Haut
Bas

Partagez|

Mal de crâne au village Puzzle (avec Tommy Fawl et Robert Rosewood)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 07/05/2017

Nouveau Venu
Timmy Poonce
Nouveau Venu

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Mal de crâne au village Puzzle (avec Tommy Fawl et Robert Rosewood) Lun 14 Aoû 2017 - 0:10
Les secousses cessèrent et Timmy était toujours vivant. C'était un bon point. La bosse sur sa tête le faisait toujours souffrir mais, hormis cela, il ne ressentait aucune douleur particulière. Son porteur s'était immobilisé, il était temps de descendre de ses épaules et d'ouvrir les yeux.

-Ça… ça va… petit ?

    La première chose qu'il vit fut donc son sauveur qui le déposait au sol juste avant de s'écrouler par terre. L'enfant conservait une certaine méfiance à l'égard du voyageur végétal, mais ce dernier avait gagné des points. Il lui avait d'abord fait peur puis venait de lui sauver la vie, ce qui équilibrait presque la balance. Le petit garçon fouilla du regard les alentours, mais le golem avait disparu. Il conserva cette bonne nouvelle et ne chercha pas le pourquoi du comment.

-C'est Timmy... ton nom. C'est ça ? Moi… moi c'est Robert. Désolé de t'avoir…  fait peur. 

    Le rat s'apprêtait à répondre, puis pensa qu'il valait mieux reprendre forme humaine avant de continuer la discussion. Il se demanda soudain ce que pensaient les gens de lui quand il se trouvait sous sa forme de rongeur. L'écolier avait bien sûr déjà vu son reflet, il savait à quoi il ressemblait. Mais il n'avait jamais réfléchi à l'image qu'il renvoyait. Il avait été épouvanté à la vue de l'homme-arbre, et cela venait en grande partie de ses attributs inhumains. N'était-il pas encore plus repoussant, lui, le gros rat gris ? Peut-être que oui, peut être que non. Timmy n'avait pas l'âge pour ce genre de questions et laissa de côté cette rapide introspection.

-Dis moi… Tu as… quel âge, garçon ?

- 9 ans presque et demi.

    Le garçonnet répondit avec timidité. Le voyageur boisé s'appliquait à être le plus accueillant possible. Son attitude et sa voix était bienveillante, si bien que le morpheur se demanda s'il n'avait pas imaginé l'être torturé et instable qu'il avait vu un peu plus tôt. Il s'apprêtait à remercier son sauveur, mais Tommy le coupa dans son élan. Le voyageur approchait, accompagné d'une petite créature de puzzle. Cette dernière avait sensiblement la même corpulence que Timmy et avançait d'une démarche hésitante. Au fur et à mesure que les deux duos se rejoignaient, Robert changea soudain de comportement. Pris d'une crise, il s'éloigna en rampant du groupe avant de reprendre contrôle et de se calmer quelques secondes plus tard. Timmy restait ébahi par le comportement du voyageur végétal. Il recula en arrière et se cacha derrière Tommy. Pourquoi Robert était-il aussi instable ? Dire que l'enfant rat commençait à lui faire confiance. Et puis c'était qui ce tas de puzzle ?

    Il y avait beaucoup de points à éclaircir, et le petit garçon était fatigué. La main fermement agrippée au tee-shirt de Tommy, le morpheur rat toisait d'un air méfiant Robert et la créature puzzle. Vue de plus proche, cette dernière présentait quelques ressemblances avec lui, sorte de copie mal pixélisée.
Comme personne ne prenait la parole, l'écolier prit l'initiative.

-Robert t'es toc-toc ? T'es un vilain ou un gentil?

Puis, pointant son doigt vers l'enfant-puzzle.

-Et c'est qui lui ?

    L'enfant-puzzle en question jeta un regard vers Tommy, comme s'il attendait une autorisation pour parler.

-Je… je n'ai pas de nom. Et heu... pardon. Je suis désolé je voulais pas vous faire de mal. Je dois aller quelque part et j'avais besoin d'un corps pour me déplacer.

    Timmy n'était pas certain de bien comprendre ce qu'insinuait la créature. L'être de puzzle était chétif, hésitant, presque apeuré. Le petit garçon avait l'impression de se voir et il était presque heureux de rencontrer quelqu'un d'aussi faible que lui. Faible en apparence tout du moins.

-J'ai pas trop compris mais je veux bien qu'on soit copain si t'es d'accord. Moi c'est Timmy je suis en troisième année.

    L'enfant resta un moment immobile, sans apporter de réponse. Il jeta un regard vers Tommy, puis un autre, plus craintif vers Robert.

-D'accord.

Les deux enfants se retournèrent vers Robert et laissèrent Tommy gérer la suite de l'échange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 526
Date d'inscription : 23/07/2013
Age du personnage : 21

Maraudeur des rêves
Tommy Fawl
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 884
Honneur: 83
MessageSujet: Re: Mal de crâne au village Puzzle (avec Tommy Fawl et Robert Rosewood) Ven 18 Aoû 2017 - 10:21
Nous revenons tout les deux vers le duo atypique, même si je reste un peu en retrait pour laisser la petite créature faire le premier pas. La réaction de Timmy semble passer rapidement de l'inquiétude au doute en voyant cet être difforme s'approcher de lui. Le vieux derrière, lui par contre semble une nouvelle fois ne plus se contrôler. C'est à ce moment que je remarque ce qui lui ronge le visage et le bras. Une sorte de couche d'écorce qui se forme et se soude au reste de ça peau au endroits où celle-ci est encore saine. Les strilles du bois dessinent avec des courbes, des nœuds et autres rainures, proches de la balafre, ce qui aurait dû être des rides d'expression, les commissures des lèvres ou les creux de ses joues.

C'est de lui que je m'approche en laissant les enfants discuter entre eux. Je l'ai vu avoir un temps de recule et de peur, similaire à ce qu'il devait faire caché derrière son rocher. Sans me rapprocher trop pour ne pas l'oppresser étant donné sa réticence au contact je laisse un peu plus de cinquante centimètres entre nous. Il est allongé les yeux vers le ciel, mais je pense qu'il m'a tout de même vu m'asseoir. Je m'apprête à être rassurant si il se remet à paniquer puis j'essaye un premier contact, les yeux rivés sur l'horizon entre les deux gamins. Le plus calme et amicale possible je laisse Cloud flotter librement à un bon mètre devant moi.

- C'est cool d'avoir aidé le petit. Tu es voyageur depuis longtemps ?

Je marque une pause en m'apprêtant à assimiler sa réponse si celle-ci franchie ses lèvres. Si il me retourne la question, je pourrais lui répondre que cela fait presque trois ans maintenant que je passe mes nuits accompagné de Cloud. Ensuite je pourrais lui poser une autre question qui me brûle les lèvres et que jepose, même si il ne m'a pas répondu.

- C'est ton pouvoir qui te transforme en bois ? Tu ne le contrôle pas encore ou bien... ça a sa volonté propre ?

J'aurais du mal à le lui expliquer, mais cette énergie que j'ai ressentie tout à l'heure... J'aurais juré que c'était vivant et que cela agissait contre sa volonté. En quelque sorte je ne peux qu'imaginer sa situation, mais avoir quelque chose en soit qui ne vous veut pas du bien je sais ce que ça fait. Si seulement j'avais la moindre idée de comment je peux l'aider... Moi il m'a suffit d'une clef et d'un peu de temps depuis le royaume des regrets. Mais c'était particulier et je ne me sens pas d'étaler cela sur la table maintenant. Mieux vaut continuer sur ma lancé. Réponse ou pas il faut qu'on échange un peu, j'aurais peut-être une idée...

- Il y a une raison au fait que le bois gagne du terrain ?

Si il n'a cette capacité ou ce maléfice que depuis peu de temps un oeil neuf l'aidera peut-être... Je vais peut-être lui demander si... Heu... Non, pas tout de suite, on me questionne du regard. Une paire d'yeux pétillants de jeunesse me font face accompagné par deux petits ronds luminescent au milieu du visage de la créature plus ou moins humanoïde. Il semble essayer de s'adapter à nous pour correspondre à notre morphologie. Les pièces s'articulent sur son corps pour se replacer ailleurs et affiner les traits de ce compagnon haut en couleur.

- Alors ? Excuses acceptées ?

La petite créature hoche la tête et lorsque je lui souris il y a un nouveau mouvement. Ses composants s'articulent pour essayer de m'imiter avec plus ou moins de succès. Il faut juste qu'il chope le coups. Je me tourne vers le jeune morpheur, toujours en souriant.

- Quoi de beau au programme de la nuit souriceau ? J'arrive à me retenir d'ajouter -à part s'assommer sur un rocher- avant de continuer. T'es voyageur depuis combien de temps toi aussi ?

Dans tout les cas, que cela fasse trois nuits ou trois mois, je me prépare à me lever pour lui tendre ma main, paume vers le ciel pour lui proposer un check avant d'enchaîner.

- Bien joué ! Vaincre ses peurs ça fait grandir et tu promets de bien grandir si tu en viens à bout dès maintenant. Ça fait plaisir.

Me rendant compte l'on est que trois à discuter je me retourne vers notre camarade de bois. Si ce dernier se lève je l'aide à se redresser et si ce n'est pas le cas, je lui tend ma main pour le motiver à se redresser, quitte à lui chopper le bras gauche et le relever. Tout en faisant tout ça je vais pouvoir réparer une petit oublie et donc lui demander comment il s'appelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 42
Date d'inscription : 10/05/2017
Age du personnage : 41

Nouveau Venu
Robert Rosewood
Nouveau Venu

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 45
Honneur: - 40
MessageSujet: Re: Mal de crâne au village Puzzle (avec Tommy Fawl et Robert Rosewood) Mer 23 Aoû 2017 - 15:49
Quelques secondes, un petit groupe de dizaines, tout au plus, venaient de s'écouler ; Robert n'avait pas bougé, allongé de tout son long dans un herbe clairsemée. Il entendit s'approcher Tommy et la créature puzzle, leurs pas résonnaient inégalement, mélange d'une marche lente et d'un galop mal assuré. Croyant entendre quelques babillages, il assuma que Timmy profitait de la compagnie de ce nouveau venu ; l'apparition du gars au cheveux rouges dans sa vision périphérique confirma, quand à elle, la marche qu'il avait cru entendre venir à lui.
Le jeune garçon s'assit, à distance correcte, mais garda le silence dans un premier temps, son regard allait vers les petits, mais nôtre homme n'aurait su dire s'il les regardait réellement où s'il se contentait de fixer un point inexistant dans l'immensité de l'horizon ; tout semblait une bonne raison de détourné le regard de son visage difforme, le nier ne servait à rien. Robert avait à peine tourné les yeux dans sa direction ; ces gosses n'auraient pas du le voir, sa présence seule représentait un danger potentiel, mais il ne pouvait pas fuir comme un voleur, ne serait-ce que pour le petit. Alors il redirigea ses iris asymétriques vers les nuages-puzzles. Celui qui voletait autour du grand passait parfois dans son champs de vision, ça aussi c'était particulier comme pouvoir…

— « C'est cool d'avoir aidé le petit. Tu es voyageur depuis longtemps ? » L'interpellant calmement.

— « Mmh… Z'avez la chance d'êt jeunes, profitez-en ! Si j'avais pu m'ballader içi étant gosse… Immobile, un ton pareillement posé. Non, un peu plus d'deux s'maines il m'semble… Mais ma condition réelle m'oblige à pioncer pas mal. Toi, par cont', t'as l'air d'en connaît' un rayon sur l'bordel de ce monde ; t'es p'têt un jeunôt mais j'irai pas t'chercher des noises dans mes rêves, garçon ! » Ébauche de sourire au coin des lèvres. 

Son cadet lui apprit alors qu'il parcourait Dreamland depuis bientôt trois ans. Il avait décidément bien fait de pas chercher la castagne ; dans la vie réel, il aurait sûrement remporté un tel combat mais ici, leurs pouvoirs n'étaient pas équivalents.

— « C'est ton pouvoir qui te transforme en bois ? Tu ne le contrôle pas encore ou bien… ça a sa volonté propre ? » Empestant l'intrigue.

Robert eut un petit rire guttural, se mit en tailleur face à son interlocuteur, puis le fixa dans les yeux. Ajoutant les gestes à la paroles, mais toujours calmement.

— « C'ton nuage qui t'donne tes pouvoirs, c'est ça ? Même si j'comprendrai jamais la phobie qu't'as pu avoir pour ces bidules cotonneux, j'pense pouvoir d'viner qu'il t'as sauvé la vie plus d'une fois en trois ans et qu'tu t'penses chanceux d'l'avoir au final. Dis toi qu'mon « pouvoir » a failli m'la faire perdre autant de fois… J'faisait des cauchemars, nuits apr,ès nuits, à r'bouffer toujours la merde qu'j'ai vécu ; depuis qu'ce truc à décidé d'squatter mon bras je ne fais plus qu'les faire : je les vie ces cauchemars ! C'tout sauf un cadeau qu'on m'a fait, j'peux même plus penser, j'suis plus seul dans ma tête… J'sais pas c'que c'est, ni c'que ça veut et j'm'en branle. Mais j'vis plus d'puis que j'porte le poid de c'te conscience, alors j'reste planqué pour plus tuer personne, jusqu’à c'que j'trouve un moyen d'l'enlever. Marquant un longue et pesante pause ; ou que j'calanche… »

Il avait baissé les yeux. Il sentait une tristesse monter, mais ses yeux restèrent secs ; c'était la première personne à qui il parlait de ce qui se passait en lui, la première personne à qui il parlait depuis deux semaines… Il n'était pas très attirant en même temps, qui n'aurait pas peur ?

— « Il y a une raison au fait que le bois gagne du terrain ? »

Robert releva promptement la tête.
— « A vrai dire j'en sais top rien… Quand j'touche certains trucs, ils se transforment en bois, j'ai l'impression qu'ça les affaiblie, une sorte d'inhibiteur p'têt. Mais ça marche pas à tout les coups, c'est la première fois qu'j'arrive à l'faire consciemment, d'habitude c'est « lui » qui f'sait tout. Et à chaque fois qu'ça arrive, j'me rapproche un peu plus du meuble IKEA. »

L'autre avait détourné le regard. Il parla un peu avec les petits, offrant un « High Five » à Timmy. L'ancien soldat put apprendre plusieurs choses sur lui, notamment depuis quand il était voyageur ; ils étaient plus proches qu'il ne l'aurait cru… Son rapport avec cet enfants lui échappait encore, pourtant.
Il était toujours en tailleur mais Tommy l'invita à se lever d'une main tendue, gentiment accompagnée d'une question fondamentale. Un petit air gêné qui fit sourire Robert :

— « Moi c'est Robert, ravi de t'avoir rencontré. » Souriant comme il pouvait.

Se relever fut plus dur qu'il l'avait pensé. Il avait mal un peu partout, l'aide de Tommy ne fut pas de trop pour remettre sa carcasse en équilibre précaire. Il s'approcha des petits en boitillant, puis s’accroupit, non sans un rictus de douleur. Adressant la paroles à Timmy :

— « Excuse moi d't'avoir effrayé, ça va mieux ? T'es un p'tit gars courageux tu sais, ébouriffant ses fins cheveux blancs, tes parents doivent être fiers de toi ! J’espère qu'on pourra être copains. »

Il sourit et tendit son poing dans l'espoir qu'il tape dedans. Dans tous les cas il se tourna vers leur nouvel ami en pièces et lui dit sur un ton similaire :

— « Désolé d't'avoir attaqué sans raisons… Et d't'avoir pris pour un mur d'escalade… Sans rancune ? »

Il attendit leur réponses puis se redressa, avant de réfléchire tout en restant ouvert, au cas où des questions lui seraient posées. Il se souvint de l'âge de Timmy et l'association d'idée se fit très vite… Il savait pourquoi il était sensible à ce garçon. Une vague de joie et de tristesse l’emplie tout entier alors que des bribes de souvenirs l'assaillaient. Il savait pourquoi…

Il était le visage qu'il n'avait jamais vu, celui de son fils…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 07/05/2017

Nouveau Venu
Timmy Poonce
Nouveau Venu

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Mal de crâne au village Puzzle (avec Tommy Fawl et Robert Rosewood) Dim 27 Aoû 2017 - 0:33
Les présentations étaient faites. L'enfant-rat accepta le check de Tommy, puis celui de Robert après un moment d'hésitation. Le voyageur de bois avait beau s'armer des meilleures intentions, Timmy ressentit une certaine gêne quand Robert ébouriffa ses cheveux. Le petit garçon trouvait cette proximité trop soudaine, d'autant plus que l'hyliophobe venait d'avouer ne pas contrôler son pouvoir. Le morpheur ne maîtrisait pas plus le sien après tout. Mais lui, au moins, ne mettait personne en danger s'il ratait une transformation.

- Désolé d't'avoir attaqué sans raisons… Et d't'avoir pris pour un mur d'escalade… Sans rancune ? 

    L'écolier réalisa enfin que le petit homme-puzzle qui se tenait à côté de lui et l'immense golem ne faisaient qu'un. Il recula instinctivement et vint se placer derrière Tommy. Il resta ainsi plusieurs secondes, à fixer du regard la créature de puzzle, cet être qui avait failli l'écraser un peu plus tôt. Timmy oubliait vite, mais il n'en était pas moins rancunier. Il ne se sentait pas capable de pardonner aussi vite le golem. D'un autre côté, mieux valait éviter de contrarier la créature. Pour son propre intérêt, l'enfant-rat se décida donc à faire copain-copain avec l'enfant-puzzle.
    D'un commun accord, le quatuor commença à s'éloigner de la plaine dans laquelle ils se trouvaient. Les pièces de puzzle dans cette zone paraissaient particulièrement excités et il valait mieux trouver un endroit plus calme pour discuter. A défaut de connaître la topographie des lieux, les trois voyageurs se décidèrent à suivre la créature locale. En effet, l'enfant-puzzle insistait pour se diriger dans une direction bien précise. Il n'avait pas donné d'explication quant à cette volonté soudaine et personne ne lui avait encore posé la question. Timmy ne comprenait pas pourquoi il avait atterri dans ce royaume. Robert et Tommy avaient certainement leurs raisons, mais aucun d'entre eux ne semblait poursuivre un but précis. Ils suivirent donc la créature enfantine et marchèrent ainsi pendant quelques temps. Le groupe évoluait lentement : Robert ne semblait pas au mieux de sa forme et Timmy n'avait jamais été un grand promeneur. Changer de lieu demeurait toutefois nécessaire, comme le confirmèrent quelques éléments du paysage qui se projetèrent à quelques mètres du groupe.
    Ils atteignirent enfin un endroit plus calme et en profitèrent pour faire une halte. Ce fut l'occasion pour nos protagonistes d'échanger un peu plus entre eux. "Tu viens d'où", "tu fais quoi dans la vie", le genre de question un peu bateau qui leur permirent néanmoins d'en apprendre plus les uns sur les autres. Des pièces de puzzle continuaient à voler aux alentours, mais elles étaient bien moins rapides et fréquentes qu'avant. Le jeune morpheur appréciait cette accalmie. Éloigné de la zone de turbulence, il pouvait enfin profiter du paysage qui l'entourait. Lorsqu'on était que simple spectateur, le ballet des morceaux de puzzle se révélait très reposant à observer, presque hypnotique. Le petit garçon en oubliait presque sa douleur à la tête. Il était de bonne humeur, il retrouvait enfin le Dreamland qu'il appréciait. Pas d'aventures farfelus qui s'imposaient à lui, juste une visite des lieux, une errance sans but précis. Il se mit à sautiller sur place, tout joyeux avant de s'exclamer :

-Au fait Robert c'était trop classe comment tu as grimpé tout à l'heure ! Et toi Tommy quand tu as coupé le vilain monstre ! Pfioouuu ! Tu peux m'apprendre à faire pareil ?

Il mima le geste plusieurs fois tel un enfant qui aurait reçu une épée de bois en cadeau. Puis il s'arrêta net en remarquant qu'il avait attiré l'attention de l'enfant-puzzle.

-Ha pardon je voulais pas dire que t'étais un vilain. Désolé…

    Calmé dans ses ardeurs, le petit garçon baissa les yeux, tout penaud. Bien qu'elle ai réagi à la remarque, la créature ne semblait pas affectée et retourna le regard vers une forêt au loin. Depuis que le groupe avait remarqué le bois, l'ancien golem le fixait avec insistance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 526
Date d'inscription : 23/07/2013
Age du personnage : 21

Maraudeur des rêves
Tommy Fawl
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 884
Honneur: 83
MessageSujet: Re: Mal de crâne au village Puzzle (avec Tommy Fawl et Robert Rosewood) Sam 2 Sep 2017 - 11:37
Je regarde la scène avec un sourire d'approbation. Voir le petit Timmy sautiller en mimant nos actions pendant le combat est très amusant. Ce petit gars me semble plein d'énergie et avec de la bonne humeur à revendre, ce qui fait plaisir à voir. Même lorsqu'il se reprend et s'excuse auprès de notre nouvel ami, il est sincère et bienveillant. Ça fait tellement longtemps que je n'avais pas croisé un gamin voyageur comme ça. Je ne peux m'empêcher de me sentir con quand je me dis que je suis resté pendant toute mon adolescence avec une peur viscérale alors qu'un petit gars de même pas 10 ans réussi à vaincre sa peur. Toujours est-il que le petit groupe que nous formons actuellement se réconcilie sans difficulté. Je les laisse discuter un instant et je vais chercher mon parapluie encore écrasé sur le sol. Tant bien que mal j'en replies les baleines cassées et le range à sa place. Même si son utilité est moindre il m'a déjà sauvé la mise et puis c'est un cadeau du père Noël, je m'en voudrais de le perdre.

De retour parmis le groupe je lance un regard circulaire à mes camarades de nuit. Le plus vieux semble continuer de s'en vouloir et de se morfondre sur ce bois qui lui pourrie la vie. La décision intelligente de ne pas  rester ici est rapidement prise et nous prenons une direction sans que cela ai vraiment d'importance pour moi. Pendant que nous marchons je reste pensif qu'en à la discussion que nous avons eu Roberto et moi... Il y a sûrement de la vérité dans ce qu'il raconte, mais j'ai l'impression qu'il en rajoute. Après tout, je n'ai jamais vu un voyageur incapable de trouver un bon côté à Dreamland. Certes je n'en ai pas croisé des centaines, mais même un con qui perd le contrôle quand il se transforme en zombie avait l'air de s'éclater. J'ai un frisson en repensant à ce Zared... Il m'arrive encore de croiser quelques affiches wanted à son nom, mais il semble peut actif en ce moment, il n'y en a pas de nouvelles de reposées.

Perdu dans mes pensées je me force à participer à la discussion. Je parle de ce que je fais, de quelques péripéties vécus dans mes rêves, les drôles pour par faire peur à ces nouveaux. J'essaye de voir si Robert lâche quelques infos sur ses nuits difficiles et ces moments qui font qu'aujourd'hui il se torture pour ce truc qui squatte son bras et son crâne. Autour de nous les flux de puzzle qui changent de place diminue et le risque de s'en prendre un dans la gueule en fait autant. Nous faisons une petite pause et Timmy lui n'en fini pas de nous rappeler le combat. Cette admiration dans ça voix me fait plaisir, je n'ai pas vraiment l'habitude d'avoir des spectateurs lorsque je me bat. Sauf une fois... Souvenir mitigé du tournoi par équipe... Saloperie de réveil.

Timmy veut aussi devenir fort, l'apanache de toute perso dans un monde où tout est possible. Doit on l'aider à y parvenir ou bien lui conseiller de devenir quelqu'un de bien avant tout. Un peu des deux j'imagine. Pour lui faire plaisir et pour jouer un peu aussi je me place face à lui et demande au petit puzzle de se mettre à côté de lui. Tout en leur demandant de m'imiter je commence une suite de mouvements qui est un mélange de mes cours de boxe thaï, de vieux cours de karaté et de quelques films. Je termine se dernier en faisant le même mouvement que pour terminer le combat de tout à l'heure. Appuie sur les deux jambes légèrement écartées, poing droit vers le bas et j'étend le tout. Je pousse sur mes jambes et balance mon poing vers le ciel. Sous le mouvement mon parapluie sors de ma poche et tombe au sol. Je fais une pause en les laissant refaire les mouvements et m'approche de Robert pour déposer mon parapluie pas loin de lui.

- Au fait, ça te dérange pas qu'on se tutoie ? Ça te dit un petit échange histoire de voir si quelques échardes ralentissent tes mouvements ? Je veux pas dire mais t'as pas une gueule de boulanger du coin. T'es agent de sécurité ou flic ?

Je sais pas ce qui me fait vraiment dire ça. Peut-être son besoin de savoir comment Timmy allait et ses réactions par rapport au combat. Ce qui est sûr c'est que sa carrure ne donne pas envie de s'y frotter au corps à corps. Ce que je n'aurais sûrement pas fait avec mon niveau de boxe, mais à Dreamland je me sens pousser des ailes.

- Sans pouvoir pour moi et toi si tu arrives à le déclencher au moins j'aurais peut-être aidé à ça.

Pour le motiver et lui montrer que je prend ça un minimum au sérieux, mais si c'est plus du jeux qu'autre chose, j'enfile mes gants et les cales sur mes phalanges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 42
Date d'inscription : 10/05/2017
Age du personnage : 41

Nouveau Venu
Robert Rosewood
Nouveau Venu

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 45
Honneur: - 40
MessageSujet: Re: Mal de crâne au village Puzzle (avec Tommy Fawl et Robert Rosewood) Dim 3 Sep 2017 - 17:50
Robert se garda bien de divulguer ce sentiment de paternité oubliée, profitant du début de leur errance dans ce royaume morcelé pour couper court à toute discussion possible sur ce sujet, ainsi que pour observer Timmy. Tommy pour compagnon de route et de réflexion, il put suivre ses trois jeunots malgré son état un peu dégradé et sa migraine constante.
Les deux cadets trottinaient sous le regard de leurs aînés, tous pendus aux lèvres du voyageur nuage, buvant ses histoires oniriques telle quelques millésimes – jus de fruit pour les enfants – portant toute application à n'en faire tomber la moindre gouttelette. L'hylophobe appréciait ce rapprochement, ainsi que les merveilles que peignait son homonyme aux cheveux rouges, bien que les remords le rongeaient encore ; il tirait donc une tête assez triste bien qu'il s'efforça à l'inverse. Lui, préféra taire ses aventures, tant morbides que traumatisantes ; si les cauchemars le hantaient, il s'agissait du monde des rêves pour ces gosses, autant ne pas faire changer ce point de vu.
Le petit groupe avait marché un moment, au rythme des imitations, plus ou moins réalistes, du combat qui s'était déroulé quelques minutes plus tôt. Timmy paraissait trouver un plaisir certains à reproduire le combat, intimidant quelque peu le petit être qui avait subi l'attaque, mais qui semblait s'amuser tout de même à porter son compagnon de jeu sur ses épaules, lorsque celui-ci se prenait pour notre vétéran en pleine mission de sauvetage. Ce dernier ne put étouffer un élan de rire, à la vu de cette caricature grotesquement ridicule dans sa petitesse. Décidément, ce garnement n'avait pas fini de le surprendre ! Finalement, tous avaient pris un temps de pause, à l’abri des pièces volantes.
Alors qu'il s'asseyait sur un tronc, qui traînait parmi de nombreux autres à l'orée du bois, qu'ils avaient rejoint par un hasard suspect, Robert se fit spectateur d'un cours de Boxe-kara-thaï-Bruce Lee. Il préférait tout a fait rester ici, plutôt que de s'aventurer dans la sylve, comme semblait le vouloir le garçon puzzle, les yeux rivés vers les intestins sombres et entremêlés de troncs. Il n'en avait plus peur comme par le passé, mais il ne s'y sentait toujours pas bien. Robert détourna le regard, sait-on jamais, un quiproquo pourrait vite l'emmener là où il ne voulait pas.
Souriants, les deux petits apprentis combattants illuminaient cette nuit, la plus belle qu'il eut passé depuis un moment, brillants plus par leur simple présence que par leur habileté au arts martiaux. Tommy s'amusait bien, en bon maître Shaolïn, il mimait les mouvements à réaliser. Sachant se battre, notre barbu savait que le grand garçon ne maîtrisait pas bien l'art du pugilat ; ou alors il cachait bien son jeu, en ajoutant volontairement à sa démonstration une touche d'humour. Notre homme penchait tout de même pour la première solution, son style était trop hasardeux pour être dissimulé ; son pouvoir était cependant bien supérieur au sien et il s'agissait d'un atout décisif ici.
Un parapluie rouge et blanc tomba des poches du « maître voyageur nuage » pendant la conclusion d'un énième poomsae improvisé. Il le ramassa et vint le poser sur le tronc, qui servait de pose-séant à Robert. Il en profita pour briser sa solitude :


« Au fait, ça te dérange pas qu'on se tutoie ? Ça te dit un petit échange histoire de voir si quelques échardes ralentissent tes mouvements ? Je veux pas dire mais t'as pas une gueule de boulanger du coin. T'es agent de sécurité ou flic ?



Je prendrai mal un « vous » maintenant, j'ai beau avoir vingts piges de plus que toi je suis pas encore sénile ! La seconde phrase éclaira le coin de sa bouche d'un sourire ; cette petite séance t'a donné envie de taper dans autre chose que le vent ? »


Se redressant sur ses deux jambes, notre metalleux arqua son dos, faisant craquer sa colonne des cervicales aux lombaires ; dérouille autant que frime. Quelques rotations des épaules pendant que Tommy répondait silencieusement à la provoque en se plaçant un peu plus loin. Robert s'approcha, craquant ses phalanges ; il savait pertinemment qu'avec trois ans de voyage derrière lui, ce jeune garçon serait infiniment plus puissant que lui. Il avait rencontré un voyageur puissant dans ses premières nuits, même sa connaissance du combat n'avait pas pu surpasser sa rapidité et sa force, bien que son adversaire ne se battit pas avec expertise ; il serait peut-être mort si « il » ne s'était pas manifesté. Ceci étant, notre voyageur se lançait dans un combat perdu d'avance, d'autant que son bras le lançait encore par moment. De toute façon il était trop tard, les deux lutteurs se faisaient face, les petits s'étaient assis, non sans appréhension, et Tommy avait énoncé les règles :


— « Sans pouvoir pour moi et toi si tu arrives à le déclencher au moins j'aurais peut-être aidé à ça. »


Son pouvoir ne fonctionnait que sur les objets, peut-être valait-il mieux ne pas le dire, au cas ou… Il tut cette information, disant seulement :


— « Au fait… Dis toi que j'aurais préféré être boulangé… »






Il ne bougea plus, alors, guettant les mouvements de son jeune adversaire, ses doigts ondulaient pour chauffer les articulations.



Il prit l'initiative, couvrant les quatre mètres qui le séparaient en deux poussées. Sa garde tenue du bras gauche, il feinta un uppercut au milieu de celle de Tommy, sans porter le coup s'il venait à bouger. S'il esquivait, Robert s'était déjà préparé à le balayer d'un coup de cheville, qu'importe la direction de son mouvement, veillant à ne pas exposer son flanc ni son dos, les coudes assez bas. Si rien de fonctionnait, notre homme se remettrait sur ses appuis avec une garde haute ; s'il tombait, il lui poserait un genou sur le torse accompagné d'un : « Un, Zéro » provocateur, il se remettrait en position ensuite. C'est ainsi qu'il voyait l'action.
Qu'importe ce qui arriverait, Robert avait une tactique. Ne pouvant causer d'assez grands dommages par la force, il se devait se servir de sa ruse. Esquive et contre attaque, laisser son adversaire venir à lui, utiliser sa propre force contre lui, le vétéran savait qu'il ne la maîtrisait pas complètement. Son avantage résidait dans l'expérience, il espérait que cela suffirait à s'en sortir, si se n'était gagner…


En tout cas, Robert était prêt pour le second assaut. Osant tout de même un regard vers les petits, les effrayer était idiot. C'était bête mais il avait l'impression de devoir gagner pour impressionner Timmy... Décidément, sa relation avec cette enfant le troublait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 07/05/2017

Nouveau Venu
Timmy Poonce
Nouveau Venu

Carte d'identité
Essence de Vie: 0
Renommée: 0
Honneur: 0
MessageSujet: Re: Mal de crâne au village Puzzle (avec Tommy Fawl et Robert Rosewood) Mer 6 Sep 2017 - 12:00
Timmy se sentait à sa place au sein de ce quatuor. A vrai dire, tout cela lui rappelait son ancien groupe tragiquement disparu… L'enfant avait presque honte de les avoir si rapidement oublié. Chacune de ses nuits étaient si incroyables, il ne pouvait toutes les garder en mémoire. Un bien pour un mal. Pourquoi ne pas tenir un journal sur ses aventures oniriques ? L'écolier écrivait mal, mais l'idée avait son charme.

    Il écoutait les histoires de Tommy avec une attention redoutable et posait toutes les questions qui lui venaient à l'esprit. Le petit garçon appréciait tout autant la compagnie du voyageur-végétal. Ce dernier était peu loquace mais gardait toujours une attitude bienveillante. Robert était tel un vieux chêne sous lequel on s'abrite pour se protéger de la pluie :  une présence à la fois silencieuse et rassurante.  
   
    Pour le plus grand plaisir du morpheur, Tommy accepta de donner quelques leçons. Persuadé qu'il deviendrait un surhomme après quelques heures d'entraînement, l'enfant-rat s'appliquait à reproduire les mouvements du voyageur au nuage. Il singeait son « maître » avec une ferveur et un engouement qui lui étaient assez inhabituels. Comme l'on pouvait s'y attendre, Timmy avait bien vite oublié sa rancune envers l'enfant-puzzle. Joueur, il ne ratait pas une occasion de taquiner son nouveau camarade quand ce dernier n'arrivait pas à imiter un des mouvements initié par Tommy.
    Peu habitué à traîner avec des gens de son âge lors de ses nuits à Dreamland, l'écolier profitait pleinement de son compagnon de jeu. Certes, la créature n'avait pas l'expérience des cours de récréation mais elle apprenait vite. Trappe-trappe, cache-cache, 1-2-3 soleil… en peu de temps, le petit garçon avait refait la culture de son étrange ami.

    Tommy quitta les deux enfants et partit parler avec Robert. Pendant ce temps, les deux cadets simulaient une bagarre grotesque, esquivant des attaques virtuelles à grand renfort de roulades. Lorsqu'ils s'arrêtèrent enfin pour souffler, l'être onirique prit la parole :

-Il faut que je continue à avancer. Je dois y aller maintenant.

-Attends un peu on a le temps ! Tu t'amuses pas ici ? Et pis d'ailleurs pourquoi tu veux aller là-bas ? Il y a quoi dans cette forêt ?

    Timmy se faisait réticent à l'idée de pénétrer dans le bois. En tant normal, il aurait certainement été attiré par ce bosquet et les étranges végétaux qui le composaient. Toutefois, il avait remarqué que certaines feuilles-puzzle voletaient d'un arbre à l'autre. Il avait déjà essuyé la chute d'un nuage sur sa tête et ne souhaitait pas s'ajouter une bosse supplémentaire de façon similaire.

-Je… je sais pas. Je sais juste que je dois y aller, c'est comme ça.

    L'explication ne convenait pas à l'enfant-rat. S'il n'était plus étonné des créatures difformes ou paysages loufoques qu'il rencontrait, il ne concevait pas que l'on puisse penser différemment de lui. Comment ça il ne savait pas ? Ça n'avait pas de sens. Après tout, cela n'avait pas d'importance non plus. Le regard de l'enfant-rat fut attiré par les deux adultes qui se positionnèrent face à face, en position de combat. Quand il n'était pas impliqué dedans, le petit garçon affectionnait les duels oniriques. C'était comme un dessin animé de super-héros, en plus réaliste. Timmy se positionna à une distance de sécurité et s'assit pour observer la suite.

-Allez, viens t'asseoir avec moi et on les regarde !

Puis, encourageant les deux adultes :

-Allez Tommy ! Et allez Robert aussi !

    Le morpheur fixait maintenant le duel entre les deux voyageurs. Trop absorbé par les premiers mouvements des combattants, il ne remarqua pas son ami-puzzle qui se leva pour partir en direction de la forêt.



[HRP : J'ai pas grand-chose à faire pendant votre affrontement, si vous voulez le faire durer plusieurs posts à la limite je pense qu'on peut se séparer, je sais pas ce que vous en pensez]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mal de crâne au village Puzzle (avec Tommy Fawl et Robert Rosewood)
Revenir en haut Aller en bas

Mal de crâne au village Puzzle (avec Tommy Fawl et Robert Rosewood)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1 :: Village Puzzle-