm après m'avoir tiré l'oreille.

Se faire oublier est bien l'une des choses qu'elle déteste le plus...

- Du coup, voici Ilm ! Une créature cauchemar que j'empêche de nuir...

Elle me tire la langue et se retourne vers notre interlocuteur en lui faisant son plus beau sourire. Qu'est-ce que... Elle... Il... Il lui plait ??? Depuis quand elle s'intéresse aux voyageurs autrement que pour leur puissance ? A moins qu'elle sente un pouvoir important en lui... Bref, toujours est-il que j'invite mon interlocuteur à se présenter et l'écoute tranquillement. Une fois les présentations faites, je pourrais embrayer sur le plan de la façon suivante.

- Sinon, pour le plan de Monsieur... Monsieur ?

Le musicien s'est ré-intéressé à notre discussion à l'utilisation du mot "plan" apparemment et répond du tac au tac : Voost Dan Ben Joek. Ce qui me fait bugger un instant à cause la complexité de ce nom qui pourrait n'être qu'un pseudo.

- Donc... Son plan peut être bon, mais il va juste falloir définir un endroit assez visible, mais aussi assez caché pour qu'on puisse agir sans être trop à découvert. Sinon faire ça dans une ruelle sombre et qu'un habitant aille chercher une patrouille pour les ramener à l'endroit du conflit, ce serait peut-être plus simple, qu'en pensez vous ?

Je laisse mon nouveau camarade s'exprimer et pose juste une nouvelle question à M. Joek.

- Vous avez votre CD sur vous qu'on ait pas à repasser par ici avant d'aller à la tour de contrôle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 13/01/2018
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Yoël Herna
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 60
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Mer 11 Juil 2018 - 15:48
  Après les avoir suivi jusque dans ce bar, où … La musique n'est plus là, ce qui est une vrai libération, il engage la causette. Je ne peux m'empêcher de retenir un sourire amusé en voyant son esprit et lui se chamailler de la sorte, ils me font penser à Aslya et moi, en moins grossier, tout de même. Quand la petite créature me sourit, je lui adresse un hochement de tête accompagné d'un sourire poli, m'en retournant ensuite vers Tommy. C'est marrant, d'ailleurs, ça lui va pas, Tommy ça fait nom de kéké skater, pas de L aux cheveux teint. Et avant que je ne réponde à ses interrogations, je prends une gorgée de cet Hydromel, le mirant ensuite d'un œillade satisfaite.

« Plutôt bon, dis donc … Hum, oui. Yoël Herna, enchanté, pareillement. Dis-je alors que j'adresse un hochement de tête de salut à chacun d'entre eux. Je … N'ai pas encore tout à fait compris comment fonctionnait mon pouvoir, mais je suis capable de faire apparaître trois créatures de Dreamland.
Enfin … Il en est qui n'attends pas qu'on l'invoque, mais c'est autre chose. Elles sont utiles pour …

Je laisse un léger blanc, l'air gêné, avant de reprendre.
Aslya est une excellente source d'informations, quand elle coopère, du moins.
L'annonciateur, il est … Un peu flippant, je pense qu'il doit savoir se battre, vu sa dégaine.
Et Billy c'est un T-rex qui se transforme en majordome. Très gentil.
 »

  Bon … J'aurais pu m'en sortir de manière plus brillante, mais c'est pas si mal que ça, je crois. Et pendant que je remet mon écharpe en place, me donnant un semblant de contenance, mon interlocuteur se remet à parler, en profitant pour avoir le nom de l'émo gothique, qui est complètement tarabiscoté.

« Je dois avouer que ce plan ne m'enchante pas trop, même si j'aime bien le théâtre, jouer la victime, c'est complètement dégradant. Mais si on garde ce plan … Oui, il nous faudra trouver un endroit où on peut éventuellement avoir quelques gardes, et qu'on puisse faire tout un remue-ménage sans que d'autres puissent l'entendre. Du coup soit on s'attaque à des gens en pause, soit on a quelqu'un qui connaît suffisamment bien les patrouilles pour nous dire où on peut trouver ça. Dis-je en jetant un regard appuyé à l'artiste.

- Si tu es né dans un bidonville, je te dédicace, ce morceau de har- Hein ? Ah, oui, des gardes isolés, ça se trouve assez facilement, soit vous allez dans le bordel, soit vous vous démerdez pour aller en périphérie de la ville, ça doit pouvoir se faire.

- Vous avez votre CD sur vous qu'on ait pas à repasser par ici avant d'aller à la tour de contrôle ?

- Bien sûr que j'ai mon CD, il est juste dans cett- dit il en tapotant une des poches, puis en écarquillant un peu les yeux. Dans cette poche là ? Reprend t'il en changeant de poche, avant de grimacer et taper partout ses vêtements. Et merde … Et devant mes yeux médusés, il commence à se désaper, finissant en calbut, son corps tout entier est aussi couvert de piercings que sa face. Au moment où il commence à diriger ses mains vers son dernier vêtement, je détourne le regard avec un grognement irrité. AH ! Là ! Dit il, alors que je me retourne vers lui, et qu'il a un CD en main.

- Tu l'avais dans t- Je veux pas savoir, Tommy, c'est toi qui le prend, je touche pas à ça.

- Chochotte.

- La ferme. Bon, on y va ? Dis-je, l'air sombre, une fois que l'ami rouge a pris le CD. Je te suis, je connais pas du tout l'endroit. Dis-je en me levant, l'air décidé, et ... Pressé d'en finir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 604
Date d'inscription : 23/07/2013
Age du personnage : 21

Maraudeur des rêves
Tommy Fawl
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 1114
Honneur: 173
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Mer 11 Juil 2018 - 17:43
Heu... Il est vraiment en train de se déshabiller là ? Ha ba... Ba ouai... et il nous sort une pochette de CD de son caleçon alors qu'Ilm, exaspérée comme Yoël, retourne à l'intérieur de Cloud en injuriant le malpolie. L'invocateur semble légèrement énervée par la situation et me laisse la désagréable tache de récupérer l'objet de la mission. Mes gants en place j'attrape ce dernier et le glisse dans la poche intérieur de ma veste... Plus qu'à espérer qu'on ne le casse pas.

Notre plan est donc accepté et je me lève en aillant encore une ou deux question au dénommé Voost. Premièrement, où est ce qu'on trouve le bordel et secondo, comment on reconnait le bâtiment qui gère la musique de la ville. Il commence à m'expliquer que le bordel ce trouve dans la rue sur laquelle donne la ruelle du bar et qu'il suffit de la suivre après avoir tourné à droite. Il précise aussi que si on veut aller en périphérie de la ville ce sera un peu plus loin. Finalement il annonce que la tour n'est pas difficile à reconnaître car il s'agit d'un immeuble recouvert d'antennes. Y'en a pas deux comme lui, par contre il aurait du mal à nous préciser le trajet exact.

- Très bien, dans ce cas on y va. À plus Voost, on vous retrouve ici une fois que c'est fait. Et ne restez pas comme ça, vous allez attraper froid.

- Ouai ouai, à tout à l'heure vous deux ! Transmettez ma bonne parole !

Piouu... Les artistes sont vraiment des allumés. Un levé de coude et je termine mon verre d'une traite avant de faire volte face. Mon binôme ouvre la marche vers la sortie, pressé qui l'est de quitter l'endroit, mais je crois qu'il a oublié qu'une fois dehors, c'est une ambiance bien plus bruyante qui va le gêner. Pas seulement un musicien exhibitionniste. Toujours est-il que nous prenons le chemin qu'il nous a indiqué en repassant par la rue de la poursuite. Toujours aussi terne et avec une circulation peu abondante.

- Dis... Je suis en train de penser qui si nous allons au bordel, pourquoi ne pas tout simplement s'en prendre à eux directement là-bas ? On éviterait le coup de la fausse baston qui pourrait mal tourner. Par contre si on veut faire ça tu peux faire le comédien, tu peux jouer le type bien placé qui cherche deux gardes à qui on a fournis deux gardes du corps sauf que ces abrutis préfèrent s'amuser. Si on te file un numéro de chambre on pourrait gagner le gros lot...

J'attends de voir sa réaction avant d'enchaîner.

- En plus, soit ils sont occupés à faire leur affaire et on chourave leurs fringues, soit on leur dit que leur patron les demande en urgence pour des esclaves dissidents ou quelque chose dans le genre.

Alors que nous discutons nous finissons par voir une devanture plus qu'équivoque avec une jeune femme nue faite de néon qui lève et redescend l'un de ses jambes alors qu'elle est allongé de façon sexy. On en oublierait presque que luxuria n'a pas le monopole pour ce genre d'établissements. Sous l'image provocante se trouve quatre vitrines avec des demoiselles à moitié nues qui se caressent lascivement en attendant qu'un client jette son dévolue sur l'une d'elle. L'entrée est masqué par un rideau rouge. Nous voici donc arrivé devant le "Stockholm". Arg... rien que le nom me répugne... Ils n'ont vraiment aucune race.

- Nous devrions donner de faux noms si on nous le demande... Juste au cas où...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 13/01/2018
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Yoël Herna
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 60
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Jeu 12 Juil 2018 - 22:25
  Et c'est en sortant d'un pas preste que je retrouve la lumière du … La lumière de Dreamland, mais avec elle, cette musique innommable et ses boom boom, qui ne font que massacrer un peu plus mon humeur en me tirant une grimace. Au moins, maintenant qu'on est deux, et vu la gueule que je tire, personne ne nous fait chier. Donc … Une tour de radio à trouver, on rentre dedans, on met le CD, on s'en va et … Tout va mieux ? Trop simple, beaucoup trop simple, je ne sais pas où est la couille dans le potage, mais je dois être bigleux, parcequ'elle est énorme. Pendant ce temps, il continue de me parler, me suivant sans trop se presser, confiant, je suppose.

«  Dis... Je suis en train de penser qui si nous allons au bordel, pourquoi ne pas tout simplement s'en prendre à eux directement là-bas ? On éviterait le coup de la fausse baston qui pourrait mal tourner. Par contre si on veut faire ça tu peux faire le comédien, tu peux jouer le type bien placé qui cherche deux gardes à qui on a fournis deux gardes du corps sauf que ces abrutis préfèrent s'amuser. Si on te file un numéro de chambre on pourrait gagner le gros lot...

Alors qu'il dit ça, je m'arrête, et l'avise longuement, dans les yeux, l'air blasé.

- Mais j'ai vraiment une gueule de richou fragile ? C'est- non, ne répond pas, je vais être vexé. Je lâche un léger rire un peu jaune, pour cacher ma gêne. D'accord, je veux bien, j'ai une écharpe, mais ça suffit à me catégoriser comme ça aussi facilement ? Mais … Ouais, je vais faire ça, ça ira au plus court. M'enfin c'est super vexant. Dis-je en reprenant ma route.

- En plus, soit ils sont occupés à faire leur affaire et on chourave leurs fringues, soit on leur dit que leur patron les demande en urgence pour des esclaves dissidents ou quelque chose dans le genre.

- C'est une technique de Rapias, mais ça me va, vu sa gueule, tu pense que … J'ai oublié son nom, fin le type chelou, nous a donné un CD avec une musique qui est pas trop infâme ? Même si je vois mal comment on peut faire pire que … ça. »

Et en attendant sa réponse, nous continuons de progresser, arrivant au bordel, enfin, ça l'est forcément, vu la gueule de la devanture et les quatre … Trucs qui dansent sur leur poteau, ça s'approche d'un humain, mais ça y ressemble pas trop, je veux pas savoir comment ça marche. Je prends une grande inspiration, puis expire, m'obligeant à relâcher tout mes muscles, avant de croiser les mains dans le dos, relevant un peu la tête et bombant le torse.

« Fais genre t'es beau et fort. » Lui dis-je, accompagné d'un sourire en coin, et d'un sourire taquin, ne lui laissant pas le temps de répondre, m'avançant en poussant le rideau afin de rentrer.
Allez … On se rappelle, je suis une parodie de riche affreusement méprisant. Alors j'avise l'intérieur d'une œillade circonspecte, regardant un peu de haut malgré ma petite taille. Le tout est rouge, avec une ambiance capiteuse et une Hardteck plus douce, bien que toujours aussi laide, elle doit probablement vouloir être sensuelle, mais c'est un échec. Quelques sofas avec quelques accrocs résident un peu partout, des clients, humains ou non, y sont assis, en train de se faire chauffer par quelques créatures, encore à peu près vétu. C'est à peine si je leur jette un regard dégoûté, n'ayant pour le coup pas trop de mal à rentrer dans mon personnage, me dirigeant directement vers l’accueil, attendant qu'on daigne s'adresser à moi. C'est ce que fait une créature aux trois yeux, disposés de manière aléatoire sur le visage, et avec une cascade, au sens littéral du terme, en guise de cheveux, l'eau disparaissant je ne sais où.

- Bienvenue au Stockholm, là o- Commence t'elle d'un ton enjoué et affreusement faux.

- Je ne suis pas là pour mon plaisir, et je n'ai guère de temps à perdre. Des gardes sont ils dans votre établissements ? La couper fait mal à mon éducation, alors que la pauvre ne fait que son travail, et mon ton cinglant et méprisant me donne envie de me frapper moi même, je devrais jouer ce genre de rôle plus souvent.

- Il en est mais je vous demande pa-

- Accordé, ils sont requis et j'ai des ordres à donner, je n'ai vraiment pas à m'attarder.
Je grimace intérieurement alors qu'elle plisse ses trois yeux sur moi, craignant d'y être allé trop fort. Mes doigt se crispent dans mes paumes, afin de me prodiguer, par la douleur, la concentration nécessaire pour ne pas quitter mon rôle trop vite.

- Ils sont occupés avec nos meilleurs … Hommes. Dit elle avec un brin de réticence, se refaisant un masque commercial.

Je laisse un long moment de silence planer, luttant de plus en plus fort pour garder mon rôle, mes paumes commençant à saigner sous la morsure de mes ongles. Puis je me fend d'un sourire complaisant, avec l'intention de lui faire croire qu'ils sont précieux et qu'elle l'a obtenu à la sueur de son front.

- Je me doutais que ce serait le cas, c'est pour cela que j'ai amené de quoi les occuper plus vite. Dis-je en tournant la tête en désignant Tommy d'un petit mouvement de menton, avant d'en retourner vers l'hôtesse d’accueil. L'argent vous parviendra tout de même. »

Et alors qu'elle avise Tommy d'un œil critique, avant de finalement hocher la tête d'un air appréciateur, elle nous gratifie d'un «Suivez moi. », ce que je fais d'un pas calme, comme si j'étais chez moi. Et arrivé devant une nouvelle tenture, elle nous laisse. Je me tourne alors vers Tommy en soupirant, quittant mon personnage pendant quelques temps, lui adressant un sourire taquin.

« Désolé, c'était trop tentant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 604
Date d'inscription : 23/07/2013
Age du personnage : 21

Maraudeur des rêves
Tommy Fawl
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 1114
Honneur: 173
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Dim 15 Juil 2018 - 16:01
- Disons juste que de nous deux, c'est toi qui fais le plus guindé, donc...

Il ne me laisse pas le temps de finir en entrant juste après être entré dans le personnage, il me lance même un pique. Je souris en acceptant la boutade, puis me re-concentre sur notre objectif. Pour rester discret Cloud se dilue sous ma veste fermée de façon à ne pas être trop visible. Ilm se retient de sortir, je le sens et le sais, elle déteste être trop proche. Nous entrons et arrivons face à une jeune femme qui tient l'accueil, toujours plus vêtu que les demoiselles en vitrine, elle nous accueille avec le sourire et plus agréablement que ne lui répond Yoël. Il est très. Rentré dans le personnage le bougre. Personnellement je reste en arrière, légèrement sur le côté de mon camarade invocateur. L'échange se fait et le faux esclavagiste prend l'ascendant et on semble accepter de lui obéir sans broncher, mais il faut bien un "mais"...

Tout ce passait trop bien jusqu'à maintenant, ça ne pouvait pas durer... V'la qu'il me fait passer pour un gigolo... Je vous jure... Et j'entends Ilm dans mon crâne qui éclate de rire. Toujours droit comme un "i" avec les bras dans le dos je me fais jauger par la demoiselle qui Hoche de la tête et se lève, un rictus au lèvres. Elle nous guide dans les couloirs avant de nous arrêter devant une toile qui ressemble à toutes les autres. Avec un salut et un clin d’œil qu'elle fait en passant devant moi, j'en vient à me demander pourquoi on a pas de trucs à lui soutirer à elle... Mais il ne me reste que la vision d'un fessier et de longues jambes pour me réconforter... À côté de moi l'esclavagiste quitte son rôle un instant en soupirant.

- Désolé, c'etait trop tentant.

- T'inquiète, on est rentré, c'est tout ce qui compte. Je passe ma main sur le côté du rideau en commençant à rentré puis enchaîne en le regardant avec un grand sourire. Comme quoi le rôle t'a bien plus.

Sans attendre de réponse je pénètre dans une anti-chambre très silencieuse. Je ne m'attendais pas vraiment à ça, mais j'ai quasiment tout ce dont on peut avoir besoin à portée de mains. La pièce rouge et noir comporte, un banc de chaque côté avec des casiers aux murs. Pas de chichis quand on partage une chambre en tout cas. Je commence à empiler les vêtements les uns sur les autres quand j'entends un cri de douleur vive qui se conclue en gémissements. Qu'est-ce qu'ils peuvent bien foutre là dedans. Pour ne pas y passer la journée l'accélère le rythme en finissant les deux piles comprenant, un uniforme renforcé aux épaules, aux cuisses et sur le torse ainsi qu'un casque insonorisant. En plus il y a une visière de protection, mais les deux gardes ne doivent pas en avoir une chacun. Nouveau cri de douleur, avec des rires cette fois. Je tends une pile à l'invocateur en lui demandant de m'attendre une petite seconde.

Débarrassé d'une dose de vêtements, j'entre ouvre la porte sans faire de bruit et jette un oeil à l'intérieur. L'intérieur de la pièce est éclairé artificiellement par des lumières tamisées alors que les deux fenêtres sont recouverts d'une sorte de film presque totalement opaque. La chambre est bien décoré, pas trop chargée et plutôt moderne dans les tons de l'antichambre où je me trouve. Il y a un lit, une commode, des sièges et une déserte. Déserte qui m'attire l’œil. Celle-ci propose tout un attirail d'instruments : Des couteaux longs comme mon bras, des pics, un mélange entre un tison et un taser... Une chambre de torture. J'ai une sueur froide qui me parcourt l'échine, mais je continue mon observation, cette fois en m'intéressant aux occupants de la pièce. Un gars en slip à la peau bleu clair est à quatre pattes devant un autre assis sur le lit. Le deuxième tient une lame qu'il fait glisser le long de son dos et il a déjà dû le planter une fois au vue des marques visibles. Un autre homme est penché de l'autre côté du lit et frappe quelque chose, sûrement quelqu'un, au sol alors que le bas de son bassin fait des vas et vient.

Je sers les poings et me contient du mieux que je peux. Nous avons une mission qui peut faire chier TOUTE cette ville de malades et je vais nous ralentir en m'en prenant à deux tortionnaires isolés ? C'est prendre le risque pour tout le reste de la nuit d'avoir des gardes au cul si c'est signalé par le personnel de l'établissement. Je fais demi-tour pour récupérer la pile d'affaires en me disant que ce n'est pas en sauvant deux gars isolés que je changerais ce royaume de toute façon. Des hommes et des femmes souffrent partout, j'en ai eu un exemple lors de mon dernier passage dans un cratère-prison qui doit déjà avoir été réapprovisionné en esclaves. Tout ce que je peux faire c'est essayer de foutre la merde comme je le peux à mon niveau... Je passe le rideau, la tenue sous le bras quand j'entends un dernier cri. Mes dents se serrent alors que ma mâchoire de crispe à m'en faire mal... En sortant je lève les yeux vers Yoël et les rabaisse en lui faisant signe que je le suis.

- C'est bon, tirons nous.

- Je t'ai connue moins réfléchie et plus téméraire gamin. Annonce Ilm dans mon crâne.

- On est pas là pour ça... Je continue, toujours pour moi et la créature. Et au moins en sachant que des royaumes comme celui-ci existent je sais que Nouvelle Ère a une raison d'exister.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 13/01/2018
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Yoël Herna
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 60
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Lun 16 Juil 2018 - 0:58
  Et alors qui répond à ma petite pique par un sourire plutôt rassurant, pour moi qui avais peur d'être allé trop loin, il m'en envoie une semblable, qui m'a fait un peu mal, j'avoue. De bonne guerre, je suppose, alors je ricane un peu, et lui rétorque :

« Vu le regard que tu lui as lancé, ton rôle te pesait pas trop non plus, visiblement, hein ? »

  Et sans me répondre de manière verbale, il rentre derrière ses tentures, révélant alors une anti-chambre tout ce qu'il y a de plus banale, si ce n'est son organisation parfaite. Je reste, dos à la pièce afin de monter le guet dans le couloir, alors que lui ramasse les affaires dont nous avons besoin, disposé là comme du pain béni. Soudain un cri résonne, étouffé par la distance et le rideau qui nous sépare. Je rougis un peu, le lieu est en effet propice à ce genre de cri, je suppose, tournant toujours le dos à la salle, je ne peux qu'entendre le second, qui lui, est on ne peut plus terrifiant. Ce n'est pas un cri de plaisir de quelques personne aux goûts non conventionnels, c'est de la douleur, non voulue, et ce qui l'accompagne, c'est des rires. Mes rougeurs se transforme en une grimace qui mélange haine et rage, tournant brièvement la tête pour le voir me tendre une tenue, que je rattrape assez maladroitement, surpris, alors qu'il se dirige vers l'autre tenture.

« Tu ne devr- »

  Trop tard, la tête qu'il tire en se retournant vers moi après avoir regardé de l'autre côté me fend le cœur, et alors qu'il me regarde et baisse les yeux, j'élève une main réconfortante avec l'intention de la poser sur son épaule, mais finit par la laisser tomber, voulant simplement respecter son silence. Prenant les devant avec une mine contrite. Arrivant près des escaliers, soupirant pour reprendre mon rôle, m'aidant afin de mon imagination afin de visualiser ce qui a pu se passer derrière ce rideau, et c'est sans mal que j'arrive à prendre une mine fermée, si ce n'est ombrageuse, descendant alors les marches.

« Vos hommes n'ont pas besoin du mien, je reviendrais, mes ordres sont donnés, changement d'uniforme.

Je ne lui adresse qu'un sourire froid, et continue de m'éloigner à pas mesuré, elle me regarde un peu médusée, puis en se reprennant et en matant le cul de Tommy sans gêne, elle m'adresse tout de même un :

- Repassez à la maison la prochaine fois, nous avons tout ce qu'il faut afin de vous satisfaire. 

Passé le pas de la porte, je grogne un simple :

- J'imagine bien, connasse. »

  Et en perdant complètement mon personnage, mes épaule s'affaissant, ma mine se décomposant un peu, je tourne mon minois vers Tommy, le regardant simplement, essayant de soulager se détresse avec un regard d'encouragement, mais je ne suis pas très doué pour ça, alors après quelques secondes d'essais probablement infructueux, je commence à m'éloigner vers la ruelle dont nous venions, d'un pas égal, m'y enfonçant doucement. Depuis que nous avons les tenues en mains, personne ne nous fais chier, tiens.
Alors que je commence à retirer mes vêtements, ou du moins ceux qui m'empêcheraient le plus d'enfiler l'uniforme, je commence à reprendre la conversation avec Tommy, élevant la voix afin de couvrir la « musique » :

- Je peux que me douter de ce que tu as vu, et ne te sens pas obligé d'en parler, mais si tu veux qu'on revienne après avoir mis le CD … On peut. Sauf si on est mort, là ça va être compliqué, mais on va pas mourir, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 604
Date d'inscription : 23/07/2013
Age du personnage : 21

Maraudeur des rêves
Tommy Fawl
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 1114
Honneur: 173
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Lun 16 Juil 2018 - 11:28
Nous nous remettons en route sans échanger un mot, mon camarade respectant mon silence et comprenant la situation sans avoir vue ce que j'ai vue. J'en viens à penser qu'il est plutôt empathique, ou bien est-ce le fait d'entre les cris qui ont suffit à lui faire comprendre ? Voilà où j'en suis quand nous descendons les escaliers et que je reprendre du poils de la bête pour ne pas faire pâle figure. Nous repassons devant l'accueil où la demoiselle nous salut et me glisse un clin d’œil me faisant hausser un sourcil quand Yoël passe la sortie. Elle nous indique, en bonne commerçante, que leurs service sont à notre disposition à tout moment. L'invocateur répond d'un ton cinglant et moi je ferme les yeux en serrant les dents à nouveau pour ne pas retourner à l'intérieur.

Nous marchons en direction de notre ruelle de départ pour nous changer à l'abri des regards. Ce n'est plus l'esclavagiste sur de lui, mais le voyageur de bonne compagnie qui marche à mes côtés et j'avoue préférer mille fois cela. En sortant de l'établissement, j'ai repris du poil de la bête, nos regards se sont soutenus et même si j'ai bien vu qu'il ne semble pas à son aise dans ce genre de situation, ça m'a fait du bien. J'ai redressé les épaules et repris une expression plus joviale, même si mes lèvres ont du mal à afficher un sourire. Nous sommes restés silencieux jusqu'au moment de nous changer. Il faut dire que la musique ambiante n'est pas très pratique pour échanger tout en marchant. Quand il revient sur le sujet sensible, je ne peux pas lui en vouloir, je bloque une seconde pour être sûr de bien l'entendre et continue d'enfiler le pantalon.

- Je refuse de mourir ici. Et si tu as peur de ne plus passer tes nuits à vagabonder à Dreamland, dis toi que si tu n'étais pas ici, tu pourrais être à des endroits bien pires. Ce qui est sûr c'est qu'on va s'en sortir. Pour ce qui est de revenir, ce n'est pas pour cramer un bordel si je reviens dans cette ville, mais pour la changer toute entière. Je ne sais pas encore comment et si j'en aurais un jour la capacité, mais j'ai envie de croire qu'on est capable de changer les choses...

Je finis d'enfiler la veste de gardien après avoir jeté la mienne alors que Cloud me tourne autour et enfile le casque insonorisant... Un vrai plaisir qui me permet d'assourdir complètement la musique et de n'entendre que la réponse de l'invocateur. Vient au tour de la visière que je jauge un instant avant de la tendre à mon camarade.

- Perso, si j'utilise mon pouvoir ils sauront surement que c'est moi et toi ? Si t'es jamais venue peut-être que ça te permettra de ne pas être fiché. Au fait, ton informatrice... Asla ? Elle pourrait nous trouver un chemin pas trop gardé vers la tour ou savoir si elle est pas sur-surveillée ? Dans tout les cas je te propose qu'on grimpe l'un de ses immeuble pour essayer de savoir où on est par rapport à notre cible.

Tout en parlant je me dirige vers les portes d'immeubles qui donnent sur notre ruelle pour essayer de les ouvrir. Il y'en a finalement une qui se l'aise faire et donne sur un couloir étroit qui donner sur un escalier en colimaçon. On est loin de la sécurité parisienne ici. Je m'apprête à entrer après avoir fait signe à Yoël de venir, mais je suis saisis d'un flash et me dépêche de retourner vers mon tas de vêtements. En revenant je me met à arborer un sourire pour cacher ma gène en tenant le CD dans ma main levée.

- On aurait pas été dans la merde...

Rire me fait du bien et je me remet dans notre mission de la nuit, plus déterminé que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 13/01/2018
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Yoël Herna
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 60
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Mar 17 Juil 2018 - 0:01
  Il a pris ma remarque sur la mort un peu trop au sérieux, peut être mon humour manque un peu de subtilités, remarque. Enfin, tandis que nous terminons tout deux de nous grimer en garde, ce qui pour ma part ne me va pas le moindre du monde, l'habit étant un poil trop grand et me demandant donc de faire des ourlets aux bras et jambes. Pour ma part, je me suis changé de côté, de sorte à montrer le moins de choses, vieux réflexe de prude, lui, à l'inverse, ne semble pas gêné pour deux sous, c'est donc avec un effort de volonté que me force à lui répondre yeux dans les yeux.
Bien que touché par son offre de la visière, j'ai un moment d'arrêt, ne le prenant pas tout de suite, et lui refusant même, accompagnant cet acte d'une explication :

« Justement, si tu es connu, ce serait assez con qu'on te reconnaisse au moment où on va passer devant tout les gardes, ils connaissent ton pouvoir, mais normalement, on l'utilise pas, on s'infiltre, si tout va bien. Quant à ce qu'on me fiche … En toute franchise, j'en ai un peu rien à faire, je ne sais même pas ce que je fous là, mais je compte pas y retourner. Je laisse une légère pause, comme pour réfléchir. Enfin, si c'est possible, après tout ce n'est que ma seconde nuit, je crois avoir compris la système de navigation, mais ça me reste un peu obscur, si tu as un guide en tête, je dois avouer que je suis preneur, d'ailleurs. Enfin, pour Asyla … Je m'assombris un peu, elle va encore m'insulter, mais si c'est nécessaire, on va pas chipoter. Je l'invoquerais une fois en haut. »

  Et alors qu'il ouvre la porte d'un immeuble aussi simplement qu'on achète son pain, et commence à monter, il fait demi-tour, m'obligeant à me plaquer contre la paroi de l'escalier, retournant dans la ruelle, puis revenant avec le CD en main, plaisantant quant à notre échec s'il n'avait pas été le chercher. Je joins mon rire au sien, en rajoutant un peu ;

« Nous n'aurions plus eu qu'à chanter, et là, le changement, ils l'auraient eu. Je perd mon sourire, traversé par un éclair d'intelligence. Il doit y avoir un moyen d'écouter le CD avant de le diffuser, non ? Si jamais c'est bien de la merde, on chante nous même ? Même Frères Jacques ce sera mieux que cette merde à basses. »

  Et sur ses dires, en écoutant sa réponse d'un air sérieux, même si je ne peux retenir un petit sourire en coin, anticipant la scène, nous continuons à monter ses escaliers, parvenant finalement au sommet de ces derniers, sur une porte métallique, que j'essaye d'ouvrir, sait on jamais, mais non. Fermée. Et comme il faut, en plus. Pris d'un élan de film d'action, je prend un peu d'élan, puis donne un coup d'épaule dans la porte, ce qui ne me vaut qu'une douleur vive et un air très con. Pendant que je frotte mon épaule, ma fierté piquée à vif, je me tourne vers Tommy, le foudroyant du regard, ne prenant même pas la peine de voir s'il se moquait déjà.

« Non, c'est entre cette porte et moi. Je me retourne vers elle, reculant un peu. Billy, à toi de jouer.

Et alors que je l'appelle, il apparaît dans sa forme jurassique, bouchant tout le haut de la cage d'escalier, son haut de forme de guingois, il nous regarde

- Saluuuut, comment ça va Yoël ! Ooh, c'est une nouvel ami ? Il est rigolo avec ses cheveux tout rouge ! Dit il en agitant ses petits bras sous la joie.

- Bonjour, Billy. Je lui adresse un sourire que je n'ai pas trop à forcer, son capital sympathie me faisant craquer à chaque fois. Oui, c'est un nouvel ami, il s'appelle Tommy. Billy, je te présente Tommy, Tommy, voici Billy, et … Tu vois cette porte ? Dis-je en montrant derrière lui.

Il se tourne vers la porte en se dandinant un peu, j'esquive sa queue massive en me baissant, profitant du fait que je sois plus bas dans les escaliers.

- Ouais ?

- Ah, en fait, j'ai oublié de te préciser … Tommy adore les manoir anglais, et les majordomes qui servent du thé.

- Quoi ?! Il se retourne vivement, ne faisant pas du tout attention à ce qu'il fait, la porte vient se prendre sa queue de plein fouet et vient se faire sortir de ses gonds, venant atterrir, déformée, quelques mètres plus loin, sur le toit. Quant à lui, après s'être retourné vivement, des étoiles pleins les yeux, il se transforme en sa forme de majordome affreusement clichée, mais plein de dents pointues, et se dirige vers Tommy, venant prendre sa main et l'agiter vivement. Enchanté de te connaître, on va être ami, hein ? Je fais du vachement bon thé ! On est amis, c'est sûr, et puis on ira prendre des scones avec et .. Et …

Et tandis que sous la joie, il perd ses mots, je lui viens en aide, à lui comme à Tommy.

- Billy, je tenais juste à te le présenter, mais on est un peu pressé, mais une autre fois, on prendra le thé que tu prépare si bien tout les trois, qu'est-ce que tu en dis ?

- Ce serait super ! Ça te va, Tommy mon nouvel ami ? Lui dit il avec ferveur, et par dessus son épaule, je lance un regard implorant à Tommy.

- Bon, allez zou.

Et c'est avec le petit pof habituel que Billy disparaît, laissant Tommy avec une main en l'air, et un peu paumé, je pense.

- J'ai eu la porte, et son thé est vraiment bon. Dis-je en lui adressant mon plus beau sourire, suivi d'un clin d’œil taquin. Bon, allez, tu viens ?

  Sans attendre de réponses, je m'engage sur le toit, avisant alors la ville depuis les hauteurs. Il y a en effet une tour pleine d'antennes un peu plus loin, et c'est en soupirant que je finis par jeter un regard d’appréhension à Tommy, finissant par invoquer Aslya, qui apparaît accroupie sur le rebord. Et alors que j'ouvre la bouche pour lui parler, elle engage la conversation la première.

- T'es vraiment qu'un sac à merde, j'bosse, et tu m'en empêche ? J'trime seulement pour qu'tu claque des doigts et qu'j't'obéisse ?

- Non c'est p-

-Et puis quoi, c'est quoi ses tenues ? Tu t'rends compte que ça t'va pas ? Et pis c'est qui lui ? Un autre con qu'a arrêté d'être une tarlouze pour dev'nir utile ?

- Il s'appelle Tom-

- Bon, c'quoi ta raison d'm'invoquer comme ça, hein ? Et puis parle, p'tain, j'vais pas t'manger, t'es trop faible pour ça.

- Putain. Je souffle un coup, commençant à reprendre contenance, puis je débite ce que je veux à toute vitesse pour ne pas lui laisser le temps de me couper. Oui, je t'ai invoqué parce que j'ai besoin de toi, tu recommencera à travailler plus tard, tu peux même prendre des vacances. Bon, je veux aller là bas, c'est quoi le chemin le plus court et le moins risqué, pour des gens déguisés en gardes ?

- Des vac- Dit elle, son débit de jurons baissant instantanément. Hmpf … Reprend elle en fermant les yeux pendant quelques instants. Évitez les trop p'tites et grandes rues, l'patrouilles d'deux pour l'quelles vous voulez v'faire passer sont pas s'per nombreuses.

- Merci, Asly- Trop tard, elle a déjà disparu, je me tourne, l'air désespéré vers Tommy. Elle est comme ça tout le temps, je crois l'avoir vu frémir des lèvres pour sourire une fois ... Juste une seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 604
Date d'inscription : 23/07/2013
Age du personnage : 21

Maraudeur des rêves
Tommy Fawl
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 1114
Honneur: 173
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Mar 17 Juil 2018 - 18:13
- Bonne idée, on pourrait même s'enregistrer et mettre ça en boucle.

Sur ces idées, ma fois plutôt attirantes, nous reprenons notre ascension. Je repense à ce que m'a sortie Yoël plus tôt et le fait que ce ne soit que sa deuxième nuit. Mon discours sur la mort prend un autre sens, je ne peux juste pas le laisser mourir alors qu'il vient de découvrir ce monde... Et dire que l'autre gars lui a dit qu'il lui trouverais un moyen pour partir d'ici. Je n'ai pas relevé sur l'instant, mais j'aurais pu lui dire qu'il lui suffisait de se planquer une nuit pour changer de lieu la nuit suivante... Bien joué du gland... T'as embarqué un nouveau dans un truc risqué alors qu'il pouvait passer une nuit lambda. Je soupir de rage contre moi-même en pensant cela, mais Ilm ne semble pas apprécier et me répond légèrement irritée.

- T'es pas un peu con toi ? T'aurais voulue à ton arrivé en tant que voyageur qu'on te sur-protège et qu'on t'empêche de découvrir les risques de Dreamland par toi même. Ton passé je l'ai vue et toi aussi t'as risqué ta peau alors que t'étais qu'une pauvre tache. Lui au moins il a l'air d'avoir de la suite dans les idées !

Je bug un instant face à sa tirade, puis mon sourire revient alors que la petite créature fait son entrée en me jetant un regard sévère. Elle n'a pas tord, Dreamland est un tout, un monde de rêve et de cauchemar qu'on a la chance de découvrir par nous même avec nos forces et nos faiblesses. Il a choisi de lui même comment se déroulerait sa nuit, ce n'était à moi de décider quoi que ce soit. Il me faut me concentrer sur mes décisions à venir plutôt que sur celles des autres. C'est là-dessus que nous arrivons au dernier palier et que mon camarade tente d'enfoncer une porte qui ne l'entend pas de cette oreille. J'avoue me retenir de rire, mais Ilm, elle, ne se donne pas cette peine et éclate de rire. Elle l'aime bien, mais cela ne l'empêche pas de se moquer.

- Non, c'est entre cette porte et moi. Billy, à toi de jouer.

Il se recule vers moi et je comprends qu'il va invoquer une créature, je fais donc de même et descend de deux marches. Ce qui apparaît devant nous est un t-rex aux airs très british avec un haut de forme et un monocle. Ce dernier semble tout à fait sympathique et pas méchant pour un sous avec sa voix enjouée et son air, il faut le dire, benêt. J'hoche la tête pour le saluer quand Yoël me présente à lui. En deux phrases, Yoël lui fait faire un tour sur lui même de façon à ce que sa queue face sortir la porte de ses gonds. Et alors que la sortie nous ouvre ses bras, le t-rex laisse place à un majordome aux dents pointues qui me sert la main frénétiquement. Il me propose d'être son ami et de me servir du thé à une vitesse qui ne me laisse pas le temps d'en placer une, mais l'invocateur, met un terme à cet échange à sens unique.

- Sans problème, ce sera avec plaisir. Le regard insistant posé sur moi, m'obligeant à ne pas tourner autour du pot pour mettre en fin à tout ça.

Ilm pousse un petit rire sincère quand la créature disparaît, la situation devait vraiment être tordante, vue de l'extérieur. J'avoue rester muet tellement tout cela m'a semblé étrange, mais j'arrive sur le toit à la suite de Yoël qui me regarde avec une certaine appréhension. Je m'apprête à lui demander ce qu'il se passe, mais il n'attend pas et fait une nouvelle invocation. Cette dernière comme la précédente se met à parler toute seule jusqu'à ce que son invocateur reprenne le dessus et réussisse à lui demander ce qu'il veut. Après une seconde de bug, elle énonce les infos qui nous intéressent avant de disparaître sans laisser le temps au voyageur de la remercier.

- Elle est comme ça tout le temps, je crois l'avoir vu frémir des lèvres pour sourire une fois ... Juste une seule.

- Ba... Au moins tes invocations sont hautes en couleur. Mais bon, on sait par où aller. Je suis en train de me dire qu'au lieu de redescendre, on pourrait essayer de passer par les toits aussi longtemps qu'on le peut. On gagnera du temps. Tu t'en sens capables ?

Je m'approche du bord le plus proche de la direction qui nous intéresse. On doit pouvoir progresser de trois rues sans avoir de trop imposant à faire. Avec trois pas d'élans je m'élance pour jauger le premier saut. Cela me semble jouable, au moins au début, si il y a une plus grand rue à traverser cela pourrait devenir compliqué. J'attends de voir la réaction de Yoël à ma proposition en me retournant vers lui. Si il me suit on pourra progresser, sinon j'enfilerais la visière et nous redescendrons dans la rue. Dans le premier cas j'essaierais de passer devant pour réception mon camarade après chaque saut, si je me rend compte qu'il n'est pas sûr de lui. Cette situation me rappelle une bataille de paintball sur les toits de Circus Attraction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 13/01/2018
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Yoël Herna
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 60
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Mer 18 Juil 2018 - 19:28
  Et alors qu'Aslya disparaît, me laissant seul avec lui, j'observe l'écart entre les deux bâtiment, puis l'expression de Tommy. Non, il ne se fout pas de ma gueule, bon … ça doit vouloir dire que c'est possible, je suppose. On est dans le monde des rêves, après tout, mais c'est quand même avec une mine plus que dubitative que je le regarde.

« Heuu … On va dire que oui ? Je te suis. Hum, au pire, tu me rattrape, hein ? Et puis je dois avoir de quoi ne pas tomber. Enfin je crois. »

  Je termine ma tirade par un piètre sourire, commençant à replacer mon écharpe pour me redonner contenance, sauf que je n'ai plus mon écharpe, alors c'est en urgence que je transforme le geste en un grattement de menton, avec un peu de chance il y croira, alors que je l'invite à faire le saut en premier, je me montre très attentif quand à sa technique, afin de reproduire la même chose quand ce sera mon tour. C'est … Impressionnant, je suis sûr que IRL il peut pas le faire, ou alors il est vraiment très fort. Bon, béh c'est mon tour, je prend bien plus d'élan que lui, l'air pas confiant du tout, avant de m'élancer à toute vitesse et de passer au dessus, dans un saut mal assuré, mais qui me mène de l'autre côté sans trop de mal, à ma plus grande surprise, sans même qu'il n'ai à m'aider. même si l’atterrissage manque complètement de grâce et que je manque de me rétamer sur l'autre toit,  Je me fend alors d'un sourire satisfait, un peu fier, hochant la tête vers lui, l'invitant d'un geste à continuer, tout en espérant secrètement recevoir une petite éloge.

  Tandis qu'il arme un nouveau saut, je le regarde à nouveau faire, plus confiant, et je le vois m'attendre de l'autre côté, un peu moins flippé à l'idée de me voir rater, ou du moins je l’espère, et c'est avec un sourire rassurant, et confiant que je m'élance, venant me prendre l'un des pieds sur le rebord, et effectuant un saut … Beaucoup trop court. C'est avec une chance de cocu que j'arrive tout de même à m'accrocher, dans la panique, aux hanches de Tommy, qui manque de chuter avec moi alors que je pendouille dans le vide, mais il semble plus solide sur ses appuis que moi. Il me remonte, et je reste, l'air paniqué, quelques secondes encore, complètement tendu, accroché à lui, avant de me forcer à le lâcher, reculant de deux pas, inspirant un grand coup, puis soupirant de manière toute aussi grande.

« Désolé. Et merci. Si … Si ça te dérange pas on va … Descendre, hein ? »

  Complètement blême, je ne fais pas attention à sa réaction, ni à celle d'Ilm, qui doit probablement se foutre de ma gueule, mais pour le coup, là … D'une part c'est justifié, d'autre part je préfère avancer pas à pas, me rappelant que je suis encore en vie.  Ce sera déjà pas mal, pas mal assuré, d'ailleurs, je finis par secouer la tête, me foutant quelques petites claques, retrouvant mon sang froid, me retournant vers Tommy, attendant de voir s'il me suit alors que je vais vers la nouvelle porte, m'essayant à l'humour de manière très maladroite

« Cette porte là, je te la laisse. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 604
Date d'inscription : 23/07/2013
Age du personnage : 21

Maraudeur des rêves
Tommy Fawl
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 1114
Honneur: 173
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Ven 20 Juil 2018 - 0:41
Après quelques secondes de réflexion je le vois s'élancer au dessus du vide pour atterrir tranquillement à mes côtés. Il ne semble pas se rendre compte lui même de ce qu'il vient de faire et cela se voit à son deuxième saut. Il hésite avant de bondir et ne vise pas le toit, mais se dirige droit sur moi. Je tend le bras pour essayer de le réceptionner, sauf qu'il me passe sous les bras et que je n'ai que peu de prises pour lui éviter la chute alors qu'il a les pieds dans le vide. En passant le bras par-dessus son épaule, je lui saisi la veste au niveau des côtes pour finalement réussir à reculer pour le ramener sur le toit.

Il se redresse en époussetant et essaye de garder un air digne alors qu'il se rapproche du centre du toit. Arrivé à la nouvelle porte il m'invite à a pulvériser, mais surtout à laisser tomber l'idée de passer par les hauteurs de la ville. Il s'est fait peur et il va falloir progresser normalement pour avancer. En passant à côté de lui je lui passe une main sur l'épaule pour lui montrer que je comprends avant de rentrer, épaule la première, dans la porte dont le verrou se voit pulvérisé dans brouhaha métallique.

Alors que nous descendons les escaliers je fais un état des lieux des connaissances de mon camarade. Quel genre de royaumes se souvient-il avoir visité depuis qu'il est voyageur ? As-t'il rencontré d'autres personnes comme nous ? J'attends de voir ses réponses et me prépare à hocher la tête histoire d'appréhender ses connaissances de Dreamland. Alors que nous sommes à la moitié des escaliers c'est Ilm qui me tousse doucement à l'oreilles pour me demander la parole. Elle passe la langue entre ses lèvres et me postillonne à la figure alors que je m’apprête à lui demander si elle est malade. Sans s'attendre à plus de réactions de ma part elle se pose sur l'épaule de l'invocateur et oui explique deux où trois choses.

- Alors tu vois, si tu t'endors en pensant à un royaume, tu vas t'y retrouver en t'endormant, même chose si tu penses à quelqu'un qui dors déjà, voyageur ou rêveur tu vas te retrouver dans le même royaume que la personne. A l'inverse, si tu ne penses à rien ni personne, comme l'autre lourdaud sais si bien le faire, dit-elle en me désignant, tu pourras te retrouver dans des lieux en rapport avec tes journées ou le cours de tes pensées.

Elle continue en lui expliquant que chaque royaume est quasiment toujours relié à des royaumes plus ou moins importants et dont la dangerosité peut varier. Ceci dit, je rajoute que pour sa deuxième nuit il aurait pu trouver quelque chose de plus joyeux, mais bon, on ne décide pas toujours. Moi-même je ne choisis pas forcément où j'atterrie et j'aurais bien voulu ne plus retomber inopinément ici. C'est en échangeans ainsi que nous arrivons au rez de chaussé. Je retire le casque posé sur mes oreilles, retrouvant les désagréables basses ambiantes, pour enfiler la visière qui me masque les yeux et les cheveux. Mon regard cherche le sien alors que ma main se pose sur la poignet et j'hoche la tête pour lui signifier qu'on est partie. Il me semble que j'ai vue un peu trop de film d'action tout à coup. C'est de retour dans les rues sombres de la ville que nous nous dirigeons à vue de nez en direction de la tour de transmission.

J'essaye tant que je peux de marcher le plus droit possible, tentant d'entrer dans la peau du garde qui souhaite bien faire son travail. Malheureusement mon esprit me renvoie la dernière image que j'ai eu de deux gardes ne va pas dans le sens de militaires intègres, bien au contraire, ce qui me fait prendre une démarche moins strict et plus énervée avec les poings serrés. La tour est encore à plusieurs pâtés de maisons et j'en profite pour me fouiller les poches. La première trouvaille est un paquet de clope presque plein accompagné d'un briquet, ce qui me permet de m'en griller une après avoir rendu le paquet à mon camarade. Le dernier gros lot se trouve dans la poche avant de mon jean et est ce qui semble être une carte magnétique sur lequel est indiqué :
-Passe niveau deux
-Sécurité interieur
Je ne sais pas exactement ce que cela représente comme autorisation de circulation, mais nous verrons bien sûr le moment. C'est toujours mieux que rien.

- T'as ça aussi dans la poche ? Je tiens la carte levée entre deux doigts pour la mettre à hauteur de ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 13/01/2018
Age du personnage : 20

Nouveau challenger
Yoël Herna
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 60
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy) Dim 22 Juil 2018 - 15:37
  Je lui suis reconnaissant, il n'insiste pas plus que ça et semble comprendre mon besoin de passer à autre chose. Je m'attendais à ce qu'il utilise son pouvoir sur cette porte mais … Visiblement il n'en a pas le besoin. Je ne peux m'empêcher de grommeler un « Frimeur » alors que le fracas métallique prend fin, souriant un peu, malgré moi. Puis alors que nous avançons, il commence à m’interroger sur mon expérience en tant que voyageur. Je lui explique donc qu'à part le royaume dans lequel j'ai vaincu ma phobie, et je n'ai même aucune foutre idée duquel il s’agit, ayant passé la majorité de mon temps à me faire courser dans une sorte de temple, et Kazionopolis, je n'ai visité aucuns royaumes. Je lui parle aussi des deux voyageurs qui m'ont expliqué un peu le fonctionnement de Dreamland et des voyageurs, et surtout les boudes à ne pas commettre. Je rajoute en riant un peu jaune que je ne suis visiblement pas un très bon élève parce que ce qu'on va faire là, ça semble bien parti pour être une bourde. Je les décrit un peu, sans donner leur nom, parlant d'une fille pas très aimable et d'un jeune homme dont on pourrait presque percevoir la bave quand il la regarde.

  Puis sa petite fée vient lui postillonner à la gueule, puis vient se poser sur mon épaule, à ma plus grande surprise, pour me faire une leçon plus en détail, je l'écoute attentivement, jetant quelques coups d’œils amusés à Tommy, hochant la tête aux dires d'Ilm.

« Je vois … Merci, et … Tu veux pas me rejoindre moi, plutôt que lui ? Je suis pas sûr que les postillons soient les meilleurs pour sa peau. »

  Et en attendant sa réponse, un sourire anticipé aux lèvres, guettant aussi la réaction de Tommy, nous continuons à descendre les escaliers, et arrivé au rez-de-chaussé, je le vois faire un numéro digne d'un film d'action, me faisant sourire, et je ne peux m'empêcher de lui rendre son signe de tête, surjouant le side-kick loyal et confiant. Il ouvre la porte, et nous commençons à marcher dans les rues sombres de cette ville étonnamment morne et chiante, bien heureux d'avoir mon casque pour ne pas entendre la musique des plus infâme. Je ne me force pas trop, marchant d'un pas détendu, tournant la tête de temps à autre pour signifier que je suis en patrouille, mais c'est en le voyant se tendre et en jouant les gros durs que je grimace un peu. Et tandis qu'il prends une clope, je grimace un peu plus, prenant simplement le paquet pour le fourguer dans une de mes poches, puis je viens tapoter son épaule, d'un air détendu et amical.

« Non, merci, je ne fume pas, mais détends toi, ou fait semblant de l'être, on est des gardes dans un endroit où y'a que des esclaves, personne ne se révolte dans ce genre de cas. »

Et alors que j'observe son potentiel changement d'attitude, il me montre une carte, me demandant si j'ai la même, je fouille mes poches et trouve en effet une carte, que je lui montre en retour, c'est la même, rien de bien étonnant, les gardes qu'on a délesté devaient travailler en binômes. Tandis que nous continuons d'avancer, un groupe de deux gardes nous croise, tandis que je les salue d'un hochement de tête, qu'ils me rendent, ils engagent la conversation.

« Hé, vous savez où sont passé Markus et Barf ?

- Nan, désolé, la dernière fois que je les ai vus, il allaient vers le bordel, ils y sont peut être encore.Dis-je après un léger moment de perplexité, le temps de me ressaisir.

- Oh les cons … Pff, bonne patrouille, faites gaffes, le chef est un peu à cran, paraît que y'a eu trois esclaves qui se sont fait la malle.

- Sérieux ? Putain … Merci, bonne chance à vous aussi.

Et alors qu'ils s'éloignent après un autre hochement de tête, je les regarde partir, et l'un d'entre eux, qui me semble plus que suspicieux, chuchote à celui qui parlait. Je me retourne à nuveau, avisant la distance avec la tour … Peut être encore un pâté de maison.

- Je crois qu'ils sont en train de nous griller, soit on se met dans une ruelle et on les attire pour les dérouiller et éviter l'alarme … Soit on se dépêche. Soit ... Soit on a confiance dans notre capacité à les embrouiller. »

Et c'est après avoir placé cette réplique que je prend garde à ses réactions, faisant mon possible pour ne pas partir d'ores et déjà en courant, restant tout de même prêt à intervenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy)
Revenir en haut Aller en bas

[quête] C'est pas de la radio, c'est de la musique (Ft. Tommy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 2 :: Macrophonopolis-