Haut
Bas

Partagez|

[Lyun] The Sleeping Giant (Campagne d'Angleterre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Messages : 181
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: [Lyun] The Sleeping Giant (Campagne d'Angleterre) Ven 19 Jan 2018 - 15:55
Les gros malabars agrippèrent le corps menu de l'étudiante francophone, leur poigne d'acier compressait ses muscles lui administrant une certaine douleur aux avants-bras. Quelle brutalité ! Ces messieurs n'hésitaient pas à faire preuve d'indélicatesse envers une si jeune femme qu'ils pourraient briser comme une brindille d'un simple geste. Sa première impression fut que ses accompagnateurs improvisés l'emmener en incarcération comme les forces de l'ordre le ferait avec un coupable, et pourtant la situation n'était pas comparable. Cette expression imperturbable, expression qui déplaisait aux employés du cirque, pensaient-ils naïvement qu'elle serait effrayée par deux toutous sans cervelles ? Souhaitaient-ils déceler la peur dans ses prunelles et ainsi prouver à tous leur domination sur cette frêle créature ? Lyun n'en fit même pas affectée lorsqu'ils l'accostèrent, elle n'était pas d'un naturel à se démonter à la venue d'un tel aléa de la vie. Consciente d'être considérablement désavantagée physiquement, elle se fiait dans ces cas-là à la ruse pour leur en échapper, chaque problème détenait sa solution. La violence n'était qu'un moyen parmi d'autres, recouru majoritairement par les personnes se sentant inférieurs ou complexés aux fins d'afficher leur supériorité par la peur. La morpheuse rapace ne feindrait pas de jouer la pauvre jeune femme éplorée et terrifiée, et pourquoi les rassurer dans leur délire alors qu'elle se trouvait prisonnière ?

Ce n'était pas la première fois qu'elle se retrouvait dans une telle posture, grâce à ses nuits à Dreamland, elle avait pu vivre plusieurs aventures plus dangereuse qu'une affaire louche de cirque. Dans la réalité, les liches, les hybrides et autres êtres fantasques capables de la dévorer en un clin ne déambulaient pas dans les rues, seul l'Homme dans son instinct le plus noir pouvait nous atteindre. L’égoïsme et notamment l’intérêt individuel induisait les humains dans un océan de magouilles et d'obscurité, et ce cirque semblait en faire partie. Éclatant et joyeux de l'extérieur, inondant petits et grands de joie lors des numéros proposés par la nature variée des acteurs, des hommes et femmes pendant longtemps mis à l'écart pour leur différence par la société. La réunion de ces êtres hors du commun créa à l'origine les foires puis les cirques, même si les mœurs ont changé ces derniers siècles, une part d'entre eux se sentait encore à leur place. Ce Monsieur Loyal en faisait donc son business, prêt à malmener une demoiselle à l'allure extravagante afin de satisfaire son avidité et d'accroître son pouvoir, si jamais on le lui refusait une offre d'emploi. C'est ce qu'en déduisit Lyun traînée rudement en direction d'une tente, ils traversèrent un camp de roulotte où s'affairaient les « stars  hautes en couleur ».

Ils s'arrêtèrent quelques secondes dans leur tâche pour prendre le temps de l'admirer, certains dévisageant d'un regard dubitatif la future nouvelle venue, d'autres tandis que d'autres lui lancèrent une œillade de pitié. L'ambiance circulant parmi cette population n'était pas totalement uniforme, les pensées oscillaient selon la personne sur le sort de cette insignifiante étudiante. Les roulottes avaient placés de façon à garder une allée menant à ce chapiteau décoré si immodérément avec tout ce vermeil et ce doré, sans nul doute les coloris privilégiés par leur employeur. Les mains des gorilles se resserrèrent sur les membres de la morpheuse à son approche, ils pénétrèrent dans cet lieu à l'abri des regards indiscrets. Avant que la toile faisant office de porte d'entrée ne touche le sol meuble, elle se remit à voler laissant apercevoir le géant rencontré au restaurant de l'hôtel. Ce dernier réussit à ne pas se cogner aux barres de fer, suivis par d'autres montagnes de muscles à salopette.

L'un d'entre eux frappa son compagnon de marche une première fois dans le ventre, puis au niveau de la tempe lorsque sa cible se plia de maux. Lyun tiqua devant cette démonstration d'agressivité gratuite, bien que le jeune homme le dépassait de plusieurs dizaines de centimètres, il n'avait aucune raison de s'en prendre à une personne sans défense. Enfin c'est l'image qu'elle percevait de son acolyte, celui-ci s’effondra à ses pieds presque assommé à cause du dernier coup. Le chef de cette belle brochette de brutes, tapi dans la pénombre savourant le spectacle, s'avança finalement un sourire narquois dessiné sur ses lèvres. Ses soupçons étaient véritablement fondés, cet homme cherchait à s'emparer de deux individus peu ordinaires quitte à les amener par la force, un antagoniste des plus pathétiques.

Lyun toujours encadrée par ses gardes, figea ses iris glaciales dans celles de son interlocuteur sans sourciller, s'adressant à lui sèchement :

- Quel comité d'accueil, cela ferait presque plaisir si vous ne tabassiez pas vos invités, c'est pas très bon pour vos affaires vous savez. Proposez nous plutôt un peu de thé, enfin si des malpropres comme vous savent ce que c'est.

- Tu n'as pas froid aux yeux la donzelle mais tu feras moins la maline dans quelques minutes.

- Et on peut connaître la nature de cette visite...Non, attendez n'en dites pas plus, on est là pour un recrutement forcé je présume, je ne vois que cela venant de tels bêtes de foire. S'exclama-t-elle sous le nez du patron du cirque avec une pointe de défis dans la voix, son idée étant de déstabiliser ses geôliers par la provocation.

- Oh tu parles mieux la gamine sinon j'te fais bouffer la terre.

- Du calme Eddy, on lui inculquera le respect plus tard. Nous avons fait venir car nous aimerions énormément que vous travaillez pour moi, vous serez bien rémunéré et vous ferez partie d'une famille.

- Je me vois obligée de décliner votre offre si généreuse tout comme mon ami, vos méthodes d'embauches sont trop rustiques et puis je suis très bien toute seule, je n'ai pas besoin d'une famille aussi laide que la vôtre.

-On va bien voir cela mes agneaux, mettez-les en cage avec les tigres.

Ses hommes de main hochèrent la tête à la sommation de leur boss, ils se saisirent du géant avec vigueur, toutefois, ils paraissaient troublés par les pugnacités de la demoiselle. Ils avaient sans doute remarqué que leur patron n'avait pas vraiment défendu la communauté face aux joutes virulentes de cette étrangère. C'était exactement le but recherché par la voyageuse rapace, bien que ce Monsieur Loyal ne soit pas atteignable sur le plan physique, il était aisé d'insinuer le doute dans le peu de cervelle que détenait ses hommes. Lyun détestait la manipulation et pourtant, elle en userait autant qu'il faudra si cela leur permettait de s'échapper de leurs entraves. Des rugissements se dégageaient de la tente vers laquelle ils se dirigeaient, elle devait se dépêcher d'enfoncer le clou et ainsi profiter de la moindre faille pour déguerpir.

- Vous êtes dressés comme des petits toutous, c'est bien. Dites, je ne vous ai pas vu lors du spectacle, j'en déduis que vous vous occupez des corvées ingrates et de la merde de votre patron. Rassurez-moi vous êtes bien payés au moins, non parce que cela ressemble plus à de l'esclavagisme.

- Je t'ai dis de boucler ta grande gueule.

- C'est vous qui voyez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 12/04/2016

Nouveau challenger
William Woodborn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 70
Honneur: 15
MessageSujet: Re: [Lyun] The Sleeping Giant (Campagne d'Angleterre) Dim 21 Jan 2018 - 2:38

De là où j’étais, le monde me semblait si… différent. En train de me remettre peu à peu du coup reçu, je voyais depuis le sol une nouvelle ouverture visuelle. C’était peut-être, voire sûrement, la vision qu’avait un rat des alentours, un peu comme ceux que je voyais derrière quelques ustensiles de nature obscure sur le côté. J’aurais bien cherché leur utilité si écouter ce qu’il se disait n’était pas plus important.

La petite joute verbale que s’échangèrent monsieur Loyal et ma compagne francophone me paraissait distante ; pas seulement dû au coup que j’avais reçu dans la tempe. Tout cela me paraissait irréel, suréaliste. Pourtant, nous n’étions pas dans un cauchemar, mais dans la réalité. Franchement, je ne pensais pas qu’il aurait été encore possible en notre temps d’avoir pareille mésaventure. Pire encore, que ce ne soit ni un film ni un sketch.

Bien qu’étant désormais remis du choc, je feignais que ce ne soit pas le cas afin de me laisser une carte en main. Il était aussi possible que ce soit par incompréhension complète de la situation actuelle. Monsieur Loyal parlait de cage de tigres ; Ça puait. Genre, grave. Et pas seulement à cause de l’odeur omniprésente en ces lieux reclus. Si la petite fille avait vu ça, dans quel état serait-elle ? En fin de compte, peut-être m’encouragerait-elle à combattre le méchant comme un héros ? Je n’étais pas un héros, mais cette idée me fit sourire.

On vint alors me soulever. Mon agresseur précédemment frappé et un autre gars beaucoup moins impressionnant me soutinrent alors que je faisais le poids mort le plus possible. Ou le mec bourré, au choix. C’était bien, de faire le mec bourré pour les gêner, mais ils découvriraient vite la supercherie. Et ils me tabasseraient. Parce qu’ils avaient l’air aussi brutaux que ça. Il fallait que je réfléchisse à un moyen de nous sortir de là. C’était mon devoir de “guide touristique”. Bancal, ouais. Et raté, aussi.

- Allez mon gros, marche ! T’es pas léger, bon sang de bois !

J’observais plusieurs choses, à ce moment-là. Les voir galérer à ce point à me transporter était jubilatoire ; je regardais en revanche la cadence des pas du grand gorille afin de calquer ma prochaine action sur ça. La suite se déroula très vite. Je repris le contrôle de mes deux jambes et, en veillant à bien m’appuyer sur l’autre, je jetai ma patte sur le genou du colosse et, après un craquement sinistre, nous tombâmes tous trois vers le sol.

Comme je m’y attendais un minimum, j’effectuai une roulade pour ne pas m’étaler lamentablement par terre. Je me relevai aussitôt sans regarder si mon deuxième soutien indésirable se remettait de sa chute, je saisis un bout de planche long comme mon tibias et courus vers les deux tortionnaires qui retenaient mademoiselle Fujiwara. Dans un cri bestial destiné à les déstabiliser, je frappai l’un des deux homme les plus violemment possible tout en ne visant pas la tête afin d’éviter de les tuer. Laissant la jeune femme s’occuper elle-même du second trouble-fête, je lui glissais cette phrase inutile :

- Nique cette merde, on se barre !

Avant de commencer à fuir vers l’entrée du complexe de cirque et de roulottes que je pensais connaître après repérage implicite. Cependant, ce n’était pas dit que nous allions aller dans la bonne direction du premier coup, ni que nous allions vite être tirés d’affaire.
Je venais quand même de faire quelque chose de très fou et de très dangereux. Alors mon coeur, qui battait déjà la chamade sous l’effet de l’adrénaline, commençait à me dire de lever le pied. D’autant que je n’étais pas habitué à sprinter ainsi comme si ma vie en dépendait. Bien vite, la fatigue et la non préparation arrivèrent implacablement et je dus ralentir de 80% ma vitesse environ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 181
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: [Lyun] The Sleeping Giant (Campagne d'Angleterre) Sam 27 Jan 2018 - 23:32
Les pas des gorilles se voulaient pressants, tirant sur leurs prisonniers afin d'achever cette sale besogne le plus vite possible, les forçant à ne pas traîner quitte à les porter. Les porter était peut-être un peu fort particulièrement avec le géant, déjà que ses geôliers semblaient marcher avec difficulté sous le poids mort. Lyun zieuta son camarade précédemment dans les vapes, malgré sa carrure imposante, il s'était évanoui rapidement face aux beignes. Elle se doutait que le jeune homme n'avait pas l'habitude de se battre avec son expression réservé et timide, pourtant, il démontra un certain courage en rejoignant la tente. Mais encore, il vint à la surprendre une nouvelle fois, furtivement il envoya un coup de latte dans le genou de l'un de ses porteurs. Un son de craquement provenant de l'os touché annonçait mauvais signe, tandis que le blessé s'effondra au ralenti, engendrant à sa suite la chute des deux autres tel un chemin de domino. D'une roulade peu artistique, il s'extirpa de l'étreinte mal léchée des sous-fifres de Monsieur Loyal, se précipitant au secours de l'étudiante étrangère. Cette dernière jouit de la situation où son partenaire s'occupait de mettre K.O, elle donna un coup de pied dans les parties intimes de l'un de ses kidnappeurs. Il tint aussitôt ses douloureux bijoux de famille, puis elle le frappa au visage, ce n'était pas l'idée du siècle. Les jointures de ses doigts rougirent au contact rugueux de la mâchoire devenant presque engourdies, Lyun dut secouer sa main pour la soulager.

Sans demander leur reste, les deux jeunes adultes s'enfuirent en toute hâte vers ce qui leur paraissait être la sortie du campement, ainsi de leur échappatoire. Néanmoins, la jeune femme avait plus l'impression de s'enfoncer ou du moins de faire un détour, ne reconnaissant pas les roulottes qu'ils dépassaient sans vraiment gamberger. Ils ne devaient en aucun cas leur laisser le temps de les rattraper, après tout ce genre de stratégie ne refonctionnerait pas une seconde fois. La voyageuse était plus endurante à sa stupéfaction depuis qu'elle avait fait son entrée dans l'univers merveilleux des rêves, chose dont elle ne se rendit pas compte de suite. Il lui fallut remarquer que son partenaire d'infortune freinait la cadence, son visage manifestant de la fatigue et un certain stress dû à la poursuite. Des bruits de voix se rapprochaient de leur position, il n'était pas question de se faire repérer aussi bêtement, agitant telle une girouette sa tête pour dénicher un moyen de se dissimuler. C'est alors qu'elle aperçut une tente à une grande teinte bleuté aux motifs surnaturels, avec un peu de chance, il n'y aurait personne. Elle pointa leur pseudo cachette, en murmurant pour ne pas éveiller les soupçons :

- Allons là-dedans, c'est sans doute notre seule chance.

Attrapant le bras du géant, elle l'obligea à pénétrer le morceau de toile. L'intérieur parut s'étendre sur plus de surface qu'elle le prétendait de l'extérieur, malheureusement, ils tombèrent nez-à-nez avec une femme d'un âge assez mur accoutrée d'une remarquable manière. Sans un mot, elle désigna successivement la table puis le rideau derrière, la demoiselle crut comprendre qu'elle les invitait à se terrer aux fins de se soustraire à leurs poursuivants. Elle s'exécuta, ne voyant aucune autre possibilité, elle alla se camper sous la nappe tissée descendant jusqu'au sol. Quelques secondes plus tard, la fugitive entendit des pas lourds exprimant un certain empressement s'arrêter à proximité de son abri, elle espérait secrètement que son acolyte ait écouté le conseil muet de leur bienfaitrice. Enfin, ils allaient savoir si elle était réellement de leur coté ou elle les avait leurrées subtilement.

- Hey la veille ! Tu aurais pas aperçu deux gamins, une chinetoque et un géant même pour toi, ils seraient visibles.

- Oui...Ils ont tracés vers la roulotte des voltigeuses.

- T'es sure ? Si tu mens, on reviendra te …

- Me voir pour que je vous lance une malédiction, aucun soucis. Répliqua-t-elle malicieusement en apportant une pointe de sérieux.

- Tss sorcière.

- Laissons là, le boss va nous gueuler dessus s'il les retrouve pas dans les cages ce soir.

- Ouais, fais attention à toi le croûton.

- J'en prends bonne note.


Lyun lâcha un léger soupir de soulagement lorsque les gros balourds s'éloignèrent d'une démarche agacée. Elle finit par sortir de son refuge, elle se posta devant leur libératrice afin de la remercier respectueusement d'un hochement du chef. Son interlocutrice lui saisit soudainement les mains, les examinant avec beaucoup de précaution un sourire aux bords des lèvres. Elle se figea quelques secondes avant de se redresser comme perturbée par son examen des lignes de la main, elle s'adressa à Lyun d'un timbre nébuleux

- Je vous vois toi et ton ami, vivre des aventures périlleuses et surmonter les épreuves des plaines dans un monde empli de rêves où les merveilles s’entremêlent avec les cauchemars. Elle s'interrompit quelques secondes avant de reprendre une posture décontractée comme si de rien était, en libérant la main de la jeune femme. Oh excuse moi, c'est un réflexe venant de mon art.

- Vous ne seriez pas une de ces voyantes ou extralucides ?

- C'est exact ma belle.

- Je vois.

La chasseresse fronça un sourcil ayant une mauvaise opinion sur ces professions qu'exerçaient certaines personnes dans le but d'arnaquer des crédules petits et grands. Toutefois, elle assimila les paroles de cette vieille folle avec la description qu'elle se faisait de Dreamland, savait-elle quelques choses à ce sujet ou elle les faisait marcher pour mieux en tirer avantage ?

- Vous ne connaîtriez pas...

- Vous devriez filer au plus vite, je vous ai fais gagner du temps. Prenez à droite en sortant de ma tente, puis une nouvelle fois à droite à la toile jaune, vous serez devant la sortie Sud. Interrompit la voyante en balançant les bras comme pour les chasser de chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 12/04/2016

Nouveau challenger
William Woodborn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 70
Honneur: 15
MessageSujet: Re: [Lyun] The Sleeping Giant (Campagne d'Angleterre) Jeu 22 Fév 2018 - 13:39
Alors que je m’apprêtais à m’arrêter, sans vraiment savoir ce que je pourrais faire pour éviter que nos poursuivants n’arrivent à nous rattrapper et à nous enfermer dans les cages avec les tigres, mademoiselle Fujiwara me tira par un bras pour m’emmener sous une tente. Sous l’effet de l’épuisement grandissant, je n’opposai aucune résistance et dus me pencher fortement pour entrer sous la tente offrant un dégradé de couleur d’un bleu électrique à un parme avec des petites étoiles dessus.

À l’intérieur, il y avait pas mal de matériel divers et varié, comme une boule translucide posée sur un coussin violet, des cartes et une dame. Attendez, une dame ? Il y avait cette dame d’un âge sage avec une chevelure longue, attachée et propre, le tout enveloppé d’un drapé assez singulier, coloré et voyant. Cette personne ne dit mot et désigna d’un signe de tête un rideau derrière une table en bois. Ni une, ni deux, je m’accroupit derrière une série de sacs, coussins et autre fioritures moelleuses en espérant qu’il n’y ait pas de bout de moi qui dépasse.

Avec un certain étonnement et soulagement, ma respiration lourde de personne épuisée se tut lorsque nos poursuivants, pas si bêtes qu’ils en avaient l’air, pénétrèrent sous la tente. Je priais de toutes mes forces pour qu’ils ne remarquent pas mes pointes de chaussures que je pensais faire dépasser de derrière le rideau. La gente dame discuta brièvement avec les balourds avant que ceux-ci ne s’en aillent bredouilles. Je soupirais de soulagement lorsque je vis ma compagne d’infortune se relever et sortir de sa cachette.

Je me redressais à mon tour, restant à moitié baissé parce que la tente bleue était un poil trop petite, avant de rejoindre la dame qui se trouvait être une diseuse de bonne aventure. J’avais un avis neutre à ce sujet. Premièrement, je n’aimais pas trop les arnaqueurs, mais deuxièmement, je trouvais qu’il fallait tout de même un peu de magie dans ce monde qui en était de moins en moins pourvu… et pas toujours pour le meilleur. Cela me fit penser à mes rêves récents et à la défaite de ma phobie. Elle avait disparu comme par magie et je n’avais jamais su pouvoir réellement. Enfin, j’imagine que j’avais dû avoir fait preuve de courage… mais j’avais un peu de mal à le croire.

Je pris l’initiative de sortir le premier de la tente et m’étirai le dos avant de presser le pas dans la direction indiquée par la vieille dame. Prenant à droite à la sortie de sa tente, donc, je me méfiais tout de même. Il pourrait y avoir un de ces zouaves embusqués quelque part qui nous sauterait dessus, nous assomerait dans la foulée et crierait pour prévenir ses collègues. Au détour de la toile jaune, rien de tout ça n’arriva ; c’était déjà bien.

Nous finîmes par sortir par la sortie indiquée sans trop de heurt. C’était un peu plus rapide que ce que je ne pensais et je dus aller m’asseoir sur un banc public beaucoup trop bas pour souffler convenablement. Je regardais les oiseaux voleter et cela me détendit d’un coup. Si bien que je dus avouer :

- Ah… C’est enfin terminé ! Je suis désolé pour mon écart de langage de tout à l’heure. J’étais un peu sous la pression… Le filtre de bienséance ne s’appliquait plus. Enfin bon ! J’imagine que nous allons rentrer au Sleeping Giant ? Nos camarades respectifs risquent de s’inquiéter.

Sur ces paroles, je me relevais, paré à ce qu’on aille tous deux retourner à l’auberge restaurant. À moins que la demoiselle n’avait envie de discuter un peu ? Peut-être échanger sur ce qu’il venait de se passer… ou pas. Je lui adressai un sourire radieux, mais mon visage traduisait ma fatigue en toute honnêteté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 181
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: [Lyun] The Sleeping Giant (Campagne d'Angleterre) Ven 23 Mar 2018 - 14:56
Droite dans ses bottes face à la diseuse de bonne aventure, Lyun la dévisagea quelques instants pendant que son interlocutrice effectuait des mimiques à l'aide de ses poignets afin de pousser ses réfugiés à décamper. L'étudiante aurait pourtant souhaité s'attarder dans cette tente, des interrogations émergèrent à son esprit à propos des paroles soi-disant prophétiques de la vieille dame. Elle appréhendait le sens de celles-ci, une méfiance à l'encontre de l'extralucide s'installa au creux de ses pensées curieuses. Elle lui prêta un dernier regard avant de talonner l'initiative du géant, se doutant qu'elle ne reverrait plus jamais la bohémienne ou du moins dans le monde réel, si ses soupçons étaient fondés. Ils longèrent le chemin dicté par leur éventuelle alliée, la demoiselle espérait qu'elle ne les avait pas conduits dans un traquenard mise en œuvre par les artistes du cirque.

Lyun aperçut la sortie au détours de la fameuse toile brodée d'un horrible jaune canari, d'un signe de la main énergique, elle enjoint son compagnon de courir sur la centaine de pas qui les séparait de la liberté. Ils passèrent sans encombre le seuil invisible de la sortie, la voyante les avait secouru devant l'emprise possessive de Monsieur Royal, cela allait lui attirer des ennuis mais elle devait en être consciente depuis le début. Lyun n'avait décelé aucune lueur de peur dans sa voix lorsqu'elle s'était adressée aux deux gorilles ou dans ses yeux, au contraire, elle instiguait à ces malandrins sans cervelle un sentiment de crainte. Le géant s'affala bien lourdement sur un banc ne manquant point de grincer sous l'effet d'apesanteur , pour éviter tout risque de se refaire intercepter, le couple d'infortune s'étaient décidés à continuer leur course jusqu'au village. Lyun n'y avait pas véritablement prêté attention mais le village semblait être en fête aujourd'hui, des banderoles de toutes les couleurs pendaient dans le vide, des éclats de joie émis par un fort attroupement sur la place près d'eux ainsi que l'aménagement de quelques manèges pour enfants. Ce qui expliquerait la présence d'un cirque itinérant, la mauvaise nouvelle étant que les poursuivants s'aventuraient également dans le village, ils devaient filer au plus vite.

Néanmoins, elle laissa le temps à son partenaire de reprendre son souffle, pas habitué à exécuter des activités aussi physiques et encore plus d'être retenu par des protagonistes à la personnalité douteuse. Il s'excusa alors pour son écart de conduite, excuse à laquelle elle hocha négativement du chef pour lui informer silencieusement qu'elle ne s'en formalisait pas.

- Oui nous devrions pas trop traîner dans les parages et la matinée est déjà bien entamée.

Ils traversèrent la petite bourgade en direction inverse, la jeune femme aux origines asiatiques profita tout de même de quelques regards curieux vers les boutiques artisanales mises sur leur voie. La demoiselle s'était remise à conserver son éternel silence, assaillit par d'étranges sensations vis-à-vis de leur mésaventure, c'était bien la première fois dans la réalité qu'il lui arrivait un tel événement que le kidnapping. Elle savait parfaitement que Dreamland n'était que le reflet de la réalité sur bien des points, que le monde était parsemé de tragédies diverses et de malveillance mais le vivre en direct l'impressionnait. Dans le monde onirique, si elle se retrouvait blesser ou amputer, la séquelle ne l’aurait pas atteint une fois réveillée, peut-être serait-elle envahie d'un mal-être mais cela n'influencerait pas son organisme ou sa physionomie.

Le fils de ses réflexions s'approfondit jusqu'à ce que la jeune femme croise d'une œillade le galbe du géant au pas lent, désormais qu'ils étaient hors de danger, elle pourrait lui poser plusieurs questions discrètes. Qu'avait-elle à perdre à part être prise pour un personnage bizarre voire cinglé ? Sachant pertinemment qu'on la considérait déjà comme telle par le biais de ses camarades et de son entourage, et ils n'avaient pas totalement tort dû à sa mentalité solitaire et désagréable.

- Je repensais à ce que baragouinait la vieille femme de tout à l'heure. Dites moi, vous souvenez vous de vos rêves, je demanderais même est-ce que vous les vivez tous les soirs ? Interrogea-t-elle son compagnon d'une voix neutre mais douce à l'oreille, désireuse de ne pas être trop importune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 12/04/2016

Nouveau challenger
William Woodborn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 70
Honneur: 15
MessageSujet: Re: [Lyun] The Sleeping Giant (Campagne d'Angleterre) Ven 1 Juin 2018 - 16:05
Ma compagne de la journée avait tout à fait raison, la matinée avait bien été commencée et touchait même à sa fin. De plus, nous n’étions pas encore tout à fait sortis de nos mésaventures tant que nous étions dans le village juxtaposé au cirque. Nous décidâmes donc de partir.

En chemin, je restais silencieux. Je commençais à me repasser la liste des choses qui s’étaient passées aujourd’hui. Entre le fait d’assister de manière forcée à un spectacle médiocre, le fait de se faire kidnapper et menacer, ça faisait beaucoup pour mon petit coeur. Celui-ci battait encore la chamade, à moitié serré dans ma poitrine. Je marchais de manière automatique vers l’auberge-restaurant, les mains tremblantes. Je ne parlais que peu à peu à réaliser ce qui aurait pu se passer. Alors, instinctivement, je me serrai dans les bras afin de m’apaiser.

Mademoiselle Fujiwara m’extirpa de mes pensées négatives en m’adressant la parole. Sa voix était douce et apaisante. Enfin, en tout cas, elle m’apaisa... un peu. Elle repensait aux paroles de la vieille dame qui occupait la fonction de voyante au sein du cirque. Je me fis la réflexion que je ne m’en souvenais personnellement plus du tout.

La question était très intrigante. Est-ce que je vivais tous les soirs mes rêves ? Je pense que cette question avait rapport avec la diseuse de bonne aventure, mais pas moyen de faire le rapprochement. Je réfléchis à une manière correcte -dans le sens structurée- de lui répondre.

- Eh bien… Je me souviens encore d’un cauchemar que j’ai eu il y a quelques jours. C’était très bizarre. Pas le cauchemar en lui-même, mais juste que depuis lors, tous mes rêves avait une particularité. J’ai l’impression de ne faire que des rêves genre lucides. Je vis mes rêves, oui, comme vous dites.

Comme nous marchions en parlant, nous finîmes par arriver aux abords du Sleeping Giant. Pénétrant à l’intérieur sans fioritures, je m’appuyais contre le garde-fou des escaliers qui menait à la chambre de ma compagne d’infortune et me mis à la questionner à mon tour :

- Des fois, j’ai l’impression qu’il s’agisse de quelque chose d’autonome, de plus grand. Un peu comme une espèce de monde parallèle, de monde des rêves. J’imagine que je ne suis pas loin de la vérité ? Étant donné vos question, je suppose que vous êtes concernée aussi, non ? Si oui, je suppose que c’est un truc assez fou !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 181
Date d'inscription : 26/07/2016
Age du personnage : 24

Nouveau challenger
Lyun Fujiwara
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 110
Renommée: 393
Honneur: 65
MessageSujet: Re: [Lyun] The Sleeping Giant (Campagne d'Angleterre) Mer 11 Juil 2018 - 14:56
Le couple atypique faisait route vers l'auberge où Lyun y devait retrouver sa vie normale voire monotone, ce qui contrastait avec ses nuits endiablées. La demoiselle à la cascade de glace n'était nullement pressée de passer le seuil de la porte, le déroulement de la matinée paraissait irréelle et pourtant cela avait eu le don de revigorer son esprit. Croire futilement que le reste de la journée se transformerait en une aventure, reflétait un aspect naïf de l'être se tenant aux cotés du géant. Elle qui d'habitude prônait cette apparence impatiente et désintéressée pour quiconque, flâna en longeant le sentier tandis qu'elle questionna son nouvel acolyte sur ses rêves. Le jeune homme plus affecté par les événements produits réagissait différent, il se cramponnait à lui-même afin de se rasséréner son esprit désorienté, chose assez compréhensible. Peu de personne irait s'imaginer devenir acteur d'un kidnapping et être à la merci de la volonté d'un homme extravagant ayant la folie des grandeurs. Le brusquer avec ses interrogations ne rimeraient à rien mise à part de se renfermer comme une huître, elle patienta jusqu'à ce qu'il soit prêt à satisfaire son intérêt.

La réponse finit par se dégager des lèvres du jeune homme, il lui conta les étrangetés de ces précédentes nuits depuis qu'il avait été sujet à un cauchemars Ses rêves paraissaient à ses yeux réels comme s'il les vivait dans sa chair, pourtant le géant démontrait une certaine confusion à cette évocation. Il lui confia également ces sensations d'appartenir à un monde parallèle, Lyun esquissa quelques seconde le début d'un sourire à cette hypothèse un peu plus correct. Elle sut dès lors que ce protagoniste n'était autre qu'un jeune voyageur, voire même un nouveau-né dans cet univers énigmatique. Il avait réussi à vaincre sa peur au cours d'un cauchemars lui permettant d'accéder à Dreamland, hors aucune créature ou compère ne lui a inculqué les bases de ce monde. Le minois consciencieux de la demoiselle reprit sa contenance d'un acquiescement du chef à l'échange du géant, parlant de manière posée comme si la conversation en était la plus normale du monde.

- En effet, vous n'êtes pas seul à partager disons cette seconde existence, nous sommes peu nombreux à évoluer en ce qu'on appelle un « voyageur ». Nos rêves reflète les nuits inconscientes passées dans le monde onirique qu'on surnomme également « Dreamland », par ce biais nous sommes des rêveurs mais une fois que nous accomplissons l'exploit de dépasser notre plus grande phobie, nous atteignons le stade de « voyageurs ». A partir de cet instant, nous pouvons voyager à notre guise dans ce monde, certains se réincarnent en une nouvelle personnalité que la réalité nous interdit d'avoir. C'est à la fois un monde merveilleux mais aussi dangereux où toute logique advint bancale et invraisemblable..

La morpheuse s’apprêtait à rajouter quelques mots quand la porte de l'auberge s'ouvrit pour que s'y introduise un groupe de résidents riant et piaillant de façon bruyante, décida se taire le temps qu'ils s'éloignent. Même si on ne lui avait jamais déconseillé de n'évoquer ce monde à personne, elle préférait discuter en un comité réduit et éviter les indiscrets, on ne sait jamais ce qu'il pourrait en être des conséquences. Mise à part d'être traitée de folle par un ou deux villageois, cela ne la dérangeait pas le moins du monde, en revanche, cela serait plus gênant pour son compagnon. Il souhaitait s'intégrer et s'aventurer dans le monde extérieur, Lyun voyait d'un mauvais œil le fait de s'ouvrir aux gens si naïvement, on risquerait de le manipuler plus subtilement que ce Monsieur. Loyale. Néanmoins, elle ne daignerait pas lui prodiguer ce genre de discours, estimant à raison qu'il devait appréhender les choses par lui-même pour s'en faire un avis.  

- Je peux vous proposer de voyager une soirée en ma compagnie à Dreamland, il me sera facile de mieux vous guider avec ma maigre expérience. C'est à vous décider, si l'envie vous en dit, vous n'aurez qu'à penser à moi avant de vous endormir, c'est un moyen pour que vous puissiez me rejoindre.

- Où est Lyun Fujiwara ?  Mlle Fujiwara, le cours va bientôt commencer, je vous prierais de faire acte de présence. Retentit une voix à l'intérieur de toute l'auberge.

- La vie scolaire m'appelle, je vous remercie pour cette matinée agitée, c'était particulièrement amusant. La prochaine fois que nous croiserons, n'oubliez pas de vous présenter, j'aime savoir à qui je m'adresse.

Parée de son air quotidiennement neutre, elle disparut en contrebas des escaliers à l'angle d'une pièce, sans même glisser un regard en direction du jeune homme se dressant derrière elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 12/04/2016

Nouveau challenger
William Woodborn
Nouveau challenger

Carte d'identité
Essence de Vie: 80
Renommée: 70
Honneur: 15
MessageSujet: Re: [Lyun] The Sleeping Giant (Campagne d'Angleterre) Lun 30 Juil 2018 - 11:43
Ma jeune compagne sembla acquiescer mes propos d’un court hochement de tête. Je devais donc m’approcher de la réalité avec mes diverses avances argumentaires. Peu après, elle commença à m’expliquer posément de quoi il en retournait dans cette affaire. Ainsi, elle et moi étions ce que j’allais désormais appeler des voyageurs dans un monde onirique portant simplement le nom de contrée des rêves. Même si la tonalité utilisée sur le mot “Dreamland” laissait supposer que ce nom devait être le même dans toutes les langues. Curieux.

Mais la suite était plus intéressante encore. En vainquant notre plus grande peur, notre phobie, nous accédons au stade de personne capable d’arpenter ce monde selon nos désirs. Vaincre sa phobie… Si je ne l’avais pas vécu moi-même, j’aurais sans doute pensé que c’était impossible à faire; et pourtant. Ceci expliquait donc le fait que je n’aie plus peur du regard des autres et puisse me montrer ainsi en public.

Je sentais que le discours de mon amie d’infortune n’était pas tout à fait terminé, mais l’apparition soudaine de clients sauvages avait dû la dissuader de poursuivre. Après tout, sans l’avoir vécu, toute cette histoire paraissait invraisemblable, voire constituée de billevesées. Les clients bruyants s’arrêtèrent un instant pour nous regarder presque médusés, nous le duo atypique et improbable de l’auberge-restaurant. Après leur avoir adressé un rapide signe de la main, ils s’en allèrent vaquer à leur occupation.

D’un ton neutre, la demoiselle en voyage scolaire me proposa de voyager en ma compagnie à Dreamland le soir même. Pour ce faire, il fallait qu’elle occupe mes pensées au moment de dormir. Rien que de réfléchir à ce petit côté légèrement intime me gêna au point de me faire rosir les pommettes. Mais elle, elle ne le vit pas, car elle fut interpellée sans doute par son moniteur ou professeur qui devait d’inquiéter de ne pas la voir revenir.

Juste après, mademoiselle Fujiwara, Lyun de son prénom, dû prendre congé et retourner dans sa vie estudiantine en me précisant que la prochaine fois que l’on se verrait, il faudrait que je me présente. Attends, quoi ? Ça voulait dire que jamais je n’avais donné ne serait-ce que mon prénom ? Je n’avais pas le temps de le lui fournir d’emblée, car elle disparut au sous-sol de l’auberge sans se retourner.

En fin de compte, cette jeune dame était tout de même très mystérieuse. Elle n’en faisait pas trop et elle avait tout de même un calme olympien, surtout en repensant à tout ce que l’on avait fait en cette journée qui avait pourtant bien commencé. Enfin au final, elle s’était bien “terminée” -on n’était qu’à la moitié de celle-ci.

- Aloooors ? Ça s’est bien passé ?

Je n’avais pas reconnu la voix immédiatement, mais James me donna un coup de coude amical dans le bas du dos. Je me tournai vers lui, le reconnus et entrepris de raconter partiellement ce qui s’était passé dans la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Lyun] The Sleeping Giant (Campagne d'Angleterre)
Revenir en haut Aller en bas

[Lyun] The Sleeping Giant (Campagne d'Angleterre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Vie Réelle :: Quartier Résidentiel-