Haut
Bas

Partagez|

Projet D [Quête/Lieu: ancien royaume de la douleur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 713
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 30

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Projet D [Quête/Lieu: ancien royaume de la douleur] Sam 10 Fév 2018 - 14:55

Agonia, ancien royaume de la douleur.

Voilà plusieurs jours que Dolorès avait quitté le temple de la douleur. Elle avait longuement marché, traversé plusieurs lieux qui lui étaient inconnus sans réellement s'en soucier. Quelques créatures s'en étaient prises à elle. Des combats avaient ainsi éclaté durant le trajet. Mais Dolorès avait réussi à s'en sortir. Certains combats furent difficiles et elle prit même la fuite lors d'un d'eux... Non pas par peur, mais par stratégie, attendant le bon moment pour attaquer de nouveau la créature, la tuer quand elle ne s'y attendait pas. Appliquant ainsi à la lettre les ordres de son père: tuer ce qui se dressait sur son chemin.

Ses pieds foulèrent enfin le sol de Agonia. Une terre laissée à l'abandon. Enfin... Le sol était couvert par endroit de verre pilé ou de ronces. De quoi rendre chaque pas douloureux. Les vestiges d'une tour avec une guillotine se dressait à l'entrée du royaume. La lame était rouillée, n'ayant surement pas servi depuis fort longtemps. Ici, tout avait été étudié pour infliger une quelconque douleur, physique ou psychologique. On se cognait forcément dans les angles de portes, se faisant mal au petit orteil. Les poignées de porte étaient soient tranchantes soient brulantes. Quand on s’asseyait sur une chaise, on sentait que quelque chose nous piquait les fesses ou dans le dos. Une voix résonnait parfois pour rappeler qu'on était qu'un être insignifiant et dépourvu d'intérêt, qu'on ne méritait pas l'amour d'autrui. Et ça, ce n'était que les vestiges du royaume, ce n'était là que le mobilier en ruine et qu'on pouvait voir en premier lieu. Ce qu'il y avait dans les bâtiments, les créatures encore présentent, pour le moment Dolorès ignorait tout. Là, elle avait apprit un peu grâce à Elena, qui était venue la première nuit après son départ, faisant un repérage des lieux. Rejoignant Dolorès la nuit suivante pour lui faire un rapport. D'ailleurs la blonde n'était pas encore là... L'amnésique ne s'interrogea pas: se souvenant que Elena disparaissait parfois sans explication pour réapparaitre bien plus tard, ignorant tout de ce qu'est une Voyageuse ainsi que le monde réel.

Le gardien

Dolorès resta à l'entrée du royaume, s'adossant au mur de la tour de souffrance pour s'y assoir. Se reposer un peu avant de fouiller les lieux à la recherche de l'artefact convoité par son seigneur et père. Elle leva sa main droite, couverte de bandages sales avec des taches de sang. Remua les doigts, affichant un sourire de satisfaction en contemplant le cadeau de son paternel. Oui, cette main enfin tout ce bras était un cadeau. Née avec un seule bras, il avait réparé cette erreur. Elle frappa alors le mur de la tour avec force, faisant résonner le choc autour d'elle. Sentant une douleur traverser la main mais rien d'insurmontable, juste ce qu'il fallait pour prouver que le bras était bien là, que ce n'était pas une illusion. Dolorès aimait vérifier cela. Même si jusqu'à maintenant, on ne le lui avait jamais repris. Levant les yeux au ciel, observant les nuages gris qui se déplaçaient sur un fond rouge sang. Il y avait une petite brise, presque agréable mais qui piquait sans raison les yeux, un vent sec. Après tout, c'était le royaume, enfin l'ancien de la douleur.

Après plusieurs heures à lézarder, elle se décida à se relever, ne voyant toujours pas une trace de Elena, elle ferait sans. Elle n'avait pas besoin d'elle de toute façon. A peine debout, quelque chose fit qu'elle se figea: son instinct. Un malaise, une situation de stresse. Puis elle comprit: une ombre avait bougé proche d'elle signalant la présence de quelque chose sur la tour. Levant les yeux, elle vit une créature, encapuchonnée tenant la lame de la guillotine entre ses mains. Le bourreau hein ? C'était donc lui qui gardait les lieux ? Était-il fort ? En guise de réponse, il bondit de son perchoir, tombant de plusieurs mètres avant d'éclater le sol en atterrissant. Soulevant pas mal de poussière dans la foulée. Il en jaillissait déjà en faisant siffler sa lame dans la direction de Dolorès. le bougre était grand. Avoisinant les trois mètres.

L'amnésique bondit en arrière voyant la lame passer devant son nez, à quelques centimètres. De sa main libre, le bourreau colla une baffe magistrale à la brune qui fit un salto avant de toucher le sol et de glisser sur plusieurs mètres. Putain de violent le coup pensa-t-elle alors. Relevant la tête, s'appuyant pour se lever sans attendre, ignorant le sang qui perlait de sa lèvre. Le regard bleu de la brune était fixé sur le bourreau, prête à en découdre, à le massacrer. Elle grimaça alors, activant son bras droit. Celui-ci s'enroula de fumée noir et grandit pour doubler de taille, devenant rouge et noir mais surtout: pourvu de longues griffes acérées.

Le bourreau se figea, observa Dolorès un instant et enfonça son arme dans le sol. Pointant alors le royaume avant de s'incliner comme pour lui souhaiter la bienvenue. Dolorès en resta bouche-bée. Ne comprenant pas ce qu'il se passait. Elle hésita... Devrait-elle le tuer pour éviter tout malentendu ? Elle haussa les épaules et commença à faire demi-tour. Rendant à son bras sa forme humaine. Dolorès avança de quelques pas quand un choc violent dans le dos la projeta au sol. La lame allait s’abattre sur elle, l'amnésique activa son bras pour s'en servir pour bloquer le coup. La force du Bourreau était impressionnante, Dolorès souffla comme un buffle sous l'effort pour maintenir la lame. Là, de nouveau la créature se calma pour se redresser, poser son arme à coté d'elle. Impassible. Dolorès se redressa, lui lançant un regard noir. Cette fois-ci, elle attaquerait la première !

Elle fonça, leva son bras griffus et frappa avec force. Le Bourreau se contenta de parer le coup avec le revers de son arme, ne cherchant même pas à contre attaquer. Elle comprit alors: son bras artefact prouvait qu'elle était une algophobe et le Bourreau ne laissait passer personne d'autre. Elle recula de plusieurs pas et décida de faire le test. Redonnant sa forme basique à son bras, directement, la créature avançait déjà en relevant la lame de la guillotine. Elle activa l'artefact: il s'immobilisa. Dolorès s'éloigna ainsi, son bras transformé trainant au sol, laissant un sillon de ses griffes sur son passage. Au bout d'un certain temps, estimant qu'elle était suffisamment loin, elle désactiva son bras. Remuant ses doigts de nouveaux normaux et fit un sourire. Machinalement, elle jeta un regard en arrière: le Bourreau n'avait pas suivit... Tant mieux.

Le royaume semblait être fait comme un immense cercle. A l'entrée: un immense mur avec un seul passage et la tour du bourreau. Une fois dans l'enceinte, un cimetière d'engins de tortures dans ce qui ressemblait être un grand jardin. Il y avait des statuts ici et là de personnes agonisantes, les détails du visage montrant la souffrance donnait froid dans le dos. Puis venaient les habitations, Dolorès en était là. Des maisons... Celles des créatures vivants ici ? Probablement, ou des lieux de tortures plus intimes. Marchant sur l'allée principale, elle voyait au loin le centre du royaume: un temple au milieu d'une grande place. Mais elle en avait encore pour un petit moment avant d'y arriver. Des barbelés étaient tendus un peu partout, ralentissant les déplacements, écorchant ceux voulant avancer même en faisant attention. Elle déchira son haut plusieurs fois, y coinça ses cheveux. De colère, elle éclata des barbelés en transformant son bras pour frapper avec.


La geôlière

Une porte grinça alors et une créature sortie d'une des demeures. Silhouette fine et grande. La créature avait une bougie sur le crâne, le corps couvert de cordes entremêlées donnant l'impression qu'elle avait été ficelée. Une sangle avec une boule empêchait la créature de parler, se contentant ainsi de gémir ou d'émettre des sons incompréhensibles. Dans une main, elle tenait un fouet avec des épines... L'autre était simplement pourvue de griffe. La chose avança tranquillement pour se placer au milieu de la rue, fixant Dolorès sans faire le moindre son, étant bâillonnée, essayer de lui parler serait stupide. La jeune femme activa son bras, se doutant que ce truc serait comme le Bourreau. Dolorès avança donc sans s'en soucier outre mesure. Jusqu'à ce que le fouet claque avec force non loin de son visage. Ah? Cette créature ne comptait donc pas la laisser passer ?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1148
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: Projet D [Quête/Lieu: ancien royaume de la douleur] Jeu 22 Fév 2018 - 12:35


Le jeune homme vérifia que le soleil était bien couché en relevant légèrement le volet roulant, c’était un peu stupide, à cette période de l’année l’astre était couché depuis bien longtemps. Mais il ne pouvait s’en empêcher, il contrôlait toujours, un automatisme probablement hérité d’une exposition dans son enfance. Il releva en entier pour constater que seule un petit croissant de lune éclairait la voute Céleste. Il pouvait donc y aller sans prendre trop de précautions, il redescendit le volet et attrapa son portefeuille, son sac à dos et une veste qu’il avait empruntée à sa sœur. Il sortit dans le couloir, se rendant compte qu’il n’avait pas mis de chaussures, il retourna vite en enfiler une paire puis ressortit de l’appartement.

« A tout à l’heure Ezio. Pas de bêtises… »

Il prit soin de verrouiller la porte et descendit sur le parking, Mathieu l’attendait dans sa jolie berline grise. Il monta à l’avant, comme il avait fini par le faire au bout de quelques trajets. Il serra la main du chauffeur et le salua.

« Salut, désolé, t’as attendu longtemps ? »

« Un quart-d’heure mais t’en fais pas ça fait partie du travail. »

« La prochaine fois attend pas bêtement appelle moi et monte boire un café, ou alors je peux descendre un peu plus tôt. » le blond hocha la tête tout en manœuvrant habilement.

Même si au tout début il n’avait pas du tout la tête à ça, il avait fini par sympathiser avec le chauffeur de VTC, ils avaient quelques centres d’intérêt en commun mais pas assez pour que leur relation sorte de ce cadre. Ils s’écartaient du centre-ville, cherchant un sujet pour rompre le silence.

« Alors tu as regardé des épisodes de The Wire ? »

« Hé non, il a fallu que j’accompagne ma copine à un diner entre amis et le reste du temps j’ai bossé donc pas le temps. »

« Tu vas peut être pouvoir rentrer te caler après m’avoir déposé ? »

« Pas sûr, ça a pas très bien marché aujourd’hui, je vais devoir faire des heures, la sortie des restau puis des bars je pense. »

« Raaah le suspense doit te tuer… »

« Arrête de remuer le couteau dans la plaie ! Et toi t’as bossé aujourd’hui ? »

Le geek soupira. « Deux ou trois heures à tout casser… Mais bon c’est toujours ça de pris. »

« C’est mieux que rien mais la fin de mois va être rude. »

« T’en fais pas, tu sais bien que j’ai déjà mis de côté ce qu’il fallait pour te payer… »

« Je disais pas ça pour ça… » Il comprit que son client plaisantait.

Ils échangèrent des banalités pour le reste du trajet jusqu’à ce que le CHU se dessine et qu’il le dépose devant l’entrée des urgences. Ils se saluèrent et le jeune homme s’engouffra dans le service de garde tout en sortant son badge d’accès de son portefeuille pour pouvoir le présenter au lecteur d’accès. Il traversa donc la salle d’attente pour franchir la porte réservée au personnel sous le regard des quelques malheureux qui patientaient.

Il salua une infirmière qui ne fût pas étonnée de le voir ainsi se balader dans le couloir, il attendit l’ascenseur quelques instants puis indiqua l’étage du service de Traumatologie. Il sortit, badgea une nouvelle fois et jeta un coup d’œil dans la salle de garde, avec un peu d’appréhension.

« Bonsoir. » Lança-t-il, soulagé, à Marie, heureux de ne pas être confronté à sa collègue avec qui le courant passait beaucoup moins bien. La quadra brune releva la tête du listing qu’elle était en train de pointer pour lui adresser un petit sourire et se redresser pour lui faire la bise.

« Salut Corey, ça va ? »

Il haussa les épaules et elle comprit qu’il n’osait pas poser la question. « Rien à signaler, aucun changement. » A chaque fois elle s’en voulait presque un peu de le voir ainsi déçu mais c’en était ainsi.

« D’accord, à tout à l’heure. »

« Je t’ai laissé un tupperware vert dans le frigo, un reste de ratatouille. »

« Je t’ai déjà dit que ce n’était pas la peine… Mais merci. »

« J’en avais trop fait de toute façon, je ne vais pas le jeter. »

La mère célibataire l’avait un peu prit en affection, comme Jolanda à Dreamland et c’était assez fréquent qu’elle lui apporte à manger pour être sûr qu’il fasse au moins un ou deux repas sains dans la semaine. Il la laissa donc travailler et se rendit vers la chambre qu’il commençait à connaître mieux que la sienne et en poussa la porte sans frapper, sachant très bien que personne ne répondrait.

« Coucou la belle au bois dormant, ça va ? Pas trop marre de rien foutre ? »

Au début il était resté silencieux à s’efforcer de retenir ses larmes devant sa sœur ainsi inerte mais ce n’était vraiment pas bon pour sa santé mentale. Il avait donc pris l’habitude de lui parler comme si elle l’entendait, ce qui était peut être le cas selon certaines des études qu’il avait lu.

« Ton chat devient de plus en plus con sans toi… tout à l’heure j’ai failli le faire tourner avec ma lessive. » Il retira sa verste et la posa proprement sur une chaise. « Oui tu as bien entendu, j’ai encore fait une lessive. Je parie que tu ne t’y attendais pas à celle-là… Deuxième de la semaine, un nouveau record. » Il recoiffa un petit peu les mêches brune de Megan. Essayant tant bien que mal de masquer la différence de longueur.

Il se rappellerait toute sa vie de la première fois où il lui avait rendu visite à l’hôpital. Après avoir passé deux jours angoissants, pendus au téléphone pour faire les démarches à distance, il avait enfin pût se rendre à son chevet après avoir obtenu toutes les dérogations nécessaires pour venir en dehors des heures de visite. Il avait essayé de se préparer mentalement, se remémorant la liste des traumatismes que lui avaient annoncé les médecins. Il avait eu la mauvaise idée de regarder certains d’entre eux sur google, du coup il pensait s’attendre au pire. Mais entre des inconnus sur internet et la personne à laquelle on tenait le plus au monde, c’était totalement différent. Il avait poussé la porte de la chambre aseptisée et ce qu’il avait vu serait figé à tout jamais dans sa mémoire. Sa grande sœur, sa protectrice, d’habitude forte et fière gisait là, brisée… Le visage déformé, tuméfié et barré d’une cicatrice cousue à l’arcade, le crâne partiellement rasé là où des électrodes avaient été posées, un tuyau dans la gorge et surtout un bras en moins. Ses jambes avaient cédées sous son poids et Marie, qui s’était doutée ce qui allait se passer l’avait rattrapé pour qu’il ne se fasse pas trop mal. Elle était à l’époque une parfaite inconnue mais était restée plusieurs minutes à le serrer contre elle, le temps qu’il parvienne à refouler ses sanglots.

Aujourd’hui les ecchymoses avaient disparues, son arcade ne présentait qu’une tâche dans l’implantation de ses sourcils, il arrivait à coiffer ses cheveux de façon à ce qu’on ne remarque pas trop les endroits rasés quelques mois auparavant. Bien sûr il n’avait rien pût faire pour le bras, mais il s’y était habitué, il n’avait pas le choix et si elle se réveillait un jour, elle aussi devrait faire avec. Il avait machinalement continué à lui parler depuis qu’il était arrivé, mais il en était rendu au point de ne plus savoir quoi lui dire tant son quotidien était vide. Il sortit donc son téléphone et ses écouteurs et les glissa délicatement dans les oreilles de sa sœur, il cliqua sur son application de streaming musicale et lança une playlist principalement centrée sur les Red Hot Chili Pepper dont il savait que Megan appréciait le répertoire.

« Tiens, écoute ça, ça doit te manquer, où que tu sois … »

Il posa le smartphone à côté de sa sœur et s’assit dans le fauteuil prévu pour les visiteurs. A peine installé, la lassitude accumulée s’abattit sur lui, il essayait de faire bonne figure mais les soucis et les allers-retours à l’hôpital l’épuisaient. Si encore il avait pût récupérer convenablement pendant les temps de sommeil qu’il s’accordait, mais là il se retrouvait à Dreamland où il se fatiguait encore plus.

Depuis qu’il avait appris que certaines personnes plongées dans le coma restaient quand même voyageurs, il n’avait eu de cesse de chercher une trace de sa sœur. Pendant des semaines il n’avait eu aucune piste, personne n’avait vu ou entendu parler de sa sœur, lorsqu’il pensait à elle, il n’arrivait pas à s’éveiller à ses côtés. Il se retrouvait aléatoirement un peu n’importe où dans le monde onirique et passait sa nuit à essayer de chercher des traces de Megan. Il n’avait fait aucun progrès pendant de longues semaines éreintantes, puis, plusieurs fois d’affilées, il s’était matérialisé au royaume obscur, non loin du temple de la vingt-deuxième heure. Au début il s’était contenté de fuir le plus discrètement possible, trop terrifié par ce qu’il risquait en restant dans un tel royaume. Puis devant l’insistance qu’avait le monde onirique à le faire apparaître à cet endroit il avait commencé à prendre ses habitudes. Il avait trouvé un endroit discret depuis lequel il parvenait à observer l’entrée principale du temple sans pouvoir être détecté facilement par les créatures obscure qui rodaient. Prenant soin de camoufler au maximum son aura, il avait étudié les allées-venues des sous-fifres de Pijn pendant plusieurs soirs. Il commençait à chercher des moyens d’aller jeter un coup d’œil à l’intérieur sans risqué sa vie lorsqu’il l’avait vue.

Au début il n’avait pas voulu y croire, il s’était dit que son esprit devait lui jouer des tours, ça ne pouvait pas être sa sœur qui sortait ainsi tranquillement du temple encadrée de plusieurs créatures obscures qui semblaient l’escorter. Sans s’en rendre compte elle était passée à une vingtaine de mètres de lui et en utilisant son don de clairvoyance il avait clairement discerné une aura immense et plutôt sombre. C’était forcément elle. Pourtant, il ne la reconnaissait pas vraiment, physiquement c’était sa sœur, avec un bras bandé, mais quelque chose clochait. Son regard semblait vide, éteint, son attitude calme et résignée ne collait pas non plus. Jamais il n’avait vu sa sœur ainsi, il avait l’impression d’avoir une étrangère sous les yeux, aucune trace de son air blasé et rebelle, il ne comprenait pas. Ce duc avait déjà essayé de la briser par le passé mais n’avait pas réussi à effacer qui elle était, qu’avait-il fait cette fois ?

Chaque nuit il avait suivi le petit groupe jusqu’à ce qu’ils arrivent à la frontière du royaume obscur, il avait continué à observer attentivement la voyageuse. Il en avait pût déduire de ses observations que c’était bien une voyageuse permanente qui ne disparaissait pas chaque nuit, ce qui collait avec sa sœur dans le coma. Les créatures qui lui avait servi d’escorte la laissèrent sortir seule du royaume obscur, elle n’était donc pas prisonnière et jouissait donc d’une certaine liberté de mouvement. Une partie de lui avait envie de courir hors de sa cachette pour se jeter sur elle et la serrer dans ses bras mais ce regard vide qu’elle baladait parfois autour d’elle lui glaçait le sang et l’encourageait à la prudence. Un instinct qu’il préférait écouter et qu’il se félicita de ne pas avoir bravé lorsqu’il vit la voyageuse terrasser des monstres avec une impitoyable efficacité. Il l’observa ainsi, pendant une partie de son voyage, dans l’espoir informulé de reconnaître sa sœur dans certaines attitudes ou expressions. Malheureusement, il continuait d’avoir l’impression d’être devant une étrangère qui avait emprunté le corps de Megan.

Il avait repoussé le moment où il faudrait qu’il la confronte, se trouvant des excuses, cherchant un instant propice qui ne viendrait peut être jamais. Intérieurement, il attendait probablement de trouver un signe encourageant mais il devait se rendre à l’évidence, il n’y en aurait peut-être jamais s’il ne passait pas à l’action.

---Dreamland---

** Et merde… **

Voilà qui n’était pas prévu, il avait dû s’endormir sur le fauteuil, éreinté par les mois qui venaient de passer, c’était fâcheux, il aurait préféré faire une vraie nuit dans son lit. Dans deux ou trois heures Marie passerait par la chambre et le réveillerait mais d’ici là il était à Dreamland, autant essayer de confronter la voyageuse ce soir. En cas de pépin, le réveil anticipé tomberait peut être à point nommé.

Il se trouvait au pied d’un grand mur, un rempart apparemment, il devait probablement y avoir une porte quelque part mais il n’avait pas de temps à perdre. Pour une fois, il n’était pas habillé de son pyjama, vu que dans le monde réel il s’habillait correctement presque tous les jours, ça se répercutait à Dreamland. Il était donc habillé d’un jean un peu trop grand pour lui, de converses, et d’un blouson qui ressemblait à celui qu’il avait emprunté à Meg. Il recula de quelques pas, ressentant une douleur même à travers la semelle de ses chaussures, il se baissa pour constater que chaque pierre semblait avoir été taillée pour devenir tranchante ou pointue. Qu’est-ce que c’était que cet endroit de malade ? Ca ne lui disait vraiment rien qui vaille mais il devait cesser de procrastiner. Ce soir il fallait qu’il voie si sa sœur était encore dans ce corps de voyageuse.

Il ouvrit son œil droit pour vérifier autour de lui si personne ne l’observait, aucune aura à l’horizon de ce côté du mur. Il recula d’encore quelques pas, prenant soin d’éviter les pierres les plus dangereuses, puis il se transforma en une silhouette lumineuse qui traça en ligne droite jusqu’au sommet du rempart. Il reprit consistance et se baissa immédiatement pour se mettre hors de la vue des personnes dont il aurait pu attirer l’attention. Il attendit ainsi quelques instants, se focalisant sur son ouïe pour éventuellement entendre des cris ou des bruits indiquant qu’il était repéré mais il n’y avait rien. Il s’approcha de la bordure intérieure pour jeter un coup d’œil et ce qu’il vit lui glaça le sang, à ses pieds, il y avait un espace où s’étendait une multitude d’engins de torture, d’objets tranchants, de barbelés, d’horribles statues représentant des personnes en train de souffrir et quelques rares végétaux qui semblaient presque déplacés au milieu de tout ça.

Il ouvrit de nouveau son œil droit, c’était devenu une habitude, et scruta les alentours pour ne pas se faire surprendre, il repéra rapidement ce qu’il cherchait, l’aura de sa sœur. Au lieu de s’en approcher tout de suite, il continua à vérifier qu’il n’y avait pas d’autre danger dans le coin. Il remarqua une créature au pied d’une tour, non loin de l’entrée mais cette dernière était immobile et ne semblait pas l’avoir repéré. Sur le chemin de ronde, il avança vers sa sœur, il finit par la voir apparaître, elle était face à une créature étrange, ficelée à la sauce BDSM, avec une bougie sur la tête. Il attendit de voir ce qui allait se passer.


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 713
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 30

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: Projet D [Quête/Lieu: ancien royaume de la douleur] Jeu 22 Fév 2018 - 18:10


Un second coup de fouet claqua, Dolorès esquiva car cette fois, ce n'était pas un coup de semonce. D'un mouvement rapide du poignet, la créature fit onduler son arme pour le faire claquer de nouveau, visant le visage de la Voyageuse. L'algophobe leva son bras artefact pour protéger son visage, le fouet s'enroulant autour, lacérant en surface la peau. Dolorès croisa le regard de la créature, ne se souciant pas trop des picots de l'arme qui lui écorchaient le bras. Elle tira dessus avec force, déstabilisant un instant la geôlière qui finalement fonça sur Dolorès pour un coup au corps à corps. Les griffes de la créature déchirèrent le haut de l'amnésique, celle-ci avait fait un bond en arrière, poussant alors sur ses jambes pour coller un frontal à son adversaire. Le choc secoua les deux combattants s'étant heurté front contre front.

La geôlière tira sur son fouet pour le récupérer, Dolorès secouait son bras démoniaque, n'affichant aucune expression. Cette créature ne la laisserait pas passer, elle devait donc l'affronter... Remémorant les mots de son paternel, ses griffes frappèrent le sol avant qu'elle s'élance pour attaquer, n'aimant pas spécialement subir les assauts de l'ennemi. Les deux mains griffues se frappèrent à plusieurs reprises, chacune des deux femmes cherchant à lacérer le corps de l'autre mais ni l'une ni l'autre n'arrivait à prendre l'avantage. Aucune des deux n'avaient encore employé de pouvoir. Dolorès attendait de frapper et blesser pour ça, l'autre... Difficile de savoir à quoi elle pouvait bien penser.

Une attaque et Dolorès trouva une ouverture, se glissant sur le coté, elle colla un coup de genoux dans l'abdomen de la geôlière, lui coupant le souffle avant de lui envoyer un uppercut de son bras démoniaque en y ajoutant son pouvoir de supplice. La créature s'étala au sol, roulant avant de se prendre dans du barbelé et enfin de terminer sa course contre le mur d'une maison. La brune ne comptant pas s'arrêter en si bon chemin, elle avait déjà bondit, toutes griffes dehors pour achever l'ennemi. Un cri jailli derrière le bâillon de la créature et les barbelé vinrent s'enrouler autour de Dolorès, s'enfonçant dans sa chaire jusqu'à l'immobiliser en vol.

Dolorès grognait, tirait sur ses entraves, lacérant un peu plus son corps ce qui amplifiait sa rage et son envie de tuer. La geôlière se relevait tant bien que mal, du sang coulant de sa bouche sur la boule en plastique puis sur son menton. Elle semblait sonnée, trop habituée à infliger des douleurs qu'à en recevoir. Elle leva son fouet en émettant un son se rapprochant d'un rire guttural. Dolorès désactiva son bras, celui devenant plus petit sortie de l'entrave des barbelés et parvint à s'échapper après avoir prit le coup de fouet en plein visage. L'arcade sourcilière ensanglanté, elle lançait un regard noir à l'incarnation du bondage et de la séquestration.

"Père a dit de tuer tout ce qui se mettrait sur mon chemin..."

Sauf qu'elle s'en rendait compte: les deux étaient à égalité. Ce combat serait long, difficile et Dolorès aurait ensuite besoin de repos. Elle pensa machinalement à Elena, espérant qu'elle débarque rapidement pour faire pencher la balance mais surtout: faire son boulot, c'est-à-dire la soigner. Usant encore de éveil douloureux, son bras s'allongeant, devenant rouge et noir. Elle avait envie de brailler, de l'insulter, sans trop savoir pourquoi. Peut-être l'excitation et l'adrénaline? Surement.

Après plusieurs échanges de coups, des barbelés bougeant par la volonté de la créature. Dolorès parvint à attraper entre ses doigts griffus le crâne de la créature. Le lui fracassant contre le sol, y allant du supplice pour amplifier le tout. La peau de la créature commençait à se faire taillader par le pouvoir, du sang sortait doucement des plaies et Dolorès continuait de marteler avec frénésie la tête bientôt inanimée de la gardienne du quartier.

Elle lâcha finalement son adversaire, la laissant dans une mare de sang et de cervelle. Tombant sur son postérieur, elle soupira et prit le temps de reprendre son souffle. Lançant un regard autour d'elle: trouver un endroit pour se reposer, pour souffler. En tout cas le temps que Elena se pointe et fasse cicatriser tout ça. Dolorès ne comprenait toujours pas pourquoi ni comment la blonde parvenait à disparaitre comme ça pour réapparaitre ensuite, comme si de rien n'était. Elle se traina ainsi jusque dans l'habitation d'où était sortit la geôlière pour s'y installer un peu. C'était une immense salle avec des chaines aux murs, une table avec des pics et une scie circulaire était en plein milieu. Sympathique la décoration... La brune ferma la porte, s'y adossa et se laissa tomber pour s'assoir, retenant ainsi la porte pour éviter toute visite imprévue. Elle essuya d'un revers de la manche le sang qui coulait de son arcade. Il lui manquait quelque chose... Mais quoi ? Pareil, il lui avait semblé entendre de la musique à un moment, mais elle n'avait pas sut dire d'où cela provenait. Parfois, il lui semblait que des choses étranges se produisaient... Peut-être était-ce comme son père lui avait dit: des émotions, des faiblesses faisant perdre nos objectifs. Oui, ça devait être ça. Une distraction futile qu'elle devait simplement ignorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1148
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: Projet D [Quête/Lieu: ancien royaume de la douleur] Mer 7 Mar 2018 - 17:06


Les deux adversaires se faisaient face, pratiquement immobile pour l’instant, elles se jaugeaient, se préparaient mentalement à l’affrontement qui semblait inévitable. Tout démarra très vite, un nouveau coup de fouet, du corps à corps, puis elles se séparèrent, la voyageuse chargea, elles échangèrent une nouvelle série de coup, toujours plus ou moins à égalité. La brune prit l’avantage avec un coup de genou puis un uppercut qui sembla dévastateur et envoya valser la créature plus loin. Impitoyable, sa sœur approcha rapidement pour essayer de pousser son avantage, mais la créature fit appel à ce qui semblait être un pouvoir et soudain la voyageuse fut immobilisée par les barbelés. C’était un combat assez impressionnant qui fit naître à nouveau le doute dans l’esprit du jeune homme, est-ce qu’il était de taille à confronter cette voyageuse qui était en train de se débattre. Elle se libéra juste à temps pour éviter de se faire sévèrement mutiler par le fouet de son adversaire et une nouvelle opposition se mit en place.

Une part de lui avait envie d’aider sa sœur pour être sûr qu’elle se débarrasse de cet adversaire sans risque, d’un autre côté il se disait que ce n’était peut-être pas une mauvaise chose qu’elle ne soit pas en pleine forme s’il devait se battre contre elle. Il n’avait certainement pas envie qu’elle soit vaincue mais, égoïstement, il ne crachait pas sur quelques blessures pour que si elle lui saute à la gorge car possédée ou contrôlée par son seigneur, il puisse avoir le dessus sur elle. Comme pour lui donner raison d’être prudent, la voyageuse semblait gagner en rage et en violence au fur et à mesure du combat et des blessures qu’elle recevait. Elle ne tarda pas à prendre l’avantage et à agripper le crâne de l’amatrice de bondage qui se fit massacrer sans autre forme de procès. L’héliophobe resta pétrifié pendant quelques secondes devant ce déferlement de violence et l’horreur de ce massacre. Il roulait sa bosse en tant que voyageur depuis des années maintenant mais il avait rarement été témoin de quelque chose d’aussi gore.

** C’est pas elle… c’est pas possible… **

Pratiquement jamais il n’avait été aussi partagé intérieurement, entre l’espoir que sa sœur soit toujours en vie dans ce monde et la crainte qu’elle soit vraiment le monstre sanguinaire qu’il avait sous les yeux. Après avoir finalement repris ses esprits et lâché le corps mutilé elle se redressa et entra dans une maisonnette non loin de l’endroit où gisait le cadavre sanguinolent. Il savait que c’était sa chance, elle était seule, isolée, suffisamment blessée pour qu’il ait une chance. Il fallait qu’il y aille pourtant son corps refusait de bouger, pétrifié par la peur, ça faisait longtemps qu’il n’avait pas eu autant les chocottes. Il y avait tellement de chances que les choses aillent de travers qu’il n’arrivait même pas à être optimiste.

** C’est maintenant ! il faut que je lui parle, il faut que je sache… **

Il rassembla son courage, s’apprêtant à se transformer en photons pour tracer en ligne droite jusque devant la porte, mais par acquis de conscience il activa la clairvoyance pour un dernier regard circulaire. Il n’avait pas envie qu’un nouvel ennemi ou qu’un membre du royaume obscur se pointe pendant qu’il serait face à elle. Il sursauta et faillit tomber du rempart.

« Bordel me refait jamais un coup comme ça, j’ai failli faire une crise cardiaque… » Il se courba, la main sur le cœur pour reprendre son souffle. « Je me doutais qu’elle t’enverrait tôt ou tard, mais je vous l’ai dit, j’ai quelque chose à gérer seul et je suis aussi prudent que possible. N’intervient pas s’il te plait….


Sauf si ma mort est vraiment imminente… »


Il n’aimait pas trop avoir un spectateur, pas pour quelque chose d’aussi privé et important, mais d’un autre côté, si les choses partaient complètement en live, c’était bon de savoir qu’il avait une chance supplémentaire de s’en tirer. Il se demandait si c’était le premier qu’elle envoyait veiller sur lui, probablement pas, il était un peu vexé de n’avoir remarqué personne jusque-là, et encore, il était tout à fait conscient que c’était volontaire. Il espérait qu’aucun de ses compatriotes ne s’était mis en danger pour venir le surveiller lorsqu’il était au royaume obscur presque toutes les nuits.

« A tout à l’heure j’espère… »

Il se transforma en une silhouette de lumière qui fila en ligne droite jusqu’à la maisonnette où était entrée la voyageuse. Il resta immobile, à la fois pour voir si quelque chose ou quelqu’un l’avait repéré mais aussi pour se donner le temps de trouver le courage. Au bout de quelques instants… Il frappa trois petits coups à la porte de la maison, de la même façon doit il frappait à celle de sa sœur lorsqu’ils étaient petits.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 713
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 30

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: Projet D [Quête/Lieu: ancien royaume de la douleur] Mer 7 Mar 2018 - 20:31


Vautrée sur le sol, adossée à la porte de la maisonnée, celle appelée autrefois Megan, se prélassait. Soufflant lentement, ressentant ses muscles et ses blessures, la douleur que cela imposait à son corps. L'odeur ici n'était pas terrible, poussière et moisissure. Le plancher semblait dans un triste état, grinçant au moindre mouvement de la Voyageuse. La lumière passait par une fenêtre, éclairant la scie circulaire au milieu de la pièce. La jeune femme se demandait encore où pouvait bien être Elena ? Pourquoi n'était-elle pas déjà sur place ? D'ailleurs, elle était venue dire à Dolorès comment était le royaume... Avait-elle un pouvoir de déplacement en plus de soigner et blesser les gens ?

La brune posa ses yeux sur de la poussière virevoltant dans le faisceau lumineux. Elle observait les particules flotter tranquillement. Cela lui rappelait vaguement de la fumée et elle eu comme un creux à l'estomac, comme si elle avait faim ou plutôt comme si elle voulait quelque chose mais ignorait bien quoi. Elle soupira, reposant sa tête contre la porte. C'est alors que le plancher grinça, Dolorès se redressa à peine dans un sursaut, pointant ses yeux vers le bruit. Un piège à souris... Avec un rongeur mort coincé dedans. Pourtant elle n'avait pas entendu le mécanisme.

Le piège bougea alors, enfin non, la souris en se déplaçant avec le piège. La brune observait en grimaçant: c'était quoi ce truc ? A bien y regarder: les deux semblaient ne faire qu'un. Enfin, c'était le royaume de la douleur, l'ancien royaume, il ne fallait pas trop chercher. C'est ce que Megan se serait probablement dit, mais Dolorès, elle, essayait de comprendre si ce truc était une menace ou non. Par instinct, elle attrapa la chose et la projeta avec force contre la fenêtre, éclatant la vitre à l'impact. Au moins comme ça: plus besoin de se poser de question. Et techniquement, ce truc se dressait presque sur son chemin, non ?

Nouveau sursaut: son rythme cardiaque s'emballa. A peine la vitre avait elle éclaté que quelqu'un ou quelque chose frappait à la porte. Trois coups bien distinct, avec un certain rythme, éveillant autant la curiosité, la peur, que son instinct de survie. Crispant sa main droite, prête à libérer son pouvoir, à tuer. Dolorès tourna lentement la tête comme pour voir au travers de la porte. Se pouvait-il que ce soit Elena ? Ou alors le bourreau ? Devait-elle activer son bras par simple mesure de sécurité ? Se redressant alors, elle posa son front contre la porte, sa main droite plaquée au bois, prête à se transformer pour perforer la porte et lacérer ce qu'il pouvait y avoir derrière.

"Qui est là ?"

Au fond d'elle, une petite voix lui disait sur un ton ironique: bonjour, c'est pour vous parler de Jésus. Dolorès ne comprenait pas trop, se disant que ses "émotions" devaient encore lui jouer des tours. Crispant un peu plus sa main, au cas où. Elle se sentait troublée, pas tant par la présence de quelqu'un... Elle se doutait ne pas être seule dans ce royaume. Non, c'était autre chose. Et elle ne parvenait pas à mettre le doigt dessus. Ce qui l'irritait encore plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1148
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: Projet D [Quête/Lieu: ancien royaume de la douleur] Jeu 8 Mar 2018 - 13:33


Il y eut un bruit de verre brisé un poil avant qu’il tape mais il était trop concentré pour arrêter son geste pour une distraction aussi mineure. Il se demanda un instant ce qui avait provoqué ce bruit, mais, estimant que ce n’était probablement pas grand-chose il ne fût pas tenté d’aller jeter un œil à la fenêtre. A un ou deux pas de la porte il se contenta d’attendre, vu la taille de la bicoque elle l’avait forcément entendu. Et vu l’austérité des lieux elle ne pouvait pas se permettre de l’ignorer, il savait que sa démarche était un peu étrange et il comptait un peu sur ça. Un ennemi ne se serait pas amusé à frapper, il aurait défoncé la porte ou fait une attaque pour essayer de la piéger dans la maison. En agissant ainsi il espérait qu’elle comprenne facilement qu’il n’était pas là pour lui nuire et qu’elle en fasse de même.

Il y eut du mouvement de l’autre côté de la porte, il s’attendait à ce qu’elle s’ouvre, probablement brusquement mais il n’en fut rien. Il fût tenté d’aller jeter un coup d’œil par la fenêtre qui avait été cassée, mais il estima que ce n’était pas le moment. Il attendit encore un peu, espérant qu’elle décide d’ouvrir la porte doucement, il était tendu mais essayait de ne pas le montrer. Il se tenait là, les mains dans les poches, le vent qui faisait bouger ses cheveux qu’il n’avait pas coupé depuis des mois et faisait gonfler son blouson. Il eut envie d’activer à nouveau son œil droit mais il n’arrivait pas à voir au travers des obstacles et ne lui serait donc pas d’une grande aide. Il s’apprêtait à frapper à nouveau lorsqu’il entendit sa voix.

Un frisson lui glaça l’échine, et des sentiments contradictoires se déchaînèrent en lui, elle lui avait tellement manqué, il avait si souvent espéré être accueilli par cette voix en entrant dans la chambre 322. Mais ce n’était pas entièrement elle, même en quelques mots, au travers d’un panneau de bois, il le ressentit tout de suite. Il y avait une froideur et un vide dans cette voix qui contrastaient beaucoup trop avec ce dont il avait souvenir. Qu’avait-elle vécut pendant ces quelques mois pour être ainsi transformée ? Il s’efforçait de ne pas prêter attention au cadavre sanguinolent qui refroidissait non loin de lui. Il s’était toujours imaginé sa sœur trop forte pour que quiconque puisse la briser ou la changer, mais ce taré de Pijn semblait avoir réussi, au moins partiellement.

Il lui fallut quelques secondes pour parvenir à trouver le courage de répondre. « Arrêtes tes conneries Megan, tu sais très bien qui c’est ! Ca fait des mois que je te cherche. T’aurais pu essayer de me faire passer un message, au minimum un signe de vie. » Il savait qu’il aurait dû s’arrêter là mais c’était plus facile de parler tant qu’elle n’ouvrait pas la porte. Il n’était pas sûr d’avoir le courage de continuer si elle plongeait son regard vide et froid dans le sien. « Je sais que ce psychopathe de Pijn te retenait prisonnière et j’ose pas imaginer ce qu’il t’a fait mais tu m’avais dit que tu gérais, que ce n’était pas la peine de m’en faire et de surtout pas me mêler de cette histoire mais trois mois sans donner signe de vie dans ce monde ! Tu aurais pu me dire que tu étais en vie, qu’on cherche un moyen de te réveiller ! »

Il s’était involontairement énervé sur la fin de sa tirade et des larmes de colères perlaient au coin de ses yeux.

« Ouvre cette porte Megan ! Je suis ton frère t’avais pas le droit de me faire ça ! » Il criait, il ne savait même pas vraiment pourquoi il était en colère. Il était à deux doigts d’essayer de pulvériser la porte de cette maison.

__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Megan au Sang Noir
Messages : 713
Date d'inscription : 27/06/2012
Age du personnage : 30

Arpenteur des rêves
Megan Cole
Arpenteur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 370
Renommée: 2307
Honneur: -148
MessageSujet: Re: Projet D [Quête/Lieu: ancien royaume de la douleur] Jeu 8 Mar 2018 - 23:27


Une voix se fit entendre de l'autre coté de la porte. Celle d'un homme. Lui disant d'arrêter ses conneries, l'appelant par un autre nom: Megan. Il disait que ça faisait des mois qu'il la cherchait, qu'elle aurait pu lui transmettre un message. De quoi parlait-il ? Puis il enchaina sur son père, disant que Pijn était un psychopathe. Les doigts griffèrent la porte. Une colère montait dans la brune. Disant que son père la retenait, qu'elle lui avait dit qu'elle gérait la situation. Mais. De. Quoi. Parlait-il ?

Elle partie alors d'un pas en arrière, un vertige. Sa tête lui faisait mal. L'envie de l'envoyer chier, de lui dire à se gamin de s'occuper de ses affaires. Mitigée avec l'idée de sortir, de le tuer pour avoir mal parler de son seigneur, de son paternel. Il disait alors qu'elle aurait pu lui dire qu'elle était en vie. Là, tout devint claire: Pijn avait dit que des gens avaient voulu la tuer. Et donc, ce type devait faire partie de ceux ayant tenté d'attenter à sa vie ! Il conclu alors: ordonnant à la dite Megan d'ouvrir la porte. Qu'il était son frère.

Le bras de la Voyageuse se transforma par instinct. La porte vola en éclats suite à un impact plein de rage. Dolorès foudroyait du regard son interlocuteur, cet inconnu. Ses douleurs ne la dérangeaient plus, la colère et son pouvoir ayant prit le dessus. Elle croisa son regard, senti quelque chose d'étrange... De la nostalgie ? Qu'elle balaya comme la mèche de cheveux devant ses yeux.

"Donc, tu insultes notre père de psychopathe ? L'homme qui m'a sauvé d'un complot visant à me tuer ? Qui m'a soigné, offert ce nouveau bras."

Ses griffes empoignaient le dormant de la porte encore accroché au mur, s'enfonçant dans le bois en grinçant. Une petite voix au fond d'elle murmurait que c'était un idiot, qu'il prenait des risques pour rien, qu'elle lui avait dit de rester à l'écart. Son regard n'était plus vide, mais froid, plein de colère, d'envie de tuer.

"Tu fais parti de ceux ayant voulu me tuer. Avoue !!"

D'un geste, elle arracha le cadre de la porte, une partie du bois pour le lancer avec force sur le brun en face d'elle. Sur ce type disant être son frère, osant mentir de la sorte pour tenter de la manipuler sans la moindre once de respect ! Elle ignorait s'il avait prit les planches dans la face, elle l'espérait en tout cas. Elle lâcha un grognement rauque, tel un animal avant de bondir en avant, griffes en avant pour attraper et lacérer son nouvel adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Surnom : Le Zenith
Messages : 1148
Date d'inscription : 10/09/2014

Arpenteur des cauchemars
Corey Cole
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 675
Renommée: 1730
Honneur: 508
MessageSujet: Re: Projet D [Quête/Lieu: ancien royaume de la douleur] Mer 14 Mar 2018 - 14:46


Si l’énervement n’avait pas pris le dessus le jeune homme aurait probablement tremblé, mais jusque-là, il tenait bon, face à cette porte close. Ça lui avait fait du bien de vider son sac mais il se demandait si c’était une bonne idée d’ignorer à ce point toute forme de diplomatie. Il s’était déjà disputé avec sa sœur à quelques reprises mais jamais vraiment violemment, s’en prendre à elle aussi frontalement n’était peut-être pas une bonne idée. Comme pour confirmer ce pressentiment il ressentit soudainement une aura terriblement sombre qui irradiait depuis l’intérieur de la maison. Il activa sa clairvoyance pour essayer de comprendre un peu mieux ce qui se passait, avant d’avoir pu analyser quoi ce soit, il dû faire un pas de côté pour esquiver in-extremis un morceau de porte qui lui arrivait droit dessus. Sans son pouvoir à l’œil il n’aurait probablement pas été assez vif pour pouvoir éviter le bout de bois qu’elle lui avait été projeté dessus.

Elle se tenait là, dans l’encadrure de qui avait été une porte quelques secondes auparavant, l’air enragée, hors d’elle. Une aura noire se dégageait du bras disproportionné qu’elle avait transformé. En l’observant pendant plusieurs nuits il avait compris que ce n’était plus un bras normal qu’elle avait dans ce monde, il se doutait que ça avait un lien avec sa mutilation dans le monde réel mais il ne comprenait pas encore entièrement ce qu’avait trafiqué Pijn. Les yeux qu’elle posait sur lui n’avaient rien de ceux de Megan, vus d’aussi près, ils étaient vides de tout autre sentiment que la colère et la haine. Il peinait à la reconnaître, il avait vraiment l’impression de ne pas être en face de sa sœur même si c’était pourtant ses traits.

« Meg … ? »

Elle lui coupa la parole et il ne reconnut pas entièrement sa voix encore une fois ce n’était pas entièrement la sienne, il en frissonna de nouveau. Ce qu’elle disait n’était pas vraiment cohérent, il avait du mal à raccrocher les morceaux, elle parla de leur père, disant qu’il l’insultait alors qu’il lui avait sauvé la vie. Il fallut quelques secondes au Zenith pour comprendre qu’elle ne parlait pas de leur vrai paternel mais du duc obscur qui s’était probablement fait passé comme tel. Mais comment avait il fait pour lui laver ainsi le cerveau, elle semblait n’avait aucun autre souvenir que l’endoctrinement qu’il lui avait fait subir. Elle ne le reconnaissait même pas, se rendre compte qu’elle ne savait pas qui il était le bouleversa plus que prévu. Elle le traita même d’assassin, l’accusant d’avoir essayé de la tuer. Il fût trop secoué par ce qu’il venait d’entendre pour esquiver correctement le morceau de bois qu’elle lui lança dessus. Il se contenta de lever l’avant-bras au dernier moment pour éviter que son visage soit touché. Le choc ne fût pas spécialement violent même si le blouson fût légèrement écorché, mais ça suffit à le faire s’apercevoir presque trop tard qu’elle le chargeait.

Il fit un bond en arrière juste pour se donner le temps de pointer la paume de sa main vers le visage de son assaillante et d’émettre un bref flash lumineux pour l’aveugler. Profitant du répit obtenu il se transforma en une silhouette lumineuse qui fila en ligne droite jusqu’au toit d’une maisonnette à une trentaine de mètres.

« Je ne te veux aucun mal ! Tu m’as toujours protégé et je ne te nuirais jamais intentionnellement. »

Il se transforma pour se déplacer à nouveau et maintenir une certaine distance entre eux pour ne pas être en danger immédiat.

« Si tu crois que Pijn est ton père c’est qu’il t’a complètement lavé le cerveau, ce n’est pas ton père tu as juste eu la malchance qu’il soit ton seigneur et il te pourri la vie depuis que tu es une voyageuse. »

Il fallait qu’elle reprenne ses esprits mais il ne savait pas trop comment l’y aider, connaissant un peu la réputation du seigneur cauchemar il se doutait qu’il y avait de la magie et une très grande dose de douleur en jeu.

« Il t’a fait cauchemarder pendant des centaines de nuits en te faisant revivre ce que Hughes t’avait fait puis quand tu as enfin vaincu ta phobie il t’a de nouveau torturé et apposé un seau pour te contrôler. »

Il criait presque pour être sûr qu’elle l’entende.

« Reprends-toi Megan ! »


__________



Note: Peu de personnes connaissent le nom de famille de Corey en RP  merci d'en tenir compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Projet D [Quête/Lieu: ancien royaume de la douleur]
Revenir en haut Aller en bas

Projet D [Quête/Lieu: ancien royaume de la douleur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 4-