Haut
Bas

Partagez|

L'Oeil de Poséidon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Rock
Messages : 615
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 190
Renommée: 1835
Honneur: 315
MessageSujet: L'Oeil de Poséidon Mar 10 Avr 2018 - 10:13


L'Oeil de Poséidon


Lilith Dael & Dazh D. The Rock




Les jours, suivant son échappée du Colisée des Amazones, amenèrent le Voyageur à poursuivre son chemin en direction de territoires plus chaud et ensoleillé. En effet, le fleuve qu'il avait entrepris de suivre s'enfonçait a travers les royaumes de la zone 2, jusqu'à gagner la mer intérieur tropicale de la zone 1. Les événements indésirable se faisaient de plus en plus rare tandis que les paysages étaient maintenant de véritable décors de rêve. Tout indiquait que le royaume qu'il arpentait ce soir, se montrerait accueillant et généreux. Et pour l'occasion, le morpheur se voyait doté d'une tenu adaptée aux lieux. Un bermuda en jean bleu océan et une simple chemise légère ouverte d'un blanc éclatant. Et comme pour collé a son caractère, le bermuda en question était brusquement coupé et pourvu de plusieurs déchirures, comme s'il revenait d'un long séjour dans la nature sauvage.

Le vieux Dalreight progressait calmement à présent, les mains dans les poches, en direction de plusieurs payottes sur la plage. Elles étaient fréquenté par un grand nombre d'individu en tout genre, désireux de s'amuser. Si certain se baignaient dans l'eau turquoise, d'autres entreprenaient de disputer une partie de volley et quelques autres paraissait sous les palmiers. En réalité, Dazh observait une foule d'activités, allant du concours de château de sable jusqu'au ski nautique. La vue de ce spectacle avait quelque chose de rafraîchissant et de reposant. L'ambiance était celle des vacances d'été et il était agréable d'en profiter.

Sans plus de cérémonie, le morpheur s'installa sur un tabouret près du bar et tandis qu'il s'attardait à contempler le paysage, une créature vint lui apporter une boisson fraîche. « OUVRE UN COCA-COLA ! OUVRE DU BONHEUR ! » Cria un homme tout près de lui, tandis que le morpheur trempait ses lèvres dans son verre. Surpris, Dazh manqua avaler de travers mais eut plutôt le réflexe de tout recracher. « PRENEZ LA VIE COCA-COLA ! » N'étant pas en danger, le morpheur prit un instant pour se remettre du soda qui avait investi ses narines l'espace d'un instant. « SEUL UN COCA-CO... » L’intrus s'interrompit brusquement quand une soudaine vague de sable vint le surprendre, allant jusqu'à l'emporter en arrière. Pour le faire taire, le morpheur avait opté pour un moyen simple et efficace, mais peut-être y était-il aller un peu fort. Son interlocuteur avait partiellement disparu sous une dune.

Contre toute attente, il s'agissait d'un voyageur. Ce dernier était investi d'un grand panneau, à l’effigie de la marque qu'il représentait, sur ses épaules, d'où ne ressortait que ses jambes, sa tête et ses bras. Il s'agissait tout simplement de ce qu'on appelait communément d'un « homme-sandwich », bien que le morpheur n'en avait encore jamais à Dreamland. D'abord curieux, Dazh envisagea presque d'interroger le gars en question sur son job actuel, puis cette envie lui passa presque aussitôt. A la place, il s’intéressa à un exemplaire récent du DreamMag, abandonné sur le comptoir. Il jeta tout d'abord un œil au classement S.M.B où il n'apprit rien de trop nouveau avant de simplement feuilleté les pages en quête de quelque chose d’intéressant. « Tiens... Une attaque des Monstres des Profondeurs en cours a la ville J... Ce n'est pas loin d'ici. » Malgré tout, le morpheur entreprit de feuilleté encore un peu le magazine. Jusqu'à ce que son attention soit distrait par un groupe de fille en maillot de bain particulièrement séduisante. Ce qui l'amena à observer non loin de là, un ponton de bois solide où des bâteaux de toute sorte étaient amarrés.

Délaissant le DreamMag, le morpheur choisit de se diriger tranquillement en direction des diverses embarcation. Curieux, il se demandait s'il était possible d'embarquer pour de lointains royaumes. Il trouva d'abord les petites embarcation prévu pour divertir les touristes. Ce n'est que plus loin, quand l'eau fut plus profonde qu'il tomba sur de vrais bateaux dont la mission était de voyager en haute mer. Et plus loin encore, sur la ligne d'horizon, se trouvait d'impressionnants navires, qu'il n'aurait assurément pas l'occasion de visiter a moins d'y être invité.

Vagabondant toujours sur les pontons, il découvrit une petite infrastructure, qui n'était autre qu'un village flottant. Tout autours de lui, les locaux et les touristes circulait sur des plate-forme de bois, menant ci et là, à travers les divers quartiers de la zone. Il était agréable de sentir les vagues sous ses pieds et d'avoir l'impression de marcher sur l'eau. Dazh avait l'impression de découvrir a chaque instant, de nouvelle sensation qui ne manquait pas de le divertir.

Lassé de contempler les boutiques souvenirs et emporté par le désir de partager l'enthousiasme des gens autours de lui, le morpheur voulu s'inscrire a une activité que proposait le royaume. Mais le voyageur ignorait toujours ce qu'il lui plairait d'essayer, tant les divertissement étaient nombreux. Devait-il s'essayer à maîtriser l'un de ces prodigieux cerf-volant ? Soudain, on vint largement l'éclabousser, tandis que des éclats de rire jaillirent d'un peu partout. Tout proche, sur la surface de l'eau, quelqu'un exécutait des figures à l'aide du technologie très moderne, dont Dazh ignorait le nom. C'était décidé, c'était ça qu'il choisirait !

Son tour vint finalement et d'étranges créatures à l'apparence de mini-requin, d'allure sympathique et marchant sur deux pattes, l'équipèrent convenablement. A l'aide d'une télécommande, le morpheur se propulsa dans les airs grâce au Flyboard équipé a ses pieds. La maîtrise de l'appareil ne fut pas aisé et ce fut rapidement la machine qui prit le dessus en le conduisant dans tous les sens. Sans équilibre et ayant perdu le contrôle, Dazh ne parvenait pas a reprendre la main, mais l'expérience n'était pas moins fabuleuse. Un peu dans les airs, un peu sous l'eau, mais toujours très vite, le morpheur se déplaçait si rapidement qu'il ne parvenait plus à différencier les moments en apnée, des moments en surface. Parfois, le soleil l'éblouissait et parfois il contemplait les coraux dans l'océan. Par moment, le courant était particulièrement frais et à d'autres, une brise tiède semblait l'envelopper dans les airs.

Tout s'arrêta finalement quand par hasard il franchit accidentellement un mince ponton de bois, s'échappant du domaine consacré au Flyboard pour aller s'échouer franchement sur la plage non loin de là, dans un impressionnant impact avec les dunes de sables chaud. Indemne et riche d'émotion, le morpheur reprenait péniblement son souffle, entrecoupé par les rires que lui provoquait la situation, tandis qu'un rassemblement avait lieu tout autours de lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 129
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 23

Voyageur Expérimenté
Lilith Dael
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 338
Honneur: 30
MessageSujet: Re: L'Oeil de Poséidon Lun 16 Avr 2018 - 17:46
- Branle-bas ! Étouffez les voiles ! Toi là ! Frottes plus fort ou tu serviras de gibier de potence ! Je veux que ce navire brille lorsque nous accosterons. Préparez vous à l'amarrage.

- Euh... C'est moi qui ai dis ça ?


C'est à cet instant qu'elle reprit conscience de sa propre identité. Lilith, humaine voyageuse aux pouvoirs de changement d'armures. Elle était installée à la barre d'un navire, et pas des moindres. Un magnifique Sloop du doux nom de l’Écorcheur. La figure de proue représentait un squelette de sirène aux dents anormalement pointures, orbites creux remplis de rubis, les bras en croix. Droit devant, une ville flottante à l'animation festive qui dénotait énormément de l'ambiance sur le bateau. Cerfs volants, Flyboard, jetski, et cetera. Elle n'aurait su expliquer pourquoi, mais l'idée de toute cette allégresse la mettait mal à l'aise, la dérangeait même, alors qu'elle était d'ordinaire pleine de joie de vivre et très curieuse.

En baissant un peu son regard, elle se rendit compte qu'elle portait des vêtements peu communs. Vêtue d'une chemise ample blanc cassé, d'un bustier bordeaux décoré de liserés dorés, une longue veste marron, de hautes bottes de cuir, et pour finir, un tricorne orné de longues plumes noires aux reflets bleutés. Elle était, pour ainsi dire, habillée telle la capitaine d'un vaisseau pirate. Ses yeux étaient largement maquillés de noir, rehaussant son regard, le durcissant par la même occasion.

- Capitaine ! Nous allons bientôt amarrer l'navire.
- Diantre mais que se passe t il ?
- 'Bin comme j'viens d'vous dire, on arrive quoi.

Confuse, elle fit un geste de la main pour le congédier. Même son vocabulaire ne lui appartenait plus. Elle devrait avoir l'habitude maintenant, mais chaque nuit, elle en état surprise. Depuis sa nouvelle acquisition maudite, c'est comme si elle volait l'identité d'une créature des rêves. Chaque fois qu'elle revient sur Dreamland, elle est affublée d'un nouveau costume, d'une nouvelle identité, et partage une nouvelle personnalité.

- Ok, donc, cette nuit, je suis capitaine d'un bateau pirate... Reste à savoir quel est notre but... Toi là ! Viens donc par ici !
- Euh, oui, capitaine.
- As tu bien comrpis e que nous venons faire ici ?
- Euh, oui, capitaine.
-Bougre d'idiot, je te demande de répéter mes ordres !
- Oh euh oui, capitaine. Nous v'nons échanger n'ote butin contre des vivres, et euh, pas d'grabuge ici.

Nouveau geste de la main, et le sous-fifre s'en alla. Elle ne se savait pas si autoritaire, mais finalement, ce rôle lui convenait absolument. A la tête d'un groupe qui lui obéissait au doigt et à l’œil, elle pourrait peut-être en profiter pour changer un peu leur mentalité de hors la loi, leur inculquer la volonté d'aider son prochain... Mais l'idée que ce puisse être le bateau d'une lui traversa l'esprit, après tout, plus rien ne pouvait l'étonner, et Dreamland aurait très bien pu le créer rien que pour satisfaire les volontés de l'esprit malin qui s'est entiché d'elle.

Depuis qu'elle a retrouvé ses pouvoirs, elle a hérité d'un cadeau légèrement empoisonné, une âme tout droit sortie du monde su spectacle, véritable accro aux rôles, elle lui fait vivre chaque nuit de nouvelles aventures rocambolesques. Impossible de se défaire de son emprise, même en changeant son armure, elle garde ses traits de caractère. Bien heureusement, ses pouvoirs ne s'en retrouvent pas amoindris.

Elle fut la première à poser le pied hors du navire, suivit de près par deux créatures, l'une à tête de requin, l'autre à tête de homard. Vraisemblablement ses seconds. Le bateau était amarré très proche des habitations, comme si aucune règle ne s'imposait à eux. Au fond, tout au fond d'elle, Lilith se sentait gênait, pourtant, en apparence, elle ressentait une grande fierté à indisposer tout ce petit monde. Elle se sentait grande, puissante, crainte. Mais toujours au fond d'elle, elle n'aimait pas cela.

Les touristes s'écartaient sur son passage, elle marchait avec assurance sur le ponton de bois qui flottait. Sur ses flancs arrières, Gus et Drok, le requin et le homard, intimidaient de leur regard haineux quiconque osait regarder un peu trop leur capitaine.  Dans son sillage, cinq membres de son équipage, tous des créatures des rêves, portaient le butin à échanger.

En regardant alentour, elle ne voyait aucun lieu propice à l'échange, que des boutiques de souvenir, des stands de jeux, des attractions. Pourquoi au juste avait-elle décidé d'accoster sur ce village flottant ? Elle était pourtant persuadée qu'il devait exister des îles plus convenues pour des pirates.

- Capitaine, si j'pourrais m'permettre, z'avez pas l'air d'vous r'trouver dans tout s'foutoir.
- C'est vrai qu'ça a bin changé.
- Z'avez qu'à traverser c'ponton, le lieu d'échange s'trouve sous l'bar là bas.

Sans répondre, elle suivit le chemin indiqué, comme si elle avait toujours voulu y aller, comme si elle ne voulait pas laisser paraître ses doutes devant son équipage. Mais, alors qu'elle traversait, une pluie ciblée d'eau de mer la fit basculer par dessus bord et elle plongea fesses les premières dans l'eau sous le regard courroucé de ses subalternes. Ils se jetèrent immédiatement à la poursuite de l'individu responsable de cet acte hautement punissable après avoir ordonné aux porteurs de sortir la capitaine de l'eau.

Elle les repoussa, les insultant de toutes les manières possibles et inimaginables, passant des traditionnels Forbans et Marins d'eau douce, en passant par des plus imagés tels que Crabe sans pince ou Jus de mousse avarié. Elle sortie de l'eau, détrempée, irritée, vexée, et se drapa dans sa dignité, bousculant l'un de ses matelot, pour retrouver le confort et la sécurité de SES cartiers, sur SON navire, entourée de SON équipage. Les négociations pour récupérer des vivre attendraient. Dégoulinante, elle remonta dans le bateau sous le regard intrigué et amusé de ses marins, elle s'enferma dans ses cartiers, pour attendre que ses seconds lui ramènent l'être infâme qui osa l'humilier, elle, le capitaine ! Attendez... La personnalité de Mayline, dans son rôle de pirate, prend largement le dessus. Se regardant dans le miroir émoussé, Lilith se tapote le visage, se disant que non, ce n'était rien du tout, et qu'il faudra qu'elle trouve les mots justes pour libérer le malheureux qui se fera ramener sans ménagement sur son navire. Dur dur de raisonner des pirates, surtout quand l'affront a été fait à leur capitaine...

De leurs côtés, les deux créatures marines avaient retrouvé le fautif, un homme bien costaux avec un sac à dos propulseur d'eau, qui rigolait après avoir tracé un sillon plutôt impressionnant dans le sable. Se moquait-il de leur capitaine ? Aucun doute, le sang leur montant à la tête, ils se jetèrent en criant un bon vieux « A l'abordage ! » suivit d’insultes et menaces en tout genre « Vile créature ! » « Comment oses tu humilier l'capitaine en toute impunité ! » « Tu s'ras châtié pour ton audace ! » « Morue des bas fonds ! » « C'est la cage au gibier qui t'attend ! » « Tu nourriras les poissons ! »

Usant de leurs muscles, -leurs pinces pour certains-, mais certainement pas leur intelligence, ils se mirent à le rouer de coup, dans l'optique de lui donner une bonne leçon, avant de le ramener sur le pont pour que la Capitaine choisisse de quelle façon elle sera vengée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : The Rock
Messages : 615
Date d'inscription : 21/11/2010
Age du personnage : 27

Arpenteur des rêves
Dazh Dalreight
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 190
Renommée: 1835
Honneur: 315
MessageSujet: Re: L'Oeil de Poséidon Lun 23 Avr 2018 - 16:15


L'Oeil de Poséidon


Lilith Dael & Dazh D. The Rock



Toujours hilare, Dazh peinait à reprendre son souffle tandis qu'il était toujours au centre de l'attention générale. De plus en plus de personne s'approchaient pour voir ce qu'il se passait, abreuvant au passage, le sable chaud, de bière fraîche. L'ambiance était festive, jusqu'au moment où deux créatures surgirent furieusement sur la plage à la recherche d'un coupable. Le gros des gens fuirent sur le champ. Des rêveurs pour la plus-part, surpris que leurs songes tournent aux cauchemars.

Le morpheur fut rudement saisi et brièvement roué de coup, alors même qu'on l'entraînait loin de la plage. Toujours sous l'effet d'une vive émotion et les yeux aux larmes, le vieux Dalreight ne tenait même plus debout et ne s'offusque pas d'être un peu chahuté. Au contraire, persuadé de toujours partagé un moment de joie, Dazh prit plaisir a se montrer amicalement brusque par l'intermédiaire de tape dans le dos et de bousculade qui surprirent ses comparses requin et crevette.

Quand on le lâcha enfin, sur le pont en bois humide d'un petit navire, le morpheur se calma quelque peu, essuya ses larmes et respira un grand coup. Brièvement, il remit un peu d'ordre dans sa barbe et ses cheveux en repensant a ce qu'il venait de se produire. Riant toujours pour lui même, il entreprit de se débarrasse tant bien que mal de l'étrange dispositif qu'il avait sur le dos, avant d'aller calmement se servir a boire dans le tonneau ouvert, qui se trouvait non loin de là. Un homme-crabe se tenait là, l'observant farouchement, mais sans intervenir.

« Hey, c'est bon, je vais pas te piquer ton tonneau, ptit bonhomme' ! » S’exclama t-il pour détendre un peu le crabe qui ne riait pas du tout. Dazh avala sa chope d'une traite pour étancher sa brusque soif et constata qu'il buvait du rhum. Dommage, il n'aimait pas ça. Il ne manifesta aucune émotion, mais le goût amène du breuvage le ramena à la réalité. S'accoudant tranquillement au bastingage, le voyageur s'adressa au groupe étrange qui le regardait toujours fixement. « Bon alors, il s'passe quoi ? » Demanda-t-il a ses nouveaux amis.

Le front par terre, immobilisé à genoux sur le pont du navire, avec un bras entravé dans le dos, le morpheur fut rapidement maîtrisé. Dazh essaya tant bien que mal de voir ce qu'il se passait, mais ne parvint qu'à bouger un peu la tête sur la droite, où il aperçut sa chope et son contenant renversé sur le sol. « Putain, tu déconnes Bobby. » Lâcha t-il à celui qui le tenait.

La situation n'était pas bonne, mais guère mauvaise non plus. Le danger ne l'inquiétait guère aussi, Dazh ne chercha pas à se libérer a tout prix. Le fait qu'on le garde en vie signifiait qu'il existait encore une solution pour se tirer de là. Finalement, une petite paire de haute-botte vint se placer devant son visage. Impossible de voir de qui il s’agissait. Probablement un responsable. Vu la taille du navire... Peut-être même le capitaine. En tout cas, depuis son arrivé, un silence pesant s'installa sur le navire. Dazh ne voyait pas ce qu'il pouvait se passer, aussi l'attente commençait à s'avérer longue.

L'étreinte de moins en moins importante, compte tenu qu'il ne manifestait pas de franche hostilité, lui permit de regarder brièvement ce qui l'entourait. C'est le pavillon du navire qui lui fournit un indice. « Un bateau pirate hein.. ?  Et lui, il fait partie de votre équipage ? Sérieusement, c'est une crevette.»
« J'suis un homard connard ' ! »
« Aaah. Mais oui. Les pinces, c'est le homard.  J'en mange pas souvent, s'pour ça.»

A ce moment là, l'homme-homard voulu intervenir pour décoller un coup au visage du prisonnier. L'homme-crabe qui le tenait, le redressa brutalement. Mais Dazh avait la bouche grande ouverte et se préparait a goûter la pince du pirate homard, ce qui fait que ce dernier s'abstint, au dernier moment d’exécuter sa menace. Finalement, Dazh referma la bouche. « On a pas de citron de toute façon'. »

A présent sur ses genoux, le morpheur avait tout le loisir d'observer le capitaine pirate, face à lui. Il l'inspecta de bas en haut et fut surpris de deviner les formes généreuse d'une poitrine de femme sous sa chemise blanc-cassé et son buste qui mettait ses formes en valeur. Il découvrit également un tricorne et une longue veste mais il haussa un sourcil quand il devina ses cheveux pâle et ses yeux rouge. Si l'idée d'être prisonnier d'une femme pirate était séduisante, cette pensée fut complètement balayé par ses vieux souvenirs et pourtant pas si lointain d'une amie proche.

Presque aussitôt, envahit par la honte, le morpheur baissa le regard afin que Lilith, si c'était bien elle, ne le reconnaisse pas. Évidemment que c'était elle. Elle était trop particulière pour pouvoir la confondre. Que dirait-elle quand le moment viendra, où elle découvrira qui il est. Les pensées se bousculaient dans sa tête. Peut-être qu'elle pouvait ne pas le reconnaître... Mais en fait si, elle avait déjà rencontré son double du futur ! Des dizaines de questions envahirent son esprit...Es ce que ça changerait quelque chose entre eux. Pouvait-ils encore être ami ?

Mal à l'aise, le morpheur se contenta se fixer les bottes de la jeune fille. Il avait perdu un peu plus de cinquante ans, à patienter dans les limbes de Dreamland, son corps ici avait vieilli en conséquence, mais il n'était pas encore pourvu de tous les stigmates et tatouages que son double du futur, aussi, avait-il un petite chance. Malgré tout, le fait d'éviter la jeune femme à l'avenir le blessait durement à l'intérieur. Il lui fallait retrouver son véritable âge, sa jeunesse. Bien sûr, ça avait toujours été son objectif, mais maintenant qu'il était à nouveau avec Lilith, c'était devenu... Nécessaire.

Revenant a la réalité, le vieux Dalreight secoua la tête pour chasser le rouge qui avait envahit son visage. Ses sentiments revinrent à la surface, mais il n'en avait pas besoin maintenant. Seulement, c'était plus fort que lui. Changeant sa voix, le morpheur s'adressa au capitaine, en évitant toujours de la regarder. « Vous êtes des pirates hein ? Sachez que je sais où trouver un fabuleux trésor.. ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 129
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 23

Voyageur Expérimenté
Lilith Dael
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 338
Honneur: 30
MessageSujet: Re: L'Oeil de Poséidon Jeu 10 Mai 2018 - 18:55
Debout devant son armoire, Lilith constatait que sa garde robe était composée d'encore et toujours la même tenue. Elle ne pouvait pas rester ainsi, trempée jusqu'aux os. Et elle avait beau être en plein songe dans un royaume à la chaleur tropicale, elle n'était pas à l’abri d'attraper une de ces maladies dont parlent les légendes. Peut-être pas la Peste Onirique, mais le Rhume Du Cerveau Gelé... C'était un risque qu'elle ne voulait pas courir. Et une partie d'elle même refusait de se présenter devant son équipage, et le futur prisonnier, en tenue moulante qui lui collait la peau, sentait le poisson et le sel.

Elle avait eu le temps de faire un brin de toilette et d'enfiler en soupirant ses vêtements propres avant que son fidèle second ne vienne frapper brusquement à sa porte verrouillée. Elle avait sursauté, et espérait qu'il ne l'avait pas entendu, car sincèrement, ça la foutait mal pour un capitaine. Il lui annonçait que le malfrat était à bord, et qu'il attendait son châtiment.

-Très bien Drok. J'arrive. Qui en a la charge ?

S'en suivit un long silence, un balbutiement qui ne lui ressemblait pas et finalement Gus répondit à sa place que l'équipage devait probablement le tenir à l'oeil. Nouveau silence, des bruits de pas de course, et des éclats de voix.

Lilith soupira, encore. Les pirates n'étaient définitivement pas craints pour leur intelligence. Ses deux seconds étaient venu lui porter le message, laissant le malheureux sans surveillance, et l'équipage sans ordres, vraisemblablement. Un dernier soupire alors qu'elle se regarde dans la glace fendue, elle enfile son tricorne, et déverrouille sa porte pour se rendre sur le pont supérieur. De là haut, elle vit qu'effectivement a situation avait manqué de tourner au vinaigre. L'homme venait tout juste d'être maîtrisé par la créature mi homme mi crabe, l'équipage ne travaillait plus, excité par la situation, Drok attendait auprès du prisonnier et Gus attendait son capitaine en bas de l'escalier. A partir du moment où ses talons claquèrent contre le bois usé des marches, plus personne ne bougea. Le silence se fit roi, et elle se plaça devant l'homme qui avait osé s'en prendre à elle, enfin... aux yeux de son équipage. Elle se tenait droite, mains sur les hanches, et le regardait de haut.

Elle remarqua sa longue chevelure noir de jais qui ondulait sur son visage, son corps semblait puissant. Mais prostré comme cela, elle ne pouvait pas voir grand chose. Elle fit un signe de la tête pour intimer à Rakcor, l'homme crabe, de relâcher sa prise. C'est ainsi que le vinaigre entra en ébullition, alors qu'insultes et menaces fusaient de nouveau. Elle ne fit rien pour empêcher qui que ce soit d'agir, Rakcor tenait toujours l'humain, et Drok était plus péteux que ce qu'elle aurait crut. Ou bien avait il assez de jugeote pour comprendre qu'il serait à son tour châtié pour avoir céder à ses pulsions sous les yeux de son capitaine. Allez savoir. Quoi qu'il en soit, quand l'altercation eut prit fin, la jeune albinos s'autorisa une petite remarque désobligeante.

-C'est bon ? Vous avez finit de jouer à qui a la plus grosse ?

Cette simple phrase eu pour effet d'attirer l'attention du prisonnier, lui permettant ainsi de se rendre compte qu'il n'était plus tout jeune, et pourtant avait l'air très costaud. Elle cligna à plusieurs reprise des paupières lorsqu'elle remarqua la couleur particulière de ses yeux. Bleus certes, mais pas dans les mêmes nuances. Ces yeux, cette chevelure, il lui semblait avoir déjà rencontré quelqu'un comme cela. Mais... Il avait son âge. Curieuse ressemblance cela dit. Elle n'eut pas le temps de s'attarder sur la contemplation de ses traits qu'il baissait déjà la tête, comme s'il avait comprit en face de qui il était. Ce geste l’emplit d'une certaine fierté mal placée. Comme si son rang de capitaine venait de gagner une étoile de par le simple fait d'effrayer même les sexagénaires baraqués. Drok en profita même pour l'insulter de poulpe à vide. Lilith aurait pu mal le prendre, mais fort heureusement, il restait une bonne part d'elle même dans tout ce foutoir qu'était son esprit. Elle mit de côté les questions qu'elle devrait lui poser pour plus tard et entra dans le vif du sujet.

-Savez vos pourquoi vous avez été trainé jusqu'ici ? Sur mon navire ? Inutile de répondre, je vais vous le dire. Vous avez souillé ma personne avec votre machine, m'avez jeté à l'eau, et avez compromis d'importantes négociations. Qu'avez vous à dire pour votre défense ?

-Vous êtes des pirates hein ? Sachez que je sais où trouver un fabuleux trésor.. ! 

Cette réponse n'était certes pas ce à quoi elle aurait pu s'attendre, mais était ma foi bienvenue. Le mot trésor avait toujours cet effet là sur des pirates. L'équipage au complet, seconds compris, avait déjà la pupille brillante et avait complètement oublié le châtiment qu'ils voulaient tant voir s'accomplir. Intérieurement, Lilith était soulagée que les choses se passent ainsi, et joueraient de cette annonce pour lui permettre d'avoir la vie sauve.

-Vous piquez notre curiosité, inconnu. Que diriez vous de nous accompagner dans cette quête que vous nous offrez. Une fois le butin en notre possession, vous regagnerez votre liberté. En attendant, vous serez mon invité à bord de ce navire.

Des chuchotements d'assentiments raisonnèrent dans ses oreilles, clamant que ce n'était pas juste, qu'il méritait d'être puni pour ce qu'il avait fait, qu'il méritait la cage, la torture, et non le rang d'invité. Le capitaine leva le menton et toisa la totalité de son équipage, un par un, une lueure mauvaise dans le regard.

-Si certains trouvent à redire, qu'ils viennent m'en parler dans mes quartiers. Il me reste quelques poids pour lester les dissidents par dessus bord.

L'effet fut immédiat. Tous baissèrent la tête et se turent. L'homme crabe relâcha le voyageur qui n'était plus un prisonnier à présent, et la jeune femme tourna les talons dans l'idée de retourner à ses appartements.

-Suivez moi, nous parlerons de ce trésors entre quatre yeux.

-Mais C'aptaine, vous d'vriez pas rester seule avec c't'inconnu !

-Toi Gus, tu iras négocier les vivres en mon nom. Nous en auront besoin si cet homme dit vrai.

Sans se retourner pour vérifier qu'il la suivait, elle monta les marches pour se rendre sur le pont supérieur et franchit le seuil de ses appartements pour prendre place sur son beau fauteuil de bois travaillé, représentant un poulpe géant qui broie un bateau pirate. Elle s'installa et attendit qu'il entre pour lui demander de fermer. Elle savait pertinemment que sa décision ne plaisait à personne, mais elle avait l'autorité suprême sur ce bateau, et ne craignait pas de mutinerie si elle se montrait ferme et menaçante.

Les choses tournaient à son avantage. Ainsi, elle pourrait avoir à l'oeil cet étrange personnage, et le tenir à l'écart des dangers que représentent son équipage. Elle pourrait lui poser ses questions, avoir de la compagnie humaine, et comprendre qui il était bon sang de bon soir !

-Avant toute chose, j'aimerais connaître votre nom, monsieur le voyageur.

Tout était une question de logique. Ses oreilles étaient rondes, et non pointues, donc il n'était pas une créature des rêves. Ensuite, n'importe quel rêveur se serait uriné dessus en étant menacé par des pinces cabales de décapiter qui que ce soit d'un seul claquement. En outre, connaître la position d'un potentiel trésor n'était pas non plus à la portée de n'importe qui... Pourquoi avait-elle autant confiance en ce que cet inconnu venait de lui dire ? Elle même n'aurait su l'expliquer, peut-être sa similitude avec son ancien compagnon d'aventure ? Il faudra qu'elle lui pose la question, tout de même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'Oeil de Poséidon
Revenir en haut Aller en bas

L'Oeil de Poséidon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Royaume des Tropiques-