Haut
Bas

Partagez

Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kezeno Kalsak
Messages : 69
Date d'inscription : 20/12/2016
Age du personnage : 24

Habitué
Kezeno Kalsak
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 120
Honneur: 20
MessageSujet: Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) EmptySam 8 Avr 2017 - 22:52
Il venait de finir sa journée de cours, il était 19h15, et il devait retrouver ses potes dans un restaurant, un buffet asiatique à volonté, et ça tombait bien, il était affamé. Son sac sur le dos, il arriva avec 10 minutes de retard, ses amis l’attendaient déjà à l’intérieur, tout deux à une table. Kezeno les cherchant du regard, un de ces amis, David, se leva et lui fit de grands signes de la main tout en l’appelant bruyamment, ce qui lui valu de se faire abusément observer. Kezeno eu un petit rire nerveux, et vint rejoindre ses amis à la table.
- « Mec t’es sérieux à gueuler mon nom dans l’restau ? »
- « M’en bas les couilles, si t’avais été à l’heure on serais déjà en train de bouffer ! »
- « Gros porc de merde. »
- « Merci ma caille. Bon, on va se les chercher ces assiettes ? »
Quelques minutes plus tard, ils étaient tout les trois de nouveaux à leur table, leurs assiettes remplies à ras bord d’un peu tout et n’importe quoi.
- « Putain je vais les ruiner les pauvres. »
- « ON va les ruiner ! »
Ils rirent, et commencèrent à manger. Tout en se baffrant, David proposa à ses potes un programme pour la soirée.
- « Hey les mecs ? Ca vous tenterait une petite soirée film ? Y’a Nosferatu qui passe ce soir à la télé. »
Kezeno avala ce qu’il avait dans la bouche avant de lui répondre.
- « Nosferatu ? C’est pas un truc de vampire ça ? »
- « Ouais je crois, mais c’est vieux nan ? »
- « Ouais c’est vieux, et ouais c’est bien un truc de vampire, mais c’est drôle, on l’a déjà vu ensemble les gars, c’est Dracula mais le mec qui le joue est trop chelou du coup à chaque fois que Dracula apparaît on dirait qu’il vient de se souvenir d’un truc important ! »
- « Ah ouaiiis ! Et quand il fait pas cette gueule, il a l’air constipé ! »
- « Exactement ! »
- « M’en souviens pas, mais si tu veux on peux regarder ça chez toi après. Allez moi je retourne au rab ! »
- « Comme je te comprends ! J'te suis ! »

Ils étaient tous chez David, Youenn avait même acheté des bières sur la route pour pouvoir boire un coup, pendant que ses potes allumaient la télé, Kezeno était à la fenêtre en train de fumer. Tirant tranquillement sur sa clope, il se demandait si ils n’existait pas, sur Dreamland, des vampires, ou au moins des trucs qui y ressemblent.
« Me reste plus qu’a penser a des vampires et espérer que y’a bien un monde pour eux, mais faudrait quand même pas que je fasse le ouf là-bas. »
- « Hey Kez, ramène toi ! On a déjà raté le début de film ! »
- « J’arrive ! »
Il déposa son mégot dans le cendrier, et pris une bière avant de se poser comme un sac, sur le canapé.
- « Putain oui il a l’air constipé ! »

C’est plusieurs bières plus tard et le film fini qu’il s’endormit sur le canapé de son ami. Pleins de vampires et de château terrifiant dans la tête.

---------------------------------------------------------------------

Il arpentait désormais le monde onirique, mais le décor dans lequel il se trouvait n’avait rien d’un rêve, il semblait tout droit sorti d’un film de vampires.
- « Mais qu’est ce qu’il m’a pris de penser à des trucs pareils ! D’où j’ai pensé que c’était une bonne idée ?! Mais merde je suis vraiment con ! C’est vraiment chelou comme endroit ! »
Il se trouvait dans une étrange forêt, il neigeait, et la vallée était recouvert d’un fin manteau blanc, le paysage autour de lui était constitué d’arbres morts, ces derniers était tout particulier car leurs branches semblaient taillés, et formaient de véritables lances, partant dans toutes les directions. Certaines branches, en plus d’êtres pointues, étaient enroulées de ronces ou de fils barbelés, les rendants d’autant plus dangereuses, bien qu’étant donné le nombre étonnant d’os aussi divers que variés, parfois accompagnés de la chair de leur malheureux propriétaire, laissait à penser que leur utilité de barricade était efficace, mais surtout que le propriétaire des lieux n’avait pas très envie d’être dérangé. Kezeno leva les yeux pour regarder les montagnes qui lui faisait face, et vit, perché plus haut, un énorme et sombre château. Il resta bouche bée face à l’immensité de la structure qui dominait toute la vallée, c’étaient un château gothique, particulièrement grand et large, ses murs étaient sombres, mais des fenêtres semblaient sortir quelques étranges lueurs, des ombres dansaient le long des remparts, et des chauve-souris virevoltaient autour des tours aux coins de la structure. Le château était en total contraste avec la blancheur de la neige qui recouvrait son toit.
- «Putain on se croirait dans Castlevania ! »
Il regarda les alentours du château, et vit, à des distances plus ou moins proches, quelques autres tours, réparti ci et là pour surveiller constamment la forêt. Kezeno se dit qu’il ferait mieux de rejoindre la plus proche, espérant trouver un abri pour passer la nuit.
Bon bah...avec un peu de chance!»
C’est ainsi qu'avec un peu de courage, pas mal de stress, vêtu d’un bonnet noir, d’une parka bleue marine, d’un pull noir lui aussi, d’un simple jean et d’une paire de chaussures de randonnée qu’il parti lentement en direction de la tour qu’il apercevait, éclairé par la lueur de la lune. Il alluma sa cigarette tout en marchant, laissant apparaître dans la nuit, une simple lueur rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Costa Baran
Messages : 8
Date d'inscription : 02/04/2017

Habitué
Costa Baran
Habitué

MessageSujet: Re: Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) EmptyDim 9 Avr 2017 - 16:37
« Oh Costa t'écoute ? J'essaie de t'expliquer comment c'est foutu chez nous. »

« Hein ? A oui oui Nos, je t'écoute. »

Comment j'ai atterris ici déjà ? Ah oui c'est vrai, je me suis simplement endormis....c'est donc ça dreamland, de la pierre aussi froide que l'acier, de la neige et une volière pleine à ras-bords de chauve-souris de tailles diverses et variés.....super.... sans compter que je me suis fais mordre par deux d'entre elles ! Bon c'est pas comme ci je l'avais pas cherché mais bon....Tiens j'ai l'impression d'oublier quelque chose.....hum...a oui ça me reviens, le fait que frère François m’as parlé d'un film à la télé.....tiens d'ailleurs si j'ai bien compris comment marche Dreamland il y a peut-être moyen qu'il soit la ; mais je doute que les chauve-souris soient sa phobie. Ah bah en parlant du loup, bonjour frère François et oui voilà ce que ça fait de regarder Nosferatu le soir.

« Ha ! Père Costa aidez-moi ! »

Faisons lui un signe de main, après tout ce n'est pas comme ci il mourrait pour de vrai, toutefois je le plains un peu....il n y a pas si longtemps c'est moi qui me faisais dévorer par les chauves-souris. Hum je devrais peut-être y aller....ça me fais de la peine de le voir comme ça. Remarque, frère François est-il si agréable que ça au quotidien ? Je ne m'étais jamais réellement posé la question, en pesant le pour et les contr.... 

« Mais tu va écouter Nom de dieu ?! »

« ….ha oui tu me parlais, désolé je n'écoutais pas. »

« Mais c'est pas vrai ! »

« Costa, sérieusement ça a l'air chiant comme ça, mais si tu ne sais pas comment fonctionne la tour, tu n'avanceras jamais ; même pire tu pourrais te faire tuer en te retrouvant au mauvais endroit. »

« Bien compris, vas-y Nos tu as toute mon attention. »

« Seigneur aidez-moi.... »

« Ok je reprends depuis le début ; le royaume dans lequel nous nous trouvons s'appelle le manoir, comme tu peux le constater le territoire est plutôt vaste, tout à l'arrière de ce dernier, sur le toit plus précisément, s’élève la tour des chauve-souris, notre coin grosso merdo.
Tout d'abord la base, la volière là où nous sommes actuellement, au dessus de la volière, au premier étage de la tour donc se trouve la terrasse. De là on a une super vue sur la forêt d'arbre tranchant, et certaines chauve souris vont chasser las-bas occasionnellement, toutefois la terrasse est réservé a des chauve-souris déjà.....forte on va dire, pas moi et Sti quoi. Au dessus de la terrasse il y a le donjon de l'enfer, là on commence à taper dans du level et encore au dessus, au sommet donc il y a le plateau où se trouve les gardiens de la nuit, et notamment le grand patron, le saint des saint, la chauve-souris la plus ancienne de dreamland notre père a tous........ »


« Comment il s’appelle? »

« On sait pas. »

« Seul les gardiens de la nuit connaissent sont nom, mais sinon on sait qu'il est là, entrain de veiller sur la nuit. »

  « Pourquoi me partager ces informations ? Ce n'est pas comme si j'avais pour ambition de gravir cette tour. »

  « Pour le moment, mais on en reparlera quand t'auras prit ta première tanné haha! »

« En espérant que tu survive. Ce serait dommage que tu canne rapidement, cela fais tellement longtemps qu'on a pas eu un voyageur ici. »

« Qu'est-il arrivé au dernier ? »

« On en parle pas. »

« D'accord.....Mais attends Nos, tu m'as pas dis plus tôt que le manoir était géré par...le comte ? »

« Si. »

« Et ça ne le gêne pas cette histoire de patron des chauve-souris ? »

« Hé ! Il gère ses bailles, on gère les nôtres. »

« On squatte quoi. »

«....et donc........ »

« Quoi ? »

« Rien rien....je vais aller faire le tour du propriétaire, si je dois séjourner ici je dois au moins voir a quoi ça ressemble non ? »

« Who who ! Ou tu vas Costa ?! T'es barjo ? Ce château est un vrai attrape-couillon, c'est pas parce que tu fais partit du royaume que tu vas te balader pépère dans le coin, ça grouille de saloperie et à part les chauve-souris bah....tu va te fritter mon pote ! »

« Tu va me dire que je suis bloqué ici toute la nuit ? Sur ce toit ? »

« Euh bah.....ouais. »

« Il en est....Hors de question ! »

« Bah quoi ? C'est plutôt sympa ici non ? »

« Non ! Pas quand tout vos potes volent constamment dans tout les sens en faisant des tsk tsk constamment ! »

« Ok ok mec chill....bon doit forcément y avoir un moyen de descendre, rapprochons nous du bord déjà, ptêtre qu'on trouvera quelque chose. »

« C'est pas un peu dangereux ton affaire ? »

« Hé c'est lui qui veut descendre, pas moi. En route mauvaise troupe. »

« Je te suis. »

Oui bah plus facile a dire qu'a faire au final, ce toit est une plaie ! Je n'arrête pas de glisser sur les tuiles, Nos me rattrape de temps en temps mais j'ai peur qu'il me rate et que je tombe 100 mètres plus bas. Ce serait dommage de mourir aussi bêtement, et plus on se rapproche de l'avant du château et plus je vois le décor ; 100 mètres et des arbres aussi aiguisés que du rasoir voilà ce qui m'attend si je me rate. Bon pas de problème Costa, fais attention ou tu marche, ne regarde pas devant toi regarde tes pieds c'est le plus important ; en gardant un œil sur Nos quand même, c'est qu'on pourrait se perdre plus facilement qu'on ne le pense. J'ai vraiment l'impression d'être perché sur le château de Dracula quand même, ce style gothique, sans une ambiance aussi sinistre ce château serait sublime, enfin le toit du moins. C'est dans ces moments que je regrette de ne pas m'être plus exercé a la gymnastique.

« Et on est arrivé. »

Ouf ! Encore un peu et je me jetais dans le vide ! Heureusement que cette gargouille était la, elle est vraiment hideuse au passage, c'est pas comme si les autres gargouilles étaient forcément jolie mais celle la....elle ferait fuir le diable en enfer, cette langue fourchu et tordue qui sort de sa bouche ne me plaît pas vraiment, sans parler de cette tête qui ferait étrangement penser a un porc hum...bon assez assez, je suis pas la pour critiquer la déco mais trouver un moyen de descendre....oula rien que la vue me donne le vertige....cette forêt s'étend loin quand même. Oh de la lumière ? Elle est éclairée ? Une lumière rouge, ça m'étonnerais pas.

« Oh Nos regarde ! Y a un clampin qui s'est paumé dans la forêt ! »

« Oh sérieux ? Hé c'est que c'est vrai dis donc, et un voyageur en plus ! Haha le pauvre, je le plains déjà ! »

Quoi ? Un voyageur ? J'ai bien fais de m'éloigner de cette volière tiens, je serais curieux de voir ce voyageur de plus prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Tommy Fawl
Messages : 613
Date d'inscription : 23/07/2013
Age du personnage : 22

Maraudeur des rêves
Tommy Fawl
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 1204
Honneur: 193
MessageSujet: Re: Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) EmptyMar 11 Avr 2017 - 2:34
- Et merde... Pourquoi je suis revenu ici !?

Le cimetière... Un royaume de l'emmerde parmi les royaume de merde de Dreamland... Et encore, je ne l'ai découvert que la nuit dernière. Qu'elle idée aussi de repenser, juste avant de s'endormir, à son aventure de la nuit dernière quand celle-ci a été aussi pourrie. Encore heureux que j'y ai croisé un voyageur qui n'avait pas envie de m'étriper parce que j'aurais passé l'arme à gauche... Sauf que j'aurais peut-être moins de chance aujourd'hui. La lune est déjà moins claire et je vois à peine l'extrémité du cratère vers laquelle je me dirige.

Glissant en vitesse sur la terre desséché avec Cloud sous les pieds je patines continuellement vers l'avant en traçant ma route au milieu des décombres. Des maisons, des structures variées et même quelques ombres menaçantes qui se dressent à mon passage. Il ne me semble pas être pourchassé par quoi que ce soit pour le moment, mais les morts vivants dont je sais la présence ne me rassure pas vraiment. Je slalom entre les arbres morts et les rochers alors que je me dirige vers ce qui de loin me semblait être un passage entre deux montagnes à la sortie du cimetière. Je croise justement quelques stèles comme si on voulait me rappeler où je me trouve et ce que je souhaite fuir.

Il y a un vent de face qui me gène dans ma progression et je me baladerais en t-shirt comme ça, dans la monde réel, je chopperais surement la crève, mais pas ce soir. J'ai une écharpe qui me tourne autour du cou et dont chacun des tours qui est fait est lié au précédent par une chaînette. Première fois que je me trimbale avec cela, mais c'est plutôt agréable de ne pas avoir froid. Aux niveau des bras j'ai une sorte de veste légère noir avec des sortes de broderies blanches qui tracent quelques glyphes le long du tissu. Fermé, je cache le t-shirt long aux coutures approximatives. Coutures ou découpes, car les bas du t-shirt forme une bande déchirée qui me descend presque jusqu'au genoux, masquant une partie de mon jean. Ce dernier n'est pas en reste car il semble être un patchwork de tissus plus ou moins de la même teinte. J'ai laissé tomber l'idée de retrouver le créateur des vêtements des voyageurs.

Bien pratique pour ne pas le perdre et garder à portée de mains mon parapluie est glissé dans une sorte de holster directement intégré dans mon pantalon. Je ne l'ai pas ouvert cette nuit, mais il faut dire que se déplacer rapidement en tenant un parapluie n'est pas la chose la plus pratique du monde. D'autant que ce n'est pas vraiment l'un de mes objets qui change de forme chaque nuit comme mes gants ou bien Cloud. Les premiers ont choisis d'arborer un noir profond avec des mâchoires pour le moment fermées sur le dos des mains, alors que Cloud lui est quasiment invisible avec sa teinte violette qui tire sur le noir. Rien de bien folichon, mais savoir comment on est équipé dès le début de sa nuit c'est mieux savoir réagir aux imprévue. Enfin bref... Des fois j'ai l'impression de devenir fous à me faire des débriefs en solitaire sur mes arrivés à Dreamland.

Heureusement les emmerdes commencent et me sortent de mes dérivent schizophrènes dû à la solitude. J'arrive devant ce qui, de loin, me semblait donc être un passage de sortie de ce royaume où règne un silence de mort pesant. Ce qui se dresse réellement face à moi, n'est pas un chemin, une piste ou une porte dimensionnelle qui m'emmènerait au Tropiques, nan, juste une forêt acérée des troncs aux épines. La traversée va être une vraie partie de plaisir j'imagine... Sans déconner.. et les montagnes que j'ai longée jusqu'ici ne m'ont pas laissé voir un autre chemin avant une trop longue distance à parcourir.

Entendant des son qui résonnent de façon très désagréable à mes oreilles je me presse d'entamer ma progression avant que quelque chose de plus mort que vivant, mais pas végétarien pour autant ne décide de me goûter. Au départ plutôt précautionneux, après m'être accroché la veste à plusieurs reprises sur l'extrémité des branches je finis par avancer en la déchirant à tout va. D'autant que plus je m'enfonce dans cette forêt de couteaux plus il se met à neiger avec un vent de face qui s'intensifie aussi vite que les précipitations neigeuses. Toute cette situation a le don de m'énerver et je finis progresser sans vraiment m'attarder sur le fait de me griffer sur les branches et autres bouts d'arbres à moitiés fossilisés.

Après ce qui m'a semblé être une éternité de traversée j'arrive enfin à la lisière de cette barrière de lames naturelles. Me laissant tomber sur le sol en me tournant sur le dos je me repose quelques instants en profitant de la fraîcheur des flocons qui me tombent doucement sur le visage. En rouvrant les yeux après un soupir de satisfaction je regarde le nouveau monde qui s'étend devant moi, même si ce dernier est pour le moment sans dessus-dessous. Ce que je vois n'a pas vraiment la capacité de me plaire et je ne sais pas trop si j'ai vraiment fait le bon choix en venant ici. Un château sombre et aux airs gothiques se dresse le long de la montagne avec autour de lui diverses tours et même un chemin de ronde assez étendu.

- Tout va bien cher visiteur ? Que faites vous allongés ainsi sous la neige ?

Par réflexe je tourne la tête en me relevant précipitamment sur mon coude pour tomber face à une très belle femme habillée d'une robe victorienne sombre. De là où je suis, je peux surtout profiter de la pâleur de sa peau qui nuance avec sa robe et ses cheveux noirs de jet. Sans vraiment savoir si je dois me méfier ou non d'une si jolie créature je me relève doucement en me dépoussiérant le jean.

- Rien de grave, je me remettais simplement de ma traversée. Je m'excuse d'avoir dérangé votre promenade madame.

Elle me tends sa main droite tandis que l'autre tient un parapluie fin qui résiste avec grâce au assauts du vent. Je me penche pour faire un baise mains que je ne me voyais jamais réaliser de vie et je relève la tête pour découvrir ses traits. Une flamme sort de derrière elle et vient se positionner entre nous. C'est une petite créature aux airs de majordome aux airs figés qui viens d'arriver de derrière elle pour éclairer la scène. Moment intense qui me laisse admirer les courbes fines du visage de la belle et un sublime regard émeraude qui me souris doucement.

- Vous venez du cimetière ? Vous n'avez pas choisi le meilleur chemin pour venir jusqu'à nous. Voulez-vous marcher avec moi jusqu'au manoir ?

Le majordome s'avance sans dire un mot pour prendre plusieurs mètres d'avance sur sa maîtresse et s'arrête net jusqu'à ce que j'acquiesce l'invitation d'un hochement de tête. Nous commençons donc à avancer après que la belle m'ait tendu son bras pour le glisser autour du mien. Légèrement désarçonné par ce geste je suis plutôt content que la lampe se soit éloignée car je dois avoir les joues légèrement rouge.

- Que venez vous donc faire dans notre vaste manoir mister ... Mr ?

- Fawl... Mr Fawl. Et bien... Je cherchais un moyen de quitter le cimetière et les bois qui protègent vos terres étaient le passage le plus proche de moi.

- C'est donc un pur hasard qui vous a amené ici, qu'elle bonne nouvelle. Je me présente, Lady Ruthven, enchanté de vous rencontrer. Le majordome ce retourne à ce moment là alors que nous continuons d'avancer, protégés par l'ombrelle de ma guide.

- Milady, il semblerait que nous ayons un second invité. Une lueur inhabituelle se rapproche des tours du château.

- Et bien, allons à leur rencontre, nous n'allons pas laisser dehors des visiteurs par ce temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Kezeno Kalsak
Messages : 69
Date d'inscription : 20/12/2016
Age du personnage : 24

Habitué
Kezeno Kalsak
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 120
Honneur: 20
MessageSujet: Re: Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) EmptyMer 10 Mai 2017 - 16:06
- « Putain j’aime pas cet endroit... »
Il se dépêchait d’avancer, le froid de la vallée commençait à se faire sentir, et l’endroit n’était pas des plus accueillant, il s’était éraflé à plusieurs reprises et avait légèrement abîmé ses habits.Les cadavres empalés de pauvres hères était les fruits de ces arbres, ils étaient morts dans leur précipitation, ou poussé par les habitants des lieux, tous étaient positionné différemment, dans leur danse macabre ou tous avaient un rôle terrifiant, il avait peur, les spectateurs de ce sinistre spectacle finissait sans doute tous par en faire partie. Il s’était retenu plusieurs fois de vomir en voyant des restes de créatures diverses, certains se trouvaient là depuis des dizaines, voir des centaines d’années, d’autres, depuis bien moins longtemps. Une odeur de sang et de mort régnait sur les lieux, et la neige immaculé venait, comme pour cacher les horreurs, se déposer sur les branches et les corps, peut être, sous un manteau de neige, pourrait-il trouver repos ? Il s’arrêta quelques instants, soufflant la fumée de sa cigarette, la regardant s’envoler, en brillant, sous le regard de la lune et des étoiles, il vit une chauve-souris passer.
- « Le pouvoir de voler...ça doit être cool ça aussi.. ! »
Il sourit doucement, et reparti, s’approchant de plus en plus de son objectif : La mystérieuse tour.
Il regardait tout autour de lui, il lui semblait avoir entendu des bruits à travers le vent, peut être des voix, il n’était pas sur de lui, il se dit que, étant maintenant proche de la tour, il aurait pu entendre ses habitants, mais il n’avait vu aucune lumière. Tant pis, c’est la qu’il allait, et il ne changerait pas de direction maintenant qu’il était si proche.
Il arriva a son objectif, il n’y avait plus d’arbres, la tour était à la lisière de la forêt plutôt large, sans doute presque 10mètres, pour une hauteur d’une quarantaine de mètres. C’était une tour très sombre, et tout comme le château, elle était construite dans le plus pur style gothique, un magnifique ouvrage architectural Dreamlandien qui laissa le voyageur ébahi, de plus, la neige se déposant dans chaque interstice, sur chaque gargouille, éclaircissait la tour, la rendant d’autant plus splendide. Il éteignit sa cigarette dans la neige, jetant le mégot derrière lui avant de toquer à la porte de la tour.
- « Y’a quelqu’un ? »
Pas de réponse. Il toque à nouveau, plus fort.
- « HE HOOO ? »
Rien.
- « Bon bah merde hein. »
Il essaya d’ouvrir la porte, bien a son avantage, celle ci était ouverte ! Ouf ! Il entra dans la tour, refermant la porte derrière lui. Il faisait très sombre, la lumière de la lune passait à travers les quelques fenêtres du rez de chaussée mais cela ne suffisait pas a bien éclairer la pièce. Il sortit son briquet de sa poche et l’alluma, la flamme n’éclairait pas beaucoup, mais c’était déjà ça de plus. Il commença a avancer, la pièce était plutôt grande, avec à l’intérieur, une table relativement grande et longue, accompagnée de deux bancs de mêmes longueurs, sur la table se trouvait un chandelier, que Kez s’empressa de prendre, soulevant de la poussière.
- « Ah ça c’est mieux. »
Il l’alluma, puis rangea son briquet. Il balaya la pièce en tournant, observant rapidement les lieux. Rien d’anormal, excepté une étrange tâche sur le sol, il s’avança et observa la tâche, c’était une flaque. Une flaque rouge. Une flaque de sang.
- « C’est quoi cette merde... »
Une goutte tomba devant lui, rejoignant la flaque. Il sursauta, et d’un geste vif, leva la tête vers le plafond. Rien au plafond. Si ce n’est une autre tâche rouge. Le sang venait de l’étage au dessus, et avait traversé le bois.
- « Putain y’a quelque chose au dessus… »
Il ne bougeait plus, et essayait d’entendre un quelconque bruit, mais rien de suspect ne se faisait entendre. Il s’approcha alors doucement des escaliers, très stressé et un peu effrayé, brandissant son chandelier devant lui, il commença a monter, faisant craquer les planches. Arrivé en haut, il faisait très sombre, il regarda la pièce, et vit un assez grand lit, une autre table avec deux tasses, et au bord d’un mur, un petit bureau avec tout le nécessaire a écriture disposé dessus, il vit sur un mur quelque chose qui ressemblait a un interrupteur, intrigué, il s’approcha, et appuya sur le dispositif. Une ampoule s’alluma.
- « C’est pas sérieux... »
Il se tourna, regarda a nouveau la pièce, et vit sur le sol un reste d’une grosse bouteille en verre, qui était sans doute tombé de la table pour une quelconque raison inconnue, et qui avait explosé sur le sol, répandant son contenu sur le plancher. Kezeno regarda la bouteille, il n’y avait rien d’écrit dessus.
« Putain ça sent bien le sang... qui est assez malade pour garder du sang dans une bouteille... »
- « Je ne vous dérange pas j’espère ? »
- « Pas du touAAAAH ! »
Kezeno fit un bon en avant, tournant la tête pour voir le propriétaire de cette voix. Une petite créature habillé comme un majordome le regardait.
- « Heum, c’est chez vous ? »
- « Suivez moi. »
Le voyageur cligna des yeux à plusieurs reprises, et suivi promptement la créature.
« Bon bah il a pas l'air méchant, il m’a même pas engueulé. »
La créature descendit les escaliers et sorti de la tour, Kezeno derrière lui.
- « Euh, j’ai pas le droit de rester ? »
- « Nous ne vivons pas ici. »
Le voyageur passa le seuil de la porte.
- « Nous ? »
Il vit deux silhouettes de plus, debout a quelques mètres de la tour, le majordome les avait rejoint.
« Hum...je serais pas un peu dans la merde moi ? »
Il se tourna un instant, regarda la forêt et frissonna a cause du froid.
- « Je sais pas ce qui serait le pire. »
Il s’empressa de rejoindre les silhouettes.
- « Belle soirée n’est ce pas ? »
- « Plutôt, mais ça caille quand même sévère ! »
Une des silhouettes s’était révélé être une jolie demoiselle très pâle, au cheveux noirs et portant une longue robe sombre, mais il ne fit pas tellement attention a elle, car derrière se trouvait quelqu’un qu’il connaissait. Kezeno fut surpris de voir une tête qu’il connaissait dans un endroit pareil
- « Tommy ? C’est toi vieux ? »
C’était bien son ami qui était debout devant lui, la jeune femme accrochée à lui. Kez lui serra la main et lui chuchota avec un sourire idiot.
- « C’est ta copine c’est ça ? »
Il lui fit le clin d’oeil du « bien joué mec » et parti saluer la donzelle, se penchant en avant .
- « Je suis Kezeno, enchanté mademoiselle.. ? »
- « Lady Ruthven, enchanté Mr.Kezeno. Puis-je savoir d’ou vous venez ? »
La demoiselle exposa quelque peu son visage, éclairé par la lanterne du majordome, laissant voir un sourire tendre ainsi que de magnifique yeux verts émeraudes.
- « Euh, je me suis réveillé dans la forêt donc j’ai marché jusqu’a la tour dans l’espoir de me mettre au chaud. »
- « Oh, vous êtes donc vous aussi venu par hasard jusqu’ici, étonnant, de plus vous semblez vous connaître !»
Kezeno souria.
- « On se connaît un peu oui ! »
- « Fort bien ! Cette nuit n’en sera que plus amusante ! Rendons nous au manoir, nous y serons au chaud. »
Ils repartirent en marchant, pour rejoindre l’entrée du manoir, et ainsi fuir le blizzard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Tommy Fawl
Messages : 613
Date d'inscription : 23/07/2013
Age du personnage : 22

Maraudeur des rêves
Tommy Fawl
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 1204
Honneur: 193
MessageSujet: Re: Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) EmptyDim 13 Aoû 2017 - 6:17
Je met un peu de temps à me remettre de ses retrouvailles inattendues. Kezeno et moi avons repris contact une fois ou deux depuis notre rencontre à Machrophonopolis et les probabilités pour que l'on se retrouve ici me choquent. Il y a quelques présentations, mais il m'extirpe de ma contemplation de la dame à mon bras et cela me dérange plus qu'autre chose. Je suis tout de même heureux de ne pas devoir lâcher le bras de cette dernière pour le saluer. Ma main droite n'étant pas occupé, je peux lui serrer la main tout en profitant de l'étreinte chaleureuse à mes côtés.

Il y eu un court échange à deux voix auquel je pris à peine part, j'articulais un simple "Salut mon vieux." en refermant ma main sur la sienne. Quelques présentations plus tard, nous sommes en marche vers le château comme il était prévu auparavant. Je ne peux m'empêcher d'entendre résonner dans ma tête la petite raillerie de Kezeno sur ma relation avec la dame. Il est de l'autre côté de l'ombrelle et je ne peux pas le voir, mais pour mon plus grand plaisir mes yeux se posent sur les traits de la belle, qui le remarque. Elle tourne la tête pour me regarder et je plonge un instant dans le vert émeraude de ses yeux. Son sourire fini de me charmer avec toute sa bienveillance. Je tourne la tête pour ne pas être trop insistant et me fixe sur le château pour garder les idées clairs.

C'est une gigantesque masse gris sombre planté au milieu d'un décors de noirceurs. Quelques flambeau viennent éclairer sa façade, notamment le perron. Comment peut-il penser que je pourrais être assez bien pour une aussi belle femme. Au travers de quelques fenêtres on retrouve fremissantes les ombres de flammes qui ondulent sur les murs. Sûrement quelques bougies, cierges ou feux de bois qui viennent réchauffer et illuminer l'intérieur de cette demeure. Je n'arrive pas à situer dans le temps le style de la construction, celui-ci me semblant être composé de différentes formes et détails qui auraient pu s'ajouter au fils des siecles et des époques. Au moins il n'essaye pas de s'approcher trop d'elle, qu'il croit de telles choses permet au moins cela. Je suis soudain pris d'un doute et je ne me retiens pas de relancer la discussion, avant tout pour l'écouter parler.

- Lady, vous ne vivez pas seule dans une si grande demeure ?

Elle se tourne vers moi, un grand sourire aux lèvres et rie doucement avant de reprendre la parole. Un rire plein de délicatesse.

- Non, ne vous inquiétez pas, j'ai de la compagnie pour animer mes journées, mais si je l'étais, vous resteriez me tenir compagnie n'est-ce pas ? Demande-t-elle en me dévorant du regard.

- Assurément. Répondis-je sans vraiment avoir fait attention à sa réponse ou à se question. Je l'ai juste entendu pendant que j'admirais les traits de son visage, ses pommettes se creuser, sa poitrine se soulever lorsqu'elle parle ou rie.

L'avant n'existe plus et l'après peut-être encore moins, je vie la plus belle nuit de ma vie. Et celle-ci ne fait que commencer, me dis-je à moi-même en sautant intérieurement de joie. Le fait que ma compagnie puisse lui suffire me conforte dans le fait que Kezeno ne sera pas un problème. Au moins pour le moment. Elle nous pose des questions à l'un et à l'autre, je lui présente Cloud qu'elle semble apprécier et nous pregressons jusqu'au château. Le majordome nous ouvre les grands ventaux en bois et nous pénétrons cette magnifiques demeure où chaque meuble est sculpté et agrémenté de pierres, de dorures ou de je ne sais quel matériaux pouvant réhausseur la richesse du lieux.

Le hall d'entrée donne sur un grand escalier en colimaçon qui se divise en deux pour mener au premier étage. Au rez-de-chaussé, des portes doubles de chaque côté doivent mener vers des salles à manger ou des salons aussi bien décorés que cette entrée. D'autres portes plus petites s'ouvrent et se ferment au grès des allers-retours de soubrettes n'arrivant pas à la cheville de la femme à mon bras. Nous entrons et cette dernière nous explique qu'elle a quelques amis qui sont presents pour plusieurs jours. Elle retire son manteau avec l'aide du majordome qui le récupére pour l'accrocher à un porte manteau et revient vers nous pour nous demander si il peut nous débarrasser de quelque chose. J'aurais pu lui tendre mon parapluie, mais je suis comme secoué. Ma tête tourne et j'ai l'impression qu'il me manque un truc.

La créature revient vers nous, maintenant séparé de son manteau, dans sa grand robe qui mélange harmonieusement le noir et vert. Laissant ses épaules dénudées et créant un décolleté tout ce qu'il y'a de plus raisonnable, le haut de sa robe est très près du corps. Le bas, lui, s'élargit sans devenir trop encombrant. Le tout fait que je ne me pose pas de question lorsqu'elle tend la main vers nous pour nous attirer vers la porte de droite. Mes yeux se pose à nouveau sur elle, mais sa beauté me semble soudain plus... Commune. Cela me crève de le dire après la vision que j'ai pu avoir d'elle juste ici, mais je répond à sa demande et lui prend la main avec un doute sur le cœur. Inquiétude qui s'envole devant son visage qu'elle retourne vers moi avant d'ouvrir la porte de sa main libre. Son sourire radieux, ses yeux soulignés au noir et la sublime pâleur de ses traits suffisent à tout balayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Kezeno Kalsak
Messages : 69
Date d'inscription : 20/12/2016
Age du personnage : 24

Habitué
Kezeno Kalsak
Habitué

Carte d'identité
Essence de Vie: 50
Renommée: 120
Honneur: 20
MessageSujet: Re: Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) EmptyLun 29 Jan 2018 - 20:52
«Bordel il cause depuis tout à l’heure à l’autre meuf, pourquoi j’ai l’impression que y’a un problème? Putain mais merde, j’y pense, y’avais du sang tout a l’heure ! »

Une douleur vive venait de s’en prendre au crâne du voyageur, il mis sa main sur sa tête, grimaçant.

« Putain c’est trop chelou, c’est comme si j’avais complètement oublié ça et que je venais de m’en souvenir. Y’a vraiment quelque chose qui va pas… aaahhh, n*que sa mère ! »

Relevant un peu les yeux et retirant sa main, il se tourna vers Tommy, voulant lui demander si il ressentait la même, il tomba nez a nez avec le regard perçant et menaçant de la jolie demoiselle. Une sensation pesante régnait, mais Lady Ruthven, en un éclair, resserra un peu plus son étreinte sur Tommy, reprenant une conversation naturellement avec lui, comme si de rien n’était. Kezeno sentait assurément la gigantesque couille qui traînait dans le pâté, mais cette couille ayant la forme d’une belle demoiselle, elle restait bel et bien alléchante.

« Oh non non non, y’a définitivement un truc qui va pas… mais putain j’avais presque oublié à quel point cet endroit était flippant ! Merde merde merde, il y’avais du sang là-bas, pourquoi j’ai mal à la tête ? Argh, j’ai pas les idées claires merde ! »

Sans même avoir vu passer le chemin parcouru, il s’était retrouvé avec toute la petite clique devant le château qu’il avait aperçu au loin un peu plus tôt. Une imposante façade se tenait devant lui, des torches aux flammes dansantes au gré du vent éclairant partiellement le devant de l’imposante demeure. Un frisson parcouru l’échine du contrôleur de chaînes, décidément, cet endroit n’avait rien de rassurant. Une conversation parvint à ses oreilles.

- « Lady, vous ne vivez pas seule dans une si grande demeure ? »

- « Non, ne vous inquiétez pas, j’ai de la compagnie pour animer mes journées, mais si je l’étais, vous resteriez me tenir compagnie n’est- ce pas ? »

- « Assurément. »

« Bon dieu de merde elle le drague de ouf, et il est complètement sous le charme. Comme si… comme si… elle l’hypnotisait.. ? Non, non c’est pas possible je dois dérailler… quoi que… qu’est ce qu’une femme comme ça ferait dans un endroit aussi lugubre.. ? »

La douleur dans le crâne de Kezeno se faisait ressentir dès qu’il pensait trop. Comme pour le bloquer, empêcher son doute de continuer, les deux voyageurs se faisait hypnotiser, seulement Kezeno était moins réceptif. La demoiselle commença à poser quelques questions aux voyageurs, sans même ne pouvoir s’en empêcher, Kezeno répondait naturellement, il semblait de nouveau avoir oublié les doutes qu’il avait ressenti. Les portes du château s’ouvrèrent, et le petit groupe s’engouffra dedans, tout était magnifique, les meubles, les murs, les tapisseries, des sculptures, tout dans l’entrée du château semblait être là pour impressionner les visiteurs de par la richesse des lieux. Quel statut social pouvait bien avoir Lady Ruthven ? Sans aucun doute elle faisait parti de l’élite. Des domestiques se baladent dans les couloirs, transportant mille et une chose, rendant le lieu bien vivant, le regard de Kezeno se portait sur les soubrettes, toutes étaient très pâles, tout autant que Lady Ruthven d’ailleurs.

« Pourquoi ils sont tous blancs comme des culs ? Et puis merde attends c’est quoi ce truc rouge qu’elle transporte celle là ? On dirait du … comme tout à l’heure… c’est du sang en bouteille?? Wow. Merde. Non. C’est pas possible. Attends… »

Son cerveau carburait tant qu’il ne réagissait plus vraiment avec le monde extérieur. Donnant son manteau au majordome. Suivant Tommy comme un zombie. Il s’engouffra dans une pièce à droite de l’entrée, un magnifique salon, quelques fauteuils et un large canapé disposé autour d’une table basse, un feu de cheminée sur un côté ainsi que deux larges fenêtres. D’un seul coup. Le visage de Kezeno se décomposa. Il venait de comprendre.

« Oh putain. C’est exactement comme le film que j’ai vu avant de dormir. C’est exactement ça putain, comment j’ai pu zapper un tel truc ? C’est sur. C’est tous des putains de vampires. C’est garanti. Putain si ça se trouve ils vont vouloir nous bouffer ?! Non non non. Ils sont sympas avec nous depuis tout à l’heure. Quoi que… peut être même trop gentil en fait ? Putain et Tommy qu’est assis à côté de la meuf ! Oh merde le con si ça se trouve il se doute de rien. MERDE MERDE MERDE ! Putain c’est flippant. Euh. Bon. Je m’assoie et je fais comme si de rien n’était pour le moment. Dès que j’ai une occasion j’essaye de causer à Tommy pour lui dire tout ça. Faut que je reste au taquet. Si elle fait mine de le mordre je la cogne direct putain. »

Il marmonne tout en allant s’assoir, pas trop loin de Lady Ruthven, ses sens sont en éveil, son mal de crâne persiste un peu plus, peu importe ce qu’il se passe, il réagira au quart de tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Tommy Fawl
Messages : 613
Date d'inscription : 23/07/2013
Age du personnage : 22

Maraudeur des rêves
Tommy Fawl
Maraudeur des rêves

Carte d'identité
Essence de Vie: 200
Renommée: 1204
Honneur: 193
MessageSujet: Re: Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) EmptyLun 26 Fév 2018 - 22:24
Dans ce salon il y a quatre personnes qui ne doivent pas avoir plus de la trentaine. Deux d'entre eux, des hommes, discutent dans des fauteuils alors qu'une jeune femme est plongée dans un livre à l'extrémité d'un canapé. De l'autre côté de l'accoudoir, droit comme un i se tient un vieillard à la tête bandée. Seuls ses yeux, ses cheveux et sa moustache ne sont pas recouverts par des bandelettes. Il ne scille pas quand nous entrons et approchons de la table basse posée devant la lectrice qui, elle, lève les yeux de son ouvrage pour nous détailler. Un visage fin, délicatement maquillé, des cils aux lèvres en passant par les joues. Une belle chevelure rousse finement bouclée et un regard perçant qui semble se fixer un instant sur Kezeno avant de jeter un regard glacial à la Lady qui me guide dans la pièce. Je crois bien qu'elle ne va pas me plaire celle là, pourquoi jette telle de tels regards à un si beau visage ?

Une soubrette dépose des verres sur la table basse pendant qu'elle fait les présentations. La lectrice de lève en masquant son air sérieux avec un sourire. Tours à tours, elle nous tend la mains pour que l'on y dépose un un baiser. Ce que je fais après avoir trouvé le regard approbateur de mon hôte qui se trouve à côté de sa convive. Elle nous présente respectivement pendant que j'effleure du bout des lèvres le dos de la main de la dénommée Éffilie De Cendre. Créature, voyageuse ou rêveuse, la question me touche l'esprit sans y rentrer. Sa coiffure est telle que je n'ai pas pu voir ses oreilles, mais je préfère me concentrer sur la Lady qui continue les présentations en passant aux deux hommes. Le premier est clairement une créature avec son teint rose pâle, mais l'autre aussi avec ses longues oreilles effilées et pâles, comme le reste de sa peau.

- Enchantés messieurs, je suis Kâlik, heureux de vous rencontrer. Commerçant et dirigeant d'établissements nocturnes de par les royaumes.

- Et moi, Wauzi Thop, négociateur de denrées rares.

Les deux présentent bien avec leurs costumes. Kâlik vêtu d'un trois pièces gris et blanc qui s'accorde bien à sa peau alors que Wauzi plus décontracté, arbore une chemise légèrement déboutonnée et un pantalon en lin noir avec une paire de mocassins. Ont certes des têtes de gens pas forcément recommandables, mais ne semblent pas être de mauvaise compagnie. De potentiels gêneurs ? Possible. Autant me les mettre dans la poche. Je réponds donc à leur salut respectif en leur serrant les mains et en me présentant comme Tommy Fawl, voyageur au nuage. A ma droite, ce dernier tourbillonne doucement sur lui-même, ballottant de droite à gauche comme si il était désorienté. Je crois ne jamais l'avoir vue faire ça, ce qui attise ma curiosité, mais je ne sais pas trop ce qui pourrait causer ça chez lui. En attendant on nous invite à prendre place. Je m'assoie sur le même canapé que la belle aux yeux verts. La jeune De Cendre a pris dans un siège à gauche de la table alors que les commerçants s'assoient sur le canapé qui nous fait face. Il reste un siège à coté de la rousse et un autre à ma droite.

Une fois que nous sommes tous installés la conversation peut commencer. Placé sur le coussin de gauche je m'étais éloignés de ma dame pour me reposer les jambes après un trajet dans les ronces et une marche dans le froid. Les deux hommes prennent place en flattant notre hôte pour son accueil et je les détails un nouvel instant. Celui à la peau rose présente une magnifique balafre au-dessus de la tempe gauche. L'autre a des yeux jaunes qui ne m'inspirent pas confiance avec leur fente presque reptilienne. Mon opinion bascule clairement des deux hommes fréquentables à leurs opposés, de vrais mafieux bien clichés. J'allais tourner la tête pour croiser le regard de Kezeno et savoir ce qu'il pense de cela, mais je sens une main se poser sur mon genoux et les coussins s'enfoncer légèrement.

En tournant la tête j'admire le profil de Lady Ruthven qui a posé une bouteille sur la table devant elle. Elle regarde les deux hommes l'un après l'autre et lève la main avant de claquer des doigts. A peine à elle baissé la main que le majordome qui tenait la lanterne à l'extérieur est-il devant la table. Il saisit la bouteille, retire le bouchon et commence à faire le service en remplissant les six vers posés sur la table.

- Messieurs, je vous propose de goûter à notre marchandise afin de fêter la signature du renouvellement de notre accord.

- Avec plaisir Mlle Ruthven !

- A notre nouvel accord !

Les deux hommes saisissent leurs verres de bon coeur et j'en fait autant de mon côté. Nous trinquons tous, les deux marchands me sourient à pleines dents et nous félicitent d'être arrivé au bon moment pour goûter cette merveille. La lectrice elle me tend son verre pour trinquer, mais lorsque nos regard se croisent elle fronce deux fois de suite les sourcil sans que je comprenne la signification de ce geste. Ses lèvres bougent et je discerne juste un "a" en début de mot, pour accélérer et en venir à la Lady je fais mine de comprendre en souriant.

- Oui, à votre santé aussi.

Je me retourne cette fois vers Kezeno pour entrechoquer nos verres et pouvoir enfin trinquer avec la belle. Mon camarade de nuit ne me semble pas très entraîné par le côté sympathique de la nuit. Cela nous change pourtant de faire autre chose que se battre à longueur de nuit. Avec un certain plaisir me détourne de lui pour plonger mon regard dans les yeux verts de mon hôte. Nous rapprochons doucement nos coupes comme si nous rapprochions nos corps et ils entrent doucement en contact à avant de tremper nos lèvres dans le liquide sans nous délier du regard.

La boisson est légèrement plus alcoolisé que du vin, une douceur en bouge presque mielleuse suivie d'une légère âpreté lorsqu'il me descend dans la gorge. Alors que je déguste tout juste le breuvage, j'entends tomber un verre accompagné d'un cri de surprise. Provenant de derrière moi je me retourne et vois Éffilie qui s'est rapprochée de Kezeno pour trinquer, mais ce dernier semble avoir fait tomber son verre. L'aurait-elle frappée ou embrasser pour que le choque lui fasse lâcher son verre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy) Empty
Revenir en haut Aller en bas

Dracula? Je m'en tiens au film! (feat Costa & Tommy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Dreamland :: Zone 1-