Haut
Bas

Partagez|

Entrées du journal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 176
Date d'inscription : 02/05/2013

Voyageur Expérimenté
Calvin Thomas
Voyageur Expérimenté

Carte d'identité
Essence de Vie: 180
Renommée: 503
Honneur: 147
MessageSujet: Entrées du journal Jeu 6 Oct 2016 - 11:59
Cher journal.

Ce n'est pas un message au réveil cette fois, j'ai l'impression d'avoir besoin d'écrire pour revenir là dessus plus tard, pour en rire, m'en moquer et me prouver que les choses ont changé depuis la fois où je l'aurais écris.
Le fond de ma pensée, le voilà :

Mais dans quel monde vit-on ? Ces derniers jours je ne supporte plus de me réveiller.

Ce n’est pas venu d’un coup, cet état d’esprit m’est venu lentement. Pire que ça, j’ai le sentiment que je l’ai accueilli en moi, que je l’ai souhaité, que j’ai fait des efforts pour finalement en arriver à cet état de résignation.

J’ai commencé par couper l’eau quand je me brossais les dents. A faire attention quand je faisais la vaisselle. Utiliser toute une feuille pour dessiner, un côté puis l’autre. Ne pas jeter, ne pas gâcher. Utiliser un vélo, prendre les transports en commun. Marcher, plutôt. C’est mon éducation.

Tout ça, je l’ai fait avec attention, avec précaution, avec le sentiment que ce que je faisais était bien. Une goutte d’eau dans le désert peut être, mais une goutte d’eau quand même.

Puis quand je suis devenu adulte, ça s’est accéléré. En faisant les courses, en choisissant ses vêtements. Son thé, sa bière, sa viande, ses légumes, ses vêtements, son savon. Même l’eau, juste l’eau. Puis ses logiciels, son électronique et tous les autres trucs dont on ne peut pas vraiment se passer quand on a 23 ans de nos jours. C’est devenu plus dur et les précautions sont peu à peu devenues des bandeaux que je posais sur mes yeux. Parce que je faisais attention, je me suis rendu compte de toutes mes hypocrisies, de toutes les hypocrisies du monde.

J’ai pas beaucoup d’argent. Acheter bio ? Compliqué. Le premier prix, en vêtements, en électronique, en location de maison, le premier prix on l’obtient pas en faisant bosser quelqu’un honnêtement et en le payant à la cool. Le premier prix, on le paye avec la vie d’un autre.

On sait ça et pourtant, au quotidien, on l’oublie, forcément, de temps en temps. Est-ce que tout mon entourage aurait un smartphone si c’était si mauvais hein ? On se dit ça mais bon, on a vu des reportages qui vous montrent quand même des gens crever la gueule ouverte alors… La bonne conscience, on a du mal à se la garder. Soit on décide d’en avoir plus rien à faire, on abandonne, soit on fait quand même des efforts.

Moi comme d’autres, on veut rendre le monde meilleur. Je veux être un héros. Oh, mais j’ai internet et je joue en ligne, « tu sais que ça consomme autant que si tu prenais l’avion chaque semaine ? ».  Ah non, je savais pas. Parce que oui, les serveurs ça chauffe et c’est trop dommage, les métaux utilisés dans mon matos informatique sont traités par des enfants payés 1$/ mois. J’ai pas l’impression que ça fasse de moi quelqu’un de bien. Moi qui croyais juste vivre sans emmerder personne, en échouant mes études et en enchaînant des petits boulots précaires, je suis quand même en train d’exploiter d’autres gens beaucoup plus misérables. Ca fait pas de moi un monstre non plus bien entendu ! J’ai pas décidé tout ça. Mais ça fait peut être de moi un ingrat pourri gâté, à la limite.

Alors que faire. S’informer ?
Bien entendu ! Chaque article que je lis sur le sujet enfonce un peu plus le clou et m’oblige à ajouter d’autres couches sur mes yeux, pour réussir à supporter l’ensemble, le grotesque de cette situation. L’argent humanitaire se perd, ou est rendu. Ou alors ne donne rien parce que le fonds sont bloqués à cause « d’enquêtes de gestion ». Je suppose que c’est un synonyme pour dire corruption. Je ne sais pas et je ne veux plus savoir. Un bandeau de plus sur mes yeux.
Aujourd’hui, on peut lire que les voitures électriques (n’était-ce pas une belle révolution, une belle transition que les voitures électriques ?) se construisent sur le dos des enfants africains. L’énergie verte de l’Allemagne, celle qui est tirée de la décomposition des végétaux (superbe solution écologique n’est-ce pas ?) vient maintenant des arbres que l’on coupe et arrache en Amazonie, simplement pour produire du compost et pouvoir dire au monde entier « regardez moi, je suis écolo ». Et d’acheter l’énergie nucléaire des autres quand on manque. Ce que je croyais être des gouttes d’eau dans le désert n’ont sont même plus, juste un peu plus d’acide.
Je n’ai plus envie de m’informer.

A la place, je vais faire de l’humanitaire moi-même. Apporter des plats aux petits-vieux, aider à rédiger des demandes administratives. Est-ce que ça m’a fait arrêter d’utiliser mon portable ou d’aller sur internet ? Pas du tout. J’ai l’impression de m’acheter une conscience sans essayer de changer le monde. Parce que qu’est-ce que ça change ? C’est encore une goutte d’eau mais est-ce que c’est une bonne goutte d’eau, ou juste un autre liquide toxique ?

Parfois je ne supporte plus de marcher dans les rues, dans mon appartement, dans ce monde. Qui a laissé le monde être ce qu’il est ?

Est-ce que j'ai mentionné les gens qui en tuent d'autres pour des raisons souvent incompréhensibles ? Non, je n'ai même pas envie d'y penser. Bandeau.

Dreamland n’est pas qu’un bandeau sur mes yeux, c’est une autre réalité. Qu’on me pardonne si je la préfère !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Entrées du journal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamland RPG :: Administration Onirique :: Personnages :: Notes des voyageurs-