Haut
Bas

Partagez|

L'important, ce n'est pas la destination, mais le voyage en lui-même.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2685
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 25

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: L'important, ce n'est pas la destination, mais le voyage en lui-même. Mer 31 Jan 2018 - 1:50


Ça y est, le grand jour était arrivé.
Son sac prêt, Lithium s’appliqua à faire une dernière vérification de ses affaires ; passeport, billets, pilule, médicaments pour elle et le chien, sacoche de toilette avec produits secs et écolo, quelques vêtements, changes, un purificateur d’eau de voyage, tente, etc… Une fois assurée de n’avoir rien oublié, elle fit le tour des affaires de Kiara, son croisé labrador. Harnais déjà sur le dos, son passeport et papiers de voyages, carnet de santé et vaccins à jour… En bref, tout était nickel. Des semaines qu’elle préparait son voyage, il n’y avait pas de raison que quoi ce soit lui ait échappé. En avance, comme toujours, à l’arrêt de bus, le duo attendait patiemment la venue de la navette qui l’emmènerait à l’aéroport. Après un petit quart d’heure de trajet, elles arrivèrent enfin à destination. Après les contrôles passés, la jeune femme et son fidèle compagnon canin s’envolèrent pour Paris pour attraper une correspondance direction l’Irlande, première étape de leur voyage, avant de continuer vers l’Ecosse, les Pays-bas, etc… Un peu l’Europe de l’Est, un bout de l’Asie, l’Australie et Nouvelle-Zélande, avant de finalement partir du côté des Amériques.

Après les derniers évènements survenus dans sa vie, Lithium avait besoin de prendre un peu – beaucoup – de recul sur celle-ci. Loin de son existence, de sa routine, de ses habitudes, partir voir du pays, réfléchir à ce dont elle avait réellement envie et ce qui était véritablement important. Mais surtout, partir loin de Dreamland. Bien que c’était relativement impossible de s’éloigner ses rêves, chaque nuit, elle parvenait à se réveiller dans un royaume loin de tout conflit ; sur une île déserte, sur un taxi-nuage au voyage infini, dans une pièce blanche, et même une fois dans un lieu étrange et ancien où elle revivait plusieurs fois des rêves dont elle n’avait jamais connu la fin lorsqu’elle était une gamine. La blonde se retrouvait souvent en présence de voyageurs dans le même cas qu’elle, mais surtout des créatures des rêves avec lesquelles elle prenait un très grand plaisir à parler. Bis toujours à ses côtés, à ruminer qu’il ne se passait rien et qu’elle se ramollissait la couenne à glander. Sa présence bien qu’ennuyeuse, lui était de moins en moins insupportable par ailleurs. Son psy, Lachapelle, aurait été ravie de voir qu’elle se décidait enfin à se prendre en main, car il avait été très inquiet d’apprendre que sa patiente avait réussi à plus ou moins localiser son ancienne némésis répondant au prénom d’Ethan. Ouais bah chut hein ! Cette période de calme lui permettait également de se faire oublier dans le monde des rêves. Entendre les pires insanités à son sujet, ça va bien cinq minutes, mais à un moment ça atteint le moral.

Depuis son bref mariage avec le Ed Free, de sacrées rumeurs avaient circulées à leur sujet.
Mariage, divorce, enfant hors mariage, « le couple se déchire », « ils se remettent ensemble ! », « une créature des rêves à l’origine de leur séparation », « Nedru Etol serait dans le coup »… En fait, c’était comme lire le Voici made in Dreamland. Ouais mais rien n’était vrai dans leur ramassis de mensonges. Il ne s’était rien passé du tout, point ! Enfin… Oui, rien justement. Parfois, Lithium se prenait à imaginer une fin différente à cette histoire, mais rien que d’y penser, elle se trouvait idiote. Ah, arrête, c’est stupide ! ça n’aurait jamais pu marcher de toute façon. Et pourquoi ça n’aurait pas pu marcher d’ailleurs ? Et pourquoi pas ? Non mais c’est trop tard maintenant, fallait y penser avant. Marchant dans l’aéroport Charles de Gaulle avec son croisé à la démarche chaloupée, la blonde fit de son mieux pour faire disparaître ces regrets de sa tête. Ces prochains mois - limite année - allaient lui faire le plus grand bien à elle et à sa chienne. Rien que toutes les deux, seules avec leurs rêves. Il est temps de vivre la vie que tu t’es imaginée !



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2685
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 25

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: L'important, ce n'est pas la destination, mais le voyage en lui-même. Mer 31 Jan 2018 - 19:44


* Jour 4 : Nous sommes à Dublin depuis quelques jours déjà. Je crois que je n’ai jamais vu une ville aussi vivante ! Enfin, ça ne doit pas être la première fois que l’on dit ça de cette ville, ou même d’une autre, mais c’est un terme qui lui sied bien. Il y a tellement de choses à faire ! Kiara s’y plaît bien et elle a son petit succès auprès des gens. Malheureusement, peu d’endroits lui sont autorisés, mais je m’y attendais. Je me suis assuré que tous les logements que j’ai choisis pour notre voyage soient pet-friendly. Donn, notre logeur, est vraiment quelqu’un de gentil et de serviable ! C’est lui-même qui s’est proposé pour garder Kiara lorsque j’ai envie de faire un musée ou une activité qui n’autorise pas une présence animale. Il y a de nombreux parcs où je peux la faire courir et prendre l’air. Dans 2 jours, nous partirons pour faire les parcs nationaux du coin. Le Goody de Donn va me manquer !

* Jour 7 : Nous n’avons pas pu passer à côté du parc de Wicklow Mountains. C’était une journée fantastique où l’on a pu courir, découvrir des paysages magnifiques, un grand bol d’air frais. C’était sûrement l’un des plus beaux panoramas que j’ai jamais vu !

* Jour 11 : Killarney et son parc est tellement reposant. C’est vraiment un coin incontournable pour les amateurs de Nature ! Son château, sa cathédrale, ses ruelles pétillantes de couleurs… Kiara a même pu exercer son charme sur le propriétaire du dernier pub où l’on s’est arrêté en soirée ! Elle attire plus les foules que moi, ce qui n’est pas plus mal dans un sens.

* Jour 14 : Woah, Dingle est tellement dépaysante ! Si son panorama est tout aussi magnifique que ce que l’on a pu voir jusqu’à aujourd’hui, je crois que c’est son port de pêche et l’atmosphère qui y règne qui me fait rêver. J’adore cet endroit, c’est tellement, je n’aime pas vraiment dire ça, je trouve ça un peu cliché, mais « typique » !

* Jour 18 : Rectification ; Il existe encore plus beau paysage sur terre que celui des Wicklow Mountains, les falaises de Moher. Ça donne le vertige tant c’est impressionnant ! On se sent très humble face à une telle beauté. Enfin, ça n’a pas empêché Kiara de pisser un bon coup dessus. Demain, direction Galway !

* Jour 23 : Bon, c’est officiel, Galway est encore plus grouillante de vie que Dublin ! Enfin, c’est différent. Toutes ces couleurs, cette musique… L’on a envie de danser à chaque coin de rue ! On a eu de la chance car il y avait un festival pile lors de notre séjour ! Beaucoup de monde malheureusement, ce qui réduit un peu le plaisir. Je vous parlerais même pas des lacs du Connemara, autant vous dire que j’ai pu me découvrir un talent indéniable pour l’imitation de Sardou en la personne de mon fidèle compagnon canin.

* Jour 30 : Belfast est moins attirante que ce à quoi je m’attendais. Moins intéressante que les précédentes villes, plus moderne je dirais. Néanmoins, il y a de quoi faire notamment en dehors de la ville, vers Cave Hill avec ses paysages et son château. Bientôt l’Ecosse, on va s’en faire des randos !

* Jour 45 : L’Ecosse était un pays magnifique. Je serais incapable de dire si je l’ai préféré à l’Irlande tant ils différent même dans leurs ressemblances. Ce que l’on a fait entre autres ; le château de Dunnottar et ses environs, d’impressionnantes ruines et un panorama émouvant ; Elgin et sa route du Whisky, ses nombreuses vieilles demeures ouvertes au public et ses immenses jardins, des promenades revigorantes ; on ne visite pas l’Ecosse sans faire un tour au Loch Ness et notamment le Urquart Castle, jamais rien vu d’aussi calme, même Kiara restait silencieuse, bien que chassant souvent les goélands reposant sur la berge ; l’île de Skye, encore plus beau que tout ce que j’ai pu voir avant, des cerfs, son château magnifique à chaque heure du jour, son menhir géant, Neist point le promontoire rocheux surplombant la mer, la fontaine des fées, et encore et toujours ce paysage subjuguant de beauté ; Glencoe ; Glasgow est la destination la moins agréable à ce jour ; Stirling et enfin Edimbourg et son incroyable énergie. Maintenant, j’emmène Kiara pour la première fois aux Pays-bas !



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2685
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 25

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: L'important, ce n'est pas la destination, mais le voyage en lui-même. Ven 2 Fév 2018 - 1:21


* Jour 67 : Je ne me lasserais jamais des Pays-bas ! Fut un temps, nous nous y rendions très souvent avec ma mère. Avant qu’elle ne décide de m’oublier et de ne s’occuper que de son travail. Y retourner m’a permis de me créer de nouveaux souvenirs et un nouvel objectif ; un jour, j’arriverais à renouer avec ma mère et nous reviendrons ici ensemble.

Chaque nouvelle frontière traversée permettait à la jeune femme d’oublier ses soucis, de s’éloigner davantage de ce qui la rongeait. Ce séjour en particulier au pays de ses origines avait réveillé de lointains souvenirs, un passé oublié qui pouvait être restauré. Elle avait longtemps tenu sa mère comme unique responsable de leur éloignement, et bien que ce fût en partie le cas, Lithium n’avait pas non plus cherché à entretenir leur relation mourante. A présent adulte, il était temps de se comporter comme tel et de faire le premier pas vers la réconciliation. Un petit message ne coûtait rien d’autre qu’un peu de temps après tout. Quelle ne fut pas sa surprise de recevoir dans les minutes suivantes une réponse WhatsApp de la part de sa génitrice, disant qu’elle serait ravie de discuter lorsque sa fille reviendrait. Et pourquoi ne pas se croiser lors de son voyage ? Et bien voilà qui était déjà un bon début ! Après un tour dans la superbe ville de Vienne, un passage à Santorini en Grèce, et plusieurs correspondances plus tard par avion, voilà que Kiara et sa gardienne arrivaient enfin au Japon.

* Jour 85 : Je n’arrive pas à croire qu’on puisse être au Japon toutes les deux ! On est arrivées à Tokyo et on est DE-CAL-QUEES. On va direct se coucher parce que là, c’est pas possible quoi… Je crois que les logements ici ont été les plus difficiles à trouver, ça court pas les rues ceux qui acceptent les chiens.

Même si certaines excursions relevaient d’une organisation proche de celle d’un gouvernement pour emmener le chien partout avec elle, les deux compères purent profiter de ce mois complet dans le pays. Nikko et son incroyable forêt remplie de temples magnifiques, Kamakura et son grand bouddha, Hakone et sa vue sur le Mt Fuji (pas possible à monter durant cette période), Kyoto et ses mille temples, Osaka (pas leur préférée), Nara et ses daims, Koyasan et son cimetière, les Alpes japonaises… Bref, ce fut un dépaysement total pour elles ! Les gens sont si serviables, même quand ils ne comprennent pas un traître mot de ce que tu leur racontes, et inversement. Et la nourriture… Ah, c’est sûrement ce qui lui manquerait le plus. Sans déconner, après leur départ, son estomac avait décrété qu’il serait en deuil pendant plusieurs semaines. Parce que oui, il a une conscience propre cet estomac, t’as cru quoi ?

C’est dans ce pays que Lithium comprit qu’elle n’était pas simplement triste et fatiguée, mais qu’elle était bien en dépression. De nombreuses fois, elle fut prise de sanglots en observant seulement l’horizon, sans réellement savoir pourquoi. Pourquoi pleurait-elle ? Etait-ce de l’épuisement psychique, une profonde tristesse ou la solitude de son cœur ? Ces derniers temps avaient été difficiles pour elle. Son « problème » sur Dreamland, un rejet affectif, le retour d’Ethan et le fait qu’il se rapproche toujours plus d’elle, les décès de ses grands-parents, les seuls de qui elle était véritablement proche, beaucoup de choses à encaisser qu’elle ne parvenait plus à enfouir et à supporter. Parfois, elle avait la sensation d’être morte de l’intérieur. Ce voyage lui permettait de ressentir à nouveau, d’apprendre à lâcher prise et à aller de l’avant. C’était dur, mais elle n’était pas seule. Honnêtement, sans Kiara à ses côtés, jamais elle n’aurait pu entreprendre une telle aventure. La prochaine destination était l’Australie, puis la Nouvelle-Zélande avant de changer de continent pour l’Amérique Latine. Il était temps d’avancer.



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2685
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 25

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: L'important, ce n'est pas la destination, mais le voyage en lui-même. Sam 3 Fév 2018 - 0:43


* Jour 114 : Que dire sur l’Australie, ce fameux pays qui veut ta mort ? Bah justement, ça veut ta mort ! Non sérieusement, c’est un super pays, les gens sont très gentils. Je crois qu’il y a quand même un type qu’a essayé de m’entuber avec mon van de location, mais c’est bête, je comprenais parfaitement ce qu’il disait avec son collègue. Je l’ai laissé me vendre sa connerie pendant quelques minutes, puis je lui ai répondu naturellement en anglais. Ah, vous auriez vu sa tête ! On a pu se baigner, mais pas trop longtemps car des requins ont été aperçus au bout d’une dizaine de minutes. J’ai eu la peur de ma vie en voyant que Kiara ne sortait pas de l’eau, j’ai dû la tirer par le harnais pour la faire bouger. A part cet instant de frayeur, quelques coyotes croisés au détour du chemin et des kangourous bagarreurs, rien de bien méchant. On a été hébergées dans plusieurs fermes, en échange d’un peu de travail, on nous offrait un toit et le repas, un bon compromis ! J’ai beaucoup appris, notamment de l’intérêt de la crème solaire indice 50+…

Uluru, ou Ayers Rock, ces magnifiques montagnes « rouges » flamboyantes sous la lumière du soleil, le parc national dont il fait parti, la nature sauvage presque hostile – complètement en fait – ont fait de ce mois en Australie un périple fort intéressant. Après la chaleur étouffante et le soleil de plomb, il était temps de retrouver la verdure et un peu d’humidité, donc la Nouvelle-Zélande. Oui bon ok, ON VA EN TERRE DU MILIEU PUTAIN !

* Jour 131 : Je me suis remise à pleurer, et cette fois-ci devant le spectacle des glow worms, des vers lumineux dans une grotte. J’ai pas trop su pourquoi. A part ça, c’était magnifique, ça m’a rappelé le Château dans le Ciel et la grotte aux pierres volantes ! Mais en vrai cette fois-ci. Et avec des vers… ça perd de sa superbe dis comme ça, non ?

Bon, vous vous doutez bien que Lithium est passée par Hobbitebourg, hein ! Mais hormis ça, après avoir atterri à Auckland, on ne sait combien de parc nationaux ont été vus, les immenses Kaoris, ces arbres les plus vieux et les plus gros au monde ! Ensemble, la jeune femme et son chien ont assistés à des spectacles maoris, couru à travers les forêts, admiré des chutes d’eau, vu des kiwis… En bref, c’était génial, que voulez-vous qu’elle vous dise de plus ? La suite du voyage se déroulerait en Amérique Latine. Le duo posa donc le pied à Buenos Aires, en Argentine, le pays du Tango. La blonde n’avait jamais autant dansé de sa vie que lors de cette étape ! Il suffisait de se promener pour tomber sur un coin dansant, et s’y abandonner. Bien qu’elle était un peu allergique au contact humain depuis l’incident à l’époque du collège, ce qui lui avait d’ailleurs valu de « vexer » Ed au cours de la nuit au Royaume Céleste en se raidissant à son contact– peut-être que c’était là qu’elle avait merdé ? rah oublie ça un peu – elle décida de passer outre et de se laisser aller. Kiara fut incroyablement sage et patiente lors de ces très longues après-midi de danse, même si parfois, elle souhaitait participer en sautillant et aboyant à chacun de ses passages. Après une bonne semaine à Buenos Aires, elles firent un bref arrêt de quelques jours au Paraguay à l’Asunción, avant de partir pour le Brésil et danser au rythme de la Samba, rien glander sur la plage cachée de Bahia, se casser la tête sur ses vagues et pioncer dans des Pousadas, avec les singes qui viennent vous réveiller à la fenêtre. Le souvenir qu’elles garderont du Brésil ? Ses pluies torrentielles de 15 secondes. Truc de fou.

Lithium voulait voir la Paz, en Bolivie, donc elles s’y rendirent en bus, avant de finalement passer la frontière du Pérou – parce que les lamas ouais !




__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2685
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 25

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: L'important, ce n'est pas la destination, mais le voyage en lui-même. Sam 3 Fév 2018 - 23:41


* Jour 180 : Le Pérou a été une véritable aventure !
On a tout fait en bus, à pied, à l’arrière d’une remorque ou dans un vieux tacot, crapahutant sur les chemins de terre… La tente a sacrément bien servi par rapport au reste du voyage ! Pas très bien dormi durant le séjour, Kiara faisait le chien de garde et aboyait à chaque bruit qu’elle entendait. Un chien est la meilleure des protections, ça, je peux vous l’assurer ! J’ai pu aller au plus proche des habitants, dans les montagnes, loin des grandes villes.

J’ai pas compris un traître mot de ce que les gens racontaient, mais on arrivait à communiquer par les gestes. Ils nous ont offert l’hospitalité, et j’ai fait de mon mieux pour mettre la main à la patte, j’ai gardé un troupeau de lamas (une chose à rayer de ma liste de choses à faire avant de mourir !), et Kiara a même fait le chien de berger ! ça fait du bien d’être loin de tout. J’ai pas allumé mon téléphone depuis… Depuis le Japon tiens. J’espère que c’est pas la foire aux textos. Ah non, c’est vrai. J’ai pas d’amis, aha.


------------

* Jour 183 : Je viens d’arriver à Iquitos, on a un avion pour Cuba demain, j’ai tellement hâte ! Hé, vous vous rappelez quand je disais ne pas avoir d’amis et que mon téléphone serait vide ? Bah, j’ai rien dit. Je l’ai rallumé à l’hôtel et c’était surchargé de messages ! Bon, de Daniel en majorité, et de Cathrina aussi. L’un se demande si un requin m’a boulotté, où est-ce que je suis, des photos, etc…

Et la seconde attend avec impatience mon retour à la salle pour une revanche et se foutre sur la tronche quoi. Ah si, j’ai aussi des messages de Tess, qui dit que sa barmaid lui manque. Enfin, surtout ses jolis cheveux. D’ailleurs, en parlant de cheveux… Qui c’est qui disait qu’une nouvelle coupe remontait le moral déjà ? Sûrement un imbécile. Mais je les trouve quand même vachement longs maintenant.


------------

* Jour 184 : Je… Alors, comment dire.
J’ai croisé Ed dans la rue à Iquitos hier soir. Oui. Ed. A Iquitos. Il était avec sa famille, frère et sœurs, ça faisait 6 mois qu’ils vadrouillaient. Sur les 197 (ou 324, ça dépend du point de vue) pays qui composent cette terre, quel était le pourcentage de chance de tomber sur lui, sérieusement ? J’ai dû donner l’air d’une parfaite cruche punaise... J’étais en train de papillonner des mains devant un étalage, essayant de communiquer avec la dame (si mon anglais est très bon, mon espagnol est inexistant, soyons honnêtes), je goûtais des trucs lorsque j’ai entendu mon prénom, me suis retourné avec un fruit dans la bouche, pour me retrouver face au blond et sa famille. Je devais être belle tiens…

J’étais vachement gênée au départ, surtout face à Ed, me souvenant de notre dernière entrevue, mais ils m’ont rapidement mise à l’aise. Cette fratrie est composé de sacrés numéros, ça c’est sûr ! J’ai passé le reste de l’après-midi avec eux, à discuter et tout, puis le repas également. Ils repartent demain aussi, mais pour la France, alors que je file pour Cuba. J’ai passé une super soirée et les regrets sont maintenant bien plus forts. J’ai l’impression qu’il a quelque chose de changé en mieux, non ? Mais Lith, ta gueule putain...


------------

* Jour 185 : C’était étrange comme départ.
Nous sommes allés tous ensemble à l’aéroport, leur vol était plus tôt que le mien mais qu’importe, puis ils nous ont laissés seuls Ed et moi un instant. C’était comme deux gamins qui ne savaient plus comment se parler. On s’est dit qu’on se reverrait à Montpellier, autour d’un verre. Pour discuter de ce qu’il s’était passé depuis la « dernière fois » eeeet pourquoi pas, tu sais, parler, passer à son restau, se faire un ciné, enfin, voilà quoi… Il n’a pas fini sa phrase, mais pas besoin. J’espère que le rouge ne m’est pas trop monté aux joues et encore moins aux oreilles.

J’ai dû passer pour une poire encore, j’ai bafouillé un truc chelou en guise de « d’accord », Kiara m’a léché la main, j’ai sursauté et je me suis frappée toute seule, bref. J’avais encore l’air con. J’ai TOUJOURS l’air con. BON, hein, on dégage à Cuba-là, parce que je commence à ressembler à une cocotte minute et, et, et puis zut ! … Je ne saurais dire pourquoi mais ça m’a vraiment fait plaisir de le revoir. Je crois que je vais me gifler une nouvelle fois, ça vaudrait mieux. J’aurais réellement une raison d’être rouge.




__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage
avatar
Surnom : L'Ambidextre
Messages : 2685
Date d'inscription : 03/09/2010
Age du personnage : 25

Arpenteur des cauchemars
Lithium Elfensen
Arpenteur des cauchemars

Carte d'identité
Essence de Vie: 855
Renommée: 2665
Honneur: 420
MessageSujet: Re: L'important, ce n'est pas la destination, mais le voyage en lui-même. Dim 4 Fév 2018 - 23:54


* Jour 186 : Je n’arrête pas de penser aux jours précédents… Ah, je sais que c’est bête, mais j’ai soudainement hâte de rentrer à Montpellier ! Profitons de ces dernières semaines avant le retour au bercail.

------------

Les jours qui s’ensuivirent, passèrent à une vitesse folle.
La fin du voyage approchait à toute vitesse et même si depuis son étape au Pérou, la jeune femme n’avait qu’une envie, c’était de rentrer pour voir ce qui pourrait se passer – ou pas – elle profita à fond de son temps dans les terres castristes. Les semaines suivantes, Lithium et son chien firent une halte en Jamaïque, même si elles ne restèrent que quelques jours à peine pour ensuite faire un tour à Haïti, toujours en reconstruction à certains endroits. Elles restèrent plus longtemps que prévu, la demoiselle souhaitant être au plus près des gens. La dernière étape était la République Dominicaine, pour un peu moins d’une dizaine de jours, les doigts de pieds en éventail. Et effectivement, elles en glandèrent pas une ! A dormir dans la tente ou dans une vieille bicoque, les pattounes dans l’eau, c’était repos complet, bronzette et jus de fruits.

Saint-Domingue avait tant à offrir qu’elles n’en loupèrent pas une miette.
Cette semaine de détente était l’occasion de réfléchir à « l’après » tout ça, assumer ses responsabilités, accepter la vie telle qu’elle est… A son retour, la blonde savait qu’elle allait devoir s’occuper du problème Ethan. Le taureau devait être pris par les cornes, il fallait arracher le mal par les racines, tarir sa source. Il fallait être honnête ; elle n’y arriverait pas sans Bis. Elles allaient devoir travailler de concert. L’idée ne la ravissait pas, mais c’était une part d’elle-même qu’elle ne pouvait plus renier. Autant se serrer les coudes et apprendre à vivre avec. BON, un plouf maintenant !


------------

* Jour 210 : ça y est, c’est le grand retour.
On rentre enfin à la maison, après presque 7 mois à voyager ! J’ai plus un rond aha. Après, à quoi sert d’avoir des économies si c’est pour ne rien en faire ? Tout cet argent mis de côté depuis que je suis môme, fallait bien s’en servir pour quelque chose qui en vaille la peine ! Je suis prête à enfin retrouver ma réalité !


------------

* Jour 211 : Retour en France.
Ça m’a tellement fait bizarre quand j’ai poussé la porte de la maison. Kiara ne s’est pas embarrassée de ces formalités, elle a retrouvé son jardin, sa chaise longue, son panier et ses jouets comme si elle n’était jamais partie. J’avais du mal à reconnaître mon lieu de vie, c’est dire ! J’ai rallumé mon téléphone, et ça n’a pas loupé, des messages à foison de Daniel, de Cathrina et de quelques connaissances tiens, souhaitant que l’on se voit dès mon retour. Mais ce n’était pas les leurs de textos que j’attendais. J’ai scrollé, espérant en avoir ne serait-ce qu’un seul, et alors qu’une légère déception m’envahissait à mesure que je glissais dans l’historique, j’ai, je l’avoue, commencé à écrire sans réfléchir
« Un café demain, ça te dit ? » et hop, envoyé. Il m’a fallut quelques secondes avant de me rendre compte de mon étrange spontanéité.

Oh putain merde, sérieux j’ai fait ça ?!
Mais il va me prendre pour une sangsue ! Merde, meeeerde ! … Puis mon téléphone a vibré et j’ai instinctivement jeté mon téléphone à travers le salon. AH ! Ouais, j’sais pas, un réflexe… Bon, heureusement il n’avait rien – merci la coque anti-choc et étanche – j’ai eu tellement peur de me prendre un vent eeeet, bah non en fait.
« 15h, Rebuffy pub ? » J’y ai pas cru au départ. Ça s’est bien passé tiens. Euh bah… Tant mieux ? Et si elle merdait encore ? Et si y’avait l’apocalypse ? Et si elle arrivait en retard ? Et si… Chuuut, ça va aller, y’a pas de raison. De toute manière, après votre passé commun, y’a pas moyen de faire pire hein ! Ouais, c’est sûr. Tout ira bien. Il est temps de grandir et d’avancer ! Je n’aurais plus peur.



__________







Lithium s'exprime
Bis vous insulte


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://berliefanny.wixsite.com/illustratrice
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'important, ce n'est pas la destination, mais le voyage en lui-même.
Revenir en haut Aller en bas

L'important, ce n'est pas la destination, mais le voyage en lui-même.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Vie Réelle :: Centre Ville-